Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Troisième partie : 1380 – 1482. L'ultime principauté de Provence ou la seconde maison d'Anjou

Chapitre 9. La fin troublée du XIVe siècle

Texte intégral

L’adoption de Louis d’Anjou

1Le grand schisme, avec l’entrée de Jeanne dans le camp clémentin, a précipité la crise napolitaine. Face à la coalition de ses ennemis rangés sous la bannière urbaniste, la reine cherche un appui et le trouve en la personne du duc Louis d’Anjou, frère du roi de France Charles V. Le 29 juin 1380, elle adopte ce prince qui s’engage à la secourir et elle en fait son héritier. Clément VII, artisan de ces négociations, agissant en qualité de suzerain du royaume de Sicile, confirme cet accord un mois plus tard. Urbain VI, de son côté, investit Charles de Duras de ce même royaume et le couronne le 2 juin. Charles prend Naples le 16 juillet et, le 2 septembre, s’empare de la reine qu’il tient en captivité au Château de l’Œuf. Il la fera mettre à mort le 27 juillet 1382.

2Louis d’Anjou tarde à partir pour l’Italie. Il entend auparavant être « asseuré des Provençaux », comme l’écrit son chancelier Jean Le Fèvre, La nouvelle de l’adoption du duc, qui aurait dû rester secrète, parvient le 22 octobre 1380 à Tarascon et le conseil de cette ville, où l’on a gardé mémoire des événements de 1368, s’en émeut. Dans l’été 1381, le bruit court que le duc prépare une nouvelle invasion. Louis est donc bien avisé de se rendre en personne à Avignon, en février 1382, pour faire avancer sa cause en Provence. Un front du refus s’est déjà constitué autour d’Aix qui a pris, le mois précédent, l’initiative d’une « Union pour l’honneur de la reine, la protection et la défense de la patrie ». Les états de Provence réunis à Apt en avril consacrent la division du pays. Les nobles et les prélats reconnaissent en Louis d’Anjou l’héritier de la reine. Parmi les communautés, seules Marseille et Apt font de même, les autres se retirent sans conclure. La capitale persévère dans ce que Jean Le Fèvre stigmatise comme « rebellion et maulvaise volonté » et, lorsque Louis d’Anjou part pour l’Italie en juin 1382, de nombreuses villes adoptent la même attitude hostile. Cette opposition se renforce et s’organise dans les mois qui suivent. Au début de l’été, l’Union d’Aix oppose au sénéchal Fouques d’Agout un « gouverneur » ou « recteur », Barral de Pontevès. En août, elle réunit à Brignoles des états qui envoient des ambassadeurs à Naples auprès de Charles de Duras. Ils en rapportent la nouvelle de la mort de Jeanne, décès qui légitime aux yeux de l’Union les droits de Charles III. Ce dernier peut, dès lors, nommer un sénéchal, Balthazar Spinola, qui entre en Provence en janvier 1383 et reçoit à Aix en mars au nom de son maître l’hommage de plusieurs communautés. Dès la fin de janvier, un facteur avignonnais du marchand Francesco di Marco Datini de Prato rapporte que Nice « a levé l’étendard du roi Charles » et s’inquiète : « L’on craint que la majeure partie du peuple ne veuille Charles [...], on craint qu’il n’y ait la guerre en Provence ».

3Les camps en effet sont alors formés. La quasi-totalité des prélats et la majorité de la haute noblesse soutiennent Louis Ier. L’Union d’Aix, où la capitale joue effectivement un rôle moteur, est dominée par les communautés d’habitants, dont les représentants se rencontrent fréquemment : lors des réunions des assemblées de vigueries et baillies et pour les sessions des états. La géographie des obédiences fait apparaître une concentration des « carlistes » dans la basse Provence qui sera le principal théâtre des opérations.

La guerre de l’Union d’Aix

4L’incursion dans le comté, en février 1383, de soixante lances au service du pape marque le début des hostilités. Mais ce n’est là qu’une démonstration visant, sans succès, à intimider les états de l’Union alors réunis à Aix. Longtemps, les opérations demeurent ainsi sporadiques et limitées. C’est que, de part et d’autre, les moyens et ressources sont réduits, comme l’observe le 12 avril un facteur de Datini : « La guerre est commencée avec peu d’argent et peu d’hommes ». Elle prend plus d’ampleur en juin avec l’arrivée des troupes du sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, qui a reçu de Charles V l’ordre de rallier le camp angevin. L’action qu’il lance contre Aix, Bouc et Lançon tourne court, d’autant que ses soldats, mal payés, sont nombreux à déserter. Aussi, dès l’hiver, des pourparlers s’engagent entre l’Union d’Aix et Clément VII. Ils traînent jusqu’en décembre 1384 et achoppent sur les prétentions financières excessives de la papauté.

