Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Troisième partie : 1380 – 1482. L'ultime principauté de Provence ou la seconde maison d'Anjou

Chapitre 10. Une crise démographique profonde

Texte intégral

Mortalités et famines

1Après son irruption en 1347-1348 et ses premiers « retours » en 1361 et dans les années 1370, la peste s’installe. Dans l’été 1383, puis en 1390, les facteurs de Datini signalent sa présence à Tarascon et Avignon. Peut-être ne s’agit-il là que d’offensives localisées. En revanche, l’épidémie de 1397-1398 qu’ils mentionnent également est plus répandue et se montre particulièrement virulente, à en croire le chroniqueur arlésien Bertran Boysset frappé par les ravages qu’elle fait dans les jeunes générations. Non moins grave semble le nouveau retour de peste de 1415, une mortalité qui, à Draguignan, se double d’une épizootie décimant le cheptel bovin. Cette année-là, le conseil d’Aix fait édifier sur la place du marché une chapelle en l’honneur de saint Sébastien et envoie quérir au couvent des prêcheurs de Marseille un dominicain pour qu’il console par sa prédication les habitants de la capitale. La peste – et aussi, englobé sous ce même terme, tout un cortège d’épidémies – ne cesse jusqu’à la fin du siècle de roder, d’errer et de sévir. Pour ne prendre que quelques exemples, on la voit ainsi à l’œuvre en 1439 à Aix, que le conseil du roi abandonne pour chercher refuge à Brignoles. Elle sévit en 1450-1451 dans cette dernière ville que les autorités communales tentent vainement d’isoler des localités voisines infectées par un véritable cordon sanitaire, mesure renouvelée en 1456-1457 et 1459, sans grands résultats. On la retrouve en 1478- 1479 à Marseille, que ses habitants évacuent, et à Forcalquier où, comme le notaire du conseil a fui les risques de la contagion, un des conseillers restés en ville tient à sa place le procès-verbal des séances qu’il rédige en provençal, faute de savoir le latin.

2Cette mortalité récurrente se révèle à la lecture des graphiques tracés par les historiens qui ont recensé le nombre de testaments dictés chaque année à Aix, Marseille, Arles, Draguignan, Apt, Avignon ou Valréas : elle se discerne sous forme de clochers accidentant la courbe. Ces retours périodiques du fléau compromettent les élans de reprise qui s’amorcent dans les périodes de rémission. Les comptes de l’albergue de la ville comtale d’Aix témoignent en 1411 d’une certaine reprise avec 651 feux (43 % du chiffre de 1346) ; mais les relevés suivants, entre 1451 et 1461, restent voisins de ce même total, traduisant l’incapacité de la ville à retrouver le niveau de l’avant-peste, tandis que la courbe des feux de Forcalquier ne cesse de décliner jusqu’à tomber, en 1473, à 24 % du chiffre de 1344 et que celle d’Apt s’effondre régulièrement jusqu’à représenter, en 1471, 19 % du chiffre de 1346.

3Aux ravages des épidémies s’ajoute le poids des disettes qui font le lit des épidémies qui affectent des organismes affaiblis par les carences alimentaires. Ces famines résultent également des ravages des crises démographiques qui perturbent le cycle des travaux agricoles et désorganisent la production. Ici aussi, la liste des années de disette et de brusque renchérissement des denrées est longue jusqu’aux sombres années 1472-1474. Tout au long du XVe siècle, les délibérations communales révèlent ici et là la crainte de la famine que suscite une mauvaise récolte, ce qui conduit les autorités à faire l’inventaire des stocks, à interdire l’exportation des grains du terroir et à emprunter pour acheter des céréales. À 19 reprises entre 1404 et 1481, Carpentras s’alarme de la famine ou en pâtit. Mais les disettes générales sont plus rares que dans la seconde moitié du XIVe siècle. La famine et la guerre affectent moins la démographie que les épidémies.

