Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Récits d'Occitanie

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jean-Noël Pelen

La gloire de Pierre Bellot ou les cent une épitaphes du Poueto-cassaire (1855-1861)

Régis Bertrand

Texte intégral

  • 1 Pierre Bellot, poète provençal, épitaphes, Marseille, lib. provençale V. Boy, 1861, 87 p. (cité dé (...)
  • 2 C’est ce qu’affirme A. Fabre dans son rapport (Épitaphes, p. 24). En fait, les envois de trois de (...)
  • 3 Le premier devrait être l’inscription du monument d’Adam de Craponne, inauguré à Salon en 1854 (un (...)

1Le recueil des épitaphes de Pierre Bellot, publié à Marseille en 1861, a jusqu’ici fait figure de modeste curiosité bibliophilique1. Il est pourtant digne d’intérêt à plusieurs titres. Il ne s’agit nullement d’un tombeau littéraire, soit d’une gerbe d’éloges poétiques composés pour l’édition, mais d’un recueil de projets d’inscriptions – l’une d’elles fut effectivement gravée sur le tombeau du poète. Il résulte d’un concours qui aurait mobilisé 91 auteurs, s’il faut en croire ses promoteurs2. Il est donc susceptible de refléter un état de la création occitane, à un moment où Mistral s’apprête à publier Mireille, où le Félibrige est à ses débuts, et de proposer une image du statut anté-félibréen d’un poète en « languo prouvençau » sous le Second Empire. L’épitaphe de Bellot est sans doute pour la Basse-Provence le deuxième exemple d’épigraphie occitane apposée à l’époque contemporaine en un lieu public3. L’adaptation à la langue du peuple de ce genre « académique », longtemps réservé au latin, posait nombre de problèmes spécifiques. Il est intéressant d’examiner comment les participants au concours les ont résolus.

  • 4 Paul Masson éd. Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, t. XI, Biographies par Barre, p (...)
  • 5 Mary-Lafon, Histoire littéraire du Midi de la France, Paris, Reinwald, 1882, reprend p. 340-342 l’ (...)

2Lorsque Bellot meurt du choléra, le 3 septembre 1855, ses livres constituent une large part des imprimés en provençal disponibles chez les libraires de Marseille4. Outre les éditions particulières de plusieurs œuvres – dont la crèche-pastorale, publiée en 1851 et toujours jouée – des Œuvres complètes en trois volumes in-8° parues entre 1836 et 1840, suivies en 1841 d’une « éditien poupulari » en quatre volumes préfacée (fort médiocrement) par Louis Méry, professeur à la faculté des lettres d’Aix, avec qui Bellot tentait alors l’aventure éphémère d’un journal, Lou tambourinaire et le Menestrel. Le juge de paix Augustin Fabre, le principal historien de Marseille au milieu du XIXe siècle, avait ensuite préfacé Les veillées provençales (1852) ; Dernieros beluguos avait paru en 1853 avec une préface de l’avocat et bibliophile J.-T. Bory ; un recueil posthume des contes versifiés, Lou galegeaire, est édité en 1855 avec une introduction de Mary-Lafon5.

3La fin de vie de Bellot avait été marquée par des revers de fortune et des deuils familiaux que, parmi d’autres, Jean-Baptiste Gaut a rappelés dans une des pièces qu’il soumit au concours (n° 4) :

« Ai settante quatre ans, pourta ma lourdo croix.
La mouart m’a pas surpres ; ero de la famiho !
Avieou vist toueis leis mieoux courre au champ soulumbrous ;
Eicito ai retrouvat fremo, enfant eme filho. »

  • 6 Joseph Désanat avait publié dès 1855 une « elegio » pour encourager cette souscription, A la memoi (...)
  • 7 Bellot avait dédié à Bory « Moun voyagi a Casteoudouble », à Luck « Leis uous a la coquo », à Clap (...)
  • 8 Brun de Villecroze et C. Bousquet avaient participé, de même que P. Bellot, au congrès d’Aix en ao (...)
  • 9 Jean Fourié, Dictionnaire des auteurs de langue d’Oc de 1800 à nos jours, Paris, Amis de la langue (...)
  • 10 Il est reproduit dans Épitaphes, p. 16-23.
  • 11 Marius Chaumelin, Annales de Marseille. Annuaire historique de Marseille pour 1857, Marseille, Arn (...)

4Lors de son enterrement, l’on s’était ému de voir mettre son cercueil à la fosse commune ; une « commission » s’était constituée afin de réunir les fonds nécessaires à l’achat d’une concession perpétuelle et à l’établissement d’un tombeau dans le cimetière de Saint-Charles, aujourd’hui disparu6. Elle était présidée par Augustin Fabre, sans doute parce que l’historien était conseiller municipal ; elle rassemblait divers notables marseillais, les avocats Bory et Henry Luck, le comte de Clapiers, « propriétaire »7, Brun de Villecroze, « receveur du bureau de bienfaisance », le pharmacien Henry Reimonet – ce dernier y siégeait sans doute en tant que membre de la confrérie des pénitents blancs de la Trinité dont Bellot avait été membre –, l’archiviste communal Bouillon-Landais, deux auteurs de recherches historiques Régis de la Colombière et Casimir Bousquet8. Le secrétaire était un poète provençalisant, Pierre Garcin, « membre-fondateur de l’Athénée populaire de Marseille », auteur d’une saynette parue en 1850, L’air de meste Andriou9. La commission avait eu le souci de s’adjoindre d’autres auteurs de langue d’oc : deux Aixois, J.-B. Gaut et « le chevalier Berluc de Pérussis », un Toulonnais, Casimir Dauphin, un Avignonnais, Joseph Roumanille et le Tarasconnais Joseph Desanat. Le point commun de ces derniers était d’avoir récemment publié des ouvrages en provençal ou sur le provençal. Le cercueil du poète fut transféré dans ce tombeau le 4 juillet 1856. Augustin Fabre prononça pour l’occasion un discours (en français) qui constitue un intéressant exemple de panthéonisation d’un auteur dialectal selon les canons de la création d’expression française10. Les promoteurs du monument avaient décidé de mettre au concours l’inscription qui y serait gravée ; ils avaient décidé « par un vote unanime » qu’elle serait obligatoirement « en vers provençaux »11, alors qu’une large majorité des épitaphes du cimetière de Marseille semble avoir été en prose (et en français). La commission consacra à l’édition des inscriptions proposées le reliquat de la souscription. La commission a aussi indiqué le détail des sommes recueillies avec le nom des souscripteurs dans ce petit ouvrage auquel elle prit soin de donner à peu près le même format que l’édition populaire des œuvres poétiques complètes et de Lou galegeaire, publié également par le libraire Boy.

