Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Fermetures et reconversions

La fin des mines de Provence : Gardanne et Brignoles

Essai comparatif sur un processus de fermeture

Jean Domenichino et Jean-Marie Guillon

Texte intégral

1Pendant près de deux siècles, l’activité minière et charbonnière a fortement marqué le paysage historique en France, à tous les niveaux, tant à celui de l’histoire économique et sociale, qu’à ceux de l’histoire politique, des mentalités et des représentations. Les raisons de cette omniprésence sont bien connues et il n’est nul besoin d’y insister. Il suffit par exemple de rappeler le rôle joué par le charbon dans les processus des révolutions industrielles comme, sur un tout autre plan, de souligner le rayonnement du roman de Zola, Germinal, que l’on retrouve systématiquement dans les inventaires des bibliothèques des bourses du travail. Plus près de nous, comment ne pas relever la fortune historique de la formule que Maurice Thorez emploie en s’adressant aux mineurs de Waziers pour engager « la bataille de la production » : « Produire, produire, encore produire, faire du charbon, c’est aujourd’hui le plus élevée de votre devoir de classe » et comment ne pas se souvenir enfin que les soutiens reçus par les mineurs pendant la grève de 1963 leur ont permis de mettre en échec les tentatives de remise en cause de leur statut conduites par le gouvernement d’alors…

  • 1 Pour l’histoire de ce bassin, voir X. Daumalin, J. Domenichino, P. Mioche, O. Raveux, 2005.

2Pour toutes ces raisons, les mineurs de charbon sont devenus l’une des figures emblématiques de la « classe ouvrière ». Ils ont pu croire qu’ils étaient pour longtemps « le fer de lance de la nation » et qu’en dépit des différentes restructurations engagées au sein de Charbonnages de France, l’activité minière subsisterait en France, quoi que l’on fasse et pourquoi pas dans notre région, puisque le bassin de lignite de Gardanne1 était devenu l’un des bassins houillers modèles, sinon le bassin houiller modèle, surtout sur le plan de la productivité qui, régulièrement, était la plus forte de tous les sites charbonniers de France. Or il n’en a rien été.

  • 2 Pour un historique général sur ce bassin, nous renvoyons à C. Arnaud et J.-M. Guillon, 2004. Rappe (...)
  • 3 Rolande Trempe, 1997.

3Le cas du bassin de bauxite de Brignoles est un peu différent dans la mesure où l’on savait bien que son horizon était borné. Mais ce bassin a dominé la production française et européenne depuis sa naissance à la fin du XIXe siècle2 et, en 1946, l’accession de ses salariés au statut des mineurs3 les a, par bien des côtés, associés à leurs camarades des pays noirs, d’autant plus que certains d’entre eux venaient des bassins du Nord ou du Massif Central.

4Il importe donc de comprendre comment l’activité minière a disparu du paysage industriel de la région, de cerner les différentes réactions qui ont accompagné la disparition de cette activité cruciale pour les zones concernées et connue pour marquer profondément les paysages, les mentalités et les rites de vie, mais au-delà, d’étudier les attitudes des uns et des autres confrontés aux situations changeantes de l’entreprise.

5Pour nous en tenir à la période de l’après Seconde Guerre mondiale, l’ensemble s’organise autour de trois moments aux contours plus ou moins nettement délimités, ce qui rend presque caduque une démarche chronologique classique. Ces trois moments concernent avant tout le bassin de lignite de Gardanne, qui est l’objet principal de ce colloque, tandis que celui de Brignoles entre dans les deux premiers en préfigurant, dans une certaine mesure, ce que les « gueules noires » et les communes qu’ils faisaient vivre allaient connaître.

L’ère de la productivité. Le temps des illusions (années 50-années 70-80)

6Le premier mouvement est un mouvement complexe où se mêlent tout à la fois crainte, confiance dans l’avenir, illusion et, parfois, désillusion… Mais la tendance est malgré tout à l’image plutôt triomphante des « trente glorieuses ».

  • 4 Voir Philippe Mioche (dir.), 1994.

7Les choses pour Brignoles sont relativement simples. Pechiney domine le bassin et accentue sa domination, d’autant plus que la bauxite part en grande partie pour les usines d’alumine de la région marseillaise, La Barasse surtout, et Gardanne4. La production fait plus que tripler pour atteindre son apogée en 1972 avec 3,2 millions de tonnes. Il ne reste plus que quatre entreprises sur les huit que l’on comptait au sortir de la guerre et Pechiney représente 72 % du total extrait. L’heure est à la mécanisation, spectaculaire, aux carrières à ciel ouvert et au dépilage. De ce fait, le métier de mineur se transforme et le conducteur d’engin bouscule l’image du manieur de barre à mines. L’emploi se ressent de cette transformation. Le maximum des effectifs se situe en 1960 avec 1 283 salariés, mais, en 1972, 990 suffisent pour assurer la production record que nous venons de signaler. Le rendement qui atteignait 2 t. par homme/poste dans les années trente atteint désormais 17 t. en 1973.

