Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Récits d'Occitanie

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jean-Noël Pelen

Y a-t-il une identité occitane au moyen âge ?

Linda Paterson

Texte intégral

  • 1 L. Paterson, The World of the Troubadours: Medieval Occitan Society c.1100-1300 (Cambridge, 1993), (...)

1Précisons : y a-t-il une identité occitane – politique, sociale, culturelle, linguistique – aux temps des troubadours ? Je propose ici de faire un bilan rapide de certaines conclusions auxquelles je suis parvenue ailleurs, avant de considérer quelques perspectives offertes par les chansons de geste occitanes, une en particulier1.

2On ne s’attendrait sans doute pas à trouver, au sein d’un pays hétéroclite englobant une gamme de régions et de villes disparates, rivales et indépendantes, aux allégeances complexes et mouvantes, une identité politique occitane. Toujours est-il que certains hommes du Nord n’ont pas hésité à catégoriser les méridionaux comme des gens à part. Dès le VIIIe siècle des auteurs non-occitans ont exprimé à leur égard des remarques peu flatteuses : manque de sérieux, mœurs corrompues, bavards, gourmands, de piètres latinistes, manque d’esprit belliqueux, modes dégoûtantes, et ainsi de suite.

  • 2 Rodulphi Glabri Historiarum libri quinque, éd. et trad. par J. France (Oxford, 1989), p. 164-67.

« Olim igitur circa millesimum incarnati Verbi annum, cum Rex Rotbertus accepisset sibi reginam Constantiam a partibus Aquitanie in conjugium, coeperunt confluere gratia ejusdem reginae in Franciam atque Burgundiam ab Aruernia et Aquitania homines omni leuitate uanissimi, moribus et ueste distorti, armis et equorum faleris incompositi, a medio capitis comis nudati, histrionum more barbis rasi, caligis et ocreis turpissimi, fidei et pacis foedere omni uacui. Quorum itaque nefanda exemplaria, heu proh dolor ! tota gens Francorum nuper omnium honestissima, ac Burgundionum sitibunda rapuit, donec omnis foret niquitie et turpitudinis illorum conformis. »2

(Vers l’an 1000 du Verbe incarné, lorsque le roi Robert épousa la reine Constance de la région d’Aquitaine, à cause des gens de la reine la frivolité la plus vaine commença à se répandre d’Auvergne et d’Aquitaine sur la France et la Bourgogne. Pervertis quant à leurs coutumes et leurs habits, leur armure et leur harnachement mal assemblés, ils rasèrent leur chevelure à mi-nuque, allèrent glabres tels des jongleurs, portèrent les plus répugnantes bottes et jambières, jaunes, totalement dépourvus de la moindre règle de foi ou de paix. Et ainsi, hélas, l’ensemble du peuple de France, jusqu’il y a peu, avec les habitants de Bourgogne, les plus décents de tous, s’empara avidement de leur abominable exemple, si bien qu’à la longue chacun en vint à se conformer à leur iniquité et leur infamie.)

  • 3 Voir aussi E. Schulze-Busacker, « French conceptions of foreigners and foreign languages in the 12 (...)

3De tels dénigrements donnent l’impression que ceux du Midi échappaient au contrôle des régions du nord. Cependant il faut aussi constater que ceux-ci étaient classés non en tant que membres d’un « Midi » ou d’une « Occitanie » homogène, mais selon des territoires plus petits – l’Auvergne, l’Aquitaine, « les Provençaux » par exemple3. Une telle conceptualisation continue pendant une bonne partie du XIIe siècle, et non seulement en Occitanie. Thomas Bisson maintient que malgré certains indices dès le XIe siècle d’une conscience catalane géopolitique, ce n’est qu’après 1175 qu’une identité régionale fondée sur des comtés ou des groupes de comtés fait place à un sentiment solide d’une identité englobant toutes les terres catalanes. Certes, les reportages faits par les témoins oculaires et leurs remanieurs de la prédication du pape Urbain II de la première Croisade témoignent d’un appel à ce qu’on pourrait appeler la fierté nationale, surtout à des notions affectives de la francité, ainsi qu’à un sens de cohésion face aux peuples non-latins. Guibert de Nogent qui, entre autres, remania le Gesta francorum au cours de la première décennie du XIIe siècle, appela son histoire Gesta Dei per Francos ; Robert le Moine reprend explicitement l’idée des Français comme le peuple élu par Dieu :

  • 4 Robert le Moine, Historia Hierosolymitana, RHC occ., III, p. 717-882 (p. 727).