  • 12 Contrairement à ce qu’affirme J. Volle, « Li Prouvençau oublida, Peire Bellot », Prouvenço, n° 148 (...)
  • 13 Michel Vovelle et Régis Bertrand, La ville des morts, essai sur l’imaginaire urbain contemporain d (...)
  • 14 Texte dans Conio, op. cit. L’auteur avait donné la parole à Bellot dans l’original ; l’épigraphie (...)

5Le monument funéraire de Bellot a été transféré, lors de la fermeture du cimetière Saint-Charles à la fin du XIXe siècle, dans celui de Saint-Pierre où il est toujours visible12. Ce tombeau de série correspond au type alors le plus répandu dans les cimetières marseillais : une dalle à terre bombée complétée d’une stèle crucifère dont la découpe arrondie est dite couramment « en chapeau de gendarme »13. Sa seule originalité est la langue de l’épitaphe. L’on doit ajouter qu’une des inscriptions proposées par Pierre Garcin (n° 97) a également connu les honneurs de la gravure sur marbre : elle a servi, au prix de quelques modifications, à la plaque commémorative établie en 1891 sur la maison natale de Pierre Bellot, rue Juge-du-Palais14.

  • 15 Il s’agirait de la première œuvre de Berluc (« Ai jamai enfourca Pegaso de ma vido ») ; Mistral lu (...)
  • 16 Comme le prouve leur publication dans l’Abeiho prouvençalo de 1858, Marseille, Féraud, 1858, p. 76 (...)
  • 17 Aix, Musée Arbaud, MQ 817, les billets reçus sont collés sur 35 feuillets.
  • 18 Épitaphes, p. 38. Il s’agirait d’« un petit nombre de pièces ». Le rapport d’A. Fabre fait état p. (...)
  • 19 Alexandre Gueidon, Almanach de Provence, année 1861, p. 55. Mais cet argument ne vaut que si Dapro (...)

6Le recueil publié renferme 99 propositions d’inscriptions suivies de deux poèmes de L. de Berluc-Pérussis et de J.-B. Gaut ; une note explique qu’ils ne furent pas admis au concours car ils dépassaient largement le maximum de huit vers fixés par la commission15. Ces deux œuvres avaient été lues le 4 juillet 1856 lors de la translation des restes de Bellot16. En fait, le nombre de pièces inspirées par le concours fut légèrement supérieur. Le recueil des manuscrits originaux reçus par le comité se trouve au Musée Arbaud, où il est entré avec une partie des papiers d’Augustin Fabre17. Il renferme au total 103 billets numérotés de « I » à « CIV ». Quatre pièces n’ont pas été publiées par la commission à cause sans doute de leur « méprisable qualité » qui les a fait juger « indignes de l’impression »18. Le numéro VII a de plus été omis, ce qui pourrait correspondre moins à une erreur qu’à une suppression avant le collage des manuscrits sur des feuillets. L’Almanach de Gueidon de 1861 renferme en effet une épitaphe à Bellot signée d’Eugène Daproty qui pourrait avoir été soumise au concours puis reprise par son auteur pour être publiée à part19.

7La numérotation et l’ordre des pièces diffèrent nettement entre le manuscrit et la publication, mais cette dernière serait classée d’après la date de leur envoi. Il s’avère que nombre de pièces ont été modifiées et corrigées pour la publication. C’est particulièrement le cas pour l’épitaphe couronnée, œuvre de Charles Kothen, dont voici le texte original, les corrections de la version imprimée et gravée dans la pierre étant signalées entre crochets :

« Vaquit dounc, ô Bellot ! cher poueto-cassaire,
La Lou poste ounte la Mouart t’a coucha de soun dai !
Jusqu’oou [Fin qu’au] darrier moument sies esta galejaïre [galegeaire],
Et pourtant [pamen] de malhurs n’a proun pourta toun fai.
Bouen chrestian, senço feou, franc et galoi troubaire,
Toun noum et teis beous vers durarant cent cooups mai
Que l’humble mounument que venes [venem] de ti faire.
Car qun t’a counneiçu t’ooublidara jamaï
[Lou fréjau périra… Ta memori jamai !] »

  • 20 Cette version définitive est citée dans F. Mistra., Trésor du Félibrige, article « Frejau ».
  • 21 C’est l’occasion de signaler une attestation du terme qui a échappé à Mistral : J.-S. Pitton, Hist (...)

8La chute n’est donc sans doute pas de Kothen. Le dernier vers de son œuvrette, fort plat, est barré sur le manuscrit et remplacé par « Lou frageaou périra : ta mémori jamaï » ; correction reprise par l’imprimé au prix d’une modification orthographique20. L’écriture est celle d’Honoré Lec, auteur de la pièce n° 88 (CIV du manuscrit), qui était imprimeur ; l’on peut supposer qu’il a assuré la composition typographique du recueil et n’a fait qu’exécuter une décision de la commission. Ce terme de frejau figurait déjà dans le poème lu par J.-B. Gaut lors de la bénédiction du tombeau de Bellot (« Es-ti verai, Bellot ? Douarmes-ti, vieilh cantaire/dessus toun travessin de terro et de frejaù ? ») ; cinq épitaphes proposées au concours le reprenaient : une totalement anonyme (n° 27, « frégeau »), une signée « V.B.J.G. » (n° 60, « frejau »), une autre anonyme (n° 62 : « souto aqueou gros frejau »), celle signée « Soun éditour », soit sans doute V. Boy (n° 91 : « passant, arresto-ti ! ! dessouto aques fregaou [frejau à l’impression]/l’a nouestro ami Bellot, poueto prouvençau »). Ce dernier texte semble lui-même le plagiat d’une épitaphe de Pelabon qui figure parmi les quatre qui ne furent pas imprimées : « Pierre Bellot, poueto prouvençau/Repaouso per toujou souto aquestou fregeaou [...] ». Enfin Desanat évoque (n° 48) « aquesto peiro frejo à la formo groussiero ». Autant d’indices d’une acception de fréjau non plus comme une « pierre froide » mais aussi comme la « froide pierre » métaphorique du tombeau21.

  • 22 Un anonyme de « Poux-de-Queireou » (n° 70) selon l’imprimé s’avère avoir eu les initiales « P. G.  (...)
  • 23 Voir note 9 supra.
  • 24 M. Bernardy, Le tombeau de Pierre Bellot, poète provençal, Marseille, impr. J. Clappier, 7 p. (B. (...)
  • 25 Notice dans Masson, op. cit., t. XI, p. 280. Voir également Verany, op. cit., p. 64-65. Le journal (...)

