Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comportements, croyances et mémoires

 | 
Gilbert Buti
, 
Anne Carol

Croyances : le religieux, le culturel

« Periculosum dico hoc principium ». La censure de Beccaria par la Congrégation de l’Index

Albrecht Burkardt

Texte intégral

  • 1 Le traité fut publié dans une édition in 4° de 104 pages, sans indication du lieu ni de l’éditeur, (...)
  • 2 C. Beccaria, Dei delitti e delle pene, p. 64 (§ XVI).
  • 3 Pour une synthèse commode en langue française, voir Michel Porret, Cesare Beccaria. Le droit de pu (...)

1Cesare Beccaria, l’un des premiers représentants de l’Italie des Lumières, reste justement célèbre pour sa critique radicale de la torture et, surtout, de la peine de mort, critique énoncée dans le petit traité Dei delitti e delle pene, publié pour la première fois anonymement à Livourne en 17641. Dans les chapitres concernés, l’auteur aborde tout un ensemble d’arguments désormais classiques servant à délégitimer les deux pratiques, depuis les fausses évidences procurées par une torture qui fait que « di due uomini ugualmente innocenti o ugualmente rei, il robusto ed il coraggioso sarà assoluto, il fiacco ed il timido condannato [car incapable de résister aux tourments] », jusqu’au scandale que constitue une peine capitale basée sur des preuves de nature nécessairement incertaine mais irréversible dans ses effets2. Ces arguments « humanistes » ne gagnent toutefois leur force décisive qu’en étant fondés sur une conceptualisation novatrice du droit pénal3. Beccaria, en effet, se refuse à penser crimes et châtiments dans les termes traditionnels livrés par la théologie morale. Sécularisé, le droit de punir est légitimé de façon utilitariste avec, en appui, les théories de contrat politiques. La société étant une association d’individus libres, les lois sont cette part « minimale » de libertés cédées par eux pour vivre en sécurité et pour faire respecter l’ordre établi dans l’intérêt de tous. Dans ce cadre, les peines ont le seul objectif d’empêcher la répétition du délit et de remédier aux dommages créés par l’infraction de la loi, ce qui ne saurait justifier ni la torture ni la peine de mort, l’application de telles peines contredisant les conditions dans lesquelles les hommes adhèrent à la société :

  • 4 C. Beccaria, Dei delitti e delle pene, p. 80 (§ XXVIII). NB : les passages en italien ou latin son (...)

« Chi è mai colui che abbia voluto lasciare ad altri uomini l’arbitrio di ucciderlo ? Come mai nel minimo sacrificio della libertà di ciascuno può essere quello del massimo tra tutti i beni, la vita ? »4

  • 5 Voir Michel Vovelle, La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983, qui parle (...)
  • 6 Ibid., p. 415-470.
  • 7 Voir les développements de Richard VanDülmen, Theater des Schreckens. Gerichtspraxis und Strafritu (...)

2Les idées de Beccaria ne constituent naturellement pas une creatio ex nihilo. Elles sont emblématiques de mutations qui affectent les sensibilités de l’époque autant que les façons de concevoir le fonctionnement des sociétés. Au siècle des Lumières, en effet, une nouvelle mise en valeur de la vie d’ici-bas et de ses plaisirs commence à s’imposer qui s’oppose au « mépris du monde » tant propagé par la morale chrétienne traditionnelle et à une vision du corps comme « incarnation » du péché, corps qui seul par la souffrance – par l’« abnégation » volontaire ou par la torture forcée – deviendrait un lieu « moral »5. Parallèlement, se mettent en place de nouvelles attitudes devant la mort, attitudes qui, plus « intimistes », se méfient de la « mort spectacle » tant chérie par la civilisation baroque6. C’est dans ce cadre que les rituels de punition publics commencent à être perçus comme les manifestations d’une cruauté obsolète7, d’autant que l’affirmation de la vie d’ici-bas ne va pas sans croyance en la principale bonté de l’homme, ce qui implique un défi pédagogique et l’idée que même les plus grands malfaiteurs ont (mérité) la chance de s’améliorer et de se rendre utiles à la société.

  • 8 Régis Bertrand et Anne Carol (éd.), L’exécution capitale : une mort donnée en spectacle, Aix-en-Pr (...)
  • 9 Cf. Paolo Prodi, Una storia della giustizia : dal pluralismo dei fori al moderno dualismo tra cosc (...)

3La douceur des peines que réclame Beccaria s’insère parfaitement dans cette vision du monde, mais tout aussi symptomatiques sont les conditions que celui-ci déclare indispensables pour garantir la stabilité du système punitif. Le point de vue défendu par Beccaria ne se confond pas, en effet, avec une attitude « laxiste », la modération réclamée ayant pour revers une activité répressive qui, à l’encontre des méthodes traditionnelles sanctionnant peu systématiquement mais de façon d’autant plus « exemplaire »8, se veut pour ainsi dire généralisée. Or cette vision des choses est annonciatrice d’évolutions « modernes » qui à leur tour ne sont pas sans ambiguïté : l’« assolutismo della legge » (Paolo Prodi), qui était la voie de l’avenir, allait produire des effets parfois tout aussi impitoyables (« l’État total ») que les pratiques d’Ancien Régime délaissées9.

4Chez Beccaria, toutefois, on est encore loin de telles manifestations d’une « dialectique de la raison » dont la découverte restera réservée à des générations bien plus tardives. Son traité est parfaitement représentatif de l’optimisme des Lumières, le philosophe lui-même se voulant le combattant pour un monde plus juste, monde qui, grâce aux Lumières, devient désormais possible en se détachant de cette nuit d’erreurs mêlée d’envies de pouvoir sans scrupule et d’atrocités barbares que constitue, dans une large mesure, l’héritage du passé. Dans ce cadre, la réforme du droit pénal fait partie des efforts pour construire un État dont les structures sont là pour assurer le bien-être de tous, au lieu de sécuriser, comme c’est la tradition, les intérêts des puissants. C’est aussi la meilleure voie pour éviter tout crime futur :

  • 10 C. Beccaria, Dei delitti e delle pene, p. 108 (§ XLI).

« Fate che gli uomini le temano [les lois], e temano esse sole. Il timor delle leggi è salutare, ma fatale e fecondo di delitti è quello di uomo a uomo. »10

  • 11 Luigi Firpo, Le edizioni italiane del « Dei delitti e delle pene » in C. Beccaria, Opere. Edizione (...)
  • 12 J.M. de Bujanda, Index des livres interdits, vol. XI, Index Librorum Prohibitorum 1600-1966, Montr (...)
  • 13 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (dorénavant ACDF), Indice, Protocolli, Schi (...)
  • 14 Cf. Ugo Baldini, « Teoria boscoviana », art. cité, p. 301-332 ; le rapport exprimant ces points de (...)
  • 15 S’il semble tout à fait juste de caractériser Lazzari comme un homme qui « colse il nesso metodico (...)

