Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Deuxième partie : 1245-1380. L'éphémère paix du prince

Chapitre 7. Entre mutations et langueurs

Milieu XIIIe-milieu XIVe siècle

Testo integrale

1À partir du milieu du XIIIe siècle, le spectaculaire enrichissement des archives permet un tableau de la société et de l’économie provençales. Les sources politiques et administratives continuent cependant de dominer massivement, jusque dans la première moitié du XIVe siècle. Les fonds notariaux apparaissent puis se développent, mais lentement. D’ailleurs, ils restent incomplètement exploités. La documentation disponible favorise la connaissance des seigneurs et des communautés. La situation matérielle et intellectuelle du pays ne se brosse qu’à grands traits.

Seigneurs et communautés

2Il faut se garder d’une vision idyllique de l’ordre social. L’aristocratie laïque continuait de se livrer, parfois, à la faide ou au brigandage. Il lui arrivait d’empiéter avec insolence sur les prérogatives royales. Les crises de la deuxième moitié du XIVe siècle libéreraient la puissance et l’arrogance qu’elle conservait. Pour l’heure, elle ne se trouvait guère en position de troubler un État fort. Ses quelques manifestations d’indiscipline représentaient plutôt des réactions contre l’abaissement qui la menaçait.

La condition noble

3Les textes différenciaient milites (« chevaliers ») et militares persone (« personnes de famille chevaleresque »). Cette expression s’utilisait à l’habitude pour les descendants de chevaliers, qui n’étaient pas parvenus à la même dignité. Les domicelli (« damoiseaux » ou « petits seigneurs ») proliféraient. Ce titre distinguait également ceux qui le portaient des chevaliers, qualifiés de « seigneurs » (domini). Une noblesse non adoubée se multipliait donc. Comme on le voit, elle voulait malgré tout affirmer son rang. Elle craignait de le perdre. En bonne part, l’absence d’adoubement trahissait sa gêne matérielle, qui ne la laissait pas vivre selon sa condition.

4Dans les villes ou les villages, toute une petite aristocratie, chevaliers compris, partageait à peu près les conditions d’existence de ses voisins roturiers. La liste des aumônes distribuées en exécution du testament de l’évêque de Fréjus Barthélemy Grassi (1318-1340) mentionne 12 sous attribués à un « noble Pierre de Bagnols ». Le cas est extrême. Néanmoins, les embarras financiers n’épargnaient même pas les Baux. Nous comprenons mieux, maintenant, l’importance attachée au service du prince par l’aristocratie. La précarité de sa fortune le rendait vital.

5En même temps, ce comportement de la noblesse confirmait son rôle de collaboratrice nécessaire, reconnu dès le début par le nouveau régime. Moins que jamais il ne se montrait indifférent à son sort. Il entendait la maintenir sous la forme, à ses yeux authentique, d’une élite fermée, de vocation militaire. En 1289, Charles II ordonnait la revente, au profit de nobles, des localités et juridictions acquises par des marchands ou autres roturiers. Ces achats frustraient la cour des services dus, c’est-à-dire des prestations militaires. Ils lésaient peut-être le roi par leurs conséquences fiscales. Ils entraînaient certainement une érosion de la classe guerrière. De la même façon, les adoubements de non-nobles paraissaient sans doute néfastes à un double titre. Ils nuisaient au fisc en raison des franchises reconnues aux chevaliers. Ils estompaient des hiérarchies sociales déjà trop transgressées. Aussi voyons-nous, dès 1276, Charles Ier interdire la chevalerie à tout « paysan ou plébéien », hors son autorisation expresse. Charles II répétait la mesure (1294).

6Ces décisions tranchaient sur la tradition provençale, comparable à celle connue de l’Italie. Une frontière étanche ne séparait pas chevalerie et patriciat urbains. Ainsi qu’il était dit pour Avignon, en 1251, des « bourgeois honorables » avaient coutume de « vivre comme des chevaliers ». De tels bourgeois avaient participé à l’expédition de Sicile, comme cavaliers lourds ou écuyers. Les Angevins achevaient de créer une noblesse, en quelque façon, à la française. Pour garantir la pérennité de leur aristocratie, ils finissaient de l’établir sur les bases de l’hérédité et du droit. Du même mouvement, ils la plaçaient dans leur dépendance juridique et symbolique. Le monopole qu’ils se réservaient de l’anoblissement des roturiers, par l’adoubement, les confirmait comme garants et source de toute noblesse.

7Ils faisaient certes un choix malthusien. Il se justifiait dans la mesure où l’aristocratie, considérée dans sa généralité, ne semblait pas menacée d’une extinction biologique. Au contraire, son foisonnement relatif contribuait à l’affaiblir. La structure des seigneuries expliquait sa multiplication. Elles se présentaient souvent comme des organes complexes et hiérarchisés, où les « seigneurs majeurs » s’appuyaient sur de nombreux auxiliaires. Aux chevaliers et damoiseaux s’ajoutaient, aux limites inférieures de l’aristocratie, les « caslans » (caslani). Leur statut ambigu ne leur permit pas de se maintenir longtemps comme classe, alors qu’une nouvelle rigueur présidait aux distinctions sociales. Mais il n’y a guère à douter que certains parvinrent à grossir les rangs de la noblesse. Par ailleurs, les pratiques successorales combinaient leurs conséquences avec une tendance démographique encore favorable. Les partages plus ou moins égalitaires étaient d’usage pour les fils ou, en leur absence, pour les filles. De toute façon, il fallait au moins doter ces dernières.

8Le patrimoine de beaucoup de représentants de la petite aristocratie était désormais médiocre, voire infime. D’aucuns se contentaient de quelques biens immobiliers et d’une poignée d’hommes propres ou de tenanciers. Dans les localités où se trouvaient leurs possessions, ils ne participaient pas à la « seigneurie », à comprendre ici comme la seigneurie banale. Quant à elle, la situation variait selon les endroits. Un maître unique pouvait la conserver. Néanmoins, sa division était fréquente et donnait des parts quelquefois minuscules. En 1278, le bailliage de Castellane comptait 30 communautés, sur 42, où la « seigneurie » appartenait, pour tout ou partie, à l’aristocratie laïque. Vingt et un de ces lieux avaient plusieurs seigneurs banaux laïques. Ils étaient dans les 19 à Vergons. À Catellet-lès-Sausses, vers 1252, on dénombrait environ 26 coseigneurs banaux laïques.

9Or, en même temps que sa fortune se fragmentait, un dernier élément menaçait les revenus et la position de l’aristocratie. L’emprise seigneuriale sur les hommes se relâchait.

Le marasme de la seigneurie

10Un document exceptionnel permet de brosser un tableau de la seigneurie vers le milieu du XIVe siècle. Il s’agit de l’information sur l’état matériel de l’Hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem, conduite pour réformer l’ordre sur l’injonction du pape Benoît XII. Nous conservons l’enquête menée, en 1338, sur les maisons du Prieuré de Provence. Elle inventorie leurs besoins et leurs ressources. Pour ce, elle passe en revue les nombreuses possessions de l’Hôpital dispersées entre Dauphiné et Provence, de Valence à la Méditerranée. Elle minore certains revenus et en oublie d’autres. En particulier, l’activité pastorale n’apparaît pratiquement pas. En tenant compte des lacunes, le marasme de cette économie seigneuriale reste pourtant manifeste, ainsi que les analyses de Georges Duby l’ont montré.

11Les revenus répondaient à grand-peine aux dépenses. Les terres restées en pleine propriété se montraient parfois d’un bon rapport. Encore fallait-il, pour obtenir de gros bénéfices, qu’elles se situassent dans des zones favorables et que les Hospitaliers abandonnassent l’exploitation directe, pour des « concessions temporaires à part de fruit ». Forte de ce secret, la commanderie de Saliers, près d’Arles, dégageait d’énormes excédents. Ils représentaient 79 % des rentrées. C’était une exception. Mais l’inventaire prouve surtout la faiblesse, en général, « de la rente seigneuriale ». Dans cette catégorie, Georges Duby inclut des recettes aussi diverses que celles tirées des prérogatives banales, des dîmes ou des tenures. Toutes représentaient l’exercice d’une forme de pouvoir sur des dépendants. La situation résultait de la pauvreté de ceux-ci. Elle s’expliquait autant, toutefois, par une pression seigneuriale plutôt modérée, sans doute en régression. De façon caractéristique, les corvées étaient rares. Elles tendaient, semble-t-il, à disparaître.

12Chez les Hospitaliers, le point faible de la seigneurie résidait dans ce qui en représentait l’essence, l’ascendant sur les hommes. Cet enseignement de l’enquête de 1338 a d’autant plus de poids que le phénomène touchait un seigneur moins exposé que l’aristocratie laïque à la volonté du prince de borner sa puissance. Le relatif abaissement de la seigneurie ne représentait pourtant pas un résultat acquis par avance.

13Le pouvoir angevin ne souhaitait pas démanteler le système seigneurial. Il était lui-même le premier des seigneurs. Outre la protection spéciale due au patrimoine ecclésiastique, il n’entendait pas ruiner sa noblesse. Les interventions de Charles Ier ou de Charles II contre les empiétements des officiers publics ne laissent pas douter de leur désir de ménager les intérêts de l’Église et de l’aristocratie. Ces mesures participaient à une plus grande ambition. Les deux princes agissaient dans la continuité de leur action à l’égard de l’aristocratie militaire. Ils croyaient assurer sa permanence par la définition d’un ordre de la noblesse. De même, ils donnaient des contours plus clairs, donc durables, aux droits seigneuriaux.

14Ces nouvelles limites se calquaient sur les progrès de l’État. Elles offraient néanmoins une position de repli aux seigneurs. En 1276, Charles Ier leur soumettait ses propositions sur l’exaction des quêtes, au profit de la cour, et sur un partage de la juridiction avec elle. Dans les statuts de 1304, un effort important de préservation des seigneuries, face à l’administration publique, était consenti. Le prince protégeait encore le réseau seigneurial de ses conflits intestins, quand il imposait sa paix ou résolvait les différends. Les « partageurs de territoires » institués par Charles Ier constituaient déjà un exemple très parlant de cette politique. Pour sa part, un article des statuts de 1304 répondait au problème des hommes qui changeaient de domicile. Ils échappaient au pouvoir de leur seigneur antérieur, à moins qu’ils ne fussent des « serfs » (servi). L’ordonnance ajoutait plusieurs synonymes de ce terme : « attachés à la terre » (adscripticii), « corvéables » (angarii), « hommes de corps ou de chasement ». Un authentique servage recevait l’aval de l’État. De la sorte, les maîtres profitaient également de la clarification des conditions sociales, que le régime favorisait volontairement et involontairement, par la seule mise en ordre du pays.

