Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Deuxième partie : 1245-1380. L'éphémère paix du prince

Chapitre 8. Épilogue tragique 1343-1380

Texte intégral

1Ero lou tèms de la bono rèino Jano.

2Le « temps de la bonne reine Jeanne » est devenu proverbial en Provence. Il n’y a guère de réputation plus usurpée, alors que le pays entrait, sur la fin des années 1340, dans l’une des périodes sombres de son histoire. La légende dorée de la souveraine ne repose sur rien. Mais sa légende noire, apparue dès son vivant, ne rend pas davantage compte des événements.

3Les faiblesses ou les turpitudes de la reine furent enflées par l’imagination. Fondamentalement, ses États, dont la Provence, subirent les trois grands malheurs qui sévissaient partout : la faim, l’épidémie et la guerre. Ils supportaient le cortège de tragédies qui frappaient l’Occident et s’aggravaient tour à tour, par un effet en boule de neige. Elles résultaient de facteurs qui dépassaient souvent la volonté des princes, et parfois toute détermination humaine.

4En Provence, des difficultés alimentaires se manifestaient en 1340 et sur la période 1346-1348. La fameuse peste dite de 1348 s’abattit sur une population certainement affaiblie par les pénuries. Entrée par Marseille, elle atteignit en réalité la région dès les derniers mois de 1347. Elle fit de terribles ravages. Entre 1346 et 1351, les feux d’albergue connus diminuèrent d’au moins une moitié. La peste passait par deux nouveaux pics, en 1361 et en 1371-1373. Pour longtemps, la maladie devenait endémique. Les épidémies résolvaient de façon effroyable le problème de la surcharge démographique. Sur le moment, elles perturbaient la marche normale des activités.

5Devant la raréfaction de la main-d’œuvre, des communautés fixaient les salaires ou réglementaient le travail. En 1349, Sisteron organisait une répartition autoritaire des ouvriers entre les exploitants agricoles. L’anémie économique générale en Europe résultait de multiples causes, qui demeurent discutées. Le certain est que les désolations la prolongeaient. La Provence était particulièrement touchée, quand la ruine du commerce maritime, provoquée par les guerres angevines, l’accentuait.

6La conjoncture démographique et économique affectait les ressources des princes et, surtout, sapait la position de l’aristocratie. Celle-ci ne contestait plus in radice la puissance publique. Elle voulait participer à ses avantages. Les circonstances avivaient la compétition autour des postes et des revenus. Indispensables, ils n’étaient pas toujours garantis. La situation s’aggravait quand l’État fléchissait. Le problème touchait beaucoup la monarchie de Sicile-Naples, entraînée dans un procès d’affaiblissement. Les continuelles manigances des Baux résument l’attitude qu’adopta la grande noblesse.

7Les luttes de partis se rencontrent partout. Elles atteignirent une grande intensité dans les domaines angevins. Les rivalités qui déchiraient les États tournaient souvent autour de la légitimité du pouvoir. À cet égard, les conditions étaient réunies pour qu’elles se déchaînassent dans le Royaume et ses dépendances. Les attaques répétées contre l’autorité de Jeanne constituèrent la grande infirmité de son gouvernement. Elles mettaient aisément en cause l’indignité supposée de la reine. Pour comprendre la fragilité de sa position, il faut en réalité partir de Charles II. Il avait compromis l’entente, au sein de sa famille, en écartant Carobert du trône de Sicile au profit de Robert.

8Après la perte de son fils unique, Charles de Calabre, Robert choisissait, en 1330, Jeanne pour héritière. Elle était l’aînée du défunt, qui laissait deux filles. La décision réveillait le débat dynastique. Et il ne s’agissait pas des seuls droits des Angevins de Hongrie. Bien que juridiquement admise, la succession féminine soulevait des objections pour un royaume. L’exemple contemporain de la France ne lui était pas favorable. De surcroît, Robert laissait à Jeanne l’intégralité de ses domaines. Or, Charles II avait prévu que les comtés de Provence, de Forcalquier et de Piémont reviendraient à son fils Philippe de Tarente, si une femme succédait à Robert. La désignation de Jeanne générait les revendications ou les espoirs de toutes les autres branches de la dynastie angevine. Aux maisons de Hongrie et de Tarente, il faut en effet ajouter celle de Duras. Comme lignée cadette, elle avait moins de titres à faire valoir, mais elle restait prête à exploiter les circonstances. Les cousins de Jeanne se flattaient de l’écarter ou de la contrôler, d’une façon ou d’une autre.

