Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comportements, croyances et mémoires

 | 
Gilbert Buti
, 
Anne Carol

Mémoires

César de Nostredame (1553-1629), ou l’écriture d’un héritier en quête de soi

Isabelle Luciani

Texte intégral

  • 1 Michel de Nostredame, Les Propheties, Lyon, Pierre Rigaud, 1566, Préface A ses Propheties. Ad Caes (...)

1Lorsqu’il publie ses Premieres Centuries ou Propheties en 1555, Michel de Nostredame ouvre l’ouvrage par une longue préface à son fils César, alors âgé d’un an. Il ne s’agit pas ici de lui transmettre un savoir qui ne s’acquiert pas, puisque « la raison créée intellectuellement ne peut voir de façon occulte »1 ; mais de l’instruire sur son origine et sa nature :

  • 2 Ibid., p. 8. (non paginé).

« parquoy (mon fils) tu peux facilement, nonobstant ton tendre cerveau, comprendre que les choses qui doivent advienir se peuvent prophetizer par les nocturnes et celestes lumieres qui sont naturelles, et par l’esprit de prophetie… »2

2Nostradamus s’inscrit ici dans une tradition familiale de transmission du savoir, si l’on en croit la courte biographie qu’insère Jean Aimes de Chavigny, son secrétaire, dans le Janus françois de 1594 ; ainsi,

  • 3 Jean Aimes de Chavigny, La premiere face du Janus françois, Brief discours sur la vie de M. Michel (...)

« après le trespas de son bisayeul maternel, qui luy avoit donné comme en ioüant un premier goust des celestes sciences […] il fut envoyé en Avignon pour apprendre les lettres humaines. »3

  • 4 La préface de Nostradmus s’achève par un don : « Faisant fin, mon fils, prens donc ce don de ton p (...)

3Mais que ce soit intuition prophétique ou simple réalisme (Nostradamus, né en 1503, est déjà un homme âgé pour son temps…), la préface de 1555 anticipe la transmission posthume de son enseignement et de son œuvre4. De fait, en 1566, Michel de Nostredame laisse un fils âgé de treize ans et ses cinq frères et sœurs.

  • 5 La dédicace au fils n’est pas exceptionnelle, comme en témoignent déjà dans l’antiquité Cicéron, M (...)

4Cette épître à un tout jeune enfant n’est pas si commune5 ; elle constitue sans doute à la fois un grand honneur et un bien lourd fardeau, suffisamment chargés d’attentes pour être relayée par Chavigny, lorsqu’il rappelle en 1594 que :

  • 6 Jean Aimes de Chavigny, La premiere face du Janus françois, op. cit., p. 6

« le premier des masles nommé Cesar, personnage d’un fort gaillard et gentil esprit, est celuy auquel il a dedié ses Centuries premieres : duquel nous devons esperer de grandes choses. »6

  • 7 Cf. Jean-Yves Casanova, Historiographie et littérature au XVIe siècle en Provence : l’œuvre de Jea (...)
  • 8 Sylvie Menant, « Portrait et curiosité dans l’entourage de Du Vair, à propos des portraits de Mich (...)
  • 9 Ses correspondances ultérieures nous apprennent notamment qu’il étudie le dessin à Paris dans l’at (...)
  • 10 Son Entrée de la Royne [Marie de Médicis] en sa ville de Sallon (Aix, Tholozan, 1602) révèle qu’il (...)
  • 11 On pourrait citer aussi, dans cette poésie « de communication », le Tableau de Narcisse, qu’il déd (...)
  • 12 Histoire et Chronique de Provence, Lyon, Simon Rigaud, 1614, p. 3. L’ouvrage connaît chez Simon Rig (...)
  • 13 Aix-en-Provence, Musée Arbaud, MQ 84. Le frontispice du manuscrit indique la date de 1622.

5Jusqu’à cette date César n’a rien publié d’important. Principal héritier de Michel – il hérite notamment de la maison et de l’importante bibliothèque de son père –, il vit noblement à Salon, bien intégré au monde lettré qui se développe depuis la capitale aixoise7. Dès les années 1580, il fréquente la cour du grand prieur Henri d’Angoulême8 ; il étudie également le dessin et la peinture9. À partir de 1595 cependant, soit une année seulement après la publication de Chavigny, César, âgé déjà de 42 ans, paraît plus visiblement dans la production locale : il préface la publication posthume de Bellaud de la Bellaudière, donne des pièces liminaires à Louis de Galaup-Chasteuil (1596), contribue aux célébrations monarchiques à Salon (1600) et à Aix (1624)10 ; intercesseur municipal, il l’est aussi pour la mémoire de sa ville, dont il devient premier consul en 1598, année où il publie le Discours sur les rimes et misères de la ville de Salon, imprimé à Aix. Entre 1600 et 1608, sa poésie est essentiellement religieuse mais s’investit aussi dans des pratiques sociales de communication, tels les vers funèbres qu’il écrit à la mort de Charles du Verdier, écuyer du duc de Guise et joueur de luth (1607), et de Marguerite du Perier, « decedée à l’âge de cinq ans »11. En 1608, l’avocat Delsherms réunit la plupart de ces œuvres dans les Pièces héroïques et diverses poésies imprimées à Toulouse chez Jacques Colomiez. Toutes sont dédiées à un grand (le duc de Guise, Guillaume du Vair, la comtesse de Carcès, Honoré du Laurens…), si ce n’est la Marie dolente, offerte à Delsherms. En 1614, Nostredame publie à Lyon son œuvre la plus célèbre, l’Histoire et Chronique de Provence dédiée au roi et « aux trois États de Provence »12. L’Hippiade ou Godefroy et les chevaliers, poème de 1622 resté manuscrit, est également dédié au duc de Guise13.

  • 14 Bernard Medon, dans sa Vie de Pierre Caseneuve, en l’honneur de Nicolas Heinsius… (Toulouse, 1656) (...)

6À partir de 1595, César se consacre donc à l’écriture – et à la peinture –, dans un cadre extrêmement socialisé où chaque ouvrage manifeste un lien de fidélité. Cette production tardive est-elle un moyen d’obtenir une reconnaissance dont la publication de Chavigny, en 1594, a souligné l’urgence ? Par sa poésie religieuse, à l’issue des guerres civiles auxquelles son oncle a largement pris part, par sa célébration d’une monarchie que son père a servie, par ses vers funèbres et ses portraits qui immortalisent ses contemporains, par sa volumineuse histoire de la Provence, qui prolonge les Vies des plus celebres et anciens poëtes provensaux (1575) de son oncle Jean et perpétue la gloire de son père, César devient le médiateur de sa communauté et met en mémoire à la fois son nom, sa famille et sa petite patrie. À défaut de prophéties – seule sa sœur Anna semble avoir hérité du don paternel14… – cette écriture de la mémoire ne peut-elle pas répondre aussi, d’une certaine manière, à l’injonction de cette préface qui lui fut adressée pour

  • 15 Michel de Nostredame, Les Propheties…, op. cit., Préface, p. 1 (non paginé).

« toy délaisser memoire, après la corporelle extinction de ton progreniteur, au commun profit des humains, de ce que la Divine essence par Astronmoiques revolutions m’ont donné congnoissance ? »15

  • 16 Cf. Jean-Yves Casanova, op. cit., p. 343.
  • 17 « digne d’aller au rang d’Adam de Craponne & de Michel de Nostredame… » (Histoire…, op. cit., p. 7 (...)

7« Toy délaisser memoire », voilà qui fait d’un enfant à peine né le dépositaire – le tombeau ? – de l’œuvre paternelle – et sans doute aussi, plus profondément, de toute une mémoire familiale de juifs convertis dont la légende s’est affirmée entre sauvegarde et substitutions sous la plume de son oncle Jean16 ; histoire qui n’impose ses personnages illustres à la mémoire locale, tel Adam de Craponne, dont César offre le portrait à Peiresc et dont il fera dans son Histoire, associé au nom de son père, l’étalon personnifié de la vertu17. Dépositaire et tombeau, il l’est d’autant plus qu’il se marie tardivement (1604) et n’aura pas d’enfant.

  • 18 La préface de 1595 s’adresse à Casaulx et d’Aix et les œuvres ultérieures plutôt au parti carciste
  • 19 Le Discours de la noblesse inséré dans l’Histoire et Chronique, p. 95 sqtes, conclut que « l’antiq (...)
  • 20 Du « quand je me souviens… » de La plainte de la Provence sur la funeste mort de feu d’illustre me (...)
  • 21 César de Nostredame, Lettres inédites écrites de Salon à Peiresc (1628-1629), Marseille, Marius Ol (...)

8Ainsi, dans son activité littéraire et artistique, Nostredame recherche à la fois l’intégration et la reconnaissance de ses contemporains ; mais cette quête de légitimité est peut-être sans issue puisque ceux qui l’inspirent – son oncle Jean, historien célèbre ; son père, envers la mémoire duquel il ne doit pas démériter – ne sont plus là pour la lui accorder. Est-ce ce besoin de reconnaissance et la nécessité de s’affirmer seul qui expliquent les contradictions et les digressions de son écriture : accumulation de dédicaces parfois antinomiques18 ; exaltation du « simple citoyen » dans de nombreux textes, poétiques et historiques, sensés exalter les lignées nobiliaires19 ; fragments de récits personnels qui émaillent poèmes, célébrations officielles et narration historique20 ; glorification de ses ascendants, mais aussi crainte que l’on présuppose, devant son succès personnel, « que ce peu de lustre que mon géniteur me laisse ne me soyt en vain, et qu’il ne descende que de cette qualité »21 ? Face aux obligations qu’engendrent la hiérarchie sociale et l’héritage familial, l’expérience de l’écriture semble construire l’individu dans une double hétéronomie : celle d’une société d’ordres qui définit l’individu sur une échelle de dignités ; celle d’un héritage familial dont il faut se revendiquer sans abdiquer pour autant sa propre identité.

Écriture offerte et réciprocité : de la confusion des fidélités à la reconnaissance amicale

  • 22 Louis BellauddelaBellaudière (1543 ?-1588), poète grassois, est l’un des initiateurs de la renaiss (...)
  • 23 César de Nostredame, Preface, du Sieur de Nostredame, sur les Poesie Provvensales des Sieurs de la (...)