« Gens Francorum, gens transmontana, gens, sicuti in pluribus vestris elucet operibus, a Deo electa et dilecta, tam situ terrarum quam fide catholica, quam honore sanctae Ecclesiae, ab universis nationibus segregata… »4

(Peuple français, peuple habitant au-delà des Alpes, peuple élu et bien-aimé par Dieu, ce qui est démontré d’une façon radieuse par vos nombreuses actions, peuple distingué de toute autre nation autant que par la situation de vos terres et votre foi catholique que par l’honneur que vous témoignez à la sainte Église…)

  • 5 S. Edgington, « The First Crusade: reviewing the evidence », The First Crusade: origins and impact(...)

4L’historienne Susan Edgington a récemment souligné le parti pris des auteurs venant des pays français ou italiens qui suivaient la politique du pape : parti pris qui aurait largement déformé par la suite l’histoire de la première Croisade. Pour ces auteurs, les participants à l’expédition s’appelaient collectivement, sinon des « pèlerins » ou des « soldats du Christ », des « Francs ». Pourtant ces croisés n’étaient pas tous des Francs ; il y avait aussi par exemple un contingent important de Lotharingiens mené par Godefroy de Bouillon qui avaient lutté activement contre le pape dans la lutte de l’Investiture, et les sympathies « franques » des témoins oculaires ont créé une déformation des événements qui a grandi avec le temps. Edgington fait remarquer qu’Albert d’Aix, dont l’histoire portait surtout sur Godefroy de Bouillon et la maison de Lorraine, ne désigne pas les croisés comme des « Francs » mais plutôt comme des « Gaules »5. Ces sources témoignent donc d’un certain nationalisme naissant de la part des sources françaises, ainsi qu’une résistance possible de la part d’un chroniqueur germanique.

  • 6 Paterson, Monde, p. 10; Schulze-Busacker, « French conceptions » p. 27.
  • 7 M. Bennett, « Stereotype Normans in Old French Vernacular Literature », Proceedings of the Battle (...)

5Si l’identité semble se concentrer avant tout sur des régions – comtés surtout – cela ne veut pas dire qu’il existe à cette époque beaucoup de manifestations de stéréotypes régionaux. Sur le plan ethnique, les troubadours se définissent essentiellement par opposition aux Sarrasins et à un moindre degré aux Juifs6. Ce phénomène ne se limite pas à l’Occitanie. Comme l’a démontré l’historien Matthew Bennett, la littérature en langue vulgaire peint un tableau peu clair de ce que c’est que d’être normand ou bien d’autres types de Français7.

6Toujours est-il qu’à l’époque de la croisade albigeoise une certaine conscience occitane finit par se cristalliser autour de l’agression française. Des sentiments négatifs provoqués par l’opposition aux Français suscitent parmi des groupes méridionaux, jusque-là en concurrence, un sens positif d’appartenir à une communauté culturelle qui se distingue nettement des envahisseurs septentrionaux. Dans un débat poétique entre les troubadours Albertet et Monge, qui compare les mérites et défauts des Français et des gens du Midi, Albertet présente une notion géographique du Sud qui englobe la Gascogne, la Provence, le Limousin, l’Auvergne et le Viennois, par contraste avec les régions françaises sujettes aux rois de France et d’Angleterre. Ce qui est ici remarquable, c’est le terme par lequel il désigne les gens de toutes ces régions méridionales : il les nomme des « Catalans ». Il paraît donc qu’il n’existe toujours aucun terme compréhensif pour désigner les « Occitans », et que, bien qu’il puisse exister dans l’esprit de ce troubadour un tout géographique, culturel et probablement politique, les habitants de ce tout semblent rattacher leur identité à la seule puissance capable de lui donner un espoir de cohésion politique. D’une façon analogue, la résistance occitane dans la chanson de la croisade albigeoise se cristallise autour d’une ville, Toulouse.

  • 8 W. Burgwinkle, « The chansonners as books », The Troubadours. An Introduction, éd. par S. Gaunt et (...)