15Un certain flou entoura longtemps le concept de servage en Provence. La variété du vocabulaire utilisé pour qualifier les hommes en étroite sujétion le souligne. Nous voyons que les choses se firent plus nettes avec le XIVe siècle. L’appellation très explicite de maleservi connaissait à ce moment un véritable succès pour désigner les serfs, en tant qu’hommes soumis aux « mauvaises servitudes ». Approuvée par l’Autorité et devenue plus précise, la notion de servage se muait en instrument efficace aux mains des seigneurs, pour défendre leurs droits.

16Quelques-uns parvinrent peut-être à imposer des charges supplémentaires à leurs dépendants, sous le prétexte qu’elles découlaient de leur statut servile. Cependant, le servage existait déjà comme une solide réalité au milieu du XIIIe siècle. J’entends de fait. Mais on savait distinguer, de temps à autre, les paysans ayant reçu la « liberté » des autres. La période angevine ne produisit donc pas exactement un nouveau servage. Elle n’en avait pas besoin. Elle autorisa, en revanche, la résistance d’un servage qui n’avait rien de symbolique.

17Il est vrai que le modèle dominant était celui du servage « réel », reposant moins sur la personne que sur la terre qu’elle occupait. En tout cas, il en alla ainsi quand la mobilité des hommes donna un sens à la distinction et que le statut des serfs se précisa. À l’ordinaire, ceux-ci tenaient de leur seigneur un « chasement » (casamentum), à la fois tenure servile et exploitation agricole. Il n’était pas rare que de nouveaux tenanciers acceptassent de tels chasements, attirés par ces dotations relativement importantes. Pourtant, la condition du serf n’était pas toujours attractive. Elle variait selon les lieux. Elle correspondait toutefois à un servage effectif. Dans certains cas, les dépendants demeuraient « à merci » de leur seigneur ou payaient les quêtes à sa guise. Les obligations se distinguaient par leur diversité. Même modérées, des corvées renforçaient la subordination. Trois contraintes étaient très communes et mal supportées : l’obligation de résidence sur la seigneurie ; l’interdiction d’aliéner la tenure, hors « grâce spéciale » ; la mainmorte, en l’absence d’héritiers directs.

18Certaines zones, comme en basse Provence occidentale, ne connaissaient au milieu du XIIIe siècle que les tenanciers censitaires, soit des libres. Mais le servage était répandu au travers d’une large Provence intérieure. Il se remarque à Fuveau, au sud d’Aix, comme à Boulbon, près de Tarascon. Dans la première moitié du XIVe siècle, ses survivances restaient nombreuses dans le haut pays et ses traces subsistaient en basse Provence centrale. Voici qui illustre au mieux ces permanences de la seigneurie provençale, qu’il ne faudrait pas négliger.

19L’ascendant des seigneurs sur leurs hommes s’exprimait encore, de façon ostentatoire, par les serments de fidélité qu’ils exigeaient d’eux, dès avant l’époque angevine. D’abord occasionnel, l’hommage renforçait ces serments de façon presque systématique depuis la fin des années 1250. Certains hommages marquaient fortement la subordination, quand le dépendant baisait les pouces ou la main du seigneur. Plus souvent, il est vrai, le rituel avec baiser de bouche ne distinguait pas l’hommage roturier de l’hommage noble. Cette absence de caractère humiliant répondait peut-être à la diffusion de la coutume. Très générale, elle s’imposait aux libres comme aux serfs. Sa propagation imitait sans doute la politique féodale des Angevins.

20Mais c’était que les seigneurs s’inquiétaient du déclin de leur propre autorité. De même, le servage se consolida, comme catégorie bien définie, parce que menacé. Force est de constater qu’il connut, malgré tout, un recul rapide et important. La seigneurie subissait l’assaut des libertés. Leur pression, sensible dès l’enquête de circa 1252, s’accentuait par la suite. Les affranchissements ne se multipliaient pas seuls. De nouvelles franchises bénéficiaient tant aux anciens serfs qu’aux libres. Elles concernaient les droits individuels comme collectifs. Cette ample émancipation affectait toutes les catégories de seigneuries, celles de l’aristocratie et de l’Église, comme celles du prince.

21La première piste à suivre serait le relevé méthodique des actes écrits accordant des affranchissements ou des franchises. En son absence, il reste possible d’affirmer que ces documents survivent en grand nombre, pour la Provence stricte et pour le Comtat Venaissin, si l’on ne s’enferme pas dans une définition étroite des chartes de privilèges. Aux côtés des concessions d’apparence spontanée et des confirmations, il faut compter toutes les conventions ou les règlements de litiges. Ces privilèges ne représentèrent pas une nouveauté, apparue avec les Capétiens. Ils se multiplièrent alors. Si Charles Ier en fit très tôt un axe de sa politique, ce choix ne se démentit ensuite ni avec lui ni avec ses successeurs. Mais les seigneurs ne furent pas en retard et participèrent assez activement à la distribution de libertés. Les plus puissants s’y résolurent. Conservons en mémoire les importantes « coutumes » données, en 1252, par Boniface de Castellane de Riez aux « hommes de marché » de Castellane. Entre autres faveurs, elles les affranchissaient.

22Le baron justifiait ses générosités par le pur souci de l’intérêt des dépendants. Plus crûment, Barral de Baux vendait, en 1264, des « immunités » aux habitants de Bédoin et de Loriol, en Comtat Venaissin. De telles cessions ne paraissent pas rares. La cour elle-même vendait à l’occasion ses prérogatives, ainsi à Coaraze en 1329. Des besoins pécuniaires urgents jouaient un rôle dans ces abandons. Le budget public était mal en point. Il faut surtout se souvenir des difficultés financières connues par les seigneurs. Ils subissaient concurremment les revendications de leurs hommes. En se répandant, les libertés exerçaient sur eux un attrait contagieux. Ils arrachaient beaucoup de chartes de privilèges sous la forme de sentences arbitrales. Ils mettaient ainsi à profit les ressources d’une société qui se fondait peu à peu sur le droit. Le progrès de l’État intervenait là de façon plus décisive encore que dans l’appauvrissement des seigneurs. Le recours à la chicane signifiait que les sujets éprouvaient quelque confiance dans sa justice. N’omettons pas que certains avaient précocement espéré dans Charles Ier, face à leurs maîtres. En se montrant plutôt large en fait de privilèges, le prince confirmait de surcroît sa bienveillance. Il multipliait les encouragements, fussent-ils inconscients. Dans les premiers temps, une atmosphère de rivalité intervint vraisemblablement dans l’octroi des privilèges. Remarquons la coïncidence entre les bontés de Boniface de Castellane pour ses serfs et sa longue résistance au nouveau comte.

23Les chartes d’affranchissement et de franchises ne constituèrent cependant que la pointe émergée de l’iceberg, dans l’allégement de la seigneurie. Il est plus facile de percevoir ses résultats que d’en retracer les modalités. Le nouvel esprit qui présidait aux relations entre les seigneurs et leurs hommes transparaît dans les baux ruraux. Les tenures perpétuelles, les concessions en accaptum, s’appelaient maintenant de façon courante des « emphytéoses ». Ce plagiat du droit romain avait une signification. Le vocable s’imposait sous l’influence des notaires. Il reflétait l’usage de concéder les tenures par des actes notariés. Ceux-ci créaient des liens contractuels et synallagmatiques entre les parties. Il en allait ainsi même quand le preneur acceptait un chasement. Bien sûr, c’était encore plus évident avec les censives. Leur diffusion offre un indice supplémentaire des transformations en cours. Cette multiplication résultait en partie des affranchissements. Mais elle contribuait à propager la liberté quand de nouvelles tenures se confiaient sous cette forme. Une fois de plus, le prince semble avoir favorisé le mouvement, en introduisant volontiers des censitaires sur ses possessions.

24Les censives entraient dans la logique d’un contrôle moins permanent des hommes. Il était de l’intérêt de la cour, qui gérait des domaines immenses et éloignés. Selon la même stratégie, elle rendait solidairement responsables les habitants d’un lieu de taxes imposées, en théorie, par foyer. Elle exigeait les quêtes ou les aides sur cette base collective. Elle abonnait aux agglomérations, pour une somme globale, les albergues ou le rachat des cavalcades. Elle tendait à se décharger de l’administration immédiate des sujets. Tel fut le cas même pour les fidélités et hommages, quand des syndics se mirent à les prêter au nom des communautés. La cour accélérait le procès qui substituait ces dernières aux seigneuries, dans l’encadrement de leurs membres.

25Quel que fût son désir de maintenir les seigneuries, le prince contribua à les diminuer. Mais leur déclin ne s’explique qu’en mettant au premier plan les communautés d’habitants. Tout encourageait leur avancée. L’affaiblissement des maîtres leur laissait une plus grande marge de manœuvre. Largement menée sous leur conduite, la conquête de libertés forgeait les solidarités en leur sein. Puis les franchises, obtenues en droit ou en pratique, les stabilisaient.

L’affirmation des communautés

Que désormais et à perpétuité il y ait dans le village de Cuers six conseillers jurés, du lieu ou habitant sur place, pour administrer, régler et ordonner les affaires et les biens de cette communauté […], dont les premiers soient élus, par la communauté elle-même, à la prochaine fête de la Saint-Michel du mois de septembre [29 septembre] en parlement public. Par la suite […], que d’année en année leur élection soit faite et réalisée par ceux sortant effectivement [de charge]. Mais que deux nobles ou chevaliers et quatre du peuple soient du nombre desdits six conseillers […]. Qu’aux conseils qui seront faits et tenus par eux, le bailli dudit lieu ou son lieutenant soit toujours présent […]. Qu’il y ait dans ce village trois syndics […]. Que le pouvoir et l’office de ces syndics ne durent que six ans complets, et pas plus. Qu’après eux trois autres soient élus de nouveau.
Éd. C. Arnaud, Histoire de la viguerie de Forcalquier, t. 1, Marseille, 1874, p. 105-106. Traduction de l’auteur.

26Cet arbitrage de 1339, entre Cuers et son seigneur, établissait une communauté de syndicat dans sa forme achevée. Elle reposait sur deux institutions permanentes : le conseil restreint et les syndics. Dotés de fonctions générales, ces derniers devenaient les chefs de la municipalité. Ce document résume le progrès accompli par de nombreuses agglomérations. Il étonne quand l’abolition des grands consulats semblait entraîner un recul durable des organisations communautaires.

27De fait, le déclin des petits consulats, entamé alors, se poursuivit. Il est également vrai que des localités fermement gardées en main par un pouvoir seigneurial autoritaire ne manquèrent pas, jusqu’à tard dans le Moyen Âge. Pourtant, un puissant mouvement d’affirmation des communautés s’amorça dès la seconde moitié du XIIIe siècle. À cette époque, il devient possible d’affirmer que toutes les collectivités d’habitants, jusqu’aux plus petites, étaient devenues des « universités ». Cette accession à la personnalité morale s’étendait aux juifs. Une « université des juifs de Provence et du comté de Forcalquier », attestée en 1276, les rassemblait. Ils formaient des universitates particulières, là où ils résidaient. Il est exact que cette double structure aidait à lever la « taille des juifs ».

