Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comportements, croyances et mémoires

 | 
Gilbert Buti
, 
Anne Carol

Comportements : le corps, la mort

Un comportement méridional ? Les funérailles et la pratique du lit funèbre à Saint-Firmin de Montpellier*

Jean-Loup Lemaitre

Texte intégral

  • * Ce court texte n’est pas inconnu de Régis Bertrand : il en a entendu l’exposé oral lors de la sess (...)

1Prieuré de Maguelone, Saint-Firmin est, jusqu’à sa destruction en 1568, le siège de l’unique paroisse de Montpellier. Jusqu’en 1536, le siège de l’évêché est à Maguelone, mais l’évêque réside depuis longtemps à Montpelliéret, bourg situé au nord-est de la ville, dont il est seigneur, siège de la paroisse Saint-Denis.

2L’église Saint-Firmin était située dans la partie haute de la ville de Montpellier, espace délimité au XIXe siècle part les anciennes rue de l’église Saint-Firmin et rue Rebuffy, « l’île église Saint-Firmin ». On avait là un ensemble formé de l’église, de la maison presbytérale et du cimetière, où de nombreuses tombes ont été exhumées au XIXe siècle. Il restait encore, au XIXe siècle, les vestiges d’une tour, épargnée en 1568. L’église abritait plusieurs chapelles, dont celle de la Trinité, où se réunissait le conseil de la faculté de droit.

  • 1 Cf. éd. Germain, Notice, p. 6 et n. 1.
  • 2 Ibid.

3Saint-Firmin conservait un important trésor, dispersé en 1568, mais connu par plusieurs inventaires : un inventaire des livres dressé en 14891, des inventaires de 1503 et 1511, analysés en 1663 par François Joffre, dans son inventaire des archives du chapitre de Montpellier, f. 371, 378, d’après les registres du XVIe siècle (perdus), un inventaire de 15622.

4La paroisse, dont la population est alors estimée à 12 000 fidèles, présente une structure très complexe. Au XIVe siècle, elle compte :

  • vingt-cinq prêtres ou officiers, logés et nourris dans la maison presbytérale ;
  • un sacristain ;
  • trois « curés » ou vicaires en titre (sic) ;
  • deux prêtres faisant fonction de diacre ;
  • deux prêtres faisant fonction de sous-diacre.

5Chaque jour, on dit trois messes avec diacre et sous-diacre, on chante les heures canoniales et l’office des matines (de nuit), à l’imitation de ce qui se fait au chapitre cathédral de Maguelone.

6Les charges de la paroisse sont lourdes : droit de visite, vestiaire des chanoines de Maguelone, œuvre du pont de Maguelone, frais de réception des chanoines de Maguelone, entretien des maisons du quartier Saint-Firmin, frais de perception des dîmes, aumône trois fois par semaine, à laquelle s’ajoute l’aumône collective de l’Ascension… Par contre, les revenus sont minces : la dîme est faible en raison du peu de paroissiens ruraux : les deux tiers sont des gens de commerce et de métier, les autres, pour la plupart, paient la dîme dans les paroisses où sont situées leurs terres.

  • 3 Montpellier, arch. comm., Arm. G, cass. VI, n° 55, rouleau de 27 feuilles de parchemin.

7De ce fait, les funérailles constituent une des principales sources de revenus de la paroisse, les vivants se rattrapent sur les morts, comme le relèvent Jean Picart et Guillaume Intrant, procureurs ou syndics du prieur de Saint-Firmin, auteurs d’un mémoire justificatif présenté au parlement de Paris en 1403 au nom du prieur Hugues de Nailhac3 :

8« Attendu que le dit prieur prant et reçoit peu de prouffiz de ses diz parrochiens en leur vie, et mesmement des deux pars d’iceulx, ou au moins d’une grant partie, n’est pas merveilles se apres leur deces ou trepassements, il en doit avoir aucuns proufiz, revenus et emolumens, a cause du travail qu’il seuffre en leurs sepultures, obseques et funerailles. » (§ 47).

  • 4 Cf. les lettres d’Honorius III, du 10 mai 1217, confirmant celles d’Innocent III, du 30 janvier 12 (...)

