Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Fermetures et reconversions

La reconversion dans le Nord-Pas-de-Calais et la Ruhr : approches comparatives

Jean-François Eck

Texte intégral

1La reconversion n’a jusqu’à présent suscité qu’un intérêt limité chez les historiens français. Abandonnant ce champ de recherche aux spécialistes d’autres disciplines, ils ont laissé les sociologues, les économistes, les géographes, les politistes s’en emparer. C’est dès 1961 que le sociologue Serge Moscovici consacrait une étude à la reconversion d’une petite industrie située en milieu rural, la fabrication de chapeaux dans la vallée de l’Aude, entre Quillan et Limoux, sous le titre Reconversions industrielles et changements sociaux. Des économistes comme Serge Dormard, des géographes comme Didier Paris ont consacré d’importants et récents travaux à la reconversion, à propos du Nord-Pas-de-Calais auquel est consacrée pour partie cette communication : citons L’économie de la région du Nord-Pas-de-Calais pour le premier, La mutation inachevée pour le second. Des spécialistes de géopolitiques comme Béatrice Giblin se sont aussi intéressés à ce champ d’étude, dans des travaux comme La région, territoire politique.

2Au contraire, chez les historiens, rares sont ceux qui ont consacré à ce thème une partie de leurs réflexions. Les spécialistes de telle ou telle branche industrielle comme Denis Woronoff et Philippe Mioche pour la sidérurgie, Jean-Pierre Daviet pour la chimie, Jean Domenichino pour la construction navale ont été évidemment amenés à s’y intéresser dans le cadre de leurs recherches, ne serait-ce qu’à travers l’héritage patrimonial que laisse souvent derrière elle une opération de reconversion. Parallèlement, ceux qui ont analysé le développement économique régional dans ses rythmes, ses facteurs et ses spécificités ont posé en termes historiques le problème de la désindustrialisation, comme par exemple Michel Hau dans un ouvrage codirigé avec Clara Nunez, De-industrialization in Europe 19th-20th centuries. Alain Leménorel a fait de même à propos de la Basse-Normandie dans L’impossible révolution industrielle. Oserons-nous dire que c’est peu, pour les régions minières en particulier, surtout si l’on songe à la surabondance des travaux qui portent sur les compagnies charbonnières et leur développement, sur les mineurs, leurs origines géographiques et professionnelles, leurs luttes, leurs conditions de vie et de travail, leur sociabilité ? Il est significatif de constater que, dans des synthèses récentes comme celles de René Leboutte, Vie et mort des bassins industriels en Europe de 1750 à 2000, le chapitre sur la reconversion occupe une place nettement moins développée que les autres, un peu comme si le processus lui-même n’était qu’une sorte d’agonie, douloureuse à évoquer, mais ne posant pas de problème historique distinct. Dans son remarquable ouvrage de près de 450 pages, Le peuple de la nuit, Diana Cooper-Richet, par exemple, n’en consacre que 40 seulement à ce qu’elle appelle la « chronique d’une mort planifiée ».

3Le sujet est pourtant riche et susceptible de nombreux développements. Cette communication souhaiterait le suggérer à partir des résultats d’un colloque qui s’est tenu en novembre 2003 à l’Université de Lille 3, en coopération avec la Ruhr-Universität de Bochum, sur « La reconversion des bassins charbonniers : une comparaison interrégionale entre Nord-Pas-de-Calais et Ruhr ». Cette rencontre a rassemblé vingt-cinq interventions de chercheurs originaires des deux pays. Les actes sont en cours de publication à la Revue du Nord. Quelques-uns des apports en seront présentés ici, non pas qu’il s’agisse d’une démarche exemplaire, car l’approche développée appelle maints compléments et rectifications, mais parce que ce colloque a permis de constater l’intérêt que présenterait la poursuite de l’entreprise, voire son extension à d’autres régions industrielles ou bassins miniers en reconversion.

