Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Origines et développements

Cycle de vie et relation capital/travail

Application à l’industrie houillère française 1720-2004

Marie-France Conus et Jean-Louis Escudier

Texte intégral

  • 1 Cf notamment J. Schmookler, 1972, R. Vernon, 1972 et S. Kuznets, 1979.

1L’exploitation industrielle du charbon en France s’étale sur près de trois siècles, entre le premier puits creusé dans le Nord, à Fresnes en 1720 et la fermeture du dernier puits à la Houve dans le bassin de la Lorraine, en avril 2004, période correspondant au cycle de vie du produit « charbon ». Au cours des années 1970, certains économistes empruntèrent le concept de cycle de vie aux biologistes et appliquèrent au monde des échanges un cycle de vie des produits, subdivisé en quatre phases : introduction, croissance, maturité et déclin1.

2La phase d’introduction du cycle du charbon, caractérisée par une extension modérée des débouchés, se déroule, dans le cadre de la France, jusqu’au début des années 1820. Elle est suivie de la phase de croissance, période de forte augmentation de la consommation, qui se prolonge jusqu’à la Première Guerre mondiale. Dans l’entre-deux-guerres, correspondant à la phase de maturité du cycle, la concurrence d’autres sources d’énergie (pétrole, électricité hydraulique), se traduit par une stagnation relative de la consommation de charbon : la houille couvre encore 76 % des besoins énergétiques en 1935. Dès 1945, le charbon entre dans la dernière phase de son cycle de vie, celle du déclin, caractérisée par un recul continuel de la consommation, tant en valeur absolue que relative.

3Cette évolution de la consommation s’accompagne en parallèle, d’une transformation de la relation capital/travail. L’objet de cette contribution vise à présenter à grands traits l’évolution de cette relation à travers trois périodes successives.

Graphique n° 1 : Consommation de houille en France en milliers de tonnes : 1787-2004

Graphique n° 1 : Consommation de houille en France en milliers de tonnes : 1787-2004

1720-1873 : De la « découverte industrielle » du charbon à « l’âge d’or du capital »

4L’évacuation des eaux, cruciale pour toute extraction minière, buta longtemps sur les faibles capacités des machines à bras ou à molettes actionnées par des chevaux. Ainsi, l’essor de l’exploitation charbonnière est concomitant de celui de la machine à vapeur. La première pompe à feu, celle de Thomas Savery, est conçue en 1698 pour le seul usage de l’élévation de l’eau dans les mines ; Savery appelle d’ailleurs sa machine The miner’s Friend. En fait, en raison de ses faibles performances, de son coût en combustibles et de ses dangers, la machine de Savery sera davantage utilisée dans les jardins d’agréments et les parcs des châteaux que dans les mines.

De l’alchimie entre Science et technique

La machine à vapeur, condition d’une exploitation industrielle du charbon

5Dans le système productif du XVIIIe siècle, le cheval peut encore avantageusement suppléer l’absence de machine à vapeur dans la plupart des fonctions de la mine, mais son usage ne permet pas de gains de productivité : produire deux fois plus nécessite de doubler le nombre de chevaux, ce qui est encore possible. Lorsqu’il faudra produire dix fois plus, il ne sera pas possible de multiplier le nombre de chevaux par dix, pour des raisons économiques et techniques : encombrement autour des machines à mouvoir, main-d’œuvre spécialisée disponible, rareté et prix des chevaux. Pour accroître une production houillère qui tend à stagner, il devient indispensable de surmonter des blocages tant d’ordre technique que scientifique : la machine à vapeur sera une réponse à ces limites.

  • 2 É. Grar, Histoire de la recherche, de la découverte et de l’exploitation de la houille dans le Hai (...)

6En 1708, un opuscule intitulé The Compleat Collier (« Le parfait mineur »), attirait l’attention sur le besoin urgent de trouver pour les mines de charbon des environs de Newcastle, des pompes d’un meilleur rendement que celles employées alors. En 1712, Thomas Newcomen brevette une machine dans laquelle il fait le vide par la condensation de la vapeur. Dès les années 1720, l’usage des pompes à feu Newcomen se répand en Grande-Bretagne et quelques exemplaires sont livrés dans plusieurs pays d’Europe. La machine de Newcomen présente l’inconvénient d’être forte consommatrice en combustibles, ce qui limite son usage hors des entreprises charbonnières. En revanche, pour les houillères, cette machine tend à réduire les coûts de pompage. En France, la première pompe à vapeur de type Newcomen installée à Fresnes près d’Anzin en 1732, fonctionnait avec deux hommes et toutes les eaux d’une semaine étaient enlevées en 48 heures alors qu’il fallait auparavant « avec la machine à molettes, 20 hommes et 50 chevaux marchant jour et nuit »2.

  • 3 Héricart-Thury, « Mémoire sur les machines à vapeur de rotation pour l’extraction des substances m (...)
  • 4 Centre Historique Minier du Nord-Pas-de-Calais, 4594V173, délibérations Conseil de régie, 30 pluvi (...)

7Mais le mouvement est loin d’être rapide et général : les mines de Littry acquièrent une machine Newcomen en 1749, la compagnie d’Anzin, en fait fonctionner cinq en 1756 et six en 1774. En 1780, les départements du Nord et du Pas-de-Calais détiennent 13 machines à vapeur et encore 39 à molettes ; quant au bassin de la Loire, il continue à fonctionner sans la moindre machine à vapeur jusqu’en 1789. Les molettes, rustiques et économes, étaient plus adaptées à ces entreprises qu’une machine coûteuse à l’investissement, en consommations intermédiaires et en entretien. La série de perfectionnements que James Watt apporte à la machine à vapeur entre 1776 et 1787 installe définitivement l’exploitation houillère dans la sphère industrielle parce que désormais la machine à vapeur n’est plus uniquement une pompe mais s’adapte avec profit à tous les usages. Ainsi, les houillères de Littry installent la première machine d’extraction à vapeur en 1800 et une seconde, plus économe en combustible, en 1802. Cette dernière remplace neuf chevaux : « la dépense de la machine sera payée en moins de quatre années, et qu’ensuite, la compagnie aura un bénéfice annuel de plus de 6 000 francs »3. Désormais, le mouvement est lancé. Toujours en 1802, le conseil de régie de la Compagnie d’Anzin décide « la confection, l’établissement et la mise en activité de 20 machines à rotation »4. À partir de 1832, l’évacuation des eaux se fait par de puissantes machines à vapeur, de type « Cornwall », de plusieurs centaines de chevaux-vapeur. En 1847, il ne restera plus dans les houillères françaises que 106 machines à molettes pour 446 machines à vapeur totalisant 11 216 CV ; la dernière machine à molettes sera déclassée en 1876. Pour avoir été plus lente qu’en Grande-Bretagne, la mécanisation de l’exploitation minière en France n’en est pas moins complète.

