Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comportements, croyances et mémoires

 | 
Gilbert Buti
, 
Anne Carol

Comportements : le corps, la mort

Pédagogie, hygiène et rationalisation technique : un projet funéraire à la Belle Époque

Anne Carol

Texte intégral

  • 1 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts. Recherches sur les pratiques funéraires, les lieux (...)
  • 2 Voir par exemple le concours de l’Institut, en l’an VII, étudié par Pascal Hintermeyer, Politiques (...)

1Le culte des morts, dont les transformations ont été décrites par Régis Bertrand1, a inspiré à partir de la Révolution de nombreux projets de codification, spontanés ou provoqués, et dont le degré d’utopie, tout comme la portée escomptée, est variable2. Notre propos est plus modeste : nous voudrions présenter ici le projet funéraire d’un obscur savant de la Belle Époque, Eugène Fournier.

  • 3 Il réside avant la guerre rue Ernest Renan, dans le XVe arrondissement. Il est peut-être le fondat (...)
  • 4 Eugène Fournier, « De la crémation », Revue internationale de sociologie, 1911, p. 753-795 ; À pro (...)
  • 5 Eugène Fournier, De la dépopulation en France en 1912, Paris, Vigot, 1912, 120 p. ; De la dépopula (...)
  • 6 Par exemple : « Le maté du Brésil à la Société française d’hygiène », Journal d’hygiène, n° 1360 e (...)
  • 7 Il admire et cite Adolphe Pinard, fondateur de l’eugennétique et de la puériculture, ainsi que Jos (...)
  • 8 Le pharmacien Cadet fait campagne pour elle au Conseil municipal de Paris dès 1874 ; voir A. Cadet(...)
  • 9 À ne pas confondre avec trois autres homonymes : le géologue Eugène Fournier, professeur des unive (...)

2Eugène Fournier est un pharmacien parisien3, membre de la Société française d’hygiène, auteur de deux textes consacrés à la question de la crémation4 et des dépôts mortuaires, de trois brochures sur la dépopulation publiées entre 1910 et 19135, et de quelques articles plus techniques6. C’est un républicain modéré, admirateur de Paul Bert, eugéniste à ses heures7, populationniste, rationaliste sans être anticlérical, partisan de la crémation comme son collègue Cadet8 : un homme de progrès et d’ordre à la fois comme la république en compte tant, et dont la notoriété, réelle, est restée modeste9.

3Examinons, à défaut de pouvoir mieux cerner l’homme, le projet. Celui-ci se déploie, on l’a dit, principalement dans deux textes : l’un, d’une quarantaine de pages, publié dans la Revue de Sociologie en 1911, concerne la question de la crémation, à laquelle l’auteur est favorable. Le second texte, d’ailleurs annoncé par le précédent, est publié un an plus tard sous la forme d’une petite brochure d’édition modeste – vendue 1,50 fr. chez l’auteur – et reprend en partie cinq articles publiés dans le Journal d’Hygiène entre avril et septembre 1912. En s’appuyant sur ses livrets contemporains consacrés au problème De la dépopulation en France, qui abordent aussi la question de la mort, il est possible de reconstituer le projet singulier d’Eugène Fournier. Singulier, on le verra, par la minutie des dispositifs préconisés, parfois étonnants ou involontairement comiques, mais qui n’en reflète pas moins les inquiétudes sociales et culturelles qui traversent l’époque.

  • 10 Voir Régis Bertrand, « Limites d’une laïcisation de la mort », La séparation de 1905. Les hommes e (...)
  • 11 Voir Régis Bertrand, Michel Vovelle, Anne Carol, Aux origines des cimetières contemporains. Antécé (...)

4Le contexte est celui de la IIIe république installée ; la loi de 1887 sur la liberté de funérailles, dont l’application est réglée par le décret de 1889, poursuit le mouvement de laïcisation et de nationalisation de la mort10 marqué, entre autres, par le décret de Prairial qui a donné naissance aux cimetières modernes11. Il est aussi celui de la crise sociale et politique provoquée par la montée des oppositions socialistes et anarchistes à la République, ainsi que par l’organisation et la radicalisation des mouvements ouvriers, que traduit l’essor des grèves.

  • 12 Claudio Milanesi, Mort apparente, mort imparfaite. Médecine et mentalités au XVIIIe siècle, Paris, (...)

5Quels sont les objectifs servis par le projet Fournier ? Il s’agit, d’abord, de garantir la réalité de la mort – en cela, il s’inscrit dans une tradition fondée au XVIIIe siècle12 – ; d’utiliser au mieux le matériau biologique que constitue le cadavre, à fois du point de vue technique, hygiénique, scientifique et médical ; de mettre en place un rituel laïque susceptible d’encadrer la mort républicaine ; enfin, d’édifier au passage les populations, particulièrement les prolétaires égarés par de fumeuses doctrines.

  • 13 Fournier propose également de solliciter l’imagination et la réflexion de ceux qui viennent déclar (...)

6Le pivot autour duquel s’organise le projet est à la fois un archipel de lieux et un moment : celui où s’effectue la prise en charge du mort par la collectivité. Celle-ci se déploie de l’heure du décès à celle de la crémation. « Mortuarie », dépôt mortuaire et crématorium constituent les principaux espaces où se concentre le dispositif pédagogique, qui s’étend en deçà de façon plus diffuse à la mairie13, et au de-là au colombarium ou au cimetière.

7Une idée maîtresse structure le projet : l’idée selon laquelle le choc de la mort, la commotion de la perte offrent les conditions les plus favorables pour tenter une éducation morale des masses. Pour ce faire, Fournier s’appuie sur un dispositif rituel et architectural destiné à amplifier les effets de la secousse morale. Mais ce dispositif ne reflète pas seulement des impératifs édifiants : il est aussi au service de la gestion rationnelle des corps, dont la circulation, l’usage, l’exposition et le retraitement sont minutieusement planifiés. C’est ce mélange de rationalisation technique et de mise en scène qui constitue, il me semble, le principal intérêt du projet.

La mortuarie

  • 14 Je n’ai rencontré ce mot, qui renvoie plutôt au registre anglo-saxon, que chez lui.
  • 15 Eugène Fournier, À propos de la crémation. Mort réelle et mort apparente. Constatation rapide et s (...)

8Les prolétaires mourant en grande majorité à l’hôpital, Fournier propose d’annexer à tous les hôpitaux un complexe formé d’une « mortuarie »14 et d’un dépôt mortuaire. Entre les deux – dans un emplacement mal défini –, une sorte de sas : une « salle pour les agonisants », isolés afin de ne pas troubler les autres malades15.

9La mort survenue, le cadavre entame alors un périple complexe dont on a tenté de reconstituer le plan (voir figure) en dépit de quelques incohérences ou imprécisions dans les descriptions de l’auteur.

