Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Origines et développements

Socialistes en bassin minier dans la première partie du XXe siècle

Robert Mencherini

Texte intégral

1Le bassin minier des Bouches-du-Rhône, comme la plupart des concentrations ouvrières du département, connaît une présence socialisante de longue date. Celle-ci s’appuie sur l’action syndicale sur le lieu de travail. Ce territoire où l’habitat et l’activité professionnelle sont très proches, du moins pendant toute une période, se prête à la combinaison entre syndicalisme et politique, depuis les puits de mine jusqu’aux hôtels de ville ou du département. C’est à cette articulation que nous voudrions réfléchir, au travers de quelques épisodes et du parcours de militants particulièrement significatifs en matière de socialisme.

2Quelques remarques préalables. D’abord, cette étude n’est qu’une première approche. Sa seule ambition est d’esquisser quelques pistes de réflexion générales préalables à une analyse plus fouillée. Ensuite, et ceci complique encore la tâche pour notre propos, l’aire du bassin minier n’est pas totalement homogène, ne serait-ce que du fait de la juxtaposition d’activités différentes, agricoles et extractives. Enfin, plusieurs échelles seraient en prendre en compte depuis la commune jusqu’à la circonscription électorale en passant par les cantons.

3Une précision nécessaire : le mot « socialisme » recouvre beaucoup de réalités. De multiples courants s’en réclament à la fin du XIXe et au début du XXe siècle (socialistes unifiés, socialistes indépendants, républicains socialistes…). La notion évolue également dans le temps et son contenu est fortement modifié après la Première Guerre mondiale. La sensibilité socialiste s’oppose alors, non seulement au conservatisme social qu’elle lie au patronat et au capital, mais aussi au communisme qui la conteste. Au delà de la référence à la Révolution russe, l’antagonisme de ces deux courants – qui tous deux se réclament de la classe ouvrière – se fonde sur des stratégies distinctes de transformation de la société.

4Mon propos présente une chronologie sans doute en décalage avec les autres communications. Croisement entre les temporalités propres à la mine d’une part et au politique de l’autre, elle ne peut recouper exactement ces dernières. La trame que je vais suivre s’articule autour des grands tournants politiques et sociaux de la fin du XIXe siècle jusqu’au début des années 1950. Ces dernières constituent, en cette matière, sinon une rupture, du moins amorcent largement celle-ci.

Du XIXe siècle au début du XXe, l’émergence et l’organisation du mouvement ouvrier socialiste et syndical

  • 1 Voir L. Gaillard, 1980, p. 191 et sq.
  • 2 Il s’agit de Louis Benet, mineur à Gréasque, Marius Bonnet et Pascal Laugier, mineurs à Mimet, Ado (...)
  • 3 Citation extraite de Gérard Pio, 1984, p. 56. Ces élections législatives suivent la dissolution de (...)
  • 4 On peut en trouver le texte dans G. Van-Oost (dir.), 1991, t I, p. 125.

5En des temps où le syndicalisme se distingue mal du politique, tel que nous le concevons ordinairement aujourd’hui, un épisode particulièrement significatif prend place au congrès ouvrier de Marseille du 20 au 31 octobre 18791. « L’immortel congrès », comme le nomme Jules Guesde, donne naissance au Parti des travailleurs socialistes de France qui devient le Parti ouvrier français. Il enregistre la victoire des « collectivistes », des thèses guesdistes sur les thèses « coopératistes » de Barberet et se prononce, en particulier, pour l’« appropriation collective des moyens de production ». Soixante-six délégués y représentent Marseille et les Bouches-du-Rhône. Parmi eux cinq mineurs2. À la séance du 26 octobre, Joseph Martin, chef de leur délégation et mineur à Gardanne, présente un rapport très détaillé sur la condition des mineurs de Provence. Il dénonce aussi l’épisode dit de « la chaînée » à Trets, intervenu le 14 octobre 1877. Ce jour-là, les Compagnies conduisirent les mineurs en cortège depuis le bureau des mines – où était distribuée la paye hebdomadaire – jusqu’au bureau de vote, munis de bulletins où le nom du candidat officiel était écrit « en lettres gigantesques »3. Cet épisode, mis en chanson par le félibre tretsois Aristobule Baux4, et la répression qui s’exerça ensuite contre les mal-votants poussèrent les salariés à s’organiser plus solidement dans les deux champs, politique et syndical.