Les conditions d’une exploitation capitaliste

8La profondeur des puits est directement conditionnée par l’évolution technologique. Grâce aux machines à vapeur à simple effet, la profondeur moyenne des puits triple entre 1732 et 1765, puis stagne à 170 mètres jusqu’en 1802, lorsque l’installation des machines à double effet permet d’exploiter des couches de plus en plus profondes : les puits atteignent une profondeur moyenne de 240 mètres en 1812. Les innovations des années 1840 multiplieront leur puissance et leur rendement et permettront d’allonger la profondeur moyenne des puits (graphique n° 2).

  • 5 D’après les séries établies par Louis Fontvieille, dans le cadre de l’Action Thématique Programmée (...)

Graphique n° 2 : Profondeur moyenne des puits en mètres. Bassins du Nord et du Pas-de-Calais (1716-1897)5

Graphique n° 2 : Profondeur moyenne des puits en mètres. Bassins du Nord et du Pas-de-Calais (1716-1897)5

9L’extension de la production charbonnière et de la profondeur croissante des travaux pose avec davantage d’acuité les problèmes du transport souterrain du minerai, de son extraction, de l’exhaure et de la translation des hommes. Dans la majorité des exploitations, le transport souterrain du combustible se fera encore longtemps à dos d’hommes. Le traînage est introduit dans quelques exploitations comme à Anzin dès 1720 : le charbon est transporté dans des paniers posés sur un traîneau en bois tiré par des enfants au moyen d’une bricole. Cependant, la véritable avancée viendra dans les années 1820-1850 avec la substitution de la force animale à la force humaine.

10En matière d’éclairage, en intégrant les principes et les différents matériaux testés par plusieurs prédécesseurs (Humboldt, Stephenson, Clanny…), le chimiste britannique Humphrey Davy élaborera la lampe de sûreté, relativement protectrice en milieu grisouteux. En adjoignant une partie vitrée au-dessous du tamis, William Clanny réalise en 1839 une lampe de sûreté offrant une luminosité bien plus forte. Au cours des décennies suivantes, des centaines de modèles, généralement identifiés par le nom de leur inventeur (Museler, Marsaut, Fumat, Wolf…), viendront accroître la sécurité et améliorer l’éclairage.

11L’efficacité de ces innovations passe par l’instauration d’un cadre juridique de nature à favoriser et rationaliser l’initiative industrielle et par une concentration des moyens financiers.

12La loi du 21 avril 1810 pose les fondements juridiques qui régiront toute exploitation minière jusqu’en 1946. L’État s’arroge l’attribution et le retrait éventuel des concessions perpétuelles, indépendamment de la propriété foncière afin qu’assurés de la pérennité de leurs droits, les concessionnaires n’hésitent plus à engager des travaux à long terme. Par l’intermédiaire du préfet et de l’ingénieur des Mines en charge du département, l’État contrôle l’ensemble des techniques de production. Par la redevance proportionnelle de 5 % sur les bénéfices, l’État dispose d’un redoutable outil de contrôle de gestion des exploitations et, par le biais de sa politique douanière, il détient souvent les clés du marché charbonnier.

  • 6 B. Gille, 1966, p. 165.
  • 7 P. Guillaume, 1966.

13La mobilisation de capitaux financiers considérables pour mettre en œuvre les innovations techniques implique la concentration des unités de production de l’industrie charbonnière. Déjà au XVIIIe siècle, étaient apparues les premières formes de sociétés de capitaux : Cie d’Anzin (1756), Cie de Montrelais et Cie d’Aniche (1773), mais le nombre d’actionnaires restait réduit, de l’ordre de quelques dizaines, et la plupart des houillères fonctionnaient sur la base d’un capital familial. À partir de 1820-1830 le processus de concentration est très rapide. En 1840, sur les 20 premières entreprises françaises classées en fonction de leur capital social, l’industrie houillère en compte huit : Anzin, La Grand Combe, Aniche, Douchy, Rive-de-Gier, Épinac, Houillères de Saint-Étienne et Blanzy, auxquelles on pourrait adjoindre trois sociétés sidérurgiques développant une activité houillère conséquente : Decazeville, les Forges d’Alais et les Usines Schneider6. Entre 1835 et 1845, la plupart des exploitations du bassin de la Loire se regroupent dans la Compagnie générale des mines de la Loire. Nous ne rentrerons pas ici dans le détail de ce processus de concentration, analysé avec la plus grande rigueur par Pierre Guillaume7.

Formation des élites et prolétarisation des ouvriers

  • 8 G. Gohau, 1990, p. 243.

14Au cours des années 1780, le savoir livresque et obsolète, souvent bridé par des préceptes d’ordre théologique, fait place à de véritables traités d’exploitation minière. Constatant l’abondance des publications concentrées cette année-là, Gabriel Gohau propose de situer en 1779 l’acte de naissance de la géologie8. Les travaux de Lavoisier, sur la composition de l’eau et de l’air constituent un socle nouveau pour des avancées techniques.

De l’influence de l’État en matière de diffusion des savoirs

  • 9 A.-F. Garçon, 2004.

15L’État s’implique à divers titres dans le mouvement d’industrialisation, notamment en fondant en 1783 une École Royale des Mines, à Paris. Cette institution ne fonctionnera que de 1784 au début 1788. Néanmoins, cinq promotions avaient été formées soit une quarantaine d’individus. Dans les décennies à venir, ces ingénieurs allaient occuper une place centrale dans l’administration des mines. La période révolutionnaire et le Premier Empire sont marqués par la confrontation entre deux conceptions de l’enseignement à prodiguer : une conception de science pure, préconisant le rétablissement de l’École des Mines à Paris et une conception de science appliquée, militant en faveur de l’installation d’écoles pratiques, sur les sites même d’exploitations minières. Ainsi, la pensée d’un enseignement scientifique pur prévalant dans un premier temps, l’École des mines de Paris est restaurée le 6 juillet 1794, avec le statut d’école d’application de la toute nouvelle École Polytechnique. Mais, dans un second temps, sous l’influence d’Antoine Chaptal, alors ministre de l’Intérieur, le 12 février 1802, l’école des Mines de Paris est remplacée par deux écoles pratiques, l’une en Savoie, à Pesey et Moutiers et l’autre, à Geislautern en Sarre. Ces institutions formeront plusieurs dizaines d’élèves tant pour le compte du Corps des Mines que pour les principaux exploitants, lesquels perçoivent désormais l’intérêt de disposer de cadres techniques de haut niveau. En 1816, nouvelle orientation : l’École des Mines de Paris est définitivement rétablie avec vocation de former les ingénieurs du Corps des Mines et une nouvelle école, créée à Saint-Étienne, deviendra rapidement le lieu privilégié de formation des ingénieurs civils des mines9.