4Comme tout exercice de ce type, la comparaison n’est pas sans artifice, surtout s’agissant de deux ensembles aussi différents que la Ruhr et le Nord-Pas-de-Calais. Il faut le rappeler : leurs tailles respectives sont très dissemblables. On juxtapose ici le plus grand bassin charbonnier d’Europe occidentale et un bassin de dimensions seulement moyennes qui, même s’il a joué un rôle majeur dans l’approvisionnement énergétique français, ne se situait, lorsque l’exploitation y a cessé en 1990, qu’au second rang en France, derrière celui de Moselle. La Ruhr constitue aussi une très vaste région urbaine, densément peuplée, avec des agglomérations comme Essen, Dortmund, Duisburg, Bochum qui toutes dépassent 400 000 habitants, alors que le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais juxtapose des villes de taille seulement moyenne comme Lens, Douai, Béthune, dont une seule, Valenciennes, atteint 350 000 habitants. La conurbation de Lille-Roubaix-Tourcoing ne saurait en effet être considérée comme la capitale du bassin minier car, pas plus dans ses conditions historiques de développement que dans ses activités présentes, elle ne s’est centrée sur le charbon. De même, sur le plan administratif, la Ruhr, après avoir longtemps relevé de deux provinces prussiennes, appartient depuis 1949 à un Land, la Rhénanie du Nord-Westphalie, qui possède son propre gouvernement, sa législation, sa politique de développement régional, tandis que le bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, réparti sur deux départements, n’a pu bénéficier que tardivement des mesures de régionalisation mises en place par la réforme Defferre de 1982. Enfin, les structures économiques ne sont évidemment pas les mêmes : tradition de la mine-usine d’un côté, où l’intégration pratiquée par les grands Konzerns allait de l’extraction du charbon jusqu’au transport des produits sidérurgiques, long désintérêt pour la sidérurgie de l’autre, puisqu’il a fallu attendre 1911 pour qu’une compagnie, celle des Mines de Lens, s’associe aux Forges de Commentry-Fourchambault pour fonder une aciérie, Pont-à-Vendin, qui d’ailleurs ne verra pas le jour immédiatement du fait de la guerre, mais qui était destinée à valoriser une partie de la production charbonnière dans des produits de plus forte valeur ajoutée.

5Toute boiteuse qu’elle soit, la comparaison permet néanmoins d’observer des similitudes et des différences significatives : d’abord, quant aux processus de reconversion ; ensuite, quant à leurs répercussions sur l’économie et la société ; enfin, en guise de conclusion, sur leurs résultats, heureux ou malheureux.

6Dans les processus de reconversion, il est facile d’opposer terme à terme les deux régions, en montrant le rôle qu’y ont tenu les entreprises, les pouvoirs locaux, les institutions supranationales.

  • 1 J.-M. Holtz, 1977, p. 130-131.
  • 2 W. Plumpe, R. Esser et S. Unger, 1990.

7Les entreprises viennent ici au premier plan, car elles sont évidemment concernées au premier chef par la reconversion. Face à elle, leur comportement a été dissemblable d’un bassin à l’autre. Dans la Ruhr, où la crise charbonnière a sévi à partir de la fin des années 1950, les mines les moins rentables ont été contraintes assez brutalement à la fermeture. En dix ans, de 1958 à 1968, dix d’entre elles ont supprimé près de 100 000 emplois, 98 000 exactement, le record étant détenu par la compagnie Harpener Bergbau, alors contrôlée par des capitaux français, qui en a supprimé à elle seule près de 15 0001. Pour leur part, les Konzerns sidérurgiques n’ont été atteints par la crise de manière sévère qu’encore plus tard. Durant la décennie 1970, le recul des emplois a été de 14 % seulement. Il n’a atteint 40 % que durant les années 1980. Face à cette évolution, ils ont réagi en se diversifiant vers les fabrications autres que sidérurgiques et en les implantant de préférence ailleurs que dans la Ruhr. Mais, qu’il s’agisse de compagnies charbonnières ou de Konzerns sidérurgiques, les acteurs économiques se sont montrés soucieux de leur indépendance. Ils ont évité le plus longtemps possible de réclamer l’aide financière des pouvoirs publics et de recourir à la concentration. Il a fallu attendre 1968 pour que le gouvernement fédéral décide la création de la Ruhrkohle AG qui regroupait les charbonnages privés et les faisait bénéficier de subsides étatiques, puis 1998 pour assister à une fusion majeure dans la sidérurgie, celle de Thyssen et de Friedrich Krupp AG2.

