Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Récits d'Occitanie

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jean-Noël Pelen

L’espace gascon et roman d’après Camelat

Xavier Ravier

Texte intégral

1Que visait exactement Miquèu de Camelat quand il en était à concevoir son œuvre Morta e Viva ? Une réponse unique sinon unilatérale à cette question aurait certainement toutes les chances d’être approximative et même gravement inexacte. Pour limiter ce danger, il convient en premier lieu d’interroger et de s’efforcer de décrypter les déclarations de l’auteur lui-même, lesquelles, nous le verrons, ne sont pas exemptes d’arrière-pensées et ne parviennent pas à occulter entièrement la part du non-dit. Au cours d’un entretien qu’il avait eu avec André Dupuy, le poète se laissa aller à une confidence assez étonnante quant à la genèse de l’ouvrage (les traductions françaises des citations sont données dans l’annexe 2 de la présente contribution) :

  • 1 André Dupuy, « Dab lo Miquèu de Camelat », Oc, n° 226, oct.-déc. 1962, p. 7 ; cet article est égal (...)

« N’èi avut l’idea davant que pareishosse Belina. Avèvi legit Calendau e volèvi escriuer quaucom coma aquò, mès que se podosse legir, pr’amor qu’avèvi pas podut legir Calendau. Comencèi en 98 a amassar documentacion. I èi botat quinze ans. »1

2Ainsi, on apprend que c’est par le registre épique que Camelat avait envisagé et peut-être aurait souhaité faire son entrée dans les lettres gasconnes de son époque. Le fait est d’autant plus significatif que son admiration et sa dévotion pour Mistral, dont il avait lu la Mirèio dès ses plus jeunes années, eussent pu ou dû le déterminer à célébrer en premier la petite bergère pyrénéenne Belina, comme le Maillanais l’avait fait pour la fille du maître du Mas di Falabrego. Mais c’est le texte de Belina qui vit le premier le jour, en 1899. On peut néanmoins tenir pour établi que dès 1898 ou même avant Camelat avait ouvert le chantier de Morta e Viva, sans doute en se livrant au rassemblement de la documentation qui lui serait nécessaire au moment de la composition de l’œuvre. De cette tâche préliminaire, il semble qu’il se plaisait à rappeler le souvenir ; dans son entretien avec André Dupuy, dont j’ai tiré la première de mes citations, on lit en effet :

  • 2 André Dupuy, op. cit., ibid.

« Ei divut crompar fòrça libes ende conéguer l’istòria de la Gasconha. »2

3Et puisque nous en sommes à des affaires de date ou de chronologie, nous savons par l’auteur lui-même que l’œuvre était achevée en 1913 : pour diverses raisons, la parution n’interviendra qu’en 1920.

  • 3 Jean Bourdette (1820-1911), l’auteur des Annales des sept vallées du Labéda (Lavedan), Argelès-Gaz (...)
  • 4 Rapporté dans Miquèu de Camelat, La Literature gascoune des las Hounts prumères e Oey lou die, Pau (...)
  • 5 Hegel, Esthétique, d’après la traduction de S. Jankélévitch, Paris, Flammarion, 1979, vol. 4, p. 1 (...)

4Quant à la manière dont Camelat a traité et assimilé les matériaux qu’il avait rassemblés, il faut sans plus attendre souligner que le savoir historique et historiographique n’a jamais été chez lui oblitéré par la préoccupation érudite, à laquelle Jean Bourdette, le mémorialiste des vallées du Lavedan3, l’avait pourtant rendu particulièrement sensible. Sous ce rapport, André Pic, choqué par une expression de Fernand Sarran qui voyait dans la performance du poète d’Arrens « une œuvre étrange », était fondé à écrire que « Morta e Viva qu’ei estranye coma ei estranh un parsan oelhat per un aviator qui vola haut shens poder distingar los barèits de las sègas e los pleishs deus arbres mètshes. »4 : une façon de rappeler que la traduction épique de l’histoire entraîne nécessairement ce changement d’échelle et de perspective à propos duquel Hegel professe que « le caractère achevé et unifié du poème épique » non seulement se réalise au niveau du « contenu » mais aussi nécessite « une vision du monde totale »5 – et celle-ci est indissociable d’une vision panoramique des événements et des acteurs par qui les événements surviennent ou dont ils sont les exécutants dans le cadre d’un ordre qui les englobe et les dépasse en tant que personnes singulières, qui fait d’eux ce que Roland Barthes appelait des « êtres de papier », c’est-à-dire des êtres tels que les conditionne le discours d’un auteur dans son livre ; en d’autres termes et peut-être plus que pour les autres catégories de héros littéraires, le héros épique est essentiellement figural.

5L’expression de l’abbé Sarran « une œuvre étrange », que je rapportais voici un instant, doit être replacée dans le contexte de l’accueil reçu par l’œuvre : celui-ci, c’est le moins qu’on puisse dire, fut réservé. L’impression générale est qu’à l’époque de la parution, sauf quelques rares exceptions, la critique et les recensions se caractérisèrent par un discours dont, en termes pédagogiques, nous dirions qu’il est « hors sujet », qu’il s’est trouvé dans l’incapacité de prendre la mesure du texte quant à sa conception et quant à sa réalisation. Camelat évoque cette situation dans des lignes que l’on a plusieurs fois citées et qui ne dissimulent pas l’amertume ou la déception. Voici ce qu’il écrivait à André Pic en 1933 :

  • 6 Letres causides… (référence complète à la note 1), p. 13 (lettre du 3 décembre 1933) : la compréhe (...)

« Qu’ère [i.e Morta e Viva] acabade en 1913, mès la guerre e ua birade (qui nou bau arré e qui-m demandaben) que-m destrigaben. Qu’ey estat u predic dens lou desert ; nou i aboure que Begarie… e qu’ère defunt. Tant per tant se Rounjat e bi ço qui n’ère, mès, malaut (que mouri en 1925) nou poudou dise dens u yournau de Proubence que i abè quauqu’arré de nabèt. Sarran que-m resseguè que l’epic n’ère mey poussible (qu’en sabè ?). Palay nou i bi luts tapoc ; gn’aute amic, Tauzin (lou Cap-couy) de Baigts que-m reprouchè lous bèrs de dèts pès ; Lacoarret que-m proupousè de nou persegui la publicaciou, dinque e i aboussi hournit lou Gastou-Febus, Gastou IV, Henri IV ! Se yamèy e podes léyé ço que Dasazars e digou aux Yocs Flouraus, que t’en harés une boune pinte d’arride… »6

  • 7 André Pic, « Bistes sus l’obre de Camelat », Reclams de Biarn e Gascougne, n° s 10, 11, 12, 1945, (...)