9Les auteurs peuvent être répartis en quatre groupes. Le premier est constitué par 23 envois totalement anonymes qu’aucun indice ne permet d’identifier. Le second par les 13 auteurs qui ont signé au moyen d’initiales ; parmi lesquels un certain « C. D. » est l’auteur de quatre propositions (n° 15, 45, 50, 98) et se dit dans l’une d’elles « un enfant de l’Herau » ; les initiales C.M.J.S. (n° 64) sont précédées de la mention « demoiselle » : il s’agirait de l’unique contribution féminine du recueil22. Il convient d’ajouter 11 envois signés d’un sobriquet de plume. Dans la plupart des cas, ce dernier ne saurait permettre aucune identification : ainsi, « Un Marsilhes » ou « Un poèto doou terradou » ; un faible nombre a pu être transparent pour certains lecteurs d’antan : ainsi « Lou sounaire de la Cathédralo de Marsio » pourrait être Casimir Bousquet, auteur d’un important ouvrage sur la Major et membre de la commission ; « Lou pero gardien de la Chastrouso » pourrait très éventuellement cacher Félix Vérany, qui venait de publier une Monographie de la Chartreuse de Marseille et qui reviendra avec une nette insistance dans un ouvrage ultérieur sur le concours et son lauréat23. Viennent ensuite 39 auteurs qui apparaissent sous leur patronyme parfois suivi d’un lieu de résidence. Un article signé « M. Bernardy » paru dans Le Nouvelliste de Marseille du 17 mai 1861 et repris en occasionnel les caractérise assez bien24. Il note d’abord que le vainqueur est « un poète improvisé qui, dans le silence d’une retraite studieuse, ne voulait pas jeter son nom aux échos de la renommée », et il ajoute qu’« il n’a rien qui semble tenir au sol de notre Provence. Son origine est suédoise. » En fait, Charles [Von] Kothen (Marseille, 1814-1884) était le fils d’un négociant finlandais venu s’établir à Marseille. Possesseur d’une importante bibliothèque provençale, il a surtout laissé des travaux d’érudition historique et l’on ne connaît aucun autre texte en provençal qui soit émané de sa plume25. Il en est de même d’autres de ces auteurs, du baron de Sénac qui envoya depuis Paris des vers ou du notaire Mérentié.

10Bernardy note que

« presque tous les poètes dont la Provence aime les noms et les œuvres ont payé leur tribut à la mémoire du vieillard aimable qui les précéda dans la carrière et les encouragea par ses exemples. O vous qui fûtes ses disciples ou ses émules, Leydet (sic), Pelabon, Gaut, Maurel, Crousillat, Peyrottes, Aubert, Desanat, de Berluc-Pérussis, Garcin, Ricard-Bérard, Bourelly et tant d’autres encore [...]. »

  • 26 Le manuscrit révèle qu’il a assuré être « un des plus anciens amis de Bellot ».
  • 27 Musée Arbaud, 488-A (1).

11Il s’agit du noyau le plus significatif des contributeurs. Certains ont multiplié les envois, indice que la gravure dans le marbre de leurs vers était pour eux un enjeu. Louis Pelabon a proposé sept projets dont six ont été publiés. François Aubert, cinq26. Le Musée Arbaud conserve une lettre de J.-B. Gaut demandant que son nom soit explicitement indiqué dans la publication après chacune de ses quatre pièces et que des extraits des épreuves lui soient soumis27. Le docteur Hippolyte Laidet (« Leidet » dans Épitaphes) avait également fait quatre envois.

  • 28 « Grand armana de capelan,/Voues esperar la fin de l’an,/Per nous dire ce qu’es felibre./Per ieou, (...)

12Bernardy observe cependant l’absence de « l’auteur de Chichois » (G. Bénédit) et de Victor Gelu. Il souligne surtout : « À leur tour, les poètes d’Avignon n’ont brillé que par leur absence. » Il raconte que Bellot au vu de l’Armana di felibre d’Avignon aurait improvisé une épigramme moqueuse sur les félibres28. Les félibres se sont abstenus – à moins qu’ils aient vainement participé de façon anonyme au concours, ce qui est douteux. Ont contribué néanmoins à la souscription Roumanille, membre de la commission, et aussi « Lou felibre de la miougrano » (Aubanel). L’explication de ce refus de concourir réside dans la distance que ces auteurs marseillais ou rhodaniens marquent déjà à l’égard de l’œuvre de Bellot, voire de l’image du poète vernaculaire qu’il a incarnée. S’ajoute sans doute pour les félibres le problème de l’orthographe du provençal.

  • 29 Outre les deux félibres déjà mentionnés, l’on relève la participation à la souscription (mais non (...)

13Les résultats de la souscription tracent les contours géographiques de la notoriété de Pierre Bellot ; l’essentiel des donateurs sont sans surprise marseillais ; les membres de la commission habitant Aix, Avignon, Toulon et Tarascon y ont récolté avec un zèle ou un succès variable des sommes assez modestes ; quelques Parisiens ont contribué ; enfin les trois communes de Rougiers, Signes et Saint-Zacharie ont participé à la souscription apparemment parce que des membres de la famille de Bellot y résidaient ou en étaient originaires29. Les auteurs des propositions d’inscriptions permettent de franchir le Rhône avec Peyrottes, le potier de Clermont-l’Hérault, l’anonyme « enfant de l’Hérault » déjà cité et un certain Rive de Perpignan (ces deux derniers n’écrivent pas en provençal mais en languedocien). 32 auteurs habitent les Bouches-du-Rhône, avec une majorité de Marseillais (25 sur 41 dont le lieu d’habitation est précisé). L’on signale aussi des envois d’Apt, Pertuis, Le Castellet, Fayence. Amédée Bouzan, géomètre, a envoyé une pièce depuis Alger et le baron de Sénac est parisien. Soit l’espace du provençal « maritime » et « rhodanien », celui aussi où des auteurs et des publications en occitan sont déjà attestés dans le Sud-Est. Si l’on prend pour critère la rapide énumération de quelques-uns de ses compagnons que proposera peu après Mistral au chant VI de Mirèio et la note que l’éditeur Charpentier lui fit supprimer dans le même chant, 3 des 5 poètes mentionnés dans le texte ont souscrit (Roumanille, Aubanel, Eugène Garcin d’Alleins) et 9 des 25 noms d’auteurs occitans cités dans la note, sans compter évidemment celui de « Bellot, l’inimitable conteur ».

