Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Fermetures et reconversions

Temps sociaux et acteurs dans la transition du bassin minier de Provence

Jacques Garnier et Caroline Lanciano-Morandat

Texte intégral

  • 1 Les analyses ici présentées mettent à profit les investigations réalisées par les deux auteurs sur (...)

1Nous nous proposons, ici, d’appréhender les interactions entre les différents temps sociaux des acteurs d’un territoire en transition1.

2Le territoire concerné est le bassin minier de Provence. Il rassemble un ensemble de communes situées entre Aix-en-Provence et Marseille. Ces communes constituent le « bassin minier » parce qu’elles ont une longue histoire commune liée à l’exploitation d’un même gisement de lignite et parce qu’elles ont été choisies, dans leur ensemble, par l’État et par la Communauté économique européenne, pour constituer, dans la perspective du déclin de cette exploitation, une zone de reconversion éligible aux aides publiques dans le cadre de plusieurs programmes et fonds d’intervention. Ce territoire peut être considéré comme « en transition » (Garnier et alii, 2004) dans la mesure où, depuis près de vingt ans, les entreprises liées à l’industrie lourde qui fondaient son développement, qui assuraient sa richesse et employaient ses habitants, sont en récession et ferment peu à peu tandis que d’autres entreprises, appartenant au secteur des hautes technologies, y ont été implantées et y contribuent de manière grandissante au renouvellement des activités et de l’emploi.

3Cette transition, dont nous avons volontairement borné l’observation entre la période prospère des années 50 et la fermeture du dernier puits de mine en 2003, ne peut pas être analysée comme l’articulation simple, linéaire et aisément lisible entre l’ancien et le nouvel appareil productif, ni comme l’évolution sans friction – « en sifflet » – entre une ancienne et une nouvelle base industrielle, mais bien plutôt comme un ensemble d’ajustements erratiques et incertains entre des configurations institutionnelles, des stratégies industrielles et des pratiques sociales d’une grande diversité.

4La complexité, l’incertitude de ces ajustements proviennent notamment, selon nous – et c’est là notre première hypothèse – du fait que les différents protagonistes de cette transition – entreprises, acteurs publics, acteurs socioprofessionnels, individus – inscrivent leurs actions et leurs interactions dans des conjonctures stabilisées ou au contraire évolutives, dans des structures rémanentes ou au contraire caduques, dans des rythmes lents ou au contraire rapides, dans des temporalités longues ou au contraire courtes ou encore, pour user d’une expression englobante, dans des « temps sociaux » (Grossin 1969, 1974, 1996) fortement différenciés.

5Cette différenciation des temps sociaux et le caractère enchevêtré de leurs combinaisons – et c’est là notre deuxième hypothèse – sont difficilement appropriables de manière collective (Asher 1998) par les différents acteurs parties prenantes au développement économique et social du territoire du bassin minier. De cette différenciation et de cet enchevêtrement résultent des déphasages qui ne produisent pas forcément une déperdition définitive de cohésion du territoire mais qui y génèrent, dans un premier temps, une incertitude et des dysfonctionnements accrus et qui sont susceptibles d’y perturber la coordination de ces acteurs (Mercure 95, Pumain 93).

6Dans une première partie, seront présentées les différentes logiques des acteurs du territoire, leurs temps sociaux et les lieux de leurs activités. Dans une seconde partie, deux exemples de déphasages entre-temps sociaux seront explicités. On pourra alors conclure sur l’impact de ces déphasages quant à la cohésion et au développement futur du territoire local.

Logiques de territoire, d’acteurs et temps sociaux

  • 2 Belcodène, Châteauneuf-le-Rouge, Cadolive, Simiane-Collongue, Saint-Savournin, Mimet, Peypin, La B (...)

7Le bassin minier est un ensemble de 17 communes attenantes2 qui regroupe un peu plus de 90 000 habitants pour une superficie de 333 km2. Ses activités productives étaient avant guerre distribuées sur l’ensemble du territoire, elles se sont par la suite concentrées sur la zone de Gardanne-Meyreuil autour de l’industrie lourde (Lanciano-Morandat dans Garnier et alii, 2004). Depuis, avec la crise de cette industrie et l’installation des entreprises de microélectronique sur la zone de Rousset, le bassin tend à se recomposer selon une bipolarisation est-ouest. Localisé sur un nœud de communications propice à la mobilité des individus et à l’attraction touristique, largement ouvert sur les environnements local, national et international, recomposé dans les relations opérant entre l’activité agricole, les villes, les villages et les multiples zones d’activités, ce territoire se caractérise, aujourd’hui, par la variété de ses acteurs.