8Au contraire, dans le Nord-Pas-de-Calais, les premiers symptômes de reconversion ont été beaucoup plus précoces, correspondant à des conditions géologiques médiocres et à des coûts d’extraction élevés. Les premières fermetures de puits sont intervenues, à l’ouest du bassin, dans la région de Bruay et d’Auchel, dès le début des années 1950. Les Charbonnages de France ont toutefois différé le plus longtemps possible les suppressions d’emplois. Aussi, dans ce secteur, le recul des emplois s’est-il fait lentement et progressivement. Il a même été parfois entrecoupé de phases de réembauche, comme en 1981-1983, au début du septennat de François Mitterrand, lors de la relance manquée de la production charbonnière, selon un schéma très différent de celui de la Ruhr. Ce fut l’inverse dans la sidérurgie. Demeurée apparemment prospère jusqu’au début des années 1970, elle a ensuite plongé brutalement dans d’extrêmes difficultés. Face à elles, les sociétés n’ont pas réagi comme l’ont fait les Konzerns de la Ruhr, par la diversification et la délocalisation. Elles ont eu plutôt recours à un endettement accru et aux aides publiques, se résignant ainsi à la perte totale de leur indépendance. Quant à la concentration, elle a été poussée à son point extrême : dès 1982, Usinor et Sacilor, qui étaient passés sous le contrôle de l’État depuis 1978, ont été rapprochés l’un de l’autre de manière à ne plus former à l’avenir qu’une seule société, ce qui sera le cas quatre ans plus tard, lors de la nomination à leur tête d’un président-directeur général unique, Francis Mer.

  • 3 Procès-verbal d’une réunion « Chimie » à la direction générale, 17 avril 1962, Centre des archives (...)
  • 4 B. Giblin-Delvallet, 1990, p. 311.

9Face à la reconversion, les stratégies entrepreneuriales ont donc été fort dissemblables. Il existe pourtant entre elles un point commun : l’extrême difficulté à élaborer un programme cohérent, par suite de multiples obstacles liés au poids des traditions, au manque de formation de la main-d’œuvre pour d’autres activités, aux interventions intempestives des autorités de tutelle. Un exemple le montre bien, celui des Charbonnages de France qui, tout au long des années 1960-1970, ne sont pas parvenus à développer un pôle chimique aux résultats probants. Les dirigeants étaient pourtant conscients de l’atout représenté par la chimie pour remplir ce que le directeur général, Paul Baseilhac, désignait en 1962 d’un terme fort : le « devoir de reconversion »3. Pourtant il a fallu attendre 1967 pour que les activités chimiques soient regroupées en une société autonome, CDF-Chimie, confiée à Jacques Petitmengin. Sur le plan des emplois, les résultats ont été médiocres car, très rapidement, CDF-Chimie dut supprimer à son tour des postes de travail, surtout parmi son personnel ouvrier, tandis que seuls progressaient les effectifs des ingénieurs, cadres et agents de maîtrise. Certains choix se sont avérés désastreux, tel celui d’édifier à Dunkerque une grande plate-forme pétrochimique en association avec des capitaux originaires de l’émirat du Qatar. Cette implantation a été imposée en 1974 aux dirigeants du groupe réticents par le ministre du Commerce extérieur, Norbert Segard, important élu politique du Nord, qui les a poussés à ouvrir, en pleine crise pétrolière, une installation dispendieuse, faiblement créatrice d’emplois et dont les retombées régionales resteront quasi inexistantes4.

  • 5 S. Goch, 2002, p. 94-102.
  • 6 P. Subra, 1996, p. 93-104.

