Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Récits d'Occitanie

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jean-Noël Pelen

De Maurin des Maures à Maffre-Beaugé, le récit occitan de L’Humanité

Jean-Marie Guillon

Texto completo

  • 1 La communication est fondée sur le dépouillement presque exhaustif du quotidien et de son compléme (...)

1Le temps où la gauche portait la revendication décentralisatrice et posait même la question régionale dans des termes audacieux paraît bien loin aujourd’hui. Il s’agissait de toute la gauche, et pas seulement des chevaux légers du PSU et de quelques autres organisations marginales. N’étant pas communiste, ni lecteur assidu de la presse communiste, j’avais oublié que le Parti communiste, le parti « jacobin » par excellence, avait tenu en son temps un discours occitan. Sans doute, même à l’époque, et en dépit des amitiés que j’y avais, je n’avais pas mesuré combien il s’était engagé. Le hasard du dépouillement de L’Humanité des années 1970 me l’a fait redécouvrir. Cette contribution n’entend pas analyser l’évolution des conceptions communistes en matière régionale. Elle veut simplement rendre compte du reflet que son principal organe de presse en donne entre l’été 1974 et novembre 1979, puisque c’est entre ces deux moments que le principal de son récit occitan se déroule. C’est la mise en mots et en scène de cet aspect particulier de la ligne politique du moment qui m’intéresse ici, avec ses différentes phases, avec ses lieux emblématiques, avec ses héros. Bien entendu, pour mieux comprendre la place que cette histoire prend, il faudrait analyser les débats au sein de l’organisation, repérer les rapports de force qui la parcourent et lier ce récit à d’autres que dans le même temps le journal du PCF raconte ou qui, sur le même thème, sont racontés par d’autres. Il faudrait remonter plus haut pour en trouver les antécédents. Il faudrait suivre au-delà pour relever ses prolongements et l’étiolement. Il faudrait confronter quotidien national et presse locale du PCF pour, éventuellement, repérer un décalage, ou une antériorité, ou une inertie dans la conservation d’une ligne devenue obsolète1. Il faudrait suivre les hommes – car c’est une histoire d’hommes – qui mettent en actes et en paroles le récit occitan du PCF. Il faudrait enfin replacer ce discours dans celui plus général que tient au même moment un parti qui, de l’« eurocommunisme » à l’abandon de la dictature du prolétariat, paraît être en train de réviser ses principes de base.

La révélation du récit

  • 2 Tout un développement de sa 3e partie, « Démocratiser les institutions. Garantir et développer les (...)
  • 3 Loi portant « création et organisation des régions ». Rappelons que le conseil régional qu’elle in (...)
  • 4 Maurin des Maures en juin 1974 et série d’articles « Autour d’Alphonse Daudet » à partir du 8 août

2Centralisé, fier de son homogénéité apparente, farouchement patriote depuis la Libération, le PCF ne passe pas pour avoir des sympathies particulières pour le régionalisme ou pour ce qui pourrait rattacher le socialisme français au fédéralisme proudhonien. Ses références sont jacobines et, surtout pas, girondines. Globalement vraie, cette présentation n’en est pas moins grossière et la réalité plus nuancée. Toute une sensibilité militante, en particulier chez les instituteurs qui gravitent autour du mouvement Freinet, s’est attachée avant-guerre à la défense de la langue du peuple, et donc des « patois ». Mais le Parti, pour qui la Nation est une, n’a jamais vraiment porté cette aspiration. À la Libération, il a été l’un des acteurs principaux de la disparition des régions nées de la Résistance et représentées par les commissariats régionaux de la République. Dans les années 1960, il paraît se tenir à l’écart des débats qui, à gauche, autour du PSU, de Robert Lafont, ou de la SFIO, portent sur la décentralisation ou la « décolonisation » des régions périphériques du pays. En réalité, prolongeant une orientation qui s’est affirmée en 1967, le programme qu’il publie en 1971 – Changer de cap – prend en compte la décentralisation culturelle et préconise l’élection au suffrage universel, à la proportionnelle d’une assemblée régionale. Le Programme commun de gouvernement qu’il signe avec le PS l’année suivante, le 27 juin 1972, entérine cette évolution2. Mais s’agit-il d’autre chose que d’un ralliement tactique à un thème banalisé dans la gauche non communiste, d’une réponse à la loi de régionalisation que le gouvernement gaulliste fait alors voter, le 7 juillet 19723 ? En tout cas, rien dans la lecture de sa presse n’indique vraiment un changement d’intérêt pour la chose régionale en général ou pour le Midi en particulier. La représentation qui est donnée du Sud relève de l’imagerie traditionnelle. En 1974, pour L’Humanité, le Midi se confond avec la Provence d’Alphonse Daudet et de Jean Aicard. Les feuilletons ou les séries d’articles qui y renvoient sont, bien entendu, estivaux4. Cinq ans après, l’image que le journal donne du Midi n’est plus la même. Le Midi est passé de l’autre côté du Rhône, son héros n’est plus de fiction, c’est Emmanuel Maffre-Baugé, leader du mouvement viticole, figure de proue du Midi révolté, devenu « compagnon de route ». Entre les deux dates, c’est toute l’histoire de l’occitanisation du PC, le passage d’un méridionalisme touristique et littéraire (non régionaliste) à une analyse politique et culturelle de la région, en même temps que le passage – et ce n’est pas sans signification – d’un Midi à l’autre, de la Provence au Languedoc. Mais, au-delà de cette apparence, ce glissement vers une représentation non folklorique du Midi masque de fait l’abandon par le PC d’une ligne que le régionalisme avait paru un temps imprégner. Ce n’est, évidemment, qu’un aspect d’un tournant plus global.

  • 5 Les comités VVAP sont issus de Lutte occitane. Ils se sont constitués pour soutenir la candidature (...)

3Le récit occitan de L’Humanité commence à la fin de 1974. Il connaît son apogée, en termes d’occurrences, en 1978-79, et aussitôt le reflux. Pourquoi ce début fin 1974 ? Parce que la référence occitane fait son apparition dans le journal, me semble-t-il pour la première fois, le 12 décembre, dans un article situé à Béziers, consacré à « un métier pour des jeunes » et rendant compte de l’existence de VVAP (Volem viure al païs)5. Jusqu’ici, le traitement des problèmes méridionaux avait été des plus classiques, y compris la récurrente question viticole, même si les comptes rendus faisaient parfois référence au passé cathare. En 1974, la couverture des luttes qui se déroulent à Fos ou de celle que mènent, en décembre, les Dracénois contre le transfert de la préfecture du Var à Toulon ne s’accompagne d’aucune allusion régionaliste. Le discours naissant sur l’Occitanie concerne d’emblée l’autre côté, pas la Provence industrielle et touristique.

  • 6 « Sur les traces de Marcel Pagnol, le “santonnifié” d’Aubagne » du 19 au 22 août 1975. La Camargue (...)
  • 7 Cette année-là la Fête est répartie en six ensembles régionaux : Nord, Est, Ouest, Centre, Midi et (...)

4En 1975, les feuilletons de l’été restent dans les sentiers touristiques habituels – Marcel Pagnol et la Camargue6 –, pourtant le tournant occitan s’affirme. Il est net l’année suivante, mais la grande césure, la prise en compte globale du discours occitan des communistes languedociens par le Parti, se situe entre 1976 et 1977. La progression du nombre d’articles consacrés à cette région est spectaculaire. Le Languedoc, l’Occitanie, joue un rôle de déclencheur dans la « prise de conscience » régionale du PC. Sa place de région emblématique est liée à celle que tient désormais la question régionale. La thématique des fêtes de L’Humanité reflète l’évolution de la ligne du parti, passant du classique, « La Fête, le Peuple », en 1974, à l’inflexion démocratique, « La Fête des libertés », en 1975, à la diversité nationale, « Une fête aux couleurs de la France », en 1976, pour aboutir à « La France et ses régions » en 19777, et retourner par étapes sur les sentiers de plus en plus balisés, « la Fête de la qualité de la vie, de la lutte et de l’espoir » en 1978, « La Fête, la lutte » en 1979.