28Par sa signification juridique, l’existence d’une universitas demandait l’accord au moins tacite du prince, dans et hors de son domaine. Mais le cas des juifs expose et explique au mieux la diffusion de ce modèle. Il était cohérent avec le choix de s’appuyer sur les communautés, pour administrer les hommes, dont le souverain donnait l’exemple. Il ne pouvait s’opposer aux universitates, quand il les utilisait toujours davantage comme relais de son autorité.

29Pour subsister, elles supposaient une organisation. La capacité de se réunir en parlement public et de nommer des syndics, pour des questions précises, se trouvait dorénavant admise partout. Comprenons en cas de nécessité et avec autorisation expresse. Bientôt, certaines communautés dépassaient ce niveau élémentaire. Les privilèges donnés dès 1260 au castrum de Digne, par son évêque et Charles Ier, méritent qu’on insiste sur leur précocité et leur contenu. La communauté recevait le droit de percevoir des contributions à son profit. Elle désignerait annuellement des officiers appelés « communaux » (comunales). Au nombre de trois « probes hommes » et d’un chevalier, ils serviraient en quelque façon d’arbitres entre les habitants, sur les questions d’impôts, de propriétés et d’eau.

30Je n’oublie pas la situation singulière de cette partie de la ville, comme coseigneurie du comte et de l’évêque. Néanmoins, Charles Ier témoigna de diverses façons d’une attitude ouverte envers les communautés. La liberté accordée aux Niçois, en 1271, de régler leurs différends (ni criminels ni féodaux) par des arbitres ne va pas sans quelque rapport avec les fonctions des communaux dignois. De leur côté, certains seigneurs abandonnaient déjà davantage. En 1264, Barral de Baux permettait à Bédoin et à Loriol d’établir à leur volonté des syndics, mais encore spéciaux. L’évêque de Carpentras accordait lui, en 1269, des syndics généraux à sa cité.

31À compter des environs de 1300, l’essor des institutions municipales s’accélérait. Les concessions de la cour s’élargissaient. Charles II et Robert dotaient diverses communautés d’un conseil restreint stable. Ils étendaient le privilège d’abord réservé à Marseille, Arles et Avignon. Une liste assurément partielle est pourtant éloquente : Tarascon (1292), Aix (1293), Saint-Maximin (1295), Saintes-Marie-de-la-Mer (1307), Toulon (1314), Brignoles (1322), Nice (1324), Sisteron (1333 puis 1341), Saint-Rémy (1339), Castellane (1341).

32Bien que fermes sur leurs prérogatives, les Hospitaliers eux-mêmes acceptaient un embryon de conseil pour Manosque, en 1316. Un peu avant Cuers, les habitants de Rognes obtenaient en 1338 de leur maître, Pierre de Lamanon, un conseil et des syndics permanents. Bertrand de Baux devait admettre, en 1300, des syndics élus à vie pour Aubagne. Voici qui suffit. Des deux conquêtes suprêmes que représentaient le conseil et les syndics permanents, la première se vulgarisa beaucoup. Pour la seconde, le succès ne semble pas aussi répandu. Toutefois, les exemples ne manquent pas non plus.

33Au vrai, l’absence de privilèges ou des privilèges partiels n’interdirent pas, à plusieurs communautés, une vie municipale très aboutie au XIVe siècle. Elle s’appuyait sur des conseils temporaires, mais réunis à chaque besoin, et des syndics qui, de fait, devenaient généraux et se maintenaient en charge. Des institutions s’imposaient par l’usage. Les confréries liées aux communautés appartenaient à cette catégorie. Mieux connues pour les périodes ultérieures, leurs traces se repèrent déjà. À Digne, elles se trouvaient associées à la gestion municipale, sur la fin du XIIIe siècle.

34Ces confréries entretenaient une concorde de nature spirituelle entre les individus. La réussite des universitates dépendait de leur cohésion, autant que des structures administratives. La prise en main d’intérêts communs la suscitait plus que tout. La confrontation avec la seigneurie ne constituait qu’un élément d’une action générale pour l’extension ou la défense des prérogatives de la collectivité et de ses membres.

35Les disputes sur les frontières des territoires et les conflits pastoraux contribuaient beaucoup à unir les communautés rurales. Elles se dotaient de droits d’usage ou s’appropriaient de vastes portions des friches. Elles se rendaient maîtresses de leur espace. Les prérogatives accumulées les conduisaient à organiser la vie rurale, voire à développer une codification écrite. Cette pratique était entrée dans les mœurs sur la fin du XIIIe siècle. L’objet de ces réglementations paraîtra modeste. Elles conditionnaient l’existence des habitants. Ils glissaient dans une large dépendance à l’égard des communautés. Elles parachevaient de la sorte leur consolidation.

36De son côté, la poursuite d’une activité statutaire par les anciens grands consulats pouvait inquiéter davantage le prince que les règlements de villages ou de petites villes. Même avec Charles Ier, l’habitude ne disparut pas totalement. Les statuts de Nice se révisaient, en 1274, avec l’avis de probes hommes de la cité. Conformément aux Chapitres de paix, de nouveaux statuts furent publiés pour la ville basse de Marseille. Ils apparurent dès 1268, approuvés par le conseil général. Or, les Chapitres de paix n’envisageaient pas ce consentement exprès. Le conseil veillait encore à la conservation des statuts en s’adressant directement à Charles Ier, par-dessus le viguier. De toutes les façons, il participait dès lors activement à l’administration urbaine. En 1275, le roi invitait son viguier à s’incliner devant l’avis de la majorité du conseil, au sujet de la délimitation du territoire marseillais. Sa lettre annonçait une situation que les registres des délibérations du conseil permettent de vérifier au XIVe siècle. Ils se conservent en bon nombre à partir de 1318. Ils prouvent que le viguier exerçait une présidence très légère à la tête du conseil général. Celui-ci gérait la ville basse fort librement. D’un autre point de vue, la manifestation au XIVe siècle de quelques violentes haines, entre grandes familles de la ville, suggère à sa façon l’orgueil et la puissance que l’élite urbaine gardait ou avait retrouvés.

37La franchise marseillaise est typique de beaucoup de communautés provençales. En droit, elles n’agissaient qu’avec l’accord du représentant de l’autorité seigneuriale, comme le disaient les franchises de Cuers. En pratique, ce contrôle se révélait souvent superficiel. Cette émancipation se vérifie amplement parmi les communautés sous la seigneurie du prince. Les sources favorisent leur connaissance. Il reste assuré que les Angevins consentirent à la diffusion des autonomies municipales à l’égal des seigneurs, et de manière plus délibérée. La prudence conservée par Charles Ier ne contredit pas ce choix dès son gouvernement.

38De façon générale, la cour accéléra des mutations sociales qui avantagèrent les libertés municipales. Elle contribua de diverses manières à l’émergence d’hommes aptes à guider les universitates. J’entends de la réduction du servage au développement du groupe des lettrés, associé à la nouvelle réalité étatique. Le mouvement économique soutint peut-être encore l’ascension de notables. Il n’eut pas la portée du contexte politique, car ses effets demeurèrent ambigus.

De la prospérité à la récession

39En l’absence de statistiques économiques véritables, le mouvement des richesses reste incertain. L’étude du peuplement offre une approche de la question. La Provence est l’un des espaces les plus favorisés pour ébaucher une histoire démographique aux derniers siècles du Moyen Âge.

Le verdict de la démographie

40La connaissance de la population bénéficie de données numériques relativement fournies, surtout pour le XIVe siècle. Elle les doit avant tout aux impôts publics basés sur les feux, assimilables aux ménages. L’albergue et le rachat de la cavalcade restaient affouagés dans certaines agglomérations. La quête se levait selon le nombre des feux. Un dossier remarquable se conserve pour 1343, au début du règne de Jeanne, le recours de feux exécuté dans 23 communautés du bailliage de Puget-Théniers. Elles avaient sollicité cette enquête sur les feux contribuables, car ils avaient diminué. Le recours les recensa, constata leur réduction, puis nota les causes des disparitions.

41L’interprétation des sources soulève des difficultés. Pour le nombre moyen de personnes par feu, les estimations restent trop fragiles. L’inconnue la plus grave concerne l’écart entre les feux contribuables et le total des feux. Outre la fraude, il faut songer à une foule d’exempts : miséreux, nobles, officiers royaux, juristes, clercs non mariés, juifs (astreints à leur propre taille). Ces incertitudes ne dissimulent pas les grandes orientations démographiques.

42La population continuait de croître de façon très générale entre le milieu du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle. Dans des zones de haute Provence, elle se stabilisait. Peut-être diminuait-elle parfois. Ce n’était pas un fait commun. Seyne-les-Alpes doublait ses feux contribuables entre 1249 et 1315. Bien avant la peste noire, le déclin s’amorça pourtant, spécialement en haute Provence. Selon l’enquête de 1343, dans les communautés du bailliage de Puget-Théniers, les feux contribuables avaient fondu de 35 % au total, sur une dizaine d’années. Dans la première moitié du XIVe siècle, la basse Provence maritime et occidentale n’était plus aussi florissante que naguère. Sa population augmentait, mais faiblement, avec d’inquiétantes exceptions.

43Seule Avignon tranchait sur cette médiocrité. Nous manquons de données, mais les murailles édifiées plus tard, par décision d’Innocent VI, s’allongèrent sur 4330 mètres. L’agglomération ne les dépassa qu’au XIXe siècle. Elles triplaient et davantage la surface englobée dans l’enceinte abattue par Louis VIII. Elles renfermaient des espaces vides. Toutefois, ces travaux se plaçaient après la grande peste, à un moment très difficile. Ils démontrent l’extraordinaire croissance de la résidence des papes, dans la première moitié du siècle.

44En revanche, une enquête de 1342 cherchait les causes d’une chute des revenus de la halle au blé de Marseille. Les dépositions accusaient en bloc la dépopulation, les hostilités et l’appauvrissement. La perte d’Acre avait ruiné la ville, comme les guerres. Celles-ci avaient également provoqué une hémorragie d’hommes.

45La situation démographique de la Provence dénonçait, au premier chef, la récession économique qui la gagnait. Le schéma proposé par l’exemple marseillais se trouve confirmé et complété par l’enquête de 1343 réalisée dans le bailliage de Puget-Théniers. En dépit de cas incertains, ses enseignements demeurent clairs. La mort n’expliquait la perte que de 42 % des contribuables. Environ 10 % étaient devenus mendiants, souvent vagabonds. Dans les 48 % avaient émigré. Ces départs résultaient eux-mêmes, à l’habitude, de la pauvreté. Au vrai, les feux disparus étaient pour la plupart misérables, quelle que fût la cause immédiate de leur effacement. Ce bilan révèle le dénuement qui frappait certaines zones.