8La complexité pour Gardanne s’explique par la politique volontariste menée par la direction qui s’engage très tôt, dès le milieu des années 1950, dans une politique de modernisation des processus d’exploitation. Ici aussi, l’objectif majeur est d’augmenter de manière significative la productivité. Les investissements importants qui sont réalisés aboutissent en 1971 avec une mécanisation optimale des procès de travail. Parallèlement, les effectifs sont réduits. Dès 1952, les premières mutations vers d’autres bassins sont proposées. En 1961, les mesures incitatives au départ sont mises en place. Ainsi, les mineurs peuvent prendre leur retraite anticipée après vingt ans de service. En outre, les houillères achètent des terrains qui donnent naissance, en 1961, à la zone industrielle de Rousset destinée à accueillir un personnel tenté par les mesures de reconversion professionnelle.

9Les résultats de la politique de réduction sont spectaculaires. Entre 1948 et 1962, les effectifs sont réduits de moitié (6 182 personnes contre 3 200, 6 154 contre 2 747 selon les sources). La réduction est encore plus importante au fond où 75 % des postes sont supprimés. Dans le même temps, la production journalière est multipliée par 2 (3 660 tonnes contre 6 178), la productivité individuelle fond journalière par 4 (1 190 kg contre 4 000). En 1960, le « Grand ensemble Meyreuil-Gréasque » prend forme : le puits Courau de Meyreuil est réservé à l’exploitation ; le puits Boyer modernisé devient le puits de service pour le personnel et le retour d’air. Dix ans plus tard, toute l’extraction passe par Meyreuil alors que le puits Gérard est dévolu au matériel, au personnel et au retour d’air. Ces mesures font du bassin méridional un bassin de référence qui, par quatre fois, (1952, 1963, 1971 et 1974) est lauréat de la productivité nationale et européenne pour la dernière année.

  • 5 L'Étincelle rouge, n° 50, décembre 1959, journal des sections du PCF du bassin minier. Ce périodiq (...)
  • 6 L'Étincelle rouge, n° 49, octobre 1959. Titre de l’article : « Puits de Meyreuil. LE Petit Roi » : (...)
  • 7 L'Étincelle rouge, n° 36, mars 1957 : « Montant sur ses grands chevaux, il a traité tout le monde (...)
  • 8 L'Étincelle Rouge, n° 30, juillet 1956.
  • 9 L'Étincelle rouge, n° 21, septembre 1955 : « Meyreuil, mine de France égale Buchenwald »,
  • 10 « Parce que quatre ouvriers n’ont pu venir travailler le dimanche dans la nuit, on les a mis à pie (...)

10L’évolution du bassin provoque, dans le personnel des réactions contradictoires. Ainsi, il est déploré que l’augmentation de la productivité se fasse à son détriment, et cette attitude est particulièrement forte du côté des mineurs influencés par la CGT et le Parti communiste. Le comportement de certains ingénieurs est alors dénoncé, et, plus encore, celui de certains porions, « des petits chéfaillons, parvenus à ce poste pas toujours par de hautes qualités professionnelles, souvent pour d’autres raisons »5 qui poussent à la production, au détriment de la sécurité. Il est vrai qu’il y a eu 21 tués entre 1953 et 1958. On parle alors de « porions-chrono », mais les dénonciations peuvent être plus individuelles. Ainsi, un porion est surnommé « Petit-Roi »6, un autre « Monsieur le Baron », un troisième « le gros mouton »7. La représentation de l’entreprise n’est pas épargnée. Celle-ci peut être comparée à un « pénitencier »8 – ce qui est relativement courant dans le monde du travail –, voire à un camp de concentration, ce qui est plus surprenant9. Même, en octobre 1957, la réalité est perçue par L’Étincelle rouge comme étant « pire que chez les nazis »10.

  • 11 AD BdR, 1 ETP, 1067.

11Les références à la Seconde Guerre mondiale ne s’arrêtent pas là. Ainsi, les mutations vers d’autres sites sont systématiquement appelées « déportations », et ce sont ces mutations qui engendrent les tensions les plus fortes. C’est particulièrement vrai en avril 196011. Le 11, la direction envoie une lettre à 100 mineurs des communes de La Bouilladisse, Roquevaire, Auriol et Saint-Zacharie leur demandant d’être volontaires pour aller travailler dans les mines de bauxite, à Vins, dans le Var. Devant le manque de réponses positives, la direction change de stratégie. Le 27, elle fait parvenir à chacun des mineurs une lettre de licenciement ainsi libellée :

  • 12 Reproduction de cette lettre dans G. Piot, 1984, p. 194.

