Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Conclusion générale

Denis Woronoff

Texte intégral

1Ce colloque s’est tenu moins de deux ans après la fermeture du bassin de Gardanne et quelques mois après celle du dernier puits en exploitation à La Houve, en Lorraine, qui marque, pour notre pays, la fin de l’aventure charbonnière. C’est dire que l’examen collectif d’une histoire encore chaude n’allait pas sans difficulté. Le risque a été pris et surmonté. Contrairement d’ailleurs à une opinion répandue, il n’est jamais trop tôt pour faire l’histoire d’un moment. Il faut simplement savoir qu’elle sera provisoire, sujette à rectifications successives. « Un bassin minier en Europe : Gardanne », ce titre était un appel à la comparaison internationale. La Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Espagne ont été ainsi l’objet de contributions. La bonne échelle dans ce cas, on le mesure à la lecture des articles, n’est pas le territoire national mais le bassin, unité de travail et communauté de vie. À cette première mise en perspective s’est joint le souci de donner toute l’épaisseur chronologique nécessaire à l’étude. Trois siècles n’ont donc pas été de trop.

Le temps de l’exploitation

2L’extraction charbonnière a été et reste un métier en situation extrême qui cumule surprises et dangers. Le bassin de Gardanne n’a pas été épargné par les accidents mortels et la vigilance a accompagné, comme partout, la pratique des mineurs. Rien de comparable cependant avec les catastrophes qui ont endeuillé périodiquement les grands bassins français et européens. L’avantage est aussi du côté de la Provence en termes de facilité d’accès du minerai. Les contraintes de site déterminent largement la réussite d’une exploitation. À Gardanne, le pendage des couches, leur puissance, la solidité des toits, la possibilité de circuler en milieu encaissant sont autant d’atouts. Dans le Nord ou dans le bassin de Saint-Étienne, il faut aller chercher le charbon à grande profondeur. Les veines sont faillées, peu puissantes ; on y a travaillé longtemps « à col tordu ». Ces bassins sont handicapés par une géologie compliquée. La mécanisation et l’organisation scientifique du travail ont vite rencontré leurs limites, financières pour l’une, techniques pour l’autre et ont conduit à abandonner une partie du territoire souterrain au profit des secteurs les plus faciles à investir.

3Autre contrainte de site, la qualité primaire du charbon. Le lignite, peu calorique et fort soufré, ne peut faire jeu égal avec les meilleures houilles de Firminy, par exemple, sans parler de celles qui arrivent aux ports de Méditerranée en provenance de Grande-Bretagne. Sur ce point, le charbon des Asturies n’a pas rempli les espoirs qui avaient été placés en lui. La nature du charbon dépend aussi, dans un même bassin, de l’emplacement précis où il est extrait. D’un puits l’autre, d’un niveau l’autre, des différences notables apparaissent. L’incertitude du produit est familière aux compagnies minières et, partant, les mécomptes de l’emploi. Longtemps on pourra dire d’elles : elles font du charbon mais elles ne savent pas le charbon qu’elles font. Une autre dimension du problème doit être mise en avant. Le charbon n’est pas vendu comme il arrive en bord de fosse. Il est trié, lavé, éventuellement cokéifié et, de toute façon, examiné. Le « jour », ses hommes et ses installations, a la fonction décisive de faire du produit une marchandise. Les connaissances théoriques éclairent la prise de décision. Qu’il s’agisse de la marche de l’extraction ou du traitement du charbon, le rythme des progrès de la géologie et de la chimie ont scandé le développement de l’industrie charbonnière. Dernier obstacle à surmonter, la distance – ou plus précisément le temps de trajet – qui peut dissuader des clients d’entrer en relation avec un bassin trop enclavé. Cela a été longtemps le handicap de Carmaux. La solution s’impose, en attendant une révolution des transports : trouver des clients sur place et surtout attirer de nouveaux consommateurs. Ce sera principalement des verriers et des sidérurgistes. Mais toute industrie dépend, dans des proportions variables, d’une énergie motrice ou thermique. Gardanne a ainsi réussi à alimenter les fours et les chaudières d’une bonne partie de l’espace industriel de Marseille.

