Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Troisième partie : 1380 – 1482. L'ultime principauté de Provence ou la seconde maison d'Anjou

Chapitre 12. Église et vie religieuse

Texte intégral

Le schisme et la crise conciliaire

1La victoire de Marie de Blois est aussi celle de l’obédience de Clément VII qui s’impose aux Provençaux pourtant réticents à l’ouverture du schisme. Devant le refus du successeur du pape d’Avignon d’envisager la voie de cession pour mettre un terme à la division de l’Église, Charles VI retire à Benoît XIII l’obédience du royaume de France le 27 juillet 1398 et assiège le pontife dans son palais à la fin septembre. À son tour, Marie de Blois décide la soustraction d’obédience le 30 novembre. Mais, après le retour de Louis II de Naples, cédant à la requête unanime des états réunis à Aix le 21 avril 1401, la Provence restitue l’obédience. Ce revirement permet à Benoît XIII de s’enfuir d’Avignon et de trouver refuge à Châteaurenard à la mi-mars 1403, quelques mois avant que le roi de France ne rentre à son tour dans l’obédience. Benoît XIII, délaissant Avignon, séjourne cinq années en Provence, notamment à Tarascon, à Marseille et à Nice, devenus d’éphémères mini-États pontificaux, menant sans trop de conviction des négociations avec le pape de Rome. L’entrevue entre les deux papes, prévue à Savone dans l’été 1407, n’a pas lieu.

2Lâché par le roi de France et le comte de Provence, abandonné par ses cardinaux qui s’accordent avec ceux du pontife romain pour convoquer à Pise un concile destiné à restaurer l’unité de l’Église, Benoît XIII s’obstine et quitte la Provence le 1er juillet 1408 pour Perpignan où il veut, lui aussi, tenir concile. La Provence, sans décréter comme le royaume de France une nouvelle soustraction, se retire de fait. Un concile provincial tenu à Aix opte, le 22 janvier 1409, pour la voie conciliaire et désigne ses délégués au concile de Pise. Louis II, de même que les états du Comtat, reconnaît Alexandre V élu par les pères de Pise le 26 juin 1409. Il fallut déloger par la force, au terme d’un siège de 17 mois, Rodrigue de Luna qui se maintenait dans le palais pontifical au nom de son oncle Benoît XIII. L’obédience pisane, dont Louis II est le pilier, ne résiste toutefois pas à la volonté d’unité qui se manifeste au concile de Constance.

3L’élection de Martin V, le 11 novembre 1417, ne met qu’un terme provisoire à cette histoire mouvementée. Le conflit qui s’ouvre en 1431, entre le concile réuni à Bâle pour la réforme de l’Église et Eugène IV, a des répercussions en Provence. Dans plusieurs diocèses provençaux, deux prélats, qui doivent leur nomination l’un au pape l’autre au concile, prétendent au siège épiscopal. C’est le cas à Marseille, à Sisteron et, surtout à Arles, dont l’archevêque Louis Alleman est le principal animateur du mouvement conciliaire. À Avignon, deux vicaires généraux se disputent le gouvernement du Comtat. Mais ces contrecoups demeurent limités. L’envoyé du pontife, Pierre de Foix, s’impose à Avignon avec l’appui du sénéchal de Provence. Les comtes Louis III et René se rangent fermement du côté du pape Eugène IV. L’abdication en 1449 de Félix V, le pape élu par le concile, met un terme à cette longue période troublée de l’histoire de l’Église.

4Sous le règne de René, la bonne entente règne entre le prince et la papauté dans le cadre d’un concordat de fait, qui limite les frictions liées à la distribution des bénéfices. Deux incidents, toutefois, provoquent quelque trouble. En 1472, Sixte IV nomme Urbain de Fiesque (Fieschi) au siège de Fréjus sans en avoir informé René qui tente vainement, durant quatre ans, de refuser ce choix. En 1475, le roi marque une vive irritation lorsque ce même pape crée au profit de son neveu, évêque d’Avignon, une nouvelle province en privant le siège d’Arles de ses évêchés suffragants de Carpentras, Cavaillon et Vaison.

