Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comportements, croyances et mémoires

 | 
Gilbert Buti
, 
Anne Carol

Croyances : le religieux, le culturel

La Création du monde selon Menocchio : hérésie ou théologie d’autodidacte ?

Claude Carozzi

Texte intégral

  • 1 Le procès de Menocchio a été étudié par Carlo Ginzburg, Il formaggio e i vermi, Milan, 1976, livre (...)
  • 2 Voir la préface en tête du livre de Carlo Ginzburg.

1Le 28 septembre 1583, un meunier de Montereale, bourgade du Frioul, nommé Domenico Scandella mais surnommé Menocchio, fut dénoncé au Saint Office. Il était âgé de 51 ans, avait été podestat et recteur de cinq villages, camérier, c’est-à-dire administrateur de la paroisse de Montereale. Il savait lire, écrire, compter et connaissait un peu de latin1. À partir du 7 février 1584 il subit plusieurs interrogatoires au cours desquels, malgré les recommandations de prudence qu’on lui avait prodiguées, il n’hésita pas à dévoiler des vues très particulières au sujet notamment de la Création du monde. L’exposé qu’il en fit semble a priori tout à fait étranger aux théories aussi bien hérétiques qu’orthodoxes qui avaient cours à son époque. Mais un examen attentif montre qu’il est cependant difficile d’en faire un exemple de « radicalisme paysan » ou de « culture paysanne »2. En effet ses conceptions nous paraissent reposer sur une pensée commune aussi bien aux milieux lettrés de son époque qu’à des demi-lettrés comme Menocchio lui-même.

2C’est lors d’un des premiers interrogatoires qu’il fit l’exposé du fonds de sa pensée au sujet de l’origine du monde, sur un ton tel qu’il semblait vouloir faire la leçon à l’inquisiteur franciscain qui l’interrogeait :

  • 3 Carlo Ginzburg, p. 8-9.

« J’ai dit que, à ce que je pensais et croyais, tout était un chaos, à savoir terre, air, eau et feu ensemble ; et ce mélange de cette manière devint une masse (massa), de même que se fait le fromage dans le lait, et dans celle-ci se formèrent des vers, et ceux-ci furent les anges ; et la très sainte majesté voulut que ceux-ci fussent Dieu et les anges ; et dans ce nombre d’anges il y avait aussi Dieu, créé lui aussi de cette masse en ce même temps ; et il fut fait seigneur avec quatre capitaines : Lucifer, Michel, Gabriel et Raphaël. Ce Lucifer voulut se faire seigneur à l’égal du roi, qui était la majesté de Dieu, et à cause de son orgueil Dieu commanda qu’il fut chassé du ciel avec tout son ordre et sa compagnie ; et ce Dieu fit ensuite Adam et Ève et le peuple en grand nombre pour emplir les sièges des anges chassés. Ce grand nombre ne suivant pas les commandements de Dieu, il envoya son fils que les Juifs prirent et qui fut crucifié. »3

3Ce discours à l’allure d’une Genèse incite en premier lieu à le confronter aux textes bibliques eux-mêmes. La première constatation est que Dieu n’intervient pas comme créateur à partir du néant, mais qu’il est lui-même créé à partir d’un chaos préexistant. C’est seulement une « très sainte majesté », qui par sa volonté le fait Dieu à côté des anges.

4Le point de départ de Menocchio est le chaos. Ce terme n’apparaît qu’une seule fois dans l’Écriture, pour qualifier l’espace infranchissable qui sépare Lazare du mauvais riche dans l’au-delà (Luc 16, 24). Il ne peut être assimilé au mélange des quatre éléments auquel fait allusion Menocchio. Ceux-ci forment ensemble une masse (massa) qui par coagulation va produire des anges. Coagulation qui est comparée à celle qui se produit dans le lait pour la fabrication du fromage. Les anges et Dieu apparaissent ainsi au terme d’un processus naturel de mélange des éléments, comme les vers par génération spontanée à partir du fromage. Le mot massa est employé dans l’Épître aux Romains avec un sens que l’on peut rapprocher de celui utilisé par Menocchio. Aussi bien en italien qu’en français ou en latin le terme peut désigner une réunion collective ou un mélange qui forme une pâte. C’est ainsi que saint Paul l’emploie pour signifier la pâte argileuse à partir de laquelle le potier fabrique un vase (Rom. 9, 21). Dans la première Épître aux Corinthiens (5, 6) il s’en sert pour exprimer l’idée qu’un peu de levain (modicum fermentum) suffit pour faire lever ou corrompre (selon la traduction choisie pour corrumpere) la pâte (massam). Le travail de Dieu, lorsqu’il crée Adam, est souvent comparé dans l’Ancien Testament à celui du potier, tous deux créent ou fabriquent à partir de la boue argileuse ou de la terre. Pour revenir à la pensée de Menocchio, la manière dont Job en s’adressant à Dieu évoque sa propre naissance en est la plus proche (Job 10, 9-10) :

