Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Origines et développements

Le roi Charbon et ses sujets turbulents : les industries et sociétés charbonnières en Grande-Bretagne aux XVIIIe et XIXsiècles

Quentin Outram et Nina Fishman
Traduction de Jacques Tourrel, Xavier Daumalin et Olivier Raveux

Texte intégral

  • 1 Les données pour les années fiscales 1980-83 et 2003 de la UK Coal Authority, Summary of Coal Produ (...)

1Le règne du roi Charbon sur ses royaumes britanniques prit fin brusquement en 1985. L’échec de la grève des mineurs qui avait duré un an inaugura un rapide déclin dans l’industrie charbonnière britannique. Déjà beaucoup plus réduite qu’à son âge d’or victorien et édouardien, l’industrie employait encore 200 000 hommes dans quelque 200 houillères au début des années 1980. À présent, l’effectif a été ramené à 6 000 hommes et des houillères ont disparu dans de nombreux territoires du pays qui étaient sous leur dépendance1. Notre contribution retrace l’histoire de l’industrie charbonnière au Royaume-Uni depuis ses débuts jusqu’à son apogée juste à la veille de la Première Guerre mondiale. Le thème principal est la création d’une industrie nationale britannique à partir d’un ensemble d’industries régionales grandissant presque indépendamment les unes des autres jusqu’au milieu de l’époque victorienne et la création concomitante de « sociétés du charbon » dans certaines parties du Royaume-Uni. Notre première partie détaille la croissance de l’industrie. La deuxième s’intéresse aux « sociétés charbonnières » qui se développèrent dans certaines zones du Royaume-Uni et la troisième partie se consacre aux questions de classes et de conflits sociaux.

Croissance

  • 2 J. Hatcher, 1993, p. 5.
  • 3 The Oxford English Dictionary, s.v. « sea-coal ».
  • 4 J. U. Nef, 1932, I, p. 156-64; Hatcher, 1993, p. 31-44.
  • 5 W. Shakespeare, 2 Henry IV, II, i, 95; Hatcher, 1993, p. 39.

2La répartition de gisements de charbon facilement accessibles dans toute l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Écosse (voir la carte en fin d’article) a permis à des hommes et des femmes entreprenants d’extraire et de vendre le charbon à des fins domestiques et industrielles depuis au moins l’époque romaine, mais ce n’est qu’au début de l’époque moderne que le charbon fut « transformé d’une source de chaleur occasionnelle ou spécialisée… en combustible habituel de la nation »2. Le terme le plus courant pour désigner le charbon du XIIe au XVe siècle était sea coal (charbon de mer), parce que Londres et le Sud-Est de l’Angleterre utilisaient déjà du charbon extrait dans le Nord-Est (les comtés de Northumberland et de Durham) et transporté du fleuve Tyne sur des caboteurs par la Mer du Nord jusqu’à l’estuaire de la Tamise3. À la fin du XVIe siècle, la pression démographique et le début de l’expansion industrielle accéléra la déforestation de l’Angleterre. Le bois et le charbon de bois devinrent des matières premières rares, entraînant une hausse spectaculaire des prix à partir des années 1540. De plus en plus le charbon fut utilisé comme substitut4. À la fin du XVIe siècle, où Shakespeare situe Falstaff « assis près d’un feu de charbon de mer » le charbon était la source habituelle de chauffage domestique à Londres et les « vapeurs fétides » qui s’élevaient des cheminées de la capitale suscitaient déjà de nombreuses contestations5.

  • 6 Par exemple, K. Marx et F. Engels, « Guizot, Pourquoi la révolution d’Angleterre a-t-elle réussi ? (...)
  • 7 J. U. Nef, 1932, p. 266-9.
  • 8 J. Hatcher, 1993, p. 187-91.
  • 9 J. Hatcher, 1993, p. 47sq.
  • 10 N. K. Buxton, 1978, p. 15.

3Le premier développement du capitalisme agraire dans l’Angleterre des XVe et XVIe siècles avait encouragé la croissance de la production charbonnière. La vente des terres d’Église à la gentry intéressée et à la petite aristocratie, puis le mouvement de l’Enclosure, dont parle Marx dans ses analyses de Guizot, favorisèrent le renforcement de la propriété minière et limitèrent les droits miniers des petits agriculteurs6. En Grande-Bretagne, contrairement à la plupart des pays d’Europe continentale, le droit absolu du propriétaire terrien à la possession de tous les minerais, sauf l’or et l’argent, trouvés dans le sous-sol de sa propriété, fut établi à une date ancienne par un procès célèbre, La Reine contre le Comte de Northumberland, en 15667. L’accumulation de capitaux par l’aristocratie et la gentry et l’augmentation de leurs revenus aboutirent à l’expansion des services financiers, commerciaux et des industries manufacturières. Les aventuriers marchands, toujours plus riches, investirent la plus grande partie de leur capital dans le financement de nouvelles mines de charbon (par opposition aux excavations de surface, aux « ruches », aux « fosses à cloches », aux galeries horizontales percées à flanc de collines) qui étaient de plus en plus nécessaires dans le Nord-Est pour exploiter les gisements8. Alors que la demande de charbon comme combustible domestique restait majoritaire, les industries manufacturières traditionnelles du sel, du verre et des métaux demandèrent du charbon pour accroître leur production et utiliser les nouvelles techniques apportées par les experts allemands9. « En 1700, l’Angleterre était très certainement devenue le plus grand pays producteur et consommateur de charbon en Europe. »10

  • 11 M. W. Flinn, 1984, p. 5-29.
  • 12 M. W. Flinn, 1984, p. 14-18, 180-189.

4Quoique le Nord-Est ait gardé sa position de premier producteur de charbon tout au long du XVIIIe siècle, des marchands, des aristocrates et des membres de la gentry s’engagèrent dans des entreprises de production houillère qui devaient approvisionner des centres de population en expansion – par exemple le port maritime florissant de Bristol et la station balnéaire en vogue de Bath –, et aussi répondre aux besoins industriels. Bien que l’usage du coke dans la sidérurgie ne fût pas très répandu avant la seconde moitié du XVIIIe siècle, le charbon devint le combustible de choix pour fondre le cuivre, l’étain et le plomb. Les gisements houillers du Staffordshire, du Somerset, de la Forest of Dean, du Lancashire, du West Glamorgan & Monmouthshire au Pays de Galles, furent tous exploités dans cette optique11. Beaucoup de ces mêmes capitalistes gentlemen et aventuriers entrepreneurs qui exploitaient les ressources minières de leurs domaines investirent alors dans des canaux conçus pour le transport de leur charbon et de leurs marchandises vers les marchés les plus rentables12. Plutôt que spectaculaire, la croissance de la production fut constante au cours du XVIIIe siècle et en 1800 l’industrie du charbon employait presque 70 000 hommes (tableau 1).