10La première partie de ce périple s’effectue dans la mortuarie. Occulte et purement fonctionnelle, elle échappe au projet pédagogique populaire. La mortuarie se compose de cinq salles.

  • 16 Fournier est persuadé que la législation est suffisante pour éviter les inhumations et les crémati (...)

11Le corps peut être emporté, selon le degré de certitude de la mort, dans deux salles : la salle A reçoit les individus dont il y a lieu de soupçonner le possible état de mort apparente ; les y rejoignent les cas de « morts rapides qui se sont produites sur la voie publique », envoyés ordinairement et à tort, selon Fournier, à la morgue. Dans cette salle, la pédagogie n’est pas totalement absente : mais elle ne vise que les étudiants en médecine devant lesquels un interne s’emploie à tester les signes de la mort par les procédés les plus modernes : massage cardiaque, pince à forcipressure ou injection de fluorescéine d’Icard. Ainsi comprise, cette salle A est également une salle de réanimation : marteau de Mayor, appareil à traction rythmée de la langue de Laborde, injections d’huile camphrée, d’éther ou de caféine viendront en effet au secours du médecin placé devant un cas de mort apparente16.

Le périple du corps mort

Le périple du corps mort

12La salle B de la mortuarie reçoit, elle, les individus dont la mort est réelle, soit que l’agonie n’ait pas laissé place au doute, soit que les épreuves tentées dans la salle A se soient révélées sans effet. « Ripolinisée » et lavable, carrelée au sol et à la base des murs (comme toutes les autres salles du complexe), entretenue à une température fraîche (10 à 12°), la salle B sert à entreposer les corps jusqu’au moment où l’autopsie est possible. Là encore, les étudiants sont invités à venir y tester les signes de la mort réelle.

  • 17 Eugène Fournier, op. cit., 1912, p. 54.

13Les corps dont l’autopsie n’est pas prévue sont alors directement acheminés dans la salle C2, maintenue à température ambiante : les apprentis médecins y sont à nouveau convoqués pour « développer le plus rapidement possible les caractères certains de la mort réelle, c’est-à-dire l’apparition des signes de la putréfaction »17, à l’aide de la tâche verte abdominale ou de la réaction sulfhydrique d’Icard.

14Si, en revanche, une autopsie est prévue, les corps sont emportés de la salle B à la salle des autopsies, où après une ultime vérification (mesure de l’acidité du foie), les internes officient, sous la tutelle du chef de service ; peuvent aussi y participer des spécialistes de médecine légale pour les morts suspectes survenues sur la voie publique. Mais les corps de décédés morts hors de l’hôpital, dans leur famille, peuvent également y être accueillis pour être autopsiés par le médecin traitant.

  • 18 Ibid., 1912, p. 26 et p. 1.
  • 19 Depuis la fin du XIXe siècle, l’opinion médicale exprime son mécontentement devant ce délai jugé t (...)
  • 20 Eugène Fournier, op. cit., 1912, p. 23.
  • 21 Ibid., p. 26
  • 22 Il recommande bien de les recoudre, et d’en faire disparaître toute trace de sang avant de les env (...)

15Eugène Fournier accorde une grande importance à l’autopsie, ou pour être plus exacte, aux possibles usages médicaux du matériel corporel : sa définition de l’autopsie est, en effet, très extensible. S’y manifeste à cette occasion, déjà, le double registre utilitaire et pédagogique qui caractérise son projet. Comme beaucoup de ses contemporains médecins, il s’élève contre « l’aversion » manifestée par le public à son encontre, alors même que celle-ci est « nécessitée par l’intérêt de la science et par celui de la famille18. » L’argumentaire qu’il déploie pour la promouvoir est ambigu et confus. Confus, parce qu’il amalgame l’autopsie avec d’autres usages médicaux du cadavre ; ambigu, parce qu’il repose à la fois sur la persuasion et la contrainte. Persuader : les autopsies, qu’il voudrait hâter19 car « la cellule doit être étudiée vivante », permettront de perfectionner les connaissances, mais aussi la technique opératoire (on quitte le champ de l’autopsie proprement dite), et, plus encore, la thérapeutique : le cadavre dépecé pourrait ainsi fournir, si la technique le permet, des « pièces de rechange : artères, veines, viscères, articulations, bras, jambes, membres entiers empruntés aux cadavres frais et où les chirurgiens de l’avenir puiseront pour le plus grand bien des malades »20 ; c’est donc au chef de service de convaincre « par sa grande aménité » moribonds et familles de l’utilité de l’opération. Mais par ailleurs, Fournier rappelle que le pauvre « n’acquiert le droit d’asile à l’hôpital que par l’entier abandon qu’il est obligé de faire de sa personne à la science, avant et après sa mort »21 : la persuasion dérive ici vers la pression. Conscient toutefois du caractère potentiellement profanatoire de ces manipulations, Fournier rappelle la nécessité de la remise en état des corps, souvent négligée dans la pratique hospitalière et sur laquelle les manuels médicaux sont d’ailleurs presque muets22.

16Les corps autopsiés passent alors dans la salle froide C1, où ils sont entreposés et triés. Une partie d’entre eux, ceux que personne ne réclame a priori, est destinée à rejoindre les amphithéâtres de la Faculté pour les travaux de dissection. Le reste est dirigé vers le dépôt mortuaire attenant à la mortuarie, et distribué dans les différentes salles.

Le dépôt mortuaire

  • 23 Ibid., p. 54.

17Le dépôt mortuaire, deuxième maillon du dispositif, est celui qui constitue l’interface avec le public, les familles, le peuple ; c’est donc le lieu où se réalise le projet pédagogique annoncé ; celui-ci se concentre sur deux salles. La première est la salle de reconnaissance ou « salle des Morts ». C’est ici qu’arrivent les corps, autopsiés ou pas, pour être reconnus par les familles. Cette procédure terminée, le cercueil éventuellement fermé, ils sont envoyés dans une des trois salles de dépôts mortuaires. La salle D3 recueille les cercueils clos « pour leur transport en province ou à l’étranger »23 ; la salle D2 entrepose de même les bières en attente d’une sépulture locale. Quant à la salle D1, attenante à la « salle des Veillées des Morts », elle stocke les cercueils ouverts et offerts encore au recueillement des familles pour un ultime adieu. Ces deux salles clefs, la « salle des Morts » et la « salle des Veillées des Morts » sont d’ailleurs pourvues d’une « entrée monumentale » sur le dehors.

La salle des Morts

18Grâce à un dispositif technique et scénographique, la salle des Morts fonctionne comme un véritable théâtre destiné à dramatiser la rencontre entre le prolétaire et la mort. Introduits dans la salle, les visiteurs trouvent à leur disposition « à droite, quelques fauteuils lavables devant lesquels se trouve une table et quelques “livres de famille”, au fond, au milieu, une corbeille de plantes vertes ; sur les murs quelques inscriptions ; sur les fenêtres, des vitraux appropriés ». Le centre de la salle est occupé par une table « recouverte d’un drap noir et se continuant par deux rainures » ; ces rails mènent d’un côté à une porte ouvrant sur la salle C1, de l’autre aux salles D du dépôt mortuaire.