14Le rapport d’A. Fabre indique que le jury hésita entre l’envoi de Kothen et quatre autres pièces, qui figurent dans la publication avec les numéros 30 (A. Maurel), 75 (dr. Laydet), 59 (J.-B. Gaut) et 97 (P. G[arcin]). La commission souhaitait « une épitaphe marquée au coin de la distinction » mais qui « sort[e] des voies battues où se traînent les pensées communes ». Une telle exigence, quasiment contradictoire, paraît correspondre, au moins chez A. Fabre, à une volonté de défense et de promotion publique de l’occitan qu’il présente ainsi :

« Bellot a, plus qu’un autre, inspiré et répandu le goût de cet idiome provençal que des hommes ignorants ou superficiels dédaignent à l’égal d’un patois vulgaire, parce que rien, chez eux n’en rappelle les souvenirs attachants ; parce qu’ils n’en connaissent pas les titres littéraires, ni les beautés, ni le génie, ni les nombreux monuments sur lesquels sa gloire est écrite, idiome à la fois naïf et grave, énergique et souple, musical et sonore, comme celui d’une civilisation belle et riante sous un ciel d’azur et sous un soleil resplendissant. »

15L’épitaphe de Bellot est destinée à rivaliser avec les nombreuses inscriptions en français que renferme le cimetière. Elle doit être exemplaire d’une langue que Fabre juge maltraitée :

  • 30 Épitaphes, p. 18-19 et 31-33. Fabre s’apprête alors à publier son Louis Bellaud de la Bellaudière, (...)

« On ne tient aucun compte des origines et des dérivés ; on bouleverse, on dénature tous les temps du verbe ; on ne fait aucune différence entre le prétérit, l’infinitif et le participe, entre le singulier et pluriel. On foule aux pieds toutes les notions de l’étymologie, tous les principes orthographiques. En un mot, on écrit le provençal comme nos cuisinières écrivent le français, c’est-à-dire comme il se prononce. »30

16L’épitaphe de Bellot doit contribuer à faire reconnaître la dignité d’un provençal écrit, voire littéraire.

17Comment rédiger l’épitaphe d’un auteur comique dans l’idiome local dont on vante la saveur ? Comment rédiger un texte funéraire qui soit jugé digne d’être gravé dans la pierre avec une langue populaire ? Cette tension explique sans doute la médiocrité réelle de la plupart des envois, d’autant que les auteurs n’ont pas de précédent susceptible de leur servir d’exemple. Certains parent leur envoi d’oripeaux antiquisants, des « lauziers d’Appouloun » (n° 13 et encore n° 60), de couronnes brandies par « leis musos » ; ils évoquent l’« Hélicoun » (n° 16 et 37), « l’Hippoucrèno » (n° 64), le Parnasse (n° 99), la « tendro Arethuso » (n° 74) ; « Va subran su Pegaso a l’immourtalita » déclare Guirand, magnétiseur (n° 96) ; « leis dieous gardount toun noum au temple de memori » dit un anonyme (n° 28). Ils ne font d’ailleurs qu’imiter Bellot, qui dans la courte « introductien » qu’il ajouta au Poeto cassaire crut bon d’évoquer Apollon, le Parnasse, l’Académie, l’Hélicon et Pégase. D’autres concurrents transposent à l’évidence le discours prégnant des épitaphes qui couvrent alors les tombeaux perennes du cimetière. Un quart des envois glisse selon leur exemple à la déploration et insiste parfois pesamment sur les malheurs de Bellot, dont la vie fut pleine de « lagnos », d’ailleurs évoquées par l’auteur dans ses dernières productions, alors que l’œuvre est divertissante. 25 pièces, soit également le quart, renferment des remarques religieuses parfois très appuyées ; c’est le cas en particulier des deux pièces de Crousillat (n° 32 et 39) et de celle de Desanat (n° 48), qui font partie de la quinzaine d’envois qui placent l’âme du poète « oou Paradis » ou « dins lou ciel » voire « a la drecho de Dieou » (n° 66, Me Mérentié), ce qu’avait déjà fait C. Bousquet dans son discours devant la fosse du poète. L’auteur du n° 72, qui signe « L. P. », va jusqu’à écrire :

« Ero un autour parfé d’esprit et de sagesso
Et Dieou, dins sa bounta, nous en aviet fa doun. »

  • 31 Il s’agit des n° 4, 6, 8 et 59 (les quatre envois de J.-B. Gaut), 7 (dr. Rey), 39 (Crousillat), 40 (...)
  • 32 C’était nettement le cas de l’« elegio » de Desanat, op. cit., « Un pouéto charmant [...] ven dé p (...)

18Plus intéressante est la recherche par quelques-uns d’une voie provençale de l’éloge épigraphique. Certains semblent en particulier avoir tenté d’imiter Bellot, et point seulement dans les neuf envois qui sont rédigés à la première personne et donnent donc la parole au mort lui-même31. Ces auteurs n’hésitent pas à plaisanter, à employer un langage imagé et des expressions idiomatiques ; ainsi « pécaïre » (n° 5, 30 Maurel, 52, 58, 59 Gaut, 62, 68, 98, 100 Berluc, 101 Gaut)32. E. Garcin conclut : « Bellot a la camuso a coupa lou siblé » (n° 95) etécrit dans son autre envoi : « Fai souen-souen, ô Bellot ! » (n° 85). À noter que peuvent entrer dans cette catégorie les quatre pièces qui ont retenu l’attention du jury en sus de celle qui fut couronnée. Ainsi celle du « docteur H. Leydet » (sic, pour Laydet, n° 75) :

« Bellot, quand èro vieou,
Sempre risiet, cantavo ;
Aro per lou bouen Dieou
Fara la même cavo.
Tu que passes aquito, escouto, cantara :
Aqueou qu’es nat pounchu poou pas mourir carra. »

19Mais la justification de son exclusion finale est significative : « Sans contredit, écrit Fabre, ces vers ont un tour d’originalité piquante ; mais ce n’est pas précisément une épitaphe. » Il est aussi catégorique au sujet de l’envoi de Gaut qui a d’abord retenu l’attention du jury : il lui reproche « plus d’abondance et de légéreté que le sujet ne le comporte, car il s’agit d’une inscription tumulaire, chose grave s’il en fut jamais ».

20A. Fabre a ainsi justifié en revanche le choix de la pièce de Kothen :

  • 33 Épitaphes, p. 29-30.

« À vrai dire, les qualités poétiques de cette pièce ne sont point toutes d’un ordre supérieur [...] Tout [...] se distingue par son à-propos, par son caractère, par l’ensemble d’une physionomie décente [...] La pièce entière a le mérite d’être bien réglée, sage et complète. Tout Bellot s’y trouve : l’homme et l’écrivain, ses goûts, ses productions, ses malheurs, sa mort, sa tombe enfin, cette tombe peu riche et peu monumentale, mais consacrée par de beaux souvenirs, mais brillante des sympathies populaires qui donneront au nom et aux œuvres du poète une durée plus longue que celle du marbre [sic]. Huit vers suffisent pour exprimer toutes ces idées [...]. »33

21Si l’on retient ces données, l’on vérifie que seule la pièce de Kothen les évoque toutes. 38 pièces n’en reprennent que deux, en général la première et la dernière, dont les quatre envois qui ont concurrencé auprès du jury celui de Kothen.