« Souviens-toi que tu m’as fait comme d’argile... Ne m’as-tu pas baratté comme le lait et ne m’as-tu pas fait coaguler comme le fromage ? »

5Certes Job ne prétend pas avoir été créé directement par Dieu comme Adam, il lui reproche pourtant de l’avoir fait sortir de la matrice de sa mère (10, 18), ce qui suppose qu’aucune naissance ne se produit sans intervention divine directe ou indirecte. Dans le Livre de la Sagesse Salomon évoque sa propre naissance dans des termes voisins (Sag. 7, 1-2) :

« Je suis moi aussi un homme mortel semblable à tous et de la race de celui qui le premier fut formé de la terre et j’ai été conçu comme une chair dans le ventre de ma mère, pendant dix mois je me suis coagulé dans le sang à partir d’une semence d’homme et du plaisir qui accompagne le sommeil. »

  • 4 Sur les problèmes concernant la génération spontanée ou extraordinaire, voir Maaike VanDerLugt, Le (...)
  • 5 Cette conception en Occident remonte surtout à saint Augustin. Cf. F. Masai, « Saint Augustin et l (...)

6L’idée de coagulation dans le sang menstruel au contact du sperme masculin est commune à la Bible et à la pensée grecque. Elle s’est vulgarisée à la suite d’Aristote et de Galien. Le premier compare, comme Job, le processus de l’engendrement à la coagulation du lait4. Ce mode de pensée peut être considéré aussi bien du point de vue de la science ancienne et médiévale que de celui d’une culture populaire paysanne ou non. La tradition biblique fait cependant le lien entre la naissance de tout homme et la création d’Adam. Il reste apparemment que tous les hommes depuis le premier sont engendrés suivant un processus naturel. C’est pour cela, entre autres raisons, que les théologiens affirment que l’âme est conférée à l’homme au moment de sa naissance directement par Dieu5. Menocchio ne dit rien à ce sujet. Cependant il ne semble pas entièrement persuadé que le processus qu’il décrit, passant de la naissance de l’homme à la Création du monde, soit purement naturel. En témoigne l’existence de cette « très sainte majesté », qui intervient pour décider qui sera Dieu, et dont l’existence paraît de ce fait antérieure à l’apparition du monde.

  • 6 Ces développements sur la génération spontanée doivent beaucoup au livre de Maaike VanDerLugt, op. (...)

7Dieu et les anges naissent de la massa coagulée, comme les vers naissent du fromage. Depuis Aristote, pendant tout le Moyen Âge et jusqu’au XVIIe siècle au moins, on admet que certains animaux d’espèces inférieures naissent par génération spontanée6. Il ne s’agit pas d’une simple croyance, mais d’une affirmation d’ordre scientifique suivant les critères de ces temps-là. Le fait que des êtres vivants, des souris par exemple, puissent être engendrés à partir des chiffons, de la terre, des ordures, est considéré comme une vérité. L’origine de ces phénomènes est la transformation de la matière par voie de pourrissement, ou de fermentation ; de même que le fromage, dont la croûte provient de la fermentation, produit des vers. Cette comparaison avec la formation du fromage et des vers se rencontre souvent dès qu’il faut expliquer les phénomènes d’engendrement. Il en est ainsi des ovipares, comme l’affirme Albert le Grand en développant les idées d’Aristote à propos des insectes :

  • 7 De animalibus XVII, op.2, cap.1 ; cité d’après A. Crombie, Histoire des sciences de saint Augustin (...)

