Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Première partie : 972 - 1245. Genèse de la Provence comtale

Chapitre 3. Le temps des villes 1196-1245

Le pouvoir aux communes

Texte intégral

Célestin, évêque, Serviteur des Serviteurs de Dieu, à son vénérable frère Imbert, archevêque d’Arles, salut et bénédiction apostolique.
À la façon du Rédempteur du genre humain, descendu sur terre pour rétablir la paix entre Dieu et l’homme, il te faut veiller à ce que tes ouailles servent la paix avec diligence et s’appliquent à cette œuvre pontificale.
Or, nous avons entendu qu’aussi bien dans ta Cité que dans son Bourg pullulent des rivalités haineuses qui sont à l’origine d’homicides et de dommages mutuels entre les différents partis.
C’est pourquoi nous te concédons, par l’autorité des présentes, de jeter librement l’interdit et d’excommunier tous ceux de la Cité ou du Bourg qui repousseraient ta demande de faire la paix et de se réconcilier avec leurs adversaires. Tu auras de même la faculté de prononcer, en toute liberté, une sentence d’excommunication contre tous ceux qui capturent et spolient les naufragés, contre tous ceux qui arrachent leurs biens aux pèlerins et contre tous ceux qui osent capturer les voyageurs sur les chemins, les voler ou augmenter à nouveau leurs péages. Fort de notre autorité et sans appel possible, tu pourras punir de cette même sentence les hérétiques, ceux qui les reçoivent et ceux qui leur rendent service ; il en ira de même avec les Aragonais, les Brabançons et tous les autres mercenaires étrangers qui, d’après ce qu’on dit, détruisent ta province ainsi qu’avec ceux qui les y conduisent et les reçoivent dans leurs châteaux, villages ou villes ou qui font du commerce avec eux.
Donné au Latran, aux nones de novembre de la première année de notre pontificat.
Éd. J.-H. Albanès, Gallia, op. cit., t. 3, Arles, n° 681. Traduction de l’auteur.

1En novembre 1191, cette bulle est solennellement remise par Célestin III à Imbert d’Eyguières († 1202), récemment élu archevêque d’Arles, qui s’est rendu à Rome pour être sacré des mains du souverain pontife. Dans la tradition de la paix de Dieu, le pape y décrie les agissements des différents partis qui ont transformé la ville d’Arles en théâtre d’une agitation croissante ; il s’en prend à cette violence dont les séquelles sont le pillage des marchands, l’arrivée des mercenaires et l’accueil des hérétiques : en vue d’extirper le mal, il accorde les pleins pouvoirs à l’archevêque pour user de l’excommunication comme il l’entend. Ce document est l’un des premiers témoignages de l’émergence du mouvement communal qui donne, pour plus d’un demi-siècle, le ton à la vie politique en Provence : luttes de factions, manifestations d’anticléricalisme et tentatives d’émancipation sont au goût du jour dans les villes du comté. Les agressions physiques contre le clergé témoignent alors de ces violences. Au cours de la première moitié du XIIIe siècle, les cités en colère occupent le premier plan de l’histoire provençale.

2Au XIXe siècle, le mouvement communal des villes provençales suscitait le plus grand intérêt de la part des historiens républicains qui admiraient la lutte « révolutionnaire » de ces champions des libertés urbaines face au pouvoir de comtes et prélats. Il s’ensuivit le travail de toute une génération historiographique, qui décrivait avec rigueur les principales phases de la lutte pour l’émancipation : les livres de Paul Fournier (1891), de Félix Portal (1907), de Léon-Honoré Labande (1908) et, surtout, de Victor-Louis Bourrilly (1926), marqués par le positivisme, restent encore d’une grande utilité pour les chercheurs. Ces travaux laissaient présager une longue postérité, tant les prémices de l’investigation sur les villes du XIIIe siècle provençal semblaient heureuses. C’est pourtant en 1959 que, pour la dernière fois, un ouvrage a été consacré au mouvement communal de Provence : il s’agit de l’étude où Erika Engelmann tentait d’appliquer une grille d’analyse marxiste à la complexe histoire d’Arles entre 1200 et 1250. Depuis, seuls quelques articles sont timidement venus combler ce qui reste un véritable gouffre historiographique en raison de l’abondance des sources inexploitées et du progrès qu’à partir des années soixante du XXe siècle l’histoire sociale des villes a connu pour d’autres régions de l’Occident médiéval. Beaucoup doit encore être fait et les conclusions des articles récents montrent que l’histoire du mouvement communal pourrait s’avérer l’un des chantiers les plus riches pour la recherche historique provençale des années à venir.

Mouvement communal et agitation sociale

3Entre la fin du Xe siècle et la fin du XIIIe siècle, les villes provençales grandissent sans solution de continuité : les populations débordent leurs anciens remparts, des bourgs venant s’ajouter aux anciennes cités gallo-romaines. Alors que ce mouvement de croissance atteint son apogée, les villes s’affirment au détriment des campagnes ; les citadins triomphent sur l’aristocratie rurale. Leur succès est d’ordre commercial – ils drainent vers le marché urbain les richesses de l’arrière-pays environnant –, culturel – c’est au sein des villes que renaissent les écoles dans les chapitres cathédraux – et politique – c’est vers elles que se déplacent les centres de décision aux dépens des châtellenies indépendantes. Dans un tel contexte, de nouvelles catégories sociales prennent le devant de la scène urbaine : il n’est guère étonnant que ce patriciat conquérant ait cherché à gouverner la cité, écartant du pouvoir tous ceux qui voudraient le lui dérober. Les formes institutionnelles qu’il donne aux associations qui lui permettent de contrôler la gestion municipale varient au cours des décennies : elles revêtent les habits du consulat, de la podestarie ou de la confrérie.

Le consulat et la tutelle des évêques vers 1130-1220

4Le droit romain, que l’on enseignait dans les écoles cathédrales, allait apporter aux chevaliers un outillage juridique apte à la création de consulats. Ces associations, volontaires et jurées, qui regroupent les oligarchies des villes provençales au XIIe siècle, naissent sous la tutelle des évêques : dès leurs premiers balbutiements, elles paraissent « grandir à l’ombre de la seigneurie épiscopale » (Jean-Pierre Poly). À long terme, le but des consuls et de la chevalerie qu’ils représentent est certes de contrôler l’entier gouvernement de la cité. Mais pour se frayer un chemin vers le pouvoir, ils doivent, dans un premier temps, chercher l’alliance d’évêques et de comtes face à la vieille aristocratie. D’une part, les prélats, qui proviennent du même milieu que les consuls, ne peuvent qu’encourager ces associations consulaires nées dans la foulée du mouvement de paix. Les princes utilisent, d’autre part, l’aide des osts urbains face à leurs ennemis. C’était avec fierté que le notaire arlésien Bernat datait en ces termes un acte de 1181 : « qui fut l’année où le roi d’Aragon, avec le consulat d’Arles, prit Fourques », ville défendue par les hommes du comte de Toulouse. Au XIIe siècle, la triple entente entre le comte, l’évêque et la chevalerie urbaine, représentée par son consulat, ne détonne guère dans le panorama politique provençal.

5Les travaux d’André Gouron ont démontré le lien qui existe entre la diffusion du droit romain dans les villes méridionales et la création des consulats. La chronologie de leur apparition en Provence est, sur ce point, éloquente : le plus ancien des consulats de notre région se trouve à Avignon, où il apparaît dès avant 1129, alors que chacun connaît le rôle que jouait le chapitre de Saint-Ruf pour propager les idées de l’école de Montpellier. Arles, dont la cathédrale formait de nombreux légistes, se donne un consulat en 1131. Elle sera suivie de près par Tarascon où des institutions consulaires apparaissent entre 1144 et 1162. À Marseille, les consuls sont mentionnés pour la première fois dans une charte de 1178. C’est dans le Languedoc voisin que le patriciat urbain du Bas-Rhône a trouvé sa source d’inspiration et emprunté le consulat. Il n’en va pas de même pour les villes de la Provence orientale qui prennent l’Italie pour modèle : à Nice et à Grasse, des consuls existent respectivement dès 1144 et dès 1155, au moins, à l’instar des centres urbains de la Ligurie et du Piémont. À l’imitation des grandes cités, les villages de leur arrière-pays se donnent des consulats : dès la seconde moitié du XIIe siècle, il en existe dans des bourgades du Comtat Venaissin et de la région d’Arles ainsi que dans les villages du ressort de l’évêché de Nice, étudiés par Jean-Paul Boyer et Alain Venturini. Le consulat, modèle d’organisation sociale mis sur pied par des élites savantes, se répand jusqu’aux points les plus reculés de la campagne provençale.

Fig. 14 – Schéma des institutions consulaires

6Nous conservons la charte par laquelle l’archevêque Raimond de Montredon (1142-1160) octroya le consulat aux habitants d’Arles ; elle est très instructive d’un certain nombre d’éléments que nous avons analysés plus haut : tutelle épiscopale, respect des droits des coseigneurs, composition élitiste du consulat, où seuls chevaliers et prud’hommes sont admis, cooptation des consuls au sein d’un conseil restreint qui préserve le caractère oligarchique de l’institution… On remarquera aussi que le véritable enjeu du consulat est la justice : s’approprier le ban permet aux citoyens d’échapper aux tribunaux seigneuriaux. Toutefois, force est de constater qu’en dépit du serment qui permet de l’intégrer, cette association jurée n’a rien de révolutionnaire ; tout au plus permet-elle au patriciat urbain de conserver le pouvoir sur des villes que les grands avaient désertées de longue date :

Au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ. Moi, Raimond, archevêque d’Arles, sur le conseil des chevaliers et prud’hommes que nous voulons avoir avec nous, avec le consentement et l’assentiment de certains autres, en l’honneur de Dieu et de la glorieuse vierge Marie, sa mère, ainsi que de saint Trophime et de son Église, nous établissons et nous ordonnons de fonder dans la Cité et le Bourg d’Arles, un consulat, valable, légal et convenable, étant sauf le domaine et le droit des seigneurs majeurs et mineurs qui ont participé au présent consulat ou qui y participeront à l’avenir. Que chacun, en vérité, dans ce consulat, ait son droit, obtienne justice par la main des consuls et fasse justice, étant saufs les statuts et bonnes coutumes.
Il y aura douze consuls, quatre chevaliers, quatre pris parmi les habitants du Bourg, deux choisis parmi ceux du Marché, deux parmi ceux du Borrian, par qui ceux qui font partie du consulat seront régis et gouvernés ; et le gouvernement du consulat étant accepté, ils auront le pouvoir de juger et de mettre à exécution les jugements, tant au sujet des héritages, que des injures et des autres délits.
Ceux qui auront été élus pour élire les consuls jureront que, toute crainte et toute préférence négligées, ils ont élu au gouvernement de la cité ceux qu’ils ont estimés les plus aptes, en leur âme et conscience et suivant le conseil de l’archevêque.
Le consul élu prêtera le serment suivant : moi, un tel, élu consul, je jure que de toutes manières, à ma connaissance, je régirai et gouvernerai ceux qui font partie avec moi du consulat, par le conseil, le meilleur et le plus discret, de ceux qui feront partie du consulat ; et que je ne manquerai pas à exercer ma fonction de consul, jusqu’à ce qu’un autre soit élu ; et si quelque discorde s’élève entre nous, consuls, j’y mettrai fin avec le conseil de l’archevêque et des meilleurs du consulat et que je ferai en sorte qu’il en soit ainsi ; et pour discuter une affaire, je ne recevrai ni promesse ni argent de personne ; et nul, pendant la durée de mes fonctions consulaires, ne sera cité en justice, qui ne fasse partie du présent consulat, ou n’ait fourni préalable caution : ainsi Dieu m’aidera et ces saints Évangiles.
Ceux qui entreront dans le consulat, feront le serment suivant : moi, un tel, je jure ce consulat pour cinquante ans, en toute bonne foi, intelligence et soumission aux consuls ; et si je suis élu consul je ne refuserai pas ; et ainsi Dieu m’aidera et ces saints Évangiles [...].
Que nul étranger ne soit reçu dans le consulat sans le consentement et la volonté de l’archevêque et de tous les consuls […].
Trad. A. Chédeville, Histoire de la France urbaine, G. Duby [dir.], t. 2, Paris, 1980, p. 170.

7Le consulat permet aux citoyens de se découvrir une identité commune : ils appartiennent à une même ville dont ils manifestent avec fierté les traits spécifiques. Victor-Louis Bourrilly avait déjà dressé la liste de tous les emblèmes et symboles qui reflètent la conscience des citoyens de faire partie d’un même corps politique. C’est dans un palais communal que les consuls se retrouvent, alors qu’ils abandonnent progressivement les bâtiments épiscopaux qui furent leurs premiers lieux de réunion. Ils possèdent leur propre cloche qui sert à convoquer le conseil et les assemblées générales. Ils se donnent des armes qu’ils arborent victorieusement sur leurs étendards et qu’ils gravent sur leurs bulles de plomb. Le lion d’Arles y apparaît avec la devise : « L’on dit habituellement que la colère du lion est la plus noble entre toutes » ; à Avignon, le bestiaire fournit de même un protecteur tutélaire dans la figure du gerfaut ; à Marseille, en revanche, c’est saint Victor, l’épée nue à la main, foulant un dragon sous les pieds de son cheval, qui fait l’objet de cette iconographie communale. Au demeurant, cette appropriation héraldique revêt une grande importance : à l’instar des membres des lignages aristocratiques, les consuls – dont le palais communal est le pendant du château des nobles – détiennent les symboles du pouvoir tandis qu’ils soumettent leur ville et son arrière-pays à une véritable seigneurie collective.

Fig. 15 – Les sceaux des villes provençales dessins de L. Blancard, Iconographie, op. cit.

8Mais, au milieu du XIIe siècle, ces emblèmes prestigieux ne correspondent pas toujours à la réalité : les évêques sont maîtres à bord. Suivant une vieille tradition qui les rend recteurs des villes, les prélats affirment avec d’autant plus d’autorité leur seigneurie que différentes factions se disputent âprement le contrôle du consulat : l’évêque devient alors l’arbitre de ces luttes interminables. C’est particulièrement vrai à Arles, où des combats entre quartiers prolongent le vieil antagonisme entre les Baux et les Porcelet : les premiers sont les seigneurs d’une partie de la Cité, du Bourg Neuf et de Trinquetaille, tandis que les seconds étendent leur seigneurie sur le Vieux-Bourg ; des combats s’engagent entre les clientèles urbaines des deux puissantes familles pour contrôler le quartier du Méjan. En Avignon, la situation est différente : sous l’égide de son évêque, la chevalerie urbaine retrouve l’unanimité face à la vieille famille des Amic, les descendants des vicomtes, qui détiennent le monopole de la traversée du Rhône. Vers 1177, Bénezet et ses frères pontifes proposent aux consuls de rassembler les fonds nécessaires pour bâtir un ouvrage colossal, le seul pont sur le fleuve entre Lyon et la mer ; une fois le travail fini, des procès interminables ont lieu entre la commune et les Amic qui réclament satisfaction pour la perte du plus enrichissant de leurs droits ; c’est du côté de la chevalerie urbaine plutôt que de celui des Amic que penche alors l’évêque. La même collusion entre l’épiscopat local et le patriciat face à la vieille aristocratie se retrouve à cette époque à Grasse, où les seigneurs de la ville se voient déposséder de leur autorité par l’évêque et les chevaliers, appuyés par Alphonse Ier. Le cas de Marseille – sur lequel nous aurons l’occasion de revenir – mis à part, les communes s’organisent sous la direction des prélats au cours de la seconde moitié du XIIe siècle.