6André Pic bénéficiait de telles confidences du fait que dès sa première lecture, il était entré dans le propos et dans l’intimité de l’ouvrage, si bien que ce qu’il en a dit doit être tenu pour le juste et honnête contre-pied des pauvretés de jugement dont on vient d’avoir un aperçu.7

7Rappelons comment, dans son aspect le plus immédiatement apparent, l’œuvre s’offre à nous. Dans le premier des neufs chants dont elle est faite, est d’emblée exprimée la douleur que suscite le présent de la Gascogne : « la mala òra que’t tua » s’écrie la poète au dernier vers de la première strophe, sorte de reprise amère, quasi désespérée du tout premier vers de l’ouvrage, lui-même écho d’un siventès fameux de Bernat Sicart de Marvejouls dont le

« Ai Toloza e Proensa
e la terra d’Agensa
Bezers e Carcassey
Quo vos vi e quo-us vey. »

8devient sous la plume de Camelat :

Gasconha, en quauque temps quin èras e t’ès hèita !

9Après quoi vient un appel à l’aide adressé à Dieu et à la vierge de Lourdes, prologue propitiatoire dont ne pouvait faire l’économie le catholique convaincu – et le fervent de Mistral – qu’était Camelat (v. début de Mirèio).

  • 8 Chant II, 44.
  • 9 Chant III, 22.
  • 10 Chant III, 43.

10L’épopée proprement dite commence par un admirable morceau d’anthologie, la montée nocturne des poètes au sommet du pic d’Ossau, qualifié par l’auteur de « Sinaï ventescós » (Sinaï venteux)8 mais aussi désigné ailleurs dans l’œuvre comme « aqueth Carmel Gascon »9 ou « lo noste Tabòr »10. Ces poètes, qui sont les aînés, les contemporains ou les compagnons de Camelat, savent comment s’est fait le long et hasardeux chemin du passé au présent et en dépit des déchéances imposées par l’histoire, ils ont voulu se retrouver barba a barba en tant que devòts, credents de la Gasconha avienidora : dès lors, le thème de la Wasconia rediviva va s’esquisser jusqu’à une conclusion dont il sera question le moment venu ; il se modulera bien sûr au gré des discours que l’auteur prêtera à ceux qui ont entrepris l’ascension vers le sommet tutélaire, dont l’évocation me fait penser à un passage de Brot und Wein dans lequel Hölderlin, célébrant le « Seliges Griechenland » (La Grèce bienheureuse), nomme « die Berge/Wahrlich zu einzigem Brauche vors alters gebaut » (les montagnes édifiées dès l’origine pour cette unique solennité). Je crois ce rapprochement d’autant plus licite que ce moment du poème de Camelat est placé sous le signe des univers qui circonviennent la terre :

« Que s’espessí lo vrèspe, e negrosas peirassas
per aquiu que’s plantèn com nueitius esperits.
Cadun, deu son baston que truca, e las picassas
qu’arrebomban, a còps los patacs esberits.
Dab ta cançon, Gave qui tutas et no’t pausas,
eths que’s sentivan bolegar de tandas causas :
b’avèn suu cap milèrs d’annadas qui son pausas !

  • 11 Chant I, 36-49.

La Nueit, l’escura Nueit, la comair trista e muda,
deu son manto de páurs que’s vesti devath eths,
serea. Peus campàs luenhècs de l’estenuda,
que vadón, que s’es.hlamèn, cranhtius los Hustests.
Delà Tolosa, lo Gran Car que s’en anava
e la Cloqueta sus Baiona que se’n dava :
vista de gai, totstemps anciana e totstemps nava. »11

11Notons-le bien, il ne s’agit pas ici d’un abandon pur et simple à l’immémorial ou à l’inconnu, il ne s’agit pas non plus de l’effroi pascalien devant les « espaces infinis » : le poète, tout simplement, a estimé que le référence à notre environnement cosmique était à la mesure du regard porté sur le temps historique dans toutes son épaisseur et dans toute sa complexité :

  • 12 Chant II, 9-15.

« La nueit, enqüèra mei, que s’èra amantolada
de veiria, amuishant adarrond, marcadiu
shens fin, sons escabòts de mondes : l’estelada
qui marcha cranhedora a las sòlas de Diu.
Devath la trengla deus lugrans qui an la dançèra
dens la negror qui, per la pausa, trista e’us èra,
qu’endevinavan la Gasconha en la necèra. »12

12Mais voici venu le moment où la parole va circuler parmi les participants à l’équipée poético-gasconne de la montagne d’Ossau, ces participants qui, selon une convention littéraire bien connue, vont jouer le rôle d’autant de locuteurs fictifs auxquels le poète a confié son dire. Le premier à s’exprimer sera Adrien Planté (1844-1912), qui fut le premier capdau de l’Escòla Gaston-Febus, fondée en 1895 et qui à l’époque faisait figure de branche occidentale du Félibrige : le propos qu’il tient fait immédiatement suite au récit de la montée vers le pic d’Ossau et occupe le deux tiers du chant I. L’intervention se termine sur un face à face de la mort et de la vie, avec l’espoir que la Gascogne trouvera la force de reconquérir la seconde sur la première.

13Dans les chants II à VIII, le donné historique est directement et explicitement mis à contribution, par la mise en valeur d’épisodes, de moments ou de personnages tenus pour particulièrement représentatifs du destin de la contrée, dont, grâce à l’annexe 1 du présent travail (sous le titre Traduction des « sommaires » mis par Camelat en tête des chants de « Morta e Viva »), ont voit ce qu’il en est des uns et des autres. Vous découvrez aussi le nom des poètes gascons auxquels Camelat a « donné » la parole. Le chant IX et dernier est occupé par ce qui avait appartenu à une actualité à laquelle le poète avait été directement mêlé : nous verrons comment.

14Du point de vue de la métrique, un fait mérite d’être souligné : les discours proprement dits prêtés aux intervenants des chants II à VIII sont en décasyllabes, alors que les introductions de chacun de ces chants par le capdau Planté ainsi que le chant I dans sa totalité mettent en œuvre l’alexandrin ; s’agissant des propos mis dans la bouche de Mistral, au chant X, Camelat leur a réservé une forme particulière, visiblement une série de variations à partir de la strophe à laquelle le maître de Maillane avait donné dans Mirèio le prestige que l’on sait.

15Et maintenant essayons de mieux cerner le statut de l’œuvre et de voir ce qu’il y a derrière le discours du poète dans ce qu’il comporte de directement apparent.

16Je commencerai par un problème qui, à première vue, pourrait être tenu pour une simple affaire de terminologie et qui en fait est à examiner du point de vue de l’intention qui préside au discours dont l’ouvrage de Camelat est porteur d’un bout à l’autre. Il s’agit du mot Gasconha lui-même. On sait que le vocable latin dont procède le terme roman qui nous occupe appartenait à la latinité en tant que telle, comme le montre ce passage d’une épître de saint Paulin de Nole (353-431) à Ausone :

  • 13 « ... parce que toi, le saltus de la Vasconie et les neiges des Pyrénées, tu me les offres en guis (...)

« quod tu mihi vastos
Vasconiæ saltus et ninguida Pyrenæi
Obicis hospitia… »13

  • 14 Transposition de el monte bosque de los vascones, expression employée par le P. Germán de Pamplona(...)