Les acteurs, le territoire et le temps

La catégorie des entreprises

8Approché ici en tant que tissu productif, le bassin minier est un espace économique et social auquel sont parties prenantes des acteurs publics, des acteurs socio-économiques, des villages et des catégories d’individus, mais dont la catégorie dominante – celle par laquelle nous sommes entrés sur le terrain – est celle des entreprises. Cette catégorie est diversifiée. Elle est notamment affectée par une variété de temps sociaux et, par suite, par une multiplicité de déphasages temporels. Qu’il s’agisse des grands établissements d’industrie lourde localisés à Gardanne-Meyreuil (mine, centrale thermique et usine d’Aluminium Pechiney), des grands établissements de microélectronique récemment implantés sur la zone d’activités de Rousset-Peynier (ST Microelectronics et Atmel), ou encore des diverses catégories de PME distribuées sur l’ensemble du bassin, la diversité se révèle très grande aussi bien en matière de taille, d’autonomie et d’ancienneté qu’en ce qui concerne les liens avec l’État, l’envergure spatiale ou l’insertion locale.

9Insérées dans des cadres spatiaux, juridiques, historiques, économiques et politiques divers et évolutifs, ces entreprises, dès lors, s’inscrivent dans une pluralité de temps sociaux et de rythmes qui peuvent se révéler congruents, compatibles et générateurs de cohérences sociales mais qui peuvent aussi se révéler non congruents, non compatibles et générateurs de non-cohérences et de déphasages.

Acteurs publics, acteurs socio-économiques, villages, individus

10Qu’il s’agisse de l’État, de ses instances déconcentrées ou de ses organes de mission, qu’il s’agisse des collectivités locales traditionnelles ou des nouvelles institutions intercommunales, qu’il s’agisse des divers organismes du service public de l’emploi ou des institutions de l’Éducation nationale, les acteurs publics se trouvent, eux aussi, insérés dans des cadres administratifs, politiques et stratégiques divers. Les actions de développement ou de reconversion auxquelles ils contribuent s’inscrivent dans une pluralité de rythmes et de temps sociaux et, de manière analogue à ce qui se passe pour les entreprises, tous participent à la construction de congruences, de compatibilités ou, au contraire de non-congruence et de non-compatibilités temporelles.

11De même en est-il pour ce qui concerne la catégorie des acteurs socio-économiques, qu’il s’agisse des organisations syndicales de salariés, des organismes consulaires ou des diverses institutions associatives. Et de même en est-il des villages du bassin. Qu’ils soient devenus spécialisés dans la fonction d’habitation, qu’ils aient acquis une vocation mixte du fait de leur étroite articulation à une zone d’activité ou qu’ils soient devenus des nœuds de mobilité dans la vaste agglomération marseillaise, ils se situent ou s’insèrent, eux aussi, dans une grande pluralité de temps sociaux. Et ainsi en est-il enfin pour les diverses catégories d’individus qui se situent eux aussi, alternativement, dans des situations de congruence et de compatibilité ou, au contraire, de non-congruence et de non-compatibilité temporelle.

12Durant la longue période qui s’était achevée à la fin des années 50, les anciennes industries lourdes avaient unifié l’organisation spatiale et les temporalités – certes diverses – du bassin minier dans un même système spatio-temporel qu’elles dominaient de leur pouvoir économique et de leur légitimité institutionnelle. La période de transition, au contraire, permet le déploiement d’une multiplicité d’acteurs, d’interactions et de temps sociaux.

Les interactions entre les temps sociaux des différents acteurs du territoire

13Les temps des acteurs observés sur le territoire sont, soit « dominants » (Sue 1995) comme le rythme de travail ou les horaires imposés par les entreprises aux salariés, soit produits, le plus souvent par les individus, en réaction à cette domination et pour lui échapper, soit créés indépendamment de cette domination. Le temps dominant de notre époque (Thompson 1967) est le temps industriel. La distinction entre ces trois types de temps sociaux a, cependant, ses limites et les acteurs du territoire peuvent à la fois être producteurs de temps dominant, le subir ou être à la source de temps multiformes (Haicault, 2000). Ainsi, les entreprises produisent le temps dominant mais certaines d’entre elles peuvent subir ce temps. Ainsi, les individus subissent le temps mais beaucoup d’entre eux réagissent à cette domination et deviennent des producteurs de temps.

