Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Fermetures et reconversions

Reconversion et réhabilitation des paysages dans les bassins de lignite des nouveaux Länder

Michel Deshaies

Texte intégral

1La division de l’Allemagne ayant laissé la RDA pratiquement sans ressources énergétiques en dehors du lignite, l’exploitation de ce charbon à médiocre pouvoir calorifique tenait une place essentielle dans l’économie du pays. Afin d’assurer au pays une relative indépendance énergétique, l’État va, au fil des plans quinquennaux, engager une exploitation à outrance de cette ressource abondante. Ainsi, la production de « l’or noir » de la RDA ne va pas cesser d’augmenter, passant de 137 millions de tonnes en 1950 à 225 en 1960 pour atteindre le volume fantastique de 315 millions de tonnes en 1988. Situées pour l’essentiel à moins de 100 m de profondeur, les couches de lignite parfois très épaisses étaient exploitées en découverte par des excavatrices géantes. Si cette technique avait déjà été développée dès les années 20, les besoins énergétiques croissants de la RDA vont conduire à une énorme extension des excavations ; d’autant plus, qu’au fil du temps, le rapport entre le volume de lignite extrait et le volume de déblais qu’il faut enlever s’est détérioré : de 1 à 4 en moyenne en 1989. Bien qu’il soit prévu de remettre en culture ou de réhabiliter les surfaces exploitées, le manque de moyens financiers et la priorité donnée à la production faisait que, en particulier dans les dernières années de la RDA, les surfaces mises en exploitation dépassaient de loin les surfaces remises en culture.

2Avec la réunification et la remise en cause de la production énergétique en ex-RDA, le secteur du lignite s’effondre et la production est divisée par quatre en quelques années, seules 7 exploitations sur 41 restant en activité. Dans l’ensemble des deux bassins d’Allemagne centrale et de Basse-Lusace, l’exploitation du lignite a affecté une surface gigantesque de 125 000 ha environ, dont à peine la moitié avait fait l’objet d’une remise en culture au moment de la réunification. Aussi, du jour au lendemain, ce sont des surfaces considérables qui doivent être réaménagées et réhabilitées afin, d’une part, de restituer un cadre de vie convenable à la population locale, et d’autre part, de permettre le développement de nouvelles activités économiques susceptibles de prendre le relais de l’extraction du lignite dont le rôle est désormais très réduit. Des choix paysagers qui sont effectués actuellement dépend largement l’avenir de ces régions. Mais du fait même de leur localisation, les deux bassins n’ont pas les mêmes chances de développement et ne peuvent pas miser exactement sur les mêmes projets.

Les paysages dévastés des bassins de lignite en 1989

Une exploitation dévastatrice

  • 1 E. Oelke, 1997, p. 239.

3Dans le gisement de lignite d’Allemagne centrale, l’exploitation en découverte à grande échelle s’est précocement développée. En effet, dès les années 20, de grandes exploitations à ciel ouvert sont constituées et, jusqu’au début des années 60, ce bassin va rester en tête par l’importance de la production qui atteint son maximum en 1960 avec un total de 142 millions de tonnes, soit les deux tiers de la production de la RDA à l’époque1. À partir de là, la production diminue régulièrement en raison de l’épuisement du gisement, notamment à l’extrémité sud (Altenburg) et sud-ouest (Geiseltal) du bassin, plus précocement exploitée (fig. 1). Néanmoins, la production était encore de 105 millions de tonnes en 1989, venant pour l’essentiel (52 millions de tonnes) de la région située au sud de Leipzig ainsi que de la partie nord du bassin autour de Bitterfeld et Gräfenhainichen (24 millions de tonnes). Ainsi, depuis les débuts de l’exploitation industrielle, au milieu du XIXe siècle, plus de 6,5 milliards de tonnes de lignite ont été extraits du bassin d’Allemagne centrale.

  • 2 E. Oelke, 1997, p. 243.