9Nostredame est soucieux de son intégration politique et sociale. Comme tout homme de son temps, il est enserré dans un réseau de fidélités dont il se revendique. Mais il entend aussi jouer activement, dans une sphère publique tourmentée, son rôle de citoyen. Cette double intention apparaît dès janvier 1595, dans la préface des Obros et rimos prouvenssalos de Louis Bellaud22. Il s’y adresse à « Messieurs Louys d’Aix, & Charles de Casaulx, Viguier, & premier Consul, Capitaine de deux Galères, & Gouverneurs de Marseille »23 ; mais c’est aussi à ses lecteurs qu’il lance un appel inspiré, en faveur des deux maîtres de Marseille :

  • 24 Ibid., p. 22.

« Desillez donc vos prunelles, & frottez le sable qui esblouït vostre veuë, puis regardez comme Ianus devant & derriere de vous, regardez l’Orient & l’Occident, le Septentrion, & le Midy, mesurez le temps, considerez l’orage, escoutez les abois & les hurlemens des Mers, des vents, & des tonnerres […] puis regardez & pesez le devoir, le soin, la vigilance, l’industrie, le courage, le desir & le but de voz Pilottes. »24

  • 25 Le Dymas, « dédié à Son Altesse Serenissime de Lorraine », lui est offert par l’intermédiaire de « (...)
  • 26 Fils d’un chef catholique zélé, Gaspard de Pontevès est devenu le rival de la comtesse de Sault à (...)
  • 27 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., p. 15.
  • 28 Plus loin, à propos des derniers soubresauts qui touchent la capitale aixoise avant la conversion (...)
  • 29 Avocat général au Parlement, il est l’auteur du Panégyrique de l’Hénoticon, ou Edict de Henri III (...)

10Cette détermination nouvelle à faire entendre sa voix n’est peut-être pas tout à fait étrangère à l’influence du Janus françois, publié par Chavigny l’année précédente – quand bien même l’effet d’échos serait involontaire. La médiation du poète au service du bien commun suscite d’autres textes, comme le Discours sur les rimes et misères de la ville de Salon (1598) ou bien encore, dans Le tableau de Narcisse, la Plainte de la Provence sur la funeste mort de feu d’illustre memoire Henri 5 d’Angoulesme […] jusques à l’heureuse et desiree venue de tres haut & tres Heroicque Prince Monseigneur le Duc de Guise, patron de Nostredame, qui lui offre le Dymas ou le Bon Larron (1606) ainsi que son Hippiade (1622), mais dont l’arrivée comme Gouverneur, en novembre 1595, ne soutient pas vraiment les intérêts de Casaulx et d’Aix25. Ses publications, de 1600 à 1608, se réclament d’ailleurs d’un tout autre réseau de fidélités ligueuses. Ainsi, Les Perles ou les larmes de la Magdeleine sont offertes en 1601 à Elinor de Montpezat, épouse du comte de Carcès Gaspard de Pentevès, sénéchal de Provence depuis 156726. Au début des années 1590, ces carcistes s’opposent aux comtins, fidèles de Chrétienne d’Aguerre, comtesse de Sault, protectrice de Casaulx, et partisane d’une intervention savoyarde ; mais au printemps 1591, les carcistes qui prennent le pouvoir à Aix se sont rapprochés du duc de Savoie dont les comtins se sont éloignés, tandis que Casaulx rompt l’année suivante avec la comtesse comme avec le duc de Savoie pour se tourner vers le pape et le roi d’Espagne… Or, César, qui offre la préface de 1595 à Casaulx et d’Aix et le Songe de Scipion de 1606 au duc de Savoie, développe dans sa Chronique de 1614 une argumentation carciste qui fait échos à ses autres dédicaces : « la sagesse de Carcès », face à ceux qui « difforment l’Estat & les temples »27, y énonce un principe de sauvegarde de l’État préalable à celui des églises28. Honoré du Laurens, qui reçoit la dédicace des Rimes spirituelles, n’apparaît pourtant pas comme un catholique modéré29 ; mais il soutient aussi la position carciste.

  • 30 César de Nostredame, Préface…, op. cit., p. 21.

11L’éloge de Casaulx, il est vrai, peut être nuancé par l’absence d’implication dans l’expérience marseillaise ; il l’avoue lui-même : « Je ne l’ay veu ny ouy que des yeux, & des oreilles de la renommee »30. Il n’en reste pas moins dithyrambique :

  • 31 Ibid., p. 24.

« Ils ont remis vostre ville, que les plus eslevez ne faisoient que despecer par troubles particuliers, et intolérables ambitions […]. Ils l’ont miraculeusement garantie des trahisons, des menees, du feu, du fer, de la faim, du sang, du meurtre, de la rebellion, de la poudre des mines, & de mil autres inconveniens & perfides inventions, dont les membres de la pauvre & desolee France sont ulcerez, deschirez & attains. Ils ont peuplé vostre Port de Galeres […], embelly voz ruës de nouveaux bastimens, & somptueux edifices, à l’imitation des braves Romains, dressé l’Imprimerie […], soustenu […] vostre religion. »31

  • 32 Cf. Auguste Brun, « Bellaud de la Bellaudière, poète provençal : XVIe siècle », Annales de la Facu (...)
  • 33 Sur la vision politique de Casaulx en matière d’administration urbaine, cf. W. Kaiser, Marseille a (...)
  • 34 Leur politique bascule avec l’arrivée de Guise, dont Nostredame souligne le rôle clé dans l’issue (...)

12Peut-être César agit-il par pur opportunisme, dans une publication réalisée par Pierre Paul, proche de Casaulx, sur des presses financées par le consul et son viguier32 ? Peut-être est-il sincèrement convaincu par l’administration de Casaulx, son zèle religieux, son attachement à promouvoir la république urbaine33 ; mais réprobateur dès lors qu’il entreprend concrètement, dès novembre 1595, de jouer la carte espagnole34 ? En effet, il loue ceux qui agissent :

  • 35 César de Nostredame, Préface…, op. cit., p. 24-25.

« pour servir un jour à un bon Roy & Catholique Prince, […] & luy aider à estendre les limites de sa Monarchie aussi avant qu’elles ont estez du temps d’un Charlemagne, fondant les quatre bouts de sa victorieuse & redoutee France, qui […] porte le Lys d’or sur toutes les couronnes du monde. »35

  • 36 César de Nostredame, Les Perles, ou les larmes de la Magdeleine (1601), éd. Lance K. Donaldson-Eva (...)

13De même, son zèle religieux associe au patriotisme des lieux saints la célébration des figures monarchiques : les Perles ou les larmes de la Magdeleine exaltent l’évangélisation de la Provence, qui retrouve la paix « sous ce grand VAIR de vif pourpre accoustrée »36.

  • 37 Lance K. Donaldson-Evans, op. cit., p. 23.
  • 38 César de Nostredame, Pièces héroïques…, op. cit., fol. 3 v°.

14Mais Lance Donaldson-Evans suggère aussi que cette louange doit attirer l’attention du Parlement sur son Histoire et Chronique de Provence en mal de financement37. En outre, les dédicaces révèlent encore quelques étrangetés. C’est le cas du triptyque de la Passion : alors que Les larmes de la Magdeleine et le Bon Larron sont adressés à la comtesse de Carcès et au duc de Guise en 1601 et 1606, la Marie dolente, cœur de ce tableau, est offerte en 1608 à un – obscur – avocat toulousain, « le Sieur Delsherms », qui reçoit dans les Pièces héroïques un double hommage : celui de l’avis au lecteur (« le Sieur Delsherms Advocat Tholosain, d’un fort bel esprit »38) et celui de la Marie dolente :

  • 39 César de Nostredame, La Marie dolente. Au Sieur Dels-herms, advocat Tolosain, Toulouse, Colomiez, (...)

« Ce seroit à moy trop peu de cognoissance de ne vous donner quelque niche en ce petit Temple, puis que vous avés pris le soing de faire cognoistre l’architecte, et l’ouvrier en l’une des plus celebres villes de ce Royaume : laquelle estant comme la touche des plus beaux et sublimes esprits peut seule donner un illustre passeport à mon nom, et a mes ouvrages. […] Je suis resolu que la Marie dolente que je vous envoye accompagne ma Madeleine et mon Dymas, et vous tesmoigne que comme je la vous offre, et dedie, je vous dedie et vous offre de mesme courage mon service, et ma plus fidelle amitié. »39

  • 40 Lance K. Donaldson-Evans, op. cit., p. 27-28. Il fait également remarquer que la Marie dolente est (...)
  • 41 Sur ces origines familiales, voir Cf. Jean-Yves Casanova, op. cit., p. 319-326. Dans L’histoire, C (...)

15Deux traits sont intéressants dans cette dédicace. Tout d’abord, elle assure la glorification de César plutôt que la louange de l’avocat, célébré surtout pour sa promotion de l’auteur ; d’ailleurs, consacrer ce poème à un personnage socialement très inférieur aux autres dédicataires peut traduire la volonté de ne pas interférer dans la louange de la Vierge40, mais fait également ressortir l’éclat de l’auteur, soustrait à l’ombre des Grands, dans un poème qui évoque Marie, protectrice de la famille dont elle a fondé le patronyme41. Ensuite, cette dédicace se fonde sur une notion essentielle : l’amitié. Dans cette pièce cruciale du recueil, César convoque donc une relation égalitaire plutôt qu’un hommage déférent. Or, cette notion d’amitié structurait déjà toute la préface de 1595, dont elle justifiait l’écriture :

  • 42 César de Nostredame, Preface…, op. cit., p. 27-28.

« Acceptez donc (messieurs) gracieusement la Marque que le sieur Pau[l], & l’ombre de son fidelle amy vous presentent. […] L’estroite amitié que j’avois à l’un, est de celle que j’ay de ma plus tendre jeunesse, & presque hereditaire à l’autre […] m’a ainsi persuadé de m’adresser à vous. »42

  • 43 Pierre Paul, « oncle d’alliance » de Louis Bellaud, descend d’une famille de juifs convertis de Sa (...)
  • 44 Jean de Nostredame, qui sans la pratiquer n’en exhume pas moins la noblesse de la langue provençal (...)
  • 45 Ainsi, le 3 juin 1628 il écrit à Peiresc « Je vous envoie par M. de Retz tout ce que j’ai pu trouv (...)
  • 46 François du Périer, helléniste et collectionneur, est conseiller au Parlement et consul d’Aix en 1 (...)
  • 47 Cf. supra, note 21.