5Le recrutement de l’épiscopat se ressent des circonstances. L’avènement de Clément VII ouvre la voie des sièges provençaux à plusieurs Savoyards comme François de Conzié à Arles (1388-1390). Le Vénitien Marc Condolmer (1432-1433) et le Génois Julien de la Rovère, tous deux archevêques d’Avignon, sont les neveux l’un d’Eugène IV, l’autre de Sixte IV. Les fidèles des princes angevins sont fréquemment pourvus, comme le confesseur de Louis II, Pierre Perricaud, à Apt (1411-1412), son conseiller Jean de Seillons à Senez (1403-1422) ou le chancelier Laugier Sapor à Gap (1411-1429). De nombreux prélats angevins et manceaux occupent les sièges provençaux surtout sous le règne de René, tels son conseiller Jean Huet à Toulon (1453-1484) ou Olivier de Pennart, confesseur de la reine Jeanne de Laval, à Aix (1460-1484). De 1442 à 1483, trois proches du roi René se succèdent ainsi sur le siège de Glandèves : son confesseur Pierre Marini, Jean de Montegny chantre et receveur de sa chapelle et Marien Dominici, maître rational de la Chambre des comptes. Certains de ces prélats, qui tiennent leur siège en commende, ne résident que rarement, comme Jean de Brogny à Arles (1410-1423), voire jamais, comme Guillaume Fillastre à Aix (1420-1422). D’autres, comme Avignon Nicolai à Aix (1422-1443) ou Alain de Coëtivy à Avignon (1437-1474), marquent leur diocèse de leur personnalité et de leur zèle.

L’Église dans le malheur des temps

6La majorité des monastères traverse une crise grave et durable. La défaillance de l’économie seigneuriale a fait fondre les ressources. L’ensemble des revenus de l’abbaye de La Celle est divisé par 3 voire par 4 entre le début du XIVe et le dernier quart du XVe siècle. Les moines peinent à réparer les destructions dues aux guerres, mais aussi au mauvais entretien des bâtiments. Une enquête de 1433 révèle que le chœur de l’église abbatiale du Thoronet s’est écroulé et que le dortoir est à demi effondré. Les abbayes se vident. Saint-Victor de Marseille, qui comptait près de 90 moines en 1336, n’en abrite plus qu’une trentaine au XVe siècle. Le monastère féminin de Saint-Zacharie est passé de 30 religieuses en 1376 à 10 en 1449. Le Thoronet, où vivaient 20 moines à la fin du XIIIe siècle, n’en a plus que 12 en 1416 et 4 en 1433. Les monastères, trop délabrés pour que la communauté puisse y vivre, sont souvent abandonnés au profit d’une agglomération voisine, Entrecasteaux pour le Thoronet ou Gap pour la chartreuse de Bertaud. L’observance se relâche au point de provoquer, en 1420, l’exclusion des religieuses de La-Celle-Roubaud de l’ordre cartusien. De nombreux couvents perdent leur autonomie : Silvacane est incorporée au chapitre d’Aix en 1455, Mollégès à Sainte-Croix d’Apt en 1436, Bertaud à Durbon en 1465. Le monastère de Saint-Pons de Gémenos est uni à celui de l’Almanarre en 1407, puis ces deux couvents sont unis à Notre-Dame-de-Sion de Marseille en 1442. Le régime de la commende aggrave ce processus de dégradation : en 1423, un évêque écossais détient le Thoronet et, tout au long du siècle, l’archevêque d’Arles est abbé commendataire de Montmajour. Le déclin du monachisme se reflète dans les testaments des fidèles qui sont de moins en moins nombreux à leur faire des legs et à leur confier leur sépulture. Quelques établissements échappent à ce marasme, tels la chartreuse du Val-de-Bénédiction de Villeneuve-lès-Avignon ou les monastères des célestins, ordre nouveau, à Gentilly et à Avignon.

7La situation est tout aussi mauvaise dans les maisons de l’ordre des Hospitaliers. Le témoignage de l’enquête pontificale de 1373 enregistrait des destructions encore limitées. Il en va tout autrement dans les visites prieurales de 1411 et de 1429. Des chefs-lieux de commanderie sont en ruine, comme à Ruou ou à Comps, et de nombreux « membres » (domaines subordonnés aux commanderies) sont à l’abandon. Les sommes affectées à l’entretien et à la réparation des bâtiments sont trop faibles pour renverser la tendance. Les terres et revenus, partout donnés à rente, rapportent peu. Le gouvernement des commanderies souffre du cumul généralisé : le même commandeur administre en 1426 Gap, Beaulieu et Avignon tandis que le grand commandeur de Rhodes détient à la fois Manosque et Trinquetaille.