  • 5 P. Masson (dir.), 1923, p. 199-200.

6L’épisode est simplificateur dans la mesure où il ne met en évidence que le volet répressif de l’action patronale. Pour apprécier réellement l’impact de cette dernière, il faudrait tenir compte d’un aspect essentiel, évoqué ici par d’autres communications : le paternalisme habilement utilisé par les Compagnies, appuyées sur l’Église catholique, et ses effets dans le domaine de la vie quotidienne des mineurs et de leur famille. La conquête des municipalités par les militants ouvriers constitue aussi une réponse en ce domaine. Par ailleurs, l’organisation syndicale est entravée par la diversité des statuts des personnels liée à celle des Compagnies, phénomène récurrent pendant toute la première partie de la période : « l’unité de direction était difficile à maintenir par suite des différences que les compagnies concessionnaires apportaient dans leurs méthodes d’exploitation et dans les salaires qu’elles payaient à leurs ouvriers »5.

7Sans sous-estimer l’effervescence féconde de la fin du XIXe siècle, c’est véritablement au début du siècle suivant qu’on sort des balbutiements de l’organisation socialiste d’une part, syndicale de l’autre. À deux années d’intervalle, naissent la Fédération départementale des mineurs et la Fédération de la SFIO (parti socialiste unifié).

  • 6 P. Masson (dir.), 1923, p. 200 et 205.
  • 7 P. Masson (dir.), 1923, p. 236, G. Pio, 1984, p. 72 et sq.

8En 1903, la création de la première veut mettre un terme à l’émiettement de syndicats qui, jusqu’alors, s’organisent au plus près des mines et des compagnies. Elle regroupe autour d’un millier d’adhérents dans le département6. Ce rassemblement fait suite à la grève infructueuse de 1902, en faveur de la journée de 8 heures, de la retraite de 2 francs par jour, du salaire minimum, lancée par la Fédération nationale des mineurs de France en son congrès de Lens en août 19017. La Fédération départementale, à forte participation gardannaise, est adhérente à la Fédération nationale des mineurs qui organise plusieurs mouvements de grève. Ainsi le 1er mai 1906 ou en février 1912, pour la création d’une caisse autonome de retraite des ouvriers mineurs (la loi est adoptée le 25 février 1914).

9Parallèlement, divers groupes se réclamant du socialisme forment, en 1905, le parti socialiste unifié-SFIO. Le socialisme unifié est en concurrence avec les radicaux-socialistes influents dans le département : le premier maire mineur du canton de Gardanne (Jean-Baptiste Pascal Penon, maire de Mimet de 1878 à 1884) est radical-socialiste. On retrouve dans le bassin minier les grands traits de l’évolution politique régionale : les socialistes s’emparent peu à peu des positions radicales. Mais les « unifiés » sont aussi en débat avec des socialistes demeurés indépendants. Ces oppositions ne sont pas aisées à gérer dans des terres à la fois agricoles et minières et où s’imbriquent étroitement des électorats différents. La Première Guerre mondiale et ses conséquences bouleversent ces données.

Après la Première Guerre mondiale, l’implantation socialiste en dépit de la rupture communiste

  • 8 G. Pio, 1984, p. 88).

10Les grands mouvements de grève de 1919 à 1921, les retombées de la Révolution russe agitent le camp socialiste. La scission communiste ébranle dans un premier temps la « vieille maison » dans le bassin minier : ainsi, la section SFIO de Gardanne est favorable à l’adhésion à la IIIe Internationale8. Pourtant, le courant communiste n’arrive à mordre véritablement, ni sur le plan syndical (la nouvelle confédération CGT unitaire – CGTU – obtenant quelques succès dans le Bas-canton et à Valdonne), ni sur le plan politique. On assiste, au contraire, à un enracinement socialiste autour de quelques personnalités.

