Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Première partie : 972 - 1245. Genèse de la Provence comtale

Chapitre 1. Le temps des sires 972-1112

Heurs et malheurs du pouvoir comtal

Texte intégral

1À la fin du Xe siècle, la Provence s’éveille d’une longue nuit documentaire. Jusqu’alors seuls quelques diplômes émanant de la lointaine chancellerie carolingienne, un inventaire sur les biens de l’Église de Marseille et les mentions éparses des annales du nord de la France et du Piémont jettent de pâles lueurs sur l’ancienne Provincia. Mais à l’approche de l’an mille, une activité d’écriture autochtone éclaire d’un jour nouveau la société : des clercs mieux formés retrouvent le goût pour la rédaction et le droit ; environ mille cinq cents actes subsistent du travail qu’ils ont fourni au XIe siècle. La plupart de ces documents sont de brèves donations rédigées au présent. Parfois cependant nos scribes élaborent ces chartes longtemps après les transactions, composent des notices sur les événements qui avaient accompagné le contrat et font ainsi de l’histoire sans le savoir. Ils aiment aussi à écrire la vie des personnages morts en odeur de sainteté qu’ils ont eu la grâce de coudoyer. Donations, notices et sources hagiographiques dissipent désormais quelques-unes des ombres qui cachaient tout un pan du passé des régions méridionales.

2Le clair-obscur subsiste toutefois. La majorité de ces documents proviennent des fonds monastiques. Ils ont été couchés par écrit dans la silencieuse clôture de Saint-Victor de Marseille, de Saint-Honorat de Lérins ou de Saint-Pierre de Montmajour pour faire valoir des droits sur des possessions souvent contestées. Le clergé séculier s’est plus modestement attelé à cette tâche d’écriture : quelques chanoines, officiant notamment dans les chapitres cathédraux d’Arles et d’Apt, ont dressé des actes afin de rassembler une mense capitulaire et de vivre la règle canoniale de façon plus stricte. Au prisme déformant qu’entraîne inévitablement l’origine cléricale de ces sources, ajoutons une seconde déficience : peu de ces chartes ont résisté au passage du temps sur des parchemins, leur support originel ; elles nous sont pour la plupart parvenues dans les cartulaires compilés aux XIIe et XIIIe siècles et nul copiste ne saurait être à l’abri d’une erreur, plus ou moins consciente, dans son travail de transcription. Ainsi, seule la voix tardive du moine ou du chanoine nous est connue, alors que nous aurions tant aimé entendre l’aristocrate ou le paysan sans intermédiaire, ni interprète ni traducteur !

3En dépit de ces imperfections, les sources permettent de pénétrer un monde en pleine mutation. Autour des années 972-1018, une dynastie comtale s’impose et crée une principauté autonome – que les historiens modernes appellent la marche ou le marquisat de Provence – dégagée de l’emprise du roi de Bourgogne. Passant de la royauté burgonde aux comtes d’Arles et d’Avignon, la puissance régalienne descend d’un cran dans la hiérarchie des pouvoirs : à partir des années vingt du XIe siècle, elle poursuit sa chute inéluctable pour devenir l’apanage d’une aristocratie en révolte. Après cette date, la potestas que les sires ont dérobée au marquis s’exerce, de façon plus violente que jamais, à l’échelle de la châtellenie indépendante. Seule l’Église, détentrice du monopole de l’écriture, échappe au naufrage dans lequel coulent les anciennes institutions. Engagée dans la réforme grégorienne et le mouvement de paix, ses ressources spirituelles sont grandes. Au cours du XIe siècle, la Provence quitte un monde issu de l’empire romain et de la royauté franque, une civilisation aux réminiscences latines et aux apports bourguignons ; elle s’affirme en tant que principauté indépendante, connaît la montée et la fixation de son aristocratie et assiste à la réorganisation de ses structures ecclésiastiques.

Marche de Provence et stabilité institutionnelle 972-1018

4Depuis la fin du IXe siècle, des aventuriers musulmans d’al-Andalus s’étaient établis sur le littoral de la Provence orientale, qu’ils pillaient jusqu’aux cols alpins. Au cours des âges, le souvenir des ondes de panique qu’ils déclenchaient par leurs raids fut entretenu, voire amplifié : les scribes monastiques du XIe siècle n’hésitaient pas à noircir le tableau des déprédations des « Agaréniens » dans les préambules de leurs chartes, tandis que les auteurs hagiographiques insistaient sur leur méchanceté, que seuls les saints dont ils relataient les exploits étaient capables d’atténuer. Les historiens de l’époque moderne reprenaient cette tradition historiographique, qui perdure sous la plume des érudits du début du XXe siècle ; ils mettaient sur le compte de ces étrangers tous les malheurs du « siècle de fer » provençal et s’en prenaient aux « Sarrasins, dont l’œuvre de désorganisation, sinon de destruction, avait été complète ». De nos jours encore, les thuriféraires de la xénophobie tiennent tristement ce langage dans leurs discours politiques.

5Pourtant, les recherches les plus récentes montrent que le triomphe de ces Andalous, points d’ancrage de notre mémoire collective et partenaires exotiques de notre folklore, a été bien plus éclatant dans l’imaginaire que dans le réel. Elles nous apprennent que leur longue implantation dans le massif des Maures ne saurait s’expliquer sans la connivence des élites autochtones. Ces arabes, berbères ou muwallads sont alors à la solde de Bourguignons ou de légitimistes dont les luttes, décrites par Liutprand de Crémone, déterminent la tonalité politique de la première moitié du Xe siècle. Les véritables responsables de la déstabilisation d’un équilibre ancien ne sont pas tant les pirates du Fraxinetum, pratiquant une razzia bien innocente en l’occurrence, que les hordes des guerriers francs déferlant la vallée du Rhône et se disputant de façon impitoyable les charges publiques de la partie méridionale de leur royaume. Les Sarrasins sont beaucoup plus les révélateurs que les catalyseurs de la crise interne de la société provençale aux heures les plus sombres de la dislocation de l’empire carolingien.

6En juillet 972, loin de leur base du Fraxinetum, ils capturent Maïeul, abbé de Cluny, à Orsières (Valais) et le libèrent après avoir perçu une lourde rançon. Ce discret coup de main réussi est vite transformé en action d’éclat ravageuse mettant tout l’Occident en émoi. Quelques semaines plus tard, Roubaud II (965-1008), comte d’Arles au nom du roi de Bourgogne, et son frère Guilhem II (970-993), comte d’Avignon, dit « le Libérateur », forts de l’aide d’Ardouin, comte de Turin, expulsent définitivement les Andalous de leurs réduits fortifiés. Des sources tardives, comme la Chronique de la Novalaise et la Vie de Saint Bobon, nous donnent un récit très romancé de cet événement : c’est la trahison d’un musulman, en désaccord avec son chef au sujet d’une femme, qui rend possible le succès des assaillants de la forteresse. Il n’empêche que le mérite de cette victoire revient, pour la plupart, à la dynastie comtale autochtone qui sait tirer profit d’un contexte politique favorable : n’ayant plus à mater un clan bourguignon dispersé et ravagé par l’extinction et l’exil de ses familles, les nouveaux princes peuvent enfin résoudre le problème des bandes du Fraxinetum. Ils consacrent, en outre, leurs efforts à pacifier la Provence et parviennent à rétablir un certain ordre. Au lendemain des guerres bourguignonnes et à la veille de la révolte des grands, la marche connaît, sous leur gouvernement, une parenthèse pacifique, un demi-siècle de stabilité institutionnelle, qui détermine son évolution politique et sociale ultérieure.

Naissance d’une maison marquisale

7En 972, la famille de Roubaud II et de Guilhem II occupe des charges comtales de fraîche date. Leur grand-père, Roubaud, est le premier de la dynastie à porter le titre de comte, sans doute à la tête d’une des grandes cités de la Provence rhodanienne. Il participe en 901 à la désastreuse expédition à la suite de laquelle son seigneur, Louis, roi de Vienne, sera aveuglé. Jean-Pierre Poly a résolu de façon convaincante le problème de ses racines et démontré ses origines provençales ou peut-être septimanes : les rois de Bourgogne placent d’autant plus aisément leur confiance dans ce personnage qu’il appartient à une famille de second rang, étrangère à l’aristocratie d’empire qui bat en brèche leur domination au sud de la Durance.

8Les deux enfants de Roubaud Ier, Boson (942-966) et Guilhem Ier (962), deviennent respectivement comtes d’Arles et d’Avignon. Il en va de même à la troisième génération, celle des conquérants du Freinet : Roubaud II, l’aîné de Boson, est nommé comte d’Arles et Guilhem II, son frère cadet, comte d’Avignon. L’hérédité s’instaure de la sorte dans les plus prestigieux et prospères pagi provençaux, épargnés des dévastations que connaissent les provinces ecclésiastiques d’Aix et d’Embrun ; c’est dans une sorte de cogouvernement que les deux frères dirigent en indivis ces deux comtés rhodaniens. La victoire sur les Sarrasins renforce d’ailleurs l’autorité des comtes d’Arles et d’Avignon. Preuve en est le changement radical qui intervient dans la titulature des actes du cadet : en 972, Guilhem II apparaît pour la première fois avec le titre de « comte de Provence » ; en 979, il est appelé « marquis de la Provence arlésienne » ; en 991, « prince de toute la Provence ». L’octroi de ces titres accorde une légitimité au pouvoir que Guilhem et son frère – seuls représentants du roi de Bourgogne dans une principauté où les sièges comtaux sont pour la plupart vacants – exercent largement dans la pratique. Unifiant toutes les cités provençales sous sa juridiction, Guilhem II renoue avec une tradition qui le rend « l’héritier institutionnel de l’ancien représentant du pouvoir impérial, le recteur patrice de Provence » (Jean-Pierre Poly), disparu dans le marasme des invasions austrasiennes au début du VIIIe siècle. Le rayonnement de sa politique matrimoniale traduit le prestige dont il jouit en Occident : sa femme, Adélaïde d’Anjou, avait jadis épousé le comte de Toulouse et Louis V, dernier roi de France de la dynastie carolingienne ; sa fille Constance est mariée au capétien Robert le Pieux (996-1031). À la veille de l’an mille, la puissance des descendants de Roubaud atteint son apogée.

Fig. 1 – Tableau de filiation de la famille comtale de Provence des Xe-XIe siècles

9Toute la mise en scène qui accompagne la mort de Guilhem II témoigne de cette domination incontestable. En 993, se sentant mourir dans cette ville d’Avignon dont il a été le comte, il fait appel à Maïeul de Cluny pour qu’il soulage son âme. L’hagiographe du célèbre abbé mentionne la foule qui se rend à la citadelle du Rhône pour approcher le saint : un bac vermoulu qui transporte ces pèlerins sur le fleuve coule, mais la prière de Maïeul suffit à épargner tous les naufragés. Au seuil de l’au-delà, Guilhem prend l’habit de moine ; il restitue Valensole à Cluny ; il offre Sarrians, une villa proche de Carpentras, au monastère bourguignon ; c’est dans un prieuré qu’on y construit qu’il désire être enseveli. Entouré par la multitude de ses sujets, consolé par l’une des plus grandes personnalités de l’an mille, c’est en prince que le marquis de Provence passe de vie à trépas.

10L’affirmation du pouvoir et du prestige de Guilhem II et de son frère Roubaud II ne saurait s’expliquer sans le concours du roi dont la protection a permis à leur famille de s’imposer. Depuis 933, la Provence dépend à nouveau du royaume de Bourgogne, gouverné pendant une longue période de cinquante-six années, par Conrad de Jurane (937-993), protégé de l’empereur Otton Ier. L’action de Conrad en Provence est constante jusqu’aux années 970, quand il s’en détourne pour porter son attention vers la Germanie et la France, intervenant dans les successions d’Otton Ier et de Lothaire : c’est la raison pour laquelle il est le grand absent sur le théâtre des opérations militaires du Fraxinetum. La preuve de l’intérêt qu’il portait jusqu’alors aux affaires provençales se trouve dans les quelques épaves échappées au naufrage documentaire du Xe siècle : ses diplômes montrent qu’il contrôle l’attribution des terres du fisc royal et qu’il intervient dans les élections épiscopales de la partie méridionale de son royaume. Dans les premières années du règne de Conrad, la proximité du roi explique en partie la rapide émergence de la famille des comtes de Provence.

Fig. 2 – Carte de la Provence vers l’an mille.

11À l’instar de ses supérieurs, les auxiliaires du marquis servent considérablement ses intérêts. Comme son père Boson, Guilhem II se fait conseiller par un vicomte qui l’accompagne dans ses déplacements : dès 977, ce dernier est Guihem, probablement le fils du comte de Marseille Arlulf. Il s’appuie, en outre, sur le groupe fort nourri des juges de sa suite. Une notice de Montmajour relate le périple de Riculf, évêque de Fréjus, voyageant à Manosque en 991, puis à Arles pour implorer la justice princière et être remis dans la possession des anciens domaines de son Église : Guilhem II, après avoir demandé conseil à son épouse Adélaïde et aux juges Adelbert et Adelelme, accède à sa pétition et lui accorde de surplus la moitié de Fréjus et le village du Puget. L’originalité du nouveau système judiciaire réside dans la disparition des plaids qui rassemblaient les « bons hommes » ou notables de chaque ville, remplacés par le jugement expéditif du comte et son entourage. Désormais, le prince est seul juge avec ses compagnons d’armes.

12À première vue, les successeurs de Roubaud ont pleinement triomphé en Provence. Dès le milieu du Xe siècle, leurs décisions sont largement respectées. De plus en plus, d’ailleurs, les liens avec les rois de Bourgogne se relâchent, ce qui avantage en apparence Guilhem II et ses héritiers exerçant un pouvoir princier sans partage : dès la prise du Fraxinetum, Conrad néglige la Provence et son fils Rodolphe III (993- 1032), que les historiens désignent avec le sobriquet de « Fainéant », n’intervient guère dans une principauté où il perd le serment des comtes, les fiscs royaux et l’investiture des prélats. Mais la jeune dynastie autochtone avait-elle les moyens de gouverner la Provence sans l’aide des rois de Bourgogne ? La suite montrera que le succès de cette famille comtale à la montée spectaculaire est des plus éphémères. Combattus par leurs propres lieutenants, les descendants de Guilhem II sont incapables de se faire respecter dans la marche de Provence.