7Pour les médiévistes du XXIe siècle, l’identité occitane médiévale se trouve non à l’intérieur de ses confins politiques ou territoriaux mais dans sa langue et sa culture. Quant au moyen âge, William Burgwinkle a soutenu que c’est au XIIIe siècle qu’un sentiment rétrospectif d’identité culturelle s’est construit non seulement dans la poésie lyrique et la deuxième partie de la chanson de la croisade albigeoise, mais dans les chansonniers, surtout ceux de l’Italie, où les auteurs et scribes, en rassemblant les chansons sous la rubrique de poètes particuliers – qui sont encore plus individualisés par l’ajout des biographies (vidas et razos) – auraient créé une nouvelle forme d’histoire culturelle et littéraire. C’est-à-dire qu’ils auraient préconisé une identité politique fondée sur des pratiques culturelles plutôt que sur la géographie ou l’ethnicité : ce qui aurait à son tour servi à former notre propre réception de cette poésie8.

  • 9 Paterson, Monde, p. 10.
  • 10 The Poems of the troubadour Raimbaut de Vaqueiras, éd. par J. Linskill (The Hague, 1964), XVI ; po (...)
  • 11 Le témoignage de Girart de Roussillon (1135-1180 ?) est incertain. Un comte palatin de Cambrai par (...)

8Quant à une identité linguistique, il est difficile de dire combien l’ensemble des Occitans du XIIe siècle avaient l’idée qu’ils parlaient une seule langue distincte du français9. Vers la fin du siècle Raimbaut de Vaqueiras compose son descort multilingue qui montre une connaissance pratique des différences entre plusieurs langues romanes10. Avant cette époque, les indices sont bien rares. Les troubadours lyriques opposent parfois leur langue au latin en la nommant la lengua romana11. Ce n’est qu’au XIIIe siècle, à la suite de la guerre albigeoise, qu’une différenciation consciente entre le français et l’occitan commence à s’établir plus clairement : langue du roi et roman dans des documents municipaux, parladura francesca et lemosi chez le Catalan Raimon Vidal, chez les Italiens le proensal, ou bien oco, oïl chez Dante, et enfin occitan dans des documents administratifs du XIVe siècle.

9Un phénomène linguistique particulier des chansons de geste occitanes est celui de l’interférence, surtout à la rime, entre l’occitan et le français. Mauvaises traductions ? Effort pour rendre le texte mieux compréhensible à un public divers ? Provenance géographique du texte ? Dans une communication récemment présentée aux États-Unis sur l’histoire de la francophonie, Simon Gaunt a examiné ce phénomène tel qu’il se présente dans Girart de Roussillon et Daurel et Beton, où on remarque par exemple des formes françaises telles que creance, esperance, voillance, France, au lieu de l’occitan crezansa, esperansa, voillansa, Fransa. Il a proposé de voir dans ces « gallicismes phonologiques » le fruit d’un procédé stylistique voulu, dont un but possible serait peut-être d’encoder comme essentiellement français le genre épique, et/ou d’incorporer dans ces textes des éléments linguistiques étrangers pour souligner l’irréductibilité de leur différence. L’envahissement de la langue française dans un texte occitan pourrait alors en quelque sorte représenter l’envahissement politique de l’Occitanie par la France ; l’emploi du français serait ainsi une façon de suggérer une idée des Français comme des agresseurs belliqueux. Ces textes feraient partie d’un sens d’identité nationale française naissante qui reposerait sur la langue mais qui émanerait non du centre, mais des marges et même de l’extérieur de la « France ». Si son hypothèse est valable, cet emploi de « gallicismes phonologiques » pourrait aussi peut-être marquer un sentiment naissant d’une identité méridionale.

  • 12 R. Lafont, « Pour rendre à l’oc et aux Normands leur dû : genèse et premier développement de l’art (...)
  • 13 Lafont, « Pour rendre... », p. 170-72.

10Robert Lafont a lui aussi insisté sur le caractère voulu de cette mixité à la rime. Dans le fragment de la Canso d’Antioca, « C’est un artifice stylistique. Son intérêt est évident : il offre à la rime des facilités nouvelles »12. Son interprétation de Girart et de Daurel, est politique aussi, mais différente : la deuxième partie de Girart serait le reflet du roi Louis VII qui cherche à « domestiquer » son puissant vassal en le ramenant à Vézelay, tandis que Daurel montrerait un Henry II qui « réussit à mettre la chevalerie dans le camp antifrançais en jouant l’Aquitaine et Daurel »13. Puisque chaque texte exige un examen particulier en posant ses problèmes singuliers, sans vouloir me hasarder dans un débat sur Girart et Daurel, et encore moins sur l’épopée occitane dans son ensemble, j’aimerais vous faire part de mes réflexions récentes sur les rimes de la Canso d’Antioca.