« Nous avons le regret de vous faire connaître que nous sommes contraints de procéder à votre licenciement pour réduction du nombre d’emplois provoquée par des nécessités économiques. Votre licenciement prendra effet le 1er juin 1960, c’est-à-dire à l’expiration du délai de préavis d’un mois partant de la présentation de cette lettre. »12.

  • 13 L'Étincelle Rouge, n° 52, juin 1960.

12Le lendemain, la grève est totale : les mineurs occupent l’ensemble des installations et marchent ensuite sur les locaux de la direction. Là, ils séquestrent des cadres, dont un ingénieur du fond, dans les locaux des douches, ce qui conduit le maire socialiste de Gardanne à faire appel à la force publique. L’entrée des CRS sur le carreau de la mine ne change rien à la détermination des grévistes, soutenus au départ par la CGT, rejointe ensuite par la CFTC. Cette situation oblige la direction à négocier et le 2 mai, un compromis est trouvé : les mineurs acceptent d’aller à Vins pour une période de 7 mois, avec la garantie qu’ils seront réintégrés ensuite dans leur division d’origine. Ils obtiennent en outre une prime de 2,50 francs par jour et la promesse qu’aucune sanction ne sera prise suite à la grève et aux séquestrations des cadres. Ces résultats justifient les propos des responsables syndicaux pour qui, « partir à Vins sans lutte, c’était partir sans garantie de retour et sans conserver les avantages sociaux actuels »13. Cependant, au-delà, le conflit de 1960 témoigne de la détermination des mineurs de s’opposer aux licenciements, quels qu’en soient les motifs. Ce faisant, ils marquent leur volonté de voir les Houillères du bassin de Provence continuer à assurer, sur place, leur rôle d’entreprise pourvoyeuse d’emplois. La lutte contre « les déportations » rejoint en fait la lutte contre la politique des baisses d’effectifs dans laquelle tous les syndicats mineurs se rejoignent, au-delà de leurs divergences, voire de leurs oppositions, car chaque suppression de poste empêche, dans l’absolu, les fils de mineurs de reprendre le métier de leur père. C’est ce que démontre l’étude des embauches des années 1950. En effet, durant cette période, sur 100 embauchés destinés à combler en partie les décès et les départs en retraite, moins de 20 sont fils de mineurs. Aussi, les militants syndicaux ne se privent pas d’exploiter cette situation, au risque, pour faire avancer leur cause, de forcer le trait, lorsqu’ils écrivent par exemple que :

  • 14 L'Étincelle Rouge, n° 20, août 1955.

« les jeunes fils de mineurs doivent rester sans travail dans la rue, et à la charge des parents, qui, avec leurs maigres salaires, doivent faire face aux dépenses de ces grands gaillards de 16 à 18 ans. »14

13Cependant, à partir des années 1960, avec la démocratisation du système scolaire et les changements de mentalité, les familles espèrent d’autres professions pour leurs enfants. Aussi, les revendications portant sur les embauches des fils de mineurs deviennent moins présentes pour disparaître totalement à la fin de la décennie.

14Malgré tout – et cela semble a priori paradoxal –, ces tensions n’entament pas l’optimisme ambiant. La modernisation des installations, les gains de productivité, les records enregistrés à ce niveau nourrissent l’idée que l’avenir de la mine est assuré pour longtemps. Cette idée, partagée par tous avec quelques nuances il est vrai, se trouve renforcée par une série d’événements qui agissent tous dans le même sens.

15C’est d’abord en 1954 la mise en service du premier groupe de la centrale thermique de Gardanne et le renforcement continu de ses capacités. Ainsi, un deuxième groupe est inauguré en 1957, un troisième en 1958, un quatrième en 1967, et en 1984, c’est un groupe de 600 MW qui devient opérationnel. Cette progression permet d’absorber un pourcentage de plus en plus important de la production minière : 70 %dans les années 1970, 90 % en 1986. À partir de ce stade, aux yeux du plus grand nombre, la pérennisation de la mine ne fait plus aucun doute, la centrale thermique la justifiant à elle seule. C’est ensuite le premier choc pétrolier de 1974 qui rend le charbon plus compétitif que le fuel et c’est l’origine de la construction, en 1980, du Grand ensemble de Provence qui relance les investissements et les espoirs. C’est enfin l’élection de François Mitterrand en 1981, un François Mitterrand qui, lors de sa campagne électorale le 6 avril, parle à Freyming-Merlebach de la relance nationale de la production charbonnière, en martelant l’idée qu’il vaut mieux « payer un mineur qu’un chômeur »…