  • 34 À noter que l’anonyme auteur du n° 16 se trompe en lui attribuant « Leis Doues Coumaires », œuvre (...)

22Comment est désigné Bellot ? 26 pièces le qualifient de « troubaire », et six de « troubadour ». La plupart écrivent qu’il a usé du « parla prouvençau » (Gaut, n° 6). Font exception Ricard-Bérard (n° 24, « linguo roumano »), un auteur anonyme (n° 34, « teis contes en patois ») et le notaire Mérentié (« deis pouetos patouas lou plus parfet moudele », n° 66). Le docteur Rey le qualifie de « poueto oou marsies lengagi » mais ajoute que ses amis honorent en lui « la muso doou miéjour » (n° 9). Bellot est également nommé d’après les titres de son poème le plus célèbre et d’un de ses recueils le « poeto cassaire » (15 fois) et « galegaire » (8 fois)34.

  • 35 Celle avec La Fontaine, déjà avancée par L. Méry dans sa préface aux Obros coumpletos et par Fabre (...)

23Quelle est sa place dans la littérature d’oc ? À cette date, la bibliographie disponible est encore mince ; les préfaciers de Bellot ont suggéré des comparaisons35 ou des prédécesseurs. Deux des auteurs les plus laborieux ont visiblement fait des recherches livresques : le baron de Sénac cite « Gros [...], Coye, Germain, La Bellaudière » et Maître Mérentié : « De Zerbin et de Gros, verd et fegound mayoou » (n° 66). J.-B. Gaut a écrit dans Roumavagi deis troubaires, en 1854 :

  • 36 J.-B. Gaut, Roumavagi, op. cit., p. XIV-XV. Il est plus réservé une décennie plus tard : « Le bon (...)

« Pierre Bellot de Marseille a été le restaurateur des lettres provençales au XIXe siècle [...] Sa muse a fait vibrer la fibre populaire par des créations originales, vives, hardies et saisissantes. Ses chants ont retenti dans tout le Midi. »36

24Cette idée, répétée par Fabre dans son discours, est reprise dans plusieurs envois : P. Garcin lui fait dire : « Ai revieouda leis troubaires, (n° 97) ; un autre auteur l’appelle « lou plus ancien troubaire » (n° 12). Un anonyme déclare : « De nouestre prouvençau as revieouda la glori/Cadun t’a témoigna qu’ero recouneissent » (n° 28). « Aviet fa reflourir nouestre antique lengagi » écrit A. Bouzan (n° 46). La pièce proposée par Antoine Maurel évoque cette dette à l’égard du doyen des lettres marseillaises (n° 30) :

  • 37 Le jury a été tenté de retenir l’envoi du créateur de la Pastorale, genre dans lequel Bellot s’éta (...)

« La muso prouvençalo es en doou de soun paire,
Ren la counsoulara ;
Per lauzar son pays, lou poueto cassaire
Jamais plus cantara.
Enfants dau gai saber, menestriers dau terraire
Vouestre ueil lou plurara :
Au ped d’aquesto crous, vouestre mestre, pecaire !
Es vengu v’espera. »37

  • 38 C’est l’occasion d’observer que l’on ne trouve nullement dans ces textes mention de ce surnom de « (...)

25Bellot a incarné la création dans la langue du terroir pendant « quaranto ans » (n° 4, 6, Gaut) ; il était le « capoulié deis troubaires » (n° 3 et aussi 55) – un « vieilh cantaïre » disent avec une nuance affective Gaut et Berluc dans leurs deux poèmes (n° 100 et 101)38. « O bardos de Prouvenço, elevos de sa muso/Venes prendre de lume oou fioc d’aqueou flambeau » écrit un anonyme (n° 74).

26Les qualités littéraires de son œuvre font l’objet de quelques remarques qui frôlent des stéréotypes déjà sous-jacents à l’éloge d’A. Fabre sinon à la préface de L. Méry aux Obros coumpletos. Bellot est « l’homme de la naturo/Aqueou de qu [sic] leis vers, tout coumo l’oundo puro,/Coulavount beous et bouens en sa simplicita » (anonyme, n° 27) ; « l’homme de la naturo et de la vérità » (n° 5, F. Vérany ?) ; « au naturel sabiet mesclar la vérità » (n° 3, Joseph Fouque). Pelabon écrit laborieusement (n° 78) :

« Se l’art chez tu, te fa defau,
Te plagnes pas d’aquello injuro :
En récoumpenso, la naturo
T’a fach per estre senso egau. »

27Et insiste dans une autre tentative :

« Soun esprit senso culturo/per guido aguet la naturo » (n° 87).

28Fabre le disait, il est vrai, dans son éloge funèbre, « observateur sans qu’il s’en doutât, philosophe sans le savoir ». Gaut écrit (n° 7) : « [s]eis vers [...] sount redoulints de meou vo saupicats de sau. » Ricard-Bérard évoque « Seis poulis vers d’uno vivo tusado/Plens de frescour, de finesso et de sau » (n° 21). A. Bouzan les juge également « plen de sau ». Bellot leur avait suggéré ce terme en disant à sa « muso », dans l’envoi qui ouvre les Obros coumpletos : « inspiro-mi de vers que siegoun plen de saou. »

29Le thème le plus fréquent est évidemment celui de l’homme d’esprit qui a su faire rire : « Ses vers, de soun vivent, nous ant ben esgaya » (I. Bremond, n° 18) ; « [...] nous fasies rire » (n° 35) ; « Eres, Bellot, l’ami qu’en instruisent galegeo » (n° 52) ; « Seis cants melodieous garissount de tout mau » (n° 60) ; « De plesir tant mai leis fasies rire » (n° 61, dr. Leidet).

30Avec 61 mentions, souvent en termes grandiloquents, les affirmations concernant la survie de la mémoire du poète constituent le thème le plus fréquent. Seules n’y font guère allusion, outre quelques envois indigents, la plupart des pièces qui assurent Bellot de la gloire céleste. Par l’hyperbole, certains auteurs ont sans doute tenté de se convaincre eux-mêmes du « genio » de Bellot et de l’étendue et la durée de sa célébrité. 11 envois lui promettent la « glori », 7 l’« immourtalita » (« Toun noum sera escrit à l’immourtalita », n° 43, A. M[aurel]) ; d’autres le font par une périphrase : « Bellot, vieouras toujous dins la pousterita » (n° 57, E. Canonge) ; « Seis vers que sempre serant vieous » (n° 61, dr. Leidet).