4La productivité du travail à la mine a été évoquée à plusieurs reprises. En longue durée, la tendance est à la hausse vive. Toutefois, les caractéristiques de l’extraction charbonnière entraînent des paliers, voire des régressions que ne connaissent pas les autres activités industrielles. Il faut d’autre part ne pas oublier deux biais statistiques : dans la dernière période les exploitants ont eu tendance à abandonner des secteurs peu productifs, ce qui a dynamisé les résultats. En revanche, lorsque les prix étaient insuffisamment rémunérateurs, il n’était pas rare, une fois les magasins combles, de mettre une fraction du personnel en chômage technique, d’où l’impression d’une baisse de rendement. Les Houillères de Provence font figure de champion dans ce domaine, grâce à une politique audacieuse d’investissement. Pourtant, on le sait, le retour est lent et incertain. Il fallait donc envisager le long terme et prendre des risques. Avec le Capital, le Travail. La main-d’œuvre a été au centre des débats qui ont davantage mobilisé l’histoire sociale et politique que l’histoire économique ou technique. La catégorie phare des mineurs a retenu l’essentiel de l’attention, laissant peu de place aux ingénieurs, techniciens, ouvriers du jour et employés. Dans les pays de longue tradition minière comme la Grande-Bretagne, L’Allemagne ou la Belgique, l’extraction industrielle du charbon a bénéficié d’une forte accumulation primitive de main-d’œuvre. En France, celle-ci faisait défaut et le déficit est demeuré, pendant les trois siècles de l’industrie charbonnière. Les paysans ont formé comme partout la base de l’effectif des mineurs. Mais, des Belges aux Marocains en passant par les Italiens et les Polonais, une Internationale du travail minier a fourni le surplus de bras nécessaire. Par ce biais, notre industrie a souvent acquis des techniques expérimentées ailleurs. Les connaissances savantes et les savoirs pratiques ont dû s’adapter aux réalités du terrain, constituant une sorte d’« intelligence du site », autant dire un élément d’une culture de bassin.

5La combativité est partie intégrante de l’image du mineur. En Grande-Bretagne, des solidarités anciennes ont donné naissance à des syndicats puissants. En France, dès le Second Empire, des grèves manifestent la capacité d’organisation des mineurs et la violence des affrontements. Trois grandes grèves ont marqué le XXe siècle, 1919, 1948, 1963. L’héroïsation du mineur s’affirme alors dans la lutte, sous la conduite de la CGT et avec le relais du Parti Communiste. Cependant, le monde de la mine n’est pas aussi uni que le discours thorezien le répète. Il a connu des syndicats « jaunes » dans le Nord, au tournant des XIXe-XXe siècles, qui refusaient l’idéologie de la lutte de classes. Des syndicats chrétiens, en particulier en Lorraine, se sont implantés solidement, ce qui crée une autre ligne de faille dans le mouvement ouvrier. Enfin, à l’occasion justement des grèves de 1948, la scission de Force Ouvrière affaiblit la CGT déjà ébranlée par l’échec du conflit. La rencontre de Gardanne a évoqué ces tensions internes ainsi que les rapports complexes qui se nouent entre les municipalités, ici socialistes et communistes, et les syndicats. Malgré la prégnance du système syndical et politique, il ne s’agit pas dans ce cas de « contre-société ». Car les compagnies houillères puis les Charbonnages de France ont élaboré un ensemble d’institutions, de règles et de pratiques qui conditionnent la vie des mineurs. Ce que, pour les Houillères du Bassin de Lorraine on a pu appeler la « HBLisation ». Bon gré, mal gré, le syndicat a sa place dans le dispositif. Son paradoxe est d’être simultanément un pouvoir d’opposition et un levier d’intégration. À partir de 1946, un changement radical et bénéfique pour les salariés de la mine est accompli par la nationalisation. Nouveaux patrons, nouveaux droits. En termes d’exploitation, l’intervention de la puissance publique n’est pas chose récente. En France au moins, la mine a toujours été une affaire d’État. En va-t-il de même ailleurs ? En Grande Bretagne, l’intervention publique ne paraît s’affirmer qu’à partir des années 1911-1912, par des négociations salariales à l’échelle nationale que le gouvernement impose. La mobilisation industrielle déterminée par la Grande Guerre a achevé de placer cette activité stratégique sous le regard et la tutelle de l’État. Dans le cas des Asturies, le Corps des mines a joué un rôle moteur, tant pour aider à fédérer le capital très dispersé que pour obtenir une protection douanière suffisante pour le charbon national. Il vaudrait la peine de comparer plus largement les chronologies et les modalités d’intervention de l’État dans les industries charbonnières et, de mesurer l’influence de la législation française – loi de 1811 – et du statut du Corps des mines dans l’Europe continentale.