10Dans ce processus de reconversion, les pouvoirs locaux sont intervenus de façon souvent décisive. Or, là aussi, un fort contraste oppose les cas de la Ruhr et du Nord-Pas-de-Calais. Dans la Ruhr, comme l’a montré, faisant la synthèse de ses recherches, le politologue Stefan Goch, les autorités locales avaient acquis depuis 1920 l’habitude de travailler ensemble, notamment dans le cadre de l’Association des communes du bassin de la Ruhr, le Siedlungsverband Ruhrkohlenbezirk (SVR), alors fondée pour coordonner les livraisons de charbon à la France et à la Belgique dans le cadre des réparations, puis devenue au fil des ans un instrument de coopération intercommunale aux compétences multiples5. Dans le Nord-Pas-de-Calais au contraire, le phénomène a été beaucoup plus tardif. Certes, en 1953, était apparu à Lille le CERES (Centre d’études économiques et sociales), créé sous l’impulsion du recteur Guy Debeyre. Mais cet organisme se consacrait uniquement à un travail de réflexion prospective, portant d’ailleurs sur l’ensemble de la région du Nord, et pas seulement sur le bassin houiller. Il n’avait, bien entendu, aucun pouvoir de décision. En 1970, est née une Association des maires des communes minières, constituée à l’initiative des maires de Lens, de Liévin et d’Hénin-Beaumont : son but initial, fort limité, consistait à obtenir de l’État le transfert de la gestion de la voirie locale aux communes concernées. En fait, ce n’est guère qu’à partir de la loi Defferre de décentralisation de 1982 que la coopération entre collectivités locales est devenue systématique. Sans doute les clivages politiques, notamment entre socialistes et communistes, mais aussi entre droite et gauche, ainsi que les sensibilités régionales, opposant l’ouest et l’est du bassin, département du Nord et département du Pas-de-Calais, expliquent-ils pour une large part ces difficultés, tandis que, dans la Ruhr, l’omniprésence politique du SPD a facilité les choses. On doit d’ailleurs ajouter que, dans le Nord-Pas-de-Calais, le parti communiste, ancré dans son refus de la reconversion, a tout fait pour inciter la population locale à se dresser contre elle. En 1978 par exemple, comme l’a montré à propos du Valenciennois le géographe Philippe Subra dans sa communication et dans d’autres travaux, les élus communistes, appuyés sur la CGT, ont lancé de violentes manifestations pour protester contre la fermeture de l’aciérie Usinor de Denain, allant jusqu’à saccager les bureaux, bloquer les voies de communication et tenter le redémarrage de l’usine en se passant du concours de la direction, en une stratégie de type « gauchiste » qui traduisait, en même temps qu’une réaction de désespoir, la volonté des militants de se démarquer le plus largement possible des autres partis politiques, et notamment des socialistes, avec lesquels les relations étaient alors difficiles et qui se voyaient accusés de trahison envers la classe ouvrière du fait même qu’ils acceptaient l’inéluctabilité de la reconversion6.

11Dernier acteur du processus, souvent oublié : les institutions supranationales. La CECA a joué à cet égard un rôle non négligeable. Il convient de rappeler que « la création d’un fonds de reconversion facilitant la rationalisation de la production » figurait dans la déclaration Schuman du 9 mai 1950. Contentons-nous de citer ici deux chiffres, établis par René Leboutte dans sa communication : alors que, selon lui, 678 000 travailleurs en Allemagne ont bénéficié des aides communautaires à la reconversion, ils n’ont été que 239 000 à le faire en France. Confiance dissemblable envers les institutions communautaires ? Décalage chronologique dans le recours aux aides ? Simple traduction de la différence de taille entre les effectifs concernés ? Toujours est-il que la disproportion est nette entre les deux pays et qu’elle mérite explication.

  • 7 K. P. Strohmeier, 1983.

12Les répercussions de la reconversion se font faites sentir à la fois sur la société et sur l’économie des régions concernées. Sur la société tout d’abord, les ressemblances sont évidentes entre la Ruhr et le Nord-Pas-de-Calais. Dans les deux cas, on a assisté au développement de symptômes analogues : chômage de masse, désintégration sociale, rupture des anciens liens de solidarité entre familles et générations, dégradation du tissu urbain, déclin démographique, observable surtout dans les grandes villes du Nord comme Lens, Béthune, Douai, Valenciennes, mais aussi à Bochum, Duisburg ou Essen. Une enquête sociologique menée dans une centaine de quartiers urbains de la Ruhr montre la progression du nombre de familles monoparentales, des naissances illégitimes, de la délinquance7. Dès 1982 d’ailleurs, un travail pionnier réalisé à propos de deux communes minières du Nord-Pas-de-Calais, Sallaumines et Noyelles-sous-Lens, associant un historien, Gérard Gayot, et un sociologue, Claude Dubar, opposait leurs réactions face à l’arrêt inéluctable de l’activité minière et montrait comment, à Sallaumines, commune dominée par le parti communiste, la population refusait radicalement toute perspective d’activité hors de la mine, tandis qu’à Noyelles-sous-Lens, commune moins monolithique, l’avenir semblait plus ouvert et la reconversion acceptée.

  • 8 O Ardy-Hémery, 2002, p. 336.
  • 9 M. Hau, in P. Caro, O. Dard et J.-C. Daumas (dir.), 2002, p. 206-208.
  • 10 La Tribune des mineurs, septembre 1967.
  • 11 S. Goch, in R. Bovermann, S. Goch et H.-J. Priamus (dir.), 1996, p. 380-426.

