Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires européens du charbon

 | 
Xavier Daumalin
, 
Sylvie Daviet
, 
Philippe Mioche

Avant-propos

Sylvie Daviet et Philippe Mioche

Texte intégral

1À la charnière des XXe et XXIe siècles, la problématique du charbon en Europe s’est profondément transformée. À l’ouest, l’expiration du traité CECA le 23 juillet 2002 met un terme à l’Europe du charbon et de l’acier. À l’est, la fin du communisme remet en cause l’exploitation volontariste des ressources, désormais conditionnée par les lois du marché et une réduction drastique de la main-d'œuvre. Le déclin du charbon européen se confirme sauf nouveau rebondissement des équilibres énergétiques. Le nombre de bassins et de pays producteurs s’amenuise au fil des décennies. L’exploitation a pris fin aux Pays Bas en 1974, en Belgique en 1992. En France, elle s’achève en 2003 et 2004 avec la fermeture des bassins de Provence et de Lorraine. Le minerai noir, indissociable de la révolution industrielle européenne, occupe à présent une place marginale dans les bilans énergétiques. Ce moment clôt une histoire de près de trois siècles qui a profondément marqué le territoire européen. C’est aussi un temps fort pour les chercheurs en sciences humaines et sociales interpellés par ces mutations.

  • 1 « Un bassin minier en Europe : Gardanne », Aix-en-Provence, 21-23 octobre 2004.
  • 2 « Le bassin minier des Bouches-du-Rhône », Industries en Provence. Dynamiques d’hier et d’aujourd’ (...)

2Au sein de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, le laboratoire TELEMME a souhaité prendre la mesure de ce tournant en organisant un colloque international1 dont le présent ouvrage réunit l’essentiel des contributions. Dans une approche pluridisciplinaire, celles-ci ont croisé les apports de l’histoire à ceux de la géographie, de l’économie ou de la sociologie pour l’étude du temps présent. Cette manifestation était non seulement l’occasion d’une démarche comparative, confrontant des recherches conduites dans un ensemble varié de pays et de bassins, elle était aussi l’opportunité d’associer aux débats académiques le témoignage de mineurs, de syndicalistes, et l’intervention de professionnels ou d’associations tournés vers les questions de mémoire et de patrimoine. Simultanément, d’autres publications ont contribué à mieux faire connaître l’histoire du bassin provençal et ses spécificités2.

3À travers les actes de ce colloque, nous entendons nous intéresser à la dynamique de cette histoire minière européenne, à ses héritages comme aux bouleversements qui naissent de sa disparition. Le passé, le présent, tout comme le devenir des territoires après l’exploitation, sont au cœur de notre réflexion. Notre entrée par les territoires résulte d’un choix scientifique. Le passage du concept d’espace à celui de territoire indique, en effet, un changement de sens : il s’agit pour nous de scruter un espace approprié et construit par les sociétés. La rencontre entre société, espace et activité est aussi source d’identité et de culture. Ainsi, au-delà des dimensions politiques, économiques, sociales et culturelles qui tissent l’histoire de cette Europe du charbon, notre entrée par les territoires ouvre le champ scientifique à l’espace vécu, aux questions de mémoire et de patrimoine.