5L’on sait l’accueil enthousiaste qu’a trouvé le traité de Beccaria dès sa publication, sur la scène internationale – dans le monde des philosophes et des despotes éclairés – tout autant qu’en Italie même : jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le livre a connu, sur la seule péninsule, une trentaine d’éditions11. Est-il encore surprenant que l’Église romaine ait, elle aussi, donné à l’œuvre de Beccaria le signe de sa reconnaissance entière ? Le 3 février 1766, le livre fut inscrit dans ce lieu de mémoire très particulier qu’est l’Index des livres prohibés12. La condamnation, à son tour, était basée sur un rapport du jésuite Pietro Lazzari (1710-1789), « consultore » et, pendant une trentaine d’années (1742-1773), professeur d’histoire ecclésiastique au Collège romain13. Or l’homme de la Compagnie, nommé membre de la congrégation de l’Index sous Benoît XIV (1753), n’était pas à tous égards un conservateur endurci. Ainsi s’était-il prononcé, par exemple, contre la mise à l’Index du célèbre traité de Ludovico Muratori, Della regolata devozione, et il avait plaidé pour l’abandon de la formule de condamnation générale à l’égard de toutes les œuvres souscrivant aux théories de Galilée (1613), faisant entendre que la Congrégation se ridiculiserait en maintenant la condamnation de points de vue scientifiques dont personne ne mettait plus sincèrement en doute la véracité14. Dans le domaine des idées politico-juridiques, toutefois, Lazzari a visiblement été bien moins « progressiste », et ce n’est guère un hasard, de ce point de vue si, dans son rapport, il récuse à plusieurs reprises l’analogie établie par Beccaria entre les lois des sciences naturelles et celles régissant les conduites de l’homme, procédé très présent dans Dei delitti e delle pene15. Quelles sont alors les raisons qui ont poussé Lazzari à son verdict du traité ? A-t-il saisi la modernité de l’œuvre ? Et quel statut a, dans ce cadre, l’opposition de l’ouvrage censuré à la torture et à la peine de mort ?

  • 16 Des formules du type « omitto alia », « taceo », « longior esse nolo » etc. sont ainsi récurrentes (...)

6Disons d’emblée qu’un rapport comme celui établi par le jésuite ne se confond pas avec une analyse systématique et approfondie de l’ouvrage considéré, et ce non seulement dans ce cas précis (le petit traité abordant un nombre de sujets si important, ainsi que le précise Lazzari dès les premières lignes de son texte, « ut brevi comprehendi vel eorum indicatio non possit » ; fol. 280r). L’objectif même de la censure se bornait à cerner les raisons permettant de savoir si le livre devait être interdit ou non, ou quel autre traitement devait lui être réservé. Le texte de Lazzari est certes défini par un plan très clair : à la suite d’une introduction assez courte mais non sans importance, le jésuite consacre l’essentiel du rapport, comme il s’en faut, à l’analyse de la doctrine exposée dans le livre, en examinant tout d’abord les sources utilisées par l’auteur, ensuite les critiques de la pratique judiciaire, enfin les propos contraires à la religion. Il n’en reste pas moins qu’à l’intérieur de ces trois parties, les propos sont loin d’exposer systématiquement les tenants et les aboutissants de l’ouvrage ; c’est plutôt de l’énumération, et plus on avance, plus cette dernière technique l’emporte, sous forme d’une suite de propositions tirées du traité sans prétention d’exhaustivité16, commentées par le consulteur et illustrées par (ou précédées) de longues citations. Toutefois, ce procédé n’est pas sans logique propre. Il semble bien en effet que ce qui importe avant tout à Lazzari, c’est de dévoiler les racines intellectuelles de l’ouvrage ainsi qu’en deuxième lieu, les manœuvres argumentatives de l’auteur pour camoufler le radicalisme des thèses présentées. Une fois ces opérations accomplies, le caractère de l’ouvrage étant clairement établi, le reste du rapport peut se permettre de simplement énumérer un certain nombre de propos particulièrement emblématiques, en confirmation de ce que les analyses précédentes sont censées avoir déjà fait entendre.

Des sources « protestantes »

  • 17 À en juger d’après la description initiale du livre (« Delatus est EE VV Liber hoc titolo : Dei De (...)
  • 18 Lazzari est assez bien informé. D’après les recherches effectuées par Luigi Firpo, cinq éditions d (...)
  • 19 « In dicendi modo », commente Lazzari, « aut Senecam, eiusque emulatorem Lipsium imitari voluit ; (...)

7En guise d’introduction, Lazzari se livre à une caractérisation de l’ouvrage (dont il possède l’édition de Livourne)17 du point de vue formel et stylistique. Publiée anonymement (même l’éditeur reste inconnu), l’œuvre est rédigée en langue vernaculaire et elle est de taille assez mince, ce qui facilite sa diffusion : « quod planum est quoque, quid duas eius editiones jam factas novimus » (fol. 280r)18. La variété des sujets abordés en peu d’espace contribue sans doute au même effet. Elle implique, en revanche, que l’ouvrage est assez peu fermement construit, ne produisant guère de preuves érudites mais procédant surtout par raisonnement (« ratiocinium »), comme cela semble tant à la mode. Le livre grouille enfin de notions tirées des mathématiques (et des sciences), expression de cette particularité de l’auteur « ut geometricam methodum affectet », et « quas ad nauseam usque inculcat » (ibid.)19. Serait-ce pour se donner, par ce biais, une « caution scientifique » censée compenser l’absence de références érudites, comme Lazzari semble le sous-entendre ? Il est clair en tout cas que l’ensemble des traits relevés n’est guère du goût du censeur ; bien au contraire, ils lui inspirent une méfiance dont l’examen de la doctrine prouvera amplement le bien-fondé.

8Pour cet examen, l’absence constatée de renvois érudits constitue un point de départ, autant qu’un défi. En effet, révéler les sources dissimulées par l’auteur, c’est à la fois examiner les autorités intellectuelles reconnues par lui et analyser les prémices conceptuelles de sa pensée, opérations à l’objectif identique : si les unes ou les autres se révèlent douteuses, il ne peut guère en aller autrement du fonds même de l’ouvrage.

  • 20 L’Émile, en effet, avait été interdit par la Congrégation le 9 septembre 1762 ; c’est seulement qu (...)
  • 21 Même Rousseau peut entrer dans ce registre (« protestant »), et si ce n’est pas le cas de Montesqu (...)
  • 22 « Est hoc principium Hobbes » (fol. 280v).

9D’entrée de jeu, Lazzari repère ainsi deux auteurs qui entrent sans conteste dans cette logique démonstrative. Dès l’introduction, Beccaria rend lui-même hommage à « l’immortale presidente di Montesquieu », et le consulteur n’a pas de mal à reconnaître derrière les éloges d’un « gran uomo, che illumina l’umanità che lo perseguita » et qui aurait bien démontré « quali siano le principali massime di educazione veramente utili agli uomini » (§ XLV), le portrait de Rousseau : « idque quod innuit, facit ille in pestilenti libro a Sacra Congregazione proscripto, cui titulus Emilius » (fol. 280v)20. Toujours est-il que, chez Lazzari, ces hommes des Lumières n’apparaissent pas comme les membres d’un mouvement autonome. Ce qui assure l’homogénéité des influences que subit l’auteur, c’est qu’elles dérivent toutes « vel a Protestantibus, vel ab impuris fontibus, idest a damnatis auctoribus » (ibid.) ; et ce sont bien celles du premier type – protestant – qui semblent décisives21. Si Beccaria définit les lois (§ 1) comme « le condizioni, colle quali uomini liberi ed isolati in questo globo si unirono in società, stanchi di vivere in uno stato di guerra » (fol. 280v), ne se réfère-t-il pas là, en effet, aux idées de Thomas Hobbes22 ?

  • 23 En renvoyant notamment aux « Libros de jure belli et pacis » (fol. 281v) du premier, aux traités D (...)
  • 24 Pour une introduction valable à ces conceptions, voir Hans Medick, Naturzustand und Naturgeschicht (...)
  • 25 « […] alii denique triplicem contractum intervenire volunt sive ut Pufendorfius […] loquitur duo p (...)