5La mort à Bari, le 21 septembre 1384, de Louis d’Anjou qui laisse pour successeur un enfant de sept ans modifie la donne. Le jeune roi de France Charles VI, poussé par son oncle Jean de Berry, manifeste un intérêt renouvelé pour la Provence. Les conditions sont favorables. Les clauses du testament du roi Robert l’autorisent à revendiquer le comté. Enguerrand d’Eudin s’est emparé de plusieurs forteresses qui sont autant de gages aux mains du roi. L’Union d’Aix, qui ne reçoit aucun secours de Charles III, plus intéressé désormais par la Hongrie où il tente de s’imposer que par la Provence, n’écarte pas l’option française et engage des négociations avec Charles VI. Le 28 février 1385, le roi a fait savoir à Marie de Blois, veuve de Louis Ier, qu’il était prêt à aider son cousin à conquérir le royaume de Sicile, mais que, pour la Provence, il réservait sa réponse jusqu’à ce qu’il ait entendu les ambassadeurs que lui adressait l’Union. Son dessein, dont le duc de Berry, dépêché à Avignon, prend en charge l’exécution, est, en imposant une trêve aux deux partis, de « mettre le pays en sa main pour oster la grande division qui y est » et de « déterminer en lieu et temps à qui il devrait appartenir ». Un correspondant de Datini traduit plus crûment ce projet d’arbitrage : « Bientôt la Provence demeurera sans guerre et le roi de France la gouvernera comme le Dauphiné ».

6Marie de Blois réagit vigoureusement. Revenue dans le Midi dès la fin avril, elle lance, en dépit de la trêve, plusieurs opérations en basse Provence, avec succès. Elle a l’appui de Clément VII, qui reçoit l’hommage de Louis II le 21 mai. La réunion à Apt, en juin, des états de son parti confirme le soutien des nobles et des prélats et enregistre l’adhésion à la cause angevine de quelques nouvelles communautés. L’Union d’Aix, sans illusions sur la trêve du duc de Berry, accepte la trêve de vingt mois que lui offre la reine Marie à la fin octobre.

7Cette pause va permettre à Marie de Blois de pousser ses avantages et, au prix de concessions et confirmations de privilèges, de rémissions et d’exemptions, d’obtenir les ralliements de nombreuses villes, dont Arles (novembre 1385), Brignoles (mai 1386), Sisteron (juin 1386). En outre, même chez les piliers de l’Union, Aix et Tarascon, se manifeste un parti de la paix désireux de traiter. Affaiblie par ces défections, l’Union est, de surcroît, isolée. Le duc de Berry se laisse convaincre de ne plus faire obstacle à Louis II. Les demandes de secours envoyées à Naples restent sans réponse. Charles III meurt en Hongrie le 5 février 1386. Sa veuve Marguerite, dont le pouvoir est fragile, s’efforce de tenir secrète cette nouvelle. Néanmoins, elle dut être connue du sénéchal Spinola et de quelques grands officiers, ce qui pourrait expliquer les premières amorces de tractations au printemps 1386.

8Les négociations traînent jusqu’à l’automne 1387, un temps que Marie de Blois met à profit pour remettre la main sur les localités détenues par Enguerrand d’Eudin. Plusieurs raisons expliquent la lenteur du processus de paix. Le sénéchal carliste Balthazar Spinola, qui entend faire payer son ralliement, n’est pas disposé à se contenter de promesses et ne veut traiter que « eue la finance ». Les Aixois, qui savent que Marie de Blois n’est pas en état d’imposer sa volonté par la force, font rebondir régulièrement le débat en introduisant de nouvelles demandes. Cette surenchère s’explique peut-être par la pression d’un parti jusqu’au-boutiste, dont l’action apparaît au grand jour lors des émeutes qu’il fomente dans la ville durant l’été 1387, entre la conclusion d’un accord de paix le 12 juin et le ralliement de la capitale le 17 septembre.