16L’amitié « presque héréditaire » de Pierre Paul naît à Salon43 ; elle se renforce, aux côtés de Louis Bellaud, dans la sociabilité des « arquins », dont certains fréquentent aussi la cour du Grand Prieur44. Jusqu’à la fin de sa vie, la circulation matérielle des œuvres de Cesar, témoigne de son intégration à ces réseaux : pièces liminaires ; portraits offerts à ses amis collectionneurs, comme François du Périer ou Nicolas Peiresc, qui reçoit également une grande partie de sa bibliothèque45 ; ouvrages imprimés, comme l’Histoire et Chronique de Provence qui accompagnait sans doute les deux miniatures de 1614 offertes à François du Périer, représentant son autoportrait et celui de son père46… En retour, il reçoit également conseils et services. Peiresc échange volontiers ses impressions sur ses manuscrits et sur d’autres poètes et lui obtient un brevet de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi47.

17Les dédicaces aux grands, dans ce qu’elles peuvent avoir de contradictoire, constitueraient-elles alors de simples usages auxquels Nostredame se livrerait sans déplaisir ni conviction démesurés, tandis que les liens d’amitié renverraient, dans l’œuvre et la vie de l’auteur, aux fidélités les plus sincères ? Dans la préface de 1595, la réflexion sur l’amitié ne concerne pas seulement l’homme de Lettres mais aussi l’espace public :

  • 48 César de Nostredame, Préface…, op. cit., p. 11.

« Messieurs, la plus excellente chose qui soit entre les hommes capables d’honneur & de raison, c’est l’amitié […]. Et bien souvent la vertu de beaucoup de grands & illustres personnages est tombee en ruine, par la necessité de la faveur. »48

18La tonalité, immédiatement, est politique ; elle renvoie au bon gouvernement de Louis d’Aix et Charles de Casaulx :

  • 49 Ibid., p. 15. La collégialité des institutions municipales serait fondée sur la vertu civique de l’ (...)

« La Duarchie à (sic) esté fort en usage, et beaucoup profitable aux premiers aages, mais sur tout aux orages civils, & changements d’Estat. Pour ce que là où deux commandent, tousiours l’un tient en bride, en crainte, et en devoir l’autre. »49

19Mais à l’antinomie morale et politique de l’amitié et de la faveur, le propos de Nostredame ajoute une dimension sociale qui oppose la pureté des simples citoyens à la déraison dangereuse des préjugés nobiliaires :

  • 50 Ibid., p. 17-18

« Donques, vous Messieurs de Marseille, (car encor faut-il que soyez de la partie) qui trouvez estrange le surhaussement et luisante fortune d’un privé Gentilhomme, et d’un particulier Citoyen, qualité que vous ne pouvez desrober à ses majeurs et devanciers, et qui sans considerer les hauts faicts et admirables jugements de Dieu incogneuz aux hommes, portez envie, non seulement à leurs actions, et à leur vertu, mais qui est scandaleux à leur propre vie, vous veautrans indignement & vilainement au bourbier des trahisons, qui ne tombent que dans les cœurs lasches, avares, & desnuez de toute vertueu, […] sans prevoir que par telles conjurations vous conjurez contre vous mesmes. »50

20Chez les conjurés, le discours argumenté de la supériorité sociale (« vous… qui trouvez estrange ») dissimule en réalité l’orgueil de l’ambition personnelle ; c’est donc la réciprocité sociale qui fonde la vraie vertu – l’individualisme des conjurés se retournant finalement contre eux (« vous conjurez contre vous mesmes »), fussent-ils nobles.

21Derrière l’état de déférence où il semble avoir installé sa pratique savante, Nostredame valorise ainsi des liens d’égalité dans lesquels l’individu affirme son autonomie en reconnaissant l’égale valeur de l’autre.

L’écriture comme acte et comme jugement : la construction d’un espace autonome

  • 51 César de Nostredame, Pièces héroïques…, op. cit., p. 43-59.
  • 52 Ibid., p. 43-44. Les citations suivantes se trouvent p. 44 et p. 48.

22Médiateurs nécessaires, les « grands » sont-ils donc reconnus dans leur supériorité ? Dans le Discours d’un horrible verglas et grande mortalité d’oliviers advenüe en la ville de Sallon, l’année 1603, le 6 de février, César s’adresse « aux illustres et magnifiques Seigneurs du Souverain Sénat de Provence »51. Le poème s’organise sur une dichotomie entre deux mondes : d’une part, le monde des dieux et demi-dieux, « Illustres Senateurs, demy Dieux tutélaires », officiers du Parlement placés sous l’autorité du « grand Vair » pour répondre à une prière qui se fait injonction, celle d’éteindre les troubles civils (« Reprimez l’insolence, et corrigez les mœurs »52) ; de l’autre, le monde des hommes, auquel appartiennent le poète et ses concitoyens. Du côté de l’action, c’est le poète qui se confronte dans l’écriture, acte difficile, à la colère d’un Dieu lointain dont il devient le seul médiateur :

« De ma tranchante main la plume fuit, et tombe
En escrivant cecy : et du cœur et du fons
Je tire à gros eslans mille sanglots profons.
Je pers et l’art et l’ordre alors que je contemple
Aux airs, aux toicts, aux champs un tant horrible exemple
Du fleau de la colere, et de l’ire de Dieu… »

23La solitude du travail d’écriture s’achève par l’accomplissement collectif :

« O mes chers Citoiens, unissons nos courages […]
Dieu seul est juste et bon : mais pour estre plié
Il veut estre de cœur jour et nuict supplié,
Et que l’ambition mal et chancre publique, […]
Soit d’un vœu solemnel chassée de nos murs… »

24À la supplique des « demi-dieux » succède la volonté de tous. Cette cité vertueuse dont la pérennité dépend de chaque membre prolonge l’éloge du citoyen ordinaire que la tourmente élève au-dessus du privilégié dans la préface de 1595 :

  • 53 César de Nostredame, Préface…, op. cit., p. 21-22. Son humanisme politique reste à approfondir.

« Dieu ne se sert pas des niais & faits-neans en des occurrences tant urgentes et si chatouilleuses : Et ne regarde non plus s’ils sont du sang des illustres, & des Roys, ou des simples, et particuliers Gentilshommes & citoyens. […] Et ne faut jamais murmurer ou dire, cestuy-là n’est que cecy, cestuy-cy n’est que cela […]. [T]ant de simples & pauvres Gentils-hommes de ce royaume […] par leur haute prouësse & vertu sont montés presque à la couronne Royale. »53

  • 54 César de Nostredame, Rimes spirituelles dediees à Messeigneurs les Archevesques d’Arles et d’Ambru (...)
  • 55 César de Nostredame, Histoire…, op. cit., p. 949.

25Cette complexité du rapport d’inclusion et d’exclusion vis-à-vis des Grands, le poète trouvant enfin sa place parmi les siens, s’attache sans doute en partie à la proximité culturelle et sociale qui s’établit malgré la hiérarchie, et que le poète souligne parfois. Ainsi, adressant ses Rimes spirituelles à Honoré et Gaspard du Laurens, Nostredame invoque une bienveillance « m’ayant esté acquise depuis noz premiers estudes d’humanité, joincts à quelque douce sympatie d’inclinations »54. Dans son Histoire, il peut renverser ce rapport de bienveillance, se hasardant au jugement critique de quelque notable lorsqu’il désavoue l’ultime assemblée ligueuse que tient à Aix, en août 1593, un « personnage de robe longue (au nom duquel il me semble convenable de pardonner pour son merite & la doctrine) »55.

26Ainsi, l’écriture devient un lieu d’autorité ; elle est même le seul lieu possible d’autorité pour un « particulier Gentilhomme » qui parvient à la maîtrise de son art. Le jugement critique, énoncé à l’encontre d’un individu parfaitement identifiable pour ses contemporains, devient légitime parce que Nostredame a « piégé » son lecteur dans le contrat de lecture initial, celui qui définit, dans le discours De l’histoire en général, les devoirs de l’historien – et donc, par raisonnement tautologique, ses qualités :

  • 56 Ibid., p. 10.

« L’histoire est l’appuy & le soustien de la verité […]. L’Historien doit appeler un figuier figuier, & une nacelle nacelle sans rien donner à l’amour ny à la haine, à la pitié ny à la honte, à la prière ny à la menace. Il doit estre franc de tout soing & fascherie, & dire avec une honneste liberté son advis & son opinion, estre juste juge, equitable Censeur… »56

27Parce qu’il se pose en expert de l’histoire, Nostredame s’agrège à la profession dont il maîtrise les règles ; et parce que la déontologie de l’historien inclut la vérité, il légitime de fait la vérité de ses opinions. Une revendication d’autorité similaire légitimait déjà sa pratique poétique. Dans le recueil de 1608, l’avis au lecteur souligne le choix d’un genre, le genre héroïque, dans lequel l’auteur s’affirme par des compétences techniques que nul jugement extérieur au monde des connaisseurs ne saurait contester :

  • 57 César de Nostredame, Pièces héroïques…, op. cit., p. 6-7.

« Au moins en recevras tu ceste recompense, d’apprendre que je suis le premier d’avoir descouvert (lis bien tous les autres) que le Poëme et l’ouvrage heroïque doit tousiours commencer mesmes chaque periode par le feminin comme plus grave, et finir par le masculin comme plus leger. »57

  • 58 Sur cette conquête d’une autonomie professionnelle, cf. Isabelle Luciani, « Composer en vers franç (...)

28Le talent littéraire, fondé sur la maîtrise d’un art, construit l’autonomie d’une pratique dont la définition, dès lors, relève d’un processus de professionnalisation58. Dans ce contexte, la géographie de la publication n’est pas anodine :

  • 59 Ibid., p. 7.

« Je ne pourray jamais qu’estre tres obligé à l’honneur qu’il [le sieur Delsherms] fait à mes vers, de les publier avec mon nom à l’une des plus almes et plus illustres Cités de ce Royaume : ou les jeux de prix et de l’Aiglantine (sic) qui se font tous les ans, semblent donner quelque reputation. »59

  • 60 César de Nostredame, La Marie dolente, op. cit., p. 3.
  • 61 Bibliothèque Municipale de Toulouse, Actes et Délibérations du Collège du Gai Savoir, vol. 2, fol. (...)