9Ajoutons qu’en 1217, l’église de Notre-Dame-des-Tables – autre prieuré de Maguelone – est érigée en succursale privilégiée : les fidèles vont pouvoir y recevoir les sacrements4. Deux prêtres aident le prieur pour l’administration des sacrements, mais l’accueil des sépultures y est strictement réglementé :

  • tout le casuel provenant des funérailles appartient au prieur de Saint-Firmin ;
  • le prieur de Notre-Dame des Tables ne doit admettre personne à la sépulture sans l’autorisation du prieur de Saint-Firmin.
  • 5 Cf. éd. Germain, Notice, p. 38 : Item quod nullus debet recipere funus seu sepulturam infra capell (...)

10Cette interdiction vaut d’ailleurs pour toutes les autres églises de la ville, comme c’est rappelé dans le § I des privilèges de Saint-Firmin, sauf si la permission en a été donnée anciennement par le prieur5.

  • 6 Cf. éd. Germain, Notice, § VI, p. 42.

11Un accord réglait également les rapports entre l’église Saint-Firmin et l’église Saint-Denis de Montpelliéret, et particulièrement au regard des sépultures6 :

« … Si un paroissien de Saint-Firmin élit sa sépulture dans le cimetière de Saint-Denis, le corps est porté dans le lit de Saint-Denis, mais avec la croix de Saint-Firmin, qui est accompagnée par les prêtres de la dite église, et seuls ils font ensemble l’office pour la dite sépulture dans l’église de Saint-Denis, jusqu’à ce que le corps soit livré à la sépulture. Et qu’il en soit ainsi, dans l’autre sens, pour les paroissiens de Saint-Denis. »

  • 7 Cf. éd. Germain, Notice, § VII sq., p. 42 sq.

12La cire était partagée entre les deux églises. D’autres articles règlent les rapports funèbres entre Saint-Firmin et les églises conventuelles de la ville7 : moines de Saint-Benoît (§ VII), frères mendiants (§ VIII), collège Saint-Sauveur (§ XI), hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (§ XV), hospitaliers du Saint-Esprit, trinitaires et antonins (§ XVI), prêcheurs (§ XXII), frères de l’observance (§ XXV).

La question du lit funèbre

13La question du lit funèbre a focalisé les discussions pendant deux siècles au moins. De quoi s’agit-il ? D’une pratique qui semble spécifique au Midi et à la province de Narbonne : on en trouve quelques mentions dans le diocèse de Maguelone, mais aussi de Béziers, Agde, Nîmes et Uzès.

14On porte le mort sur un lit (lectum) au lieu de la civière traditionnelle (feretrum), et le lit est souvent celui du mort, avec sa garniture, matelas, coussins, draps, couvertures et autres accessoires. Les obsèques achevées, le lit, comme les cierges, reste la propriété du prieur (curé) de la paroisse.

15Cela se pratique dans toutes les églises, y compris à Maguelone, ou plusieurs capitules du titre des statuts de Jean de Vissec (1331) consacrés à l’aumônier y sont consacrés :

394 XXVIII CAPITULUM. Item, si aliquis clericus vel laycus pauper moriatur infra insulam, tenetur helemosinarius sibi facere lectum completum ; et ille lectus non computatur in decima. Et rauba hujusmodi mortui ipsius helemosinarii esse debet. Verum, si talis mortuus aliqua bona haberet, de quibus posset sibi fieri lectus sufficiens, valore quinque solidorum ad minus, tunc debet talis lectus in decima computari, et de bonis dicti mortui solvi.
395 XXIX CAPITULUM. Item tenetur helemosinarius tali defuncto habere luminaria, scilicet candelas, et sudarium et lectum ; et sepulturarius sepulturam gratis et sine omni precio facere debet.
425 XVIII CAPITULUM. Item debet recipere helemosinarius lectum undecimum, eorum qui Magalonam cum funeribus aportantur, cum omnibus pannis et entorticiis, excepto panno aureo vel cerico.
426 XIX CAPITULUM. Item, si conversi prepositure vel helemosinarie moriantur, lecti eorum in decima minime computantur, nec sacrista cerea ipsorum habere debet.