Tableau 1. L’industrie charbonnière britannique 1700-1913, Production, exportations, emplois

Tableau 1. L’industrie charbonnière britannique 1700-1913, Production, exportations, emplois

N.B. : ‘..’ indique que les données sont indisponibles. Les données concernent le Royaume-Uni, et non la Grande-Bretagne, sauf indication contraire ; la production de charbon, les exportations nettes et l’emploi irlandais ont toujours été négligeables. Production : la discontinuité entre la série de Flinn pour la période qui va jusqu’à 1830 et la série de Church depuis 1830 n’est pas significative, le premier estimant la production à 30,4 millions de tonnes en 1830 et Church à 30,5 millions de tonnes. Les taux de croissance sont donnés pour la période depuis l’année précédente indiquée et sont des taux moyens combinés. Les exportations sont nettes des importations et excluent le charbon transporté dans les soutes à carburant ; les transports vers l’Irlande sont exclus ; les estimations pour 1775 et 1800 sont des moyennes des estimations données par la source pour 1770-1774 et 1775-1779, 1795-1799 et 1800-1804, respectivement, l’estimation portée à l’année 1815 est pour 1816-1819 ; les données de l’emploi données pour 1800 concernent 1801 ; les données de l’emploi portées à 1831-1913 excluent les propriétaires, agents, etc.
Sources : Production 1700-1830, Flinn, History, Tableau 1.2; Production 1831-1913, Church, History, Tableau 1.12. Exportations: avant 1830, Flinn, History, Tableau 7.9; 1830-1913, Church, History, Tableau 1.7; Emploi, Mitchell, Economic Development, Tableau 5.3; Church, History, Tableau 3.1 et 3.11

5Les différents bassins miniers se développèrent séparément, financés par différents groupes d’entrepreneurs, en recrutant leur main-d’œuvre sur le marché local du travail et en gérant leurs charbonnages selon des pratiques qui variaient nettement d’une région ou d’une localité à l’autre, et qui n’étaient dues qu’en partie aux différences géologiques des gisements houillers. En 1800, les bassins principaux étaient ceux du Nord-Est (qui fournissaient peut-être 30 % de la production britannique) suivis par les West Midlands (17 %), l’Écosse (13 %), le Sud du Pays de Galles (11 %), le Lancashire (9 %) et le Yorkshire (7 %). Cependant, si les gisements du Nord-Est et du Sud des Galles affichaient l’un et l’autre une certaine unité de pratique, il serait abusif de voir dans la plupart de ces regroupements autre chose que des artefacts statistiques. Les West Midlands, par exemple, avaient une quantité de petits bassins séparés dans le North Staffordshire, à Cannock Chase, dans le South Staffordshire, le Warwickshire, le Shropshire et ailleurs, qui présentaient des variations importantes dans leur géologie, l’histoire de leur développement, leurs techniques de production et leurs marchés. Quelques-uns de ces secteurs étaient petits et relativement isolés des principaux centres de développement industriel soit tout au long de la période (par exemple Cannock Chase), soit à des périodes antérieures ou postérieures (par exemple le Shropshire). De tels bassins petits et isolés étaient quelquefois marginaux économiquement (par exemple la Forest of Dean, Bristol et les gisements du Somerset dans le Sud-Ouest de l’Angleterre) et souvent ils ne bénéficiaient que d’un développement modeste et tardif.

  • 13 N. K. Buxton, 1978, p. 56.
  • 14 B. R. Mitchell, 1984, tableau 2.1.

6Au cours du XIXe siècle, le charbon occupa peu à peu un rôle central dans l’économie britannique. Il devint le produit brut indispensable de l’industrie manufacturière anglaise, influençant en profondeur la nature et la croissance de l’économie dans son ensemble13. Le charbon était le combustible prédominant pour le chauffage domestique et plus tard (car il servit à produire du gaz de ville) pour l’éclairage qui utilisait probablement plus de la moitié de la production houillère britannique en 1816. À cette date, l’industrie consommait déjà plus du quart de la production, et la manufacture du fer et de l’acier un dixième. En 1913, les usages domestiques étaient relativement moins importants (moins d’un tiers de la production) et l’exportation, négligeable au début du siècle, comptait pour plus d’un quart de tout le charbon extrait en Grande-Bretagne. Tout en étant moins important quantitativement, ne dépassant jamais les onze pour cent de la production tout au long du siècle, le réseau ferré toujours plus dense et le nombre croissant de navires à vapeur étaient totalement dépendants de l’industrie charbonnière14.

  • 15 A. Guy, 2003, p. 8-22.
  • 16 Les avancées technologiques sont analysées par R. Church, 1986, chap. 4, p. 311-385. Les causes de (...)

7L’essor considérable de la demande au cours du XIXe siècle fut en grande partie satisfait par une augmentation de la main-d'œuvre et des investissements, et par une progression limitée de la productivité. En termes bruts, la productivité du travail stagna tout au long du siècle dans l’ensemble, pour se porter d’environ 290 tonnes/personne/an dans les années 1830 à 340 tonnes/personne/an dans les années 1880 avant de retomber à environ 260 tonnes/personne/an avant la Première Guerre mondiale. Le rôle principal des avancées technologiques ne fut pas d’élever la productivité du travail mais de pouvoir étendre la production à des bassins et des filons qui n’étaient pas exploitables jusque-là. Les principales améliorations techniques portèrent sur la mise au point des machines d’épuisement (de la pompe à feu de Newcomen au début du XVIIIe siècle jusqu’aux modèles améliorés par James Watt à partir de 1770 environ) et de techniques de ventilation. Elles permirent d’ouvrir des mines plus profondes et plus vastes, en étendant l’exploitation du charbon à des zones difficilement accessibles et à des veines humides et gazeuses. Tout aussi importants furent les équipements du transport de surface, les trains à chevaux roulant sur des rails de bois (dont il existait un réseau étendu menant aux deux fleuves de la Tyne et de la Wear), puis les rails de fer et les locomotives à vapeur pour atteindre les fleuves, les canaux ou la mer, ensuite les voies ferrées reliant les villes permettant l’accès direct aux marchés (le chemin de fer Liverpool & Manchester fut ouvert en 1830 ; le London & Birmingham en 1838 ; et le London & Bristol en 1841)15. Mais tout au long du siècle, les opérations du front de taille furent basées sur le pic et la pelle et le transport souterrain ne progressa pas au-delà des bacs sur rails tirés par des poneys ou poussés par des « rouleurs », des jeunes travaillant au transport en sous-sol16.

  • 17 B. R. Mitchell, 1894, p. 109-121.

8La production de charbon doubla entre les années 1830 et 1850, entre les années 1850 et 1871 et entre 1871 et 1914. Au total, entre 1830 et 1914, la production a été multipliée par huit. En 1841, le recensement dénombrait 150 000 mineurs en Grande-Bretagne ; en 1881, le nombre avait dépassé 450 000. En 1913, on comptait plus d’un million de mineurs de charbon, soit environ un actif sur vingt (tableau 1). Mais le taux de naissance élevé de la population minière britannique impliquait qu’avant les années 1840 et après le boom du début de la décennie 1870 la plus grande partie de l’augmentation de l’offre de main-d’œuvre dans cette industrie provenait des fils et petits-fils de mineurs. Il est remarquable que les migrations importantes au sein des bassins miniers et d’un bassin à l’autre au milieu du XXe siècle n’aient pas réussi à mettre fin aux conditions et usages disparates des houillères du pays17.

  • 18 P. M. Sweezy, 1938; J. A. Jaffe, 1984, p. 74-104 et 1991, p. 42-47.
  • 19 M. W. Flinn, 1984, p. 267 ; A. R. Griffin et C. P. Griffin, 1973, p. 95-121 ; R. Cawley, 1984.
  • 20 M. W. Kirby, 1977, p. 8-10.