  • 10 Cf. notamment Anonyme, « Description de deux machines. De l’invention de M. Humboldt destinée à co (...)

16L’État va également donner une impulsion décisive à la circulation des connaissances en lançant le 21 septembre 1793 le Journal des Mines qui paraît sous l’égide du Conseil des Mines. Il diffuse une information scientifique, dans le sens où ses rédacteurs s’attachent à vulgariser des méthodes en matière de prospection, d’exploitation, de protection des travailleurs. La publication, qui prendra en 1816 le titre d’Annales des Mines, devient très vite une véritable institution pour les ingénieurs du Corps des mines comme pour les exploitants, le lieu privilégié d’échanges scientifiques. Ainsi, l’œuvre éminemment collective que fut la recherche, la mise au point et les multiples perfectionnements de la lampe de sûreté fut diffusée en temps réel et parfois même impulsée par le Journal puis les Annales des Mines10.

Les premiers pas vers une prolétarisation des mineurs

17Mis à part les ingénieurs, la qualification professionnelle reste très faible, engendrant la stagnation des rendements (cf. graphique n° 4). Dans l’esprit de la plupart des dirigeants, l’exploitation doit fonctionner selon les principes de hiérarchie : le « savoir » vient d’en haut, et descend par degrés jusqu’au mineur, tout est déjà pensé pour lui. Simple exécutant, l’ouvrier n’aurait donc pas besoin de formation technique.

18Jusqu’aux années 1860-1870, l’organisation du travail, la mobilisation des capitaux, les performances économiques des différents bassins de production présentent des disparités très fortes. À côté des premiers prolétaires employés par la Compagnie d’Anzin, on trouve surtout des ouvriers-paysans dont le profil a été parfaitement analysé par Rolande Trempé pour le bassin de Carmaux. Disposant d’une petite exploitation agricole, ces hommes voient dans le travail minier un revenu d’appoint mais n’entendent pas remettre en cause leur mode de vie. Leur absentéisme saisonnier pour assurer les travaux des champs, leur indiscipline au travail ou encore leur réticence à résider à proximité des puits soulèveront l’ire des exploitants souvent démunis face à ces demi-salariés… Ainsi, il est probable que tout au long du XVIIIe siècle et sous le Premier Empire, cette condition de paysan-mineur prédomine y compris dans la Loire, qui sera dès 1830 le principal centre d’exploitation charbonnière de France.

19Deux modes de rémunérations prévalent. La rémunération à la tâche concerne les piqueurs. Avant d’entamer une taille, le contremaître ou l’ingénieur estiment la difficulté du travail, la qualité et la quantité du charbon susceptible d’être extrait et la durée présumée du travail à accomplir ; À partir de ces éléments, ils fixent un prix tel que les ouvriers, en déployant un effort normal, puissent « gagner leur journée », c’est-à-dire parvenir au gain journalier considéré comme normal. Cette évaluation effectuée, une négociation s’engage avec le chef de l’équipe sur le tarif de la tonne extraite ou du prix global de la taille en question. Comme les conditions locales varient, non seulement d’une taille à l’autre, mais encore pour une même taille au fur et à mesure de sa progression, les « prix de berline » doivent être fréquemment modifiés. Le contrat conclu entre l’ingénieur et le chef d’équipe relève davantage de notre concept moderne de prestation de service que de celui de salariat. Le second mode de rémunération, à la journée, est adopté pour les boiseurs et les rouleurs, dont le rythme de travail est directement fonction de celui pratiqué par les piqueurs.

  • 11 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, 1997, p. 37-68.

20Les progrès techniques successifs introduits à partir des années 1820 commencent à produire des effets positifs sur la sécurité dans les années 1840 (graphique n° 3). Ils conduisent à mieux maîtriser la nature et ses dangers11. Concrètement, l’invention en 1833 de la mèche de sécurité (safety fuzes ou cordon Bickford), pour mettre le feu à la poudre, représente un progrès notable en matière de sécurité des tirs. Les premiers systèmes de soutènement en bois des galeries limitent les accidents occasionnant le plus de victimes : les éboulements. Parallèlement, les inondations aussi redoutables que le grisou dans cette première moitié du XIXe siècle, sont en grande partie jugulées grâce aux relevés topographiques désormais effectués par des ingénieurs.

1874-1945 ou une relation capital/travail contrariée

21De la Grande Dépression du XIXe siècle à la seconde guerre mondiale, la relation capital/travail connaît des transformations profondes avec des tendances contradictoires.

Des acquis irréversibles pour les salariés

Un rapport salarial plus favorable aux mineurs

22De 1874 à 1896, années de la « longue stagnation », pour l’ensemble des houillères, le pouvoir d’achat progresse sous l’effet d’une augmentation de 40 à 52 %, de la part des salaires directs dans la valeur du produit. Mais, une fois la prospérité revenue, la part des salaires directs dans la valeur ajoutée régresse. Cette baisse est atténuée par plusieurs transformations des modes de rémunération. À la fin du XIXe siècle, les premières conventions collectives signées entre syndicats et compagnies houillères instituent un salaire conventionnel. Sans remettre en cause le paiement à la tâche, ce nouveau mode de rémunération implique une fixation des prix de tâche de telle façon que, pour l’ensemble d’une exploitation, la moyenne des salaires journaliers des ouvriers soit toujours égale à un montant déterminé.

  • 12 J.-L. Escudier, 1989, p. 193-217.

23Les premières formes de salaires socialisés voient également le jour lors de la grande dépression de la fin du XIXe siècle. La loi du 29 juin 1894 crée un système d’assurance-maladie et de retraite obligatoire fondé sur une cotisation paritaire des employeurs et des salariés. Parallèlement, le processus de prolétarisation se poursuit, améliorant les conditions de vie (logements, chauffage, alimentation...) : le mineur est mieux armé pour affronter la pénibilité des travaux souterrains. En matière de droit social, les lois du 19 mai 1874, du 2 novembre 1892 restreignent les conditions d’emploi des enfants et des femmes ; la loi du 9 août 1936 interdira le travail avant 14 ans. Au sortir de la Première Guerre mondiale, les hommes se faisant rares, le pouvoir de négociation des salariés est renforcé : la loi du 24 juin 1919 limite la durée de travail à huit heures12. La protection sociale connaît une nouvelle extension avec les assurances sociales.

