Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Récits d'Occitanie

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jean-Noël Pelen

Autour de la notion de Midi

Lothar Wolf

Texte intégral

1Quand on feuillette les bibliographies à la recherche de titres sur le Sud de la France – pour employer une dénomination usuelle et relativement neutre – on constate qu’il y a deux catégories de publications du point de vue de l’espace géographique qu’elles étudient.

  • La grande majorité des titres concerne uniquement une région comme la Provence ou la Gascogne, sans que le mot Midi apparaisse dans le titre ; cette catégorie s’avère moins intéressante pour notre propos. Retenons pourtant une expression comme Le Midi aquitain, qui est bien parlante.
  • La deuxième catégorie s’occupe sous le nom de Midi plus ou moins de l’ensemble du territoire, sans qu’il y ait unanimité sur ce qu’on comprend par « ensemble du territoire » ou par « l’ensemble du Sud de la France » qui se cache derrière cet emploi de Midi. Il y a plutôt plusieurs emplois différents de notre point de vue géographique.
  • À côté de ces deux catégories, il y en a une troisième qui apparaît moins dans des titres d’ouvrages, mais qui semble non moins répandue. C’est l’emploi de Midi dans des sens bien étroits.

Un peu d’histoire du mot

2Le point de départ sémantique des emplois d’aujourd’hui est le sens de « milieu du jour », le mot étant composé de l’ancien français mi « au milieu de » et de di « jour », du lat. diem, qui survit également dans les noms des jours de la semaine. Or, puisque, dans notre hémisphère, au milieu du jour le soleil se trouve à celui des quatre points cardinaux « que nous regardons en tournant le dos au pôle nord » (comme dit le Grand Dictionnaire Universel de P. Larousse du XIXe siècle), le mot de midi a pu prendre facilement un sens spatial, à savoir le « pays qui se trouve au Sud ».

3Et en fait, on voit se développer, depuis le XIVe siècle, le sens de « région, partie d’un pays située dans le Sud » (Dictionnaire historique de la langue française d’A. Rey de la Maison Robert, 1995, abrégé RobHist), mais Le Grand Robert de la langue française (1989) y ajoute qu’« On dit plutôt Sud lorsque ce pays n’est pas la France ». Ensuite, depuis l’époque classique, on voit naître le sens de « pays méridionaux » (ibid.), comme nous parlons par exemple – selon le Trésor de la langue française (1971-1994, abrégé TLF) – du Midi pour désigner le sud de l’Europe.

4Le mot au sens plus restrictif, à savoir « région sud de la France » (Petit Larousse illustré de 1981) ou « ensemble des régions du sud de la France » (édition de 1995) est attesté depuis 1793 (RobHist, TLF) et, dans ce sens, le mot s’écrit aujourd’hui normalement avec une majuscule. C’est ce sens spécifique qui nous intéressera particulièrement dans ce qui suit.

5En fait, cet emploi de Midi au sens de « la France méridionale » se trouve largement répandu, quoique le tour la France méridionale comme définition de Midi et d’autres expressions synonymes ne soient pas précis non plus du point de vue géographique. On peut pourtant distinguer plusieurs emplois.

Les sens les plus larges

6Selon ces définitions, Midi semble englober l’ensemble du Sud de la France, par opposition à la France du Nord. Mais l’extension géographique de ce qu’on comprend par le Midi n’est pas clair du tout et n’est pas éclairci non plus par des expressions synonymes comme France méridionale déjà mentionnée, ou Sud de la France, etc., qui apparaissent dans les définitions données par les dictionnaires.