9Les historiens de l’économie et de la société ont répertorié une extraordinaire variété de modèles d’organisation des capitalistes au cours du XIXe siècle. Les propriétaires de mines qui passaient par la Tyne pour leurs transports abordèrent le XVIIIe siècle au sein d’un cartel très développé, le Vend, qui domina les marchés de Londres et du Sud-Est. Mais au cours du XIXe siècle leur position fut concurrencée avec succès par les propriétaires miniers qui empruntaient les autres grands fleuves du Nord-Est – la Wear et la Tees – et en 1845 le Vend s’était effondré18. On a des témoignages de l’existence d’associations de propriétaires miniers dans d’autres bassins avant les années 1830 mais, en l’absence d’un marché national, il semble que les propriétaires n’aient pas été incités à s’organiser à l’échelle du pays. Ils ne le firent que dans les années 1850, quand la législation industrielle toujours plus poussée du Parlement national hâta la formation de la Mining Association of Great Britain (MAGB)19. Cependant, vers la fin du XIXe siècle, les tentatives de création de cartels régionaux ou nationaux n’aboutirent pas20. Les niveaux de concentration industrielle restèrent bas, même dans les principaux bassins houillers, et très peu d’entreprises minières possédaient des charbonnages dans un autre bassin que le leur. Cette caractéristique renforça la rivalité inter-district, contribua à maintenir la séparation entre les organisations et les identités de bassins et limita la MAGB à un rôle législatif. Alors que les progrès technologiques du XIXe siècle n’ont eu qu’une influence limitée sur la productivité, ils ont changé l’environnement physique de manière spectaculaire.

Les Sociétés du charbon

  • 21 L’expression est de D. Egan, 1987.

10Sur fond d’une expansion spectaculaire de l’industrie charbonnière en Grande-Bretagne, il n’est pas surprenant que l’activité soit devenue encore plus dispersée géographiquement. Du fait que les bénéfices étaient excellents et les salaires des mineurs élevés, capitalistes et ouvriers tenaient beaucoup à profiter de l’occasion pour se lancer dans l’exploitation du charbon. Dans de nombreux secteurs du pays, les économies locales, les environnements et les sociétés se transformaient au fur et à mesure que des puits étaient foncés, des voies ferrées posées et des maisons construites pour loger la main-d’œuvre en augmentation. Dans certains secteurs l’industrie charbonnière dominait les affaires locales à tel point que l’on peut parler de « sociétés du charbon »21.

11Les voisinages des houillères ne se ressemblaient pas tous néanmoins. Bien qu’il existât beaucoup de villages houillers où le puits fournissait pratiquement les seuls emplois, les mineurs ne menaient pas toujours leur « vie à part » des autres travailleurs. Dans le Lancashire, des parties du West et du South Yorkshire et dans le North Staffordshire, les mineurs trimaient et vivaient aux côtés des ouvriers du textile, de la métallurgie et de la céramique. Pendant les grèves, les syndicats de mineurs demandaient, et quelquefois recevaient, l’aide financière des syndicats d’autres métiers, ou faisaient appel à la solidarité du voisinage. À Wigan, les épouses de mineurs travaillaient comme tisseuses dans les usines textiles, alors que dans le North Staffordshire, elles travaillaient aux poteries. Dans des secteurs des Midlands, du Nord-Est, des Galles du Sud, et des parties de l’Écosse et du Yorkshire, les établissements miniers étaient plus isolés. Dans ces lieux, c’était le village de puits qui était caractéristique, souvent avec le logement fourni par la compagnie minière. Des villages isolés autour de leur puits parsemaient le paysage, chacun représentant une petite « société charbonnière » souvent refermée sur elle-même où peu de gens étaient indépendants de la compagnie houillère et de sa direction.

  • 22 R. A. Church et Q. Outram, 1998, p. 132-158; M. J. Daunton, 1980, p. 143-175.

12Les villages houillers de ce type avaient beaucoup attiré l’attention des chercheurs, en particulier de ceux qui tentaient d’expliquer la prédisposition à la grève dans cette activité en Grande-Bretagne, d’explorer les bases de la solidarité dans le conflit et d’étudier la vie communautaire qui jadis jouissaient d’un statut quasi mythique auprès des sociologues empiriques et des commentateurs politiques britanniques. Cependant le seul consensus auquel ces études soient parvenues est que toute tentative de dégager un village charbonnier « modèle » était vouée à l’échec. Les villages charbonniers variaient entre ceux où tout le logement et les bâtiments publics étaient fournis et contrôlés par une seule compagnie houillère et ceux où les ouvriers charbonniers louaient des maisons à des logeurs indépendants ou étaient propriétaires de leur propre résidence. Les standards d’habitation allaient du plus haut dans quelques « villages modèles » au plus bas avec maisons exiguës, humides, sombres, pouilleuses, sans eau courante ni sanitaires. À partir de la fin du XIXe siècle, suite à la réforme du gouvernement local et au placement des villages charbonniers sous l’autorité des nouveaux conseils de districts ruraux et urbains, les normes d’équipement collectif varièrent selon les priorités politiques du gouvernement local et son niveau de perception fiscale. L’aspect social et politique des villes et villages charbonniers variait entre deux extrêmes : ceux où la direction arrivait à imposer une forte dose de contrôle social et où les relations sociales étaient empreintes de déférence et de servilité ; ceux où des organisations autonomes enracinées dans la vie de la classe ouvrière encourageaient des attitudes politiques radicales et une activité communautaire22.

  • 23 É. Halévy, Histoire du Peuple Anglais au XIXe Siècle, Paris, Hachette, 1912-1947 ; R. Moore, 1974, (...)

13La vie sociale dans les villages miniers tournait autour de la famille, de l’école, de l’église ou de la chapelle, du magasin coopératif, du club ou de l’institut des mineurs, du sport et autres associations bénévoles. Les historiens, en dépit de fréquentes allusions à la thèse de Halévy selon qui le méthodisme joua un grand rôle pour affirmer le consensus autour du nouvel ordre industriel dans les classes laborieuses britanniques, n’ont toujours pas étudié de façon significative le rôle de la religion au sein des communautés minières. L’étude détaillée de Moore sur le méthodisme chez les mineurs de la Deerness Valley dans le Durham occidental à la fin du XIXe et au début du XXe siècle est la seule monographie sur le sujet. Moore reprochait à la thèse de Halévy son caractère trop simplificateur et avançait que le plus grand mérite social et politique du méthodisme dans la Deerness Valley était d’encourager un leadership économique et politique de la classe laborieuse. D’autres ne se sont pas laissés impressionner par l’importance de la religion dans la vie d’un village charbonnier, en avançant avec Joyce que la majorité des villageois y était indifférente mais aussi que « la religion était un ingrédient de conflit politique et un insigne d’allégeance politique ». Les travailleurs « assistaient aux offices plus souvent à cause des conséquences matérielles de ne pas y assister, que pour le bénéfice spirituel d’y assister » ; en bref, si vous vouliez un emploi, vous fréquentiez la même chapelle que le député, le contremaître, le sous-directeur ou qui que ce soit d’autre qui recrutait la main-d’œuvre pour la houillère23.

  • 24 A. V. John, 1984, p. 72-90. Depuis cet article on a porté plus d’attention à la fois à la « sphère (...)