19L’effet dramatique est obtenu par l’absence, précisément, du cercueil, qui n’apparaît qu’au bout d’un temps nécessaire à la réflexion. Celle-ci est rendue obligatoire par l’attente : « prévenus qu’ils attendront dix minutes et qu’il est défendu de parler », les proches du décédé sont placés dans les conditions idéales, selon Fournier, pour recevoir une leçon. Cette attente ne suppose pas un recueillement spontané : elle est une manipulation. Laissant l’esprit des prolétaires disponible par le silence imposé, elle oriente leurs pensées vers le but recherché : alors, « ils jettent un regard étonné, hébété, sur les inscriptions, sur les vitraux, puis sur la table où ils voient les livres de famille qu’ils ouvrent ». Nous reviendrons sur le contenu de ces messages ; mais poursuivons d’abord le récit du périple cadavérique :

20« Au bout de dix minutes, la porte de gauche s’ouvre et le cercueil roule sur les tringles et s’arrête sur la table ». Cette apparition se fait apparemment sans manipulation humaine. Purement mécanique, elle anticipe sur le traitement global que Fournier entend faire subir au cadavre, matériau ou prétexte à l’édification populaire.

21« Dans le cercueil, se trouve le corps enveloppé d’un suaire, la figure couverte par un linge qu’on enlève. Le nom du défunt est inscrit sur la bière avec les initiales des prénoms et les deux dates de la naissance et de la mort ».

  • 24 Ibid., p. 59.

22La rencontre des proches et du mort est brève ; fonctionnelle, elle n’a pour but que de procéder à l’identification légale du corps ; de fait, tout le projet pédagogique s’est joué avant, dans l’attente. Aussitôt paru et identifié, le corps est proprement escamoté par les mêmes procédés mécaniques : « dès qu’il est reconnu, si le corps doit être veillé, la porte de droite s’ouvre et la bière et son cadavre disparaissent (…). Dans le cas contraire, la figure est recouverte par le linge, le couvercle est vissé en présence de la famille et le cercueil disparaît par la même porte »24.

La salle de la veillée des Morts

  • 25 Ibid., p. 61.
  • 26 Ibid., p. 55.

23Malgré son désir de rationalisation extrême, Fournier ne peut pas passer outre les rites funéraires pratiqués par ses contemporains ; en particulier la veillée, qui lui fournit l’occasion de redoubler son dispositif moralisant. Aussi la salle de la veillée des Morts donne-t-elle lieu, comme la précédente, à une description précise. Pourvue d’une entrée « monumentale, mais simple » encadrée de deux grands vitraux, elle s’ouvre sur un vestibule décoré de « quelques sentences », meublé d’une table où sont posés quelques livres de famille à la disposition gratuite des visiteurs. Le vestibule dessert une rangée de boxes fermés chacun d’une porte vitrée, éclairés de vitraux, et meublés de « deux fauteuils lavables, une petite table avec un buvard garni de papier sans en-tête, un plumier et un encrier simple et pratique et un ou deux livres de famille »25. Chaque box, séparé de son voisin par un mur de 2,10 mètres, ouvre par une glace sans tain sur une stalle correspondante de la salle D1 du dépôt mortuaire. Ces stalles, éclairées à l’électricité, abritent un support « inclinable à la demande » où repose dans son cercueil le corps du défunt « enveloppé d’une serpillière ou d’un suaire jusqu’au cou »26.

  • 27 Et Fournier de préciser, toujours méticuleux et méfiant, qu’une pancarte y mentionnera que « chacu (...)
  • 28 On sait la crainte des hygiénistes devant la pratique du dernier baiser sur un décédé de maladie c (...)

24Les rites funéraires d’usage sont en partie permis : « les familles, déclare ainsi Fournier, sont autorisées à veiller leurs morts la nuit comme le jour ; elles ont droit au chauffage et à l’éclairage ». De fait le confort est pris en compte dans les installations, comme le montre la présence de fauteuils, de chaufferettes ou même de water-closets « confortables » dans le vestibule (dans ce dernier cas, le souci de prévenir les désordres ou les comportements jugés indécents joue sans doute aussi27) ; même décence dans le choix de compartimenter la salle en boxes : « il est impossible d’établir des veillées dans une salle commune, chaque douleur cherchant à s’isoler avec son mort », reconnaît Fournier. En revanche, on notera que les vivants sont séparés strictement des morts, qu’ils ne peuvent toucher, et encore moins embrasser28 : seule la vue leur est permise, et encore fort incomplète puisque le visage est la seule partie du corps à n’être pas dissimulée. La rationalité, l’hygiène, et, peut-être, l’égalitarisme républicain poussent à ce que la toilette funéraire soit réduite au minimum et remplacée par l’ensevelissement.

  • 29 Fournier défend la crémation dans les deux ouvrages qu’il a publiés à son sujet, mais il n’en est (...)

25Que faire du corps, une fois celui-ci enfermé définitivement dans le cercueil ? En 1912, deux solutions sont légalement possibles : l’inhumation et la crémation. Sans accabler la première, Fournier tente de promouvoir la seconde qu’il intègre naturellement à son projet29.

Le crématorium

  • 30 « Prolonger » doit être ici pris dans un sens logique, car chronologiquement, c’est d’abord aux cr (...)

26La pédagogie de la mort ne s’arrête pas, en effet, à la mise en bière. Crématiste convaincu, Fournier prolonge vers le crématorium les logiques mises en œuvre dans la mortuarie et le dépôt mortuaire30.

27Mais cela suppose de réformer ce qui existe ; en particulier, le crématorium du Père-Lachaise, où le rituel est trop simple, pas assez imposant au goût de Fournier – il pense que c’est une des raisons de son faible succès. De fait, son projet de crématorium reprend les dispositifs architecturaux, décoratifs, techniques et même scéniques des mortuaries.

  • 31 Fournier pense aux rituels catholique, protestant, israélite et « divers ».

28Organisé autour d’un hémicycle surmonté d’une vaste coupole, éclairé de vitraux et décoré de fresques, celui-ci accueille les visiteurs et le fourgon mortuaire par une porte monumentale. Flanqué d’un côté d’orgues, de l’autre d’une tribune destinée au panégyrique, l’hémicycle comporte des bancs en amphithéâtre qui ceinturent un catafalque agrémenté de fleurs. Par un système complexe combinant ascenseur et rails, celui-ci constitue le pivot autour duquel s’articule un nouveau périple mécanisé des dépouilles mortelles. Celles-ci sont convoyées devant la famille rassemblée dans l’hémicycle ; de là, emportées vers le four. La combustion effectuée, les cendres, placées dans une urne, sont ramenées devant la famille ou renvoyées vers un des quatre « monuments rituels » destinées à leur consécration éventuelle31.