9Les « chapitres de paix », que Louis II doit jurer avant de faire son entrée à Aix le 21 octobre, ne sont en rien une capitulation. Ils interdisent toutes représailles contre les rebelles d’hier et les réintègrent dans leurs droits en dépit des confiscations prononcées durant la guerre. Ils suspendent les procédures judiciaires en cours contre eux. À cette volonté d’apaisement, les carlistes d’hier répondent en renonçant provisoirement à l’indigénat : durant dix ans aucun sénéchal provençal ne sera nommé. Il est vrai que cette mesure joue aussi au détriment d’une noblesse en majorité pro-angevine. Aix redevient chef-lieu de viguerie et siège de l’administration centrale et des cours souveraines. Les traités signés par la suite avec d’autres villes de l’Union (Tarascon, Saint-Maximin) reprennent ces dispositions générales, accompagnées de confirmations ou même d’extensions des anciens privilèges.

10Le mouvement, en effet, fait tache d’huile dans l’hiver 1387-8. La Provence passe désormais au second plan des préoccupations de Marie de Blois. Laissant le comté au nouveau sénéchal, l’Angevin Georges de Marle, elle se dirige le 28 janvier 1388 vers Paris pour obtenir du roi de France les moyens de la reconquête de Naples.

11Une poche de résistance subsiste toutefois à l’est du comté : les vigueries de Nice, de Vintimille (et du Val de Lantosque) et de Puget-Théniers, et les baillies de Saint-Paul et de Barcelonnette. En août 1388, une expédition dirigée par Georges de Marle a repris une partie de la baillie de Saint-Paul, mais elle n’a pu s’emparer de Nice. Pendant que se déroulaient ces opérations, Jean de Grimaldi, baron de Beuil, un des rares nobles du parti carliste, négociait avec son puissant voisin Amédée VII, comte de Savoie. Sénéchal de Ladislas de Duras, fils de Charles III, depuis que Spinola s’est rallié à Louis II, il prétend agir au nom du roi de Naples qui s’est reconnu incapable de secourir ses sujets. Le 2 août, il s’engage à faire passer sous le pouvoir d’Amédée VII les terres qui tenaient encore le parti des Duras. Entré en Provence avec une petite escorte au début de septembre, le comte de Savoie recueille, entre le 12 septembre (Barcelonnette) et le 3 novembre (Puget-Théniers et sa viguerie), l’adhésion de ces communautés par une série de « déditions » qui, comme les chapitres de paix, confirment les franchises et libertés des localités qui font hommage au Comte Rouge.

Les brigandages de Raimond de Turenne

12La faible réaction des troupes angevines à l’est du comté s’explique par la nécessité de faire face aux troubles suscités par Raimond de Turenne.

13Raimond Roger, vicomte de Turenne, est issu d’une famille limousine de petite noblesse, qui doit sa prospérité à la brillante carrière ecclésiastique et politique de Pierre Roger, grand-oncle de Raimond, chancelier du roi de France Philippe VI, qui fut élu pape en 1342 sous le nom de Clément VI. Sa fortune a rejailli sur son frère Guillaume II, gratifié de nombreuses seigneuries tant en France qu’en Provence. La reine Jeanne lui a donné, entre 1345 et 1350, Les Mées, Le Lauzet, Valernes et, en dépit des protestations de ses habitants, Saint-Rémy. Jeanne se montre tout aussi généreuse envers le fils de Guillaume II, Guillaume III, qui reçut, en 1352, les seigneuries des Pennes, Pertuis, Meyrargues et Séderon. Guillaume III a marié, en 1364, sa fille Jeanne à Raimond II de Baux, comte d’Avellino. Après la mort de ce dernier, il a, en tant que tuteur d’Alix, la fille née de cette union, annexé de fait ses domaines. Guillaume a tiré aussi avantage de l’élection au pontificat en 1371 de son frère Pierre, Grégoire XI, qui lui a assigné de nombreux revenus dans le Comtat.

14Raimond, vicomte de Turenne, fils de Guillaume III, commence sa carrière d’homme d’armes au service de son oncle Grégoire XI. Il le sert dans ses expéditions italiennes et il commande son escorte lors du retour à Rome du pontife. Émancipé en 1379, il reçoit de son père une part de ses seigneuries provençales, dont Saint-Rémy. Il s’établit aux Baux en 1385. Il entretient d’abord de bonnes relations avec Marie de Blois. La reine arbitre en décembre 1385 un litige qui l’opposait aux Arlésiens et, en janvier 1386, il prête hommage à Louis II moyennant d’importantes compensations. Mais, très vite, la volonté de Marie de Blois de revenir sur les aliénations consenties par la reine Jeanne engendre heurts et conflits. En mars, elle installe un capitaine à Aureille. Raimond riposte en lançant des incursions sur ce village et sur Orgon. En août, Marie de Blois promet aux habitants de Saint-Rémy de les réintégrer au domaine. Dans son journal, le chancelier Jean Le Fèvre redoute les réactions de Raimond. Toutefois, l’adversaire principal du vicomte est alors le pape Clément VII qui, en dépit de demandes répétées, n’a ni restitué à sa famille l’héritage de Grégoire XI, ni remboursé les dettes contractées par la papauté envers les Roger, ni réglé les arrérages de solde dus à Raimond. Dans le courant d’août, ses bandes font de nombreux raids autour d’Avignon, menacent la ville et forcent le pape à s’enfuir à Châteauneuf. Elles écrasent le 3 septembre, à Eyragues, les troupes pontificales lancées à leur poursuite. Dans l’hiver, la reine et le pape, unissant leurs forces, parviennent à reprendre la situation en mains et le calme revient.