16En fait, le plus souvent, et la chose se comprend aisément, c’est l’église qui fournit le lit, un lit affecté à cet usage, avec la garniture en harmonie avec la fortune – ou les prétentions – de la famille du défunt. En contrepartie de cette prestation, elle reçoit une offrande funéraire, et éventuellement, le prix du drap ou poêle d’or jeté sur le lit ou le catafalque. Cette pratique tarifée a, comme on peut s’en douter, suscité des réactions de la part des fidèles, par soucis d’économie, mais aussi en opposition aux exigences cléricales.

17La fourniture du lit peut faire partie des bonnes œuvres, et l’affaire de la succession de Jean Lucien (Johannes Luciani) en fournit un exemple intéressant.

18Le 22 janvier 1216, deux bourgeois de Montpellier, Jean Lucien et Daude de Fans, obtiennent du pape Innocent III, pour la rémission de leurs péchés, la permission de fonder dans leurs églises deux lits pour porter les morts :

  • 8 Bullaire de Maguelone, éd. J. Rouquette, A. Villemagne, t. I, 1030-1216, Montpellier, 1911, p. 387, (...)

« … duos lectos deinceps constituere valeatis apud ecclesias terre vestre, in quibus, sine pretio et ecclesiarum prejudicio, ad sepulturam defunctorum corpora deferantur. »8

19Jean Lucien fit son testament le 16 mai suivant, et la fondation y figure en bonne place, ses frères et leurs héritiers étant chargés de son exécution :

  • 9 Ibid., p. 387-388 [note].

« Et volo quod ipsi et heredes eorum inperpetuum teneant lectum munitum, quem ego constitui in ecclesia Beate Marie ad defferendum corpora mortuorum a domino papa concessum… »9

  • 10 Bullaire de Maguelone, t. II, 1216-1303, Paris-Montpellier, 1914, p. 424, n° 522. Potthast.
  • 11 Ibid., p. 425-426, n° 523. Potthast, 20403.

20La fondation de Jean Lucien était faite en faveur de Notre-Dame-des-Tables, qui venait certes de recevoir le droit de procéder à des sépultures, mais dont le casuel, y compris les lits funèbres, devait revenir au prieur de Saint-Firmin. Le testament prévoyait aussi que le « peuple de Montpellier » pouvait contraindre les détenteurs de l’honor (le claux, la vigne et le jardin du défunt) à s’acquitter de cette obligation, … et populus Montispessulani possit compellere possessores dicti honoris ad hoc complendum. C’est ce qui arriva. Plus d’un demi-siècle après, les héritiers de l’honor n’avaient manifestement rien fait et les consuls, forts de la clausule testamentaire – le populus Montispessulani, c’est eux – les y forcèrent, sans en référer à l’évêque. Rappelons que Notre-Dame-des-Tables, l’église bénéficiaire du lit, était celle du consulat. D’où la plainte du prieur de Saint-Firmin auprès du pape. En juin 1268 (ou un peu avant), le pape Clément IV écrit à ce sujet à l’évêque de Maguelone, pour lui demander d’obliger les héritiers à exécuter cette clause testamentaire (la lettre est perdue mais connue par la suivante)10. Le 25 juin 1268, il adresse une longue lettre aux consuls de Montpellier, au sujet du lit des morts, exigeant que les coutumes soient respectées, sicut perniciosa consuetudo11. Il y rappelle les usages que lui a exposés le prieur de Saint-Firmin :

  • 12 Ibid., p. 425.

« Sane sua nobis dilectus filius prior ecclesie Sancti Firmini de Montepessulano, Magalonensis diocesis, petitione monstravit quod, licet de antiqua et approbata consuetudine sit obtentum, ut corpora defunctorum, quorum ad hoc suppetunt facultates, in lectis propriis deferantur ad cymiterium ipsius ecclesie tumulanda, et quod eidem ecclesie, de cujus parrochia pro majori parte homines loci existunt, lecti hujusmodi 12

21Il est précisé aussi – ce qui n’était pas explicite dans l’autorisation donnée par Innocent III à Jean Lucien ni dans le testament de celui-ci – que le lit est à l’usage des pauvres, lectum congrue paratum haberent ad deferendum ad sepulturas corpora pauperum defunctorum, et qu’il a demandé à l’évêque de Maguelone d’intervenir. Mais surtout, il reproche aux consuls d’avoir abusé de la situation, au détriment des droits du prieur et de l’église, car le lit, objet du litige, ne sert pas qu’aux pauvres, mais aussi « pour les corps des autres morts qui peuvent commodément avoir des lits sur leurs biens propres » :

  • 13 Ibid., p. 425-426.