4Après la réunification allemande, la plupart des 21 exploitations existant en 1989 ont été fermées : en 1993, il n’en restait plus que 8 en activité et seulement 3 actuellement qui doivent produire jusqu’en 2030 environ 15 millions de tonnes de lignite par an, soit sept fois moins qu’en 19892. La production a été beaucoup plus fortement diminuée qu’en Basse Lusace, non seulement à cause des problèmes environnementaux générés par l’extraction et la combustion du lignite sulfureux dans les centrales thermiques, mais aussi pour des raisons plus strictement économiques : l’épuisement des gisements et la productivité déclinante des exploitations.

Figure 1 : La réhabilitation des paysages dans le bassin d’Allemagne centrale, situation en 2002

Figure 1 : La réhabilitation des paysages dans le bassin d’Allemagne centrale, situation en 2002

5L’arrêt de la plupart des mines rend ainsi nécessaire la réhabilitation de surfaces considérables. Sur les 50 000 ha affectés par l’extraction du lignite, seulement la moitié avait été réhabilitée au moment de la réunification. Certaines excavations abandonnées avaient servi de réceptacle aux déchets de l’industrie chimique régionale et étaient pratiquement remplies de substances toxiques dont la nature exacte n’était d’ailleurs pas connue. C’était le cas en particulier du Silbersee à Wolfen, près de Bitterfeld. La situation de certaines villes comme Bitterfeld, Borna ou Markkleeberg au sud de Leipzig, apparaissait comme particulièrement dramatique, puisqu’elles étaient bordées directement par les gigantesques excavations d’où, en été, sous certaines conditions, se dégageaient de grands nuages de poussière. Cela ajoutait encore à la dégradation de l’atmosphère résultant de la forte concentration d’industries chimiques, en particulier à Bitterfeld, et de la combustion du lignite par les centrales thermiques rejetant d’énormes quantités de dioxyde de soufre.

6C’est cependant en Basse Lusace que l’exploitation du lignite s’était le plus développée depuis les années soixante pour atteindre près de 200 millions de tonnes par an au cours des années quatre-vingt. C’est donc en Basse Lusace qu’on trouvait les exploitations les plus vastes et que le déficit de remise en culture était le plus important. La Basse Lusace était, par excellence, la région des grandes exploitations en découverte ; celle de Nochten par exemple, au sud de Weiâwasser, formait une excavation de 5 km de long pour une largeur maximale de 3 km (fig. 2).

Figure 2 : La réhabilitation des paysages dans le bassin de Basse Lusace, situation en 2002

Figure 2 : La réhabilitation des paysages dans le bassin de Basse Lusace, situation en 2002

1-autoroute ; 2-frontière de land ; 3-frontière internationale ; 4-ville ; 5-centrale thermique ; 6-mine en activité ; 7-espace en voie de réhabilitation depuis 1990 ; 8-espace réhabilité avant 1990 ; 9-lac existant ; 10-futur lac ; 11-zone devant être exploitée dans le futur

7Les paysages étaient d’autant plus marqués par l’exploitation du lignite que, contrairement au bassin d’Allemagne centrale, en déclin depuis les années soixante, la production en Basse Lusace a sans cesse été accrue jusqu’à la fin du régime de la RDA, avec une production record de 200 millions de tonnes en 1988. La production et les exploitations se sont donc beaucoup développées depuis les années soixante-dix, à l’époque où les moyens manquaient cruellement pour assurer la remise en culture. Entre 1970 et 1990 les surfaces ayant été exploitées pour l’extraction du lignite en Basse-Lusace ont ainsi presque doublé, passant de 37 578 à 70 578 ha. Au cours des années quatre-vingt, ce sont plus de 2 000 ha par an qui étaient ainsi consommés par l’exploitation minière. Or, tandis que dans les années soixante-dix, les surfaces réhabilitées étaient presque équivalentes à celles consommées par l’exploitation, dans les années quatre-vingt, c’était tout juste la moitié des surfaces qui faisaient l’objet d’une réhabilitation (fig. 3). Plus encore qu’en Allemagne centrale, les paysages de la Basse Lusace étaient donc marqués par d’immenses surfaces labourées, totalement minérales, correspondant aux déblais laissés par les ponts transporteurs. Sur les 75 000 ha exploités depuis les débuts de l’activité minière en Basse Lusace, il y avait encore en 1992 plus de 36 500 ha correspondant à des mines en activité, à des excavations résiduelles ou à des friches n’ayant pas encore été réhabilitées.