31La popularité de l’écrivain provençal est affirmée de multiples façons : « Soun noum es esta couneissu/Autant qu’un noum d’homme poou l’estre » (n° 51, Audibert). « La mouart a counsacra sa poupularita » (n° 57, E. Canonge), laquelle transparaît dans ce rapport affectif que traduisent certains textes : « ta toumbo proubara couma oun te chérissié » (n° 15) ; « [...] l’ami tant cheri » (n° 18, I. Bremond) ; « [...] tout Marsilho l’amavo » (n° 19, F. Martelly) ; « Nouest’amour te seguis au sejour dau mysteri » (n° 32, Crousillat) ; « Haumagi de respect, de tendresso et d’amour » (n° 33, Un troubaire) ; « Poueto tant cheri [...] » (n° 34) ; « [...] estimable et cheri » (n° 48, Desanat) ; « [...] eima de cadun » (n° 49, J.-B. Scova) ; « [...] es vieou dins nouestreis couars » (n° 91, Aubert) ; « Lou noum chéri dau poueto Bellot » (n° 82, L. Pelabon). Devant son tombeau, écrit A. Bouzan (n° 46), « auras leis larmo eis uis, faras uno priero/Vo sies qu’un Françiot ». Berluc-Perussis affirme que « Les enfans deis bastido, amound lou viei troubaire/Sabount soun catechierme et soun Pierre Bellot », qu’ils sont capables de réciter Lou poueto cassaire et que l’hiver, « Vieis et jouvèns, galois que noun sai, dien seis rimos ». La notice nécrologique du « poète populaire de la Provence », publiée dans l’Almanach de Provence d’A. Gueidon affirmait de même :

  • 39 Alexandre Gueidon éd., Almanach de Provence pour l’année 1856, p. 22-23.

« Bellot avait toutes les qualités qui font chérir l’homme et l’écrivain : cœur excellent, caractère aimable, esprit fécond et plein de goût. Peu de noms, dans notre belle et poétique Provence ont eu plus de retentissement que le sien, surtout parmi ce peuple dont il a peint les mœurs et reproduit le langage avec tant de finesse et de vérité. Il n’y a presque point de villages ni de hameaux où ses poésies si provençales et si gaies ne soient lues et relues avec délice. »39

32Bellot lui-même feint dans « Moun vouyagi a Casteoudouble » d’avoir découvert que dans le Var « cadun soou per couar lou Poeto cassaire ».

  • 40 Voir l’ethnotexte publié par Annie-Hélène Dufour, « Le rire des chasseurs : quelques exemples prov (...)

33Par-delà quelques exagérations transparaît la popularité d’un auteur qui avait fondé son succès, selon l’expression de René Merle, sur la « connivence localiste » et qui puisait une partie de son inspiration dans l’oralité pour la transmuer en vers et restituer ainsi à ses lecteurs des éléments de l’imaginaire collectif métamorphosés par la métrique et l’impression. Le conte le plus cité de Bellot, « Lou poeto cassaire », narre une chasse merveilleuse et correspond aux contes-types 1890 et 1894 de la classification d’Aarne et Thompson40. D’autres œuvrettes de Bellot mettent en vers des « martégalades », soit le récit ironique des mésaventures, naïvetés et balourdises des habitants de Martigues, dont les Marseillais d’autrefois se moquaient. « Yeou sieou d’Oourou, men fouti », les derniers mots d’une de ses œuvres les plus connues, « Lou predicatour encalat », sont encore aujourd’hui une expression proverbiale dans la région de Marseille. Culture populaire, parce que partagée encore à travers les classes de la société marseillaise, mais déjà menacée par la francisation et la hiérarchisation académique des créations et des genres littéraires qu’elle induisait. Un inconnu, J. Baille, a lucidement lié la survie du souvenir de Bellot à celle de la langue : « Si parlara de tu, pécaire !/Tant que parlaran prouvençau » (n° 68).

  • 41 Cité par R. Merle, « Victor Gelu », Cahiers critiques du patrimoine, 1986, n° 1, p. 66. Cette étud (...)

34Le recueil des épitaphes de Bellot donne la mesure de ce que Victor Gelu appelait en 1840 « le succès mérité des charmants ouvrages de notre poète populaire »41. Bellot est un écrivain local, éventuellement régional, au même titre que l’historien A. Fabre, les érudits C. Busquet et Régis de la Colombière. Leurs œuvres prennent sens et saveur dans cet enracinement, voire par un contact direct avec l’auteur que Maurice Jouve, qui n’est pas connu par ailleurs, évoque : « [...] tant de braveis gens [...] per t’ausir parlar dins lou café Jamoli/Aurient leissa sa part de bourrido et d’aïoli ! » (n° 10). Si un médiocre poème invoque « Parisiens, Prouvençaous, habitants de Marsio » (n° 72), la plupart consacrent en Bellot « doou pays un deis grands personnagis » (n° 76, A. Guieu) : « Marsilho de Bellot gardara souvenir » (n° 86, Un Marsilhes) car « Reignavo dins la villo et dins lou cabanoun » (n° 93, Pelabon). L’on rappellera que Bellot décrit finalement peu Marseille mais que ses poésies sont emplies de localisations et de toponymes marseillais.

  • 42 R. Bertrand, « Le tombeau d’Emile Loubon (1864, Marseille) », Marseille, n° 136, 1984, p. 90-97 ; (...)

35Cette place est néanmoins mesurée : en ces années 1860, d’autres souscriptions vont élever au cimetière des tombeaux ornés de ronde-bosse à des représentants des arts et lettres apparemment jugés plus illustres, susceptibles d’obtenir une notoriété nationale, s’ils ne l’ont déjà acquise. Des Marseillais contribuent aussi à l’érection au Père-Lachaise du tombeau de Joseph Méry, le frère de Louis, en qui l’on crut voir le plus glorieux des écrivains de Marseille42.

  • 43 Lou libre de la Crous de Prouvènço (...), Aix, Remondet-Aubin, 1874. Cf. Frédéric Mistral, Lis isc (...)
  • 44 La seule qui pourrait être antérieure en Provence est celle de la famille Vertot au cimetière d’Ey (...)
  • 45 Je remercie le docteur Pierre Paul de m’avoir communiqué son enquête Lis epitàfi prouvençau, à par (...)