4La première partie de l’ouvrage est consacrée au développement des territoires du charbon. Les sept communications qui illustrent ce thème s’appuient sur le cas emblématique du Royaume-Uni (N. Fishman, Q. Outram), celui des Asturies représentant le plus grand bassin espagnol (G. Chastagnaret) et celui de Gardanne, aux portes de Marseille, illustrant un petit bassin longtemps ignoré de l’historiographie française (X. Daumalin, O. Raveux). Plongeant leurs racines dans les XVIIIe et XIXe siècles, ces exemples témoignent de l’évolution de l’exploitation d’un stade artisanal à un stade industriel, marqué par le regroupement des concessions minières et la mécanisation des opérations de production. Le charbon est alors au cœur des économies régionales ; il participe au développement de nouvelles activités, à la construction des paysages et des sociétés minières. C’est autour des puits que s’organise la construction des logements, des équipements, la vie associative et culturelle. Deux communications se concentrent sur la construction des univers politiques et syndicaux, dans la sphère des courants socialistes et communistes, au cœur du XXe siècle. Elles soulignent la place des mineurs dans la vie municipale (R. Mencherini) et dans les représentations du mouvement ouvrier où la figure idéalisée du mineur est concurrencée par celle du docker dans l’incarnation des luttes prolétariennes (J.-C. Lahaxe). Les mineurs constituent durablement une « aristocratie ouvrière » et leurs épouses – dont les sources parlent peu – sont connues par les dictons comme « femmes de seigneurs ». Deux autres contributions mettent l’accent sur la modernisation des techniques d’exploitation, tout particulièrement après la Seconde Guerre mondiale. Dans une période marquée par la nationalisation des charbonnages, notamment en France, les nouvelles entreprises améliorent considérablement les performances, la sécurité et les conditions sanitaires du travail (M.-.F. Cornus, J.-L. Escudier). Les exploitations de la fin du XXe siècle, toujours plus profondes, témoignent d’une innovation technique et sociale qui contraste vigoureusement avec les conditions dramatiques qui prévalaient un siècle plus tôt. Les pages admirables d’Émile Zola dans Germinal sont heureusement datées mais continuent de hanter les représentations. Au cours de ce second XXe siècle, l’évolution des rendements et de la productivité relève toutefois d’une approche plus sélective des veines au sein des gisements, rappelant que les contraintes géologiques et la qualité des charbons demeurent des paramètres incontournables, facteurs de la diversité des sites et des bassins. L’électricité devient le débouché essentiel du charbon et les différentes générations de centrales s’imposent comme l’élément le plus massif du paysage (P. Mioche).

5Il s’agit pour nous de mettre en lumière ce que la croissance européenne doit au charbon. De 1850 à 1950 en particulier, le charbon a porté les industrialisations et permis l’aventure du chemin de fer. Si le continent européen a joué un rôle dans la croissance mondiale, c’est bien grâce à lui. Autour des mines se sont construits de grands bassins industriels, fixant des populations venues de tout le continent puis des rivages méditerranéens, brassant les cultures dans un creuset désormais marqué par des conditions de vie communes. Les chevalements et les terrils sont les signaux irréductibles de cet héritage. Ils sont inséparables de territoires sociaux faits de corons et de sociabilités originales. Ce vécu a été aussi la matrice d’un syndicalisme pionnier dont le rayonnement s’est étendu sur tout le continent. Ce formidable élan a un coût élevé pour les mineurs. Leur histoire est ponctuée de drames comme à Courrières, 1 099 morts officiellement, le 10 mars 1906 ; à Marcinelle, près de Charleroi en Belgique, le 8 août 1956 où 262 hommes de nationalités différentes dont 136 Italiens et 95 Belges ont disparu ; à Gardanne, le 25 février 1969, où un « coup de toit » a fait 6 victimes… Partout et tout le temps, quand les secours s’organisent naissent des solidarités qui soudent les communautés. Les grandes croissances ont été cher payées, par les hommes d’abord, par l’environnement ensuite.

6Le charbon avait bien servi l’Europe quand sont venues les catastrophes des deux guerres mondiales. Le combustible minéral pouvait presque songer à sa fin de cycle, lorsqu’il lui a fallu livrer, après 1945, de nouvelles batailles. Dans une Europe désormais coupée en deux par le « rideau de fer », le déficit énergétique était tel qu’une décennie durant – comme le sursaut des technologies obsolètes – le charbon est devenu un enjeu majeur des relations internationales. Le charbon et l’acier sont apparus comme une espérance. Ceux qui cherchaient l’Europe ont pensé que l’Europe pouvait se faire avec eux. Issu de la déclaration Schuman, le traité de Paris en 1951 instaure une méthode concrète de la construction européenne. Mais, à peine mis en place, la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier est confrontée à un processus qu’elle ne peut maîtriser. Les États fondateurs, tout en s’engageant dans l’aventure commune, pratiquent des stratégies différentes en développant d’autres sources d’énergie. L’hégémonie économique américaine et la diminution drastique des coûts du fret favorisent l’importation massive de pétrole et de charbons extra-européens. Dès 1956, la production européenne s’essouffle et les mines entament un long processus de déclin. Le destin du combustible se sépare de celui de l’acier.