15La guerre se réveille en 1388. Au printemps et dans l’été Marie de Blois, poursuivant sa politique de restauration du domaine, s’empare d’autres possessions des Roger, dont Les Pennes et Meyrargues. Dans les derniers jours de décembre, les troubles reprennent dans le Comtat. Raimond, en effet, a pris le parti de sa tante Alix de Beaufort, comtesse douairière de Valentinois que le nouveau comte Louis de Poitiers tient prisonnière après l’avoir privée de ses domaines. En raison du soutien que Clément VII apporte au comte de Valentinois, le conflit s’étend au Comtat : Visan, Vaison, Ménerbes et plusieurs autres localités sont assaillies par les troupes de Raimond. De longues négociations s’engagent en 1390. Un premier accord rétablit Alix de Beaufort dans ses droits et instaure une trêve d’un an. Ce qui n’empêche pas certains chefs de bande du vicomte de s’emparer de places fortes en haute Provence (Le Caire et Banon) et de semer de là le désordre dans la baillie de Sisteron et la viguerie de Forcalquier. Ce second épisode des guerres de Raimond de Turenne prend fin par deux traités distincts. Du côté de la Provence, en octobre 1391, Marie de Blois restitue Les Pennes et Meyrargues et accorde une rémission générale à ceux qui ont soutenu Raimond de Turenne ; en retour, ce dernier s’engage notamment à ne plus utiliser ses possessions provençales comme bases d’offensives dirigées contre le pape. Après de longues négociations, cédant à la pression de la cour de France, Clément VII et Louis de Poitiers consentent, en mai 1392, à mettre un terme à la guerre en Valentinois.

16L’accalmie sera de courte durée. La même année 1392, Eudes de Villars, un noble savoyard parent de Clément VII, qui a épousé en 1381 Alix de Baux et, depuis lors, revendique l’héritage de sa femme accaparé par les Roger, attaque, avec le concours de quelques seigneurs provençaux plusieurs possessions de Raimond de Turenne tant dans les Alpilles que dans la vallée de la Durance. Convaincu que Clément VII et, sous son influence, Marie de Blois sont complices de cette offensive, Raimond fait entrer ses troupes dans le comté. Les états réunis à Marseille, en novembre-décembre 1392, lèvent une armée divisée en trois corps qui assureront la défense respectivement de la basse Provence occidentale, de la Provence orientale et de la haute Provence, signe que la guerre affecte désormais tout le pays. Un espoir de paix se dessine en 1393 : un mariage est projeté entre Antoinette, fille unique du vicomte, et Charles de Tarente, l’un des fils de Louis Ier ; mais la cour de France, qui cherche à installer un homme sûr en Provence, fait échouer ces négociations au profit d’une autre alliance matrimoniale avec Jean le Meingre, dit Boucicaut. L’effort de guerre des Provençaux s’accentue : ils lancent des opérations en juin contre les Baux et le mois suivant contre Saint-Paul-lès-Durance et Meyrargues. Les états tenus à Avignon, en août, mettent à prix la tête de Raimond de Turenne. Consommant la rupture, le vicomte se déclare pour Ladislas de Duras et pour le pape de Rome. Dernier stade de l’escalade, le 21 décembre 1394, au terme d’un procès criminel devant le sénéchal, Raimond est condamné à mort pour lèse-majesté, traîtrise et rébellion. Tous ses biens et droits sont confisqués et les hommes de ses domaines sont relevés de leur fidélité.