9Quelques soulèvements anticléricaux ponctuent toutefois la seconde moitié du XIIe siècle. Vers 1150, des Arlésiens s’en prenaient aux clercs ; en 1156, des Niçois réclamaient des taxes aux prêtres, pillant greniers et biens d’Église. Ces fureurs momentanées, sur lesquelles les sources font terriblement défaut, montrent que les relations entre épiscopat et consulat ne sont pas toujours faciles. Qui plus est, la collaboration étroite qui préside aux relations entre ces deux pouvoirs à la fin du XIIe siècle encore, devient simple coexistence pacifique au fil des années, pour dégénérer autour de 1200 en conflit ouvert dans la presque totalité des cités provençales. Les raisons de ce revirement sont doubles ; elles concernent, d’une part, la situation de la politique intérieure de la Provence et s’inscrivent, d’autre part, dans le cadre plus large du Midi : d’abord, le triomphe du comte sur la vieille aristocratie rend l’alliance entre évêques et chevaliers contre l’ennemi nobiliaire commun caduque ; ensuite, le déferlement des croisés français en Provence révèle au grand jour le conflit plus ou moins larvé qui couve au sein des consulats, dont une partie des dirigeants songent à l’émancipation de la tutelle épiscopale. Dès 1203, le légat Peire de Castelnau entreprend en Languedoc une tournée dont certains craignent les visées politiques ; en janvier 1208, le comte de Toulouse suscite son assassinat près de Saint-Gilles ; l’été suivant, la croisade du Légat commence ; les chevaliers français, prétextant le rétablissement de la paix, entrent en Provence où ils vont accroître le désordre dans une principauté qui vient de perdre prématurément le jeune comte Alphonse II ; ils appuient alors le pouvoir des évêques, qui est devenu plus que chancelant dans les villes du comté.

10L’exemple d’Arles témoigne de ce changement de tonalité politique. En 1207, les coseigneurs de cette ville s’arrangent avec Alphonse II, allié du comte de Toulouse : ils lui cèdent les droits sur le sel et le vermillon, richesses principales de la ville du delta, sans tenir compte de la seigneurie de l’archevêque ; ils sont morigénés aussitôt par une bulle qu’Innocent III expédie à leur encontre. Le pouvoir des partisans de l’archevêque Michel de Mourèse (1202-1217) semble alors battu en brèche au sein du conseil municipal. Cependant, en 1211, les croisés permettent à ce prélat de remettre la main sur le gouvernement de la ville, choisissant personnellement les huit consuls de la Cité et les quatre consuls du Vieux-Bourg. L’archevêque ne jouira guère de sa victoire, car en 1214 une action militaire conjointe de Nuno Sanche, régent de la Provence, et des Baux, coseigneurs principaux d’Arles, permet de redonner le consulat aux citoyens qui lui sont hostiles.

11Le succès du parti catalano-toulousain à Arles a été facilité par l’alliance avec les communes d’Avignon et, surtout, de Marseille, résolument anti-épiscopales. Les dirigeants de la ville phocéenne s’étaient, en effet, engagés dans la voie de la contestation du pouvoir du clergé séculier depuis plusieurs années : l’affaire Roncelin avait profondément déplu à la papauté ; rappelons que ce personnage, dernier descendant mâle de la famille vicomtale devenu abbé de Saint- Victor, avait été arraché de ce monastère par la foule qui voulait subir sa seigneurie plutôt que de tomber entre les mains du comte. En 1209, le légat Milon mettait Marseille sous interdit et excommuniait Roncelin qui avait entre temps contracté mariage pour éviter l’extinction de sa maison. Abandonnant le consulat, les habitants de la ville basse de Marseille se donnaient une confrérie, forme d’organisation politique qui – contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire – leur permettait de mener avec plus d’acharnement la lutte contre l’évêque, cantonné dans les quartiers de la ville haute. En 1217, une explosion anticléricale des Marseillais, comportant des profanations, leur valait une mise en interdit pontificale. Décidément, en quelques décennies, les sages consulats dociles aux évêques ont connu de bien importants bouleversements.

12Il en va de même à Avignon où, comme à Marseille, les foules accueillent avec enthousiasme le comte de Toulouse à son retour du IVe Concile du Latran (1215), qui a entériné les conquêtes des croisés à son détriment. Les Avignonnais appuient alors avec entrain celui que Rome vient de débouter. Voici le discours que le chevalier Arnau Audiguier adresse à Raimond VI et au jeune Raimond VII, qui débarquent dans une ville où les consuls les attendent à genoux :

Sire comte, recevez noble gage,
Et vous, et votre enfant, fils de loyal lignage.
Tout Avignon se met en votre seigneuriage,
Et chacun de vous y rend son cœur et sa maison,
La ville et ses clefs, son entrée, ses bastions
Mil chevaliers vaillants, tout pleins de vasselage,
Et cent mille autres encore, vaillants de bon courage
En ont fait le serment et donné des otages :
Ils vont tous exiger qu’on vous fasse raison
[…].
Du Rhône nous tiendrons tous les ports et passages,
Nous porterons partout la mort et le carnage,
Tant que vous repreniez Toulouse, et tout votre héritage.
Des bois s’en vont sortir les chevaliers faïdits,
Ils ne redoutent plus la tempête et l’orage,
Et vous n’avez au monde ennemi si hardi
Qui, s’il vous fait du tort, n’en sera repenti.
Extrait de la Chanson de la croisade albigeoise. Trad. Versifiée J.-P. Poly, « Avignon des âges sombres », op. cit., p. 168-169.

13Les Avignonnais, les Marseillais et les Tarasconnais luttent par la suite avec succès contre Simon de Montfort, qu’ils délogeront de Beaucaire. Ils enverront leurs osts en Languedoc et participeront à l’effort de guerre toulousain face à l’envahisseur. En même temps, le parti clérical recule dans les villes rhodaniennes, où seul l’archevêque d’Arles parvient de façon sporadique à remettre la main sur le consulat de sa cité. Mais les luttes entre ceux qui soutiennent et ceux qui rejettent la seigneurie épiscopale mettent les villes provençales dans un état d’agitation permanente. À l’orée des années 1220, les cités du comté sont devenues ingouvernables.

14Le désenchantement progressif de tout un pan des élites urbaines à l’égard de l’épiscopat ne manque pas d’intérêt. Le consulat – qui était né sous l’inspiration de l’enseignement dispensé dans les cathédrales et qui avait grandi sous la protection des évêques – prend ses distances à l’égard de ses pères fondateurs. Des clivages idéologiques divisent, dès la fin du XIIe siècle, l’oligarchie qui le contrôle : d’une part, les partisans de la seigneurie épiscopale accueillent Simon de Montfort et ses Français comme des restaurateurs de la paix que la mort prématurée d’Alphonse II et la renaissance des guerres privées battent en brèche ; d’autre part, les ténors de l’émancipation à outrance rejettent autant la domination des évêques qu’ils soutiennent le combat du comte de Toulouse contre l’envahisseur. Chacun de ces deux partis, aux contours flous et à la composition changeante, tente d’obtenir la majorité au sein du conseil pour contrôler sept des douze sièges consulaires. Les affrontements éclatent : la situation devient plus qu’instable tant le fragile équilibre de jadis est rompu. Dans l’âpreté de ces luttes, le consulat apparaît comme désuet ; il n’est plus à même d’assurer sa fonction première : dans un tel contexte, la justice – enjeu de l’organisation consulaire – ne saurait être rendue avec impartialité. C’est à la recherche d’une nouvelle voie institutionnelle que se lancent les dirigeants des villes.

La podestarie et l’expansion territoriale 1220-1234

15Tournant provisoirement la page des querelles intestines qui déchiraient les villes provençales, la podestarie allait redonner l’unité au mouvement communal. Le podestat est un fonctionnaire étranger embauché par une commune qui veut en faire sa principale autorité municipale pendant une ou deux années ; ses nouveaux « sujets » lui versent de consistants émoluments. L’élu arrive dans la cité qu’il doit gouverner accompagné de son viguier ou lieutenant, de deux chevaliers et d’un juge ; des syndics, juges et clavaires (trésoriers), choisis par le conseil des citoyens, servent d’intermédiaires entre ces personnages et la commune. Les pouvoirs du podestat et de ses hommes demeurent toutefois très étendus. Cette institution est empruntée aux cités marchandes du nord de l’Italie ; d’ailleurs, la plupart du temps les représentants des cités provençales vont chercher leur podestat au-delà des monts : en février de 1222, le conseil de la ville du delta désigne ainsi quatre délégués « pour qu’ils parcourent l’Italie et y choisissent un homme catholique, prudent et dévoué en tant que podestat d’Arles ». Ses origines étrangères, son équipe propre, la brièveté de son mandat et l’importance de son salaire témoignent du rôle d’arbitre que ses nouveaux concitoyens veulent faire jouer à ce fonctionnaire itinérant ; c’est un homme extérieur aux partis et aux clans locaux qu’ils désirent pour chef.

Fig. 16 – Schéma des institutions de la podestarie

16Pour pacifier les villes qu’ils dirigent, les podestats transfèrent l’agressivité de leurs habitants vers une cible extérieure ; chaque centre urbain doit étendre son emprise sur son arrière-pays. Sous l’égide du podestat, les cités se créent un véritable hinterland, une zone d’influence, où la paysannerie leur est soumise ; le terme de « district » que les chartes provençales utilisent pour désigner ce territoire – le même dont se servaient les scribes pour parler des terres sur lesquelles le châtelain exerçait sa seigneurie banale – convient plus que celui de contado, car contrairement à l’Italie voisine, aucun seigneur rural ne rend hommage aux représentants de la commune provençale.

17Il n’en reste pas moins que, comme le prouvent les exemples de Marseille et d’Arles, l’expansion territoriale des grandes cités provençales est alors spectaculaire. Le podestat de la ville basse du grand port phocéen parvient presque à annexer la ville haute et à la soustraire de l’autorité de l’évêque autour de 1223-1224. Il étend par la suite la puissance de Marseille vers l’est, au détriment des membres de la famille des Fos auxquels il achète le château et le village de Brégançon ainsi que leur seigneurie sur la ville d’Hyères et ses riches salins. En direction de l’ouest, le sel apparaît encore comme la finalité économique de cette expansion : les marais salants de l’étang de Berre excitent la convoitise des marchands de la ville basse ; l’argent de la commune parvient ainsi à déloger les membres des maisons de Marseille et de Baux du port de Bouc, de Vitrolles et de Châteauneuf. Dans leur « conquête » de l’étang de Berre, les Marseillais rencontrent les Arlésiens sur leur chemin. Les podestats de la cité du delta étendent leur domination sur la Camargue : en 1226, les Saintes-Maries, Malmissane et Albaron viennent s’adjoindre à leur district, qui atteint un rayon de plus de trente kilomètres autour de leur ville. Ils se portent de même acquéreurs de plusieurs villages de l’étang comme Miramas (1222) et Fos (1226), devançant le podestat de la commune phocéenne. Arles et Marseille, dont les intérêts divergent totalement, se retrouvent quelques mois plus tard dans les deux camps opposés d’un conflit d’une plus grande portée pour toute la chrétienté latine.

18En 1226, une nouvelle donne bouleverse le jeu sur l’échiquier des pouvoirs politiques en Provence : le retour en force des Français. Louis VIII décide de renouer avec la politique méridionale, délaissée par Philippe Auguste, et reprend le combat contre le comte de Toulouse. Au cours de l’été, il soumet Avignon à un siège rigoureux. Une occasion de rêve pour renforcer sa domination face aux villes indépendantes, seules sphères d’autonomie dans une basse Provence où s’effritent les châtellenies indépendantes, s’offre à Raimond Bérenger V. Le moins catalan des comtes de sa dynastie choisit à jamais le camp capétien et permet au roi de France d’obtenir la reddition d’Avignon. Dans la foulée de ce succès sur le mouvement communal, le comte de Provence prend aussitôt Tarascon, dont il abolit le consulat en septembre 1226. Il s’attaque par la suite aux grandes villes de la Provence orientale : Grasse tombe en 1227 et Nice – qui s’était donnée aux Génois – deux années plus tard. Les podestats et les consuls sont remplacés par des viguiers, officiers de la cour que le comte nomme à la tête des villes : le célèbre Romée de Villeneuve gouverne désormais Nice au nom de Raimond Bérenger V. La partie contre Marseille s’annonce plus dure et le comte cherche alors l’alliance avec Arles, ville traditionnellement respectueuse de son archevêque, que l’expansion des podestats a rendu ennemie de la cité phocéenne : un traité est conclu entre Raimond Bérenger V et les Arlésiens en octobre 1228, à une époque où le comte de Provence s’assure le contrôle du commerce de l’étang de Berre par la fondation de Martigues. Raimond Bérenger V tient par-dessus tout à construire un État fort, supprimant les libertés urbaines et isolant les villes qui résisteraient à son ost.

19Aussi résolument hostile qu’il puisse paraître aux privilèges des grandes cités du comté, le nouveau comte fait toutefois preuve de pragmatisme. En Provence alpine, il encourage la création de consulats. De grandes bourgades comme Seyne, Colmars ou Barcelonnette sont, à l’instigation de Raimond Bérenger V, gouvernées par des consuls ; un baile du comte siège au milieu d’eux. Mais ici nous avons affaire à une situation dont l’archaïsme nous transporte au XIIe siècle : Raimond Bérenger V cherche l’appui de ces communautés villageoises, situées sur les grandes artères du commerce alpin, face à l’aristocratie locale dont les châtellenies indépendantes demeurent encore de véritables îlots d’autonomie à l’intérieur d’un espace chaque jour plus centralisé.

20Dans sa course pour l’appropriation du ban, tout semble sourire à Raimond Bérenger V. Pourtant, en 1230, Raimond VII de Toulouse – tristement libéré de ses luttes contre la couronne de France par le traité de Paris-Meaux (1229) qui fait passer son domaine languedocien sous la mouvance de Blanche de Castille – retourne en Provence. Comme en 1216, ses récentes défaites lui procurent la compassion de la population provençale qui lui réserve un accueil très favorable. Marseille et Tarascon retrouvent dans celui qui fut le héros du siège de Beaucaire un guide capable de les aider à récupérer les libertés perdues ; l’excommunication qui pèse sur le Toulousain, depuis 1226, n’empêche ni les Marseillais de lui accorder le gouvernement de leur ville ni les Tarasconnais de chercher sa protection après avoir chassé les officiers de Raimond Bérenger V de leurs murs. En 1231, Raimond VII prend la tête des milices urbaines de Marseille, Tarascon et Beaucaire et pénètre dans le Comtat Venaissin que la papauté lui a confisqué depuis le concile de Latran IV. Des explosions d’anticléricalisme éclatent à la même époque dans les villes fidèles au comte de Toulouse ; à Marseille, les consuls de la ville haute passent une alliance avec la ville basse, chassent les partisans de l’évêque et acceptent le gouvernement de Raimond VII : pour quelques mois, la ville phocéenne est unifiée sous son égide. L’inquiétude du Saint-Siège, devant ce retour en force du Toulousain, se concrétise par l’excommunication que Grégoire IX réitère contre sa personne en 1232.

