Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alimentation carnée en Gaule du sud

 | 
Philippe Columeau

Âge du Fer

Texte intégral

Consommation de la viande au cours de l’âge du Fer

1Permanences et évolutions dans la région de l’étang de Berre et dans le Bassin d’Aix

Marseille-Bourse

2Période archaïque 550-450 av. J.-C.

3Il est possible, grâce aux premières études des restes osseux retrouvés lors des fouilles entreprises à Marseille, d’approcher quelques aspects de la consommation de la viande et de l’élevage qui y étaient pratiqués peu après sa fondation. Ces données sont en outre très utiles, puisqu’elles permettent de combler en partie un hiatus qui se glisse dans la chronologie d’occupation des sites riverains de l’étang de Berre, entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’occupation du premier village de l’Île de Martigues.

4Il ne s’agit que d’une petite quantité de matériel, mais qui présente l’avantage d’être bien daté et de provenance connue. Ces os sont datés du milieu du vie s. av. J.-C., jusqu’au milieu du ve s. av. J.-C. Des lots de faune de l’âge du Fer provenant d’autres fouilles de Marseille sont en cours d’étude, et viendront compléter ces données. Les fouilles entreprises à proximité du palais de la Bourse à Marseille par A. Roth-Congès ont recueilli un petit nombre de dents et de débris osseux animaux de provenances diverses.

  • 1 Sourisseau, communication orale.

5Les fouilleurs distinguent trois phases différentes dans l’occupation de cet espace. Une première phase qui correspond au comblement de carrières d’argile est suivie d’une autre au cours de laquelle on procède à l’établissement d’un remblai de nivellement au-dessus du sol précédent. La troisième phase correspond à un sol d’habitat. L’ensemble représente un siècle d’occupation environ, de 560 à 450 av. J.-C.1.

  • 2 Bez, 1995, p. 41-50 ; Chaix et Méniel, 1996, p. 47-48.

6Chaque phase d’occupation n’a pas laissé la même quantité de restes osseux. La phase I (560-500 av. J.-C.) (Fig. 20 à 23) est la plus riche, avec 52,2 % des restes déterminés. La faune de la phase II est un peu moins abondante, avec 39,6 %, tandis que la troisième phase d’habitat est très pauvre, avec seulement 8,1 % des restes déterminés. Les espèces sont essentiellement domestiques : bœuf et cheval pour les grands animaux, porc, mouton et chèvre pour le bétail de taille moyenne (« menu bétail »). Seul un reste (un humérus) de lapin de garenne évoque la faune sauvage. Encore se peut-il que cet animal ait été intrusif lors de périodes plus tardives. Cet ensemble provient vraisemblablement de reliefs de repas. Les traces de découpe ou de consommation sont rares, mais apparaissent sur quelques restes des principaux animaux domestiques : côtes de bœuf et de porc, vertèbre et tibia de mouton. Elles ne sont toutefois pas assez nombreuses pour préciser si la découpe des carcasses au cours des vie et ve s. av. J.-C. à Marseille est différente de ce qui est observé ailleurs sur le littoral méditerranéen2.

7Bien que relativement réduit, ce lot de faune apporte quelques éclaircissements sur certains aspects de la consommation de la viande à Marseille au cours des périodes archaïques. Le choix des espèces est particulier, car il laisse après le bœuf (commun partout) une grande place à la viande de porc, en moyenne deux à trois fois plus abondante que celle de mouton et de chèvre. Chez les caprinés, les chèvres sont beaucoup plus rares que les moutons, selon une proportion d’une chèvre pour 7 à 8 moutons environ. Le cheval est présent parmi les restes alimentaires dès le début de la phase I.

8Le lot de la phase 2 (500-450 av. J.-C.), dont le contexte archéologique est un sol d’habitat, est trop réduit pour pouvoir donner lieu à des interprétations fiables (Fig. 24). Les deux autres lots sont plus étoffés et laissent apparaître des différences qu’il est intéressant de relever. Au cours de la première phase, les animaux abattus sont surtout des adultes (79 %). Au cours de la phase II, la proportion de restes provenant d’animaux adultes est de 71 %. Les proportions d’adultes baissent au profit des animaux jeunes, qui augmentent de 50 %. Ce phénomène concerné surtout la viande de porc. Elle provient d’animaux jeunes dans une proportion plus grande, selon le NR. Cela se vérifie aussi d’après le NMI, mais de façon moins accentuée. Parallèlement les caprinés et les bœufs sont abattus adultes dans des proportions plus fortes. La proportion de restes d’O/C et de moutons jeunes et très jeunes attribués à la phase II est très faible, de l’ordre de 9 %, ce qui indique un abattage quasi-exclusif des animaux de cette espèce à l’âge adulte, comme cela est pratiqué pour le bœuf.

  • 3 Ugolini et al., 1991, p. 196.
  • 4 Columeau, 1997a, p. 18.
  • 5 Sanmarti Greco et al., 1987, pour l’archéologie du site. La faune archéologique a été étudiée par (...)

9Les mesures indiquées (Fig. 27) montrent que les animaux abattus à Marseille sont d’une taille plutôt bien développée par rapport à celles retrouvées sur d’autres sites méditerranéens, comme Béziers3, Salses4, ou Ampurias5. Les bœufs présentent un gabarit proche de celui de Béziers (qui est le plus fort de la région). Les moutons et les porcs ont aussi un gabarit proche de ceux de Béziers, c’est dire qu’ils sont parmi les plus robustes de la région du littoral méditerranéen de la Gaule.