Affirmation d’une aristocratie ancienne

13Autour de l’an mille, les grands de Provence ne connaissent pourtant pas encore de velléités insurrectionnelles. Ils se rassemblent alors volontiers autour du comte, qu’ils accompagnent dans le voyage, chaque printemps recommencé, au cours duquel le prince pacifie ses terres et consomme dans ses domaines le fruit du travail paysan. Quelques vingt magnats, fondateurs par la suite des principaux lignages de Provence, fréquentent l’entourage de Guilhem II et Roubaud II. Les scribes des chartes accolent à leurs prénoms des adjectifs à résonance romaine – honorabilis, illustrissimus – pour bien marquer leur supériorité sociale. Groupe recteur de la société provençale, l’aristocratie fait, entre 972 et 1018, preuve de soumission au prince.

14Ses membres appartiennent à des familles qui conservent des liens avec la Bourgogne de leurs ancêtres. L’exemple de Fouquier, l’un des grands du comté, est, sur ce point, instructif : il fait dresser, en 909, un acte par lequel il constitue un douaire à sa femme Raimonda ; ce document montre la double culture de ce personnage qui, tout en se déclarant de loi romaine, adopte la coutume dotale germanique. L’attachement au monde franc apparaît de même chez ses deux enfants, Éric et Maïeul, futur abbé de Cluny, qui partent en Bourgogne pour échapper aux luttes intestines et aux rezzous andalous. Vers 954, un Lambert, que d’aucuns identifient au fils d’Éric, regagne le domaine provençal de ses ancêtres qu’il trouve fort endommagé et rétréci en raison des guerres qui avaient poussé ses ancêtres à l’exil. Dès lors, Lambert devient l’un des notables de la suite de Guilhem II qui lui permet de reconstituer le patrimoine de ses aïeux. L’histoire de la famille de Marseille est semblable : ses fondateurs avaient des racines bourguignonnes, le comte Arlulf, à qui Conrad avait remis la tour de Trets, étant apparenté au comte Thibert, franc établi à Vienne à la cour de Louis l’Aveugle. Au Xe siècle, les membres de la noblesse provençale descendent ou remontent les vallées du Rhône et de la Saône au gré de la conjoncture politique.

15Est-il donc convenable de marquer de façon trop tranchée, au sein de cette aristocratie, les différences entre les guerriers francs, nouvellement arrivés, et les descendants des vieilles familles sénatoriales gallo-romaines ? Le clivage entre ces deux groupes ethniques a dû exister jadis d’autant plus que chacun d’entre eux obéit à une culture diamétralement opposée : l’une, celle du rite et de la dation des mains ; l’autre, celle de la convenientia, la convention, du contrat et de l’acte écrit. À l’orée du Xe siècle, le choc entre ces deux mondes avait été exacerbé dans le cadre des luttes intestines qui opposaient Bourguignons à autochtones. Encore en 970, un scribe victorin qui rédige la notice d’un plaid tenu devant Guilhem II prend soin de bien définir, parmi les vassi dominici, les fidèles les plus proches du comte, deux groupes : les Romains et les Saliens. Mais cette distinction subtile, cette remémoration du vieux principe de la personnalité de la loi, a désormais l’arrière-goût de la clause de style archaïsante. Aux temps de la prise du Fraxinetum, face au musulman devenu l’ennemi commun plus ou moins mythique, une nouvelle génération oublie les rancœurs anciennes et réalise une fusion définitive.

16Les mariages, entre ces deux groupes ethniques différents, prédisposent à cette acculturation à double sens. L’étude de l’aristocratie provençale témoigne de l’omniprésence des liens du sang par lesquels tous ses membres appartiennent à un seul et même cousinage. Dans un tel système, le rôle de la femme est essentiel : tandis que la balance du régime dotal commence à pencher du côté de la dos ex uxore, les filles à marier deviennent source de richesse pour leurs futurs conjoints.

17L’aristocratie voit récompensé son service au comte par l’octroi de terres. Pourtant, à regarder la vaste superficie de leurs domaines, l’on est surpris par cette soif foncière jamais étanchée : le patrimoine de Maïeul et des siens s’étend sur un axe Apt-Fréjus long de cent cinquante kilomètres ; c’est dans cinq comtés – Apt, Aix, Sisteron, Riez et Fréjus – qu’ils détiennent des villae. À leur tour, les enfants du vicomte de Marseille Arlulf ne se contentent pas des terres, situées autour de Trets, que le roi Conrad a cédées à leur père et ils obtiennent de nouveaux domaines du marquis : en juin 988, Guilhem II et Adélaïde d’Anjou remettent solennellement Saint-Zacharie, dans le comté d’Aix, à Aicard. Il en va de même pour Uc de Blaye, possessionné à Avignon et recevant des biens dans les pagi de Fréjus et de Sisteron des mains du « Libérateur ». C’est alors que finissent de se constituer les patrimoines de la haute aristocratie provençale avec la dualité que l’on sait : au noyau initial de leurs terres autour de l’étang de Berre, les Fos ajoutent un second ensemble patrimonial dans le massif des Maures ; de même les fondateurs de la famille de Châteaurenard conservent des biens dans le comté d’Avignon tandis qu’ils prennent possession, loin vers l’est, de la haute vallée de l’Argens. Les Andalous expulsés du Fraxinetum, les villae sont libres en Provence orientale pour qui voudrait les occuper sous le regard bienveillant du comte.

Fig. 3 – Carte des patrimoines de la vieille aristocratie provençale source : M. Aurell, Une famille, op. cit., p. 83 ; d’après É. Baratier, Enquêtes, op. cit., p. 131

18Dans leur course effrénée à la terre, il n’est pas étonnant que ces sires ambitieux se combattent. L’une de leurs luttes, survenue vers 975, est relatée par le bref de la Cadière, notice rédigée par un moine de Saint-Victor autour de 1020. Le préambule de ce texte mérite d’être rapporté dans son intégralité, telle est la lucidité avec laquelle il analyse les antagonismes qui couvent dans le cousinage nobiliaire : « Lors donc que la gent païenne eût été chassée de ses retranchements, c’est-à-dire du Fraxinetum, et que l’on eût commencé à exploiter et cultiver le terroir de Toulon, chacun prit autant de terres qu’il lui fut possible et ces usurpations n’eurent d’autres bornes que l’audace et la puissance des usurpateurs ». Sur ces entrefaites, poursuit le scribe, le vicomte Guilhem de Marseille et Pons de Fos se disputent les domaines du comté de Toulon. C’est à Guilhem II qu’ils ont finalement recours pour régler ce différend, formulant leur pétition dans ces termes : « Seigneur comte, voici cette terre détachée du lien de la gent païenne : elle a été mise sous ta main par une donation du roi. Nous te demandons de t’y rendre et de mettre des bornes entre les forteresses, les villages et la terre des sanctuaires, comme il revient à ton autorité de tracer les frontières et de distribuer à chacun selon ton bon plaisir ». Donnant suite à leur requête, le comte parcourt le territoire à cheval, demande le nom des monts et des vaux et divise les domaines récemment conquis à sa guise. Cette histoire nous renseigne aussi bien sur l’avidité des grands, engagés dans la lutte pour les villae proches du Fraxinetum, que sur le prestige dont jouit encore le prince, capable de mettre fin aux disputes de ses lieutenants.

Émergence d’une ville cléricale

19Les villes sont alors des haltes obligées dans l’itinéraire du marquis et de ses guerriers. Un réseau urbain très dense, hérité de l’époque gallo-romaine, donne un visage particulier à la marche méridionale du royaume de Bourgogne. Dès la fin du IXe siècle, alors que les raids musulmans ne touchent plus la vallée du Rhône, se cantonnant à l’est du comté, les centres urbains de la Provence occidentale connaissent une certaine croissance. À Arles, seule cité pour laquelle nous disposions d’un net éclairage documentaire grâce à l’Authentique de sa cathédrale, des églises suburbaines sont construites en dehors de l’enceinte qui assurait naguère sa protection. Dans ces nouveaux lieux de culte, des offices sont célébrés pour la population des quartiers extra muros : en 897, Saint-Julien et Saint-Géniès apparaissent pour la première fois dans les textes ; au milieu du Xe siècle, Saint-Pierre de Fabregoule ; enfin, en 972, Saint-Laurent, au cœur du Vieux-Bourg. Il en va de même à Marseille : c’est peut-être aux temps de Guilhem II que voit jour le faubourg de Sauveterre autour du château Babon de la butte Saint- Laurent. Nous sommes moins bien renseignés au sujet de l’évolution topographique d’Avignon qui redevient, en tout état de cause, un centre politique important à l’époque. Au repli succède la détente. Au-delà des vieux remparts, l’expansion des cités s’amorce.

20Jadis ville forteresse, la ville provençale est devenue ville sainte. À l’intérieur de ses murs, la fonction religieuse prend le devant sur les activités militaires à laquelle ses solides enceintes la destinaient au IXe siècle. À Arles, cette situation est renforcée du fait que son archevêque apparaît, entre 965 et 972, en tant que seul métropolitain de Provence : tous les prélats ont été sacrés de ses mains, et ils lui jurent non seulement l’obédience canonique, mais aussi le serment de fidélité. Ailleurs dans la marche renaissent, en même temps que la vie urbaine, des évêchés que les luttes des décennies précédentes ont effacés de la carte. La ruine, l’appauvrissement, la vacance des sièges épiscopaux ont durement touché Venasque, Apt et Sisteron à l’ouest, puis, Toulon, Fréjus, Antibes, Vence et Nice à l’est. Mais à l’approche de l’an mille, sous l’égide des comtes, les Églises sont restaurées. Les listes épiscopales peuvent à nouveau être retracées sans solution de continuité. Les temporels sont reconstitués, comme à Fréjus où l’évêque Riculf récupère les anciens domaines de son diocèse en 991. Les chapitres et les monastères renaissent dans les villes ou près d’elles. L’Église retrouve sa vigueur en milieu urbain.

21L’existence d’un groupe de prêtres chaque jour plus fourni dans les cités intervient pour beaucoup dans leur développement. La consommation de ce secteur tertiaire avant la lettre encourage les échanges commerciaux, l’artisanat et les défrichements nécessaires au ravitaillement d’une population urbaine qui ne cesse de s’accroître. À Arles, il existe un des rares ateliers monétaires de Provence, que contrôle le métropolitain. C’est là que sont frappées les oboles au « I », initiale de l’archevêque Itier (963-985), pour servir aux transactions réalisées dans le marché que renferme l’ancienne enceinte gallo-romaine. Les produits de la terre d’un espace proche et restreint affluent vers ses étals, mais aussi des marchandises d’origine plus lointaine, nécessaires à la liturgie et à la modeste école capitulaire. Quelques artisans travaillent pour la cathédrale et collaborent à la reconstruction des églises. Comme sans doute dans les autres villes rhodaniennes, la communauté juive est bien enracinée à Arles : certains de ses membres gèrent une partie du patrimoine de l’archevêque ; Abamari Ben Astruc, Joseph Bona Fide et Bonume possèdent alors de nombreuses terres dans l’arrière-pays de la cité. Une certaine vitalité caractérise l’économie des villes provençales à la fin du Xe siècle.

22Ces timides manifestations de l’artisanat et du commerce ne devraient toutefois pas nous induire en erreur. Parmi les activités de la population urbaine, c’est l’agriculture qui tient le haut du pavé. Même à l’intérieur des remparts, le tissu urbain est lâche : les maisons comportent souvent un jardin, dont la culture représente un élément d’appoint pour l’économie domestique. Aspect bien plus décisif, autour des villes, le mouvement de défrichement et d’assèchement commence à s’animer. Ici encore, le rôle des prélats, grands propriétaires fonciers, se fait sentir. Les ressources de l’épiscopat provençal sont d’autant plus grandes qu’il dispose du temporel des riches abbayes du haut Moyen Âge. L’inventaire du domaine de l’archevêque Manassès (920-961) montre qu’il s’étend en Argence, Autavès, Camargue et Crau, c’est-à-dire sur la totalité du territoire du diocèse d’Arles ; d’autres sources nous apprennent que ses successeurs détiennent des biens dans des comtés aussi éloignés que Viviers et Apt. Le polyptyque de Wadalde, dressé dans les années 813-814, témoignait déjà de la vaste étendue des domaines de l’Église de Marseille, à cheval sur les pagi de Marseille, Aix, Riez, Senez, Fréjus, Sisteron et Digne ; il faut croire que les évêques de la ville phocéenne récupèrent leurs villae d’antan grâce à la munificence de Guilhem et de Roubaud. Les prélats profitent, d’ailleurs, de la fièvre défricheuse qui agite alors la Provence et distribuent des terres pour qu’elles soient mises en valeur. Les cartulaires d’Arles et d’Apt contiennent ainsi de nombreux contrats par lesquels ils détachent des propriétés de la mense épiscopale au profit de paysans entreprenants. En leur cédant ces friches et ces marais à ferme, les évêques obtiennent des bénéfices considérables.

23Mais la plupart des transferts de terres réalisés par l’épiscopat vont aux grands de Provence. Sires et évêques appartiennent, en effet, au même cousinage qui tient dans ses mains la destinée du comté. Au sein de cette parentèle se recrute la fine fleur du haut clergé, car le marquis distribue les sièges épiscopaux entre les siens comme il partage les domaines récemment conquis ou confisqués. Sous son règne, Pons, évêque de Marseille entre 978 et 1008, est le fils du vicomte Guilhem, celui-là même qui avait reçu des terres à la Cadière ; Gontard, prévôt du chapitre d’Arles, puis évêque de Fréjus vers 950, est remplacé sur ce siège par son neveu Riculf qui cumule dès 990 la charge d’abbé de Montmajour, monastère fondée par sa tante Teucinda. À la génération suivante, les origines sociales des évêques sont identiques : les membres de la maison vicomtale de Marseille occupent l’évêché de la ville phocéenne jusqu’en 1073 ; le fils de Francon de Marignane, le puissant magnat de l’étang de Berre, Pons devient archevêque d’Arles entre 1005 et 1029 ; Pons (1018-1030) et Peire (1030-1040), qui coiffent respectivement la mitre de Nice et de Sisteron, sont peut-être apparentés. Le népotisme est alors de mise, tandis que se constituent de véritables dynasties épiscopales, d’oncle à neveu. Dans un tel contexte, les frontières entre biens d’Église et patrimoines aristocratiques s’effacent.

24Pouvoir épiscopal et pouvoir urbain se confondent à l’époque. Les comtes et les sires de leur entourage fréquentent, certes, les centres urbains, où ils détiennent des pied-à-terre, mais à la vie en ville ils préfèrent les longues chevauchées dans la campagne provençale pour occuper les anciennes villae désertées aux heures troubles de la crise bourguignonne. Ils laissent aux évêques – qui sont leurs fils, cousins ou neveux – le soin de diriger ces cités auxquelles un renouveau réserve une place de choix dans l’échiquier politique provençal. Le haut clergé, trop soumis aux cadres politiques de la marche, ne représente pas encore le contre-pouvoir qu’il devient pour l’aristocratie au lendemain de la réforme « grégorienne ».