5C’est donc d’un moment très particulier dont il s’agit, moment de rupture, aboutissement d’une réflexion engagée à gauche, surtout hors du PC, dix ou vingt ans auparavant, effet inattendu de l’investissement soixante-huitard en politique, rencontre brève entre une conjoncture politique, une conscience régionaliste et une représentation idéologique.

La mise en récit

  • 8 L’Humanité-Dimanche, n° 74, 29 juin 1976, dossier « Les régions, c’est la France » avec en couvert (...)
  • 9 L’Humanité, 14 mai 1979.

6Le contexte politique et idéologique demanderait à être précisé. L’histoire des années 1970 est étouffée aujourd’hui entre mai 68 et les années Mitterrand. La période est pourtant essentielle. C’est alors que 68 fait sentir ses effets et que la victoire de la gauche se prépare. Le gaullisme se saborde et laisse la présidence de la République à la droite libérale, conservatrice et moderniste. Valéry Giscard d’Estaing vient d’être élu, en mai, au moment où ce récit commence. Le gauchisme s’épuise, une partie de ses forces réinvestit la gauche classique à qui l’unité « historique » conclue par le PS et le PC redonne toutes ses chances électorales. Vont en témoigner les élections municipales en 1977 et les législatives de 1978, mais les européennes de l’année suivante montrent que la mécanique unitaire connaît des ratés. L’Europe justement, elle est en toile de fond, pomme de discorde à gauche, point nodal des contradictions communistes et régionalistes. Le PC paraît s’ouvrir et prendre de l’autonomie vis-à-vis du modèle soviétique. Il opte pour l’eurocommunisme en 1976. Alors que le 21e congrès (automne 1974) ne sortait pas des discours rebattus, le 22e (février 1976) s’engage pour « le socialisme aux couleurs de la France ». L’article 59 de la Déclaration des libertés, publiée le 16 mai de l’année précédente, affirme que « le droit à l’existence et au développement des cultures régionales et particulières » est garanti. Le 22e congrès prend en compte la question régionale, crée une section au comité central dont Félix Damette devient le responsable. Le PC veut « faire avancer la société française vers l’épanouissement créatif, enrichissant pour tous, des particularités régionales enfin dotées des moyens non de « survie », mais d’essor vers l’avenir »8. Avec le 23e congrès (mai 1979), reviennent des analyses plus convenues et l’« Union de la gauche » est, de fait, mise en sourdine, mais Georges Marchais en conclusion réaffirme la volonté du parti de progresser dans la voie de l’autogestion communale et du pouvoir régional pour « obtenir vraiment le droit de “vivre, travailler et décider au pays« »9. Dans le même temps, le PC, traditionnellement hostile à la CEE, combat violemment son élargissement méditerranéen en brandissant sans retenue la référence patriotique. Ce chauvinisme national est la clé qui sert à refermer les portes des changements internes. Il est vrai que la crise économique, la « mondialisation » du moment, accélère les mutations sociales et régionales qui menacent la base ouvrière du Parti. Elle accentue les traumatismes collectifs en Lorraine, mais aussi dans le Midi, avec la débâcle de la « Navale » et la fermeture des bassins houillers des Cévennes et de Carmaux. Le Midi viticole qui vote à gauche supporte mal, dans ce contexte post-soixante-huitard et de crise, la tutelle du pouvoir central et ces transformations qui le bousculent. Depuis longtemps, il se sent ou se croit mal aimé, sacrifié sur l’autel européen. Il a peur d’une évolution qui menace son équilibre et son mode de vie. Le Parti communiste, parti tribunicien par nature, a jusqu’ici joué la carte du social, le « prolétariat ». Il paraît tenté par celle des régions « prolétaires ».

  • 10 Il y retournera par deux fois en novembre et décembre 1978.

7Le récit occitan s’installe donc entre 1975 et 1976. Il privilégie un secteur géographique, le Bas-Languedoc (Aude et Hérault) avec des pointes avancées dans les Pyrénées-Orientales, le Gard, Arles et Avignon. Mais l’essentiel se joue entre Montpellier, Béziers et Carcassonne. C’est là que Georges Marchais se rend en mai 197610. Le moment n’est pas indifférent. La région est propulsée sur le devant de la scène. Ce n’est pourtant pas la seule région en crise, 1975 a connu les événements d’Aleria et la Bretagne, à l’automne, a été paralysée par une journée morte. Certes aucune région de France n’est absente des colonnes du journal et, encore moins, de sa fête, mais aucune – ni la Bretagne, ni l’Alsace, ni la Corse – occupe une place équivalente au Midi, ou plutôt à ce Midi, qui est peu toulousain et pas vraiment provençal.

Le corps du récit

8Le récit occitan de L’Humanité comporte trois volets, social, culturel et politique.

  • 11 L’Humanité, 29 juillet 1975.
  • 12 « Unes » des 16 janvier et 3 février 1976.
  • 13 En « une » : « 100 000 à Montpellier pour le droit de vivre et de travailler au pays ».
  • 14 L’Humanité, 17 mai 1976, p. 5, avec un commentaire de Michel Cardoze, envoyé spécial (« TOUS accla (...)
  • 15 6 septembre 1978 : « Forti saremu si saremu uniti. Démocratie régionale, libération des ondes et d (...)
  • 16 L’appel est signé par 150 personnalités régionales (voir annexe jointe).
  • 17 L’Humanité-Dimanche, 12-18 juillet 1978.
  • 18 Il figurera sur la liste communiste aux « européennes » de 1979 (c’est l’un des deux seuls non-com (...)

9Le volet social, celui des luttes, est agricole, principalement viticole. Le thème s’installe en 1975, alors que depuis le début de l’année le comité régional d’action viticole multiplie les actions. L’Humanité dénonce avant tout la « destruction » de l’agriculture du Midi programmée par le gouvernement et Bruxelles : « Le vignoble méridional [est] en danger »11. Le mouvement, radicalisé à partir de l’été, reprend de plus belle au début de 1976. L’Humanité ne manque pas d’établir, comme tout le monde, la comparaison avec 1907. Mais elle ne signale pas que les drapeaux occitans ont remplacé les drapeaux français. Ni le ton, ni la teneur des articles ne sont originaux. Ils se situent dans la tradition défensive : « Le Languedoc-Roussillon ne veut pas mourir », « Une région dressée contre le mensonge et la crise : le Languedoc »12. Le mouvement des vignerons, dont certains éléments sont en armes, vire à la révolte régionale. Le drame éclate à Montredon le 4 mars, un vigneron et un officier de CRS sont tués dans l’échange de tirs entre manifestants et forces de l’ordre. L’Humanité ne jette pas d’huile sur le feu. Au contraire, elle tend à circonscrire l’information. Le PC contribue à la désescalade qui commence aussitôt. Il cherche à rendre le mouvement plus politique. C’est alors que le « droit de vivre et de travailler au pays » apparaît pour la première fois dans les colonnes du quotidien, le 30 avril, en rendant compte de la grande manifestation de Montpellier13. L’Humanité-Dimanche du 28 avril et du 4 mai accompagne cette prise en compte de la thématique VVAP. Quand Georges Marchais se rend dans le Languedoc, il est accueilli avec des drapeaux occitans et catalans. Il déclare dans son discours de Montpellier, que L’Humanité reproduit et commente : « Volem viure al païs, oui, vous avez raison ! » Sur la tribune tendue de tricolore, une banderole : « Per lo païs, les communistes avec nous pour une France où il fera bon vivre ». Le même numéro reprend une interview donnée au Midi Libre sous le titre « Comment nous sommes régionalistes »14. Le « droit de vivre et de travailler au pays » s’impose désormais comme une antienne. Il triomphe tout au long de 1977 jusqu’à la Fête de L’Humanité, qui en est en quelque sorte la consécration. Mais, s’il reste étroitement lié à la vigne et au Bas-Languedoc, il commence à s’élargir à la défense de l’emploi sur tout le territoire. Il s’étend même, en 1978, à la Corse sur laquelle le PC est toujours resté prudent, mais dont le « peuple » est reconnu15. Dans la ligne du 22e congrès et de la proposition de loi, déposée par le groupe communiste fin 1977, sur la « création d’un pouvoir régional dans la perspective du socialisme démocratique autogestionnaire pour la France », la question ressurgit au moment des législatives. Le thème est relancé avec le soutien apporté au manifeste Mon païs escorjat présenté à Montpellier par Emmanuel Maffre-Baugé, Robert Lafont et Jean-Pierre Chabrol, le 27 octobre 197816. L’Humanité, qui en rend compte dès le lendemain, et le PC le brandissent désormais régulièrement. Georges Marchais lui apporte publiquement son soutien en décembre lorsqu’il revient dans le Languedoc-Roussillon, bien qu’il ne reprenne plus lui-même le « volem viure » de 1976. Le slogan n’est pas abandonné, mais il est complété. Il est devenu « vivre, travailler et décider au pays »17. Car la menace est celle de l’étranger, c’est celle de la CEE. L’Humanité-Dimanche du 13 octobre 1978 publie un texte des cinq fédérations du Languedoc-Roussillon qui donne le ton de la campagne. Le titre, en langue d’oc, La Malarga, renvoie à la maladie qui tue les étangs. L’argument est simple : « Ils assassinent notre région, défendons-là ». Robert Lafont, présenté comme « une des plus grandes personnalités de l’occitanisme », sert de référence. En dépit de l’élargissement du thème, de son application à d’autres cas locaux, le Languedoc viticole reste le modèle. France nouvelle lui consacre son numéro du 12 décembre (« Le Languedoc veut vivre et décider »). La région a un héros, Emmanuel Maffre-Beaugé, que le PC fait sien. Depuis 1970, il est le porte-parole du Comité régional d’action viticole. Il incarne le sursaut de 1975-1976. Homme de masse et d’institutions, c’est un orateur inspiré, un tribun. Non communiste, ce notable qui affiche son engagement chrétien est issu du Languedoc « blanc ». Il possède donc les atouts classiques du « compagnon de route »18. En lui, se lient la défense viticole et la tradition régionale, l’économique et le culturel.