16Dans la foulée, la section de Gardanne du Parti communiste présente « Un livre blanc pour le charbon de Gardanne » qui préconise :

« - une augmentation de la production annuelle qui doit passer, en 10 ans, de 1,6 million de tonnes à 4 millions, et pour atteindre cet objectif, une aide financière de 340 millions de F et la création de 2 300 emplois ;
- la mise en place de deux pôles de gazéification du charbon, l’un à Gardanne, l’autre à Berre ;
- la construction d’une usine d’aluminium pour absorber le surplus d’électricité ;
-l’utilisation du procédé CERCHAR pour désulfurer les fumées, procédé qui piège le soufre dans un produit injecté dans les brûleurs en même temps que le charbon. »

17Dans le contexte d’alors, ces propositions sont loin d’être utopiques. Elles se nourrissent des transformations qui affectent l’ensemble du bassin. En effet, dès la fin de 1981, le rythme des embauches s’est accéléré, et, symbole de la nouvelle « donne », en 1987, le puits Yvon Morandat de 1 190 m de profondeur entre en service. Parallèlement, un autre puits, le puits Z, a été foncé pour l’extraction et l’aérage. Pour les plus confiants, l’avenir de la mine est assuré au moins pour une génération. Il n’en sera rien, et les réactions seront à la hauteur de la déception. Vient alors le temps de la désillusion et des luttes…

L’effondrement des certitudes. La mort annoncée (années 1970/80-2003)

  • 15 À l’issue de la grève, Pechiney accepte une mensualisation totale (elle n’était que de 50 %), le d (...)

18C’est alors que l’histoire des deux bassins diverge et que le drame de Brignoles anticipe de quelque quinze ans la fin du bassin de Gardanne. C’est en décembre 1972 qu’Aluminium Pechiney annonce que l’avenir du bassin est problématique à l’horizon de 1980 et que les pouvoirs publics ouvrent le dossier reconversion en envisageant la création d’une zone industrielle à Brignoles. Trois hypothèses sont avancées, échelonnant la fermeture entre 1980 au plus tôt, si le rythme de production reste le même, et 1986, s’il se ralentit. La CGT qui syndique 75 % des mineurs (et 60 % de l’ensemble des personnels) et le comité de défense qui est mis sur pied, auquel participent tous ceux qui, directement ou non, vivent de la mine, contestent cette mort annoncée, entendent défendre l’exploitation jusqu’à épuisement des ressources, soit l’horizon 2020. Le « Plan bauxite » ou « plan de 20 ans » qui est alors adopté par Alumium Pechiney vise à étaler la fermeture en réduisant la production, en particulier dans la partie ouest (Mazaugues) où les réserves sont moindres. L‘émotion est considérable et le bassin est paralysé durant un mois par un mouvement commencé le 17 avril 1973. La majorité du personnel ayant plus de 40 ans, la solution « sociale » consiste en fait à accompagner les départs à la retraite15. En dépit d’une « guérilla » sociale conduite entre 1973 et 1977 avec grèves, manifestations, marche sur la préfecture, appuyée par les municipalités (celle de Brignoles fait poser des grands panneaux aux entrées de la ville : « Brignoles capitale mondiale de la bauxite menacée de mort par Aluminium Pechiney… », « … la solution : la nationalisation »), le plan est mis en œuvre. Une première compagnie, la plus petite, cesse ses activités en 1976, la production tombe à 1,5 million de tonnes en 1977, les 675 salariés d’Aluminium Pechiney ne sont plus que 414 en 1980. L’arrivée de la gauche au pouvoir et la nationalisation du groupe relancent – à vrai dire modérément, car le rapport de force politique local ne s’y prête guère – l’espoir d’une survie prolongée. Des investissements nouveaux ont lieu dans les années qui suivent. Ils visent en fait à « écrémer » les sites les plus rentables comme l’illustre l’ouverture de la carrière de Doze, à Cabasse, en mai 1982. En fait, en décembre 1986, le Plan Gandois remet en question le « plan de 20 ans ». Il annonce la fermeture de La Barasse qui aura lieu en 1988 et celle, presque immédiate, du site minier de Peygros, près de l’abbaye du Thoronet. Considéré jusqu’ici comme le fleuron du groupe, celui par lequel devait se clore l’exploitation du bassin, où des aménagements substantiels venaient d’être réalisés, il devient une « réserve stratégique ». Il ne s’agit plus dès lors pour les syndicats de demander l’exploitation jusqu’à épuisement du bassin, mais le maintien du « plan de 20 ans ». La mobilisation avec grèves, occupation des puits, manifestations diverses, repart aussitôt. Elle culmine au début mars 1987 lorsque les mineurs de Brignoles viennent occuper l’usine de Gardanne. La négociation permet de prolonger « le début de la fin ». Le patronat varois, comme les pouvoirs politiques locaux, a déjà tourné la page « bauxite ». Aluminium Pechiney promet d’aider à la reconversion (uniquement sur la zone industrielle nouvellement créée de Brignoles) et à la réhabilitation des sites. Les départs s’accélèrent (310 mineurs en mars 1989). On propose des départs en particulier pour le site des Baux (Bouches-du-Rhône) où l’exploitation doit se prolonger un peu. Les derniers sites ferment, le site historique du Recoux (Le Thoronet) en 1989, Doze en 1990. Socialement, la fin des mines peut être considérée comme une réussite et l’action syndicale a permis de prolonger autant que le rapport de force le permettait l’activité. Économiquement, la reconversion promise s’est révélée un leurre, les villages du bassin, frappés en même temps par la crise de la viticulture, ont vu disparaître les seules activités qu’ils possédaient et tous les sites – loin s’en faut – n’ont pas été réhabilités. Subsistent donc d’un siècle d’exploitation des trous béants et des terrils abandonnés.