Aspects de la crise démographique

4Les affouagements dont on dispose à partir de 1391 ne dénombrent plus des feux réels, c’est-à-dire des foyers contribuables, mais donnent des feux fiscaux, coefficients de répartition de l’impôt qui tiennent compte à la fois de la population et de la richesse des agglomérations. Ils ne sont pas directement utilisables pour suivre l’évolution de la population. Les historiens ont donc du élaborer des indicateurs démographiques qui mettent mieux en évidence les effets désastreux de cette mortalité rampante qui, sans cesse, sape les tentatives de reconstitution du peuplement.

5Il est possible, grâce aux testaments, de décompter le nombre d’enfants vivants au moment où le testateur dicte ses dernières volontés. À ce miroir, la proportion de familles qui s’éteignent est considérable : 34 % de foyers sans enfants à Pourrières entre 1388 et 1435, 41 % à Salon entre 1396 et 1435, 39 % à Aix entre 1381 et 1450, 42 % à Arles entre 1391 et 1475. On peut, en calculant le nombre moyen des enfants survivants par foyer, établir pour ces testateurs un « coefficient familial ». Il est, dans les périodes considérées, de 1 à Pourrières, de 1,16 à Salon, de 1, 43 à Aix et de 1,35 à Arles. Réparties par périodes de cinq ou dix ans, ces données dessinent une courbe qui explique les difficultés de la reprise démographique. Soigneusement dressée par Louis Stouff pour Arles, elle fluctue entre 1,75 en 1391-1395 et 1,03 en 1471-1475, se maintenant au long du XVe siècle entre 1 et 1,5. Si l’on cherche à cerner la continuité en ligne directe des familles en calculant le pourcentage de testateurs mariés ou veufs qui laissent au moins un héritier mâle, fils ou petit-fils, cette proportion est à Aix inférieure à 50 % pour chaque décennie entre 1401 et 1440, puis atteint 52 % dans la décennie suivante. Les résultats de ces différents calculs ne sont pas dus à un déclin de la natalité. Les rares cas d’individus de cette époque dont l’histoire familiale est bien documentée témoignent du contraire. Le chroniqueur arlésien Bertran Boysset et sa femme Catherine ont eu 11 enfants en 20 ans de mariage. Un notaire de la même cité, Jean Meyriani, a engendré 9 enfants en 18 ans de vie conjugale, mais la mortalité périnatale, infantile et juvénile réduit vite ce chiffre à 3 : 2 enfants meurent à la naissance, 2 peu après et 2 autres respectivement à 2 et 12 ans.

6Le mécanisme des poussées épidémiques qui affectent la Provence est bien de même nature que celui que Monique Zerner a mis en évidence dans la fine analyse qu’elle a donnée d’une « crise de mortalité » survenue en 1419 à Valréas dans le nord du Comtat : l’épidémie y a sans doute fait disparaître les trois quarts des enfants en bas âge et près du quart des hommes adultes, aboutissant à l’extinction de la moitié des familles une génération plus tard.

7Ce dernier phénomène est bien illustré par l’étude comparée des listes de noms figurant sur les registres d’allivrement ou cadastres dans lesquels sont inscrits les chefs de famille soumis à l’impôt direct. La confrontation de ces listes d’un registre à l’autre permet, en s’attachant au maintien et à la disparition des noms de famille, de mesurer le taux d’usure de l’anthroponymie ou « taux de déracinement des lignages », déterminant l’intensité et la vitesse de l’extinction des groupes familiaux. Sans doute n’a-t-on pas là un reflet exact des effets de la mortalité car, d’une part, de même que tous les individus ne testent pas, tous les chefs de feu ne sont pas assujettis à l’impôt et, d’autre part, les noms de famille qui ne se retrouvent plus sont en partie ceux d’habitants qui ont émigré ou se sont appauvris, cessant ainsi d’être contribuables. Mais ce sont là des cas minoritaires et le miroir n’est pas trop déformant. À Arles, entre 1438 et 1459, plus de la moitié des noms de famille disparaît, soit un taux décennal de 24 %. L’extinction des patronymes n’a pas la même ampleur dans les villages, elle n’en est pas moins importante : à Pourrières, où plus de la moitié également des patronymes de 1368 disparaît avant 1401, ce taux est de 14 %. Il est plus faible – 8,5 % – dans la montagne niçoise, à Roquebillière, où un tiers des patronymes s’efface entre 1390 et 1437.