  • 9 Élu de ce canton au conseil général depuis 1911, réélu au renouvellement normal de 1913, puis en d (...)

11C’est le cas, par exemple, pour Félix Gouin dans la circonscription électorale qui inclut le bassin minier, tout en le débordant largement. En effet, Félix Gouin, militant socialiste éprouvé, a sa base électorale à Istres (dont il devient maire en 1922) et dans le canton de cette ville9 rattaché à la circonscription d’Aix. Avocat, il est aussi, avant la guerre, l’avocat-conseil du Syndicat des mineurs des Bouches-du-Rhône et intervient à plusieurs reprises dans les problèmes du bassin minier. Ses succès aux élections législatives, à partir de 1924, contribuent à l’enracinement socialiste.

12Mais l’ancrage politique essentiel des socialistes se fait au niveau cantonal et municipal. Dans le bassin minier proprement dit, la SFIO rétablit rapidement ses positions. Parmi ses militants les plus connus, Louis Armand et François Joly, à Trets, Victor Savine, à Gardanne, combinent, pendant une assez longue période, activités syndicales et politiques au niveau municipal.

13Ainsi, Louis Armand, né le 1er mars 1882 à Trets (Bouches-du-Rhône), mineur, assure rapidement des responsabilités syndicales. Parallèlement, il est élu maire de Trets, en 1925, au premier tour avec onze autres conseillers socialistes. Après sa démission, en 1929, pour des raisons familiales, il est remplacé à l’Hôtel de ville par son ami Marius Joly.

14Marius Joly, né le 23 avril 1880 à Trets, mineur, fils de mineur, est également agriculteur, comme beaucoup de mineurs des Bouches-du-Rhône. Il appartient, en 1913, à la Fédération des mineurs de France et il participe, la même année, au congrès constitutif de l’union départementale CGT (UD CGT) à Marseille, qui accueille alors les mineurs des Bouches-du-Rhône. En octobre 1928, il est élu conseiller général du canton de Trets. Il sera d’ailleurs plusieurs fois président du conseil général.

  • 10 À la Société nouvelle de charbonnages des Bouches-du-Rhône, « Exploitation Gardanne », en qualité (...)
  • 11 AD BdR, 3 M 417, rapport sur les élections des 5 et 12 mai 1929
  • 12 Au niveau du canton, sa carrière est enrayée par l’opposition avec le maire des Pennes-Mirabeau, é (...)

15À Gardanne, Victor Savine, présente un profil semblable. Fils d’agriculteurs, né à Gardanne le 8 septembre 1891, embauché en septembre 1905 comme « piqueur de sel »10, puis forgeron et ajusteur, il adhère en 1911 au syndicat des mineurs. En 1918, il est élu membre du conseil syndical des mineurs CGT, puis, le 30 novembre 1919, conseiller municipal de Gardanne sur une liste de gauche. Il partage à partir de ce moment son activité entre le syndicat et la politique. Premier adjoint du maire radical-socialiste, Robert Deleuil, en 1925, il adhère à la SFIO. Après les élections de mai 1929, il est élu maire de Gardanne. Les services de la sous-préfecture d’Aix-en-Provence notent que « l’ancien maire radical a été battu et remplacé par son premier adjoint unifié. Il n’y a d’ailleurs pas eu de lutte dans cette commune, la plupart des unifiés compris dans le nouveau conseil municipal appartenaient déjà à l’ancien. L’ancien maire radical s’est présenté tout seul et a été battu. Une liste communiste s’est présentée et a été battue ». Le nouvel élu est qualifié « d’homme sérieux qui paraît devoir être un administrateur diligent »11. Un moment en froid avec la SFIO, sans doute à cause de son opposition au maire SFIO des Pennes-Mirabeau, Victor Savine la réintègre en 193412.