  • 16 Sur ce problème : J. Domenichino, 1998.

19Pour le charbon, c’est à la fin des années 1980 que les événements se précipitent, surtout en 1986 avec le contre-choc pétrolier qui redonne l’avantage financier au fuel, et avec le changement de majorité gouvernementale. Celle-ci s’engage en effet dans une politique de réduction des aides budgétaires aux secteurs publics ou « protégés » soumis à une forte concurrence internationale, tout en essayant – mais c’est rarement exprimé aussi nettement – de limiter l’influence des syndicats jugée trop pesante au sein de ces mêmes entreprises. Cette nouvelle logique s’apparente en fait à celle qui est appliquée alors à la construction navale16. Elle est soutenue par l’Europe qui développe le concept de « zone industrielle en déclin » et prévoit une série de dispositions financières destinées à faciliter la reconversion des hommes et des territoires.

20Ce changement de politique est perçu très vite par le personnel. Dès 1988, à l’appel de la CGT, un mouvement de grève reconductible de deux heures par poste est déclenché pour protester contre les propositions salariales jugées nettement insuffisantes. Le conflit se durcit à partir du 28 avril, date à laquelle les grévistes bloquent progressivement toute l’exploitation. Ainsi, le site est occupé et les engins de la mine sont utilisés pour bloquer les portes d’entrées. En outre, les locaux de la direction à Meyreuil sont incendiés dans la nuit du 29 au 30 avril. L’ingénieur en chef du fond est séquestré. À partir du 11 mai, les grévistes s’en prennent physiquement à tous ceux qui veulent travailler. Le 13 mai, le Tribunal de grande instance d’Aix-en-Provence ordonne l’évacuation des locaux. Malgré cela, malgré l’attentisme de la CFTC, le rejet de la grève est relatif. Lors du référendum organisé par la direction, le 20 juin, à la question : « Êtes-vous d’accord pour la reprise immédiate du travail ? », 804 agents sur 1 804 répondent encore par la négative. La grève de 1988 est significative de l’état d’esprit qui prévaut alors. Nous sommes bien en présence d’une grève revendicative, portant sur le problème des salaires, mais il ne faut pas s’y tromper. Son succès, sa dureté témoignent de l’inquiétude des mineurs confrontés aux évolutions économiques et politiques opérées depuis l’année 1986.

21Malgré tout, l’idée que les finances publiques ne peuvent soutenir indéfiniment un secteur dans l’impossibilité de se rapprocher des prix internationaux – par exemple, en 1999, la tonne de charbon de Gardanne revient à 798 F contre 270 F pour une tonne rendue à Fos ou à Dunkerque – est partagée progressivement par l’ensemble des syndicats de la profession, sauf par la CGT qui œuvre jusqu’au bout pour le maintien de l’exploitation minière en France. Aussi, le rapprochement des analyses aboutit en 1994 à la signature du Pacte charbonnier qui planifie pour 2005 la fin de toute exploitation minière en France. En retour, et pour obtenir l’adhésion des personnels, un plan social aux conditions avantageuses est signé. Sa principale disposition est contenue dans le Congé charbonnier de fin de carrière (CCFC). Alors que le statut de 1946 prévoyait la retraite à 55 ans après une carrière complète au fond, le CCFC permet à un salarié de 45 ans, ayant 25 ans d’ancienneté, de partir avec 80 % du salaire, tout en conservant les avantages sociaux en matière de chauffage, logement, de protection sociale et médicale. Si les conditions d’âge et d’ancienneté ne sont pas atteintes, le salarié peut poursuivre sa carrière dans le groupe jusqu’à l’obtention des dites conditions, ou alors peut partir en conversion vers une entreprise extérieure.