  • 6 Pour la place de Marseille au milieu du contexte indigène, se reporter à Arcelin, 1986, 1989a et b (...)

10Il est possible de comparer les résultats de l’étude de la faune de la Bourse à Marseille, avec ceux obtenus pour plusieurs sites du sud de la Gaule6. Trois aspects des résultats enregistrent des différences qu’il est intéressant de noter.

11L’apport de la chasse dans l’alimentation est important sur l’ensemble des sites étudiés, sauf à Béziers et le gisement de la Rallongue à Mauguio. Salses connaît une proportion de viande de venaison importante et l’Île de Martigues un approvisionnement en viande de cerf de 11 %, intermédiaire entre les habitats de l’arrière-pays et ceux du littoral, mais pour une période légèrement plus tardive (milieu et fin du ve s. av. J.-C.).

  • 7 Fouilles de Ch. Arcelin, inédit.
  • 8 Dedet, 1987, p. 164-169 (pour la faune, voir Columeau, ibid., p. 215-224). Pour la description de (...)
  • 9 Columeau, 1983a, p. 62-65.
  • 10 Columeau, 1991, p. 40-44.

12Les autres sites se trouvent plus à l’intérieur des terres : le Mourre de Sève à Sorgues7, le Plan de la Tour à Gailhan8, les Gardies à Pignan9, la Font du Coucou et Villevieille en Vaunage10. Pour l’ensemble de ces sites, la proportion de viande de bœuf consommée est plus faible que celle retrouvée à Marseille et à Béziers. Si on considère l’apport en viande des animaux de grande taille, bœuf et cheval, les proportions de poids de viande des sites du sud de la Gaule se regroupent au sein d’une variation plus étroite. Selon ce calcul, seuls les sites de Béziers et de Marseille se distinguent par l’importance de leurs proportions de viande de bœuf, qui ne laissent qu’une place très marginale à celle de cheval.

  • 11 9 % des restes de bœufs à Marseille sont attribués à des animaux jeunes et très jeunes, pour la ph (...)

13Des différences dans l’âge d’abattage des animaux existent aussi entre les gisements de l’arrière-pays d’une part, Béziers et Marseille d’autre part. Les bœufs, les porcs et les O/C abattus dans ces deux dernières villes sont principalement des animaux adultes11. Les autres sites laissent une place beaucoup plus large à l’abattage d’animaux jeunes et très jeunes, souvent supérieure à la moitié des restes déterminés par espèces. Dans certains cas les bœufs restent des animaux abattus majoritairement adultes, ainsi au Mourre de Sève (Sorgues), mais le plus souvent les animaux domestiques sont consommés jeunes et très jeunes pour plus de 60 % d’entre eux. L’île de Martigues, dont l’occupation est légèrement postérieure, présente ainsi un faciès intermédiaire, avec des bœufs principalement abattus adultes tandis que les O/C et les porcs sont tués surtout jeunes et très jeunes.

  • 12 La chasse n’est pas représentée à Marseille, si ce n’est par un seul fragment de lapin de garenne.
  • 13 Columeau, 1985, p. 123-130.
  • 14 Jourdan, 1976, p. 297-298.

14L’examen de ce petit ensemble de restes animaux provenant des fouilles de la Bourse à Marseille permet, grâce à une datation précise des phases d’occupation, d’obtenir quelques lumières sur la présence du monde animal dans cette ville, au cours des vie et ve s. av. J.-C. Les données obtenues indiquent que les animaux qui fournissent alors de la viande aux habitants (il s’agit de restes de repas) sont quasi exclusivement des animaux domestiques (Fig. 25 et 26)12. Ces animaux sont adultes, voire âgés pour certains d’entre eux, mais proviennent d’élevages soigneux, et ont une stature bien développée qui les faisait figurer parmi les meilleurs produits connus pour l’élevage de la région. La distribution des espèces, des tranches d’âge des animaux ainsi que leurs dimensions, rapprochent la faune de Marseille de celle retrouvée à Béziers au cours du ve s. av. J.-C. et la distinguent nettement de celle des sites indigènes, qu’ils soient proches de la mer, (comme l’oppidum des Gardies à Pignan, ou encore la Rallongue à Mauguio13) ou situés dans l’arrière-pays. La faune de l’Île de Martigues, située très près de Marseille, mais un demi-siècle, voire un siècle plus tard, se présente comme un intermédiaire entre les modes de ravitaillement en viande de Marseille (et de Béziers) et celui des autres sites du sud/sud-est de la Gaule. Enfin, on notera la faible proportion de restes de chèvres retrouvés à la Bourse pour les périodes hautes, alors que des travaux portant sur le matériel des époques tardives14 ont montré la prédominance de cette espèce dans la faune de Marseille.

  • 15 Ugolini et al., 1991, p. 191.

15Les quelques exemples décrits ici illustrent quelles pouvaient être les modalités de la production de la viande au cours d’une période de deux siècles, qui reste encore peu connue. Après l’âge du Bronze deux faits majeurs se dégagent de l’examen de ces données. D’une part, la position géographique des sites est un élément décisif du mode d’exploitation du milieu. D’autre part, la production et surtout la consommation de la viande ne sont pas restituables à l’identique au sein des sites indigènes d’une part et des agglomérations plus importantes, voire hellénisées, de l’autre15.