« D’abord les œufs sont un objet très petit, et il en naît des vers, qui à leur tour se changent en substance d’œuf, et puis il en sort la forme volante : ainsi il y a un triple changement à partir de l’œuf. »7

  • 8 Ibid., t. 2, p. 481.
  • 9 Notamment par Hiéronymo Fabrizio, cf. Ibid.
  • 10 Ibid., p. 485. Menocchio pouvait avoir trouvé un écho de cela dans le Fioretto della Bibbia : Ginzb (...)

8Il considère aussi que « la génération de tous les animaux se produit d’abord à partir d’œufs »8. Cette conception est reprise ensuite au XVIe siècle par l’école de Padoue9. S’y ajoute l’idée, elle aussi commune en ce même siècle, que l’engendrement à partir d’un œuf est une forme de génération spontanée10. En même temps l’engendrement et le développement de l’embryon humain continuent, à la suite d’Aristote et de Galien, d’être comparés à la fermentation et à la coagulation du lait, dans des termes proches de ceux utilisés dans les Livres de Job et de la Sagesse. Passer de la génération spontanée des animaux à celle de l’homme est assez facile, si l’on prend soin de laisser à part l’infusion de l’âme par Dieu.

  • 11 De la génération et de la corruption, 331b, cité par René Taton, La science antique et médiévale de (...)
  • 12 Cf. A. Crombie, op. cit. n.7, t. 1, p. 396.
  • 13 Cf. R. Taton, op. cit. n.11, p. 614-15 et 646.
  • 14 Cf. R. Taton, La science moderne (de 1450 à 1800), Paris 1958, p. 73-75.
  • 15 Cf. A. Crombie, op. cit. t. 1, p. 112 et suiv.
  • 16 Cf. R. Sorabji, Time, Creation, and the Continuum, Ithaca 1983.

9Une fois admis, à la suite de Menocchio, que Dieu et les anges ont été engendrés par génération spontanée, il reste à déterminer la nature de la massa et le rôle de la très sainte majesté. La massa est, nous l’avons vu, un mélange formé à partir des quatre éléments : la terre, l’air, l’eau et le feu. Ces quatre éléments ou corps simples sont considérés depuis l’Antiquité comme constitutifs du monde. Aristote, encore lui, explique que « ces quatre éléments par leurs combinaisons, donnent naissance à tous les corps qui se trouvent dans la nature »11. Selon lui le système du monde et son animation par le mouvement dépendent d’un premier moteur. Démocrite puis Lucrèce pensaient que le monde n’avait pas été toujours comme il est, mais qu’il était sorti du chaos par l’effet d’une sorte de hasard. Au XVIe siècle, Lucrèce était très lu dans les milieux humanistes et scientifiques depuis son édition par Poggio Bracciolini12. La difficulté majeure était de concilier ces conceptions avec la doctrine chrétienne de la Création, qui n’admettait ni le monde éternel d’Aristote ni celui surgi par hasard de Lucrèce. Cependant l’aristotélisme sous sa forme averroïste ou non régnait à Padoue et à Venise à l’époque où vivait Menocchio. À Padoue notamment médecine et philosophie étaient enseignées de façon parfois concomitante13. Il en résultait que la notion d’éternité du monde était un objet de réflexion et que, sous une forme ou une autre, elle pouvait être soutenue comme le faisait Giordano Bruno à la même époque14. De plus le stoïcisme ancien refaisait surface et on en trouve plus que des traces chez Pomponazzi, Giordano Bruno et Zwingli. En somme, l’idée d’une conflagration du cosmos et de sa renaissance était connue. Il est évident que faire de Menocchio un intellectuel padouan serait tout à fait ridicule, mais il semble avoir été particulièrement sensible à l’air du temps. Il pouvait donc avoir eu l’écho de l’ancienne conception aristotélicienne, encore soutenue à son époque, et qui voulait que le monde soit composé de quatre éléments susceptibles de se combiner, de se mélanger même, sous l’influence de quatre qualités : le froid, le chaud, le sec et l’humide. Ainsi l’élément terre provenait de la combinaison d’une matière première avec le froid et le sec, l’eau avec le froid et l’humide, l’air avec le chaud et l’humide et le feu avec le chaud et le sec15. On pouvait dès lors qualifier de mélange, massa, ces combinaisons et qualifier la matière première de « chaos ». Il faut ajouter à cela que depuis l’époque patristique on débattait de la signification des trois premiers jours de la Création suivant la Genèse. Le terme chaos, bien qu’absent du texte, avait été utilisé pour qualifier l’état cosmique antérieur au moment où Dieu se serait préoccupé d’ordonner l’ensemble et d’y introduire le temps16. Une des originalités de Menocchio était donc de séparer la « très sainte majesté », antérieure à la coagulation des éléments, de Dieu lui-même, engendré spontanément à partir de la massa.