« Porro vos, ex hoc occasionem indebite assumentes, non requisito eodem episcopo, sed absque auctoritate ipsius, detentores predictarum possessionum quendam lectum facere compulistis, in quo predicto priore invito ac penitus renuente, non solum pauperum, quorum corporibus deferendis congruus est et decens lectus in eadem ecclesia deputatus, sed etiam aliorum corpora mortuorum, qui commode lectos habere de propriis bonis possunt, facitis sepelienda portari, in ipsius prioris et dicte ecclesie prejudicium et gravamen. »13

22Les consuls sont donc invités fermement par le pape à observer et faire observer les usages anciens sans porter tort au prieur et à l’église de Saint-Firmin, car il ne veut en aucun cas abolir cette pratique née de la piété des fidèles.

Le règlement de 1403

23Nous n’avons plus de trace de contentieux jusqu’à l’extrême fin du XIVe siècle. On se met alors à contester au prieur une série de droits :

  • le droit qu’il prétend avoir, en vertu des vieux usages et de son privilège curial, de réclamer pour l’offrande du lit funèbre une somme d’argent en rapport avec la fortune du défunt ;
  • la revendication de la moitié du droit quand la sépulture du mort est faite chez les mendiants ;
  • la faculté de permettre ou d’interdire d’enterrer des paroissiens avec l’habit monastique et à découvert.
  • 14 Cf. éd. Germain, Notice, p. 39-40.

24Les consuls s’en mêlent et s’adressent successivement à l’évêque, au pape et au roi, l’affaire venant en finale devant le parlement de Paris. Le conflit dure six ans et trouve sa conclusion en 1403, avec l’élaboration d’un règlement sur les sépultures, sans toutefois céder à toutes les exigences du prieur. La conclusion – la taxe – a été reproduite dans le livre des privilèges de Saint-Firmin et en forme tout le § II14.

  • 15 Arch. dép. Hérault, G 1261, cf. éd. Germain, Notice, p. 38 : (I) Item non debent dare sepulture al (...)

25 L’âge : Pour le prieur, les garçons doivent le lit s’ils meurent en ayant atteint leur dixième année, et les filles la neuvième. Le règlement fixe l’âge à quatorze ans pour les garçons et à douze ans pour les filles, mais les parents, s’ils le veulent, peuvent user du lit avant l’âge ainsi fixé. Des statuts pris en 1356, reproduits en 1403 dans le livre des privilèges de Saint-Firmin fixaient l’âge à huit ans pour les filles et neuf ans pour les garçons15.

  • 16 Cf. éd. Germain, Notice, p. 40 : Item plus, si sunt aliqui, qui moti devotione vel alias, volunt p (...)

26 Le lit et la taxe : Le lit funèbre n’est plus obligatoire : on peut désormais, par dévotion dit le règlement – on pourrait dire plutôt par humilité ou modernité –, se faire porter en terre sur une bière (bira), une planche (postis), ou une natte (estuere, « estoira » en langue d’oc), mais dans ces cas-là, on paiera à la paroisse les mêmes droits que pour un lit16. Toutefois un maximum est fixé : pour les riches, 4 £t au lieu des 8 à 10 £t exigées par le prieur. En payant le maximum, on peut se faire enterrer dans le cimetière de Saint-Firmin, ou dans un autre cimetière de la ville, et dans ce cas, le prieur de Saint-Firmin doit céder une partie des droits à l’autre (cela vise en particulier les mendiants).

  • 17 Cf. éd. Germain, Notice, § II, p. 39 : Item quod illi qui sunt diciores solvent IIIIor libr. tur. (...)

27La taxe est décroissante : 4 £t pour les plus riches, on l’a vu, et ceux qui sont moins riches paient moins, en fonction de leurs possibilités (secundum facultatem), sans qu’une échelle soit établie17. Ainsi, au-dessous d’un patrimoine estimé à 10 £t on est mis parmi les pauvres : on ne paie alors rien au prieur, et l’on est enterré par les chapelains, avec le lit et la croix des pauvres, gratis pro Deo.