14Il existerait par ailleurs, à l’intérieur des pratiques temporelles dominantes comme au sein des temps individuels et entre eux, des compatibilités ou des incompatibilités pouvant provoquer des déphasages ou des coordinations, des tensions ou des conflits (Naville 1981). En effet, ces pratiques sont les reflets des luttes de pouvoir existant entre les acteurs sur le territoire. Pendant certaines périodes historiques, un acteur seul ou une coordination d’acteurs peuvent gouverner le temps. Ainsi en était-il des concessions minières avant guerre ou de Charbonnages de France après guerre, le mode de gestion très régulé qu’elles déployaient sur l’ensemble du territoire produisant sur celui-ci un temps homogène et linéaire dans lequel les individus ou leurs collectifs s’inscrivaient tout en endogénéisant les contraintes et les effets de domination produits par les acteurs dominants.

15Il semble qu’aujourd’hui, les producteurs de temps soient multiples, qu’ils ne soient ni hiérarchisés ni coordonnés entre eux, que leurs pratiques temporelles ne soient plus naturellement compatibles, qu’elles n’aient plus la même échelle de durée, les mêmes rythmes ni les mêmes cadences. Des flux « tourbillonnants » (Gasparini 1995) rendent difficiles les nouvelles coordinations et les nouvelles compatibilités. La multiplicité des temps et le fait que leurs processus de diffusion ne soient plus linéaires rendent plus difficiles leur appropriation par les individus qui les subissent.

16Les acteurs de la transition du tissu productif du bassin minier, par-delà leurs différences de fonctions économiques, la diversité de leurs statuts juridiques et sociaux ou encore leur plus ou moins forte insertion locale, apparaissent comme respectivement inscrits dans des temps sociaux très divers et chacun d’entre eux peut se trouver, lui-même, inscrit dans une pluralité de rythmes et de temporalités dont la coexistence peut déboucher aussi bien sur les compatibilités ou les incompatibilités, les phasages ou les déphasages, les cohésions, les tensions ou les conflits évoqués plus haut.

Deux exemples de déphasages entre-temps sociaux

17On analysera deux situations de déphasage observées sur le territoire du bassin. L’une comme l’autre sont générées par la multiplicité des temps dominants apparue lors de la transition, par l’incompatibilité qui se révèle entre ces temps et par les dominations, actions et réactions qui en résultent entre les acteurs. La première situation est celle de la pluralité des temps produits par les entreprises, des jeux de pouvoirs qu’elles manifestent et des enjeux qu’elles comportent pour l’avenir du territoire. La deuxième, observée sur le marché du travail, est celle des déphasages observés dans les comportements des acteurs et dans les temporalités du rapport entre la formation et l’emploi. L’observation de ces deux situations a été privilégiée parce elles s’avèrent actuellement particulièrement prégnantes sur le territoire du bassin minier et potentiellement génératrices, dans un avenir proche, de disjonction économiques et sociales sur ce territoire.

Les déphasages dans les temps dominants des entreprises

18Les entreprises de l’industrie lourde – houillères, centrale thermique, Aluminium Pechiney – et celles de la microélectronique sont, ensemble, productrices d’un temps dominant de type « industriel » mais elles ne connaissent pas les mêmes rythmes et ne s’inscrivent pas dans la même temporalité. Dans l’un et l’autre de ces deux types d’industries, les donneurs d’ordres et les sous-traitantes ne connaissent ni les mêmes rythmes ni les mêmes temps. Au sein même de la catégorie des sous-traitantes, les entreprises connaissent des rythmes et s’inscrivent dans des temps différents. De ces déphasages temporels résulte un accroissement des incertitudes pesant sur les protagonistes de la politique industrielle locale.

Le temps du secteur minier et le temps de la microélectronique

19Le temps des entreprises du bassin minier, fortement marqué par la présence de la mine et de la centrale thermique est, certes, un temps scandé par des événements et des conflits. C’est cependant un temps « homogène », « stabilisé » et largement exempt d’incertitude et ceci pour trois raisons.

  • 3 Au sens donné à ce terme par Antonio Gramsci.

20D’abord, c’est un temps « industriel » qui se déroule dans l’unidimensionnalité d’une stratégie énergétique nationale et d’un processus productif dont les changements ne sont jamais des mutations profondes. Ensuite, c’est un temps « fordien »3 en ce sens que les salariés s’y trouvent insérés dans un espace social où la vie au travail et la vie hors travail, envers et endroit d’une même situation, connaissent des cycles de vie professionnelle, des rythmes de vie familiale et personnelle quotidiens et des horizons d’anticipation articulés et unifiés. C’est enfin et surtout un temps très « institutionnalisé ». Le bassin minier de Provence se situe, en effet, dans un espace minier national très institutionnalisé. L’exploitation y fait l’objet d’une gestion partagée fortement équipée entre l’État, les syndicats de mineurs et Charbonnages de France. Le marché du travail y fait l’objet d’une institutionnalisation réglée dans le cadre d’un « marché interne » durablement structuré autour du très solide « statut du mineur ». L’organisation de l’habitat, des soins, des loisirs et de la vie citoyenne y est également et très stablement réglée. Et l’on peut dire qu’à ces différents titres, les structures productives et les structures de la société locale s’inscrivent conjointement dans la longue durée et sont largement exempts d’incertitudes.