9Dans sa sagesse, Robert avait négocié le mariage de Jeanne avec André de Hongrie, second fils de Carobert. Toutefois, il ne prévit pas d’associer cet époux au pouvoir de sa petite-fille. Au décès de Robert, les intrigues des Hongrois et l’hostilité au gouvernement d’une femme suscitaient la formation d’un parti exigeant la couronne pour André. La légende courait que telle était la volonté du monarque disparu. Le planh sur Robert diffusait cette fable auprès des Provençaux. Il prétendait que le souverain agonisant avait, in extremis, « revêtu […] du royaume » le jeune prince. Il n’y a pas à s’en étonner pour une chanson rédigée au service des Baux. Bertrand comte de Montescaglioso, commanditaire le plus probable de la complainte, apparaissait dans l’entourage d’André.

10Celui-ci obtenait de premières concessions, quand il tombait assassiné le 18 septembre 1345, dans le palais d’Aversa où il résidait avec sa femme. Les soupçons se portèrent contre elle. Ils augmentèrent quand Jeanne résolut bientôt de se remarier avec Louis de Tarente. Le roi Louis de Hongrie (1342-1382), frère d’André, se posait en vengeur. Il tentait de s’approprier le royaume de Sicile-Naples (1347-1352). Au bout du compte, il échouait. Ni cette heureuse issue, pour Jeanne, ni les succès qui purent marquer son règne, par la suite, ne la gardèrent d’une contestation au moins potentielle par sa parenté.

11Parmi les périls en puissance, retenons l’exemple de Charles de Duras, arrière-petit-fils de Charles II. Il se rendait en Hongrie, où il jouissait de la faveur de Louis le Grand. De son côté, ce dernier ne renonçait pas. En 1374, une alliance franco-hongroise prenait forme. Jeanne devait en faire les frais. Mais ce fut le grand schisme d’Occident qui permit de la perdre. Elle tenait en dernier ressort son autorité du souverain pontife, comme sa vassale. Avec deux papes rivaux, sa position devenait délicate. Confessons qu’elle ne fut pas étrangère à ses malheurs.

12Grégoire XI entrait à Rome en 1377. À son décès, le conclave désignait, le 8 avril 1378, l’archevêque de Bari, Bartolomeo Prignano. Il prenait le nom d’Urbain VI. Ce résultat satisfaisait la monarchie napolitaine. Cependant, la majorité des cardinaux déclarait bientôt l’élection invalide. Elle avait été arrachée par la pression de la foule romaine. La personnalité d’Urbain VI inquiétait. Jeanne soutenait les cardinaux français dans les manœuvres qui permettaient de proclamer un second pape, Clément VII, le 20 septembre. Les raisons du revirement de la reine demeurent incertaines. Les arguments contre Urbain VI la convainquirent certainement. Mais l’espoir de prévenir les désirs de la monarchie française, alors même que celle-ci inquiétait la cour de Naples, put aussi peser.

13Malheureusement, Jeanne faisait un choix très impopulaire dans le Royaume et mal accepté en Provence. Surtout, Clément VII était vaincu par les forces ralliées à Urbain VI. En 1379, il se réfugiait à Avignon. De son côté, Urbain VI proposait le Royaume à Charles de Duras, avec l’accord de Louis de Hongrie. Il excommuniait et déposait Jeanne. Pour elle, la fin approchait.

14Les rivalités internes s’associaient le plus souvent, on le voit, aux interventions extérieures. Derrière les circonstances spéciales, une réalité générale se profilait encore. La crise des États de la fin du Moyen âge était aussi une crise de croissance. Les plus solides s’affirmaient dans des politiques agressives. À cet égard, la Provence se trouvait directement exposée aux menées des Valois, qui cessaient peu de regarder vers elle. Elle souffrait également des effets de la guerre de Cent Ans. Les bandes de mercenaires qui sévissaient en France la menaçaient, surtout quand des trêves les mettaient au chômage. C’était une autre façon de supporter les conséquences de l’ambition des grands États. En vérité, les deux périls s’additionnaient fréquemment. La puissance française faisait des routiers un instrument d’ingérence.