  • 16 Columeau, 2000 b.
  • 17 Columeau, ibid.

16En premier lieu, la position géographique des sites induit deux grandes catégories de modes de consommation de la viande au cours des viie et vie s. av. J.-C. La première série regroupe les établissements de l’arrière-pays, situés principalement dans la Vaunage pour ces périodes. L’autre série est constituée des gisements qui se trouvent soit en bordure de la mer, soit en lisière d’une zone humide, comme les sites des rives de l’étang de Mauguio dans le Languedoc oriental (Gard)16. La première caractéristique qui sépare ces deux types d’établissements est la consommation de venaison (Fig. 61). Importante pour les sites de la Vaunage, elle reste faible pour les gisements des rives de l’étang de Mauguio, Tonnerre et Collet Redon17. La datation précise des couches d’occupation des sites de la Vaunage et de Mauguio permet de situer le changement des modes alimentaires après le viie s., au cours du vie s. av. J.-C. En effet la part de la chasse dans le ravitaillement en viande était la même sur la Vaunage et les sites de Mauguio au cours du viie s. av. J.-C., puis elle augmente nettement au début du vie s. en Vaunage, alors qu’elle baisse régulièrement à Tonnerre et Collet Redon, jusqu’à devenir nulle peu avant la fin du vie s. av. J.-C. Ce phénomène ne semble pas lié à des variations climatiques importantes, qui n’ont pas été relevées dans les études paléoenvironnementales.

  • 18 Bravard et al., 1992, p. 9-10.
  • 19 Jalut, 1997, p. 331.

17La période fin viie-fin ve s. av. J.-C. est caractérisée par une phase humide, à précipitations abondantes18, avec un apport sédimentaire important. En l’absence de contraintes dues à une modification sensible du cadre naturel19, il faut rechercher la cause de cette séparation littoral-hinterland dans les réponses apportées par les habitants à des perturbations d’ordre économique, dans la mesure où ce mot n’est pas trop fort pour désigner l’organisation de la production des biens et de leurs échanges au sein des populations des viie et vie s. av. J.-C. Au cours du vie s. av. J.-C à Tonnerre la consommation de viande de bœuf varie, avec une phase plus intense au cours du deuxième quart du siècle.

18Le ravitaillement en viande sur le littoral apparaît perturbé tout au long de cette période, avec même l’apparition de la consommation de viande de cheval à la fin, au moment où, d’après les restes, la chasse n’apporte plus de viande. L’archéozoologie ne peut en apprendre davantage ici, car les sources exploitées ne semblent pas pouvoir fournir des données plus avant dans l’approche de ces phénomènes. Celle-ci doit être conçue, pour progresser davantage, en relation avec les études sur le reste du matériel et notamment sur la céramique, dans ses proportions de fabrication locale ou importée. Il est très probable que la réponse rapide dans de tels axes de recherches, à l’apparition et au développement du commerce sur le littoral et dans l’arrière-pays constitue un des faits majeurs de l’approche de cette période.

19La comparaison des données obtenues pour Marseille, à celles d’autres villes hellénisées du bassin occidental de la Méditerranée, permet de vérifier si le faciès de la distribution de la faune à Marseille est un exemple unique, ou s’il peut se retrouver, et avec quelles variantes, dans d’autres agglomérations.

  • 20 Pour la présentation du site, voir Tréziny, 1989, p. 5-11 et 13-26.
  • 21 Columeau, in : Tréziny, 1989, p. 118-125.
  • 22 Columeau, 1989, p. 120.

20À Kaulonia, en Italie du Sud20, l’étude de la faune des périodes archaïques21 datée du vie ou du début du ve s. av. J.-C. indique que le ravitaillement en viande y était fondé pour les deux tiers sur l’abattage du bœuf, un animal alors de petite taille, et pour le reste surtout sur la consommation de viande de porc. La viande des O/C ne vient qu’en troisième position. Les distributions de la faune consommée à Kaulonia et à Marseille au cours des périodes archaïques sont très semblables, pour les espèces principales. Les caprinés sont essentiellement composés de moutons à Kaulonia, comme à Marseille. La chasse est mieux représentée à Kaulonia, avec des restes de cerfs et de sangliers, ainsi que la pêche (au thon), mais l’apport de la viande d’origine sauvage reste faible, avec 4,6 % du PV. Cependant, le cheval n’apparaît pas à Kaulonia, au sein de la liste des restes de viande consommée au cours de la période archaïque et n’y figurera que plus tard, au cours des périodes hellénistiques (du ve au iiie s. av. J.-C.). Un autre équidé, l’âne, y apparaît beaucoup plus tôt, au cours des périodes classiques datables du vie s. à 380 av. J.-C.22. Ici, les proportions de restes de bœufs, de porcs et d’O/C sont comparables à celles qui ont été retrouvées à Kaulonia, mais sans qu’il soit possible de savoir s’il s’agit là aussi surtout de chèvres ou de moutons.