10À l’évidence, l’influence nocive du protestantisme ne se manifeste pas directement dans le domaine des articles de foi. Les oppositions se font sur le plan de la théologie politique, ce qui permet du même coup de passer de l’analyse des sources en tant que telles à celle des prémices conceptuelles du traité. Pour Lazzari, en effet, il semble clair que, dans le domaine considéré, une généalogie fatale se construit aisément qui mène de certains auteurs « impurs », en théorie catholiques, tel Bodin, jusqu’aux philosophes, en particulier Rousseau, tout en trouvant l’épicentre chez les penseurs de confession protestante, et notamment, au XVIIe siècle, dans la pensée de Grotius et Pufendorf23. Ces auteurs ne sont-ils pas unis par une même conception de la société et de son organisation étatique, conception qui concerne en particulier les motifs de formation des sociétés ainsi que la nature du pouvoir politique ? Tous ces auteurs admettent en effet que les sociétés sont le résultat d’une association entre individus libres, à l’origine séparés, qu’unit le besoin de sécurité, l’état de nature étant bien celui de la guerre de tous contre tous24. Aussi la société présuppose-t-elle, à sa base, un contrat qui définit les conditions d’entrée en société, et qui peut – Lazzari le sait –, se différencier, chez certains auteurs, en plusieurs contrats, ou pactes, mais fait en tout cas dépendre le pouvoir politique des conditions fixées par ce biais25.

  • 26 En se référant en particulier à l’« eximio Opere de Potestate Civili » de Francisco Vitoria (fol. (...)
  • 27 Certains auteurs, comme « Petrus de Marca, Duvallius, Choppinus » (fol. 282r), niant toutefois ce (...)

11À ce modèle, le jésuite oppose avec netteté une tradition qu’il veut catholique et qui, entendant s’appuyer sur la Bible et les anciens, trouve sa meilleure expression chez les auteurs de l’École néoscolastique de Salamanque26. Une tradition qui, partant de la conception aristotélicienne de l’homme en tant que « sociabile animal » (fol. 281v), ne partage nullement l’a priori « individualiste » et rejette ainsi les théories de contrat politique fondées sur celui-ci : « Contractus socialis nomen et res ipsa suspicionem ingerit viris Catholicis » (fol. 281r). Aussi l’autorité politique est-elle tout aussi naturellement, c’est-à-dire « instinctivement » (« a natura ipsa eiusque instinctu » ; fol. 281v), implantée dans la société que celle des pères sur leurs familles, la première n’étant de toute manière autre qu’une agglomération des secondes. L’autorité en tant que telle est ainsi donnée par Dieu, comme l’enseignaient déjà les apôtres, aux hommes et il ne reste, à la limite, que le choix du type de gouvernement27.

  • 28 « Periculosum dico hoc principium, quod leges enervet et jus Principum, si ius quod legibus habent (...)
  • 29 « Sed quod cessere singuli de libertate sua, vult ut estimare nunc possit ex eo quod homines vulga (...)

12Quant au texte censuré, il est clair qu’il appartient intégralement à la première école, et pis, dans ses degrés d’extravagance, il semble même dépasser les enseignements de celle-ci. C’est précisément l’argumentation employée pour dénoncer la peine de mort qui l’illustre le plus clairement. L’auteur ne définit-il pas les lois comme cette part minimale que les individus cèdent de leurs libertés en entrant en société ? Part qui ne saurait jamais inclure la vie ? « Periculosum dico hoc principium » (fol. 282v), pose Lazzari, et cela pour deux raisons essentielles. Tout d’abord, une telle conception rend caduque toute autorité politique. Car où va-t-on si la loi dont disposent les princes pour gouverner leurs sujets est censée dépendre de ce que ces derniers semblent eux-mêmes vouloir28 ? Des sujets dont il est clair, d’autre part, qu’ils ne choisiront jamais que ce que leur inspire la bassesse de leur condition. La noblesse d’action d’hommes sages et vertueux qui n’ont pas hésité à sacrifier leur vie pour le bien public ne leur viendrait jamais à l’esprit. Et pas non plus à celui de l’auteur qui ne fait que se moquer des comportements de ce dernier type29, et qui n’a que du mépris pour les notions de « honor » et « decus » (282v), comme en témoigne le chapitre intégralement consacré à ce sujet (§ IX). Cependant, est-il concevable de prendre comme fondement de la société des points de vue bassement intéressés, au lieu de s’inspirer du comportement des hommes vertueux ?

  • 30 « Fateor ignorantiam meam », concède toutefois le consulteur, non sans complaisance, toutes les so (...)
  • 31 Cf. fol. 283r (« an contractus ille violatus fuerit, judicare Principem non posse : unde elicit ne (...)

13Il paraît clair en tout cas que même les auteurs protestants ignorent les points de vue méprisants de l’auteur à l’égard des notions de dignité et d’honneur30, alors que c’est bien leur revers, la définition si particulière de l’espace juridique, qui fournit à l’auteur le présupposé de base à partir duquel il construit sa pensée : tout un ensemble de principes en découle en effet directement31. Mais au fond, Lazzari l’indique lui-même, c’est déjà passer à la deuxième partie du rapport, celle exposant « doctrinam quam ex propositis principiis colligit ac tradit, oppositam esse communi Tribunalium praxi, et communibus Doctorum sententiis » (fol. 283r).

Effugia

  • 32 Le texte, construit en deux parties dont la première reprenait les « accuse d’empietà », la deuxiè (...)
  • 33 Dei delitti e delle pene. Edizione quinta, op. cit., p. 237 (les citations sont tirées de la premiè (...)

14Avant de s’attaquer à cette matière, le consulteur juge toutefois nécessaire de dénoncer les espèces d’autodéfense que l’auteur « in responsione cuidam impugnatori suo adornavit » (ibid.). Or Lazzari se réfère ici, sans l’avoir annoncé au départ, à une autre publication qu’il juge parvenir de la main de l’auteur, et qu’il désigne, dans les paragraphes qui suivent, par le terme d’Apologia (sans préciser davantage sa provenance). Il s’agit en fait de la Risposta ad uno scritto che s’intitola « Note ed osservazioni sul libro Dei delitti e delle pene », texte en circulation depuis février 1765 qui, parlant à la première personne tout en gardant l’anonymat, cherchait à confondre les critiques sévères que l’opuscule cité dans le titre, sorti de la plume de Ferdinando Facchinei, religieux vénitien, avait adressées à l’œuvre de Beccaria32. Lazzari reprend à son tour les réponses présentées qui, à ses yeux, sont loin de clarifier les choses : elles servent, bien plutôt, à brouiller les pistes par des affirmations camouflant (ou adoucissant) le sens véritable des énoncées. Une première stratégie argumentative de ce type consiste ainsi à réduire la particularité de telle ou telle proposition à une simple divergence de nature terminologique (« ait … vocabula usurpasse non communi, et vulgari sensu, sed eo quem obtinent apud Juris publici tractatores, aut ipse significavit » ; ibid.) ; stratégie mise en œuvre, par exemple, pour défendre la définition du délit (« un azzione opposta al ben publico »), et la distinction établie, du même coup, entre celui-ci et le péché (« un azione che ostende i rapporti tra gli uomini e Dio » ; fol. 283r)33.

  • 34 Cf. ibid, p. 300 sq. (est concerné ici l’« Accusa sesta » de la deuxième partie : « L’autore del l (...)