21Raimond Bérenger V, vaincu dans ses escarmouches contre les rebelles, constate que le résultat des victoires obtenues depuis 1226 risque de filer entre ses doigts. L’appui ancien que lui prête la ville d’Arles contre les Marseillais, ennemis communs, ne saurait suffire à renverser une situation plus que jamais difficile. C’est sur des alliés extérieurs qu’il lui faudra encore compter. Il dépêche, d’une part, Jean Baussan, évêque de Toulon, auprès du roi de France qu’il prie d’intervenir encore dans les affaires provençales ; c’est à la suite de ces tractations que le mariage entre Saint Louis et Marguerite de Provence est stipulé. Il demande, d’autre part, à Frédéric II, qui apparaît encore comme le protecteur de l’Église romaine, d’obtenir la pacification du comté : l’empereur envoie en Provence son fidèle Caille de Gurzan, dont l’arbitrage sera décisif pour régler les différends entre Raimond Bérenger V et Raimond VII. En 1234, les deux comtes concluent la trêve d’Entremont qui semble calmer de façon momentanée l’ardeur des combattants. Quelques mois plus tard, les luttes reprennent, mais alors le mouvement communal s’engage dans les voies d’un radicalisme qu’il n’avait guère emprunté jusqu’alors.

22Les années 1220-1234 avaient connu un arrêt provisoire des luttes qui opposaient les différentes factions au sein de chaque cité : l’impossible unification des deux villes de Marseille, qui faillit se réaliser au cours de cette période, est fort significative de cette concorde retrouvée. Mais la guerre extérieure est le revers de la médaille de cette joyeuse pacification intra muros. C’est vers un ennemi du dehors, si mythique soit-il, que se concentre l’agressivité des citoyens. Aussi bien les milieux patarins que les partisans de la seigneurie épiscopale marchent de façon unanime derrière la bannière du podestat à la conquête de l’arrière-pays de leur ville. L’esprit de clocher l’emporte sur les options idéologiques. L’action de Raimond Bérenger V, le retour des croisés et l’intervention de Raimond VII clarifient la position des villes de la Provence rhodanienne : Marseille, Avignon, relevée des destructions de 1226, et Tarascon s’opposent à Arles. Mais le consensus à l’intérieur de chacune des cités provençales fait long feu. La querelle entre le Sacerdoce et l’Empire, qui s’annonce dès la fin des années trente du XIIIe siècle, réveille les vieux contentieux entre les partis.

La confrérie et la radicalisation de la lutte 1234-1245

23Depuis au moins 1212, les oligarchies marchandes de la ville basse de Marseille ont abandonné le consulat pour une nouvelle forme d’organisation politique : la confrérie du Saint-Esprit. Cette année, Arnau Amalric, archevêque de Narbonne et légat du Saint-Siège confirme ses statuts. Douze recteurs – élus tous les ans par un chapitre de soixante-quatre conseillers où siègent les marchands et les chefs de métiers ou semainiers – un viguier et un juge y détiennent l’essentiel du pouvoir. Le modèle marseillais fait très tôt tache d’huile : à Avignon, ce sont des confrères qui rachètent en 1215 des redevances aux chevaliers péagers. Il en va de même à Marseille : le premier travail auquel s’attellent les confrères est de réunir les sommes nécessaires pour dégager la ville basse de la seigneurie des vicomtes. Ils y parviennent en quelques années, déboursant sur-le-champ l’argent qui achète aux multiples coseigneurs leur portion de ban sur le port de Marseille. En 1225, Raimond Bérenger V confirmera les transactions : la ville basse, devenue du seul ressort de la confrérie, cesse à jamais d’être vicomtale. Seuls les moines de Saint-Victor, qui font valoir les libéralités dont Roncelin, ancien abbé, avait fait preuve à l’égard de leur monastère, demandent à être indemnisés par la commune ; ces revendications monastiques vont par la suite exciter l’anticléricalisme des confrères qui – contrairement à ce que pourraient laisser croire de bien trompeuses apparences terminologiques – étaient loin de porter le clergé dans leur cœur.

Fig. 17 – Schéma des institutions de la confrérie

24C’est avec l’évêque, seigneur de la ville haute, que la confrérie du Saint-Esprit entre très tôt en conflit : l’unification des deux noyaux urbains de Marseille, recherchée par les recteurs de la ville basse et par une partie des habitants de la ville haute, devient la pomme de discorde entre l’évêque et ses ouailles. Les manifestations d’anticléricalisme étaient apparues en 1217, quand des profanations avaient interrompu un office dans l’église paroissiale de Saint-Laurent ; le clergé avait également été molesté en 1229, année de la destruction du palais du Tolonée, ancien lieu de perception péagère contre lequel la foule concrétisait son mécontentement à l’égard des vicomtes et de Saint-Victor. L’année suivante, l’avènement de Raimond VII, que l’excommunication mettait au ban de l’Église, ne jouait pas à Marseille dans le sens de la pacification : les recteurs de la ville basse et les consuls de la ville haute qui le choisirent pour viguier savaient qu’ils ne tarderaient guère à subir les conséquences de la colère de l’épiscopat provençal. Mais les Marseillais – qui avaient déjà connu une longue mise en interdit à la suite de l’affaire Roncelin – n’en étaient plus à une excommunication près. Voici une bien étrange confrérie qui, née en 1212 sous la bénédiction du légat pontifical qui la voyait comme un instrument de pacification, prenait un visage de plus en plus anticlérical !

25L’évolution de la vie politique en Occident ne pouvait qu’attiser ces animosités. 1234 est l’année de la rupture entre Frédéric II et Grégoire IX : les ligues lombardes, partisanes du pape et hostiles à l’empereur, deviennent une pierre d’achoppement entre le Saint-Siège et celui qui fut son enfant choyé. Frédéric II agit en conséquence dans les domaines de l’ancien royaume d’Arles, dont il est le souverain théorique : en septembre 1234, il restitue ses droits sur le Comtat Venaissin à Raimond VII, ennemi déclaré de l’épiscopat méridional. Le comte de Toulouse n’en attendait pas plus : se fondant sur cette investiture et obtenant le secours de Barral de Baux, il s’empare par la force des armes du domaine de ses ancêtres. Alors que la Provence devient une fois de plus la terre d’élection de la querelle entre le Sacerdoce et l’Empire, les villes se rangent du côté du comte de Toulouse.

26Au rythme de ces événements, le mouvement contre Raimond Bérenger V et l’épiscopat provençal se durcit au sein des cités. La confrérie apparaît alors comme un moyen de lutte beaucoup plus radical que le sage consulat ou la podestarie médiatrice. Avignon et même Arles, après avoir chassé l’évêque de leur cité, emprunteront à Marseille cette institution destinée à un avenir des plus virulents ; l’anticléricalisme est également au goût du jour dans le Languedoc voisin comme le prouvent les révoltes de Toulouse et de Narbonne en 1235. C’est en vain que les conciles réunis à Arles en 1234 et 1236 condamneront de façon unanime les confréries :

Item, en raison des conjurations et des conspirations, qu’on appelle « confréries », une abondante matière de discorde et de division a été suscitée dans les cités, les villages et les castra. Ainsi, par l’autorité du présent concile et sous menace d’anathème, nous interdisons de faire dorénavant des confréries dans les villages, les cités et les castra, si ce n’est à la demande de l’évêque diocésain pour une raison d’utilité urgente et évidente. En ce qui concerne celles qui ont été déjà faites, qu’une fois leur cause entendue elles soient dissoutes selon le bon vouloir de l’évêque diocésain et que leurs possessions soient attribuées à d’autres institutions pieuses.
Éd. J.-H. Albanès, Gallia, op. cit., t. 3, Arles, n° 988. Traduction de l’auteur.

27Dès mars 1236, la destinée d’Arles – dont on connaît pourtant l’attachement de jadis à son archevêque et à Raimond Bérenger V – se trouve entre les mains de la confrérie des bailes, ouvertement anticléricale et anti-comtale. Ses dirigeants expulsent d’abord l’archevêque Jean Baussan de leur ville. Ils dévalisent ensuite le palais épiscopal et punissent les fidèles qui acquittent le casuel. La riposte de l’archevêque ne se fait pas attendre : Jean Baussan lance une excommunication contre les conjurés, depuis Salon où il s’est réfugié. La réconciliation n’intervient que quelques mois plus tard, le prélat remettant sur pied le consulat dont il nomme à son gré les douze membres. En 1237, l’émeute d’Avignon prend le relais de celle d’Arles récemment matée ; en août de cette année, le pape menace ses meneurs d’excommunication : « Vous vous êtes unis par le lien de la confrérie pour agir de façon haïssable contre la liberté de l’Église [...] ; renoncez à rebâtir le pont, les portes, les fossés, les enceintes et les lices ; dissolvez ladite confrérie et abandonnez l’union condamnable avec le comte de Toulouse ». En 1238, la confrérie renaît de nouveau à Arles, où elle se substitue aux consuls : Supramonte Loupo et Berardo di Loreto, vicaires de l’empereur, apportent leur appui à ses membres. En somme, les confréries d’Arles, Avignon et Marseille choisissent le même camp. Au début de 1239, les trois grandes métropoles provençales, secouées par des révoltes contre la seigneurie épiscopale, sont du côté de Frédéric II et de Raimond VII.

28La nouvelle excommunication de l’empereur prononcée par Grégoire IX le 24 mars 1239 devait refroidir l’ardeur de bien des partisans des confrères. De leur côté, les évêques de Provence unissaient leurs efforts et prêtaient hommage à Raimond Bérenger V, devenu plus que jamais l’homme du pape. La nouvelle attitude politique d’une partie de la population, réorganisée en groupe de pression favorable à l’archevêque, se fit ressentir à Arles : elle chassa de la ville Berardo di Loreto qui chercha refuge à Avignon. En juillet, Jean Baussan était remis sur son siège épiscopal, mais cette fois il cédait une bonne portion de sa seigneurie sur la Cité d’Arles au comte de Provence ; c’était le juste prix d’un appui militaire qui avait permis sa restauration : Guilhem de Cotignac, un ministériel de Raimond Bérenger V, devenait viguier de la ville ; par la même occasion, le comte prenait à titre de commise la domination sur le Vieux-Bourg d’Arles, qui appartenait à la famille de Porcelet, dont les membres figuraient de longue date parmi les meneurs de la confrérie. Raimond Bérenger V rencontrait moins de succès à Avignon et dans son arrière-pays, où Raimond VII, aidé par les troupes impériales, s’emparait des villages de Vaison, Cavaillon et Bonpas ; grâce à l’appui de Barral de Baux, qui lui livrait Trinquetaille, le comte de Toulouse pouvait inquiéter les Arlésiens et ravager la Camargue.

29La réussite changeait encore de camp en 1240. En juillet de cette année, Zoen Tencarari, vicaire du légat du pape, et les évêques méridionaux excommuniaient à nouveau les fauteurs de troubles ; ils obtenaient en outre un soutien efficace de la part de Louis IX qui envoyait une armée à leur secours. En 1241, Zoen se faisait élire évêque d’Avignon et parvenait à mettre la main sur le consulat de cette ville. Découragé, Raimond VII partait pour le Languedoc à la recherche de nouvelles aventures : à côté du roi d’Angleterre, il devait être battu par l’ost de Saint Louis au cours des batailles de Taillebourg et de Saintes. Ces défaites ternirent sans doute l’image du comte de Toulouse en Provence : après Arles et Avignon, Marseille tombait. En mai 1243, abandonnés par leur protecteur, les syndics de la commune demandaient à l’évêque Benoît d’Alignan d’être relevés de l’interdit qui pesait sur la ville basse ; un mois plus tard, ils passaient un traité avec Raimond Bérenger V : les Marseillais reconnaissaient la seigneurie du comte qui s’engageait, en contrepartie, à respecter leur autonomie. C’était la première victoire qu’un comte de Provence remportait sur la ville phocéenne. Mais Raimond Bérenger V ne jouit guère de son succès. Il trouve la mort de façon prématurée en juin 1245. Sa disparition redonne des espérances aux communes récemment vaincues, qui se révoltent ensemble quelques mois plus tard. Ce sera pour elles le chant du cygne ; leur ennemi invétéré ne les a précédées au tombeau que de quelques années.

30Au début du XIIe siècle, le mouvement communal présente une physionomie particulière en Provence : c’est l’épiscopat local qui en est l’instigateur. La tradition faisait de l’évêque le recteur des cités dans ces terres fortement romanisées et précocement christianisées, où les prélats s’étaient très vite substitués aux autorités décuriales défaillantes ; la défection des centres urbains par la vieille aristocratie se poursuivant, les clercs y affirmaient une position dominante : l’évêque, défenseur de la cité face à l’envahisseur, devenait d’autant plus indispensable aux hommes du haut Moyen Âge que les prêtres de son entourage étaient seuls à détenir une culture écrite et à maintenir en vie les vieilles institutions publiques. Au XIe siècle, les évêques, partisans du comte et du retour à l’ordre, obtenaient l’appui des élites urbaines : ces prélats réformateurs encourageaient le consulat qu’ils concevaient comme un prolongement logique des associations de paix. Mais, au fil des décennies, les liens entre évêques et patriciat se distendent au point que l’on pourrait affirmer que l’histoire du consulat est celle d’un progressif détachement du pouvoir épiscopal. Dès le début du XIIIe siècle, un groupe de pression hostile au pouvoir que l’épiscopat avait concentré au cours des siècles surgit en son sein : son but, plus ou moins avoué, est d’évincer l’évêque du gouvernement de la cité ; face à lui, un parti fidèle à l’épiscopat conserve toute sa puissance d’antan. Ces clivages idéologiques rendent la situation des villes intenable ; de violentes querelles et des combats de rue auront vite fait de les ravager.

31Pour mettre fin au désordre, les dirigeants des villes choisissent une nouvelle voie institutionnelle : la podestarie. Ils font appel à un magistrat étranger qui devrait jouer le rôle d’arbitre au sein des cités pour apaiser leurs luttes. Le podestat prend ainsi la direction des centres urbains à la place de l’évêque. Il engage les citoyens dans une aventure de conquête des campagnes environnantes. À une époque de forte croissance urbaine, où les richesses affluent vers les grandes familles patriciennes des villes, cette expansion ne peut que réussir. Elle permet non seulement d’adjoindre de nouvelles terres au district des diverses cités, mais aussi de mettre en sourdine les luttes qui enveniment la vie urbaine ; à l’appel du podestat, des concitoyens marchent comme un seul homme contre la ville voisine. Les affrontements entre cités l’emportent sur les querelles entre partis : le duel entre Arles et Marseille est, sur ce point, des plus instructifs. Une proie extérieure devient l’exutoire d’une violence que les murs de la cité ont du mal à contenir à l’intérieur de l’enceinte.

32Dans les années trente du XIIIe siècle, la confrérie représente le dernier maillon de cette chaîne du détachement inéluctable des citadins à l’égard du gouvernement clérical. Après Marseille, Avignon et Arles la choisissent à plusieurs reprises pour cadre institutionnel. De violentes manifestations d’anticléricalisme coïncident avec l’apparition de ce mouvement confraternel ; c’est avec fureur que ses meneurs mettent en question le pouvoir des évêques, qu’ils obligent à fuir des cités dont ils étaient naguère les chefs politiques. La seigneurie épiscopale est partout contestée, tandis que les positions du parti anticlérical se radicalisent. Le retour en force de Raimond VII, compagnon de route d’un Frédéric II excommunié, excite plus que jamais les animosités : aujourd’hui comme hier, la Provence devient terre d’élection de la querelle entre le Sacerdoce et l’Empire. Les luttes d’un bipartisme complexe, qui n’ont jamais définitivement disparu de la scène politique, se manifestent encore au grand jour. Ce sont leurs acteurs qu’il convient à présent d’étudier pour introduire tant soit peu de rationalité dans l’analyse de ce combat communal aux allures chaotiques.