8La conjoncture est également défavorable aux hôpitaux. Des huit établissements attestés à Arles au XIIIe siècle, la moitié seulement subsiste vers 1425. À Aix, où sept hôpitaux étaient encore en activité au milieu du XIVe siècle, la ville n’en compte plus que cinq vers 1425. Une nouvelle fondation apparaît vers 1440, l’Hôpital Notre-Dame-de-Piété, placé sous le contrôle des autorités communales. Le renouveau hospitalier, lorsqu’il se manifeste, s’effectue au détriment du régime de l’hôpital-bénéfice ecclésiastique.

9Le réseau des églises et des chapelles a été désorganisé par les troubles et la dépopulation. Deux documents proches dans le temps le montrent pour les diocèses d’Arles et d’Aix. Une visite pastorale effectuée par l’official d’Arles dans la terre d’Argence, en 1415, révèle que sur huit édifices, quatre sont très endommagés, dépourvus de toiture ou tombés en ruine, envahis de buissons épineux ou souillés par les animaux qui y trouvent refuge. Deux visites pastorales effectuées dans le diocèse d’Aix, en 1421 par le vicaire général et en 1424 par l’archevêque Avignon Nicolai, font apparaître que, sur 105 édifices inspectés, 44 sont délabrés ou en ruine et 28 sont désaffectés, soit que le visiteur n’y trouve aucun sacrement, soit que des bergers ou des laboureurs les aient convertis en étables ou en granges. La désolation affecte surtout les chapelles de terroir ou les prieurés ruraux relevant de divers monastères, principalement de Saint-Victor.

10La documentation dont nous disposons ainsi concerne la période la plus sombre du XVe siècle et privilégie les zones rurales d’une basse Provence très touchée par le dépeuplement. Des signes plus favorables se relèvent en milieu urbain. Ils témoignent toutefois d’une lenteur certaine des reconstructions. À Aix, l’église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine, détruite pendant les guerres, est rebâtie sur un autre site proche du palais comtal à partir des années 1380, mais le chantier progresse lentement. C’est seulement en 1471 que commence la campagne de travaux destinée à achever la cathédrale de la capitale et elle se prolongera jusqu’en 1513. Le chantier du clocher de l’église Sainte-Marthe de Tarascon s’ouvre en 1470 et celui de l’église Saint-Laurent de Salon en 1480. Le mouvement semble tout aussi lent dans les villages : l’église du village abandonné du Tholonet est rebâtie au milieu du siècle et Ventabren se dote d’une nouvelle église paroissiale en 1464.

L’encadrement religieux

11Le clergé qui dessert ces paroisses est encore bien mal connu. Les titulaires de bénéfice sont souvent des hommes instruits, gradués de l’université. Ils ne desservent pas toujours eux-mêmes, mais donnent la paroisse à ferme ou à rente, souvent à des laïcs, notamment des marchands. Ces fermiers sont astreints par contrat à doter l’église d’un clergé desservant et reversent au bailleur la majeure partie des revenus de l’église. En 1479, à Besse-sur-Issole, ce sont les syndics du village qui prennent à ferme l’église paroissiale et s’engagent à la faire desservir par deux prêtres et un clerc « en sorte de mettre un terme aux plaintes de la population ». On conserve quelques traces de ces litiges entre paroissiens et curés (ou prieurs). Ainsi à Gardanne, en 1475, où le prieur, un moine de Saint-Victor, abusant de son pouvoir exige un montant excessif pour le droit de sépulture. Le casuel toutefois est rarement comme ici au cœur de ces disputes : on reproche plus souvent au curé de ne pas entretenir un clergé suffisant ou de ne pas contribuer à l’entretien et aux réparations de l’église. Le compromis conclu en 1429 entre la communauté et le recteur de Peynier stipule que, si le curé ne respectait pas son engagement de renforcer l’effectif des célébrants les dimanches et jours de fête, les habitants retiendraient sur le profit des dîmes et les autres revenus de l’église la somme nécessaire pour remplir cette obligation. Le rapport entre prêtre et fidèles s’inscrit ainsi dans le cadre d’un contrat fait de devoirs réciproques. Dans les procès-verbaux de visite pastorale, les fidèles critiquent rarement la foi et les mœurs de leurs prêtres, mais ils veulent en avoir pour leur argent en bénéficiant d’un service qui leur permette de vivre en bons chrétiens.