15La situation provençale favorisait les incursions. Les soudards hantaient volontiers l’axe rhodanien. L’opulence d’Avignon les fascinait. Cependant, le pape sut toujours protéger sa ville, fût-ce en payant rançon. Les gens d’armes ne s’en tournaient que davantage vers la Provence. Elle paraissait de plus en plus une proie fragile. Les Provençaux avaient leur part de responsabilité dans cet affaiblissement.

16Les années 1348-1352 marquaient leur entrée en grand dans l’ère des discordes et des troubles. En janvier 1348, Jeanne débarquait en Provence. Elle fuyait devant l’invasion hongroise du Royaume et venait chercher l’appui du pape. Marseille la recevait avec faveur. Cette attitude se conformait aux intérêts du port, qui le faisaient regarder vers Naples. Elle inaugurait une fracture durable entre Marseille et le principal de la Provence. Parvenue à Aix, la reine se heurtait à l’accueil hostile d’une assemblée du pays. La rebuffade exprimait un courant d’opinion qui ne supportait plus l’autorité de la cour de Naples, ses abus, la présence des officiers italiens, la marginalisation des Provençaux dans les charges administratives. À peu près limitée aux représentants d’Aix et aux barons, l’assemblée manifestait principalement les préoccupations des deux catégories les plus attachées aux profits générés par l’administration, la noblesse et les élites de la capitale provinciale.

17La reine devait accorder le privilège de l’indigénat, dans le recrutement des officiers de Provence. Selon ce principe, Jeanne désignait Raimond d’Agout pour sénéchal. Cependant, elle violait sa promesse, en le remplaçant bientôt par le napolitain Giovanni Barrili. La mesure donnait le départ à une série de conflits, autour du poste de sénéchal, appelés les « guerres des sénéchaux ». Ils ne s’apaisèrent totalement qu’en 1352. Ils se bornèrent toutefois à des escarmouches.

18Les désordres atteignaient un nouveau degré dans les années 1357-1376. La révolte des Baux de 1357 ouvrait la porte toute large aux grandes compagnies. Après Poitiers (1356), de nombreux routiers se retrouvaient sans emploi dans le royaume de France. Arnaud de Cervole, dit l’Archiprêtre, se jetait sur le pays, pour ne repartir qu’à l’automne 1358. Il était peut-être venu à l’appel des insurgés. De façon certaine, il agissait sur les encouragements du futur Charles V de France, alors lieutenant de son père (prisonnier des Anglais). En 1368-1369, des bandes opéraient sur l’initiative, cette fois, du duc Louis d’Anjou, frère de Charles V et son lieutenant en Languedoc. Du Guesclin menait la principale offensive. Les Provençaux répondirent avec assez d’énergie. Ils attaquèrent le Dauphiné méridional, dont Embrun. Ils menacèrent le bas Languedoc. Conscient de la gravité du danger, le pouvoir central contribua à leur riposte avec une honorable vigueur. Mais de sa part, l’énergie manifestée pour l’occasion ne représenta guère qu’une exception. En même temps que la Provence subissait les contrecoups de la politique napolitaine, elle se trouvait peu ou prou abandonnée à elle-même, donc aux interventions extérieures.

19Un renoncement général de la monarchie angevine aux grandes ambitions sur les contrées de la rive gauche du Rhône confirmait sa négligence. En 1355, Louis et Jeanne se résolvaient à prêter hommage pour les comtés de Provence, de Forcalquier et de Piémont au roi des Romains, Charles IV. Devenu empereur, celui-ci descendait, en 1365, jusqu’à Arles. Il y recevait la couronne du royaume homonyme.