  • Ainsi le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de P. Larousse (15 vol., 1866-1876) dit simplement que Midi se dit « particulièrement de la partie de la France située au midi : Les départements du MIDI. Les chemins de fer du MIDI. »
  • Pour le Nouveau Larousse illustré en sept volumes, publié de 1897 à 1902, Midi est défini par « Sud-est et sud-ouest de la France (Dans ce cas s’écrit avec une majuscule) : Nice, Bordeaux sont dans le Midi ». Il s’agit donc d’une définition qui demande elle-même une définition de l’extension du sud-est et du sud-ouest. Est-ce que Lyon ou l’Auvergne en feraient partie ?
  • On peut mentionner aussi le Dictionnaire Général de A. Hatzfeld, A. Darmesteter, A. Thomas (1890-1900), qui connaît également cette acception de Midi (« le Midi de la France, il est du Midi, il a l’accent du Midi, les départements du Midi », etc.), tandis que dans le Dictionnaire de la langue française de É. Littré (1873) il ne figure que le sens de « pays méridionaux ».
  • Dans la 2e moitié du XXe siècle, le sens de « France méridionale » se trouve, toujours sans spécification géographique, dans tous les dictionnaires de la Maison Robert, même dans le Micro-Robert d’Alain Rey (1989), où l’on définit Midi comme « La région du sud de la France ».
  • Dans les dictionnaires de la Maison Larousse, on ne le trouve que depuis environ une vingtaine d’années, alors qu’il n’y figurait pas encore dans les éditions du Petit Larousse jusqu’à la fin des années 70. En fait, le sens en question ne s’y trouve qu’à partir de l’édition de 1981. En partie, les autres dictionnaires de la même maison d’édition le connaissent pourtant un peu avant cette date, comme par exemple le Larousse de la langue française de 1977, tandis qu’après 1981 il semble qu’on ait tenu compte de notre sens plus ou moins régulièrement, comme dans le Dictionnaire de français de 1987, etc.
  • En ce qui concerne les dictionnaires de l’Académie française, même la 8e et dernière édition est décevante. Elle maintient, sous l’entrée Midi, le pêle-mêle sémantique, qui s’y trouve dès l’édition de 1835, entre le sens de « pays méridionaux » et celui de « midi de la France », en disant que Midi « se dit, par extension, des pays méridionaux. Cet homme est du Midi. L’accent du Midi. Les littératures du Midi. Il a une propriété dans le Midi, dans le midi de la France. Passer ses hivers dans le Midi. Voyager dans le Midi. »

7Je laisse aux spécialistes le soin de répondre à la question de savoir si ce traitement du mot relève d’un simple manque de souci sémantique rédactionnel, ou d’une tradition peut-être même à composante idéologique.

8À l’opposé des dictionnaires, les encyclopédies de la Maison Larousse semblent suivre la tradition du Larousse du XIXe siècle et connaissent tous le sens en question, à savoir « région sud de la France » ; ainsi le Grand Larousse encyclopédique des années 60 et son successeur, le Grand dictionnaire encyclopédique Larousse des années 80, et même des plus petits comme le Grand Larousse en 5 volumes de 1987. Pourtant, la partie encyclopédique du Petit Larousse ne l’a jamais connu.

9On pourrait longuement discuter sur la différence entre encyclopédie et dictionnaire en prenant justement l’exemple de Midi et la raison d’être de celui-ci dans l’un ou l’autre de ces deux types d’ouvrages. Quoique l’opposition entre nom commun et nom propre ou entre dictionnaire et encyclopédie soit claire, en principe, comme celle par exemple entre jour et nuit, la linguistique ne nous fournit pas ou pas encore le ou les critères pertinents permettant de distinguer les deux catégories de noms et, par conséquent, les deux catégories d’ouvrages.

10L’emploi du mot de Midi au sens large de « le Sud de la France » est donc bien courant dans le langage général – du moins selon les dictionnaires usuels – où l’on parle de gens du Midi, accent du Midi, ville du Midi, Marseille est dans le Midi (RobHist, TLF). On spécialise la notion également par des attributs, ce qui corrobore son sens de « France méridionale », comme dans Midi gascon, Midi provençal, Midi auvergnat, Midi de Toulouse, etc. (TLF).