12En ville, les couvents des ordres mendiants contribuent à l’encadrement religieux des fidèles. Le réseau des établissements s’enrichit peu durant la période. La reine Yolande dote richement le monastère de Sainte-Paule de Marseille, un couvent de femmes fondé en 1404, rattaché à l’ordre des augustins. Un couvent de prêcheurs est créé à Seyne en 1444. D’importantes campagnes de construction ont lieu, car de nombreux couvents ont dû abandonner des sites trop exposés au temps des guerres, comme ceux des franciscains et des dominicains de Tarascon ou des carmes, des dominicaines et des clarisses d’Aix.

13Ces religieux sont bien en cour auprès des autorités urbaines. Les conseils de ville leur votent des subsides lorsque le chapitre provincial de leur ordre se tient dans leurs murs. Celui d’Arles fait régulièrement appel à un religieux mendiant pour prêcher le carême et il manifeste en 1426, 1427, 1428, 1431 son désir de voir un maître en théologie dominicain s’établir dans la ville pour instruire les âmes. Celui de Sisteron octroie en 1398 une gratification à un dominicain de la ville lorsqu’il accède au grade de maître en théologie à Toulouse. Ils ont la faveur des élites urbaines. On le voit dans les legs particuliers des testaments, spécialement ceux qui s’adressent au confesseur du défunt. Les bourgeois et les marchands participent à l’enrichissement du décor des églises conventuelles par les retables qu’ils commandent : les quatre cinquièmes des prix faits de retables connus à Aix leur sont destinés. Les testaments donnent une bonne image de leur popularité. Dans les premières années du XVe siècle, ils recueillent à Avignon, Aix, Draguignan et Marseille de 30 à 40 % des élections de sépulture et cette proportion s’accroît souvent au long du siècle, passant de 14 % à 31 % à Arles et de 36 à 57 % à Aix, tandis qu’elle se maintient au même niveau à Avignon. C’est la pastorale de la mort qui assure leur succès. En témoignent les comptes des cordeliers d’Avignon, où plus de la moitié des recettes annuelles proviennent des messes pour les morts, des processions funéraires et de la vente des cierges des enterrements.

14Plusieurs couvents s’écartent de la règle. Il n’est pas rare de voir des religieux, même le prieur du couvent, prêter de l’argent. En 1452, le conseil de ville de Grasse stigmatise le relâchement des mœurs des augustins de leur cité. En 1469, le roi René écrit au provincial des mineurs pour lui demander de chasser du couvent de Marseille les mauvais religieux dont l’incurie provoque le délabrement de la chapelle vouée à saint Louis d’Anjou.

15Aussi les mouvements d’observance se développent-ils dans le comté. C’est un religieux issu du couvent de Draguignan, Barthélemy Texier, élu prieur provincial en 1418 puis maître général de l’ordre en 1426, qui promeut l’observance dominicaine. Le foyer du renouveau est le couvent de Saint-Maximin, où André Abellon restaure la discipline à partir de 1419. La réforme s’étend à Arles en 1436 grâce à Elzéar Barthélemy, puis s’impose à Marseille en 1445 et se répand par la suite dans tout le comté. L’observance franciscaine donne, elle, naissance à de nouveaux couvents. Installés à la campagne comme à Saint-Pierre-de-Canon, près de Salon, en 1458, et, vers 1460, à Tarascon sur la route d’Avignon, ou établis dans les faubourgs des villes comme à Aix près des thermes, en 1466, ou à Arles dans un ancien couvent de cordeliers à Trinquetaille, en 1468, ils renouent avec un genre de vie érémitique. Les mouvements d’observance bénéficient de la protection du roi René qui donne aux franciscains observants sa bastide de Saint-Jérôme dans le terroir de Marseille pour s’y établir, en 1470, et fonde, en 1476, au couvent de Saint-Maximin un collège pour vingt-cinq étudiants dominicains. Le rôle des Mendiants en milieu rural reste mal connu, mais les comptes des cordeliers d’Avignon gardent trace des tournées régulières de quête associées à la prédication qu’ils font dans les campagnes avoisinantes.