  • 19 L’Humanité, 11 octobre, p. 2, article de J. Chambaz, « Pour l’essor de la culture en Bretagne et d (...)
  • 20 L’Humanité, 11 juin 1976, p. 2.
  • 21 Cette troupe joue un rôle important dans la prise de conscience occitane. Son créateur, C. Alranq, (...)
  • 22 Dont le premier disque, Un païs que vol viure, est sorti en 1969 et qui, en 1974, est consacré son (...)
  • 23 En 1975, pour la première fois semble-t-il, le journal a rendu compte des 4e rencontres occitanes (...)
  • 24 L’Humanité, 13 septembre 1976.
  • 25 L’Humanité, 25 mai 1976. Parmi les spectacles, celui du Théâtre de la Carrièra, « La Liberté ou la (...)

10Le deuxième volet est culturel. L’usage de certains mots, la popularisation d’expressions dialectales donnent de la couleur à la campagne. Le vocabulaire occitan se répand dans la presse au-delà du Volem viure al païs. Dans les titres, on interpelle les Omes d’oc (10 octobre 1977), on crie diguem no ! (31 juillet 1978), volem l’estatut ! (1er août 1977). On célèbre le cantar al païs (30 décembre 1978). Le travail des hommes de la vigne est associé à un art de vivre, à une culture. En 1976, si région il y a, c’est de l’Occitanie dont il s’agit, même si lorsque G. Marchais se rend en Bretagne, le quotidien rend un hommage obligé, mais balancé, à sa culture19. Lorsque L’Humanité publie une série d’articles sur « La France des régions » en juin 1976, l’Occitanie est à la place d’honneur20. La revendication culturelle est portée par L’Humanité quand le journal rend compte des spectacles du Théâtre de la Carrièra21 ou du chanteur Marti, figure de proue de la « nouvelle chanson occitane »22, de manière plus systématique qu’auparavant, à partir de 197623. À la Fête de l’Humanité, André Benedetto a présenté « Les Drapiers jacobins », pièce créée à Montauban au Festival d’Occitanie dans laquelle La Marseillaise est chantée en occitan, tandis que Robespierre est transfiguré en héros de l’autonomie régionale24. Cette année-là, à Avignon, les « ethnies [étaient] à l’avant-scène » et Paul Puaux avait regroupé les spectacles de six compagnies de théâtre sous la rubrique de « Théâtre des Ethnies »25. Toujours à Avignon, les communistes ont organisé le 3 octobre une journée sur la culture d’oc et le 8 novembre 1976, le quotidien publie dans sa rubrique « Idées » un grand article de René Merle, intitulé « Sur et pour la culture occitane », qui lie la revendication de la langue et celle de démocratie, sur le plan local comme sur le plan national. Il défend l’idée que :

  • 26 Fils du sénateur-maire de La Seyne (Var), cet intellectuel communiste, professeur d’Histoire-Géogr (...)

« l’importance de la création actuelle rend tout à fait insupportable le sort fait à la vie culturelle d’oc, comme à tout autre, par ce régime : de ce seul fait, la culture occitane actuelle appelle le changement de société. »26

  • 27 Rubrique télévision : revendication d’un magazine culturel à FR3 Toulouse (24 mars), article « L’O (...)
  • 28 L’Humanité, 12 septembre 1977.
  • 29 « La pétanque. Cette petite boule qui roule dans la tête de tant de Français », article d’Abel Mic (...)
  • 30 En 1975, la fête était organisée autour de la grand place Maurice-Thorez. Marx, Engels, Lénine ava (...)
  • 31 12 au 17 décembre 1977. Le « pays » nissard est décliné selon le thème du pays qui « veut vivre » (...)
  • 32 Montpellier, 16 janvier 1978.
  • 33 11 juillet 1979. Ce sont les 10e rencontres de ce type.
  • 34 15 septembre 1979. Cette manifestation qui expose les plasticiens résidant dans le Midi existe dep (...)
  • 35 5 septembre 1979, la ville est alors dirigée par le communiste R. Jourdan.
  • 36 Mais la critique du journal a étrillé les productions présentées à Avignon par La Carrièra (« La F (...)
  • 37 L’Humanité, 24 août 1978.
  • 38 En fait, L’Humanité annonce le supplément sur le Languedoc le 30 août et, le 20 septembre, n’y fai (...)

11Cet article annonce l’ouvrage que les Éditions sociales publient en août 1977 : Culture occitane per avançar. Tout au long de l’année, le journal s’est fait le relais de la campagne pour une télévision régionale et dénonce la censure que subit la langue d’oc à FR327. À partir du 30 juin 1977, il donne en feuilleton les textes de 100 écrivains sur le thème « Lire le pays ». L’éventail des écrivains, des styles et des territoire de France se déploie jusqu’au 4 janvier 1978. Dans le lot, le Midi est représenté dans toute sa diversité, d’Edmonde Charles-Roux qui glorifie « Marseille la rebelle » (18 août), à Yves Berger qui se dit « Fou du Lubéron » (11 octobre) ou Jean Carrière qui parle de « La Cévenne » (24 novembre) en passant par André Chamson, Daniel Biga, René Nelli, André Remacle, Raymond Jean, Joseph Delteil, André Benedetto, etc. Mais c’est Jean Cassou qui, le 9 juillet, évoque le « Pays d’oc ». Pour la Fête de L’Humanité de la même année – « Les régions, c’est la France » – le journaliste Laurent Salini salue « la France se regardant en ses différences », avec ses « régions bien vivantes parlant haut leur langue et leur langage », des « régions qui refusent d’être de simples divisions administratives pour être des pays »28. La fête accorde, comme il se doit, une place à leurs chansons et à leurs jeux, la pétanque en particulier29. Ses rues ne portent plus comme d’habitude les noms issus du Panthéon révolutionnaire, mais ceux des cours d’eau et des montagnes qui font la diversité du terroir français30. En décembre, L’Humanité illustre cet intérêt pour le local en s’intéressant, durant toute une semaine, au « pays » niçois dans ses divers aspects, politique ou économique aussi bien que culturel31. La tendance s’affirme en 1978-79 avec la multiplication des comptes rendus sur des initiatives en oc : Jazz rock en pays d’oc32, Panazo conteur occitan (3 février 1978), débat sur la culture occitane lors des Rencontres d’Arles33, Mostrà del Larzac34, université occitane d’été à Nîmes35, présentation du spectacle du Théâtre de la Carrièra à la Cartoucherie36. Même si son thème général n’est plus régional, la Fête de L’Humanité n’en a pas moins « l’accent du Midi »37. Et pas seulement l’accent ! Les espaces et la toponymie restent régionaux, la chanson occitane est toujours bien représentée et l’on « adhère au pays ». France nouvelle a consacré le 1er août un dossier aux cultures régionales (« Un pays et des langues ») et les Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez donnent un supplément sur le Languedoc en août 197938.