21Ce temps, d’ailleurs, se déroule dans un espace lui-même homogène, circonscrit, stabilisé et largement exempt d’incertitude : celui de la ville-usine de Gardanne et de la constellation des villages-usines qui l’entourent. L’espace social et le temps social du système minier se trouvent dans un rapport de concordance. Leur intériorisation par les différents acteurs en fait un temps indéterminé dont on ne veut pas toujours voir la fin et dont la prégnance contribue à expliquer certains épisodes conflictuels du processus de fermeture de la mine.

22Le temps des entreprises de la microélectronique est, pour sa part – et presque à l’opposé – un temps beaucoup moins homogène, beaucoup moins stabilisé et beaucoup plus empreint d’incertitude. Associé aux stratégies des deux groupes transnationaux que constituent STMicroelectronics et Atmel, ce temps n’est plus du même ordre. L’impératif de flexibilité productive conduit les entreprises à décentraliser leur organisation, à externaliser une partie de leurs opérations et à hiérarchiser la durée de la relation d’emploi des salariés d’une manière qui tend à disjoindre les temps et parfois les territoires dans lesquels s’inscrivent respectivement les grands établissements et leurs entreprises sous-traitantes.

23Ce temps n’est pas porté par des formes stables et équipées d’institutionnalisation. Les deux grandes entreprises de Rousset s’inscrivent, avant tout, dans la compétition mondiale en vigueur sur le marché des semi-conducteurs : d’une part dans le temps court du cycle du capital financier prévalant dans le secteur et, d’autre part, dans le temps également court des cycles technologiques qui s’y développent. Les relations que ces entreprises entretiennent avec leurs diverses ressources (sous-traitantes, salariés, services publics, etc.) ne sont plus médiatisées par des formes stabilisées et durables d’institutionnalisation, qu’il s’agisse des lois, des dispositifs d’ordre public, des règles négociées ou des conventions, mais, au contraire, par des formes de plus en plus précaires et imprévisibles de contractualisation.

24Le temps des entreprises de la microélectronique se déroule, en outre, dans un espace qui n’est plus celui de la ville-usine ou des villages-usines mais plutôt celui de la disjonction entre l’usine et la ville, entre l’emploi et l’habitat : un espace éclaté qui n’est unifié que par le rythme des migrations et des pérégrinations quotidiennes en automobile. L’espace social et le temps social du monde de la microélectronique s’avèrent non homogènes, instables et générateurs de discordances. Leur intériorisation par les différents acteurs en fait un temps erratique et court qui, à l’inverse de celui prévalant dans le bassin minier, limite les horizons de plan des acteurs.

25Entre le temps de l’industrie lourde et celui de la microélectronique se crée ainsi une discordance qui ne facilite pas la tâche des protagonistes de l’animation économique, de la solidarité sociale et de la ré-industrialisation locale. Pendant les 23 années où coexistent ces deux mondes industriels, l’État, les organisations syndicales et les collectivités locales, par-delà certains discours officiels qui présentaient la microélectronique comme une activité de reconversion de la mine, éprouvent de grandes difficultés à concevoir un réel continuum industriel ou social entre les deux. Par-delà les différences économiques, technologiques et organisationnelles entre les deux secteurs, le contraste entre les temps sociaux dans lesquels ils s’inscrivent s’avère constituer une contrainte qu’on aura l’occasion de mieux cerner dans les pages de ce texte consacrées au marché du travail.

Le temps des donneurs d’ordres et le temps des sous-traitants

26Entre le monde de la mine et celui de la microélectronique, le rapport de sous-traitance diffère nettement. Dans le premier, les sous-traitantes se trouvent associées durablement au donneur d’ordre et, par les vertus du contrôle syndical et des réseaux familiaux, elles s’insèrent dans leur espace productif et social de manière quasiment organique et elles s’inscrivent dans le même temps qu’elles. Dans le deuxième, au contraire, l’association au donneur d’ordre, bien loin d’être organique, relève d’un pur calcul économique et le lien contractuel apparaît relativement précaire. Les sous-traitantes s’inscrivent alors dans un temps nettement différent de celui de leurs donneurs d’ordres.