8Les affouagements du XVe siècle permettent en outre de mesurer l’ampleur du phénomène de désertion qui affecte les agglomérations rurales du comté. Plus de 40 % des localités recensées en 1315-1316 sont inhabitées en 1471. Ces désertions se font inégalement sentir. Les circonscriptions administratives (baillies et vigueries) les plus touchées se situent en Provence orientale (Draguignan, Grasse, Vence), en Provence centrale (Aix, Saint-Maximin) et, en partie, en haute Provence (Forcalquier, Digne, Barrême). Les disparitions de villages sont beaucoup moins nombreuses dans le Comtat Venaissin où elles ne touchent, et encore modérément, que le nord du pays, tandis qu’ailleurs, comme le note Monique Zerner, les rares abandons sont tardifs « et presque toujours provisoires ». En Provence, cette désertion affecte surtout les villages faiblement peuplés dès le début du XIVe siècle : plus des deux tiers des agglomérations qui comptaient alors moins de 30 feux ont disparu en 1471. Dans la baillie de Digne, 12 des 18 villages de moins de 25 feux sont ainsi dépeuplés. La chronologie de ces désertions reste encore à préciser. Dans les environs d’Aix, sur 11 villages disparus, 7 ont disparu durant la seconde moitié du XIVe siècle, dans le temps des troubles, et 4 autres déclinent lentement dans les premières décennies du siècle suivant, parfois jusqu’à leur disparition vers 1450, au fil d’une histoire chaotique faite d’abandons temporaires et de reprises éphémères.

L’afflux des immigrants

9La population n’échappe au désastre que grâce au flux revigorant de l’immigration. Cette zone de basse pression démographique attire de nouveaux habitants apportés par un brassage régional intense et, de plus en plus, par des courants migratoires de vaste ampleur. C’est surtout au XVe siècle que l’on peut prendre la mesure de ce renouvellement de la population grâce, à nouveau, à l’exploitation statistique des données fournies par les testaments. Trois villes, Aix, Arles et Avignon, ont fait l’objet d’une enquête visant à calculer la proportion de testateurs étrangers à la localité et à étudier leur répartition par origine géographique. Avignon reste comme au siècle précédent un foyer d’attraction : 70 % des individus qui testent entre 1400 et 1449 et 71,5 % de ceux qui testent entre 1449 et 1475 sont d’origine étrangère. Les pourcentages sont plus faibles à Aix, mais traduisent ici aussi une forte immigration qui connaît également une progression lente : de 47 % dans le premier quart du siècle à 51,2 % dans la période 1450-1475. Partie de plus bas, la courbe arlésienne connaît une expansion constante : 10 % entre 1401 et 1425, 20 % entre 1426 et 1450 et 33 % entre 1451 et 1475.

10Mise à part Avignon, plus ouverte à tous les courants migratoires, cette immigration est au départ dominée par la Provence d’où proviennent, dans la première moitié du siècle, un étranger sur deux à Arles et quatre sur cinq à Aix. Il s’agit là, pour une part, surtout à Aix, d’une migration de proximité, nourrie par le dépeuplement des villages voisins et par l’attraction que la ville exerce sur les localités rurales proches. Mais la part de ces mouvements à court rayon diminue rapidement, passant à Aix du quart des testateurs en 1401-1425 à un dixième en 1451-1475. Le maintien de la présence des Provençaux d’origine plus lointaine – les « gavots » de l’actuel département des Alpes-de-Haute-Provence et les hommes du nord de l’actuel département du Var – ne compense pas ce recul relatif de l’immigration régionale, partout sensible. L’immigrant de plus en plus est étranger au comté. Il vient essentiellement de deux espaces, l’Italie et l’axe nord-sud drainé par le sillon Saône-Rhône. La part de ce dernier courant parmi les testateurs d’origine étrangère passe entre la première moitié et le troisième quart du siècle de 25,4 % à 40,2 % à Avignon, de 21,6 % à 40,1 % à Arles et de 6 % à 13,1 % à Aix. Partout, une croissance qui avoisine ou dépasse le doublement. L’importance de l’immigration italienne diminue ou stagne dans les deux villes rhodaniennes, en revanche la proportion des testateurs aixois originaires de la péninsule triple dans la période considérée. Et désormais, dans toutes ces villes, la part de l’Italie centrale, notamment de la Toscane, jusque-là prépondérante, recule au profit du nord de la péninsule, Piémont et Ligurie.