46Le dépeuplement n’avait pas une origine d’abord biologique, comme pendant la peste noire. Dans ces premiers temps de la crise, une redistribution des hommes au travers de la Provence jouait davantage que la surmortalité. Les émigrés du bailliage de Puget-Théniers partaient en nombre vers le bas pays. Ils amorçaient l’exode des gavots de leurs montagnes, appelé à un long avenir. Dans le même temps, ils révélaient la particulière fragilité du haut pays devant des temps difficiles. Dans leurs réponses, les témoins la confirmaient. Pour expliquer le dépeuplement, ils ne suivaient pas exactement les Marseillais. Ils n’en appelaient pas à la politique internationale. Les représentants de Castellet-lès-Sausses résumaient en quelques mots le mécanisme qui avait perdu leurs compatriotes :

Des tempêtes se soulevèrent, sur ce village et son territoire. Par conséquent, les gens manquèrent de leurs fruits habituels pendant plusieurs années et ne purent supporter les frais de subsistance d’eux et de leur famille. Et ils s’endettèrent auprès des juifs. Et ensuite, une fois leurs biens vendus, ils abandonnèrent totalement le village lui-même.
Éd. É. Baratier, La démographie, op. cit., p. 223. Traduction de l’auteur.

47Tout le dossier établit la tragédie de l’endettement, auprès de chrétiens comme de juifs. Elle achevait seulement le procès de la ruine. Au travers de l’enquête, le pouvoir seigneurial paraît encore lourd. La fiscalité royale dut également peser. Mais les hommes de Castellet plaçaient l’insuffisance des récoltes au départ de la spirale du malheur. Les intempéries citées font songer à la détérioration climatique, qui tint une place certaine dans les calamités de la fin du Moyen Âge. En même temps, elles montrent une économie rurale incapable de supporter de mauvaises années.

48Elle y parvenait d’autant moins que s’exerçait une forte pression démographique. Dans 9 des 23 communautés concernées par le recours de 1343, des « hommes des hameaux (de forestis) » vivaient hors de l’agglomération principale. La Provence ne connaissait pas que l’habitat groupé, il s’en faut. Mais ces écarts suggèrent des territoires exploités au maximum. Les hautes terres illustraient le niveau élevé de peuplement atteint par la région. Songeons que, au début du XIVe siècle, elles se trouvaient en équilibre démographique avec le bas pays.

49Les effets induits par la politique étrangère des Angevins ne suffisent pas à rendre compte du malaise général exprimé par la démographie. Il progressait en raison de faiblesses structurelles. La haute Provence en donnait l’exemple extrême, prise entre surpopulation et limites des techniques agro-pastorales.

Le système agro-pastoral

50La haute Provence formait un espace révélateur des caractéristiques de l’économie rurale provençale. Je la retiendrai pour principal exemple. En 1341, des témoins décrivaient de la sorte certains trajets vers Digne :

Les chemins sont périlleux, surtout en hiver à cause de la neige et du froid, pour franchir les montagnes […]. Plusieurs fois, des hommes ont trouvé la mort dans ces montagnes. En été comme en hiver, des dangers menacent ceux qui empruntent ces itinéraires, car il y a de mauvais cols et des bois où des voleurs, des meurtriers et des bandits de grand chemin ont commis des meurtres dans le passé.
Trad. É. Baratier, Documents, op. cit., p. 87.

51De son côté, Raimond Féraut racontait, dans la Vida de sant Honorat, le voyage de son héros dans le secteur du Mercantour. Il représentait la contrée comme une lointaine forest estrayna, étrangère à l’homme, enveloppée de mystère et servant de refuge aux ermites. La vision d’un haut pays à certains égards sauvage contient sa part de vérité. Des indices suggèrent que la forêt conservait de l’importance, au long des derniers siècles du Moyen Âge. En tout cas, le saltus (bois et friches) enserrait l’ager (zone régulièrement cultivée) de tous côtés. Sur certains territoires de montagne, ce dernier se réduisait à peu de chose.

52« À mort ! » : à ce cri, des hommes de Roquebillière (Vésubie) s’attaquaient avec lances et « grandes coutilles », en 1342, à un berger de l’Hôpital du Var. Il paissait ses brebis sur leur territoire, selon le privilège pourtant reçu par cet établissement religieux de Charles II. Depuis le XIIIe siècle, des conflits, parfois violents, formaient l’ordinaire des relations des communautés avec leurs voisines, les seigneurs ou les étrangers, pour l’usage ou la possession du saltus. Des tensions internes moins apparentes, mais bien réelles, les divisaient à son propos, comme le prouvent leurs divers règlements. Si ces dissensions aboutirent à consolider les « universités », leur intensité était à la taille de l’enjeu économique. Malgré certaines apparences, le saltus ne se trouvait jamais en marge de l’activité humaine.

53Dans des proportions variables, il constituait une donnée de base de l’économie rurale provençale, à peu près partout. À Marseille, les éleveurs formaient un groupe puissant. Les massifs calcaires, qui enserraient la ville, portaient encore assez de conifères pour contribuer à la construction navale. Arles détenait d’immenses surfaces incultes. Elles possédaient un fort caractère. Elles se distinguaient par leur infinie platitude. Hors la Crau, elles s’étendaient sur le delta rhodanien et faisaient donc une place exceptionnelle à l’eau. Quoi qu’il en soit, il s’agissait là aussi d’un saltus, ouvert à l’élevage, à la chasse, à la pêche, à l’exploitation du bois, à la coupe des roseaux ou à la cueillette.

54Outre Arles, cependant, le rôle central du saltus ressort par priorité dans le haut pays. Les luttes pour son accaparement y prirent le plus d’ardeur. Si l’élevage apparaît au premier plan, le problème était plus vaste. Pour une grande part, ce saltus si disputé revêtait la forme de terres « gastes », selon une appellation expressive. Elles représentaient des zones où s’associaient formations végétales dégradées, pacages et cultures provisoires. Ce mélange avertit de la multitude des usages. Cette diversité n’épargnait pas pâturages ou forêts.

55Le plus curieux tient à la fréquence des labours. Ils ne se cantonnaient pas toujours à la « gaste », et s’attaquaient aux herbages et à la sylve. Des essarts étaient appelés à se pérenniser. À leurs côtés, il faut insister sur une tradition de céréaliculture temporaire ou demi-nomade. Cette technique extensive contrariait beaucoup les autres profits espérés du saltus. Elle nuisait aux arbres.

56Or, le bois constituait la grande matière première pour les habitants du haut pays. Concurremment, ustensiles de bois, cendre ou charbon allaient vers l’aval. De toutes parts, des arbres descendaient, sciés ou entiers. Ils se transportaient à dos de bête, par flottage libre ou, sur la Durance, par radeaux. Les résineux de la montagne venaient en tête de ces exportations, comme bois d’œuvre. Les expéditions par eau sont attestées à la fin du XIIe siècle, pour l’abbaye de Boscodon. À compter du début du XIVe siècle, une véritable hémorragie affectait les forêts de Provence alpine. Elles ravitaillaient jusqu’à l’insatiable marché génois. Dans le même temps, le rôle d’hommes d’affaires venus du bas pays, Provençaux ou Italiens, s’affirmait. La valorisation de la forêt connaissait de nouveaux développements sous l’influence de forces économiques du dehors, avides des richesses naturelles de la haute Provence. Ce mouvement touchait davantage encore les pâturages.

57La transhumance ne représentait pas une nouveauté. Elle s’employait de façon assurée au XIe siècle. La haute Provence ne pouvait entretenir qu’un nombre relativement modeste d’animaux pendant l’hiver. En revanche, l’été grillait l’herbe du bas pays. Il était avantageux que les deux milieux se trouvassent en relation. Le grand essor de la transhumance s’ouvrait pourtant avec le XIIIe siècle, en parallèle avec l’unification graduelle de l’espace politique. Ce changement d’échelle permettait une progression de l’élevage, qui préparait son épanouissement du XVe siècle. Les troupeaux transhumants par excellence se composaient de moutons, accompagnés de quelques chèvres. Les ovins étaient mieux adaptés aux longs voyages. Ils faisaient l’objet de spéculations économiques, qui avivaient le désir d’en augmenter le nombre et la qualité. Ces bêtes fragiles n’auraient su hiverner en altitude qu’en quantité très limitée. Aussi la transhumance se renforça-t-elle d’abord, pendant le XIIIe siècle, sous la forme dite inverse, celle des animaux de la montagne vers l’aval. Le pasquerium comtal se leva donc, à partir de Raimond Bérenger V, sur les bergers descendus pour la saison froide en basse Provence orientale. Sous cette variante, la pratique restait contenue par les moyens généralement restreints des hommes du haut pays. Pendant le dernier quart du XIIIe siècle, la transhumance dite normale (de l’aval vers les alpages) prenait consistance. D’importants entrepreneurs du bas pays entraient en action. L’initiative vint d’établissements religieux. Au XIVe siècle, de puissantes familles nobles s’engageaient dans la même activité.

58Dans une criée de 1345, les maîtres rationaux en résidence à Aix dénonçaient des personnes « de bonne noblesse abondant en biens », qui envoyaient indûment leurs troupeaux sur les terres du Domaine. De la sorte, les territoires se trouvaient dévastés et leurs habitants privés de subsistance. Par conséquent, il était dorénavant interdit d’introduire du bétail sur quelque lieu du Domaine, à qui n’y résidait pas. Il faut comprendre sans rien payer au fisc. Cette proclamation protégeait ses intérêts. Quoi qu’il en soit, elle trahissait les inquiétudes suscitées par la taille et les méthodes d’une forme d’élevage relativement récente, la grande transhumance, aux mains de quelques riches propriétaires.

59Les oppositions qu’ils soulevaient correspondaient à la concurrence qui s’exerçait sur les pâturages. Seules les tragédies démographiques, au demeurant proches, allaient faire plus de place à la transhumance, quelle que fût sa forme. Pour l’heure, son importance demeurait plus modeste que la criée de 1345 ne donnerait à le croire. Les appels et les enquêtes qu’elle suscita conduisent à cette conclusion. La grande transhumance concentrait sur elle les craintes nées d’un problème général de surcharge pastorale. En fait, un petit élevage dominait, avec des troupeaux qui ne se déplaçaient souvent que sur de courtes distances et un cheptel diversifié.

60Le dossier de la criée de 1345 et de ses suites s’applique à toute la Provence. Il est surtout remarquable de voir ses enseignements englober les hautes terres. Les sources convergent pour démonter que là aussi l’emportait un élevage répandu, mais familial, avec peu d’éleveurs spécialisés. Aux côtés des moutons ou des chèvres, les bovins tenaient une solide place, dont les bœufs de labour. La communauté de Saint-Martin-Vésubie bridait, en 1311, l’élevage spéculatif, dans le but évident de préserver les intérêts des troupeaux domestiques :

Que personne, de quelque condition qu’il soit, n’introduise, ni n’ose, ni n’ait l’audace d’introduire dans tout défens coutumier […], une fois ce défens ouvert selon la volonté et l’accord des hommes de ce lieu, plus de dix trenteniers de [petit] bétail. Et que ce bétail soit le sien.
Arch. dép. des Alpes-Maritimes, E dépôt 3, Saint-Martin-Vésubie, AA I, n° 1. Traduction de l’auteur.