Figure 3 : Bilan des surfaces exploitées et réhabilitées en Basse Lusace de 1965 à 1990 (en ha)

Figure 3 : Bilan des surfaces exploitées et réhabilitées en Basse Lusace de 1965 à 1990 (en ha)

L’effondrement de l’exploitation du lignite

8Après la réunification, l’effondrement industriel survenu dans les nouveaux Länder et la mise aux normes environnementales du secteur énergétique ont conduit à une réduction drastique de la production de lignite qui, dès 1992, était divisée par deux par rapport à son niveau record de 1989 et a atteint un niveau plancher de moins de 80 millions de tonnes en 1999 (fig. 4). Plus impressionnante encore est la diminution des effectifs employés dans le secteur du lignite. Sur les 140 000 emplois que comptaient les deux bassins en 1989 il n’en restait plus que 13 000 en 2003, soit une diminution de 90 %. Seule la Basse Lusace conserve encore un nombre significatif d’emplois, environ 10 000 actuellement.

Figure 4 : Évolution de la production de lignite dans les nouveaux Länder depuis 1989 (en millions de tonnes)

Figure 4 : Évolution de la production de lignite dans les nouveaux Länder depuis 1989 (en millions de tonnes)

9Les conséquences économiques et sociales de cet effondrement du secteur du lignite ont été particulièrement graves, surtout en Basse Lusace où l’extraction du lignite et la production d’électricité étaient quasiment une monoactivité. La région minière de Basse Lusace a ainsi perdu plus de 100 000 habitants depuis 1990, soit pratiquement un sixième de sa population initiale. Les villes développées à l’époque de la RDA pour loger les travailleurs du lignite ont subi une véritable saignée démographique. La plus grande ville de la région, Cottbus, est ainsi passée de 132 000 habitants en 1990 à 107 000 en 2003, mais la ville la plus touchée est sans conteste Hoyerswerda qui a perdu plus d’un tiers de sa population et compte actuellement moins de 45 000 habitants au lieu de 69 000 en 1990. La ville continue d’ailleurs à perdre de la population à un rythme soutenu puisque le solde migratoire reste très négatif avec une perte annuelle de près de 2 000 personnes. Il est vrai que le taux de chômage atteint un niveau catastrophique, 30 % à Hoyerswerda et même 33 % à Weißwasser. Par contre, dans le bassin d’Allemagne moyenne, les évolutions sont moins négatives, en raison de la proximité de grandes villes comme Leipzig et Halle qui peuvent fournir des emplois et pour lesquelles le territoire des communes où se trouvent les anciennes exploitations minières servent à accueillir la périurbanisation qui s’est beaucoup développée depuis 1990. C’est le cas en particulier au sud de Leipzig où les mines à ciel ouvert s’étendent jusqu’en bordure immédiate de la ville et deviennent des espaces où se diffusent les nouvelles zones d’habitat individuel.

Une réhabilitation fondée sur la création de nouveaux paysages lacustres

10La réhabilitation des exploitations de lignite est pour cette raison devenue une priorité et des investissements considérables ont été consentis afin de rendre à ces régions un environnement de qualité. Il s’agit en l’occurrence de remodeler les excavations à l’aide des machines d’extraction, et donc de créer des paysages nouveaux, susceptibles de répondre aux besoins actuels de la population locale et notamment de les transformer en espaces attractifs pour les loisirs, et éventuellement la résidence des habitants des régions urbaines proches. Il faut en effet rattraper l’énorme déficit de réhabilitation hérité du temps de la RDA.

