Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Récits d'Occitanie

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jean-Noël Pelen

Comment les auteurs nissarts ont représenté leur dialecte

Rémy Gasiglia

Texte intégral

  • 1 Cf. Philippe Gardy, Langue et société en Provence au début du XIXe siècle : le théâtre de Carvin, (...)

1Nombreux sont les dictionnaires, grammaires et analyses dialectologiques qui ont été consacrés au dialecte nissart. En outre, les auteurs d’œuvres littéraires s’exprimant dans ce dialecte illustrent souvent, comme tous les écrivains occitans, la thématique linguistique1 et pratiquent parfois, comme tous les écrivains, la réflexivité du code. Aussi peut-il être intéressant de s’interroger sur la représentation qu’au cours des âges écrivains et érudits nissarts ont donnée de leur idiome. Cet examen, inévitablement superficiel vu l’abondance relative de la matière première, sera mené dans l’optique de l’histoire des idées et des mentalités plutôt que d’un point de vue strictement linguistique. Car :

  • 2 Robert Nicolaï, La Traversée de l’empirique, Essai d’épistémologie sur la construction des représe (...)

« une représentation, notion qui ne relève pas de la pertinence des études linguistiques « classiques », n’est pas quelque chose qui se trouve dans des « données », mais plutôt dans l’esprit des locuteurs… Et des descripteurs. »2

2De fait, si l’on peut aisément caractériser le discours métalinguistique consacré à la nature du nissart, l’on doit constater que le propos scientifique y cède souvent la place à un discours de type mytholinguistique et que rationalité et rêverie, objectivité et idéalisme interviennent tour à tour dans la manière dont les auteurs niçois rendent compte de la situation de leur idiome dans son habituel contexte multilinguistique.

Nature : le discours métalinguistique

  • 3 Raymond Féraud, La Vida de sant Honorat, légende en vers provençaux, Culture Provençale et Méridio (...)
  • 4 La Vida de sant Honorat, poème provençal de Raimond Féraud publié d’après tous les manuscrits par (...)
  • 5 Auguste Carlone, cité par A.-L. Sardou, « Notice sur l’auteur et sur son œuvre », op. cit., p. XI.

3À Nice, le discours métalinguistique sur le dialecte est aussi vieux que la littérature dialectale. Ils apparaissent ensemble en 1300. Dès le début de sa Vida de sant Honorat, Raymond Féraud écrit : « ma lenga non es/Del drech proensales » (ma langue n’est pas du véritable provençal)3. Il manifeste ainsi le sentiment de s’exprimer dans une langue qui, tout en se distinguant quelque peu de la koinê des troubadours, ne saurait cependant se définir en dehors de la langue d’oc. Il manifeste une conscience de l’originalité dialectale qu’en 1943 Ingegärd Suwe confirmera en relevant chez lui dix traits phonétiques et morphologiques qui montrent qu’« il n’a pu se soustraire à l’influence de la langue de son pays natal »4. Toutefois, pour l’essentiel, La Vida ne pose pas de problème de lecture à quiconque est familier des textes médiévaux occitans, si bien que certains critiques n’ont vu dans la déclaration liminaire de Féraud que « modestie affectée » et « coquetterie d’auteur »5. À partir de ces vers souvent cités, les jugements métalinguistiques ultérieurs consacrés au nissart se répartiront en deux catégories, les uns insistant sur son occitanité, les autres mettant l’accent sur son originalité.

Occitanité du nissart

  • 6 Jouan-Francès Fulconis, La Cisterna fulcronica, réédition de l’ouvrage publié en 1562. Transcripti (...)

4En 1562, dans le « Prohemi » de sa Cisterna, le mathématicien Fulconis définit la « langue usuelle de Nice » (le « lengage versant/De tal cieutat ») comme « courante en Provence » (« Provensa abondant »)6. Puis, les jugements du XVIIIe siècle et du début du XIXe montrent que, dans un Comté séparé de la Provence depuis 1388, les lettrés, bien qu’instruits en italien, n’ont jamais perdu le sentiment de leur appartenance à la famille d’oc. En 1728, Sigismond Alberti, membre de l’Accademia degli Occupati de Sospel, écrit :

  • 7 Sigismond Alberti, Istoria della città di Sospello, contessa di Molinetto e di Castiglione, Turin, (...)

« Che la lingua Nizzarda sia come la Provenzale, e la Provenzale, e Linguadociana come la Catalana, e l’Aragonese, ce ne fà testimonianza Onorato Boca e chiunque pratica questi Paesi. »7
(Que la langue nissarde soit comme la provençale, et la provençale et la languedocienne comme la catalane et l’aragonaise, en témoignent Honoré Bouche et quiconque pratique ces pays.)

  • 8 Honoré Bouche, La Chorographie et l’histoire générale de Provence, Aix, Charles David, 1664, tome (...)
  • 9 Op. cit., tome II, p. 412.
  • 10 Op. cit., tome I, p. 96.

5Il se réfère à La Chorographie et l’histoire générale de Provence parue à Aix en 1664. Bouche n’y affirme pas aussi clairement l’identité du nissart et des autres dialectes d’oc. Mais, convaincu que le Comté, partie intégrante de la « Provence ancienne »8, fut « usurpé » par le comte de Savoie Amédée VII9, il laisse entendre que ce pays appartient bien à la « langue d’Oc » qu’il distingue de la « langue d’Oüy »10. En 1823, dans son Aperçu sur l’orthographe du patois niçard, Rancher constate les ressemblances entre niçois et provençal, puis affirme en 1832 dans la préface des Fabla nissardi :

  • 11 Préface aux Fabla nissardi basadi soubre lu proverbi dou pais de Giausé Rosalindo Rancher de Nissa(...)

« dans la basse et la haute Provence, et je dirai même jusqu’aux frontières de la catalogne la langue est la même qu’à Nice, à quelques inflexions près. »11

  • 12 Cf. Fabre d'Olivet, La Langue d’oc rétablie dans ses principes, Association Fabre d’Olivet, Éditio (...)

6On songe à Fabre d’Olivet définissant « l’antique Oscitanie » comme « les contrées qui s’étendent des Alpes aux Pyrénées »12. Rancher troque alors le mot « niçard » contre le mot « provençal », auquel il donne apparemment son sens de « langue d’oc », habituel à l’époque. En 1840, l’auteur de la première grammaire niçoise, l’abbé Miceu, définit de la même manière « lo patouas de Nissa » comme :

« lo lengage che si usa encara ai nuostre giou despì l’estremità occidentala de l’Italia giusca de là dei Pireneo. »

  • 13 D. Giausep Miceu, Grammatica nissarda per emparà en pòou de temp lo patouas dòou paìs, Nissa, Impr (...)

(le dialecte dont on se sert encore aujourd’hui depuis l’extrémité occidentale de l’Italie jusqu’au de là des Pyrénées.)13

  • 14 Antoine Risso, Nouveau guide du voyageur dans Nice et notices sur l’histoire civile et naturelle d (...)

7On retrouvera une formule semblable chez le grand naturaliste niçois Joseph-Antoine Risso : « L’idiome niçard est un dialecte qui présente peu de différences avec le dialecte provençal : […] on s’en sert depuis le pied des Alpes-Maritimes jusqu’aux Pyrénées »14. Les rédacteurs de La Lanterna màgica, en 1880, savent que la « vieille langue d’Oc » va « depuis Limoges jusqu’à Nice et depuis Clermont jusqu’à Alicante ». Du fait de certaines ressemblances entre le nissart et les dialectes rhéto-romans ainsi que de la présence du catalan à Alguer, en Sardaigne, ils vont jusqu’à inclure dans les régions « che parloun la nouastra lenga » (qui parlent notre langue), c’est-à-dire la langue d’oc,

  • 15 Numéro du 5/12/1880, cité ibidem, p. 49.

« lou Hàut-Tirol, una partida de la Suissa, prensipalamen en lu Grison, en la vallada de l’Engadina, sensa cuntà li làugieri ramificassioun che esistoun en Sardigna. »15

(le Haut-Tyrol, une partie de la Suisse, principalement dans les Grisons, dans la vallée de l’Engadine, sans compter les légères ramifications qui existent en Sardaigne.)

8Jusque-là appelé indifféremment « patois », « idiome » ou « langue » par Rancher et ses disciples, le nissart devient « sous-dialecte » en 1876, dans un article du journal Lou Pajoun (Le Paillon) où l’on trouve la première allusion faite à Nice au mouvement félibréen :

  • 16 Lou Pajoun, n° 2, 16/7/1876.

« Noun si pouria creà aissi a Nissa una mantenansa doou felibrige e si metre en relassioun embau bureu general ? Anen ! che toui lu patriota de buona voulontà, che lu felibre d’entenssioun s’unissoun e dounoun un unità ourtougrafica au nuostre beu parlà, che constituisse lou plus dous souta-dialete de la lenga prouvençala. »16

(Ne pourrait-on créer ici, à Nice, une maintenance du Félibrige et se mettre en relation avec le bureau général ? Allons, que tous les patriotes de bonne volonté, que les félibres d’intention s’unissent et donnent une unité orthographique à notre beau parler qui constitue le plus doux sous-dialecte de la langue provençale.)

  • 17 A.-L. Sardou et J.-B. Calvino, Grammaire de l’idiome niçois accompagnée de nombreux éclaircissemen (...)
  • 18 Antoine Rolland, « L’orthographe rationnelle du dialecte niçard », Nice Historique, 1906, p. 67.
  • 19 Victor Emanuel, préface à Eugène Emanuel, Canson niçardi, Nice, Imprimerie moderne, 1884, p. 12.
  • 20 Juli Eynaudi, Lou Dialète niçard, Nice, Emprimeria dei Alpa-Maritima, 1903, p. 2.
  • 21 Nice Historique, 1906, n° 8, p. 125.
  • 22 Cité par Juli Eynaudi, Lou Dialète niçard, op. cit., p. 51.