14Le culte religieux était l’une des rares activités sociales que les hommes et les femmes partageaient. Le magasin coopératif, quoique dirigé par des hommes, constituait aussi un espace public pour les femmes. Par contre, étaient exclusivement masculins non seulement le lieu de travail mais encore le club ou l’institut des mineurs, et également la quasi-totalité des associations et activités sportives. Le stéréotype du village minier est, comme on peut le comprendre, celui des « univers séparés » démarqués de manière figée entre hommes et femmes. La recherche originale de John a démontré qu’il y avait cependant une histoire d’action publique des femmes dans les communautés charbonnières, comprenant non seulement des activités de soutien aux grèves des mineurs mais aussi d’agitation au sujet des prix élevés de la nourriture et autres sujets concernant le niveau de vie24.

  • 25 Benwell Community Project, 1979.

15Les villages houillers étaient naturellement des sociétés à petite échelle. Les bourgs et villes étaient rarement dominés par l’activité charbonnière. Même dans des villes comme Barnsley et Wigan, presque synonymes de charbon dans l’histoire industrielle britannique, d’autres industries, d’abord la tréfilerie, puis le lin à Barnsley, ensuite le coton et la métallurgie à Wigan, diversifièrent la structure industrielle, les sources de pouvoir économique et politique et les identités locales. Dans les grandes villes provinciales, les propriétaires de mines furent rarement des personnages bien en vue. Au XIXe siècle à Newcastle, les propriétaires de mines comme les Lamb, Straker, Joicey et Priestman partageaient le pouvoir économique et politique avec de puissantes dynasties de la construction mécanique (R. & W. Hawthorn, George et Robert Stephenson, William Armstrong), du plomb et du verre (les familles Cookson et Ridley), de la banque et de la finance (John Clayton), et avec la dynastie Pease qui avait des intérêts divers dans les chemins de fer, le fer et l’acier, le charbon, la banque et l’immobilier25. À Manchester, dominée par le coton, les propriétaires charbonniers avaient peu d’influence. Sheffield était la « Cité de l’Acier » et non la « Ville du Charbon » malgré le bassin charbonnier du South Yorkshire. À Birmingham, la présence des propriétaires miniers dans les halls de la ville et les salles de meetings était minimale bien que le centre du Pays Noir soit à seulement dix miles au nord-ouest de la cité. Seule Cardiff en Galles du Sud pouvait prétendre au titre de « Cité du Charbon » ou plutôt de « Métropole du Charbon ». Mais même là, le pouvoir des propriétaires de mines était largement économique, non politique.

  • 26 M. J. Daunton, 1977, p. 4-7.
  • 27 M. J. Daunton, 1977, p. 155.

16Le développement du réseau ferroviaire avait facilité l’exploitation des gisements houillers restés vierges dans de nombreuses régions du pays mais ce fut aux Galles du Sud qu’échut le plus gros lot. Du fait que le charbon trouvé dans les vallées fluviales étroites du Glamorgan était particulièrement bien adapté aux machines à vapeur marines, les charbonnages de Galles du Sud devinrent le plus grand fournisseur des flottes marchandes et des marines de guerre britanniques et autres. Cardiff ne dépendit que du charbon et de son exportation. Les exportations de charbon de Cardiff dépassèrent en tonnage celles du fer en 1830 et aux alentours de 1850 le charbon détrôna le fer comme soutien de base de l’économie des Galles du Sud. Bientôt, Cardiff supplanta Bristol comme centre commercial majeur pour la région. En 1880, le Pays de Galles du Sud domina toute l’exportation du charbon britannique et Cardiff devint « la métropole charbonnière du monde »26. Mais, à la différence de Newcastle, où une élite d’affaires conquérante s’établit solidement au XIXe siècle, la politique de Cardiff à la fin du XIXe siècle était aux mains d’hommes dont les intérêts économiques n’avaient aucun rapport avec l’industrie charbonnière, les docks ou la marine marchande : il s’agissait de commerçants détaillants et d’autres membres de la petite bourgeoisie accompagnés de quelques membres de la classe moyenne professionnelle. La grande bourgeoisie minière, les docks et le commerce maritime avaient des intérêts qui n’étaient pas spécifiquement liés à Cardiff et ils n’estimaient pas que leur rôle était de diriger la politique de la ville27.

  • 28 En 1891 30,1 % des habitants des Galles et Monmouthshire de plus de 2 ans ne parlaient que le gallo (...)

17La croissance rapide de l’emploi et la migration d’Anglais et d’Irlandais pour répondre à la demande de main-d’œuvre dans les régions de charbon du bassin des Galles du Sud, changea l’identité de toute la région. Le gallois cessa d’être la langue principale des Galles du Sud dans les années 1890, après les vagues successives d’émigrants venus des comtés ruraux anglais environnants faire fortune dans la ruée de l’or noir du Rhondda28. Le charbon finit par dominer et identifier la région à un degré inconnu ailleurs au Royaume-Uni.

  • 29 Census of England and Wales, Summary Tables : tableau XLVI, pays de naissance.

18Mais l’anglais était loin d’être la seule langue étrangère. Comme les maîtres de forges gallois du sud avaient commencé d’importer du minerai de fer des Asturies dans la seconde moitié du XIXe siècle, des mineurs espagnols voulant faire fortune étaient sortis de chez eux en s’embarquant sur les minéraliers. Merthyr Tydfil avait ses maisons espagnoles à la fin des années 1890, nommées d’après ces émigrants. Il y avait de nombreuses autres nationalités représentées dans les houillères des Galles du Sud, certaines attirées par les emplois dans les puits, d’autres par la navigation en mer et le travail associé à l’immense port charbonnier de Cardiff. À une époque où aucun autre comté gallois ne comptait plus de 250 étrangers en tout, Glamorgan, au centre du bassin houiller des Galles du Sud, avait 904 Russes, 676 Norvégiens, 702 Français hommes et femmes, 664 Allemands, 684 Italiens, et 599 Américains, ainsi que 484 Espagnols29.

Tableau 2. Lieux de naissance des habitants de Glamorgan, Galles du Sud, 1851 et 1901

Tableau 2. Lieux de naissance des habitants de Glamorgan, Galles du Sud, 1851 et 1901

Sources : Censuses of England and Wales, 1851 and 1901, birthplaces tables

  • 30 Sur les Irlandais dans les Galles du Sud, voir P. O’leary (ed.), 2004.

19Le tableau 2 indique le nombre de migrants vers le comté de Glamorgan d’après le lieu de naissance des habitants du comté en 1851 et 1901. Pour ces deux années, plus d’un tiers des habitants étaient nés à l’extérieur du comté. Beaucoup étaient venus d’autres régions du Pays de Galles et, en 1851, ces autres Gallois représentaient plus de la moitié de l’immigration. En 1901, un plus grand pourcentage venait d’Angleterre, particulièrement de la région voisine du Sud-Ouest et des West Midlands. En 1851, immédiatement après la Famine irlandaise, plus de 10 pour cent des nouveaux arrivés venaient d’Irlande ; en 1901 les immigrants nés en Irlande étaient en fait plus nombreux, mais formaient un pourcentage plus petit de la population alors composée de plus en plus d’Anglais hommes et femmes30.