27Cette différence des rapports de sous-traitance de l’un à l’autre des deux mondes productif se pérennise certainement aujourd’hui. Dans l’un et l’autre, cependant, les mêmes causes – l’externalisation, l’accroissement de la compétition par les coûts et la flexibilisation productive – ont conduit depuis le début des années 90 à accentuer la nature asymétrique du rapport de sous-traitance et à souligner la dissymétrie de leurs inscriptions temporelles.

28Dans le monde associé aux activités minières – en l’occurrence désormais la centrale thermique de Gardanne – le développement de l’externalisation et l’appel à des prestataires de services nouveaux ont conduit à altérer ou détruire les liens organiques qui liaient le donneur d’ordre et ses sous-traitants, accentuant ainsi la précarité des seconds et conduisant au raccourcissement de leur horizon temporel.

29Dans le monde de la microélectronique, l’asymétrie du rapport de sous-traitance s’est trouvée accentuée d’une manière inédite dans le bassin et rarement observée dans l’industrie en général. 1) D’une part, la réversibilité des opérations d’externalisation a accru la précarité des relations de sous-traitance. 2) D’autre part, les donneurs d’ordres ont eu tendance à attirer les sous-traitantes sur les sites de Rousset-Peynier d’une manière erratique, le contrat pouvant être rompu à tout moment, le tissu de sous-traitance étant constamment soumis à des cycles de stop and go. 3) Et surtout, la généralisation des « commandes ouvertes » – engagements sans véritable valeur juridique – permettant de commander et décommander au doigt et à l’œil les sous-traitantes a placé ces dernières dans une temporalité extrêmement courte, limitant de manière drastique leur horizon de plan.

30Ainsi, depuis l’époque des relations organiques jusqu’à celle, actuelle, des relations erratiques, l’évolution du rapport de sous-traitance a accentué la diversité des temps sociaux des entreprises. Cette diversité est allée de pair avec une diversification des espaces économiques dans lesquels ces entreprises se sont inscrites. Du tissu de sous-traitance complètement territorialisé autour des activités minières, on est passé à des tissus relevant d’espaces qui peuvent être locaux, nationaux ou mondiaux.

31Dès lors, entre le temps long et continu dans lequel s’inscrivaient les entreprises sous-traitant pour l’industrie lourde et le temps court et scandé auquel doivent se soumettre aujourd’hui l’ensemble de celles qui sont implantées dans le bassin, une discordance importante se manifeste. Les politiques d’aide aux petites et moyennes entreprises anciennement associées à la mine portent certes, opportunément, sur l’impératif de modernisation technologique et commerciale. Mais elles ont bien du mal à faire en sorte que les dirigeants de ces entreprises situent leurs politiques commerciales et leurs politiques de gestion des ressources humaines dans les nouveaux temps et les nouveaux rythmes.

Les temps différenciés au sein de la catégorie des entreprises sous-traitantes

32À l’intérieur même de la catégorie des entreprises sous-traitantes, il est possible de construire une typologie mettant en évidence des espaces économiques et des temps stratégiques différents.

33Certaines sous-traitantes s’insèrent dans un espace économique mondial et dans les temps courts imposés par le management des firmes transnationales auxquelles elles sont liées. D’autres, d’origine locale, s’insèrent dans un espace économique mondial et dans le temps long de la stratégie qu’elles construisent progressivement. D’autres encore, s’inscrivent dans un espace économique régional et dans le temps long des clientèles ou des partenariats durables qu’elles y ont construits. D’autres enfin, s’inscrivent dans un espace économique régional et dans le temps court associé aux exigences de flexibilité qui leur sont imposées par les clients. À l’intérieur même de la catégorie des entreprises sous-traitantes, l’insertion plus ou moins forte dans un espace économique mondialisé a donc conduit les entreprises à s’inscrire dans des systèmes spatio-temporels différents. Les déphasages temporels s’y sont alors trouvés profondément accentués. Dès lors, les démarches engagées par les protagonistes de la ré-industrialisation et du développement local en vue de maintenir dans le bassin une toile de fonds suffisamment consistante et performante de PME de fabrication et de services productifs se trouvent contraintes par une variété de rationalités entrepreneuriales et ne parviennent pas à leurs fins lorsque les critères et les modalités de l’aide aux entreprises se fondent sur un schéma unique, figé ou trop unidimensionnellement calibré.