17Quelques vers plus loin, il est question du v(ou V ?)ascone saltu : rappelons que le contexte et ce que l’on sait par l’histoire ont amené à traduire saltus par « montagne-silve des Vascons »14. Par ailleurs, les adjectifs ethniques vasconicus, vasconis sont attestés de Pline l’Ancien ( ?) ou Juvénal à saint Paulin de Nole, c’est-à-dire à partir du Ier siècle de notre ère. Ajoutons que Vasconia, pour ce qui est des débuts haut-médiévaux de l’histoire de nos contrées, désigne encore et uniquement le pays des Vascons : il en allait ainsi chez les écrivains de l’antiquité et c’est encore le cas chez Grégoire de Tours ; grâce à une information donnée par Frédégaire, nous savons qu’à compter environ du VIIe siècle il s’est appliqué à l’ensemble du triangle aquitain, c’est-à-dire à une zone qui n’est rien d’autre que la partie non celtique ou partiellement celtisée de la Gaule (v. César, Strabon et alii). Dès le VIIe siècle également, l’anonyme de Ravenne était fondé à parler d’« une patria que dicitur Guasconia que ab antiquis Aquitania dicebatur ».

18Les données dont je viens de faire état sont connues de beaucoup, mais il m’a paru indispensable d’en faire une sorte de résumé pour prendre toute la mesure d’un fait qui devrait fortement attirer l’attention de ceux qui lisent Morta e Viva : en effet, Camelat n’a jamais recours au nom de l’Aquitaine ; bien mieux, dès le début de l’œuvre, c’est uniquement de la Gascogne qu’il s’agit : on a déjà cité le vers initial du chant I, celui qui fait écho à Sicard de Marvejols, mais après avoir ainsi mis en route son discours, le poète va le poursuivre en faisant venir au premier plan une Gascogne d’avant la Gascogne, une Gascogne dans l’espace et le temps de laquelle se déroulaient des événements que l’histoire a d’ordinaire attribués à une entité appelée Aquitania. Ainsi, toute l’affaire de la prise de l’oppidum des Sotiates par Crassus est rejetée dans une sorte de hors-temps historique, narrée par rapport à une marche des événements qui, pour le poète, concerne déjà le coin du monde voué un jour à être nommé Gasconha « Gascogne » et rien que Gasconha : une sorte de prédétermination transcendante et non pas un anachronisme volontairement recherché. Cela nous ramène au fait que l’épos, pour se déployer, a besoin dès le départ d’entités collectives homogènes ou relativement homogènes et surtout immédiatement désignables : peuples, pays, ensembles politico-culturels, etc. Notons à ce propos que dans le sommaire du chant II, Camelat interroge : « Gasconha, qu’èra donc davant Roma ? », ce qui peut s’entendre « La Gascogne, qu’était-elle devant Rome, face à Rome », et dans ce cas c’est bien de la contrée portant le nom qui nous occupe qu’il s’agit ; sans que soit toutefois entièrement exclue une traduction « La Gascogne, qu’était-elle donc avant Rome ? », le sémantisme de la préposition davant permettant en gascon cette double lecture.

19La dernière partie du chant II nous retiendra encore un instant. Césaire Daugé, le locuteur à travers qui s’exprime le poète, avait séjourné à Rome, si bien qu’il était cohérent de mettre dans sa bouche un discours sur l’urbs Romana elle-même. Camelat imagine que Daugé se trouvant un soir devant le Colisée est interpellé par le monument qui lui adresse une harangue sur le thème de la mise en place de l’Imperium, de l’impitoyable entreprise de colonisation et d’uniformisation menéepar la Ville Éternelle. En voici les derniers vers :

  • 15 Chant II, 538-545.

« Non cranh ne còth estret, ne mar espumosa ;
qu’eishartiga la Gaula. A l’endavant
que junta la Germania brumosa ;
que liga dab l’Africa lo Lhevant.
E l’aret de Roma que romanisa ;
la Gasconha que’s devira en casau,
qui non vòu, deu son renom una cenisa ;
de tota intelligéncia b’ei la sau ? »15

20Cet « araire de Rome qui romanise », quelle place occupait-il dans l’univers mental de Camelat, comment au fond de lui-même le poète ressentait-il la prodigieuse mutation par laquelle on est passé de l’ordre romain à un ordre nouveau ? Sur ce point et notamment à propos de cette Gascogne qui se fait « jardin » à la faveur d’un mouvement initié par « l’araire » de Rome, le lecteur est comme abandonné à lui-même, le discours prêté à Daugé s’interrompant brusquement avec, sur le plan graphique, recours aux guillemets fermants et aux points de suspension après la deuxième syllabe du vers ; et c’est l’auteur lui-même qui complète le décasyllabe, par une remarque absolument appropriée à la situation créée par l’énonciateur fictif :

  • 16 Chant II, 557.

« Que nse carèm aquiu dessús. »16

21Le lecteur ne serait-il pas ici en quelque sorte abandonné à ses propres supputations ? Dès lors, que va-t-il en être de l’image de cette Gascogne dont on a vu il y a quelques instants que le poète en faisait avant tout une figure que je qualifiais de transcendante, on pourrait dire aussi de transhistorique ? Observons au passage que du fait des caractéristiques dénotées par le couple d’adjectifs à préfixe trans-auxquels j’ai recours, les deux premiers vers du chant I, celui qui transpose Sicard de Marvejouls et celui qui vient immédiatement après – Lo baram d’arrajòus dens lo sostre e’t cadó « Ton auréole de rayons dans la litière des bêtes est tombé » – reçoivent un supplément de signification : en sortant du transhistorique pour entrer dans l’historique, la Gascogne se trouve dépouillée des attributs qui étaient le signe même de sa prédestination à un destin éclatant.

22Dans les chants qui viennent à la suite du deuxième, la tonalité qui va dominer est justement celle de la tragédie et des malheurs de l’histoire : il suffit de consulter les sommaires qui introduisent le texte poétique : exemples ici. Et l’on arrive au chant huitième, La deshèita de Murèt (La défaite de Muret), dont le thème a priori n’est pas de nature à rompre la chaîne de la malédiction. Mais voici que reconstituant imaginairement ce qui se passe dans le camp aragono-tolousain la veille de la fameuse bataille (12 septembre 1213), le délégué de Camelat pour ce chant, en l’espèce Simin Palay, après avoir souligné l’infériorité numérique des troupes de Simon de Montfort, proclame d’entrée de jeu :

  • 17 Chant VIII, 60-63.

« E per avança, la victòria
que’s mercava tà nos ; lo Trobadors
que cantan la boca plea de glòria
de l’En Peire e deux comtes las laudors… »17

23Ici on entre dans l’un des plus beaux endroits de l’œuvre, tout un passage qu’il importe d’autant plus de citer qu’il va nous apporter pas mal de données en ce qui concerne ce « récit d’Occitanie » auquel notre colloque est voué :

  • 18 Chant VIII, 64-79.