Les futurs lacs de Basse Lusace

11En Basse Lusace par exemple, les exploitations de Koschen, Sedlitz et Skado, près de Senftenberg, fermées dans les années soixante-dix, n’avaient par encore été réhabilitées en 1989. Il a donc fallu attendre la réunification pour que commence un vaste projet de réhabilitation de ces exploitations minières. Après que les rives aient été remodelées afin d’assurer leur stabilité, les trois exploitations vont être inondées et constituer des lacs destinés à servir de support à des activités de loisirs. Le plus petit des lacs, Koschen (620 ha), a atteint son niveau définitif en 2002 et sera orienté vers les loisirs nautiques avec l’aménagement d’un port de plaisance et d’une plage à Geierswalde. Il en sera de même pour le plus grand, Sedlitz (1 330 ha), où l’on prévoit une utilisation intensive par les sports nautiques. Il faudra cependant attendre 2012 pour qu’il atteigne son niveau final. Quant au lac de Skado (1 120 ha) qui sera constitué en 2007, il devrait être un espace de repos et de tourisme « doux » et une partie des rives constituera un espace naturel protégé à l’image de l’île du lac de Senftenberg. Comme un peu plus loin vers le sud-est, deux lacs sont également en voie de constitution dans l’ancienne exploitation de Spreetal, c’est donc une véritable chaîne de lacs qui occupera à terme toute cette partie du Lausitzer Urstromtal. À l’ouest de Senftenberg, la réhabilitation de l’ancienne exploitation de Meuro sud est plus avancée car, du fait du déplacement de l’extraction vers le nord, il ne subsistait pas d’excavation résiduelle et elle avait été remplie par les déblais provenant de Meuro. Sur les plateaux artificiels constitués à l’emplacement de Meuro sud, on a ensuite planté des forêts de pins. Depuis la réunification, cette ancienne exploitation a accueilli un des principaux investissements réalisés dans les anciennes exploitations de lignite. Il s’agit d’un circuit automobile de 3,2 km (2 miles) de long, « l’Eurospeedway Lausitz », ouvert en août 2000 et destiné à accueillir des courses de vitesse à l’américaine. Cet investissement symbolise la nouvelle orientation des activités de la région qui mise beaucoup sur le développement du tourisme autour des lacs créés dans les anciennes exploitations de lignite. Plus récemment encore, Senftenberg a d’ailleurs accueilli un vaste complexe de loisirs, le Freizeit-Center-Senftenberg, qui se compose de terrains de tennis, de bowlings, d’une piscine ludique et qui vient d’être complété par un tunnel à ski ouvert en mars 2003. Enfin, au nord-est de Senftenberg, l’exploitation de Meuro, fermée en 2000, est en cours de réaménagement. Sur la bordure nord de l’exploitation, à Groâräschen, où doit se former le lac du Ilsesee, on est en train d’aménager en terrasses les futures rives du lac, en vue de la préparation de l’IBA (Internationale Bauausstellung).

12Lorsque l’exploitation minière aura cessé en Basse Lusace, à l’horizon 2030, plus de 96 000 ha auront été affectés. Dans la vision d’avenir proposée par la société Vattenfall, le bassin sera véritablement un pays de forêts et de lacs puisque les espaces reboisés couvriront alors plus de la moitié des surfaces (environ 50 000 ha) tandis que les 140 lacs (dont une vingtaine de grandes dimensions) que comptera la région auront une superficie totale de 26 000 ha, soit l’équivalent de la surface du lac de Constance. Ainsi, la Basse Lusace qui est une région où les lacs étaient rares et de petites dimensions, va devenir une contrée lacustre évoquant les paysages glaciaires du Mecklembourg et de Scandinavie, dans lesquels on espère attirer de nombreux touristes pour le week-end, en particulier en provenance de la région de Berlin.

Les lacs de la région de Leipzig

  • 3 A. Berkner, 1999, p. 10-25.

13En Allemagne centrale, la région située au sud de Leipzig va devenir également un plateau lacustre3 puisqu’à terme, il y aura une douzaine de lacs, dont certains très grands (fig. 1). Dans l’ancienne exploitation de Geiseltal va se constituer le plus grand lac de la région, avec une surface de 18,9 km2 et une profondeur de 70 m, tandis que l’excavation de Goitzsche à Bitterfeld est d’ores et déjà presque entièrement remplie par un lac de 14 km2 et 75 m de profondeur (fig. 1). Ainsi, cette région d’Allemagne, originellement presque dépourvue de lacs et de forêts, va changer de physionomie puisque les surfaces lacustres couvriront à terme 175 km2, soit 35 % des surfaces mises en exploitation, les forêts devant occuper près de 40 % des surfaces, le reste étant constitué des espaces remis en culture (21 %) au temps de la RDA et de nouvelles zones d’activités ou d’habitat.