  • 23 Van Straten, 1995, p. 170-186

21La comparaison avec d’autres sites du bassin occidental de la Méditerranée est difficile pour ces périodes, comme il est également malaisé de retrouver d’autres lots de faune provenant d’habitats grecs bien datés. Du moins peut-on peut se tourner vers une étude23 conduite non à partir des restes osseux mais des figures des vases peints, du calendrier des sacrifices et des reliefs votifs. L’auteur y indique que d’après les vases peints, représentant des sacrifices d’animaux, les proportions des principales espèces, sur 155 cas, donnent 55 à 61 % de bœuf, 11,3 % à 13 % de moutons et 12 % de porcs. D’après les calendriers des sacrifices, pour deux cents cas recensés, le bœuf ne compte plus que pour 3,5 % à 7,4 %, le mouton de 57 % à 58 %, le porc pour 20 %. Les reliefs votifs donnent des valeurs différentes, avec 10 % à 13 % de bœuf, 32 à 33 % de mouton et 46 % à 47 % de porcs. Les sources indiquent des proportions des principales espèces différentes de ce qui a été retrouvé dans les faunes de Kaulonia et de Marseille, d’une part en fonction du nombre de restes (pour les calendriers) d’autre part en fonction du poids de viande. Cependant les indications données par les vases peints sont comparables à ce que pouvait représenter chaque espèce, comme potentiel alimentaire, si on rapproche ces données du calcul du PV des deux villes. Mais alors les O/C auraient une importance nutritive plus grande que dans les villes occidentales étudiées. Les vases figurés ne représentent que des scènes de sacrifice et il doit falloir apporter un élément de correction (à définir) pour obtenir un reflet de la consommation domestique, dont il est question ici. À moins de considérer que dans le monde grec, toute viande consommée passe d’abord par le sacrificateur (hormis, dans la plupart des cas, la viande d’origine sauvage).

  • 24 Georgoudi, 1988, p. 77.
  • 25 Nobis, 1977, p. 231.

22Dans son étude, F. T. Van Straten remarque que les moutons sont sacrifiés adultes. Il ne signale pas le sacrifice d’animaux de lait, pourtant mis en évidence par une étude récente24. Le décompte des viandes sacrifiées d’après les représentations des reliefs votifs donne d’autres chiffres, favorables aux porcs et aux moutons plus qu’aux bœufs. Il semble qu’il soit difficile de retrouver un mode de ravitaillement en viande moyen, d’après des documents figurés, s’ils ne sont pas rétablis dans leurs contextes. En effet, l’analyse de la faune d’un sanctuaire à Tamassos de Chypre25 présente, pour la faune archaïque, deux faciès légèrement différents de la distribution, selon qu’il s’agit de l’un ou l’autre secteur du sanctuaire. Ainsi à l’autel d’Aphrodite-Astarté pour un ensemble de 675 restes déterminés les proportions de porcs sont de 13,4 % du NR et ne sont plus que de 2,6 % du NR (pour 79 restes déterminés) pour le secteur de l’aire est du temple. Les autres espèces sont à peu près inchangées, avec 55 à 67 % d’O/C et 20 % de bœuf. La pauvreté du site en restes de porcs se retrouve aussi pour des lots de faune provenant d’autres sanctuaires du monde grec, tandis que le bœuf et les O/C connaissent aussi des proportions comparables, avec des écarts moindres.

  • 26 D’après Wolff, dans : Brammer, Brein et Wolff, 1978, p. 108.
  • 27 Jarman, 1973, p. 178-179.

Fig. 11
% NR
A/Autel d’Artémis à Ephèse26
B/Sanctuaire de Déméter à Knossos27

Fig. 11% NRA/Autel d’Artémis à Ephèse26B/Sanctuaire de Déméter à Knossos27
  • 28 Columeau, inédit

23Il est néanmoins intéressant de remarquer que les faunes provenant de sanctuaires grecs archaïques ne restituent que de faibles proportions de restes de porc. Il est probable que les animaux livrés au sacrifice ne sont des porcs que dans des cas restreints, ce qui fausserait l’image de leur place réelle dans l’alimentation. Il s’agit en fait de la différence la plus remarquable qui sépare la faune des villes comme Marseille ou Kaulonia, ou encore Mégara Hyblaea près de Syracuse28.

24Une autre différence plus difficile à exploiter est la prédominance des restes de chèvres chez les O/C du sanctuaire d’Artémis à Ephèse, alors que dans les faunes de Marseille, de Kaulonia et de Megara Hyblaea ils restent rares. Cela doit relever de la prescription des rites et invite à la prudence dans l’interprétation des faunes provenant des sanctuaires. Elles demeurent cependant des témoins privilégiés de l’alimentation carnée, en l’absence de données sur des faunes domestiques disponibles.

25Ce bref aperçu des modes de consommation de la viande en milieu grec donne des cadres qui seront utiles pour comprendre comment, au cours de l’hellénisation du littoral méditerranéen de la Gaule, l’influence grandissante des métropoles grecques et principalement de Marseille pourra peser sur l’organisation de l’élevage au sein des habitats indigènes qui se trouvent à proximité, comme l’Île de Martigues ou Saint-Blaise, sur les rives de l’étang de Berre.

Consommation de la viande à l’Île de Martigues

Premier village

Présentation du site et matériel étudié

  • 29 L’étude de la faune de l’Île de Martigues (Chausserie-Laprée et al., 1984a et b ; 1990a ; 1995) in (...)
  • 30 Columeau, 1993a, p. 302-306.