61La compétition autour du saltus indique qu’il ne formait pas une frontière, ouverte à une conquête sylvo-pastorale. Comme nous le constatons, seigneurs ou communautés plaçaient des secteurs en « défens », y imposant des restrictions d’usage, et les quartiers concernés prenaient volontiers ce nom de « défens ». Dans leur totalité, les territoires se soumettaient à de strictes réglementations, et ces mesures touchaient d’abord le saltus. Celui-ci s’intégrait dans un espace totalement approprié et appréhendé par l’homme, quand même il paraissait lointain. Tout le sol se répartissait entre les territoires des diverses localités. Il n’y avait pas de marches aux limites floues. L’effort de domestication de l’espace s’exerçait partout. Il se perçoit encore dans les « béals », qui captaient l’eau pour moulins, prés ou jardins, et dans le réseau organisé des chemins.

62Le saltus demeure le témoin le plus convaincant de la volonté de mise en valeur systématique des ressources naturelles. Simultanément, son exploitation ne dénonce pas une économie en quelque sorte de pur prélèvement. Elle dévoile l’attachement aux équilibres. Ce que nous avons appris de l’élevage et des emblavages itinérants convainc de la priorité accordée aux complémentarités agro-pastorales, jusqu’en haute Provence.

L’homme des seigneurs d’Oraison, qui y fait feu et laboure avec deux ou plusieurs bœufs, ou avec un bœuf et un âne, un mulet ou un roncin, ou avec deux roncins ou des mulets, donnera désormais pour cens auxdits seigneurs […] six sous coronats, à la Toussaint, et six setiers de céréales, à la Saint-Julien, à la mesure du village, à savoir trois setiers de froment et trois d’orge. Celui qui laboure avec un seul bœuf donnera seulement trois sous et trois setiers de céréales. Ceux qui n’auraient pas de bœufs et ne laboureraient pas à leur profit avec des roncins ou des mules, mais posséderaient deux trenteniers de troupeaux donnant du lait ou deux juments au temps des moissons [pour le dépiquage], payeront le cens comme le propriétaire d’une paire de bœufs.
Trad. É. Baratier, Documents, op. cit., p. 78.

63Cet extrait des franchises reçues au milieu du XIIIe siècle par Oraison, sur la moyenne Durance, montre une société structurée selon la possession des attelages de labour. L’éleveur relativement aisé qui ne serait pas d’abord laboureur paraît une exception. De leur côté, les corvées consistaient en services pour la moisson ou le transport des céréales, ainsi que « d’hommes et de bœufs dans les vignes ou dans les champs ».

64Comme dans le reste du pays, les hommes de haute Provence consacraient une part importante de leur énergie aux cultures, fût-ce sur des surfaces étroites. Ces productions infirment l’idée d’une exploitation sommaire de l’espace. Jusqu’à l’entretien des prairies irriguées relevait d’une sorte de soigneuse culture de l’herbe. Il faudrait évoquer, à proximité des habitats, les jardins et les jardins-vergers. Les arbres fruitiers se complantaient également dans les vignes et dans les champs. Dans cette polyculture, que l’on qualifierait volontiers de méditerranéenne, la rareté de l’olivier se remarque. Sa médiocre diffusion se vérifie à l’échelle de la Provence, entendu que cet arbre n’était certes pas inconnu. En revanche, la vigne et les céréales constituaient les deux piliers la production agricole, dans presque toute la région.

65Les privilèges accordés à Sisteron, en 1257, promettaient qu’aucun officier ne prononcerait, sauf circonstances particulières, « la prohibition d’exporter le blé ou d’autres victuailles », sans le consentement des citoyens. Par ailleurs, l’importation du vin ou du raisin était défendue, hors certaines dérogations. La ville se pensait capable de disposer d’excédents agricoles, dont les céréales. Elle s’inquiétait spécialement pour ses surplus de vin. Cette volonté de protéger la viticulture locale se rencontre aussi bien à Digne qu’à Arles ou à Marseille. Certes, tout en restant une activité délicate, la viticulture se contentait de méthodes assez simples. Mais dans une contrée qui lui était globalement favorable, la vigne se cultivait partout où elle daignait pousser.

66Pour la question vitale des céréales, le bilan se révèle hélas plus complexe. L’approvisionnement en grains représentait une préoccupation répétitive pour la municipalité de Marseille. Avec l’appui de sources plus tardives, il se confirme pourtant que la Provence exportait jusqu’à Gênes. Des zones du haut pays, surtout, envoyaient vers l’aval une part de leurs récoltes. La production ne dégageait toutefois des surplus qu’à grand-peine. L’enquête des Hospitaliers de 1338 fournit, à ce sujet, des informations exceptionnelles. Elle estime les rendements moyens. Elle apprend leur faiblesse. À l’ordinaire, on ne dépassait pas les quatre grains récoltés pour un semé.

67La céréaliculture révèle cependant une situation plus nuancée qu’on ne le supposerait, quant à son savoir-faire. La Provence haute et centrale résume ses contradictions. Les moyens étaient incontestablement médiocres. Quant aux bêtes de trait, les bœufs l’emportaient, comme dans le reste du pays. Si les privilèges d’Oraison mentionnaient les chevaux, ils citaient également les ânes. Ils décrivaient des attelages hétérogènes. Seul l’araire s’employait, au mieux. Car l’enquête comtale d’environ 1252 évoquait même des labours à la houe dans les Préalpes de Digne.

68En revanche, la Provence médiévale ne se contentait pas de l’alternance entre cultures et jachères. Les semailles sur les « redoublés » (in restoblis), sur les chaumes, se pratiquaient largement. Dans une Provence haute et centrale étendue aux limites septentrionales de l’ancien comté de Forcalquier, l’emblavage unique avec jachère n’apparaît que dans 40 % des cas, selon l’enquête de 1338. Mais le double emblavage n’impliquait pas une rotation triennale classique, exceptionnelle dans la zone considérée. Les secondes semailles étaient, en général, très inférieures aux premières. Elles n’empêchaient pas des jachères, en moyenne, relativement longues. Il demeure qu’un large éventail de rotations s’appliquait. Il prouve la souplesse de cette agriculture, pour tirer le meilleur des conditions naturelles.

69La diversité des semences répondait au même souci. L’enquête de 1338 démontre encore cette pluralité. Elle résultait pour partie de la pratique du double emblavage, mais c’était l’un de ses objectifs que de jouer de la variété des récoltes. Il est vrai que la place faite à des céréales rustiques correspondait à la fragilité des productions. Retenons l’importance du seigle et du conseigle sur les hautes terres, comme de l’orge dans le bas pays. Ces céréales avaient longtemps dominé dans l’alimentation des humbles. Tout ceci n’empêchait pourtant pas la prépondérance du froment. Elle se renforçait dans la consommation et la production provençales. Et même le haut pays suivait ce mouvement d’ensemble. Voici l’indice ultime d’une économie que les obstacles ne rendaient pas immobile.

70L’agriculture voulut toujours harmoniser les exigences opposées d’une civilisation méditerranéenne aux multiples facettes. La pauvreté des ressources n’impliquait pas que la société fût primitive. Jusqu’en haute Provence, la diversité et l’à-propos des techniques montrent le contraire. Toutefois, la formidable poussée exercée sur le saltus ne laisse pas douter que l’économie rurale touchait à l’extrême de ses capacités. Les richesses forestières et pastorales du haut pays n’alimentaient les relations avec l’aval que sous le poids de rapports inégaux et de contraintes, comme seigneurie, fiscalité ou endettement. Au demeurant, elles restaient bien insuffisantes pour assurer la prospérité des affaires en basse Provence.

La question des échanges

71L’enquête domaniale d’environ 1252 propose un tableau incomplet, mais large, de la structure des échanges au cœur du XIIIe siècle. Il suffit de considérer le réseau des péages comtaux. Il disposait un arc de cercle entre haute et basse Provence. Cette répartition certifie la vitalité des communications entre les deux milieux. Dans les taxes, les troupeaux occupaient déjà une bonne place, aux côtés du bois, des denrées alimentaires et de produits ouvrés. Des péages contrôlaient également les itinéraires qui traversaient la contrée de Nice à Avignon, et de Marseille vers Avignon ou vers la Durance. Enfin, les péages d’Arles et de Tarascon interceptaient le trafic international de la vallée du Rhône. Le bilan est clair. La Provence était dès lors irriguée par l’économie commerciale. Celle-ci dépassait l’échelle régionale.

72Une convention de 1298 confirme la diffusion en profondeur du négoce. Un « roi des merciers » et 25 de ses confrères s’engageaient à fréquenter chaque année, pendant trois ans, la foire de la Toussaint à Pélissanne (viguerie d’Aix). Dans l’espace français, il s’agirait de la première mention d’une association régionale, pour cette profession. Or, ces hommes ne pratiquaient pas ce que nous appelons la mercerie. Ils représentaient, par excellence, les marchands non spécialisés. La combinaison des foires et des merciers tint la première place dans la généralisation des échanges, à tous les niveaux de la société, qui marqua l’Occident à partir du XIIIe siècle.

73Ne péchons pas par optimisme. Pélissanne n’imaginait pas que sa foire réussît sans les merciers. Pour prix de leur participation, ils obtenaient des avantages substantiels. La plupart, au moins, n’étaient pourtant que de médiocres détaillants, vendant de tout un peu. D’aucuns possédaient des montures, mais d’autres, simples colporteurs, allaient à pied. Leur position de force, dans les négociations avec Pélissanne, n’est pas indifférente. Elle suggère la relative modestie de l’essor commercial.

74Certes, le maillage des lieux d’échanges ne paraît pas négligeable. Les foires se faisaient plus nombreuses. Il ne manquait pas de petites villes qui formaient des centres stables du commerce, et qui rayonnaient sur leurs environs. Des marchés s’y tenaient. Des boutiques s’y trouvaient. Telle se présentait Brignoles, dans le second quart du XIVe siècle. Les commerçants y constituaient une vraie catégorie sociale. Il n’empêche qu’ils demeuraient des sortes de merciers. Ils ne se consacraient pas à un produit déterminé. Ils portaient le nom générique de « marchands », hors les plus riches. Ces derniers se qualifiaient de « drapiers », mais ne se limitaient pas aux tissus. Leur nom venait de ce que le drap dominait de beaucoup dans les transactions. On ne saurait imaginer plus banal pour le commerce médiéval. Les autres produits vendus ne manifestaient pas plus d’originalité, avec céréales, bétail et vin. Cela avertit que Brignoles ne s’élevait pas au-dessus du négoce de base, en dépit de sa position centrale, en particulier sur le chemin de Nice à l’Avignon pontificale. Au vrai, les marchands de la ville ne savaient pas rassembler les capitaux nécessaires à de plus hautes ambitions. Quand ils ne travaillaient pas seuls, ils ne se réunissaient qu’en sociétés de taille limitée ou recouraient à la commandite.