14La mise en eau du premier de ces nouveaux lacs en voie de constitution a été achevée en mai 2000. Il s’agit du lac de Cospuden, sur la bordure sud de Leipzig (cf. p. 144). Ce lac de 420 ha est d’ores et déjà devenu un espace de loisirs très prisé pour les habitants de Leipzig. Désigné comme projet de l’EXPO 2000, le lac de Cospuden a fait l’objet d’un aménagement remarquable. Celui-ci se caractérise par l’opposition entre la rive sud et ouest conçue comme un espace « naturel » propice à l’observation des oiseaux et la rive nord-est et nord, proche de la bordure de Leipzig, qui accueille les infrastructures de loisirs destinées aux habitants de l’agglomération. Celles-ci comportent un vaste espace aménagé pour la promenade, une grande plage de sable, un espace pour les véliplanchistes, un « pier » avec un port de plaisance et un restaurant sur l’eau. Enfin, une tour panoramique de 35 m de hauteur a été érigée à l’extrémité méridionale du lac et offre une vue imprenable sur le « Landschaftspark » de Cospuden ainsi que sur l’exploitation voisine de Zwenkau qui vient tout juste d’être fermée et qui, à l’horizon 2012, deviendra également un lac de 900 ha. Des projets immobiliers sont en cours pour ériger des villas avec vue sur un lac dont une partie des rives deviendront ainsi des espaces résidentiels privilégiés.

  • 4 T. Tribulowski, 1999, p. 58-67.
  • 5 M. Deshaies, 2001, p. 7-15.

15L’attrait des futurs paysages lacustres et la possibilité de développer autour d’eux les activités de loisirs constitue le thème récurrent de tous les projets de réaménagement des anciennes exploitations minières. Le plus ambitieux de ces projets est celui de Geiseltal4, à la mesure de ce qui deviendra, avec une superficie de 1 890 ha, le plus grand lac de la région (fig.1). Ce vaste plan d’eau qui, dans ses plus grandes dimensions, atteindra 8 km sur 4, devrait offrir la possibilité de pratiquer non seulement la baignade, mais aussi le canoë, le surf et la voile avec l’aménagement d’un port de plaisance à Stöbnitz5. Tout un réseau de chemins sillonnera la topographie accidentée, résultant de l’exploitation minière qui entoure le lac et permettra de pratiquer la randonnée, le VTT et l’équitation dans un cadre boisé. Les infrastructures d’accueil (campings, bungalows) et de restauration se concentreront en particulier sur les rives sud et ouest, à proximité des deux villes principales (Mücheln et Braunsbedra qui comptent chacune un peu plus de 7 000 habitants), tandis que les espaces bordant la rive nord seront plus largement dévolus au tourisme « doux » dans une vaste zone écologique de repos. Les amoureux de la nature pourront aussi observer les oiseaux qui trouveront refuge dans une zone naturelle protégée créée sur la presqu’île et l’île située au milieu du lac. Le Geiseltalsee offrira ainsi de vastes espaces et une gamme complète d’activités de loisirs aux citadins des villes voisines, Merseburg et Halle pour lesquels il sera facilement accessible à partir d’une nouvelle bretelle autoroutière construite à l’est du lac. Comme ce nouvel axe de communication rejoindra l’autoroute Berlin-Munich, on espère aussi attirer des touristes, notamment de Berlin, pour des séjours de week-end ou de plus longue durée. Si ces projets se concrétisent, cela pourrait assurer un nouvel essor économique aux petites villes de Mücheln et Braunsbedra, sinistrées par l’arrêt de l’exploitation du lignite. Bien des incertitudes pèsent cependant sur l’avenir du projet, à commencer par le financement, tributaire largement de la politique de l’État fédéral. On peut notamment se demander s’il est bien réaliste d’envisager que de très nombreux touristes viennent passer leurs vacances sur les bords des futurs lacs de Saxe et de Saxe-Anhalt et leur préfèrent les très nombreux lacs naturels des paysages glaciaires du Brandebourg et du Mecklembourg, voir de Bavière. Il y a de bonnes raisons d’être sceptique, d’autant plus que l’évolution démographique négative de l’Allemagne, et en particulier de l’Allemagne orientale, ne va pas permettre de forte croissance du potentiel touristique.