15Autre technique, utilisée à plusieurs reprises dans l’« Apologia » : faire semblant que les propositions données ne concernent nullement tel ou tel sujet sensible. Technique qui trouve son expression la plus nette lorsque l’auteur déclare ne pas toucher, dans ses propositions, aux vérités de la religion révélée (en prétendant traiter d’affaires « purement humaines », saisies par la seule raison), ou encore lorsqu’il affirme de façon analogue « nullo modo se Principuum aut Magistratuum potestatem in puniendo Capitali etiam poena convellere », en distinguant, à ce propos, « potestas » et « jus » (fol. 283v)34. Naturellement, il s’agit là, à chaque fois, aux yeux de Lazzari, d’un « merum effugium » (fol. 284v) mais qu’il s’agit de cerner avec clarté si l’on veut comprendre à quel point l’auteur s’oppose aux doctrines et pratiques juridiques respectées en pays catholique. Ainsi de l’affirmation de ne pas vouloir toucher au pouvoir du souverain, la démonstration intégrale de l’auteur allant à contresens de ce propos. En effet, peut-on s’imaginer la « potestas » du prince sans que celle-ci s’appuie sur la loi ? Ce serait tenir des propos absurdes, d’autant plus que l’auteur montre lui-même que le fond de toute action étatique légitime réside dans la loi, le législateur n’ayant pas le droit d’outrepasser, dans ses façons d’agir, le cadre des conditions définissant l’espace juridique, et en particulier le droit pénal (fol. 283v sq.).

  • 35 Dei delitti e delle pene. Edizione quinta, op. cit., p. 302 (Dei delitti e delle pene, éd. Venturi, (...)

16L’argumentation à propos de la peine de mort illustre bien ce propos, et par là même l’hypocrisie de l’auteur. Celui-ci n’introduit-il pas tout un raisonnement qui entend montrer, de façon infaillible, le non-sens que constitue la peine de mort ? « Il mio sillogismo eccolo in ristretto. La pena di morte non deve darsi se non è utile e necessaria. La pena di morte non è utile nè necessaria [et hoc », rajoute Lazzari, « fuse et universim contendit in libro suo tribus integris paginis] : dunque la pena di morte non deve darsi » (fol. 284r)35. Et pourtant, l’auteur ose déclarer à la même occasion qu’il ne s’agit pas de traiter des droits du souverain. À l’évidence, il s’agit là, une fois de plus, d’un « effugium » lamentable (« miserum »), l’assertion étant en contradiction flagrante avec les démonstrations conduites par l’auteur. Car, pose le consulteur,

« quae sunt haec jura, sive, ut ipse distinguit, quae est potestas sine jure ; potestas infligendi poenam, quae numquam est utilis et necessaria, cum non sit jus eadem infligendi, nisi sit utilis et necessaria ? » (ibid.).

  • 36 Ibid., p. 301 (Dei delitti e delle pene, éd. Venturi, p. 181).

17Il est vrai que l’auteur (« cum se premi videat ») tente encore un deuxième argument apologétique, celui de déclarer malgré tout légitime la peine de mort si celle-ci semble nécessaire en vertu de la « suprema legge della salvezza del popolo » (ibid.)36. Ce serait dans ces circonstances que le souverain déploierait sa pleine « potestas », la violence employée contre l’individu en question étant comme une rechute momentanée dans l’état de guerre. Là encore toutefois, aux yeux de Lazzari, l’argumentation ne tient pas debout, bien au contraire : « puram logomachiam continet » (ibid.), la proposition revendiquant une façon d’agir que les conditions mêmes de l’action excluent d’avance :

« Sed meminisse debebat principia quae adoptavit [auctor]. Princeps non aliud potest, quam quod ei dedere singuli postquam per pactum in communitatem transtulere et haec cessit principi » (fol. 284r-v).

18Or n’a-t-on pas vu à quel point l’auteur, dans son traité, tenait pour évident que, parmi les biens cédés ne saurait jamais être la vie ? Et pourquoi, s’il en était autrement, l’auteur dénonce-t-il, un peu plus loin dans le même chapitre, la peine de mort, sans distinction aucune, comme un « publico assassinio » (§ XXVIII, fol. 284v) ?

  • 37 Lazzari rappelle ici en particulier « Concilium Lateranense graviter inhibuisse olim ne diceretur, (...)

19Les choses sont tout aussi nettes quant à l’idée que les vérités révélées ne seraient pas concernées par les affirmations de l’auteur, celui-ci posant « se juxta rationem, non juxta veritatem revelatas loqui ». « Hoc est solitum effugium eorum qui dicere volunt quidquid libet » (fol. 284v sq.), constate ainsi Lazzari en rappelant que toute une tradition s’oppose à l’hypothèse de l’existence de deux vérités, l’une selon la raison, l’autre selon la foi37, en rappelant également à quel point de telles positions sont nuisibles aux lecteurs « qui hanc distinctionem facere non valent, vel nolunt » (fol. 285r). Aussi la proposition de prévoir un espace juridique « purement humain », universellement valable, est-elle intenable, ce champ de savoir, et en particulier celui du droit pénal, ne fonctionnant justement pas, contrairement à ce que prétend, une fois de plus, l’auteur, de la même façon que la géométrie, la médecine, le commerce ou d’autres sciences encore :

« non enim omnes actiones puniendae sunt contra jus naturale, aut gentium ; sed sunt aliquae contra jus positivum, quod diversum est Mahometanis, Judeis, Catholicis etc. Actiones pariter male non habent eamdem gravitatem apud omnes ; cum ergo poena respondere debeat admissioni, vel omissioni, hoc facere quod ille vult non licet. Ingreditur enim ratio meriti ad puniendum, rationem religionis, quam quisque sequitur. Quod in Geometria, in Medicina, et similibus facultatibus non evenit » (ibid.)

Anne haec summa audacia et temeritas… ?

  • 38 Cf. Bruno Neveu, L’erreur et son juge : remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, (...)

20Malgré l’amalgame d’opinions douteuses ou erronées déjà examiné, Lazzari n’en vient pas à juger à proprement parler « hérétiques » les propos de Beccaria. Il convient en revanche de les qualifier de « summa audacia et temeritas » (fol. 286r) ; ce qui, par ailleurs, est annoncé dès le titre de la deuxième partie, le second terme étant défini, dans le langage traditionnel des censeurs, comme désignant une opinion à condamner parce que tenue pour fort improbable par les auteurs catholiques reconnus (« doctores »)38. De tels propos, le livre en est rempli de la première à la dernière page, et, après avoir dévoilé les mauvaises racines de l’ouvrage, après avoir dissipé les « effugia » avancés par l’auteur, il ne reste plus qu’à présenter une anthologie des propos les plus choquants. Le choix n’est toutefois pas facile, Beccaria critiquant tous les domaines du droit pénal de façon radicale, et c’est bien là le summum de l’audace de l’auteur : « judicem se constituere cum civilis tum ecclesiastici fori » (ibid.), en condamnant « universim receptos mores » (fol. 287r).

21Si Lazzari n’oublie pas de mentionner, à ce propos, la critique de la confiscation des biens ou celle de l’emprisonnement de l’accusé avant jugement, ce sont encore les formules utilisées par Beccaria à propos des pratiques punitives qui paraissent les plus insolentes. Ayant déjà parlé de la peine de mort, le consulteur passe assez vite sur ce sujet, en regrettant simplement que non content de s’opposer à cette dernière pratique, l’auteur en déduise, de façon plus générale, une nécessaire douceur des peines (« poenarum lenitatem inducendam esse » ; fol. 287r). En revanche, Lazzari s’étend longuement sur les critiques de la torture (§ XVI), et sur les termes scandaleux employés à ce propos (« il dolore […] crociuolo della verità » ; « il mezzo sicuro di assolvere i robusti scelerati, e di condannare i deboli innocenti » ; « secrete, e private carnificine che la tirannia dell’uso esercita su i rei, e sugl’innocenti » ; fol. 286r). Propos dont la rudesse est encore renforcée par le fait que Beccaria n’hésite pas à faire les éloges de plusieurs pays protestants – en particulier l’Angleterre et la Suède, civilisations exemplaires – tout en faisant remonter les traditions autochtones à l’état d’esprit des temps les plus barbares, aux « feroci idee dei settentrionali cacciatori padri nostri » (§ XXIX ; fol. 287r) ... « Novit, opinor », commente Lazzari, indigné, « unusquisque quem dicat » (ibid.).