75La faiblesse de l’association n’épargnait pas les centres du commerce à grande échelle. Les Provençaux ne formaient pas de ces puissantes compagnies qui faisaient la prospérité des Italiens, spécialement des Toscans. La commandite tenait une place prépondérante à Marseille. Il est exact que ce choix n’avait rien d’étonnant pour un port. La commandite portait la marque du négoce maritime et de ses dangers. Elle permettait, en particulier, de fractionner les investissements et de les confier aux commandités pour un seul voyage. La forte concentration du haut négoce sur le littoral, jusqu’à l’essor de l’Avignon pontificale, put contribuer à la timidité des hommes d’affaires. Mais sa cause essentielle se trouvait dans la modicité et la rareté des foyers de grand commerce.

76Marseille représentait, sur le plan économique, le principal de la façade maritime. Une réquisition de 1274 permet de mesurer son écrasante prééminence. Charles Ier exigeait quinze galères pour combattre Gênes. Marseille en fournirait huit, Nice trois, Martigues une, les Saintes-Maries-de-la-Mer une. Hyères et Toulon s’associeraient pour un navire. Cannes et Antibes feraient pareillement. La liste ignorait Arles. Elle peinait à être davantage qu’une « ville de la terre », selon l’expression de Louis Stouff.

77Il est vrai que, pour sa part, Marseille jouissait d’une situation plutôt enviable au milieu du XIIIe siècle. Une source fort remarquable en convainc. Les archives communales de la ville conservent le plus ancien registre notarial de France, rédigé entre mars et juillet 1248 par Giraud Amalric. Celui-ci tenait boutique sur le port, soit la rive nord de l’actuel Vieux-Port. Il travaillait spécialement pour le milieu commerçant.

78Le document enseigne le bon niveau de ce groupe, quant aux méthodes marchandes. Il ne souffrait pas de retard sensible sur la moyenne des ports italiens. Il recourait massivement aux contrats notariés. Leur technicité et leur variété permettaient une large gamme d’opérations, en apportant de solides garanties aux parties. Outre les nombreuses commandites, les « sociétés » ou « compagnies » n’étaient pas ignorées, bien que conçues sous des formes étroites. Les contrats de change se pratiquaient couramment. On savait diviser la propriété des navires en multiples parts. En bref, l’habileté ne manquait pas pour mobiliser le capital et pour l’associer au travail.

79Cette capacité concorde avec ce que le registre de Giraud Amalric apprend des échanges. Le négoce marseillais touchait à nombre des grandes places commerciales de l’heure. En Europe, il entretenait des relations suivies avec les foires de Champagne et la France du Nord, pôle de prospérité au XIIIe siècle. En Méditerranée, il faut citer l’Espagne, l’Italie, le Maghreb et le Levant, avec en tête Chypre et Acre. Sans inventorier les marchandises dans leur diversité, relevons que la ville avait un rôle important dans les deux commerces à long rayon classiques du Moyen âge : les draps de la France septentrionale et de Flandre, et les produits exotiques de l’Orient. Ses rapports réguliers avec la Terre Sainte se traduisaient encore par une véritable compétence dans le transport des pèlerins. Ne surestimons pas cependant les succès. Marseille ne dépassait guère une fonction d’entrepôt. Faute d’un important artisanat, sa fortune reposait sur la poursuite d’échanges à distance, facilement menacés. Déjà, elle se trouvait exclue, par la puissance vénitienne, de l’immense secteur englobant Adriatique, Égée et mer Noire.

80Il est inutile de revenir sur les liens qui se nouaient bientôt entre Marseille et Charles Ier, puis ses successeurs. Son histoire ne se séparait plus de celle de la dynastie. Les bienfaits reçus du nouveau régime répondaient aux intérêts du port, tels que nous venons de les percevoir, qu’il s’agît de la protection ou des privilèges accordés sur les places lointaines. La faible diversification économique de la ville pouvait rendre attractifs les nolis pour le roi, comme activité complémentaire, puis de reconversion. Mais les Angevins n’étaient pas étrangers à la nécessité de cette réorientation. Les conséquences nuisibles de leur politique se comprennent mieux, également, à la lumière de la situation au milieu du XIIIe siècle. La succession des guerres et les défaites assaillaient un réseau commercial fragile et incomplet. Elles ruinaient la flotte. Dans cette déchéance de la marine, le service du roi tenait en réalité le premier rôle. Apprécié des armateurs, son bilan se révélait désastreux.

81Dans le destin de Marseille, ne faisons évidemment pas porter toute la responsabilité aux Angevins. Un ensemble de facteurs internationaux jouèrent, que je ne saurais énumérer. Songeons à la chute d’Acre aux mains des Mamelûks, en 1291. Pensons à la définition de nouveaux circuits commerciaux, avec le déclin des foires de Champagne et l’établissement de relations maritimes entre l’Italie et la Flandre. Cette voie directe s’ébauchait sur la fin du XIIIe siècle. Ajoutons la concurrence de l’Avignon pontificale.

82On estime que l’économie marseillaise amorça un repli dès environ le milieu du XIIIe siècle. En tout cas, la première partie de la guerre des Vêpres fut un moment difficile. Par la suite, n’imaginons pas une simple régression. Les périodes de recul et de reprise alternèrent. La ville résista longtemps à la décadence. Celle-ci s’accéléra pendant le règne de Jeanne, dans un contexte dégradé. Mais sans attendre, l’espace commercial se contracta. Les positions en Orient s’érodèrent. Pour compensation, les échanges avec le royaume de Sicile-Naples devinrent une question cruciale. Le cabotage, toujours actif, se maintint.

83À certains égards, l’économie marseillaise bénéficia encore, dans sa lutte contre l’appauvrissement, de l’installation de la papauté à Avignon. La réussite de cette ville n’apporta pas que des contrariétés. Parmi d’autres, Marseille profita de son dynamisme. Il anima les ports et les routes dans la Provence menacée de langueur de la première moitié du XIVe siècle. Trois chemins par terre, vers l’Italie, se trouvèrent ainsi favorisés. Il y avait l’itinéraire classique d’Avignon à Nice, qui traversait la Provence d’ouest en est par la basse Durance, Pertuis, Aix, Draguignan et Grasse. À ses côtés, le parcours par la Durance et l’Ubaye atteignait le col de Larche. Il se développait. En marge de la Provence propre, la voie traditionnelle du Mont-Genèvre traversait le Comtat et le Dauphiné méridional.

84Avignon n’accueillait pas seulement l’une des grandes puissances de l’Occident, de surcroît aux horizons universels. Elle rassemblait les hommes les plus riches du temps. Dans ces conditions, elle se muait en centre artisanal, en marché important, en place commerciale et financière parmi les premières de l’Europe. En conséquence, elle ne satisfaisait pas que ses besoins, mais devenait un centre d’affaires international. En 1327-1328, on comptait le nombre énorme de 43 boutiques consacrées au change manuel. Marseille, totalement dépassée, descendait de 27 à 22 changeurs sur la période 1301-1341. Naturellement, de multiples compagnies commerciales ouvraient des succursales dans la nouvelle capitale de la chrétienté. Toutes les grandes compagnies florentines s’installèrent sur place.

85Change et sociétés commerciales étaient avant tout le domaine des Italiens, d’abord des Toscans. Ils se trouvaient également nombreux dans le commerce de détail et l’artisanat. Ils se répandaient dans le Comtat. Devant les difficultés de résidence à Avignon, le père de Pétrarque s’établit, en 1314, à Carpentras. La base avignonnaise favorisait dans toute la Provence la dissémination des hommes d’affaires italiens, les Toscans en tête. La position de ces derniers n’allait pas sans rappeler la prédominance qu’ils avaient acquise dans le royaume de Sicile-Naples, comme alliés de la monarchie guelfe. En fait, la présence d’une importante colonie de marchands toscans et italiens n’avait rien de nouveau. Le registre de Giraud Amalric en assure pour le milieu du XIIIe siècle.

86La supériorité des hommes d’affaires italiens soulignait dès longtemps la déficience structurelle du négoce indigène. Au XIVe siècle, leur triomphe et l’insolente fortune d’Avignon, dans son exception, confirmaient l’asthénie de la société provençale. La faiblesse des élites citadines pesait sur la vie de l’esprit.

L’atonie spirituelle et intellectuelle

Il y avait là de nombreux notaires, juges, médecins et autres lettrés qui, aux jours de fête, se rassemblaient dans la chambre du frère Hugues pour l’entendre, lui qui parlait de l’abbé Joachim [de Flore], qui enseignait et exposait les mystères de l’Écriture, et qui prédisait l’avenir.
Salimbene De Adam, Cronica, G. Scallia, éd., CCCM, t. 125, Turnhout, 1998, p. 356. Traduction de l’auteur.

87Le franciscain italien Salimbene de Adam visita la Provence et connut Hugues de Digne. Dans ce bref extrait de sa chronique, il évoque le prestige du personnage à Hyères, où il résidait. Il nous révèle l’effervescence des esprits autour des années 1240. Elle ne tardait guère à retomber. Cependant, Hugues trouvait encore tout un auditoire de « lettrés », d’abord de médecins et de juristes. La ville était certes importante, mais non l’une des premières du pays. La présence de ce solide groupe d’hommes instruits manifestait un caractère plus pérenne de la société provençale. La situation religieuse et intellectuelle de la région présentait des analogies avec l’économie. Elle connaissait la même contradiction entre atonie, qui gagnait, et signes de vigueur.

Déclin et apaisement

88Salimbene de Adam appelait Hugues de Digne « l’un des plus grands clercs du monde », non sans raison. Il n’occupa jamais, dans son ordre, de charge plus élevée que ministre provincial. Il compta cependant parmi ses amis Jean de Parme, ministre général des Mineurs (1247-1257), et Robert Grosseteste, l’illustre savant et évêque de Lincoln. Il prêcha devant le pape et les cardinaux. Nous conservons trois de ses traités sur la vie franciscaine, écrits dans le contexte de l’interminable conflit sur l’interprétation de la règle et sur la pauvreté. Son Exposition sur la règle des frères mineurs inspira jusqu’à Bonaventure.

89De façon plus prévisible, Pierre Déjean-Olieu lui emprunta également. Les Spirituels considérèrent Hugues de Digne comme l’un de leurs ancêtres. Il défendait un franciscanisme intransigeant et affichait son joachimisme. Ce dernier tenait pourtant moins de place, dans ses écrits, qu’on ne s’y attendrait. Par ailleurs, Hugues s’écartait de tout extrémisme. Son appropriation par les Spirituels paraît aujourd’hui abusive.