Partis politiques et forces en présence

33Dans le tourbillon des luttes, dont la violence secoue les villes provençales au cours de la première moitié du XIIIe siècle, quelques personnalités émergent : nous avons eu l’occasion de prendre connaissance de ces figures de proue grâce à la description chronologique de leur action. Mais, tout compte fait, le pouvoir d’un Raimond VII ou d’un Jean Baussan vaut ce que vaut le groupe de leurs partisans. Ils tirent profit soit des meneurs du mouvement communal – consuls radicaux ou confrères acharnés – soit de leurs ennemis – clercs ou fidèles de l’évêque –, qui comptent à leur tour sur de nombreux appuis : ces personnages se trouvent à la tête de factions politiques ou partis, « groupes de pression et d’action, plus ou moins bien organisés, plus ou moins secrets même, qui dominent souvent la ville, lui imposent des choix, des partages, des alternances, qui provoquent toutes sortes de compétitions et de conflits » (Jacques Heers). Ce sont les luttes de ces partis qui marquent le ton de la vie politique des grandes métropoles du comté.

34Des liens, plus ou moins conscients, plus ou moins avoués, unissent les membres de ces groupements partisans dont le but est de contrôler le pouvoir urbain. Des structures de sociabilité anciennes recoupent ces partis. La parenté permet aux consanguins d’un même clan, lignage ou sous-lignage, de voter pour les mêmes conseillers lors des séances du parlement public. Fidélité et clientélisme représentent une autre forme de sociabilité politique : les vassaux et les hommes de tel patricien lui apporteront leur soutien armé au cœur de la mêlée qui oppose la foule dans les ruelles de la ville. Un autre critère de recrutement, pour ces partis, est de nature topographique ; le lien du voisinage crée des solidarités aussi fortes que de fermes inimitiés à l’encontre des quartiers frontaliers : les habitants de la Cité d’Arles combattent ceux du Vieux- Bourg ; la ville haute de Marseille est plus souvent en conflit contre la ville basse qu’en quête d’une pacification introuvable. Enfin, les mêmes activités socioprofessionnelles unissent les hommes ; quand les corps de métiers feront, de façon tumultueuse, irruption dans le mouvement communal, celui-ci gagnera en violence et dynamisme. Le parti, groupe composite, ne saurait être étudié ni sans ses acteurs ni sans les solidarités qui lient ses membres.

Gens d’Église et parti clérical

35Les prélats provençaux du XIIIe siècle appartiennent à une génération post-grégorienne ; ils profitent du renversement des rapports entre les pouvoirs laïques et ecclésiastiques opéré au XIe siècle par les réformateurs et les porte-parole de la paix de Dieu. La traditionnelle soumission de l’Église au prince, qui exerçait une tutelle de fait sur les clercs et leurs biens, est bel et bien enterrée. Au contraire, à partir des années 1200, la théocratie tient le haut du pavé en Provence : la papauté est plus active que jamais dans le comté où elle entend exercer un véritable pouvoir temporel ; évêques, chanoines et prêtres autochtones manifestent de même leur volonté de jouer un rôle politique de premier plan. Un parti se constitue autour d’eux.

36Tout au long de la première moitié du XIIIe siècle, les légats pontificaux, longa manus de la papauté, manifestent continuellement la présence du souverain pontife entre Rhône et Durance. Peire de Castelnau tente de réformer les chapitres canoniaux de la province ecclésiastique d’Arles avant de mourir assassiné en Camargue en 1209. Milon le remplace et organise la croisade contre les Albigeois, aux côtés de Simon de Montfort : son passage en Provence aboutit à la destruction des châteaux des amis du comte de Toulouse et à la promulgation de statuts de paix dans nombreuses villes du comté ; c’est en grande partie par son action que le consulat de la ville d’Arles demeure entre les mains de l’archevêque, alors que les autres cités provençales rejettent fortement la seigneurie épiscopale. En 1226, le cardinal Romain de Saint-Ange se trouve également à la tête des Français qui prennent Avignon et occupent le Comtat Venaissin au nom du Saint-Siège. En somme, les légats pontificaux se rendent souvent en Provence, où ils appuient la pénétration française, combattent le comte de Toulouse et permettent à certains prélats de conserver la mainmise sur leur ville.

37À partir de 1239, date où renaît la querelle entre le Sacerdoce et l’Empire, les légats ne font plus de la Provence la zone de parcours de leurs missions sporadiques ; ils s’y établissent à demeure pour contrecarrer l’action des vicaires impériaux plus que jamais présents. Ils proviennent de l’Italie voisine où une longue expérience politique les a familiarisés aux luttes entre guelfes et gibelins, transférées de façon violente de ce côté-ci des monts. C’est le cas du légat Giacomo Pecoraria – cardinal de Preneste et cistercien comme plusieurs autres chefs de la croisade albigeoise – qui, dès 1236, soulevait à Plaisance ses concitoyens contre Frédéric II. Son bras-droit, Zoen Tencarari, arrivait avec lui en Provence en 1240 ; la biographie de ce personnage nous est bien connue grâce à l’étude de Léon-Honoré Labande. Depuis 1235, Zoen était archiprêtre de Bologne, sa ville natale ; formé dans son université, il y devenait professeur de droit. Son élection en tant qu’évêque d’Avignon, en 1241, coïncidait avec un infléchissement dans le mouvement communal de cette ville qui abandonnait la lutte à outrance contre l’autorité de son évêque ; quelques mois plus tard, Zoen obtenait la réconciliation entre Raimond VII, l’Église et le roi de France. Il fait ainsi figure d’habile diplomate, apaisant les combats et préparant le triomphe du comte de Provence sur les villes en révolte. Comme pour Giacomo Pecoraria, le prestige des pouvoirs reçus du pape augmentait considérablement ses moyens d’action auprès du patriciat urbain local.

38L’épiscopat de Provence était alors aussi lié au Saint-Siège qu’au roi de France. Preuve en est la biographie de Benoît d’Alignan, évêque de Marseille entre 1229 et 1268. Moine bénédictin au monastère languedocien de Villemagne, il est élu abbé de la Grasse ; en 1226, cet inconditionnel des Capétiens tente de convaincre les habitants de Carcassonne de se soumettre à Louis VIII, pour lequel il gagne la neutralité de Nuno Sanche, comte du Roussillon. Deux ans plus tard, après avoir longuement séjourné à Rome, il est nommé évêque de Marseille par le pape. Dès 1229, c’est du côté de Raimond Bérenger V qu’il se range dans la lutte contre la ville basse, qu’il mène avec ténacité ; en 1230, il sera expulsé de sa cité. Au printemps de 1239, répondant à l’appel de Grégoire IX, il se joint à la croisade ; il reviendra en Terre Sainte en 1261. À la fin de ses jours, il rédige un traité, fort conventionnel, intitulé De Fide, où il reprend les canons de Latran IV contre l’hérésie albigeoise. Sa vie durant, il garde une certaine réserve vis-à-vis de l’évangélisme franciscain qui se développe considérablement à Marseille à partir des années 1240. C’est au monachisme traditionnel, dont il est issu, qu’il a emprunté sa spiritualité et sa conception politique. Sa biographie – qui témoigne d’une opposition acharnée à un mouvement communal en voie de radicalisation – ne va pas sans rappeler celle de Jean Baussan : ce prélat, évêque de Toulon (1224-1234), puis archevêque d’Arles (1234-1258), se trouve toujours du côté du comte de Provence dans son combat contre Raimond VII et l’émancipation urbaine.

Fig. 18 – Carte de Marseille au XIIIe siècle source : É. Baratier, « Le mouvement mendiant », op. cit., p. 179

39Les chanoines, immergés dans les luttes de leur temps, ont beaucoup compté dans le mouvement communal. Les chapitres des provinces ecclésiastiques d’Arles, Aix et Embrun ont perdu de leur ascétisme des premiers temps de la réforme ; les mœurs s’y sont considérablement relâchées si l’on en croit les bulles pontificales qui ne cessent de morigéner ces mauvais chanoines, riches, avides et querelleurs : cet abandon d’une austérité ancienne explique, en partie, la contestation du casuel par bon nombre de laïcs qui refusent de verser des dons à un clergé séculier dont l’exemple ne correspond pas toujours à la prédication. Qui pis est, les rapports entre chapitres et évêques sont, aux XIIe et XIIIe siècles, très tendus. Loin de normaliser leurs relations, les partages des menses épiscopale et canoniale – comme celui qui, en 1164, divisait la seigneurie de la ville haute de Marseille en ville épiscopale et ville de la prévôté – semblent avoir nui à leur bonne entente. Heurts et démêlés sont fréquents à Arles, où l’archevêque fait continuellement appel au pape pour se faire respecter par le chapitre. À Marseille, en 1234, la plupart des chanoines s’opposent au retour de Benoît d’Alignan de l’exil que lui impose la commune : une lettre de Grégoire IX nous apprend qu’ils agissent de la sorte « à l’instigation du diable et en comptant trop sur la puissance de leurs familles ». C’est en effet dans le cloître de la cathédrale qu’aboutissent les affrontements qui opposent, dans la rue, les différents clans et partis marseillais : les clivages politiques sont profonds au sein même des chapitres où les chanoines poursuivent les luttes de leurs parents. En 1205, pour remédier à « ces dissensions et scandales fomentés par le diable qu’il faut retrancher de l’Église d’Arles », Peire de Castelnau édicte des statuts au cours d’un concile provincial tenu dans cette ville :

D’abord, après avoir délibéré en commun, nous avons décidé que si des chanoines d’Arles, admis au chœur et ayant reçu la pleine autorité canoniale, en viennent aux mains et se frappent, persuadés par le diable et ayant oublié leur religion, qu’on leur enlève leur office et l’honneur dont ils jouissaient dans l’église majeure ou dans ses dépendances, sans espoir pour eux d’y être restitués et qu’on leur interdise de revenir. Qu’en raison du crime haïssable qu’ils ont perpétré et pour la réparation de la blessure de leur frère, on les prive de participer à l’administration ecclésiastique de cette église et de servir au sommet des charges, ni au maître autel de saint Trophime apôtre et de saint Étienne ni à aucun degré des hiérarchies, puisque d’une façon irrévérencieuse et énorme ils ont taché leurs mains d’une blessure infligée à leur frère. Car il est écrit : « Le Seigneur s’éloigne des méchants » [Prov. 15, 29] et « Le très haut n’agrée pas les offrandes des impies » [Eccl. 34, 23] et que Grégoire dit « Si celui qui est déplaisant à celui qui est fâché lui est envoyé pour intercéder auprès de lui, il le poussera à un pire courroux » [...].
Si l’un des chanoines d’Arles ou des clercs attachés à cette église se laissait emporter par un tel délire ou fureur qu’il veut se venger d’un coup reçu ou de l’atteinte portée à son honneur par des mots ou un autre affront et qu’il pousse ses amis laïques à le venger, provocant la mort, l’emprisonnement ou la blessure de l’un de ses frères chanoines ou d’un prêtre de cette église, s’il avoue sa faute ou qu’il en est trouvé coupable, qu’il subisse la même peine : qu’il soit à jamais expulsé du chapitre d’Arles sans espoir d’y retourner.
Éd. J.-H. Albanès, Gallia, op. cit., t. 3, Arles, n° 779 (XII 1205). Traduction de l’auteur.

40Bien que les clercs séculiers soient loin de se concerter ou de mener une action commune, certains laïcs appuient avec entrain les prélats face aux porte-parole de l’émancipation communale. À Marseille, les partisans du comte et de l’évêque sont appelés du nom provençal de mascarats, que l’on traduit par « noirs », peut-être par « ensorcelés » ou, tout simplement, par « masqués ». Ces personnages se montrent particulièrement actifs l’été de 1230, où ils essayent d’ouvrir les portes de la ville basse aux troupes de Raimond Bérenger V ; leur complot ayant été découvert, ils font l’objet de bannissement et de confiscation de leurs biens jusqu’en 1234, année où ils reviennent à Marseille grâce à la trêve d’Entremont. Il est intéressant de constater que, parmi les mascarats, l’on trouve des membres des familles du patriciat urbain qui avaient participé à la fondation et au développement de la confrérie du Saint-Esprit : c’est le cas d’Ancelme Fer, fils d’Uc Fer, ancien syndic de la commune, mais aussi de Ricau et de Guilhem de Montolieu ; les recteurs de la ville basse avaient même confié jadis la garde du château de Brégançon à Peire Vieil, un autre mascarat. Au demeurant, la composition sociale de ce parti montre que l’attitude des meneurs du mouvement communal ne répond pas de façon systématique au rejet de la domination des évêques, mais que certains parmi eux s’accommodent bien de la seigneurie épiscopale.

41La politique des légats pontificaux et des évêques ayant reçu leur mitre de Rome présente une certaine cohérence : elle a pour but de préserver la domination des prélats sur les villes et de contrecarrer l’action du comte de Toulouse et de l’empereur ; elle s’inscrit dans le cadre plus vaste de la croisade albigeoise et du conflit entre théocratie et césaropapisme. Elle dépasse largement la Provence, qui devient un enjeu capital au cours des luttes entre Grégoire IX et Frédéric II. Il ne semble pas, en revanche, que les chanoines et les autres clercs séculiers voient si large : leur action politique est déterminée par les affrontements des clans et des groupes dont ils sont issus ; en ce qui concerne les affaires du siècle, ce sont leurs « parents et amis » – pour reprendre la terminologie des bulles pontificales – qui conditionnent leur ligne de conduite. Quelques laïcs se rangent ouvertement du côté des évêques dans les luttes urbaines : ils sont minoritaires à Marseille, où ils forment le parti des mascarats, mais majoritaires à Arles où le consulat est, pendant de longues décennies, sous le contrôle de l’archevêque. En somme, les clivages qui divisent gens d’Église et parti clérical sont sans doute plus nombreux que les éléments qui pourraient donner une unité à leur programme.

Patarins et contestataires

42Des voix se lèvent contre la seigneurie que les évêques exercent sur les villes provençales. Elles proviennent de milieux très divers et poussent la population à de fréquentes manifestations d’anticléricalisme. Au cours des décennies, un groupe de pression hostile à la domination des prélats semble se constituer. Ses meneurs s’organisent en parti. Ils comptent sur la complicité du comte de Toulouse et, plus tard, sur l’aide de Frédéric II. C’est sur quelques-uns de ces contestataires qu’il importe à présent de jeter notre regard.

43Comme pour les légats du pape, l’Italie est le lieu où les vicaires impériaux se sont préparés aux affrontements qui divisent la Provence. Ces personnages jouent un rôle de premier plan dans la vie des métropoles rhodaniennes à partir de 1239 : ce sont des envoyés en mission de Frédéric II qui veut à tout prix écarter le royaume d’Arles et de Vienne de l’emprise des légats du pape et de l’épiscopat autochtone. Berardo di Loreto, qui s’installe à Arles au nom de l’empereur au début de 1238, est l’un de ces personnages : il encourage la confrérie de cette ville et se rend, en grande partie, responsable des troubles qui aboutissent à un nouveau bannissement de Jean Baussan. Dans cette affaire, l’archevêque a toutefois le dernier mot : il fait appel à Raimond Bérenger V qui s’impose au détriment des révoltés et chasse le comte de Lorette d’Arles ; le 24 juillet 1239, Jean Baussan est à nouveau solennellement remis sur son siège. Berardo doit se réfugier à Avignon, dont il devient le podestat pour quelques mois ; l’été de 1240, il se trouve avec Raimond VII à la tête de l’armée composée par des Avignonnais, des Marseillais et des Beaucairois, qui assiègent Arles et saccagent son arrière-pays. Quelques mois plus tard, Berardo est remplacé par un nouveau vicaire impérial, Galterio di Palear, comte de Manoppello, qui s’installe également à Avignon avant que les citoyens de cette ville, revenue sous le giron de l’épiscopat grâce à Zoen Tencarari, ne l’obligent à retourner en Italie. Les carrières de Berardo di Loreto et de Galterio di Palear, représentant à demeure l’empereur en Provence, font long feu.