  • 32 Eugène Fournier, « De la crémation », Revue internationale de sociologie, 1911, p. 758.
  • 33 Ibid., p. 760.
  • 34 Fournier suggère d’utiliser un violon, une harpe et un violoncelle.
  • 35 Ibid., p. 760.
  • 36 Celui-ci, revivifié par la pratique des funérailles laïques, reste contenu dans d’étroites limites (...)

29Le crématorium, comme les deux salles précédentes, use des mêmes procédés manipulatoires : « pour un instant, l’homme, dans le crématorium, se trouve isolé, ne percevant même pas le bruit de la flamme faisant son œuvre ; c’est alors que des vitraux, des peintures, des fresques, doivent, par des allégories anciennes ou modernes, s’offrir à son imagination »32. Cette pédagogie par la vue est redoublée par celle de l’ouïe, au moyen de la musique. Celle-ci doit servir à augmenter la solennité de la cérémonie et favoriser l’introspection, mais ne doit en aucun cas permettre au pathos de se déployer. Ainsi, l’organiste ne doit jouer ni à l’arrivée du corps, ni au départ des cendres, « mais surtout au commencement et à la fin de l’incinération ; de temps à autre, il exécutera une marche lugubre, allant en s’alanguissant jusqu’à l’extinction »33. S’y ajoutent quelques chanteurs ou instrumentistes34 habilement dissimulés en sous-sol ou derrière un muret, chargés d’exécuter « des chants de circonstances de plus en plus bas ou de plus en plus lointains » ; pour diminuer les frais, Fournier propose d’ailleurs dès 1912 de les remplacer par « le phonographe Pathé ». Maladroitement démonstrative, voire redondante, la musique ne saurait toutefois empêcher la réflexion et envahir l’espace mental et émotionnel laissé béant par le choc de la perte. Le répertoire de l’orgue est ainsi restreint, « établi par une commission composée de conseillers municipaux techniques, d’artistes et d’administrateurs du crématorium ». Quant aux chants, ils doivent s’exprimer « en petit nombre et en dehors de toute confession ou de toute croyance ». Enfin et surtout, « entre chaque chant ou entre chaque morceau, les orgues devront se taire, de façon à ce qu’il y ait quatre ou cinq minutes du silence le plus absolu »35. De cette façon, estime Fournier, le prolétaire sera « certainement, plus impressionné que par n’importe quel prône ou panégyrique »36.

Le colombarium et le collecteur national

  • 37 Fournier ne s’oppose pas aux cimetières, mais souhaiterait les voir remplacer à terme par des colo (...)

30Le devenir des cendres, enfin, n’est pas négligé par Fournier37. Le traitement de ces ultimes restes relève là encore de plusieurs logiques enchevêtrées, où nous retrouvons le souci de l’hygiène publique, le désir de rationaliser et de rentabiliser, l’objectif édifiant, mêlés à la volonté de ne pas heurter de front les pratiques en usage, y compris dans leur religiosité.

31Le projet de Fournier témoigne fortement, à nouveau, d’une volonté de contrôler les aspects privés du rituel funéraire ; la collectivité y intervient toujours pour encadrer le culte familial des morts. Les cendres, ainsi, ne doivent pas être confiées aux familles : seule, en effet, leur gestion par les pouvoirs publics est à même de leur assurer un sort décent et de leur éviter toute dégradation.

32Le colombarium chargé de les recueillir est toutefois organisé comme un cimetière : les urnes y reposent, isolées, entourées de végétation. Leur emplacement fait l’objet de concessions, que Fournier souhaiterait toutefois limiter dans le temps, peut-être dans un souci égalitariste : contemporain de l’inflation concessionnaire, il prend soin d’instaurer un roulement dans l’occupation de l’espace, qu’il motive par une conception très pragmatique de la mémoire familiale :

« Je veux dire que le temps adoucit les plus grandes douleurs et que, de ce fait, le culte des ancêtres ne peut réellement s’imposer au père de famille que pour ses trois ascendants les plus directs : son père, son aïeul et son bisaïeul, qui fatalement deviennent de plus en plus indifférents à ses enfants et, surtout, à leurs descendants. »

  • 38 Eugène Fournier, op. cit., 1911, p. 784. L’idée d’un culte collectif au-delà de la troisième génér (...)

33Il faut donc limiter à trois générations les concessions et réquisitionner, déjà, dans les cimetières, toutes les tombes abandonnées ou fondées depuis plus de cent ans. Au-delà de ces marges mémorielles indécises, c’est l’État qui prend le relais : « les ascendants autres que les trois indiqués ne peuvent donc être honorés que collectivement »38. Ce projet remplit les conditions hygiéniques et pratiques de la modernité :

  • 39 On aura noté sans surprise l’emprise rémanente de l’aérisme dans ces représentations des dangers s (...)

« Quant à la Société, à la Collectivité, plus d’odeurs malsaines, plus de craintes d’épidémie pestilentielle et méphitique et plus d’encombrement, les urnes devenues indifférentes et celles des inconnus se renouvelant uniformément et régulièrement. »39

  • 40 Ailleurs, Fournier énumère aussi le laurier sans odeur ou le buis. Sur l’usage funéraire des fleur (...)
  • 41 « Il sera défendu, sous peine d’une amende (qui sera fixée officiellement) de les exhiber en publi (...)

34Les colombariums restent toutefois, à l’instar des cimetières contemporains, des lieux de pèlerinage ; là encore, Fournier ménage des rituels chers à ses contemporains. Peu bavard sur leur fréquentation familiale, comme sur leur décoration, Fournier préconise en revanche une Fête nationale des morts, déplacée au printemps, où s’effectuerait une distribution de fleurs que les familles seront libres de conserver – comme elles le font pour le buis, souligne-t-il. Des fleurs, mais pas n’importe lesquelles : cultivées sur des terrains publics – on verra précisément lesquels –, ces « fleurs nationales » pourraient, suggère Fournier, être des chrysanthèmes ou, mieux encore des roses simples des jardins40, dont la gamme de couleurs servirait à désigner l’âge du décédé. Leur distribution constituerait d’ailleurs une sorte de monopole, et leur exhibition serait fortement limitée41.

  • 42 Eugène Fournier, op. cit., 1911 p. 791.
  • 43 Alexandre Bonneau, La crémation et ses bienfaits, Paris, Dentu, 1887.
  • 44 Pierre Giraud, Les Tombeaux ou Essai sur les sépultures, an IX (1801). L’ouvrage comporte la propo (...)
  • 45 Il cite également le projet Cambry, lequel avait concouru au prix de l’Institut de l’an VII en rep (...)