Les déphasages sur le marché du travail

34Le marché du travail sur le bassin minier a été, jusqu’au début des années 2000, régulé par les politiques de main-d’œuvre des grandes entreprises, politiques qui différaient peu les unes des autres. La concomitance entre la fermeture de la mine et la crise des industries microélectroniques a bousculé le temps homogène et linéaire qui était alors dominant et la suprématie des marchés internes des firmes pour laisser place aux fluctuations rapides et imprévisibles du marché externe. Il n’existe toutefois pas de « coupure » nette entre ces deux périodes, même si l’on peut considérer que « la transition » a commencé au début des années 50. Devant les changements annoncés, les pouvoirs publics ont mené une politique active d’emploi et de formation qui s’est trouvée décalée face à l’évolution de la conjoncture économique et aux stratégies des entreprises et qui a généré des déphasages sur le marché du travail, eux-mêmes sources de segmentations au sein de la population active locale.

Les évolutions du marché du travail

35Le processus de récession et de reconversion de la mine a commencé dans les années 1950-1960. Les entreprises de l’industrie lourde qui étaient implantées depuis longtemps sur le bassin minier étaient alors caractérisées par la prégnance des marchés internes. Dans ces entreprises et en particulier aux Houillères, le recrutement était « de proximité », c’est-à-dire qu’étaient embauchés les enfants de salariés, les ouvriers des entreprises sous-traitantes, les anciens élèves des écoles techniques environnantes, seuls les ingénieurs étant recrutés au niveau national. Travailler dans ces grandes entreprises, par contraste avec l’emploi dans les PME locales, était considéré comme un avantage. L’emploi y était considéré comme « à vie », la mobilité interentreprises était exceptionnelle, la carrière, les promotions comme la formation professionnelle se faisaient dans l’entreprise : « on était de la mine ou de Pechiney ». Toutefois, les possibilités de licenciements existaient dans des conditions spécifiques (prévues par le Statut du mineur ou par les conventions collectives), comme le recours à des travailleurs précaires et surtout à la prestation de service.

36Au cours du temps, ainsi que l’atteste le niveau de formation dans la zone, ces entreprises ont accumulé en interne des connaissances et des compétences rares. Aux Houillères, la rationalisation de la production réalisée après guerre s’est accompagnée d’une mécanisation puis d’une robotisation de l’extraction du minerai. Le processus d’innovation s’est poursuivi jusqu’à la fermeture. Les salariés de l’entreprise ont été formés en interne par les ingénieurs, par les fabricants de matériel, par les sous-traitants, au moyen de cycles de formation ou sur le tas, pour s’adapter à ces nouvelles technologies (Tanguy 1999). Ainsi, certains mineurs de fond sont devenus des électriciens hautement spécialisés, des contrôleurs, des conducteurs d’engins etc. Chez Pechiney, le mouvement a été de même nature mais, plus explicite et plus organisé, il a mobilisé des intervenants extérieurs, en particulier des enseignants et il a été validé par les pouvoirs publics.

37Un haut niveau de compétences a ainsi été acquis, sans rupture et sur une longue durée, au sein des grandes entreprises. Des savoirs et savoir-faire ont ainsi été transférés vers certaines entreprises sous-traitantes. Ces acquisitions et ces transferts ont été, cependant, peu diffusés sur l’ensemble du territoire et sont restés, par suite, peu reconnus par les acteurs publics locaux.

38Même si le calendrier de la reconversion n’a pas été suffisamment explicité et suivi, l’évolution du territoire a été anticipée depuis longtemps par les pouvoirs publics et, dès les années 60, les entreprises des houillères ont tenté de reconvertir des mineurs en créant la zone industrielle de Rousset. Une usine Thomson, qui peut être considérée comme l’« amorce » de la filière microélectronique au niveau régional, s’installe à Aix. Même si elle n’est pas située sur le bassin minier, elle est liée à lui dans la mesure où elle utilise les réseaux professionnels et familiaux de la mine pour sélectionner sa main-d’œuvre (Granovetter 1985). Dans cette filiation, se créent à Rousset, en 1979, une première usine de composants / circuits intégrés, puis une autre en 1984, essaimée de la première. Ces établissements bénéficient des crédits de reconversion du bassin minier au titre de sa ré-industrialisation. De nombreuses entreprises, fournisseurs ou prestataires de services, s’installent alors à proximité des deux grandes firmes. De nombreux emplois sont alors créés – années 80 et 90 – sur la zone de Rousset. Les directions de ces différents établissements continuent de privilégier, jusque dans les années 90, une gestion de la main-d’œuvre « en interne », mais le critère de leurs recrutements est, désormais, plus le niveau d’étude que l’appartenance aux réseaux locaux. Mais la relative continuité entre les pratiques des entreprises durant cette période, n’a pas permis aux différents acteurs du territoire d’anticiper les bouleversements à venir.