29La dédicace de La Marie dolente, adressée à Delsherms, redouble cet éloge de la cité des jeux Floraux, « laquelle estant comme la touche des plus beaux et sublimes esprits peut seule donner un illustre passeport à mon nom, et a mes ouvrages »60. La publication joue donc sur la synecdoque qui relie Toulouse et les Jeux, dont la capacité de consécration semble s’étendre à l’atelier des Colomiez. L’espace du livre lui-même prolonge le lieu du concours ; c’est ainsi que la présence du jeune Filère prend tout son sens : concurrent assidu du concours de mai, Filère, encore « écolier », a obtenu la violette en 1604, puis, devenu avocat, le souci en 1606, et enfin l’églantine en 1608 ; avec trois fleurs, c’est donc un jeune maître des Jeux Floraux qui signe la troisième pièce liminaire du recueil61. De même, le choix du sieur Delsherms comme dédicataire de la Marie dolente introduit dans ce recueil, globalement structuré par l’hétéronomie sociale des liens de clientèle et de fidélité, un espace d’autonomie intellectuelle, où l’on juge de la valeur d’un homme sur ses compétences propres et non sur son réseau d’appartenances.

  • 62 On remarque par exemple que l’Hippiade, quoi que produit d’un lourd travail, n’est jamais publié. (...)

30Cette revendication d’autonomie ne fait qu’accroître la distance critique qui sépare Nostredame des « élites » au fil des déceptions accumulées, de la reconnaissance refusée62. Dans une lettre envoyée à Peiresc en 1628, le vieil auteur déplore avec amertume la mesquinerie de la noblesse, qui n’a jamais honoré son Histoire du versement promis en 1603 par les États de Provence :

  • 63 César de Nostredame, Lettres inédites…, op. cit., lettre du 20 mai 1628.

« [L]’injuste ingratitude et le tort que le corps que j’ay le plus rehaussé […] me fait jusques icy, quoy qu’il luy revienne plus de honte, qu’à moy de dommage, […] m’a tellement desdaigné que j’ay cessé de passer outre pour en recevoir […] ung tant ingrat payement, et une si disproportionnée reconnoissance, si non plustost mesconnoissance […]. Je fais un poème de l’ingratitude où il est fort dangereux que je donne un quolibet à messieurs de la noblesse pour le tort qu’ils me font de ne me vouloir payer les deux cents écus que légitimement ils me doivent depuis l’impression de mon histoire. »63

  • 64 Il faudrait travailler, en ce domaine, sur d’autres procédés identitaires comme la devise (Claros (...)
  • 65 César de Nostredame, L’Entree de la Royne en sa ville de Sallon…, op. cit., p. 51-53 : « celuy du (...)
  • 66 Ibid., p. 48-49, cité par Lance K. Donaldson-Evans, op. cit., p. 11-12.
  • 67 César de Nostredame, Histoire et Chronique, op. cit., p. 13, p. 17.

31La frustration de Nostredame est ici bien moins économique qu’identitaire : c’est l’individu lui-même que l’injustice confine au néant, à cette « méconnaissance » que l’écriture n’a pu conjurer, tout en engendrant incessamment de nouvelles traces de soi – la lettre sur le poème, le poème sur le quolibet… L’œuvre devient alors aussi le lieu de la compensation, où l’écrivain projette les contours de son image64. Il y aurait beaucoup à dire, ici, de l’égocentrisme parfois surprenant des textes de Nostredame : les compliments de la reine sur son portrait, dans L’Entrée de la Reine en sa ville de Salon65 ; l’éloge qu’il fait dans ce récit de son propre sonnet donné pour l’inscription, « assez heureusement rencontré, et qui tient de la première fureur de Poésie »66 ; l’autosatisfaction de l’Histoire, dans laquelle il évoque son « bref & gracieux discours de la Noblesse » puis « tout ce grand corps d’edifice variablement marqueté, sans desordre, pastés, ny confusion (au moins si mon sens ne me trompe) de mille jaspes & marbres plus ou moins precieux »67

  • 68 Ainsi Nostredame accordait-il son pardon au notable de 1593 « pour son merite & la doctrine à laqu (...)

32Pourtant, le détour par le regard de l’autre reste le garant toujours recherché de sa propre valeur, celui que Nostredame, âgé de 75 ans, sollicitait encore auprès de Peiresc dans ses lettres amères. Quand la reconnaissance des pairs vient à manquer, n’est-il pas inéluctable d’interroger d’autres sources de légitimité : celle du patrimoine familial, celle du lignage, celle de ceux, parents et maîtres, à qui Nostredame lui-même avoue souvent devoir son existence68 ? Cette ambiguïté entre héritage reçu, autre facteur d’hétéronomie, et vertu propre de l’individu, est également au cœur de l’écriture de Nostredame.

L’origine de l’écriture : la lignée et l’individu

33Les lettres qu’il écrit à Peiresc, pour le remercier du brevet obtenu, sont significatives du besoin de légitimité personnelle de Nostredame, hanté par l’idée qu’on puisse y voir seulement les retombées faciles de la gloire de son père :

  • 69 César de Nostredame, Lettres inédites…, op. cit., lettre du 29 mars 1629. L’écriture de l’histoire (...)

« Pour ce qui est du titre de gentilhomme ordinaire de la chambre du roy, je crains qu’on ne trouve cela si nouveau qu’il m’apporte plus d’esbahyssement que de louanges à plusieurs, et à moy pas d’avantage : estimant que ce peu de lustre que mon géniteur me laisse ne me soyt en vain, et qu’il ne descende que de cette qualité. »69

  • 70 César de Nostredame, Lettres inédites…, op. cit., lettre du 29 mars 1629, post-scriptum : « Les c (...)
  • 71 César de Nostredame, Histoire et Chronique, p. 782.
  • 72 Ibid., p. 802.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid., p. 803.

34Il n’est pas si aisé, pour autant, de renoncer à la fierté comme aux devoirs du fils, puisqu’il tient à faire « mentionner au brevet, le plus succinctement qui se pourra, le nom de feu mon père »70. Dans l’Histoire et Chronique de Provence, la gloire paternelle survient d’ailleurs çà et là sous la plume de l’auteur : César élucide le célèbre 35e quatrain de la première Centurie (« Le Lyon jeune le vieil surmontera/En champ bellic par singulier duelle,/Dans cage d’or les yeux luy crevera/Deux classes une puis mourir mort cruelle ») par l’annonce du décès de Henri II (« Infortuné coup de lance, qu’un certain personnage excellent sembloit avoir monstré au doigt à l’un de ses quatrains prophétiques… »71) ; il souligne l’admiration des consuls de Salon lors (en 1564, à l’arrivée de Charles IX, « Ces deux Magistrats honnorablement accompagnés des plus nobles & plus apparens bourgeois de la ville, supplierent bien instamment Michel de Nostradame, personnage le nom duquel suffit assés de vouloir estre avec eux, & parler à sa Majesté »72) et la familiarité du roi lui-même pour celui qui n’est plus tout à coup un simple personnage de l’histoire mais le héros d’un souvenir d’enfance (« alors l’accompagna mon père, toujours costé à costé »73) ; il reproduit, enfin, l’épitaphe de « Michel de Nostredame mis au rang des hommes illustres le propre jour de Nostre Dame »74

  • 75 On pourrait également souligner que dans ses œuvres poétiques César recourre fréquemment à l’imita (...)
  • 76 Ibid., p. 5. Il s’agit de Jean de Nostredame, Vies des plus celebres et anciens poëtes provensaux q (...)

35On retrouve cette ambivalence dans sa dette d’historien75. L’encouragement des États de Provence à son Histoire rappelle qu’il s’agit d’un « ouvrage à la curieuse rec[h]erche duquel ses prédécesseurs ont travaillé plusieurs longues années, principalement un sien oncle »76. Mais dans son Advis au lecteur, ce qu’il doit à son oncle Jean est à la fois fortement revendiqué et curieusement minimisé :

  • 77 César de Nostredame, Avis au lecteur de l’Histoire et Chronique…, op. cit., p. 17.

« Ce qui me fit entreprendre cette fascheuse besoigne furent quelques hereditaires instructions & bref commentaires qu’un mien oncle paternel, personnage fort rompu en la recherche des choses anciennes & vieilles, presques durant le cours de sa vie avoit curieusement recueilli & desterré, tant des Archives du Palais d’Aix, des vies, vers & fragmens des Poëtes Provençaux, que d’infinies pancartes, escritures, & vieils documens des plus nobles maisons de Provence, & de plusieurs autres histoires de Naples & de Naples et de Sicile, depuis le regne de Gilbert qui vivoit l’an mil octante, jusques au periode du quinziesme siecle : car la mort arresta là & sa vie, & son dessein, il y a ja trente six ans : de maniere qu’après sa mort, ce si long & louable travail se trouva tellement esgaré & perdu qu’il ne parvint en mes mains que presques trente ans apres qu’il fut sorti de ce monde. Ce que j’ay voulu mettre en publique evidence pour rendre à Cesar ce qui est à Cesar, & pour ne deffrauder de louange meritee celuy à la gloire duquel je participe en quelque sorte. »77

  • 78 Michel de Nostredame, Les Propheties…, op. cit., Préface, p. 1 (non paginée).
  • 79 César de Nostredame, Histoire et Chronique, op. cit., p. 87.
  • 80 Les motifs de cette dispersion restent obscurs. Nous savons que la bibliothèque de Jean, catholiqu (...)
  • 81 Cf. l’introduction de Joseph Anglade à Jean de Nostredame, Les vies des plus célèbres et anciens p (...)

36En apparence, l’initiative personnelle s’efface derrière la filiation : Nostredame répond aux « héréditaires instructions » de son oncle – à défaut, peut-être d’avoir réellement prolongé « la parolle hereditaire de l’occulte prediction » que lui adressait son père en 155578. Cependant, le texte suggère une succession compliquée, bien éloigné du modèle de transmission familiale qu’illustre l’héritage de Jean de Galaup-Chasteuil, « donné de la propre main de son pere, que l’incomparable, longue & indissoluble amitié, qui avoit esté entre luy et moy jusques à sa mort » le persuade de remettre à César79 : il y reçoit d’un étranger, comme par procuration, ce qu’il n’a pu recevoir de son propre parent80. Par ailleurs, le poids réel des manuscrits laissés par Jean de Nostredame se trouve réduit à « quelques instructions et bref commentaires », dont on sait pourtant qu’il a utilisé, presque sans retouches, des passages entiers81. Les États de Provence consacrent cette plus-value intellectuelle du travail de Nostredame, en opposant l’inventaire à l’écriture,

  • 82 César de Nostredame, Histoire et Chronique …, op. cit., Deliberations & Ordonnances faites aux est (...)

