Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Troisième partie : 1380 – 1482. L'ultime principauté de Provence ou la seconde maison d'Anjou

Chapitre 11. Une lente reprise économique

Texte intégral

Agriculture et élevage

1La crise démographique s’accompagne d’un remodelage des terroirs. Parce qu’elles sont trop éloignées, trop difficiles à exploiter, de trop faible rendement, de nombreuses terres retournent à la friche. L’orge et le seigle reculent au profit du froment. Cette révolution des blés est acquise avant la fin du XIVe siècle et le pain de froment l’emporte sur la table des Provençaux au XVe siècle. D’autres mutations affectent la production agricole. Le destin de la vigne varie d’un site à l’autre. Le vignoble marseillais, longtemps si productif, subit une forte régression alors que dans le terroir d’Aix des terres jadis emblavées sont transformées en vignes et que de nouveaux quartiers se couvrent de ceps à la faveur de défoncements. L’olivier, jusqu’alors cantonné sur quelques sites privilégiés, conquiert de nouveaux terroirs dans la seconde moitié du XVe siècle et amorce une expansion qui s’accélérera au siècle suivant. La place des jardins et des vergers dans les territoires périurbains s’accroît. Le conseil de Carpentras impose en 1418 à tous les chefs de feu de planter deux arbres fruitiers dans leurs possessions. À partir de 1450, le safran se répand dans les jardins urbains où apparaissent aussi de nouvelles espèces arrivées d’Italie par le Comtat, comme le melon. Le gingembre, cultivé dans le jardin du roi René à Aix, en est encore au stade de culture expérimentale, comme le riz qui fait son apparition à la fin du XVe siècle en Provence orientale, ou les orangers plantés à la même époque à Ollioules en même temps que les premiers mûriers dans le Comtat.

2Sur les marges des finages, le nombre des bastides s’accroît au cours du XVe siècle. On en dénombre une soixantaine dans le terroir d’Aix vers 1450. Aux portes d’Aix, les registres de reconnaissances du village abandonné de Venelles en dénombrent 5 en 1421, 8 en 1455 et 22 en 1471. Plus loin, dans le gros village de Tourves, le cadastre de 1418 n’en signale qu’une, celui de 1440 en relève 5, celui de 1474, 9 et celui de 1480, 14. La bastide, maison forte apparue deux siècles plus tôt en lisière des terroirs – plusieurs portent encore le nom de « tour » et quelques-unes en conservent l’apparence –, n’est plus désormais l’instrument de l’affirmation d’un pouvoir seigneurial. Elle commence à prendre les caractéristiques qui seront les siennes à l’époque moderne. Campée au cœur d’un micro-terroir (son « affar », où voisinent jardin, terres, près et vignes), elle associe des bâtiments d’exploitation et un logis voué à une occupation temporaire, lieu de loisirs champêtres et refuge en temps d’épidémie. Beaucoup comportent un jas et sont détenues par des éleveurs qui mettent à profit les vastes terrains de parcours de la zone inculte qui entoure la bastide et ses terres. Le « nourriguier » Jacques Bourdon élève ainsi en 1450 à la Tour de Saint-Pons, à l’ouest d’Aix, un troupeau de 60 équidés et 350 ovins.

3L’élevage ovin connaît au même moment des transformations d’une forte ampleur. Il est stimulé par une demande accrue de viande, mais surtout par l’ouverture de nouveaux débouchés pour la laine provençale. Un foyer de draperie, dont Pignerol est le principal centre, se développe en effet dans les années 1420 en Piémont, et les troupeaux de l’élevage local ne suffisent pas à l’approvisionner. En outre, à partir du second quart du XVe siècle, « l’agnelline » des régions méditerranéennes bénéficie d’un changement de mode, qui en fera la fourrure en faveur vers le milieu du siècle dans les cours européennes. Dans toute la Provence, le nombre et la taille des troupeaux augmentent. L’élevage des moutons devient de plus en plus un métier spécialisé, exercé par des « nourriguiers ».