25Sans parler pour autant de renaissance de l’État, il semble qu’aux alentours de l’an mille les comtes représentent la puissance publique en Provence. Le cogouvernement des deux fils de Boson est partout accepté. Au-dessus d’eux dans la hiérarchie des pouvoirs, les rois de Bourgogne, dont ils tirent les prérogatives comtales puis marquisales, sont de plus en plus loin : après 963, aucun d’entre eux ne visite le sud de leur royaume auquel ils ne consacrent, à partir des années 970, guère de diplômes. Quant à l’aristocratie provençale, elle respecte encore des princes qui se caractérisent par leur largesse : si, en dépit des séquelles de la crise bourguignonne, Guilhem II et Roubaud II font le consensus auprès des sires, c’est parce que les terres à leur distribuer sont nombreuses. Au sein de ce groupe aristocratique, tirant ouvertement profit d’une telle situation, le vent de la révolte ne saurait pas encore gronder. Le prestige des princes est ainsi assez imposant pour contenir les rivalités nobiliaires dans des limites raisonnables et pour apaiser les disputes des grands. Les évêques, enfin, appartiennent au même cousinage que comtes et aristocrates, dont ils dépendent étroitement pour la gestion du temporel de leur diocèse. Sous la houlette de ces prélats, soutenus par leurs parents laïques, l’Église provençale renaît de ses ruines : les évêchés sont restaurés, les chapitres réformés, les monastères ouverts, les églises construites… Entre 972 et 1018, les dirigeants d’une Provence pacifiée, qui panse les blessures endurées au cours d’une période de luttes intestines, font indéniablement preuve de dynamisme. Ils encouragent un essor urbain et une reprise agraire dont ceux qui travaillent la terre sont les véritables protagonistes.

26À la fin de cette époque, tandis que le comté s’enlise dans la crise du pouvoir princier, que la puissance publique détenue par la dynastie bosonide est battue en brèche, que les lignages nobiliaires se combattent dans d’innombrables luttes et que le sol provençal est contrôlé par des forteresses privées, les clercs, porte-parole du mouvement de paix, remémorent cette période de rêve que leur semble avoir été le règne de Guilhem II. Dans les années trente du XIe siècle, un moine de Cluny rédige la notice par laquelle le marquis demande à être enterré à Sarrians ; à cette occasion, il appelle Guilhem II « duc de Provence et père de la patrie », jetant les racines du mythe fondateur. Dans sa vie de Maïeul, Odilon, abbé du grand monastère bourguignon entre 994 et 1049, fait du comte de Provence l’égal de Titus et de Vespasien qui avaient essayé d’éradiquer les bases de la religion juive et détruit le temple de Jérusalem : de même, Guilhem II expulsait les Sarrasins de Provence. En milieu clunisien, l’idée de croisade prend corps à la lumière des événements du Fraxinetum. En 1067 encore, un scribe de Montmajour constate qu’autour de lui « il n’y a plus de duc ni marquis qui rende droite justice », et songe ainsi au bon vieux temps du « Libérateur », dont il a entendu le récit des lèvres de ses aînés. Pour ces lettrés, le demi-siècle qui a l’an mille pour charnière apparaît comme une sorte de parenthèse dorée. Au lendemain des luttes où les guerriers du royaume de Vienne s’acharnaient sur les dépouilles de l’empire carolingien et à la veille d’une période séditieuse où les lignages couvraient le comté de guerres interminables, il leur apparaissait comme une véritable période de paix et prospérité.

Crise politique et bouleversement social 1018-1112

27Que l’ordre instauré par Guilhem II et Roubaud II soit des plus précaires saute aux yeux dès leur disparition. En 1008, à la mort de Roubaud, leur pouvoir n’est plus incarné que par Adélaïde d’Anjou, dont le fils Guilhem III (992-1019) est encore trop jeune pour exercer avec autorité la fonction comtale. À cette date, l’aristocratie met le pouvoir de la veuve et de son fils en cause dans une révolte qui n’est que la première d’une longue série. Les fils de Nivelon de Signes, vicomte de Guilhem II, saccagent et brûlent Pertuis et son arrière-pays, domaine du monastère de Montmajour sur lequel ils réclament des droits ; une bulle d’excommunication émanée de la chancellerie pontificale nous apprend qu’Amaury, archevêque d’Aix, est l’un des guerriers de cette expédition punitive. L’année suivante, Audibert et Rainaud de Châteaurenard tombent, à leur tour, sous le coup de l’anathème pour des agissements similaires. Une nouvelle génération nobiliaire conteste avec violence les donations pieuses accordées par le marquis et les membres de son entourage. En 1009, ce n’est pas sans mal que la vieille comtesse parvient à rétablir la paix. Mais cette première crise a montré combien les bases de la domination princière sont instables.

28Une décennie plus tard, les hostilités reprennent de plus belles. En 1018 et en 1030, deux guerres qu’une partie de l’aristocratie autochtone mène contre les descendants de Guilhem II suffisent à déclencher un processus irréversible au bout duquel la Provence devient un vaste champ de bataille où s’affrontent les différents groupes de la noblesse. Les grands quittent à jamais le cortège du comte pour fonder une maison indépendante, un lignage fort de ses nombreux parents et clients. Abandonnant le genre de vie itinérant, ils construisent leurs propres châteaux, point d’ancrage de leur maisonnée et symbole de leur domination. Ces constructions castrales sur des sites de hauteur sont, tout au long des XIe et XIIe siècles, à l’origine d’une des plus importantes transformations de l’habitat provençal qui se regroupe désormais autour d’elles. Enfin, les sources du XIe siècle sont particulièrement explicites sur la seigneurie par laquelle les guerriers soumettent la paysannerie à de lourdes redevances. Ces temps sont propices à bien des changements : l’explosion de la guerre privée, la formation du lignage aristocratique et la consolidation de la seigneurie banale n’en sont pas les moindres.

Explosion de la guerre privée

29Entre 1018 et 1023, un important conflit assène un coup décisif à la chancelante puissance des comtes. Son motif se trouve dans la possession de la tour de Fos : ce bâtiment était fiscal, public, et appartenait au roi, comme les autres vingt châteaux qui existaient en Provence autour de l’an mille ; il permettait de contrôler l’accès à l’étang de Berre, ses salins et ses pêcheries. Le marquis en a confié la garde à Pons de Fos qui, en 1018, ne consent plus à le remettre à Guilhem III. Le nouveau comte ne saurait essuyer un tel refus au risque d’assister impuissant au relâchement de tous les liens de fidélité par lesquels les grands lui obéissent encore. Il bat le rappel de ses guerriers et obtient aussitôt l’appui des vicomtes de Marseille, vieux ennemis des Fos dans le massif des Maures. Ses hommes récupèrent certes la forteresse, mais par une victoire à la Pyrrhus : Guilhem III perd la vie dans les engagements militaires, Fouques de Marseille est grièvement blessé et les Fos ne tarderont guère à réoccuper l’essentiel de leurs anciens domaines. Au nom de la comtesse, la tour de Fos est finalement remise aux vicomtes de Marseille qui la confient de leur côté à Volverade, un notable arlésien. Profitant du désordre provoqué par la disparition de Guilhem III, les grands s’en prennent de nouveau aux propriétés ecclésiastiques tant jalousées : ils chassent l’évêque d’Apt de son siège et pillent les prieurés provençaux de Cluny. Adélaïde ne peut que faire appel à ses alliés extérieurs. En 1021, Guilhem Taillefer, comte de Toulouse et fils de son premier mariage, vient à son secours en compagnie de Bernat, prince du comté pyrénéen de Besalú. Grâce à cet appui étranger et aux excommunications romaines, elle parvient péniblement à pacifier la Provence autour de 1023.

30Son succès est trop soumis aux aléas des avidités aristocratiques pour perdurer. La guerre éclate encore en 1030. Cette fois, Fouques- Bertrand Ier (1019-1051), petit-fils de l’énergique Angevine, chevauche à la tête de l’ost comtal, composé par les vicomtes de Marseille à la fidélité inébranlable et par quelques sires descendus des Alpes. Les combats s’engagent encore sur les rives de l’étang de Berre où le prince parvient à battre les Fos et les Baux sur leurs propres terres. La paix intervient en 1037 dans des conditions qui rappellent une simple trêve. La lutte repart de plus belles en 1048 : à cette date, le comte Jaufre Ier (1015-1062), frère de Fouques-Bertrand, conclut un accord avec Aicard et Jaufre de Marseille pour récupérer la seigneurie de Fos et d’Hyères. Pour longtemps la guerre s’installe à l’état endémique en Provence. Dès qu’ils réussissent à contenir la violence des grands dans des limites raisonnables, les comtes la provoquent eux-mêmes sous prétexte de pacification. L’épitaphe de Jaufre Ier, enterré à Montmajour, nous livre l’image d’un guerrier se battant contre les fauteurs de troubles : « Doux ici envers ceux qui sont doux, il fut dur envers les rebelles ». Même s’ils luttent au nom de l’ordre, les comtes prennent de fait les armes pour récupérer les droits de leurs ancêtres qu’une conception patrimoniale du pouvoir les pousse à exiger de façon hargneuse. Ils ne sont plus à même de comprendre le sens des titres qu’ils empruntent pompeusement à leur aïeul dans leurs chartes. Le pouvoir de ceux qui se veulent « par la miséricorde de Dieu, comte ou gouverneur de la région de Provence », « par l’action de Dieu, marquis ou comte de Provence » et « princes de toute la Provence », n’est guère respecté que dans leurs propriétés familiales ; il est bien bafoué ailleurs par leurs pairs. Seul le conflit, toujours recommencé, attisant à la fois haines individuelles et collectives, est désormais roi.

31Un des signes de la faiblesse croissante de la maison comtale est son incapacité à contrôler l’ensemble de l’espace provençal. Pour exercer la potestas à l’échelle d’une société chaque jour plus fragmentée, trois branches issues de la dynastie marquisale se partagent le territoire de la Provincia impériale et franque. D’abord, au sud et à l’est de la Durance, les descendants de Guilhem II par ligne directe conservent la basse Provence et la Provence alpine. Ensuite, vers 1020, une fille de Roubaud II, Emma a épousé Guilhem Taillefer : Saint-Gilles, l’Argence et le Comtat Venaissin – appelés par la suite le marquisat de Provence – passent dans le patrimoine des comtes de Toulouse, leurs descendants. Enfin, Azalaïs (1083-1144), petite-fille de Fouques-Bertrand Ier, reçoit des domaines à l’ouest de la Durance, dont hérite Guilhem Ier (1090-1121), comte de Forcalquier, le fils qu’elle a eu de son mariage avec Ermengol d’Urgell. Au XIe siècle, la division du territoire de l’ancienne marche méridionale du royaume de Bourgogne en trois comtés, dépendant des maisons de Provence, Toulouse et Forcalquier, intervient dans un contexte d’effondrement de la puissance princière.

32C’est avec les quelques vingt familles de vieille souche aristocratique que les comtes partagent le pouvoir réel. Parmi les plus puissantes se trouvent les Marseille, largement implantés dans le port phocéen, la haute vallée de l’Arc et le massif des Maures : leurs domaines, récompenses du prince pour une loyauté sans faille, sont pour la plupart d’origine fiscale. Les Orange-Mévouillon détiennent, en revanche, en pleine propriété de vastes étendues de terres, aussi bien dans le pays du Ventoux qu’autour de Nice. Il en va de même pour la maison de Castellane qui parvient à créer une immense baronnie indépendante en Provence alpine. Ces trois familles peuvent concurrencer la maison comtale par leurs moyens d’action et l’étendue de leur domaine. D’autres maisons occupent un rang inférieur dans la hiérarchie des fortunes : les Châteaurenard, dont les terres se trouvent dans les pays d’Avignon et de Fréjus et la nécropole au prieuré de Correns ; les Pontevès et les Moustiers-Gaubert, ennemis de toujours, qui possèdent une vingtaine de villages dans les pagi de Digne et de Riez ; les Mison-Dromon, détenteurs d’un patrimoine équivalent autour de Gap ; les Agout-Simiane, seigneurs d’Apt et de son arrière-pays ; les Brussans-Palliol, qui gardent Aix au nom du comte… Comme les précédentes, ces familles sont anciennes et doivent largement leur réussite aux distributions foncières de l’après 972. C’est en partie le cas des Fos, ouvertement hostiles au comte, auquel ils disputent les domaines publics ou ecclésiastiques. Les Baux, leurs turbulents alliés, suivent sur ce point leur politique. Ajoutons les Lambesc, clients des Baux, au groupe des ennemis déclarés du prince. Toutes ces vieilles familles, qui fréquentaient avec complaisance l’entourage de Guilhem II, mènent une politique privée après 1018. Elles traitent désormais avec le comte en fonction de leurs intérêts du moment.

33À l’instar de ces maisons anciennes, des hommes nouveaux entendent mener un genre de vie militaire, même s’ils ne sont pas aussi libres de leurs mouvements. Il s’agit des alleutiers, issus d’une classe médiane, intermédiaire entre la noblesse et la paysannerie asservie. C’est en milieu urbain que ces personnages gravissent le plus facilement les marches de l’ascension sociale. Encore à l’époque de Guilhem II, les notables des villes se réunissaient dans le plaid général, assemblée populaire qui rendait justice ou prenait des décisions sur la vie municipale ; les « bons hommes », élus par leurs égaux, s’y occupaient des affaires d’administration ordinaire. Ces institutions, vestiges peut-être de l’époque gallo-romaine, subsistent encore au tout début du XIe siècle, avant que les grands en révolte ne viennent les mettre en sourdine pour de longues décennies. Les alleutiers en accaparaient les sièges. Autour de 972, leurs activités différaient considérablement de celles des lieutenants du marquis : plutôt que guerriers, ils étaient gérants d’un domaine agricole et le rayon d’action de ces sédentaires, écartés de la suite comtale où les sires pratiquaient encore un inlassable nomadisme, était des plus limités. Cependant, par leur activité dans le cadre des institutions municipales, où ils entraient en contact avec le prince, et par les profits qu’ils tiraient de l’exploitation de leurs alleux, les propriétaires terriens du Xe siècle préparaient la montée de leurs enfants qui font irruption dans un groupe qui, en plus de la richesse, détient le pouvoir de commander les hommes. Au lendemain de 1018, tandis que la guerre privée se répand en Provence et que les grands cherchent à augmenter le nombre de cavaliers de leur ost, l’heure d’intégrer le cercle restreint de la vieille aristocratie du sang sonne pour les alleutiers. Il leur suffit d’obtenir la monture, le harnachement et l’armement – une épée, un heaume, une cotte de mailles – qui leur permettent d’entrer au service d’un grand. Les moyens dont ils disposent les rendent aptes à obtenir cet équipement militaire et à rejoindre ainsi les osts nobiliaires.