9Dans leur Grammaire de l’idiome niçois, Antoine-Léandre Sardou et Jean-Baptiste Calvino, les fondateurs de l’Escola felibrenca de Bellanda, préfèrent définir ce parler comme un « important dialecte de la langue d’Oc »17. Au début du XXe siècle, beaucoup d’auteurs niçois sont persuadés que leur « dialecte relève de la langue naturelle d’oc »18, qu’il est « une branche de la langue provençale »19, que « es founcieramen prouvençau, que noun es qu’un fièu de la lenga d’oc »20 (il est foncièrement provençal, il n’est qu’un fils de la langue d’oc). Le Dr Théodore Gasiglia parle en médecin « du lien de […] consanguinité qui relie le dialecte Niçard au dialecte Provençal » et affirme : « notre dialecte ne dérive pas et ne peut pas dériver des dialectes italiens »21. Ces déclarations se situent dans le cadre du débat sur la graphie qui passionne en 1906 les membres de l’Acadèmia nissarda : doit-on conserver le système graphique italianisant, de type piémontais, que, malgré sa conscience occitane, Rancher a théorisé, ou adapter au nissart le système mistralien ? La controverse rejoint la polémique sur la nationalité de Nice. Déjà en 1869, M. Malval dénonçait ceux qui « voulaient faire le dialecte de Nice plus italien que l’italien même » et, s’exclamant « l’heure de la délivrance a sonné », exigeait que l’on rendît au niçois « son caractère particulier en suivant son génie tout gaulois provençal »22. Cette formule inattendue, reflétant la passion des origines celtiques longtemps à la mode chez les linguistes, révèle l’aspect anti-italien et nationaliste français de l’action des tenants de la provençalité du nissart. En 1903, Eynaudi reprend le thème :

  • 23 Ibidem, p. 3.

« lou nouostre parlar noun n’es ni un patouos, ni mancou un dialète de la lenga de si, ma […] fa partida dóu groupe dei lenga que parlon encara ancuei lu descendènt dei Gaulois. »23

(notre parler n’est ni un patois, ni même un dialecte de la langue de si, mais il fait partie du groupe des langues que parlent aujourd’hui encore les descendants des Gaulois.)

  • 24 « Lettre à M. le Docteur Barety », Nice Historique, 1906, p. 36.

10En 1906, Eugène Jaubert insiste sur le « caractère nettement provençal, c’est-à-dire français », du nissart24. Les félibres dénoncent l’italianisation récente du dialecte et parlent de le « restaurer ». René Vincy, préfaçant Lou Cagancio d’Eynaudi, écrivait en 1901 que le nissart,

  • 25 René Vincy, préface à Lou Cagancio, Nice, Imprimerie des Alpes-Maritimes, 1901, p. XII.

« rénové par le poète Rancher, et que parlaient élégamment nos ancêtres, corrompu depuis, plutôt que modernisé, parce que enté sur des patois vulgaires importés des cités circonvoisines, a beaucoup perdu de sa grâce, de son caractère et de sa physionomie. […] Dans sa comédie, M. Jules Eynaudi le restaure avec infiniment de goût et une science approfondie de la vieille langue d’oc dont il dérive. »25

  • 26 De la langue provençale, Papon écrit : « formée des débris des langues grecque et latine […] elle (...)

11La référence à l’ancien occitan est un topos du discours métalinguistique nissart. S’inspirant de l’Histoire générale de Provence de Papon26, Rancher constate en 1823 :

  • 27 Joseph-Rosalinde Rancher, « Aperçu sur l’orthographe du patois niçard », La Nemaïda, op. cit., p. (...)

« la ressemblance du patois niçard avec le provençal, leurs rapports avec la langue romance, formée des débris du latin. »27

12Il fait sienne l’idée selon laquelle la langue d’oc n’est autre que la langue romane :

  • 28 Préface de La Nemaïda, ibidem, p. XV.

« si les langues française et italienne, dérivées de la langue romance, dont le caractère paraît encore vivant dans les dialectes niçard et provençal, ont pris un essor qui les fait distinguer parmi les langues vivantes, il n’y a pas de raison pour croire que celle qui les enfanta ne puisse prendre à son tour un aspect imposant et un caractère distinctif. »28

  • 29 Cf. par exemple François-Toussaint Gros, « Au Public », Recuil de pouesiès prouvençalos, Marseille (...)

13Cette opinion, communément répandue alors29, a reçu l’aval de Raynouard dans ses Grammaire romane, ou grammaire de la langue des troubadours (1816), et Grammaire comparée des langues de l’Europe latine, dans leurs rapports avec la langue des troubadours (1821) :

  • 30 François-Just-Marie Raynouard, Grammaire romane, ou grammaire de la langue des troubadours, Paris, (...)

« de la langue latine corrompue sortit un nouvel idiome que caractérisèrent des formes et des règles essentiellement différentes.
L’idiome roman devint la langue de plusieurs pays ; ce fut surtout dans les ouvrages des troubadours que ses principes grammaticaux se développèrent, et se maintinrent en leur plus grande pureté. »30

14L’on ne sait si Rancher a lu ces deux ouvrages avant de commencer à écrire en dialecte. Un peu plus tard, il en aura peut-être une connaissance au moins indirecte grâce à Diouloufet qui lui écrit en 1824 :

  • 31 Cité par René Fatou, « Joseph Rosalinde Rancher d’après des documents inédits », Nice Historique, (...)

« M. Raynouard […] me disait avec raison que le dialecte nissard se rapprochait plus du Roman que de notre provençal. »31

15En 1869, dans La Mensoneghiera, Guisol proclame :

  • 32 La Mensoneghiera, 17/1/1869.

« Nouostre vero patois es la lenga romana,
Dante, doù prouvensau, n’a faç l’italiana. »32

(notre vrai patois est la langue romane ; Dante du provençal a fait la langue italienne)

  • 33 À partir du n° 30 du 7 février, l’expression remplace sous sa plume « le patois de Nice ». Cf. And (...)

16et Bessi y étudie « le dialecte roman-provençal de Nice »33. La synonymie entre « langue d’oc » et « langue romane » apparaît encore sous la plume du Dr Gasiglia en 1906 :

  • 34 Op. cit., p. 127.

« la paternité directe de notre parler revient indiscutablement au bas-latin parlé autrefois en Provence ou roman-provençal ou langue d’oc proprement dite. »34

17Quoi qu’il en soit, le conservatisme avéré du dialecte de Nice lui donne désormais une image prestigieuse dont tirent fierté nos auteurs. Sardou et Calvino soulignent que :

  • 35 P. 4, n. 2.

« cet idiome, plus que tout autre dialecte de la langue d’oc, est resté fidèle à la prononciation des vieux troubadours. »35

18La référence aux troubadours comme gage de dignité linguistique est un autre topos du discours métalinguistique nissart. Sa première occurrence remonte au XVIIIe siècle, on la doit à Alberti :

  • 36 Op. cit., p. 38.

« Questo idioma era un tempo in tanta stima, che comunemente era preferito agli altri d’Europa, e gli Esteri si dilettevano d’impararlo mentre erano in auge li Poeti Provenzali, detti Trobadors, e Trombadors, i quali per testimonianza degl’Istorici, sono stati li primi a trovare le Rime nella poesia. »36

(Cet idiome était autrefois en telle estime que communément on le préférait aux autres langues d’Europe et que les étrangers prenaient plaisir à l’apprendre tandis qu’étaient à leur apogée les poètes provençaux appelés trobadors et trombadors, lesquels, selon le témoignage des historiens, ont été les premiers à trouver les rimes en poésie.)

  • 37 « La langue Provençale […] communement […] estoit preferée à toutes les autres de l’Europe ; et pl (...)
  • 38 « Le cardinal Bembe, grand personnage de son temps, en ses proses a escrit que les premiers poëtes (...)
  • 39 Préface aux Fabla nissardi, op. cit., p. V (orthographe originale).
  • 40 « Au Public », op. cit., p. 235.

19Alberti recopie Bouche37, lequel ne tient pas compte de la correction apportée par Jean de Nostredame à Velutello à propos de « trombadors »38. Rancher, qui se présente lui-même comme un « rejetton des anciens Troubadours »39, se réfère aussi à la littérature médiévale. À l’instar de François-Toussaint Gros qui reproduisait le reproche « francillot » – « Tu n’es qu’un sot, qu’un animal,/De t’escrimer en provençal !/C’est un jargon qu’on ne veut plus entendre/Et que les gens de goût affectent d’oublier »40 – il imagine la critique et y répond :

  • 41 Op. cit., p. III-V (orthographe originale).

« Quelques uns vont me répéter […] qu’il est ridicule d’écrire dans notre idiome, qui n’est compris que dans une petite étendue de pays. […] Mais, me dira-t-on, on n’écrit plus le patois provençal : je répondrai qu’il a été en honneur et que la France et l’Italie doivent à lui seul peut-être la gloire de leur littérature, et que ce sont les Troubadours de la Provence qui ont jeté sur leurs terres incultes et abandonnées la douce semence de la poésie, de la morale et de la courtoisie qui forme le caractère distinctif et imminent de ces deux belles nations. […] Quand la Provence eut ses Souverains, la Cour parlait le provençal : cet idiome retentissait en chaire, dans le sanctuaire de la justice : dans la bouche du Troubadour il excitait à l’amour, à l’honneur et à la gloire : Ce qui le constate c’est un recueil de lois, d’édits, d’ordonnances diverses et de fragments poétiques qui parent les rayons des grandes bibliothèques. »41

  • 42 « La galanterie alors étoit un sentiment noble, qui animoit les chevaliers à la gloire et les dame (...)
  • 43 Cf. Jean de Nostredame, op. cit., p. 9-10 et 11-12.
  • 44 Cité par A. Compan, op. cit., p. 48.
  • 45 D. Giausep Miceu, op. cit., p. VI et VII (traduction de l’auteur).
  • 46 Eugène Emanuel, « Un’Academia de poesia en la majon de Martin », cité in Jean-Baptiste Toselli, Ra (...)
  • 47 René Vincy, op. cit., p. XII.
  • 48 Nice Historique, 1906, n° 8, p. 129.

20Il y a là sans doute un souvenir de la page que Papon consacre à la valeur morale de l’amour courtois42, et probablement aussi à celles où Nostredame évoque les cantiques, les documents juridiques en langue d’oc et les beaux livres contenant vies et poésies de troubadours43. À son tour, Jules Bessi définit le dialecte de Nice « comme un des plus parfaits fils de la langue des illustres troubadours des XIIe et XIIIe siècles »44. D’autres auteurs expriment l’idée plus audacieuse que le nissart est la langue des troubadours. Pour Miceu, c’est « a pòou près l’ansiena lenga dei troubadour » (à peu de choses près l’ancienne langue des troubadours)45. Selon Eugène Emanuel, « parlan […] la lenga dai troubadour »46 (nous parlons la langue des troubadours) – et ce n’est peut-être pas une périphrase métonymique. Quant à René Vincy, il parle du nissart comme de « ce dialecte de nos vieux Troubadours »47. Enfin Antoine Rolland, de l’appartenance du nissart au « groupe appelé langue naturelle d’oc », infère la relation d’équivalence suivante : « la langue des troubadours, que nous pouvons nommer le niçard ancien… »48.