  • 39 L’Humanité, 15 septembre 1975.
  • 40 L’Alsace par exemple (27 mai 1977, « Vivre et travailler au pays. Les Alsaciens ont manifesté hier (...)
  • 41 C’est sa première création, celle qui l’a fait connaître et qui, donc, en 1977, est déjà datée.
  • 42 Mais le cas corse gêne, à l’évidence (réponse de G. Marchais aux frères Simeoni, 12 août 1977 : «  (...)
  • 43 L’Humanité, 31 novembre 1978. Discours repris dans France nouvelle du 25 décembre.
  • 44 L’Humanité, 4 décembre 1978. Il se prononce pour des pouvoirs équivalents aux départements…
  • 45 L’Humanité, 10 septembre 1978 (R. Crémieux).
  • 46 16 juillet 1979, article de M. Doumenc. Quatre jours après, C. Silvestre, toujours dans ce cadre, (...)
  • 47 En 1979, le slogan pour la fête de L’Avant-Garde était : « Aller à Argenteuil pour vivre au pays » (...)

12Le politique lie l’ensemble. C’est le volet essentiel. La « montée » du thème occitan en 1978-79 accompagne la préparation des « européennes ». Mais au départ, la question est articulée au réexamen relatif des positions canoniques. C’est alors le moment d’une réflexion sur la démocratie, notamment locale, qui débouche sur un choix significatif, surprenant par rapport à la tradition communiste (et éphémère), celui de l’autogestion. Ce thème est mis en avant en même temps que la région. Le point de départ public en est, comme on l’a vu, la « Déclaration des libertés » du 16 mai 1975. À sa suite, lors de la Fête de L’Humanité – la « Fête des Libertés » -, Georges Marchais fait savoir que le Parti avait élaboré « il y a pas mal de temps, un document sérieux pour un pouvoir régional réel »39. L’année suivante, la même fête fait passer le discours régional du folklore habituel sur un terrain plus politique. Quelques mois après, le 2 novembre, se tient à Montpellier un colloque sur la région, preuve s’il en est que le Languedoc joue sur ce terrain un rôle moteur, même si le thème « vivre et travailler au pays » commence à se diffuser, en particulier dans les autres régions périphériques40. Le « Vivre au pays » s’affiche en première page le 16 février 1977, dans le cadre de la campagne pour les municipales, alors que les viticulteurs manifestent à nouveau. La Fête de L’Humanité de 1977 constitue la consécration médiatique de la région. Parmi les six espaces régionaux autour duquel elle est organisée, celui du Midi occupe la place de choix. Alors que le Théâtre de la Carrièra présente dans ce cadre « Mort et résurrection de M. Occitanie »41, Georges Marchais reprend le « Vivre au pays » dans son discours. Le traitement politique privilégie le Bas-Languedoc, même si, ni la Bretagne à laquelle l’Humanité-Dimanche consacre un dossier en 1975, et encore moins la Corse (en 1977-78), ne sont absentes du débat42. La condamnation du terrorisme qui touche la Bretagne et émerge au Pays Basque en 1978 permet au PC de réaffirmer sa revendication d’une « vraie » région et d’assemblées régionales élues. En « voyage en terre occitane et pays catalan »43, Georges Marchais le redit à Carcassonne et devant les organisations professionnelles et culturelles du Roussillon : la région doit avoir une « véritable autonomie » pour les affaires de sa compétence, en particulier les orientations économiques, l’aménagement du territoire, les langues et les cultures régionales, mais il se prononce pour des pouvoirs équivalents aux départements44. Ce n’est pas une nouveauté, mais le glissement est accompli, favorisé sans doute par l’échec rencontré aux législatives de 1978. La région n’est plus perçue comme une entité à part, elle est redevenue un territoire comme les autres. La Fête de L’Humanité de 1979 conserve les espaces régionaux et l’entrée, qui se fait par l’avenue de la Méditerranée, débouche sur l’espace Midi. André Benedetto présente la « Ballade de Montredon ». Pourtant la Méditerranée mise en avant en 1979 n’est pas le Midi de 1977. L’Ile-de-France est devenue une région comme les autres, « l’espace d’une région en lutte avec d’autres régions, avec son accent »45. Curieusement, le slogan « Libérez les régions » lancé en juillet46 pour annoncer la Fête de L’Humanité n’est plus repris par la suite. Il s’est transformé en « Que sont devenues les régions ? » Bientôt, la CGT mènera campagne pour « vivre et travailler à Paris » (28 janvier 1981)47. Depuis le 25 juillet 1978, dans le journal, le « vivre au pays » s’accompagne désormais du « produire français ». La défense de la région se justifie par la protection des richesses françaises. En fait, Nation et région participent du même combat, le combat contre l’Europe « allemande ». L’Humanité du 30 décembre 1978 porte en bandeau au-dessus du titre « Culture occitane : le nivellement par l’Europe ». Si sur la lancée du mouvement antérieur, on laisse à la revendication occitane une place, l’instrumentalisation politique est là pour indiquer qu’elle n’est plus que résiduelle

Les limites du récit

  • 48 12 juin 1978 : « Le Languedoc est sinistré, A. Lajoinie appelle la population à faire échec à la d (...)
  • 49 Toulouse, Privat. Compte rendu par J. Le Lagadec, 29 mars 1979.
  • 50 À propos des directives européennes sur la palombe. Thème repris le 1er juin en bandeau de « une » (...)
  • 51 Le summum est atteint dans le n° du 24 mai 1979 (avec « 22 ans de CEE, l’Allemagne gagnant », un a (...)
  • 52 Il réapparaît dans L’Humanité le 31 janvier 1978.
  • 53 25 juillet 1978 : article en ouverture de la campagne lancée par les communistes du Midi en direct (...)
  • 54 L’Humanité-Dimanche, n° 128, 12-18 juillet 1978, « Les complots de Brême vus du Midi » (il s’agit (...)
  • 55 Dans le cadre d’un débat au Forum de Radio-Monte-Carlo à Toulouse avec la presse quotidienne de pr (...)
  • 56 J.-L. Bory, Mon village à l’heure allemande, Paris, Flammarion, 1945 (Prix Goncourt la même année) (...)
  • 57 L’Humanité du 14 février 1979 rend compte des divergences qui opposent J.-P. Chabrol et R. Lafont (...)
  • 58 Comptes rendus des 28 mai et 8 juin 1979 (rencontre avec les intellectuels organisée par la Fédéra (...)
  • 59 L’historien R. Martelli publie aux Éditions sociales La Nation au début de 1979 (compte rendu « la (...)
  • 60 Comptes rendus des 11 et 12 mai 1979. Le délégué de l’Hérault met en avant le manifeste Mon païs e (...)
  • 61 20 mars 1979.
  • 62 Dans le compte rendu de la Fête de L’Humanité de 1979, l’article consacré à « l’espace Midi pour v (...)
  • 63 S. Courtois, M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 385 et suiv.
  • 64 Le 17 janvier 1981, « volem viure al païs » est ressorti au sujet des menaces que feraient peser l (...)
  • 65 Ce sont les deux thèmes sur lesquels L’Humanité organise un sondage d’opinion en janvier-février 1 (...)