11Le dictionnaire qui est le seul à distinguer deux emplois dans ce sens large de Midi est le Dictionnaire de la langue française de Jean Girodet (Paris : Bordas, 1986) qui dit que :

« le mot Midi désigne parfois toute la moitié méridionale de la France, c’est-à-dire, selon les cas, la partie de la France située au sud de la Loire ou au sud d’une ligne qui va de La Rochelle au lac Léman. »

12D’une part, l’expression « selon les cas » est difficile à saisir, d’autre part, la raison d’être d’une « ligne qui va de La Rochelle au lac Léman » n’est pas claire non plus du point de vue historique ou autre, mais cette ligne est peut-être enracinée, pour quelque raison que ce soit, dans la conscience de certaines gens ou dans celle du lexicographe. Je pose la question aux spécialistes. Regardons maintenant si l’occitan comme critère nous aidera à trouver une réponse.

L’occitan comme critère moins imprécis ?

13À première vue, cette notion globale de la France méridionale désignée par Midi semble se retrouver également dans des titres d’ouvrages, comme celui cité par P. Martel, dans sa conférence, et qui se situe dans le contexte révolutionnaire : Louis de Jullian, Rapport sur les événements du Midi de la France, 1796.

  • 1 Sur Mary Lafont cf. l’article de Philippe Martel, « Les Occitans face à leur histoire : Mary Lafon (...)

14En 1841 apparaît l’Histoire politique, religieuse et littéraire du Midi de Mary Lafon, qui a été le premier à écrire une histoire du Midi1. Dans son introduction (note 2), il renvoie aux synonymes de « notre expression moderne de : Midi » :

  • 2 Cité selon le texte reproduit dans la Revue occitane, 1, janvier 1982, p. 60.

« Après les Romains, l’Aquitaine reçut successivement les noms de Gothie (M. de l’Ac. des inscriptions et belles lettres, t. XX), Romania (Vie de la Vierge et Édit de Clotaire), Provence (Mathieu Paris), Langue d’Oc (Cazeneuve), Occitania (G. de Nangis). Or, toutes ces appellations qui eurent, quelquefois en réalité, quelquefois approximativement, la même signification territoriale, équivaudront toujours à notre expression moderne de : Midi. »2

15Mentionnons encore quelques autres titres comme par exemple :

- Paul Meyer, Documents linguistiques du Midi de la France, 1909 ;
- Auguste Brun, Essai historique sur l’introduction du français dans les provinces du Midi de la France, Paris (Champion) 1924 ; « La pénétration du français dans les provinces du Midi », Français Moderne 3, 1935, p. 149-161 ;
- La revue Annales du Midi, etc.

16Ce sont des publications qui parlent de Midi ou de la France du Midi avant le mouvement de prise de conscience des régions qui a commencé dans les années 60 et qui a fait naître ou ranimer le discours identitaire régional que le Sud tient sur lui-même. En fait, par les titres et par le contenu des livres, comme celui d’Auguste Brun, on voit donc tout de suite que Midi réfère ici exclusivement au Sud occitan et, avec cette mise en relief de l’occitan comme trait pertinent, Midi semble être largement remplacé aujourd’hui par des titres comme Histoire de l’Occitanie, Encyclopédie occitane, Histoire de la civilisation occitane, etc. Ces titres sont sans aucun doute le reflet du mouvement que nous venons de mentionner et qui n’a cessé de croître dans la deuxième moitié du XXe siècle et de se manifester non seulement en France, mais presque dans le monde entier. À présent, on peut même constater que, dans le processus dialectique de l’histoire, ce mouvement devient de plus en plus une sorte de réponse à la mondialisation, à la peur de perdre sa patrie et son patrimoine.

17En tout cas, la liaison de Midi avec le domaine occitan semble claire, en principe, comme par exemple dans Gérard de Séde qui dit :

  • 3 Passage cité selon André Dupuy, Encyclopédie occitane, 1989, p. 3.

« C’est presque une banalité de le répéter : sept siècles d’histoire commune n’ont pas tout à fait effacé l’ancienne frontière entre la France du Nord et celle du Midi, celle de la langue d’oïl et celle de la langue d’oc. » (Gérard de Sède, Le trésor cathare)3.