16Après la scission de la CGT, il travaille activement au renforcement de celle-ci. Il occupe des responsabilités de plus en plus importantes dans le secteur minier : secrétaire adjoint du syndicat des mineurs, en 1924, puis délégué suppléant au conseil national de la Fédération des travailleurs du Sous-sol, secrétaire général du syndicat des mineurs du puits Biver et de la Fédération régionale des mineurs du Sud-Est (jusqu’en 1938). Il exerce également des mandats départementaux (commission administrative de l’UD CGT) et nationaux (conseil national de la Fédération des travailleurs du Sous-sol). À compter de 1920, il est membre, pendant seize ans et comme représentant ouvrier, du conseil d’administration de la caisse de secours des ouvriers et employés (Société nouvelle des Bouches-du-Rhône).

17Ces hommes qui ont su combiner l’implantation syndicale et politique jouent également un rôle essentiel dans la période suivante

De l’unité du Front populaire à la déchirure de 1939

18La crise des années trente, l’unité antifasciste, la réunification syndicale favorisent la progression du courant communiste. Et pourtant, ce dernier, tout en marquant des points, ne met pas véritablement en péril la domination socialiste dans le bassin minier.

  • 13 La mine de Trets est fermée en 1935 et les mineurs réembauchés à Meyreuil.

19À partir de 1934, la CGTU enregistre des progrès aussi bien au niveau des élections professionnelles que de l’action. En ces temps de crise (la mine de Trets est alors fermée)13, les protestations antifascistes ou contre le chômage sont propices à des sollicitations en faveur de l’union. Ainsi, lors de la « marche de la faim » des mineurs, organisée par l’UD CGTU, le samedi 23 mars 1935 qui draine, d’Aubagne à Marseille, de nombreux manifestants. Et la Fédération unitaire progresse aux élections des délégués mineurs de 1935.

20À la fin de cette année, la fusion syndicale s’organise par puits, d’octobre à décembre 1935. Le congrès départemental commun CGT-CGTU des 4-5 janvier 1936 désigne les délégués pour le congrès fédéral d’Albi, les 27-29 février 1936, parmi eux Victor Savine. Louis Armand (bien qu’à la retraite) est désigné comme représentant de la région au conseil national de la nouvelle fédération. Il devient aussi secrétaire administratif de la nouvelle UD-CGT des Bouches-du-Rhône réunifiée.

21Pendant cette période, Victor Savine est réélu maire de Gardanne en 1935, comme tête de la liste SFIO, avec trois adjoints membres de son parti. Marius Joly conserve son mandat en 1935, avec vingt et un conseillers socialistes. Mais Félix Gouin est inquiété par la poussée communiste au premier tour des législatives des 26 avril et 3 mai 1936. À cette occasion, les suffrages communistes progressent aussi fortement dans le canton de Roquevaire : le communiste Léon David, conseiller d’arrondissement depuis 1934, arrive en tête au premier tour dans les localités du bassin minier, sauf à Gréasque. Pourtant, les deux candidats socialistes sont réélus au deuxième tour, grâce au désistement communiste.

22À partir de 1938, les désaccords entre les courants « unitaires » et « confédérés » reprennent et s’accentuent au sein de la CGT.

  • 14 Il signe en ce sens, le 10 avril 1938, au nom du syndicat des mineurs, un appel publié dans Le Pet (...)
  • 15 Le Midi Syndicaliste, n° 220, 20 juillet 1938.

23Dans les deux années qui suivent l’unification de la CGT, le courant « unitaire » progresse fortement. Louis Armand, devenu minoritaire au sein de l’union départementale, se rallie, comme Victor Savine, au courant « Syndicats », très anticommuniste14. En juin 1938, à Marseille, au congrès départemental qu’il préside, il déclare que « la démocratie syndicale n’est plus respectée depuis 1935 »15 et vote contre le rapport moral présenté par « l’unitaire » Charles Nédelec. Voulant éviter une scission, Louis Armand est cependant réélu secrétaire de l’union locale de Marseille en mars 1939 et, un temps, secrétaire administratif de l’UD. Critiqué pour son adhésion aux Amis de Syndicats, il ne se représente pas au secrétariat : après le congrès de 1939, où Victor Savine émet aussi des réserves sur le rapport moral de Charles Nédelec, les « unitaires » dominent totalement le bureau départemental.