20Le caractère cosmopolite de la société galloise du sud a été décrit par une autorité du début du XIXe siècle :

  • 31 H. S. Jevons, 1915, p. 286-287.

« Dans les Galles du Sud… un grand nombre de travailleurs agricoles des Galles du Sud et du Centre, ainsi que du Somerset et du Devon, sont arrivés en masse dans les mines ces dernières années… Dans les nouveaux puits… on trouve un assortiment des plus extraordinaires d’hommes de diverses spécialités. Au travail avec quelques hommes qui sont mineurs depuis leur enfance, il y en a peut-être un qui était chauffeur-livreur pour un boulanger, et un autre qui était assistant épicier. Près de lui on trouve un ex-représentant de commerce d’un fabricant de peintures ; et en interrogeant un autre vous découvrirez que c’était un maraîcher qui a connu de mauvais jours. Et encore, voici un homme formé comme sellier chez son père ; … et travaillant à ses côtés vous avez un jeune ouvrier intelligent qui était venu d’une ferme du Devonshire dans les mines d’étain de Cornouailles et qui voulait tenter sa chance dans les Galles du Sud ; un postier du Pembrokeshire et un aiguilleur de trains licencié… Tous ces gens, et beaucoup d’autres comme eux, ont trouvé dans les Galles du Sud leur El Dorado. »31

Classe et conflit

  • 32 R. Church, 1986, p. 122-124.
  • 33 Ici et ici seulement l’expression « coal owner » a son sens littéral : « gens qui possédaient le ch (...)

21Avec l’effondrement du Vend en 1845 disparut un des derniers vestiges du capitalisme agraire du début de l’époque moderne, le capitalisme marchand et « gentilhomme » des XVIIe et XVIIIe siècles. L’aristocratie terrienne laissa de plus en plus l’exploitation du charbon qui était toujours en sa possession à des propriétaires de houillères spécialisés issus de la bourgeoisie industrielle32. Dans la décennie 1840 l’industrie houillère affichait une division classique ricardienne ou marxienne entre des propriétaires terriens souvent aristocrates et d’autres propriétaires de charbon qui touchaient des royalties, des propriétaires de houillères capitalistes qui faisaient des bénéfices, et des travailleurs sans terres, non-propriétaires, qui étaient salariés33.

22Il reste à écrire l’histoire des propriétaires de houillères. Néanmoins, il est assez clair qu’au plan national ils n’ont pas exercé un pouvoir politique à la mesure de leur richesse et de leur importance. Alors que l’intérêt agraire était toujours influent en Grande-Bretagne du XIXe siècle, qu’il en était de même des marchands, des financiers et des banquiers de la City de Londres, alors que les maîtres cotonniers et leurs alliés s’étaient battus avec succès pour imposer leur vision du Manchester liberalism et alors que les compagnies de chemins de fer formaient un groupe d’intérêts reconnu et puissant, les propriétaires de houillères restaient peu organisés, mal représentés au Parlement, et sans stratégie sauf pour s’opposer aux réformes préconisées par les syndicats de leurs ouvriers, par les philanthropes de la classe moyenne et les rénovateurs sociaux.

  • 34 R. L. Galloway, 1882, p. 85-86; H. F. Bulman et R. A. S. Redmayne, 1896, p. 222ff; S. Jevons, 1915, (...)
  • 35 R. Church, History, tableau 5.1 ; les premiers ingénieurs des mines étaient désignés comme des « vi (...)
  • 36 R. Church et Q. Outram, 1998, p. 27-31.

23Avec une industrie aussi dispersée, les rapports de production étaient sujets à des variations géographiques sensibles. La méthode de travail, l’étendue de la division des travailleurs, les modes de paiement, les systèmes de régulation des salaires, et même le vocabulaire concernant les outils et les techniques de travail quotidiens différaient de manière importante. Le mode de travail bord and pillar, jadis universel, dans lequel de petits groupes de mineurs de fond travaillaient presque indépendamment, fut remplacé peu à peu par des méthodes de « mur long » dans lesquelles le front de taille pouvait s’étendre sur 50 mètres et quelquefois beaucoup plus. Le rythme du changement différait selon les districts de telle sorte qu’à la fin du XIXe siècle le bord and pillar était une technique associée au secteur le plus lent à se convertir au « mur long », c’est-à-dire le Nord-Est34. Peut-être à cause de la plus grande échelle de production au Nord-Est, où le rendement moyen par houillère était presque le double de la moyenne nationale en 1860, ou peut-être à cause de la mise en place d’un corps d’ingénieurs des mines professionnels, la division du travail en sous-sol était plus développée dans ce secteur qu’ailleurs35. Et encore, en association probable avec la grande échelle de production et aussi peut-être avec le développement plus ancien de la direction des mines, le butty system, une forme de sous-traitance interne, largement en usage dans de nombreux bassins miniers de l’intérieur, était inconnu au Nord-Est36. Les systèmes de paiement étaient partout complexes et nulle part identiques.

24Là où s’appliquait le butty system les travailleurs étaient habituellement payés par le porion, et non directement par la compagnie minière. Les mineurs de fond, qui travaillaient en petits groupes, comme dans beaucoup de systèmes bord and pillar, se partageaient souvent la paie attribuée en bloc au groupe, mais d’autres mineurs du front de taille étaient payés individuellement. Les mineurs de fond étaient normalement payés à la tâche, et les mineurs de surface selon un tarif horaire. Mais les dispositions concernant les autres travailleurs différaient énormément. Dans certaines houillères un montant élaboré d’« appointements » pour diverses difficultés du travail était versé aux mineurs de fond, quelquefois selon des listes établies de travail à la tâche, quelquefois suivant le bon vouloir de la direction. Un système tout aussi élaboré de « retenues » existait quelquefois, couvrant les déductions du salaire pour des articles tels que les bougies et les explosifs, pour l’affûtage des pics, etc. (beaucoup de mineurs de fond devaient fournir leurs propres outils), pour des contributions faites au médecin de la mine, à un fonds de secours ou à un club d’aide aux malades.

  • 37 M. J. Daunton, 1980.
  • 38 S. Jevons, 1915, p. 331-364; A. J. Taylor, 1960; J. Benson, 1980, p. 64-80; R. Colls, 1987, p. 45-5 (...)
  • 39 Newcastle-upon-Tyne, Bell.

25Dans quelques secteurs (et le Durham était le comté le plus concerné), des employés, habituellement des mineurs de fond mariés, recevaient un cottage ou une maison à loyer gratuit comme partie de leurs gains, ou une indemnité ; dans d’autres secteurs, le loyer de la maison fourni par la houillère était déduit de la paie, et dans d’autres encore, par exemple en Galles du Sud, les mineurs devaient s’arranger pour trouver et payer leur logement sur le marché libre37. Avant l’abolition de l’annual bond les mineurs du Nord-Est recevaient une sorte de garantie stipulant que soit le travail leur serait disponible, soit qu’un salaire de compensation leur serait versé. Toutes ces pratiques allaient de pair avec un jargon de spécialiste, souvent empreint de variations régionales prononcées : bord and pillar par exemple, était une expression du Durham ; dans d’autres parties du pays le système était connu sous la dénomination de bord and pillar, pillar and stall ou stoop and room38. Il n’est pas étonnant qu’en 1849, G. C. Greenwell, un ingénieur des mines, ait publié un « Glossaire des termes utilisés dans les métiers du charbon dans le Northumberland et le Durham »39.