44Certains podestats ont également manifesté un parti pris ouvert en faveur de Frédéric II, faisant fi du rôle d’arbitre impartial que la commune leur attribuait traditionnellement. C’est particulièrement vrai à partir des années 1230 quand ces personnages, originaires pour la plupart de Milan, de Pavie ou de Gênes, où le gibelinisme faisait chaque jour de nouveaux adeptes, encouragent l’essor des confréries. L’exemple de Torello de Strata est, sur ce point, des plus éloquents : ce citoyen de Pavie était podestat à Parme en 1221, où il encouragea, en dépit de la neutralité à laquelle sa charge le vouait, la lutte de la commune contre l’évêque. Entre 1222 et 1224, il fait une première apparition en Provence en tant que podestat d’Arles où il s’acquitte sans éclat de la charge qui lui a été confiée ; de retour en Italie, il devient encore podestat de Parme en 1227 et de Florence en 1233. Son second séjour en Provence est bien plus remarqué et fracassant que le précédent : en janvier 1236, il fait l’objet d’une excommunication émanant du légat du Saint-Siège pour avoir secondé Raimond VII et Barral de Baux au cours de la récente invasion du Comtat Venaissin ; en août de cette même année, il est élu podestat dans une ville d’Avignon en pleine effervescence anticléricale. En 1244, Frédéric II le nomme nonce impérial.

45Son action présente d’étranges ressemblances avec celle de Percivallo Doria : issu d’une grande famille génoise, Percivallo occupe dès 1228 des charges municipales dans les gouvernements d’Asti et de Parme ; entre 1232 et 1234, il est podestat d’Arles et devient la courroie de transmission de la politique de Frédéric II en Provence, qui est encore celle de la pacification ; auprès de Caille de Gurzan, légat impérial, son rôle dans la conclusion de la trêve d’Entremont est capital. Revenu en Italie, il participe avec enthousiasme à la vie politique de la péninsule, affichant un gibelinisme déclaré dans son action : en 1243, il est nommé podestat de Parme et de Pavie ; en 1255, son engagement dans le parti de Manfred, fils de Frédéric II – pour lequel il écrit un poème dans le provençal qu’il a pratiqué entre Rhône et Durance – lui vaut une excommunication de la part d’Alexandre IV ; en 1258, Manfred en fait son vicaire général pour la marche d’Ancône, le duché de Spolète et la Romagne. Sa carrière s’arrête brutalement en 1264 : c’est en combattant les guelfes qu’il se noie près de Rieti. Que ce soit en Italie ou en Provence, ce sont les intérêts de l’empereur que Percivallo, comme Torello, défend avant tout autre chose ; son rôle d’arbitre connaît de bien extravagants aléas.

46L’on peut cerner particulièrement bien la constitution sociale de la confrérie anticléricale de 1236 à Arles, où de nombreuses sources mentionnent le nom et les agissements de ses meneurs. Bertrand et Rainaud Porcelet semblent la diriger : ces deux personnages, coseigneurs du Vieux-Bourg, ont un vieux contentieux à régler avec l’archevêque d’Arles auquel ils disputent Fos. Élisiard de Bédéjun, qui fait partie de leur clientèle, se trouve parmi les membres les plus actifs du soulèvement. Les autres représentants de la noblesse urbaine, où sont recrutés les consuls, apparaissent nombreux parmi les bailes : Pons Archimbaud, Bertrand Bourguignon et Monge exercent, en tant que « chevaliers », des fonctions consulaires ; Guilhem Ferigolier et Jaume de Posquières sont des consuls à titre de « prud’hommes ». Il se peut que ces derniers appartiennent aux milieux d’affaires dont la fortune est de fraîche date, mais qui ont vite fait d’intégrer le patriciat urbain. L’exemple de Pons Galhard, l’un des plus virulents meneurs du mouvement, demeure fort instructif : les Galhard sont l’exemple type de ces nouveaux riches, propriétaires de plusieurs maisons dans le Bourg- Neuf, quartier récent où ils ont fondé en 1225 l’hôpital du Saint-Esprit. Enfin, cette élite révolutionnaire parvient à mobiliser de petites gens, qui adhèrent à son programme de conquête du pouvoir détenu par l’archevêque. Les textes mentionnent ainsi le pêcheur Peire Uc et de nombreux personnages difficiles à identifier, dont les noms n’ont jamais figuré parmi ceux des maisons les plus en vue du patriciat arlésien. Toutes les catégories sociales semblent, en somme, bien représentées dans le groupe des participants à cette explosion anticléricale.

Marseille
1221-1223 : Carlevaire d’Ozano (Milanais).
1223-1224 : Jaufre Reforciat (famille vicomtale de Marseille).
1225-1226 : Spino de Sorresina (Milanais) => Avignon. Olrico Rogiati et Jacopo de Populo (Pepoli ?) sont ses viguiers. Jacopo Bonvicino (remplacé par Amico de Sorresina) et Olirico Rogiati sont ses chevaliers.
1226-1227 : Hugolin Domne Damne (Bolonais). Giovanni de Albora et Lambertini sont ses chevaliers.
1227-1228 : Roberto de Concorezo (Milanais). Gioffredo de Pagniano et Lafrancho de Coni sont ses chevaliers.
1229 : Marrazo de Sannazar ou de Sancto Nazario (originaire de Pavie).
1251 : Thomas de Solari ou de Solerio (Milanais).
1252 : Lantelme de Prealon (Milanais).
Arles
17 août 1220-mars 1222 : Isarn d’Entrevennes.
1222-1224 : Torello de Strada. => Avignon.
1224-1228 : Dragonnet de Montdragon.
1228-1230 : Roland George de Pavie.
1230-1231 : Guillaume Augier d’Oza.
1231-1232 : Perceval Doria (Génois) => Avignon.
1232-1233 : Rubeus de Turca.
1233-1234 : Supramonte Loupo, vicaire impérial dès novembre 1238.
1234-1235 : Bernard Roland Rufi.
1235-1236 : Bourguignon de Trets (famille vicomtale de Marseille).
1248 : Albert de Lavagne.
1249 : Barral de Baux. => Avignon.
Avignon
1225-1226 : Spino de Sorresina => Marseille. Jacopo Bonvicini est son viguier.
1226-1227 : Guilhem Raimon d’Avignon. Raimon du Réal. (tous deux Avignonnais).
1227-1228 : Guilhem de Laudun.
1232-1234 : Perceval Doria.
1234-1235 : Enrico de Spingo.
1235-1236 : Guilhem Raimon d’Avignon et Ortigue.
VIII 1236 : Torello de Strada (originaire de Pavie).
1238 : Nicolino Spinola.
1239 : Bérard de Lorette, vicaire impérial.
1240 : Raimon VII, comte de Toulouse.
Août 1240 : Gautier de Palear, comte de Manopello, vicaire impérial.
Décembre 1240-1243 : Isarn Audegier (Avignonnais) et Guilhem Augier.
1246-1250 : Barral de Baux. => Arles.

Fig. 19 – Liste des podestats de Provence

47Au cours de la première moitié du XIIIe siècle, la radicalisation du mouvement d’émancipation urbaine coïncide avec l’élargissement de sa base. Naguère réservées à une élite patricienne, groupe de rentiers ayant pour la plupart reçu l’adoubement, les institutions communales s’ouvrent aux marchands, puis aux artisans. Dès 1218, les chefs des métiers sont admis au conseil de Marseille, première ville à adopter une confrérie ; dans la commune d’Avignon, les artisans sont représentés à partir de 1225, quelques mois seulement avant le siège de cette ville par les troupes françaises. Par contre, il faudra attendre 1247 pour que les corps de métiers occupent des sièges dans le conseil d’Arles : cette arrivée tardive sur la scène politique explique certainement le caractère fort conservateur que revêt le mouvement communal de cette cité, où le parti de l’archevêque contrôle la plupart du temps le consulat. La participation de ces couches populaires au gouvernement des villes donne un nouveau souffle au mouvement communal, qui prend avec elles une tournure plus virulente. Dès lors, ces patarins défendent des positions plus extrêmes, contestant de façon violente la seigneurie épiscopale.

48Le parti qui lutte pour l’éviction des évêques du gouvernement des villes est, en somme, des plus hétéroclites. Les origines géographiques de ses membres sont souvent italiennes : vicaires impériaux et podestats gibelins font figure de meneurs du mouvement de rejet du pouvoir épiscopal au lendemain de la rupture entre le Sacerdoce et l’Empire. Ils sont à Frédéric II ce que les légats pontificaux sont à Grégoire IX. En ce qui concerne le recrutement local des confréries, l’on constate que toutes les couches sociales s’y trouvent bel et bien représentées. Les grands qui participent à ces groupements y attirent leurs clients. À la longue, par la prise en compte des revendications des chefs de métiers, le mouvement se démocratise et les formes de sa contestation deviennent plus âpres. Certaines familles font preuve de fidélité à ce parti. Reste toutefois à comprendre les stratégies d’autres clans dont les membres changent de faction et de programme politique, au gré d’une versatilité dont on saisit mal les tenants et les aboutissants.

Stratégies personnelles d’ascension

49Le bipartisme que nous venons de présenter sous des traits tant soit peu schématiques ne doit pas induire en erreur. Il n’est pas question ici de deux blocs monolithiques ; les frontières entre les deux groupes qui s’affrontent pour garder ou pour prendre le pouvoir urbain semblent bien floues. Ceux qui choisissent de servir les évêques et le comte, détenteurs d’une puissance presque absolue au début de notre période, sont prêts à quitter leurs maîtres, dès lors que la conjoncture politique leur est défavorable ; en face d’eux, beaucoup des contestataires, qui tentent par la force de s’emparer d’une parcelle du pouvoir communal, n’hésiteront pas à suivre le prince quand ils auront senti que son armée est plus forte que n’importe lequel des osts des villes. Ces girouettes, prêtes à tourner selon la direction du vent le plus porteur, occupent le devant de la scène du mouvement communal en Provence.

50Pour Barral de Baux (1217-1268), l’une des personnalités les plus importantes de la première moitié du XIIIe siècle, la réussite personnelle vaut bien quelques revirements en matière politique. Fils d’Uc de Baux et de Barrala, fille du vicomte Barral (†1192) et d’Azalaïs Porcelet, il appartient de plein droit aux plus prestigieux lignages du comté. Lors de son adolescence et de sa jeunesse, il est le témoin du démantèlement de la seigneurie de ses ancêtres sur Marseille : au cours des années 1220, les marchands de la ville basse achètent les droits que son père détient dans cette ville et son arrière-pays. En dépit de quelques conflits passagers avec la confrérie du Saint-Esprit, Uc et Barral de Baux se comptent parmi les partisans de Raimond VII dès son avènement en Provence en 1230. C’est à ses côtés que Barral combat alors Raimond Bérenger V, préférant les villes au comte de Provence, qu’il sait avide de récupérer les terres baussenques. Les années suivantes, ses agissements dans l’ost du Toulousain lui valent plusieurs excommunications : en 1236, le légat du pape l’accuse avec Torello de Strata d’avoir envahi le Comtat Venaissin et d’avoir assiégé Mornas : à cette époque, il est le sénéchal de Raimond VII pour le Venaissin ; en 1240, sa nouvelle campagne auprès du comte de Toulouse, pour reprendre le marquisat de Provence, lui vaut encore une excommunication. En 1247, il est l’un des principaux ennemis de Charles Ier, nouveau comte de Provence, contre lequel il suscite l’alliance des trois grandes villes du comté. Il se trouve ainsi du côté des ennemis de Jean Baussan, archevêque d’Arles, qui le met une fois de plus au ban de l’Église. Jusqu’alors c’est en faveur de Raimond VII, de Marseille et d’Avignon et à l’encontre de Raimond Bérenger V et de l’épiscopat provençal qu’il mène son action politique.

51Toutefois, son attitude change du tout au tout en 1251 ; il trahit à cette date les villes provençales et s’entend avec Charles Ier. Les excommunications qui pèsent sur sa personne sont aussitôt levées. Il lutte désormais dans le camp du frère de Saint Louis, auquel il apporte son soutien armé face à Marseille. Il collabore d’ailleurs activement à l’expansion angevine en Italie, où il occupe les charges de podestat de Milan et de grand justicier du royaume de Sicile. Les raisons de ce bouleversement dans son action politique sont sans doute d’ordre matériel. Barral était l’un des personnages les plus influents du Midi, comme le prouvent ses relations de parenté : beau-frère du comte de Toulouse, il marie son fils à la fille d’Aymard de Poitiers, comte du Valentinois, et ses filles à Amédée, comte de Savoie, et au fils du comte de Rodez. Il détenait une très vaste seigneurie en Provence rhodanienne, les terres baussenques qui relevaient directement de l’empereur. Un tel personnage ne pouvait – ou ne voulait – risquer la commise. Face au nouveau comte de Provence, il comprit que la partie du mouvement communal était perdue et il préféra abandonner les villes à leur triste sort. Sa trahison permit certes à ses descendants de jouir des privilèges de leurs ancêtres, mais elle donna pour toujours le gouvernement des cités au comte et à ses représentants.

52L’exemple de la famille des Ancelme-Fer est aussi représentatif des changements de position politique d’un lignage : de génération en génération, ses membres s’adaptent à une situation plus que variable. Dès le XIIe siècle, les Ancelme appartiennent à la chevalerie urbaine de Marseille et participent aux premiers profits du commerce de cette ville ; ce sont des fidèles des vicomtes de Marseille, qui leur confient des châteaux et leur offrent des alleux : en 1184, Uc Fer apparaît dans une charte comme viguier de Jaufre de Marseille et de Roncelin, au nom desquels il rend justice ; en 1192, il est mentionné en tant que baile ou fondé de pouvoir de Barral. En 1209, il est excommunié par le légat Milon pour avoir joué un rôle important dans la « fuite-enlèvement » de Roncelin, moine défroqué de Saint-Victor. Ce sont les Marseillais qui emportent Roncelin du monastère, et il n’y a rien d’étonnant qu’ils choisissent Uc Fer comme viguier de la commune : Uc devient alors le trait d’union, le pont entre les vicomtes et les familles qui contrôlent les institutions communales ; ses liens avec ses maîtres se concrétisent en 1210 par le mariage de sa petite-fille avec le vicomte Bourguignon de Trets, moyennant le versement d’une dot plus que consistante. Rappelons, au passage, qu’Uc Fer est autant le représentant officiel des vicomtes que le plus assidu de leurs créanciers.

53Ancelme Fer, fils d’Uc Fer, joue d’abord un rôle de premier plan au sein de la jeune confrérie du Saint-Esprit : en 1219, il agit comme procureur des dix recteurs qui la composent. Sous les podestats, il devient syndic de la ville basse dont il appuie l’aventure émancipatrice. Preuve en est l’excommunication dont il fait l’objet, en 1228, pour avoir passé ses anciennes créances sur les vicomtes et Saint-Victor à la commune ; l’abbé de ce monastère considérait paradoxalement ses intérêts lésés par cet acte qui rendait la ville basse l’héritière des vicomtes en dépit des anciennes donations du moine Roncelin. Les Marseillais révoltés devaient saccager l’année suivante le palais du Tolonée, ancienne résidence vicomtale, occupée par les représentants de Saint-Victor.

54L’appui d’Ancelme Fer à l’émancipation communale ne dure cependant pas longtemps. En 1230, il devient l’un des personnages clefs du parti des mascarats, né à l’instigation de Raimond Bérenger V dont il est également le créancier et le conseiller. C’est contre Raimond VII qu’il entend par la suite agir, ce qui lui vaut le bannissement de la ville basse et la confiscation des biens par la commune, jusqu’à la trêve d’Entremont (1234). Revenu dans sa ville natale, Ancelme travaille de tout cœur à la réconciliation entre le conseil de Marseille, où il siège au moins depuis 1241, et le comte de Provence : il prépare de la sorte le rapprochement entre la commune et Raimond Bérenger V, entériné par le traité de 1243.