13Les destructions d’emplois ont été massives. Elles ont souvent conduit au désespoir des populations entières, face à cette « rupture brutale, imprévue (…), cet insupportable scandale, tant pour le(s) directeur(s) d’usine qui se voyai(ent) contraint(s) d’appliquer les consignes que par la communauté des travailleurs qui se voyait signifier son déclin et son rejet »8. Aussi les forces syndicales ont-elles adopté, surtout dans le Nord-Pas-de-Calais, une attitude de refus obstiné qui, aux yeux de certains, a formé un obstacle supplémentaire aux tentatives de reconversion9. Aux Charbonnages de France par exemple, la défense du Statut du mineur de 1946 formait un objectif prioritaire qui conduisit, tout au long des années 1960, les représentants de la CGT au sein du comité d’entreprise à s’opposer à la création d’une filiale regroupant les activités chimiques. En effet, les anciens mineurs qui en seraient devenus salariés auraient alors relevé de la convention collective des industries chimiques et n’auraient plus bénéficié des avantages afférents au Statut de 1946. Aussi Achille Blondeau, secrétaire général de la Fédération CGT du Sous-sol, déclarait-il en 1967 : « La partie chimique des Houillères est nettement bénéficiaire et les hommes du grand capital ne peuvent tolérer que ces bénéfices ne prennent pas le chemin de leur coffre-fort » et présentait la filiale projetée par Charbonnages de France comme un démantèlement de la propriété collective héritée de la nationalisation10. À la CFDT, selon Sylvain Schirmann dont la communication au colloque étudiait la vision qu’a eue cette centrale de la reconversion, on réclamait la création d’une Société nationale de l’énergie coiffant l’ensemble de la production et de la distribution énergétiques nationales, hydrocarbures compris, et dont on estimait, sans trop savoir comment, qu’elle pourrait éviter les difficultés nées de la reconversion. La Ruhr a connu des phénomènes semblables, certains élus locaux et permanents syndicaux s’enfermant dans un refus total qui, longtemps, a bloqué l’évolution vers la reconversion11.

14Faut-il multiplier les traits négatifs ? Certes la reconversion fut un processus douloureux qui a ébranlé profondément les sociétés où elle s’est produite. Il reste que, pour en permettre le déroulement, les autorités nationales et locales ont tenté de stimuler, tant dans le Nord-Pas-de-Calais que dans la Ruhr, la réadaptation de la main-d’œuvre. Des efforts massifs ont été faits en faveur de l’enseignement technique et supérieur. Le Nord-Pas-de-Calais dispose aujourd’hui de sept universités (en comptant la Faculté catholique de Lille) dont l’une, à Valenciennes, s’est délibérément tournée, depuis sa création, vers la formation scientifique et technique. Grâce à la reconversion, bien des jeunes qui n’auraient jamais pu accéder à l’enseignement supérieur en bénéficient aujourd’hui. Il en est de même dans la Ruhr où, comme l’a montré lors du colloque Dietmar Petzina, ancien recteur de l’Université de Bochum, existent aujourd’hui 5 universités et 8 établissements d’enseignement technique supérieur dans lesquels travaillent 130 000 étudiants, ce qui place la région, derrière Berlin mais avant Munich, au rang de deuxième pôle du pays pour l’enseignement supérieur. De même, on l’a souvent constaté, la reconversion, difficile, voire dramatique pour les hommes, a permis à davantage de femmes de trouver des emplois, dans la mesure où le secteur des services s’est renforcé de manière décisive dans les deux régions. Elles ont pu ainsi satisfaire un désir d’activité qui, souvent, a coïncidé avec leur émancipation à l’égard d’une société longtemps dominée par les hommes.

  • 12 « Que reste-t-il de l’activité charbonnière ? », in Rabier, 2002, p. 51-63.
  • 13 H. Kania et W. Knierim, 1992.