  • 14 P. Meyer, éd., « Fragment d’une Chanson d’Antioche en provençal », Archives de l’Orient Latin, 2 ( (...)

11Le fragment de la Canso d’Antioca fut publié d’abord en 1884 parPaul Meyer, réédité dans une thèse doctorale aux États-Unis par Edward Greenan en 1976, et ensuite sous ma direction en 1988 par Carol Dewberry (Sweetenham) qui en a fait elle aussi sa thèse doctorale14. Plus récemment Á. Gómez Moreno a publié une édition des cinq premières laisses. L’édition de Carol Sweetenham fut accompagnée par une étude approfondie des rapports du texte avec l’historiographie latine et française de la première Croisade. L’auteur est actuellement haut fonctionnaire, et après de longs efforts de ma part pour la persuader de publier sa thèse, nous avons convenu que la meilleure solution serait une collaboration ; le livre est actuellement sous presse chez Ashgate.

  • 15 Nous en voyons au moins six.

12Le manuscrit du fragment datant de la première partie du XIIIe siècle, actuellement à Madrid, fut trouvé à Roda, Huesca. On y voit l’écriture de plusieurs scribes15 qui, autrement, ne paraissent pas se distinguer dans leurs erreurs ou habitudes ; selon toute probabilité ce manuscrit représente une copie d’un exemplaire qu’ils avaient devant eux. Nous ne savons pas si c’était à Roda qu’ils l’ont copié, mais la présence dans le texte de personnages espagnols qui n’avaient pas assisté à la bataille d’Antioche historique fait croire que le texte avait été remanié ou du moins retouché en Espagne, ce qui pourrait aussi peut-être expliquer le nombre considérable de fautes de copiste. Une allusion à « Campanha » au vers 117, si ce toponyme équivaut à « Champagne », suggère un terminus post quem de 1234.

  • 16 Geoffroi de Vigeois, Chronica Gaufredi coenobitae, éd. par P. Labbé, Rerum Aquitanorum Novae Bibli (...)

13Selon le chroniqueur limousin Geoffroi de Vigeois, la Canso originelle fut écrite par un miles, Gregoire Bechada, à la demande de l’évêque Eustorge de Limoges (1106-37) et avec des conseils d’un Normand appelé Gaubert16.

« Gregorius, cognomento Bechada, de castro de Turribus, professione miles, subtilimissimi ingenii vir, aliquantulum imbutus litteris, horum gesta preliorum materna, ut ita dixerim, lingua, ritmo vulgari, ut populus pleniter intelligeret, ingens volumen decenter composuit ; et, ut vera et faceta verba proferet, duodecim annorum spacio super hoc opus operam dedit. Ne vero vilesceret propter verbum vulgare, non sine precepto episcopi Eustorgii et consilio Gauberti Normanni hoc opus aggressus est. Supradicti princeps fuit ille Gulpherius de Turribus, qui in suprascripto bello, et maxime apud marram urbem, magnum sibi nomen in preclaris facinoribus acquisivit… »

(Gregoire, nommé Bechada, du château de Lastours, soldat de son métier, étant un homme de nature fort raffinée et ayant une certaine connaissance du latin, composa d’une façon convenable un tome énorme qui racontait les faits de ces guerres. Il écrivit en ce que je pourrais appeler sa langue maternelle et un mètre populaire afin que le peuple pût pleinement le comprendre ; et pour assurer la vérité et l’élégance de son œuvre, il y voua ses efforts pendant l’espace de douze ans. De plus, pour éviter de la dévaloriser en l’écrivant en langue vulgaire, il ne l’entreprit que sur l’ordre de l’évêque Eustorge et qu’avec l’aide de Gaubert le Normand. Son seigneur était ce Golfier de Lastours qui acquit une grande renommée à cause de ses hauts faits – surtout à la ville de Ma’arrat-an-Nu’man – au cours de cette susdite guerre.)