Les limites des projets de réhabilitation

  • 6 H. Schierz, 2000, p. 187-191.
  • 7 H. Schierz, 2000, p. 112-115.
  • 8 H. Schierz, 2000, p. 135-139.

16C’est à la lumière de ces réflexions que l’on a conduit le projet de réaménagement actuellement le plus avancé et le plus emblématique, car ayant bénéficié d’une large publicité à l’occasion de l’EXPO 2000 à Hanovre dont le Land de Saxe-Anhalt était une région de correspondance. Il s’agit du projet de Goitzsche à Bitterfeld. Cette exploitation s’étendait sur 6 000 ha jusqu’en bordure de la ville et s’était développée principalement aux dépens d’une forêt alluviale bordant deux cours d’eau affluents de la Mulde. Au cours des années 70, la progression de l’exploitation avait rendu nécessaire le déplacement de la Mulde sur une longueur de 9 km. À cette occasion, la Mulde avait été détournée vers une ancienne exploitation de lignite où s’était constitué un lac. Ce lac est devenu un espace de loisir autour duquel se sont installés un camping, des bungalows, un restaurant et une maison de l’environnement « Haus am See » d’où part un sentier de découverte de la nature. Néanmoins, au moment de la réunification, Bitterfeld et Goitzsche évoquaient surtout des paysages dévastés et l’atmosphère de la ville la plus polluée d’Europe en raison des rejets des nombreuses centrales thermiques. Aussi, dès l’arrêt de l’exploitation du lignite, la réhabilitation de Goitzsche est devenue une priorité et a même été accélérée dans l’optique de la préparation de l’EXPO 2000 à Hanovre, pour laquelle le projet servait de site d’exposition grandeur nature. Les discussions engagées entre le groupement de communes et la LMBV ont abouti à l’élaboration d’un plan d’aménagement prenant en compte le fait que le futur lac de Goitzsche n’aura pas, en tant que paysage lacustre, une attractivité suffisante pour détourner de nombreux touristes de la fréquentation des lacs existant en Brandebourg, en Mecklembourg ou même dans d’autres exploitations de lignite. Il faut donc élaborer un concept qui fasse de Goitzsche, non pas un simple Bergbaufolgelandschaft (paysage de succession minière), mais un Kulturlandschaft, c’est-à-dire un paysage original constituant un véritable élément d’identification pour les habitants de la région. Ces réflexions se sont traduites par la signature, en janvier 1999, d’un contrat de rive (Ufervertrag) entre les communes, la LMBV et la société de l’EXPO 2000 en Saxe-Anhalt, définissant les principes de réaménagement de l’exploitation6. Les partenaires se sont ainsi engagés à conserver aux rives du futur lac, le caractère d’espaces publics et à interdire toute urbanisation du front d’eau. Les futures infrastructures touristiques doivent être intégrées dans un plan d’aménagement d’ensemble et présenter des caractéristiques architecturales précises. Une partie de Goitzsche est constituée d’espaces où l’extraction minière a cessé depuis 20 à 30 ans et où, en conséquence, la nature a repris ses droits, façonnant de nouveaux paysages d’étangs bordés d’une végétation assez diversifiée que l’on souhaite préserver dans le cadre de réserves de biosphère. Mais l’élément le plus original du programme de réhabilitation de Goitzsche est l’insertion de projets artistiques dans le nouveau paysage. En effet, il a été fait appel à des architectes et à des artistes de renommée internationale pour créer des œuvres d’art qui doivent constituer des éléments essentiels du nouveau Kulturlandschaft. Ainsi, à côté du débouché dans le lac du canal d’amenée des eaux de la Mulde, on a installé sur un ponton flottant une tour en forme de vis sans fin, le Pegelturm, qui doit s’élever avec le niveau du lac (cf. p. 144). Toutefois, la plupart des œuvres d’art sont rassemblées sur la presqu’île de Pouch qui est devenu ainsi un lieu d’exposition permanente de plein air. Autour d’un amphithéâtre où peuvent se tenir des manifestations culturelles, le visiteur est invité à suivre un sentier de découverte des œuvres d’art, dont certaines rappellent le passé du site. C’est le cas par exemple des terrils d’une dizaine de mètres de hauteur érigés par deux artistes nantais, Marc Barbarit et Gilles Bruni, qui évoquent les formes laissées par les ponts transporteurs et plus généralement le passé minier. De même, la ligne sinueuse et ondulée évoquant des vagues que décrit l’œuvre de Hermann Prigann rappelle l’ancien tracé de la Mulde détournée pour permettre l’extension de l’exploitation7. Enfin, la plupart des œuvres sont l’expression de l’esprit créatif de l’artiste, indépendamment de l’histoire du site, comme par exemple les « pierres flottantes » conçues par Nadia Schmidt. Un élément majeur du réaménagement de Goitzsche est le traitement du front d’eau en bordure de la ville de Bitterfeld8. Celui-ci a fait l’objet d’un concours d’architecture et c’est le projet soumis par l’équipe française dirigée par Gilles Vexlard qui l’a emporté. La construction de quais pour un port de plaisance et d’une esplanade de 160 m de large sur 1 500 m de long, en front de lac, doivent donner à Bitterfeld une image entièrement nouvelle. Cette esplanade plantée d’arbres et éclairée par des lampadaires doit servir non seulement de lieu de promenade, mais elle sera aussi bordée par une plage de sable et portera des infrastructures de loisirs. L’objectif du projet est de rapprocher le centre de Bitterfeld du front d’eau. L’avenir dira si la ville y puise un nouveau dynamisme.