Fig. 4 – Chapiteau du cloître de Saint-Trophime d’Arles. Le massacre des innocents © photo de J.-M. Devevey

34Le vocabulaire des chartes rend compte de l’intégration progressive de ces personnages dans le groupe aristocratique. Autour de l’an mille, des épithètes élogieuses ont été accolées aux seuls noms des quelques vingt membres du cousinage nobiliaire qui entourent le comte : les scribes les traitent alors de « très nobles », de « très honorables » ou d’« hommes illustres ». À partir des années 1020, de nouveaux termes apparaissent pour désigner l’alleutier pratiquant le métier des armes. Il est parfois appelé caballarius ou caslan, mots qui qualifient, du point de vue strictement technique, le cavalier ou le membre de la garnison d’un château, mais les sources le citent surtout en tant que miles ou combattant. Progressivement, le champ sémantique de ce dernier qualificatif s’élargit : les scribes monastiques l’utilisent de plus en plus à l’égard de la vieille aristocratie et font coexister miles avec nobilis, « noble », ou dominus, « seigneur », à l’heure de désigner les grands. En 1056, les actes du concile de Saint-Gilles marquent la différence entre milites majores et milites minores, entre une noblesse du sang et une aristocratie de la guerre.

35Cette distinction tend, toutefois, à s’estomper. Le clergé, dont sont issus nos scribes, veut soustraire les activités militaires de la sphère d’un profane violent et incontrôlé ; il joue de tout son poids pour que l’exercice du métier des armes n’intervienne guère que dans la défense des faibles. Les adeptes à cette nouvelle idéologie sont chaque jour plus nombreux au sein du groupe des guerriers, toutes catégories confondues. Ainsi, le terme miles ne désigne plus tant le combattant que le chevalier, acquis en théorie à l’idée de guerre juste et à une hiérarchie de valeurs fortement christianisée. Ce mot fait l’unanimité aussi bien auprès des sires que de leurs hommes de main qui découvrent leur appartenance à une même élite : celle des guerriers. La progressive diffusion du titre chevaleresque, à laquelle Georges Duby avait jadis consacré un bel article, rend compte de l’évolution de l’aristocratie dans la Provence du XIe siècle : au sein de la classe dirigeante, la fusion s’opère entre les sires et la couche aisée des alleutiers urbains, soudés par une idéologie et un genre de vie communs. C’est pourquoi, à la fin de notre période, les chartes insistent sur une nouvelle dichotomie sociale ; les milites, les « chevaliers », sont séparés des rustici ou pagenses, les « rustres » ou « paysans ». Le monde laïque est scindé en deux : ceux qui font la guerre et ceux qui en subissent les conséquences.

Renforcement du lignage aristocratique

36De nouveaux comportements accompagnent les mutations que connaît, à partir des années 1020, le groupe chaque jour plus fourni des guerriers. Jusqu’alors les nobles organisaient leur famille d’après le cousinage, une structure de parenté fondée sur le cogouvernement, l’indivision et l’alliance princière. Mais, tandis que se répand la guerre privée et que commence la décomposition de la puissance du comte, les grands abandonnent sa suite pour mener une politique familiale de prestige : ils éprouvent la fierté de l’indépendance vis-à-vis du prince, devenu du jour au lendemain l’ennemi déclaré de leur autonomie, avec lequel ils entendent seulement collaborer si cela sert les intérêts des leurs. Plutôt que l’entourage marquisal et ses périples pacificateurs, chaque guerrier préfère s’installer sur les terres récemment acquises. Les temps ne sont plus au nomadisme, mais à la sédentarisation. Des maisons indépendantes, qu’elles soient de souche nobiliaire ou alleutière, se constituent, dont les membres fixent leur résidence dans un palais urbain ou dans une forteresse rurale, hâtivement bâtie. Autour de cette maison, chacune d’entre elles doit tirer ses ressources d’un patrimoine propre qu’il importe de sauvegarder à tout prix dans la famille. La cohésion lignagère se répand ainsi au sein de l’aristocratie.

37Une étude quantitative des actes du cartulaire de Saint-Victor, dressés pour la plupart à la demande d’aristocrates, montre l’ampleur de ce phénomène. Avant les années 1020-1030, des individus seuls, des couples ou des familles étroites attribuaient la plupart des donations au monastère de Marseille. En revanche, après cette période, rares sont les donateurs qui agissent sans l’accord de leurs frères, oncles ou cousins : la courbe des familles élargies et des frérèches monte dès lors en flèche. Tout au long du XIe siècle, de vastes complexes familiaux réalisent la moitié des dons que perçoit Saint-Victor : nul ne saurait se dessaisir d’un bien patrimonial, aussi mince soit-il, sans le consentement de ses consanguins. Une situation trouble, où la guerre fait et défait vite les fortunes, oblige les aristocrates à veiller tout particulièrement sur ces terres qui leur évitent le déclassement.

Fig. 5 – Les donateurs de Saint-Victor de Marseille au XIe siècle source : M. Aurell, « Le lignage », op. cit., p. 151 ; d’après B. Guérard, éd., Cartulaire, op. cit., t. 1

38C’est ainsi que chaque famille essaye de conserver son patrimoine dans son intégralité. Or, des héritiers trop nombreux pourraient provoquer son morcellement. Il ne semble pas, toutefois, que les conjoints pratiquent la restriction des naissances pour parer aux partages successoraux. La natalité des maisons aristocratiques apparaît alors pléthorique. Au XIe siècle, l’on compte cinq ou six garçons en moyenne pour la famille arlésienne de Porcelet ou pour les Châteaurenard ; des familles nombreuses, de dix enfants environ, sont souvent mentionnées dans les chartes. Plus les membres mâles d’un lignage sont nombreux, plus sa force militaire augmente. Il paraît même que la politique de limitation de la nuptialité, telle qu’elle est alors systématiquement pratiquée dans le nord de la France, ne soit pas la règle générale en Provence. L’exemple de la famille Porcelet est, une fois de plus, riche en renseignements. Deux des trois garçons de Rostaing Porcelet (1028- 1067) arrivés à l’âge adulte ont pris femme ; seul Bertrand, sacriste de la cathédrale, demeure célibataire. De même, trois des quatre fils de Guilhem Porcelet (1056-1094) ont eu des descendants. Les vicomtes de Marseille pratiquent une politique matrimoniale identique. Quant aux monastères, qui recrutent de façon prioritaire en milieu aristocratique, ils accueillent aussi souvent des veufs ou des hommes mariés qui abandonnent leur épouse pour le cloître que des oblats en bas âge. Le lignage ne résiste que si le nombre de ses guerriers augmente ; il doit conserver sous les armes le maximum de jeunes ayant reçu leur éducation militaire. Chaque maison a donc intérêt à marier tous ses membres. Si les garçons sont nombreux à se donner une descendance, les effectifs de combattants provenant de la même famille et s’y trouvant encadrés s’accroissent. La naissance de plusieurs sous-lignages qui, moins fortunés que la branche principale de la maison, rentrent dans ses clientèles guerrières, découle de cette prolifération.

39Le lignage dispose d’un moyen aussi simple que la limitation des naissances ou la restriction des mariages pour parer à la dispersion de sa fortune : la primogéniture. Au sein de la maison de Porcelet, l’aîné s’érige en chef militaire à la tête de frères, fils et neveux. Certains privilèges découlent de cette situation. Guilhem Porcelet reçoit, vers 1060, la presque totalité des biens de son père Rostaing au détriment de ses frères et sœurs, et si ses fils Jaufre Porcelet (1101-1149) et Raimond Sacristain (1101-1155) se partagent au début du XIIe siècle ce domaine, le premier ne s’en taille pas moins la part du lion. Jaufre conserve, en effet, le noyau initial et plus consistant du temporel de sa famille. Ses descendants jouissent, par la suite, de presque tous les droits de cette maison sur le Vieux-Bourg d’Arles et sur les terres du pays de l’étang de Berre. De son côté, Raimond Sacristain obtient un certain nombre de biens périphériques, situés autour de Sénas et au sud de la Camargue. Ici, un système visant à avantager l’un des enfants dans les successions, apparaît de façon évidente ; mais ce partage n’est pas en réalité si net qu’un premier aperçu pourrait le laisser croire. En fait, les Sacristain conservent encore des droits et des terres éparpillés à l’intérieur du domaine de la branche des Porcelet au sens propre, ce qui explique la solidarité des uns envers les autres. Les deux héritages restent souvent inextricablement mêlés ; les solidarités familiales ne souffrent certainement pas de cette division du patrimoine.

40Dans ce groupe aristocratique, fortement militarisé, le rôle social de la femme tend à s’effacer. Les temps où Adélaïde d’Anjou exerçait la fonction comtale auprès de son mari ou devenait régente de la Provence sont bel et bien révolus. Après 1018, aucune dame ne saurait rivaliser en puissance, fortune ou esprit d’initiative avec Teucinda, fondatrice de Montmajour. Chaque maison aristocratique se développe désormais d’après un schéma patrilinéaire qui enlève à la dame ses attributions de jadis. L’hypergamie qui assurait la supériorité de son rang vis-à-vis de son mari commence à s’estomper avec la dévalorisation des biens apportés par l’épouse au couple : attentif à la conservation de son patrimoine, aucun chef de lignage ne permettrait que des terres trop nombreuses lui échappent avec les filles qu’il marie au rythme de trêves et d’alliances. Seuls sont cédés alors quelques biens marginaux au noyau principal du domaine familial. La fille est, d’ailleurs, de plus en plus exclue de l’héritage des parents, comme le prouve la confusion qui existe dans le vocabulaire du XIe siècle entre dos et hereditas.

41La généalogie des vicomtes de Grasse-Antibes – confectionnée par un moine de Lérins au milieu du XIIe siècle pour justifier l’acquisition de Vallauris par son monastère – traduit bien cette évolution : ce texte commence par la donation de la moitié de l’évêché d’Antibes que Guilhem II fait à Rodoard. Puis, ce membre de la suite marquisale abandonne ses biens à ses trois enfants qui procèdent à un partage : l’aîné, Gauceran, reçoit la moitié de Vallauris, Guilhem Grueta, son frère cadet, un quart, et Oda, leur sœur, le dernier quart, devenu sa dot dans son mariage avec Peire Signier. La netteté de cette répartition en trois lots répond à la souplesse du système de parenté qui régit encore les relations entre les membres de la famille étroite et son patrimoine. En outre, la part d’Oda contraste par son importance avec l’exiguïté des dots de ses descendantes. La notice mentionne en effet quatre filie, filles, de la maison vicomtale dont le scribe, se faisant l’écho d’une amnésie généalogique qui n’a rien d’innocent, n’a même pas daigné transmettre le prénom. Ce détail, significatif d’une certaine dégradation de la condition de la femme aristocratique, correspond bien à la minceur de leurs dots. Chacune de ces filles, nées au lendemain du resserrement lignager, ne reçoit guère qu’un seul manse, un lopin de terre qui permet à peine de nourrir une famille paysanne. Pour éviter le morcellement de son patrimoine, c’est avec de plus en plus de parcimonie que la famille distribue les dots.

Fig. 6 – Tableau de filiation de la maison de Grasse d’après la généalogie du milieu du XIIe siècle source : M. Aurell, « La détérioration », op. cit., p. 12

42Il n’en reste pas moins qu’en comparaison de sa consœur septentrionale, la dame provençale continue de jouir de prérogatives notables. Il arrive même qu’en cas de veuvage avec des fils encore mineurs elle prenne la direction de la maison, comme Matilda de Châteaurenard (992-1062), domina qui gère en toute liberté le domaine de son lignage par alliance dès la mort de son mari Audibert. En dépit d’une dot dévalorisée, l’hypergamie est recherchée par les alleutiers en pleine ascension sociale, plus soucieux peut-être de vieillir le sang de leurs enfants que de se procurer de nouvelles terres. Les filles de Guilhem Grueta et de sa sœur Oda, descendantes de Rodoard, maître incontestable du pays d’Antibes, épousent Bérald de Mougins, Audier de Magnanosc et Guilhem de Clermont, petits seigneurs des alentours.

43Outre les alliances matrimoniales avec les familles locales, d’autres méthodes permettent aux grands lignages d’élargir leur réseau de clientèles guerrières. En leur cédant des terres, les sires peuvent notamment attirer de nombreux alleutiers sous leur dépendance. Le cartulaire d’Apt renferme ainsi plusieurs actes dans lesquels un senior, un seigneur, accorde une propriété foncière à son fidelis ou fidèle pour qu’il la possède en pleine liberté ; ces donations ne mentionnent pas l’aide que le récipiendaire prêtera dans l’avenir à son bienfaiteur, mais le contrat est si évident sur ce point qu’il reste tacite. Ces dotations foncières sont souvent appelées « fiefs » : en 1044, par exemple, Uc, fils d’Itier, mentionne « les fiefs que nos parents et nous-mêmes avons détenus jusqu’à présent par les seigneurs ou podestats de Marseille » ; en 1056, Arnoux accorde à Saint-Victor quelques biens disséminés dans les comtés d’Aix et de Toulon « à l’exception d’un manse que nous avions jadis donné en fief à Garnier, cavalier ». D’autres fois, cependant, ce transfert de terres prend un habillage juridique qui n’est plus d’origine germanique ou carolingienne, mais qui présente un caractère romanisant : par la donation en précaire, le fidèle reçoit une terre pour une longue période en échange d’un cens annuel à la valeur purement récognitive ; par le complant, il conserve en pleine propriété la moitié des terres cédées, une fois leur rentabilité assurée. Qu’elle s’appelle fief, complant ou précaire, en Provence comme ailleurs, la terre que l’on donne n’est rien d’autre que le support matériel des liens de dépendance.