13Le discours communiste est national. Il l’est dans ses objectifs comme dans ses fondements. Dans ce cadre, la place de la région en général et celle de l’Occitanie en particulier n’a jamais été éclaircie, de même que le contenu de la régionalisation dont on ne sait pas, au fond, si elle ne réduit pas à la décentralisation. De ce flou, le PC n’a pas le monopole, mais il est le seul grand parti à s’être engagé aussi loin dans la revendication régionale. Il a fallu pour cela un moment de trouble des références dogmatiques et de recherche d’autres horizons, sur fond de crise idéologique du marxisme, de mutations sociologiques et culturelles, de transformations économiques dans des régions de mono-activité qui s’interrogent sur leur avenir, alors que des logiques politiques nouvelles paraissent s’imposer, soit dans le cadre national avec le Programme commun, soit dans le cadre occidental avec l’eurocommunisme. Le PC ajoute à ses valeurs sûres, valeurs identitaires et valeurs refuges – anticapitalisme, antiaméricanisme, antigermanisme, hostilité à la construction européenne, attachement au « modèle » soviétique, patriotisme – des thèmes de société neufs, la condition féminine, l’environnement, la région. Mais le discours sur la région ou sur l’Occitanie – puisqu’il s’agit surtout d’elle – ne place jamais ni l’une, ni l’autre au centre du raisonnement, elles ne sont jamais considérées pour elles-mêmes, mais toujours par rapport à la Nation et à une certaine idée de la France. Cette France, à sa façon, est une France éternelle, comme dans le discours nationaliste, même si elle est moins celle des grands hommes (encore que…), que celle du peuple. L’Occitanie reste une petite patrie dans la grande. Les deux sont perpétuellement menacées par « les autres ». La position régionale est constamment « défensive », en particulier sur le plan économique où tout est agression, à commencer par les arrachages des vignes imposés48. La catastrophe est toujours pour demain. Ce cadre limite la thématique régionale et facilite son instrumentalisation. Au moment même où elle s’impose, les contre-feux sont allumés. Le 6 avril 1977, il est clairement affirmé que « la lutte pour vivre au pays, c’est aussi défendre l’économie française », car « indépendance de la France d’abord ». L’Occitanie, région modèle, emblématique, placée sur une sorte de piédestal, se dilue finalement dans l’ensemble des régions qui composent la France et qui, toutes, peuvent revendiquer le « droit de vivre et de travailler au pays ». Le rééquilibrage s’opère en faveur de la Nation. L’historien François Hincker, dans un article intitulé « Région contre Nation », le 12 août 1978, donne la mesure des inquiétudes suscitées par la poussée régionaliste partie du Sud. L’adversaire principal qui était au départ l’État central glisse du côté de la CEE. Le discours patriotique prend des accents chauvins et xénophobes. À partir du printemps 1978, après le résultat décevant des législatives, tout est jugé à l’aune de la lutte contre l’épouvantail européen, et de plus en plus, au fur et à mesure que les « européennes » se rapprochent. Le Languedoc et l’Occitanie sont un outil dans ce combat. Les États-Généraux que l’on y organise au premier semestre 1979 sont « contre l’Europe ». À ce concert, Emmanuel Maffre-Beaugé apporte sa contribution avec un livre intitulé Face à l’Europe des impasses, un livre « pour tous les villages de France » que la presse communiste promeut49. L’Humanité agite la menace allemande avec un ton digne des campagnes du temps de la Guerre froide. Il faut défendre « les régions contre l’Europe allemande » (28 janvier 1979), défendre « les traditions régionales de chasse » contre Bruxelles (21 avril, « Lou gran patac »50), défendre la France contre une Allemagne dont on se demande si elle n’est pas restée aux mains des hitlériens. L’apogée de cette campagne est atteint en mai-juin 1979 – les élections européennes, les premières au suffrage universel, ont lieu le 10 juin – avec des références constantes à la lutte contre le nazisme et l’épouvantail d’une Alsace vassalisée51. Le 23e congrès qui s’est tenu en mai a promu le slogan « Produire français ». Il est lancé dans la presse comme pour contrebalancer la décentralisation et l’autogestion mise en avant en 197752. Le diptyque « Vivre au pays et produire français » est martelé. Il est proposé par Pierre Juquin, qui vient de rentrer au Bureau politique, en juillet, en précisant que le souhait n’est pas propre aux Occitans53. Il est repris au sujet de Fos en août et, comme il se doit, le mois suivant à la Fête de L’Humanité. Les régions sont sensibilisées, une à une, contre l’élargissement de la CEE. Le Midi est mobilisé comme les autres régions en crise contre l’« Europe de la casse » et c’est de là que l’on analyse les « complots de Brême »54. Alors que le PC et la CGT mènent la bataille pour la défense du « charbon français » (celui des bassins du Midi) et que, dans ce cadre, Georges Marchais déclare : « Oui, nous aimons la France »55, L’Humanité s’indigne car « Le France est vendu une société allemande » (25 octobre 1977), et Claude Cabannes, l’un de ses éditorialistes politiques, écrit un article dont le titre, « Mon village à l’heure allemande », renvoie au célèbre récit pour lequel Jean-Louis Bory avait obtenu le prix Goncourt à la Libération56. C’est dans ce contexte que Mon païs escorjat est encore utilisé, alors que ses initiateurs se divisent précisément sur la question de l’alignement sur le PC57. À la fête régionale de L’Humanité à Toulouse en mai, René Piquet débat avec les régionalistes (dont Robert Lafont). Le discours est là plus élaboré, il sort tout droit des discussions du 23e congrès qui vient de se tenir : la démocratie régionale s’intègre dans la stratégie auto-gestionnaire du PC, elle se veut facteur d’approfondissement de la souveraineté populaire, mais il n’est pas question de reconnaître à la région un statut particulier, elle est au même niveau que le département ou la commune. Le même orateur renvoie l’Occitanie à sa condition ordinaire quelques jours après : « L’Occitanie nous sollicitera pour d’autres luttes. La Nation pour l’Occitanie, l’Occitanie pour la Nation »58. Le balancier penche désormais du côté d’une Nation déclinée sur tous les tons59. Lors du congrès, seuls les délégués de l’Hérault et des Pyrénées-Orientales ont tenté de mettre en avant la question de l’identité culturelle, celui de la Corse étant nettement en retrait60. Mais commentant les résultats du PCF aux cantonales de mars 1979 en Languedoc-Roussillon, L’Humanité avait donné le la en titrant : « Le Parti du sentiment national »61. Contre l’Europe, face au PS (pour tenter d’infléchir un rapport de force qui est devenu défavorable) et contre la droite, le PC fait feu de tout bois, mais le Midi n’est plus qu’un élément du décor, il renvoie à un ailleurs exotique et nostalgique, image de soleil et de « bon vieux temps », il colore le récit comme la publicité Ricard les fêtes qu’il organise62. La référence reste utile pour combattre sur place les notables du socialisme méridional et essayer de séduire les laissés-pour-compte des transformations économiques et les intellectuels. À ses débuts, Révolution, le tout jeune hebdomadaire du PC, créé en mars 1980 pour essayer de concurrencer les magazines qui tiennent le haut du pavé, fait défiler, sous la rubrique Viure, les figures et les questions qui ont marqué le combat occitan de ces dernières années. Le viure est décliné sous ses diverses formes : volem viure al païs (n° 13), « le droit de vivre en langue d’oc » (par Robert Lafont, n° 14), volem estudiar al païs (n° 39), etc. Emmanuel Maffre-Beaugé et la mine cévenole de Ladrecht (près d’Alès) renvoient à l’actualité sociale, les félibres rouges, mais aussi F. Mistral, avec l’évocation du 150e anniversaire de sa naissance à Arles (n° 15 et 23), font référence à l’histoire. La question de la langue revient régulièrement. Mais cette présence est en quelque sorte résiduelle. Le problème est laissé aux intellectuels. Le 23e congrès ne connaît peut-être pas un retournement aussi brutal que ce qu’affirment Marc Lazar et Stéphane Courtois63, la thématique régionale ne disparaît pas, mais son heure de gloire est passée. L’Humanité reflète fidèlement l’inflexion64. La campagne de Georges Marchais pour les élections présidentielles de 1981 insiste davantage sur « produire français » que sur le « vivre au pays »65. Le protectionnisme et la peur des autres que le premier terme révèle s’inscrit dans une tradition longue du mouvement ouvrier français, même s’il rejoint les préoccupations internationales – anti-européennes – du camp soviétique et les problèmes sociaux liés à la conjoncture. L’autre terme ne pèse pas du même poids historique et ses racines occitanes sont superficielles, trop liées à la conjoncture et aux représentations un moment dominantes. Le mouvement entamé dès que la revendication régionaliste s’affirme en 1977 rectifie au fil des mois l’inflexion de la « ligne » et lui fait retrouver le droit fil de la tradition « jacobine », préparant le terrain au raidissement « hexagonal » que l’on connaîtra dix ans après.