22L’isolement de la CGT n’affecte en rien sa détermination, et elle reste fidèle, jusqu’au bout, à ses analyses. Pour elle, l’arrêt de toute exploitation minière est :

  • 17 La Marseillaise, 21 mars 1997.

« une aberration au regard des besoins, des réserves importantes et de l’indépendance nationale ». Et elle ajoute que « compte tenu de la situation de l’emploi (…) et dans le cadre de la diversité des sources d’énergie, le charbon reste incontournable »17.

  • 18 La Tribune, 26 août 1998.

23À cela, il faut ajouter sa détermination de voir élargir les dispositions du CCFC aux personnels des entreprises sous-traitantes qui ne bénéficient pas du statut du 1946. Pour aboutir à ses fins, elle engage une série de grèves et d’actions dans lesquelles le spectaculaire le dispute souvent à la violence, ce qui est classique dans ce genre de situation. Localement, la détermination de la CGT se trouve multipliée par l’existence même de la centrale thermique qui absorbe la quasi-totalité de la production locale. Or, à partir de la fin février 1998, du fait de la chute de la production – on est passé de 1,5 million de t. à 800 000 t. –, la centrale thermique, dont les besoins annuels s’élèvent à 1,4 million de t., fonctionne au quart de ses capacités. Aussi, se pose de nouveau le problème de l’utilisation du charbon d’importation, ce que refuse toujours la CGT. Elle demande, au contraire, que la production locale soit augmentée et ce, « avec des embauches de jeunes à la clef »18.

24Pour aboutir, elle engage les mineurs à multiplier les heures de grève et les actions spectaculaires comme, par exemple, l’occupation le 16 octobre de la voie ferrée Aix-Marseille. L’annonce le 19 octobre 1998 du plan Strauss-Kahn n’est pas faite pour calmer les esprits. Pourtant, ce plan est simple. En échange de l’acceptation par la CGT de l’importation de 160 000 t. de charbon d’Afrique du Sud, le gouvernement s’engage à ne pas fermer la mine avant 2005, à développer le pôle énergétique de Gardanne par la construction d’un groupe thermique de 380 MW, voire de 600 MW, équipé d’une chaudière à lit fluidisé circulant, à recruter et à former 400 personnes. La mise en œuvre de ce plan par le préfet des Bouches-du-Rhône qui, le 12 janvier 1999, annonce qu’il vient de donner l’autorisation à l’importation de charbon, relance les actions violentes : blocage de la centrale thermique les 13 et 14 janvier 1999, incendie le 18 janvier de deux camions livrant du charbon importé, blocus de la centrale le 21 janvier par trois engins de transport de personnels sortis de la mine, soutien à l’action de 17 ouvriers d’Intramine qui, à partir du 19 février 1999, occupent le puits Morandat, empêchant ainsi toute production, occupation du péage de La Barque le 20 février 1999, etc.

25Cependant, malgré ou à cause de ces actions, la CGT est de plus en plus isolée. D’abord – mais ce n’est pas nouveau – des autres syndicats qui ont signé et soutenu, dès le départ, le pacte charbonnier et qui ont peur que l’agitation le rende caduque. C’est ce qu’expriment par exemple les responsables de la CGT-FO le 21 janvier 1999 dans La Provence :

« Les positions intransigeantes et extrêmes fragilisent chaque jour un peu plus l’outil de travail et par conséquent l’emploi… Cela rend de moins en moins accessibles les objectifs définis par le pacte charbonnier ».

26Ensuite elle se trouve isolée des mineurs eux-mêmes qui sont de moins en moins nombreux à suivre les directives de la Confédération. Ils sont en effet de plus en plus conquis par les dispositions avantageuses qui leur sont offertes pour partir en retraite anticipée. C’est ce que d’aucuns expriment le 19 février 1999, au journaliste de La Tribune :

« Le plan social est plus qu’intéressant. Nous partons en retraite anticipée avec 80 % du salaire de base ».