21Finalement, l’on pourrait croire que l’histoire du sentiment linguistique à Nice ne se distingue peut-être pas tellement de ce que l’on trouve ailleurs dans le pays d’oc, où toujours est demeuré chez les érudits le sentiment de l’ancienneté et de la dignité de la langue, si l’on oubliait la phrase de Féraud selon laquelle le nissart « non es del drech proensales ».

Originalité du nissart

22Aux XIXe et XXe siècles la thèse de l’originalité du nissart nuance ou combat en effet celle de son occitanité.

  • 49 Henri Sappia, Nice Historique, 1906, n° 8, p. 121-123.

23Les plus modérés admettent avec Henri Sappia « que le langage niçois ainsi que le provençal soient dérivés de la langue romance », mais considèrent que, « quoique fils du même père, le niçois et le provençal ne sont point les mêmes ». Sappia l’explique d’abord par « la loi fatale des évolutions », puis par la période d’appartenance du Comté aux États de Savoie : « une longue domination étrangère a éloigné notre langue de sa source naturelle »49. Certains, qui reconnaissent l’origine provençale du nissart, développent eux aussi le thème de son italianisation, comme Louis Durante en 1823 :

  • 50 Louis Durante, Histoire de Nice, Nice, 1823, J. Favale, tome I, p. 355.

« les habitants de Nice parlent encore aujourd’hui l’idiome provençal, mais ils ont adopté une prononciation plus italienne à cause de leur plus grande fréquentation avec le Piémont, la Ligurie et la Toscane. »50

  • 51 Jean-Baptiste Toselli, op. cit., p. 24.
  • 52 Ibidem, p. 6.
  • 53 Essentiellement la possibilité de réaliser [œ] ouvert le produit de la diphtongaison de [o] ouvert (...)
  • 54 Du type teòlogou « théologien », à distinguer des proparoxytons authentiquement nissarts comme càn (...)

24En 1864, Jean-Baptiste Toselli, bien que lecteur de Bouche et de Raynouard, reprend la même idée – « la prononciation et l’orthographe se sont beaucoup rapprochées de l’italien »51 – et soutient qu’« il existe une grande différence entre le dialecte niçois et le dialecte provençal »52. Cependant, hormis la restitution du [a] final atone et une ou deux variantes phonétiques sous probable influence piémontaise53 ainsi que l’emprunt de quelques proparoxytons savants54, on ne voit pas ce qui permet d’affirmer l’italianité de la prononciation du nissart ; quant au vêtement graphique italianisant, il ne prouve évidemment rien mais fausse les opinions. En revanche, aucun auteur ne remarque l’apport lexical du piémontais qui, sans être très important, a fourni au nissart quelques termes d’usage très courant (capì « comprendre », pilhà « prendre », etc.).

  • 55 Ahì est l’adverbe affirmatif nissart dans le discours direct (au discours indirect, il est remplac (...)

25Les plus radicaux, Eugène Ghis, Joseph Brès, Pierre Isnard, soutiennent que le nissart est une langue romane totalement originale, la « lenga d’ahì »55. Dans l’Armanac nissart de 1960, Isnard présente une dernière fois la thèse qu’il défend depuis la fin des années 20 :

  • 56 Pierre Isnard, « Considérations sur le dialecte niçois et le Rattachement de Nice à la France », A (...)

« on parle à Nice, dans la vallée du Paillon et sur le littoral, entre le Var et La Turbie, un dialecte particulier, issu du latin vulgaire, comme toutes les autres langues romanes et néo-latines auxquelles il s’apparente, mais son archaïsme en fait un ancêtre ou au moins un frère aîné de celles-ci. »56

  • 57 Ibidem, p. 156.

26Il réfute à la fois ceux qui en font « un mauvais patois provençal » ou « un pauvre dérivé de l’italien »57 et révoque tout témoignage littéraire ou simplement écrit, comme non révélateur de la réalité orale.

  • 58 Nice Historique, 1906, n° 8, p. 117-119.

27Ce long article cherche à mettre un bémol aux festivités du centenaire du Rattachement. Car le refus de la provençalité du nissart s’exprime surtout lorsqu’il est question de la nationalité de Nice. En 1860, la fidélité à la Maison de Savoie prend pour ses partisans une dimension linguistique : à leurs yeux, l’existence de son dialecte rend Nice plus proche des villes d’Italie, où le phénomène dialectal est général. Parmi les adversaires de la provençalité du nissart, il y a des Niçois qui ont refusé de prendre la nationalité française en 1860, tel Jean-François De Orestis, lequel se sent obligé de préciser « non ai deguna arriera pensada, deguna preocupassion politica » (je n’ai aucune arrière-pensée, aucune préoccupation politique) lorsqu’il affirme à l’Acadèmia nissarda : « lo Nissart non es provensaù »58 (le nissart n’est pas provençal). Quoique français, Toselli est Chevalier de la Couronne d’Italie et son fils général dans l’armée de ce pays. Sappia est pour sa part favorable à l’indépendance du Comté sous protectorat des États-Unis d’Amérique.

  • 59 Pour reprendre l’expression de Claude Hagège (L’Homme de paroles, contribution linguistique aux sc (...)
  • 60 Cf., par exemple, à propos de la 1e et de la 2e personne du présent de l’indicatif d’estre : « À N (...)
  • 61 Cf. Pierre Isnard, « Considérations sur le dialecte niçois et le Rattachement de Nice à la France  (...)
  • 62 Cf. Pierre Caire, « Notes critiques sur la « Grammaire de l’idiome niçois » de A.-L. Sardou et de (...)
  • 63 Eugène Ghis, « Le Langage niçois », Nice Historique, 1922, p. 160.

28Ajoutons que l’orientation de la Grammaire de l’idiome niçois de Sardou et Calvino, œuvre de « maîtres de paroles »59, renforce le parti des adversaires de la provençalité du dialecte. On y lit que certains traits caractéristiques du nissart sont à proscrire60, on constate que d’autres, tels les proparoxytons, sont passés sous silence. Des Niçois y voient une tentative de « provençaliser » le nissart, émanant d’un Sardou dont la fonction de Président de la Société des Lettres, Sciences et Arts des Alpes-Maritimes a fait un agent de l’acculturation française dès 1860. L’Escola felibrenca de Bellanda leur semble chargée d’effectuer l’assimilation sur le plan dialectal, en tant que section provençale d’une Société qui la pratique sur le plan de la langue officielle61. Aussi les particularistes du XXe siècle se déchaînent-ils contre cette grammaire62. Selon Ghis, pour qui « un abîme sépare la physiologie de la glotte provençale de la physiologie de la glotte niçoise »63,

  • 64 Eugène Ghis, « Le Langage niçois - II », Nice Historique, 1922, p. 176.

« les félibres sardouniens se sont donné pour tâche de détruire les idiotismes du parler niçois ou de les pallier sous une orthographe impropre. Nous voulons, au contraire, les cultiver et les mettre en lumière. »64

29Isnard et lui mettent donc au point un système graphique étymologique destiné à mettre en évidence l’origine latine du dialecte :

  • 65 Pierre Isnard, Nice Historique, 1930, n° 3, p. 69.

« le nissard était un dialecte roman, un des plus rapprochés du latin vulgaire. Il s’imposait, en conséquence, pour l’écrire de remonter aux origines. »65

30Par exemple, le [u] issu du u bref latin sera graphié u, et le [y] noté ü. Ils donnent ainsi une apparence ligurienne au nissart.

  • 66 Cf. Jean-Philippe Dalbéra, Les Parlers de Alpes-Maritimes. Étude comparative, essai de reconstruct (...)

31Avec l’action des félibres niçois, par exemple Joseph Giordan, qui fut à la fois majoral et président de l’Acadèmia Nissarda jusqu’en 1963, puis l’introduction à Nice du mouvement occitaniste au début des années 70, et enfin les travaux universitaires66, la thèse de l’originalité absolue du nissart disparaît au bénéfice d’études sur son originalité relative dans l’ensemble occitan. Ajoutons que, dans les années 50, le chanoine Castellana témoigne du recul des débats sur l’origine en adoptant une sorte d’existentialisme linguistique. « Le niçard est ce qu’il est », écrit le lexicographe, qui ajoute :

  • 67 Georges Castellana, Dictionnaire français-niçois, préface, Les Éditions Ludographiques Françaises, (...)

« Un mot n’est pas niçois parce qu’il sortirait des profondeurs mystérieuses de notre parler local, du celte ou du ligure – de ces mots-là il y en a peu – il est niçois par l’usage et par la tradition. »67

32Son existence (son usage) prime donc son essence (son étymologie).

33Il semble donc que lorsqu’ils définissaient la nature de leur dialecte, les auteurs niçois l’aient souvent fait par réaction à la langue dominante. Au XIIIe siècle, Féraud cherche à se distinguer de la langue des troubadours dont il fait partie ; aux XIXe et XXe siècles, les adversaires du Rattachement veulent prouver soit l’italianité du nissart, soit son originalité absolue. En revanche, entre temps, quand l’italien est leur langue officielle, les Niçois revendiquent la provençalité du dialecte. Sans doute se manifeste ainsi leur volonté d’affirmer leur existence. Mais quand on examine plus en profondeur l’ensemble des textes qui sont consacrés au nissart, on mesure que les mythes y rivalisent avec le savoir.

Vertu : le discours mytholinguistique

34Le premier de ces mythes est sans doute celui de l’universalité.

Langue universelle

  • 68 Ou Torrino.
  • 69 Au XIXe siècle, Jean-Baptiste Toselli dira encore à peu près la même chose : « l’idiome niçois est (...)

35En 1642, dans L’Omaggio del Paglione, Jules Torrini68, définit le nissart en confondant parenté des langues romanes et apports linguistiques69 :

  • 70 L’Omaggio del Paglione per le felici nozze delle serenissime altezze di Mauritio e Lodovica Maria (...)

« E piei, coumo que sio, ma lengo tan blaimado
Es migliour, que non par ; perqu’es un ensalado
De Grec, Latin, Touscan, Espagnol, e Picart ;
Roumo, Athenos, Madrigl, Orleans e Flourenso
An coumuno ambe mi touto son eloquenso. »70

(Et puis, quelle qu’elle soit, ma langue si blâmée est meilleure qu’elle ne paraît, parce qu’elle est un mélange de grec, de latin, de toscan, d’espagnol et de picard ; Rome, Athènes, Madrid, Orléans et Florence partagent l’éloquence de la mienne.)

  • 71 On rapprochera aussi le jugement en italien de Torrini sur sa « natia favella/Barbara sì, ma bella (...)
  • 72 Jean De Nostredame, op. cit., p. 12.
  • 73 Op. cit., ibidem.