36Le concours d’épitaphes de P. Bellot était, selon A. Fabre, « sans exemple dans notre littérature locale ». Son principe n’a guère été ensuite repris dans le Sud-Est qu’en 1873-1874, pour l’inscription de la Croix de Provence sur la Sainte-Victoire43. La mise en compétition d’auteurs sera plutôt le fait de divers « jeux floraux » félibréens. En revanche, l’épitaphe de Bellot semble inaugurer un genre modeste mais trop ignoré, celui de l’inscription funéraire occitane44, auquel F. Mistral a lui-même sacrifié pour des tombeaux de Maillane. Nombre d’entre elles sont certes constituées par une citation littéraire ou par la simple traduction des données biographiques du défunt ; mais les recherches du docteur Pierre Paul à travers les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse et le Gard en ont recueilli 210, soit au moins une dans la moitié des cimetières visités45. La volonté de perpétuer la langue d’oc dans la pierre que manifesta ce petit groupe de notables marseillais a donc eu une postérité, indirecte, il est vrai, puisqu’essentiellement félibréenne.

Notes

1 Pierre Bellot, poète provençal, épitaphes, Marseille, lib. provençale V. Boy, 1861, 87 p. (cité désormais Épitaphes).

2 C’est ce qu’affirme A. Fabre dans son rapport (Épitaphes, p. 24). En fait, les envois de trois de ces auteurs ne furent pas publiés ; les n° 70 et 97 me semblent du même (P. Garcin), le n° 43 peut être attribué à A. Maurel qui est explicitement l’auteur du n° 30 (voir infra note 22). Resterait un total de 86 auteurs publiés.

3 Le premier devrait être l’inscription du monument d’Adam de Craponne, inauguré à Salon en 1854 (un quatrain qui pourrait être l’œuvre de Crousillat).

4 Paul Masson éd. Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, t. XI, Biographies par Barre, p. 66-68. Cabassol J. « Un précurseur du félibrige [sic], P. Bellot », Mémoires de l’Académie d’Aix, t. XXI, 1930, p. 9-24. Conio Antoine, Un troubaïre marsihés, Peire Bellot, étude, Marseille, chez l’Auteur, 1929. Les études sur Bellot ont été renouvelées par Merle René, L’écriture du provençal de 1775 à 1840, Béziers, CIDO, 1990, p. 673-680, 742, 808-811 et passim, à compléter par « Victor Gelu et les poètes provençaux vers 1840. Le statut du réalisme », Actes du colloque Victor Gelu, Marseille au XIXe siècle, Aix, Publications de l’Université de Provence, 1986, p. 323-339.

5 Mary-Lafon, Histoire littéraire du Midi de la France, Paris, Reinwald, 1882, reprend p. 340-342 l’essentiel des paragraphes de cette préface qui concernent directement Bellot.

6 Joseph Désanat avait publié dès 1855 une « elegio » pour encourager cette souscription, A la memoiro de Pierre Bellot, Marseille, veuve M. Olive, 4 p. (B. Marseille, 10776).

7 Bellot avait dédié à Bory « Moun voyagi a Casteoudouble », à Luck « Leis uous a la coquo », à Clapiers « L’aze brusquat » dans Lou galegeaire, Marseille, Boy, 1855, p. 21-32, 142-145, 163-165.

8 Brun de Villecroze et C. Bousquet avaient participé, de même que P. Bellot, au congrès d’Aix en août 1853 (J.-B. Gaut, Lou Roumavagi deis troubaires, Aix, Aubin, 1854). C. Bousquet prononça un discours devant la fosse de Bellot où il précisa que ce dernier l’« honorait d’une affection toute particulière » (Épitaphes, p. 6-10).

9 Jean Fourié, Dictionnaire des auteurs de langue d’Oc de 1800 à nos jours, Paris, Amis de la langue d’Oc, 1994. Félix Verany, Les Augustins réformés et l’église Saint-Vincent-de-Paul de Marseille, Marseille, Chauffard, 1885, précise p. 64 que Garcin était « l’intime ami » de Bellot qui « était mort dans (s)es bras ». Cf. également, Épitaphes, p. 6.

10 Il est reproduit dans Épitaphes, p. 16-23.

11 Marius Chaumelin, Annales de Marseille. Annuaire historique de Marseille pour 1857, Marseille, Arnaud, 1857, p. 187 et p. 261 (résultats du concours).

12 Contrairement à ce qu’affirme J. Volle, « Li Prouvençau oublida, Peire Bellot », Prouvenço, n° 148, 1928, p. 82-86, « Ailas, lou frejau de P. Bellot adeju s’es perdu e non saben ounte se trovo », le tombeau de Bellot est au cimetière Saint-Pierre, carré 14, 1er rang nord intérieur.

13 Michel Vovelle et Régis Bertrand, La ville des morts, essai sur l’imaginaire urbain contemporain d’après les cimetières provençaux, Paris, éd. du CNRS, 1983, p. 75-76. Le bilan qui clot Épitaphes précise le coût d’un tel tombeau, 400 f., et de la concession, 315,45 f.

14 Texte dans Conio, op. cit. L’auteur avait donné la parole à Bellot dans l’original ; l’épigraphie est à la troisième personne.

15 Il s’agirait de la première œuvre de Berluc (« Ai jamai enfourca Pegaso de ma vido ») ; Mistral lui écrira pour l’en féliciter, amorçant ainsi leurs relations (Bruno Durand éd., Correspondance de F. Mistral et L. de Berluc-Pérussis, Aix, Public. de la Faculté des Lettres, 1955, p. 27. Voir aussi B.Durand et Charles Rostaing éd., Lettres de L. de Berluc-Pérussis à P. Mariéton, ibidem, 1957, p. 37).

16 Comme le prouve leur publication dans l’Abeiho prouvençalo de 1858, Marseille, Féraud, 1858, p. 76 et 79. Ce total de 101 pièces a été ici retenu dans les comptages proposés.

17 Aix, Musée Arbaud, MQ 817, les billets reçus sont collés sur 35 feuillets.

18 Épitaphes, p. 38. Il s’agirait d’« un petit nombre de pièces ». Le rapport d’A. Fabre fait état p. 24 de « cent treize » pièces, au prix sans doute d’une coquille d’imprimerie pour « cent trois », à moins que ce nombre ne révèle d’autres pièces exclues.

19 Alexandre Gueidon, Almanach de Provence, année 1861, p. 55. Mais cet argument ne vaut que si Daproty a refusé de voir son œuvrette figurer dans le recueil. Car Peyrottes a également confié à Gueidon une épitaphe de sa composition dès 1857 (Almanach de Provence, année 1857, p. 51) ; elle est pourtant reprise dans le recueil de 1861 (n° 38). Peyrottes est mort en 1858.