7C’est précisément avec la crise et le déclin des charbonnages qu’a pris forme le concept de reconversion, dès l’entre-deux-guerres au Royaume-Uni. Le pays précurseur de la Révolution industrielle est plus que tout autre marqué par le poids du charbon avec 1 million de mineurs à la veille de 1914. Dès le lendemain du premier conflit mondial, la crise britannique révèle que le charbon n’a plus la position unique qu’il occupait autrefois. Et, pour reprendre l’expression d’André Siegfried (1931) : « la carte du chômage est approximativement la carte du charbon ». Adoptées en 1934, les premières mesures d’aide à ces zones critiques (special areas) inaugurent un long processus de reconversion qui ne cessera de se renouveler et s’étendra, au cours des années 1950, aux pays charbonniers de l’Europe des six. Le concept de reconversion s’est par la suite étendu, à travers l’Europe, aux régions sidérurgiques comme à l’ensemble des vieilles régions mono-industrielles en difficulté.

8Les sept communications consacrées au thème des reconversions permettent d’aborder les différentes échelles du processus : l’échelle européenne avec le rôle de la CECA (M. Carbonell), l’échelle nationale soulignant le rôle des États et l’échelle locale marquant la spécificité des configurations territoriales, à travers de nombreux exemples pris en Allemagne (Ruhr et nouveaux Länder) et en France (Nord-Pas-de-Calais, Lorraine et Centre-Midi). Les travaux ont porté sur des problématiques variées telles que l’évolution socio-économique des bassins (J.-F. Eck), la mutation des paysages (M. Deshaies), les conditions politiques et syndicales des fermetures qui marquent le temps des désillusions (J. Domenichino, J.-M. Guillon). Ils mettent en évidence des bilans nuancés, voire des trajectoires divergentes, relevant les dysfonctionnements (J. Garnier, C. Lanciano-Morandat), ou même les échecs dans les actions engagées (A. Boscus). Avec la généralisation des mutations industrielles, le concept de reconversion – au sens originel de substitution d’activités – tend à s’effacer, au profit d’une approche plus globale du redéveloppement des territoires (S. Daviet).

  • 3 Décision n° 3632/93/CECA de la Commission.
  • 4 Règlement (CE) n° 1407/2002 du Conseil.

9De cet ensemble de communications, on retiendra quelques idées fortes. L’Europe, à travers la CECA puis l’Union Européenne, a accompagné le déclin du charbon plus qu’elle n’a suscité de véritable politique charbonnière et énergétique commune. Impuissantes face aux positions divergentes des États, les institutions européennes ont aussi varié dans leurs recommandations. Avec l’adoption du marché unique, les aides nationales à la production charbonnière ont été de plus en plus controversées et le discours communautaire est devenu plus dépendant du marché. Considérant que la plus grande partie de la production de charbon communautaire était non concurrentielle, la Commission a estimé que seules des raisons sociales et régionales pouvaient prolonger la vie des bassins et justifier un report de leur fermeture3. Quelque neuf ans plus tard, le 23 juillet 2002, un nouveau règlement est intervenu4, faisant apparaître des positions plus souples intégrant de nouveaux paramètres. Prenant acte des risques géopolitiques, le livre vert intitulé Vers une stratégie européenne de sécurité d’approvisionnement énergétique reconnaissait notamment le rôle important du charbon en tant que source d’énergie indigène, l’intérêt de la technologie européenne en matière d’extraction et de combustion propre du charbon, et la nécessité de promouvoir les énergies renouvelables. En 2003 et 2004, la France fermait ses derniers puits en Provence et en Lorraine, sans aucune considération pour les perspectives offertes par le livre vert, comme pour illustrer les contradictions entre l’Union et les États, et la complexité des intérêts en jeu.

10Le rôle des États est resté déterminant, tant dans les orientations stratégiques en matière énergétique que dans les modalités de reconversion. Au cours des années 1980, le Royaume-Uni a adopté, face au charbon, une démarche essentiellement économique, affectant la vie de nombreuses communautés minières, tandis qu’en France et en Allemagne occidentale, le choc des reconversions a davantage été amorti par des mesures sociales. Le coût humain des restructurations est plus élevé encore dans les nouveaux territoires de l’Union, en Allemagne orientale ou en Pologne qui depuis le 1er mai 2004 est le principal État charbonnier de l’Europe élargie. La diversité des chronologies et des contextes dans les processus de déclin et de fermeture est donc source de fortes disparités régionales, opposant ici de jeunes chômeurs contraints de s’exiler pour trouver un avenir et là de jeunes retraités contraints de faire le deuil d’un univers révolu dans une atmosphère de relative paix sociale. La fréquence des dépressions, des divorces ou de l’alcoolisme vient alors rappeler une évidence : l’importance du travail dans la structuration des individus.

