Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Introduction

Texte intégral

1Venu du latin provincia, « province », le nom de Provence adresse aux terres les plus profondément et les plus durablement romanisées du sud de la Gaule. De ce critère assez flou, les mots de Provence ou de Provençal conservent, pendant le Moyen Âge, une certaine plasticité. Ils peuvent s’étendre des Alpes au Languedoc, ou à une partie de celui-ci. Cela n’empêche pas, depuis le haut Moyen Âge, une acception concurrente de la Provence, qui la situe à l’est du Rhône. Le présent livre se fonde sur ce sens plus ferme. De manière plus précise encore, il se consacre à la région à peu près définie par le marquisat de Provence, ainsi qu’il émerge dans les années 970.

2Au cours du demi-millénaire qui va de 972 à 1482, entre la victoire sur les bandes musulmanes du Fraxinetum et l’annexion à la France, cette Provence développe en effet une vigoureuse personnalité. Elle devient un espace cohérent, et ce malgré les divisions qui affectent bientôt le marquisat. Pour l’essentiel, il se scinde en un comté de Provence, au sud de la Durance, un comté de Forcalquier (réuni au précédent vers 1200), et un Comtat Venaissin, territoire que les événements de la croisade albigeoise font passer de l’autorité du comte de Toulouse au Saint-Siège. Si la Provence connaît une autonomie de fait, favorable à l’émergence d’une conscience commune de ses habitants, elle est pourtant insérée de droit dans des ensembles politiques plus vastes : royaume de Bourgogne, confédération catalano-aragonaise, territoires angevins ou États pontificaux. Cependant, les maisons de Barcelone et, surtout, d’Anjou, mais aussi la papauté en Comtat Venaissin, développent un appareil institutionnel et administratif pour gouverner plus efficacement la contrée. La genèse d’un cadre étatique solide renforce le sentiment d’identité des Provençaux. Fiers d’appartenir à une même terre, ils parlent une langue qui affirme alors ses traits dialectaux à l’intérieur de la famille occitane.

3Entre les XIIe et XIIIe siècles, les guerriers du marquisat participent aux aventures ibériques et, plus encore, italiennes de leurs rois. De leurs voyages dans ces contrées lointaines, ils rapportent un savoir-faire militaire et une agressivité qui contribuent aux nombreuses luttes intestines qui déchirent la Provence. Néanmoins, les périodes spécialement troubles correspondent au XIe siècle et à une partie des XIVe-XVe siècles. Les crises politiques ne coïncident pas nécessairement avec une dépression économique. Si dans la seconde moitié du XIVe siècle, temps du brigandage des grandes compagnies, la famine et la peste affligent également la population, le XIe siècle a un autre visage. Les révoltes des seigneurs, qui instaurent des châtellenies indépendantes, ne contredisent pas un évident essor agricole et démographique. La poursuite de la croissance suscite bientôt des communes fortes, actrices sinon prépondérantes du moins à part entière de la vie politique des années 1130-1260. À cette époque, la Provence des villes rappelle, à bien des égards, l’Italie septentrionale voisine.

4Les mutations sont aussi importantes dans la vie spirituelle et intellectuelle. À la fin du Xe siècle, un mouvement monastique dynamique touche l’Église provençale. La réforme grégorienne venue de Rome, toute proche, la transforme en profondeur quelques décennies plus tard. Aux XIIe et XIIIe siècles, les ordres militaires puis mendiants s’implantent dans le pays avec un succès remarquable. En revanche, l’installation des papes à Avignon, à une époque de crise de l’institution pontificale puis de schisme, n’apporte pas le renouveau escompté, si ce n’est, dans une certaine mesure, sur les plans artistique et intellectuel. Mais la culture profane de la Provence ne manque pas non plus d’intérêt. Elle s’identifie en grande part à l’œuvre des troubadours, dont les chansons amoureuses et politiques témoignent d’une civilisation de cour raffinée.

5Le but de cet ouvrage est de décrire toutes ces évolutions chargées de sens et, plus encore, de les expliquer et de les comprendre au-delà de leurs contradictions apparentes. Nous avons essayé de tirer du cercle fermé des spécialistes, pour les rendre accessibles au plus grand nombre, les fruits de l’érudition jusqu’à la plus récente. Depuis trente ans, la recherche a beaucoup progressé. Les pouvoirs, la religiosité, la noblesse, la seigneurie et les villes sont désormais mieux connus. Les pages qui suivent favorisent ces thèmes. Elles ne s’en contentent pas. Elles présentent sous des angles d’attaque multiples cinq siècles décisifs pour la construction de la Provence.

6Nous ne saurions toutefois entamer le développement sans remercier les Publications de l’Université de Provence, le Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et tous ceux qui ont facilité notre tâche, par leur soutien amical et par les documents mis à notre disposition.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540