« Patria deu gai, dont la vista encanta ;
aunor de la tèrra, anant au pitèr,
qu’ès la vencedora a la votz puishanta ;
la toa termièra enlà que’s portè.
Deus òrts de Valéncia, aux tucs de Murcia,
deu Gorg de Casconha au Puei deu Velai,
los tons jòcs que son jòcs de Poësia :
dauna de beror, bèth pòdes anar-i.
Dauna de boentat, dauna devociosa
a tot çò qui joen e viu sense hèu,
qu’as au ton plan-estar la merca gloriosa,
lo signe prendiu d’un aire de cèu.
Escantilh d’amor dens ua pèth clara !
Se briga de prova e horas deu pè,
nat tesic pipaut no’t nubla la cara ;
quina canta deus tons pòts s’esliupè ! »18

24Un locus amœnus ou pour mieux dire un locus perfectus, qualifié de patria, dans laquelle s’affirme l’une des valeurs fondamentales de l’univers courtois, le gai, autrement dit joi : et la Gascogne, avant la perte de son baram d’arrajòus « son auréole de rayons », faisait partie de cet univers (voir plus loin) ; de plus cette patrie est une femme, une dauna dotée de toutes les qualités motivant le service d’amour, elle porte lo signe prendiu d’un aire de cèu « le signe tôt venu d’une mélodie céleste » : bref un appel vers le haut.

25Quant à l’emprise géographique de ce monde, plusieurs remarques s’imposent : compris entre des lieux ou des sites aussi prestigieux que le puy du Velay, le golfe de Gascogne, les jardins de Valence et les hauteurs de Murcie, il existe par une continuité occitano-catalane, on pourrait même dire par le fait qu’Occitanie et Catalogne sont les mêmes dans leur différence. Rappelons à ce propos que Camelat avait très tôt noué avec le monde catalan des contacts intellectuels et personnels : visiteur de Barcelone en 1911, liseur de Verdaguer et de Maragall, il eut aussi la satisfaction de voir Morta e Viva chaleureusement saluée par Joan Lleonard, alors que le milieu gasconisant, comme on l’a dit, resta plutôt en retrait et même marqua parfois plus que de l’incompréhension à l’égard de l’œuvre. De toutes les façons, on ne peut que souscrire à l’assertion de Robert Lafont :

  • 19 Robert Lafont, « Camelat e l’espaci de l’escritura gascona », Michel Camelat (1871-1962), Actes du (...)

« Lo catalanisme èra comprés dins la verquièira felibrenca : cal plan dire que Camelat ne faguèt una inspiracion poëtica vertadièra. »19

  • 20 L’expression est de Pierre Tucoo-Chala : v. son beau livre Gaston Fébus et la Souveraineté de Béar (...)
  • 21 R. Lafont, op. cit., p. 117.
  • 22 Forme primitive de Morta e Viva : déclaration ou lettre de Camelat à ce sujet.

26De cette authenticité, le passage que nous avons cité et essayé de commenter est une preuve éclatante, parmi d’autres d’ailleurs. Les quatre bornes assignées à la patria deu gai, les hauteurs du Velay, le golfe de Gascogne, Valence et Murcie, dessinent une sorte d’*Occitano-Catalogne d’un seul tenant et très distendue vers le sud, avec une double façade maritime, méditerranéenne et atlantique : par la référence explicite à cette seconde, la Gascogne occupe une place non négligeable dans l’ensemble ainsi évoqué ; de surcroît, on a des raisons de croire que l’axe transpyrénéen catalano-gascon occupait l’imaginaire de Camelat de manière insistante ; en cette affaire, gardons-nous toutefois des interprétations ou des suppositions exagérées ou gratuites : en tant que lecteur de l’historiographie, il est certain que le poète d’Arrens savait ce qu’il en était par exemple du fameux « grand état pyrénéen »20 qui habita la pensée de Gaston Febus21, basé sur une continuité territoriale du Béarn au comté de Foix et très mal vu par le roi de France Charles V. Mais en arrêtant délibérément le cours des événements dont il a nourri son écriture à la défaite de Muret – l’œuvre dans sa forme primitive allait bien plus loin22 –, il nous fait rencontrer ce qui semble être l’un des points forts de son livre. En effet, dès lors que tout est consommé, quand sur le champ de bataille le cadavre de Pierre d’Aragon n’est plus qu’un cadavre parmi tous les autres, plap tot blanc, hred et nud « tache toute blanche, froide et nue » que Simon de Montfort vient contempler après le combat, c’est la patria deu gai qui a perdu jusqu’à sa raison d’être et ni les aléas de l’histoire ni les combinaisons politiques ou dynastiques ne sauraient la lui rendre.

27Est-on pour autant réduit à prendre acte du poids écrasant des circonstances ? Ne peut-on pas ou ne doit-on pas chercher une issue ? Et si oui, comment n’aspirerait-on pas à revenir à cette transcendance que le poète, dès le début de son œuvre, donnait comme l’être même de la Gascogne ? Pour opérer ce retour, il n’est qu’un seul chemin, celui qui conduit, par-delà les hasards ou les malheurs de l’histoire, à un ordre supra-événementiel, représenté précisément par l’omniprésence des jòcs de Poësia nommés au vers VIII-70 : ainsi, mise en œuvre dans et par la poésie, la parlure de Gascogne prend sa juste part et occupe toute la place qui lui revient dans la tâche de reconquête et d’exaltation du langage à la fois multiple et un, dont l’emprise s’étend des marches septentrionales d’oc aux ultimes confins de la Catalogne.

28C’est à la parole mistralienne que sera confié, dans le chant final, l’accomplissement de cette mission rédemptrice. Évidemment, en considérant le texte au premier degré, il y a des chances pour que l’on soit quelque peu surpris sinon choqué par cette sorte de prosopopée dans laquelle la figure du Maillanais finit par occuper tout l’espace de l’expression, ce qui est d’autant moins étonnant que le souvenir quasi obsédant de la Sainte Estelle de 1901 pèse ici de tout son poids : Robert Laffont va jusqu’à prononcer à ce sujet le qualificatif d’insupportable, ce qui du point de vue du jugement de goût est défendable. Et personnellement, je confesse volontiers que je ne puis me déprendre d’une certaine gêne à la lecture de ce final de Morta e Viva. Essayons cependant, afin de mieux comprendre le mouvement de l’œuvre, de voir ce qui semble se profiler derrière le propos attribué au Maillanais. Pour amorcer la réflexion, je verse au dossier cette remarque de Jean Salles-Loustau :

« Ce déplacement de l’inspiration épique du combat guerrier vers celui qui est mené contre l’oubli (la majuscule du « Desbromb » en fait l’adversaire absolu) est caractéristique de l’œuvre. Sur ce point, Morta e Viva respecte la règle de toute épopée qui consiste à focaliser sur un moment, un lieu ou un groupe le destin d’un peuple, d’une idée, d’une civilisation. »

  • 23 Op. cit., p. 9.