17Raimond riposte en mettant toute la Provence en coupe réglée. Il assigne à chaque garnison de ses places-fortes – Roquefure, Vitrolles, Pertuis, le Roc de Sanson, Meyrargues, Roquemartine et Les Baux – un ensemble de localités qu’elle devra contraindre à conclure des « pâtis ». Ces accords garantissent aux habitants, pour une durée limitée, la sécurité de leurs biens et de leurs personnes et la liberté de circulation dans le terroir, les déplacements hors du territoire communal étant soumis à une autorisation spéciale. En échange, les habitants payent le prix de la paix en numéraire ou en grains. Ces pâtis sont imposés par des opérations d’intimidation. Ainsi les gens d’armes de Meyrarg u e s incendient-ils le 4 juillet 1396 les blés mûrs dans les champs de Puyloubier, Pourrières et Trets, pour forcer les habitants de ces villages à traiter. Les états réunis à Aix en août 1396 ont beau, dans leur dessein d’opposer aux brigands la solidarité d’une union des prélats, barons, gentilshommes et communautés du pays, proclamer l’interdiction de conclure des pâtis, ces belles paroles restent lettre morte : Aix traite avec la garnison de Meyrargues en novembre et Arles avec celle des Baux en décembre.

18L’union contre Raimond de Turenne ne se révèle efficace qu’à la mi-juin 1397, lorsque le sénéchal Georges de Marle met le siège devant Pertuis qui cède dans les derniers mois de l’année. Au début de juillet, Tarascon et Arles entreprennent d’assiéger Roquemartine et les Baux. Ils reçoivent au printemps 1398 le soutien du sénéchal, de Marseille et d’Aix. Les états, réunis à Tarascon en décembre 1398, s’emploient à renforcer les troupes participant à ces opérations et au siège qui a débuté devant Vitrolles. En juin 1399, Boucicaut apporte son concours aux Provençaux : en échange de la promesse des seigneuries de Pertuis, Saint-Rémy et Pélissanne, il s’engage à empêcher les renforts envoyés par son beau-père de passer le Rhône et à participer aux sièges en cours. Roquemartine est pris en juin et les Baux traitent au début de septembre. À la fin de l’année, Raimond de Turenne – qui n’est pas mort noyé dans le Rhône comme le veut la tradition – ne possède plus rien en Provence. Le pays a retrouvé la paix.

19Tout au long de cette crise, le « conseil général des trois états de Provence et de Forcalquier » joue, en raison des fréquentes absences de la régente et de l’inefficacité de ses officiers, un rôle capital. Les états, convoqués chaque année et même plusieurs fois par an, ne se contentent pas de consentir à la levée des taxes ; ils interviennent directement dans la conduite de la guerre et jusque dans le gouvernement du pays. Ils nomment eux-mêmes un « grand trésorier général du pays » qui gère l’argent des taxes levées pour la guerre. Ils soumettent sa gestion à la surveillance d’une commission qu’ils élisent et imposent au sénéchal le contrôle d’un conseil où les représentants des communautés ont la majorité.

Le poids de la guerre

20Durant un demi-siècle, la Provence vit dans la crainte des gens de guerre. Les rares années de trêve et de répit ramènent rarement la paix et l’ordre. Les hommes d’armes sans emploi s’incrustent, vivant de rapines, et les autorités peinent à « faire la vide » de ces troupes.

21La guerre engendre une insécurité chronique. Elle entrave la circulation, désorganise les échanges et perturbe l’activité agricole et pastorale. « On ne peut aller nulle part, si ce n’est à Arles et à Aigues- Mortes dans le royaume [de France], à Bouc et à Marseille ; celui qui s’écarte de ces routes est pris, tué et dépouillé », écrit d’Avignon en 1392 un facteur de Datini. On court bien plus le risque d’être mis à rançon, comme il arrive à ces cinq habitants d’Aix faits prisonniers alors qu’ils traversaient la Crau en 1398. En septembre 1394, le doyen du chapitre d’Aix renonce à convoquer, pour procéder à l’élection d’un nouvel archevêque, les chanoines absents de la capitale, en raison des périls qu’ils courraient en prenant la route. Il est tout aussi risqué de sortir de l’agglomération pour cultiver les terres du finage. En juillet 1393, les hommes de la garnison de Meyrargues font irruption sur le terroir de Puyricard, s’emparent de tous les hommes qui travaillaient dans les champs ainsi que de leurs bêtes, et exigent 500 florins pour les relâcher. Il faut assurer la protection des travaux agricoles. Le conseil de Brignoles établit, en 1387, des postes de guet et organise des patrouilles de jour et de nuit, afin de protéger contre les ennemis les hommes et leurs animaux qui vont chaque jour sur le terroir de Brignoles, Camps et La Celle. À l’automne 1397, Arles et Tarascon s’entendent pour solder des hommes d’armes chargés d’assurer la sécurité des vendangeurs. La même année, les éleveurs arlésiens arment les bergers qui gardent leurs troupeaux dans la Crau. Les habitations isolées, mas, bastides ou moulins, trop exposées, sont désertées et les terres qui les entourent retournent à la friche.