36Non seulement la « lengo tan blaimado » est un très probable souvenir de la « lenga mesprezada » de Pey de Garros71, mais encore le texte rappelle la définition méliorative que donne Nostredame de la « langue provensalle », « meslée en partie de termes françois, espagnols, gascons, tuscans et lombards »72. Torrini achève sa phrase par ces mots pleins d’orgueil : « Cu voou saouper de tout saouppio parlar Nissart »73 ce qui signifie « qui veut tout savoir, qu’il sache parler nissart », mais que le contexte incite à traduire par « qui veut savoir toutes les langues, qu’il sache parler nissart ». Cette vertu glossolalique du nissart et de la langue d’oc en général réapparaît au siècle suivant sous une forme à peine atténuée chez Scaliero :

  • 74 Manuscrit cité par J.-B. Toselli, op. cit., p. 29.

« In questo linguaggio nizzardo e provenzale sono tante parole latine, che rendono questi popoli facili a parlare coll’accento e suono d’ogni sorta di lingua. »74

(Ce langage nissart et provençal contient de nombreux mots latins qui disposent naturellement ces peuples à parler avec une prononciation et un accent corrects toutes sortes de langues.)

  • 75 Sur l’idée selon laquelle « la langue originaire comprenait toutes les langues », cf. Umberto Eco, (...)

37Dans l’idée que de sa prétendue nature hétéroclite le nissart tire une vertu exceptionnelle, on reconnaît le rêve d’un retour au stade antérieur à Babel. Le nissart permettrait donc de comprendre et de parler toutes les langues parce qu’il les contiendrait toutes. Il permettrait de surmonter la malédiction de la confusio linguarum75.

  • 76 Barthélemy Marengo, Camomia de Pimount, osia lu crussi d’un tripié, comedia en 4 at, 1925, inédit, (...)
  • 77 Cf. Rémy Gasiglia, Le Théâtre nissart aux XIXeet XXesiècles. Étude historique, dramaturgique et th (...)
  • 78 Cf. Rabelais, Cinquiesme livre, XLV, Œuvres complètes, édition établie, présentée et annotée par M (...)
  • 79 Victor Asso, Nouré, farce en trois actes, 1956, inédit, I, 5.

38Plus tard, le mythe antébabélien deviendra un sujet de plaisanterie : « mau Nissart vous fes capi da pertout » (grâce au nissart vous vous faites comprendre partout), dit un personnage de la comédie de Marengo, Camomia de Pimount, créée en 192576. Des années 30 aux années 50, Gustave-Adolphe Mossa, Georges Delrieu, Victor Asso pratiqueront souvent dans leur théâtre un comique de mots fondé sur de plaisantes similitudes entre les sonorités du nissart et celles d’autres langues, latin, italien, grec, turc, ou arabe de fantaisie, débouchant sur un macaronique échevelé qui traduit de plaisante façon l’impression que le dialecte entretient une mystérieuse parenté avec une foule d’autres langues77. On aboutit parfois à l’absurde linguistique, tel ce dialogue de la comédie Nouré, où le Dr Asso ridiculise le rêve du nissart « panomphée »78 : le facteur Nouré croit qu’il n’y a pas de poules en Angleterre, puisque les Anglais demandent toujours « As doui aù dur ? » (as-tu deux œufs durs ?). Il ne peut admettre que « How do you do », qu’il croit entendre ainsi prononcé, signifie « comment allez-vous ? ». « Se voulihoun [sic] se demandà de nova de la santé, lou dirihoun, anerihoun pas serchà d’aù dur »79 (s’ils voulaient se demander des nouvelles de leur santé, ils le diraient, ils n’iraient pas parler d’œufs durs). Pour ce Niçois, un signifiant qu’il prend pour du nissart a forcément le même signifié dans son idiome et dans toutes les langues du monde. Il est inutile d’insister sur la valeur compensatoire de ces plaisanteries, consolant le dialecte de son statut face aux idiomes « nobles ».

  • 80 Jehan de Nostredame, op. cit., p. 12.
  • 81 Cf. Umberto Eco, op. cit.

39Nostredame voyait dans la langue provençale, du fait de sa nature prétendument composite, « l’une des plus parfaictes et meilleures langues de toutes les vulgueres »80. Le nissart répond lui aussi à la définition de la « langue parfaite » dont, ainsi qu’Umberto Eco l’a montré, la culture européenne rêve depuis ses origines81.

Langue parfaite

  • 82 « Beaucoup de langues parfaites aspirent à cette correspondance entre signes et réalité ou entre s (...)

40Essentiellement, une langue parfaite est mimologique82. Or, la transparence entre le mot et la chose est effectivement l’un des leitmotive du discours consacré au dialecte, langue du pays, la seule qui appartienne au pays, qui en émane et sache en parler. Ce cratylisme où triomphent le patriotisme local et la subjectivité des locuteurs se manifeste dans des affirmations contradictoires. Pour les uns, le nissart mime la douceur du climat et du paysage côtiers. Selon Emanuele Valeri,

  • 83 Emanuele Valeri, Il Dialetto nizzardo nelle sue affinità foniche e grammaticali colle lingue daco- (...)

« il nostro dialetto è chiaro come il cielo di Nizza. Non vi sono nè incrociamenti di sillabe, nè lettere o sillabe tronche, o mute, nè liaisons ; tutte le parole sono staccate, distinte ; tutte le lettere, senza eccezione, vanno pronunziate, di modo che egli è necessario di far uso semplicemente delle lettere richieste per figurarne il suono. »83

(Notre dialecte est clair comme le ciel de Nice. On n’y trouve ni croisements de syllabes, ni lettres ou syllabes tronquées, ou muettes, ni liaisons ; tous les mots en sont détachés, distincts ; toutes les lettres, sans exception, doivent êtres prononcées, de sorte qu’il est nécessaire de se servir simplement des lettres voulues pour en figurer la prononciation.)

41L’osmose choses-mots est totale chez Menica Rondelly qui célèbre

  • 84 Menica Rondelly, « Parlas la vouastra lenga ! » (Parlez votre langue !), La Ratapignata du 18/8/19 (...)

« lou nissart, doun [sic] l’etimoulougia ven doù siel, e la pountuassioun soun li estela che brioun lou sera souta la vouta de Dieù. »84

(le niçois, dont l’étymologie vient du ciel et dont les étoiles qui brillent le soir sous la voûte de Dieu constituent la ponctuation.)

42D’autres en revanche, qui pourtant n’emploient pas le gavot mais sont sans doute frappés par les proparoxytons, les consonnes finales et le [r] guttural du dialecte côtier, estiment que celui-ci reflète la rudesse de la montagne niçoise. Rancher évoquant l’« aridité » et même la « dureté » de son idiome, use de cette métaphore pour définir l’aisance avec laquelle on s’exprime dans sa langue maternelle :

  • 85 Préface aux Fabla nissardi, op. cit., p. IV, orthographe originale.

« Le montagnard parcourt avec assurance et rapidement tous les sentiers dont il a l’habitude ; il marche d’un pas assuré sur les bords d’affreux précipisses, rien ne l’arrête : on le voit aussi tranquille au haut des monts, qu’au fond des vallées les plus obscures, tandis que, transporté dans la brillante enceinte d’une vaste capitale, il glisse à tout moment sur le pavé le plus uni et finit par s’égarer dans les nombreux détours de ses superbes rues. Un idiome qu’on a parlé avec sa nourrice […] sera toujours mieux connu qu’une langue que l’on n’apprend que tard, et que l’on ne comprend que plus tard encore. »85

43En 1929, employant un proparoxyton à valeur démonstrative, Louis Genari écrit :

  • 86 Anonyme [Louis Genari] « Crida », Lou Cairèu, Niça, Calèna 1929, p. 6 (nous soulignons).

« es en lou nouostre niçart plus rùstegue que coumença lou parlà que si fa tant dous sus li labra de Mirèia. »86

(c’est dans notre nissart plus rustique que commence le parler qui se fait si doux sur les lèvres de Mireille.)

  • 87 « Lenga d’amour » (Langue d’amour), Tros e glaugna (pièces et morceaux), prose et poésie en dialec (...)
  • 88 Escarchadura, pouema - Déchirures, texte nissart et adaptation française, Toulon, L’Astrado, 1975, (...)

44En 1953, André Compan peint le nissart comme un « parlà rugous » (parler rugueux), « lenga dei baus e dei valada » (langue des promontoires et des vallées)87 ; en 1975, il ajoute : « estraploumbant la cauna e lou planistèu, la lènga de Nissa es aquela dei soum, dei puèi e dei cresten » (surplombant la dépression et le plateau, la langue de Nice est celle des sommets, des buttes et des crêtes)88.

  • 89 Gérard Genette, Mimologiques, voyage en Cratylie, s. l., Éditions du Seuil, 1976, p. 181-182.
  • 90 J.-R. Rancher, respectivement in préface aux Fabla nissardi, op. cit., p. V, et préface de La Nema (...)
  • 91 Platon, Cratyle, traduction d’Émile Chambry, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, p. 391 (nous soulign (...)

45Ce parler « miroir du monde » correspond tout à fait au cratylisme romantique à la Nodier, selon qui, rappelle Genette, « chaque langue décrit un paysage, raconte une Histoire et exprime un génie »89. Plus d’un auteur insiste sur le naturel du nissart. Selon Rancher, le dialecte est à Nice sur son « sol naturel » ; il l’oppose aux « langues d’emprunt » que sont le français et l’italien90. Le mimologisme apparaît même dans le discours grammatical de l’abbé Miceu. Puisque selon Cratyle « il y a pour chaque chose un nom qui lui est naturellement approprié »91 et que le langage imite la nature, l’abbé organise son discours sur la langue selon l’ordo naturalis, « l’ordre natural de li nuostri percession » (l’ordre naturel de nos perceptions). Songeant sans doute au cogito cartésien, il commence sa Grammatica par le pronom, car

« lu premiè sentimen che naisson en l’esprit de l’ome son achellu de la sieu propra esistensa e d’achella de li autri cauva, che si rapresenton per ieu, tu, eu, ella, etc. »

  • 92 Op. cit., p. X et XI (traduction de l’auteur et orthographe originale).

(les premiers sentiments qui naissent dans l’esprit de l’homme sont ceux de sa propre existence et de celle des autres choses, que l’on représente d’abord par je, tu, lui, elle, etc.)92.

46Or le cratylisme est le propre de la langue originelle :

  • 93 Michel Foucault, Les Mots et les choses, une archéologie des sciences humaines, s. l., Gallimard, (...)