39Parallèlement, les pouvoirs publics et la direction des Houillères ont devancé la fermeture définitive de la mine de Gardanne en choisissant une ré-industrialisation du territoire plutôt qu’une reconversion des hommes. Ainsi, en 1984, le recrutement de salariés a été officiellement arrêté. En 1986, a été constituée, par Charbonnages de France, une agence d’industrialisation chargée de diversifier et de renouveler le tissu industriel. Les aides distribuées, d’une part, privilégient l’installation d’entreprises de haute technologie, d’autre part n’incitent pas les mineurs à se réemployer dans ces firmes. Le choix a été ensuite maintenu. Le plan charbonnier de 1995 comme les décisions prises lors de la fermeture n’y ont pas dérogé. Elles ont donné aux mineurs des bonnes conditions de départ à la retraite mais en les soustrayant définitivement à l’emploi. Les politiques publiques au niveau local se sont alors concentrées sur les jeunes du bassin : jeunes qui auraient pu être salarisés à la mine si celle-ci avait poursuivi son activité.

40Alors que le processus continu de reconversion est en cours et que les acteurs publics misent sur les firmes nouvellement établies pour compenser – selon le schéma traditionnel du marché interne – les emplois perdus dans l’industrie lourde, l’industrie microélectronique subit des embellies et des crises successives qui bouleversent le territoire et bousculent les choix politiques antérieurs. Ces fluctuations remettent en cause le modèle du marché interne des « hautes technologies » qui avait été présenté comme prolongeant et se substituant à la fois à celui de la vieille industrie et elles conduisent maintenant les entreprises à privilégier la flexibilité du marché externe.

Les déphasages entre les interventions publiques et les évolutions du marché du travail

  • 4 Les syndicats n’ont pas été invités à participer à l’ensemble des réunions de suivi de ces disposi (...)

41Parallèlement à ces politiques de ré-industrialisation, les acteurs publics ont engagé différentes opérations pour que les firmes nouvellement installées trouvent un avantage comparatif à recruter les habitants de la zone (discrimination positive). Ces entreprises déclarent alors avoir besoin pendant plusieurs années d’un flux de jeunes salariés qualifiés de niveau Bac, Bac + 2. Pour adapter à ce besoin la main-d’œuvre disponible localement, un dispositif original conduit à la fois par les services de la DDETFP et du rectorat en coopération avec les entreprises, les acteurs socio-économiques4 et les municipalités, est mis en place. Pour rendre ces « enfants de mineurs » « employables » par les entreprises de haute technologie, de nombreuses formations sont proposées : sensibilisation à la microélectronique avec investissements (salle blanche) dans les lycées, formation technique liée à un plan de recrutement à la Centrale thermique et à EDF, formation aux métiers de la microélectronique... Par ailleurs, un suivi systématique de l’emploi dans la zone est organisé ainsi qu’une aide aux recrutements par le biais de l’ANPE. Le dispositif est conçu entre 97 et 98 et se prolonge jusqu’en 2002. Mais il contribue à accentuer les déphasages : d’une part entre les acteurs producteurs du « temps dominant » et d’autre part entre ces derniers et les individus ou les groupes qui le subissent, pour plusieurs raisons :

  • un défaut d’anticipation des changements de rythme subis par le tissu productif. Le dispositif public a été conçu pour se dérouler sur une longue durée et il a été appliqué dans la précipitation du fait d’un changement du contexte économique qui a ramené la fermeture de la mine de 2005 à 2003 et qui a provoqué les crises de l’industrie microélectronique. Les habitants et les actifs de la zone, informés des différentes étapes de la transition, se sont mal adaptés aux modifications incessantes de son calendrier ;
  • une méconnaissance de la diversité des contraintes temporelles des différents acteurs du territoire. Les outils mis en place étaient basés sur une prévision de création d’emploi que les crises de la micro-électronique ont mis à mal. Elles ont eu un effet direct sur les grandes entreprises qui n’ont pu tenir leurs engagements et recruter selon leurs prévisions, certaines d’entre elles réalisant des plans sociaux, d’autres supprimant les salariés précaires et privilégiant les intérimaires. Elles se sont répercutées de façon indirecte sur l’emploi chez les sous-traitants et les fournisseurs, allant jusqu’à provoquer la fermeture de certains établissements. La méconnaissance des cycles industriels a accentué le décalage prévisible entre le temps long de la formation et l’instantanéité du besoin de main-d’œuvre des firmes et a ainsi révélé la faiblesse des coordinations entre les acteurs. Ainsi, entre le moment de la décision de former des jeunes au métier de la microélectronique et leur sortie de formation, la demande en emplois des entreprises s’est retournée et les jeunes n’ont pas compris pourquoi les emplois pour lesquels ils avaient été formés ne se sont pas matérialisés. Le temps passé à la formation leur est apparu comme un temps « perdu » ;
  • une mésestimation de la place des savoirs et des savoir-faire dans les mécanismes du marché du travail. D’une part, les pouvoirs publics ont choisi de ne pas utiliser les savoirs et savoir-faire accumulés dans le passé et d’autre part, ils n’ont pas été à même de suivre les évolutions des compétences demandées par les entreprises.