27Ce qui n’est pas dit alors, c’est que certains mineurs touchent en retraite anticipée plus que s’ils travaillaient… Les conséquences du Pacte charbonnier et l’isolement de la CGT sont parfaitement perçus par le maire de la cité, même s’il continue à justifier les actions en cours :

  • 19 La Marseillaise, 4 février 1999.

« Le Pacte charbonnier, c’est l’achat du silence des mineurs. La mobilisation n’est pas au rendez-vous, mais nous menons un combat pour nos enfants. Sur une population de 18 000 habitants, 700 jeunes sont à la recherche d’un emploi à Gardanne. »19

28Malgré tout, la CGT ne tarde pas à prendre en compte l’évolution de la situation.

29Le 2 avril 1999, sans renier son opposition au pacte charbonnier, elle accepte de voir la centrale thermique alimenter en charbon d’importation, tout en obtenant la promesse d’une augmentation de la production locale de 650 000 t. entre 1999 et 2005 et la promesse des embauches indispensables pour mettre en œuvre cet objectif. Le 16 septembre, la même CGT obtient de CdF le renouvellement de son engagement d’augmenter la production jusqu’en 2005, afin d’éviter une fermeture anticipée. En contrepartie, elle donne son accord pour porter l’importation de charbon à 2 millions de t. pour alimenter la centrale, ce qui correspond à deux trains par jour entre Fos et Gardanne. Tout semble donc réuni pour voir l’exploitation charbonnière se prolonger jusqu’en 2005.

30Il n’en sera rien, on le sait. C’est le 31 janvier 2003 que toute la production charbonnière cesse à Gardanne. Les raisons de cette fermeture anticipée sont multiples. Il faut citer par exemple la non-construction de la nouvelle chaudière à lit fluidisé promise en 1998, l’intention affichée par les instances européennes de réduire de 25 % le montant de ces aides pour la reconversion des industries en difficultés, ce qui risquerait de priver le bassin d’aides financières, voire, pour d’autres, l’attitude intransigeante de la CGT qui aurait contribué à creuser les déficits… Cependant, officiellement, les motifs sont tout autres. Si Charbonnages de France ne manque pas de rappeler l’importance du déficit annuel – 64 millions d’euros –, il insiste surtout sur le manque de personnel – les mineurs sont alors moins de 340 – qui ne permet plus d’exploiter en toute sécurité une mine à de telles profondeurs et :

  • 20 G. Defrance, Rapport de mission d’inspection des Houillères de Gardanne, 1998.

« la perte de compétence que représente le départ des mineurs les plus expérimentés dans le cadre du Pacte charbonnier. »20

  • 21 Le Monde, dossier du 16 janvier 2003.

31Ironie de la situation quand on se souvient que CdF est lui-même à l’origine de la baisse drastique du nombre d’ouvriers-mineurs… Quoi qu’il en soit, l’arrêt de l’exploitation marque le début du dernier mouvement de notre étude, celui des « reconstructions »21, un mouvement multiforme, mais un mouvement en devenir, que nous traiterons en guise de conclusion.

32C’est d’abord la reconstruction des espaces. Elle a déjà commencé au fond, avec le début de l’ennoyage des galeries, avec tous les aléas et les risques que cela comporte même si de nombreuses dispositions ont été prises : risques d’effondrement et de glissement de terrain, risques de voir des zones redevenir inondables, risques de pollution liés à l’existence de la Galerie à la mer. Elle s’est poursuivie au jour avec la démolition le 5 février 2004 des deux chevalements en béton des puits Courau et Boyer situés à Meyreuil, sans parler du traitement plus ancien des terrils qui dominent le site. C’est ensuite la reconstruction des activités économiques du bassin. L’ouverture du Centre de formation et de recherche à la microélectronique renforce les espoirs de voir ce nouveau secteur revitaliser et régénérer un potentiel économique mis à mal par la fermeture de la mine. C’est enfin la reconstruction des hommes, sans conteste la plus difficile à réussir. En effet, malgré les conditions avantageuses qui ont été ou offertes, ou obtenues par les mineurs pour accepter la fermeture de l’entreprise - on est loin des configurations de Vilvoorde ou de Métal Europe -, certains d’entre eux assurent très difficilement leur nouvelle condition de « jeunes retraités ». Certes, il manque des enquêtes systématiques pour cerner de manière précise les situations présentes. Mais les témoignages des uns et des autres sont éloquents. Ils parlent d’un désœuvrement latent que certains parviennent à dépasser par le travail au noir qui s’est considérablement renforcé. Ils murmurent les cas d’alcoolisme, de dépression, de divorce… En fait, ces témoignages révèlent ce que certaines études avaient déjà mis en évidence, à savoir que l’activité de travail joue un rôle important dans l’équilibre individuel et social de tout un chacun et que les conditions financières, même les plus avantageuses offertes lors de la fermeture de certaines entreprises, sont loin d’être suffisantes pour résoudre tous les problèmes.