44En dépit de l’emploi du terme fief, aucun indice ne permet d’affirmer que les fidèles prêtent l’hommage à leur seigneur pour ces rétributions foncières. Tout au plus se soumettent-ils à la cérémonie du serment de fidélité qui, contrairement à l’hommage, ne revêt pas de caractère humiliant : debout, la main posée sur des reliques ou des Évangiles, le fidèle s’engage principalement à ne point nuire à son seigneur. Voici le texte du serment prêté par les vicomtes de Marseille au comte de Provence vers 1048, document étudié par Noël Coulet :

Écoute, Jaufre, fils de Gerberge, et toi, Stefania, son épouse. Nous, Aicard et Jaufre [Ier], fils d’Accelena, [vicomtes de Marseille], ne te tromperons pas, ni toi, Jaufre, comte susdit, ni ton épouse Stefania, ni les garçons que tu aurais de cette femme, au sujet de vos vies ou des membres qui sont attachés à votre corps, ni nous ni aucun homme ni aucune femme par notre conseil ou notre consentement. Nous ne vous tromperons pas au sujet de l’enceinte d’Aix, de ses bâtiments ni de ses tours, que Gui [de Brussans-Palliol] détient par toi, Jaufre, et pour lesquels il t’a prêté serment, ni au sujet de la seigneurie que ton père Guilhem [III] y possédait une année avant sa mort, à l’exception de tout ce que sire Pons [de Châteaurenard] détient à vie en raison de son archiépiscopat et que toi, Jaufre, lui as donné. Et nous, Aicard et Jaufre, fils d’Accelena, t’aiderons à récupérer et détenir la seigneurie d’Hyères et de Fos, que le comte Guilhem détenait une année avant sa mort, en toute fidélité et sans tromperie. Et si un homme ou une femme mettait fin à tes jours, Jaufre, nous ne passerons pas d’alliance avec eux, si ce n’est pour récupérer ces biens.
Éd. N. Coulet, « Autour d’un serment… », op. cit., p. 315. Traduction de l’auteur.

45La teneur de ce serment, déclamé sous forme d’imprécation devant une foule de témoins, montre toute sa portée. En le prêtant, le fidèle devient en quelque sorte le parent de son seigneur ; il accepte de le respecter comme obéissent à l’aîné tous les cadets du lignage et les chefs des sous-lignages. D’ailleurs, quand il reçoit de lui une terre, il devient le membre de sa maison d’une façon symbolique : l’appartenance à un lignage est déterminée à l’époque par la jouissance de quelques droits sur le patrimoine que chaque famille détient collectivement. Tout en étant plus artificielle que les liens du sang, la fidélité est sans conteste une des facettes de cette parenté qui se substitue au XIe siècle au pouvoir défaillant du prince.

Consolidation de la seigneurie banale

46À l’intérieur du domaine où chaque lignage règne en maître incontestable, le comte a perdu toutes ses prérogatives. C’est à l’échelle de la seigneurie que s’exerce le ban, terme germanique que les historiens contemporains préfèrent au mandamentum latin des chartes provençales du XIe siècle. Le ban est le pouvoir, coercitif et répressif, de commander et de punir, de lever des troupes armées, de percevoir des taxes et d’obliger tout homme libre à travailler dans des tâches d’utilité publique. Depuis le IXe siècle, il n’a pas cessé de descendre dans la hiérarchie politique : des mains de l’empereur, il est passé à celles du roi de Bourgogne autour de 879 ; il devient l’apanage des marquis de Provence dès 972, qui en perdent, au lendemain de 1018, largement l’usage au profit des lignages aristocratiques. S’abaissant, l’exercice de ce pouvoir d’origine régalienne s’émiette, à l’instar des terres du fisc que se sont appropriées d’innombrables sires. Dans le district qui entoure une multitude de châteaux, chaque seigneur en est devenu le dépositaire exclusif, à moins que le comte ne le lui réclame par la force.

47Au bout de ce processus d’abaissement, de pulvérisation et de privatisation de l’autorité publique, la justice n’est guère plus rendue par le plaid du marquis ou par l’assemblée des « bons hommes » des villes. Elle devient l’apanage des châtelains qui se saisissent des litiges qui opposent leurs sujets.

48La procédure judiciaire peut désormais être analysée grâce à de nouvelles sources. Il s’agit de notices racontant au passé le règlement d’un conflit : leur apparition subite sur la scène documentaire nous donne peut-être une vision trompeuse, celle de la nouveauté d’un phénomène qui existe pourtant depuis longtemps. Elles nous font voir un système judiciaire passablement détérioré en comparaison des critères du droit romain : le serment des témoins ne compte guère ; les instruments présentés sont souvent des faux, mais la pauvreté de leur culture empêche les nouveaux juges de les dépister ; les ordalies se multiplient ; les décisions des tribunaux seigneuriaux sont rarement respectées par les parties ; les amendes et indemnisations enrichissent les juges, qui sont les seigneurs eux-mêmes… Pourtant, si l’on soumet tous ces actes à une grille d’analyse anthropologique, il apparaît clairement, qu’une forme de règlement du conflit, fondée sur la négociation et l’arrangement informel, se trouve derrière ces procès.

49Preuve en est une notice du cartulaire de Saint-Victor relatant la façon dont les moines récupèrent, autour de 1030, le domaine de Caravaillan, aujourd’hui Sainte-Marguerite sur la commune de Marseille. Elle témoigne des hésitations des vicomtes, juges du litige, mais aussi partie prenante dans l’affaire, ainsi que du merveilleux qui envahit ce procès où reliquaire et jugement de Dieu sont au rendez-vous. La richesse du langage textuel saute également aux yeux :

Au nom du Seigneur, Jésus-Christ, notre sauveur. Nous voulons que parvienne à la connaissance des homes présents et à venir ainsi qu’à la science de Dieu qu’une villa appelée Caravaillan avait été offerte de toute antiquité au monastère de Saint-Victor par Sigfred, homme très noble, avec Erleuba, son épouse, par des chartes et des témoignages très évidents, en aumône, pour le salut de leur âme. Longtemps après, le monastère ayant été détruit, cette villa lui avait été soustraite et était injustement possédée par quelques hommes. Aujourd’hui, avec l’aide de Dieu, de très nobles hommes, à savoir Guilhem et Fouques, son frère, [vicomtes de Marseille], poussés par le zèle de Dieu, agissent pour qu’elle lui soit restituée. C’est pourquoi nous statuons que tout cela soit mis par écrit.
Un certain jour du temps du carême – tandis que ceux qui honorent le nom de chrétien ont l’habitude, en raison de leur religion, non seulement de ne pas commettre d’acte pervers mais d’abandonner le soin des affaires terrestres – ces deux princes [Guilhem et Fouques] résidaient l’un dans la cathédrale de Marseille, l’autre dans le monastère de Saint-Victor ; quelques frères du monastère prirent alors la licence de Dieu de leur parler, car il est impossible de les approcher le reste de l’année : « Cherchons les chartes gardées dans les archives et voyons ce que nous y trouvons au sujet de ces terres saintes aliénées du droit de l’autel par les hommes du siècle et ce qui, avec l’aide du Dieu tout-puissant et les prudents conseils de ces princes, peut être restitué au droit de l’autel ». Ce qui fut fait avec la faveur de Dieu. L’on trouva ainsi une charte ancienne où il est dit que le susdit Sigfred, homme très noble, et son épouse Erleuba avaient donné cette villa au monastère de Saint-Victor pour le salut de leur âme sous le règne de l’empereur Lothaire. On la lut aux princes et à leurs chères épouses, qui louèrent cet homme, qui avait accordé un si grand don au monastère, et qui se promirent, pour l’amour de Dieu et de Saint-Victor, de juger les usurpateurs avant la prochaine récolte. Le troisième jour avant la fête de saint Jean-Baptiste [21 juin], ces mêmes hommes, qui se voulaient alleutiers, envoyèrent des fidéjusseurs aux podestats [Guilhem et Fouques] pour qu’ils les défendent après la fête de saint Pierre [29 juin]. La réclamation du monastère parut une folie aux usurpateurs qui ne voulurent pas entrer en raison ; après que le délai fût venu en expiration, ils demandèrent encore plus de temps pour préparer leur défense. Ce laps de temps écoulé, ayant remarqué que le jugement de Dieu se retournait contre eux, ils firent marche arrière avec fourberie. Ils prirent une femme de peu qui affirma sous serment qu’ils avaient plus de droits sur la possession de cette terre que le voulaient les avocats de Saint-Victor ; mais elle eut la main brûlée, ce qui prouva qu’elle était parjure. Ayant changé d’avis, ils promirent de partir après la fête de saint Victor [ 21 juillet]. Quand les moines l’entendirent, ils amenèrent [à Caravaillan] la châsse de saint Victor et y restèrent trois jours et trois nuits. Mais les usurpateurs ne mirent pas à exécution ce qu’ils avaient promis. Le seigneur évêque de Marseille [Pons II], ayant su que les moines étaient décidés à ne pas revenir en ville et après avoir pris conseil des deux podestats, dans un mouvement de charité se rendit auprès d’eux et leur parla avec douceur : « Pourquoi, mes frères, restez-vous ici ? Mon père et sire Fouques, son frère, m’envoient à vous. Demain, à la première heure du jour, ramenez la châsse du martyr dans la maison de Dieu et, dès notre retour, la cause sera entendue ». Ainsi fut fait.
Peu après avoir célébré la nativité de la Vierge [8 septembre], les moines allèrent en ville pour interpeller les deux podestats au sujet de cette affaire. Les usurpateurs ayant été convoqués, les moines leur parlèrent durement : « Ennemis de la vérité, jusqu’à quand fatiguerez-vous les serviteurs de Dieu ? Si cette possession est la vôtre par héritage, prouvez-le ! S’il n’en est pas ainsi, rendez-la à l’abbé ! ». Certains reconnurent la vérité et leur cédèrent aussitôt la terre ». D’autres, cependant, endurcis dans leur obstination, s’en retournèrent et donnèrent rendez-vous pour le lendemain à leurs défenseurs. Le jour venu, les moines, après avoir récité matines, prirent la châsse de saint Victor et s’installèrent au milieu du pré qui est devant la ville, avec deux avocats prêts à défendre la charte. Une grande foule de gens de la ville, des deux sexes, vinrent s’agenouiller devant la châsse du martyr. C’est alors que le vicomte Guilhem s’adressa aux alleutiers : « Je vous enjoins de ne plus exaspérer les serviteurs de Dieu que vous souhaitez tromper par votre fourberie, afin de ne pas encourir le courroux de Dieu et être frappés en sa présence ». De même, Stefania, sa femme, et la vicomtesse Odila, femme de son frère, fidèles de Saint-Victor, s’agitaient de mille façons pour montrer que la charte de donation était inattaquable. Le vicomte Fouques, retenu par des affaires urgentes, était absent, mais le vicomte Guilhem, son frère, en son propre nom et au nom de l’absent, portait la bannière de Saint-Victor. Bien que furibonds, craignant d’être arrêtés par les podestats et confondus par la force du martyr, ils s’approchèrent tremblotants de la châsse et restituèrent leur alleu. Mais deux d’entre eux, qui semblaient plus sauvages, persistaient à s’y opposer comme des pestiférés. Par peur du ridicule, ils eurent recours au jugement de Dieu. Ils prirent un enfant sur place qu’ils lancèrent dûment ligoté dans une mare. Comme il ne coulait pas, ils s’avouèrent vaincus et rendirent cet alleu qu’ils avaient longtemps gardé par mépris.
[L’évêque, fils du vicomte, qui détenait une partie importante de cet alleu – comme les autres usurpateurs ! – en fait le dernier donation à Saint-Victor].
Éd. B. Guérard, Cartulaire, op. cit., n° 27. Traduction de l’auteur.

50Les sources reflètent également toute la violence que les sires font subir sur la paysannerie. En particulier, la vie de saint Isarn, abbé de Saint-Victor entre 1020 et 1047, rédigée une trentaine d’années après sa mort, dépeint sous un jour terrifiant les exactions aristocratiques aux dépens de paysans et de moines. Seule la loi du plus fort semble triompher dans un monde que l’hagiographe décrit sans complaisance. Même s’il faut mettre une partie du pathétique de ce récit sur le compte de son caractère tardif et de ses arrière-pensées idéologiques, largement inspirées du mouvement de la paix de Dieu, il serait excessif de lui dénier toute valeur de témoignage sur la brutalité qui règne dans les campagnes provençales autour de 1030.

Un séculier puissant du nom d’Adalard, féroce et méchant, avait coutume d’inquiéter par d’incessantes exactions les fermiers de la métairie de Lagnes [commune d’Ampus, Var], qui appartenait au monastère, les contraignant à lui céder porcs, brebis et tout ce qui lui convenait. Si ces pauvres gens ne s’exécutaient pas, il leur prenait de force. Comme il avait été réprimandé par Isarn afin qu’il modérât ses injures à l’égard du monastère, n’en tenant aucun compte, il se conduisait encore plus furieusement à l’égard des paysans.
Une fois que le saint homme se trouvait en ce lieu, des messagers arrivèrent porteurs de la nouvelle que ce sacrilège prédateur avait la veille pillé une villa, et qu’il se préparait à festoyer avec les restes du butin. Toute la famille qui était autour d’Isarn s’indigna et alla à grands cris demander de l’aide à ceux qui étaient alentour. Saisissant lances et boucliers, ils se mirent en devoir de courir sus à l’ennemi. Mais l’homme de Dieu, tout frémissant, les mains en avant, s’opposa à leur sortie, leur contestant avec véhémence le droit d’exécuter cette mauvaise action, au point qu’il faudrait le tuer d’abord lui-même avant de s’y livrer. Ayant calmé la fureur des esprits, et ceux-ci lui reprochant sa trop grande simplicité, il leur dit : « Comment, n’ayant ni respecté notre présence, ni révéré la gloire d’une telle festivité – c’était le jour du Seigneur – celui qui a eu la présomption de se conduire aussi follement échapperait-il à la vengeance divine » ?
Alors auprès du pillard, Isarn délégua, en messagers de paix ceux qui l’avaient conduit là en vue de s’entretenir avec Adalard. Aussitôt il fut invité à partager le festin de ce dernier, qui le fit servir dans sa propre vaisselle. Une fois restauré, Isarn le réprimanda d’une manière douce au sujet de ses injustices et l’exhorta à se corriger. Après quoi, il prit le chemin de Castellane. Une fois le saint abbé parti, Adalard commença à souffrir de douleurs d’entrailles, comme une parturiente. Appelant aussitôt auprès de lui un moine, Nortald, croyant sa fin prochaine, il lui demanda de prendre l’habit religieux. Geste qui, une fois accompli, fit cesser toute souffrance. Un an à peine après ces événements, Adalard cependant mourut et le saint pria pour le salut de son persécuteur dont il avait annoncé par avance le châtiment.
[La vie rapporte encore les agissements de Pandoux de Salernes, membre de la famille de Pontevès, sa femme et sa bande, responsables de la pendaison de deux de leurs créditeurs ; elle décrit également les pillages de Racheté, viguier du vicomte de Marseille, pour garnir la table de son maître ainsi que les mésaventures d’une veuve, généreuse envers Saint-Victor, spoliée de ses biens par des sires péagers].
Trad. É. Baratier, Documents, op. cit., p. 101-102.