« Sous sa forme première, quand il fut donné aux hommes par Dieu lui-même, le langage était un signe des choses absolument certain et transparent, parce qu’il leur ressemblait. »93

47Dans le discours mythologique dont il fait l’objet, le nissart passe effectivement pour une langue primordiale.

Langue originelle

  • 94 Fabre d’Olivet, op. cit., p. 2.
  • 95 François Guisol, « Bèla assion d’una paura frema », La Mensoneghiera, n° 27, 17/1/1869.
  • 96 Cf. Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Éditions Robert Laffont (...)

48Au XIXe siècle, la notion de « langue romane », stade intermédiaire entre le latin et les langues moderne, favorise l’émergence au profit de la langue d’oc du mythe de la langue des origines. En confondant langue romane et langue d’oc, on donne à celle-ci le statut paradoxal de « protolangue bis », ou de langue primordiale vivante (le latin conservant le statut de langue primordiale morte). Fabre d’Olivet parle de la « position extraordinaire » de la langue d’oc qui « permet de considérer à la fois cette langue comme morte et comme vivante, comme ancienne et comme moderne »94. L’occitan est donc ce qui reste d’un état édénique moderne et l’âge des troubadours est transformé en mythe originel : un paradis perdu linguistique (le plein épanouissement de la langue d’oc), libertaire (l’autonomie d’une partie au moins de l’Occitanie), érotique (le triomphe d’un amour étranger aux règles de la morale chrétienne) et littéraire (la floraison de la lyrique courtoise). Si la langue d’oc est mère du français, de l’italien ou de l’espagnol, certains, tel Guisol, n’hésitent pas à en faire la langue primitive de l’humanité, « lou parlà, tamben dai plus ansien uman »95 (le parler, qui fut aussi celui des plus anciens humains) ! Le nissart, en tant que partie intégrante de la langue d’oc, n’est pas ici rêvé comme la langue qui permettrait de surmonter la confusion de Babel, il est imaginé comme étant la langue adamique même. Le peintre symboliste et écrivain nissart Gustave-Adolphe Mossa semble avoir voulu associer retour au paradis terrestre et restauration de la langue d’oc en représentant sur le frontispice des Fabla nissardi Rancher, entouré du bestiaire de ses poèmes, composant en un nissart compris des animaux, autrement dit, en langage édénique96.

  • 97 « La Renaissença dialetala », Armanac Niçart, 1908, p. 17.
  • 98 La Diressioun [Jouan Nicola], « Lou Nissardisme », La Ratapignata, 15-30/6/1936.
  • 99 « Lenga d’amour », op. cit., p. 46-47 (traduction de l’auteur).
  • 100 « Toutes les formes d’amour reçoivent une composante de l’amour pour une mère » (Gaston Bachelard, (...)
  • 101 André Compan, « Lenga d’amour », op. cit., p. 48-49 (traduction de l’auteur).

49Puis, l’on voit se transformer le concept mythique en concept ethnique : de la langue d’oc mère des autres langues, on passe à la langue d’oc mère de ses locuteurs. Le nissart, évidemment langue maternelle (lenga maire), est au sens propre langue de la mère ou de la grand-mère : « lou lengage lou plus dous que gingina en li aureïa, es la vièia cansoun de maigrana » (le langage le plus doux qui tinte à l’oreille, c’est la vieille chanson de grand-mère) écrit Eynaudi97 ; « la lenga l’aven têtada embe lou laç de la maïre » écrit Jouan Nicola98 ; « lenga dóu brès » (langue du berceau), « vous encantanta de ma maire » (voix enchanteresse de ma mère), écrit Compan99. Objet d’amour avant d’être moyen d’expression100, pour tous, c’est typiquement la « lenga dóu nouòstre couòr gisclada » (langue jaillie de notre cœur)101. Mais la lenga maire est surtout fondatrice d’identité. Pour des auteurs issus de l’immigration, comme Eynaudi, Nicola et bien d’autres de Guisol à Francis Gag, le nissart est bien la deuxième mère qui permet de naître à la nissardité, d’entrer dans le peuple auquel elle donne l’existence. En outre, dans un article de Charles Burle paru en 1937, elle devient l’alma mater intellectuelle et morale de ceux qui la parlent :

  • 102 Càrlou Burle, « La Lenga maire », Lou Cairèu, n° VIII, Calèna 1937, p. 22.

« la lenga maire […] es l’estac dirèt e perpetual tra nautre e lu nouostre antenat […]. Noun soulamen la lenga maire es l’espressioun d’un souvenì fihal, l’afourtimen d’una raça vesin dei autri raça, ma es tambèn lou levame qu’enaussa lu aut sentimen. […] Lu poble asservit qu’an agut lou malur de laissà pèrdre la siéu lenga, noun an pouscut luchà contra l’assourbimen dóu counquistaire ; ma aquelu que l’an mantenguda, an counservat la siéu persounalità. »102

(la langue maternelle est ce qui nous rattache directement et perpétuellement à nos ancêtres. Non seulement la langue mère est l’expression d’un souvenir filial, l’affirmation d’un peuple à côté des autres peuples, mais c’est également le levain qui élève les grands sentiments. Les peuples asservis qui ont eu le malheur de laisser disparaître leur langue n’ont pu lutter contre leur absorption par le conquérant ; mais ceux qui l’ont maintenue ont conservé leur personnalité.)

  • 103 Cf. Umberto Eco, op. cit., p. 94 sqq.

50La suite de l’article témoigne de la rémanence du mythe babélien. Dans Nice, moderne Babel, le nissart demeure, tout comme l’hébreu, langue adamique, survécut après la confusion103 :

  • 104 Ibidem, p. 23.

« Lou miéu couor […] refrenisse de plesì quoura, passant pèr carrièra, en un mesclun de lenga, vèra tourre de Babèl, audi à cada pas sounà, bèn granat, lou car parlà niçart. »104

(Mon cœur frémit de plaisir quand, passant dans les rues, au sein d’une confusion de langues, véritable tour de Babel, j’entends à chaque pas résonner, bien charnu, le cher parler nissart.)

51Se pose en effet la question de la représentation du nissart dans la société, et de son inévitable confrontation aux autres langues avec lesquelles il cohabite.

Codes : le discours multilinguistique

52Face à la concurrence et à la menace, trois attitudes sont possibles.

53La première est la capitulation, même inconsciente. Guisol, quoique prenant le titre de « troubadour », admet tous les emprunts sous prétexte de réalisme linguistique :

  • 105 Il s’adresse au lecteur.
  • 106 « Prefassa « aux Loisirs poétiques ou recueil de chansons, épîtres, épigrammes, etc., Nice, Imprim (...)

« [...] coma parlan escrivi.
Ensinda dieù souven au Mandio : Mouciouor ;
E coma tu105 tamben : Bouona-sera, o Bon-souor. […]
Lou mieu patoas es ric : mi siervi, sensa gena,
Dei mot de fuora Pô, coma de ver la Sèna »106

(J’écris comme nous parlons. Ainsi j’appelle souvent le mouchoir mouciouor ; et comme toi aussi, je dis Bouona sera, ou Bon souor. Mon patois est riche : je me sers, sans gêne, de mots tirés du Pô, comme d’autres venus des bords de la Seine.)

54Ne distinguant pas évolution et dégradation, il prend pour un progrès l’irruption de gallicismes obéissant à un processus diglossique :

  • 107 Ibid., p. IV -V.

« Or donca, perché nautre, en parlar plus souognat [sic],
Dïen Nep ai Felen, e Beifrère ai Cougnat,
Oncle ai Barba, e tamben, d’una plus doussa organa,
Père-Gran ai Paigran, e Gran-Mère ai Maigrana ?
S’acò non es Nissart, perché toui lou dïen ?
E perché non fen toui coma lu nouostre ansien :
Emplassa de Palai che si bastisse ahura,
Damon de San Giausè, fabricar de masura ? »107

(Or donc, pourquoi, dans un langage plus soutenu, appelons-nous nep les petits-enfants, et bei-frère les beaux-frères, ouncle les oncles, et aussi, d’une voix plus douce, père-gran les grands-pères, et gran-mère les grand-mères ? Si cela n’est pas nissart, pourquoi le disons-nous tous ? Et pourquoi ne faisons-nous pas tous comme nos anciens : au lieu des immeubles que l’on bâtit maintenant, pourquoi ne pas construire des masures en haut de Saint-Joseph ?)

  • 108 Cf. « Lou Prougrès doou patois », Lou Bouil-abaïsso, 1e série, n° 8, 19/3/1841, cité et commenté p (...)

55On songe au Provençal Désanat qui justifie le gallicisme comme un progrès linguistique108. Leur attitude est caractéristique des poètes occitans d’avant la renaissance mistralienne.

  • 109 Cf. Rémy Gasiglia, « Éloge de la vulgarité. Quelques remarques à propos d’un préjugé linguistique  (...)

56D’autres auteurs ont choisi le repliement. Face à l’influence des langues étrangères, ils rêvent de pureté linguistique, parfois de manière obsessionnelle. Dans son article de l’Armanac nissart de 1960, Isnard emploie dix fois les mots pur et pureté à propos du nissart. L’exaltation du « propre » de l’idiome entraîne chez beaucoup de descripteurs – et de locuteurs – nombre d’oppositions internes assorties de jugements de valeur : ainsi le « bon » nissart se distingue-t-il du gavot, « grossier », et s’oppose-t-il au parler de la Vieille Ville, « vulgaire »109

  • 110 Cf. Rémy Gasiglia, « L’Omaggio del Paglione de J. Torrini ou le baroque littéraire nissart au XVII(...)
  • 111 Op. cit., p. 12.
  • 112 Cf. Rémy Gasiglia, Le Théâtre nissart des XIXe et XXe siècles, op. cit., tome IV, p. 1442 sqq.
  • 113 Victor Asso, op. cit., II, 10.
  • 114 Gustave-Adolphe Mossa, L’Anticari, coumedia en 3 at d’après Carlo Goldoni, 1933, inédit, II, 8.
  • 115 Francis Gag, Calèna, IV, 8, Théâtre Niçois : l’intégrale, Nice, Serre Éditeur, 1998, p. 131.
  • 116 Cf. Rémy Gasiglia et Yves Gilli, Revista d’un temp. La prose narrative dans les revues niçoises (1 (...)