14Geoffroi était l’arrière-grand-neveu du seigneur de Grégoire Bechada, Golfier de Lastours, qui avait participé à la première Croisade et qui est célébré dans le fragment conservé. Carol Sweetenham suggère qu’Eustorge aurait commissionné l’œuvre de Bechada à la suite d’un pèlerinage fait par Bohémond pendant le Carême de 1106 à Saint Léonard de Noblat, situé à 20 km à l’est de Limoges et 50 km au nord de Lastours. En août 1100 Bohémond avait été capturé par l’émir danishmed Malek Ghazi Mohammed Gumushtekin et emprisonné pendant trois ans. Lors de sa libération la situation fragile d’Antioche devenait de plus en plus claire. Précédé par Richard du Principiat, Bohémond fit donc une tour en Occident pour faire de la publicité et procurer de l’aide pour les croisés d’Outremer. On peut remarquer non seulement que Bechada fut assisté par un Normand, mais aussi que Bohémond joue un rôle important dans la Canso, et encore dans la partie de la Gran Conquista de Ultramar qui en dérive.

  • 17 Nous sommes redevable à Philip Bennett de nous l’avoir signalé. Voir J. Stevens, Words and Music i (...)

15Quant aux événements et personnages locaux, nous croyons Geoffroi digne de foi. Selon lui, Grégoire avait écrit son « tome énorme » en « lingua, ritmo vulgari » : en langue vulgaire donc – et on ne peut guère imaginer que ce n’ait été autre chose que l’occitan ou le « limousin ». Mais sous quelle forme ? La Canso conservée est composée d’alexandrins, et il est très peu probable que Bechada ait inventé les alexandrins quelques décennies avant les autres exemples de cette versification qui devint populaire dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Encore est-il moins que certain que « ritmo » désigne une forme épique : selon l’œuvre magistrale de John Stevens sur la parole et la musique au moyen âge, le ritmus médiéval désignait tout poème ou chanson composé selon les principes de la musica ritmica où prédomine le principe de compter les syllabes, par contraste avec le metrum qui reposait sur le système de la prosodie classique17.

16Par quelles étapes est-elle donc parvenue à celle du texte conservé ? Une version en alexandrins de la composition de Bechada a dû exister avant 1210, date où Guilhem de Tudela compose la première partie de la Canso de la Crotzada, puisqu’il en emprunte explicitement la versification et la mélodie. Cette version était-elle celle du remaniement espagnol ? Je ne sais pas. Mais je pense qu’il existait au moins une autre version en alexandrins, et qu’elle était française. Voici pourquoi.

  • 18 P. Fouché, Phonétique historique du français (Paris, 1952), p. 369 ; R. Hall, « Linguistic strata (...)

17Le texte de Madrid fait alterner à la fin des vers les voyelles « a » nasal et « e » nasal. Or, ce trait linguistique est répandu en ancien français à partir de la Chanson de Roland18 mais ne correspond pas à l’évolution de la phonologie occitane. Il est particulièrement évident dans la laisse XVII :

« Senhor, mont fo l’estorn

meravillos e gran

cant vengro li Breto

e Rotbertz lo Normans,

e.l senher de Toars,

us vescoms gereians :

cel condus los Guales

e.ls Engles e.ls Irlans,

555

capdela.[l]s Angevis

e.ls Mases e.ls Torans.

Sel de la ’scala tersa,

lor fo donat l’afans.

En apres venc la carta,

d’altre vasa[l]s prezan,

[e] lo ducx Godafres

e lo seu ariban,

qe porta despleiat

don Galters l’Alaman.

560

Cel(s) condui [los] Danes

e.ls Seines e.ls Bramans

En la batalha~intreron

e preiron tal enans

c’al parer de las preissas

parec l’esforssamen.

Adonc viratz cavals

trencar per ams los flancs,

e gonïos petzaz,

e fortz ausberc pezan

565

e Sarazis morir

d[e]trencat e sancnans,

e trencar bras e cambas

e caps tor a las dans.fo

13v

Feras son las rescosas

dels Folcs e dels Persans,

de Cors e d’Arabitz

e de Popilicans,

e d’altra[s] gens puls feras

c’apelon Aguilans :

570

cil no porto escutz

ni altres garnimans

ni lanssa ni sageta

ni cavalos(z) co brans,

m[a]s cotels an d’asier

afilatz amponians.

Cant elh esperonero

a milhers e a sans

lo vasal qe.il encontró

abb aqels maltal[h]ans

575

es fis de mortz recebre

ce Deus no.ilh es guiran.

Ar ausiretz batalha

mesclar en tal senblan,

anc non ausi[tz] ta fera

dus lo tems aisamans

Olivier fo aussi,

e Turpi e Rotlan,

Estot e Angeliers,

Gilis e.l coms Galans,

580

Oto e Berenguers,

Gaifres e [. . . . . . . . . . .]

e gran masa dels autres –

no vos (o) sai dire cant.