11Cette immigration provoque dans les grandes villes et aussi dans de nombreuses localités provençales un afflux de main-d’œuvre artisanale et agricole – tisserands flamands, fustiers savoyards, fourniers lyonnais, verriers ligures, tuiliers piémontais ou lombards et brassiers ou « affaneurs » auvergnats, gavots et piémontais – qui contribue au redémarrage de la production. Les campagnes bénéficient aussi de cet afflux de main-d’œuvre. Parmi le personnel loué entre 1462 et 1470 dans le grand domaine agricole que le roi René exploite à Gardanne pour labourer les champs, battre le blé, faucher et rentrer le foin ou garder le bétail figurent 15 Ligures et 13 Piémontais. Il ne s’agit pas seulement d’une migration temporaire de travailleurs saisonniers. Plusieurs de ces hommes se sont établis à Gardanne et dans le village voisin de Collongue (aujourd’hui Simiane) où plusieurs de leurs compatriotes, voire de leurs parents, s’installent dans les mêmes années et prennent en « accapte » des terres vacantes.

12Ce mouvement, ici spontané, peut aussi être suscité et organisé. Les autorités communales ont depuis longtemps pris des mesures incitatives pour attirer les artisans dont leur localité avait besoin. Désormais, ces dispositions sont de portée plus large. Aux termes d’un statut d’avril 1443, tous ceux qui, venant du dehors du pays, s’établiront dans le Comtat Venaissin bénéficieront de franchises spéciales et seront dispensés de toute charge durant dix ans. Les seigneurs de certains villages abandonnés s’emploient à repeupler ces lieux désertés au moyen de contrats connus sous le nom « d’actes d’habitation ». On en compte une quinzaine avant 1480, presque tous conclus après 1460, à l’exception de ceux de La Bastide-d’Esclapon (1428), de Sainte-Tulle (1447) et du Bourguet (1459). Ils concernent le pays d’Aix (Mimet), la haute Provence et la vallée de la Durance (Sainte-Tulle, Corbières, Le Bourguet), le Lubéron et le pays d’Apt (Lourmarin, Joucas) et surtout la Provence orientale (La Bastide-d’Esclapon, Carnoules, Bagnols-enforêt, Pontevès, Mons, Saint-Tropez, Saint-Laurent-du-Var, Biot). À Bagnols, le seigneur traite avec un entrepreneur de colonisation, qui se charge de recruter de 25 à 50 chefs de famille originaires comme lui du diocèse d’Albenga. À Pontevès, des contacts préliminaires sont pris avec deux hommes de Montegrosso, qui viennent sur place étudier les lieux et négocier les conditions d’installation avant qu’une partie des habitants de ce village ligure ne décide d’émigrer. Ailleurs, le mouvement semble moins encadré. Il concerne le plus souvent des familles, fréquemment nombreuses et parfois apparentées entre elles. Si quelques Provençaux, des Dauphinois et des Savoyards figurent parmi ces immigrants, la majeure partie vient de Ligurie – ainsi de cette vallée d’Oneglia qui fournit leurs nouveaux habitants à Saint-Tropez et à Biot – et du Piémont méridional. Ce mouvement n’en est encore qu’à ses débuts, il se développe surtout après 1480 et plus encore dans les premières décennies du XVIe siècle.