35Le dépôt au colombarium n’épuise pas, toutefois, le sort réservé aux résidus de la combustion. Eugène Fournier propose en effet d’utiliser le procédé de vitrification des cendres découvert par le chimiste allemand Becker au XVIIe siècle pour servir le culte familial et national des disparus. Pourquoi ne pas installer « un ou plusieurs laboratoires artistiques qui, à l’aide d’une photographie, représenteront les traits du défunt sur une miniature (…) des médaillons ou des bustes42 » ? Dans l’esprit, cette proposition n’a rien d’original : elle s’apparente à nombre de procédés mémoriels mis en œuvre au XIXe siècle autour du corps mort : photographie mortuaire, moulage du masque, ouvrages en cheveux du défunt. D’un point de vue technique, non plus : Fournier a vraisemblablement lu La crémation et ses bienfaits d’Alexandre Bonneau, paru à la fin des années 188043, qui évoquait les projets développés sous la Révolution par l’architecte Giraud44, que Fournier cite d’ailleurs45. Celui-ci avait préconisé de construire à Paris une vaste nécropole équipée de 4 chaudières et transformant les os des défunts, à la demande des familles, en bijoux ou en effigies de verre sculptées. Le progrès technique et l’industrialisation sont toutefois passés par là, entraînant une production de masse, renouvelée par la technique désormais banalisée de la photographie.

36Guère plus original n’est le souhait de Fournier de voir les cendres non réclamées ou arrivées au bout du délai de trois générations être utilisées dans l’édification de monuments collectifs destinés à décorer les nécropoles : Giraud avait déjà prévu cette éventualité dans le cadre parisien. Ce qui distingue le projet Fournier, c’est plutôt le « collecteur national » qu’il prévoit d’ériger dans chaque commune afin de recueillir ces cendres en déshérence et de les recycler dans une dernière opération :

  • 46 Eugène Fournier, op. cit., 1911, p. 791. C’est également sur l’emplacement de ce collecteur – et s (...)

« Le collecteur national dont la contenance sera appropriée à l’importance de la municipalité, sera édifié au centre d’un terrain de petite étendue, décoré ad hoc et sur lequel il sera répandu des cendres pour y semer et récolter des plantes et des fleurs, d’un seul type, qui sera le même pour toute la France et qui portera le nom de Fleur nationale ou d’Emblème national. »46

37La volonté de défendre l’intérêt « collectif » est-elle responsable du choix pour le moins malheureux du terme « collecteur », qui rappelle davantage l’égout que le champ de repos ? Cette parenté, assumée ou non, est en tout cas significative d’une certaine ingéniérisation du corps mort, qui relève davantage de l’hygiène édilitaire que du culte pieux et privé.

38Reste à dire quelques mots de l’éducation populaire selon Fournier, celle qui doit se déployer tout au long de ces rituels funéraires.

« De l’éducation nationale première du prolétaire subitement isolé dans un monument mortuaire. »47

  • 47 Eugène Fournier, À propos de la crémation…, 1912, p. 66.
  • 48 Ibid. 1912, p. 63.

39L’édification du prolétaire doit se faire, avons-nous dit, au moment où son esprit est laissé sans défense par la perte d’un proche, et travaillé par le vertige de la mort. Cette hypothèse psychologique originale revient inlassablement sous la plume de Fournier : partant de l’idée qu’il faut « profiter de toutes les occasions pour faire l’éducation morale, c’est-à-dire politique et sociale de l’ouvrier »48, il insiste sur la valeur heuristique de la rupture engendrée par la mort :

  • 49 Ibid. 1912, p. 67.

« Quoi, pourtant, de plus propice, que le moment où l’homme, même le plus primitif, se trouve ramené en face de lui-même : à l’hôpital, dans la salle des morts, dans la salle des veillées, où lui et sa femme viennent faire la veillée suprême de l’être qui, plus ou moins longtemps, mais le plus souvent à leur insu, était cher. Pourquoi, alors que l’homme extériorisé, est plus à même de s’arrêter à une citation, à une sentence, et de les retenir, alors qu’elles lui expliquent qu’il existe et pourquoi il existe, pourquoi ne pas le mettre en leur présence ? »49

40Ailleurs, il ajoute que

  • 50 Ibid. 1912, p. 76.

« C’est là une des rares circonstances qui soient données de converser utilement avec le prolétaire que la mort maintient un moment désemparé et sans volonté. C’est peut-être même le seul moment propice. »50

41Ce point de vue reflète pour une large part, me semble-t-il, les représentations de l’ouvrier dans la bourgeoisie éduquée du XIXe siècle ; homme d’instinct, plus proche de la nature que de la culture, l’ouvrier ne se laisse ébranler que par de grandes commotions biologiques. C’est ce côté frustre qui doit ici être exploité de façon positive. Mais cette édification est, rappelons-le, une manipulation, qui passe par des procédés simples et irréfléchis : l’image (fresques et vitraux), le texte, si possible court (sentences, livres de famille), la musique. Elle vise à reconnecter à son insu l’ouvrier ou l’ouvrière avec l’éducation républicaine dont Fournier rappelle les premiers vecteurs :

  • 51 Ibid., 1912, p. 65 ; souligné par moi.

« Aujourd’hui, cette malheureuse mère est effondrée, inconsciente, accusant Dieu et la Société. Machinalement, elle jettera les yeux sur les inscriptions, sur les vitraux. Sans s’en douter, elle éprouvera déjà un engourdissement, un soulagement ; – machinalement encore, elle ouvrira le livre de famille qu’elle trouvera à sa portée dans le vestibule ou sur la table du box. Elle y retrouvera les inscriptions, les tableaux de tout à l’heure et y verra aussi, retracés, ses droits et ses devoirs. – Elle se retrouvera reportée alors bien vite aux causeries du docteur, à l’enseignement de ses maîtresses. »51

42Un des principaux objectifs de cette pédagogie est d’énoncer un certain nombre de fléaux et de valeurs dont l’inventaire hétéroclite renvoie de façon parfois comique aux inquiétudes et aux credo d’un bourgeois progressiste en 1912 :

  • 52 Ibid., 1912, p. 63.

« je persiste à croire que c’est là, au contraire, une des trop rares occasions où l’ouvrier, le prolétaire, peut se rendre compte de l’instruction et de l’éducation nationales qui lui manquent, et se faire une idée normale de ce que constitue le meneur, le politicien, les grèves, le sabotage, l’anarchiste, le jury, l’armée, le drapeau, la licence nationale, le sans-patrie, le déserteur, le budget, les droits de l’homme, l’Égalité et les conséquences terribles de l’Ivrognerie qui ne doit jamais être considérée comme une circonstance atténuante. »52

  • 53 Cette éducation n’exclut pas un volet répressif, que Fournier évoque dans d’autres textes : ainsi, (...)
  • 54 De la dépopulation, 1913, p. 14.
  • 55 Ibid., p. 15.
  • 56 Voir les trois chapitres consacrés à ce sujet dans De la dépopulation en France en 1912.