Gaïnes los traï[t]

et us velhs Aqilan

[-1]

e Marssilis lo ros –

Dieus en sia lor dans –

els caps de Ro[n]casvals

[. . . . . . . . . . . .].

585

Tro a la fi del mon

er grans la perda~e.l dans,

e sapion Serazi

ela paguana gens q’ancor n’er pres vengansa ! »

18Parmi 36 vers sans compter le vers orphelin, 32 se terminent en « an » ou « ans » (deux par des lacunes). (Il faut ici signaler que malgré l’apparence de cette laisse je crois que la Canso d’Antioca est essentiellement rimée. Au moins 80 % des vers sont rimés, sans tenir compte des irrégularités flexionales – très nombreuses –, quelques erreurs évidentes, et quelques licences telles que des formes du préterit – 24 « fugi », 48 « s’assis » – dans une laisse rimée en « i » avec « n » instable.)

- Le vers 563 « esforsamen », qui rompt avec la rime donne la forme occitane correcte. Une forme « esforsaman », conforme à la rime, ne serait pas occitane.
- 587 « gens » rompt également avec la rime.
- 571 « garnimans », 574 « sans », et 578 « aisamans », qui se conforment à la rime, sont des formes non-occitanes.
- 567 a l’air d’un cas pareil, puisque la forme occitane habituelle est « dens », bien que « dans » soit attesté une fois dans Girart de Roussillon (mais on sait qu’il existe beaucoup de gallicismes dans Girart).

  • 19 Aux vers 297, 422, peut-être 387.

19On retrouve ailleurs dans le texte quelques autres exemples du même genre à la rime19. À part la forme « amer » pour « amar » au vers 148 (qui peut très bien être une simple erreur de copiste), je n’ai pas pu trouver dans la Canso d’autres exemples de « gallicismes phonologiques ». Je n’y vois aucun autre témoignage de « langue mixte ». S’agit-il d’une licence qui permet une expansion des possibilités de la rime, comme l’a suggéré Robert Lafont ? Sans doute ; mais est-ce là la cause principale ? L’équivalence « a » nasal/« e » nasal peut aussi très aisément s’expliquer si la Canso représente une traduction du français. C’est-à-dire d’un remaniement français : ou bien de l’œuvre originelle de Bechada, ou bien d’une étape intermédiaire dans une série de remaniements (où l’oral a pu jouer aussi bien que l’écrit). L’existence d’une version française d’une chanson d’Antioche antérieure à la Chanson d’Antioche française, composée en ou après 1176, est attestée par Graindor de Douai :

  • 20 La Chanson d’Antioche, éd. par S. Duparc-Quioc, 2 vol (Paris, 1976-78), 9012-14.

« Cinquante rois i ot sans les autres barons.
Cil qui le cançon fist sot bien dire les nons,
Ricars li pelerins de qui nos le tenons. »20

  • 21 Duparc-Quioc, La Chanson d’Antioche, II, p. 108-110 et 148-170, et notre édition de la Canso d’Ant (...)

20Même si Graindor a inventé ce Richard le Pèlerin, il y a d’autres raisons de croire à une source de la Chanson d’Antioche autre que la version de Bechada21. On se demande si la version française dont notre Canso d’Antioca est la traduction est celle attribuée à ce Richard.

  • 22 Voir J. Blacker, The Faces of Time: portrayal of the past in Old French and Latin historical narra (...)

21Ce qui n’enlève absolument rien à l’originalité et la précocité de la poésie historiographique occitane, au contraire. Bechada est peut-être le premier auteur connu d’une œuvre d’histoire médiévale en langue vulgaire, que celle-ci ait pris la forme d’une chanson de geste ou bien d’une autre sorte de chanson. Selon les idées reçues, c’est un Normand, Geoffroi Gaimar, dont l’Estoire des Engleis fut composée vers 1135-40, qui mérite ce nom. Bechada est au moins son contemporain. Si c’est bien le tour de Bohémond de 1106 qui a provoqué Eustorge à commissionner son œuvre, il le précède d’une bonne vingtaine d’années, même si un Normand a pu y jouer un rôle. Et bien sûr, une historiographie vernaculaire occitane précède de très loin l’historiographie française22.

  • 23 Martin-Chabot, I, xvii. Celui-ci exprime l’avis que « l’emploi de formes françaises enrichissait s (...)