« tant de veilles et travaux que sesdits prédecesseurs ont employé au recueil de tant de pièces et qu’il sera nécessaire audit de Nostredame […] pour le ranger en corps d’histoire, l’embellir et le terminer jusques en l’an de la paix et la terminaison du siècle. »82

37Ainsi nuancée, la dette dont l’auteur est débiteur se trouve « allégée », voire inversée. Certes, César doit à Jean l’essentiel de ses sources ; mais Jean lui doit la survie inespérée de son œuvre (« celuy à la gloire duquel je participe en quelque sorte »), organisée « en corps d’histoire » par le talent de son neveu ; revirement de l’obligation qui connote curieusement l’aphorisme conclusif, « ce que j’ay voulu mettre en publique evidence pour rendre à Cesar ce qui est à Cesar… » : derrière la projection involontaire de son propre prénom sur celui de son oncle, surgit la focalisation perpétuelle de l’écrivain sur son geste créateur.

  • 83 Cf. Marine Durand, Les poètes provençaux d’expression française au début du XVIIe siècle (1598-163 (...)
  • 84 César de Nostredame, Préface des Obros et Rimos… de Bellaud de la Bellaudiere (1595), p. 21.

38Chez Nostredame, l’écriture est donc en permanence question d’identité, mise à l’épreuve de la valeur individuelle face aux déterminations extérieures que sont les héritages et les hiérarchies sociales. Ce n’est pas tant l’ambition qui semble l’animer qu’un besoin de reconnaissance personnelle et la crainte d’être « réifié » par le jugement d’autrui83. Dès la préface de 1595, c’est contre cette tyrannie du jugement social, rapide, réducteur, donc aliénant, que Nostredame met en garde son lecteur : « Et ne faut jamais murmurer ou dire, cestuy-là n’est que cecy, cestuy-cy n’est que cela »84… Dans la mesure où la noblesse constitue pour l’homme moderne l’étalon même de l’évaluation sociale d’un individu, on comprend mieux la place étrange qu’occupe en 1614, dans l’Histoire et Chronique de Provence, un long Discours de la noblesse, peu intéressé par l’histoire des familles provençales, mais beaucoup plus par l’hétéronomie croissante des critères de noblesse dans la société de son temps.

Le Discours de la noblesse : l’écriture au service de l’homme

39César est issu d’une famille prestigieuse, en ascension sociale depuis la conversion des ancêtres paternels et maternels à la fin du XVe siècle. Cette ascension – qui conduit son père à devenir Conseiller et Médecin ordinaire de Charles IX – peut expliquer en partie la défiance de Nostredame face à la rigidité des hiérarchies. Dans le même temps, le poids de cet héritage peut aussi amoindrir la valeur propre de l’individu. La digression sur la noblesse, insérée dans la seconde partie de l’Histoire et Chronique de Provence pour introduire la « Provence sous les Comtes de Barcellone », traduit ces interrogations personnelles. En une douzaine de pages, en effet, Nostredame s’éloigne bien vite de la Provence médiévale, pour élaborer un discours critique sur les contours contemporains de la noblesse. L’intérêt de ce discours, qui semble tout d’abord questionner naïvement ses origines, est d’en dépouiller progressivement la définition de toute détermination extérieure à l’individu, au point de remettre en cause sa manifestation sociologique en termes d’ordres.

  • 85 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., Discours de la noblesse, p. 95.
  • 86 Ibid., p. 97.

40Quels arguments permettent à un individu de se revendiquer comme noble, sur la foi de preuves objectives, socialement acceptables ? Nostredame ne conteste pas la dignité du lignage – c’est « une particuliere grace du Souverain, Noble & Createur de toutes choses, de sortir de famille antique et noble »85. Il reconnaît notamment « ce qu’on appelle noblesse d’armes & et de race que trois races insignes & trois personnages vertueux l’un après l’autres, parfont »86. Cet anoblissement « taisible », qui tend à décliner au début du XVIIe siècle, consacre la transformation quasiment biologique du lignage après trois générations de « vie noble ». Mais derrière cette coutume ancienne, sous la surface rationalisée de l’organisation sociale, reste la vérité de la nature humaine :

  • 87 Ibid., p. 95.

« Comme toutes choses qui ont estre, ont eu quelque commencement (car autrement nous tomberions en une bien obscure confusion, & à l’infini, qui n’advient ny en montant, ny en descendant qu’à ce mesme Dieu, qui est le cercle & le rond de toutes choses) il est necessaire & bien juste que la noblesse en aye quelqu’un […] puis que c’est une clarté acquise par un premier, que quelque singulière vertu ou acte héroïque a rendu voyable, cognoissable & surhonnoré par dessus la regle commune des hommes […]. De peur qu’on ne vienne à foüiller & creuser si avant, qu’on trouve la fange & l’eau trouble & puante […]. Chose qui […] nécessairement adviendra, si l’on admet (comme on doit) cette vérité fondamentale, & ce principe général, que tous les hommes ont esté formez francs & de libre & muable volonté, d’un mesme maistre sortis, d’un mesme limon, d’une mesme nature, & de parens mesmes. »87

  • 88 Sur ces questionnements à l’époque qui nous occupe : Robert DESCIMON, « Chercher de nouvelles voie (...)

41Le jeu social de la récompense et de la distinction peut d’un commun accord ériger certains hommes au-dessus des autres dans le monde symbolique de l’artifice social (rendre « voyable, cognoissable et surhonnoré ») ; en être dupe, c’est occulter ce consensus pour se prendre au jeu, par orgueil, d’une différence de nature entre les hommes ordinaires et ceux qui, de toute éternité, auraient été voués par leur sang à entrer dans la noblesse88. Derrière l’artifice, l’égalité de la nature humaine apparaît comme une vérité de foi (« vérité fondamentale » ; « principe général »). L’anobli n’abandonne pas sa nature humaine (« qui n’advient qu’à ce mesme Dieu… ») ; sa noblesse n’est pas immémoriale ; ses enfants peuvent dégénérer :

  • 89 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., p. 95-96.

« C’est une fatale necessité à la noblesse, comme à toutes les autres choses humaines & perissables, d’avoir sa vicissitude […]. Comme semblablement de bons peres naissent des tristes enfans, & de bons arbres, des aspres et mauvais fruicts. Car la corruption & la generation s’entresuivent […] avec si peu de repos, que là où a esté premierement la terre, maintenant est la mer, & là où est la mer derecheffe verra la terre. »89

  • 90 Pour un panorama général de ces processus, cf. Arlette Jouanna, Ordre social. Mythes et hiérarchie (...)

42La compréhension de l’homme répond donc à l’analogie naturelle, qui dissipe les illusions de l’artifice. Or, au début du XVIe siècle, les critères juridiques qui cernent les contours du second ordre se rigidifient90. Deux conceptions s’opposent : celle de l’inné, fondée sur l’idée d’une noblesse de race, défendue par le second ordre aux États Généraux de 1614 ; celle de l’acquis, fondée sur l’anoblissement royal – par lettres ou par offices. Nostredame renvoie « dos à dos » l’une et l’autre, chacune ayant ce défaut d’occulter le mérite de l’individu en acte derrière les modes de reconnaissance admis pour la distinction d’une élite (« voyable, cognoissoible & surhonnoré »). De la reconnaissance comme gratification à la reconnaissance comme signe d’appartenance à un ordre séparé, le mode de vie, la naissance, le titre ou l’argent finissent par se confondre abusivement avec la valeur de la personne. C’est le cas de la noblesse de race :

  • 91 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., Discours de la noblesse, p. 104. Nostredame (...)

« De moy je ne pourray jamais persuader à mon esprit que l’homme lasche, oisif, ignorant, & vicieux, de quel pere excellent qu’il soit tiré, puisse avoir ny meriter legitimement le nom de Noble. »91

  • 92 Ibid., p. 97.

43L’anoblissement royal peut également donner « le nom de noble » à celui qui ne le mérite pas. Même s’il est « choisis de longue main par divine providence »92, le roi lui-même n’en devient pas Dieu pour autant ; il institue socialement la noblesse d’un homme déjà noble par ses qualités et ses actes, mais il ne peut la créer :

  • 93 Ibid., p. 101. Et de commenter en note marginale : « La vertu a plus de pouvoir que les Princes ».

« Car soit que la Noblesse soit une qualité de l’ame, ou du corps, il est bien certain que le Prince n’y peut adjouster ny diminuer. »93

  • 94 Ibid., p. 97.

44Nostredame songe ici aux lettres de noblesse, en plein essor depuis le XVIe siècle94 ; mais il dénonce également les abus de la noblesse de Robe, lorsqu’il évoque la vénalité des offices – et peut-être aussi les procédés de résignation :

  • 95 Ibid., p. 104. Depuis 1604 la Paulette permet de constituer véritablement une noblesse héréditaire.

« Encor moins ennobliront les Magistratures, puis qu’elles tombent par indiscretion et confuse indifference ez mains d’hommes vicieux, ignorants, meschants, & abominables… »95

45Cette dérive le conduit à dénoncer le rôle de l’argent dans l’accession à la noblesse, mais aussi, beaucoup plus largement, la puissance des riches dans la société :

  • 96 Ibid., p. 104.

« Les richesses feront encor moins la Noblesse, de quel costé qu’elles soient venuës : puisqu’on n’ignore pas combien il est mal-aisé de les honnorablement et legitimement accumuler. S’il est veritable qu’un sainct personnage a sainement dit, que le riche est communement meschant, ou fils d’un meschant & pervers. »96

  • 97 Ibid., p. 105-106.

46Au final, donc, César écarte les particularités physiques (« ces choses arrivent par indifference, & sans option aux sots & aux sages, aux vilains & aux Nobles »), les richesses (« car elles peuvent se perdre »), le sang (« car il s’abastardit communement »), les dignités (« car les sots et les ignorants y peuvent arriver »), les offices (« car ils se vendent aux plus offrant »)97, toutes qualités extérieures à la personne. Ainsi, il ne dénonce pas tant les usurpations de la noblesse que l’inaptitude des institutions sociales à définir juridiquement un ordre nobiliaire dont la stabilité apparente et rassurante n’a rien à voir avec le choix moral dont tout individu est libre :

  • 98 Ibid., p. 106.