10Si l’on reprend l’exposé de Menocchio, il commence par expliquer à propos de l’engendrement issu de la massa que : « la très sainte majesté voulut que ceux-ci fussent Dieu et les anges ». Cette même très sainte majesté fait alors de Dieu « un seigneur avec quatre capitaines : Lucifer, Michel, Gabriel et Raphaël ». Il ajoute à ce propos que :

« Ce Lucifer voulut se faire seigneur à l’égal du roi, qui était la majesté de Dieu, et à cause de son orgueil Dieu commanda qu’il fut chassé du ciel... »

11Tout ceci peut paraître incohérent mais avec une constante : la « majesté de Dieu » est à l’origine de tout. C’est à son égal que Lucifer veut être élevé, elle occupe la place d’un roi au sommet du système de Menocchio, c’est par sa volonté que les êtres issus de la massa deviennent Dieu et les anges. Il y a donc un Dieu au-dessus de Dieu, à l’évidence antérieur au processus d’apparition du monde ; mais on ne peut savoir si Menocchio pensait que le passage du chaos à la massa était dû aussi à sa volonté.

12Reste donc à savoir quelle est selon lui la nature de cette « majesté de Dieu ». Il ne le dit jamais clairement, il en montre seulement l’action. Ainsi répondant à une question de l’inquisiteur sur la « bonne loi », il répond que :

  • 17 Ginzburg, p. 90.

« La majesté de Dieu a donné le Saint-Esprit à tous, aux chrétiens, aux hérétiques, aux Turcs, aux Juifs et ils lui sont tous chers, et tous se sauveront d’une façon ou d’une autre. »17

  • 18 Ibid., p. 12-13.
  • 19 Ibid., p. 14.
  • 20 Ibid., p. 7 : « Iddio non è altro che un puo de fiato... ».
  • 21 Mtt. 3, 11 ; Lc 3, 16.

13Outre l’idée, qu’il exprime aussi ailleurs, qu’il n’y a pas de religion détentrice de la vérité, Menocchio indique clairement que la « majesté de Dieu » donne le Saint Esprit à tous. Il affirme également que c’est ce Saint Esprit qui est présent dans l’hostie et non le Christ qui n’est qu’un homme18. Il sait quelles sont les personnes de la Trinité, mais parmi elles cependant seul le Saint Esprit est Dieu19. Ceci s’accompagne de la déclaration disant que « Dieu n’est qu’un peu de souffle »20. Or dans les textes bibliques intervient le souffle de Dieu que l’on peut facilement assimiler au Saint Esprit. De plus Jean Baptiste selon les Évangiles laisse espérer la venue d’un baptême par l’Esprit et le feu21. Il résulte de cela que Menocchio ne se contente pas de présenter une autre origine du monde, il expose aussi une théologie particulière.

  • 22 Ginzburg, p. 8 : santissima maestà... maestà de Dio ; p. 12-13 : « La maestà de Dio ha dato il Spir (...)
  • 23 Ps. 71 (72): ... et benedictum nomen maiestatis eius in aeternum et replebitur maiestate eius omni (...)
  • 24 Ginzburg, p. 122-123.

14Il y a donc un Dieu supérieur et unique, qu’il désigne par l’expression « majesté de Dieu », dont émane l’Esprit Saint qu’il donne à tous les hommes et qui est présent dans l’hostie eucharistique. Dans son exposé de l’origine du monde, il parle d’une « santissima maestà », mais ailleurs il emploie l’expression « maestà di Dio », lorsqu’il s’agit du don de l’Esprit Saint à tous les hommes22. Le premier emploi servait sans doute à éviter une confusion avec le Dieu issu de la massa, mais en d’autres circonstances il n’hésitait pas à ajouter Dieu comme complément, signifiant ainsi qu’il s’agissait du véritable Dieu. L’emploi de maestà est un écho de la majestas de Dieu, telle qu’elle est évoquée dans l’Ancien Testament et particulièrement dans le Psaume 71, psaume royal où Dieu est évoqué comme un roi, un juge, et dont les strophes finales exaltent la majesté de son nom, majesté qui emplit toute la terre23. C’est ce rôle que, selon Menocchio, Lucifer voulait usurper. On peut voir aussi une réminiscence de ce psaume dans l’affirmation, qu’il fera quinze ans plus tard au cours de son second procès, de l’unicité de Dieu et de son immanence au monde24 ; il suffit pour cela de passer de l’omniprésence de Dieu à une confusion de Dieu avec le monde, idée stoïcienne qui circulait au XVIe siècle, comme nous l’avons déjà évoqué.