43L’essence de cette éducation est l’apprentissage des devoirs53. La clé des désordres actuels, selon Fournier, réside en effet dans le fait que les prolétaires connaissent parfaitement leurs droits (instruits en cela par les « meneurs » ou les « aubergistes » dénoncés plus haut), mais ignorent leurs devoirs à l’égard de la collectivité. Seul cet apprentissage républicain leur permettra de comprendre le sens véritable de la devise « Liberté égalité, fraternité », trop souvent interprétée au profit exclusif du premier terme. Or, la collectivité impose un certain nombre d’obligations à ses membres, qui en assurent la cohésion : obligation de procréer, de travailler, de défendre le sol de ses ancêtres. Antimilitaristes, néo-malthusiens et cégétistes sont donc dénoncés comme les responsables de la désunion qui travaille le pays, et de la « révolution sociale »54 qui menace ; Fournier récuse évidemment la lutte des classes et le marxisme : favorable à l’alliance du capital et du travail, il souhaite « ouvrir les yeux des plus obstinés, en attendant que par l’éducation nationale ils soient en état de distinguer leurs devoirs et leurs droits. »55 Il serait hors de propos d’analyser ici les moyens et les contenus de cette éducation nationale idéale, qui s’adresserait aux femmes comme aux hommes et commencerait à la maternelle pour se poursuivre à l’école, au conseil de révision, ou à la mairie, et que sous-tend un vaste projet de réforme sociale56.

44En attendant de la réaliser dans sa complétude, Fournier suggère donc d’en concentrer le contenu dans ces moments de vérité que constituent les funérailles, sur les trois médias précités : l’image des fresques et des vitraux, les sentences inscrites sur les murs, le « livre de famille » – ce dernier reprenant d’ailleurs en grande partie des éléments des deux premiers. Les dispositifs imaginés sont très abstraits et peu praticables : la visée pédagogique – lourdement pédagogique – prime sur le pragmatique ; l’efficacité recherchée passe surtout par l’accumulation narrative.

45En résultent, notamment dans le cas de l’iconographie, des projets d’un style et d’une esthétique qui confinent au ridicule. La trame des allégories dont Fournier se propose de décorer les mairies (où viennent se faire les déclarations de naissance et de décès) est ainsi esquissée, sur un modèle symétrique qui rappelle la structure des Jugements derniers :

  • 57 Ibid., 1912, p. 87.

« Au fond, au milieu et à gauche, une fresque représentant la naissance de l’homme avec tous les attributs de l’avenir, avec les voies qu’il peut parcourir : lettres et poésie, sciences, arts, industrie et commerce, agriculture, guerre, marine, colonisation ; au-dessous, dans un chemin défoncé, aboutissant à une fondrière, le crime et l’alcoolisme. À droite, la fin du cycle de la vie. L’homme au pinacle de la gloire avec tous les attributs des lettres, de la poésie, de toutes les autres branches énumérées. Plus bas, la justice et les pénalités ; la criminalité et sa répression inexorable ; le bagne et la peine de mort ; l’alcoolisme, la famille de l’alcoolique, l’asile, la folie rouge, la mort. »57

  • 58 Ibid., 1911, p. 759. On notera l’élévation, une fois encore, de la guerre au rang des conquêtes de (...)

46Ailleurs, dans le crématorium, il suggère de placer symétriquement des fresques ou des vitraux sur l’incinération, l’inhumation et son histoire ; sur les saisons, les cataclysmes, le cycle de l’humanité et les âges de la vie ; sur la maladie et l’hôpital, l’alcoolisme et la dégénérescence, la folie et l’asile, la tuberculose ; enfin sur « la prévoyance sous la forme de l’assurance sur la vie, l’agriculture, les arts, la guerre, l’industrie, la marine, l’aviation, l’aérostation, la science58. »

  • 59 Eugène Fournier, op. cit., 1912, p. 67.

47De même, les sentences doivent en principe, pour être efficaces, être composées de « phrases courtes, mais concises et justes »59 :

  • 60 Eugène Fournier, op. cit., 1911, p. 755.

« Tout le monde est égal devant la mort ; toutes les croyances, toutes les convictions doivent être respectées ; la Liberté n’est vraie qu’autant qu’elle existe pour tous les membres de la collectivité et pour chacun d’eux en particulier. La liberté pour un seul individu, pour un seul parti, à l’exclusion des autres, n’est plus la liberté mais la tyrannie, l’oppression. »60

48Ces allégories et ces maximes, censées s’imprimer dans l’esprit rendu réceptif du prolétaire endeuillé, doivent toutefois être pérennisées : c’est ici qu’intervient « le livre de famille ». Cet objet complexe reflète simultanément les ambitions et les incohérences du projet de Fournier.

  • 61 Destinés essentiellement à valoriser l’œuvre de la République.
  • 62 Fournier souhaite y voir défini par exemple l’État comme « la Collectivité, c’est-à-dire la réunio (...)
  • 63 Telle celle qui raconte comment Napoléon fit grâce à un vieux grognard condamné pour ivresse, qui (...)
  • 64 Fournier est partisan de l’égalité des sexes, mais entend ne pas mélanger les rôles et les fonctio (...)

49Le livre ou « parchemin » de famille prend d’ailleurs place dans une nébuleuse de livrets éducatifs remis aux citoyens au début de leur scolarisation, au service militaire, etc.61 Laissons de côté ces derniers pour nous intéresser au modèle mis à la disposition dans les bâtiments mortuaires. Celui-ci traduit l’obsession de rattacher les prolétaires au grand corps social ; il comporte à cet effet un volet personnel et un volet collectif étroitement associés. Le volet personnel mentionne le nom du décédé, sa date de naissance et celle de sa mort, ou celle de la veillée, que le gardien peut imprimer gratuitement (Fournier insiste beaucoup sur ce point) à l’aide d’un composteur. Mais le livret développe tout un discours sur les sphères qui, au-delà, intègrent l’individu à la collectivité : la famille, la nation, constituant ainsi un énième résumé de l’Éducation nationale chère à Fournier. S’y mélangent maximes62 et tableaux, histoire de la France et des colonies, nomenclature des richesses et des productions nationales, historiettes édifiantes et vertueuses tirées du passé national63, recommandations sur les rôles respectifs des époux64, l’amour du home (sic), le respect dû au drapeau, etc., et même des instructions pratiques sur le jardinage et l’entretien des colombariums. Support du souvenir du mort au même titre que son portrait vitrifié, le livre de famille prolonge ce culte familial par un culte rendu à la république et à la nation ; il est, en quelque sorte, le symétrique du « collecteur national » où viennent se fondre mérites et vertus individuels, au service de la république.