26Lorsque l’analyse de la faune des fouilles du quartier de l’Île à Martigues fut entreprise29, il s’agissait d’obtenir des informations sur le ravitaillement en viande, ainsi que sur la chasse et le bétail d’un grand ensemble d’habitats dont certains éléments chronologiques viendraient compléter les données déjà acquises grâce aux matériels des sites étudiés précédemment30. L’originalité de ce gisement, sa proximité de la mer et de l’étang de Berre, ainsi que la continuité de son occupation du ve au iie s. av. J.-C. ont été des facteurs importants du choix de ce site. L’abondance du matériel osseux animal recueilli lors de la fouille de surfaces étendues était un élément de plus qui garantissait l’élaboration de données fiables, permettant d’approcher une meilleure compréhension du site.

Caractéristiques générales du site et de sa chronologie

  • 31 Chausserie-Laprée, Nin, 1990, p. 39-43.

27Cette première synthèse sur l’un des aspects les plus importants de l’activité vivrière des populations protohistoriques de l’habitat gaulois de l’Île de Martigues bénéficie de cadres stratigraphique et chronologique dont la définition vient d’être tout récemment précisée, du moins pour sa période la plus ancienne31. Globalement l’occupation préromaine du site est scindée en deux phases principales caractérisées chacune par l’édification d’une agglomération propre.

28« On distingue tout d’abord un village primitif (Habitat I) fondé « ex nihilo » sur les alluvions quaternaires qui ont comblé le thalweg de Caronte. Établi peu après le milieu du ve s. av. J.-C., ce village constitue l’un des meilleurs exemples méridionaux d’habitats dits « proto-urbains » sur 3 000 m2. Le plan montre une organisation linéaire et préconçue des constructions, qui s’agencent selon une trame assez stricte d’îlots d’habitation allongés, séparés par d’étroites voies de communication. Faute de l’étude approfondie du mobilier, l’approche chronologique de cet habitat ne bénéficie pas encore d’un découpage systématique par tranche de quart ou de demi-siècle.

29La périodisation proposée tient compte d’abord de l’évolution propre de l’habitat du point de vue architectural et urbain. S’y intègrent naturellement les moments clefs de l’histoire de ce premier village que constituent les deux destructions brutales subies aux veet ive s. av. J.-C. (Périodes 1, 2c).

30Le second village (Habitat II) correspond à une agglomération plus vaste, installée sur les ruines de l’habitat I mais s’étendant très largement au-delà, en particulier vers l’Est. Le gain de la terre ferme sur une zone autrefois inondable et inoccupée se concrétise par la création d’un village bas qui a livré l’essentiel de la documentation utilisée, révélant un mode d’organisation traditionnel proche du précédent. L’occupation de cet habitat II couvre tout le second siècle av. J.-C. et s’achève là encore par une destruction soudaine à la datation précise non encore clairement établie. L’étude du mobilier archéologique de cet habitat II en est à ses prémisses et ne permet pas en l’état actuel de distinguer des périodes à la chronologie resserrée à l’intérieur du iie siècle. Seule a pu être isolée pour cette étude particulière la dernière phase d’occupation du site (période fin iie s. av. J.-C.) correspondant à la destruction de l’habitat et aux contextes qui la précédent immédiatement. Sous réserve de précisions ultérieures, nous pourrons la situer dans la deuxième moitié du iie s. av. J.-C. » (Chausserie-Laprée, in litteris).

Fig. 12
Répartition des restes osseux au sein des différentes périodes de l’occupation de l’Île de Martigues.

Fig. 12Répartition des restes osseux au sein des différentes périodes de l’occupation de l’Île de Martigues.

31Pour ce qui intéresse l’étude de la faune, le moment de la fondation du site et du premier incendie qui ne tarde pas à être décelé (Période 1), n’a laissé que peu de restes. Afin d’obtenir un ensemble de restes osseux suffisant pour être significatif, la faune des Périodes 1 et 2a est regroupée. Les restes osseux des deux autres incendies et destructions des premier et deuxième villages (Périodes 2c, et fin iie s. av. J.-C.) sont distinguées des Périodes 2b, et du iie s. av. J.-C., car ils illustrent des moments très brefs de l’histoire du site dont la faune révèle certains aspects de la vie quotidienne.

  • 32 Columeau, 1988b, p. 94-95.
  • 33 Travaux de M. Sternberg pour l’ichtyofaune (1989, p. 101-120 ; 1998, p. 81-109) et de Pr. Brien-Po (...)

32Il s’agit ici de l’exposé des résultats de l’analyse de l’ensemble de la faune de chaque période. Des résultats partiels, portant sur un échantillon de faune, ont été publiés précédemment32. Les données présentées ici ont été obtenues à partir de l’étude des restes de faune vertébrée terrestre. Les fragments d’ichtyofaune et de malacofaune font l’objet de travaux séparés33, mais il conviendra de garder toujours en mémoire ces deux sources de ravitaillement, qui devaient être considérables pour les habitants d’un site aussi lié à la mer et aux étangs. De ce point de vue, les ressources de l’élevage et de la chasse ne peuvent être considérées que comme une source parmi d’autres de ravitaillement en protéines, comparable, peut-être, à celles provenant de la mer et de l’étang. Les données concernant les oiseaux seront peu différenciées, les restes de ces animaux devant faire l’objet d’une étude spécialisée. Lorsque les restes d’avifaune ne pourront pas être attribués à une espèce commune, ils ne seront mentionnés que sous le terme général d’oiseaux.