22Mais qu’en est-il de la chanson de la croisade contre les gens du Midi ? La partie composée par Guilhem de Tudèle est parsemée de gallicismes. J’ai l’impression (et je n’ai qu’effleuré la question) qu’ils sont la conséquence non d’une intention politique, ni encore moins d’une traduction, mais de simples licences de la part d’un auteur qui, certes, avait vécu pendant onze ans à Montauban mais dont le parler maternel, selon Martin-Chabot, était probablement un dialecte roman très proche de l’aragonais23. Il connaissait vraisemblablement des chansons de geste aussi bien occitanes que françaises et il semble avoir été plutôt indifférent aux différences linguistiques pourvu qu’il réussisse à communiquer avec ses auditeurs. S’il a choisi de prendre la Canso d’Antioca occitane comme modèle, c’est parce qu’il a voulu légitimer la croisade albigeoise et son histoire par l’autorité d’une tradition déjà établie d’une historiographie occitane des croisades (les « bonnes » gens de l’Occitanie, après tout, comprendraient bien qu’il fallait lancer une croisade contre les ennemis de la foi catholique). Si des gallicismes sont absents de la deuxième partie faite par le continuateur anonyme, cela pourrait éventuellement représenter un parti pris politique – extirper des traces possibles de la langue ennemie – mais une explication aussi probable est sans doute l’origine toulousaine de l’auteur.

23Pour revenir à l’idée d’une identité occitane centrée sur la langue, je dirais que dans le cas de la Canso d’Antioca, l’influence du français ne semble en aucune façon surgir d’une contestation identitaire, mais témoigne plutôt d’un va-et-vient entre langues et aires géographiques dans le contexte d’une tradition à l’échelle européenne de l’historiographie et la propagande des croisades. Jusqu’à la fin du XIIe siècle, les identités occitanes sont régionales et religieuses ; il existe une tendance de la part des gens du Nord à juger en bloc ceux du Midi mais ils expriment leurs opinions toujours au moyen de termes locaux. C’est au XIIIe siècle qu’on devient témoin d’une réaction méridionale devant l’ennemi français. Résultat : identité politique qui échoue, identité culturelle à longue durée.

Notes

1 L. Paterson, The World of the Troubadours: Medieval Occitan Society c.1100-1300 (Cambridge, 1993), p. 1-9, Le monde des troubadours, traduit par G. Gouiran (Montpellier, 1999), p. 7-14; L. Paterson, « The South », A Short Oxford History of France, éd. par W. Doyle (Oxford, sous presse).

2 Rodulphi Glabri Historiarum libri quinque, éd. et trad. par J. France (Oxford, 1989), p. 164-67.

3 Voir aussi E. Schulze-Busacker, « French conceptions of foreigners and foreign languages in the 12th and 13th centuries », Romance Philology, 41 (1987), 24-47 (p. 26): « The distinctive characteristic of a person is mainly his her her belonging to a natio or a region, or his dependence on a feudal lord. »

4 Robert le Moine, Historia Hierosolymitana, RHC occ., III, p. 717-882 (p. 727).

5 S. Edgington, « The First Crusade: reviewing the evidence », The First Crusade: origins and impact, éd. par J. Phillips (Manchester, 1997), p. 59-64.

6 Paterson, Monde, p. 10; Schulze-Busacker, « French conceptions » p. 27.

7 M. Bennett, « Stereotype Normans in Old French Vernacular Literature », Proceedings of the Battle Conference 1986, Anglo-Norman Studies (Woodbridge), 9 (1987), 25-41.

8 W. Burgwinkle, « The chansonners as books », The Troubadours. An Introduction, éd. par S. Gaunt et S. Kay (Cambridge, 1999), p. 246-62 (p. 305-12). K. Uitti, « The Old Provençal Song of Saint Fides and the Occitanian concept of poetic space », Esprit Créateur, 19 :4 (1979), 17-36, avait cru voir dans la Chanson de Sainte Foy une conscience précoce d’un contexte géographique pour la poésie. Il semble toutefois avoir hésité à se prononcer sur une claire différenciation entre espace occitan et espace français (p. 19).

9 Paterson, Monde, p. 10.

10 The Poems of the troubadour Raimbaut de Vaqueiras, éd. par J. Linskill (The Hague, 1964), XVI ; pour les autres troubadours multilingues voir Schulze-Busacker, « French conceptions », p. 34-35.