57Ou alors les auteurs font preuve d’audace. En 1642, Torrini trouve dans le Dialogue des Nymphes de du Bartas, outre un modèle esthétique assez évident110, l’idée d’adresser cet épithalame de trois cents vers en nissart à Louise-Marie et Maurice de Savoie, au milieu de courtisans qui s’essaient plus ou moins adroitement à l’italien : « Ninfo perdounami, s’ambe aoutan de sanage,/Coumo paou de respet iou parli en mon lengage »111 (nymphe, pardonne-moi si avec autant d’audace que peu de respect je parle en mon langage). Au XXe siècle, dans les comédies nissardes, on ne compte plus les personnages de Niçois qui sans ménagement interpellent des fourestié (étrangers) pour exprimer naïvement la revendication linguistique112 : « parlas nissart, fabioc »113 (parlez nissart, idiot) ; « charas niçart se voules que vous capissi »114, « parlas niçart, se voulès que v’acapissi »115 (parlez nissart, si vous voulez que je vous comprenne), etc. Sur le plan de la fiction, la mise en scène du conflit linguistique coïncide avec les étapes de la définition du dialecte. Par exemple, alors que dans les années 1900 fait rage la polémique sur la provençalité du nissart, la représentation dévalorisante du Provençal, identifié par quelques traits phonétiques et morphologiques ([o] ouvert final atone, article pluriel lei), est sensible même dans les pages du pourtant félibréen Armanac niçart116. Par la suite, le type s’estompe, et les textes comiques mettent en scène Italiens, Piémontais, Français, Anglais, tous les peuples qu’immigration et tourisme conduisent dans la capitale de la Côte d’Azur.

58Le contexte politique est évidemment essentiel pour examiner la représentation fictive des rapports entre langues sans pouvoir et langues au pouvoir. Comme l’écrit Jean-Louis Calvet,

  • 117 Louis-Jean Calvet, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris, Payot, 1974, (...)

« la façon dont on analyse l’ensemble des langues et les rapports qu’elles entretiennent est profondément déterminée par […] les conflits qui opposent la communauté de l’écrivain à d’autres communautés. »117

59Ainsi, au XVIe siècle, le discours métalinguistique de Fulconis a-t-il une dimension revendicative qu’expliquent les événements. La Cisterna paraît en 1562, année qui voit la fin de l’occupation de Turin par les Français, lesquels ont déjà envahi la Savoie en 1536 et assiégé Nice en 1543. De plus, en 1560 et 1561, deux édits du duc Emmanel-Philibert ont imposé l’italien comme langue officielle à Nice. Or Fulconis revendique la supériorité du nissart, entre autres, sur l’italien et le français :

  • 118 Op. cit., p. 94-95 (traduction de Roger Rocca).

« Car tal lengage tant al mendre que al grant
Plus comun es, d’emperar la Theoricqua,
De tot parlar, Latin, Grec, Allamant,
Italian, Frances non delaysant. »118

(Car cette langue, pour les petits et les grands, est plus commune pour apprendre la théorie, que tout parler, le latin, le grec, l’allemand, l’italien, sans oublier le français.)

60En 1642, quand Torrini publie son Omaggio del Paglione, les Français occupent une fois de plus Turin et les Espagnols ont pris Verceil. Aussi le poète défend-il la supériorité du nissart à la fois sur la langue officielle et sur l’espagnol et le français :

  • 119 Op. cit., p. 12.

« L’Espagnol es trop aout, lou Frances es troou tendre,
Lou Touscan troou pompous : No ni à un coumo lou miou. »119

(L’espagnol est trop haut, le français est trop tendre, le toscan trop pompeux ; mon langage n’a pas son pareil.)

  • 120 Cf. Louis-Jean Calvet, op. cit., p. 21.

61Sa revendication s’exerce donc contre deux langues d’envahisseurs et une langue imposée, qui sont de surcroît les trois seules langues romanes habituellement prises en considération par les érudits à l’époque. La langue d’oc réclame ainsi son droit à l’existence, ce qu’à cette époque déjà l’on n’accorde qu’aux langues du pouvoir politique120.

  • 121 « Quache achesto libre sighe adressat specialmen ai ouvriè, sepandan a lo considerà souta lu rappu (...)
  • 122 Raoul Nathiez, Jouan Badola vai à l’escola, 1982, inédit, II, 8.

62Et puis il est des auteurs qui choisissent d’achever le mouvement dialectique en dépassant la confrontation. Francis Gag se sert de la pastorale pour mettre en scène la résolution des conflits linguistiques. Ceux-ci, quoique comiques, sont virulents dans Calèna (1933) et opposent les gens de la Vieille Ville aux hivernants français et anglais. Gag imagine une solution miraculeuse : devant la Crèche, le modeste pescadou Miquèu et Colette, la riche et jolie Française, découvrent avec stupéfaction qu’ils parlent chacun la langue de l’autre. Une xénoglossie simultanée et réciproque, rendue possible par la foi et l’amour, qui vient à bout des différences de classe et de nationalité. Les pédagogues envisagent d’autres solutions. En 1840, en destinant sa Grammatica à la fois aux ouvriers niçois et aux hivernants étrangers121, Miceu songeait à une harmonie sociolinguistique obtenue grâce à l’enseignement du nissart. En 1982, dans sa pièce Jouan Badola vai à l’escola Raoul Nathiez cherche à faire admettre la coexistence, par et à l’école, ainsi que dans l’individu, du français et du nissart à égalité de dignité : « chacun a ses richesses, ses originalités. Chacun est langue. Il devient jargon, si on le mélange à l’autre »122. En 1964, avec sa seconde pastorale, La Marche à la Crèche, Gag passe au rêve de résurrection. Le Bienheureux Père Boufarèu, qui veille sur les villageois en route vers Bethléem, s’émerveille de les entendre parler sa langue au point de sembler regretter de ne pouvoir quitter le paradis :

  • 123 Francis Gag, La Marche à la Crèche, 3e intermède, Théâtre niçois, Nice, Éditions Tiranty, 1970, p. (...)

« tous ces mots que je croyais à jamais perdus, que je m’imaginais avoir oubliés, ils sont là qui résonnent à mon oreille, qui dansent devant moi, qui béluguègent, qui me font chaud au cœur. Ah ! se li poudiéu respouòndre123 ! (Ah ! si je pouvais leur répondre !) »

  • 124 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie g (...)
  • 125 François Guisol, « La Mieu lenga avan touti », Li Verità de la Mensoneghiera, n° 111, 25/12/1870.
  • 126 Cf. Jacqueline Picoche, Dictionnaire étymologique du français, Paris, Dictionnaires Le Robert, 198 (...)

63La langue vivante plutôt que la vie éternelle ? En réalité il n’y a pas sacrilège. Ces mots étincellent et Gilbert Durand rappelle que chez saint Jean, « la parole est explicitement associée à la lumière “qui luit dans les ténèbres« »124. Les mots sont la vie, mais une vie éternelle. « La lengo de ma maire es la lengo de Dieu ». « La mieu lenga avan touti » (ma langue avant toutes les autres), proclamait Guisol, qui ajoutait : « Un poèta aublidà la sieù propra nassion,/Es com’un bouon crestian ciangià de religion » (pour un poète, oublier sa propre nation, c’est comme pour un bon chrétien changer de religion)125. Ces mots sacrés procurent la vertigineuse et rassurante sensation de ne pas donner prise au temps et, s’ils fournissent une identité, à en croire les parentés étymologiques lointaines ils créent un ici126, même lorsque des lieux il ne reste plus grand chose. C’est sensible chez Mossa, qui définit le nissart avec des métaphores spatiales comme

  • 127 Gustave-Adolphe Mossa, intervention du 25/6/1933 à Barba Martin, inédit.

« una lenga que cabussa li sieu rahis a traves lou jas de doui o tres milenari, una lenga que tressuda lou latin a cada mot, e que a resistat vitouriousamen a touti li douminacioun que soun vengudi reventoula lou nouostre teraire. »127

(une langue qui plonge ses racines à travers les sédiments de deux ou trois millénaires, une langue qui sue le latin à chaque mot, et qui a résisté victorieusement à toutes les dominations qui sont venues bouleverser notre terroir.)

64Mossa qui, s’adressant à des enfants de Nice, s’écrie :

  • 128 Gustave-Adolphe Mossa, conférence, s. d. [circa 1928], inédit.

« Que votre ville natale puisse grandir démesurément, qu’elle puisse être envahie par les foules cosmopolites […], qu’elle se transforme sous les coups répétés des novateurs du progrès au point d’en être étrangement défigurée, tant que l’idiome de Rosalinde Rancher résonnera aux échos des Terrasses de Saleya, sera sauvegardée votre âme héréditaire. »128

  • 129 Op. cit., p. VI et VII (traduction de l’auteur).

65S’il ne reste que les mots, la fonction poétique au sens jakobsonien acquerra dans la parole dialectale une importance extrême, dont Miceu témoigne en disant de ses compatriotes : « lo sieu patouas si presta touplen au langage de li musa » (leur patois se prête beaucoup au langage des muses)129.

66Il apparaît en définitive que, pour représenter le nissart, les auteurs niçois ont produit un discours dont le caractère abondant et assez répétitif montre la nécessité. Sans doute est-ce le propre d’une langue dominée et minorée que d’être sans cesse contrainte de justifier son existence et de se définir. Le problème est à Nice probablement le même qu’ailleurs en Occitanie, avec en plus, longtemps, l’incertitude sur la nationalité et, depuis longtemps, un contexte de plurilinguisme collectif et individuel à la fois menaçant, enrichissant et stimulant. Ces représentations dissimulent mal, on l’a vu, les mythes anciens qui les sous-tendent. Quand le poids de l’histoire se fait trop lourd, les mythes sont un refuge, mais l’on puise aussi dans ces prodigieux accumulateurs l’énergie nécessaire pour affronter l’adversité. Ainsi la surévaluation du dialecte à laquelle aboutit souvent sa représentation est-elle bien naïve, mais autant les projets de langue parfaite dans leur extravagance visaient selon Eco à guérir de la blessure de Babel, autant le discours sur l’idiome, à Nice et dans le pays d’oc, cherche-t-il à apaiser la plaie toujours rouverte de la « lengo tan blaimado ». Chacune de ces définitions constitue, plus encore qu’une peinture de la langue, un autoportrait du locuteur-descripteur où apparaît un être sincère et déchiré.

Notes

1 Cf. Philippe Gardy, Langue et société en Provence au début du XIXe siècle : le théâtre de Carvin, Paris, Presses Universitaires de France, 1978, p. 37.

2 Robert Nicolaï, La Traversée de l’empirique, Essai d’épistémologie sur la construction des représentations de l’évolution des langues, Paris, Ophrys, 2000, p. 147 (nous soulignons).

