Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Deuxième partie : 1245-1380. L'éphémère paix du prince

Introduction de la deuxième partie

Jean-Paul Boyer

Texte intégral

Ce Charles fut sage, de sain conseil, et preux en armes, et dur, et fort craint et redouté par tous les rois du monde, magnanime et [homme] de vastes projets, assuré dans l’accomplissement de toute grande entreprise, ferme dans toute adversité, et sincère dans toutes ses promesses, parlant peu et faisant beaucoup, et ne riant pas, sinon guère, honnête comme un religieux et catholique, âpre en justice et au regard fier, grand de sa personne et robuste, de couleur olivâtre et avec un grand nez. Et il incarnait bien la majesté royale, plus que tout autre seigneur. Il veillait beaucoup et dormait peu, et avait coutume de dire qu’autant on dormait, autant de temps se perdait. Il fut large envers les gens d’armes, mais avide d’acquérir terres, et seigneuries, et monnaies, d’où qu’elles vinssent, pour pourvoir à ses entreprises et à ses guerres.
Giovanni Villani, Nuova cronica, livre 8, chap. 1, G. Porta, éd., Parme, 1990, p. 406. Traduction de l’auteur.

1Le chroniqueur florentin Giovanni Villani († 1348) décrivait en ces termes Charles Ier d’Anjou, le successeur de Raimond Bérenger V, mais davantage encore le puissant roi de Sicile. Il fondait la première dynastie angevine de Provence-Naples, appelée à se maintenir jusqu’en 1388 sur les terres provençales. Cette image redoutable et glorieuse du nouveau comte de Provence, frère de Saint Louis, illustre le bouleversement que représenta l’insertion définitive de la contrée dans la sphère capétienne.

2Le gouvernement de Charles Ier (1246-1285) et de ses successeurs immédiats, Charles II (1285-1309) puis Robert le Sage (1309-1343), constitue une unité chronologique Je privilégierai cette période caractérisée par la grandeur et la paix du prince. J’entends la paix intérieure. Car le comté se trouva associé à des entreprises et à des rivalités qui touchaient aux racines de la chrétienté. Plus modestement, le Comtat Venaissin n’échappa pas au destin qui plongeait la région dans la grande histoire.

3La force et les exigences des nouveaux maîtres impliquèrent une large redistribution des pouvoirs à leur avantage. La venue de la papauté participa de ces mutations. Elles contribuèrent aux profondes transformations de la société provençale entre mi-XIIIe et mi-XIVe siècle. Le bilan de tous ces changements ne manque pourtant pas d’ambiguïté, surtout quand on considère les calamités qui marquèrent le règne de Jeanne (1343-1382).

Fig 20 – Première dynastie angevine de Provence-Sicile. Généalogie simplifiée

Table des illustrations

Légende Fig 20 – Première dynastie angevine de Provence-Sicile. Généalogie simplifiée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteur

Jean-Paul Boyer est professeur d'histoire médiévale à l'Université de Provence. Ses travaux portent principalement sur la Provence et sur l'idéologie et la culture de la monarchie de Provence-Sicile, entre XIIIe et XIVe siècle.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540