16Le XVe siècle est un temps fort de l’histoire des confréries. Parmi celles que Pierre Pansier a recensé à Avignon dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, les deux tiers datent du XVe siècle. On peut en dénombrer au milieu du siècle une vingtaine à Tarascon, une trentaine à Aix et à Arles et une quarantaine à Marseille. Les villages ne sont pas en reste : de petites localités comme Pourrières ou Pontevès en comptent alors au moins trois. Cette progression, partout sensible, est pour une large part due à l’explosion que connaissent alors les confréries de métier. La naissance des confréries de pénitents est plus tardive. En dépit de la mention dans les comptes de la ville d’Hyères en 1398 de processions de pénitents venus de Toulon, La Garde, Méounes, Cuers, La Valette, la première confrérie de ce type connue est celle des « battus » de Sainte-Croix à Avignon, en 1459, et aucune autre compagnie n’apparaît avant les dernières années du siècle. Le rôle de ces groupements est d’abord funéraire : les confrères accompagnent leurs membres défunts à la sépulture et font célébrer des messes pour le repos de leurs âmes. Les confréries, souvent appelées « luminaires »? entretiennent dans la paroisse à laquelle elles sont rattachées ou dans leur chapelle des cierges et des lampes qui rehaussent la splendeur de l’office. Elles sont une structure de sociabilité qui s’affirme particulièrement le « jour » de la confrérie, lors de la fête du saint patron. Les confrères défilent alors en procession derrière la bannière qui porte l’effigie du saint patron, célèbrent une messe solennelle dans leur chapelle, et partagent un repas dont le coût est la plus grosse dépense du budget confraternel. C’est ce jour-là que sont renouvelés les prieurs ou gardiens de la confrérie.

17Les conseils des communautés d’habitants interviennent parfois dans la vie des confréries. Celui de Draguignan désigne les prieurs de trois des confréries de la ville. Celui d’Aubagne décide, en 1455, de réunir deux confréries dont l’une est trop pauvre pour subsister. Celui de Manosque, tout au long du siècle, se mêle de l’organisation du banquet de la confrérie du Saint-Esprit. Ce contrôle s’étend souvent à la vie de la paroisse, car la communauté supporte le tiers des dépenses d’entretien de l’église. Le conseil désigne de ce fait fréquemment les responsables de l’ « œuvre » de la paroisse.

Pratiques et dévotions

18Les sources éclairent mieux les cadres de la vie religieuse que les formes de la pratique. Les statuts synodaux attirent l’attention sur certains manquements lorsqu’ils rappellent l’âge minimum exigé pour contracter mariage ou lorsqu’ils répètent l’obligation de la confession et communion annuelle. Les comptes de l’archevêché d’Arles enregistrent de nombreuses amendes pour mariages clandestins et dénotent la fréquence des rachats de ban, indice vraisemblable de conceptions prénuptiales. Lors de la visite pastorale de 1421, le curé de Gardanne dénonce ses paroissiens qui n’ont pas fait leurs Pâques. Mais ce cas semble isolé. Les déviances sont rares. La paysanne poursuivie comme sorcière à Figanières en 1439 est acquittée. Et l’on ne sait quel est au juste le crime de cet « idolâtre » d’Apt, Jean Féraud, condamné au bûcher en 1439. Les premiers vaudois ont pénétré en Provence à la faveur des migrations sans attirer l’attention des autorités.

19De profondes mutations affectent à partir des dernières décennies du XIVe siècle les pratiques religieuses liées à la mort. Les préambules des testaments s’allongent, développant les thèmes de la mort universelle faucheuse et de la fragilité corporelle de l’homme. L’organisation du cortège funéraire prend de plus en plus de place dans les dernières volontés. Il devient souvent une pompe funèbre où le nombre des prêtres, des religieux mendiants, des pauvres et des confrères et la quantité des torches qui accompagnent le mort déploient une ultime ostentation. Le développement de la croyance au purgatoire contribue à la multiplication des messes et des trentains. Dans son testament de 1444, le chancelier Guillaume Saignet veut que, s’il meurt dans ses seigneuries du Comtat, on fasse venir jusqu’à cent prêtres d’Avignon et d’ailleurs pour célébrer un « cantar » pour lui. L’accumulation des célébrations dans le temps de la mort – un millier parfois – se double de la répétition des anniversaires et des messes perpétuelles. Les chapelles, cadre de ce culte funéraire, ne sont plus un luxe réservé aux nobles. Elles envahissent les bas-côtés des églises et des couvents.