20 Cette version définitive est citée dans F. Mistra., Trésor du Félibrige, article « Frejau ».

21 C’est l’occasion de signaler une attestation du terme qui a échappé à Mistral : J.-S. Pitton, Histoire de la ville d’Aix, Aix, 1666, p. 665, « la base [d’une tour du palais comtal] est faite de gros quartiers de pierre, que nous appelons frejaux, fort propre pour résister à l’humidité ».

22 Un anonyme de « Poux-de-Queireou » (n° 70) selon l’imprimé s’avère avoir eu les initiales « P. G. » dans le manuscrit ; le n° 97 est signé « P.G. (Blacailloux) » mais le manuscrit ajoute « patre du Pont de Queirel » ; il s’agit sans doute de Pierre Garcin. Il est plus aisé d’identifier « A. M. » (n° 43) : l’écriture du manuscrit est la même que celle du n° 30, signé « A. Maurel », l’auteur de la Pastorale. Les autres initiales et les sobriquets ne se retrouvent pas dans Robert Reboul, Anonymes, pseudonymes et supercheries littéraires de la Provence, Marseille, 1879.

23 Voir note 9 supra.

24 M. Bernardy, Le tombeau de Pierre Bellot, poète provençal, Marseille, impr. J. Clappier, 7 p. (B. de Marseille, 1453).

25 Notice dans Masson, op. cit., t. XI, p. 280. Voir également Verany, op. cit., p. 64-65. Le journal tenu par Kothen au cours de ces années ne dit rien du concours ni de Bellot (B. de Marseille, Ms 1782)

26 Le manuscrit révèle qu’il a assuré être « un des plus anciens amis de Bellot ».

27 Musée Arbaud, 488-A (1).

28 « Grand armana de capelan,/Voues esperar la fin de l’an,/Per nous dire ce qu’es felibre./Per ieou, va ti dirai subran :/Es de c... de tout calibre. »

29 Outre les deux félibres déjà mentionnés, l’on relève la participation à la souscription (mais non au concours) à Marseille de G. Bénédit, à Aix, celles de Jh-J.-S. d’Astros, de Paul Arbaud, du tambourinaire François Vidal, à Toulon de Sénes, « écrivain de la Marine », le futur La Sinse et de V. Thouron, avocat, à Avignon de Denis Cassan, à Paris de Marc-Michel, correspondant de Bellot.

30 Épitaphes, p. 18-19 et 31-33. Fabre s’apprête alors à publier son Louis Bellaud de la Bellaudière, Marseille, Boy, 1861.

31 Il s’agit des n° 4, 6, 8 et 59 (les quatre envois de J.-B. Gaut), 7 (dr. Rey), 39 (Crousillat), 40 (J.-B. Marin, « ouvrier menuisier »), 86 (« Un Marsilhes »), 97 (P. G[arcin]). Des autres envois, 33 sont à la seconde personne (dont celui de Kothen), 59 à la troisième.

32 C’était nettement le cas de l’« elegio » de Desanat, op. cit., « Un pouéto charmant [...] ven dé pluga bagagi/La mouar [...] l’a mes leï man déssu... »

33 Épitaphes, p. 29-30.

34 À noter que l’anonyme auteur du n° 16 se trompe en lui attribuant « Leis Doues Coumaires », œuvre en fait de Cailhol.

35 Celle avec La Fontaine, déjà avancée par L. Méry dans sa préface aux Obros coumpletos et par Fabre dans son discours, est reprise par Berluc-Pérussis (n° 100) et par l’auteur du n° 64.

36 J.-B. Gaut, Roumavagi, op. cit., p. XIV-XV. Il est plus réservé une décennie plus tard : « Le bon père Bellot [...] ouvre la liste de nos poètes contemporains les plus remarquables [...]. L’auteur du Poeto cassaire, du Poeto pescaire et de tant d’autres gracieuses et piquantes productions, [...] acquit une renommée légitime par ses œuvres qui resteront comme des modèles d’inspiration heureuse, d’aimable philosophie et de franche gaîté », Étude sur la littérature et la poésie provençales, Aix, Illy, 1867, p. 41.

37 Le jury a été tenté de retenir l’envoi du créateur de la Pastorale, genre dans lequel Bellot s’était illustré ; mais il a considéré comme « un défaut » qui le « gâtait » le singulier « vouestr’ueil ».

38 C’est l’occasion d’observer que l’on ne trouve nullement dans ces textes mention de ce surnom de « Grand prieur » dont on aurait affublé Bellot selon Robert Lafont et Christian Anatole, Nouvelle histoire de la littérature occitane, Paris, PUF, 1970, t. II, p. 553-554.

39 Alexandre Gueidon éd., Almanach de Provence pour l’année 1856, p. 22-23.

40 Voir l’ethnotexte publié par Annie-Hélène Dufour, « Le rire des chasseurs : quelques exemples provençaux », Le Monde alpin et rhodanien, 1988, n° 3/4, p. 95-108. L’on y retrouve également un écho du conte-type de la pêche miraculeuse, développé dans « Lou poeto pescaire ».

41 Cité par R. Merle, « Victor Gelu », Cahiers critiques du patrimoine, 1986, n° 1, p. 66. Cette étude renferme nombre d’autres remarques importantes sur Bellot.

42 R. Bertrand, « Le tombeau d’Emile Loubon (1864, Marseille) », Marseille, n° 136, 1984, p. 90-97 ; « Méry-dional. Joseph Méry (1797-1866) ou le Parisien-Marseillais », actes du colloque Marcel Pagnol et la méridionalité, Marseille, n° 180, 1997, p. 14-18. Voir aussi « L’effigie de bronze et la plaque de marbre, le souvenir de Victor Gelu dans le paysage marseillais », Actes du colloque Victor Gelu, op. cit., p. 73-94.

43 Lou libre de la Crous de Prouvènço (...), Aix, Remondet-Aubin, 1874. Cf. Frédéric Mistral, Lis isclo d’or, Jean Boutière éd., Paris, Didier, 1970, t. II, p. 1170-1175. À Marseille, la commission chargée d’élever un monument commémoratif à l’architecte Espérandieu lança un coucours de sonnets (en français) à sa gloire pour l’épigraphie du revers du piédestal. 66 poèmes lui furent adressés mais elle n’en retint aucun. La Provence à travers champs, n° 14, 4 mars 1882.

44 La seule qui pourrait être antérieure en Provence est celle de la famille Vertot au cimetière d’Eyguières, qui porte la date « 1854 », laquelle semble en fait correspondre à l’attribution de la concession. Son épigraphie et l’orthographe mistralienne la datent plutôt de la fin du XIXe siècle.

45 Je remercie le docteur Pierre Paul de m’avoir communiqué son enquête Lis epitàfi prouvençau, à paraître.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540