18Mais cette liaison de Midi avec l’occitan ne fait que transférer le problème de sa définition à celui de la délimitation du domaine occitan. Selon Girodet, c’est :

« La partie du territoire français où l’on parlait (ou bien où l’on parle encore) des dialectes occitans et qui est située au sud d’une ligne allant de Blaye à Grenoble en passant approximativement par Limoges, Montluçon, Vichy, Roanne et Tournon. Cette vaste région est la partie de la France où l’on parle avec l’accent du Midi ou accent méridional, dénomination impropre, mais traditionnelle, de l’accent occitan. »

  • 4 Cp. surtout Gaston Tuaillon, « Le francoprovençal : progrès d’une définition », Travaux de linguis (...)

19D’une part, il est intéressant de constater que, dans cette définition, le domaine francoprovençal ne semble nulle part être associé avec l’idée du Midi de la France en tant qu’espace occitan. Pourtant, dans l’histoire de notre discipline, on connaît la position de l’école de Gaston Paris qui a nié l’existence du francoprovençal et qui a fait commencer le sud avec son domaine. Ainsi, dans le livre cité de Paul Meyer (Documents linguistiques du Midi de la France), qui appartient à cette école, le Midi commence avec le département de l’Ain, d’où vient son premier document, alors que d’autres chercheurs comme Ronjat n’ont jamais inclus le domaine francoprovençal dans leur notion de Midi4.

  • 5 Pour les détails, je signale que Brigitte Horiot, après Geneviève Massignon enquêteur et auteur de (...)

20D’autre part, ce qui est non moins important, c’est que la ligne décrite par Girodet pour l’occitan exclut également l’ouest, à savoir le Poitou et la Saintonge, des pays occitans d’autrefois, qui ne sont évidemment plus associés aujourd’hui avec le domaine occitan ou avec l’accent occitan, du moins dans la conscience métalinguistique des gens ou des lexicographes. L’Encyclopédie occitane d’André Dupuy ne mentionne pas l’Ouest non plus, quoique les limites de l’Occitanie soient basées, pour lui, « sur les seuls critères linguistiques et culturels » (p. 15). C’est aux historiens de répondre à la question de savoir à partir de quand exactement la conscience linguistique et culturelle des gens de l’Ouest n’a plus rattaché leur région à l’occitan et depuis quand celle des Français en dehors des régions en question ne l’a plus fait. Il est bien probable que cette perte de l’occitanité date déjà de la fin du Moyen Âge dans ces régions. Il y faut bien sûr faire exception de la Charente limousine ou du Confolentais (arrondissement de Confolens), où l’on parle encore l’occitan et où les gens se sentent et se sont sentis depuis longtemps nettement distincts des autres Charentais et Limousins, soit par la langue soit par la mentalité5.

Un sens encore plus étroit

21Une autre définition de Midi restreint notre notion encore plus du point de vue géographique. Nous avons déjà mentionné le Grand Larousse Encyclopédique, pour qui Midi ne semble comprendre que « Provence, Languedoc, bassin d’Aquitaine ». Girodet est plus explicite en parlant de l’ensemble formé par le comté de Nice, la Provence, le comtat Venaissin, le Bas-Languedoc, le Roussillon. On lui adjoint parfois les Pyrénées et toute l’Aquitaine, et on distingue alors le Midi méditerranéen, le Midi pyrénéen, le Midi aquitain.

22Ce sens étroit de Midi n’est évidemment plus lié au domaine occitan, puisqu’il écarte évidemment le domaine nord-occitan avec ses variétés, à savoir le limousin, l’auvergnat et le vivaro-alpin. Il est difficile de voir les raisons ou les critères historiques pertinents pour comprendre la genèse de cette notion d’ensemble à l’intérieur du domaine occitan.

Des sens les plus étroits

23Mais il y a même des sens encore plus étroits que ce dernier. Ainsi, à Paris, il y a des gens qui associent Midi plutôt avec des régions comme la Provence, en y ajoutant même la Corse, et parfois aussi le Languedoc, alors que le sud-ouest ou le nord du domaine occitan n’en font pas partie. Mais on devrait encore faire une petite enquête sur les associations et connotations que le mot de Midi évoque à Paris et ailleurs dans le Nord de la France.