22Ces derniers propos font passer automatiquement à la troisième partie du rapport, partie recensant « aliqua, quae religionem, pietatem, et pias aures offendere videntur » (ibid.). Les points à reprendre sont nombreux, à commencer, une fois encore, par des conceptions s’inspirant trop librement, et de façon fort injuste, des sciences. Ainsi de la volonté (« voluntatis facultate ») dont la conception, « assumpto exemplo ab attractione corporum » (« quella forza simile alla gravità che ci spinge al nostro ben essere » ; § VI ; ibid.) semble proche du mécanisme (s’opposant ainsi à toute idée de libre arbitre). Le problème sous-jacent de la prédestination des conduites fait passer Lazzari ensuite aux visions de la progression historique exposées par Beccaria. Visions fort douteuses, car qu’en est-il du bien et du mal, des vertus et des vices, s’il était vrai, comme le pose l’auteur, qu’à étudier les annales de n’importe quelle nation, l’on

« troverà quasi sempre i nomi di vizio e di virtù, di buon cittadino, e di reo cangiarsi colle rivoluzioni dei secoli […]. Vedrà bene spesso che le passioni di un secolo sono la base della morale dei secoli futuri, che le passioni forti figlie del fanatismo, […] indebolite e rose, dirà così dal tempo […] diventano a poco a poco la prudenza del secolo, e lo strumento utile in mano del forte, e dell’accorto. » (§ VI ; fol. 287v).

23Peu importe que cette conception ne se concilie pas forcément avec cette autre, tout aussi présente dans le traité, qui envisage l’histoire sous l’enseigne du progrès, en opposant si volontiers erreurs et horreurs du passé aux Lumières du siècle. Le consulteur récuse cette dernière vision tout aussi sévèrement que la première, et ce d’autant plus que, chez Beccaria, ce passé prend volontiers l’aspect d’une « umanità gemente sotto l’implacabile superstizione » (§V ; fol. 287v) : « Quae ista superstizio ? », demande Lazzari, et, évitant de donner lui-même la réponse la plus évidente, il suggère l’influence d’une autre source encore, tout aussi « impure ». « Exprimere ne voluit impium Lucretianum illud ?

  • 39 Lucrece, De rerum natura, lib I, vs. 62-63.

Humana ante oculos foede cum vita jaceret
In terris oppressa gravi sub religionem. » (fol. 288r)39.

24Le consulteur déplore enfin les critiques que réserve Beccaria, ne serait-cequ’en passant, à tout un ensemble d’institutions de l’Église, qu’il s’agisse des ordres contemplatifs (que semble attaquer un passage du petit paragraphe consacré aux « oziosi », § XXIV), des collèges (dénoncés par Beccaria comme des lieux d’éducation dont l’inutilité est telle que « l’Attica Venere » (§ XXXI) y est une pratique courante : « essendovi un argine insormontabile ad ogni altro commercio, tutto il vigore della natura […] si consuma inutilmente »), ou encore des asiles (§ XXXV), autant de « piccole sovranità » et dont l’existence, selon Beccaria, ne fait que bloquer la répression systématique des vrais délits. Au problème des asiles est enfin lié celui de l’échange de prisonniers entre différents souverains. Pour Beccaria, voici l’occasion d’évoquer de nouveau l’état déplorable des pratiques juridiques, de tels échanges étant peu souhaitables avant que « le leggi più conformi ai bisogni dell’umanità non rendino sicura l’innocenza oppressa […], sinche la tirannia non venga del tutto dalla ragione universale … confinata nelle vaste pianure dell’Asia » (§ XXXV ; fol. 289r). Pour Lazzari, en revanche, la boucle est désormais bouclée, ces mêmes remarques ramenant aux conclusions de la partie précédente, en faisant ressortir, une fois encore, l’audace « téméraire » de l’auteur : « Ita novus hic Legislator Principes, eorumque placita et decreta ad examen suum judiciumque vocans, et damnans » (ibid.).

Conclusions

25Arrivé au bout de son exposé (« Longior esse nolo »), Lazzari – qui s’en étonnera ? – en conclut que l’objet de son étude doit être interdit de lecture (« Prohibendus ergo mihi omnino videtur » ; ibid.). Dans la séance du 3 février 1766, la Congrégation de l’Index a suivi sans hésitation l’avis du consulteur, en faisant siennes les trois thèses guidant le raisonnement du rapport :

  • 40 ACDF, Index, Diari, vol. XVIII (1764-1807), p. 22 ; sont présents à la séance les cardinaux Antone (...)

« quod in eo [le traité] principia ponantur a Protestantibus eoque proverte ab auctore provecta sint, ut sint maxime periculosa ; quod inde conclusiones deducat quae communem criminalium doctorum catholicorum praxim infament, damnando usum infligendi torturam, poenam mortis, et confiscationem bonorum ; quod denique nonnulla continent quae Religionem, pietatem, ac Christianas aures offendant. »40

26Reste à revenir aux questions que nous avons posées au début de ce travail. Comment caractériser l’approche du consulteur ? Lazzari a-t-il saisi la modernité de l’œuvre ; et qu’en est-il, dans ce cadre, de la critique de la torture et de la peine de mort ? Disons tout d’abord que Lazzari a saisi, sans aucun doute, bien des traits novateurs du livre. Le refus de la peine de mort apparaît clairement comme le propos le plus spectaculaire du traité (propos évoqué, nous venons de le voir, dans la justification même de la mise à l’Index) ; et Lazzari fait mention également de certains traits modernes de la conception du droit pénal, comme son fondement à l’aide des théories de contrat, comme la distinction entre délit et péché.

  • 41 Inutile de dire que le jésuite néglige par là même des sources importantes du traité, à commencer (...)

27D’un autre point de vue, toutefois, on a bien l’impression que la lecture du livre a dû laisser en quelque sorte perplexe le consulteur, tant semble grand le décalage discursif entre Beccaria et son censeur. Le signe le plus évident de cet écart ne réside-t-il pas dans le fait que Lazzari, dans ses analyses, ne trouve pas mieux à faire que d’ancrer l’ouvrage censuré dans les traditions du protestantisme, alors que le mouvement des Lumières ne lui paraît pas digne d’attention en tant que tel41 ? Visiblement, un homme comme Lazzari a bien pu tenter une réhabilitation d’auteurs, serait-ce un Galilée, condamnés au début du siècle précédent ; il a eu bien plus de mal à dialoguer de façon compréhensive avec des esprits à la hauteur de son temps.

  • 42 « Nec legitur solum, sed commendatur », fait remarquer Lazzari en dernier mot de son rapport, en r (...)