17L’exploitation du lignite qui a profondément marqué les paysages en Basse Lusace comme dans la région de Leipzig-Halle, a subi une sévère restructuration depuis la réunification allemande. La plupart des exploitations ont été fermées et nécessitent d’importants travaux de réaménagement afin de reconstituer des paysages nouveaux, attractifs pour le développement de nouvelles activités de loisirs. Ainsi, les paysages façonnés par le travail minier disparaissent au profit de lacs et de forêts qui devraient donner à ces régions une image entièrement nouvelle qu’elles espèrent exploiter pour développer de nouvelles activités économiques. La rapidité des transformations subies par les bassins de lignite, l’effondrement économique des activités industrielles et minières de la RDA n’ont laissé ni le temps, ni les moyens nécessaires à une prise en compte plus que symbolique du patrimoine minier de la région. Ainsi, c’est tout un chapitre essentiel de l’histoire du travail des hommes qui s’efface des paysages.

Notes

1 E. Oelke, 1997, p. 239.

2 E. Oelke, 1997, p. 243.

3 A. Berkner, 1999, p. 10-25.

4 T. Tribulowski, 1999, p. 58-67.

5 M. Deshaies, 2001, p. 7-15.

6 H. Schierz, 2000, p. 187-191.

7 H. Schierz, 2000, p. 112-115.

8 H. Schierz, 2000, p. 135-139.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La réhabilitation des paysages dans le bassin d’Allemagne centrale, situation en 2002
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 2 : La réhabilitation des paysages dans le bassin de Basse Lusace, situation en 2002
Légende 1-autoroute ; 2-frontière de land ; 3-frontière internationale ; 4-ville ; 5-centrale thermique ; 6-mine en activité ; 7-espace en voie de réhabilitation depuis 1990 ; 8-espace réhabilité avant 1990 ; 9-lac existant ; 10-futur lac ; 11-zone devant être exploitée dans le futur
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Figure 3 : Bilan des surfaces exploitées et réhabilitées en Basse Lusace de 1965 à 1990 (en ha)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 4 : Évolution de la production de lignite dans les nouveaux Länder depuis 1989 (en millions de tonnes)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteur

Université de Nancy 2

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540