29À l’appui de ce point de vue, Salles-Loustau invoque essentiellement le fait que « la Gascogne de Camelat est liée à l’ensemble occitan », que le poète d’Arrens a évité « d’assigner la Gascogne à un lieu donné ou de la réduire à quelques traits prédéfinis »23. J’ai essayé de mettre en valeur ce qui me semble être la signification fondamentale de cette manière de procéder quand j’ai parlé de transcendance et évoqué la partition jouée par l’idiome gascon dans le concert linguistique de la grande patria telle qu’elle est célébrée par le poète.

  • 24 Chant IX, 286.
  • 25 Chant IX, 287.

30Mais sommes-nous pour autant pleinement éclairés sur ce qui se passe véritablement dans le chant IX ? La question doit d’abord être examinée à la lumière d’un événement précis, la Sainte-Estelle de Pau en 1901, qui sans aucun doute a été déterminante quand Camelat a eu l’idée de faire intervenir Mistral dans le strict respect de la convention de son livre, je veux dire celle de la parole par délégation. C’est ce qui explique le poids explicite et implicite que prend le rituel félibréen dans le texte du chant : Mistral en appelle à la fois aux Catalans, aux Provençaux et aux Gascons, reprenant à son compte le thème de la patria deu gai, appelée en la circonstance patria de jòia – la rime avec béròia « belle » est de cette façon assurée –, il invite également ses interlocuteurs poètes à partager le vin de la Copa Santa, le breuvage du Vaishèt rebiscolaire « [le] Vase de reviviscence »24 devenant, pour les frairs deu só-colc « les frères du soleil couchant », les Gascons25, le breuvage résurrecteur de leur monde, non sans recourir parfois à une rhétorique d’intention édifiante, nourrie pour une bonne part d’un prophétisme roboratif et consolateur :

  • 26 Chant IX, 294-297.

« Gasconha ! qu’ès reviscolada d’a bèth talh,
en.hla’t donc, a l’auba, de l’alegria de las alegrias !
Se la necèra t’a nhacada, uei qu’ei l’Abonde qui t’aimè,
e l’abondèr ton, n’ei pas ua carga ! »26

  • 27 La formule « habiter poétiquement la terre » est glosée par Heidegger de la manière que voici : «  (...)
  • 28 Pierre Pasquini, Les Pays des parlers perdus (préface de Robert Lafont), Montpellier, Les Presses (...)
  • 29 R. Lafont, Mistral ou l’illusion, Paris, Plon, 1954 (première édition).

31Et que contient la coupe offerte aux Gascons ? Tout simplement ce que Robert Lafont appelle à juste titre « la victòria totala e tota mistralenca de la divina poësia » : c’est elle qui sera désormais le destin et la raison d’être promis à la Gascogne. Si l’on y regarde de plus près, on voit bien qu’à la transcendance transhistorique dont était crédité au début de l’œuvre ce canton de la terre, se substitue une autre transcendance, celle, incorporelle, de la poésie qui pour le coup est qualifiée de « divine » quant à son essence et à sa destination mais est aussi tenue comme pourvoyeuse d’avenir. Dès lors, naturellement, les règles du jeu changent : Hegel, dans la suite du texte auquel je me suis déjà référé, professe que « l’unité épique n’est réalisée que lorsque, d’une part, l’action particulière en est arrivée à sa conclusion et que, d’autre part, elle a, dans son déroulement, gardé le contact, pour nous la rendre perceptible, avec la totalité du monde sur le terrain sur lequel elle a évolué, d’où médiation directe entre ces deux sphères, c’est-à-dire entre l’action individuelle et la totalité du monde ». S’il en est bien ainsi, la médiation mise en lumière par le philosophe n’est plus le rapport de complémentarité et de réciprocité qu’entretiennent la totalité vitale et l’individualité héroïque, elle relève dorénavant d’un ordre nouveau dont « le terrain » est uniquement celui de la poésie, les poètes prenant la place des héros : ainsi, on est entré dans quelque chose qui fait penser, selon une formule célèbre de Hölderlin, à « [l’] habiter poétiquement la terre »27. Mais la voie ainsi ouverte ne va-t-elle pas conduire à une situation à propos de laquelle il y aura beaucoup de questions à se poser ? En effet, identifier le sort et l’être de la Gascogne à « la divine poésie » dans le sens le plus mistralien de l’expression, la doter de cet attribut purement incorporel, c’est courir le risque de lui donner un statut fortement conjectural : et si à partir de là on entend poursuivre la réflexion, n’y a-t-il pas de grandes chances que l’on se heurte à la problématique évoquée voici quelques années à peine par Pierre Pasquini, celle des « parlers sublimés et de la langue nostalgie »28 et qu’on se trouve donc face à un autre débat ? Dans cette perspective, ne retrouverait-on pas aussi « l’illusion », dans le sens que Robert Lafont donnait autrefois à ce mot dans un ouvrage qui nous avait tellement appris sur Mistral et le devenir du mistralisme ? 29

32La question qui clôt le paragraphe immédiatement précédent en appelle une autre. Serait-il illégitime de se demander si le morceau de bravoure qui est à l’ouverture de Morta e Viva n’aurait pas vocation à être sa vraie conclusion ? En effet, si on tient l’intervention de Mistral au chant IX pour une sorte de pièce rapportée, on est fondé à penser que le véritable esprit de l’œuvre est déjà tout entier présent dans le récit de l’assemblée des poètes sur les hauteurs d’Ossau, évocation dès lors apte à subir la permutation que l’on vient de dire. Le texte n’exclut pas cette interprétation, bien mieux il la renforce et sur ce point il suffit de citer Camelat, le meilleur moyen d’amener la conclusion :

  • 30 Morta e Viva, chant I, 162-168.

« Que se’m tien l’arradits, que pravi de la branca
Ont tremola a l’esguit en perletas, l’arrós ;
enqüèr lo gorguejaire ausèth dab jo s’estanca
e que m’en.hli de chucs empumós los borrons.
Tà’u qui m’a vista un pensament que s’assolida
au son cervèth : non soi secada ne halida ;
longadements, ajumpà’m que’m devi, polida… »30

33Ces vers du premier chant de Morta e Viva ne disent-ils pas, métaphoriquement et magnifiquement, le rêve que Camelat nourrissait dès ses plus jeunes années, le rêve d’une Gascogne rendue à la plénitude de son destin ?

Annexes

ANNEXE 1

Traduction des « sommaires » mis par Camelat en tête des chants de Morta e Viva.

Explications accompagnant les « sommaires » : a) précédées de la lettre C : elles reproduisent celles que Camelat lui-même avait données dans la deuxième édition de son œuvre ; b) précédées de la lettre R : elles sont de l’auteur de la communication.