  • 66 Article d’A. Panzani, correspondant de L’Humanité à Marseille, et grand fournisseur de la rubrique (...)
  • 67 Pour la période dépouillé, j’ai compté 69 articles concernant la grande criminalité dans la région (...)
  • 68 En particulier en 1978 avec l’organisation des « Assises de la Mer » à Marseille le 27 janvier – « (...)
  • 69 L’Humanité, 3 mars 1976, à propos de J. Médecin.
  • 70 28 juillet 1975.
  • 71 La campagne de L’Humanité en faveur du projet de Tourisme et Travail à Villefranche-sur-Mer débute (...)
  • 72 5 septembre 1978.
  • 73 Et comment ne pas relever que le titre du manifeste Mon païs escorjat est traduit en français dès (...)

14Soulignons une autre caractéristique de ce discours occitan du PC, qui est aussi l’une de ses faiblesses, que L’Humanité reproduit, en l’amplifiant peut-être. Elle tient aux limites mêmes du Midi mis au premier rang de la scène. Ce Midi est méditerranéen, et cette promotion n’est pas sans rapport avec l’imaginaire saisonnier d’un temps où les vacances conduisent sur la côte des millions d’estivants qui viennent au soleil pour bronzer ou au village pour retrouver (ou s’inventer) des racines. Ils peuvent venir aussi, éventuellement, pour manifester (voir le Larzac) ou, plus encore, pour participer aux festivals qui deviennent l’une des traits de l’été méridional. En témoignent le succès d’Avignon et la couverture que régulièrement L’Humanité lui accorde, ainsi qu’aux manifestations culturelles qui gravitent dans son orbite. Mais la terre des festivals n’est pas tout à fait celle des luttes « occitanes ». Dans le discours de L’Humanité, se côtoient deux espaces méditerranéens. Le journal perpétue, inconsciemment, un vieux stéréotype, celui des deux Midis, l’un sérieux et l’autre moins. D’un côté, celui des luttes, du travail, de la vigne et du charbon, le « vrai » Midi, le Languedoc. Et il y a l’autre, celui des loisirs, du tourisme, des festivals, qui est aussi celui des faits divers, de la corruption et du banditisme. C’est la Provence. Le premier peut prendre son destin en mains, l’autre n’est qu’un appendice, une dépendance de forces, légitimes ou illégitimes, qui le dépassent. Il est frappant de lire en parallèle les deux récits au fil des numéros, le récit « occitan » et le récit « provençal » d’à côté. S’il y a des luttes, comme à Fos ou à La Ciotat, elles ne sont jamais présentées comme ayant un caractère régional. La vie politique y est dominée par des repoussoirs comme Gaston Defferre et Jacques Médecin. Marseille, Nice, la côte font régulièrement les gros titres de la dernière page, celle que le journal consacre aux faits de société. Gangstérisme, drogue, bavures policières, attentats racistes paraissent en être les spécialités et cette représentation où se mêlent considérations politiques, moralisme communiste, idées reçues, ne va pas sans dérapages significatifs. Il serait impensable de qualifier régionalement un truand ailleurs qu’en Provence, mais ici le journal peut titrer : « En créant une cascade de sociétés immobilières, l’escroc provençal détourne 5 millions AF » (14 octobre 1975)66. Ce Midi-là est celui de l’immoralité, de l’argent ou mieux, du « fric », de la guerre des casinos (à Nice) et des spéculations immobilières67. Il est encore celui de la nature mise en péril68, la mer polluée, la forêt incendiée. La menace vient de l’argent roi, du profit qui fait « main basse sur la Côte d’Azur »69, mais non du tourisme de masse. Ce Midi-là est, plus que l’autre, celui des loisirs en bord de mer, le pays des vacances. Image ambivalente donc d’une région tout à la fois attractive – et convoitée – et répulsive, parfois rejetée, quand L’Humanité évoque cette côte comme « le pays où l’on n’allait pas »70. L’idéal, qui dénoue la contradiction, c’est le tourisme social dont « Tourisme et Travail », filiale du parti, se fait le champion avec un projet de village à Villefranche-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes, en 1976-77, qui se heurte à Jacques Médecin, alors secrétaire d’État au Tourisme71. À côté de la Côte, la Provence est aussi le lieu de ce que le journal appelle « la festivalité provençale »72. Avignon est pour le parti l’occasion d’exposer ses vues en matière de politique culturelle. André Benedetto ou le Théâtre de la Carrièra y sont à leur place, marginale en général73. L’Humanité s’intéresse aussi régulièrement aux initiatives de municipalités amies, Arles ou Martigues, et aux spectacles « in » de Châteauvallon (Toulon) ou d’Antibes. Mais rien sur Orange ou Aix. L’opéra, qui n’est pas encore à la mode, reste un loisir bourgeois. Dans ce Midi à l’Est du Rhône, les Alpes-Maritimes tiennent une place à part. Le nissardisme cultivé par les communistes locaux l’explique. En fait, c’est dans cet espace que la question de l’identité locale en Provence est abordée, et non dans les Bouches-du-Rhône ou le Vaucluse. La façon dont le leader historique du PC, Virgile Barel, l’aborde est significative :

  • 74 Article consacré aux 89 ans de V. Barel (« Bon anniversaire, Virgile ! »), 10 décembre 1977.

« Je suis patriote niçois, un patriote chauvin. Je ne m’explique pas pourquoi, mais c’est comme ça… Parmi les problèmes auxquels je veux m’intéresser maintenant, il y a l’Occitanie. Je ne comprends pas pourquoi il y a une culture nissarde. Moi, je suis tellement pour l’unité nationale ! Mais cependant je sens instinctivement mon attachement personnel de toutes mes fibres à ma terre niçoise. »74

  • 75 En contrepoint, complément, et illustration de ma présentation, voir les premiers numéros d’Amiras (...)

15Patriotisme local et « jacobinisme » affirmé, réalité provençale oubliée (ou plutôt niée), l’Occitanie comme une concession à la ligne du moment. C’est un discours traditionnel, et politiquement rassurant. Dans une certaine mesure, le discours du vieux militant reflète la réalité complexe d’une culture communiste au sein de laquelle le récit occitan ne pouvait être qu’incongru75.

Notas

1 La communication est fondée sur le dépouillement presque exhaustif du quotidien et de son complément du dimanche, L’Humanité-Dimanche, entre les mois de juillet 1974 et novembre 1979. Des sondages ont été effectués en amont (1970) et en aval (1980-81), ainsi que dans La Marseillaise, quotidien du PCF en région provençale (1975 en particulier), dans France nouvelle (périodique de référence du parti), Révolution et les Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez.

2 Tout un développement de sa 3e partie, « Démocratiser les institutions. Garantir et développer les libertés », est consacré à la région, « nouvelle collectivité territoriale démocratique ». Le PCF sera le plus ardent promoteur de ce programme commun.

3 Loi portant « création et organisation des régions ». Rappelons que le conseil régional qu’elle institue est composé des parlementaires de la région et de représentants des collectivités locales.