  • 13 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, 1997, p. 61-71.

24Le taux de dangerosité de la mine recule sous l’effet d’une série de mesures législatives (loi du 8 juillet 1890 sur les délégués-mineurs) ou réglementaires (emplois des explosifs, mesure du grisou…). Avec le retour de la prospérité économique (milieu des années 1890 à la fin des années 1920), le niveau de dangerosité reste stable, nonobstant la catastrophe de la Compagnie de Courrières qui coûte la vie à 1 100 mineurs le 10 mars 1906 (graphique n° 3). Résultant d’une prise en compte insuffisante du risque des poussières en suspension, cet accident majeur donnera lieu à un renforcement de la réglementation en matière de ventilation, d’éclairage et d’installation électrique13.

Graphique n° 3 : Rapport des ouvriers tués à l’extraction dans les houillères 1817-2003 (en nombre de tués rapportés à un million de tonnes)

Graphique n° 3 : Rapport des ouvriers tués à l’extraction dans les houillères 1817-2003 (en nombre de tués rapportés à un million de tonnes)

Un effort considérable en matière de formation professionnelle

  • 14 J.-L. Escudier, 2005.
  • 15 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, « Électrification… », 2004, p. 237-247.

25Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la formation « professionnelle » de l’ouvrier mineur se borne à lui inculquer le sens de l’ordre, de l’obéissance et de la discipline, ce que le développement massif de l’instruction primaire va apporter. Son bagage technique se limite au savoir dispensé de manière informelle au fond de la mine, par les ouvriers expérimentés et les contremaîtres14. En revanche, la formation technique et, par voie de conséquence, la qualification des contremaîtres, progressent. En 1878, l’école des maîtres-ouvriers mineurs de Douai vient s’ajouter à son homologue fonctionnant à Alès depuis 1843. En deux ans, ces institutions délivrent à des ouvriers mineurs les connaissances techniques indispensables à des contremaîtres, capables d’exécuter les instructions des ingénieurs. Dans d’autres contrées, l’initiative est purement patronale : école des porions de la Compagnie d’Anzin vers 1870 ou école des apprentis gouverneurs (surveillants des travaux du fond), créée en 1892 à Saint-Étienne15.

  • 16 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, « Le Comité d’Organisation… », 2004, p. 265-279.

26En 1925 est instaurée une taxe d’apprentissage originairement fixée à 0,20 % de la masse salariale et le décret-loi du 24 mai 1938 pose un cadre général à la formation professionnelle, auquel, bon gré mal gré, les houillères sont tenues à se conformer. Le financement de l’apprentissage connaît une nouvelle impulsion sous le régime de Vichy. Le 16 septembre 1942, est créé un fonds d’organisation de l’apprentissage dans les houillères (FOA), alimenté par une redevance d’un franc par tonne nette de charbon extraite, cotisation portée à deux francs par tonne le 1er juillet 194316. Le FOA peut couvrir les salaires et charges des apprentis, les traitements du directeur et des moniteurs, les dépenses de matériel et d’approvisionnement. Pour bénéficier de subventions, les écoles d’apprentissage doivent avoir à leur tête un ingénieur spécialisé, dispenser une formation rémunérée pendant les heures de travail, assurer une durée minimale des études de trois ans et embaucher les jeunes gens avec un contrat d’apprentissage.

27Le développement de la formation technique élémentaire a pour corollaire une hausse des qualifications d’une partie du personnel.

Des contre-tendances très prégnantes

28Ces avancées en matière de sécurité, de protection sociale et de formation sont contrebalancées au cours de l’entre-deux-guerres, par des tendances contraires, expression de la complexité des rapports sociaux de l’époque.

Le mirage de la rationalisation sans mécanisation

  • 17 Caltaux, 1921, p. 291-299. L. Desruelles, 1923, p. 413- 427.
  • 18 M.-F. Conus, 2001, p. 1223-1245.

29Dès le début du XXe siècle, la tendance est à s’équiper de système d’abattage mécanique, notamment de haveuses Sullivan, choix que font la plupart des houillères du Nord-Pas-de-Calais mais aussi des exploitations de taille plus réduite comme les houillères de Bessèges ou de Carmaux17. Mais, la crise économique de 1931 incite à une révision complète de cette orientation et, désormais, les dirigeants des houillères jugent la rationalisation du travail nettement plus rentable que la mécanisation ; le potentiel de gains de productivité résiderait dans une intensification du travail, concrétisée par l’introduction du chronométrage des tâches, d’abord de manière ponctuelle, puis de façon systématique par la pratique de la méthode des « points Bedaux ». Dès lors, les méthodes de travail sont bouleversées. L’abattage au marteau-piqueur est privilégié et aux tailles courtes, où les hommes travaillaient par petites équipes, se substituent les longues tailles, de 50 à 150 mètres avec plusieurs dizaines d’ouvriers à l’abattage18.

  • 19 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, L’évolution du rapport Capital/Travail dans l’industrie houillère 1 (...)
  • 20 Arbitrage du ministre des Travaux Publics, Anatole de Monzie, 28 janvier 1939, Archives Centre His (...)

30Le marteau-piqueur individualise les tâches, en facilite la mesure pour identifier et réduire les temps morts. Ainsi, dans le bassin du Tarn, des mesures précises et comparatives sont effectuées en 1920 aux houillères de Carmaux et d’Albi, en 1921 dans certaines fosses de Moselle. Dès 1925, dans le Nord, la Cie d’Ostricourt organise des démonstrations d’abattage par des mineurs choisis pour leur habileté. Profondément hostiles à cette pratique du chronométrage, les ouvriers profitent du mouvement du printemps 1936 pour la faire abolir ; la convention collective du 10 juin, dite convention de Douai, stipule : « Le chronométrage du travail de l’ouvrier sera supprimé ainsi que les démonstrations d’abattage »19. En même temps, le payement collectif des ouvriers d’une même taille est rétabli. Mais dès que les conditions politiques sont moins favorables aux ouvriers, les exploitants réclament un retour à la situation antérieure. Finalement en janvier 1939, le gouvernement décide que « l’investigation permanente du travail de l’ouvrier au moyen du chronomètre est interdite. Cette suppression n’implique pas celle des moyens scientifiques d’études de l’organisation du travail et de l’outillage. Cette étude peut, entre autres moyens, comporter des chronométrages “de peu de durée« »20. Une formulation aussi imprécise donnera lieu aux interprétations les plus divergentes. Le système de rémunération par les points Bedaux connaîtra un regain sous le régime de Vichy.

  • 21 R. Cœuillet, 1963, « L’évolution électromécanique des houillères françaises. Bilan 1961 », note te (...)
  • 22 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, 2003, p. 133.