Chant I. L’Assemblée

Qu’a été la Gascogne ? - Appel au Dieu créateur et à la Vierge de Lourdes. Les Chanteurs de la Terre maternelle, rassemblés, montent vers le pic d’Ossau. Leur capdau, Monsieur Planté, leur parle de la Gascogne de maintenant. Elle n’est plus rien et ses fils sont livrés à l’oubli. Le capdau trouve sur son chemin une vieille souche de sapin., pourrie et tombée en lambeaux : ce qu’il lui dit. La Gascogne tombée comme cet arbre, doit-elle revivre ?

R Monsieur Planté : Adrien Planté (1844-1912), le premier capdau de l’Escòla Gaston-Febus, fondée et 1895 et rattachée à la Maintenance d’Aquitaine du Félibrige.

Chant II. La prise de Sos

Les chanteurs dans l’obscurité. Que leur dit le capdau ? « Cherchons dans l’histoire d’autrefois les enseignements du présent ; Daugé, parle de la prise de Sos ». Daugé raconte comment Crassus, lieutenant de César, est venu sur la Garonne et comment Adcantuan, le maître de Sos organise la lutte. L’attaque du camp romain, la légion. Fuite des Sotiates et siège de la ville. Famine dans les murs. Entrée de Crassus. Charge d’Adcantuan. Le Colisée, échantillon brisé de la grandeur romaine. La Gascogne, qu’était-elle donc devant Rome ?

C Daugé : (l’abbé Césaire), né à Aire[-sur-Adour] (1858-1945), l’un des maîtres de notre renaissance.

C Sos : ancienne capitale des Sotiates, dans le Labrit.

R Adcantuan : le chef des Sotiates, dont le nom apparaît dans les sources anciennes, notamment dans la numismatique, sous la forme Adiatunn.

Chant III. Gondovald en Comminges

Le capdau remercie Daugé ; il montre la barbarie déshonorant la Gascogne. Appel à Sarrieu, fils du Comminges. Celui-ci parle des cités ruinées du Midi à la recherche d’un Sauveur. Ce qu’ils se disent : Comminges sans ses pierres, Toulouse qui vit les Vandales, Narbonne envahie par les Goths, Bazas mise à sac et à sang par les esclaves, Arles jalouse de Rome, Clermont qui crie : « Le Sauveur que vous voulez c’est Gondovald ! » Celui-ci remontant la Garonne et abordant en Comminges. Le siège. Mumolus et Sagitaire. Gondovald tué.

C Sarrieu : Bernard Sarrieu (1875-1935), philologue et homme d’action, fondateur de l’Escòla deras Pireneas.

R Gondovald : prétendait être l’un des fils de Clotaire Ier (lui-même l’un des fils de Clovis), roi de Neustrie ; en 584, il fomenta une révolte des Aquitains dont il se fit proclamer roi à Brive (décembre 584) : il était soutenu par le patrice Mummolus (Mummòu dans le texte gascon de Camelat) et il gagna Bordeaux où il reçut l’appui du comte Gargachaire (Sagetari dans le texte de Camelat. Trahi par Mummolus, son équipée s’acheva à Lugduum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges) où il fut massacré par les soldats de Gontran, l’un des fils de Clovis : pour faire bonne mesure, la ville de Saint-Bertrand fut incendiée et rasée (mars 585).

Chant IV. Lampégie

Le capdau rend hommage à Sarrieu. Il fait signe à Sarran pour qu’il devise de Lampégie mariée au Berbère Abi-Nessà. Un beau matin Abi-Nessà et Lampégie se sont arrêtés devant une fontaine à Puigcerda. Les chansons du berger à propos de l’arrivée des fils de Mahomet. Couplets de Lampégie (bataille de Toulouse). Songe de Abi-Nessà. Nouveau chant du berger (noces du Maure et de la Chrétienne). Pleurs de Lampégie. Les soldats d’Abd-al-Rahman transpercent Abi-Nessà et amènent Lampégie.

C Sarran : (l’abbé Fernand) (1872-1928) de Panjas en Armagnac, auteur dramatique, orateur populaire dont la marraine béarnaise était originaire de Sault-de-Navailles.

C Lampégie : fille d’Eudes d’Aquitaine, mariée au maure Abi-Nessà, en 730.

R Eudes : duc d’Aquitaine, « l’un des derniers Mérovingiens, Chilpéric II, chercha son aide contre le maire du palais Charles Martel, et, à cette occasion, il lui aurait reconnu le regnum de l’Aquitaine (718). Chilpéric, poursuivi par Charles Martel jusqu’à Orléans, se réfugia même en Aquitaine. Eudes alors négocia avec le Carolingien, qui à son tour le reconnut comme duc. » Charles Higounet, « Remous de peuples et survivances antiques », dans Histoire de l’Aquitaine, publié sus la direction de Charles Higounet, Toulouse, Privat, 1971, coll. « Univers de la France », p. 135.

R Lampégie : l’épisode dont s’est inspiré Camelat est à replacer dans le contexte des invasions musulmanes qui, au VIIIe siècle atteignirent, la partie sud-occidentale de la Gaule. Le duc Eudes s’était porté à la défense de Toulouse en 721 et comme l’explique Ch. Higounet, op. cit., p. 135-136 « la tradition veut qu’il ait cherché à joindre la diplomatie à la résistance en accordant en mariage sa fille Lampégie à un chef berbère révolté contre le gouverneur de Cordoue, et ce chef Munusa [i.e. celui que Camelat appelle Abi-Nessà] est connu par les sources arabes. Cela n’empêcha pas Abd-al-Rahman de lancer sa grande offensive sur la Gascogne et l’Aquitaine ». Abd-al-Rahman : général arabe, mort en 732 à la bataille dite de Poitiers.

Chant V. Loup à Roncevaux

Le capdau loue Sarran. La nuit sur la montagne. Planté demande à Lafore son chant sur Roncevaux : Charlemagne sortant de la vallée. Le comte Anselme. De la Rune au Canigou. Lutte de Roland et de Loup. Chant de victoire de Loup.

C Lafore : (Pierre-Daniel) (1863-1912), bel écrivain, né à Orthez : l’un des fondateurs de l’Escòla Gaston-Febus.

C Loup : (Loup II), fils d’Eudes d’Aquitaine, le père de Lampégie.

R La tradition qui fait de Loup II, chef des Vascons, le plus jeune fils du duc Eudes d’Aquitaine n’est tenue pour certaine : dans tous les cas, des hommes prirent part à la fameuse embuscade du défilé de Roncevaux (15 août 778).

Chant VI. Guilhem de Gascogne à Saint-Sever

Chaleureux remerciement du capdau à Lafore. Lalanne montre Guilhem devant son peuple, racontant comment les Normands descendirent en Gascogne. Comment ils y arrivèrent. Les moines de Condom, de Sorde, de Simorre, et un chevrier d’Ossau. Les montagnard de l’Escaladieu. Paroles de malheur sur le Temple. Gilhem à Taller.

C Lalanne : (Jean-Victor) (1849-1925), né à Lagor, instituteur, maître de la prose béarnaise.