11En matière de reconversion, le rôle des États tend toutefois à s’affaiblir devant la montée en puissance des institutions régionales et locales sur l’économie territoriale. Si de nombreux « pays noirs » se sont tournés dans un premier temps vers l’industrie automobile comme activité pourvoyeuse de nouveaux emplois, certains se sont tournés plus directement vers les nouvelles technologies passant outre les ruptures techniques et sociales, d’autres encore fondent aujourd’hui leurs espoirs dans l’essor du tourisme, des activités de loisir ou de valorisation du patrimoine. Mais les nouveaux secteurs ont du mal à tenir leurs promesses et la tertiarisation des économies n’apporte pas de solutions plus durables aux difficultés de l’emploi. Dans un contexte général de mutation des activités et de concurrence exacerbée des territoires, les cycles d’activité sont devenus plus courts et incertains et le statut de l’emploi s’est précarisé. Les bassins en reconversion tout particulièrement ont dû repenser et diversifier leurs systèmes de formation initiale, permettant aux femmes de s’insérer dans la vie active et aux jeunes d’accéder à l’enseignement supérieur. Les difficultés majeures se concentrent plus précisément sur les dispositifs de requalification des actifs et la reconversion des personnels.

  • 5 Voir par exemple, le programme Culture 2000 de l’Union européenne : « Mémoire de la mine et identi (...)

12Emblématique de l’histoire industrielle européenne, la reconversion des régions charbonnières modifie sensiblement la géographie du continent et l’appréhension des questions spatiales. Les grands bassins européens, qui ont dessiné la carte des foyers de peuplement aux XIXe et XXe siècles, sont aujourd’hui des pôles de dispersion démographique qui alimentent des flux vers les aires métropolitaines les plus dynamiques. Toutefois, les grands bassins doués d’infrastructures et d’une armature urbaine, ont mieux résisté que les petits territoires enclavés. Ces derniers sont plus facilement apparus comme des pôles de décroissance difficilement réversible, mettant en évidence des effets de seuil. La reconversion des paysages souligne un autre enjeu majeur des sociétés industrielles affectées par l’ampleur des dégradations environnementales : pollution de l’air, des sols, effondrements miniers, excavations, terrils… Autant de dommages impliquant une chirurgie réparatrice extrêmement coûteuse et le plus souvent à la charge des collectivités et des générations suivantes. Et pourtant ces sols défoncés, ces cheminées crachant, ces bâtiments noircis par le charbon étaient aussi source d’identité pour les sociétés minières dont la mémoire s’inscrit dans les paysages et dont l’identité se perd avec le paysage. La reconversion des paysages doit aussi prendre en compte les transformations sociales et mentales en préservant et valorisant des éléments de l’héritage antérieur. Il s’agit de permettre aux populations de faire leur deuil dans le respect de leur histoire. Au Royaume-Uni, en Belgique, en Allemagne, en France… les manifestations sont nombreuses, témoignant de cette volonté de préserver la mémoire et le patrimoine miniers5. Puisse cet ouvrage rendre hommage aux sociétés et aux territoires du charbon.

Notes

1 « Un bassin minier en Europe : Gardanne », Aix-en-Provence, 21-23 octobre 2004.

2 « Le bassin minier des Bouches-du-Rhône », Industries en Provence. Dynamiques d’hier et d’aujourd’hui, n° 11, décembre 2003. X. Daumalin, J. Domenichino, P. Mioche, O. Raveux, Gueules noires de Provence. Le bassin minier des Bouches-du-Rhône (1744-2003), Marseille, Éditions Jeanne Laffitte, 2005.

3 Décision n° 3632/93/CECA de la Commission.

4 Règlement (CE) n° 1407/2002 du Conseil.

5 Voir par exemple, le programme Culture 2000 de l’Union européenne : « Mémoire de la mine et identités culturelles en Europe ». Cf. : http://www.up.univ-mrs.fr/mines/accueil_fr.htm.

Auteurs

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540