51La liste des exactions que les aristocrates imposent aux paysans est longue. Le droit de gîte ou albergue – que seul le comte pouvait naguère exiger au cours de ses perpétuels déplacements – est appliqué à la discrétion des guerriers qui s’installent pour de longues périodes chez l’habitant. Les chevauchées ou cavalcades – dont s’acquittaient les hommes libres dispensés de service militaire – sont versées par les communautés villageoises aux professionnels du combat. Les anciens cens – dons annuels en volailles, porcs ou moutons –, tasques – champarts – ou décimes – un dixième de la récolte – continuent d’approvisionner les silos du maître. D’autres prélèvements viennent s’y ajouter au nom de la protection que les seigneurs accordent aux propriétés paysannes : gardes perçues sur les vignes ; tonlieux, leudes et péages sur les routes et les marchés ; droits sur la chasse – quartiers du gibier – et sur la cueillette – notamment du sel et du vermillon – ; monopoles sur les moulins et sur les fours…

52C’est en vain que les paysans tentent de se dégager de l’arbitraire des ponctions seigneuriales et de fixer le taux de ces exactions. La taille, que les textes nomment queste – « demande » – ou plus brutalement tolte – « prise » –, est là pour renflouer les caisses seigneuriales avec les pièces de monnaie que les paysans auraient épargnées. Il ne semble pas, toutefois, que les seigneurs comptent sur le travail de leurs manants pour mettre en valeur les champs de leur réserve : les corvées n’apparaissent guère dans la documentation provençale du XIe siècle ; elles concernent à peine la réfection des enceintes du castrum et l’entretien des routes, activités auxquelles le roi astreignait jadis les hommes libres. Le système domanial n’avait pu mûrir dans cette région ravagée sans cesse par d’innombrables guerres. Mais la seigneurie banale et ses prélèvements suffisaient largement à renflouer les trésors des lignages.

53C’est paradoxalement à une époque où disparaissent les derniers esclaves ruraux que le sort paysan a le plus souffert de la conjoncture politique. Peu d’alleutiers des campagnes, ruinés à la suite des guerres bourguignonnes et soumis aux nouvelles exactions issues de l’effondrement du pouvoir princier, ont pu échapper au déclassement. Ils rejoignent ainsi le groupe fourni des paysans asservis, relevant du tribunal du seigneur et payant fort cher la protection que celui-ci entend leur accorder. La condition paysanne varie, cependant, selon les régions, voire selon les seigneuries. Elle paraît plus favorable en basse Provence, où la main-d’œuvre est rare et les terres à remettre en valeur omniprésentes, que dans une Provence alpine encore surpeuplée. Mais le bilan de la période a été lourd pour les travailleurs de la terre. Il faudra attendre le XIIe siècle pour assister à la réorganisation des communautés villageoises et l’octroi des premières franchises.

54Autour de l’an mille, tout semblait coopérer au rétablissement durable de l’ordre en Provence. Les marquis triomphaient à l’intérieur d’une principauté territoriale dont les ennemis du dehors ne franchissaient plus les frontières. Pourtant, le nouveau système politique contenait, en lui, les germes de sa propre destruction. L’aristocratie, sur laquelle se fondait l’essentiel de la domination des marquis, avait de longue date perdu les notions de paix publique et de bien commun ; sa conception du pouvoir était avant tout patrimoniale.

55Or, la longue régence d’Adélaïde d’Anjou fournit à une nouvelle génération nobiliaire l’occasion d’abandonner la loyauté à la dynastie comtale. Les sires, plus turbulents que jamais, combattent les descendants de Guilhem II, impuissants devant une révolte généralisée. Ils bâtissent des châteaux au cœur d’un district dont ils sont devenus les maîtres incontestables. Luttant contre les guerriers des seigneuries voisines, ils amorcent l’irréversible spirale de la violence. La guerre privée donne inexorablement naissance au lignage que gouverne un aîné, autour duquel s’agglutinent des parents cherchant une protection sécurisante que le prince n’est plus à même de fournir. Les plus riches des alleutiers, ceux qui habitent les villes, s’arment de pied en cap à la façon des membres des vieilles maisons dont ils imitent le modèle lignager et dont ils intègrent les clientèles guerrières. Toute une couche de la paysannerie aisée se militarise aussi et le nombre des professionnels du combat s’accroît de façon considérable. Mariages, serments de fidélité et distributions foncières scellent les pactes entre les lignages. Cette imbrication confuse et mobile d’alliances jette les différents partis aristocratiques dans d’interminables guerres. Seule la paysannerie est exclue de ce combat, mais elle n’en subit pas moins de plein fouet les conséquences de cette belliqueuse folie. Le train de vie du guerrier est onéreux et les travailleurs de la terre en font les frais en échange de sa protection armée. En usurpant des privilèges régaliens, les sires rendent alors justice et exigent l’obéissance des paysans de leur seigneurie. Dans les années 1020, c’est de façon vertigineuse que le mandamentum a connu sa chute. Sur le plan politique, seule l’Église, échappée du naufrage des anciennes institutions publiques, apparaît comme planche de salut.

Réforme grégorienne et paix des clercs fin Xe-XIe siècle

56À vouloir trop exagérer la dépravation morale du clergé à la veille de la réforme grégorienne, les historiens de l’Église ont souvent oublié que bien des évêchés, chapitres et monastères ont été restaurés au cours de ce même Xe siècle qu’ils appellent le « siècle de fer ». En Provence, la génération des évêques du règne de Guilhem II est certes touchée par la simonie, le népotisme voire le nicolaïsme, pour reprendre les trois tares dont l’affubleront, un siècle plus tard, les grégoriens. Mais il n’en reste pas moins que la plupart des prélats sont soucieux d’élever le niveau spirituel et culturel de leur clergé. Même leur collaboration avec leur parenté laïque ne doit pas être nécessairement perçue sous un jour négatif. En effet, dans un livre récent, Florian Mazel mitige la lecture dépréciative que les médiévistes, à la suite des réformateurs de la fin du XIe siècle, font souvent de cette situation « simoniaque ». De fait, la protection autoritaire exercée par l’aristocratie laïque sur l’Église et son appropriation du sacré sont largement acceptées par les clercs et les moines, qui entretiennent des liens des plus harmonieux avec leurs cousins restés dans le siècle.

57À la fin du Xe siècle, les pontifes fondent ou restaurent des chapitres cathédraux à l’imitation de celui d’Arles, actif depuis les années 950, dans lequel ils ont reçu leur formation cléricale : en 976, Landry (955- 976), évêque d’Avignon, accroît par une donation la mense de la cathédrale de Notre-Dame-des-Doms, desservie depuis peu par des chanoines ; en 991, Teuderic (966-1009), évêque d’Apt, établit auprès de lui un chapitre de douze prêtres. Pour la même période trois autres fondations du même type voient jour à Carpentras, Vaison et Forcalquier. Les évêques cherchent à s’entourer d’une élite cléricale d’où proviennent les futurs cadres de l’Église provençale.

Renouveau des monastères

58Alors qu’ils encouragent ce mouvement de renaissance capitulaire, les prélats de la fin du Xe siècle sont les instigateurs d’un premier renouveau monastique, mouvement qui nous est bien connu grâce aux études d’Eliana Magnani. En 954, Teucinda, Deo devota (vierge ou veuve consacrée dans le siècle), tante de l’évêque de Fréjus, fait don des terres et marécages où sera construit Montmajour. En 972, l’archevêque Itier fait renaître de ses cendres le prestigieux monastère de Saint- Césaire d’Arles. En 979, Walcaud (976-979), évêque de Cavaillon, fonde le monastère de Saint-Véran de Vaucluse. En 982, Garnier (979-991), évêque d’Avignon, assure les bases économiques de la récente fondation de Saint-André de Villeneuve. En 988, Annon (981-994), archevêque d’Arles, fonde l’abbaye de Saint-Gervais de Fos, à la tête de laquelle il place Paton, l’un des chanoines de sa cathédrale. Ce n’est pas un hasard si ces monastères sont encore construits tout près des villes, voire à l’intérieur de leurs enceintes. Avant que ne se répande le modèle grégorien de l’immunité romaine, les moines et les biens de leurs abbayes sont sous contrôle direct de ces mêmes évêques qui gouvernent les cités.

59Ce réseau monastique, fraîchement implanté, fait de la Provence une terre d’élection pour tous ceux qui travaillent à la réforme de la vie religieuse. La commune appartenance au royaume de Bourgogne et la proximité géographique attirent irrésistiblement vers la marche méridionale les moines de Cluny, dont le rayonnement est en train de transformer le monachisme en Occident. La bulle de 968-972 par laquelle le pape Jean XIII recommandait Maïeul à tous les évêques du pays de la Saône et du Rhône ne reste pas lettre morte en Provence. En 978, Saint-Honorat de Lérins et Arluc sont confiés à l’abbé de Cluny : le texte que Syrus, moine de ce dernier monastère, écrit vers l’an mille sur le martyre de saint Porcaire et les cinq cents frères de Lérins aux mains des Sarrasins témoigne aussi bien des relations étroites entre Cluny et Saint-Honorat que du rôle de l’épisode du Fraxinetum dans la genèse de l’idée de croisade. D’autres maisons, situées pour la plupart en haute Provence, deviennent des prieurés de Cluny : Sarrians, Ganagobie, Valensole, Piolenc, Saint-Amand de Clansayes… Dans un tel contexte, il n’est guère étonnant que de nombreuses donations accordées par l’aristocratie provençale aillent vers le monastère bourguignon, où l’archevêque d’Arles Annon prend l’habit en 994. L’influence spirituelle de Cluny dans les régions méridionales du royaume d’Arles et de Vienne est grande.

60Au début du XIe siècle, Cluny entretient des contacts réguliers avec Saint-Victor de Marseille. L’abbé Odilon (994-1049), successeur de Maïeul, est extrêmement lié à Isarn (1020-1047), dont l’hagiographe écrit au sujet de leur amitié : « ces deux lumières du monde ne formaient qu’un seul cœur, une seule âme ». Ces rapports expliquent sans doute l’évolution suivie par la célèbre fondation cassianite. En 977, Honorat (948-978), évêque de Marseille et, bien entendu, membre de la famille vicomtale, rétablit une communauté de moines selon la règle de saint Benoît à Saint-Victor où le cénobitisme avait été absent pendant deux siècles. Les évêques et les vicomtes de cette ville conservent un important contrôle sur cette institution jusqu’autour de 1005 : à cette date, l’évêque Pons (978-1008) met l’abbé Guifré à sa tête sous le conseil des réformateurs Garnier de Psalmody et Archindric de Montmajour et avec l’accord des moines. Quelques années plus tard, le monastère, directement placé sous la mouvance de Rome, jouit d’une immunité à l’égard de la hiérarchie épiscopale qui le rend semblable à Cluny. Saint-Victor et ses prieurés deviennent une congrégation : plusieurs maisons religieuses sont affiliées à l’abbaye mère, qui nomme les abbés de ses monastères et contrôle directement ses prieurés. Tout au long du XIe siècle, les vocations et les dons affluent nombreux vers la congrégation victorine, dont le développement, encouragé par les papes réformateurs, est spectaculaire.

61C’est sous Isarn, élu à la tête de Saint-Victor en 1020 grâce à l’intervention d’Archindric, abbé de Montmajour, que s’amorce cette expansion. En Provence, la munificence des vicomtes de Marseille – mais aussi des comtes et de nombreuses familles comme les Reillanne – permet à la congrégation de s’implanter notamment dans les hautes vallées de l’Huveaune et de l’Arc et dans le pays de Manosque et de Forcalquier : une bonne trentaine de prieurés dépendent de Saint-Victor dans le comté. À partir de 1042, les plus importants des monastères de la Catalogne – Ripoll, Cuixà, Sant-Joan des Abadesses, Sant-Miquel del Fai – sont rattachés à la congrégation victorine. Les comtes de cette principauté tiennent trop à la coexistence pacifique avec al-Andalus, dont les soldes et les tributs apportent l’or à leurs terres, pour confier la réforme de leurs monastères aux clunisiens, farouches partisans de la croisade : le terrain catalan est donc libre pour Saint- Victor. Sous l’abbatiat de Peire (1047-1060) et de Duran (1060-1065), l’expansion s’oriente vers le Languedoc et le Rouergue où les comtes de Toulouse, les vicomtes de Nîmes et les vicomtes de Rodez font appel aux moines de la ville phocéenne, implantés à la Canourgue (1060), Vabres, Chirac, Sorèze et Saint-André (1062)… Les frères Bernat (1065-1079) et Richard (1079-1108), fils du vicomte de Millau, devenus abbés, parviennent à contrôler Montmajour et Psalmody en 1081 et à installer leur ordre dans l’île de Sardaigne dès 1089 : l’influence de Richard, cardinal puis archevêque de Narbonne, pilier de la politique de Grégoire VII, est grande. Au XIe siècle, le monachisme des pays du pourtour occidental de la Méditerranée présente sans conteste une tonalité victorine.

62Les moines de Saint-Victor proviennent principalement des lignages aristocratiques et des familles alleutières. Beaucoup sont arrivés dans le monastère comme oblats, offerts par leurs parents dès leur plus jeune âge : au milieu du XIe siècle, on estime à une vingtaine les enfants qui y sont éduqués sur une population de soixante religieux. Ils profitent d’une bonne bibliothèque et de l’enseignement de quelques professeurs formés parfois en Italie auprès de spécialistes du droit et de la médecine. Mais il ne semble pas que dans le monastère de la ville phocéenne l’engouement pour la culture soit excessif : l’idéal du scriptorium victorin, où l’on élabore avant tout des titres de propriété foncière, est l’esto brevis, l’efficacité dans l’écriture qui se manifeste le plus souvent par un style fruste. Bon nombre de frères, entrés en âge mûr dans la communauté, sont illettrés. Ils se sont « convertis » sur le tard, renversant le cours de leur existence à la fin de leurs jours, comme le vicomte Guilhem en 1004 :

Sur l’initiative de la miséricorde du Dieu tout-puissant et avec l’approbation de sa bienveillante clémence, lui qui ne veut pas la mort du pécheur, mais qu’au contraire il se convertisse et vive, moi Guilhem, vicomte de Marseille, gisant sur mon lit, dans la maladie que le Seigneur m’a envoyée, je suis entouré par les frères du monastère du bienheureux Victor, à savoir Guifred, placé à la tête du dit monastère comme prieur par l’abbé Garnier [de Psalmody], ainsi que les autres frères, et ceux-ci, selon la coutume des serviteurs de Dieu, ont entrepris de me suggérer que le moment était venu pour moi d’abandonner la milice séculière afin de militer pour Dieu. Aussi moi, grâce à Dieu, touché par leurs exhortations, j’ai sacrifié ma chevelure, et selon la règle de saint Benoît j’ai reçu l’habit monastique…
Trad. G. Duby, L’an mil, Paris, 1967, p. 166.