28Si l’on paie la taxe, il y a un délai de huit jours pour s’en acquitter : le prieur ne peut rien réclamer avant la neuvaine. Il peut seulement, si le mort n’habitait pas ordinairement Montpellier et n’avait pas de biens suffisants pour couvrir les frais, obtenir la caution de l’héritier, d’un exécuteur testamentaire ou d’un ami du défunt.

29S’il y a contestation sur la fortune du mort, on s’en rapporte à l’arbitrage d’un consul de Montpellier et d’un chapelain de Saint-Firmin. S’il n’y a pas d’accord dans la semaine qui suit la neuvaine, c’est l’official de Maguelone qui tranche ( = procès).

30 Le lieu de sépulture : Si le défunt n’a pas désigné de lieu de sépulture particulier, l’inhumation se fait avec ses aïeux dans un cimetière de Montpellier (Saint-Firmin, Notre-Dame des Tables…) ou de Maguelone.

31 La croix : Là aussi, il y a tarification selon la croix choisie : la grande croix : 3 s. 9 d.t. au porteur, s’il est prêtre (ou in sacris), en échange de ses prières ; – la 2e croix (moyenne croix) : 2 s. 6 d.t. – la 3e croix (ou petite croix) : 1 s. 3 d.t. Le prieur réclamait 8 gros pour la grande croix et 6 gros pour la moyenne. Le gros, apparu sous Louis IX, avec une valeur de 12 d.t. valait 15 d.t à la fin du XIVe siècle.

Réclamation du prieur

Règlement de 1403

Grande croix

8 gr = 6 s.

3 s. 9 d.

Croix moyenne

6 gr = 4 s 10 d.

2 s. 6 d.

32 Le glas : Pour chaque glas, 2 s. 9 d. au sonneur, auparavant 4 gr (3 s.) par glas.

  • 18 Cf. éd. Germain, Notice, p. 40 : Item plus, quicunque erit sepultus in sepultura vel tumba in qua (...)

33 L’ouverture d’un tombeau : Pour y déposer le corps et le refermer : 5 s.t., mais, s’il s’agit d’une simple inhumation, sans qu’il y ait à déplacer une grande pierre tombale : 2 s. 6 d.18. Le prieur avait auparavant exigé des sommes allant jusqu’à 30 voire 40 s.t. pour une ouverture !

  • 19 L’arrêt n’a pu être retrouvé dans le fonds du parlement de Paris aux Arch. nat. : expédition aux a (...)

34En accord avec le synode diocésain, l’évêque Maguelone Antoine de Lovier et son chapitre acceptent cet accord, suivis par les fidèles réunis en assemblée en présence du prieur Hugues de Nailhac, le 5 mai 1403. Le règlement est confirmé par le parlement de Paris le 16 août 140319. Si la situation était apparemment réglée – on n’en entend plus parler par la suite –, les ressources du prieur de Saint-Firmin s’en trouvaient quelque peu écornées.

  • 20 Cf. J. Avril, « Mort et sépulture dans les statuts synodaux du Midi de la France », dans La mort e (...)
  • 21 New York, Public Library, ms. Spencer 7, II, f. 24v. Cf. G. CanovaMariani (dir.), La miniatura a P (...)

35L’usage du lit, et plus particulièrement de son lit (ou d’un lit qu’il a fourni) pour transporter le défunt semble bien être une spécificité locale : elle n’est pas évoquée dans les statuts synodaux de la France méridionale20. Une peinture d’un évangéliaire, exécutée par le Padouan Antonio Maria de Villafora vers 1503-1509 montre saint Augustin, mort, reposant sur un véritable lit, avec tête et pied, matelas et oreiller, sans garniture, prolongé par des brancards21. Le lit funèbre en usage dans les églises de Montpellier était peut-être semblable à celui-ci ? On doit aussi se demander, au vu de cette peinture, si le lit funèbre n’était pas en usage en Italie du Nord, mais, si oui, dans quelles conditions matérielles alors ?