Fermetures, reconversions : une histoire à construire

6La fin de l’extraction du charbon en France, qui n’est pas la fin de ses usages, conduit à revenir sur la période de transition où dominèrent la fureur, l’étonnement et les blessures. Pour sortir des propos convenus ou de l’à-peu-près journalistique, il convient de faire appel aux ressources de plusieurs sciences sociales. Ici, la géographie et la sociologie sont venues conforter la démarche des historiens. Des économistes et des politologues seraient, à coup sûr, les bienvenus. Au delà de ce rassemblement pluridisciplinaire, la convergence des chercheurs et des acteurs – responsables industriels, de collectivités locales, militants syndicaux – devrait aider à comprendre les raisons et les effets du bouleversement, en déjouant les pièges de la mémoire. « Les experts sont formels », c’est presque une donnée de nature remarquaient malicieusement des sociologues critiques. Pourquoi ne pas revenir sur certaines de leurs assertions ? Les pronostics d’épuisement des gisements houillers valent ce que vaut ce genre d’assurance. Évaluer des réserves en volume et en années d’exploitation reste périlleux en l’état de la science. Il n’y a pas à s’étonner que certains propos pessimistes aient été démentis. Quant aux coûts comparatifs si défavorables au charbon français, ils relèvent de l’évidence et ne paraissent pas susceptibles de controverses. Toutefois, des années 1950 à nos jours, la conjoncture de l’énergie a plusieurs fois changé les paramètres et invalidé l’appréciation précédente des observateurs. Sans oublier les politiques à l’œuvre, ainsi celle des cartels pétroliers, attachés dans les années 1960 à diminuer l’emprise du charbon sur les marchés et à retarder l’essor du nucléaire.

7Dès les années 1960, la crise menace. Que fait la CECA ? Peu de choses, semble-t-il. La Haute Autorité, qui est pourtant en charge de l’avenir des charbonnages de la Communauté est de fait dessaisie par les États. En France surtout, les pouvoirs publics réagissent tôt. En 1960, le plan Jeanneney a prévu un repli inéluctable, mais en bon ordre. Le traitement social des fermetures se prépare ainsi de longue date dans le bassin du Nord-Pas-de-Calais. En même temps, des signes contradictoires sont donnés dans les vingt-cinq ans qui suivent. Des investissements considérables sont consentis pour moderniser en profondeur l’appareil productif. Le bassin de Gardanne en est bénéficiaire de façon spectaculaire. La conséquence acceptée est de diminuer, sauf en 1981-1983, l’effectif employé au fond. Était-ce suffisant ? La CGT s’est partout dite convaincue, dès l’entrée dans la crise, que l’État était timoré et pour tout dire, défaitiste. D’autres ont pensé que c’était là, de toute façon, de l’argent gaspillé. Le colloque a poursuivi le débat, sans trancher. Y a-t-il consensus sur les effets de la reconversion des bassins houillers ? Là encore, on mesure facilement le scepticisme des salariés, ou au moins de leurs organisations devant les tentatives pour réindustrialiser ces territoires. À Decazeville, la population avait en mémoire, dans les années 1980, le fiasco des années 1960. Pourtant, des institutions ad hoc ont été créées pour coordonner cette reconversion et beaucoup d’aides ont été fournies aux entreprises qui acceptaient de venir s’installer. Le malentendu est radical. Des industries de pointe – électroniques par exemple – à effectifs faibles et à main-d’œuvre de haute qualification ne pouvaient pas remplacer les masses d’emplois perdus ni trouver sur place les salariés ayant reçu la formation adéquate. L’installation d’usines d’automobiles (dans le Nord, entre autres) correspondait mieux à un principe de substitution. Les mineurs congédiés ont bénéficié d’avantages financiers et sociaux incontestables. Mais c’était pour solde de tout compte. Les intervenants ont insisté sur l’effondrement d’un système global qui ne se résumait pas à un emploi assuré pour les mineurs mais à un tissu productif dense, à des pratiques de solidarité, à des valeurs de travail, à une estime de soi, qu’une bonne retraite, à quarante-cinq ans, ne saurait compenser. La « casse sociale » n’a pas été là où on l’attendait.