4Le bétail, dont les effectifs s’accroissent, ne peut plus trouver sur place de quoi se nourrir en été. Il lui faut gagner les montagnes dès les premiers jours de juin pour ne regagner le bas pays que dans les derniers jours de septembre. L’accès aux alpages est désormais plus aisé car, dans les Alpes du Sud, la population a considérablement diminué. La concurrence entre bétail indigène et troupeaux transhumants n’est donc plus aussi vive et la location des pâturages fournit aux communautés et aux seigneurs des ressources appréciables. La pratique de la transhumance ascendante se généralise à partir des années 1420. Elle se reflète dans la documentation par l’accroissement régulier du nombre des baux de location d’alpages : dans les registres de notaire conservés pour la ville d’Aix, il passe d’une vingtaine entre 1401 et 1410 à près de 160 entre 1441 et 1450. La hausse du prix de location des estives traduit une pression constante de la demande : il passe, par exemple, en Embrunais de 12 à 15 gros entre 1407 et 1450. Une véritable concurrence entre les éleveurs de basse Provence conduit les troupeaux à chercher sans cesse de nouvelles estives et à monter davantage au nord. Ainsi, les troupeaux du pays d’Aix, qui ont franchi dès les années 1420 le col d’Allos pour se répandre dans les montagnes qui dominent au sud la vallée de l’Ubaye, occupent moins de dix ans plus tard les alpages situés au nord de cette vallée dans le massif du Parpaillon. En 1436, le premier troupeau provençal pénètre en Valgaudemar. Vers 1460, des moutons aixois passent le col de Larche pour se répandre dans la vallée de la Stura di Demonte. L’organisation de ces grandes migrations pastorales repose sur de véritables entrepreneurs qui traitent avec les propriétaires d’alpages et regroupent pour les conduire dans ces estives des troupeaux dont la majorité ont entre 300 et 600 têtes, constituant ainsi de grands convois, comme Noé de Barras qui, parti d’Aix en 1480 avec 3900 bêtes, en réunit progressivement 24 000 sur son chemin jusqu’aux montagnes de l’Embrunais.

5Arles, Salon et Aix surtout tirent profit de ce développement de l’élevage. Leurs marchands se procurent dans tout le comté, par des contrats d’achat sur pied, de grandes quantités de laine qui sont exportées vers la Toscane, en Piémont, ou aux foires de Genève et de Lyon.

Commerce, crédit, artisanat

6Une partie de la production locale alimente une production textile provençale, « blanquets », « burels » et serges dont la qualité, d’abord médiocre, s’améliore progressivement. L’installation de tisserands venus du royaume de France à Marseille y permet le développement d’étoffes de meilleure qualité. Dans tout le pays, le nombre des paroirs s’accroît. En 1473, les états de Provence adoptent des mesures protectionnistes pour aider la jeune draperie provençale. À partir de 1475, des draps de Marseille sont exportés en Afrique du Nord. Mais l’essentiel du fonds des boutiques de draperie, dans les grandes villes mais aussi dans les centres moyens tel Riez, bien connu par le livre de comptes du marchand Jean Barral, est constitué de draps importés. L’activité des marchands drapiers de Marseille, Aix et Avignon est stimulée par la demande des cours pontificale et comtale et par la clientèle du personnel qui gravite autour des grands centres administratifs.

7Le grand commerce maritime végète longtemps en raison de l’insécurité qui règne sur mer du fait des expéditions angevines sur Naples, marasme aggravé au lendemain du raid aragonais de 1423. Marseille ne se relèvera de cette situation qu’au milieu du XVe siècle. C’est alors qu’une galée de Jacques Cœur basée à Montpellier vient pour la première fois, dans l’été 1445, faire escale à Marseille sur la route qui la conduit au Levant. Deux ans plus tard, l’argentier de Charles VII et son neveu Jean de Villages se font admettre comme citoyens dans cette ville, afin de bénéficier des privilèges attachés à ce titre, et ils ne tardent pas à y transférer leurs chantiers d’armement. Entre 1450 et 1460, les galères vénitiennes et florentines prennent l’habitude de relâcher à Marseille et à Bouc, plus proche de la voie rhodanienne et du grand marché d’Avignon, sur le trajet qui les mène du Levant aux rives de la Manche et de la mer du Nord. Marseille tire aussi avantage des mesures prises par Charles VII en 1444 au profit des foires de Lyon, dont il augmente le nombre et allonge la durée. La cité phocéenne occupe désormais une place de choix sur les routes du grand commerce européen. De nouvelles familles d’armateurs et négociants marseillais en tirent parti. Ces grands marchands sont tous d’origine étrangère. Les Forbin descendent d’un peaussier bourguignon installé dans la dernière décennie du XIVe siècle. Les Vento et les Remesan, dont trois générations, comme chez les Forbin, tiennent le haut du pavé jusqu’à la fin du siècle, sont venus de Gênes, de même que Raphaël Castagne. Et c’est de Florence qu’arrive en 1471 Rainaldo Altovitis, homme d’affaires entreprenant dont le roi René fera son maître d’hôtel.