15Si l’on se tourne à présent vers les conséquences économiques de la reconversion pour les deux régions, on ne peut qu’être frappé par la profondeur des transformations qu’elles ont connues et qui, dans l’ensemble, paraissent avoir été positives. Depuis 1976, dans le Nord-Pas-de-Calais, l’effectif des emplois tertiaires l’a emporté sur celui du secteur secondaire. On assiste donc désormais à une tendance à l’alignement des structures économiques régionales sur celles du reste du territoire national, à tel point que, pour une géographe comme Anne-Sophie Forbras, « l’ex-pays minier ne constitue plus une entité territoriale à part entière »12. Dans la Ruhr, la tendance n’a guère été différente. Elle y a même été rendue plus spectaculaire encore par la transformation de l’environnement qui en a fait un espace moins pollué, mieux aménagé, riche en parcs, espaces de détente, musées industriels et centres culturels13.

  • 14 H. H. Blotevogel, in H. Heineberg et K. Temlitz, 2003, p. 5.

16Les activités de remplacement ont été attirées par des sociétés de reconversion, souvent mises en place par les grands groupes d’industrie lourde établis dans les deux régions. La SOFIREM (Société financière pour favoriser l’industrialisation des régions minières) a été créée dès 1967 à l’initiative de Charbonnages de France. Remplacée en 1984 par la FINORPA (Financière du Nord-Pas-de-Calais), elle est parvenue à créer de nombreux emplois dans des branches comme l’industrie des matériaux de construction, la chimie fine, les matières plastiques, l’agro-alimentaire. L’État, dans le cadre de l’aménagement du territoire, a pesé de tout son poids pour attirer dans le bassin minier des firmes de construction automobile, nationales comme Renault à Douai, étrangères comme Toyota à Onnaing, près de Valenciennes. Grâce à ces implantations, le Nord-Pas-de-Calais est devenu la deuxième région de France, derrière la région parisienne, pour le nombre d’emplois dans la construction automobile. De même, dans la Ruhr, la diversification de la structure industrielle est si marquée que la région a pu être qualifiée par un chercheur de « prototype de la société postindustrielle et urbaine de l’avenir »14.

17Il est temps de conclure. La reconversion dans le Nord-Pas-de-Calais et dans la Ruhr a-t-elle été une réussite ou un échec ? Cette comparaison à la fois binationale et pluridisciplinaire, incite peut-être à poser autrement la question. Sans doute la reconversion a-t-elle été une réussite dans la mesure où elle a permis aux deux régions d’échapper à des structures productives et sociales dépassées et de s’aligner sur la situation nationale. Sans doute a-t-elle aussi représenté un échec parce qu’elle a mis fin aux complémentarités entre activités qui formaient un tissu régional d’une exceptionnelle densité et parce qu’elle a rendu les deux régions dépendantes de centres de décision extérieurs, parfois même situés à l’étranger. Faut-il donc la considérer comme un processus jamais totalement réussi ni totalement manqué, voué, par nature même, à demeurer, comme l’écrit le géographe Didier Paris, une « mutation inachevée » ? Mais la véritable question, qui paraît bien ouvrir aux historiens un champ d’étude appelant d’autres travaux et capable de mobiliser beaucoup de bonnes volontés, est de comprendre comment cette reconversion s’est opérée, à partir de quels héritages, selon quels processus, avec quelles modalités. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’approche comparative, qu’elle soit bilatérale ou multilatérale, semble le meilleur moyen de faire progresser les connaissances et de déboucher sur des résultats.

Notes

1 J.-M. Holtz, 1977, p. 130-131.

2 W. Plumpe, R. Esser et S. Unger, 1990.

3 Procès-verbal d’une réunion « Chimie » à la direction générale, 17 avril 1962, Centre des archives du monde du travail, fonds Charbonnages de France, DG 2002.056.145.

4 B. Giblin-Delvallet, 1990, p. 311.

5 S. Goch, 2002, p. 94-102.

6 P. Subra, 1996, p. 93-104.

7 K. P. Strohmeier, 1983.

8 O Ardy-Hémery, 2002, p. 336.

9 M. Hau, in P. Caro, O. Dard et J.-C. Daumas (dir.), 2002, p. 206-208.

10 La Tribune des mineurs, septembre 1967.

11 S. Goch, in R. Bovermann, S. Goch et H.-J. Priamus (dir.), 1996, p. 380-426.

12 « Que reste-t-il de l’activité charbonnière ? », in Rabier, 2002, p. 51-63.

13 H. Kania et W. Knierim, 1992.

14 H. H. Blotevogel, in H. Heineberg et K. Temlitz, 2003, p. 5.

Auteur

Université de Lille 3

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540