Une nouvelle géographie du peuplement

13Quand la reprise démographique s’amorce-t-elle ? L’exemple d’Arles, bien documenté grâce à une bonne série de relevés de feux de cavalcade, propose un modèle : l’étiage démographique y est atteint vers 1435-1440, mais la reprise qui s’amorce dans les années qui suivent est très lente jusqu’au début du XVIe siècle. Il en va de même à Brignoles, où le coefficient familial devient supérieur à 2 dans les années 1430-1439 et s’élève lentement dans les décennies qui suivent. Il est cependant difficile, dans l’état présent des recherches, de généraliser sur ces bases et d’étendre cette chronologie à l’ensemble du pays. Les rares données disponibles varient beaucoup, parfois à l’intérieur de la même région. Ainsi, dans la baillie de Barjols la courbe des feux d’albergue se redresse vers le milieu du siècle à Aups et à Barjols, tandis qu’elle continue à décliner, au moins jusqu’en 1471, à Quinson. Un même contraste oppose les deux villes voisines de Riez et de Moustiers.

14Il est plus facile de dresser un bilan de l’évolution entre 1315 et 1471 et de caractériser les principales transformations de la géographie du peuplement intervenues entre-temps, en utilisant les tableaux et cartes établis par Édouard Baratier et en reprenant pour l’essentiel les analyses qu’il en donne.

15Pour 1471, en effet, nous disposons à nouveau d’un affouagement qui recense des feux réels. Une comparaison globale avec le dénombrement de 1315 n’est pas possible, car trop de données manquent à cette date pour les vigueries d’Aix, Tarascon et Apt. Pour la majeure partie des circonscriptions administratives, soit 17, la moyenne du coefficient de diminution de la population est de 56 %. Cinq baillies ou vigueries, toutefois, ont mieux résisté et se situent au-dessous de ce pourcentage (entre 30 et 40 %) ; elles sont toutes – à l’exception de la baillie de Colmars – situées en basse Provence centrale et orientale. Quatre accusent un déclin supérieur à 70 % ; elles sont toutes – à l’exception de la baillie de Saint-Maximin – localisées en haute Provence. Le dépeuplement a surtout affecté les hauts plateaux des baillies de Castellane et de Moustiers et ceux de la viguerie de Forcalquier ainsi que, mais à un moindre degré, les Préalpes du Sud (baillie de Sisteron).

16La carte de la population urbaine a connu de sérieuses modifications. Si l’on adopte comme seuil à partir duquel on peut caractériser une agglomération comme ville ou bourg les chiffres de 200 feux de queste en 1315 et de 100 chefs de feu (larem foventes) en 1471, on observe tout d’abord une réduction globale de l’ordre d’un tiers du nombre de ces localités. Mais cette diminution est inégalement répartie : tandis que la basse Provence centrale et orientale reste sensiblement au même niveau qu’au début du XIVe siècle, ce déclin touche fortement et de manière semblable la haute Provence et la basse Provence occidentale. Des zones où la densité urbaine était forte en 1315 sont pratiquement rayées de la carte des villes en 1471 : le pays d’Aigues, les environs d’Apt et le plateau de Valensole. En outre, un reclassement s’opère. Si Marseille, Arles, Aix et Tarascon demeurent les principales villes du comté, Grasse et Sisteron qui figuraient dans ce groupe de tête régressent au rang de villes moyennes et sont dépassées par d’autres localités qui accèdent à ce niveau, comme Draguignan et Hyères. Un petit nombre d’agglomérations, situées en majorité dans la viguerie de Draguignan, encore modestes en 1315 passent la barre des 100 chefs de feux en 1471.

17La carte des villages, profondément marquée par l’intensité des désertions, met aussi en évidence une nette diminution en pourcentage des moyens et gros villages (31 à 100 feux) et un accroissement sensible de la proportion des petits villages (1 à 30 feux) qui passe, sur l’ensemble du comté, d’un peu plus du quart à un peu plus de la moitié entre 1315 et 1471. Ici encore des nuances régionales se dessinent. La basse Provence conserve une proportion plus élevée de grosses agglomérations rurales et le pourcentage des localités de moins de 10 feux n’y est que d’environ 6 %, un pourcentage qui a peu varié depuis 1315. En revanche, sur les hautes terres de part et d’autre de la Durance (baillie et vigueries de Moustiers, Sisteron, Forcalquier et Puget-Théniers) et dans les Préalpes de Digne et Castellane, la part des petits villages est, respectivement, d’un tiers et d’un cinquième, soit respectivement une multiplication par 4 et par 3 depuis le début du XIVe siècle.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540