« Ains la seule, vraye & propre vertu, laquelle ne consiste point aux richesses, ny aux parents, ny aux dignitez, ny aux offices, ny en l’opinion : mais en l’habitude & en l’action, peut vrayement faire le noble. […] Ainsi ne pouvons nous appeler l’homme vrayement Noble, que par sa propre noblesse, et par le merite singulier de sa vertu. »98

  • 99 Ellery Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse, vers 1500-vers 1650, Seysse (...)

47On objectera que la « profession de vertu » peut encore renvoyer à la stabilité d’un groupe social objectivement défini par son activité, si l’on se réfère à l’assimilation médiévale de cette profession de vertu à la « profession des armes »99. Mais la réflexion de Nostredame ne le conduit pas de la société vers une hiérarchie de fonctions ; elle part au contraire de l’individu par une définition proprement aristotélicienne de la vertu, comme réalisation de ce qui constitue son essence (« en l’habitude & en l’action »), l’achèvement de son œuvre propre (« par sa propre noblesse ») ; c’est alors l’exigence de réciprocité, prônée par Nostredame depuis la préface de 1595 comme exaltant le meilleur de l’homme, qui conduit l’excellence de chacun à la réalisation du corps social en son ensemble :

  • 100 Ibid., p. 105.

« Ce n’est point en la desertee solitude, ou en la nonchalante et lasche oisiveté, ou en la grandeur des richesses, que les sages sont d’advis que la Noblesse se gaigne : mais en l’estude & culture de la vertu, laquelle nous pouvons beaucoup mieux prattiquer aux villes, & parmy la societé des hommes, qu’entre les bestes sauvages aux deserts, ny au commerce des personnes agrestes. »100

  • 101 César de Nostredame, Histoire et Chronique …, op. cit., Discours de la noblesse, p. 101.
  • 102 François de Sales, Introduction à la vie dévote, Lyon, 1609.

48Soit une définition très peu juridique mais profondément socialisée de la noblesse : la noblesse n’est pas un ordre rigide établi de toute éternité, ni la qualité d’un individu qui la posséderait comme un bien propre, et qui l’un ou l’autre s’élèveraient au-dessus du reste de la société ; elle est l’excellence présente en chaque homme et qui s’actualise « parmy la société des hommes », que ce soit « par la gloire des armes, [ou] par l’excellence des arts »101 Cette participation de tous au modèle nobiliaire, entendue comme la parfaite réalisation des dispositions humaines dans cette urbanité où s’anoblit la société des hommes, n’est pas sans effet d’échos avec le courant d’humanisme dévot qui lui est contemporain – pour François de Sales, la perfection chrétienne est accessible à l’ensemble de la société et ne se définit pas par la perfection du résultat, mais par l’effort de la volonté humaine102. Cette potentialité commune qui permet à chaque homme d’actualiser parmi ses semblables l’essence même de la nature humaine s’enracine dans un héritage philosophique que les humanistes ont ranimé :

  • 103 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., Discours de la noblesse, p. 107.

« Le Philosophe Antisthenes l’a creu ainsi : les Stoïciens en ont fait de mesme, s’accordant avec le divin Platon, Ciceron, Seneque, & infinis illustres & grands personnages de l’antiquité. Un bon entendement (dit le dernier) est ouvert et donné à tous : nous sommes tous Nobles en cela. Socrates n’a pas esté Patrice : la Philosophie n’a pas receu Platon Noble ; ains l’a fait. Genereux est celuy qui est naturellement bien composé à la Vertu : là sans plus se faut arrester : car si l’on nous fait reculer aux choses lointaines & vieilles, aucun ne peut estre alors qu’il n’estoit point. Tous les hommes, si l’on les veut prendre à leur première source, viennent des Dieux. […] Sagement ont jugé les Philosophes Stoïques, la vertu n’avoit besoin que de soy-mesme, & d’elle seule la vraye & claire Noblesse naistre & deriver… »103

  • 104 Ibid., p. 99-100. De même, il fait l’éloge du petit clergé (qui « oseroit avancer que […] le Prestr (...)

49Son discours s’achève ainsi par la définition d’un homme libre, libéré de tout déterminisme social ou biologique par l’usage de sa seule raison. En ce sens, il s’agit moins ici d’un Discours de la noblesse que d’un Discours de la dignité de l’homme, où la société s’affranchit des catégories juridiques qui distinguent le second ordre : qui oserait réfuter la noblesse de « Socrate, quoy que fils d’un imagier », ou d’« Aesope, quoy qu’il fut serf de condition »104 ?

Conclusion : de l’œuvre littéraire au récit de soi

50Malgré sa largeur de vue, un tel discours fait très précisément échos aux inquiétudes de Nostredame, tout particulièrement à son désir d’associer héritage familial, reconnaissance sociale et affirmation personnelle. Ce dédoublement du travail d’écriture – l’écriture personnelle interférant dans l’écriture poétique et historique – explique le jaillissement du récit de soi au cœur même de l’Histoire : l’anecdote personnelle y soutient le discours général ; à moins que le discours n’ait constitué, dès l’origine, la justification de sa propre existence. La réflexion sur l’origine de la noblesse, par exemple, vient anticiper les critiques que César redoute quant à sa propre valeur :

  • 105 Ibid., p. 98.

« A la verité si quelqu’un n’eut demandé des lettres & des parchemins de Noblesse quand ceux de ma ville m’ont honnoré des premieres & plus eminentes charges, ausquelles les seuls Nobles & gentils-hommes peuvent par decret Royal & par longue coustume estre promeus, je me serois moqué de luy, & l’auroy renvoyé aux lettres, aux reliques & à la tombe de mon geniteur où il auroit veu ses qualités : & ou cela ne l’eut contenté, je l’auroy remis & tourné à la taille & aux images des hommes illustres : & si cela n’eust esté assez, aux mansions honnorables de ce siecle, aux langues des doctes & des estrangess, & finalement au bruit universel de toute l’Europe, sans me travailler à luy produire de plus lointaines estoiles ayant un si clair & proche Soleil. Et touchant mon regard qu’il s’informat de ma vie, de mes mœurs, de mes actions & de ma qualité… »105

51La noblesse de la filiation peut témoigner, dans un cadre juridique (« par decret Royal »), de la noblesse des fils ; néanmoins, la gloire reconnue publiquement apparaît supérieure aux titres (« des lettres & des parchemins de noblesse ») ; il n’en reste pas moins qu’au final c’est l’existence seule de l’individu, en potentialité comme en acte, qui traduit une noblesse véritable (« ma vie », « mes mœurs », « mes actions », « ma qualité »). De même, lorsqu’il remercie Peiresc de l’avoir fait gentilhomme ordinaire, son œuvre de lettré doit fonder publiquement sa noblesse :

  • 106 Cf. supra, note 21.

« Je désire bien que le brevet en soyt fondé, sur les asses passables services [que] ma plume a fait, tant en mon histoire dédiée à sa juste Majesté que pour les panégyriques de deux à trois mille vers attachés au volume de Monseigneur […]. Que je désire, dis-je, que le bruit soyt fondé sur cette vérité, afin que ceux qui le verront, soyent en la créance de l’avoir en quelque sorte mérité. »106

52Comme en 1595, la réflexion sociale de Nostredame ne sert pas seulement ses intérêts : elle dénonce les effets dévastateurs de la différenciation sociale aux prises des jugements hâtifs – « ne faut jamais murmurer ou dire, cestuy-là n’est que cecy, cestuy-cy n’est que cela »…

  • 107 Cette problématique fera l’objet d’une recherche plus approfondie dans le cadre du colloque Indivi (...)

53Il semblerait donc, pour conclure par un nouveau point de départ, que toute l’écriture de Nostredame soit guidée – consciemment ? – par un besoin de reconnaissance, d’identité, de légitimité107. Les derniers épisodes de l’Histoire le montrent assez, lorsque le souvenir glorieux de son père s’infiltre dans la trame des événements. En 1564 Charles IX de passage à Salons rencontre le célèbre père de notre historien :

  • 108 Ibid., p. 802.

« Adonc l’accompagna mon pere, car c’est de luy que je parle, tousiours costé à costé, avec son bonnet de velours d’une main & un gros & beau jonc marin d’Indie emmanché d’argent de l’autre, pour s’appuyer durant le chemin (parce qu’il estoit quelquefois tourmenté de ceste fascheuse douleur de pied que le vulgaire appelle gouttes) jusques aux portes du chasteau, & encor dans sa propre chambre, où il entretint fort longuement ce jeune Roy, & la Royne Regente sa mere, qui eurent cette humaine curiosité de voir toute sa petite famille. Et de ce me souvient fort bien, car je fus de la partie. »108.

54Témoin de la scène, César n’est-il pas le véritable héros de cette digression dont il fut le témoin vivant ? En effet, si le souvenir d’enfance vient accréditer l’épisode historique, l’anecdote elle-même fait aussi, en quelque sorte, la preuve d’une existence d’enfant ; un enfant intégré à l’image « arrêtée » de la gloire paternelle ; intégré donc reconnu, du roi et de son père. À l’injonction silencieuse des Centuries, se superpose la chaleur unique d’un souvenir dont il est seul à garder trace ; ainsi l’auteur de cette Histoire devient-il à son tour corps de mémoire, par une écriture qui rencontre avec constance la difficulté d’être soi.

Notes

1 Michel de Nostredame, Les Propheties, Lyon, Pierre Rigaud, 1566, Préface A ses Propheties. Ad Caesarem Nostradamum Filium, p. 7 (non paginé). Sa première édition remonte aux Premieres Centuries ou Propheties, Lyon, Macé Bonhomme, 1555.

2 Ibid., p. 8. (non paginé).

3 Jean Aimes de Chavigny, La premiere face du Janus françois, Brief discours sur la vie de M. Michel de Nostredame, jadis Conseillier et Medecin ordinaire des rois tres chrestiens Henri II du nom, François II et Charles IX, Lyon, 1594, p. 1.