33La faune dans son ensemble comprend 8 472 restes déterminés. Les restes indéterminés sont une quantité de débris minuscules, difficiles à prendre en compte (même numériquement) de façon signifiante. L’estimation du nombre minimal d’individus donne une population de 2 134 animaux au moins, soit un taux de 3,9 os par individu en moyenne, ce qui est élevé. Cette moyenne regroupe les os de diverses provenances, rues, sols d’habitats, fosses et dépotoirs. La différence de l’intensité du piétinement entre les rues et les sols des maisons est prise en compte. Les espèces retrouvées sont, chez les animaux domestiques : le bœuf, le cheval, le chien, le mouton et la chèvre, le porc et la poule. Les espèces sauvages sont variées : cerf, sanglier, chevreuil, lièvre, lapin de garenne, loup, renard, hérisson. Parmi les oiseaux sauvages, le corbeau et le canard ont pu être distingués. Chez les animaux sauvages, seul le cerf connaît à l’Île de Martigues une réelle importance alimentaire. Les autres gibiers ne sont pris que très occasionnellement (Fig. 30 à 32).

Périodes 1 et 2a

  • 34 Colomer Arcas, 1992, p. 95 suggère une consommation de cet animal, sans toutefois la déclarer cert (...)

34Le matériel osseux recueilli dans les couches datées de la Période 1 (fondation et incendie) et 2a (fin du ve s. av. J.-C.) est un ensemble réduit, dont le nombre d’individus permet à peine de calculer les pourcentages (NR 306, NMI 83) (Fig. 33). Les espèces sont domestiques, plus le cerf qui est le seul animal sauvage. La viande de chien, adulte, n’est probablement pas consommée régulièrement sur ce site, alors que cela peut avoir été le cas à Lattes34. Le mouton et la chèvre sont inégalement représentés, la chèvre étant beaucoup plus rare que le mouton. En % NR, le mouton regroupe 7,8 % du total des restes déterminés, et la chèvre seulement 1 %. Le NMI donne 6 moutons pour deux chèvres. Les chèvres sont adultes, tandis que les moutons sont abattus jeunes et très jeunes.

35Les données de la Période 2b, qui recouvre le début du ive s. av. J.-C., sont dans l’ensemble assez proches de celles des Périodes 1 et 2a (Fig. 35). Toutefois des différences apparaissent au sein des proportions de certaines espèces. Le lot de restes osseux est plus fourni (1 437 restes déterminés, pour 354 individus).

36Par rapport à ce qui a été vu plus haut pour les sites datés de l’âge du Bronze, les espèces sont plus nombreuses, avec notamment l’apparition du cheval et du coq parmi les espèces domestiques. La chasse est plus variée et rapporte, outre les cerfs, quelques chevreuils et des sangliers. Son importance alimentaire s’accroît, passant de 11 % à 18 % du PV, ce qui la place nettement avant l’abattage des porcs pour la consommation de la viande (Fig. 34 et 36). La viande de porc est moins consommée qu’au cours du demi-siècle précédent, de même que celle des caprinés (27,1 % du PV). Les moutons consommés adultes sont relativement plus nombreux que les jeunes et les très jeunes réunis (55,2 % d’adultes), ce qui est nouveau par rapport à la période précédente. La singularité des proportions des O/C au sein de la Période 2b est aussi due au fait que les chèvres y sont plus nombreuses que les moutons, avec le double de restes attribués à cette espèce et 6 % de plus en individus. De plus les jeunes chèvres et les chevreaux sont plus nombreux que précédemment, mais sans dépasser la proportion de chèvres abattues adultes (51,7 %). L’inversion des proportions de mouton/chèvre propre à cette période ne peut pas dans ce cas être imputée à un nombre trop restreint d’individus pris en compte.

  • 35 Columeau, 1987, p. 215 à 223 (voir aussi pour ce site, Dedet, 1980).
  • 36 Columeau, 1978, p. 226-227.

37Il est plus difficile de suivre l’évolution de la consommation de la viande dans le sud sud-est de la Gaule au cours de la première moitié du ive s. av. J.-C. que pour la période précédente. Peu de sites ont fourni de la faune datée de cette époque et pour ceux qui en ont livré il ne s’agit que de petits lots. Ainsi, il est possible de comparer la faune de l’Île de Martigues à celle de Gailhan35 et de La Roque de Viou36, deux gisements situés dans l’arrière-pays du Gard.

  • 37 Columeau, 1982b, p. 132 ; 1991, p. 47.

38Pour ces deux sites la chasse demeure très importante, avec plus du quart de la viande consommée, tandis que la viande de bœuf devient plus rare. Sa consommation à Gailhan passe de 41 % du PV, au cours de la fin du ve s. av. J.-C., à 33 % au cours du début du ive s. av. J.-C. Le bœuf est absent de la faune de La Roque de Viou pour cette période et est remplacé par le cheval. On peut signaler aussi un tout petit ensemble de faune provenant du Mont Garou (NMI 19)37 qui, malgré le petit nombre de fragments déterminés, indique un accroissement de la chasse au cerf et même au sanglier pour le ravitaillement en viande. La chasse compte pour plus de 28 % de la viande consommée, soit le double de ce qui a été observé à l’Île de Martigues.

Taille des animaux
Bœuf
  • 38 Poulain-Josien, 1976, p. 39-40 ; Audouin-Rouzeau, 1995, p. 80-81 ; Lepetz, 1997, p. 157-158.