42Ainsi, le mépris des savoirs accumulés dans le passé a eu comme conséquence un premier déphasage entre les « gueules noires et les blouses blanches »…. La valorisation extrême des nouvelles technologies et des connaissances spécialisées par rapport à l’industrie lourde et aux savoirs et savoir-faire professionnels ont provoqué une coupure entre les générations qui a ébréché la cohésion de la population du territoire.

43Par ailleurs, avec la robotisation accrue et les interventions hautement spécialisées de prestataires de service, les compétences demandées ont évolué. Les formations de niveau bac, bac + 2, spécialisées n’ont plus été nécessaires à l’embauche en tant qu’opérateur. L’expérience du monde du travail et l’adaptabilité ont été privilégiées. Les jeunes au sortir de la formation ont été disqualifiés face au nouveau profil professionnel. Par contre, cette modification brusque de stratégie a donné un nouvel essor à une main-d’œuvre non calibrée pour ce type d’industrie mais ayant déjà été socialisée à l’emploi salarié. Les entreprises ont préféré se concentrer sur leur propre stratégie en embauchant rapidement et à moindre coût plutôt que de s’investir dans des coordinations entre acteurs et les politiques à long terme proposées par les acteurs publics. Cette nouvelle et brutale modification de stratégie a, d’une part, encore brouillé les représentations que la population s’était faite de l’emploi sur la zone, d’autre part, accentué la segmentation entre les travailleurs du territoire.

44Malgré un réel souci d’anticipation du futur mais sans compréhension de la rapidité et de l’importance des changements industriels en cours, les acteurs publics ont accentué les déphasages que les actifs et les habitants du bassin minier de Provence ont eu à subir. Les différents déphasages ont produit des disjonctions dans la population du territoire entre, par exemple, les travailleurs qualifiés partis contre leur propre gré en retraite et les jeunes formés, mais non recrutés, ainsi qu’entre ces derniers et les salariés non qualifiés mais embauchés : des disjonctions qui sont sources de tensions et de conflits, qui remettent en cause la cohésion du territoire et peuvent concourir à sa désagrégation.

Conclusion

45Au cours de la période historique antérieure, le bassin minier inscrivait son évolution dans une certaine linéarité selon des rythmes et des durées imposés par un acteur industriel unique dominant tandis que le temps social commun aux habitants comme aux actifs de la zone assurait la cohérence et cohésion du territoire. Le temps de l’industrie était en correspondance avec l’organisation spatiale de la zone. La fin de la suprématie de ce type d’acteur industriel conjuguée à la variété et à l’hétérogénéité des nouvelles configurations d’acteurs qui avaient émergé au cours de la transition a multiplié et diversifié les temps sociaux opérant sur ce territoire, provoquant ce que nous avons appelé des déphasages temporels. Ces déphasages sont, eux-mêmes à l’origine de disjonctions spatiales qui obligent à reconsidérer la géographie du bassin.

46Dans l’attente d’une nouvelle gouvernance, la transition peut être appréhendée à la fois comme une période de déphasage et de confrontation entre des temps dominants nouveaux concurrents ou alternatifs et comme une période de désorientation et d’incertitude pour les acteurs assujettis à ces temps.

47Pendant cette période, les incompatibilités révélées par l’analyse des déphasages temporels peuvent se multiplier et s’exacerber. Mais elles peuvent aussi, pour autant que l’intervention de chacun prendra en compte les positions et les intérêts de l’ensemble des acteurs, déboucher sur de nouvelles coordinations favorables au développement local.

Notes

1 Les analyses ici présentées mettent à profit les investigations réalisées par les deux auteurs sur la transition du tissu productif du Bassin minier de Provence dans le cadre de la recherche collective de l’équipe DYPMET du LEST sur « Les modes de transition du tissu productif régional en Provence Alpes Côte d’Azur : une étude comparative de quatre cas ».

2 Belcodène, Châteauneuf-le-Rouge, Cadolive, Simiane-Collongue, Saint-Savournin, Mimet, Peypin, La Bouilladisse, Gréasque, La Destrousse, Gardanne, Meyreuil, Rousset, Peynier, Trets, Fuveau, Bouc Bel Air.

3 Au sens donné à ce terme par Antonio Gramsci.

4 Les syndicats n’ont pas été invités à participer à l’ensemble des réunions de suivi de ces dispositifs.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540