4 Maurin des Maures en juin 1974 et série d’articles « Autour d’Alphonse Daudet » à partir du 8 août.

5 Les comités VVAP sont issus de Lutte occitane. Ils se sont constitués pour soutenir la candidature de R. Lafont aux élections présidentielles de mai 1974. Le changement de nom reflète l’inflexion de la ligne, l’abandon du gauchisme, le choix du rapprochement avec le mouvement social, viticole en particulier, et avec le PCF. Le slogan « Volem viure… » a été lancé par le Comité occitan d’étude et d’action (COEA) créé en 1962 au moment des grèves de Decazeville.

6 « Sur les traces de Marcel Pagnol, le “santonnifié” d’Aubagne » du 19 au 22 août 1975. La Camargue suit du 26 au 28 mais déjà, le 23 juillet, le Museon arlaten avait donné lieu à article.

7 Cette année-là la Fête est répartie en six ensembles régionaux : Nord, Est, Ouest, Centre, Midi et Ile-de-France. Ce dernier étant insuffisant pour abriter tous les stands de la région parisienne, certains d’entre eux ont été répartis dans les autres ensembles régionaux : « la fête est ainsi à l’image du pays. Les Parisiens sont souvent des provinciaux attachés à leur région d’origine ou à celle de leurs vacances »… (5 septembre 1977).

8 L’Humanité-Dimanche, n° 74, 29 juin 1976, dossier « Les régions, c’est la France » avec en couverture une Bretonne en coiffe à vélo. F. Damette prend la défense des jacobins qui ne sont pour rien dans l’étouffement des cultures régionales (p. 31). Il vient de faire paraître Le territoire français et son aménagement aux Éditions Sociales.

9 L’Humanité, 14 mai 1979.

10 Il y retournera par deux fois en novembre et décembre 1978.

11 L’Humanité, 29 juillet 1975.

12 « Unes » des 16 janvier et 3 février 1976.

13 En « une » : « 100 000 à Montpellier pour le droit de vivre et de travailler au pays ».

14 L’Humanité, 17 mai 1976, p. 5, avec un commentaire de Michel Cardoze, envoyé spécial (« TOUS acclament cette affirmation nécessaire de la “personnalité” des régions »).

15 6 septembre 1978 : « Forti saremu si saremu uniti. Démocratie régionale, libération des ondes et des moyens de l’identité du peuple corse ». C’est la seule fois que la langue corse est ainsi mise en avant.

16 L’appel est signé par 150 personnalités régionales (voir annexe jointe).

17 L’Humanité-Dimanche, 12-18 juillet 1978.

18 Il figurera sur la liste communiste aux « européennes » de 1979 (c’est l’un des deux seuls non-communistes) et apportera son soutien à Georges Marchais lors de la campagne pour l’élection présidentielle en 1981. Il a présidé la Fédération nationale des Vins de table et de pays, la Chambre régionale d’agriculture et auparavant celle de l’Hérault.

19 L’Humanité, 11 octobre, p. 2, article de J. Chambaz, « Pour l’essor de la culture en Bretagne et de la culture bretonne : la liberté ! » avec une critique des positions de Morvan Lebesque.

20 L’Humanité, 11 juin 1976, p. 2.

21 Cette troupe joue un rôle important dans la prise de conscience occitane. Son créateur, C. Alranq, qui a joué un rôle de premier ordre dans la naissance de Lutte occitane, choisit assez vite de se lier au PCF et de soutenir le Programme commun. La première création marquante de la troupe est Mort et résurrection de M. Occitanie.

22 Dont le premier disque, Un païs que vol viure, est sorti en 1969 et qui, en 1974, est consacré son entrée dans la collection « Poésie et chanson », chez Seghers. Interview de Marti le 1er décembre 1976 dont le titre reprend l’idée qui lui est chère : « La culture d’Oc pour ce pays, c’est une arme pour transformer ».

23 En 1975, pour la première fois semble-t-il, le journal a rendu compte des 4e rencontres occitanes qui accompagnent le Festival en louant « La Pastorale de Fos » mise en scène par le Théâtre de la Carrièra. Mais le caractère régional de cette production est relativement minoré (L’Humanité-Dimanche, n° 228, 23 juillet 1975, art. de M. Boué).

24 L’Humanité, 13 septembre 1976.

25 L’Humanité, 25 mai 1976. Parmi les spectacles, celui du Théâtre de la Carrièra, « La Liberté ou la Mort », qui revient sur la condamnation des idiomes régionaux par la Révolution Française, et une pièce du Centre dramatique de la Courneuve sur le rattachement du Languedoc à la France. L’instituteur communiste P. Puaux a succédé à Jean Vilar à la tête du Festival d’Avignon en 1971.

26 Fils du sénateur-maire de La Seyne (Var), cet intellectuel communiste, professeur d’Histoire-Géographie, spécialiste de l’histoire de la langue d’oc, est l’une des figures de proue de l’occitanisme en Provence.

27 Rubrique télévision : revendication d’un magazine culturel à FR3 Toulouse (24 mars), article « L’Occitanie censurée ? » (28 avril), soutien à une pétition du mouvement Viure contre « l’interdiction » du parler provençal (18 mai, signatures à adresser à la mairie de La Seyne), article « Sourd à la langue d’oc » (21 septembre).

28 L’Humanité, 12 septembre 1977.

29 « La pétanque. Cette petite boule qui roule dans la tête de tant de Français », article d’Abel Michéa, en illustration de la Fête de L’Humanité consacrée aux régions (5 septembre 1977).

30 En 1975, la fête était organisée autour de la grand place Maurice-Thorez. Marx, Engels, Lénine avaient leur avenue avec les héros de l’histoire du communisme français. L’entrée de la fête se faisait par l’« Union populaire ». En 1977, elle se fait – malgré tout – par l’Ile-de-France.

31 12 au 17 décembre 1977. Le « pays » nissard est décliné selon le thème du pays qui « veut vivre » (C. Caressa, secrétaire fédéral, 12 décembre). Le supplément du lendemain s’intéresse aux chanteurs occitans locaux et R. Merle « dit pourquoi le dialecte niçois intéresse la culture nationale ».

32 Montpellier, 16 janvier 1978.

33 11 juillet 1979. Ce sont les 10e rencontres de ce type.

34 15 septembre 1979. Cette manifestation qui expose les plasticiens résidant dans le Midi existe depuis 10 ans.

35 5 septembre 1979, la ville est alors dirigée par le communiste R. Jourdan.

36 Mais la critique du journal a étrillé les productions présentées à Avignon par La Carrièra (« La Fille d’Occitanie ») et par A. Benedetto (« Saint Fénian et Dom Paresse »).

37 L’Humanité, 24 août 1978.

38 En fait, L’Humanité annonce le supplément sur le Languedoc le 30 août et, le 20 septembre, n’y fait plus référence mais signale que les Cahiers publient un dossier sur « Recherche historique et région : où en sommes-nous ? » En 1978, les Cahiers n° 28 avaient publié un article sur les « viticulteurs du Midi » et des documents sur la naissance du MODEF.

39 L’Humanité, 15 septembre 1975.

40 L’Alsace par exemple (27 mai 1977, « Vivre et travailler au pays. Les Alsaciens ont manifesté hier à Strasbourg » et 16 juin, « Libertés pour nos régions » lorsque G. Marchais s’y rend).

41 C’est sa première création, celle qui l’a fait connaître et qui, donc, en 1977, est déjà datée.

42 Mais le cas corse gêne, à l’évidence (réponse de G. Marchais aux frères Simeoni, 12 août 1977 : « Démocratie régionale et solidarité nationale »). Il est rare que, dans le quotidien, la revendication du « vrai pouvoir régional » soit associée à la Corse. Aussi quand elle l’est, on ne peut que le remarquer (compte rendu du discours de C. Fiterman, à Ajaccio, 9 décembre 1977).

43 L’Humanité, 31 novembre 1978. Discours repris dans France nouvelle du 25 décembre.

44 L’Humanité, 4 décembre 1978. Il se prononce pour des pouvoirs équivalents aux départements…

45 L’Humanité, 10 septembre 1978 (R. Crémieux).

46 16 juillet 1979, article de M. Doumenc. Quatre jours après, C. Silvestre, toujours dans ce cadre, présente l’espace Midi et le train qui conduira les Méridionaux à la fête sous le titre « Le Midi, ses luttes, le train, le rugby et Trénet » (20 juillet).