  • 40 R. Colls, 1987, chapitre 5.

26Il n’est pas surprenant que les relations entre propriétaires de houillères et mineurs aient été mitigées. Il y avait non seulement des variations régionales marquées, mais aussi des différences dans l’approche du management selon la taille de l’entreprise et même selon la couleur politique des propriétaires. Néanmoins, les propriétaires de mines au milieu du XIXe siècle avaient coutume de considérer leurs hommes comme des « Anglais libres de naissance » c’est-à-dire des hommes qui avaient des droits reconnus et étaient capables de se défendre. Étant l’un des plus grands groupes de travailleurs, les mineurs de charbon montraient une volonté et une résolution marquées pour mettre en place leurs organisations et ce depuis le milieu du XVIIIe siècle. Les syndicats de mineurs étaient directement issus des traditions antérieures de sociétés d’amis et de clubs d’aide aux disparus. Ils furent très conditionnés par les idées politiques qui circulaient en Angleterre en provenance de France après 1789. Il y eut des règlements de comptes épiques entre direction et syndicats d’ouvriers. Les premières luttes des mineurs du Nord-Est pour rejeter l’engagement à l’année, le contrat annuel grâce auquel les capitalistes du charbon s’assuraient leur réserve de main-d’œuvre, furent traitées de jacobines et efficacement réprimées par la gentry des comtés, avec l’approbation de la hiérarchie anglicane40. Les mineurs se firent très tôt, dans l’opinion des classes dirigeantes, une réputation de violence émeutière, réputation renforcée par des comptes rendus tels que celui du Times de Londres du 14 février 1821 :

  • 41 The Times (Londres), 14 février 1821, p. 3, colonne e.

« ÉMEUTE FATALE DANS LE SHROPSHIRE. Les troubles parmi les mineurs de ce comté ont entraîné de fatales conséquences. Du fait de la réduction [des prix] du fer et du marasme commercial, les salaires des travailleurs furent réduits de 6 pence par jour. Le mécontentement se manifesta aussitôt ; et un vaste groupe d’hommes marcha vers Madeley-Wood, Dawley, etc., arrêta toutes les usines, endommagea et détruisit les machines, et força les travailleurs à se joindre aux émeutiers. Une semaine avant vendredi, il devenait absolument nécessaire d’appeler les deux escadrons de cavalerie de Wellington… et ils firent disperser un groupe d’environ 3 000 émeutiers, rassemblés près de la Old Park Iron Works, à trois miles de Wellington… La cavalerie fut forcée de faire usage de ses armes à feu : un homme fut tué sur le coup, beaucoup furent blessés, certains gravement dont deux sont décédés depuis… Des jugements d’homicide justifié furent rendus pour les tués ou les morts par blessures. Certains des mineurs ont repris le travail jeudi dernier. »41

27Dans les années 1840, on diabolisait encore les premiers mouvements de grève des mineurs britanniques en les traitant de jacobins, de radicaux et de chartistes. Malgré l’abrogation des Combination Acts en 1824, ni l’appareil d’État de Westminster, ni les propriétaires de mines et les forces de l’ordre provinciales n’étaient préparés à faire face aux vigoureuses organisations de travailleurs. Cependant, les mineurs de leur côté ne donnaient aucun signe de renoncement à leurs ambitions de former des vrais syndicats. Le premier des syndicats de mineurs « de comté » à connaître une existence de longue durée, la South Yorkshire Miners’ Association, fut formé en 1858 et des essais d’organisation au plan national se matérialisèrent dans la décennie 1860. Cependant, les propriétaires de mines et leur encadrement n’entrèrent pas dans ces conflits avec l’idée de changer la façon dont les mineurs s’acquittaient de leur tâche quotidienne au front de taille. Les points de dispute étaient plutôt le prix du travail et la longueur de la journée de travail. À la suite des ingénieurs des mines, les mineurs de la Grande-Bretagne victorienne réussirent à rester maîtres de leurs coutumes de travail d’une façon remarquable. Tant qu’ils engrangeaient les avantages matériels en termes de quantités produites, les propriétaires toléraient que le contrôle sur le processus de production reste entre les mains des travailleurs.

28L’assurance toujours plus grande des experts bourgeois, des scientifiques, et des réformateurs sociaux commença à avoir une influence significative sur l’État de Westminster au début du XIXe siècle. Une réglementation nationale de base pour les mines en sous-sol fut établie à partir de 1842, où le Mines Act exclut les femmes du travail au fond, et en 1850 qui vit les débuts du Mines Inspectorate, mis en place en réponse à la série de grands désastres miniers de la décennie 1840. Les projets de loi en vue d’assurer la sécurité dans les mines se succédèrent devant le Parlement tout au long du XIXe siècle. Avec le vote du Coal Mines Act global en 1911, l’encadrement technique interne de l’activité minière devint le plus réglementé du pays, à l’exception peut-être celui de la Marine marchande.

29En 1860, les mineurs obtinrent le droit statutaire d’élire leur propre inspecteur, le « peseur-vérificateur », pour évaluer le poids de charbon qu’ils avaient sorti et dont dépendait la paie des salariés à la pièce. Il semble que le Yorkshire fut l’œil du cyclone de la bataille prolongée que menèrent les syndicats de mineurs pour les peseurs-vérificateurs. Elle fut associée aux campagnes en faveur du paiement des piqueurs au poids et non au volume, et pour l’abolition du « troc », l’habitude de payer les salaires en nature, non en argent. En soi, le paiement à la « mesure » c’est-à-dire au volume, plutôt qu’au poids n’était pas nécessairement défavorable aux piqueurs. Ce sont plutôt les possibilités que donnait ce système à la direction pour esquiver et tricher au détriment des piqueurs qui précipita l’agitation en faveur du paiement au poids et des peseurs-vérificateurs. En dépit de tentatives répétées de la part des propriétaires de s’opposer à telle ou telle atteinte à leurs prérogatives, l’État de Westminster continua de soutenir l’institution du peseur-vérificateur. D’autres lois furent votées entre 1872 à 1905 pour renforcer la position du peseur-vérificateur.

  • 42 S. et B. Webb, 1920, p. 289-291, p. 453 ; F. Machin, 1958, p. 165-168 ; J. A. Jaffe, 1991, p. 192-1 (...)

30Le peseur-vérificateur devint le fondement du syndicalisme minier, car il était le seul à détenir le double droit d’être présent à la mine et de ne pouvoir être licencié par la direction. Quoique cet aspect du problème ait été souvent répété depuis que les Webb ont attiré l’attention sur lui, nous pensons que le paiement au poids, l’institution du peseur-vérificateur et l’abolition du troc ont une portée plus grande, à savoir que ces changements reflètent la reconnaissance par les propriétaires que les mineurs sont des hommes qui ont des droits dans un cadre contractuel. Kula, dans son analyse de l’agitation pour des poids et mesures statutaires et uniformes à la fin du XVIIIe siècle en France sous le mot d’ordre « un roi, une loi, un poids, une mesure », l’interprète comme un aspect de la lutte contre la féodalité. À l’identique, nous voyons la lutte pour le paiement au poids, le pesage et l’abolition du troc comme une lutte contre les derniers vestiges du capitalisme agraire, basé sur une relation inégale entre logeur et locataire, maître et serviteur, et son succès en tant que changement vers le capitalisme de compétitivité basé sur la loi du contrat. En 1870 les employeurs miniers étaient prêts à se soumettre à des procédures d’arbitrage pour fixer les salaires sur un pied d’égalité avec leurs employés42.