63Au seuil de la mort, ces personnages cherchent dans le monastère une quiétude qu’ils ne sauraient trouver dans un siècle plus que jamais troublé. Entourés par leur nouvelle famille, goûtant des prémices de l’au-delà dans le refuge monastique, c’est dans la sérénité qu’ils meurent. Voici le récit du trépas de l’un d’entre eux contenu dans la lettre qu’un prieur languedocien envoie à l’abbé Bernat de Millau vers 1077 :

Durant les huit jours que dura sa dernière maladie, alors qu’il souffrait de la tête, le patient ne cessa d’exhorter les frères qui le visitaient au sujet de la discipline régulière à garder les institutions voulues par les anciens. Après s’être confessé au prieur et à un autre frère venu d’ailleurs, il se dépouilla de tout, à part le peu de vêtements qui lui étaient encore nécessaires, ne souffrant même pas que le petit canif que l’on avait coutume d’avoir près de son lit y demeurât. Ayant reçu l’onction, il donna le baiser de paix à tous ses frères et, avant de recevoir l’eucharistie du Seigneur, il confessa publiquement ses transgressions contre les préceptes divins et abbatiaux et dit n’avoir été qu’un désobéissant, un prévaricateur et un orgueilleux. Confiant cependant dans la miséricorde du très doux Sauveur venu apporter le salut aux pécheurs, il affirma n’avoir jamais désespéré, mais demeurer dans l’espérance du pardon et une foi ferme. Alors, absous par la prière de tous, il fut communié. La nuit suivante qui était celle de la vigile de saint Michel, avant que la communauté ne se lève pour l’office de nuit, au son de la tabula (planche sur laquelle on frappait pour éveiller les moines la nuit), les religieux réveillés se précipitèrent autour de celui qui, allongé sur la cendre, était prêt d’expirer. Accompagné par ses frères en larmes et psalmodiant, le moribond fut porté processionnellement dans l’église du prieuré où il rendit bientôt l’esprit, reçu par l’archange Michel dans le sein d’Abraham.
Analyse de P.-A. Amargier, « Aperçus sur la mentalité », op. cit., p. 425.

64Paul Amargier a su déceler une spécificité dans la spiritualité victorine : plutôt que des oratores (« ceux qui prient ») ou des scriptores (« écrivains »), les moines deviennent des laboratores (« travailleurs »). Il est vrai qu’à Saint-Victor ni la liturgie n’atteint la splendeur de Cluny ni la culture ne parvient au niveau de Ripoll. C’est en grande partie par leur travail manuel que ces moines bâtisseurs, défricheurs et agriculteurs ont marqué l’histoire provençale du XIe siècle.

Libération des évêchés

65Autour de 1030, Saint-Victor, le plus beau fleuron du monachisme bénédictin en Provence, devient un vivier de réformateurs qui entreprennent de séparer l’Église séculière de la protection des seigneurs laïques. Raimbaud de Reillanne, archevêque d’Arles entre 1030 et 1069, est fort vraisemblablement issu du rang de ses oblats, formés par l’abbé Isarn, à moins qu’il ne soit devenu moine après avoir été prévôt du chapitre cathédral d’Arles. Devenu primat de la Provence, il prend la tête de toute une génération cléricale engagée dans le combat contre la simonie. Il compte sur l’appui inconditionnel de deux autres prélats : Estève d’Agde (1010-1046), évêque d’Apt, et Bénezet (1037-1047), évêque d’Avignon, fondateur de la collégiale de Saint-Ruf. À l’est du comté, des hommes sûrs les suivent dans leur programme de réforme comme Duran, abbé de Saint-Eusèbe d’Apt, élu évêque de Vence en 1016, ou comme Nitard, chanoine de Saint-Mary de Forcalquier, qui coiffe la mitre de Nice vers 1035. D’autres personnages, issus des lignages qui accaparent les sièges épiscopaux à leur profit, tiennent à renouveler l’Église dont ils sont devenus les pasteurs dans la plus pure tradition familiale : les évêques de Marseille, originaires de la maison vicomtale jusqu’en 1073, sont liés à Saint-Victor et à Raimbaud de Reillanne ; les Agout, seigneurs d’Apt, font succéder à Estève d’Agde leurs cadets qui s’avèrent des prélats soucieux de l’état de leur diocèse, faisant appel à la générosité de leurs parents. Cela ressort particulièrement dans le préambule d’un acte dicté en 1056 par l’évêque Alfant d’Agout (1048-1076) :

Ma propre Église, à laquelle j’ai été confié et qui m’a été confiée, est tombée plus bas que toutes les autres [...] Afin de mener à bien ce projet de construction, j’ai réuni mon clergé en concile lui demandant si, d’une quelconque façon, il voulait porter son attention sur ses besoins pour que, ayant constaté la déchéance de sa mère Église, écrasée, il la relève. À la fin, quelques clercs, attentifs à ma plainte, ont dit qu’avec l’aide de Dieu ils voudraient s’adonner à cette tâche [...] Et cherchant des compagnons pour mener à bien un tel travail, j’en ai trouvé d’idoines dans les personnes de mes deux frères Rostaing et Guilhem, princes de la ville, qui ont accepté volontiers et ont dit qu’ils s’y appliqueraient eux-mêmes et qu’ils céderaient leurs biens propres pour relever leur mère, l’Église susdite, de la ruine.
Trad. B. Venarde, « La réforme à Apt », op. cit., p. 138.

66Les Agout et les Marseille sont des exemples de cette collaboration traditionnelle entre les aristocraties et les évêchés. Des liens similaires ont dû exister pour d’autres sièges épiscopaux : Gap, Sisteron et Vaison et les Orange-Mévouillon ; Digne et les Moustiers-Gaubert ; Antibes et les vicomtes de Grasse… Les critiques des grégoriens sont, toutefois, souvent dures, alors qu’ils accusent certains pasteurs de dilapider les menses épiscopales au profit de leur famille. C’est dans leur episcopatus qu’ils puisent des terres pour récompenser la loyauté de leurs parents ou fidèles, situation qui nous est décrite par un célèbre document relatif à Sisteron rédigé en 1066 :

Ensuite vinrent des prétendus évêques, qui ne sont pas des évêques mais des loups ravisseurs, simoniaques, envahisseurs de bien d’Église et mariés publiquement. Comme les autres hommes honorent les religieuses, ces évêques mirent grand soin à tenir publiquement des concubines. Et, ce qui n’était pas encore détruit, ils le dilapidèrent pour doter leurs fils et leurs filles. S’il restait des dîmes, des vignes, des terres cultes ou incultes ou des censives, ils les ont entièrement données ou vendues. Ils n’étaient pas des pasteurs mais des mercenaires ; au lieu de garder les brebis, ils tondaient leur laine et suçaient leur lait ; ils recherchaient leur intérêt et non pas Jésus- Christ. Après la mort de ces évêques, un laïque, Raimbaud [d’Orange- Mévouillon], chevalier très riche et puissant, acheta l’évêché pour son fils ; mais cet enfant était en bas âge et ne pouvait pas tenir l’évêché. Cependant, tandis qu’il grandissait et s’instruisait, son père l’attacha ailleurs et il fut ordonné évêque de Vaison, alors que l’évêché de Sisteron restait vacant et privé de pasteur pendant dix-sept ans. Durant cette vacance, le noble Raimbaud avec ses chevaliers avait envahi tout le patrimoine de l’évêché. Raimbaud vendit, les chevaliers achetèrent ; et ce qui n’avait pas été détruit, il le détruisit tout à fait, car il n’en resta même pas une poule. Ainsi, ils réduisirent l’évêché à néant, si bien qu’on aurait pu à peine trouver pour l’évêque un endroit où reposer une seule nuit, à moins d’user d’injuste violence ou de recourir à l’avilissante mendicité.
Trad. É. Baratier, Documents, op. cit., p. 106-108.

67Vers 1060, la lutte entre les réformateurs, appuyés par la papauté et par les comtes de Provence, et les partisans de la protection contraignante de l’Église par les lignages devient des plus dures. Hildebrand en personne, archidiacre de Rome et futur pape Grégoire VII, donne le coup d’envoi de l’affrontement au synode qu’il réunit à Vienne en 1057. À cette occasion, il dépose solennellement l’archevêque d’Embrun, qu’il remplace par Guiniman, chanoine de Romans. En 1060, Raimbaud de Reillanne et Hugues le Blanc, abbé de Cluny et légat pontifical, convoquent un concile à Avignon pour régler la question de Sisteron : Raimbaud d’Orange-Mévouillon y est excommunié et Giraud Chabrier, prévôt de la collégiale d’Oulx dans le Briançonnais, est élu évêque. Mais, même après sa consécration des mains de Nicolas II, Giraud, rejeté par les guerriers de Sisteron, ne pourra jamais prendre possession de son siège ; il se réfugie au chapitre de Saint-Mary de Forcalquier, qu’il hausse au rang de « concathédrale » concurrente de Sisteron, en lui accordant toutes les églises de la partie méridionale de son diocèse. Les réformateurs rencontrent des difficultés semblables au siège de Gap, auquel s’accroche Ripert, excommunié pour simonie vers 1060 : Arnoux, ancien moine de La Trinité de Vendôme, sacré évêque à sa place par Alexandre II, est contesté dans ses nouvelles fonctions. Il meurt en 1074 des suites d’une blessure que lui inflige un chevalier de la ville. Mais en dépit d’une recrudescence de la lutte dans les dernières décennies du XIe siècle, les grégoriens ont partie gagnée : vers 1100, la plupart des sièges épiscopaux sont occupés par des hommes dévoués à Rome. Les évêques n’appartiennent plus qu’exceptionnellement aux grandes maisons aristocratiques ; ils sont dorénavant recrutés dans les chapitres réformés où les chanoines, aux plus modestes origines sociales, vivent selon la règle de saint Augustin.

68L’on comprend ainsi l’attitude des prélats du comté lors de la querelle des investitures qui oppose Grégoire VII (1073-1085) à l’empereur Henri IV (1056-1106). La Provence, terre d’empire dès 1038, date de la disparition du royaume de Bourgogne, se trouve aux premières loges de ce conflit. Or, parmi les évêques de l’ancienne marche, le choix romain prévaut de façon presque unanime. Seul Aicard de Marseille (1070-1080), archevêque d’Arles, s’attire les foudres de la papauté ; les légats pontificaux, Hugues de Die et Richard de Millau, abbé de Saint-Victor, le déposent sans doute davantage pour son parti pris favorable à Henri IV et à l’antipape Clément III que pour l’irrégularité de son accession à l’épiscopat. Brémond, abbé de Montmajour, proche d’Aicard, est chassé de son monastère par la même occasion. Bertrand II (1055-1090), comte de Provence, saisit sa chance pour prendre ses distances à l’égard de l’autorité impériale et joue à fond la carte pontificale : le 25 août 1081, il prête serment de fidélité à Grégoire VII après lui avoir abandonné son domaine et les églises de son patronage. Le pouvoir des légats et des nouveaux évêques, maîtres des cités, est fort plus que jamais en Provence. À l’heure de Canossa, la puissance séculière ayant été reléguée à une position subordonnée, les bases de la théocratie sont jetées dans le comté.

69En milieu rural, le succès des grégoriens reste, toutefois, loin d’être aussi éclatant. Leur combat pour dégager les églises des campagnes de l’emprise des lignages est certes aussi ancien que leur action pour renouveler le personnel épiscopal, mais il n’obtient pas les mêmes succès. Dans les chartes du XIe siècle, les mentions de paroisses sont de plus en plus nombreuses : près de leur château, les sires ont fait construire une église, entourée d’un cimetière ; elle devient le lieu de culte des paysans de leur seigneurie. En conséquence de la diffusion des idées réformatrices, un mouvement de restitution de ces paroisses aux évêchés et monastères s’amorce. C’est par exemple le cas de Saint- Hermet, dans le territoire de Marignane, église soustraite en 1022 à l’aristocratie par Pons, archevêque d’Arles :

Cette église, avec la terre qui lui appartient, est de saint Pierre, prince des apôtres, à Rome, ville d’Italie. Des hommes laïques la possédaient cependant et cela me déplut. Ayant donc compris qu’il était plus sûr que des serviteurs de Dieu possèdent cette sainte terre plutôt que des laïcs, je la mis sous le pouvoir du siège du glorieux saint Victor.
Éd. B. Guérard, Cartulaire, op. cit., n° 208. Traduction de l’auteur.

70À la suite de ces donations, la consécration, officiée par l’évêque, symbolise ce transfert d’un lieu de culte des mains des laïcs au clergé. Une réflexion ecclésiologique sur le mariage, un autre des champs d’action des grégoriens, transparaît dans les préambules des documents qui décrivent cette cérémonie au cours de laquelle des reliques sont placées dans l’autel de l’église.

Jésus lui-même, fils de la Vierge, assumant la nature humaine dans les entrailles de sa mère, s’associa la sainte Église et, l’épousant avec l’anneau de la foi et lui donnant l’habit nuptial comme à sa propre épouse, il l’aima jusqu’au point de mourir pour son amour. Ainsi donc, celui qui s’était fait vainqueur de la mort ordonna de préparer sur toute la terre aussi bien des mariages que les maisons dans lesquelles ils devraient se célébrer ; ces maisons ont été appelés du nom d’église en raison de leur fréquentation et du rassemblement des fidèles.
C’est pourquoi moi Pons [1019-1032], par la grâce de Dieu archevêque d’Aix, touché par l’amour et par la dilection de Dieu et du très glorieux Victor, martyr, et des abbés et des moines de ce monastère, je fais consacrer cette église avec une volonté bonne et aimable. Je décide et je décrète cela. Au nom de Dieu et en mon nom propre, j’excommunie tout homme ou toute femme d’une quelconque dignité qui oserait jamais y entrer par la force ou y faire des déprédations. Qu’en honneur du très glorieux martyr Étienne ce lieu et ceux qui y habiteront demeurent en paix, quiétude et sécurité. Je donne aussi à cette église, consacrée en honneur de saint Étienne, toutes les églises construites dans le territoire du castrum qui s’appelle Tourves avec tout ce qui leur appartient, avec les prémices, les oblations, les dîmes, les quarts et les cimetières, ainsi que les églises de Saint-Maurice, de Saint-Provas, de Saint-Jean, de Saint- Michel, de Saint-Sulpice et de Sainte-Marie de la Gayolle et de Saint- Julien, en plus de l’église de Saint-Pierre qui est en train d’être édifiée. Je prie tous les puissants, solennellement rassemblés pour cette consécration, de quelque dignité qu’ils soient, d’accorder de façon charitable à cette église des biens de leur honneur. [Suit une longue liste de donateurs laïques].
Éd. B. Guérard, Cartulaire, op. cit., n° 325, acte du 5 XI 1019. Traduction de l’auteur.