47 En 1979, le slogan pour la fête de L’Avant-Garde était : « Aller à Argenteuil pour vivre au pays » (2 juin).

48 12 juin 1978 : « Le Languedoc est sinistré, A. Lajoinie appelle la population à faire échec à la destruction du vignoble et à l’élargissement du Marché commun » ; 28 juillet : « 100 000 ha de vignes condamnés » ; 10 août : « S’opposer à l’arrachage ».

49 Toulouse, Privat. Compte rendu par J. Le Lagadec, 29 mars 1979.

50 À propos des directives européennes sur la palombe. Thème repris le 1er juin en bandeau de « une », au-dessus du titre : « Bruxelles contre les traditions. Le secrétaire général du PCF au côté des chasseurs ».

51 Le summum est atteint dans le n° du 24 mai 1979 (avec « 22 ans de CEE, l’Allemagne gagnant », un ancien nazi à la tête de la « RFA » et « Non à la vassalisation de l’Alsace et de la France »). Le lendemain, le journal annonce qu’un autre nazi est chargé de la propagande européenne par le président Giscard d’Estaing et le chancelier Schmidt. Et, le 6 juin, il titre : « Il y a 35 ans le débarquement, mais les industriels allemands préparaient leur Europe d’aujourd’hui ».

52 Il réapparaît dans L’Humanité le 31 janvier 1978.

53 25 juillet 1978 : article en ouverture de la campagne lancée par les communistes du Midi en direction des vacanciers. La revendication culturelle n’apparaît pas.

54 L’Humanité-Dimanche, n° 128, 12-18 juillet 1978, « Les complots de Brême vus du Midi » (il s’agit de dénoncer le « sommet » européen qui vient de se tenir à Brême. En « une », ces « complots » sont devenus ceux de « la sainte alliance »). Le même numéro se fait l’écho de l’hostilité de la Fédération départementale des caves coopératives de l’Hérault à l’entrée de l’Espagne, du Portugal et de la Grèce dans la CEE.

55 Dans le cadre d’un débat au Forum de Radio-Monte-Carlo à Toulouse avec la presse quotidienne de province. Ce même numéro rend compte d’un meeting de Mon païs escorjat (9 février 1979).

56 J.-L. Bory, Mon village à l’heure allemande, Paris, Flammarion, 1945 (Prix Goncourt la même année). L’article de C. Cabannes est du 22 mars.

57 L’Humanité du 14 février 1979 rend compte des divergences qui opposent J.-P. Chabrol et R. Lafont à E. Maffre-Baugé parce que celui-ci serait prêt à accepter de figurer sur la liste communiste aux européennes, ce qui se confirmera peu après.

58 Comptes rendus des 28 mai et 8 juin 1979 (rencontre avec les intellectuels organisée par la Fédération de Haute-Garonne). R. Piquet est présenté comme le candidat communiste représentant Midi-Pyrénées aux « européennes ». Membre du Bureau politique, il est le responsable à la propagande au secrétariat du comité central. Il sera élu député européen le 10 juin.

59 L’historien R. Martelli publie aux Éditions sociales La Nation au début de 1979 (compte rendu « la Nation vivante » le 20 février par L. Salini). Le 3 janvier précédent C. Silvestre avait publié « Nation-région : même combat » dans la rubrique « Idées ». Dans le cadre de la préparation du 23e congrès, Martelli revient de façon très orthodoxe sur la question (« Sommes-nous nationalistes ? »), tandis que l’historien (non moins orthodoxe) de la Révolution Française, C. Mazauric, qui milite alors à Aix-en-Provence, cellule J. Duclos, défend, lui, la ligne antérieure plus ouverte à la revendication régionale (« Nation-régions : la nouveauté ». Les deux contributions sont publiées le 3 mars 1979). Cette cellule et son responsable, l’historien M. Barak, avaient défrayé la chronique communiste en 1978 en critiquant le tournant pris par le PC (lire son témoignage, Fractures au PCF. Des communistes parlent, Aix-Paris, Édisud/Karthala, 1980).

60 Comptes rendus des 11 et 12 mai 1979. Le délégué de l’Hérault met en avant le manifeste Mon païs escorjat et souligne que « les communistes sont apparus comme porteurs de l’intérêt régional ». Celui des Pyrénées-Orientales précise que sa fédération a fait un manifeste bilingue, Pour la langue et la culture catalanes, une avancée démocratique. Pour celui de la Corse, l’unité nationale doit aujourd’hui se fonder sur « l’épanouissement des diversités régionales ». En 1976, lors du 22e congrès, le délégué de la Corse avait réfuté toute « solution régionale à la crise » après avoir défendu l’unité nationale (7 février 1976).

61 20 mars 1979.

62 Dans le compte rendu de la Fête de L’Humanité de 1979, l’article consacré à « l’espace Midi pour vivre au pays » est accompagné par une photo de la banderole des fédérations du Languedoc du PCF portant en gros « Los occitans en lucha ! ». Mais l’article est intitulé « Y’d’la joie ! » en l’honneur de l’« occitan » Charles Trenet… (10 septembre 1979).

63 S. Courtois, M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 385 et suiv.

64 Le 17 janvier 1981, « volem viure al païs » est ressorti au sujet des menaces que feraient peser les multinationales américaines sur Arles, mais associé au « Produire français ». Un mois plus tard, la relance de la campagne pour le « charbon français » (c’est-à-dire celui de Gardanne, des Cévennes, de Ladrech et même le lignite de Haute-Provence) fait disparaître le premier terme (13, 17, 25 et 28 février).

65 Ce sont les deux thèmes sur lesquels L’Humanité organise un sondage d’opinion en janvier-février 1981. La même année, les Éditions sociales publient l’ouvrage de J. Giard et J. Scherbling, L’enjeu régional, qui dénonce le « régionalisme de gauche », critique les thèmes du « colonialisme intérieur », met sur le même pied toutes les régions et défend le maintien du département.

66 Article d’A. Panzani, correspondant de L’Humanité à Marseille, et grand fournisseur de la rubrique « Faits divers ».

67 Pour la période dépouillé, j’ai compté 69 articles concernant la grande criminalité dans la région, 24 sur divers scandales locaux, 28 sur des dérives policières (plus 19 consacrés par A. Panzani au centre de rétention d’Arenc dont il révèle l’existence en 1975), 38 aux exactions d’extrême droite et aux « ratonnades », 12 aux casinos de la Côte d’Azur. Il s’agit d’articles et non d’entrefilets.

68 En particulier en 1978 avec l’organisation des « Assises de la Mer » à Marseille le 27 janvier – « Sauver la mer » – et celles de la forêt à La Seyne le 6 octobre (« La Provence assassinée »).

69 L’Humanité, 3 mars 1976, à propos de J. Médecin.

70 28 juillet 1975.

71 La campagne de L’Humanité en faveur du projet de Tourisme et Travail à Villefranche-sur-Mer débute en mars 1976 et se prolonge plus d’un an.

72 5 septembre 1978.

73 Et comment ne pas relever que le titre du manifeste Mon païs escorjat est traduit en français dès qu’il franchit le Rhône à l’occasion du festival d’Avignon ? (L’Humanité du 28 juillet 1979).

74 Article consacré aux 89 ans de V. Barel (« Bon anniversaire, Virgile ! »), 10 décembre 1977.

75 En contrepoint, complément, et illustration de ma présentation, voir les premiers numéros d’Amiras/Repères revue occitane (R. Lafont directeur, P. Martel rédacteur en chef) consacrés à la question régionale, en particulier l’interview donnée par R. Piquet au n° 1, « Décentralisation an 1 », janvier 1982 (p. 74 : la notion de région doit être applicable partout, or la réalité régionale n’est pas partout la même) et celui de F. Damette dans le n° 3 (septembre 1982, p. 75 et suiv.), écartelé entre la « démocratie culturelle », qui relève plutôt de la ligne passée, et la « décentralisation très poussée », qui est celle du moment.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6228/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 522k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6228/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 460k

Autor

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540