20Les retables qui les ornent témoignent des dévotions les plus en faveur. À côté de la Vierge et de ses mystères joyeux et douloureux et des saints protecteurs des métiers, de nouvelles images s’imposent, notamment celles des saints protecteurs de la peste et de la « male mort » : Sébastien, Fabien, Christophe, Antoine. Deux nouvelles figures enrichissent le sanctoral provençal : les cardinaux Pierre de Luxembourg, mort en 1387 à Avignon, et Louis Alleman, décédé à Arles en 1450. Dès leur ensevelissement, des miracles se produisent sur leurs tombeaux qui deviennent des sanctuaires de pèlerinage au large rayonnement. Les traditions magdaléniennes connaissent un renouveau de ferveur. En 1448, le roi René préside à l’invention, sous le chœur de l’église Notre-Dame-de-la-Mer, des reliques des saintes Maries et, en 1458, le chef de sainte Marthe à Tarascon est solennellement transféré dans une riche châsse d’or. Des pèlerins étrangers, comme l’Allemand Hans von Waltheym en 1474, visitent ces sanctuaires ainsi que la crypte de Saint-Maximin, la Sainte-Baume et les reliques de sainte Anne à Apt.

Fêtes, enseignement, culture

21Les grandes fêtes religieuses sont parfois marquées par des représentations de mystères. Un facteur de Datini mentionne ainsi le « jeu » de la Passion représenté à la Pentecôte de 1400 à Avignon, qui n’avait plus été donné depuis dix ans. La tradition historique a fait un sort à l’un de ces jeux, associé à la procession de la Fête-Dieu, dont le cérémonial est attribué au roi René. Les archives aixoises lacunaires n’en gardent trace qu’en 1444, mais la mention de jeux du Corpus Christi est conservée pour Digne en 1428, Draguignan en 1437 et Avignon en 1449. On connaît surtout les grandes processions organisées ce jour à Avignon, qui sur leur trajet marquent des stations devant les scènes tirées de l’Écriture et des vies de saints, que des peintres ont représentées sur des reposoirs.

22La fondation de l’université d’Aix, le 9 décembre 1409, par Alexandre V récompense l’adhésion de Louis II à l’obédience de Pise. La véritable création est celle d’un enseignement du droit, car la faculté de théologie regroupe les studia des couvents de Mendiants et l’école cathédrale. La ville contribue à l’essor de la nouvelle fondation : elle attire et salarie un professeur de Décret venu de Montpellier, Jean de Vitrolles, qui fonde un éphémère collège dans sa maison en 1420. Mais l’université végète. Son recrutement est exclusivement provençal, encore de nombreux sujets du comte de Provence préfèrent-ils étudier à Avignon, à Montpellier ou même en Italie. L’université d’Avignon, plus importante, ne cesse pourtant de décliner. À la fin du XIVe siècle, à un moment où elle n’attire plus que des fidèles de l’obédience clémentiste, ses effectifs dépassent le millier d’étudiants. Le retour à l’unité romaine de l’Église tarit son recrutement, désormais purement régional. Elle ne compte plus que 400 étudiants en 1408 et 200 au milieu du siècle. Trois collèges y sont fondés entre 1424 et 1476. Ces universités ne comptent pas de facultés des arts.

23L’enseignement pré-universitaire est donné dans des écoles de grammaire prises en charge par les communes, qui conduisent de l’alphabet aux rudiments de la logique et de la grammaire. On en trouve dans les principales villes de Provence et jusque dans des bourgades comme Entrevennes.

24L’humanisme s’est implanté à Avignon avant le schisme. L’attrait de la culture antique et la pénétration de nouveaux modes de pensée et d’expression se reflètent dans certains inventaires de bibliothèque. Pétrarque et Boccace y voisinent avec Ovide, Virgile, César et Cicéron, même si le gros de ces « librairies » est constitué d’ouvrages juridiques voire théologiques. La littérature en « roman » est, en revanche, absente de ces collections, à la mesure d’une production étiolée. Dans l’entourage des princes angevins, les auteurs d’origine provençale écrivent en français, comme Honorat Bovet, ou en latin, comme l’augustin Pierre Marini. L’écriture de la langue d’oc semble limitée au domaine des textes techniques, avec le traité d’arpentage de Bertran Boysset, ou au registre de l’intime, comme la chronique de ce même bourgeois arlésien ou les prières que l’on découvre au détour d’un livre de raison.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540