3 Raymond Féraud, La Vida de sant Honorat, légende en vers provençaux, Culture Provençale et Méridionale, Raphèle-lès-Arles, 1981, p. 3 (reproduction de l’édition d’A.-L. Sardou, Nice, Imprimerie Caisson et Mignon, 1887).

4 La Vida de sant Honorat, poème provençal de Raimond Féraud publié d’après tous les manuscrits par Ingegärd Suwe, Uppsala, 1943, p. CXXXVII.

5 Auguste Carlone, cité par A.-L. Sardou, « Notice sur l’auteur et sur son œuvre », op. cit., p. XI.

6 Jouan-Francès Fulconis, La Cisterna fulcronica, réédition de l’ouvrage publié en 1562. Transcription, traduction et commentaires de Roger Rocca, préface de Paul Castela, commentaires linguistiques de Rémy Gasiglia, Nice, Éditions Lou Sourgentin, 1996, p. 92-93.

7 Sigismond Alberti, Istoria della città di Sospello, contessa di Molinetto e di Castiglione, Turin, per G.-F. Mairesse, 1728, p. 36.

8 Honoré Bouche, La Chorographie et l’histoire générale de Provence, Aix, Charles David, 1664, tome I, p. 13.

9 Op. cit., tome II, p. 412.

10 Op. cit., tome I, p. 96.

11 Préface aux Fabla nissardi basadi soubre lu proverbi dou pais de Giausé Rosalindo Rancher de Nissa, p. III, Les Œuvres de Rancher, La Nemaïda, La Mouostra raubada, Lou Fablié nissart, Introduction d’André Compan, Publications spéciales de la Revue des Langues Romanes, Nîmes, 1954, p. III.

12 Cf. Fabre d'Olivet, La Langue d’oc rétablie dans ses principes, Association Fabre d’Olivet, Éditions David Steinfeld, Ganges, 1989, p. IX.

13 D. Giausep Miceu, Grammatica nissarda per emparà en pòou de temp lo patouas dòou paìs, Nissa, Imprimarìa de la Sossietà Tipografica, 1840, p. VI et VII (traduction de l’auteur et orthographe originale), rééditée in Marie-Louise Gourdon, La Grammatica nissarda de Joseph Micèu, 2e édition, Biographie - Étude sur les dialectes - Commentaires philologiques, Préface d’André Compan, Nice, Imprimerie Pierotti, 1975, 197 p.

14 Antoine Risso, Nouveau guide du voyageur dans Nice et notices sur l’histoire civile et naturelle de cette ville, Nice, Société typographique, 1844, p. 40.

15 Numéro du 5/12/1880, cité ibidem, p. 49.

16 Lou Pajoun, n° 2, 16/7/1876.

17 A.-L. Sardou et J.-B. Calvino, Grammaire de l’idiome niçois accompagnée de nombreux éclaircissements historiques sur cet important dialecte de la langue d’Oc et précédée d’un exposé du vrai système orthographique de ce dialecte, Nice, Librairie Visconti, 1881, Laffitte Reprints, Marseille, 1978, 153 p. Chez Rancher dialecte désignait encore quelque chose de provincial et de médiocre expressivité littéraire : « Des hommes recommandables par leurs lumières ont pensé que les dialectes dont se servent les populations de diverses provinces, ne sont pas susceptibles de la souplesse et de l’énergie que l’on trouve dans les chefs-d’œuvre des langues adoptées en Europe » (préface de La Nemaïda, op. cit., p. XV - nous soulignons).

18 Antoine Rolland, « L’orthographe rationnelle du dialecte niçard », Nice Historique, 1906, p. 67.

19 Victor Emanuel, préface à Eugène Emanuel, Canson niçardi, Nice, Imprimerie moderne, 1884, p. 12.

20 Juli Eynaudi, Lou Dialète niçard, Nice, Emprimeria dei Alpa-Maritima, 1903, p. 2.

21 Nice Historique, 1906, n° 8, p. 125.

22 Cité par Juli Eynaudi, Lou Dialète niçard, op. cit., p. 51.

23 Ibidem, p. 3.

24 « Lettre à M. le Docteur Barety », Nice Historique, 1906, p. 36.

25 René Vincy, préface à Lou Cagancio, Nice, Imprimerie des Alpes-Maritimes, 1901, p. XII.

26 De la langue provençale, Papon écrit : « formée des débris des langues grecque et latine […] elle devint le modèle sur lequel les autres langues se formèrent. […]. Nous pouvons dire que la langue françoise et l’italienne lui doivent quelques-unes de leurs beautés » (Abbé Jean-Pierre Papon, Histoire générale de Provence, Paris, Moutard, 1778, tome II, p. 215).

27 Joseph-Rosalinde Rancher, « Aperçu sur l’orthographe du patois niçard », La Nemaïda, op. cit., p. VII.

28 Préface de La Nemaïda, ibidem, p. XV.

29 Cf. par exemple François-Toussaint Gros, « Au Public », Recuil de pouesiès prouvençalos, Marseille, 1734, cité par Philippe Gardy, Histoire et anthologie de la littérature occitane, tome II, « L’Âge du baroque - 1570-1789 », Les Presses du Languedoc, 1997, p. 235.

30 François-Just-Marie Raynouard, Grammaire romane, ou grammaire de la langue des troubadours, Paris, Firmin Didot, 1816, publié avec la Grammaire comparée des langues de l’Europe latine dans leurs rapports avec la langue des troubadours, Marseille, Laffitte Reprints, 1976, p. 5 (orthographe originale).

31 Cité par René Fatou, « Joseph Rosalinde Rancher d’après des documents inédits », Nice Historique, 1953, n° 2, p. 78.

32 La Mensoneghiera, 17/1/1869.

33 À partir du n° 30 du 7 février, l’expression remplace sous sa plume « le patois de Nice ». Cf. André Compan, « La Presse dialectale niçoise - IV », Nice Historique, 1957, n° 1 et 2, p. 46.

34 Op. cit., p. 127.

35 P. 4, n. 2.

36 Op. cit., p. 38.

37 « La langue Provençale […] communement […] estoit preferée à toutes les autres de l’Europe ; et plusieurs Etrangers s’efforçoient de l’apprendre, au temps de nos anciens Poëtes Provençaux, que le vulgaire nommoit Troubadours, ou Trombadours […], lesquels au témoignage de tous les Historiens, ont esté les premiers d’avoir trouvé les rithmes en la poésie » (op. cit., tome I, p. 94).

38 « Le cardinal Bembe, grand personnage de son temps, en ses proses a escrit que les premiers poëtes rithmeurs qui ont escript en langue vulgaire maternelle, ont esté les Provensaux, et, apres eux, les Tuscans, dit aussi qu’il n’est à douter que la langue tuscane n’aye plustost pris la façon de rithmer des Provensaux que de nulle autre nation. […] Mais de quoy ont enrichy leur langage et pris leurs inventions Dante, Petrarque, Bocace et autres anciens poëtes tuscans, fors que des œuvres de nos poëtes provensaux ? […] Les poëtes se nommoyent Trobadours, c’est à dire inventeurs ou poëtes, lequel mot de troubadour le Vilutel [Velutello] en l’exposition du 4. chapitre du Triomphe d’Amour de Petrarque, l’a voulu translater Trompatori pour un sonneur de trompette, pour n’avoir peu entendre le mot de troubadour » (Jehan de Nostredame, Les Vies des plus célèbres et anciens poètes provençaux, nouvelle édition accompagnée d’extraits d’œuvres inédites du même auteur préparée par Camille Chabaneau et publiée avec une introduction et commentaire par Joseph Anglade, Slatkine Reprints, Genève, 1970, « Proesme au lecteur », p. 9-10).

39 Préface aux Fabla nissardi, op. cit., p. V (orthographe originale).

40 « Au Public », op. cit., p. 235.

41 Op. cit., p. III-V (orthographe originale).

42 « La galanterie alors étoit un sentiment noble, qui animoit les chevaliers à la gloire et les dames à la vertu » (Papon, op. cit., tome II, p. 215).

43 Cf. Jean de Nostredame, op. cit., p. 9-10 et 11-12.

44 Cité par A. Compan, op. cit., p. 48.

45 D. Giausep Miceu, op. cit., p. VI et VII (traduction de l’auteur).

46 Eugène Emanuel, « Un’Academia de poesia en la majon de Martin », cité in Jean-Baptiste Toselli, Rapport d’une conversation sur le dialecte niçois, Nice, Ch. Cauvin, 1864, p. 152.

47 René Vincy, op. cit., p. XII.

48 Nice Historique, 1906, n° 8, p. 129.

49 Henri Sappia, Nice Historique, 1906, n° 8, p. 121-123.

50 Louis Durante, Histoire de Nice, Nice, 1823, J. Favale, tome I, p. 355.

51 Jean-Baptiste Toselli, op. cit., p. 24.

52 Ibidem, p. 6.

53 Essentiellement la possibilité de réaliser [œ] ouvert le produit de la diphtongaison de [o] ouvert suivi d’une palatale (par exemple dans pluèia), ou de prononcer [u] la désinence de la 3e personne du pluriel des verbes (par exemple dans parlon).

54 Du type teòlogou « théologien », à distinguer des proparoxytons authentiquement nissarts comme cànebe.

55 Ahì est l’adverbe affirmatif nissart dans le discours direct (au discours indirect, il est remplacé par sin).

56 Pierre Isnard, « Considérations sur le dialecte niçois et le Rattachement de Nice à la France », Armanac Nissart, 1960, p. 155.

57 Ibidem, p. 156.

58 Nice Historique, 1906, n° 8, p. 117-119.

59 Pour reprendre l’expression de Claude Hagège (L’Homme de paroles, contribution linguistique aux sciences humaines, Librairie Arthème Fayard, 1985, p. 250).

60 Cf., par exemple, à propos de la 1e et de la 2e personne du présent de l’indicatif d’estre : « À Nice les gens du peuple disent aussi au pluriel sien, siès ; mais c’est là une mauvaise prononciation » (op. cit., p. 56).

61 Cf. Pierre Isnard, « Considérations sur le dialecte niçois et le Rattachement de Nice à la France », op. cit., p. 178.

62 Cf. Pierre Caire, « Notes critiques sur la « Grammaire de l’idiome niçois » de A.-L. Sardou et de J.-B. Calvino », Nice Historique, 1922, p. 120-125.

63 Eugène Ghis, « Le Langage niçois », Nice Historique, 1922, p. 160.

64 Eugène Ghis, « Le Langage niçois - II », Nice Historique, 1922, p. 176.

65 Pierre Isnard, Nice Historique, 1930, n° 3, p. 69.

66 Cf. Jean-Philippe Dalbéra, Les Parlers de Alpes-Maritimes. Étude comparative, essai de reconstruction, Association Internationale d’Études Occitanes, London, 1994, 749 p., et Rémy Gasiglia, Grammaire du nissart, essai de description d’un dialecte d’oc, Institut d’Études Niçoises, 1984, 426 p.

