Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Première partie : 972 - 1245. Genèse de la Provence comtale

Chapitre 2. Le temps du prince 1112-1196

La reprise en main par la maison de Barcelone

Texte intégral

1Dès le début du XIIe siècle, les Catalans font irruption de façon tumultueuse dans l’histoire de la Provence. Depuis, leur longue installation dans le comté n’a cessé de nourrir les élucubrations des historiens. À la fin du Moyen Âge, les intellectuels de la cour aragonaise exaltent la maison de Barcelone et les exploits chevaleresques de ses membres dans le cadre de cette expansion méridionale : à les en croire, c’est à la suite d’un duel judiciaire que Raimond Bérenger, comte de Barcelone, champion courageux, aurait sauvé l’honneur perdu de l’impératrice d’Allemagne, injustement accusée d’adultère, et reçu en récompense la Provence d’un mari impérial fort reconnaissant. À l’époque moderne, les historiens des Espagnes expriment leur fierté face à cette longue domination dans des terres étrangères, que leurs homologues et ennemis français tentent d’occulter ou de présenter, à l’instar du Salonnais César de Nostradamus, comme une source d’ennuis et de guerres interminables. Au XIXe siècle, ces rivalités historiographiques ayant été bel et bien enterrées, l’on chante de part et d’autre des Pyrénées l’unité redécouverte des Catalans et des Provençaux sous une même dynastie. C’est dans le sillage de Frédéric Mistral et des autres poètes romantiques que mûrit chez certains historiens la réflexion sur une vaste confédération catalano-occitane manquée. À leurs yeux, cette construction prometteuse, qui aurait pu devenir un État indépendant entre la France et l’Espagne, aurait volé en éclats par l’action malveillante des croisés de Simon de Montfort.

2Aussi attristé soit-il par la perte de l’identité occitane des terres méridionales écrasées par de longs siècles d’absolutisme et de jacobinisme, l’historien, fidèle à son métier, ne saurait se laisser prendre au piège de vaines nostalgies. Faisant table rase de son héritage historiographique et travaillant avec tant soit peu d’objectivité, force lui est de décrire, d’abord, les événements qui ont présidé à l’expansion catalane en Provence pour s’interroger, ensuite, sur les causes ayant permis à cette dynastie étrangère d’accaparer pour plus d’un siècle le pouvoir princier et de parvenir à un large contrôle de la société et de l’espace de Provence.

Affirmation d’une domination

3Vers 1110, Gerbert de Gévaudan, comte de Provence, meurt assassiné par l’un des membres de la vieille aristocratie qu’il combattait à l’instar de ses prédécesseurs. Aucun garçon n’est né de son union avec Gerberge, qui cherche l’appui d’une dynastie forte, capable de restaurer l’ordre dans une principauté où la guerre privée conteste la suprématie comtale depuis plusieurs décennies. Le choix de la veuve se porte sur la prestigieuse maison de Barcelone qui étend à l’époque son influence en deçà des Pyrénées jusqu’au pays de Carcassonne. En 1112, elle accorde la main de Dolça, sa fille et héritière, à Raimond Bérenger III, comte de Barcelone (1096-1131). Devenu comte de Provence sur le plan théorique, le Catalan n’en rencontre pas moins de difficultés que les ancêtres de Gerberge dans l’exercice concret de ses nouvelles fonctions.

Le difficile avènement 1112-1144

4Les sires provençaux, hostiles à tout renforcement du pouvoir princier qui diminuerait inéluctablement leurs moyens d’action, s’opposent à l’avènement de Raimond Bérenger. Au lendemain de ses noces arlésiennes, le comte de Barcelone doit affronter la famille de Brussans-Palliol, dont la révolte a coûté la vie à Gerbert de Gévaudan. Aidé par les guerriers catalans de son ost et par ses partisans provençaux, il parvient à les maîtriser et soumet les pays d’Aix et de Saint-Maximin que le lignage ennemi contrôlait naguère au détriment du comte d’Arles. En 1116, il cède la presque totalité des terres des félons à Raimond de Baux, son beau-frère, dont l’aide militaire vient de permettre l’écrasement des rebelles. À l’époque, l’étroite collaboration entre les Catalans et les Baux se manifeste dans la participation de cette famille à l’expédition que Raimond Bérenger organise pour prendre l’île de Majorque en 1113 : Raimond de Baux et quelques chevaliers arlésiens accompagnent alors Catalans et Pisans dans les Baléares d’où ils tentent en vain de déloger les musulmans.

5Ennemie traditionnelle des Catalans dans leur expansion languedocienne, la maison de Toulouse ne peut voir d’un bon œil l’avènement du Barcelonais en Provence. Vers 1121, le jeune Anfos Jourdain (1120-1148), rentré de Terre Sainte, revendique en tant que comte de Saint-Gilles la succession de Gerbert ; il combat Raimond Bérenger en Argence, sur la rive droite du Rhône ; en 1123, il doit se réfugier dans la ville d’Orange assiégée par les Catalans et par leurs fidèles provençaux : seule l’arrivée de l’ost de la commune de Toulouse parvient à le libérer. La paix est finalement conclue le 16 septembre 1125 : par le traité qui l’entérine, Anfos Jourdain conserve une domination, plus théorique que réelle, sur le Comtat Venaissin, le comté de Forcalquier et le Dauphiné ; il garde également les villes de Beaucaire et de Vallabrègues ainsi que l’Argence ; de leur côté, le comte de Barcelone et sa femme Dolça détiendront tout le territoire provençal situé entre le Rhône, la Durance, les Alpes et la mer ; ils posséderont, en outre, quelques enclaves dans le domaine du comte de Toulouse : une partie de l’Argence, la moitié d’Avignon et Sorgues, Caumont et Thor dans le Comtat. Ce premier partage délimite certes les assises territoriales du pouvoir de chacun des belligérants, mais il n’efface pas d’un trait des rivalités ataviques.

Fig. 7 – Tableau de filiation des comtes de Provence de la maison de Barcelone

6En 1131, la disparition de Raimond Bérenger III réveille à nouveau l’antagonisme entre Barcelone et Toulouse. Sur son lit de mort, le mari de Dolça a divisé son patrimoine entre son fils aîné Raimond Bérenger IV (1131-1162), qui devient comte de Barcelone, et son second fils Bérenger Raimond (1131-1144), qui hérite la Provence. Or, ce dernier épouse Béatrice, comtesse de Melgueil, dont le riche domaine, prisé pour son atelier monétaire, apparaît comme une nouvelle pomme de discorde dans la lutte d’influence que mènent avec acharnement les deux maisons. Seul Guilhem VI de Montpellier (1121-1149), tuteur de Béatrice, apporte dans ce conflit son appui à Bérenger Raimond. Cette double entente fait bien pâle figure face à la puissante coalition que le comte de Saint-Gilles parvient à rassembler autour de lui : Anfos Jourdain s’appuie désormais sur Raimond de Baux qui convoite l’héritage de son beau-frère défunt ; d’autres sires provençaux comme les Fos, représentants d’une aristocratie en perpétuelle révolte contre le pouvoir comtal, rejoignent le parti toulousain avec leurs clientèles guerrières. L’élection du languedocien Raimond de Montredon au siège épiscopal d’Arles, en 1142, permet au comte de Toulouse d’ébranler la loyauté que les successeurs de Trophime avaient jusqu’alors manifestée vis-à-vis de la maison de Barcelone. Les droits de Bérenger Raimond sur la Provence semblent d’autant plus remis en question que Conrad III fait dresser une bulle d’or afin de confirmer les prétentions de Raimond de Baux sur le titre comtal : l’empereur, roi d’Arles et de Bourgogne, saisit cette occasion pour intervenir en Provence, après une éclipse de plus d’un siècle. Il ne manque plus à Anfos Jourdain que le support des flottes génoise et pisane pour faire pencher la balance de son côté au cours des opérations militaires qui se déroulent sur le littoral lacustre du Languedoc. Or, le comte de Toulouse parvient à estomper momentanément les rancunes entre les deux villes ligure et toscane, dont il rencontre les consuls à Saint-Gilles ; c’est précisément à la suite d’une action de la flotte génoise contre Mauguio que Bérenger Raimond trouve la mort en 1144. Pour quelques mois, le comte de Toulouse, Raimond de Baux et leurs alliés deviennent maîtres de la Provence : la maison de Barcelone vient de perdre sa domination entre Rhône et Durance.

Les guerres baussenques 1144-1162

7Les révoltés ne profitent toutefois pas longtemps de leur victoire. En février 1147, Raimond Bérenger IV, comte de Barcelone et frère du prince défunt, débarque à Tarascon, où il reçoit l’hommage d’une trentaine de barons provençaux qui lui demeurent fidèles. Puis, il réalise une tournée en Provence qui le mène jusque dans les Alpes : à Seyne et à Digne, des cérémonies similaires à celle de Tarascon sanctionnent la soumission de cinquante autres sires. Cette campagne militaire du Catalan en Provence s’avère efficace. En quelques mois, il parvient à réduire la noblesse du comté qui lui était hostile : il amène notamment Raimond de Baux en captivité outre-Pyrénées. D’ailleurs, Anfos Jourdain retourne à son comté de Tripoli natal en août 1147 : du coup, les attaques toulousaines sur Melgueil et sur les frontières rhodaniennes de la Provence s’estompent. Il suffit, cependant, du départ de Raimond Bérenger en Catalogne pour que Stefania, sœur de Dolça et femme de Raimond de Baux, et ses enfants fomentent une nouvelle rébellion que le comte de Barcelone, revenu entre Rhône et Durance en été 1150, matera sans peine. Les conditions imposées aux Baux à la suite de leur reddition sont draconiennes : ce lignage met à la disposition de l’ost comtal les châteaux arlésiens de Portalodosa et de Trinquetaille et d’autres places fortifiées autour de l’étang de Berre ; il abandonne à Raimond Bérenger les biens que Raimond de Baux avait obtenus sur le patrimoine des Brussans-Palliol en 1116 ; il se dessaisit des péages abusifs perçus sur le commerce du Rhône ainsi que des cavalcades et des albergues du Bourg-Neuf d’Arles ; il paie, enfin, une lourde amende de quatre mille sous.

8Il faut, néanmoins, deux nouvelles guerres au comte pour venir à bout des menées séditieuses des Baux et de leur clientèle. En 1155, forts d’une confirmation de la bulle d’or de Conrad III, émanée de la chancellerie impériale de Frédéric Barberousse, Stefania et ses fils prennent à nouveau les armes. Leurs raids partent du castrum de Trinquetaille, que Raimond Bérenger reprend finalement à l’aide d’une tour en bois qu’un navire transporte sur le Rhône. En 11 6 2, probablement à la suite d’une seconde sédition, le comte de Barcelone assiège et réduit la forteresse de Baux, nid d’aigles jugé jusqu’alors imprenable. Ce dernier sursaut de la part des descendants de Raimond de Baux semble d’autant plus désespéré que Frédéric Barberousse abandonne leur cause au profit de la dynastie barcelonaise : le mariage entre sa nièce Richilde et Raimond Bérenger (1150-1166), fils de Bérenger Raimond et neveu du comte de Barcelone, est alors stipulé. Oncle et neveu prennent, en août 1162, la route pour Turin où ils devraient rencontrer l’empereur. Mais la mort surprend Raimond Bérenger IV à Borgo San Dalmazzo.

Le règne d’Alphonse Ier 1162/66-1196

9Raimond Bérenger, comte de Provence, se rend, au retour de son voyage piémontais, à Barcelone pour assurer la tutelle d’Alphonse Ier (1162-1196), héritier du comté de Barcelone et du royaume d’Aragon. Après avoir confié l’enfant à un conseil de régence, il rentre en Provence et prépare une campagne militaire pour soumettre la Provence orientale. Il obtient, d’abord, la neutralité des Génois par un traité conclu à Arles en octobre 1165. Puis, il conduit son ost jusqu’à Grasse, où il confirme les droits sur Mouans et ses autres possessions à l’évêque d’Antibes, l’un de ses alliés les plus sûrs dans cette région. Enfin, il attaque Nice, ville périphérique et insoumise. Au printemps de 1166, au cours d’une tentative pour percer ses murailles, il est mortellement blessé d’un tir d’arbalète.

10Le problème de la succession au trône de Provence fait resurgir la lutte entre Toulouse et Barcelone pour la prépondérance méridionale avec une acuité nouvelle. Raimond V (1148-1194), fils d’Anfos Jourdain, profite de l’occasion offerte par le décès prématuré de Raimond Bérenger pour faire valoir les droits qu’il s’est procuré sur le comté à la suite d’une politique matrimoniale avisée : en octobre 1165, des fiançailles ont été conclues qui lient son fils Raimond à Dolça, fille unique de Raimond Bérenger de Provence ; aussitôt la nouvelle de la mort de ce dernier connue, Raimond V répudie Constance, sœur de Louis VII, et épouse Richilde, veuve du comte de Provence. Cependant, le conseil de régence d’Alphonse Ier n’entend pas laisser impunément échapper à l’orbite catalane le pays situé entre Rhône et Durance. Le 16 avril 1166, la présence du jeune comte-roi est attestée à Avignon. Les combats entre gens de Toulouse et de Barcelone ravagent une fois de plus l’Argence et la Camargue.