  • 22 Cf. G. Mallet, « Les cloîtres-cimetières du Roussillon », dans La mort et l’au-delà en France méri (...)
  • 23 Légende dorée du Limousin. Les saints de la Haute-Vienne, Paris, 1993 (Cahiers du patrimoine, 36), (...)
  • 24 Die letzte Reise. Sterben, Tod und Trauersitten in Oberbayern, hrsg. von S. Metken, Munich, 1984.
  • 25 Cologne, Wallfraf-Richartz Museum, cf. Himmel, Hölle, Fegefeueur. Das Jenseits im Mittelalter, Kat (...)
  • 26 Cologne, bibl. dioc., cod. 1001b, f. 292r. Cf. Himmel, Hölle, Fegefeueur, p. 269, catal. 78.
  • 27 Cf. R. S. Wieck, Painted Prayers. The Book of Hours in Medieval and Renaissance Art, New York, 199 (...)

36À notre connaissance, la question du transport du corps du lieu du trépas à celui de la sépulture n’a pas fait l’objet d’étude systématique, et de plus, pour la France méridionale, nous manquons de représentations figurées. Il y a certes des plaques funéraires montrant des défunts sur leur lit de mort – par exemple dans le grand cimetière de Perpignan22 – mais elles ne représentent pas le transport du corps, comme c’est le cas pour le triptyque de saint Éloi, dans l’église de Crocq (Creuse), sorti d’un atelier d’enlumineurs parisiens vers 1530, dont l’une des scènes (panneau 7) montre le transport du corps, à visage découvert, sur une civière portée par des clercs23. Le catalogue de l’exposition présentée en 1984 au musée de la ville de Munich, Die letzte Reise, Sterben, Tod und Trauersitten in Oberbayern, ne donne aucune représentation médiévale24. Les figurations de morts portés dans une bière sont assez rares. Citons par exemple une peinture figurant la résurrection d’un mort par saint Séverin, due au maître de la Légende de sainte Ursule, vers 150025, mais ici le mort a été déposé dans l’église, ou encore la miniature d’un graduel franciscain de 1299, conservé à la bibliothèque diocésaine de Cologne, montrant la dépouille d’un franciscain revêtu de son froc, capuchon rabattu sur le visage, pieds nus, déposé une natte posée sur un brancard26. Les peintures des livres d’heures pour l’office des morts évoquent fréquemment la scène de l’inhumation, mais le plus souvent on assiste à la mise en terre par les fossoyeurs27. L’étude approfondie reste à faire.

Notes

1 Cf. éd. Germain, Notice, p. 6 et n. 1.

2 Ibid.

3 Montpellier, arch. comm., Arm. G, cass. VI, n° 55, rouleau de 27 feuilles de parchemin.

4 Cf. les lettres d’Honorius III, du 10 mai 1217, confirmant celles d’Innocent III, du 30 janvier 1214 (n.st.). Cf. J. Rouquette, A. Villemagne, Bullaire de l’Église de Maguelone, t. II (1216-1303), Paris-Montpellier, 1914, p. 23-25, n° 231-CL. Potthast – ; et t. I, Montpellier, 1911, p. 348-351 ; n° 194-CXXXIII, pour la lettre d’Innocent III. Potthast –.

5 Cf. éd. Germain, Notice, p. 38 : Item quod nullus debet recipere funus seu sepulturam infra capellam seu capellas predictas, nec in Sancto Thoma, Sancti Guilhermi, nec in capella collegiata Beate Marie de Castro et de Tabulis, nisi de licentia domini prioris, nisi ab antico per priorem fuerit ei concessum de eligendo sepulturam pro ipsi et pro genere ipsorum.

6 Cf. éd. Germain, Notice, § VI, p. 42.

7 Cf. éd. Germain, Notice, § VII sq., p. 42 sq.

8 Bullaire de Maguelone, éd. J. Rouquette, A. Villemagne, t. I, 1030-1216, Montpellier, 1911, p. 387, n° 205. Potthast –.