R Guilhem de Gascogne : fils de Guilhem)-Sanche, duc de Gascogne (961-997). L’épisode de la défaite de Normands à Taller en 982 est connu par la légende de saint Sever, laquelle attribue ce fait d’armes à Guilhem de Gascogne, le fils du duc.

Chant VII. Centulle de Béarn devant Fraga

Le capdau remercie Lalanne. Il fait un signe à Labaigt-Langlade. Le chanteur raconte Centulle au pied des murs de Fraga. Centulle allié d’Alphonse de Castille contre les Maures. Propos de Centulle, d’Alphonse, de Bertrand de Lau. Centulle et son père, Gaston de Béarn, celui qui prit Saragosse.

C Jean Labaigt-Langlade, poète de notre Renaissance (1830-1916).

C Gaston [de Béarn] : Gaston IV le Croisé.

R Centulle : Centulle VI de Béarn, fils de Gaston IV le Croisé, tué le 17 juillet 1134 sous les murs de Fraga, alors qu’il prenait part à l’expédition d’Alphonse le Batailleur (= Alphonse de Castille dans le texte de Camelat) contre les Sarrasins.

Chant VIII. La défaite de Muret

Simin Palay sur le sommet doit parler de Muret. Le champ de bataille. Monfort arrive de Fanjeaux. Salut à Béziers et Carcassonne. Monfort dans le château. Les armées du comte de Foix, de Raymond VI, de sire Pierre d’Aragon. Mort du roi Pierre II. La troupe du roi d’Aragon.

Chant IX. Coupe de poésie

L’aube sur la montagne. Ruine de la Gascogne. Aubade à Mistral. Discours du Maillanais au château de Pau. Coupe de poésie. La Gascogne ne doit pas mourir.

ANNEXE 2

Texte original et traduction des passages de Camelat cités (l’ordre des citations est celui de la contribution) :

  1. J’en ai eu l’idée avant la parution de Belina. J’avais lu Calendau, et je voulais écrire quelque chose de ce genre, mais qui se pût lire, parce que je n’avais pas pu lire Calendau. Je commençai en 1898 à rassembler de la documentation. J’y ai mis quinze ans. (page 111)
  2. J’ai dû acheter un grand nombre de livres pour connaître l’histoire de la Gascogne. (page 112)
  3. Morta e Viva est étrange comme l’est un morceau de pays vu par un aviateur qui vole à haute altitude sans pouvoir distinguer les guérets des haies et les clôtures de haies vives des arbres fruitiers. (page 112)
  4. Elle [Morta e Viva] était achevée en 1913, mais la guerre et une traduction qui ne vaut rien et que l’on me demandait) me retardaient. Ce fut un sermondans le désert ; il n’y eu que Bégarie qui aurait… et il était mort. À peine si Ronjat vit-il ce qui en était, mais, malade (il mourut en 1925) il ne put dire dans un journal de Provence qu’il y avait quelque chose de nouveau. Sarran me rebattit les oreilles de ce que l’épique n’était plus possible (qu’en savait-il ?). Palay non plus n’y vit goutte ; un autre ami, Tauzin (Cap-couy « Tête chauve » : sobriquet) de Baigts me reprocha les vers de dix pieds ; Lacoarret me proposa de ne pas poursuivre la publication, jusqu’à ce que je lui eusse remis mon Gaston Febus, Gaston IV, Henri IV ! [ironie de Camelat sur ces noms historiquement prestigieux : il décoche ainsi un coup de pied à l’attachement quelque peu ombrageux des Béarnais à leurs célébrités ; dans le texte original, le nom d’Henri IV est d’ailleurs donné en orthographe française, soit Henri pour Enric ; Gaston IV : Gaston IV de Foix-Béarn, vicomte de Béarn de 1436 à 1472]. Si jamais tu pouvais [l’original porte un présent de l’ind., alors qu’un imparf. est normalement attendu : la traduction use de l’imparf.] lire ce que Desazars dit aux Jeux Floraux [de Toulouse], tu t’en donnerais une bonne pinte de rire… (page 113)
  5. Gascogne, qu’étais-tu dans le temps et qu’est-il advenu de toi ? (page 114)
  6. Le soir gagna en épaisseur, et d’informes roches noirâtres/d’ici de là se plantèrent comme de nocturnes esprits./Chacun de son bâton frappe, et des grosses pointes/rebondissent en écho, coup après coup, les heurts donnés de bon cœur./Avec ta chanson, Gave qui mugis sans repos,/eux se sentaient bouleversés par tant de choses : ils avaient sur leur tête des milliers d’années qui sont des instants ! La Nuit, l’obscure Nuit, la commère triste et muette/de son manteau d’épouvantes se vêtit à leurs pieds,/silencieuse. Dans les champs lointains de l’immensité,/naquirent, s’enflammèrent, hésitants, les Bâtons (Orion)./Plus loin que Toulouse, le Grand Char (le Char de David) s’en allait/et la Cloqueta (les Pléiades ou la Pléiade : le mot au singulier peut désigner le groupe des Pléiades dans son ensemble, partie de la constellation du Taureau) sur Bayonne se mouvait : vision de joie, toujours ancienne et toujours nouvelle. (page 115)
  7. La nuit, de plus en plus, s’était enveloppée de son manteau/de brillances, montrant à la ronde, foirail/infini, ses troupeaux de mondes : le peuple des étoiles/qui marche dans la crainte sous les semelles de Dieu./Sous la rangée des astres mus par leur danse,/dans l’obscurité, qui, pour l’instant, leur donnait tristesse,/ils devinaient la Gascogne dans l’indigence. (page 115)
  8. Elle [Rome] ne craint ni col étroit, ni mer écumante ;/elle essarte la Gaule. Se portant plus loin/elle atteint la Germanie brumeuse ;/elle lie à l’Afrique le Levant./Et l’araire de Rome romanise ;/la Gascogne se change en jardin, qui ne veut, de son renom, une pincée de cendre ; de toute intelligence n’est-elle pas le sel ? (page 118)
  9. Là-dessus, nous nous tûmes. (page 118)
  10. Et d’avance, la victoire/se déclarait pour nous ; les Troubadours/chantent la bouche pleine d’orgueil/du sire Pierre et des comtes les louanges… (page 119)
  11. Patrie de la joie, dont la vue enchante ;/honneur de la terre, qui marches vers le plus haut,/tu es la victorieuse à la voix qui s’élève ; ton terme au loin se porta./Des jardins de Valence aux hauteurs de Murcie,/du golfe de Gascogne au Puy du Velay,/tes jeux sont jeux de Poésie :/dame de beauté, tu peux t’avancer./Dame de bonté, dame dévouée/à tout ce qui par sa jeunesse vit sans fiel,/tu possèdes dans ton maintien la marque glorieuse,/le signe tôt venu d’une mélodie céleste./Montre d’amour dans une enveloppe limpide ! Si quelque poussière du foules de ton pied,/aucun prurit de salissure n’embrume ton visage ;/quel chant de tes lèvres se glissa ! (page 119)
  12. Gascogne, tu viens de reprendre vie,/emplis-toi donc, à l’aube, de l’allégresse des allégresses !/Si l’indigence t’a mordue, par l’Abondance tu as été aujourd’hui aimée,/et l’abondance qui t’échoit, elle n’est pas un fardeau ! (page 123)
  13. Ma racine prend force, je grandis par mes branches dans lesquelles tremble de ses perles, au lever du jour, la rosée ; et l’oiseau gazouilleur encore se pose sur moi et se gonflent de suc écumant mes bourgeons. Dans la tête de celui qui m’a vu, une pensée se fortifie : je ne suis ni desséché ni flétri ; pour longtemps, je dois me bercer, dans ma beauté. (page 124)

N.B. C’est à un arbre que le poète prête ce propos : cet arbre est un sapin, en gascon ua avet, terme de genre féminin, genre que l’on aurait voulu conserver dans la traduction afin de souligner le lien avec Gasconha « Gascogne », vocable lui-même féminin.