11Dans le cadre de ce nouveau conflit, le roi d’Aragon dispose de quelques atouts maîtres. Outre l’appui traditionnel du seigneur de Montpellier, il regagne, tout d’abord, la confiance de l’épiscopat provençal : l’archevêque d’Arles lui cède notamment ses droits sur les places fortes d’Albaron et de Fos, points stratégiques de premier ordre pour la défense de la Camargue et l’étang de Berre. Ensuite, Alphonse Ier se réconcilie pleinement avec les Baux qui rejoignent avec leurs suites armées l’ost catalan. Les Gesta Comitum Barchinonensium rapportent un événement symbolique des heureuses retrouvailles de la maison de Barcelone et des Baux : le jeune Alphonse Ier s’enfuit du château d’Albaron, conquis par ses ennemis, sur la croupe du cheval de Bertrand de Baux qui traverse courageusement avec lui le Rhône. Enfin, il conclut avec Rodoano, consul de Gênes, un traité de paix qui efface le vieux contentieux des dettes de Raimond Bérenger IV et le souvenir de l’expulsion des Génois du port de Tortosa qu’ils avaient contribué à conquérir : au printemps de 1167, la flotte génoise joue notamment un rôle essentiel pour reprendre la place forte d’Albaron. À la fin de cette année, nul ne remet plus en question l’installation d’Alphonse Ier sur le trône de Provence.

12Une fois la stabilité de la frontière rhodanienne assurée, les luttes d’influence entre Toulousains et Catalans se poursuivent en Languedoc. Les opérations militaires se déroulent autour de Béziers et de Nîmes où les Trencavel, seigneurs de ces villes secouées par le mouvement communal, pratiquent l’entente soit avec Raimond V, soit avec Alphonse Ier pour venir à bout de leurs sujets révoltés. Le renversement d’alliances est aussi de mise auprès de la République de Gênes qui passe au camp toulousain et soumet Montpellier, tête de pont de la percée catalane en Languedoc, à un blocus rigoureux. Il s’agit là d’un échec diplomatique que le comte-roi compense largement par l’hommage que lui prête Marie, comtesse de Béarn, en 1170 ; en octobre 1175, Centol, comte de Bigorre, devient à son tour le fidèle du roi d’Aragon : Alphonse Ier menace ainsi le flanc occidental du domaine toulousain. Ces changements intervenus sur l’échiquier politique occitan, unis à l’opposition croissante du patriciat urbain que Raimond V rencontre à Toulouse, préparent une trêve à laquelle Henri II Plantagenêt apporte son arbitrage. La paix est finalement conclue le 18 avril 1176, sur l’île de Jarnègues, située sur le Rhône, entre Tarascon et Beaucaire. À cette occasion, les parties s’engagent à respecter les frontières délimitées par le traité de septembre 1125. Raimond V renonce ainsi à tous les droits qu’il pourrait détenir sur la Provence, le Gévaudan et le Carlat à la suite de son mariage avec Richilde ; il abandonne également ses conquêtes dans le comté de Melgueil et la motte d’Albaron. En échange, Alphonse Ier lui rend ce qu’il a pris sur son domaine dans le Gévaudan et promet de lui verser trente et un mille marcs d’argent.

13Dégagé du souci de la guerre contre le comte de Toulouse, Alphonse Ier, secondé par ses frères Raimond Bérenger (1168-1181) et Sanche (1181-1216), se propose de reprendre en main la Provence orientale. L’été 1176, il entame une campagne qui rappelle par bien des points celle que son oncle entreprit dix ans auparavant. En juin 1176, il se trouve à Grasse, où il confirme les privilèges de l’évêque et du consulat. Il appuie leur politique à l’encontre des seigneurs de cette ville. Il chevauche ensuite vers Nice, cité rebelle où Raimond Bérenger de Provence avait perdu la vie ; avant que ses troupes ne franchissent le Var, des délégués niçois sortent à sa rencontre pour lui demander la paix ; le prix de cette réconciliation est lourd, même si le roi accepte de confirmer les institutions consulaires qui assurent l’autonomie à Nice ; les consuls sont punis d’une amende de vingt-cinq mille sous et promettent de payer chaque année deux mille sous à titre d’albergue ; le nombre de sergents que cette ville fournira à l’ost comtal pour ses expéditions s’élève à cent cinquante. En automne, le roi poursuit son périple jusqu’à Digne. Ayant renforcé sa domination à l’est du comté, Alphonse Ier délègue sa seigneurie sur son domaine occitan à son frère Raimond Bérenger, devenu officiellement comte de Provence en 1178, et à son procureur, le Montpelliérain Gui Guerrejat. À l’époque, le pouvoir des Catalans entre Rhône et Durance semble complètement rétabli. Pour mieux marquer cette domination, le comte de Barcelone déconseille à son frère de prêter hommage pour la Provence à Frédéric Barberousse. L’absence de Raimond Bérenger au couronnement de l’empereur, que l’archevêque d’Arles célèbre dans la cathédrale de Saint-Trophime le 30 juillet 1178, témoigne bien de l’état d’esprit des Catalans, fiers d’avoir assis leur puissance dans un pays dont ils sont les maîtres incontestés.

14En 1179, la guerre contre le comte de Toulouse éclate à nouveau. À l’issue du IIIe Concile du Latran qui condamne le catharisme et décrète la confiscation des biens des hérétiques, les vicomtes de Nîmes et de Béziers, suspects de connivence avec les parfaits, abandonnent la fidélité vis-à-vis de Raimond V, redoutant qu’il exproprie leurs domaines. Bernat Atton et Roger Trencavel cherchent alors la protection d’Alphonse Ier à l’égard duquel ils s’engagent au cours d’une cérémonie de remise en fief de leurs terres ; d’autres seigneurs languedociens suivent leur exemple. Raimond V riposte par l’invasion de la vicomté de Narbonne. Dans le cadre de ces luttes, Raimond Bérenger remplace son frère Alphonse Ier, rentré en Catalogne, à la tête de son ost provençal, jusqu’à son assassinat par les hommes d’Ademar de Murviel le jour de Pâques de 1181. Les représailles du comte-roi ne se font pas attendre : il rassemble ses hommes, traverse les Pyrénées, prend le château de Murviel, assiège Fourques, place forte du comte de Saint-Gilles en Argence, et menace même la ville de Toulouse. Puis, il prête main-forte à Henri II, occupé à mater l’une des nombreuses révoltes de ses fils qui cherchent l’alliance de Raimond V.

15En mars 1183, Alphonse Ier inféode les comtés de Rodez, du Gévaudan et du Carlat à son frère Sanche, qui avait reçu préalablement la Provence. Or, quelques mois plus tard, Sanche trahit de façon inattendue son aîné. Il conclut, en effet, un pacte avec Raimond V de Toulouse, la République de Gênes et Guilhem IV de Forcalquier (1149-1209), pour lutter contre Alphonse Ier et prendre la ville de Marseille. Ce traité reste sans lendemain. En 1185, le roi d’Aragon, de retour dans le Languedoc, renouvelle la paix de 1176 avec le comte de Toulouse. Il dépose Sanche, laissant les affaires provençales entre les mains du comte de Foix, Roger Bernat (1149-1188).

16L’automne 1189, Alphonse Ier revient dans le comté. À cette occasion, il est accompagné par son fils cadet Alphonse II (1196-1209), nouveau comte de Provence. La Provence orientale occupe encore le comte-roi. Boniface de Castellane, membre de la vieille aristocratie à la tête d’une impressionnante baronnie, s’oppose aux agents comtaux dans son domaine préalpin ; pour le combattre, Alphonse Ier conquiert Salernes, Comps et Moustiers, avec l’aide des hommes de Blacas d’Aups, son support le plus fidèle dans cette région ; Boniface vient finalement se soumettre à Grasse, où le roi reçoit son serment de fidélité. Alphonse Ier pousse ensuite ses troupes jusqu’à la ville de Nice. Il confirme ses privilèges et s’assure de la loyauté de ses consuls. Au retour de cette campagne, le 26 janvier 1190, le comte-roi renoue avec Raimond V dans l’île de Jarnègues : les deux princes passent un traité de paix d’après lequel Alphonse Ier reconnaît de façon implicite les droits que le comte de Toulouse lui a usurpés sur la motte d’Albaron et le comté de Melgueil ; en échange, le roi d’Aragon jouira de ses nouvelles conquêtes dans l’évêché de Rodez et dans le Gévaudan ; dans ce traité, la qualité des arbitres, nommés pour résoudre les problèmes au sujet des autres contestations territoriales qui pourraient surgir entre les deux anciens belligérants, répond plus que jamais à une volonté de réconciliation.

Fig. 8 – Tableau de filiation des comtes de Forcalquier aux XIIe-XIIIe siècles

17S’ils tiennent à arrêter leur conflit avec Raimond V, c’est parce que deux affaires majeures occupent les Catalans de Provence au cours de la dernière décennie du XIIe siècle. La première concerne l’annexion du comté de Forcalquier à la Basse Provence qu’ils contrôlent désormais de façon efficace : en juillet 1193, Alphonse Ier conclut le traité d’Aix avec Guilhem IV de Forcalquier, allié traditionnel du comte de Toulouse Guilhem IV donne la main de sa petite-fille Garsenda et tout le comté de Forcalquier à Alphonse II qui, sa vie durant, tentera d’unir ces terres à son patrimoine ; pour y parvenir, il devra combattre son propre beau-père ainsi que Guilhem de Sabran, prétendant au titre comtal de Forcalquier : ce n’est que sous Raimond Bérenger V (1209-1245) qu’interviendra la réunion des deux comtés. La seconde affaire concerne Marseille : jaloux de la puissance de la commune de la ville phocéenne, Alphonse Ier songe à y établir sa domination ; pour assurer la relève des vicomtes de Marseille, dont le pouvoir s’efface au profit de la confrérie de cette cité, il passe un accord avec Guilhem et Uc de Baux ; ce dernier doit recevoir la ville vicomtale en dot de son mariage avec Azalaïs, fille d’Uc Jaufre, dernier descendant laïque de la famille des seigneurs de Marseille ; en juin 1193, Alphonse Ier et les Baux se partagent leurs futurs droits sur la ville phocéenne ; il s’agit là d’un marché trop vite conclu car, malgré le siège auquel le roi soumet la cité, le patriciat urbain envahit le monastère de Saint-Victor, prend son abbé Roncelin, frère du vicomte Barral récemment décédé, et le marie d’office à Azalaïs : du coup, les prétentions d’Alphonse Ier et des Baux sur la cité sont écartées. Mais si le comte-roi a pu envisager une campagne militaire contre Marseille, c’est parce que son pouvoir est partout respecté en Provence, alors que les révoltes nobiliaires deviennent rares. C’est aussi en raison de l’abandon de la guerre contre Toulouse.

18La paix du 26 janvier 1190 représente un tournant décisif dans les relations catalano-toulousaines. Elle est l’épilogue d’une lutte plus que séculaire. Raimond V, trop occupé par le mouvement communal de Toulouse, se désintéresse dorénavant des affaires provençales : il meurt en 1194, deux ans avant Alphonse Ier, son ennemi de toujours. Aussi bien son fils Raimond VI (1194-1222) que Pierre II (1196-1213), roi d’Aragon et comte de Barcelone, et Alphonse II, comte de Provence, enfants d’Alphonse Ier, mènent une politique commune dans le Midi. À l’époque de la croisade albigeoise, ils tentent ensemble d’arrêter la poussée française. Mais la défaite de Muret (1213) et le vide du pouvoir qu’elle entraîne en Catalogne et en Provence n’encouragent guère le nouveau roi d’Aragon à poursuivre l’aventure occitane : Jacques Ier (1213-1276) supplée à son désengagement méridional par ses conquêtes au détriment de l’islam dans la péninsule ibérique. Son attitude n’a d’égale que celle de son cousin germain Raimond Bérenger V, comte de Provence, qui apparaît comme un partisan dévoué de l’expansion capétienne dans le Midi ; il devient ainsi l’un des plus solides appuis de la politique de Saint Louis qui vise à étendre l’influence de sa dynastie jusqu’aux rives de la Méditerranée et jusqu’aux Pyrénées. En 1245, la succession de Charles d’Anjou au trône de Provence montre jusqu’à quel point les relations catalano-provençales se sont progressivement interrompues au cours de la première moitié du XIIIe siècle. Il n’en était pas allé de même au XIIe siècle, quand les Catalans consacraient leurs efforts à instaurer leur ordre en Provence.

Contrôle d’une société

19Les guerres continuelles dans lesquelles les comtes de Barcelone se trouvent engagés tout au long de leur domination en Provence s’inscrivent dans le droit fil des révoltes nobiliaires du XIe siècle. Aussi bien le conflit contre Toulouse que les guerres baussenques sont la partie émergée de l’iceberg de l’hostilité des membres de la vieille aristocratie du sang – attachés à l’indépendance de leurs châtellenies comme à la prunelle de leurs yeux – à l’égard d’un prince fort qui réduirait inéluctablement leur marge d’autonomie. Pour s’imposer, les Catalans cherchent l’appui des secteurs de la population provençale favorables à la pacification du comté : certains groupes subalternes de la noblesse et le clergé réformé leur apportent leur soutien. Dans ces luttes, camps militaires – partisans des Toulouse et des Baux contre Barcelonais – et catégories sociales – vieille aristocratie contre jeune chevalerie – coïncident souvent. La montée d’hommes nouveaux facilite le triomphe d’Alphonse Ier qui, maîtrisant parfaitement la totalité du territoire de la Basse Provence, prépare le rattachement du comté de Forcalquier.