28Le rejet du livre de Beccaria est ainsi – et comment pourrait-il en être autrement de la part d’un professeur d’histoire ecclésiastique ? – un rejet au nom de la tradition. C’est déjà vrai pour la forme de l’ouvrage censuré, forme indigne de son sujet, le livre étant publié sans le moindre effort d’érudition et, de plus, en langue vernaculaire, faisant ainsi appel, avec succès42, à un public de lecteurs non seulement « inadapté » à la matière et non prévu pour elle, mais qui, par là même, devient facilement victime de la force séductrice de l’ouvrage. Fait qui devient absolument intolérable si l’auteur attaque sans la moindre retenue, comme c’est ici le cas, les traditions catholiques, tout en vantant les acquis des civilisations protestantes…

29Le rejet concerne tout autant le contenu de l’ouvrage, opposé à tous égards aux enseignements livrés par la tradition, et aux pratiques judiciaires accoutumées. À commencer par les théories de contrat – celles dont Beccaria est censé s’inspirer, puis celle avancée par ce dernier lui-même – théories dont la façon « intramondaine » d’autoriser le pouvoir est rejetée au nom du droit divin, et dont l’égalitarisme individualiste est contrarié par une vision de la société a priori communautaire (une agglomération de familles) et naturellement hiérarchisée. Le rejet par la tradition trouve enfin son apogée dans le refus des critiques lancées par Beccaria à l’égard du droit de punir, refus au nom du reproche de la « temeritas », l’audace même de critiquer ce qui est reconnu par la tradition ... C’est par ce biais que Lazzari, une fois achevée la digression sur les « effugia » de la « Risposta », parvient à ne guère plus discuter des hypothèses de l’œuvre en tant que telles. Certes, il s’agit là, nous l’avons vu, d’une conséquence des méthodes démonstratives du consulteur, mais le résultat ainsi obtenu est symptomatique : ne s’agit-il pas de l’expression la plus nette du décalage « discursif » suggéré plus haut ?

30Dans ce cadre, il peut paraître particulièrement surprenant que Lazzari ne juge pas nécessaire d’analyser (ou de commenter), de façon plus approfondie, la séparation entre sphère juridique et sphère religieuse mise en avant par Beccaria, alors qu’il rend tout à fait compte de plusieurs manifestations particulières de cette tendance générale. Est-ce parce que, pour le jésuite, cette séparation n’aurait plus rien eu de particulièrement novateur, comme il semble lui-même le suggérer (« Hoc est solitum effugium… ») ? Sans doute. Mais Lazzari ne serait-il pas tombé, par là même, dans le piège de ses propres modes de perception ? La fixation sur les convictions directement opposées aux vérités de la foi (à commencer par celles du protestantisme) n’aurait-elle pas empêché le jésuite de saisir la véritable « ruse de l’histoire », bien visible chez Beccaria, qui faisait avancer la « dépossession » du religieux à l’époque des Lumières non pas par des forces directement et intentionnellement opposées au champ religieux, mais par la progressive mise à l’écart de celui-ci ?

Traductions

31« Or qui aurait eu l’idée de concéder à d’autres le pouvoir de le tuer ? Comment supposer que le minime sacrifice de liberté fait par chacun puisse comprendre celui du plus grand de tous les biens, la vie ? », C. Beccaria, Des délits et des peines, traduction par Maurice Chevallier, Paris, Flammarion, 1971, p. 126 (cité p. 120).

32« Faites que les hommes les craignent [les lois] et ne craignent qu’elles. La crainte des lois est salutaire, mais la crainte des hommes est fatale et fertile en crimes. » (cité p. 121).

33« Quels sont ces droits, ou plutôt, comme il dit lui-même, qu’est-ce que c’est qu’un pouvoir sans droit, le pouvoir d’infliger une peine qui n’est jamais utile et nécessaire, étant donné qu’il n’y a pas de droit à l’infliger à moins qu’elle ne soit utile et nécessaire ? » (cité p. 128).

34« Il faut toutefois se rappeler les principes qu’il [l’auteur] a adoptés. Le prince n’a aucun autre pouvoir que celui que les individus lui ont donné après l’avoir conféré, par un pacte, à la communauté et que celle-ci l’a cédé au prince. » (cité p. 129).

35« Car toutes les actions punissables ne le sont pas parce qu’elles contreviennent au droit naturel, ou au droit des gens ; elles peuvent aussi être en contradiction avec le droit positif, qui est différent chez les musulmans, les juifs, les catholiques etc. Des actions égales dans le mal n’ont pas la même gravité chez tous ; la peine devant ainsi répondre à ce qui est admis ou omis, on ne peut pas procéder comme celui-là [l’auteur] l’entend. Le mérite de la peine se mesure, en effet, en fonction de la religion que chacun suit. Ce qui ne se produit pas dans le cas de la géométrie, de la médecine, ou de semblables disciplines. » (cité p. 129).

36« trouvera que, presque toujours, les noms de vice et de vertu, de bon citoyen ou de criminel prennent un autre sens au cours du siècle […] Il verra que bien souvent les passions du siècle sont à la base de la morale des siècles suivants, que les passions fortes, filles du fanatisme […] sont affaiblies et rongées, si je puis dire, par le temps […] et qu’elles deviennent peu à peu la sagesse du siècle et un instrument utile entre les mains des puissants et des habiles. », Des délits et des peines, p. 74-75 (cité p. 130-131).

37« N’a-t-il pas voulu exprimer ici ce vers de l’impie Lucrèce ? La vie humaine, spectacle répugnant, gisait sur la terre, écrasée, sous le poids de la religion. » (cité p. 131).

38« Parce qu’il [le traité] pose des principes protestants et qui […] sont avancés par l’auteur de telle sorte qu’ils sont extrêmement dangereux ; parce qu’il en déduit des conclusions qui insultent la pratique commune des docteurs catholiques du droit criminel, en condamnant l’usage d’infliger la torture, la peine de mort, et la confiscation des biens ; parce qu’enfin plusieurs passages contiennent de quoi offenser la religion, la piété et les oreilles chrétiennes. » (cité p. 132).

Notes

1 Le traité fut publié dans une édition in 4° de 104 pages, sans indication du lieu ni de l’éditeur, par le libraire-imprimeur Marco Coltellini. Les œuvres de Beccaria font aujourd’hui l’objet d’une édition monumentale : Cesare Beccaria, Edizione nazionale delle opere, 9 vol. , Milano, Mediobanca, 1984-1998, dont le vol I (ibid., 1984) est consacré à Dei delitti e delle pene. Deux éditions italiennes donnent l’accès le plus commode à cette œuvre : C. Beccaria, Dei delitti e delle pene. Con una raccolta di lettere e documenti relativi alla nascita dell’opera e alla sua fortuna nell’Europa del Settecento. A cura di Franco Venturi, Turin, Einaudi, nuova edizione, 1994 (dorénavant : Dei delitti e delle pene, éd. Venturi) ; C. Beccaria, Dei delitti e delle pene, éd. Alberto Burgio, Milan, Feltrinelli, 1991 (édition contenant un ample appareil critique) ; sauf contre-indication, nous citerons d’après cette dernière édition. Pour une mise en contexte de l’œuvre de Beccaria, voir les contributions désormais classiques de Franco Venturi, Settecento riformatore, 5 vol. , Turin, 2e édition, 1997-1998, en particulier vol. I. Da Muratori a Beccaria ; vol. II. La chiesa e la repubblica dentro i loro limiti ; vol. V. L’Italia dei Lumi, 1. La rivoluzione di Corsica, le grandi carestie degli anni sessanta, la Lombardia delle riforme (1764-1790).

2 C. Beccaria, Dei delitti e delle pene, p. 64 (§ XVI).

3 Pour une synthèse commode en langue française, voir Michel Porret, Cesare Beccaria. Le droit de punir, Paris, Éditions Michalon, 2003.

4 C. Beccaria, Dei delitti e delle pene, p. 80 (§ XXVIII). NB : les passages en italien ou latin sont traduits, en ce qui concerne les plus longs d’entre eux, à la fin de cette communication, p. 134.

5 Voir Michel Vovelle, La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983, qui parle d’une « démystification de la mort » et d’une « nouvelle lecture du sens de la vie, du respect qu’on lui doit, des façons de la défendre » (p. 398).

6 Ibid., p. 415-470.

7 Voir les développements de Richard VanDülmen, Theater des Schreckens. Gerichtspraxis und Strafrituale in der frühen Neuzeit, München Beck, 1985, p. 181-185; Richard J. Evans, Rituals of retribution: capital punishment in Germany, 1600-1987, Oxford, Oxford University Press, 1996, p. 109-149.