67 Georges Castellana, Dictionnaire français-niçois, préface, Les Éditions Ludographiques Françaises, 1947, n.p.

68 Ou Torrino.

69 Au XIXe siècle, Jean-Baptiste Toselli dira encore à peu près la même chose : « l’idiome niçois est un mélange de différentes langues, et […] le celtique, le latin, le grec, l’italien, le français, l’espagnol, le portugais, ont concouru à sa formation » (op. cit., p. 67-68).

70 L’Omaggio del Paglione per le felici nozze delle serenissime altezze di Mauritio e Lodovica Maria Prencipi di Savoia epitalamio di Giulio Torrino, Torino, Gio. Battista Zavatta, 1642, p. 12.

71 On rapprochera aussi le jugement en italien de Torrini sur sa « natia favella/Barbara sì, ma bella » (langue natale, certes barbare, mais belle), p. 10, de la phrase de Garros sur le gascon « Tot lo mond l’apera barbara » (tout le monde l’appelle barbare), laquelle suit de trois vers seulement la célèbre formule « la causa damnada/De nosta lenga mesprezada » (la cause perdue/De notre langue dédaignée) (Poesias gascona, 1567, traduction d’A. Durrieux, Philippe Gardy, op. cit., p. 56).

72 Jean De Nostredame, op. cit., p. 12.

73 Op. cit., ibidem.

74 Manuscrit cité par J.-B. Toselli, op. cit., p. 29.

75 Sur l’idée selon laquelle « la langue originaire comprenait toutes les langues », cf. Umberto Eco, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro, préface de Jacques Le Goff, s. l., Éditions du Seuil, 1994, p. 397.

76 Barthélemy Marengo, Camomia de Pimount, osia lu crussi d’un tripié, comedia en 4 at, 1925, inédit, I, 7.

77 Cf. Rémy Gasiglia, Le Théâtre nissart aux XIXe et XXe siècles. Étude historique, dramaturgique et thématique d’un phénomène culturel de langue d’oc, thèse de doctorat d’État, Université de Nice-Sophia Antipolis, 1994, tome II, p. 608-609.

78 Cf. Rabelais, Cinquiesme livre, XLV, Œuvres complètes, édition établie, présentée et annotée par Mireille Huchon, avec la collaboration de François Moreau, s. l., NRF, Gallimard, 1994, p. 833.

79 Victor Asso, Nouré, farce en trois actes, 1956, inédit, I, 5.

80 Jehan de Nostredame, op. cit., p. 12.

81 Cf. Umberto Eco, op. cit.

82 « Beaucoup de langues parfaites aspirent à cette correspondance entre signes et réalité ou entre signes et concepts correspondants » (ibidem, p. 38).

83 Emanuele Valeri, Il Dialetto nizzardo nelle sue affinità foniche e grammaticali colle lingue daco-romana, spagnuola, portoghese, ecc., Nizza, Tipografia delle Alpi Marittime, 1885, p. 6.

84 Menica Rondelly, « Parlas la vouastra lenga ! » (Parlez votre langue !), La Ratapignata du 18/8/1901.

85 Préface aux Fabla nissardi, op. cit., p. IV, orthographe originale.

86 Anonyme [Louis Genari] « Crida », Lou Cairèu, Niça, Calèna 1929, p. 6 (nous soulignons).

87 « Lenga d’amour » (Langue d’amour), Tros e glaugna (pièces et morceaux), prose et poésie en dialecte niçois avec traduction française, Nice, Imprimerie Pierotti, 1955, p. 46-47, 48-49 (traduction de l’auteur).

88 Escarchadura, pouema - Déchirures, texte nissart et adaptation française, Toulon, L’Astrado, 1975, p. 12-15 (traduction de l’auteur).

89 Gérard Genette, Mimologiques, voyage en Cratylie, s. l., Éditions du Seuil, 1976, p. 181-182.

90 J.-R. Rancher, respectivement in préface aux Fabla nissardi, op. cit., p. V, et préface de La Nemaïda, op. cit., p. XV.

91 Platon, Cratyle, traduction d’Émile Chambry, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, p. 391 (nous soulignons).

92 Op. cit., p. X et XI (traduction de l’auteur et orthographe originale).

93 Michel Foucault, Les Mots et les choses, une archéologie des sciences humaines, s. l., Gallimard, 1966, p. 51.

94 Fabre d’Olivet, op. cit., p. 2.

95 François Guisol, « Bèla assion d’una paura frema », La Mensoneghiera, n° 27, 17/1/1869.

96 Cf. Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Éditions Robert Laffont et Éditions Jupiter, 1982, p. 560.

97 « La Renaissença dialetala », Armanac Niçart, 1908, p. 17.

98 La Diressioun [Jouan Nicola], « Lou Nissardisme », La Ratapignata, 15-30/6/1936.

99 « Lenga d’amour », op. cit., p. 46-47 (traduction de l’auteur).

100 « Toutes les formes d’amour reçoivent une composante de l’amour pour une mère » (Gaston Bachelard, L’Eau et les rêves, essai sur l’imagination de la matière, Librairie José Corti, 1942, Le Livre de Poche, s. d., p. 133).

101 André Compan, « Lenga d’amour », op. cit., p. 48-49 (traduction de l’auteur).

102 Càrlou Burle, « La Lenga maire », Lou Cairèu, n° VIII, Calèna 1937, p. 22.

103 Cf. Umberto Eco, op. cit., p. 94 sqq.

104 Ibidem, p. 23.

105 Il s’adresse au lecteur.

106 « Prefassa « aux Loisirs poétiques ou recueil de chansons, épîtres, épigrammes, etc., Nice, Imprimerie Canis frères 1847, p. III-IV.

107 Ibid., p. IV -V.

108 Cf. « Lou Prougrès doou patois », Lou Bouil-abaïsso, 1e série, n° 8, 19/3/1841, cité et commenté par Georges Bonifassi, Les Publications périodiques en provençal des origines à 1914, thèse de doctorat, Université de Paris IV-Sorbonne, s. d., p. 58-59.

109 Cf. Rémy Gasiglia, « Éloge de la vulgarité. Quelques remarques à propos d’un préjugé linguistique », in Lou Sourgentin, n° 50, 1982, p. 50-54.

110 Cf. Rémy Gasiglia, « L’Omaggio del Paglione de J. Torrini ou le baroque littéraire nissart au XVIIe siècle », Recherches régionales, Archives départementales des Alpes-Maritimes, n° 3-4, 1984, p. 147-163, et Philippe Gardy, La Leçon de Nérac - du Bartas et les poètes occitans (1550-1650), Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1998, p. 86-88. Torrini emprunte à du Bartas nombre d’éléments lexicaux et thématiques (fleuves, lumière, regard qui dissipe les misères du monde, souhait que le couple princier vive cent ans, qu’il ait bientôt un héritier) et transforme le dialogue de nymphes en un discours à la « nymphe », Louise-Marie de Savoie.

111 Op. cit., p. 12.

112 Cf. Rémy Gasiglia, Le Théâtre nissart des XIXe et XXe siècles, op. cit., tome IV, p. 1442 sqq.

113 Victor Asso, op. cit., II, 10.

114 Gustave-Adolphe Mossa, L’Anticari, coumedia en 3 at d’après Carlo Goldoni, 1933, inédit, II, 8.

115 Francis Gag, Calèna, IV, 8, Théâtre Niçois : l’intégrale, Nice, Serre Éditeur, 1998, p. 131.

116 Cf. Rémy Gasiglia et Yves Gilli, Revista d’un temp. La prose narrative dans les revues niçoises (1903-1974), Nice, Serre Éditeur et Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1994, p. 39.

117 Louis-Jean Calvet, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris, Payot, 1974, p. 21.

118 Op. cit., p. 94-95 (traduction de Roger Rocca).

119 Op. cit., p. 12.

120 Cf. Louis-Jean Calvet, op. cit., p. 21.

121 « Quache achesto libre sighe adressat specialmen ai ouvriè, sepandan a lo considerà souta lu rappuort de la fassilità che pòou procurà d’emparà en pòou de temp lo lengage d’un paìs tan ressercat per la doussou dòou sieu climat, e per li sieu vista pittoreschi, non serà bessai sens’interès au gran numero d’Estrangiè, distint per la naissensa, per lu talent, e per li richessa, che venon passà aissì la seson d’iver. Ellu pourran en pòou de temp embau secours d’achesto libre capì lu discours e li instrussion dei nuostre Ministre ecclesiastico, che d’ordinari si fan en patouas, faire migliou lu sieu affaire, prolongà plus agreablamen li sieu passegiada en lu divers cartiè de la campagna, e conoisse a font lu coustume dous, franc e gai dei sieu abitant » (quoique ce livre soit adressé spécialement aux ouvriers, cependant, si on le considère sous le rapport de la facilité qu’il peut procurer d’apprendre en peu de tems le langage d’un pays si recherché par la douceur de son climat et par ses vues pittoresques, il ne sera peut-être pas sans intérêt au grand nombre d’Étrangers, distingués par leur naissance, leurs talents et leurs richesses qui viennent y passer l’hiver. Ils pourront en très-peu de tems, à l’aide de ce livre, comprendre les sermons et les instructions de nos Ministres ecclésiastiques qui se font ordinairement en patois, faire mieux leurs affaires, prolonger plus agréablement leurs promenades dans les divers quartiers de la campagne et connaître à fond les mœurs douces, naïves et gaies de leurs habitans) (op. cit., p. VIII et IX, traduction de l’auteur, orthographe originale).

122 Raoul Nathiez, Jouan Badola vai à l’escola, 1982, inédit, II, 8.

123 Francis Gag, La Marche à la Crèche, 3e intermède, Théâtre niçois, Nice, Éditions Tiranty, 1970, p. 185.

124 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale, Paris, Dunod, 1992, p. 173.

125 François Guisol, « La Mieu lenga avan touti », Li Verità de la Mensoneghiera, n° 111, 25/12/1870.

126 Cf. Jacqueline Picoche, Dictionnaire étymologique du français, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1983, p. 703.

127 Gustave-Adolphe Mossa, intervention du 25/6/1933 à Barba Martin, inédit.

128 Gustave-Adolphe Mossa, conférence, s. d. [circa 1928], inédit.

129 Op. cit., p. VI et VII (traduction de l’auteur).

Auteur

Université de Nice-Sophia-Antipolis

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540