Incompatibilités aristocratiques

20Les grands de Provence ne fréquentent guère l’entourage des comtes de la maison de Barcelone : l’étude des listes de souscripteurs et témoins des actes chaque jour plus nombreux émanant de la chancellerie comtale confirme le désintéressement de la vieille aristocratie pour les affaires de la cour princière, auxquelles elle préfère l’administration de ses vastes seigneuries. Les rares fois où ils se rendent auprès du comte, les sires cherchent une collusion toute passagère qui leur permette d’agrandir leur domaine. Entre l’alliance provisoire, la méfiance larvée et la guerre ouverte, les rapports entre le prince et les vieux lignages fluctuent dans les méandres d’une versatilité complexe.

21Dans un tel contexte, la fidélité presque inébranlable des vicomtes de Marseille à la nouvelle maison comtale est, pour le moins, surprenante ; elle répond à leurs habitudes, acquises au début du XIe siècle, de serviteurs du prince et de partisans de la paix de Dieu. En 1132, Jaufre de Marseille prête serment de fidélité à l’archevêque d’Arles en présence de Bérenger Raimond, acte qui perpétue une triple entente plus que séculaire. Les membres de cette famille sont particulièrement présents dans le gouvernement d’Alphonse Ier : Barral de Marseille devient « procureur de Provence », autorité suprême du comté en l’absence du roi, entre 1190 et 1192. Barral est un très grand personnage : le mécène du troubadour Folquet de Marseille – qui abandonnera plus tard le monde pour devenir abbé du Thoronet et sera nommé évêque de Toulouse à l’instigation des croisés français –, et l’époux de Marie de Montpellier –qui une fois veuve deviendra la femme malheureuse de Pierre II d’Aragon auquel elle apportera Montpellier. Son frère Guilhem le Gros apparaît de même comme l’un des membres habituels de l’entourage du comte-roi ; le chroniqueur limousin Geoffroy de Vigeois rapporte qu’il participa au potlach de Beaucaire dans lequel les grands de Languedoc dissipèrent leurs richesses pour fêter l’une des multiples trêves entre Alphonse Ier et Raimond V : à cette occasion, accompagné par trois cents de ses chevaliers, il fit cuire son repas aux torches de cire ; cette anecdote, sans doute légendaire, est significative du prestige dont jouissait sa famille dans le monde d’oc. Son cousin, Uc Jaufre, seigneur de Trets et de Toulon, fut livré comme otage au comte de Toulouse par le roi d’Aragon pour garantir la paix de 1176. À la fin du XIIe siècle, le dévouement sans borne de la famille vicomtale à l’égard du Catalan ne semble pas innocent : sans doute attend-elle en contrepartie qu’Alphonse Ier l’aide à garder la ville basse de Marseille face aux appétits grandissants d’une oligarchie marchande entreprenante.

22De la collaboration à la résistance, les relations entre Baux et Barcelone n’ont jamais été au beau fixe. Au début du XIIe siècle, Raimond de Baux et Stefania de Provence accordent certes leur soutien à Raimond Bérenger III et à Dolça ; mais le prix des guerriers, des chevaux et des deniers qu’ils apportent à leurs plus proches parents, faisant pencher la balance en leur faveur face à l’aristocratie en colère, est le patrimoine des Brussans-Palliol dont le nom disparaît à jamais des chartes. En 1131, la mort de Raimond Bérenger III sonne le glas de cette connivence de circonstance : Raimond de Baux, qui jouit de la faveur impériale, est le fidèle d’Anfos Jourdain dans la lutte contre Bérenger Raimond. Quand il est amené en captivité en Catalogne, sa femme Stefania et ses enfants poursuivent les guerres baussenques. En dépit de la reddition de 1162, ils continuent leurs intrigues : Uc de Baux se rend, aussitôt après sa défaite, à la cour de Raimond V. Il comprend, toutefois, très vite avec son frère Bertrand que l’avenir est du côté d’Alphonse Ier auquel il apporte, dès 1166, un soutien sans faille. Grâce à l’aide des enfants de Raimond de Baux, le comte-roi impose sa domination en Provence ; il leur en saura gré comme en témoigne le plan ourdi en 1193 pour faire de leurs descendants les héritiers de Barral à la vicomté de Marseille. À la lumière des rebondissements de cette histoire, marquée par les volte-face, le lecteur aura vite fait de comprendre que seul un éventuel agrandissement de patrimoine pousse les Baux dans le giron du Barcelonais.

23Dans ses travaux sur les guerres baussenques, Edwing Smyrl avait attiré l’attention sur le groupe des fidèles et des alliés des Baux. C’est le cas de Guilhem de Rians, membre d’une branche issue de cette famille vers 1050, époque où elle prenait les seigneuries de Rians, d’Esparron, de Brignoles et du Luc : allié de ses parents, Guilhem avait participé activement à la révolte des magnats provençaux en 1144 ; sous Alphonse Ier, ces agissements semblent bel et bien oubliés : un acte de 1178 présente ce personnage comme « noble de la cour » du comte. Le cas de Peire Lambesc est similaire : client des Baux par alliance matrimoniale et compagnon d’armes de Raimond de Baux, il avait augmenté son patrimoine au détriment de l’archevêque d’Arles et du monastère de Montmajour au cours des guerres baussenques ; or, en 1166, nous le retrouvons aux côtés d’Uc et de Bertrand de Baux dans le cortège d’Alphonse Ier. Quoique de moindre envergure, les lignages d’Eyguières, de Noves, d’Isarn et de Mataron ou de Cambas-longas, à la fidélité inébranlable envers les Baux, étaient soumis aux mêmes revirements. Les clientèles guerrières de la grande maison du bas Rhône suivent les pas de leurs maîtres : après les avoir servis dans la dissidence, ils retrouvent le chemin de la cour comtale dès 1166.

24Lors des guerres baussenques, le vieux lignage de Fos combat le comte, à l’instar de ses ancêtres du XIe siècle. En mai 1151, quelques mois après la reddition de Stefania, Gui de Fos prête le serment de fidélité à Raimond Bérenger IV et à son neveu, le comte de Provence, et se plie à de très dures conditions : il met à leur disposition Hyères et Fos et promet de verser un tribut de réparation de dix mille sous. Son lignage aura du mal à surmonter cette défaite : il disparaît de la scène politique provençale au cours de la seconde moitié du XIIe siècle, même si l’un de ses membres, Gui de Fos, devient archevêque d’Aix entre 1186 et 1212. Les velléités insurrectionnelles de la maison ne s’effacent pas pour autant d’un coup : autour de 1185, les Fos combattent la famille de Porcelet et l’archevêque d’Arles, alliés du comte ; ils sont encore battus ; en avril 1196, ils se rendent à Perpignan pour prêter hommage à Alphonse Ier auquel ils devront désormais verser l’ost, les cavalcades, les droits de justice et les albergues qu’ils percevaient naguère au détriment des paysans de leurs villages. Le déclin de la famille s’amorce alors et se fait inexorable : la générosité de Gui conduit une partie importante de son patrimoine dans le temporel du chapitre cathédral d’Aix ; au début du XIIIe siècle, les Porcelet et l’archevêque d’Arles se portent acquéreurs de leurs biens dans le pays de Berre. C’est là une bien triste fin pour l’une des maisons les plus puissantes et les plus combatives de l’époque « féodale ». Mais le nouvel ordre social qu’incarnent les princes catalans ne laisse guère de place à la très haute aristocratie.

25L’action politique des Amic-Sabran et des Agout-Simiane, deux grandes familles de la vallée du Rhône, présente plusieurs points communs. Les Sabran, originaires du Languedoc, avaient acquis, par alliance matrimoniale, les nombreux domaines que les Amic possédaient dans la région d’Avignon et au sud du comté de Forcalquier ; ils avaient ajouté ces terres aux biens qu’ils détenaient sur la rive droite du Rhône. Leur domaine était proche du Val de Sault, baronnie indépendante des Agout-Simiane aux lisières du Comtat Venaissin et du comté de Forcalquier. À cheval entre les principautés des comtes de Barcelone, de Toulouse et de Forcalquier, l’emplacement de ces deux patrimoines explique les tergiversations de leurs propriétaires à l’heure de se donner un protecteur. Au cours de la première moitié du XIIe siècle, les Amic-Sabran, membres assidus de l’entourage d’Anfos-Jourdain, rallient les partis toulousain et baussenc : en 1122 déjà, Guilhem de Sabran fait l’objet d’une excommunication pontificale pour avoir saccagé l’abbaye de Saint-Gilles en compagnie d’Anfos Jourdain. Dès 1179, Giraud Amic se rend régulièrement à la cour d’Alphonse Ier, qu’il trahira en 1184 en tant qu’instigateur du pacte passé par Sanche, Raimond V, Guilhem IV et la République de Gênes ; son parent Guilhem de Sabran était le connétable du comte de Toulouse. Aussi bien Giraud que Guilhem participaient à l’élaboration de la plupart des traités et trêves qui arrêtaient provisoirement la guerre entre Alphonse Ier et Raimond V. Quant aux frères Giraud de Simiane et Raimond d’Agout, membres du conseil du comte de Forcalquier, ils servaient indifféremment les comtes de Provence ou les comtes de Toulouse, dont Raimond était le juge. Ces retournements spectaculaires n’ont pas de quoi surprendre : au demeurant, les Amic-Sabran et les Agout-Simiane faisaient preuve de pragmatisme et choisissaient le parti catalan ou le toulousain en fonction du contexte politique du moment.

26À l’autre bout du comté, en Provence orientale, l’aristocratie ne varie pas tant sa politique selon le déroulement de la guerre entre Barcelone et Toulouse qu’au rythme des générations. En 1147, Boniface de Castellane accourait à Tarascon pour rendre hommage à Raimond Bérenger IV rentré en force de Catalogne pour venger les assassins de son frère : il est vrai que le comte n’avait guère encore les moyens de grignoter des droits sur la seigneurie de Castellane, trop éloignée de ses bases rhodaniennes ; par contraste, en 1189, un autre Boniface, fils du précédent, prenait les armes en révolte contre Alphonse Ier dont les agents parvenaient pour la première fois à s’aventurer dans sa baronnie. L’histoire se répète chez la famille d’Aups. Blacas d’Aups (1176-1195) est l’un des fidèles les plus assidus de la suite d’Alphonse Ier qui en fait l’un des quatre membres du conseil restreint assurant la régence de la Provence auprès de son jeune frère Raimond Bérenger ; de son vivant, son fils Blacasset épouse l’idéal du « jeune », aristocrate errant et guerrier, voleur de grands chemins et dévastateur de patrimoines ecclésiastiques : entre 1190 et 1195, il tient tête, dans les Préalpes, à l’ost du comte de Provence ; finalement il décide de se rendre à Alphonse Ier qui lui accorde l’amnistie « en raison de la bonne fidélité que le père de Blacasset avait toujours manifestée à son égard ». L’assagissement du juvenis intervient certes au moment où le décès de son père le rend héritier du patrimoine ancestral. Mais en tout état de cause ces versatilités générationelles témoignent encore de la liberté d’action de la haute aristocratie que le prince ne parvient décidément pas à amadouer.

27Les sires ne s’accordent, somme toute, avec le comte que de façon passagère, dans les rares circonstances où la finalité d’expansion patrimoniale de leur maison coïncide avec l’action du prince. Mais, à long terme, les buts des politiques comtale et nobiliaire diffèrent de fond en comble. La lutte contre les Brussans-Palliol, les guerres baussenques et les révoltes alpines sont suffisamment caractéristiques du XIIe siècle provençal pour démontrer combien l’accroissement de la puissance princière entraîne la ruine de la haute noblesse. Les intérêts de ce groupe et ceux du comte restent, en définitive, antagonistes. Si le prince veut maîtriser la Provence, il lui faudra se tourner vers d’autres catégories sociales.

Loyalismes chevaleresques

28C’est dans la chevalerie urbaine, couche subalterne de la noblesse, groupe composite où les guerriers-pacificateurs des armées épiscopales côtoient le patriciat amateur de prospérité marchande, que les comtes trouvent les plus sûrs de leurs alliés. Ils sont particulièrement loyaux dans les villes de la Provence occidentale : Jean-Pierre Poly démontre, à partir de la liste d’hommages que quatre-vingt-neuf nobles provençaux prêtent à Raimond Bérenger vers 1113, que la presque totalité des lignages chevaleresques du bas Rhône s’attachent à la nouvelle dynastie dès son avènement dans le comté. Leur fidélité à l’égard de Catalans perdure tout au long du XIIe siècle.

29Ville fluviale, Tarascon accueille volontiers les comtes qui y détiennent un château, où ils résident souvent. En face de son enceinte, de l’autre côté du Rhône, au cœur de l’Argence, s’étend Beaucaire, cité d’élection du comte de Toulouse. Dans le conflit contre leur ennemi invétéré, les Catalans, conscients de la situation stratégique de Tarascon, s’assurent la fidélité de sa population. Les Gantelme, coseigneurs de cette ville, leur apportent un soutien sans faille : à partir de 1131, alors que le nombre des alliés de Bérenger Raimond ne cesse de diminuer au profit de Raimond de Baux, Guilhem Raimond Gantelme opte pour le comte de Provence dans sa lutte contre Anfos Jourdain. Sous le règne d’Alphonse Ier, un autre Guilhem Raimond Gantelme est, avec ses vingt-neuf mentions dans les listes de témoins et souscripteurs des actes de la chancellerie comtale, le plus assidu des Provençaux de son entourage ; avec Uc de Baux, il est le seul chevalier d’outre-Rhône à s’être rendu auprès de lui dans la péninsule ibérique : en 1168, il assiste à la trêve entre Alphonse Ier et Loup, roi musulman de Murcie. Du sommet à la base, les Gantelme, maîtres de leur cité, assuraient l’appui de l’oligarchie tarasconnaise à la politique catalane.