31Le nombre de marteaux-piqueurs ne cessera d’augmenter jusqu’à la fin des années 1940. Or, cet outil, présenté comme la panacée, est, à notre sens, une innovation régressive du triple point de vue technique, économique et social dans la mesure où, mu par l’air comprimé dont le rendement est faible, il est dispendieux en consommations intermédiaires, il contribue à déqualifier le piqueur et les conditions de travail s’en trouvent dégradées (bruit, poussières, pénibilité...). Dans ce contexte, le bassin de la Lorraine fait exception et apparaît comme un contre-modèle. Alors que le havage représente seulement 1 % de la production nationale, en Moselle, dès 1927, 874 haveuses assurent 56 % de l’extraction houillère21. En 1938, le havage associé aux explosifs assure 94 % de l’extraction lorraine, laissant une place marginale aux marteaux-piqueurs22. Par cette politique à contre-courant, ce bassin se donnait des atouts porteurs d’avenir.

Le mineur immigré, armée de réserve des houillères

32Le recours à du personnel étranger est certainement aussi vieux que l’exploitation minière. Mais jusqu’aux années 1880, les houillères font appel à des techniciens qualifiés pour faire fonctionner leurs machines, pour encadrer leurs ouvriers-paysans. En revanche, dans les années 1890-1900, on assiste à un retournement complet de la nature de ce flux migratoire. Désormais, c’est surtout une main-d’œuvre moins coûteuse et plus flexible que les compagnies attendent de leur recrutement externe.

  • 23 R. Cœuillet, 1958, p. 762.

33Le développement rapide de l’extraction, la déqualification de l’abattage, conduisent à recruter des travailleurs étrangers, d’abord en effectif réduit puis massivement. Si jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’embauchage d’ouvriers étrangers est l’affaire de chaque compagnie, au sortir du conflit, le déficit en main-d’œuvre est tel que les organisations patronales se décident à intervenir directement. Pour gérer ses centres de recrutement à l’étranger, le Comité Central des Houillères de France crée la Société Générale d’Immigration. Entre 1920 et 1929, sont ainsi recrutés, sur la seule base d’examens médicaux, plus de 100 000 ouvriers étrangers, essentiellement employés à l’abattage. Certaines fosses comptent alors jusqu’à 90 % de personnel étranger, la moyenne atteignant 50 %. Ces travailleurs immigrés sont de nationalités les plus diverses, mais, entre 1930 et 1944, 70 % d’entre eux sont des Polonais, recrutés à Poznan et Myslovice pour les uns, en Westphalie pour les autres23.

34Ce recours aux immigrés permet de compenser le recul du rendement par journée d’ouvrier du fond des houillères, généré par l’instauration de la journée de huit heures, baisse estimée à 15,8 % de 1913 à 1925 pour les mines du Nord. Il est la réponse adaptée aux besoins des houillères de réduire les coûts de production. Parfaitement malléable aux évolutions conjoncturelles, cette main-d’œuvre sera la première licenciée comme lors de la crise 1932-1936 au cours de laquelle plus de 40 000 ouvriers étrangers sont renvoyés dans leur pays d’origine.

1946-2004 : de l’excellence du travail dans le déclin des houillères

35Après la Seconde Guerre mondiale, la nationalisation (loi du 17 mai 1946), et le Statut du Mineur (décret du 14 juin 1946), ouvrent une nouvelle ère. L’électrification du fond accompagne et induit l’évolution vers l’automation du système productif des charbonnages. La Recherche/Développement s’organise autour du Centre d’Études et de Recherche des Charbonnages de France (CERCHAR), créé en 1947, dont l’activité tend, tout à la fois, à améliorer l’efficacité de l’appareil productif et les conditions de travail. Ces transformations d’ordre technique vont de pair avec un changement complet de la place des hommes dans le système productif : formation, protection sanitaire et sécurité minière sont renforcées.

L’électrification, innovation structurante du système productif des houillères

36L’électricité devient une innovation structurante du système productif. Cette transformation va se réaliser en deux temps. Dans les mines de houille, les années 1950 et 1960 sont celles de l’électrification des travaux du fond. Au cours des deux décennies suivantes, l’électricité est le vecteur de l’automation du système productif des houillères.

L’électricité pénètre au fond des mines

  • 24 Cf. notamment R. Loison, P. Beaugou, L. Chaîneaux, 1963, p. 985-996.

37La conception, la construction, les dispositifs de contrôle et de commande des moteurs électriques bénéficient des progrès réalisés en amont, dans le secteur de la construction électrique. Ces avancées permettent d’assouplir sinon de lever les contraintes imposées par les conditions de l’environnement souterrain dans la généralisation de l’électricité. Dans un premier temps, l’arrêté du 30 juillet 1946, en autorisant au fond l’utilisation du 660 V, desserre le carcan réglementaire de 1911 ; dès lors, les Houillères du Bassin de Lorraine adoptent le 500 V dans leurs nouvelles installations. Dans un second temps, un nouveau règlement, publié le 4 mai 1951, nettement plus permissif, transforme complètement les modes d’exploitation du fond. En 1958, l’introduction du 1 000 V dans les tailles inaugure une nouvelle ère dans l’exploitation houillère. À partir des années 1980, l’alimentation des installations électriques au fond s’opère à partir d’une sous-station située soit au jour et alimentée en haute tension (65 000 V), soit au fond avec une sous-tension de 5 000 V24. Dès lors, des moteurs de plus en plus puissants (300 kW pour un blindé, 450 kW pour une haveuse), donneront lieu à des chantiers d’abattage à haute performance.

  • 25 M.-F. Conus, 2004, « Une analyse de la relation capital/travail dans le cadre de la Révolution inf (...)
  • 26 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, 2005, Analyse économique du cycle de vie de l’industrie houillère f (...)

38En 1955, l’ingénieur en chef du service « exploitation » de CDF, Robert Cœuillet, élabore un outil synthétique du degré d’électrification des travaux du fond25. Cet indice d’électrification témoigne de la rapidité de ce processus : de 34 % en 1952, il atteint 59 % dès 1958 et 70 % en1964. À cette date, en l’absence de toute électrification des travaux du fond, il aurait fallu installer quelque trois millions de kW de compresseurs supplémentaires, niveau d’investissement invraisemblable ; a contrario, dans l’hypothèse d’une électrification totale des houillères, les 355 000 kW de compresseurs alors en service seraient remplacés par 35 000 kW de moteurs électriques, preuve des marges de progression en la matière26. Mais, en raison des conditions géologiques et techniques, l’électrification du fond est loin d’être homogène. En 1964, le taux d’électrification du bassin de Provence est de 90 %, de 74 % en Lorraine, de 69 % dans le Nord-Pas-de-Calais et à Blanzy mais seulement de 37 % en Cévennes, où la fréquence des dégagements instantanés de grisou impose une réglementation très stricte.