9 Ibid., p. 387-388 [note].

10 Bullaire de Maguelone, t. II, 1216-1303, Paris-Montpellier, 1914, p. 424, n° 522. Potthast.

11 Ibid., p. 425-426, n° 523. Potthast, 20403.

12 Ibid., p. 425.

13 Ibid., p. 425-426.

14 Cf. éd. Germain, Notice, p. 39-40.

15 Arch. dép. Hérault, G 1261, cf. éd. Germain, Notice, p. 38 : (I) Item non debent dare sepulture aliquod corpus, dum compleverit, videlicet mulier octavum annum et diem, et homo novem et diem, sine lecto Sancti Firmini.

16 Cf. éd. Germain, Notice, p. 40 : Item plus, si sunt aliqui, qui moti devotione vel alias, volunt portari ad sepulturam in bira, postem, estuere, quod hoc possint facere, solvendo secundum concordiam et facultatem, ac si haberent lectum ecclesie parrochialis.

17 Cf. éd. Germain, Notice, § II, p. 39 : Item quod illi qui sunt diciores solvent IIIIor libr. tur. et alii non ita divites non solvent tantum, sed minus, et alii minores secundum facultatem.

18 Cf. éd. Germain, Notice, p. 40 : Item plus, quicunque erit sepultus in sepultura vel tumba in qua sit magnus lapis, solvet pro apertione illius sepulture, sepulto corpore, pro suis laboribus V sol. tur.

19 L’arrêt n’a pu être retrouvé dans le fonds du parlement de Paris aux Arch. nat. : expédition aux arch. dép. de l’Hérault, G 1992 (en mauvais état), avec une copie du XVIIe siècle.

20 Cf. J. Avril, « Mort et sépulture dans les statuts synodaux du Midi de la France », dans La mort et l’au-delà en France méridionale (XIIe-XVe siècle), Toulouse, 1998, p. 343-364 (Cahiers de Fanjeaux, 33).

21 New York, Public Library, ms. Spencer 7, II, f. 24v. Cf. G. CanovaMariani (dir.), La miniatura a Padova dal Medioevo al Settecento, Padoue, 1999, p. 395-397, n° 164-165.

22 Cf. G. Mallet, « Les cloîtres-cimetières du Roussillon », dans La mort et l’au-delà en France méridionale, p. 417-434.

23 Légende dorée du Limousin. Les saints de la Haute-Vienne, Paris, 1993 (Cahiers du patrimoine, 36), p. 191-200, n° 63.

24 Die letzte Reise. Sterben, Tod und Trauersitten in Oberbayern, hrsg. von S. Metken, Munich, 1984.

25 Cologne, Wallfraf-Richartz Museum, cf. Himmel, Hölle, Fegefeueur. Das Jenseits im Mittelalter, Katalog von P. Jezler, Zurich, 4e éd., 1994, p. 111, abb. 81.

26 Cologne, bibl. dioc., cod. 1001b, f. 292r. Cf. Himmel, Hölle, Fegefeueur, p. 269, catal. 78.

27 Cf. R. S. Wieck, Painted Prayers. The Book of Hours in Medieval and Renaissance Art, New York, 1997, sp. p. 117-132.

Notes de fin

* Ce court texte n’est pas inconnu de Régis Bertrand : il en a entendu l’exposé oral lors de la session du Groupe d’histoire religieuse, plus connu sous le nom de Groupe de la Bussière, consacrée en 2003 « aux vivants et aux morts », tenue à Mont-Roland. Il avait été le promoteur en 2002 de ce thème qui emporta l’adhésion des autres membres du groupe.
Sources : Le règlement de 1403 (arch. dép. Hérault, G 1992), et les privilèges de 1403 (arch. dép. Hérault, G 1261) publiés par A. Germain, La paroisse à Montpellier au Moyen Âge. Notice sur l’ancienne église Saint-Firmin d’après les documents originaux, Montpellier, 1860 (= Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, 1860). [Cité = Germain, Notice].
Sur la topographie de Montpellier, voir : J.-P. Valle, « Montpellier », dans J.-L. Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, Paris-Barcelone, 1996, p. 205-229 ; G. Fabre, T. Lochard, Montpellier, la ville médiévale, Paris, 1992 (Études du patrimoine) ; Montpellier, la ville classique, Paris, 1995 (Études du patrimoine).

Auteur

École Pratique des Hautes Études - Section des sciences historiques et philologiques

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540