4 La préface de Nostradmus s’achève par un don : « Faisant fin, mon fils, prens donc ce don de ton pere Michel Nostradamus, esperant toy declarer une chacune Prophetie des quatrains cy mis » (p. 12, non paginé).

5 La dédicace au fils n’est pas exceptionnelle, comme en témoignent déjà dans l’antiquité Cicéron, Macrobe ou Ausone. Mais la dédicace à un tout jeune enfant reste beaucoup plus rare (en 1592, par exemple, le toulousain Pierre du Faur de Saint-Jory offre son Agonisticon sive de Re Athletica Ludisque veterum Eumnicis, Musicis atque Circensibus spicilegiorum tractatus, à son fils qui vient de naître (Lyon, 1592).

6 Jean Aimes de Chavigny, La premiere face du Janus françois, op. cit., p. 6

7 Cf. Jean-Yves Casanova, Historiographie et littérature au XVIe siècle en Provence : l’œuvre de Jean de Nostredame, thèse soutenue à l’Université de Montpellier 3, 1990 (sous la direction de Philippe Gardy).

8 Sylvie Menant, « Portrait et curiosité dans l’entourage de Du Vair, à propos des portraits de Michel et de César de Nostredame, peints par César de Nostredame », Guillaume du Vair, parlementaire et écrivain (1556-1621), colloque d’Aix-en-Provence : 4-6 octobre 2001, dir. B. Petey-Girard et A. Tarrête, Genève, Droz, 2005.

9 Ses correspondances ultérieures nous apprennent notamment qu’il étudie le dessin à Paris dans l’atelier de l’un des Quesnel et dans celui d’Etienne Dumonstier (Jean Boyer, Deux peintres oubliés du XVIe siècle, Étienne Martellange et César de Nostredame, Paris, F. de Nobele, 1972, p. 20)

10 Son Entrée de la Royne [Marie de Médicis] en sa ville de Sallon (Aix, Tholozan, 1602) révèle qu’il est l’auteur d’un sonnet inscrit sur un arc de triomphe et qu’il remet à la reine des « pourtraicts de leurs Majestés » (p. 51-53). Il donne également des vers au Discours sur les arcs triomphaux dressés en la ville d’Aix, à l’heureuse arrivée de Louys XIII, Roy de France, et de Nauarre de Jean de Galaup-Chasteuil (Aix, 1624).

11 On pourrait citer aussi, dans cette poésie « de communication », le Tableau de Narcisse, qu’il dédicace à Guillaume du Vair, premier Président du Parlement de Provence (sans doute en 1606) ; ou La Plume, ode pindarique en l’honneur de Lucas Matherot, « plus excellent escrivain de cest aage », publiée dans les Pièces héroïques et diverses poésies, Toulouse, Vve Jacques Colomiez, 1608, p. 41.

12 Histoire et Chronique de Provence, Lyon, Simon Rigaud, 1614, p. 3. L’ouvrage connaît chez Simon Rigaud une nouvelle édition, enrichie, en 1624 (Histoire et Chronique de Provence […] Où Passent de temps en temps et en bel ordre Les anciens Poestes Personnages et Familles Illustres qui ont fleuri depuis VC Ans Oultre plusieurs races de France D’Italie, d’Espagne, Languedoc, Dauphine et Piemont y rencontrées avec celles qui depuis se sont diversement annoblies comme aussi les plus signallés combats et remarcquables faits d’arme qui y sont passez de temps en temps jusques à la paix de Vervins).

13 Aix-en-Provence, Musée Arbaud, MQ 84. Le frontispice du manuscrit indique la date de 1622.

14 Bernard Medon, dans sa Vie de Pierre Caseneuve, en l’honneur de Nicolas Heinsius… (Toulouse, 1656), fait le récit d’une prédiction adressée à la mère de son héros par la sœur de César, « fille de l’insigne devin Nostradamus qui n’ignorait pas l’art paternel […]. Et la prédiction s’avéra juste » (tr. Annick Monjou).

15 Michel de Nostredame, Les Propheties…, op. cit., Préface, p. 1 (non paginé).

16 Cf. Jean-Yves Casanova, op. cit., p. 343.

17 « digne d’aller au rang d’Adam de Craponne & de Michel de Nostredame… » (Histoire…, op. cit., p. 788).

18 La préface de 1595 s’adresse à Casaulx et d’Aix et les œuvres ultérieures plutôt au parti carciste.

19 Le Discours de la noblesse inséré dans l’Histoire et Chronique, p. 95 sqtes, conclut que « l’antiquité de sang ne donne la vraye noblesse » (p. 104) et que « nous sommes tous Nobles » (p. 107)…

20 Du « quand je me souviens… » de La plainte de la Provence sur la funeste mort de feu d’illustre memoire Henri V d’Angoulesme grand Prieur de France (Pièces héroïques…, op. cit., p. 19) au « de ce me souvient fort bien », concernant la venue de Charles IX à Salon en 1566, dans L’Histoire et Chronique…, le souvenir et la parole personnels constituent l’une des trames de l’écriture de Nostredame

21 César de Nostredame, Lettres inédites écrites de Salon à Peiresc (1628-1629), Marseille, Marius Olive, 1880, Lettre du 29 mars 1629.

22 Louis BellauddelaBellaudière (1543 ?-1588), poète grassois, est l’un des initiateurs de la renaissance provençale. Ses Obros et rimos prouvenssalos, rédigés en 1573, sont imprimés après sa mort, en 1595.

23 César de Nostredame, Preface, du Sieur de Nostredame, sur les Poesie Provvensales des Sieurs de la Belaudiere, Et de Paul, dans Louis BellauddelaBellaudière, op. cit., p. 11. Charles de Casaulx, maître de la Ligue marseillaise depuis 1590, a été élu premier consul en 1591.

24 Ibid., p. 22.

25 Le Dymas, « dédié à Son Altesse Serenissime de Lorraine », lui est offert par l’intermédiaire de « Monsieur de Mailhanne vostre Mareschal en la Duché de Bar, Gentilhomme d’une tres ancienne et signalée maison de ceste Province qui m’ayme et me cognoit, [et que j’ay supplié] de vous presenter de ma part ce livret et ces vers ».

26 Fils d’un chef catholique zélé, Gaspard de Pontevès est devenu le rival de la comtesse de Sault à la mort de son beau-frère Hubert de Vins, jusqu’alors chef de la Ligue provençale.

27 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., p. 15.

28 Plus loin, à propos des derniers soubresauts qui touchent la capitale aixoise avant la conversion du roi, il dénonce les dernières menées conduites « sous un tiltre & frontispice de Catholiques zelés » (Ibid., p. 949).

29 Avocat général au Parlement, il est l’auteur du Panégyrique de l’Hénoticon, ou Edict de Henri III sur la réunion des subjets à léglise catholique, publié en 1588. Il achève sa vie en tant qu’archevêque d’Embrun.

30 César de Nostredame, Préface…, op. cit., p. 21.

31 Ibid., p. 24.

32 Cf. Auguste Brun, « Bellaud de la Bellaudière, poète provençal : XVIe siècle », Annales de la Faculté des Lettres d’Aix, t. XXVI, 1952, p. 41. César ne serait pas le seul à jouer de retournements, que ce soit à Aix son ami François du Périer ou à Marseille Pierre Paul, qui meurt en 1615 bien inséré dans la sociabilité lettrée du Président Du Vair. Auguste Brun rapporte les stratagèmes dont Paul aurait usé, après 1596, pour écouler les Obros tout en faisant oublier la fidélité envers Casaulx et d’Aix (op. cit., p. 40).

33 Sur la vision politique de Casaulx en matière d’administration urbaine, cf. W. Kaiser, Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions, 1559-1596, Paris, EHESS, 1991, p. 332-333. Sur la spiritualité de Nostredame, et surtout sur ses conceptions politiques, une enquête plus approfondie s’impose.

34 Leur politique bascule avec l’arrivée de Guise, dont Nostredame souligne le rôle clé dans l’issue du conflit. Là encore, une enquête plus approfondie s’impose ; Nostredame a-t-il assisté par exemple à l’assemblée des communautés tenue à Salon en octobre 1594 et qui fait de Gilbert Génébrad, archevêque d’Aix, membre des Seize et hébraïste réputé, le nouveau chef de la Ligue provençale (W. Kaiser, op. cit., p. 335) ?

35 César de Nostredame, Préface…, op. cit., p. 24-25.

36 César de Nostredame, Les Perles, ou les larmes de la Magdeleine (1601), éd. Lance K. Donaldson-Evans, Œuvres spirituelles, op. cit., p. 67-68.

37 Lance K. Donaldson-Evans, op. cit., p. 23.

38 César de Nostredame, Pièces héroïques…, op. cit., fol. 3 v°.

39 César de Nostredame, La Marie dolente. Au Sieur Dels-herms, advocat Tolosain, Toulouse, Colomiez, 1608, p. 3.

40 Lance K. Donaldson-Evans, op. cit., p. 27-28. Il fait également remarquer que la Marie dolente est la seule pièce du triptyque où aucun dédicataire ne vient faire intrusion dans le cours du poème.

41 Sur ces origines familiales, voir Cf. Jean-Yves Casanova, op. cit., p. 319-326. Dans L’histoire, César évoquant le voyage de son père auprès de Henri II, rappelle notamment qu’il « se rend aux murs de Paris le 15 du mois d’Aoust, jour de l’Assomption nostre Dame, lui qui en portoit le nom » (op. cit., p. 776).

42 César de Nostredame, Preface…, op. cit., p. 27-28.

43 Pierre Paul, « oncle d’alliance » de Louis Bellaud, descend d’une famille de juifs convertis de Salon.

44 Jean de Nostredame, qui sans la pratiquer n’en exhume pas moins la noblesse de la langue provençale, participe sans aucun doute au renouveau des « arquins ». Cette sociabilité rencontre parfois celle du Grand Prieur, qui installe sa « cour » à Aix vers 1582. César de Nostredame, mais aussi Du Perrier ou Malherbe, donnent ainsi des pièces liminaires à des auteurs comme Jacques Perrache (Le Triomphe de Brelan, 1585). Cf. Auguste Brun, op. cit., p. 13-38 ; Jean-Yves Casanova, op. cit., p. 262 sqtes.