39La restitution de la hauteur au garrot du bœuf a pu être estimée pour deux individus, l’un mâle, daté du ive s. av. J.-C, l’autre femelle, du iiie s. av. J.-C. Ces hauteurs au garrot indiquent que les bovins ne semblent pas avoir connu un accroissement de leur taille au cours de ces périodes (Fig. 46). Au cours du iie s. av. J.-C, la population de bœufs se différencie, avec, d’une part, des animaux qui ont le même gabarit qu’au cours des périodes précédentes et d’autre part un groupe de bovins beaucoup plus grands qui correspond à ce qui est communément appelé « grand bœuf » dans la littérature38. À l’Île de Martigues seules des femelles de « grands bœufs » ont été retrouvées. L’accroissement de la taille des bovins peut aussi être observé, plus indirectement, d’après les mesures des dents (Fig. 47) qui confirment la coexistence des deux races au cours du iie av. J.-C.

Porc
  • 39 D’après Teichert, 1969.

40La hauteur au garrot du porc39 est connue pour l’Île de Martigues à partir du iie s. av. J.-C. seulement, aucun os permettant de restituer la hauteur au garrot n’ayant été retrouvé entier pour les périodes antérieures. Au cours du iie s. av. J.-C., la hauteur au garrot du porc varie de treize centimètres, ce qui suppose un cheptel homogène. Les tailles s’étendant de près de 70 cm à plus de 80 cm , les porcs de cette période étaient bien développés, pour la plus grande partie d’entre eux. Des mesures ponctuelles donnent des indications complémentaires sur l’évolution du cheptel porcin au cours des différentes périodes. Les mesures des dents (principalement de m3 inférieure) indiquent un net accroissement de taille entre le ive et le iie s. av. J.-C. Les mesures des phalanges proximales principales indiquent aussi que cet accroissement a été progressif et très sensible entre le iiie et le iie s. av. J.-C. Cet accroissement du gabarit des porcs ne devait cependant pas concerner l’ensemble du troupeau, car les dimensions d’un tibia du ive s. av. J.-C. sont très proches de celles retrouvées au iie s. av. J.-C, pour un individu.

Mouton
  • 40 D’après Teichert, 1975.

41Chez les caprinés, les ovins sont mieux connus que les caprins, qui n’ont pas laissé de restes permettant de restituer la hauteur au garrot40. La hauteur au garrot des moutons est stable du ive au iie s. av. J.-C., avec quelques indications d’une augmentation au cours du iie s. av. J.-C. (Fig. 48). Cette augmentation de la taille des moutons est surtout sensible au cours de la fin du iie s. av. J.-C., mais le détail des différentes phases d’occupation du deuxième village indiquent des hauteurs au garrot qui augmentent dès le début du iie s. av. J.-C., avec trois tailles supérieures à celles des périodes précédentes (> 69 cm). Deux mesures de pièces osseuses datées du milieu du siècle indiquent une stagnation et enfin, parmi les cinq tailles restituées pour la fin du siècle, quatre sont égales ou supérieures à 70 cm , une seule se situant dans la moyenne de ce qui se retrouvait au cours des périodes antérieures.

  • 41 Guillemin, 1992, p. 68.
  • 42 Méniel, 1989 a, p. 67-71 et 1990 b, p. 271-276.

42Au cours de la fin du ier s. av. J.-C., des restitutions de hauteur au garrot de moutons provenant de Saint-Bertrand-de-Comminges41 ou du nord de la France42, donnent des chiffres plus bas en moyenne qu’à l’Île de Martigues, pour des femelles il est vrai : 58 cm à Saint-Bertrand-de-Comminges, 55,5 cm et 64 cm à Beauvais, 58 cm à Creil. L’élevage du mouton à Martigues apparaît donc bien maîtrisé au cours de la fin de l’occupation du second village.

43L’examen des mesures d’autres parties du squelette qui ne conduisent pas à la restitution de la hauteur au garrot, faute d’os entiers, confirme l’augmentation de la taille du mouton du ive au iie s. av. J.-C., à partir du tibia et de l’humérus. Les mesures prises sur ce dernier os, mieux conservé, indique également une augmentation continue au cours du iie s. av. J.-C., avec une amélioration de la croissance au cours de la fin du siècle.

  • 43 Pour le classement des animaux en fonction de leur taille, se reporter à Corbier, 1989, et en dern (...)
  • 44 Columeau, 1997 b, p. 152.
  • 45 5 chèvres pour 4 moutons, mais pour un NMI de 47 en tout.
  • 46 Moulin C., 1980, p. 39, indique que le rendement en viande de cette race est toujours supérieur à (...)
  • 47 Bravard et al., 1992, p. 10 ; Jalut et al., 1997, p. 331.
  • 48 À ce propos se reporter aux travaux de M. Bats (1986) sur le Tell de Saint-Sauveur, et aux travaux (...)