24Mais, après le pacte germano-soviétique, la guerre et l’invasion de la Pologne par les troupes soviétiques, la CGT se divise de nouveau. Louis Armand et son équipe reprennent la direction d’une union départementale dont les communistes et sympathisants sont exclus. Le dimanche 5 novembre 1939, un congrès, dénoncé par les « unitaires », élit une nouvelle commission administrative et un nouveau bureau. Louis Armand, de nouveau secrétaire général affirme vouloir bannir toute politique à l’intérieur de la CGT et lutter contre la propagande communiste qui « continue sous le manteau » dans certains syndicats.

De la poussée unitaire de la Libération à la Guerre froide

25La Deuxième Guerre mondiale suscite de nouvelles tensions, en particulier à propos de la stratégie à adopter et des modalités d’action, les socialistes refusant les grèves préconisées par les communistes. Elle rapproche pourtant nationalement les deux courants. Et la Libération ouvre une période d’unité.

26Sur le plan politique, Victor Savine et Marius Joly, qui ont été révoqués de leurs fonctions de maire en 1940-1941 par le régime de Vichy, retrouvent leurs responsabilités. D’abord présidents des délégations municipales de Gardanne et de Trets, ils sont réélus maires en avril-mai 1945. Ils sont également portés au conseil général (contre deux candidats communistes) en septembre 1945.

  • 16 Le sous-préfet d’Aix note, en octobre 1944, que « dans le bassin minier de l’arrondissement d’Aix, (...)

27En revanche, les difficultés pour le courant socialiste sont plus grandes au niveau syndical, face à la poussée des « unitaires ». Ces derniers marquent des points, en particulier aux élections professionnelles des délégués mineurs et obtiennent des succès à Saint Savournin, Gardanne, Gréasque, mais non à Meyreuil16. Jules Caula, militant communiste, devient, en janvier 1946, secrétaire de la Fédération régionale des mineurs CGT.

  • 17 AD BdR, rapport SDRG, 29 novembre 1944.
  • 18 AD BdR, rapport SDRG 10 août 1945.
  • 19 AD BdR, rapport SDRG, 11 mars 1946.

28La « bataille pour la production » suscite de nouveaux différends entre les deux courants. Les efforts importants demandés aux mineurs génèrent un fort mécontentement. En novembre 1944, la grève menace, enrayée par une augmentation de 20 % des salaires17. Sans s’y opposer ouvertement, les socialistes critiquent l’attitude en faveur de l’effort productif, prônée de manière très volontariste par le PCF. Ainsi, l’UD CGT des Bouches-du-Rhône organise le 7 janvier 1945, une journée de travail gratuit (230 tonnes de lignite extraites), acheminées par les dockers et chauffeurs routiers vers les écoles et des hôpitaux de Marseille. Le service départemental des renseignements généraux (SDRG) fait état de la stupéfaction des syndicalistes socialistes à la suite du discours de Maurice Thorez dans le Nord, en faveur d’une journée de travail de 10 h (dont ils demandent l’abaissement à 8 h)18. Pourtant, Victor Savine accueille le 9 mars 1946, Auguste Lecœur, sous secrétaire d’État à la production industrielle et communiste. À cette occasion, il participe le dimanche 10 mars à un meeting – avec le secrétaire « unitaire » de l’union départementale CGT, Lucien Molino – dont le thème central, aux côtés de la nationalisation des mines, est « la bataille du charbon » : « La question du rendement doit prendre le pas sur toutes les autres considérations de la corporation minière », déclare alors Auguste Lecœur19.

  • 20 R. Mencherini, 1998, p. 27-47, 54-56.