8Ces fermetures brutales ou en pente douce, gérées par l’État, ont été plus ou moins bien relayées par les collectivités locales, longtemps restées sous tutelle, il est vrai. L’exemple de la Ruhr montre le dynamisme d’un pouvoir régional affronté également à une situation de crise. On peut se demander si la région Nord-Pas-de-Calais, mise en comparaison avec sa voisine allemande, n’a pas su, une fois mieux armée, requalifier les territoires et leurs habitants dans une pluralité d’actions où la politique culturelle n’a pas été la moins efficace. La Lorraine a plus durement payé, à cause de l’effondrement concomitant de sa sidérurgie. Dès lors, penser la transition oblige à deux démarches supplémentaires. Il faut mettre ensemble, en changeant d’échelle, le destin d’industries diverses mais soumises à la concordance des crises. Ainsi le textile dans le Nord. D’autre part, chaque cas étudié renvoie aux particularités du territoire considéré. Banalité bonne à redire, la taille fait beaucoup à l’affaire. Il n’était pas insurmontable de compenser deux mille emplois à Gardanne ; il devenait improbable d’en créer 25 000 en Lorraine. La « qualité préalable des rapports sociaux » a retenti aussi sur les résultats des reconversions, de même que l’aptitude du personnel politique local à dépasser le court terme et le campanilisme. Enfin l’action syndicale, unitaire ou dispersée, a-t-elle seulement été une bataille d’arrière-garde, pour l’honneur de tous, ou a-t-elle donné du temps et des moyens aux plus menacés pour négocier la moins mauvaise issue ?

Revendiquer un patrimoine

9L’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM) s’appelle désormais l’Union des industries et des métiers de la métallurgie. Il est normal que cet organisme patronal prenne acte des réalités, tout en sauvant son acronyme. Peut-on, sur les territoires du charbon, effacer pareillement ce qui fut ? La tendance a été de déblayer, de gommer les traces, de travestir les paysages. Disons le nettement, le patrimoine revendiqué, protégé et valorisé n’est pas l’ennemi des nouveaux emplois. Il forme au contraire le socle d’une autre aventure en donnant les repères nécessaires.

10En ce domaine, tout est urgent. Les archives constituent le passage obligé de la mémoire et de l’histoire. L’industrie charbonnière qui en a tant produit ne les a pas maltraitées, dans l’ensemble. Charbonnages de France dans sa dernière époque semble assurer une veille satisfaisante. Que ce soit au Centre historique minier de Lewarde, au Centre des archives du monde du travail à Roubaix ou aux archives des Houillères du bassin de Lorraine, pour citer des dépôts de grande taille, le sauvetage et le traitement de ces documents est bien assuré. Ailleurs, la charge en est revenue aux archives du département à moins qu’une collectivité ne relève le défi, comme à La Machine, dans la Nièvre. À Gardanne, les copieuses archives conservées sont l’objet d’une réflexion collective en vue de leur fournir la meilleure destination. Parmi cette masse, les images de tous ordres forment un ensemble à la fois d’une grande richesse d’informations et d’une complexité certaine de conservation et d’interprétation. Des milliers de plans attendent les chercheurs. Celles et ceux qui se sont risqués à s’y plonger ont beaucoup appris et transmis. Il faudrait que l’usage en soit plus répandu. Quant aux images, elles foisonnent. Les photographies, il est vrai, ont longtemps peu concerné le fond, au moins dans les mines grisouteuses, mais elles fournissent des connaissances irremplaçables sur les espaces de travail et les gestes ou sur les machines et les bâtiments détruits. Elles sont le plus souvent mises en scène. Cela rappelle les contraintes techniques de la prise de vue et le souci bien compréhensible du commanditaire patronal de donner un sens précis à l’image. Si l’on quitte l’archive pour élargir la prise, il est certain que la mine a toujours véhiculé un imaginaire puissant, dont on trouvera la trace dans la production artistique, littéraire et cinématographique. L’homme du risque est le plus souvent représenté comme un terrassier courageux. C’est dire que sous la mythologie stakhanoviste, les savoir-faire complexes de la profession paraissent lui être déniés. Sauver et exploiter des archives des charbonnages ne suffit pas. L’enjeu, qui n’est pas évidemment pas propre à cette industrie, est d’en constituer de nouvelles, selon les procédures désormais bien réglées des archives orales. Au recueil nécessaire de la parole des acteurs majeurs – ministres et élus politiques, dirigeants des Charbonnages et des sites d’extraction – doit s’ajouter la mémoire des hommes et des femmes qui ont vécu la mine, dans toutes les catégories professionnelles. Le patrimoine bâti fait l’objet de réactions diverses. Ici on le détruit pour exorciser le passé, ailleurs on le sauve, quitte parfois à lui faire perdre son sens. Un chevalement préservé comme un signal, voire un observatoire ne laisse pas apparaître qu’il fut lien entre le jour et le fond. Le musée n’est pas l’aboutissement obligé du travail de mémoire mais un des moyens de transmission. Finalement, il en va de ce patrimoine d’industrie comme des autres, il ne vivra que si le collectif de ceux qui en sont les producteurs et les héritiers, le décide.

Auteur

UMR IDHE, Paris

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540