  • 27 CECA, 1956, p. 260.

39Progressivement, les principales fonctions de la mine (abattage, évacuation du combustible…), sont électrifiées. Le changement le plus spectaculaire concerne le matériel d’abattage du charbon, avec la substitution des haveuses-chargeuses et des rabots électriques aux marteaux-piqueurs, désormais utilisés dans les seules veines peu puissantes du Nord-Pas-de-Calais27. Avec les années 1990, une nouvelle génération de matériel s’impose. L’Électra 2000, mise en service à l’unité d’exploitation de la Houve en mai 1992, génère des gains de productivité spectaculaires en raison de sa rapidité, de sa capacité de havage et de la suppression des tirs de mine, facteurs de temps morts dans l’abattage. Constamment adaptée et améliorée, cette technologie a marqué les douze dernières années de l’exploitation houillère en Lorraine, jusqu’à la fermeture de la Houve, en avril 2004.

  • 28 Sur cet aspect, cf. notamment Olivier Kourchid, 2000, p. 201-208 et M. Cegarra, 2004, p. 111-135.

40Pour profiter pleinement du gain de rendement tiré des haveuses, une nouvelle technique de soutènement s’imposait. Les premiers essais de soutènement marchant en taille réalisés dans l’immédiat après-guerre tendent à remplacer la technique séculaire de boisage. Ce procédé bénéficie de progrès constants avec les vérins hydrauliques (début des années 1950), le servo mécanisme hydraulique réduisant le ripage des piles à un simple geste. À son origine exclusivement utilisable dans les couches horizontales ou faiblement inclinées (plateures), le soutènement marchant est progressivement adapté aux couches plus fortement inclinées (semi-dressants puis dressants). L’étape ultime de l’automatisation de la taille associe la mécanisation de l’abattage, du chargement et du transport du charbon au soutènement marchant. Ainsi « la mine sans homme », sous-entendu, sans homme sur le front de taille, que Robert Cœuillet prédisait dès 1958,28 était en passe de se réaliser.

  • 29 A. Viseux, 1991.

41L’électrification gagne les fonctions d’éclairage individuel (avec les lampes au chapeau), collectif, la signalisation et les installations téléphoniques. Seuls deux secteurs restent à l’écart en raison des risques d’électrocution et de l’impossibilité de les utiliser dans les mines classées grisouteuses. Le transport souterrain demeure le domaine de prédilection des locomotives à diesel avec environ plus de 60 % du parc contre 33 % pour les locomotives électriques (accumulateurs + trolley). Quant aux techniques d’aérage installées au fond, elles accordent encore peu de place à l’électricité. Bien que techniquement possible, l’électrification des petits compresseurs d’air comprimé n’est généralement pas rentable sauf lorsqu’elle permet la suppression totale du réseau général d’air comprimé. Au cours des années 1960 et 1970 de nouvelles avancées regroupées sous le vocable de « sécurité intrinsèque » sont réalisées en matière d’électrification en atmosphère grisouteuse29. Dès lors, pour une mine donnée, le maintien de l’air comprimé ou l’électrification totale du fond résultent de calculs d’amortissements et de rentabilité économique et non plus de critères techniques.

L’information génératrice d’un système productif sans avenir

42L’électrification du fond ouvre la voie après les années 1970, à un nouveau système technologique, phase ultime des houillères françaises : l’automation. L’information, présente à tous les stades de la production, devient un élément central. Elle est utilisée dans les télécommunications (transmission de données), la commande des machines et des hommes situés au fond, et la télésurveillance (contrôle à distance des machines et/ou de l’air).

43À partir de 1967, une étape décisive est franchie avec la transmission de toutes les informations captées au fond et centralisées en un poste unique situé à la surface : la salle de télévigile. Les progrès porteront sur l’évolution des modes de transmission des informations : ondes radio mises en service pour la première fois en 1962, fibres optiques, transmission numérique (utilisée au puits Simon en Lorraine dès 1988). Ces avancées augmentent la quantité de données remontées du fond vers le jour (près de 2 500 informations au puits Simon), et exigent l’informatisation de la salle de télévigile. L’informatique améliore la compréhension des procédés, favorise une élaboration en temps réel des réactions, et, in fine, augmente le rendement.

44Ces systèmes d’information sont particulièrement performants pour détecter les teneurs en gaz libérés par l’extraction, grisou (CH4) et monoxyde de carbone (CO2). Dans un premier temps, les prélèvements sont effectués dans les chantiers même au moyen de grisoumètres portatifs. Une avancée importante est franchie vers 1970 avec le central de télégrisoumétrie, système automatique de surveillance composé de plusieurs postes de dosage répartis entre les points sensibles du fond et d’un système automatique de décodage, de télécommande et d’enregistrement, situé au jour et relié aux postes du fond par des lignes fixes. La multiplication des points de mesure installés au fond de la mine (jusqu’à 250), conduit à associer le central de télégrisoumétrie à un ordinateur traitant rapidement le flux d’informations transmises.

45Au total, ce système centralisé de l’information améliore la planification à court terme de l’équipement et des hommes. Les postes de télévigiles, en centralisant toutes les informations sur le fonctionnement des chantiers, des appareils et des hommes permettent la gestion immédiate et en temps réel de l’exploitation. Pour la planification à long terme, l’outil informatique simule une séquence à partir d’une situation réelle, et intègre en permanence la réalité du jour pour actualiser cette séquence.

L’automation et la montée des qualifications

Une technologie génératrice de rendements records

46La généralisation de l’électrification du fond et de l’automation suscite des niveaux de rendement jamais égalés dans l’histoire du cycle de vie du charbon (graphique n° 4).