29Les tensions entre les deux courants s’exaspèrent avec la Guerre froide. C’est le temps des grèves, dites insurrectionnelles de 1947-1948 et des affrontements violents. Le mouvement – dénoncé par les socialistes – est particulièrement âpre dans les bassins miniers et dans la région marseillaise20.

  • 21 AD BdR, rapport SDRG, 31 mai 1947.
  • 22 AD BdR, rapport SDRG, 14 décembre 1947 : « Mineurs : c’est dans ce secteur professionnel que les e (...)
  • 23 AD BdR, SDRG 4 février 1948.
  • 24 Aux élections au Comité d’entreprise de la mine de Gréasque, la CGT obtient 210 voix et 2 élus, FO (...)

30La naissance de Force ouvrière s’inscrit dans ce contexte régional, national et international. Ce courant s’organise assez tôt dans le bassin minier21. La combinaison du politique et du syndical joue plus que jamais. Le SDRG remarque que « dans ce milieu minier, l’action de « forces ouvrières (sic) » est facilitée par le climat politique et l’existence de « 7 municipalités SFIO sur 10 communes ouvrières) »22. Dès le début de l’année 1948, une union locale FO fonctionne à Gardanne, dirigée par Roger Lerda (des Municipaux). Selon la même source, « l’influence de V. Savine, conseiller général et maire de Gardanne (SFIO) est la principale cause (des) succès » attribués à FO dans les puits23. Le premier Bulletin de FO de janvier 1949 valorise Gardanne qui « par sa position (…) est le point de ralliement des organisations du bassin minier. L’UL groupe actuellement 19 syndicats des Bouches-du-Rhône. Elle est logée dans la maison du peuple et peut obtenir pour les syndicats les salles nécessaires ». Ce n’est pas un hasard si le premier congrès statutaire de FO a lieu à Gardanne, le 26 juin 1949. Mais, en dépit de l’optimisme de Force ouvrière, les élections – celles des délégués mineurs – donnent l’avantage à la CGT maintenue24.

31Les militants du bassin minier jouent un grand rôle dans la nouvelle union départementale FO. Louis Armand devient secrétaire général de l’Union des syndicats Force Ouvrière de Marseille. Il est toujours secrétaire cantonal du Parti socialiste jusqu’en 1955, et, parallèlement, secrétaire de la section de Rousset jusqu’à sa mort. Roger Lerda, originaire de Gardanne, est membre du premier bureau de l’union départementale FO.

  • 25 Constamment réélu au conseil général en 1951,1958, 1964 et 1970, Victor Savine exerce à l’assemblé (...)
  • 26 Aux obsèques civiles de Victor Savine, le 15 juin 1978, on note une « nombreuse assistance de parl (...)

32Et on note une continuité dans les fonctions politiques départementales que Marius Joly (toujours maire de Trets) exerce jusqu’à sa mort en 1955. De même, Victor Savine qui a pris sa retraite le 30 septembre 1948 est constamment réélu maire de 1947 à 1965. Il exerce de nombreuses responsabilités dans les commissions du conseil général, dont il est élu président en 196425. Il est aussi, de 1947 à 1964, membre du conseil d’administration des Houillères du Bassin de Provence, après la nationalisation, vice-président de celui-ci et représentant du conseil d’administration à la Caisse de secours de sécurité minière. Ainsi, pendant de longues années (57 ans, à l’exception de la parenthèse des années de guerre et de la révocation par Vichy), Victor Savine a occupé des responsabilités syndicales ou électives dans le canton minier de Gardanne26.

  • 27 De manière assez symbolique, Victor Savine est mis en ballottage au premier tour des élections mun (...)

33Pourtant, Force ouvrière, contrairement aux espoirs de ses créateurs, est loin d’avoir un rôle identique à celui de la CGT et des confédérés dans l’entre-deux-guerres. La période des années cinquante marque donc, de ce point de vue, une rupture dans la synergie entre le politique et le syndical construite par les socialistes dans les années trente, Il est certain que ceux-ci ne peuvent plus jouer de la même manière avec un courant syndical devenu minoritaire. Et encore moins dans la nouvelle conjoncture politique qui s’ouvre à la fin des années soixante27.