8 Régis Bertrand et Anne Carol (éd.), L’exécution capitale : une mort donnée en spectacle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, en particulier l’« Avant-propos » des éditeurs, p. 5-21, ainsi que les publications citées dans la note précédente.

9 Cf. Paolo Prodi, Una storia della giustizia : dal pluralismo dei fori al moderno dualismo tra coscienza e diritto, Bologne, Il Mullino, 2000 ; Michel Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

10 C. Beccaria, Dei delitti e delle pene, p. 108 (§ XLI).

11 Luigi Firpo, Le edizioni italiane del « Dei delitti e delle pene » in C. Beccaria, Opere. Edizione nazionale, vol. 1, op. cit., p. 369-699. Pour la réception de Beccaria, voir, outre les publications citées supra (notes 1 et 3), les contributions aux colloques Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa. Convegno di studi per il 250. anniversario della nascita promosso dal Comune di Milano, éd. Sergio Romagnoli et Gian Domenico Pisapia, Milan, Caprilio, Rome et Bari, Laterza, 1990 ; Beccaria et la culture juridique des Lumières (Actes du colloque européen de Genève, 25-26 novembre 1995), éd. Michel Porret, Genève, Droz, 1997 ; Cesare Beccaria. La pratica dei Lumi. IV giornata Luigi Firpo […], Firenze, Olschi, 2000, ainsi que la documentation établie par Franco Venturi in Dei delitti e delle pene, éd. Venturi, p. 164-650.

12 J.M. de Bujanda, Index des livres interdits, vol. XI, Index Librorum Prohibitorum 1600-1966, Montréal, Médiaspaul, et Genève, Droz, 2002, p. 116 ; en Espagne, une interdiction analogue ne se produira que bien plus tardivement, en 1777, suite à une première traduction de l’œuvre en 1774 (cf. Marcelin Defourneaux, L’Inquisition espagnole et les livres français au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1963, p. 122). Les recherches concernant l’histoire de l’Index au XVIIIe siècle sont assez peu développées ; voir la mise au point de Patrizia Delpiano, « Per una storia della censura ecclesiastica nel settecento. Aspetti e problemi », Società e storia, 105 (2004), p. 487-530.

13 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (dorénavant ACDF), Indice, Protocolli, Schiara II (1763-67), fol. 279r-289v (afin de limiter le nombre de notes en bas de page, nous insérons dans le texte les renvois à ce document ; les abréviations ont été développées. Si la citation concerne un passage du rapport citant à son tour le traité de Beccaria, nous avons indiqué, outre le renvoi au texte de Lazzari, celui au paragraphe concerné de l’œuvre du philosophe). Pour la biographie de Pietro Lazzari, voir Ugo Baldini, « Teoria boscoviana, newtonismo, eliocentrismo : dibattiti nel Collegio Romano e nella Congregazione dell’Indice a metà Settecento », in Id., Saggi sulla cultura della Compagnia di Gesù, Padova, Cleup Editrice, 2000, p. 281-347, en particulier p. 301-302, note 43, et, surtout, Spruit Leendert, « Lazzari, Pietro », in Dizionario biografico degli italiani, vol. LXIV, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2006, p. 206-209 (l’article contient également, p. 208, une très courte synthèse du rapport portant sur l’œuvre de Beccaria) ; pour les publications du jésuite, dont la liste est longue, voir Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, vol. IV, Paris et Bruxelles, 1893, col. 1609-1615.

14 Cf. Ugo Baldini, « Teoria boscoviana », art. cité, p. 301-332 ; le rapport exprimant ces points de vue du jésuite a été édité ibid., p. 307-328 ; pour l’évolution des attitudes de la Congrégation de l’Index face aux sciences, voir, plus généralement, id., « Die römischen Kongregationen der Inquisition und des Index und der naturwissenschaftliche Fortschritt im 16. bis 18. Jahrhundert. Anmerkungen zur Chronologie und zur Logik ihres Verhältnisses », in Hubert Wolf, éd., Inquisition und Index in der Wissenskultur der frühen Neuzeit, Paderborn, 2001, p. 229-278 ; pour le statut des sciences chez les jésuites, voir, par exemple, et outre U. Baldini, op. cit., les différentes contributions au volume Jesuit science and the republic of letters, éd. Mordechai Feingold, Londres et Cambridge, MIT Press, 2003.

15 S’il semble tout à fait juste de caractériser Lazzari comme un homme qui « colse il nesso metodico tra le forme nuove del discorso scientifico e quelle del discorso storiografico e filologico » (S. Leendert, art. cité, p. 207), il paraît fort exagéré de classer le jésuite de façon générale parmi les hommes dans l’entourage du pape, « die der Entwicklung des europäischen Denkens aufgeschlossen gegenüber standen » (Peter Godman, Die geheime Inquisition. Aus den verbotenen Archiven des Vatikans, Wiesbaden, Marix Verlag, 2005, p. 280).

16 Des formules du type « omitto alia », « taceo », « longior esse nolo » etc. sont ainsi récurrentes dans le rapport.

17 À en juger d’après la description initiale du livre (« Delatus est EE VV Liber hoc titolo : Dei Delitti e delle pene. Nomen auctoris, et typographi tacetur ; apponitur solum annus 1764 » ; fol. 280r).

18 Lazzari est assez bien informé. D’après les recherches effectuées par Luigi Firpo, cinq éditions du traité auraient vu le jour jusqu’en 1765 mais qui ne parvenaient que de trois lieux d’éditions différents (Livourne, « Monaco » et « Lausanne »). Cf. Firpo, Le edizioni italiane del « Dei delitti e delle pene », art. cité, p. 537-551.

19 « In dicendi modo », commente Lazzari, « aut Senecam, eiusque emulatorem Lipsium imitari voluit ; aut quod magis credo, Anglos Scriptores, quorum multi hanc scribendi rationem involutam, allegoricam sive enigmaticam et concisam amant » (ibid.).

20 L’Émile, en effet, avait été interdit par la Congrégation le 9 septembre 1762 ; c’est seulement quelques mois plus tôt, le 24 mai, qu’avaient été interdites les Lettres persanes de Montesquieu, alors que la mise à l’index de De l’esprit des lois datait de 1751 (cf. Bujanda, op. cit., vol. XI, p. 787).

21 Même Rousseau peut entrer dans ce registre (« protestant »), et si ce n’est pas le cas de Montesquieu, ce n’est guère un hasard (tout au moins du point de vue du consulteur) si ce dernier philosophe reste le seul auteur cité littéralement par Beccaria ! La position de Lazzari reflète sans doute assez bien les perceptions de la Congrégation, celle-ci ne découvrant qu’assez tardivement le mouvement des Lumières comme défi « hérétique » principal du siècle ; le cas de Voltaire en témoigne de façon emblématique (voir Delpiano, art. cité, et en particulier Laurence Mace, « Les premières censures romaines de Voltaire », Revue d’histoire littéraire de la France, 98 (1998), p. 531-551 ; Id., « Les Lumières françaises au tribunal de l’Index et du Saint-Office », Dix-huitième siècle, 34 (2002), p. 13-25).

22 « Est hoc principium Hobbes » (fol. 280v).

23 En renvoyant notamment aux « Libros de jure belli et pacis » (fol. 281v) du premier, aux traités De iure naturae et gentium et De officis hominis et civis du second (fol. 280v). Au cours de ses explications, Lazzari nomme en outre « Forstnerus, Houtynus » et, un peu plus loin, « Everardus Otto, Hertius », « Barbeyracus, Huberus, Titius », ainsi que « Samuel de Coceii » et « Franciscus Buddeus » (fol. 280v-281v), sans renvoyer, toutefois, dans la plupart des cas, à des œuvres précises de ces auteurs. Curieusement, en revanche, et contrairement à ce qu’aurait pu suggérer l’exemple de Hobbes, Lazzari n’insiste pas davantage sur l’apport des philosophes de provenance anglaise, en particulier John Locke.