90Mais sa rigueur morale lui permettait de canaliser les aspirations évangéliques, qui tourmentaient la société provençale. Sans doute détournait-il efficacement les fidèles des tentations hétérodoxes qui n’épargnaient pas la contrée, fût-ce sur un mode mineur. Quoi qu’il en soit, la passion avec laquelle les élites hyéroises écoutaient ses enseignements témoigne de leurs préoccupations religieuses. Dans la même localité, Salimbene constatait un élan de dévotion d’ascendance franciscaine, avec des sortes de béguins : « Il y a là une très grande quantité de femmes et d’hommes faisant pénitence, même en habits mondains, dans leurs maisons. » Toujours sous l’impulsion d’Hugues de Digne, des formes de vie religieuse structurées naquirent de ce milieu. L’ordre mendiants des sachets sortit de là, d’abord comme mouvement laïque. Dans le même environnement, sous l’action encore plus directe d’Hugues, sa sœur établissait son premier béguinage, au début des années 1240.

91Dès environ 1250, Douceline édifiait sa maison de Marseille. Quant aux sachets, ils eurent un succès prodigieux. Conçus dans les années 1245-1251, ils comptaient douze établissements provençaux et un treizième à Montpellier, en 1251. Ils se diffusèrent d’ailleurs de l’Angleterre à la Palestine. Un épais recueil d’exempla, brefs récits pour illustrer la prédication, garde le souvenir de leur apostolat actif dans un espace méridional centré sur le bas Rhône, entre Provence et Languedoc. L’édition d’Isabelle Rava-Cordier a démontré cette destination. Elle permet d’apprécier aujourd’hui la qualité de cette collection. Composée entre 1251 et 1274, elle rassemblait sans doute, à l’origine, dans les 257 exempla. Largement inspirée du grand prédicateur Jacques de Vitry († 1240), elle suggère l’importance accordée à l’étude chez les sachets. Marseille donnait naissance à un second ordre mendiant, connu à partir de 1257, les frères pies. Sa réussite fut beaucoup plus modeste. Bien qu’il atteignît l’Angleterre, son couvent de Marseille reste seul attesté pour la Provence. Il n’importe. La ferveur qui embrasa une partie du pays, autour du milieu du XIIIe siècle, est manifeste. Avant 1248, Marseille toujours accueillait les Carmes. Ils arrivaient ainsi en Occident. Hugues de Digne ne représentait qu’un catalyseur, pour un mouvement qui le dépassait.

92Cette flamme ne s’évanouit pas complètement. On ne saurait oublier que l’attrait pour les modèles évangélique et mendiant conservait assez de vigueur pour alimenter une solidarité idéologique entre la monarchie et ses sujets provençaux au XIVe siècle. Mais les cas spectaculaires d’Elzéar de Sabran et de Dauphine de Puimichel n’empêchaient pas l’ardeur de s’émousser. Leurs exigences religieuses caractérisaient davantage certains cénacles de l’élite angevine que la masse des Provençaux. Le refroidissement relatif de ces derniers résultait de l’effet conjugué d’une évolution des mentalités et de la volonté des autorités. En réalité, le prince ne souhaitait pas plus que l’Église des enthousiasmes susceptibles de déborder.

93Rien n’est aussi instructif que la crise des Spirituels, dans sa période aiguë. Franciscains radicaux ou Spirituels se rencontraient en Provence. Certains séjournèrent chez les Mineurs de Marseille. N’exagérons pas le phénomène. L’exécution de quatre Spirituels à Marseille, en 1318, marquait un paroxysme de la répression voulue par Jean XXII. Robert apportait donc le concours du bras séculier. Il se confirme que sa sympathie pour un franciscanisme rigoureux ne le portait pas aux extrêmes. Surtout, aucun des frères mis à mort n’était provençal. Il n’y avait que des Languedociens. Ajoutons que, contrairement au Languedoc, les Spirituels ne trouvèrent pas de relais dans la population, sous la forme de communautés de béguins. Les passions ne bouillonnaient plus comme au temps d’Hugues de Digne.

94À compter de 1251, les sachets entraient dans un procès de cléricalisation. Cette évolution leur apportait l’autorisation de prêcher (1255). Elle entraînait aussi une normalisation. Puis, le second concile de Lyon supprimait frères pies et sachets (1274). Ils recevaient la permission d’expirer en douceur, par la mort progressive des frères. Il n’y eut pas de rébellion perceptible. Les deux ordres disparurent de Provence sur les débuts du XIVe siècle. Le concile de Vienne abolissait béguards et béguines. Pourtant, l’institut de Douceline reçut la permission de se maintenir, de Jean XXII. Voici qui prouve qu’il ne donnait aucune inquiétude. Bien mieux, il s’éteignit tout seul, en 1414.

95La Vie de Douceline reste un petit chef-d’œuvre de la spiritualité d’inspiration franciscaine. Il n’empêche que son auteur s’efforçait d’offrir un portrait de la sainte femme qui ne troublât pas la hiérarchie ecclésiastique par ses hardiesses. Au long du gouvernement de la première dynastie angevine, le développement d’une littérature à thématique religieuse apprend davantage que le partage des idéaux du prince par ses sujets. Cette adhésion impliquait, du même mouvement, une religion qui se tînt dans le rang. La production des dominicains du nouveau couvent de Saint-Maximin symbolise une prise en main de la vie spirituelle par des clercs dotés de capacités et de compétences reconnues.

96Jean Gobi le Jeune, lecteur sur place, composait vers 1327-1330 un énorme recueil d’environ mille exempla, l’Échelle du ciel. L’œuvre rencontra une audience importante et prolongée en Europe. Elle se recommandait par l’abondance de la matière et par la méthode, avec classement rigoureux et moralisation des récits. Les conditions étaient réunies pour mettre ces histoires exemplaires au service d’une parole efficace, en particulier contre l’hérésie et les superstitions. Le Livre des miracles de Marie-Madeleine, du prieur Jean Gobi l’Ancien, ne manquait pas non plus de qualités. Il innovait en disposant les miracles selon les infirmités concernées.

97À défaut d’une haute spiritualité, l’ouvrage se plaçait sur un registre qui touchait le public provençal. La violence des émotions exprimées à Marseille, lors des morts de Douceline puis de Louis d’Anjou, démontre une sensibilité vite exaltée par les forces du surnaturel et du miraculeux. Le choc fut spécialement brutal à la disparition de Douceline. Selon sa Vie, une bagarre éclata autour du corps. On redouta que les dévots ne le missent en pièces. Le Livre des Miracles de Marie-Madeleine se trouvait surtout en symbiose avec la littérature hagiographique et légendaire en langue vulgaire. Celle-ci exploitait le goût du prodige, du merveilleux ou de l’extraordinaire. Hors la Vie de Douceline, elle ne brillait, en revanche, ni par la mystique, ni par la profondeur du message religieux. Elle baignait dans une religiosité élémentaire et banale. Les qualités littéraires d’un Raimond Féraut n’y changeaient rien. N’oublions pas que, de plus, le genre hagiographique et légendaire en provençal tendait à remplacer la lyrique. Cette évolution correspondait à un ralliement au prince. Mais elle accompagnait, plus généralement, le progrès d’une culture commune au pays, avec un estompage des particularismes aristocratiques.

98Expression par excellence de la noblesse, la lyrique fleurit en Provence jusqu’au départ de Charles Ier pour l’Italie. Nous avons senti que la chanson politique restait bien vivante. Après cette époque, tout s’évanouit bientôt. Les ultimes troubadours de Provence se rencontrent pratiquement entre fin XIIIe siècle et années 1320. Leurs poèmes n’eurent qu’une audience limitée et locale. Le planh pour la mort du roi Robert, sans doute composé en 1343, constitue une tardive exception. Il fut probablement conçu à Naples, mais pour les Provençaux et par la volonté de l’un des Baux. En bref, la lyrique agonisait dans la première moitié du XIVe siècle. Je veux dire comme type littéraire. Les archives judiciaires apprennent l’existence de chansons satiriques, mais regardées comme méprisables et indignes de l’art poétique.

99Charles Ier n’éprouvait aucun dédain pour la lyrique d’oc. Des troubadours l’accompagnèrent en Italie, tel l’illustre Sordello, un Italien, mais qui avait immigré en Provence. Il demeure manifeste que les trouvères fréquentèrent la cour du premier Angevin en plus grand nombre. Par la suite, l’italianisation du pouvoir intervenait, alors que les cultures nationales s’affirmaient. Qu’il suffise de citer l’épisode qui vit Robert reconnaître à Pétrarque, après l’avoir examiné, la couronne des poètes (1341). Pour leur part, les troubadours de Provence ne se relevaient pas d’une crise du mécénat, du prince ou de la haute aristocratie. Le planh pour Robert avertit que cette protection ne disparaissait pas absolument. Mais elle se raréfiait. Les derniers troubadours se tournaient vers les milieux urbains, auxquels ils appartenaient. Or, ceux-ci ne jouissaient que d’une prospérité limitée. Il n’est pas certain que les troubadours tardifs fussent des professionnels. Leur inspiration se ressentait aussi de leur condition. Leur art ne devenait pas seulement anodin. Selon Stefano Asperti, il manifestait « une culture plus bourgeoise que nobiliaire », avec « une orientation religieuse avant que politique ».

100Plus exactement, la littérature en langue vulgaire se faisait, dans son ensemble, l’expression d’une société de bourgeois et de nobles petits et moyens, domestiqués par le pouvoir. La paix du prince entraînait un apaisement et une mise au pas des esprits. Elle se combinait à la marginalisation politique pour priver la contrée d’une partie de son énergie créatrice. Pourtant, l’émergence d’une culture des classes intermédiaires impose de nuancer ce bilan trop négatif.

Un bilan contrasté

101La nature de la littérature en provençal s’accorde avec la diffusion d’une instruction de base dans les milieux plus ou moins aisés, entre bourgeoisie et noblesse. Divers indices renforcent ce sentiment. Ils démontrent l’existence d’une culture écrite dans ces classes. Les textes en langue vulgaire réunis par le bourgeois arlésien Bertrand Boysset, dans la décennie 1370-1380, en offrent un exemple tardif, mais frappant. Notre homme copia un fragment du Livre de Sidrac, des coblas de Bertrand Carbonel, la légende de l’Enfant sage, le Roman d’Arles, une Vie de sainte Marie-Madeleine, et le Roman de saint Trophime. Plus tard, il rédigea une chronique et un traité d’arpentage. Le signe le plus convaincant d’une propagation de l’écrit, dans une partie de la population, est assurément la prolifération des notaires. En 1296, Charles II s’inquiétait de leur « foule effrénée ». On en comptait 20 à Sisteron, en 1327. La place des médecins, dans les villes, mériterait également considération.