  • 22 Sa galerie de préfiguration a été inaugurée en 2003 dans l’ancienne cave coopérative où le musée d (...)

33C’est là que la comparaison avec le bassin de bauxite peut reprendre. L’enracinement de la population concernée et la faiblesse des effectifs « jeunes » remis en question ont limité la « casse » sociale, même si des cas de dérives viennent en mémoire. Il est clair que les compagnies bauxiteuses, Pechiney en tête, n’ont eu aucun souci de l’avenir économique du bassin et que les problèmes d’environnement ne tenaient pas la place qu’ils tiennent aujourd’hui. Le désengagement a été complet et facilité par la résignation des pouvoirs politiques locaux qui n’ont même pas envisagé, ni même soutenu à l’époque, les projets patrimoniaux suggérés. Les uns s’arc-boutaient sur une improbable poursuite de l’activité, les autres voulaient en finir. Très significativement, c’est maintenant seulement que cette prise de conscience trouve un débouché avec la création d’un musée de la bauxite et des « gueules rouges » à Tourves22. C’est bien, mais c’est aussi bien tard.

Notes

1 Pour l’histoire de ce bassin, voir X. Daumalin, J. Domenichino, P. Mioche, O. Raveux, 2005.

2 Pour un historique général sur ce bassin, nous renvoyons à C. Arnaud et J.-M. Guillon, 2004. Rappelons qu’au minimum les 3/4 de la production française de bauxite étaient extraits du bassin de Brignoles

3 Rolande Trempe, 1997.

4 Voir Philippe Mioche (dir.), 1994.

5 L'Étincelle rouge, n° 50, décembre 1959, journal des sections du PCF du bassin minier. Ce périodique sert aussi de publication officielle pour la CGT qui n’édite pas de journal particulier.

6 L'Étincelle rouge, n° 49, octobre 1959. Titre de l’article : « Puits de Meyreuil. LE Petit Roi » : « Il y a chez nous, au quartier nord, un porion pas plus haut qu’une botte, surnommé le « Petit Roi ». Prenant son rôle au sérieux, tout à coup, il s’est pris pour un grand roi, mais un vrai roi, comme ceux qui régnaient il y a quelque cent ans en arrière, du temps des serfs… ».

7 L'Étincelle rouge, n° 36, mars 1957 : « Montant sur ses grands chevaux, il a traité tout le monde de fainéant, de semeur de panique (…). Nous connaissons tous cet homme à double face qui se dit être le patron après M. Michel. Il est bien mal placé pour traiter quelqu’un de fainéant, parce que à Meyreuil, quand on arrive au fond et que l’on descend les escaliers en fer, on dit « Voici l’escalier du gros mouton ». Cela est obligé, car à force d’y passer assis des après midi entiers, il a pris la forme de son gros postérieur. Pas besoin d’en dire plus, son rôle de mouchard est bien rempli et bien connu de l’ensemble du personnel… ».

8 L'Étincelle Rouge, n° 30, juillet 1956.

9 L'Étincelle rouge, n° 21, septembre 1955 : « Meyreuil, mine de France égale Buchenwald »,

10 « Parce que quatre ouvriers n’ont pu venir travailler le dimanche dans la nuit, on les a mis à pied le lundi. On n’avait jamais vu ces méthodes au temps de l’occupation. Peut-être que nos ingénieurs seraient-ils plus forts que les nazis ? C’est ce que nous voudrions savoir, car la riposte ne se ferait pas attendre ! Un bon conseil : soyez plus doux et plus corrects dans vos commandements. »

11 AD BdR, 1 ETP, 1067.

12 Reproduction de cette lettre dans G. Piot, 1984, p. 194.

13 L'Étincelle Rouge, n° 52, juin 1960.

14 L'Étincelle Rouge, n° 20, août 1955.

15 À l’issue de la grève, Pechiney accepte une mensualisation totale (elle n’était que de 50 %), le doublement de la prime à l’ancienneté et la refonte de la grille des salaires.

16 Sur ce problème : J. Domenichino, 1998.

17 La Marseillaise, 21 mars 1997.

18 La Tribune, 26 août 1998.

19 La Marseillaise, 4 février 1999.

20 G. Defrance, Rapport de mission d’inspection des Houillères de Gardanne, 1998.

21 Le Monde, dossier du 16 janvier 2003.

22 Sa galerie de préfiguration a été inaugurée en 2003 dans l’ancienne cave coopérative où le musée devrait être construit.

Auteurs

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540