Notes

1 André Dupuy, « Dab lo Miquèu de Camelat », Oc, n° 226, oct.-déc. 1962, p. 7 ; cet article est également cité par Jean Salles-Loustau dans sa belle et scrupuleuse édition de Morta e Viva ; chez l’auteur, s. d. (après 1983) : nous utilisons ce travail et reproduisons dans nos citations la transcription en orthographe classique de l’occitan réalisée par J. S.-L ; sur les origines de l’œuvre v. aussi Letres causides de Miquèu de Camelat a Andrèu Pic, presentades per Marcèu Saint-Bézard, Pau, Marrimpouey jeune, 1967.

2 André Dupuy, op. cit., ibid.

3 Jean Bourdette (1820-1911), l’auteur des Annales des sept vallées du Labéda (Lavedan), Argelès-Gazost, 1898-1899 : cet ouvrage à visée historiographique est consacré aux divers « pays » entre lesquels se partage le bassin supérieur du Gave de Pau entre la frontière franco-espagnole et Lourdes, soit toute la portion sud-occidentale de l’ancien comté de Bigorre, aujourd'hui comprise dans le département des Hautes-Pyrénées.

4 Rapporté dans Miquèu de Camelat, La Literature gascoune des las Hounts prumères e Oey lou die, Pau, Marrimpouey, 1950, p. 87.

5 Hegel, Esthétique, d’après la traduction de S. Jankélévitch, Paris, Flammarion, 1979, vol. 4, p. 152.

6 Letres causides… (référence complète à la note 1), p. 13 (lettre du 3 décembre 1933) : la compréhension de Morta e Viva par André Pic est à l’origine de la deuxième édition (1951) de l’œuvre. V. aussi André Dupuy, « Michel Camelat vu à travers sa correspondance avec André Pic », Michel Camelat (1871-1962), actes du colloque de Flaran (mars 1983), publication : Béziers, Centre International de Documentation Occitane, 1965, p. 49-67.

7 André Pic, « Bistes sus l’obre de Camelat », Reclams de Biarn e Gascougne, n° s 10, 11, 12, 1945, p. 100-104.

8 Chant II, 44.

9 Chant III, 22.

10 Chant III, 43.

11 Chant I, 36-49.

12 Chant II, 9-15.

13 « ... parce que toi, le saltus de la Vasconie et les neiges des Pyrénées, tu me les offres en guise d’hospitalité… », Epistulæ, 10, 202-204.

14 Transposition de el monte bosque de los vascones, expression employée par le P. Germán de Pamplona dans sa communication « Los límites de la Vasconia hispano-romana y sus variaciones en la época medieval », dans Problemas de la prehistoria y de las etnologie vascas (IV Symposium de Prehistoria Peninsular bajo la dirreción del Dr. D. Juan Maluquer de Motes), Pamplona, 1966, p. 212.

15 Chant II, 538-545.

16 Chant II, 557.

17 Chant VIII, 60-63.

18 Chant VIII, 64-79.

19 Robert Lafont, « Camelat e l’espaci de l’escritura gascona », Michel Camelat (1871-1962), Actes du Colloque de Flaran (v. références complètes dans une note antécédente), p. 115-121 ; la citation vient de la p. 117.

20 L’expression est de Pierre Tucoo-Chala : v. son beau livre Gaston Fébus et la Souveraineté de Béarn, Pau, Librairie parisienne, 1981 (2e édition), notamment chap. III, intitulé « Vers un état pyrénéen (1370-1380) », expression reprise dans la première lignes dudit chapitre avec adjonction de l’adjectif « grand ».

21 R. Lafont, op. cit., p. 117.

22 Forme primitive de Morta e Viva : déclaration ou lettre de Camelat à ce sujet.

23 Op. cit., p. 9.

24 Chant IX, 286.

25 Chant IX, 287.

26 Chant IX, 294-297.

27 La formule « habiter poétiquement la terre » est glosée par Heidegger de la manière que voici : « Mais par poésie (Dichtung), ce que nous entendons maintenant c’est la nomination des dieux et de l’essence des choses, nomination fondatrice. “Habiter poétiquement”, cela veut dire : se tenir en la présence des dieux et être atteint par la proximité essentielle des choses. », Approche de Hölderlin (Erlauterungen zu Holderlins Dichtung), traduction française par Henry Corbin, Michel Deguy, François Fédier et Jean Launay, Paris, Gallimard, 1962, coll. Classiques de la philosophie, p. 54-55. Le texte d’où vient la formule « Habiter poétiquement la terre » est un poème qui n’est connu que grâce au seul Wilhelm Waiblinger, qui avait beaucoup approché Hölderlin à Tübingen et qui laissera un écrit célèbre, Hölderlins Leben, Dichtung und Wahnsinn (Vie, poésie et folie de Hölderlin) : les conditions de sa transmission font que la pièce est écartée par certains éditeurs du poète. La formule qui nous occupe est en réalité extrapolée à partir des deux derniers vers de la pièce dont l’incipit est In lieblicher Bläue… « En bleu adorable… » et qui se termine par Woll Verdienst, doch dichterisch wohnet/Der Mensch auf dieser Erde « Riche en mérites, mais poétiquement il a demeure/l’homme sur la terre. ». Le mémoire de Waiblinger a été publié en traduction française : Wilhelm Waiblinger, Vie, poésie et folie de Hölderlin. Présentation et traduction de Catherine Daric, Paris, EPEL, 1994, coll. École lacanienne de psycahnalyse. Concernant le texte dont il est ici question v. aussi Friedrich Hölderlin, Poèmes de l’autre vie. Traduit de l’allemand, préfacé et présenté par Alain Préaux, Bruxelles, Le Cri Édition, 1993, coll. « Poètes à découvrir », p. 15.

28 Pierre Pasquini, Les Pays des parlers perdus (préface de Robert Lafont), Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1994.

29 R. Lafont, Mistral ou l’illusion, Paris, Plon, 1954 (première édition).

30 Morta e Viva, chant I, 162-168.

Auteur

Université de Toulouse-le-Mirail

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540