20Dorénavant, la cour de Naples semblait s’intéresser surtout aux ressources qu’elle tirait des domaines provençaux. En 1348, Jeanne vendait Avignon au Saint-Siège. Elle se trouvait aux abois. Mais son règne se caractérisa, en grande partie, par une véritable braderie de privilèges aux seigneurs et aux communautés. Des concessions multipliées devenaient le moyen d’acheter la fidélité ou le consentement, alors que l’autorité royale faiblissait et que ses exigences pesaient pourtant sur les sujets.

21Cette attitude libérale se combinait à la nécessité, pour le territoire provençal, de se prendre en charge, en particulier pour sa protection militaire. Les malheurs du temps devenaient, malgré tout, l’occasion d’une maturation politique et institutionnelle. Les assemblées d’états revêtaient une importance inédite. Elles assumaient une place centrale dans l’organisation d’une défense collective. Dès 1359, l’une de ces réunions jetait les bases d’une armée nationale. Les villes trouvaient la possibilité de s’affirmer dans ces rassemblements, où elles jouaient le premier rôle. De fait, elles assuraient, avec l’ensemble des communautés, le principal de l’effort de guerre. Les responsabilités alourdies des « universités » s’associaient aux franchises, facilement reconnues, pour développer et généraliser les autonomies municipales. À y bien regarder, le règne de Jeanne menait à terme des formes d’affirmation et d’organisation du pays qui avaient pris leur départ sur la fin du XIIIe siècle. En dépit des ruptures, il poursuivait sur un modèle dessiné au cœur des grandes années de la puissance angevine.

22L’épilogue tragique du premier gouvernement angevin n’offusque pas la réalité des belles années, du moins relatives, qu’il permit. Il ouvrit au pays un moment de quiétude. Provisoire et partielle, cette tranquillité demeurait pourtant sans équivalent depuis l’agonie de la romanité. Le régime accomplit une réorganisation profonde de la région. Il réalisa son unification effective, administrative, politique et même culturelle. Pour compléter ce tableau, somme toute positif, répétons que la papauté parvint, sur une échelle réduite, à des résultats fort comparables dans le Comtat. De la sorte, il y eut, selon le type des monarchies médiévales, construction de pouvoirs autoritaires, mais non absolutistes. Ils autorisèrent une forme de vie municipale vigoureuse, mais intégrée dans un ensemble « national ». Ce modèle représenta un héritage durable de la période envisagée. La société provençale contemporaine lui doit encore quelque chose sur ce plan.

23L’entrée dans l’orbite de la France se dessina également avec la première dynastie angevine. Certes, la Provence ne relevait alors ni de près ni de loin de ce royaume. Elle entamait, néanmoins, un procès de rapprochement dans les domaines de l’idéologie et de la conception de l’État. En retour, elle achevait de se détacher du système catalan. Elle renonçait aux références, désormais périmées, à l’empire. En outre, elle commençait d’intégrer des stratégies qui mettaient en jeu la puissance française, et ce depuis Louis IX.

24Cela ne signifiait nullement que les Capétiens de Naples-Sicile ne poursuivaient pas des ambitions propres. C’était elles que, pour l’heure, la Provence servait consciemment. Bien qu’intégrée dans un vaste royaume, elle occupait, une dernière fois, une place importante sur l’échiquier méditerranéen. L’accueil du pape s’intégrait dans ce rôle encore majeur. La politique de grandeur des Angevins offrit des avantages pour un temps ou à certains. Au bout du compte, les Provençaux supportèrent le poids de projets qui dépassaient, à la fois, leurs intérêts et les capacités mêmes de leurs maîtres.

25Je n’ai pas caché les responsabilités de la première maison d’Anjou dans les difficultés qui culminèrent avec Jeanne. Les luttes intestines, qui marquèrent son règne, ne résultaient pas que de ses fautes, d’un malheureux règlement successoral ou du déchaînement des appétits. Elles trahissaient, de surcroît, des faiblesses structurelles ou anciennes du pouvoir angevin. Pour autant, on ne saurait fixer avec certitude la part qui lui revenait dans la marche à la catastrophe. Celle-ci représentait un phénomène trop commun en Europe. Au demeurant, pour rétablir la paix et la prospérité, il ne suffirait pas du changement de dynastie, annoncé dès 1380.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540