  • 43 R. P. Arnot, 1949, p. 219-53; H. A. Clegg, A. Fox et A. F. Thompson, 1964, p. 106-111.

31La diversité des usages et des conditions de travail dans les industries charbonnières du Royaume-Uni rendit les tractations collectives très difficiles sur le plan national. Cependant, vers la fin des années 1880, les syndicats des mineurs étaient assez puissants pour se passer de leurs alliés réformistes bourgeois au Parlement et poursuivre leurs objectifs par la discussion collective soutenue par les menaces crédibles de grèves étendues, sinon encore nationales. En 1893, quand la Miners’Federation of Great Britain (MFGB) lança une grève sur tous les bassins miniers de l’intérieur, le premier ministre W. E. Gladstone en personne intervint pour imposer un accord en faveur des mineurs sur les propriétaires43.

  • 44 R. Church et Q. Outram, 1998, p. 100-108.

32Ce ne fut qu’en 1912 qu’un élément de discussion collective nationale fut atteint quand la MFGB obtint un accord sur un salaire minimum national. Mais même dans ce cas, la MFGB dut reconnaître une palette de salaires minimum différents, un pour chaque district. Au sein de la MFGB, l’établissement de la solidarité par-dessus les districts avait été un long et pénible processus et demandait des remises au point continuelles. Pour résumer une histoire complexe d’affiliation, désaffiliation, admission ou suspension, l’entrée des Galles du Sud à la MFGB ne se produisit qu’en 1899, celle du Northumberland qu’en 1907 et celle du Durham qu’en 1908. Bien que les divergences entre ces districts et la MFGB soient souvent présentées comme avant tout idéologiques, les différends avaient aussi leurs racines dans de nettes différences d’intérêt matériel, elles-mêmes issues de circonstances économiques diverses et de relations de production vécues différemment par les syndicats du comté et de la région44.

Conclusion

33Le roi Charbon a été un pouvoir dans le pays depuis la crise du combustible à l’époque élisabéthaine jusqu’à la conversion de l’économie britannique au pétrole, au gaz et à l’énergie nucléaire à la fin du XXe siècle. Tout comme la monarchie de Grande-Bretagne s’est transformée à plusieurs reprises au cours des siècles, il en a été de même pour le roi Charbon. À l’époque élisabéthaine, le roi Charbon était un prince subalterne, accroissant la richesse et le pouvoir de la gentry qui s’était octroyée des terres productrices de charbon à partir de la vente de propriétés ecclésiastiques et de celles des seigneurs plus importants, spirituels et temporels, qui avaient réussi à garder les leurs. Au XVIIIe siècle le roi Charbon était un prince marchand, qui dominait le commerce du combustible pour Londres. Au XIXe siècle, le roi Charbon était devenu un capitaliste industriel et c’est son pouvoir d’employeur, non son pouvoir de marchand ou de propriétaire terrien, que le Parlement chercha à limiter et à contrôler. Mais à cette époque le pouvoir hégémonique n’existait qu’au niveau local, dans les villages miniers, et non dans les villes et cités importantes, et il n’avait qu’une influence limitée au Parlement national. À cet égard, le roi Charbon n’était pas une monarchie unifiée, et ressemblait plutôt à une marqueterie de principautés, duchés, baronnies, margraviats et évêchés mineurs tels qu’on en voit sur la carte de l’Allemagne antérieure à l’unification.

34Les obstacles à l’unification étaient légion. La diversité des conditions qui avaient cours dans les régions et les localités était imposante. Les bassins houillers, nombreux, géologiquement différents, étaient exploités selon diverses techniques, par un personnel ouvrier et directionnel qui avait une forte identité régionale et, à vrai dire, locale. Il utilisait différentes techniques et recevait des salaires de niveaux disparates fixés selon des accords et des coutumes régionaux et locaux. Les bassins houillers régionaux alimentaient des marchés différents qui toutefois se superposaient en partie, et faisaient des bénéfices de niveaux très variables. Les forces d’intégration étaient peu nombreuses. Les chemins de fer apportèrent un certain degré d’intégration au marché britannique du charbon. L’intervention de l’État national exigea la conformité à certaines pratiques, procédures et normes définies au plan national. La mobilité de bassin à bassin des mineurs et des ingénieurs apporta une certaine familiarité avec les usages qui s’appliquaient ailleurs, mais très peu d’homogénéisation culturelle. La MFGB mena un mouvement de négociations nationales sur les salaires qui ne s’acheva qu’en 1917. Ce n’est qu’à ce moment-là, avec la réquisition par l’État de l’ensemble de l’industrie pour l’orienter vers l’effort de guerre, qu’une industrie charbonnière « britannique » vit le jour et que le « roi Charbon » connut l’unification mais fut fermement assujetti aux besoins de l’État.

Bassins houillers, villes principales, et fleuves navigables, aux environs de 1700
tiré de John HATCHER, The History of the British Coal Industry, I: Before 1700: Towards the Age of Coal, Clarendon Press, Oxford, 1993

Bassins houillers, villes principales, et fleuves navigables, aux environs de 1700tiré de John HATCHER, The History of the British Coal Industry, I: Before 1700: Towards the Age of Coal, Clarendon Press, Oxford, 1993

Notes

1 Les données pour les années fiscales 1980-83 et 2003 de la UK Coal Authority, Summary of Coal Production and Manpower from 1947, The Coal Authority, Mansfield, 2004, sont disponibles en ligne à http://www.coal.gov.uk/media/AED3C/Coal%20Production%20since%2047.pdf (données consultées le 22 novembre 2004).

2 J. Hatcher, 1993, p. 5.

3 The Oxford English Dictionary, s.v. « sea-coal ».

4 J. U. Nef, 1932, I, p. 156-64; Hatcher, 1993, p. 31-44.

5 W. Shakespeare, 2 Henry IV, II, i, 95; Hatcher, 1993, p. 39.

6 Par exemple, K. Marx et F. Engels, « Guizot, Pourquoi la révolution d’Angleterre a-t-elle réussi ? Discours sur l’histoire » in K. Marx et F. Engels, Collected Works, vol. 10, London, Lawrence & Wishart, 1978, p. 251-6, d’abord publié dans la Neue Rheinische Zeitung Politisch-ökonomische Revue, n°. 2, 1850 ; Nef, op. cit., p. 133-56, p. 319-29 ; J. Hatcher, op. cit., p. 271sq.

7 J. U. Nef, 1932, p. 266-9.

8 J. Hatcher, 1993, p. 187-91.

9 J. Hatcher, 1993, p. 47sq.

10 N. K. Buxton, 1978, p. 15.

11 M. W. Flinn, 1984, p. 5-29.

12 M. W. Flinn, 1984, p. 14-18, 180-189.

13 N. K. Buxton, 1978, p. 56.

14 B. R. Mitchell, 1984, tableau 2.1.

15 A. Guy, 2003, p. 8-22.

16 Les avancées technologiques sont analysées par R. Church, 1986, chap. 4, p. 311-385. Les causes de la baisse apparente de productivité à la fin du XIXe siècle ont suscité bien des débats, analysés par R. Church, 1986, p. 471-496. Church montre que la baisse apparente de productivité résulta d’une baisse du nombre d’heures de travail par an ; si on prend ce facteur en compte, il semble que la productivité horaire se soit élevée des années 1840 à 1870, mais ait stagné ensuite au moins jusqu’en 1913.