Graphique n° 4 : Rendement annuel des mines de charbon en France : 1834-2003

Graphique n° 4 : Rendement annuel des mines de charbon en France : 1834-2003

47Tant que l’extraction reposait sur l’homme et l’outil, en l’occurrence le pic puis le marteau-piqueur, les gisements aux couches minces, interrompus par de multiples failles, comme dans le Nord et le Pas-de-Calais, pouvaient encore rivaliser avec des gisements aux couches puissantes et régulières. Avec le changement de système technique, les handicaps des premiers deviennent rédhibitoires. L’écart de rentabilité s’accroît dans des proportions considérables : alors que le rendement fond et jour dans le Nord et du Pas-de-Calais dépasse exceptionnellement 1 000 kg/heure/poste de 1970 à 1990, année de la fin de l’exploitation dans ce bassin, en Lorraine, où sont sélectionnés les sièges les plus adaptés à la mécanisation, le rendement est déjà en 1970 de l’ordre de 2 700 kg/heure/poste. Ce différentiel incite les pouvoirs publics à miser dès les années 1960 sur l’avenir du gisement lorrain et à le doter durant les années 1980-1983, de la technologie la plus sophistiquée. Dès lors, à partir de 1985, le rendement en Lorraine connaît un formidable bond en avant pour culminer durant les années 1990 à 4 200 kg/heure/poste. Dans le bassin de lignite de Provence, les performances oscillent dans les années 1990, entre 7 000 et 8 000 kg/heure/poste. Ces résultats sont la conséquence tout à la fois de la technologie mise en œuvre, d’une meilleure maîtrise des aléas de la nature et de la sélection des panneaux de charbon. Désormais, seules les découvertes du Centre-Midi (Gard, Loire, Decazeville et Carmaux) assurent, de manière intermittente, des rendements plus élevés.

Qualification et formation technique… à trois vitesses

48Les nouvelles technologies exigent moins d’ouvriers mais davantage de techniciens, d’agents de maîtrise et d’ingénieurs. Entre 1948 et 1985, la part des ouvriers dans l’effectif total des houillères régresse de 91,1 % à 78,3 % alors que dans le même temps celles des techniciens et agents de maîtrise gagne près de 10 points. Parallèlement, les emplois de manœuvres, en recul, sont le plus souvent remplis par des travailleurs immigrés très sommairement formés.

  • 30 M.-F. Conus, 2004, « Une analyse de la relation capital/travail dans le cadre de la Révolution inf (...)
  • 31 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, « Analyse économique du cycle de vie de l'industrie houillère franç (...)

49La part des ouvriers régresse sous l’effet de l’automatisation des chantiers d’abattage : le rabot et la haveuse se substituent aux nombreux mineurs officiant au marteau-piqueur. Le soutènement métallique des voies d’accès au chantier et le soutènement marchant de la taille font disparaître les boiseurs. Dans une taille de 250 mètres de long, équipée d’un soutènement marchant, deux hommes suffisent pour déplacer, les 300 piles de quatre étançons, pesant chacune 20 tonnes grâce à de simples manettes, exerçant une pression de 350 bars. Mais la baisse des emplois d’ouvrier est directement liée aux nouvelles technologies de l’information30. À la Houve, deux hommes suffisent pour faire fonctionner la haveuse Électra 2 000, « monstre informatique » de 25 mètres de long, avec deux tambours placés à chaque extrémité. Dans le même temps, la mécanisation complète de l’évacuation du minerai (couloirs oscillants, convoyeurs à bandes, skips) supprime les manœuvres auparavant occupés à ces tâches. La télésurveillance des activités du fond de la salle de télévigile est également un facteur de réduction du nombre d’ouvriers affectés à la surveillance. Dans le cas extrême d’automation, les hommes sont remplacés par des caméras de télévision. Dans ces conditions d’exploitation, la proportion des postes en taille dans le total des postes du fond régresse tout particulièrement (de 38 à 26 % entre 1950 et 1982), au profit des postes des services généraux (emplois liés au soutènement des galeries, à l’entretien du matériel, au roulage, à l’extraction, à la logistique…), et des travaux préparatoires31. Face à ces transformations de la hiérarchie des qualifications, la formation dans toutes ses dimensions – initiale, en cours d’emploi, et la multiplication des temps de formation au cours de la carrière – se développe.

  • 32 CECA (1956), p. 260.

50Au début des années 1950, seulement la moitié des apprentis mineurs est titulaire du tout récent CAP institué par l’arrêté du 20 janvier 1947. En 1956, la Haute Autorité de la CECA va même plus loin : « le Certificat d’Aptitude Professionnel prend l’allure d’un véritable concours auquel ne réussit qu’un apprenti sur trois environ »32. Les élèves terminant le cursus de formation sans « décrocher » le diplôme se voient décerner un Certificat de Fin d’Apprentissage. Selon les besoins de la conjoncture charbonnière, ces jeunes seront plus ou moins nombreux à être intégrés : les Houillères de Bassin disposent ainsi d’une main-d’œuvre envers laquelle elles n’ont aucune obligation d’embauche. Dans les faits, les instructeurs opèrent rapidement une sélection des jeunes apprentis qu’ils organisent en classes de niveau. À partir de 1966, le jeune, désormais embauché à 15 ans, suit une année d’orientation à l’issue de laquelle il effectue soit un « apprentissage normal », au cours duquel il préparera le CAP de mineur qu’il passera en fin de deuxième année, entre 17 et 18 ans, soit un « apprentissage pratique » ponctué par un simple examen de fin d’apprentissage.

  • 33 Sur cet aspect, cf notamment O. Kourchid, 2000, p. 201-208 et M. Cegarra, 2004, p. 111-135.

51À cette dichotomie du cursus de formation technique des jeunes apprentis, vient s’adjoindre la formation destinée aux adultes, c’est-à-dire, dans le langage minier des années 1950-1960, les ouvriers recrutés après 18 ans. Cette formation réduite à quelques semaines, voire un ou deux mois, s’adresse essentiellement aux travailleurs immigrés, désormais recrutés dans les campagnes marocaines et embauchés par contrat de dix-huit mois, éventuellement renouvelable une fois33. Étroitement finalisée, la formation de ces salariés est adaptée à leur affectation future : chantier de production, chantier de creusement, logistique…

  • 34 A. Viseux, 1991.

52Pour les ouvriers titulaires du CAP, cette formation technique élémentaire peut s’avérer un moyen de promotion économique et sociale. En effet, les élèves qui se distinguent particulièrement au cours de leur dernière année d’apprentissage, pourront suivre les cours des écoles de maîtrise établis dans chaque groupe d’exploitation pour devenir agents de maîtrise, géomètres et même, pour une poignée d’entre eux, via les écoles d’Alais ou Douai, ingénieurs. Le parcours d’un Augustin Viseux, jeune galibot devenu contremaître, puis ingénieur formation et enfin, chef des services administratifs du fond du groupe de Lens, offre un bel exemple de ces réussites professionnelles34. Enfin, le développement de la formation professionnelle continue ou « cours de perfectionnement » dont la part dans les rémunérations croît sans cesse jusqu’en 1990 complète la formation technique élémentaire pour assurer une assimilation constante des innovations technologiques.