24Cependant, plus on s’approche des régions méridionales, plus les restrictions de notre notion sembler s’accuser du point de vue géographique. Ainsi, à Lyon, nous avons trouvé qu’on en exclut même la Provence et on n’y comprend que la Côte d’Azur, c’est-à-dire la région littorale entre la Provence et l’Italie. On y parle bien des différentes régions comme par exemple l’Aquitaine, le Languedoc et la Provence qu’on distingue de l’emploi de Midi, qui y devient plus ou moins synonyme de Côte d’Azur.

25Du point de vue des gens de la Côte d’Azur, on trouvera certainement encore d’autres délimitations ou modifications d’ordre géographique. Ainsi, pour le patron du bistrot La Provence à Augsburg, qui est originaire de St-Raphael, le Midi commence à Aix-en-Provence. Est-ce que les Aixois en seront d’accord ?

En guise de conclusion

26On voit ainsi toute une hiérarchie de références d’ordre géographique se cacher derrière le mot de Midi. Celui-ci reste un terme imprécis dont on ne connaîtra la valeur qu’en connaissance de l’origine des gens qui l’emploient, et en connaissance de la raison pour laquelle ils l’utilisent avec telle ou telle référence géographique.

27Midi semble néanmoins rester courant et il se trouve même comme élément de nouvelles créations ou compositions comme Midi-Pyrénées, sans parler d’anciens toponymes ou noms propres qui le contiennent : ainsi Canal du Midi (appelé aussi Canal du Languedoc, Canal des Deux Mers), Aiguille du Midi (un sommet des Alpes de Haute-Savoie), Dents du Midi (un massif montagneux dans les Alpes valaisannes), ou dans des noms de sommets dans les Pyrénées comme Pic du Midi de Bigorre et Pic du Midi d’Ossau. Les toponymes pourraient naturellement remonter aussi au simple sens de « sud », donc au sud de Bigorre, au sud d’Ossau, etc.

28Nous avons vu que Midi est parfois remplacé aussi par d’autres expressions, selon les intentions du locuteur, comme par exemple au sens qui le lie au domaine occitan, par des mots comme Occitanie, pays occitan, etc., qui soulignent un des caractères spécifiques de ces pays dans une perspective identitaire.

  • 6 Cf. par exemple le livre de Mario W. Wandruszka von Wanstetten, Nord und Süd im französischen Geis (...)

29En fin de compte, on ne peut donc que souhaiter une enquête et une étude détaillée, avec explication historique, des dénominations de la France méridionale, du Sud de la France ou aussi de la France du Sud, expression préférée par Jean-Claude Bouvier dans le titre d’une conférence sur Mouvement occitan et régionalisme dans la France du Sud. Cette dénomination (dont notre collègue pourrait certainement expliquer la motivation) est peut-être plus neutre et à la fois politiquement opportune, alors que Midi semble garder quelques connotations d’une certaine valeur affective. Que les personnes de langue maternelle française en jugent, en écrivent et en découvrent d’autres aspects (par exemple des aspects ethnographiques, culturels, idéologiques, etc.)6 que nous n’avons pas abordés ou mentionnés, mais qui peuvent bien avoir leur influence sur l’emploi du mot de Midi.

Notes

1 Sur Mary Lafont cf. l’article de Philippe Martel, « Les Occitans face à leur histoire : Mary Lafon, le grand ancêtre », Revue occitane 1, janvier 1982, p. 5-15.

2 Cité selon le texte reproduit dans la Revue occitane, 1, janvier 1982, p. 60.

3 Passage cité selon André Dupuy, Encyclopédie occitane, 1989, p. 3.

4 Cp. surtout Gaston Tuaillon, « Le francoprovençal : progrès d’une définition », Travaux de linguistique et de littérature de l’Université de Strasbourg X/1, 1972, p. 109-115.

5 Pour les détails, je signale que Brigitte Horiot, après Geneviève Massignon enquêteur et auteur de l’Atlas linguistique et ethnographique de l’Ouest, prépare un livre sur la situation linguistique dans ces régions.

6 Cf. par exemple le livre de Mario W. Wandruszka von Wanstetten, Nord und Süd im französischen Geistesleben, Jena/Leipzig, 1939.

Auteur

Université d’Augsburg, Allemagne

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540