55L’avènement de Charles d’Anjou changea cependant son attitude qui passa du dévouement au prince à la révolte ouverte. Son fils Briton Ancelme poursuivit le combat contre l’Angevin et devint l’un des principaux responsables du soulèvement de 1256 en faveur de la princesse douairière ; il fut banni de Marseille par les partisans du comte l’année suivante. Curieusement, son cousin germain Felip Ancelme le suivit dans le chemin de l’exil quelques mois plus tard, mais cette fois pour avoir défendu Charles d’Anjou face à un nouveau parti qui rejetait sa domination. En somme, entre le comte et la commune, les louvoiements des Ancelme-Fer sont aussi sinueux que leurs coups de cœur sont versatiles. Autant dire que, pris entre Charybde et Scylla, ces personnages choisissent celle des factions qui, au gré des événements, leur permet de conserver leur pouvoir au sein de Marseille et de préserver leur rang social et leur fortune.

56Plus uniforme paraît l’évolution de la famille arlésienne des Jonquières : son histoire va dans le sens d’un progressif détachement du milieu épiscopal. Dès la fin du XIIe siècle, les membres de cette maison, originaire de l’arrière-pays de Saint-Gilles, sont entrés dans l’oligarchie d’Arles comme le démontrent leurs mariages au sein de la chevalerie urbaine. Or, entre 1206 et 1228, Pons de Jonquières joue un rôle important dans l’entourage des archevêques Michel de Mourèse et Uc Béroard ; ce « clerc du seigneur archevêque » exerce auprès d’eux des fonctions de conseil juridique et de notaire. Mais, au sein de sa famille, le service des prélats cède bientôt le pas à l’hostilité envers leur seigneurie temporelle : en 1228, un Guilhem de Jonquières occupe une place importante en tant que conseiller dans la commune dirigée par le podestat ; en 1234, peu avant le déclenchement du soulèvement de la confrérie des bailes, il prend à ferme la gabelle d’Arles dans l’acte par lequel les citoyens et Jean Baussan se partagent par moitié les usages, les péages et les droits sur le sel et sur la frappe des monnaies perçus dans la ville. Un dernier Jonquières, Joan l’aîné, devient l’un des meneurs de la révolte qui chasse l’archevêque de la cité en mars 1236 : les chartes le présentent en tant que « conseiller majeur » de la confrérie des bailes et une chanson du troubadour Bertrand de Lamanon en fait une des victimes de la répression de l’archevêque après la sédition. Du dévouement aux prélats de l’époque faste du consulat et du parti clérical à la révolte ouverte aux temps de la confrérie des bailes, tel est le cheminement des différents membres de la famille Jonquières.

57Barral de Baux, les Ancelme-Fer et les Jonquières sont des exemples du pragmatisme des acteurs, individuels ou collectifs, du mouvement communal au début du XIIIe siècle. La parole donnée compte peu ; elle est soumise aux aléas d’une situation historique qui change au jour le jour ; les trêves et les traités se font et se défont au fil des semaines. Quant aux options familiales, les temps des solidarités lignagères sous la houlette de l’aîné sont bel et bien révolus : l’individualisme et le conflit de générations se substituent à l’emprise paternelle. Dans la course effrénée pour le pouvoir, seul le succès compte. Le goût de la réussite et de l’ascension sociale l’emporte sur les fidélités anciennes. Sur le théâtre d’opérations du mouvement communal, les acteurs semblent obnubilés par une réussite sur l’autel de laquelle tout doit être sacrifié.

58Au cours de la première moitié du XIIIe siècle, tout un pan de la société urbaine se dresse contre les partisans des institutions anciennes et de la seigneurie épiscopale. L’opposition croissante que rencontrent les prélats dans le gouvernement des cités les pousse vers le comte ; c’est auprès de Raimond Bérenger V qu’ils trouvent le plus sûr de leurs alliés. Forts de l’appui de l’ost comtal et tirant profit des interventions du roi de France dans le Midi, ils entendent conserver une place privilégiée au sein des villes. Des groupes de pression, comme les mascarats marseillais, les soutiennent dans leur élan pour garder un pouvoir plus que séculaire. Mais le nombre des mécontents ne cesse d’augmenter. De nouvelles familles, enrichies par l’essor agricole, la spéculation foncière et les activités marchandes, ne sauraient se contenter d’un rôle de figurant sur la scène politique de la cité ; ils entendent participer activement à la vie communale, obtenant ce siège dans le conseil qui leur ouvrira un jour l’accès au consulat et leur donnera un pouvoir accru. À peine leur soif de richesses satisfaite, c’est vers la puissance que vont les désirs de ces nouveaux venus. Ils auront vite fait de comprendre que le système est bloqué : les quelques trente familles qui contrôlent le consulat dans chaque ville s’accommodent bien d’une situation ancienne qui préserve leurs privilèges ; intégrer cette oligarchie par le jeu des mariages et des alliances n’est pas toujours facile ; la légitimité du consulat, que l’archevêque contrôle aisément et dont les membres truquent les élections, est mise en question. Pour parvenir au sommet de la hiérarchie communale, c’est la violence que patarins et contestataires vont utiliser : affrontements, luttes et combats déchirent les villes. Tous les mécontents de la seigneurie épiscopale – parmi lesquels on trouve parfois des membres des vieux lignages, qui voudraient tirer avantage des succès des révoltés – rejoignent les confréries. Ils rencontrent la résistance de ceux qui s’adaptent à un système préservant la portion de ban qu’ils détiennent au sein de la cité.

59Les luttes entre ces deux partis sont aussi complexes que mouvantes : vieilles et nouvelles familles se retrouvent sans cesse dans un même camp ; la rivalité d’aujourd’hui devient amitié demain. Le clan – reliquat d’un lignage aristocratique naguère solidaire – ne détermine plus nécessairement la conduite de ses membres. Autour de 1215, Guilhem de Baux, prince d’Orange, combat le comte de Toulouse auquel il veut arracher le Comtat Venaissin, en prétextant d’une investiture impériale. Quelques décennies plus tard, Barral de Baux adhère sans détours au parti de Raimond VII, qu’il sait aux abois et bien plus disposé à faire des concessions à l’égard de la vieille aristocratie que Raimond Bérenger V, dont le pouvoir ne cesse de s’accroître. Mais que la conjoncture change, que tous les atouts se trouvent entre les mains du comte de Provence, il aura alors vite fait de devenir son serviteur dévoué. Enfin, des puissances étrangères et des guerres extérieures viennent embrouiller un jeu suffisamment complexe : légats pontificaux, vicaires impériaux et podestats italiens sont, en Provence, partie intégrante des luttes communales. La situation plus ou moins forte du pape ou de l’empereur sur l’échiquier de la politique générale de la chrétienté conditionnera les choix politiques de bien des Provençaux.

60Dans un tel contexte, il est inutile d’insister sur le caractère composite de chaque parti, instable conglomérat d’éléments disparates. Chacune des deux factions s’appuie certes sur un noyau dur de dirigeants, dont la fidélité envers un programme fondateur est sans faille. Mais la plupart de ceux qui rejoignent ces idéologues font, avant tout, preuve de pragmatisme ; ils adaptent, au jour le jour, leur action politique à une situation révolutionnaire dont les changements frénétiques relèvent du temps court. Les transfuges sont nombreux et nul ne saurait retirer les passerelles qui unissent l’un et l’autre parti. Autant dire que les contours des deux groupes de pression apparaissent d’une facture beaucoup plus impressionniste que classique. Seule une fine prosopographie, retraçant carrières, alliances et clientèles des acteurs individuels du mouvement communal, permettra de saisir les traits de ses acteurs collectifs et de percevoir le canevas de leurs composantes véritables ; la découverte des liens de sociabilité qui soudent ces hommes apportera également d’importantes pièces à ce difficile dossier.

61L’approche sociale du mouvement communal demeurerait néanmoins bancale si elle n’était pas accompagnée d’une étude approfondie des mentalités des combattants. L’intérêt, l’âpreté au gain et la soif du pouvoir ne rendent pas compte, à eux seuls, de l’adoption d’une position politique ; tout au plus conditionnent-ils des comportements qu’ils ne sauraient déterminer de façon absolue. Au cours de la première moitié du XIIIe siècle, les choix idéologiques des acteurs des révoltes donnent, par priorité, leur configuration aux partis. C’est vers leurs ressorts psychologiques qu’il convient à présent de se tourner, afin de saisir dans toute sa profondeur la portée du mouvement communal.

Idéologies et méthodes de combat

62Au rythme des luttes de factions, ce sont les idées et les programmes qui soutiennent l’ardeur des combattants ; ils leur apportent un idéal pour lequel se battre et une justification intellectuelle à leur action. Les férus partisans des évêques adhèrent à une vision théocratique de l’organisation de la cité ; de leur côté, ceux qui se déclarent hostiles au pouvoir temporel des prélats cherchent un appui idéologique dans des courants de pensée que les historiens ont longtemps tenus pour « hérétiques ». Ces théories déterminent la pratique du politique, les méthodes de combat que le parti utilise pour s’imposer à ses adversaires : aux yeux de ses membres, la conquête du pouvoir, devenue une fin en soi, justifie l’utilisation de moyens spécifiques. L’histoire de ces conceptions politico-religieuses et des formes d’action qu’accompagne le mouvement communal a beaucoup progressé dernièrement ; depuis plus de trente ans, les rencontres annuelles de Fanjeaux, consacrées à l’étude de la religiosité méridionale du XIIIe siècle, ont permis aux chercheurs d’approfondir leurs connaissances dans ce domaine. Quelques-unes de leurs conclusions ont permis de jeter les bases d’une histoire des mentalités des acteurs de la lutte urbaine.

Théocratie et pouvoir épiscopal

63Depuis les premières manifestations de la paix de Dieu, le clergé n’avait cessé d’étendre son emprise sur la société civile : les prêtres étaient aussi respectés par la paysannerie, dont ils défendaient l’intégrité physique et les biens face à la violence des sires, que par l’aristocratie à laquelle ils proposaient l’idéal d’une chevalerie sacralisée. En redonnant à l’Église une organisation solide et en la séparant de l’aristocratie laïque, la réforme grégorienne avait accru, en Provence, le prestige de la papauté, de la hiérarchie épiscopale et des clercs. Le poids politique du clergé ne cessait d’augmenter : au XIIe siècle, beaucoup de chanoines occupaient les postes clefs de l’administration comtale ; à l’intérieur des villes, des prélats reconstituaient les menses épiscopales et canoniales, longtemps confondues avec les patrimoines nobiliaires ; ils encourageaient le renouveau des études dans les écoles cathédrales et cette renaissance intellectuelle aboutissait à la création de consulats dont ils devenaient tout naturellement les chefs. Les évêques retrouvaient ainsi la fonction de recteurs des villes, que l’Antiquité tardive leur avait octroyée.

64Mais, dès la fin du XIIe siècle, cet équilibre est rompu. De nombreuses catégories de la société urbaine mettent en question le pouvoir temporel de ces pasteurs qui les empêchent d’accéder aux postes de direction des villes. De son côté, l’épiscopat ne semble guère disposé à faire des concessions : il confond encore gouvernement politique et soin des âmes, suivant l’exemple d’Innocent III et des autres papes de la première moitié du XIIIe siècle, qui entendent jouer le premier rôle sur le théâtre des pouvoirs de la chrétienté occidentale. La Provence, terre d’empire, où se dérouleront bientôt les principaux épisodes de la querelle entre Frédéric II et Grégoire IX, devient ainsi « laboratoire de théocratie » (Jacques Chiffoleau). C’est sur ses territoires que maints évêques tenteront de plaquer un modèle de société, fondé sur une vision globalisante du monde dans laquelle aucune frontière ne sépare le temporel du spirituel.

65Les racines grégoriennes de l’action des ecclésiastiques du XIIIe siècle transparaissent dans la conduite des légats. À cette époque, la paix de Dieu occupe, comme au XIe siècle, le devant de la scène politique. C’est « l’affaire de paix », beaucoup plus que la lutte contre l’hérésie, qui est à l’origine des tournées de Peire de Castelnau et, surtout, de Milon en Provence. Ce deuxième légat parcourt le comté et fait prêter à l’aristocratie serment de ne plus prendre les armes : il convoque des réunions qui rappellent les anciennes assemblées de paix, mais où les laïcs ne sont plus que de simples exécutants de ses ordres. Dans la missive qu’il envoie à Innocent III pendant l’été de 1209, Milon relate cette campagne qui a pour but un bien particulier apaisement : auprès des églises provençales, il récolte les subsides nécessaires à la croisade albigeoise ; les armées de sa suite détruisent les forteresses et les lieux de culte fortifiés que contrôlent des sires « brigands » ; il reproche aux habitants de Marseille l’affaire Roncelin, pour laquelle il jette l’interdit sur la ville ; à Aix et à Avignon, il fait jurer les statuts de paix à la noblesse locale ; il confisque enfin quelques forteresses au nom du Saint-Siège. L’expédition de Milon et cette mainmise des croisés sur des châteaux est significative de l’aboutissement du mouvement de paix : la pacification, intention première, cède le pas au contrôle des centres du pouvoir banal.

66La théocratie du XIIIe siècle revêt également des habits archaïques dans la lutte que les clercs poursuivent contre les « mauvais usages » de l’aristocratie, tentant d’abolir la perception de taxes arbitraires. En 1209, la lettre que Milon envoie aux Baux et aux autres sires du comté leur rappelle la position du Saint-Siège sur ce point : il leur interdit formellement d’instaurer des péages sans l’autorisation préalable de l’empereur, de lever l’albergue ou de taxer les établissements ecclésiastiques. Alors qu’Alphonse II est parti pour Palerme, dans un voyage dont il ne reviendra jamais, le légat tente de détourner la justice comtale au profit des évêques : les tribunaux ecclésiastiques, affirme-t-il dans sa lettre, se saisiront de toutes les plaintes relatives à l’infraction de la paix. Le vide du pouvoir central et l’effondrement de l’ébauche étatique de l’administration d’Alphonse Ier appellent irrésistiblement le pouvoir du légat et des évêques.

67L’été 1209, la campagne du légat devait aller encore plus loin dans son élan pour étendre le contrôle social du clergé sur la Provence. Au cours du synode d’Avignon, Milon jetait les bases de l’organisation de l’inquisition dans le comté. Les tribunaux étaient organisés, dans un premier temps, sous la direction exclusive de la hiérarchie : l’inquisition relevait du ressort du légat et des évêques ; le deuxième canon du concile prévoyait que, dans chaque paroisse, un prêtre et deux ou trois laïcs assermentés dénonceraient les hérétiques à l’épiscopat. Les synodes provinciaux que Jean Baussan réunit en juillet 1234 et en novembre 1236 reprennent ce même modèle légatin et épiscopal de l’inquisition. Mais il est évident que, dans l’agitation du mouvement communal, les tribunaux inquisitoriaux pouvaient servir les intérêts politiques de l’épiscopat local. C’est pourquoi, autour de ces mêmes années, la papauté confiait l’inquisition aux dominicains ; en 1235, Jean de Bernin, archevêque de Vienne et légat du pape, nommait des juges issus de l’ordre des prêcheurs pour la Provence. Les dominicains contrôlent désormais l’inquisition du comté, jusqu’en 1249 où elle passe entre les mains des franciscains.