45 Ainsi, le 3 juin 1628 il écrit à Peiresc « Je vous envoie par M. de Retz tout ce que j’ai pu trouver de la propre main de mon oncle et encore son crayon, ensemble le crayon du bon père Porphyre ». Plus loin, il annonce l’envoi des crayons d’Adam de Craponne et de l’historien provençal Jules-Raymond de Soliers, du père Porphyre, de son père et le sien (cité par Jean Boyer, art. cit., p. 19).

46 François du Périer, helléniste et collectionneur, est conseiller au Parlement et consul d’Aix en 1593.

47 Cf. supra, note 21.

48 César de Nostredame, Préface…, op. cit., p. 11.

49 Ibid., p. 15. La collégialité des institutions municipales serait fondée sur la vertu civique de l’amitié (p. 16).

50 Ibid., p. 17-18

51 César de Nostredame, Pièces héroïques…, op. cit., p. 43-59.

52 Ibid., p. 43-44. Les citations suivantes se trouvent p. 44 et p. 48.

53 César de Nostredame, Préface…, op. cit., p. 21-22. Son humanisme politique reste à approfondir.

54 César de Nostredame, Rimes spirituelles dediees à Messeigneurs les Archevesques d’Arles et d’Ambrun (sic), dans les Pièces héroïques…, op. cit., p. 3.

55 César de Nostredame, Histoire…, op. cit., p. 949.

56 Ibid., p. 10.

57 César de Nostredame, Pièces héroïques…, op. cit., p. 6-7.

58 Sur cette conquête d’une autonomie professionnelle, cf. Isabelle Luciani, « Composer en vers françois… » Pratiques culturelles et société dans la première moitié du XVIIe siècle, thèse soutenue sous la direction de Daniel Roche et Régis Bertrand, Université de Provence Aix-Marseille I, 2001, vol. 1, p. 411-414.

59 Ibid., p. 7.

60 César de Nostredame, La Marie dolente, op. cit., p. 3.

61 Bibliothèque Municipale de Toulouse, Actes et Délibérations du Collège du Gai Savoir, vol. 2, fol. 135 v° ; fol. 147 ; fol. 160. Filère a également publié en 1607 un Discours poétique à Messieurs de la Religion Prétendue Réformée, avant-propos à une série de sermons sur le Saint-Sacrement prêchés à Castres en 1606 par le Père Gilles Camart, minime, et publiés à Toulouse chez Colomiez. Il y a donc encore beaucoup à faire autour du réseau « toulousain » de César de Nostredame.

62 On remarque par exemple que l’Hippiade, quoi que produit d’un lourd travail, n’est jamais publié. En 1608, ce manuscrit achevé en 1622 est déjà plus qu’un projet, si l’on en croit la dédicace des Pièces héroïques au duc de Guise (« pendant que je vous appreste un autel de plus heroïque matière dedans le temple de mon Hyppiade et de vos Chevaliers : qui sont des ja en chemin », p. 3). Est-ce un manque de soutien du duc de Guise à cette publication qui explique l’existence du seul livre manuscrit ? En 1608, en tout cas, Nostredame envisageait une diffusion moins confidentielle, comme il l’écrit au lecteur : « tu en verras plus au long s’il plaist à Dieu les raisons deduittes et declarées à mon Hyppiade, ou mes Chevaliers, qui est un ouvrage de longue haleine de dix livres, et de dix à douze mille vers, n’attendant que la main de l’ouvrier » (ibid., p. 7).

63 César de Nostredame, Lettres inédites…, op. cit., lettre du 20 mai 1628.

64 Il faudrait travailler, en ce domaine, sur d’autres procédés identitaires comme la devise (Claros clara decent) ou l’autoportrait.

65 César de Nostredame, L’Entree de la Royne en sa ville de Sallon…, op. cit., p. 51-53 : « celuy du roy fut trouvé du tout ressemblant - mais le sien devoit quelque peu plus de son air à son visage. Sa Majesté le contempla fort longtemps avec un œil riant, louant la main et l’ouvrage… ».

66 Ibid., p. 48-49, cité par Lance K. Donaldson-Evans, op. cit., p. 11-12.

67 César de Nostredame, Histoire et Chronique, op. cit., p. 13, p. 17.

68 Ainsi Nostredame accordait-il son pardon au notable de 1593 « pour son merite & la doctrine à laquelle je dois une partie de ma vie (Chronique¸ op. cit., p. 949). Les occurrences du terme « héréditaire » sont également suffisamment fréquentes, dans l’œuvre de Nostredame, pour mériter une étude particulière.

69 César de Nostredame, Lettres inédites…, op. cit., lettre du 29 mars 1629. L’écriture de l’histoire, dans son Histoire et Chronique, apparaît aussi comme une expérience de la liberté : « Puisque de se vouloir escarter du trac battu des anciens sages, continué de père en fils depuis plusieurs siècles, ce n’est moins une heresie outrecuidée, en faict d’Histoire ou de Poëme, qu’en matiere de Theologie, nous trouvons à propos de dire quelque chose de l’histoire en général » (p. 6).

70 César de Nostredame, Lettres inédites…, op. cit., lettre du 29 mars 1629, post-scriptum : « Les c tenus en la ville d’Aix au XXIII du mois d’Octobre mil six cens&t trois, sur mandement du Roy Henry le Grand… », introduites au début de la Chronique et Histoire de Provence (op. cit., p. 5) soulignent le soutien apporté au travail de César « selon son mérite & son œuvre, pour mieux honorer sa vertu, & le renom de son père ».

71 César de Nostredame, Histoire et Chronique, p. 782.

72 Ibid., p. 802.

73 Ibid.

74 Ibid., p. 803.

75 On pourrait également souligner que dans ses œuvres poétiques César recourre fréquemment à l’imitation ; l’influence malherbienne s’accroît par exemple après 1600, lorsque le poète normand revient à Aix (René Fromilhague, Malherbe, apprentissages et luttes, 1555-1610, Paris, 1954, p. 166).

76 Ibid., p. 5. Il s’agit de Jean de Nostredame, Vies des plus celebres et anciens poëtes provensaux qui ont floury du temps des comtes de Provence, recueillies des oeuvres de divers autheurs, Lyon, A. Marsilii, 1575.

77 César de Nostredame, Avis au lecteur de l’Histoire et Chronique…, op. cit., p. 17.

78 Michel de Nostredame, Les Propheties…, op. cit., Préface, p. 1 (non paginée).

79 César de Nostredame, Histoire et Chronique, op. cit., p. 87.

80 Les motifs de cette dispersion restent obscurs. Nous savons que la bibliothèque de Jean, catholique intransigeant – malgré sa proximité avec Jules-Raymond de Soliers… – a été pillée au tout début des guerres de Religion, sans doute en 1562, lorsqu’il fut emprisonné (Jean-Yves Casanova, op. cit., p. 335-336). Mais les Vies datant de 1577, tous ses manuscrits n’ont sans doute pas disparu en 1562 – ce qui ne nous dirait d’ailleurs pas comment César entre finalement en leur possession. …

81 Cf. l’introduction de Joseph Anglade à Jean de Nostredame, Les vies des plus célèbres et anciens poètes provençaux, nouvelle édition préparée par Camille Chabaneau, Paris, 1913, p. 6.

82 César de Nostredame, Histoire et Chronique …, op. cit., Deliberations & Ordonnances faites aux estats…, p. 5. On comprend bien la place qu’il accorde, au début de la Chronique, à la réflexion sur l’histoire : De l’histoire en général (p. 6-7) ; Ichonographie ou plan de ceste histoire (p. 11-17).

83 Cf. Marine Durand, Les poètes provençaux d’expression française au début du XVIIe siècle (1598-1630), mémoire de master 1 soutenu en juin 2005 sous la direction d’Isabelle Luciani (Aix-Marseille 1), p. 81-84.

84 César de Nostredame, Préface des Obros et Rimos… de Bellaud de la Bellaudiere (1595), p. 21.

85 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., Discours de la noblesse, p. 95.

86 Ibid., p. 97.

87 Ibid., p. 95.

88 Sur ces questionnements à l’époque qui nous occupe : Robert DESCIMON, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires dans la France moderne. La noblesse, « essence » ou rapport social ? », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 46-1, janvier-mars 1999, p. 5-21

89 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., p. 95-96.

90 Pour un panorama général de ces processus, cf. Arlette Jouanna, Ordre social. Mythes et hiérarchies dans la France du XVIe siècle, Paris, Hachette, 1977 ; J. Meyer, La Noblesse française à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUF, 1991 ; Laurent Bourquin, La noblesse dans la France moderne (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Belin, 2002. Sur les crispations du second ordre autour de la « race », voir plus particulièrement, Arlette Jouanna, L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, Montpellier, Université de Montpellier-III, 1981, 2 vol. ; R. Chartier et D. Richet (éd.), Représentations et vouloirs politiques. Autour des états généraux de 1614, Paris, EHESS, 1982.

91 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., Discours de la noblesse, p. 104. Nostredame parvient ainsi à dissocier l’hérédité, finalement minimisée, de la transmission familiale des modèles de vertu.

92 Ibid., p. 97.

93 Ibid., p. 101. Et de commenter en note marginale : « La vertu a plus de pouvoir que les Princes ».

94 Ibid., p. 97.

95 Ibid., p. 104. Depuis 1604 la Paulette permet de constituer véritablement une noblesse héréditaire.

96 Ibid., p. 104.

97 Ibid., p. 105-106.

98 Ibid., p. 106.

99 Ellery Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse, vers 1500-vers 1650, Seyssel, Champ Vallon, 1996 (1986).

100 Ibid., p. 105.

101 César de Nostredame, Histoire et Chronique …, op. cit., Discours de la noblesse, p. 101.

102 François de Sales, Introduction à la vie dévote, Lyon, 1609.

103 César de Nostredame, Histoire et Chronique…, op. cit., Discours de la noblesse, p. 107.

104 Ibid., p. 99-100. De même, il fait l’éloge du petit clergé (qui « oseroit avancer que […] le Prestre simple, & l’humble religieux, avec son gros & pauvre habit […] ne fut noble, dementiroit Dieu mesme », p. 103).

105 Ibid., p. 98.

106 Cf. supra, note 21.

107 Cette problématique fera l’objet d’une recherche plus approfondie dans le cadre du colloque Individu, Récit, Histoire, Aix-en-Provence, 19-21 octobre 2006. Nous devons notamment interroger cette sensibilité de Nostredame au préjugé social.

108 Ibid., p. 802.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540