24 Pour une introduction valable à ces conceptions, voir Hans Medick, Naturzustand und Naturgeschichte der bürgerlichen Gesellschaft : die Ursprünge der bürgerlichen Sozialtheorie als Geschichtsphilosophie und Sozialwissenschaft bei Samuel Pufendorf, John Locke und Adam Smith, Göttingen, 2e édition, Vandenhoeck und Ruprecht, 1981.

25 « […] alii denique triplicem contractum intervenire volunt sive ut Pufendorfius […] loquitur duo pacta et unum decretum […] » etc. (fol. 281v).

26 En se référant en particulier à l’« eximio Opere de Potestate Civili » de Francisco Vitoria (fol. 282r), ainsi qu’au Tractatus de legibus et à la Defensio fidei de Francisco Suarez. Pour la contextualisation de ces théories politiques, voir A. Enzo Baldini, « Aristotelismo e platonismo nelle dispute romane sulla ragion di stato », in Id., éd., Aristotelismo e ragion di stato, Florence, Olschki, 1995, p. 201-226 ; Domenico Ferraro, « Bellarmino, Suarez, Giacomo I e la polemica sulle origini del potere politico », in Agostino Borromeo, Roberto de Maio et al., éd., Bellarmino e la Controriforma, Sora, Centro di studi sorani « V. Patriara », 1990, p. 191-250.

27 Certains auteurs, comme « Petrus de Marca, Duvallius, Choppinus » (fol. 282r), niant toutefois ce même choix, en soutenant que la monarchie était le seul régime légitime.

28 « Periculosum dico hoc principium, quod leges enervet et jus Principum, si ius quod legibus habent in subditos estimari debet ex hoc, quod vulgus (non sapientes, non virtuosi, qui pro publico bono facile vitam suam patiscantur) sed vulgus, inquam, nunc velle videmus » (fol. 282v).

29 « Sed quod cessere singuli de libertate sua, vult ut estimare nunc possit ex eo quod homines vulgares, cogente necessitate aliqua, facerent, aut cederent sigillatim : itaque minima portione libertatis cessisse homines olim vult, numquam vero jure in vitam quacumque de causa. Quod autem videret sapientes et probos homines pro publico insigni bono vitam libenter patisci, hoc deridet ». Et Lazzari de citer, à ce propos, des passages du § II : « Nessun uomo ha fatto il dono gratuito di parte della propria libertà in vista del ben publico [sic] : questa chimera non esiste che ne romanzi » (fol. 282r-v).

30 « Fateor ignorantiam meam », concède toutefois le consulteur, non sans complaisance, toutes les sources protestantes ne lui étant naturellement pas connues … (fol. 282v sq.).

31 Cf. fol. 283r (« an contractus ille violatus fuerit, judicare Principem non posse : unde elicit necessitatem Magistratus ; Magistratum judicium non extendi, nisi ad merum factum ; si durior poena constituatur, quae non opponatur bono publico, et fini impediendi delicta, at inutilis sit, violantur justitiam, et contractum socialem ; legum poenalium nullam interpretationem penes legitimos judices esse, sed requiri legislatorem ; non esse recipiendum commune axioma, de attendendo spiritu legum ; et his similia »).

32 Le texte, construit en deux parties dont la première reprenait les « accuse d’empietà », la deuxième « le accuse di sedizione » avancées par Facchinei, était en fait l’œuvre de Pietro et Alessandro Verri. On en trouve des extraits in Dei delitti e delle pene, éd. Venturi, p. 178-186 (pour la date d’édition, voir ibid., p. 178, note 1) ; il en va de même pour le texte des Note ed osservazioni (ibid., p. 164-177). Dès 1766, plusieurs éditions du texte de Beccaria incluaient la « Risposta » ; nous avons pu en consulter celle (publiée toujours de façon anonyme) de « Harlem » (Dei delitti e delle pene. Edizione quinta, ..., Harlem, XVCCLXVI ; la « Risposta » y couvre les pages 220-313). Nous ignorons quelle édition Lazzari a lui-même pu avoir entre les mains ; il est clair toutefois qu’il a dû s’agir d’une édition séparée de la « Risposta », les numéros de page indiqués (à propos des citations) excluant que le texte consulté était annexé au traité de Beccaria. L’œuvre de Facchinei ne semble pas être venue à la connaissance du consulteur.

33 Dei delitti e delle pene. Edizione quinta, op. cit., p. 237 (les citations sont tirées de la première partie, « Accusa undecima. Tende [l’autore] a levare ogni rimorso di coscienza anzi che tutti i doveri di natura, e di Religione ». Le texte de la « Risposta » est ici particulier parce que les deux passages cités sont censés être à leur tour des citations du traité de Beccaria. En fait, il s’agit, pour ainsi dire, d’extraits condensés, les deux définitions s’inspirant clairement de certains passages des paragraphes VI et VII, sans que ces derniers les contiennent littéralement.

34 Cf. ibid, p. 300 sq. (est concerné ici l’« Accusa sesta » de la deuxième partie : « L’autore del libro Dei Delitti e delle pene contrasta ai sovrani il diritto della pena di morte » ; le chapitre intégral est édité in Dei delitti e delle pene, éd. Venturi, p. 179-186).

35 Dei delitti e delle pene. Edizione quinta, op. cit., p. 302 (Dei delitti e delle pene, éd. Venturi, p. 182).

36 Ibid., p. 301 (Dei delitti e delle pene, éd. Venturi, p. 181).

37 Lazzari rappelle ici en particulier « Concilium Lateranense graviter inhibuisse olim ne diceretur, animam juxta philosophiam esse mortalem, juxta fidem immortalem » (fol. 285r) en se référant au célèbre décret du Ve Concile de Latran (1512-1517). Pour le contexte de cette condamnation, voir Étienne Gilson, « Autour de Pomponazzi. Problématique de l’immortalité de l’âme en Italie au début du XVIe siècle », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 36 (1961), p. 163-279 ; M.L. Pine, « Pietro Pomponazzi and the problem of double truth », Journal of the history of ideas, 29 (1968), p. 163-176.

38 Cf. Bruno Neveu, L’erreur et son juge : remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Napoli, Bibliopolis, 1993, p. 366-367.

39 Lucrece, De rerum natura, lib I, vs. 62-63.

40 ACDF, Index, Diari, vol. XVIII (1764-1807), p. 22 ; sont présents à la séance les cardinaux Antoneli, Astelli et Stoppani, le maître du Sacré Palais Ricchini, ainsi que le secrétaire de la Congrégation (ibid., p. 20).

41 Inutile de dire que le jésuite néglige par là même des sources importantes du traité, à commencer par les œuvres d’Helvétius.

42 « Nec legitur solum, sed commendatur », fait remarquer Lazzari en dernier mot de son rapport, en renvoyant à un prix que le livre censuré aurait obtenu « a societate quamdam Helvetica » (fol. 289r et sq.) ; il s’agit en fait de la « Patriotische Gesellschaft » de Berne (cf. Dei delitti e delle pene, éd. Venturi, p. 572, note 1) qui avait attribué ce prix à Beccaria en octobre 1765 (voir les extraits de correspondance entre Beccaria et les membres de la Gesellschaft, ibid., p. 572-575).

Auteur

Université Lyon II - UMR 8562 SHADYC, CNRS-EHESS

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540