50Certes, le projet Fournier n’est pas passé à la postérité, et c’est le hasard seul qui m’a permis de le découvrir. Mais comment ne pas y lire les tendances que Régis Bertrand a dégagées dans la transition funéraire de l’époque contemporaine ? Ainsi la recherche de nouveaux moyens de pacifier et de convertir utilement la douleur, rendue plus insupportable par les incertitudes nouvelles entourant l’au-delà ; l’objectif de pédagogie morale attribué désormais aux rites et au culte funéraires, ici étendue aux plus humbles, aux prolétaires ; le souci de concilier la volonté illusoire de conserver les corps avec les impératifs de l’hygiène publique. Le médaillon vitrifié avec les cendres du pauvre, le « livre de famille » où son nom figure aux côtés de celui des gloires locales ou nationales, constituent des avatars anecdotiques mais significatifs d’une évolution des attitudes devant la mort, sur laquelle Régis Bertrand nous a beaucoup appris.

Notes

1 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts. Recherches sur les pratiques funéraires, les lieux de sépulture et le culte du souvenir des morts dans le sud-est de la France, depuis la fin du XVIIe siècle, thèse de doctorat en histoire de l’Université de Paris I, 1994, 5 vol.

2 Voir par exemple le concours de l’Institut, en l’an VII, étudié par Pascal Hintermeyer, Politiques de la Mort, Paris, Payot, 1981

3 Il réside avant la guerre rue Ernest Renan, dans le XVe arrondissement. Il est peut-être le fondateur en 1880 de la droguerie Urgo, poids lourd actuel de l’industrie pharmaceutique. Est-ce également lui qui propose à l’Académie des Sciences en 1899 d’examiner ses recherches sur un nouveau procédé de désinfection – notamment des cadavres – à la formacétone ? Il n’est pas possible pour l’instant de confirmer ces hypothèses.

4 Eugène Fournier, « De la crémation », Revue internationale de sociologie, 1911, p. 753-795 ; À propos de la crémation. Mort réelle et mort apparente. Constatation rapide et sûre de la Mort réelle, Paris, Vigot Frères, 1912, 96 p.

5 Eugène Fournier, De la dépopulation en France en 1912, Paris, Vigot, 1912, 120 p. ; De la dépopulation en France en 1913, Paris, Vigot, 1913, 104 p. ; De la dépopulation en France et des moyens indispensables pour y remédier, dact., 1910, 21 p.

6 Par exemple : « Le maté du Brésil à la Société française d’hygiène », Journal d’hygiène, n° 1360 et 1361, 25 juin et 25 juillet 1909, publié aussi sous forme de fascicule : Paris, Vigot, 1910, 32 p. ; « À propos des réformes pharmaceutiques », Bulletin des Sciences pharmacologiques, août-septembre-octobre-novembre 1909 ; « Entre médecins et pharmaciens, par un vieux praticien », Bulletin de la Chambre syndicale des pharmaciens du département de la Seine, décembre 1909.

7 Il admire et cite Adolphe Pinard, fondateur de l’eugennétique et de la puériculture, ainsi que Joseph Justin Sicard de Plauzolles.

8 Le pharmacien Cadet fait campagne pour elle au Conseil municipal de Paris dès 1874 ; voir A. Cadet, Hygiène, exhumation, crémation ou incinération des corps, Paris, Baillière, 1877, 230 p.

9 À ne pas confondre avec trois autres homonymes : le géologue Eugène Fournier, professeur des universités et grand spécialiste de spéléologie, seul mentionné dans le Dictionnaire des biographies françaises ; un instituteur auteur de quelques brochures pédagogiques ; encore moins un naturaliste distingué mort en 1874.

10 Voir Régis Bertrand, « Limites d’une laïcisation de la mort », La séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (dir.), Paris, Éditions de l’Atelier, 2005, p. 37-49.

11 Voir Régis Bertrand, Michel Vovelle, Anne Carol, Aux origines des cimetières contemporains. Antécédents et postérité du décret du 23 Prairial an XII, à paraître.

12 Claudio Milanesi, Mort apparente, mort imparfaite. Médecine et mentalités au XVIIIe siècle, Paris, Payot, 1991.

13 Fournier propose également de solliciter l’imagination et la réflexion de ceux qui viennent déclarer une naissance ou un décès à la mairie.

14 Je n’ai rencontré ce mot, qui renvoie plutôt au registre anglo-saxon, que chez lui.

15 Eugène Fournier, À propos de la crémation. Mort réelle et mort apparente. Constatation rapide et sûre de la Mort réelle, Paris, Vigot Frères, 1912, p. 54. Rappelons que l’hôpital du XIXe siècle (et même du XXe siècle) n’isole ses mourants des autres, le plus souvent, que par un paravent.

16 Fournier est persuadé que la législation est suffisante pour éviter les inhumations et les crémations prématurées. Celle-ci repose sur le Code civil (article 77) qui impose, entre autres, un délai de 24 heures avant l’inhumation, complété de dispositions similaires concernant l’autopsie ou l’embaumement. S’y ajoute le décret de 1866 prévoyant d’étendre le système parisien de vérification médicale des décès à toutes les communes françaises. À l’instar de ses contemporains, le discours rassurant de Fournier ne l’empêche pas de consacrer de longues pages à s’efforcer de démontrer cette soi-disant certitude. Voir Anne Carol, Les médecins et la mort, Paris, Aubier, 2004.

17 Eugène Fournier, op. cit., 1912, p. 54.

18 Ibid., 1912, p. 26 et p. 1.

19 Depuis la fin du XIXe siècle, l’opinion médicale exprime son mécontentement devant ce délai jugé trop long et voudrait le raccourcir en utilisant des signes garantissant la certitude de la mort ; voir par exemple Séverin Icard, Archives générales de médecine, 1905, p. 406-424 ; 480-491. Dans la pratique, les délais légaux ne semblent pas tous respectés, comme le montre l’étude des registres d’autopsies de quelques hôpitaux. Voir Anne Carol, op. cit.

20 Eugène Fournier, op. cit., 1912, p. 23.

21 Ibid., p. 26

22 Il recommande bien de les recoudre, et d’en faire disparaître toute trace de sang avant de les envelopper dans un linceul, « excepté la figure qui est recouverte d’un linge qu’on peut déplacer à volonté. », ibid., p. 57.

23 Ibid., p. 54.

24 Ibid., p. 59.

25 Ibid., p. 61.

26 Ibid., p. 55.

27 Et Fournier de préciser, toujours méticuleux et méfiant, qu’une pancarte y mentionnera que « chacun doit laisser la place en l’état où il est en droit de la trouver en arrivant ». Ibid., p. 60.