Conclusion

34Au cours du périple d’un siècle que nous avons parcouru en bassin minier, les relations entre le politique et le syndical ont connu de fortes modifications. Après la période initiale de balbutiements, les socialistes ont tissé des liens solides entre ces deux activités. La période de la fin des années vingt et du début des années trente apparaît, de ce point de vue, comme une période creuset. Par la suite, l’éclatement des courants qui se réclament de la classe ouvrière rend plus difficile la connexion entre ces deux aspects, dans la mesure où les communistes prennent le contrôle de la CGT. La création de FO rétablit des passerelles mais à une échelle bien moindre.

35Soulignons toutefois que d’autres facteurs sont évidemment à l’œuvre et qu’il faut prendre en compte : la modification de l’habitat, le développement de migrations pendulaires (entre le lieu de travail et de résidence, dans les deux sens d’ailleurs). De manière plus prosaïque, le déclin des activités extractives change aussi la donne en cette matière. Une étude serait indispensable à ce niveau. Enfin, une analyse approfondie serait également nécessaire pour examiner de manière plus concrète les relations entre le politique et le syndical au niveau municipal. Et tenter de répondre à la question de l’existence ou non de modalités particulières caractéristiques d’un socialisme municipal dans le bassin minier des Bouches-du-Rhône.

Notes

1 Voir L. Gaillard, 1980, p. 191 et sq.

2 Il s’agit de Louis Benet, mineur à Gréasque, Marius Bonnet et Pascal Laugier, mineurs à Mimet, Adolphe Triolet, mineur à Fuveau et de Joseph Martin.

3 Citation extraite de Gérard Pio, 1984, p. 56. Ces élections législatives suivent la dissolution de la Chambre des députés par Mac Mahon. En mettant en échec les candidats de Mac Mahon (dans la circonscription d’Aix, l’un d’eux, Rigaud, est battu par Édouard Lockroy), elles marquent une étape dans la « conquête de la République par les républicains »…

4 On peut en trouver le texte dans G. Van-Oost (dir.), 1991, t I, p. 125.

5 P. Masson (dir.), 1923, p. 199-200.

6 P. Masson (dir.), 1923, p. 200 et 205.

7 P. Masson (dir.), 1923, p. 236, G. Pio, 1984, p. 72 et sq.

8 G. Pio, 1984, p. 88).

9 Élu de ce canton au conseil général depuis 1911, réélu au renouvellement normal de 1913, puis en décembre 1919.

10 À la Société nouvelle de charbonnages des Bouches-du-Rhône, « Exploitation Gardanne », en qualité de frappeur de chaudière.

11 AD BdR, 3 M 417, rapport sur les élections des 5 et 12 mai 1929

12 Au niveau du canton, sa carrière est enrayée par l’opposition avec le maire des Pennes-Mirabeau, également SFIO, Édouard Bouffier, de 1931 à 1934. Cet épisode montre la complexité à la fois du territoire concerné et des tensions au sein même de la SFIO.

13 La mine de Trets est fermée en 1935 et les mineurs réembauchés à Meyreuil.

14 Il signe en ce sens, le 10 avril 1938, au nom du syndicat des mineurs, un appel publié dans Le Petit Provençal du 13 avril. Il participe au banquet organisé à Marseille par « Syndicats » le 2 juillet 1938 (R. Mencherini, 2004, p. 85-86, p. 108).