30Arles jouissait d’une position stratégique similaire. Depuis l’Antiquité, elle était capitale de la Provence ; au XIIe siècle, elle croissait au rythme du commerce fluvial qu’animaient des nefs pisanes et génoises ; ses habitants étendaient leur mainmise sur son arrière-pays, où les assèchements rendaient maints marais à l’agriculture et où l’élevage ovin apportait des gains considérables. Ces progrès servaient particulièrement les intérêts du patriciat, constitué par des chevaliers au genre de vie citadin, s’enrichissant de la possession du sol et des taxes perçues sur les marchands. Ses familles choisissaient sans ambages le parti catalan.

31La maison de Porcelet est représentative de ce groupe des chevaliers arlésiens. Issue du milieu des alleutiers de la ville, enrichie par la croissance de son Vieux-Bourg, par les péages sur les navires marchands remontant et descendant le Rhône et par l’exploitation des salins de la Camargue et du pays de Fos, elle apporte une aide précieuse à la réussite des comtes de Barcelone. En 1112, Jaufre Porcelet apparaît comme le seul Provençal ayant ratifié les chartes de constitution de dot et de mariage de Dolça, pour son union avec Raimond Bérenger, qui ouvraient les portes du comté aux Catalans. Au milieu du XIIe siècle, tandis que les guerres baussenques battent leur plein et que diminue le nombre des partisans des Barcelonais, les seigneurs du Vieux-Bourg d’Arles persévèrent dans leurs options politiques d’antan : ils soutiennent l’action militaire du comte à l’aide de leurs suites armées. Au cours du dernier quart du XIIe siècle, Porcel devient l’un des hommes de confiance d’Alphonse Ier : il est ainsi chargé de tâches diplomatiques fort délicates en Languedoc et le roi le nomme membre du conseil de régence de son frère Raimond Bérenger. Le concours des Porcelet est non seulement politique et militaire, mais aussi financier. À plusieurs reprises, les membres de cette famille accordent des prêts au comte : Alphonse Ier emprunte ainsi huit mille sous à Bertrand Porcelet, somme qui représente quatre fois l’albergue versée chaque année par la ville de Nice ; cet argent vient s’ajouter aux emprunts de douze mille sous contractés jadis à l’égard des ancêtres de Bertrand par Raimond Bérenger III et par Bérenger Raimond. Ces disponibilités monétaires sont significatives du genre de vie urbain et des activités économiques des Porcelet qui, tout en apparaissant dans les chartes avec les épithètes de « chevalier » et de « noble », appartiennent de plein droit au patriciat arlésien.

32Quoique d’un moindre rang dans la hiérarchie des pouvoirs et de la fortune, d’autres lignages chevaleresques arlésiens sont issus du même milieu qui soutient, dans une unanimité presque parfaite, la nouvelle dynastie comtale. Les Rapina – dont le nom reflète peut-être l’âpreté au gain avec laquelle ils exploitaient leurs péages – étaient des habitués de l’entourage comtal : Guilhem Bernat et Uc Rapina apparaissent respectivement avec les titres d’« ami du roi » et de « haut dignitaire de la cour du comte » dans les actes de la chancellerie aixoise. Uc des Arènes, membre de la suite d’Alphonse Ier et de Raimond Bérenger IV, provient d’un lignage installé dans le cirque fortifié d’Arles, propriétaire du péage du pont du Gard ; tout au long du XIIe siècle, les Arènes sont bien représentés dans le consulat de la ville du delta. Il en va de même avec la maison d’Arvier, pépinière de consuls pour la ville d’Arles : détentrice de nombreux droits sur les péages rhodaniens et très entreprenante dans l’assèchement des marais situés autour de Montmajour, elle donna plusieurs conseillers aux comtes. La liste de ce patriciat arlésien, consulaire et péager, au service des Catalans est bien plus longue. Au XIIe siècle, la collusion entre l’oligarchie chevaleresque, qui domine les centres de décision de la ville d’Arles, et les comtes de la maison de Barcelone est manifeste.

33Si nous quittons la Provence rhodanienne pour l’est du comté, nous rencontrons un groupe semblable de citadins fidèles à la politique princière dans la ville de Grasse. Des familles qui en sont originaires comme les Barreira, Ricau, Script ou Mauvoisin sont d’une loyauté sans faille à l’égard des comtes. En revanche, le patriciat urbain d’Avignon, de Nice et de Marseille se montre moins docile aux sollicitations princières : dans ces villes, les oligarchies entendent parfois suivre des programmes autres que ceux qui mènent les Catalans au sommet de la hiérarchie des pouvoirs ; elles cherchent souvent l’alliance du comte de Toulouse ou de Gênes, forces extérieures à la Provence et, par là même, moins contraignantes.

34Mais il n’en reste pas moins que la plupart des partis qui divisent la chevalerie citadine de Provence préfèrent la domination unique des comtes de Barcelone, férus d’ordre, à l’emprise des seigneurs, amis de la guerre et du brigandage aristocratique. Si les petits nobles des villes se rendent nombreux à la cour aixoise, où ils collaborent au gouvernement des Barcelonais, leur apportant aide financière, conseil politique et service militaire, c’est parce qu’ils comprennent que leurs intérêts coïncident avec ceux du comte. Le retour de la paix, après de longues décennies de guerre privée, devrait assurer l’expansion des villes situées le long de rivières et de routes qui drainent les marchandises d’un commerce en plein essor. En revanche, la vieille aristocratie rurale, ayant fondé sa réussite sur l’appropriation du ban dans ses châtellenies indépendantes pour vivre du travail des marchands et des paysans, ne voit guère d’un bon œil le retour en force du prince réclamant les droits d’origine régalienne qu’elle a usurpés. Elle s’en méfie d’autant plus qu’elle entre en conflit ouvert avec une chevalerie urbaine d’ascension sociale récente, solidaire du comte dans ses combats : cet antagonisme transparaît tout particulièrement dans la guerre sans merci qui oppose les Fos aux Porcelet à la fin du XIIe siècle. Le patriciat urbain, lié aux milieux réformateurs et au mouvement de la paix de Dieu, est trop heureux de voir la puissance du prince assurer la tranquillité sur les routes et le développement des villes.

35Comme dans les cités, en milieu rural il existe une guerre, plus ou moins larvée, entre les nobles du sang (nobiles) et les chevaliers de fonction (milites dans les chartes de la Provence occidentale, castlans en Provence orientale). Les Catalans tirent profit des antagonismes que leur présence dans le comté révèle au grand jour : jusque dans les plus reculés des villages, ils prennent part aux luttes qui opposent non seulement les coseigneurs entre eux, mais aussi les chefs de lignage à leurs hommes de main. Une notice de la chancellerie barcelonaise, datée du 15 mai 1126, permet d’appréhender l’habilité avec laquelle les comtes mènent leur politique dans les seigneuries castrales, où les conflits d’intérêt au sein du groupe aristocratique dégénèrent en luttes armées :

Qu’il soit connu de tous que moi Raimond Bérenger [III], comte de Barcelone, avais jadis donné à Guilhem de Moustiers la seigneurie de Saint-Jurs, où je retins pour moi les droits d’albergue et de justice. Or, Guilhem, prenant prétexte de cette donation, oppressait ce castrum et ses chevaliers (milites). À cause du mal qu’il y faisait, j’eus grande guerre avec lui et perdis beaucoup d’argent. Puisqu’il ne voulait pas s’amender, je récupérai la seigneurie sur le castrum et sur les chevaliers, que je lui avais cédée auparavant. Toutefois, à sa mort, sa veuve et ses fils réclamèrent la seigneurie qu’eu égard à la faute de Guilhem je venais de récupérer et de donner à des chevaliers qui avaient bien voulu recevoir cette seigneurie et qui détenaient ce castrum en mon nom. La dame et ses fils firent donc la guerre et grand mal à ces chevaliers. C’est pourquoi, les chevaliers vinrent à moi pour porter plainte. Auparavant, cette dame avait prêté serment sur ma main sur les droits qu’elle pourrait acquérir. Elle et ses fils protestèrent également devant moi au sujet des chevaliers. Mais les chevaliers s’en défendirent bien et notre cour émit un jugement qui fut approuvé par les deux parties. Pourtant, la dite dame et ses fils refusèrent, par la suite, de mettre en pratique les décisions de ce jugement.
Et puisqu’ils n’acceptent plus cette décision et que j’ai récupéré cette seigneurie avant la mort de Guilhem, moi Raimond Bérenger, comte de Barcelone et marquis de Provence, et mon épouse Dolça, comtesse, et mes fils Raimond et Bérenger donnons et accordons la seigneurie de Saint-Jurs, d’Aiguines et de Salles à toi, Jaufre d’Aiguines, et à ton frère Alfan, à toi Isarn de Flayosc et à ton frère Pons, à toi Rostaing de Saint-Jurs et à ton frère Guilhem, à toi Guilhem de Saint-Jurs et à tes neveux. Ni moi, ni mon épouse ni nos enfants ne mettrons jamais à votre place d’autres seigneurs. Je vous fais cette donation tout en gardant notre justice, notre fidélité et notre albergue.
Fait les ides de mai de la dix-huitième année du règne du roi Louis. Suit la liste des souscripteurs : Raimond, comte ; Berenguer [de Montcada], sénéchal ; Ramon Renart ; Boniface de Castellane ; Bertrand de Misson ; Guilhem Bertrand de Castellane ; Raimond de Tarascon ; Guilhem de Tarascon ; Jaufre Porcelet ; Isarn d’Entrevennes ; Raimond Dodon ; Fouques de Solliès ; Peire Albaric ; Pons, scribe du comte.
Portez-vous bien dans le Seigneur !
Éd. M. Aurell, Actes, op. cit., n° 73. Traduction de l’auteur.

36L’appui des chevaliers urbains et ruraux ne saurait expliquer à lui seul la mainmise des princes de la nouvelle dynastie sur la société provençale. S’ils sont parvenus, en quelques décennies seulement, à réduire de façon radicale l’emprise des sires sur la vie politique du comté, c’est parce qu’ils comptent sur un personnel politique fidèle d’origine étrangère : des cadets des lignages chevaleresques de la Catalogne et de l’Aragon viennent nombreux s’installer entre Rhône et Durance où ils apportent un soutien d’autant plus dévoué au comte qu’ils lui doivent tout ; fuyant le déclassement qui les attendait dans leur pays d’origine, ils trouvent en Provence des charges et des terres, sources d’un pouvoir et d’une richesse auxquels ils n’auraient guère pu songer outre-Pyrénées. Cette émigration d’élite est particulièrement importante sous le règne d’Alphonse Ier, qui fait appel à un personnel politique accru pour occuper les nouvelles charges d’un appareil étatique en plein essor.

37Mis à part Barral, aucun provençal n’est procureur du comté, vice-roi de la Provence en l’absence d’Alphonse Ier. Le Catalan Guillem de Bell-Lloc est nommé à cette fonction entre 1171 et 1173. Au début du XIIe siècle, son père, Père Bertran de Bell-Lloc était très lié à la cour barcelonaise ; il partit à plusieurs reprises pour la Provence où il combattit les Baux dans l’ost catalan. Les Bell-Lloc étaient des chevaliers de la ville de Barcelone, vassaux du vicomte Berenguer de la Guardia ; dans son arrière-pays, ils détenaient un château à la Roca del Vallès. Comme tant d’autres des ministériaux du comte, ils arrondissent leur patrimoine grâce aux conquêtes qui rattachent la Nouvelle Catalogne, terre d’islam, au comté de Barcelone au milieu du XIIe siècle. Le statut social de ce procureur de Provence, chevalier barcelonais, rappelle à bien d’égards celui des fidèles autochtones du prince.

38Guillem de Bell-Lloc fut remplacé dans sa charge par Pere de Redorta, évêque de Vic, un des innombrables ecclésiastiques qui travaillaient à l’affermissement de l’administration comtale. Dans les années 1190, les procureurs de Provence sont originaires de l’Aragon, d’où est issue une jeune génération de ministériels au service du roi : Lope Eximinio devient procureur de Provence dès 1192, où il siège auprès du trône qu’occupe Alphonse II, encore enfant, du vivant de son père ; en 1194, il est remplacé à la tête du comté par les frères Assalito de Gudal et Guillermo de Arbanès, encore des Aragonais qui poursuivront leur carrière politique à la cour de Pierre II. Leur compatriote Garcia de Resa, arrivé en Provence autour de 1176, devient juge mage, autorité judiciaire suprême du comté.