68L’épiscopat comptait alors sur d’autres armes pour combattre ses adversaires. Au début du XIIIe siècle, il utilise souvent l’excommunication et la mise en interdit, par le biais desquels un fidèle ou un territoire entier sont bannis de l’Église. La fréquence des excommunications pour des raisons politiques finit par réduire la portée psychologique de ce châtiment ; le troubadour Bertrand de Lamanon achève une chanson contre Jean Baussan – dans laquelle il passe en revue tous les vices dont il affuble l’adversaire de la commune d’Arles – avec les vers suivants : « un archevêque qui soit convaincu de tant de crimes semblerait excommunié et son interdit ne compterait pas, car un homme interdit ne pourrait m’interdire ». L’abus de ces peines spirituelles lassait les populations ; l’éloignement forcé des sacrements les écartait du clergé. L’usage à répétition de l’interdit rend en partie compte d’une première déchristianisation des villes provençales. Il faudra attendre la fin du XIIIe siècle pour que la prédication des Mendiants les ramène à nouveau dans le giron de l’Église.

69À cette époque, d’ailleurs, le clergé séculier pourra pleinement se consacrer à des tâches pastorales auxquelles il a longtemps préféré des activités politiques. Dès le milieu du XIIIe siècle, le gouvernement des villes échappe aux évêques : le bras de fer entre l’épiscopat et les communes profite à un troisième personnage, le comte, dont les viguiers se substituent aux clercs et aux confrères à la tête des cités. Cette situation met fin à la théocratie urbaine, aboutissement logique de l’application radicale des principes de la réforme grégorienne. Dès lors, la période au cours de laquelle les évêques – forts de l’expérience acquise dans l’administration des institutions ecclésiales – dirigeaient les villes n’appartient plus qu’à un passé révolu.

Révolte et anticléricalisme

70C’est dans le cadre de la confrérie que nous avons vu se regrouper les partisans d’un gouvernement urbain sans évêque. Cette institution a connu une évolution paradoxale. Comme Victor-Louis Bourrilly l’avait bien fait remarquer, elle naît à Marseille dans le sillon du mouvement de paix ressuscité par Milon. En avril 1212, Arnaud Amalric, archevêque de Narbonne et légat du Saint-Siège, en confirme les statuts dans un document dont le préambule était loin de trahir une quelconque suspicion à son égard : « Par l’inspiration et par la coopération de celui qui fait habiter une même famille dans une seule maison [Ps. 67, 7], les croyants de l’Église primitive ne faisaient qu’un seul cœur et qu’une seule âme [Act. 4, 32]. L’année de l’Incarnation du Seigneur mille deux cent douze, une confrérie a été constituée à Marseille en l’honneur de Dieu et de sa Sainte Mère l’Église, pour défendre les innocents et réprimer la violence des hommes iniques ». Peut-être, comme le suggère Paul Amargier, « les formes d’autogestion fournies par le modèle canonial » avaient-elles donné à la confrérie leur cadre institutionnel ?

71Toujours est-il que la lune de miel entre la confrérie et l’épiscopat ne perdure guère à Marseille. En 1217, la rupture est consommée. À cette date, la ville basse devient le théâtre d’un anticléricalisme virulent :

Honorius, etc. aux recteurs et au peuple de Marseille, l’esprit de conseil le plus sain.
À Marseille, le mal de Lia s’est tellement répandu que l’inflammation ne se trouve pas seulement autour des yeux [Gen 29, 16], mais sur tout le corps ; l’on dit à ce point que la pourriture de la dépravation hérétique l’a infecté. Car vous, au mépris de votre réputation et de votre salut, ne voulez pas considérer avec quel zèle notre Seigneur Jésus-Christ aime son épouse, à savoir l’Église de Marseille, votre mère, que vous avez non seulement rejetée comme des fils ingrats, mais aussi comme des fils adoptifs ou des fils d’autrui, au cou tendu et à la nuque raide. Ainsi, vous ne craignez pas de la persécuter gravement et sans pudeur au point que, si la miséricorde de Dieu n’attendait pas votre pénitence comme à Ninive, vous pourriez redouter que sa fureur ne s’abatte sur votre ville comme à Sodome et à Gomorrhe.
Nous avons reçu une sérieuse enquête de l’évêque, notre vénérable frère, et de nos chers fils, le prévôt Uc et le chapitre de Marseille, d’après laquelle vous les persécutez de façon impie ; vous occupez leurs possessions et leurs biens ; vous soumettez les hommes de la ville et du bourg à de nouveaux péages et taxes sur la côte, le port, les voies publiques et le marché commun, en dépit de la coutume et des statuts du Concile [de Latran IV] ; vous violez les sanctuaires du Seigneur à la façon des corrupteurs de la foi orthodoxe, vous rendant suspects de la dépravation hérétique, tandis que vous infligez d’énormes injures et des blasphèmes contre les lieux saints et contre les ministres du Christ. Nous venons, en effet, d’apprendre avec tristesse, par le lugubre récit du prévôt Uc et du chapitre, que vous vous êtes déchaînés avec une telle folie qu’adoptant une tyrannie contre Dieu vous avez porté vos mains violentes jusqu’à l’effusion du sang sur quelques prêtres, diacres et autres clercs qui, revêtus des saints ornements, portaient des croix et l’Eucharistie, et qu’ayant cassé de façon irrévérencieuse ces croix vous les avez jetées par terre, que vous avez foulé aux pieds la sainte Eucharistie outrageant le Crucifié, et que vous avez déchiré les saints ornements : au mépris de Dieu et pour le danger de vos âmes, vous avez osé violer l’église Saint-Laurent d’une façon si abominable alors qu’on y célébrait les divins mystères. Pas assez satisfaits de ces agissements, vous continuez d’affliger l’évêque, le chapitre, les clercs et leurs hommes par d’autres procédés.
Parce que le zèle de la maison de Dieu nous habite et que les opprobres de ceux qui les subissent retombent sur nous, ne voulant pas passer les yeux fermés devant l’audace de tant de présomption, nous enjoignons avec fermeté à votre commune par des écrits apostoliques de cesser au plus tôt de molester l’évêque, le prévôt Uc, le chapitre et leurs hommes, de leur faire du mal, d’envahir leurs possessions, de les outrager, de les blesser et de les injurier. Essayez bien plutôt de réparer vos méfaits à l’égard de Dieu, que vous avez gravement offensé, et de donner satisfaction à la mesure de votre faute.
Nous commandons ainsi à notre très cher fils Bertrand, prêtre, cardinal au titre de Saint-Jean et Saint-Paul, légat du Siège apostolique, par nos lettres que, si vous ne voulez pas obéir à nos ordres, il corrige et punisse votre témérité par l’excommunication des personnes et l’interdit des terres, sans appel possible, par l’autorité de Dieu, afin que votre correction interdise aux autres l’audace de s’adonner à de semblables agissements. Sachez que si vous ne voulez pas revenir sur tant d’audace et de témérité, nous déclarerons que vous êtes privés de la dignité épiscopale dont vous semblez tellement abuser.
Donné au Latran, le troisième des calendes de mars, la première année de notre pontificat.
Dom Bottino, Honorius III, opera omnia, Paris, 1879, t. 2, n° 242, 27 février 1217. Traduction de l’auteur.

72La profanation de l’église Saint-Laurent est l’événement fondateur d’une confrérie en lutte ouverte contre l’épiscopat : les réactions passionnelles de la population de Marseille contre les lieux et les objets de culte montrent qu’en 1217 les temps d’un mouvement confraternel béni par le légat sont finis. Désormais, les confrères se dressent contre la domination temporelle des évêques et, par ricochet, contre tout le clergé séculier ; leurs fureurs momentanées rejettent l’encadrement paroissial et le casuel. Comme à Marseille en 1217, une sédition anticléricale éclate à Arles en 1235 ; les bailes de la confrérie interdisent alors de rendre un quelconque service aux prêtres ou de leur accorder des dons et, par un rite d’inversion propre aux situations révolutionnaires, ils vont même jusqu’à s’approprier certaines fonctions sacerdotales comme l’organisation de la cérémonie nuptiale :

Bernard, archidiacre, et Peire, archiprêtre, officiaux de la curie de sire Jean, par la grâce de Dieu archevêque de la Sainte Église d’Arles, ont reçu sous forme d’enquête les dépositions des témoins ci-dessous mentionnés au sujet de tout ce qui a été mené et perpétré par les bailes de la confrérie d’Arles contre l’Église, contre les clercs et contre les libertés ecclésiastiques.
Albert, prêtre et chapelain de l’église de Saint-Julien d’Arles, témoin, après avoir prêté serment, affirma que l’année du Seigneur mille deux cent trente-cinq les bailes de la confrérie d’Arles, parmi lesquels les conseillers majeurs étaient Bertrand Porcelet, Rainaud Porcelet, Pons Galhard, Jaufre Trabustol, Bertrand Bourguignon, Monaquet, Joan de Jonquières l’aîné et Pons Archimbaud, firent proclamer au cor par la Cité et par le Bourg de la part des dits bailes que personne n’osât dans l’avenir faire des offrandes ou apporter des vigiles aux églises sous peine de cent sous ou vendre quoi que ce soit ou rendre un quelconque service aux clercs, de ne pas cuisiner pour eux, ni de moudre des grains, ni de forger du fer, ni de transporter [aucune marchandise] pour eux en bateau ni de leur servir de l’eau. Le témoin déclara de même qu’un jour où il faisait le catéchisme à un enfant il demanda au parrain de lui faire une offrande : celui-ci répondit qu’il la ferait pour l’honneur de Dieu et le mépris du diable en dépit de la proclamation mentionnée plus haut ; Pons de Montolieu se leva contre lui et le frappa en lui brisant un bâton sur la tête et les épaules. Le témoin déclara de même qu’ils furent excommuniés par l’archevêque en raison de leur proclamation et qu’ils furent dénoncés publiquement dans toutes les églises d’Arles. Le témoin déclara de même avoir vu et entendu que les bailes faisaient proclamer publiquement avec des cors dans la Cité et le Bourg qu’à ceux qui n’entreraient pas dans la confrérie dans un délai déterminé on leur interdirait toute justice et qu’ils seraient exclus de leur amitié. Le témoin a de même entendu dire que les bailes prirent le palais de l’archevêque et qu’ils en expulsèrent en outre les chanoines et qu’ils prirent les étables et tout ce qui se trouvait aussi bien dans la maison que dans les étables et tous les animaux et ils y installèrent des gardes ; Pons Galhard prit les bœufs de l’archevêque et les amena à son étable et il les garda ; il fut excommunié pour cette raison ainsi que les confrères pour leurs agissements et ils furent publiquement condamnés dans les églises d’Arles. Le témoin vit que les bailes faisaient confisquer les armes de ceux qui demeuraient dans le camp du podestat et de l’Église ; il les vit proclamer ce qu’ils voulaient, rendre justice, tenir le parlement et convoquer le conseil avec les cloches et pour toutes ces raisons l’archevêque les excommunia et ils furent dénoncés dans toutes les églises d’Arles. Le témoin déclara de même avoir vu que l’archevêque excommunia tous ceux qui se donnaient un gouvernement contre sa volonté et son conseil ; le prévôt Bertrand fit de même : cette sentence fut proclamée dans toutes les églises d’Arles ; or, de leur propre gré et en dépit de cette sentence, les bailes et leurs conseillers se proclamèrent consuls de façon téméraire. Le témoin déclara de même que les bailes et leurs conseillers déchirèrent en parlement public les statuts édictés par les douze [consuls] et que l’archevêque avait confirmés, cachetés et scellés ; ils commandèrent de tenir [ces statuts pour nuls] et ils furent excommuniés pour tout cela par l’archevêque d’Arles et dénoncés publiquement dans toutes les églises d’Arles. Le témoin déclara de même que du temps de la confrérie Pons Galhard et plusieurs autres prirent femme des mains de laïcs à l’encontre de l’interdiction expresse de l’Église ; ils furent excommuniés pour cela et publiquement dénoncés dans toutes les églises d’Arles.
Raimond, prêtre et vicaire de Saint-Laurent du Bourg, témoin, après avoir prêté serment, déposa comme le précédent ; il ne parla toutefois pas de l’incident du parrain ; au sujet de l’excommunication, il ajouta qu’en raison de leurs énormités ils furent excommuniés au son des cloches et par l’extinction des chandelles et que l’archevêque excommunia, publiquement et solennellement en plein synode, tous les confrères et les bailes et les susdits conseillers, spécialement Bertrand et Rainaud Porcelet ; cette excommunication fut faite avec les cloches et les chandelles par tous les prêtres qui se trouvaient à Salon et l’archevêque enjoignit à tous les prêtres et prieurs présents de proclamer cette sentence tous les dimanches et fêtes.
Durant, prêtre et chapelain de l’église de Saint-Pierre de Pesulo, témoin, après avoir prêté serment, déposa comme le précédent au sujet de la sentence d’excommunication de l’archevêque proclamée dans toutes les églises d’Arles.
Bernat Genta, prieur de l’église de Notre-Dame de Beaulieu, témoin, après avoir prêté serment, dit la même chose que Raimond, prêtre, sauf qu’il ne vit rien au sujet des armes, mais qu’il l’avait entendu dire ; il ajouta qu’il fut dit d’abord dans la proclamation [faite par les crieurs des bailes] qu’on ne rembourse aucune dette contractée auprès des clercs. Il ajouta de même qu’ils obligèrent Joan Bocham à donner cent sous parce qu’il avait versé une vigile à l’église de Notre-Dame de Beaulieu au nom d’une tierce personne et qu’ils obligèrent un certain fournier à payer cent sous d’amende pour lui avoir cuit du pain.
Guilhem, prêtre et chapelain de Notre-Dame de Beaulieu, témoin, après avoir prêté serment, déposa comme le précédent sauf qu’il n’entendit pas la proclamation, mais qu’il vit seulement qu’on obéissait à ce qu’elle commandait. Il n’assista pas au synode de Salon.
Voici les noms des bailes : Uc de Landa, Ricau Laget le jeune, Bertrand Bon, Isarn Aicard, Bertrand Sauvel, Raimond Ventairon, Raimond Bompar, Raimond Flagel, Rostaing Bions, Guilhem Arnaud, Élisiar de Bédéjun, Raimond Rostaing, Guilhem Alfant, Guilhem Conderi, Peire Uc, pêcheur, Estève Roux.
Pour donner plus de valeur aux dépositions susdites, nous, official cidessus nommé, avons corroboré la présente charte de nos sceaux.
Éd. M. Aurell, Actes, op. cit., n° 364. Traduction de l’auteur.

73À la suite de ce document, Erika Engelmann avait formulé la théorie du lien très étroit entre le catharisme et la confrérie des bailes : ces manifestations d’anticléricalisme n’auraient été que le fruit d’une contestation systématique de l’Église et de son dogme, à laquelle les hérétiques auraient opposé une contre-religion. Cependant, Louis Stouff a émis des réserves au sujet de cette hypothèse cathare, qu’un article de Jacques Chiffoleau a étrillé à son tour. Tout au plus, le valdéisme – qui avait essaimé dans quelques communautés de Provence à partir de son berceau lyonnais – semble avoir reçu un accueil favorable dans certains secteurs de la société arlésienne : cette hérésie prônait la pauvreté à outrance et rejetait la validité des sacrements administrés par les prêtres indignes, ce qui mettait en cause le bien-fondé de la hiérarchie sacerdotale au sein de l’Église catholique. Inutile de dire que ces idées convenaient parfaitement au combat contre la seigneurie épiscopale et au refus du casuel. Or, le légat Jean de Bernin, archevêque de Vienne, adressait précisément une consultation aux juristes avignonnais au sujet des vaudois d’Arles : la date de cette lettre – juin 1235 – cadre parfaitement avec les événements de la confrérie des bailes. Mais c’est là un des rares témoignages qui concernent le valdéisme dans les villes provençales du XIIIe siècle. Dans l’ensemble de l’agitation due au mouvement communal, la part qui revient à l’hérésie est fort mince.