28 On sait la crainte des hygiénistes devant la pratique du dernier baiser sur un décédé de maladie contagieuse.

29 Fournier défend la crémation dans les deux ouvrages qu’il a publiés à son sujet, mais il n’en est pas un défenseur exclusif et enragé. En 1913, il éprouve le besoin de se justifier sur ce point dans sa brochure sur la dépopulation : « Est-il nécessaire de rappeler que ces publications que j’aurais pu intituler « De la crémation facultative » ont été écrites exclusivement au point de vue scientifique, en dehors de tout esprit de parti et de toute idée confessionnelle que j’ai écartés avec le plus grand soin ? », De la dépopulation, 1913, p. 76.

30 « Prolonger » doit être ici pris dans un sens logique, car chronologiquement, c’est d’abord aux crématoriums que Fournier s’intéresse en 1911.

31 Fournier pense aux rituels catholique, protestant, israélite et « divers ».

32 Eugène Fournier, « De la crémation », Revue internationale de sociologie, 1911, p. 758.

33 Ibid., p. 760.

34 Fournier suggère d’utiliser un violon, une harpe et un violoncelle.

35 Ibid., p. 760.

36 Celui-ci, revivifié par la pratique des funérailles laïques, reste contenu dans d’étroites limites puisqu’il doit être soumis préalablement à l’administration. Pas question d’introduire des propos politiques polémiques, par conséquent.

37 Fournier ne s’oppose pas aux cimetières, mais souhaiterait les voir remplacer à terme par des colombarium dont il calque l’organisation spatiale, on le verra, sur celle des nécropoles contemporaines.

38 Eugène Fournier, op. cit., 1911, p. 784. L’idée d’un culte collectif au-delà de la troisième génération est évoquée par Bonneau comme un aspect de l’hindouisme : cf. infra, note 43.

39 On aura noté sans surprise l’emprise rémanente de l’aérisme dans ces représentations des dangers sanitaires du cimetière, alors même que le pasteurisme est passé par là.

40 Ailleurs, Fournier énumère aussi le laurier sans odeur ou le buis. Sur l’usage funéraire des fleurs, voir Régis Bertrand, « Les fleurs dans les pratiques funèbres et funéraires contemporaines », Actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon, vol. I, 2001, p. 169-176.

41 « Il sera défendu, sous peine d’une amende (qui sera fixée officiellement) de les exhiber en public. » E. Fournier, op. cit., 1911, p. 791.

42 Eugène Fournier, op. cit., 1911 p. 791.

43 Alexandre Bonneau, La crémation et ses bienfaits, Paris, Dentu, 1887.

44 Pierre Giraud, Les Tombeaux ou Essai sur les sépultures, an IX (1801). L’ouvrage comporte la proposition de Becker, ainsi que « L’art de vitrifier les ossemens humains, par Dartigues. Copie de la réponse qu’il m’a faite à ce sujet, le 17 vendémiaire an IX » p. 31. Dartigues est un verrier, ancien directeur de la manufacture vosgienne de Müntzthal. Dans l’esprit, Giraud et Fournier ne sont toutefois pas motivés par les mêmes considérations : pour Giraud, il s’agissait de mettre fin au vandalisme révolutionnaire et de revenir à « la pieuse vénération pour la dépouille mortelle » ; pour Fournier, « la proposition de la crémation est (…) dictée par le seul souci de l’hygiène et de la santé publique » ; dans De la dépopulation, op. cit., 1913, p. 80.

45 Il cite également le projet Cambry, lequel avait concouru au prix de l’Institut de l’an VII en reprenant en partie le projet Giraud. Voir Pascal Hintermeyer, op. cit.

46 Eugène Fournier, op. cit., 1911, p. 791. C’est également sur l’emplacement de ce collecteur – et seulement lui – que seront brûlées les fleurs vouées au culte, une fois fanées.

47 Eugène Fournier, À propos de la crémation…, 1912, p. 66.

48 Ibid. 1912, p. 63.

49 Ibid. 1912, p. 67.

50 Ibid. 1912, p. 76.

51 Ibid., 1912, p. 65 ; souligné par moi.

52 Ibid., 1912, p. 63.

53 Cette éducation n’exclut pas un volet répressif, que Fournier évoque dans d’autres textes : ainsi, il est favorable à la castration des criminels comme le docteur Servier qui écrit à la même époque « La peine de mort remplacée par la castration », Archives d’anthologie criminelle, mars-avril 1901, p. 129-141 ; il est d’ailleurs, de façon plus générale, partisan des châtiments corporels à l’anglaise, notamment sur les enfants.

54 De la dépopulation, 1913, p. 14.

55 Ibid., p. 15.

56 Voir les trois chapitres consacrés à ce sujet dans De la dépopulation en France en 1912.

57 Ibid., 1912, p. 87.

58 Ibid., 1911, p. 759. On notera l’élévation, une fois encore, de la guerre au rang des conquêtes de l’humanité.

59 Eugène Fournier, op. cit., 1912, p. 67.

60 Eugène Fournier, op. cit., 1911, p. 755.

61 Destinés essentiellement à valoriser l’œuvre de la République.

62 Fournier souhaite y voir défini par exemple l’État comme « la Collectivité, c’est-à-dire la réunion de toutes les individualités, dont la tienne et celle, au même titre, de tous les autres membres, de tous les citoyens ». op. cit., 1912, p. 61.

63 Telle celle qui raconte comment Napoléon fit grâce à un vieux grognard condamné pour ivresse, qui avait promis de s’amender : Fournier recommande à l’épouse endeuillée de la faire lire « à jeun » à son mari et la commente par cette exhortation : « Allons ! Mes braves gens, il ne faut pas, banalement, vous désespérer ! Une forte résolution ; que tous les deux y participent ! Et vous pourrez encore vous sortir de l’ornière ! »

64 Fournier est partisan de l’égalité des sexes, mais entend ne pas mélanger les rôles et les fonctions. Il insiste particulièrement sur le rôle éducatif que doivent jouer, au foyer, les femmes auprès des maris et des enfants. Sa vision du bonheur ouvrier est conforme à l’idéal bourgeois, comme le dévoile ce texte annexe : « Reportez-vous à l’ouvrier syndiqué, qui, malheureux, aigri et endoctriné, n’aspire le soir, malgré la fatigue, qu’à manger au galop, souvent en ronchonnant et non sans répartir, de droite et de gauche, au petit bonheur, quelques taloches aux gosses par trop piailleurs et à filer à l’estaminet ou au Syndicat ; voyez-le, au contraire, installé confortablement, c’est-à-dire à son aise, et, plus ou moins emmitouflé s’il fait froid, à sa table, devant son journal, fumant sa pipe ou une cigarette et humant sa tasse de maté (une tasse à thé !) Au fumet odorant et à la teinte dorée, et cela pour une dépense dérisoire, alors que sa bourgeoise fait la vaisselle plus ou moins sommaire, le nettoyage journalier ou le raccommodage indispensable ? » : De la dépopulation en France et des moyens indispensables pour y remédier, 1910, p. 16.

Table des illustrations

Titre Le périple du corps mort
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540