53Dans la dernière phase de son cycle de vie, celle du déclin, loin de présenter l’image d’un système productif obsolète, les Charbonnages de France ont fait preuve d’un dynamisme certain concrétisé tout à la fois par des performances en termes de rendement et une amélioration constante de la sécurité et des conditions sanitaires. Néanmoins les avancées technologiques n’ont pas eu raison des contraintes du marché. L’automation n’a pas débouché sur une organisation radicalement nouvelle de l’exploitation des gisements houillers, les technologies de liquéfaction et de gazéification évoquées durant une cinquantaine d’années n’ayant pas dépassé le stade de l’expérimentation.

Conclusion

54L’évolution du rapport capital/travail sur l’ensemble du cycle de vie du charbon révèle à quel point cette industrie a su évoluer en intégrant les potentialités des progrès scientifiques, technologiques, en développant le facteur travail tout en atteignant des niveaux jamais égalés de productivité. Cependant, ce processus est loin d’être homogène sur le cycle de vie. Au cours des phases d’introduction et de croissance, le développement humain est élitiste en ce sens que sa finalité première est la valorisation du capital, la situation des salariés dans leur ensemble ne bénéficiant que très indirectement des progrès techniques. En revanche, pendant les phases de maturité et surtout pendant la phase de déclin, l’ensemble des salariés est au cœur de la dynamique du système productif : la formation, la sécurité, les conditions sanitaires sont tout à la fois générées par le progrès technique et facteurs d’efficacité du système. Cette dynamique nous appelle à nous interroger sur d’autres cycles de vie de produit pour identifier ce qui, dans ce schéma, relève des particularismes de l’industrie houillère et ce qui procède d’un processus plus général d’interactions entre système productif et marché.

Notes

1 Cf notamment J. Schmookler, 1972, R. Vernon, 1972 et S. Kuznets, 1979.

2 É. Grar, Histoire de la recherche, de la découverte et de l’exploitation de la houille dans le Hainaut français, dans la Flandre française et dans l’Artois, 1716-1791, Valenciennes, 1848, t. 2, p. 216.

3 Héricart-Thury, « Mémoire sur les machines à vapeur de rotation pour l’extraction des substances minérales et l’épuisement des eaux, présentement en usage dans les houillères de Littry, département du Calvados », Journal des Mines, vol. XIII, An XI, p. 187.

4 Centre Historique Minier du Nord-Pas-de-Calais, 4594V173, délibérations Conseil de régie, 30 pluviôse an X, cité par G. Dumont, 1999, p. 127.

5 D’après les séries établies par Louis Fontvieille, dans le cadre de l’Action Thématique Programmée du CNRS « Banque de données chronologiques à caractère historique » (RCP n° 818).

6 B. Gille, 1966, p. 165.

7 P. Guillaume, 1966.

8 G. Gohau, 1990, p. 243.

9 A.-F. Garçon, 2004.

10 Cf. notamment Anonyme, « Description de deux machines. De l’invention de M. Humboldt destinée à conserver la vie des hommes et la lumière des lampes dans les souterrains infectés de vapeurs délétères », Journal des Mines, t. 8, n° XLVII, Thermidor, An VI, p. 839-852. ; Anonyme, « Sur la lampe de sûreté de M. Davy », Annales des Mines, t. I, 1816, p. 177-179 et Chevremont, « Notice sur plusieurs perfectionnements faits à la lampe de sûreté de Sir Humphrey Davy », Annales des Mines, t. VIII, 1823, p. 209-228.

11 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, 1997, p. 37-68.

12 J.-L. Escudier, 1989, p. 193-217.

13 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, 1997, p. 61-71.

14 J.-L. Escudier, 2005.

15 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, « Électrification… », 2004, p. 237-247.

16 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, « Le Comité d’Organisation… », 2004, p. 265-279.

17 Caltaux, 1921, p. 291-299. L. Desruelles, 1923, p. 413- 427.

18 M.-F. Conus, 2001, p. 1223-1245.

19 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, L’évolution du rapport Capital/Travail dans l’industrie houillère 1936-1946, Actes du colloque Les Entreprise du secteur Énergie sous l’Occupation, Université d’Artois, 25-27 novembre 2004, 17 p., à paraître.

20 Arbitrage du ministre des Travaux Publics, Anatole de Monzie, 28 janvier 1939, Archives Centre Historique Minier de Lewarde, HL 54 (2).

21 R. Cœuillet, 1963, « L’évolution électromécanique des houillères françaises. Bilan 1961 », note technique Charbonnages de France 1/63, p. 13-14.

22 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, 2003, p. 133.

23 R. Cœuillet, 1958, p. 762.

24 Cf. notamment R. Loison, P. Beaugou, L. Chaîneaux, 1963, p. 985-996.

25 M.-F. Conus, 2004, « Une analyse de la relation capital/travail dans le cadre de la Révolution informationnelle : l’industrie houillère française (1945-2004) », Communication au colloque Transformations du capitalisme, Université de Reims-Champagne-Ardenne, 31 mars-1er avril, 14 p.

26 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, 2005, Analyse économique du cycle de vie de l’industrie houillère française : la phase ultime : 1970-2004, Séminaire GDR « État et Énergie », Paris, 6 avril 2004, 18 p., à paraître.

27 CECA, 1956, p. 260.

28 Sur cet aspect, cf. notamment Olivier Kourchid, 2000, p. 201-208 et M. Cegarra, 2004, p. 111-135.

29 A. Viseux, 1991.

30 M.-F. Conus, 2004, « Une analyse de la relation capital/travail dans le cadre de la Révolution informationnelle : l'industrie houillère française (1945-2004) », Communication au colloque Transformations du capitalisme, Université de Reims-Champagne-Ardenne, 31 mars-1er avril, 14 p.

31 M.-F. Conus et J.-L. Escudier, « Analyse économique du cycle de vie de l'industrie houillère française : la phase ultime : 1970-2004 », 2005 ; Séminaire GDR « État et Énergie », Paris, 6 avril 2004, 18 p., à paraître.

32 CECA (1956), p. 260.

33 Sur cet aspect, cf notamment O. Kourchid, 2000, p. 201-208 et M. Cegarra, 2004, p. 111-135.

34 A. Viseux, 1991.

Table des illustrations

Titre Graphique n° 1 : Consommation de houille en France en milliers de tonnes : 1787-2004
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Graphique n° 2 : Profondeur moyenne des puits en mètres. Bassins du Nord et du Pas-de-Calais (1716-1897)5
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique n° 3 : Rapport des ouvriers tués à l’extraction dans les houillères 1817-2003 (en nombre de tués rapportés à un million de tonnes)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique n° 4 : Rendement annuel des mines de charbon en France : 1834-2003
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteurs

UMR 5474, Université de Montpellier

UMR 5474, Université de Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540