8Redevenue grande place commerciale, Marseille n’est pas un centre financier. Comme à Aix, la banque et le change ne sont qu’un modeste appendice des quelques boutiques qui s’y livrent. Le seul centre de crédit de la région est Avignon, dominé par des banquiers italiens (Passis, Perussis, Baroncelli, Spifami). Tout le commerce provençal en dépend et c’est aux marchands et changeurs d’Avignon que s’adressent aussi bien le comte de Provence ou ses officiers de finance que les trésoriers des communes.

9Le crédit courant, indispensable à la vie quotidienne, est dispensé par les Juifs. Les recherches conduites à Arles, Salon et Aix donnent des résultats très voisins. Le prêt n’est pas une activité spécifique des Juifs car un très grand nombre de chrétiens s’y adonnent, le plus souvent occasionnellement, mais il prend davantage chez eux l’aspect d’une spécialisation. Ces prêts de numéraire ou de grains – moins fréquents ces derniers sont presque monopolisés par les Juifs – portent en majorité sur de petites sommes ou de petites quantités avancées pour des durées assez courtes, quelques mois, presque toujours moins d’un an. Mais, lorsqu’il est possible de le mesurer, le retard des remboursements est très important, ce qui alourdit de pénalités le poids de l’intérêt. La clientèle est dominée par une population de condition modeste, artisans et paysans, dont les revenus ne sont pas très élevés. Une part importante de ces emprunteurs habite hors de la ville où résident les prêteurs. Le crédit juif innerve les campagnes d’autant plus qu’au « prêt amical et gratuit » s’ajoutent les nombreuses formes d’achat à crédit des produits de la terre, grains, laine, amandes. Pour la masse de ces petits emprunteurs, le Juif est en temps ordinaire le recours toujours accessible qui résout les difficultés passagères, mais en période de crise le poids de ces dettes devient un fardeau et l’usurier est le bouc émissaire tout désigné de ces temps difficiles, ce que traduit la participation du petit peuple aux émeutes antijuives dans les années 1430 et 1470-1480.

10L’expansion de l’artisanat et sa diversification se reflètent dans le développement des confréries de métier au cours du XVe siècle, une croissance qui résulte souvent de la reconversion de confréries de dévotion en voie de désaffection. Un métier toutefois décline : le travail du corail, longtemps si actif à Marseille. Les navires du port phocéen cessent de fréquenter les côtes de Sardaigne au milieu du XVe siècle, les nombreux ateliers animés par des producteurs juifs ferment et il ne subsiste plus qu’une boutique dirigée par un Catalan. En revanche, de nouveaux métiers se développent dans la même cité à partir des premières années du XVe siècle, celui des savonniers et surtout celui des auffiers qui travaillent l’alfa importé d’Afrique du Nord pour produire des couffins et des « enssaris », ces paniers que l’on charge sur le dos des bêtes de bât. Dans l’intérieur du pays, les centres de production du verre se multiplient à partir de 1425 en basse Provence centrale (Bras, Ollières, Saint-Zacharie) comme dans le Comtat (Séguret, Goult, Valsaintes). Dès 1434, des moulins à papier s’installent à L’Isle-sur-la-Sorgue. L’invention qu’un orfèvre originaire de Prague, Procope Waldfohgel, tente de répandre à Avignon vers 1444, un « art d’écrire artificiellement » à l’aide de lettres de fer qui reste encore mystérieux, demeure sans lendemain.

11Comme dans tout l’Occident, la prospection minière, suscitée principalement par la recherche de métaux précieux, s’intensifie dans le courant du XVe siècle. Le roi René accorde plusieurs autorisations de prospection dans tout le comté, avant 1448 à l’archevêque d’Aix Robert Damiani, en 1468 à un noble aixois Jean Boutaric, peu après au prieur de Gardanne Gilbert d’Authon et à son associé, un bourgeois d’Embrun, Henri de Monnet. Ces derniers embauchent une équipe de fondeurs allemands pour traiter les minerais qu’ils viendraient à découvrir. Plus tardive, la licence accordée en 1477 au financier Balthazar Hirtenhaus et au secrétaire du roi Urbain Chaussegros concerne un terroir plus limité, celui de Brignoles ; la construction d’un martinet la suit de près. En 1478, un autre secrétaire du roi, Antoine Payan, reçoit une autorisation semblable pour le Luc. Pour la plupart, ces prospections ne semblent pas avoir donné de résultat, à la différence de celles entreprises en 1443-1444 à Peypin et Saint-Savournin, premiers témoins de l’exploitation du bassin de lignite de Fuveau-Gardanne.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540