  • 25 Sur le culte de saint Job voir: L.C. Bessermann, The Legend of Job in the Middle Ages, Cambridge ( (...)
  • 26 Cf. V. Denis, « Saint Job patron des musiciens », Revue Belge d’Archéologie et d’Histoire de l’Art(...)
  • 27 Cf. L. Kretzenbacher, op. cit. n.25, p. 29-30.
  • 28 Ginzburg, p. 86.

15Carlo Ginzburg s’est déjà efforcé de retrouver à partir des lectures de Menocchio les sources de certaines de ses assertions, sans prétendre d’ailleurs que tout en découlait. Mais il a laissé un peu de côté l’affirmation fréquente de Menocchio que tout sortait et de son « cerveau » et de sa lecture de la Bible. Il nous paraît possible qu’un des points de départ de sa réflexion était la lecture du Livre de Job à l’aide de la traduction qu’il possédait. En premier lieu parce que le culte de saint Job était très répandu dans la région qu’il habitait25. Il existe encore à Venise une église San Giobbe. De plus Menocchio était musicien et ne pouvait manquer de savoir que saint Job était le patron des musiciens26. En outre, selon une vieille légende frioulane, présente aussi en Provence, les vers à soie étaient sortis pour la première fois hors des plaies de saint Job27. Comme nous l’avons déjà aussi montré l’anthropologie commune de la Bible, présente non seulement dans le Livre de Job, mais aussi dans celui de La Sagesse et dans les Psaumes, rejoignait tout un lot de pensées liées aux conceptions scientifiques encore en cours au XVIe siècle. Les spéculations relatives à la composition de la matière, et de ses transformations par coagulation, les idées sur la génération humaine et animale, spontanée ou non, les interrogations à propos de l’éternité ou de la création du monde, les débats provoqués par des relectures d’Aristote, de Lucrèce, de la science et de la philosophie antiques, tout ceci créait une atmosphère intellectuelle qui ne pouvait rester enfermée dans les murs de l’université de Padoue, qui n’était pas très éloignée du Frioul28.

  • 29 Ibid., p. 12 et suiv., p. 50 et suiv. … voir à ce sujet O. Niccoli, Rinascimento anticlericale. Inf (...)
  • 30 Ginzburg, p. 13-16.
  • 31 Ibid., p. 58, 101.
  • 32 Ibid., p. 108.

16De plus Menocchio était très anticlérical, ce qui n’est pas exceptionnel au XVIe siècle29. Pour lui les sacrements étaient une marchandise exploitée par l’Église, il le répète souvent30. Pour connaître la vraie religion il fallait aller au-delà non seulement de l’institution mais aussi d’une grande partie de ce que disaient les Évangiles. Ces derniers étaient l’œuvre d’hommes y compris le Christ lui-même. Il en résultait que derrière le Dieu des prêtres et leur Trinité il y avait un autre Dieu à découvrir qui agissait au moyen du Saint Esprit émané de lui, Saint Esprit accordé à tous les hommes et pas seulement aux chrétiens. Ceci permet de comprendre pourquoi Menocchio affirme à plusieurs reprises qu’il est un bon chrétien et qu’il veut le démontrer31. Il estime cependant, comme il le dit, avoir découvert la vraie voie32. Cette tendance à penser que derrière la religion prêchée par l’Église, il y a une vraie révélation cachée volontairement par l’institution et ceux qui la gèrent et en profitent, n’est pas propre au XVIe siècle. Elle existait dès les débuts de l’Église et existe encore. Elle a, toujours et encore, pris appui sur une culture ésotérique, transmise alors davantage de bouche à oreille que par les écrits, et aujourd’hui par diverses formes de médias. Menocchio était donc à la fois un héritier et un précurseur. Demi-lettré et autodidacte, il avait construit un système théologique personnel sans vouloir ni pouvoir faire œuvre d’hérésiarque. Les inquisiteurs frioulans ne s’y étaient pas trompés qui le laissèrent sortir de prison une première fois et ne le livrèrent au bûcher, après son second procès, que sur les instances répétées de Rome.