11 Le témoignage de Girart de Roussillon (1135-1180 ?) est incertain. Un comte palatin de Cambrai parle devant le roi « e sos latinz » : dans la langue du roi, ou bien dans un parler cambrésien ? Un marquis de la vallée de l’Aoste lance un défi aux hommes du roi où il « dis sos latins » : il parla dans son dialecte piémontais, ou bien dit-il ce qu’il avait à dire ? Voir Girart de Roussillon, chanson de geste, éd. par W.M. Hackett, 3 vols. (Paris, 1953-55), 2055 et 2437, traduit par M. Combarieu de Grès et G. Gouiran, La Chanson de Girart de Roussillon (Paris, 1993), et pour les sens de latis, S. Gaunt, « Sexual difference and the metaphor of language in a troubadour poem », Modern Language Review, 83 (1988), 297-313 (p. 305-12).

12 R. Lafont, « Pour rendre à l’oc et aux Normands leur dû : genèse et premier développement de l’art épique gallo-roman », Cahiers de Civilisation Médiévale, 42 (1999), 139-78 (p. 161) ; voir aussi « La place de Guilhem Anelier dans l’histoire de l’art épique occitan », Actes du IVe Congrès International de l’AIEO, Vitoria-Gasteiz, 22-28 août 1993 (Vitoria-Gasteiz, 1994), 2 vols., I, p. 165-72 (p. 167). Comparer aussi Combarieu de Grès et Gouiran, Girart de Roussillon, p. 6 : « une langue artificielle dont le polymorphisme est aussi voulu que radical ».

13 Lafont, « Pour rendre... », p. 170-72.

14 P. Meyer, éd., « Fragment d’une Chanson d’Antioche en provençal », Archives de l’Orient Latin, 2 (1884), 467-509 ; E. Greenan, « The Canso d’Antioca : a critical edition and philological study » Catholic University of America, 1976, Studies in Romance Languages and Literatures series 125, microfilm series 59 ; C. Dewberry, « The Canso d’Antioca : text, translation, notes and study », DPhil Thesis (Oxford,1988) ; Á. Gómez Moreno, « Una nueva edición de la “Cansó d’Antiochaˮ », Revista de Literatura Medieval, 6 (1994), 9-42.

15 Nous en voyons au moins six.

16 Geoffroi de Vigeois, Chronica Gaufredi coenobitae, éd. par P. Labbé, Rerum Aquitanorum Novae Bibliothecae Collectio Manuscriptorum librorum, II, 1657, p. 279-342.

17 Nous sommes redevable à Philip Bennett de nous l’avoir signalé. Voir J. Stevens, Words and Music in the Middle Ages: Song, Narrative, Dance and Drama, 1050-1350, Cambridge, 1986, p. 416-23 et au glossaire, p. 508 et 510.

18 P. Fouché, Phonétique historique du français (Paris, 1952), p. 369 ; R. Hall, « Linguistic strata in the Chanson de Roland », Romance Philology, 13 (1959-60), 156-61 ; I. Short, édition de la Chanson de Roland, sous presse, p. 37-39, § 3, 4, 9, 10. Nous sommes redevable à Ian Short de nous avoir passé des extraits de son livre, ainsi que de ses conseils précieux.

19 Aux vers 297, 422, peut-être 387.

20 La Chanson d’Antioche, éd. par S. Duparc-Quioc, 2 vol (Paris, 1976-78), 9012-14.

21 Duparc-Quioc, La Chanson d’Antioche, II, p. 108-110 et 148-170, et notre édition de la Canso d’Antioca, sous presse, chap. 2.

22 Voir J. Blacker, The Faces of Time: portrayal of the past in Old French and Latin historical narratives of the Anglo-Norman regnum (Texas, 1994), p. xii; D. Legge, Anglo-Norman Literature and its Background (Oxford, 1963); D. Tillmann-Bartylla, « Höfische Welt und Geschichtsbedürfnis: Die anglo-normannischen Verschroniken des XII. Jahrhunderts », GRLMA, XI/1, « La littérature historique des origines à 1500 » (Heidelberg, 1986), p. 313-50; P. Damian-Grint, The New Historians of the Twelfth-century Renaissance: inventing vernacular authority (Woodbridge, 1999), p. 10.

23 Martin-Chabot, I, xvii. Celui-ci exprime l’avis que « l’emploi de formes françaises enrichissait son vocabulaire et facilitait sa versification ; il en profita assez largement, à l’exemple de maint poète du Languedoc » (il cite Daurel entre autres).

Auteur

Université de Warwick, Grande-Bretagne

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540