102Parmi eux, le nombre important des juifs retient l’attention. La communauté juive provençale se distinguait par un haut niveau culturel. Elle brillait dans le monde de la science hébraïque. Cette prééminence s’entend pour l’ensemble constitué avec le Languedoc. Tous les juifs de l’actuelle France méridionale se disaient, en effet, « provençaux ». Cependant, ils se voyaient expulsés du royaume de France, en 1306. Au contraire, l’oppression pesait moins en Provence propre qu’en d’autres lieux. Il est certain que sa place dans la culture juive s’en trouva renforcée. Principalement séfarades, les juifs « provençaux » s’illustrèrent dans les études philosophiques venues de la sagesse grecque et du monde arabe. La vitalité de ce courant se traduisit par des conflits entre science mondaine et religion, fort âpres sur les débuts du XIVe siècle. La Provence, au sens strict, s’honore de noms fameux. Kalonymos ben Kalonymos d’Arles travailla à la traduction d’Averroès, pour le roi Robert. Originaire du Languedoc, Gersonide (1288-1344) résida à Orange. Comme les grands scolastiques, il embrassait tout le savoir, de l’astronomie à la philosophie et à l’exégèse religieuse.

103Favorisé par le contexte socio-politique, l’éclat du judaïsme de Provence ne correspondait pas à la situation commune du pays. Le réseau scolaire était déficient. En 1339, l’évêque de Fréjus faisait un versement pour les « écoliers pauvres » dont il assurait l’entretien à Draguignan. Un véritable enseignement supérieur, dans cette ville moyenne, reste hypothétique. Ce qui imposait d’étudier à Draguignan, c’était l’absence d’école auprès de la cathédrale de Fréjus, au-dessus d’un niveau tout au plus rudimentaire. Avant la seconde moitié du XIVe siècle, les informations sur les écoles élémentaires ou de grammaire demeurent floues. Ainsi un « docteur des enfants » apparaît-il à Marseille, en 1323, de façon fugitive. Un acte de 1300 évoque implicitement les écoles de Carpentras. Elles doivent leur renom à Pétrarque. Il y fut confié à l’excellent maître de grammaire Convenevole da Prato (1313-1317 ?). Mais ceci renvoie au cas spécial de la colonie italienne d’Avignon et du Comtat.

104Pétrarque partit ensuite étudier le droit à Montpellier. Ce déplacement est un signe inquiétant pour l’enseignement supérieur provençal. Pourtant, Avignon passe pour son phare. À la vérité, la Provence occidentale connut une certaine vitalité en la matière. Cœur de l’activité économique du pays, elle dominait également sur le plan intellectuel. Le cas de la culture hébraïque en a déjà assuré. En 1257, Apt projetait l’installation d’un studium (centre d’enseignement supérieur). Pendant le XIIIe siècle, Manosque s’efforçait d’en établir un, avec des réussites éphémères. Mentionné depuis le dernier tiers du XIIIe siècle, le studium d’Orange réussissait au contraire honorablement. Un privilège impérial de 1365 l’élevait à la condition de studium generale (« centre d’étude général »), avec son « université » (c’est-à-dire une communauté scolaire acceptée et dotée de franchises par les autorités). Quant à Avignon, elle s’affirmait comme un important foyer d’enseignement du droit savant dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

105Le pouvoir royal s’intéressait à ses écoles sur la fin du siècle. En 1303, elles se trouvaient unies dans un studium generale, avec une « université des docteurs et des écoliers ». La nouvelle institution jouissait des privilèges afférents. Avignon devait cette promotion aux concessions successives de Charles II et de Boniface VIII. En dépit de ce qui est parfois écrit, le roi avait précédé le pape. Ce dernier appuyait après coup les initiatives de son vassal. Il en ménageait d’autant l’amitié qu’il se trouvait en plein conflit avec Philippe le Bel. Le Saint-Père hissait Avignon au rang de studium generale, par une bulle du 1er juillet 1303. Mais Charles II avait le premier reconnu l’université (universitas doctorum et scolarium), par des lettres du 5 mai 1303, en dépit des prérogatives de l’Église romaine dans le domaine de l’enseignement. Il agissait fort du précédent de Naples et de son studium d’État. Comme avec lui, il désirait certainement garantir un recrutement de qualité pour son administration. En même temps, selon l’habitude du régime angevin, il fallait soutenir la science, sans qu’elle divaguât hors des vérités admises. À l’instar de la logique centralisatrice qui prévalait dans le Royaume, le prince encadrait donc l’enseignement supérieur pour le stimuler et pour le guider. Sa croissance y invitait, quand elle devenait patente. De fait, d’après les lettres du 5 mai, qui fondaient officiellement l’université des maîtres et des écoliers, celle-ci existait déjà dans la pratique.

106Ni ce relatif dynamisme ni la volonté du roi n’eurent toutefois beaucoup d’avenir. Ils n’empêchèrent pas l’université d’Avignon de subir une grave régression, au cours de la première moitié du XIVe siècle. Une lettre de Robert ne laisse aucun doute. Le studium se trouvait « dégradé et présentement interrompu », en raison « du séjour de la cour romaine ». On comprend que les logements se raréfiaient et que les prix flambaient. Le souverain ordonnait le transfert du studium generale sur Aix. La mesure avorta. Il n’y a aucun besoin de gloser cet échec pour en apprendre le sens, quant à l’état culturel du pays.

107Par la suite, l’université d’Avignon ne dut une nouvelle vigueur qu’aux papes, devenus propriétaires de la ville. Parallèlement, Urbain V et Grégoire XI établissaient des collèges à Trets, à Avignon et à Carpentras, avec d’autres en Languedoc. Ils se présentaient comme des internats associés à des écoles d’arts libéraux. Il se pourrait que le but final fût de préparer des étudiants en droit, pour Avignon et pour Montpellier. L’intervention des papes ne cache pas que le tableau d’ensemble reste terne.

108La cour romaine n’exerça qu’un effet modéré sur la vie intellectuelle autochtone, jusque dans le cercle de l’Avignon pontificale. Le marasme du studium de la ville le rappelle. Le seul droit occupait presque tout le champ de l’enseignement supérieur. Encore le pays bénéficiait-il là d’un mouvement général aux sociétés méridionales. Dans leur continuité, il est exact que la science juridique prenait quelque relief. Aux côtés des simples notaires, les juristes savants ne manquaient pas dans les villes. Jean Blanc composait à Marseille, vers 1250, une importante Somme sur les coutumes des fiefs. Dans la pure tradition angevine, un Jean Cabassole était professeur de droit civil, haut fonctionnaire, homme de confiance de Charles II et de Robert. En pleine Provence intérieure, avocat dans la ville d’importance limitée de Draguignan, Pierre Antiboul rédigeait plusieurs travaux. Écrit autour de 1340, son Traité des charges, sur la matière fiscale, démontrait une large culture dans les deux droits, outre une forte originalité. En cette première moitié du XIVe siècle, les jurisconsultes se pressaient par priorité dans la région d’Avignon et du Comtat. Mais cet incontestable bénéfice de la présence des papes soulignait un déséquilibre spatial, sans bouleverser la situation. Le succès du droit restait insuffisant pour transformer le bilan modique de la science provençale.

109Le reste se bornait à de cas particuliers. Dans le domaine religieux, la région témoignait d’une médiocrité chronique. Hugues de Digne était déjà une exception. Prévu pour disposer d’un solide studium, le couvent de Saint-Maximin déçoit par l’étroitesse de sa production. Le frère mineur François de Meyronnes comptait, lui, entre les premiers théologiens du temps. Attaché aux enseignements d’Augustin et du Pseudo-Denys, le Docteur illuminé se considère aussi comme le grand disciple de Duns Scot. Il n’incarnait pas une école théologique provençale. Il étudiait et enseignait à Paris. Il mourait à Plaisance. Il était un protégé du roi de Naples et de Jean XXII. Il exerçait en Provence la charge de ministre provincial, mais séjournait alors près du pape.

L’âme de la chrétienté

110L’Avignon pontificale exerçait son ascendant sur l’activité intellectuelle de la Provence comme encouragement et, parfois, comme frein à son dynamisme. Sa prééminence répétait celle constatée pour l’économie. Elle se faisait plus absolue encore. La distance avec le reste du pays devenait incalculable. La cour romaine formait le cerveau de la société catholique.

111Les sujets qui la concernaient toute se traitaient là. N’empruntons que quelques exemples au règne de Jean XXII : questions de la croisade et de l’empire ; problèmes des franciscains rebelles et de la pauvreté du Christ ; interrogations sur la Vision béatifique des âmes saintes ; censures contre Maître Eckhart ; promulgation du recueil de droit canonique appelé Clémentines. Or Jean XXII, personnage souvent rigide, multipliait néanmoins les consultations sur les matières d’importance. De façon générale, la papauté disposait, pour décider, de ressources intellectuelles sans équivalent.

112La continuelle convergence des hommes vers Avignon, entraînée par la nature de l’autorité pontificale, touchait au premier chef l’élite savante de l’Occident. Ses représentants y faisaient étape ou y séjournaient en nombre. Parmi les membres permanents de la cour romaine, les lettrés de formation universitaire, dont les souverains pontifes en personne et quantité de cardinaux, ne se comptaient plus. Le maître du sacré-palais assurait l’enseignement théologique. Toutefois, le droit dominait nettement, devant la science sacrée, chez la majorité des papes ou dans leur entourage. On le leur a reproché. Le groupe dirigeant de la curie rassemblait, de toute façon, des personnages de haute culture.

113Leurs bibliothèques l’attestent. L’évêque de Fréjus, mais avant tout fidèle de Jean XXII, Barthélemy Grassi possédait 147 volumes. Ils formaient une collection éclectique, avec divers écrits de saint Thomas d’Aquin. Pour leur part, plusieurs papes, à compter de Jean XXII, contribuèrent à doter le palais pontifical d’un puissant instrument d’étude, sous la forme d’une considérable bibliothèque (à l’échelle du temps). Ils réunirent des livres par tous les moyens : copies, cadeaux, achats, et droit de dépouille sur les biens des prélats décédés. La recherche et l’accumulation de textes de la littérature antique faisaient d’Avignon jusqu’à un pôle dans l’élaboration du premier humanisme. En dépit d’une ingratitude bien connue pour son alma mater, n’oublions pas tout ce que Pétrarque lui devait.

114Avignon fut un ferment de la culture occidentale. Mais sa réussite ne changea pas, en profondeur, le destin intellectuel d’une Provence vouée au marasme, pour des raisons dépassant son influence positive ou négative.

115Le politique pesa considérablement sur le devenir des conditions socio-économiques de la Provence. Sur la durée, son intégration au système angevin l’affaiblit. Ceci dit, ne négligeons pas ses faiblesses structurelles manifestes. Toutefois, le pays ne se présentait pas comme entraîné dans une inexorable chute. Il jouissait d’une paisible médiocrité et d’une amélioration de la condition des personnes. La stabilisation permise par le prince les favorisait. Seuls les jugements a posteriori convainquent d’une crise qui couvait, par les malheurs qui suivirent.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540