22Pour garantir leur sécurité, les agglomérations renforcent leurs murailles ou se dotent de nouvelles enceintes. En 1359 s’ouvre, pour une dizaine d’années, le grand chantier des nouveaux remparts d’Avignon, qui s’étirent sur plus de 10 km. Pendant toute la seconde moitié du XIVe siècle, on travaille aux fortifications de la ville d’Aix. Des campagnes d’agrandissement, de réfection ou de restauration des murailles et des tours ont lieu dans presque toutes les villes et dans nombre de villages durant cette période. Ces travaux se doublent d’une démolition systématique des quartiers ouverts extérieurs à l’enceinte, les « bourgades », et des habitats isolés, qui pourraient servir d’abri et de base d’opération aux ennemis. Le 10 décembre 1384, le conseil de Tarascon décide la destruction des mas épars dans son terroir et invite Graveson et Eyragues, ses voisins, à raser leurs bourgades. Le 18 mai 1385, les habitants de Pourrières qui résident hors les murs, par peur de ces destructions, demandent au seigneur du lieu de leur donner en « accapte » des terrains situés à l’intérieur de l’enceinte.

23Pour assurer leur défense, les communautés exigent des habitants un service de guet qu’elles rémunèrent souvent. Mais, dès que le danger se fait plus pressant, il faut solder des troupes, licenciées aussi vite que le péril s’éloigne. De surcroît, elles doivent contribuer à la défense du pays, prise en mains par les états qui lèvent régulièrement des taxes, les fouages. Le poids des frais de guerre gonfle les budgets communaux. Là où l’on peut en mesurer l’impact, ils représentent à la fin du siècle autour de 80 % des dépenses, à Tarascon et à Brignoles, et avoisinent voire dépassent certaines années 90 % à Marseille et à Aix. C’est là l’origine d’une véritable explosion fiscale. Les villes et villages multiplient les « rèves » ou gabelles qui frappent les transactions de tous ordres et pèsent surtout sur le commerce des denrées alimentaires. Cette fiscalité indirecte se double de la levée de tailles assises sur les fortunes, sur la base de livres d’estime ou cadastres, associées le plus souvent à la perception d’une taxe pesant de manière égalitaire sur tous les chefs de famille, le « capage ». Mais l’urgence prend sans cesse à la gorge des communautés dépourvues de trésorerie et les contraint à emprunter aux Juifs, en particulier ceux d’Aix, et aux marchands d’Avignon. Ces emprunts répétés grèvent les finances communales d’une lourde dette flottante.

Une insécurité résiduelle

24L’année 1400 marque le retour de la paix. Mais tout le pays n’en profite pas également. Les ultimes péripéties du grand schisme entretiennent l’insécurité dans les pays du bas Rhône. Benoît XIII, abandonné par le roi de France et par le comte de Provence, a fui Avignon ; mais son neveu Rodrigue de Luna se maintient dans un palais pontifical assiégé et les troupes catalanes, qui viennent à son secours, causent des dégâts jusqu’aux environs d’Arles dans les années 1410. Les vains efforts des princes de la seconde maison d’Anjou pour reprendre pied dans le royaume de Naples s’accompagnent d’une guerre navale incessante avec les rois d’Aragon. Les combats en mer se doublent d’opérations de piraterie sur les côtes et sur le cours du Rhône. On craint même davantage, puisqu’en 1417 le sénéchal Pierre d’Acigné, pour parer à toute agression, invite les communautés à remettre en état leurs murailles.

25Le péril viendra en fait de la mer lorsque, le 20 novembre 1423, une flotte catalane, forçant la défense du port de Marseille, pille et saccage la ville pendant trois jours et trois nuits. Elle repart en emportant comme trophées la chaîne qui barrait le port et les reliques de saint Louis d’Anjou. Progressivement toutefois la crainte des Catalans s’estompe et elle disparaît vers le milieu du XVe siècle.

26La Provence connaît la paix pour une trentaine d’années, jusqu’à la brève période de troubles suscités en 1481 par les partisans du duc René II de Lorraine, qui affecte surtout le nord du pays.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540