39Si le poids des Catalans et des Aragonais se fait sentir dans les institutions centrales, il en va de même sur le plan local. Iohan d’Artasona était baile d’Aix, délégué du comte dans l’administration de cette ville. Pons de Bruguers occupait le même poste à Marseille : il joua un rôle politique de premier ordre dans le plan ourdi par les Baux et Alphonse Ier pour prendre la ville phocéenne. Ramon de Perella, membre d’une famille de la petite noblesse de Caldes de Malavella, semble jouir d’un statut équivalent en tant que baile d’Arles. Enfin, le nom de Gomiz, baile du domaine comtal d’Eyguières, est fort probablement d’origine aragonaise. Les représentants du comte-roi dans les villes provençales et les intendants de ses seigneuries venaient pour la plupart de la péninsule ibérique.

40Nombreux étaient les guerriers ibériques qui recevaient des terres en Provence. Le comte leur accordait des honneurs dans des régions où sa domination était plus que chancelante. Ils se peut même, comme le suggère Monique Zerner, qu’ils aient activement contribué dans ces terres à la restructuration de l’habitat, participant à la mise en place d’un nouveau réseau villageois d’après le modèle de la Nouvelle Catalogne, récemment conquise sur l’islam. Leur rôle fut décisif dans le second incastellamento provençal sous le règne d’Alphonse Ier. En attendant prospections et fouilles archéologiques, l’aspect politique et militaire de ces concessions foncières nous est mieux connu. Le Navarrais Rodrico de Cascante occupait ainsi les forteresses de Vilhosc et du Chaffaut, du côté de Digne et de Sisteron, terres alpines où la noblesse autochtone rejetait la pénétration des agents de l’administration princière. Son histoire est similaire à celle de Geral de Vilanova, hobereau besogneux de l’arrière-pays de Barcelone, heureux de se voir accorder en fief les Arcs, Trans, la Motte et les Esclans, villages situés dans une Provence orientale hostile à la cour d’Aix. Plus à l’est, c’est dans le diocèse de Vence qu’Arnal de Palou avait obtenu des terres pour les services rendus au prince : ce personnage était un chanoine de Barcelone qui, à en croire le cartulaire de sa cathédrale, « avait abandonné l’état clérical pour suivre les voies du siècle » ; il s’était rendu auprès de Raimond Bérenger III, comte de Provence, vers 1162 ; il participa par la suite à plusieurs campagnes militaires dans l’ost d’Alphonse Ier auquel il apportait un conseil pétri de la culture juridique qu’il avait acquise dans le chapitre de Barcelone. Un autre catalan, Ramon de Vila-seca, était seigneur de la Roque-d’Anthéron, village fortifié sur les rives de la Durance, zone frontalière d’où partaient les raids du comte de Forcalquier :

Qu’il soit connu de tous, présents et à venir, que moi, Alphonse [Ier], par la grâce de Dieu, roi des Aragons, comte de Barcelone et marquis de Provence, approuve, confirme et concède, pour toujours, à toi, Ramon de Vila-seca et aux tiens, la donation du castrum de la Roque[-d’Anthéron] que j’avais faite à ton père, feu Père de Vila-seca. Ainsi, le susdit castrum de la Roque, avec tous ses termes et dépendances, tu l’auras, tiendras et posséderas, avec sécurité et puissance, aussi bien toi que les tiens, de moi et de mes successeurs selon le droit et la coutume de Catalogne. C’est-à-dire que vous ferez la paix et la guerre avec le susdit castrum pour moi et pour les miens et que tu nous en donneras la domination, de bonne ou de mauvaise humeur, chaque fois que nous te le demanderons. Restent sauf pour toujours notre droit, fidélité et service. Si quelqu’un parvenait, par droit ou par raison, à vous évincer de ce castrum ou à l’acquérir, il ne pourra s’y installer avant de vous avoir remboursé les deux mille cinq cents sous raimondins que je reçois pour cette confirmation.
Fait à Aix, l’an du Seigneur 1189, au mois de décembre.
Seing d’Alphonse, roi des Aragons, comte de Barcelone et marquis de Provence.
Témoins : Brémond, prévôt d’Aix ; Guilhem Raimond Gantelme ; Uc Sacristain ; Guilhem Porcelet ; Pons d’Osor.
Seing de Pere de Blanes, notaire royal, qui, sous l’ordre du seigneur roi, écrivit cet acte le mois et l’année ci-dessus.
Éd. M. Aurell, Actes, op. cit., n° 176. Traduction de l’auteur.

41Tous ces étrangers contribuèrent à donner une solide armature institutionnelle à la Provence. Leurs enfants, intégrés par le jeu des mariages à la chevalerie locale, continuèrent de travailler au développement de l’administration comtale. Romée de Villeneuve, le bras droit de Raimond Bérenger V, était le fils de Geral de Vilanova, arrivé en Provence dans le cortège d’Alphonse Ier ; le troubadour Bertrand de Lamanon, ministériel de la cour aixoise, prit le patronyme d’une seigneurie des Alpilles que son père, le Catalan Pons de Bruguers, avait certainement reçue des mains du comte-roi ; quant à Guilhem de Cotignac, fidèle d’Alphonse II, il appartenait à la famille fondée par Garcia de Resa… Bien après la séparation de la Provence et de la couronne d’Aragon, une seconde génération d’immigrés catalans fournissait l’essentiel du personnel politique de la cour aixoise.

42D’autres étrangers collaborèrent à affermir le pouvoir de la maison de Barcelone entre Rhône et Durance. La ville et la seigneurie de Montpellier, alliées traditionnelles des Catalans dans leur expansion languedocienne et dans leur lutte contre Toulouse, leur fournissent de l’aide en hommes et en argent pour leurs campagnes. Tant le mariage de Bérenger Raimond avec Béatrice, comtesse de Melgueil et pupille du seigneur de Montpellier, que les guerres qui se déroulent pour contrôler l’atelier monétaire de Mauguio dans les années trente du XIIe siècle témoignent de cette collusion. Guilhem VII de Montpellier (1149-1172) joue de même un rôle décisif dans l’installation d’Alphonse Ier sur le trône de Provence : une charte de 1166 le présente en tant que « tuteur et procureur » du jeune comte-roi. Entre 1177 et 1178, son frère Gui Guerrejat devient à son tour procureur de Provence. Un banquier montpelliérain, Guilhem Leteric, subventionne à cette date les opérations militaires d’Alphonse Ier. Certains habitants de Montpellier tirent profit de la prépondérance catalane : Guilhem Adalguer, membre de l’entourage des seigneurs de cette ville, reçoit d’Alphonse Ier le droit de frapper la monnaie provençale en 1173. En outre, nombreux ont dû être les chevaliers montpelliérains à percevoir les soldes attachées aux offices de l’administration de Provence.

43En 1196, année de la mort d’Alphonse Ier, la Provence semble pacifiée : une nouvelle construction étatique met provisoirement fin aux guerres privées par le biais desquelles la vieille aristocratie réglait ses différends au grand dam des paysans qui en subissait les plus amères conséquences. Cette ossature institutionnelle ne saurait vivre sans la chair que lui apportent des hommes attelés à la tâche de la renaissance de l’État. Les conseillers du comte, les ministériels de la cour et les combattants de l’ost princier sont les acteurs véritables d’un succès que l’on serait trop souvent enclin à attribuer aux seuls membres de la nouvelle dynastie. Ce personnel politique provient certes de la péninsule ibérique : les comtes s’appuient sur Catalans et Aragonais, cadets tentés par l’aventure occitane, voulant quitter à jamais les contraintes lignagères pour faire souche loin de la maison forte où ils ont été nourris. Mais leur victoire s’explique surtout par le soutien de la chevalerie urbaine. Ces citadins ont maille à partir avec les aristocrates des campagnes, dont le genre de vie diffère radicalement du leur.

44Faut-il voir dans l’antagonisme – que les Catalans exploitent adroitement à leur profit – entre la vieille noblesse et la chevalerie récente un simple conflit d’intérêts économiques ? Certes, le nombre de rentiers ne saurait, d’une part, être illimité : le partage des fruits du labeur paysan est une pierre d’achoppement entre aristocrates et chevaliers ; d’autre part, l’ordre du prince apporte autant l’essor du commerce et l’expansion urbaine – favorisant l’enrichissement des citadins – que le détournement des exactions aristocratiques au profit de la fiscalité comtale. Mais les luttes qui opposent haute et basse noblesse ne se cantonnent pas à de simples querelles pécuniaires. C’est le pouvoir qui est leur enjeu principal : face à un prince s’attaquant aux châtellenies indépendantes, qu’il veut désenclaver à tout prix, pour faire régner son administration unificatrice sur l’ensemble du territoire provençal, l’aristocratie ancienne sent les jours de sa domination comptés ; en revanche, les chevaliers d’ascension sociale récente affluent nombreux à la cour princière, devenue centre décisionnel par excellence, où ils entendent agir en groupe de pression. À côté de ces incompatibilités politiques, des facteurs culturels opposent vieille noblesse et patriciat : auprès des cathédrales, qui s’érigeant majestueusement au centre des villes, le clergé réformé ouvre des écoles que fréquentent les familles chevaleresques. On y apprend le droit romain, favorable au prince, de la bouche de maîtres cléricaux. C’est dans l’Église provençale que les comtes de la maison de Barcelone ont trouvé les supports les plus solides à leur politique.

Soutiens ecclésiastiques

45Le clergé provençal s’était progressivement placé du côté du prince et du mouvement de paix tandis que, tout au long du XIe siècle, la réforme grégorienne s’imposait dans ces terres aussi proches de Cluny que de Rome. L’attrait que les notions de justice, d’ordre et de paix exerçaient sur les mentalités ecclésiastiques poussait les prélats et les chanoines vers le parti du comte dans son combat contre l’aristocratie. En outre, le succès de la réforme – beaucoup plus écrasant dans les villes que dans les campagnes – avait arraché les évêchés à l’emprise de la vieille noblesse ; dès la fin du XIe siècle, l’épiscopat se recrutait principalement au sein de cette même chevalerie urbaine dont les membres rejoignaient nombreux l’ost catalan. Lors de son avènement en Provence, le comte de Barcelone comprit que l’appui du clerg é autochtone lui était acquis.

46Nombreux sont les actes qui présentent Raimond Bérenger III et sa femme Dolça en défenseurs de cathédrales, chapitres et monastères face aux déprédations des sires laïques. En 1125, alors que la paix est assurée à l’intérieur et à l’extérieur des frontières, ils tiennent leur plaid comme le fit jadis le marquis Guilhem : l’abbé avignonnais de Saint-André, les moines de Lérins, l’évêque d’Antibes, l’archevêque et les chanoines d’Aix…, tous se précipitent auprès du comte pour retrouver leurs droits d’antan. Le couple comtal confirme leurs privilèges ; il arrondit leur temporel par de généreuses donations ; il déboute les sires, trop récalcitrants à l’heure de lâcher prise sur des biens que leurs aïeux donnèrent aux établissements religieux. Aux yeux de prêtres et religieux, en comparaison du comte de Barcelone, celui de Toulouse, leur bête noire, fait bien pâle figure : par ses bulles de 1121 et 1122, Calixte II enjoint à Raimond Bérenger III de combattre Anfos Jourdain, incendiaire du monastère de Saint-Gilles. Le comte de Forcalquier – que les moines de Montmajour accusent devant le pape pour les déprédations auxquelles il se livre sur leur abbaye – semble logé à la même enseigne que le Toulousain. Champion de l’Église, le Barcelonais l’est plus qu’aucun autre.

47Les évêques lui en savent gré et l’aident par de multiples moyens. C’est à des conditions avantageuses qu’ils lui accordent des prêts, à l’instar des évêques d’Avignon, qui subventionnent ses campagnes militaires. Ils cèdent également aux comtes leurs droits sur des châteaux dont le rôle stratégique est primordial : l’archevêque d’Arles, véritable maître du pays du bas Rhône, se démet ainsi, en faveur des Catalans, de ses droits sur les places d’Albaron et de Fos, enjeux tactiques des guerres contre Toulouse et Baux. Outre l’aide pécuniaire et la cession de châteaux, les prélats de Provence collaborent avec la maison de Barcelone par le conseil qu’ils apportent à ses membres : ils apparaissent souvent mentionnés dans les listes de souscripteurs et témoins des actes de la chancellerie comtale. Au début du règne d’Alphonse Ier, alors que le jeune comte-roi mène la guerre contre Raimond V en Camargue et en Argence, Raimond de Bollène (1163-1182), archevêque d’Arles, est un membre habituel de son entourage ; Jaufre, évêque d’Avignon, se rend également auprès du roi. Au lendemain de la paix passée en 1176 avec Raimond V, un nouvel ensemble de prélats fait irruption à la cour d’Alphonse Ier ; ils proviennent de régions plus orientales de la Provence, alors que le Barcelonais étend avec fermeté son emprise à l’est du comté. Les archevêques d’Aix, ville où le prince commence à établir sa capitale, participent au gouvernement central : Bertrand de Roquevaire (1178-1180) fait partie du conseil restreint de quatre membres, qui assure la régence de Raimond Bérenger IV, frère du roi d’Aragon. À la même époque, les évêques de Grasse-Antibes et de Fréjus viennent souvent auprès des comtes, comme ce fut déjà le cas sous Raimond Bérenger III et Dolça : entre 1178 et 1185, Fouques, évêque d’Antibes, est l’un des conseillers les plus écoutés de la cour comtale. Il n’est donc guère étonnant qu’en 1196 le comte de Barcelone nomme l’archevêque d’Aix et les évêques de Fréjus et d’Antibes comme ses exécuteurs testamentaires pour les affaires provençales : leur condition épiscopale et leur origine orientale les prédisposent particulièrement à cette fonction.