71Mais les lignages ne voient pas toujours d’un bon œil cette mainmise de la juridiction épiscopale sur ce qu’ils considèrent leurs propres églises. Ces paroisses sont une source intarissable de revenus : dîmes, prémices, oblations, mortalages et services… L’autorité des sires sort d’ailleurs renforcée de la nomination et du contrôle des prêtres de ces églises. Les lignages s’arrangent donc pour garder ces lieux de culte, et même pour s’en faire accorder le droit de patronage par les autorités ecclésiastiques. C’est le cas de Peire et ses fils, hommes de l’abbé de Saint-Victor, qui leur cède vers 1050 la chapellenie de Saint- Mitre et du Saint-Sépulcre en bénéfice pour leur service et leur fidélité ; c’est aux nouveaux protecteurs de veiller sur les mœurs du desservant qu’ils nommeront : « Que le chapelain qui célébrera la messe dans ces églises vive chastement, sans union avec femme ni turpitude de luxure ». En dépit des vœux exprimés par les grégoriens, l’autorité des laïcs sur les lieux de culte ne disparaît pas aussitôt : tout au long des XIIe et XIIIe siècles, églises privées et dîmes perçues par les seigneurs demeurent une pomme de discorde envenimant les rapports entre le clergé et l’aristocratie.

Pacification de la société

72À partir des années 1020, tandis que guerres et révoltes éclatent partout en Provence, des assemblées réunissent moines et paysans en quête d’une solution à cette situation belliqueuse. Autour des châsses qui contiennent les reliques des saints protecteurs des églises et monastères, ils implorent le ciel de faire cesser les vexations de l’aristocratie. Les prieurés clunisiens, comme Sarrians en 1037, accueillent souvent les modestes pèlerins qui se rendent à ces rassemblements pénitentiels. Ce sont aussi les moines de Cluny qui encouragent d’autres réunions où les sires règlent à l’amiable leurs différends. Vers 1033, Raoul Glabre affirme que, d’une façon très précoce dans la province ecclésiastique d’Arles, « les prélats et les grands de tout le pays allaient tenir des conciles pour le rétablissement de la paix et pour l’institution de la foi ». Pour faire restaurer un ordre permettant à l’Église d’exercer son ministère et d’assurer le salut des âmes, les clunisiens répandent le mouvement de paix. Face aux exactions d’une aristocratie turbulente, la justice doit être respectée et les pauvres – clercs, paysans et femmes sans défense – ne peuvent plus être molestés. Des lieux d’asile (enceinte des églises, sauvetés autour d’elles, croix des carrefours) sont établis qui ne sauraient être souillés d’aucune violence. Pour faire respecter ces dispositions, l’arsenal punitif des clercs se limite aux seules sanctions spirituelles : les guerriers fautifs tomberont sous le coup de l’excommunication. C’est avec de pauvres moyens que les clercs tentent de contenir une violence aristocratique que les comtes ne sont plus à même dans leur faiblesse de réprimer.

73Ces idées pacificatrices trouvent un écho plus que favorable dans le monastère de Saint-Victor. L’hagiographe d’Isarn met dans la bouche du saint abbé ces paroles à l’adresse de ses paysans : « Qui vous touche, touche la prunelle de mes yeux ». Dès son intronisation sur le siège d’Arles, son disciple Raimbaud de Reillanne se rend en Narbonnaise où le mouvement de paix revêt une ampleur particulière. Il y rencontre Oliba, évêque de Vic, inventeur de la notion de trêve de Dieu : au cours des périodes où le calendrier liturgique prône la pénitence et l’augmentation des actes de piété, toute activité militaire doit être arrêtée. C’est en Provence que cette idée passe de la théorie à la pratique et devient une institution. En 1041, Raimbaud d’Arles, Odilon de Cluny, Bénezet d’Avignon et Nitard de Nice adressent une lettre aux évêques lombards, où la trêve de Dieu apparaît pour la première fois nettement exprimée :

Nous vous demandons et adjurons, vous tous qui craignez Dieu, qui croyez en lui et avez été rachetés par son sang, de faire ce qui est le plus profitable pour l’âme et pour le corps et de maintenir la paix parmi vous, afin de mériter par là d’être en paix avec Dieu et d’atteindre le repos éternel. Acceptez et gardez par conséquent la trêve de Dieu que nous avons déjà nous-mêmes acceptée et maintenue, comme nous ayant été envoyée du ciel par la divine miséricorde ; elle consiste en ce que, à partir du mercredi soir, tous les chrétiens, amis ou ennemis, voisins ou étrangers, observent une paix complète et une trêve durable, jusqu’au lever du soleil le lundi matin [...]. Celui qui observera et maintiendra cette paix et cette trêve de Dieu, sera absous par Dieu le Père tout-puissant, par son Fils Jésus- Christ, par le Saint-Esprit, par Marie et par tous les saints. Au contraire, que celui qui n’observe pas la trêve jurée et qui la rompt volontairement, soit excommunié par Dieu le Père, par son Fils Jésus- Christ, par le Saint-Esprit et par tous les saints, qu’il soit excommunié, maudit ; qu’il soit méprisé toute l’éternité et condamné comme Dathan, Abiron et Judas. Celui qui commettra un meurtre durant les jours de la trêve de Dieu sera banni, chassé de sa patrie, et devra aller en pèlerinage à Jérusalem pour y subir un long exil. Si quelqu’un rompt d’une manière moins grave la trêve de Dieu et la paix, il sera puni conformément aux lois civiles et, en outre, il subira une double pénitence ecclésiastique [...]. Nous sommes persuadés que cette institution nous a été envoyée du ciel, parce que tout est chez nous dans le plus triste état. On n’observe même plus le dimanche et on y continue toutes les œuvres serviles. Nous avons donc consacré à Dieu quatre jours : le jeudi à cause de l’ascension du Christ, le vendredi en mémoire de ses souffrances, le samedi en raison de sa sépulture et le dimanche à cause de sa résurrection, en sorte qu’en ces jours il ne devra y avoir aucune expédition et nul n’aura à redouter son ennemi [...]. Nous bénissons et déclarons absous tous ceux qui aiment cette paix et trêve de Dieu ; par contre, tous les opposants seront excommuniés, maudits et anathématisés par nous et exclus de la sainte Église. Celui qui punira tout transgresseur de cette trêve de Dieu doit être regardé comme exempt de toute faute et les chrétiens doivent le bénir comme faisant l’œuvre de Dieu. Si durant le temps de la trêve quelqu’un découvre ce qui lui aurait été enlevé pendant un jour ordinaire, il ne doit pas le reprendre en ce moment pour ne donner à l’ennemi aucune occasion de rompre la trêve.
Trad. Hefele-Leclercq, Histoire des conciles, Paris, 1907, livre 28, p. 971-973.

74L’année suivante, Raimbaud réunit un concile à Saint-Gilles où siègent vingt-deux prélats. Il y proclame de nouveau la trêve de Dieu et demande avec les participants « de déposer les armes à partir d’aujourd’hui [4 septembre] jusqu’à la nativité de saint Jean [24 juin] ». Le carême vient aussitôt s’adjoindre à ces laps de temps où la violence est punie d’anathème. Un épiscopat réformé tient à réduire la guerre privée à sa plus minime expression.

75Le mouvement de paix s’en prend de même au brigandage, au pillage et à l’arbitraire de l’exaction seigneuriale. Le bien fondé des nouveaux prélèvements, exigés par l’aristocratie au nom du ban qu’elle s’est récemment approprié, est mis en question : quand ils perçoivent des taxes, les sires font fi de l’ancienne coutume. L’expression « mauvais usages » apparaît jusqu’à la satiété dans les cartulaires monastiques pour dénoncer les abus des guerriers :

Moi, Rostaing [1047-1080], évêque d’Avignon, j’avais, contre le précepte de Dieu, un mauvais usage sur le prieuré de Saint-Promace à côté du castrum de Forcalquier : en dépit de la coutume, mes hommes prenaient sur les vignes du susdit saint tout ce qui bon leur semblait, prélevant les custodes qu’on appelle « gardes » en langue vulgaire. Ils exigeaient en outre de mauvaises coutumes sur les paysans qui habitent ce village et leur arrachaient par la force tout ce qu’ils pouvaient. C’est pourquoi, considérant que cela est un grand péché contre la volonté de Dieu, j’ai abandonné ce mauvais usage et j’ai ordonné d’écrire cela et de le confirmer de ma part, de la part de la comtesse et de tous nos princes, afin que personne dans l’avenir – qu’il soit comte, évêque ou prince – n’ose faire de même.
Éd. B. Guérard, Cartulaire, op. cit., n° 665. Traduction de l’auteur.

76Dans l’imaginaire des partisans de la paix, les guerriers, qui accaparent les patrimoines ecclésiastiques et exploitent les paysans, sont les suppôts de Satan. La vie d’Isarn, dont les miracles châtient les bandes armées, ou d’Arnoux de Gap, martyr de la réforme, en témoignent autant que les représentations sculptées des sicaires d’Hérode égorgeant les saints Innocents dont s’orne le roman provençal. Pourtant, les réformateurs essayent d’intégrer la fonction militaire dans le nouvel ordre chrétien qu’ils entendent construire. En christianisant les gestes du guerrier, devenu miles Christi par un adoubement désormais sacralisé, les clercs élaborent une idéologie chevaleresque où le maniement des armes trouve sa justification. La guerre ne saurait se faire au détriment des paysans ; en revanche, elle devient juste quand il s’agit de libérer la Terre Sainte qu’occupent les infidèles en dépit du droit. La croisade, œuvre d’expiation collective, apparaît comme l’aboutissement logique de la paix de Dieu : la lettre de Raimbaud et Odilon aux évêques lombards ne prévoyait-elle pas le pèlerinage pénitentiel à Jérusalem pour les transgresseurs de la trêve ? De surcroît, le passage d’outre-mer ne permet pas seulement d’expier les fautes commises. Il favorise de même l’épanchement d’une agressivité mal contenue en Occident.

77En 1095, le pape Urbain II, naguère grand prieur de Cluny, traverse la Provence au cours du voyage qui le mène à Clermont, où il prononce l’appel à la première croisade. Au-delà de toute attente, il provoque un large enthousiasme parmi ses auditeurs. Raimond IV de Toulouse (1066-1106), comte de Saint-Gilles et marquis de Provence, devient l’un des principaux chefs de l’expédition. Il mourra sous les murs de Tripoli où ses descendants fondent un comté latin. À côté des Languedociens, les Provençaux le suivent nombreux : des membres des maisons de Châteaurenard, de Baux, de Fos ou d’Agout se rendent auprès de lui ; Aicard de Marseille, archevêque d’Arles démis de ses fonctions, et d’autres évêques déchus qui désirent faire pénitence font partie de la troupe. Des jeunes trop encombrants en Provence, comme Guilhem Porcelet, tombé sous le coup de l’anathème pour avoir entrepris un raid sur les terres du monastère de Saint-Gilles, suivront leurs pas. Bien de ces personnages, pour la plupart cadets des grands lignages, font souche dans le comté de Tripoli. Leurs descendants s’y taillent de belles seigneuries et participent activement au gouvernement de cette principauté où ils parviennent à une réussite politique et sociale qui leur était interdite entre Rhône et Durance. C’est outre-mer que l’aristocratie provençale réalise au XIIe siècle sa première expansion.

78L’Église sort renforcée de la crise du pouvoir comtal dans laquelle s’enfonce la Provence à partir de 1018. La christianisation des campagnes progresse au cours de cette période mouvementée : le patronage des sires sur les églises privées permet au réseau paroissial de s’étendre jusqu’aux plus petits villages ; le revers de la médaille en est la dépendance du bas clergé rural vis-à-vis de l’aristocratie. Il n’en va pas de même au sommet de la hiérarchie sacerdotale où les évêques, issus des milieux réformateurs et affranchis de l’emprise des grands, jouissent d’un prestige accru. Moines au début du XIe siècle, ces prélats sont de plus en plus choisis au sein des chapitres cathédraux, où à l’instar des religieux les chanoines vivent en commun et suivent une règle. Après leur consécration, ils exercent leur mission épiscopale avec d’autant plus d’autorité que leur autonomie à l’égard de l’aristocratie est grande. La plupart des monastères ont également ressenti l’étau lignager se desserrer autour d’eux à la suite de la réforme. L’action de ces ecclésiastiques dépasse de beaucoup les bornes du spirituel ; leur intervention dans la sphère du profane est continue : ils élaborent une nouvelle idéologie chevaleresque ; ils diffusent le mouvement de paix ; ils limitent les prélèvements seigneuriaux ; ils prêchent la croisade… Avant qu’ils ne deviennent amers par une trop longue intromission dans le politique, les fruits de l’intervention du clergé réformé dans le monde laïque sont doux. Ils suscitent encore l’admiration de paysans et des aristocrates qui font affluer leurs dons vers l’Église.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Tableau de filiation de la famille comtale de Provence des Xe-XIe siècles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 2 – Carte de la Provence vers l’an mille.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 3 – Carte des patrimoines de la vieille aristocratie provençale source : M. Aurell, Une famille, op. cit., p. 83 ; d’après É. Baratier, Enquêtes, op. cit., p. 131
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 4 – Chapiteau du cloître de Saint-Trophime d’Arles. Le massacre des innocents © photo de J.-M. Devevey
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Légende Fig. 5 – Les donateurs de Saint-Victor de Marseille au XIe siècle source : M. Aurell, « Le lignage », op. cit., p. 151 ; d’après B. Guérard, éd., Cartulaire, op. cit., t. 1
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 6 – Tableau de filiation de la maison de Grasse d’après la généalogie du milieu du XIIe siècle source : M. Aurell, « La détérioration », op. cit., p. 12
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540