15 Le Midi Syndicaliste, n° 220, 20 juillet 1938.

16 Le sous-préfet d’Aix note, en octobre 1944, que « dans le bassin minier de l’arrondissement d’Aix, deux tendances s’opposent (…) Toutefois, il apparaît que M. Savine, président du comité de Libération de Gardanne et M. Joly, président du comité de Libération de Trets et Président du syndicat de Trets-Meyreuil sont toujours considérés dans le bassin minier comme des représentants qualifiés de l’ensemble des syndicats » (AD BdR, M6 reclassé en W, rapport du sous-préfet d’Aix, 17 octobre 1944). À Gardanne, Victor Savine est élu secrétaire du syndicat, à Gréasque, deux listes se présentent aux élections : celle d’Étienne Emmanuelli (PC) l’emporte par 420 voix contre celle de Marcel Suzanne (socialiste). Le 24 décembre 1944, les candidats « unitaires » remportent les élections des délégués mineurs à Saint-Savournin, Gardanne, Gréasque, mais pas à Meyreuil. Dans cette dernière localité, un bureau syndical est constitué à la fin décembre, avec Marius Joly comme président et Marius Nègre comme secrétaire, tous deux SFIO (AD BdR, M6 reclassé en W, rapports SDRG – mêmes références pour les rapports SDRG suivants –, 4 novembre 1944, 10 novembre 1944, 28 décembre 1944, 30 décembre 1944)

17 AD BdR, rapport SDRG, 29 novembre 1944.

18 AD BdR, rapport SDRG 10 août 1945.

19 AD BdR, rapport SDRG, 11 mars 1946.

20 R. Mencherini, 1998, p. 27-47, 54-56.

21 AD BdR, rapport SDRG, 31 mai 1947.

22 AD BdR, rapport SDRG, 14 décembre 1947 : « Mineurs : c’est dans ce secteur professionnel que les efforts des responsables de « Forces Ouvrières » ont été des plus productifs. En effet, on relève que le groupement des cantons miniers de « Forces ouvrières » a recueilli jusqu’ici plus de 400 adhésions contre un millier de cégétistes en règle avec leurs cotisations syndicales, sur un total de 5 600 mineurs »

23 AD BdR, SDRG 4 février 1948.

24 Aux élections au Comité d’entreprise de la mine de Gréasque, la CGT obtient 210 voix et 2 élus, FO, 173 voix et 1 élu, la CFTC, 147 voix et 1 élu (AD BdR, SDRG, 17 décembre 1947). En décembre 1947 (AD BdR, rapport SDRG du 27 décembre 1947) les services SDRG attribuent à FO, 45 % à Gréasque, 30 % à Gardanne, 35 % à Meyreuil, 15 % à Saint Savournin. Ils notent aussi que les anciens dirigeants des « syndicats confédérés » reprennent du service… À noter (AD BdR, SDRG avril 1949) que la CGT recueille une forte majorité, lors des élections des délégués mineurs. Elle obtient, le 15 février 1948, 1843 voix, contre 451 à FO et 105 à la CFTC. Les résultats sont, le 22 avril 1949 : CGT 1 599 voix, FO 462 voix, CFTC 211 voix. La CGT obtient 3 élus, FO et CFTC un chacun. Gérard Pio, analysant les résultats des élections des délégués mineurs en 1948-1949, (G. Pio, 1984, p. 178), estime qu’il n’existe pas recul de l’audience de la CGT, d’une année à l’autre, si on tient compte des inscrits (et non des exprimés).

25 Constamment réélu au conseil général en 1951,1958, 1964 et 1970, Victor Savine exerce à l’assemblée départementale de multiples responsabilités dans les commissions des finances (président de 1945 à 1948), de surveillance du sanatorium du Petit Arbois, des travaux publics, du logement, du personnel, etc. Il préside également celle de l’agriculture à partir de 1958 et la commission de surveillance du Centre spécialisé de l’enfance aux Cadeneaux. Élu membre de la commission départementale de 1950 à 1951 puis président en 1955-1956 et 1962, il est également administrateur de l’Office public départemental d’HLM jusqu’en mars 1964, date à laquelle il devient président du conseil général.

26 Aux obsèques civiles de Victor Savine, le 15 juin 1978, on note une « nombreuse assistance de parlementaires, sénateurs, députés, conseillers généraux, maires, adjoints, conseillers municipaux » (Le Provençal, 19 juin 1978).

27 De manière assez symbolique, Victor Savine est mis en ballottage au premier tour des élections municipales de 1971 qui installent une municipalité d’union de la gauche.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540