48Au XIIe siècle, la plupart des évêques sont choisis au sein des chapitres ; à la veille de leur sacre épiscopal, ils ont obtenu leur charge par la cooptation des chanoines, leurs égaux. Cette élite cléricale vit dans des bâtiments nouvellement construits autour de l’ancienne cathédrale ; elle se réunit pour dire les offices selon la règle de saint Augustin ; elle consacre le meilleur de son temps à encourager des études dans lesquelles le droit, aussi bien canonique que romain, tient le haut du pavé. Cette pépinière intellectuelle – dont les membres sont de surcroît les parents de la chevalerie urbaine – est un milieu tout prêt à servir le comte, qui s’empresse d’utiliser le bagage culturel des chanoines-légistes dans le gouvernement de Provence.

49C’est à l’ouest de la Provence, aux confins de l’ancienne Septimanie où enseignent les maîtres venus de Bologne, que renaissent les études de droit romain au début du XIIe siècle. Nombreux sont les légistes, formés au chapitre de Saint-Trophime d’Arles, qui se mettent au service des comtes. Bernat d’Auriac est le plus représentatif des membres de ce groupe : en 1151, ce jeune chanoine, originaire d’une famille chevaleresque du pays d’Aix, apparaît dans notre documentation au cours d’un procès où il plaide en faveur de l’archevêque d’Arles ; entre 1167 et 1177, il est l’un des piliers du gouvernement central des comtes de la maison de Barcelone ; peu avant sa mort, il devient le doyen du chapitre de Saint-Trophime. Un autre intellectuel de cette même cathédrale, Guilhem Barreira, sacriste de Saint-Paul-Trois-Châteaux, professeur au chapitre d’Arles entre 1179 et 1190, prête serment au nom d’Alphonse Ier lors du traité d’Aix (1193). Rainaud de Sainte-Croix – chanoine de Saint-Trophime que les textes qualifient de causidicus ou « avocat » – s’incorpore occasionnellement au cortège du prince. Deux chevaliers arlésiens, Guilhem Bernat d’Aix, juge du comte, et son frère Bérenger font également partie du groupe des anciens élèves du chapitre de la cathédrale de leur cité. Les juristes de la ville du delta apportent ainsi une aide technique indispensable aux Catalans.

50Toutefois, Saint-Trophime n’était pas en Provence le centre le plus important de diffusion du droit romain. Les progrès de la science juridique touchaient principalement, depuis Montpellier, le chapitre des chanoines réguliers de Saint-Ruf d’Avignon, école bien plus active que celle de la cathédrale de Notre-Dame-des-Doms. C’est bien à Saint-Ruf que le Catalan Oleguer, prieur de cet établissement dès 1111, devait compléter l’éducation reçue dans sa jeunesse à la cathédrale de Barcelone ; il devint plus tard l’évêque de cette dernière ville, à l’image de Bertrand, un autre catalan ayant étudié à Saint-Ruf ; en 1118, Oleguer restaurait le siège de Tarragone, dont il devenait le premier archevêque après une longue période d’autorité narbonnaise. C’est également de Saint-Ruf qu’est issu Nicolas Breakspear, mieux connu comme Adrien IV (1154-1159), le seul pape anglais de l’histoire. Il n’en reste pas moins que peu de Provençaux provenant de Saint-Ruf devaient servir dans l’administration comtale : dès 1158, les chanoines de ce chapitre abandonnaient Avignon – où ils étaient concurrencés par la cathédrale et où la politique de la commune était plutôt favorable au comte de Toulouse – pour la ville de Valence, d’où ils essaimèrent le long du Rhône.

Fig. 9 – Le cloître de Saint-Trophime d’Arles © photo de J.-M. Devevey

51Quelques Avignonnais conseillent cependant le comte comme Elisiard ou Auzias, fidèles d’Alphonse Ier. Un autre groupe de chanoines au service de la cour princière provient de la petite noblesse d’Aix et de Marseille, comme Peire Audibert, membre du chapitre de la ville phocéenne, devenu juge d’Aix en 1219, ou Jaufre Rostaing. L’avocat Rodolphe, collaborateur épisodique de l’administration comtale, était chanoine de la cathédrale d’Antibes. À la fin du XIIe siècle, tous ces personnages prêtent au prince un conseil fondé sur les bases solides du droit romain renaissant que l’on enseigne dans les chapitres des grandes cités du Bas-Rhône. Grâce à la réforme grégorienne, pour laquelle la chevalerie urbaine avait tant milité, ces centres rayonnaient à nouveau. Ils fournissaient aux comtes un personnel politique imbu d’une culture juridique qui aidait l’administration princière à gagner en efficacité et à étendre son rayon d’action. L’aspect ministériel de l’entourage des comtes de la maison de Barcelone – particulièrement frappant à l’époque d’Alphonse Ier – est accentué par la présence de ces nombreux juristes auprès du monarque.

52Resté en marge des grandes manœuvres politiques, le clergé régulier n’en connaît pas moins de profondes modifications tout au long du XIIe siècle. Le monachisme traditionnel laisse transparaître les premiers symptômes d’une crise dont il se remettra difficilement : en 1195, Saint-Victor de Marseille fait l’objet d’une enquête menée par le cardinal Bernard à la demande de Célestin III. À son issue, la papauté impose de strictes mesures disciplinaires aux moines de la prestigieuse congrégation : obligation de vivre en commun et d’obéir à l’abbé, interdiction de posséder de l’argent en propre… Aussi bien l’affaire Roncelin que l’emprunt de quatre-vingt-quatre mille sous aux juifs de Marseille témoignent, à la même époque, de ces difficultés bénédictines. La situation de Saint-Gervais de Fos, dont les moines sont délogés du monastère manu militari à la demande du pape, correspond à ce même déclin de la vie religieuse.

53De nouveaux ordres prennent le relais en Provence. Templiers et Hospitaliers jouissent d’une protection toute particulière de la maison de Barcelone, d’autant plus sensibilisée à l’idéologie de la croisade qu’elle s’engage enfin corps et âme dans la Reconquista : ils profitent aisément de la munificence des Catalans qui font de Saint-Thomas de Trinquetaille puis de Saint-Jean d’Aix leurs nécropoles provençales. Vers 1112, l’ordre de l’Hôpital, fondé par Gérard « Tenque », originaire peut-être de Martigues, établit à Saint-Gilles son Grand Prieuré dont dépendent les provinces de Provence, Languedoc, Guyenne, Gascogne, Auvergne et Forez ; c’est aussi à Saint-Gilles et autour de la même date que le Temple ouvre l’un de ses premiers hospices en Occident. Les donations affluent vers les ordres militaires qui acquièrent de nombreux pâturages en Camargue : on y élève des chevaux qui seront par la suite embarqués pour la Terre Sainte. Les commanderies de l’Hôpital et du Temple sont nombreuses entre Rhône et Durance. Les Provençaux – parmi lesquels figurent quelques grands maîtres – deviennent volontiers Hospitaliers : beaucoup de nobles entrent dans cet ordre, comme chevaliers ou donats, ou élisent tout simplement sépulture dans ses maisons. C’est dans la foulée de ce mouvement qu’il faut placer l’ouverture, en 1200, des maisons de Trinitaires à Arles et à Marseille : le but de cet ordre était le rachat des captifs chrétiens de Berbérie.

54En comparaison des ordres militaires, le succès des Chartreux est moindre. Quelques groupes religieux se rattachent toutefois à eux, comme les frères pontifes de Bonpas ou les ermites de Montrieux. Quant aux Cisterciens, ils sont installés au Thoronet dès avant 1147 ; les abbayes de Silvacane, de Sénanque, de Valsainte et d’Ulmet profitent des privilèges et des donations que leur accordent les comtes et les maisons de la noblesse locale. Les moines blancs encouragent un élan de renouveau spirituel qui aboutit à l’essor du monachisme féminin dans un pays où, au XIe siècle, « les documents laissent l’impression qu’il y a peu d’asiles pour les jeunes filles qui veulent se consacrer à Dieu » (Paulette L’Hermite-Leclercq). Dès le début du XIIIe siècle, l’expansion des Cisterciennes est spectaculaire : en moins de quarante ans, le faible effectif des moniales provençales aura plus que doublé grâce à la création de six monastères féminins. Abbés cisterciens, évêques réformateurs et familles chevaleresques collaborent à un développement sans précédent des couvents destinés aux religieuses.

55Ainsi, au XIIe siècle, le succès des nouveaux ordres et la féminisation de ses membres transforment en profondeur le paysage du monachisme provençal. Le clergé séculier subit de même une mutation radicale par rapport à la période précédente. Le triomphe de la réforme grégorienne dans les cités a changé ses origines sociales : dégagés de l’emprise des sires, les sièges épiscopaux et les chapitres canoniaux sont désormais l’apanage du patriciat urbain. Ces nouveaux clercs des villes redonnent de la splendeur à la vie liturgique : c’est pour célébrer l’office qu’ils bâtissent des cathédrales romanes. Ils y adjoignent des cloîtres à la façon des moines, dont ils imitent la vie en commun. Esprits éclairés, ils font revivre les écoles où ils enseignent les droits romain et canonique. Le clergé des cités, élite intellectuelle, devient le vivier où le comte recrute les « technocrates » pour l’appareil étatique qu’il est en train de développer : doyens, écolâtres et chantres des cathédrales fréquentent aussi bien le palais de l’évêque que la cour du comte ; nombreux sont les élèves de ces maîtres de l’école capitulaire qui deviennent des cadres de l’administration princière. Leur culture juridique est essentielle pour faire renaître le pouvoir du comte de ses cendres. Cette étroite collaboration du clergé avec un État en devenir efface progressivement la violence des châtelains de la carte provençale. Mais ce beau tableau présente aussi ses taches d’ombre : en aidant le comte à rendre la société plus juste, les prêtres s’immiscent inéluctablement dans les affaires temporelles ; ils établissent, en outre, d’une façon plus ferme leur domination sur les villes. La longue pratique du pouvoir à laquelle s’habitue le clergé, pendant tout le XIIe siècle, aboutit de façon irrémédiable à la théocratie.

Fig. 10 – Le tombeau d’Alphonse II et de Raimond Bérenger V à Saint-Jean d’Aix dessin d’A.-L. Millin, Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, 1807, p. XLI ; © photo de Bernard Terlay

56Au soir du XIIe siècle, le bruit des combats aristocratiques qui ravageaient la Provence se tait. Alors que se termine le long règne d’Alphonse Ier, le comte semble en mesure de s’approprier l’exclusivité de la violence. Pour ce qui est de la guerre, le public aura eu raison du privé.

57La vieille aristocratie n’est plus à même de mener des politiques personnelles de prestige : frères, neveux et clients désertent l’ost de l’aîné. Le lignage monolithique de la noblesse éclate. Des branches collatérales ne puisent plus leur sève d’une souche unique : chaque cadet construit sa propre maison forte et ne daigne guère résider dans le château du chef de la famille. Les patrimoines se morcellent. Face aux lignages désunis le comte n’a pas de mal à s’imposer. Vers 1200, il triomphe dans les ultimes batailles qui l’opposent aux aristocrates : les Baux, les Fos et les Agout-Simiane enterrent à jamais leurs velléités de révolte.

58L’hostilité que les grands du comté manifestent à la nouvelle dynastie contraste fortement avec la docilité des chevaliers des villes. Le patriciat se soumet d’autant plus volontiers au prince que le renforcement de l’État répond à ses aspirations anciennes. C’est dans les écoles capitulaires que ses enfants apprennent le droit, désirant avec ardeur une paix et une justice dont seul le prince détient la clef. Des liens d’amitié et bientôt de parenté unissent les oligarchies urbaines à des Catalans, des Aragonais et des Montpelliérains venus en Provence apporter un soutien loyal au comte. Ce groupe de fidèles du prince est soudé par la bénédiction d’un clergé réformé qui appuie de sa science les progrès du gouvernement comtal. Forts de cette aide, les comtes de la maison de Barcelone sont victorieux dans leur lutte contre les lignages les plus récalcitrants de la vieille noblesse.

Maîtrise d’un espace

59Tandis que de plus larges catégories de la société provençale le respectent, le prince étend sa domination sur l’ensemble du territoire situé entre le Rhône et la Durance. Ses officiers rendent son autorité présente jusqu’aux points les plus reculés de du comté ; ils pénètrent dans les enclaves que contrôlent les châteaux privés et tentent de déposséder les sires de leurs privilèges anciens ; ils obtiennent davantage de recettes pour la cour comtale. Ces représentants du pouvoir royal obéissent aux ordres d’un gouvernement établi à Aix, qui coordonne leurs mouvements. De nouvelles institutions permettent ce va-et-vient entre le centre et la périphérie. L’État s’affirme ainsi en Provence.

La cour d’Aix : point de départ d’une domination

60Au cours du dernier quart du XIIe siècle, les comtes établissent une véritable capitale à Aix. Sous l’impulsion d’Alphonse Ier, le gouvernement central se développe à l’intérieur des murs du palais que le comte détient dans cette ville. Au sommet de la hiérarchie des pouvoirs, le roi, trop souvent absent, délègue ses attributions à un procureur ou baile de Provence : le dépositaire de cette charge est presque toujours un grand seigneur du Midi – Guilhem de Montpellier, son frère Gui Guerrejat, le comte de Foix – ou un Catalan ou Aragonais aux plus modestes origines – l’évêque de Vic ou Guillem de Bell-Lloc. Son mandat dépasse rarement une période de deux années, eu égard à la trop grande puissance que cette charge lui accorde.