74L’action des franciscains semble, en revanche, bien plus importante dans la vie politique des grandes métropoles du bas Rhône. Dès 1222, leur présence est attestée à Arles et à Draguignan ; en 1227, ils s’installent à Avignon ; quelques années plus tard, les enceintes de Gap (1230), Sisteron (1238), Grasse (1240) et Marseille (1243) abritent des couvents de l’ordre. Très attachée à la pauvreté évangélique, que les Mineurs replacent dans une atmosphère eschatologique, la prédication franciscaine attire les foules urbaines. Les Mineurs se trouvent du côté des meneurs du mouvement communal : en juillet 1240, le gardien des Mineurs d’Avignon ne daigne pas se rendre au concile que Zoen Tencarari réunit à Viviers pour excommunier les habitants de la ville du fleuve, contrairement au prieur des dominicains, qui siège parmi évêques et chanoines. Ce petit indice de la sympathie franciscaine pour les partisans de Raimond VII paraît corroboré par le rôle que joue Hugues de Digne à Marseille : en mai 1243, ce personnage, ministre provincial des Mineurs en Provence depuis 1238, se trouve à la tête des représentants de la commune qui demandent à Benoît d’Alignan d’être relevés de l’interdit qui pèse sur la ville basse. Or, la pensée d’Hugues de Digne est empreinte d’« un idéal spirituel très élevé et de convictions joachimites » (Jacques Paul) : la tension eschatologique transparaît souvent dans son action ; Hugues est le fondateur des sachets qu’il pousse à l’érémitisme pour faire face aux tribulations qui approchent. Il ne serait d’ailleurs pas inutile de rapprocher l’émergence des confréries provençales, autour de 1235, du mouvement eschatologique de l’Alléluia qui, en 1233, secoue, à l’instigation de maints franciscains, les villes du nord de l’Italie. Le bouillonnement d’idées spirituelles, préconisant une pauvreté absolue et stigmatisant la richesse du clergé séculier, convient parfaitement aux ennemis de la seigneurie épiscopale, qui récupèrent le message des frères mineurs.

75Le problème de la possession des biens matériels par les évêchés qui, chaque jour mieux administrés, développent un efficace système fiscal, drainant de nombreuses taxes vers le palais épiscopal, se trouve au centre du débat qui oppose gens d’Église et contestataires. La perception des dîmes par l’aristocratie et par le patriciat provençaux n’avait jamais cessé, en dépit de la réforme grégorienne. Au XIIIe siècle, leur restitution, exigée par les ecclésiastiques, envenime les rapports entre les clercs et les détenteurs laïques de ces taxes. Ce n’est que sous le poids de l’excommunication que certains d’entre eux décident de s’en dessaisir :

Qu’il soit connu de tous que l’année de l’Incarnation du Seigneur mille deux cent neuf, au mois d’octobre, moi Bertrand Anfos, consul du Bourg, me trouvant excommunié pour avoir retenu les dîmes sur les terres que je détiens au Plan[-du-Bourg], voulant satisfaire Dieu et l’Église d’Arles ainsi que toi, Estève, prévôt, par l’ordre de qui j’avais été excommunié, je rends, donne et cède à jamais, pour le pardon de mes péchés et le salut de tous mes parents et consanguins, à Dieu, à Saint-Trophime et à Saint-Étienne et aux chanoines de cette Église la dîme sur toute la propriété que j’ai ou dois avoir, moi ou un homme ou une femme en mon nom, dans tout le territoire du Plan sur les terres nouvelles ou anciennes ou qui doivent encore être rendues à l’agriculture pour que les chanoines de cette Église en perçoivent les dîmes de moi ou de ceux qui les mettront en valeur.
Cette cession ou reconnaissance a été faite d’abord devant le portique de l’Hôpital du Bourg en présence d’Estève, prévôt, Bertrand Sacristain, Guilhem de Bosc, Rostaing de Bédéjun, Guilhem Porcelet, Raimond Genta, Guilhem de Cabannes et maître Guiran, chapelain de Sainte-Croix. Ensuite, une nouvelle fois, j’ai fait cette reconnaissance l’année et le mois ci-dessus devant ce même prêtre, Peire de Saint- Jacques, chanoine d’Arles, Raimond Garcin et beaucoup d’autres.
Éd. M. Aurell, Actes, op. cit., n° 269. Traduction de l’auteur.

76Ce rapide aperçu des courants de pensée qui conditionnent l’action des membres du parti antiépiscopal montre la complexité de leurs mobiles. À suivre Jacques Chiffoleau, l’idéologie et les méthodes de combat des meneurs du mouvement communal, pour ne pas être cathares, n’en restent pas moins aux lisières de l’orthodoxie et de l’hérésie : « L’histoire politique et religieuse des villes ou des bourgs du bas Rhône depuis la fin du XIIe siècle, qui abonde en révoltes contre les évêques, en usurpation de biens d’Église, en refus de payer la dîme ou des oblations, montre plutôt qu’il s’agit en général d’une sorte de patarinisme, mêlé de réactions gibelines, charriant un fort anticléricalisme, mais aussi des thèmes spirituels et évangéliques qui ne sont en rien hétérodoxes ». Tout en jouant avec le feu des rares bûchers de l’inquisition provençale, ces patarins – qui contestent avec force le rôle politique et économique des prélats dans les grandes métropoles – ne semblent guère vouloir s’écarter d’une Église hors de laquelle il n’y a point de salut.

Sirventes et propagande politique

77À l’époque où le mouvement communal bat son plein, les troubadours provençaux écrivent de nombreuses chansons politiques pour encourager les contestataires dans leur lutte contre l’épiscopat et les Français. En langue d’oc, ces compositions portent le nom de sirventes, car elles « servent » les intérêts d’un mécène ou d’un parti. Leur intérêt est grand pour les protagonistes de la vie politique : le sirventes est le média par excellence du Moyen Âge ; reprenant la mélodie et la rime d’une chanson en vogue, il véhicule des idées politiques dans un rayon d’action considérable. Nombreux ont été ceux qui l’ont utilisé comme moyen de propagande pour influencer l’opinion publique, encourageant leurs partisans et dénigrant leurs adversaires.

78La biographie de Gui de Cavaillon, l’un des troubadours provençaux les plus en vue du XIIIe siècle, montre l’engagement des auteurs de sirventes eux-mêmes dans les luttes de leur temps. Dans l’entourage d’Alphonse II, dont il est l’assidu conseiller entre 1200 et 1209, Gui contribue à renverser le jeu traditionnel des alliances, en favorisant le rapprochement entre les comtes de Provence et de Toulouse. À la mort de son premier protecteur, ce chevalier, originaire du Comtat Venaissin, passe tout naturellement à la cour de Raimond VI. C’est à ses côtés qu’il participe à la reconquête de Beaucaire ; le comte de Toulouse le nomme alors son viguier pour le marquisat, c’est-à-dire l’autorité suprême de son domaine provençal. Gui participe ensuite à d’importantes missions militaires et diplomatiques en Languedoc. Mais, en 1229, le traité de Paris-Meaux marque l’échec de Raimond VII : Gui devient à cette occasion l’un des otages remis à Blanche de Castille. Quand il reviendra en Provence de sa captivité française, il s’installe sur le domaine familial que d’innombrables dettes, contractées pour apporter son soutien au Toulousain, ont considérablement rétréci. Sa vie durant, il avait consacré le meilleur de ses connaissances politiques, de ses talents poétiques et de ses ressources financières à la réussite de Raimond VI et de Raimond VII, dont les droits avaient été balayés par la poussée française dans le Midi.

79Les sirventes de l’époque traduisent le développement d’un sentiment anticlérical dans nombreuses couches de la société provençale. Gui de Cavaillon attribue ainsi « au fléau des barons, à l’Église de Rome et aux prédications » la décadence de toutes les valeurs chevaleresques dans le Midi. Tomier et Palaizi, deux troubadours tarasconnais, prônent la méfiance à l’égard des paix que légats pontificaux et prélats proposent aux combattants ; ils écrivent ainsi en 1217 : « Il vaut mieux se défendre qu’être tué ou pris puisqu’en se rendant on n’obtient qu’une bien triste récompense de la part des évêques : puisse Dieu les abattre ! » Les troubadours se scandalisent du détournement du sens de la croisade opéré par les clercs de France qui, pour reprendre l’expression de Tomier et Palaizi, préfèrent Beaucaire au Saint-Sépulcre. La croisade albigeoise ne saurait être qu’une « fausse croisade », qui est non seulement dirigée contre un ennemi inexistant, mais qui empêche aussi la libération de la Terre Sainte. Toutefois, en dépit de toutes leurs critiques contre un clergé corrompu par l’exercice direct du pouvoir politique, les troubadours ne remettent nullement en question l’existence de l’Église comme réalité institutionnelle : même si elles s’en prennent avec acharnement aux interventions des légats du côté des chevaliers français et à la seigneurie temporelle des évêques, aucune trace d’hérésie n’est décelable dans ces chansons.

80Plus que le clergé, la véritable bête noire de nos troubadours sont les Français. C’est contre les croisés qu’ils décochent les plus aiguisés de leurs traits. Ils deviennent l’ennemi à abattre, comme dans ces vers de Tomier et Palaizi : « Et toi, pourquoi te terres-tu comme un rat dans son trou ? Ne vois-tu pas le dommage qui t’en peut échoir ? En avant, baron, attaque ces Français arrogants, puisque tu es fort et affermi ! C’est par leur effort que maints hommes se sont sauvés, qui autrement eussent été vaincus et mis à mort ! » Un autre troubadour, probablement Duran Sartre de Carpentras, encourage le comte de Toulouse à mener la vie dure aux gens du Nord dans les termes suivants : « Comte, jamais plus nous ne pourrons vivre avec honneur si vous ne nous délivrez pas des Français hypocrites qui passent le jour et la nuit à se saouler et qui vous ont fait pire que personne ne saurait écrire. Débarrassez-nous-en, en les blessant et en les capturant ! ». À l’époque de la croisade du Légat, les sirventes diffusent des idées aptes à soutenir Raimond VI et à déclencher de la haine à l’encontre des guerriers français.

81La popularité dont jouissait Raimond VII auprès des troubadours explique les encouragements qu’il reçoit encore en 1230, alors qu’il prend la tête de Marseille et qu’il devient la figure de proue de tout le mouvement communal en Provence. Une chanson de Peire Cardenal encourage cette année les villes à suivre le comte de Toulouse : « Que Marseille, Arles et Avignon tiennent là-bas bonne route ; et que Carpentras, Valence et Die, Vienne et le mont Pipet et le Donjon prennent pour roi le plus excellent qui d’ici en Turquie porte chausses ou éperons. Car si cela ne lui valait profit, c’est en vain qu’il serait preux ». À la nouvelle de l’avènement de Raimond VII à Marseille, Sordello di Goito, troubadour du pays de Mantoue récemment arrivé à la cour de Blacas d’Aups, s’adresse de façon irrespectueuse à Raimond Bérenger V : « Seigneur comte, j’ai appris qu’en Gironde il y a quelqu’un de meilleur que dans votre pays et qu’il enterre votre cour [...]. S’il vient ici celui qui fut seigneur d’Argence, je sais, comte, que vous serez appelé « duc » et que vous volerez, les yeux fermés, du Rhône jusqu’à Vence [...]. Chacun veut vous arracher les plumes pour que votre tête reste toute blanche ». C’est dans des termes similaires que d’autres troubadours, comme Bertrand de Lamanon ou Blacasset, chantent alors avec enthousiasme ce qu’ils appellent « la guerre des deux comtes » qui oppose Raimond Bérenger V à Raimond VII. Leur sympathie va vers le comte de Toulouse dont on attend des exploits chevaleresques capables de renverser une situation qu’ils savent, en fait, plus que désespérée.

82Ainsi, le chant des troubadours accompagne les actions des protagonistes de la lutte contre l’envahisseur français, contre le pouvoir du comte de Provence et contre la seigneurie épiscopale. Chantés avec entrain par les combattants au cours de l’engagement militaire ou récités paisiblement par des jongleurs sur les places des villes, leurs couplets servent à encourager les partisans du comte de Toulouse et de l’émancipation communale. Ils véhiculent avec efficacité une propagande politique et contribuent à miner les fondements du pouvoir de Raimond Bérenger V et des évêques. Bien après la mort de Raimond Bérenger V, le sirventes continuera de diffuser des idées hostiles à l’administration comtale et à la domination temporelle des prélats ; la chanson engagée est l’arme par excellence des contestataires provençaux.

83Le développement parallèle de l’administration ecclésiastique, d’une part, et des institutions communales, de l’autre, devait à plus ou moins longue échéance aboutir à l’affrontement qui intervient ouvertement en Provence dès la première décennie du XIIIe siècle. Deux conceptions du monde, diamétralement opposées, se combattent et tentent d’attirer à elles de nouveaux adeptes au sein des villes : une théocratie, héritière de la réforme grégorienne, n’envisage guère la société laïque que sous le gouvernement d’un épiscopat fort ; au moment où l’encadrement paroissial connaît un essor considérable, ses partisans veulent étendre le contrôle social du clergé séculier à la sphère du politique.

84Face au pouvoir des clercs, de nouvelles formes de contestation se mettent en place ; des idées hostiles à la seigneurie temporelle des évêques justifient la course vers les centres de décision urbains de bon nombre de familles exclues des institutions consulaires. Les valeurs de pauvreté et d’humilité, selon lesquelles devraient vivre les gens d’Église corrompus par la perception des dîmes et l’exercice du pouvoir, trouvent dans ce milieu un accueil favorable : les franciscains spirituels répandent à profusion ces thèmes évangéliques ; l’emprise des Mineurs est aussi précoce qu’efficace sur les sociétés urbaines de Provence, de sorte que la part des pauvres de Lyon, dans la diffusion de ces idées, est réduite à la portion congrue. Leur pensée, imprégnée d’eschatologie, soutient l’ardeur des patarins dans la lutte qu’ils mènent contre la seigneurie épiscopale.

85Aussi vivante soit-elle dans les esprits des membres de l’un et de l’autre parti, l’aspiration à la paix n’arrêtera pas de sitôt les combats. Les réactions passionnelles l’emporteront sur le débat d’idées. Les luttes verbales et les joutes électorales entre partisans de l’évêque et meneurs de la commune auront vite fait de dégénérer en violence armée. Contre les croisés français et l’ost de Raimond Bérenger V, les fidèles comtadins du comte de Toulouse et les milices urbaines s’organiseront en combattants : fantassins et cavaliers s’en iront défendre l’Argence et le Venaissin. Au sein des villes, les confrères fomenteront des révoltes qui coûtent l’exil aux évêques. Mais au bout du compte, c’est le prince – remis du choc de la croisade du Légat et ayant choisi à jamais le camp français – qui aura le dernier mot : à la fin de son règne, Raimond Bérenger V relègue le pouvoir des évêques et des communes à une bien modeste place ; ce sont ses viguiers qui gouvernent la plupart des villes en Provence. Dès leur avènement dans le comté, les Angevins disposent de tout l’attirail administratif qui permet un triomphe durable au comte.

Table des illustrations

Légende Fig. 14 – Schéma des institutions consulaires
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 15 – Les sceaux des villes provençales dessins de L. Blancard, Iconographie, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Légende Fig. 16 – Schéma des institutions de la podestarie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 17 – Schéma des institutions de la confrérie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 18 – Carte de Marseille au XIIIe siècle source : É. Baratier, « Le mouvement mendiant », op. cit., p. 179
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540