17 B. R. Mitchell, 1894, p. 109-121.

18 P. M. Sweezy, 1938; J. A. Jaffe, 1984, p. 74-104 et 1991, p. 42-47.

19 M. W. Flinn, 1984, p. 267 ; A. R. Griffin et C. P. Griffin, 1973, p. 95-121 ; R. Cawley, 1984.

20 M. W. Kirby, 1977, p. 8-10.

21 L’expression est de D. Egan, 1987.

22 R. A. Church et Q. Outram, 1998, p. 132-158; M. J. Daunton, 1980, p. 143-175.

23 É. Halévy, Histoire du Peuple Anglais au XIXe Siècle, Paris, Hachette, 1912-1947 ; R. Moore, 1974, p. 222 ; P. Joyce, 1982, p. 176 ; Le point de vue de Joyce est soutenu par Church et Outram, 1998, p. 140-141 et par H. Beynon et T. Austrin, 1994, p. 191-192 ; J. A. Jaffe, 1991, p. 120-148, conteste aussi que l’évangélisme ait été un « agent de soumission ou de compromis » en soulignant que c’était la religion d’une « nette minorité des bassins charbonniers, et que sa relation avec les premiers mouvements ouvriers était à la fois pragmatique et éphémère » (p. 120).

24 A. V. John, 1984, p. 72-90. Depuis cet article on a porté plus d’attention à la fois à la « sphère domestique » de la vie des femmes et à leur participation à l’action publique dans les communautés minières ; les exemples incluent : C. Williams, 1998, p. 62-69 ; H. Beynon et Y. Austrin, p. 154-184 ; C. Baylies, 1993, p. 104-106, p. 109-111. G. Carr’s, 2001.

25 Benwell Community Project, 1979.

26 M. J. Daunton, 1977, p. 4-7.

27 M. J. Daunton, 1977, p. 155.

28 En 1891 30,1 % des habitants des Galles et Monmouthshire de plus de 2 ans ne parlaient que le gallois et 23,9 % de plus étaient bilingues en gallois et en anglais ; 45,0 % ne parlaient que l’anglais. En 1901, 15,1 seulement des plus de 3 ans étaient gallophones unilingues ; 34,8 % de plus étaient bilingues, et 49,8 % étaient des anglophones unilingues. (Census of England and Wales: 1901, General Report, p. 165). Voir Brinley, 2000, p. 81-99.

29 Census of England and Wales, Summary Tables : tableau XLVI, pays de naissance.

30 Sur les Irlandais dans les Galles du Sud, voir P. O’leary (ed.), 2004.

31 H. S. Jevons, 1915, p. 286-287.

32 R. Church, 1986, p. 122-124.

33 Ici et ici seulement l’expression « coal owner » a son sens littéral : « gens qui possédaient le charbon ». Dans l’usage courant, et ailleurs dans cet article, « coalowners » signifie « propriétaires de houillères » et non propriétaires du charbon lui-même.

34 R. L. Galloway, 1882, p. 85-86; H. F. Bulman et R. A. S. Redmayne, 1896, p. 222ff; S. Jevons, 1915, p. 206-209; J. W. F. Rowe, 1923, p. 58, 60; J. Hatcher, History, p. 201-209; M. W. Flinn, 1984, p. 82-90; R. Church, 1986, p. 328-340.

35 R. Church, History, tableau 5.1 ; les premiers ingénieurs des mines étaient désignés comme des « visionneurs » ; un corps professionnel de tels hommes existait longtemps avant 1830 dans le Nord-Est ; R. Church, 1986, 409-415 ; M. J. Daunton, 1981, p. 578-597.

36 R. Church et Q. Outram, 1998, p. 27-31.

37 M. J. Daunton, 1980.

38 S. Jevons, 1915, p. 331-364; A. J. Taylor, 1960; J. Benson, 1980, p. 64-80; R. Colls, 1987, p. 45-51, p. 64-100; M. W. Flinn, 1984, p. 349-361; R. Church, 1986, p. 259-274, p. 17-423, p. 556-582.

39 Newcastle-upon-Tyne, Bell.

40 R. Colls, 1987, chapitre 5.

41 The Times (Londres), 14 février 1821, p. 3, colonne e.

42 S. et B. Webb, 1920, p. 289-291, p. 453 ; F. Machin, 1958, p. 165-168 ; J. A. Jaffe, 1991, p. 192-195 ; R. Church, 1986, p. 684-685, p. 702-704 ; W. Kula, 1986 ; P. D. Bougen, S. G. Ogden et Q. Outram, 1990, p. 149-170.

43 R. P. Arnot, 1949, p. 219-53; H. A. Clegg, A. Fox et A. F. Thompson, 1964, p. 106-111.

44 R. Church et Q. Outram, 1998, p. 100-108.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. L’industrie charbonnière britannique 1700-1913, Production, exportations, emplois
Légende N.B. : ‘..’ indique que les données sont indisponibles. Les données concernent le Royaume-Uni, et non la Grande-Bretagne, sauf indication contraire ; la production de charbon, les exportations nettes et l’emploi irlandais ont toujours été négligeables. Production : la discontinuité entre la série de Flinn pour la période qui va jusqu’à 1830 et la série de Church depuis 1830 n’est pas significative, le premier estimant la production à 30,4 millions de tonnes en 1830 et Church à 30,5 millions de tonnes. Les taux de croissance sont donnés pour la période depuis l’année précédente indiquée et sont des taux moyens combinés. Les exportations sont nettes des importations et excluent le charbon transporté dans les soutes à carburant ; les transports vers l’Irlande sont exclus ; les estimations pour 1775 et 1800 sont des moyennes des estimations données par la source pour 1770-1774 et 1775-1779, 1795-1799 et 1800-1804, respectivement, l’estimation portée à l’année 1815 est pour 1816-1819 ; les données de l’emploi données pour 1800 concernent 1801 ; les données de l’emploi portées à 1831-1913 excluent les propriétaires, agents, etc.Sources : Production 1700-1830, Flinn, History, Tableau 1.2; Production 1831-1913, Church, History, Tableau 1.12. Exportations: avant 1830, Flinn, History, Tableau 7.9; 1830-1913, Church, History, Tableau 1.7; Emploi, Mitchell, Economic Development, Tableau 5.3; Church, History, Tableau 3.1 et 3.11
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 2. Lieux de naissance des habitants de Glamorgan, Galles du Sud, 1851 et 1901
Légende Sources : Censuses of England and Wales, 1851 and 1901, birthplaces tables
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Bassins houillers, villes principales, et fleuves navigables, aux environs de 1700tiré de John HATCHER, The History of the British Coal Industry, I: Before 1700: Towards the Age of Coal, Clarendon Press, Oxford, 1993
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

Auteurs

Université de Leeds

Université de Westminster

Jacques Tourrel (Traducteur)
Xavier Daumalin (Traducteur)
Olivier Raveux (Traducteur)

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540