61C’est sans doute pour répartir les attributions extrêmement étendues du procureur de Provence entre plusieurs personnages qu’Alphonse Ier institue, en 1178, un conseil de régence de quatre membres, sans l’accord desquels son jeune frère Raimond Bérenger, devenu comte de Provence par intérim, ne peut prendre aucune décision politique d’importance. Contrairement aux procureurs de Provence, les quatre conseillers connus – l’archevêque d’Aix, Porcel, Guilhem Raimond Gantelme et Blacas – sont des Provençaux. Cette origine géographique des titulaires de ce conseil collégial mérite d’être relevée. Avec le procureur Barral, il s’agit des rares Provençaux à avoir occupé de postes de haute responsabilité dans le gouvernement comtal. Voilà de quoi nuancer la vision idyllique de l’historiographie catalane du début de ce siècle, qui voyait chez les comtes de Barcelone les généreux porte-parole du « pactisme », cédant avec détachement leur pouvoir aux autochtones des régions qu’ils contrôlaient !

62Au XIIe siècle, au fur et à mesure que le pouvoir de juger et de punir échappe aux détenteurs de la seigneurie banale, le système judiciaire de la cour comtale s’affine. À partir de 1179 au moins, un juge mage (major judex) de Provence siège auprès du comte dans son plaid. Quand le roi se trouve dans la péninsule ibérique, il devient l’instance supérieure pour la justice du comté. Garcia de Resa, Guilhem Bernat d’Aix et le Catalan Pons d’Osor, notaire du roi, occupent cette charge du vivant d’Alphonse Ier. Sous le règne personnel d’Alphonse II, cette fonction revient à Gervais de Tilbury. Cet Anglais élevé à Rome, professeur de droit à Bologne, s’est installé à Arles où il fonde une famille. Son protecteur, Otton IV de Brunswick – à qu’il dédia son ouvrage, les Otia imperialia –, lui avait accordé le titre de maréchal du palais impérial : le service de l’empereur ne l’empêchait cependant pas de devenir, en 1207, le juge mage du comte de Provence. La curia du comte, véritable tribunal d’appel, est composée d’autres juges : il s’agit pour la plupart de légistes professionnels – les maîtres et les avocats des chartes – ayant fait leurs études dans les écoles capitulaires. Rares sont les nobles vivant des rentes de leur seigneurie ancestrale qui siègent au plaid comtal. Dès la fin du XIIe siècle, la cour d’Aix présente un caractère ministériel indéniable.

63Un autre des signes de ce progrès est l’apparition d’une chancellerie spécifiquement provençale à partir des années 1170. Jusqu’alors le système d’expédition des actes était des plus rudimentaires : le clerc qui se déplaçait dans le cortège du comte de Barcelone dressait et scellait ses chartes pour la Provence. Avec le développement des bureaux de la cour aixoise, un notaire, aidé d’un ou deux scribes qui lui sont subordonnés pour la confection matérielle des documents, réside en permanence dans le comté. En 1202, il prend le titre de chancelier (cancellarius). Dès lors, son activité ne cesse de s’accroître. L’augmentation du nombre d’actes émanés de la chancellerie témoigne du développement d’un gouvernement bureaucratique au détriment des seigneurs locaux.

64Plus fort que jamais à l’égard des sires, le prince peut se passer des institutions féodo-vassaliques et du caractère contractuel qu’elles impliquent pour imposer de façon unilatérale les contraintes de sa domination. Contrairement aux méthodes employées entre Loire et Seine, sous les comtes de la maison de Barcelone, « on est loin d’une utilisation consciente de la pyramide féodale pour contrôler les seigneurs » (Gérard Giordanengo). Dans leurs actes, les manifestations du droit féodal sont marginales. En vue de faire reconnaître leur pouvoir, Raimond Bérenger III et son fils ont recours seulement à deux reprises à des serments collectifs de fidélité : d’après le teneur de ces serments, prêtés en 1113 et 1147, les fidèles ne s’engagent guère qu’à ne point nuire au comte. À quelques exceptions près, les rares textes d’hommage pour un bien, qui nous soient parvenus pour la première moitié du XIIe siècle, ne concernent que des fiefs de reprise : il s’agit là des seigneuries hommagées pour la première fois. Alphonse Ier suit la même politique que ses prédécesseurs et n’encourage guère les institutions de type féodal. Pour le Catalan, le lien personnel, issu du serment de fidélité, prime sur le lien réel ou féodal, qui devrait découler de l’attribution d’un fief. Son « a-féodalisme » (Gérard Giordanengo) est d’autant plus étonnant qu’il provient d’une principauté où les relations féodo-vassaliques régissent en grande partie les rapports entre le roi et l’aristocratie : c’est sur la notion romanisante d’empire et sur l’idéologie du mouvement de paix qu’il entend bâtir l’État en Provence.

65Sous le règne d’Alphonse Ier, le gouvernement central connaît un renforcement sans précédent, « l’apogée d’un système administratif et social » (Raoul Busquet). Le procureur du comté, le conseil de régence, le juge mage, le chancelier… : ce sont là autant d’institutions qui se mettent en place à la fin du XIIe siècle. Elles ne sauraient être efficaces sans l’apport d’un personnel politique préparé aux tâches ardues de l’administration. Or, chevaliers et gens d’Église, anciens élèves des écoles cathédrales, fréquentent à cette date la cour du comte. Au service du prince, ils prennent de nombreuses décisions qui sont de mieux en mieux répercutées dans l’ensemble de l’espace provençal ; ils rendent justice dans des litiges qui ne se résolvent plus par la force des armes. Un demi-siècle avant l’arrivée des Angevins et l’éclatement de la cour comtale en de multiples bureaux, le gouvernement central fait preuve de modernité en Provence.

L’administration locale : relais du pouvoir comtal

66Le gouvernement central tire l’essentiel de ses recettes du domaine propre du comte, des terres dont il garde la pleine disposition en dépit des convoitises aristocratiques : ces seigneuries, éparpillées dans l’espace provençal, fournissent argent et nourriture au roi et à son cortège à une époque où la fiscalité est encore trop étroitement liée à ses origines domaniales. Mais plus qu’économique leur rôle est symbolique. Aux confins des châtellenies indépendantes, ces terres appartiennent de plein droit au comte ; les couleurs des bannières qui bâtent au vent au sommet d’une tour archaïque manifestent aux grands que le prince n’est pas loin.

67Le domaine propre est vraiment le point à partir duquel le pouvoir du comte s’affirme à l’échelon local. C’est aux bailes domaniaux, responsables de la gestion des seigneuries du prince, que revient le mérite d’avoir détourné au profit de l’État une partie de la rente qui aboutissait jadis dans l’escarcelle des sires châtelains. À l’origine, ces personnages étaient de simples intendants d’une propriété foncière du comte ; leurs attributions ne dépassaient guère le cadre domestique : ils géraient ses exploitations agricoles, encaissaient les redevances sur ses tenanciers ou assuraient le ravitaillement de sa suite au cours de ses haltes dans la seigneurie dont ils avaient la responsabilité ; ces intendants étaient peut-être rémunérés au prorata des cens qu’ils percevaient, comme leurs homologues catalans que Thomas N. Bisson a pu étudier à l’aide d’une documentation abondante.

Fig. 11 – Le domaine propre du comte de Provence au XIIe siècle source : M. Aurell, « L’expansion », op. cit., p. 191

68Or, tout au long du XIIe siècle, les attributions des bailes locaux ne cessent d’augmenter. Sous Alphonse Ier, ils ne sont plus les modestes gérants d’un domaine : ils apparaissent désormais comme des officiers de police, des juges locaux et des agents fiscaux. Quittant le cadre restreint de la seigneurie qu’ils administrent, ils étendent leur autorité jusqu’aux châtellenies voisines, où ils dépossèdent les grands du pouvoir de ban. Au nom du « mère empire » réservé au comte, ils jugent tous les paysans accusés d’un crime ayant entraîné effusion de sang, même si ces hommes se trouvent sous la juridiction d’autres seigneurs. C’est de leur propre gré que d’autres paysans se rendront au tribunal du baile, car ils savent que sa justice est plus impartiale et moins rigoureuse que celle des sires. Les bailes perçoivent ainsi davantage d’amendes, le plus lucratif des droits d’un seigneur au XIIe siècle. Élargissant leur rayon d’action à partir d’un domaine initial, ces intendants posent les bases de la baillie (bajulia), véritable circonscription administrative mentionnée pour la première fois dans un texte de 1209. Dans ce nouveau cadre, ils récupèrent au profit du comte des taxes aux dépens de la noblesse.

69Parmi les redevances que les sires ont dérobées au prince, se trouve l’albergue (alberga, hospitium). Au XIIe siècle, le comte retrouve l’exclusivité de l’exercice de ce droit de gîte, dont il exige, contrairement à ses anciens détenteurs, le versement en espèces : en 1150, victorieux de la guerre contre les Baux, Raimond Bérenger IV demande dix mille cinq cents sous aux membres de cette maison pour les albergues dont ils ont joui de façon illégale pendant dix ans. Récupérer les cavalcades (cavalcata, ostis) devient également un procédé par le biais duquel le Barcelonais s’introduit au cœur même de la seigneurie banale ; ce service oblige chaque année les grands et les communes à fournir une aide coûteuse en hommes armés au comte ; les seigneurs et leurs chevaliers sont ainsi encadrés dans l’ost comtal où ils perdent, bon gré mal gré, leurs velléités de révolte. De même, en tentant de se réserver une partie de la justice seigneuriale, le comte s’attaque de front à ceux dont les ancêtres usurpèrent le ban. Albergue, cavalcade et justice apparaissent comme des droits régaliens qu’aucun grand ne saurait percevoir à son profit ni refuser au prince sans commettre un crime de lèse-majesté.

70Contrairement aux précédents, l’intérêt d’autres services est plus pécuniaire que politique. C’est le cas, dans une période d’essor commercial, de nombreux droits des comtes de Provence sur les marchés (leuda), les péages (pedaticum), les bacs sur les rivières (passagium), l’ancrage des navires (ribaticum) ou leurs épaves (naufragium). Mais il n’en reste pas moins qu’encore vers 1200 ils partagent le produit de ces taxes avec les coseigneurs des villes. Il en va de même avec la monnaie sur laquelle le contrôle du prince est faible : l’atelier de l’archevêque d’Arles est sans doute le plus important du comté et, en 1173, Alphonse Ier doit inféoder le droit de frapper de la monnaie en Provence au banquier montpelliérain Guilhem Adalguer. L’exploitation des salins, enjeu économique des guerres baussenques, devait en revanche apporter des bénéfices considérables à la cour princière. La lettre que Ramon de Molnells adressa vers 1150 à Raimond Bérenger IV témoigne des visées que les Catalans avaient sur ce produit, dont ils essayèrent d’instaurer le monopole comtal bien avant l’apparition de la gabelle angevine :

À Raimond Bérenger, comte de Barcelone, roi d’Aragon, Ramon de Molnells, salut.
Sachez que l’entrepôt de sel de Tarascon est très mal en point à cause de l’entrepôt de sel qui se fait à Berre et à Salon et en d’autres lieux de votre terre. Commandez donc, s’il vous plaît, que personne n’ait le droit d’entreposer et acheter d’autre sel que le vôtre, à Tarascon, et commandez de même par ordre exprès que personne n’ait le droit de transporter du sel par mer à Montpellier, si ce n’est le vôtre. De la sorte votre entrepôt de sel de Montpellier se portera bien, sinon il ne vaudrait pas grand chose. Jusqu’à ce jour j’ai réquisitionné en totalité le sel de nos ennemis, et cela couvre pour un tiers les frais payés pour celui de nos amis. Mais maintenant les nouveaux consuls font opposition contre vous sur ce point et travaillent à vous dépouiller et ils s’apprêtent à vous adresser une protestation comme quoi il y aurait des juifs dans le consulat. Mais vous, répondez-leur avec prudence et ne tenez absolument pas compte de ce qu’ils vous diront. Si, en effet, vous marchiez dans leur sens, c’est votre entrepôt qui serait perdu et avec lui tout ce que vous gagnez sur le sel. Jamais les dépenses que vous serez amené à faire en Provence ne viendront à égalité avec ce que le sel vous fera gagner. Jeudi dernier de juillet toute votre avoine a été liquidée. Sur tous ces problèmes, envoyez-moi rapidement votre décision par lettres ouvertes.
Trad. É. Baratier, Documents, op. cit., p. 135.

71Plus exceptionnelles sont les amendes perçues sur les sires ou les villes rebelles, qui renflouent d’un seul coup les coffres du comte. De même, les prêts que des prélats et des chevaliers urbains accordent aux Catalans permettent de couvrir les frais des campagnes militaires. Toutefois, des emprunts contractés auprès des banquiers montpelliérains incitent à penser que ni l’exploitation du domaine propre des comtes ni la perception des redevances provençales ne suffisent à équilibrer le budget d’une domination, que des guerres persistantes rendent déficitaire. Seul l’or des tributs versés par les roitelets d’al-Andalus au comte de Barcelone permet de faire face aux dépenses qu’entraîne l’expansion catalane en Provence.