Notes

1 Le procès de Menocchio a été étudié par Carlo Ginzburg, Il formaggio e i vermi, Milan, 1976, livre traduit en français sous le titre Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris 1980. Nous citons l’édition italienne et la traduction française due à Monique Aymard, en la modifiant parfois.

2 Voir la préface en tête du livre de Carlo Ginzburg.

3 Carlo Ginzburg, p. 8-9.

4 Sur les problèmes concernant la génération spontanée ou extraordinaire, voir Maaike VanDerLugt, Le ver, le démon et la Vierge. Les théories médiévales de la génération extraordinaire, Paris 2004. Ici p. 44-46.

5 Cette conception en Occident remonte surtout à saint Augustin. Cf. F. Masai, « Saint Augustin et les débuts du spiritualisme en Occident », Le Moyen Âge 67, 1961, 1-40.

6 Ces développements sur la génération spontanée doivent beaucoup au livre de Maaike VanDerLugt, op. cit. n. 4.

7 De animalibus XVII, op.2, cap.1 ; cité d’après A. Crombie, Histoire des sciences de saint Augustin à Galilée (400-1650), Paris 1958, t. 1, p. 135.

8 Ibid., t. 2, p. 481.

9 Notamment par Hiéronymo Fabrizio, cf. Ibid.

10 Ibid., p. 485. Menocchio pouvait avoir trouvé un écho de cela dans le Fioretto della Bibbia : Ginzburg, p. 81-82.

11 De la génération et de la corruption, 331b, cité par René Taton, La science antique et médiévale des origines à 1450, Paris, 1957 (1994), p. 268.

12 Cf. A. Crombie, op. cit. n.7, t. 1, p. 396.

13 Cf. R. Taton, op. cit. n.11, p. 614-15 et 646.

14 Cf. R. Taton, La science moderne (de 1450 à 1800), Paris 1958, p. 73-75.

15 Cf. A. Crombie, op. cit. t. 1, p. 112 et suiv.

16 Cf. R. Sorabji, Time, Creation, and the Continuum, Ithaca 1983.

17 Ginzburg, p. 90.

18 Ibid., p. 12-13.

19 Ibid., p. 14.

20 Ibid., p. 7 : « Iddio non è altro che un puo de fiato... ».

21 Mtt. 3, 11 ; Lc 3, 16.

22 Ginzburg, p. 8 : santissima maestà... maestà de Dio ; p. 12-13 : « La maestà de Dio ha dato il Spirito Santo a tutti... ».

23 Ps. 71 (72): ... et benedictum nomen maiestatis eius in aeternum et replebitur maiestate eius omnis terra.

24 Ginzburg, p. 122-123.

25 Sur le culte de saint Job voir: L.C. Bessermann, The Legend of Job in the Middle Ages, Cambridge (Mss), Londres 1979; L. Kretzenbacher, Hiobs-Erinnerungen zwischen Donau und Adria (Bayerische Akademie der Wissenschaften. Philosophische-Historische Klasse, Heft 1) Münich, 1987; A. Sisti, Giobbe, Biblioteca Sanctorum, VI, Rome 1965, col. 479-485.

26 Cf. V. Denis, « Saint Job patron des musiciens », Revue Belge d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 21, 1952, 253-295; K. Vötterle, « Hiob, Schutzpatron der Musiker », Muzik und Kirche, 23, 1953, 225-232; K. Meger, « St. Job as a Patron of Music », Art Bulletin, 26, 1954, 21-31.

27 Cf. L. Kretzenbacher, op. cit. n.25, p. 29-30.

28 Ginzburg, p. 86.

29 Ibid., p. 12 et suiv., p. 50 et suiv. … voir à ce sujet O. Niccoli, Rinascimento anticlericale. Infamia, propaganda e satira in Italia tra Quattro e Cinquecento, Roma-Bari, 2005.

30 Ginzburg, p. 13-16.

31 Ibid., p. 58, 101.

32 Ibid., p. 108.

Auteur

Université de Provence - SICMA

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540