72Ces subsides étaient indispensables pour faire pencher la balance des pouvoirs en faveur de la nouvelle dynastie. Le combat que les bailes menaient contre les sires à l’échelle de la seigneurie banale était onéreux : si ces officiers voulaient l’emporter dans un bras de fer dont dépendait le succès de la politique de leur maître, il leur fallait l’appui d’un ost assez bien fourni pour plier par la force la volonté des aristocrates récalcitrants. Le démantèlement des châtellenies indépendantes passait par la constitution d’une armée comtale et par l’installation de garnisons fidèles auprès des bailes, entêtés à réclamer des droits d’origine régalienne. L’appui des osts de la chevalerie urbaine ferait le reste. Vers 1200, cette lutte de longue haleine a porté ses fruits : la fiscalité du baile commence à se substituer au prélèvement du sire. Mais la condition paysanne a-t-elle pour autant connu une amélioration considérable ?

La carte des pouvoirs : géographie de l’emprise princière

73L’élargissement du rayon d’action du comte, qui part de la cour aixoise pour aboutir à la seigneurie banale, ne se fait pas de façon uniforme. En Provence, la carte des pouvoirs présente une diversité remarquable : des régions qui acceptent avec docilité l’autorité des Catalans contrastent fortement avec des zones hostiles à tout accroissement de la puissance princière.

74En 1112, le pouvoir comtal ne semble guère respecté que dans la vallée du Rhône. Arles devient ainsi le point de départ de la reprise en main de tout le comté. Lors de leurs séjours en Provence, les Barcelonais y résident dans le palais de la Trouille, construit peut-être à l’emplacement des thermes de Constantin. Ils détiennent en outre des droits très étendus sur le commerce rhodanien, dans cette ville, et de nombreux domaines, dans son arrière-pays. Sur la rive droite du Rhône, le quartier de Trinquetaille, dont les Baux possèdent le château, n’échappe plus à leur contrôle après l’écrasement de cette famille vers 1150. Enfin, tandis que les comtes poursuivent leurs luttes en Argence, Camargue et Languedoc contre le comte de Toulouse, la situation stratégique de la cité du delta justifie largement le rôle de « capitale » de Provence qui lui est dévolu jusqu’au dernier quart du XIIe siècle. Cependant, les forces qui se disputent le commandement d’Arles sont trop nombreuses et puissantes pour que le comte songe à s’y établir de façon durable : les luttes entre l’archevêque, les consulats, les Baux et les Porcelet annoncent, sous les premiers comtes de la dynastie barcelonaise, l’âpreté du mouvement communal au cours de la première moitié du XIIIe siècle. Par sa situation politico-militaire, le cas de Tarascon ressemble à celui de la ville du delta : le comte y possède un château attenant au Rhône d’où il surveille Beaucaire, cité toulousaine se dressant de l’autre côté du fleuve. Son pouvoir est mieux implanté à Tarascon, où la chevalerie fait preuve d’une grande fidélité à son égard, que dans la ville proche d’Avignon, dont il partage la seigneurie avec les comtes de Toulouse et de Forcalquier ; l’étude des itinéraires des Barcelonais montre qu’ils se rendent rarement à Avignon. À partir de 1160, le comte de Toulouse – que le troubadour Peire Vidal appelle lo comte d’Avinho – semble d’ailleurs l’emporter dans la lutte d’influence pour le contrôle de la commune de cette cité, rendant particulièrement précaire l’emprise catalane. Sans doute cette victoire de Raimond V a-t-elle été favorisée par le départ des Barcelonais, délaissant progressivement les centres urbains du Bas-Rhône pour d’autres cités plus orientales.

75Après 1178, Aix devient la ville de choix de l’administration comtale. Les princes y font dresser une vingtaine d’actes entre cette date et la fin du XIIe siècle, alors que seulement une douzaine a été émise dans l’ensemble des cités rhodaniennes pour la même période. Les raisons de cette option sont multiples : Aix se trouve, d’une part, au centre du domaine propre du comte, dont les seigneuries s’étendent principalement dans les vallées de l’Arc et de l’Argens : les biens des Brussans-Palliol, situés à l’intérieur de cette ville et dans son plat-pays, viennent grossir le domaine comtal autour de 1150 ; d’autre part, dans cette cité moyenne et tranquille, étrangère aux déchirements qu’Arles connaît à la même époque, le prince trouve le cadre idéal pour diriger sa politique d’expansion vers la Provence orientale, tandis que s’estompent les luttes sur les frontières languedociennes et que sa présence dans le Bas-Rhône n’est plus indispensable. La position géographique d’Aix, au carrefour des axes routiers les plus névralgiques du comté, est centrale : son péage rapporte chaque année plus de deux mille sous à Alphonse Ier. Enfin, sa situation convient parfaitement aux desseins politiques des Catalans, qui tentent de pacifier les nobles alpins et de neutraliser les métropoles littorales.

Fig. 12 – Les « capitales » de la Provence sous Alphonse Ier source : M. Aurell, « L’expansion », op. cit., p. 184

76La proximité d’Aix et de Marseille permet à Alphonse Ier et à ses frères de surveiller le patriciat de la ville phocéenne, enrichi par un commerce florissant et hostile à toute mainmise comtale. La commune de Marseille, qui regroupe bon nombre de marchands et artisans dans le cadre institutionnel d’une confrérie du Saint-Esprit, parvient à acheter la ville basse et son port aux vicomtes ; elle grignote également quelques droits à l’évêque sur la ville haute. Les Marseillais font preuve d’esprit d’indépendance à l’égard du comte de Provence, comme le prouve l’échec de son armée devant l’enceinte de leur ville en 1193. Hors du rayon du prince, Marseille n’est pas la Provence.

77Une autre ville portuaire, Nice, mériterait des remarques semblables. Raimond Bérenger y perd la vie sous ses murs en 1166, au cours de l’une des multiples campagnes menées par les comtes de la maison de Barcelone pour la soumettre. Le désir d’autonomie de Nice à l’égard du pouvoir arlésien ou aixois est d’autant plus grand qu’elle se trouve dans la sphère d’influence de Gênes : la tentation ligure se concrétise dans le choix d’une forme de consulat dont les institutions reflètent celles des cités du nord de l’Italie. Cela n’a rien d’étonnant puisque la flotte génoise dominait commercialement et militairement la côte orientale de la Provence. Concurrente de Nice, Grasse fait preuve de plus de docilité vis-à-vis du comte, auprès duquel elle cherche à fuir l’emprise niçoise. L’évêque d’Antibes, dont le siège a été transféré dans cette ville dès 1128, et le consulat comptent en outre sur l’appui du prince pour contrecarrer l’influence des vicomtes de Grasse dans leur cité. Les comtes de la maison de Barcelone trouvent ainsi dans Grasse le point de départ de leurs actions pour étendre leur domination dans l’aire orientale de leur principauté.

78Les hommes du Catalan partent en effet de Grasse ou retournent là, à l’occasion de leurs raids contre les sires des Préalpes. L’accès à ce pays, écarté des grands axes routiers de la Provence rhodanienne et moyenne, est difficile : ses montagnes, ses escarpements, ses chemins tortueux constituent autant d’éléments qui s’interposent entre les seigneurs locaux et l’ost barcelonais. Au fil d’une documentation discontinue, nous entrevoyons quelques temps forts de la révolte nobiliaire dans cette région : autour de 1126, Guilhem de Moustiers, sa femme et ses enfants disputent les villages de Saint-Jurs, Aiguines et Les Salles aux fidèles de Raimond Bérenger III ; en 1147, une campagne militaire mène le comte de Barcelone et ses troupes jusqu’à Digne et à Seyne ; en 1189, Boniface de Castellane tient tête aux agents du comte ; l’année suivante, Uc de Montréal s’engage à rendre Rougon à Alphonse Ier, à la suite d’une guerre menée contre ses représentants ; en 1195, Blacasset d’Aups s’attaque au domaine comtal, aux chemins et aux établissements religieux de la région. Ces quelques épisodes suffisent à montrer que la pénétration catalane dans le nord-est provençal est loin d’être complète encore à la fin du XIIe siècle. Ce pays rappelle la frange côtière du comté, placée sous l’emprise génoise.

79Il ne paraît donc pas hasardeux d’affirmer que, face au pouvoir comtal, il existe deux Provence. Une Provence rhodanienne, fortement urbanisée, joue le rôle de pays docile à la pénétration catalane, surtout à compter de 1150, alors que la puissance des Baux s’efface. Une Provence orientale fait, en revanche, figure de région hostile et insoumise. Cependant, le développement du réseau routier, conséquence du nouveau dynamisme que retrouvent les échanges commerciaux, et la croissance de certaines villes-relais qui, comme Aix et Grasse, appuient la politique comtale, servent les intérêts de la maison de Barcelone dans son expansion vers l’est provençal.

80Là où leurs prédécesseurs avaient échoué, les comtes de la maison de Barcelone réussirent : dans une atmosphère hostile – aux prises avec la réaction nobiliaire à l’intérieur du comté et avec le comte de Toulouse sur ses frontières –, ils parvinrent à instaurer leur domination en Provence. Tandis qu’ils développaient de nouveaux organes de gouvernement, ils jetèrent les fondements d’un appareil étatique qui atteignit son apogée sous l’administration angevine. Pour parvenir à leurs fins, ils n’hésitèrent pas à faire appel à des chevaliers catalans et aragonais qui accaparèrent les postes du gouvernement central et local du comté. Collaborèrent aussi à l’installation de la nouvelle dynastie en Provence quelques personnages issus pour la plupart du patriciat urbain, récemment enrichi dans les villes du Bas-Rhône, et des ecclésiastiques conscients que la restauration de l’ordre politique faciliterait le succès total de la réforme grégorienne. À la fin du XIIe siècle, les Catalans parvinrent à donner une assise solide à leur expansion dans le comté : leur victoire intervint aux dépens de certaines couches de la société provençale, parmi lesquelles se trouvait l’ancienne aristocratie déchue et sa clientèle.

81L’affirmation de la puissance du prince dans la pratique du pouvoir s’accompagne d’un important effort de propagande. Cela ressort tout spécialement sous le règne d’Alphonse Ier, dont la cour devient un centre de diffusion d’idées aptes à faire croire au bien-fondé de ses prérogatives régaliennes par le plus grand nombre. Son père Raimond Bérenger IV s’intitulait comte de Barcelone et prince d’Aragon : à l’instar de ses prédécesseurs, il choisissait, pour figurer sur ses sceaux, la représentation équestre, qui symbolisait la fonction comtale. Or, c’est en roi qu’Alphonse Ier, héritier du royaume d’Aragon par sa mère, aime à paraître. À l’avers de ses sceaux, il est représenté en majesté, assis et couronné ; il lève une épée nue de la main droite, de la gauche, une fleur de lys. Le royal émis dans l’atelier monétaire de Marseille à partir de 1186 porte l’inscription « roi d’Aragon » et l’image de sa tête couronnée ; au revers se trouve une croix et la mention Provincia. Aussi bien la numismatique que la sigillographie témoignent de la volonté d’Alphonse Ier de mettre l’accent sur sa fonction royale.

Fig. 13 – Sceaux de Raimond Bérenger IV et d’Alphonse Ier. Le royal « coronat » dessins de L. Blancard, Iconographie, op. cit. ; et de H. Rolland, Monnaies, op. cit.

82Pour imposer son image de marque, le roi attire en outre les meilleurs troubadours de sa génération à la cour d’Aix : Peire Vidal, Folquet de Marseille, Giraut de Bornelh et Raimbaut de Vaqueiras s’y rendent volontiers. Dans leurs compositions, ils présentent Alphonse Ier comme roi-troubadour, mécène généreux, pratiquant la largesse, vaillant au combat et courtois envers les dames ; le monarque incarne, en somme, l’ensemble des valeurs chevaleresques. Ces chansons seront par la suite interprétées par des jongleurs, écoutées par des foules rassemblées autour d’eux et transmises de bouche à oreille par tous ceux qui en auront retenu la mélodie et les paroles ; elles véhiculeront une image extrêmement positive du comte-roi de Barcelone. Faisant de la propagande avant la lettre, les princes catalans n’ont pas seulement réussi à établir leur autorité dans la société et l’espace du comté : ils sont même parvenus à triompher dans l’esprit des Provençaux.

Table des illustrations

Légende Fig. 7 – Tableau de filiation des comtes de Provence de la maison de Barcelone
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 8 – Tableau de filiation des comtes de Forcalquier aux XIIe-XIIIe siècles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 9 – Le cloître de Saint-Trophime d’Arles © photo de J.-M. Devevey
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende Fig. 10 – Le tombeau d’Alphonse II et de Raimond Bérenger V à Saint-Jean d’Aix dessin d’A.-L. Millin, Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, 1807, p. XLI ; © photo de Bernard Terlay
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Fig. 11 – Le domaine propre du comte de Provence au XIIe siècle source : M. Aurell, « L’expansion », op. cit., p. 191
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 12 – Les « capitales » de la Provence sous Alphonse Ier source : M. Aurell, « L’expansion », op. cit., p. 184
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 13 – Sceaux de Raimond Bérenger IV et d’Alphonse Ier. Le royal « coronat » dessins de L. Blancard, Iconographie, op. cit. ; et de H. Rolland, Monnaies, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6305/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540