44Cet examen rapide de la faune disponible dans le sud/sud-est de la Gaule montre, au début du ive s. av. J.-C., une perturbation sensible dans la consommation de la viande qui entraîne les populations à rechercher d’autres sources d’approvisionnement que celles qu’ils utilisaient au cours des périodes antérieures. Le bœuf devient plus rare et il est possible que les habitants de La Roque de Viou se tournent vers la viande de cheval, à défaut de celle de bœuf. Tous les sites étudiés témoignent d’un accroissement de la pression de la chasse pour l’approvisionnement en grand gibier. De telles variations ne sont pas aussi sensibles à l’Île de Martigues, où la consommation de viande de bœuf est stable. On a noté plus haut l’accroissement de la chasse, parallèlement à une diminution modérée de la consommation de la viande d’animaux de taille moyenne43. L’inversion de la composition du cheptel de caprinés est l’élément le plus frappant de cette période. Cela a déjà été vu au cours du ve s. av. J.-C. à Mèze dans l’Hérault44 où les chèvres sont un peu plus nombreuses que les moutons45, mais la faune de Mèze est bien faible en nombre d’individus pour pouvoir être un exemple à l’abri de toutes réserves. Il est possible que le bœuf étant plus rare sur l’ensemble du territoire du sud/sud-est de la Gaule, les habitants aient tenté d’équilibrer leurs ressources en viande en accentuant les apports de la chasse. Par ailleurs, les habitants ont tenté à l’Île de Martigues de compenser le déficit en viande de bétail de taille moyenne, par un accroissement de la production de lait de chèvre. Il est possible que le gabarit des chèvres retrouvées à l’Île de Martigues se rapproche de celui des chèvres du Rove. Cette race rustique est une productrice de lait très moyenne selon nos critères actuels, mais qui pouvait paraître satisfaisante pour les gens de l’âge du Fer. La chèvre du Rove a également un rendement en viande intéressant46. Il reste qu’il est difficile d’expliquer la diminution de la consommation de viande de porc, de mouton et de chèvre au cours du début du ive s. av. J.-C. à l’aide des seuls restes osseux animaux. Cette période, qui connaît un changement climatique important47, doit correspondre à un malaise agricole, avec une diminution des zones de pâture et plus généralement un ralentissement du potentiel végétal. Ce malaise, ou ces profondes mutations, doivent atteindre un ensemble d’activités beaucoup plus large que le seul ravitaillement en viande, ou même les échanges d’animaux. Elles pouvaient toucher l’ensemble des échanges, dont les modalités se transforment48.

Période 2c (v. 375-360 av. J.-C.)

45La Période 2c n’est pas une période stricto sensu, mais un moment précis vers le milieu du ive s. av. J.-C., que le fouilleur a pu distinguer grâce notamment à une destruction par incendie. Il s’agit, pour l’étude de la faune, de la représentation d’un moment très court de l’occupation de l’Île, bien situé dans la chronologie. Comparer les résultats obtenus pour une période courte à ceux concernant une durée beaucoup plus longue, portant sur plusieurs générations successives, présente l’avantage de vérifier sur un temps très court, des usages alimentaires qui ne peuvent être décrits, d’après les sources utilisées, que pour des durées très longues, de l’ordre d’une ou plusieurs générations. Les données du matériel de la Période 2c sont en effet différentes de celles de la période précédente ainsi que de celle qui suivra. La place occupée par les restes et la viande de bovins est réduite de près de moitié, compensée par une brusque — et éphémère — augmentation de la viande de cheval, qui décuple les proportions retrouvées lors du demi-siècle précédent. Le cheval ne réapparaîtra dans l’alimentation qu’au cours du iie s. av. J.-C. Le nombre de restes déterminés et le nombre minimum d’individus induisent des résultats fiables, du moins en pourcentages (NMI : 161). L’augmentation de la proportion de viande de cheval n’est pas fortuite, car elle s’accompagne autour de 350 av. J.-C. d’une augmentation faible mais sensible de la consommation de viande de cerf et, surtout, d’une baisse relative de la consommation de viande de bœuf. Malgré quelques réserves (car il s’agit de seulement 22 fragments de cheval, pour 3 individus), il se peut que ce soit là l’illustration d’un moment difficile pour le ravitaillement en viande des habitants, pauvres en bovins. Ils doivent alors compléter leurs ressources en consommant plus souvent (ou de façon exceptionnellement abondante) de la viande de cheval, tout en exerçant une pression plus soutenue sur la capture du grand gibier (la chasse rapportant alors près d’un cinquième de la viande).

  • 49 Chausserie-Laprée, communication orale.

46La fouille a mis en évidence que cette période correspond à un moment de profonde perturbation du site, à une crise grave, probablement due à une intervention militaire49. La faune de la Période 2c serait alors le témoin des expédients trouvés par les habitants pour se ravitailler alors que leurs coutumes ou plus simplement leurs schémas habituels ne sont plus applicables. Le comportement des habitants au cours de cette période est comparable à ce qui a été vu au cours de début du ive s. av. J.-C. : lorsqu’une source d’approvisionnement en viande fait défaut, la pression s’accroît sur d’autres espèces disponibles. La chasse au cerf est un bon indicateur, mais la pression cynégétique ne peut pas être accrue indéfiniment. Les consommateurs se tournent alors vers le cheval pour s’approvisionner en viande de gros bétail, soit en puisant dans leur propre cheptel, soit parce que les habitants ont pu bénéficier de l’opportunité des chevaux (ou d’une partie des chevaux) tués lors des engagements militaires évoqués par le fouilleur. Le bétail de taille moyenne est à peine plus fréquent qu’au cours du demi-siècle précédent (41,5 % du PV au lieu de 38,6 %). Il n’est pas possible aux habitants de se rabattre sur une consommation accrue de viande de porc, de mouton ou de chèvre. Les ressources en viande de ces espèces sont 15 % plus faibles qu’au cours de la fin du ve s. av. J.-C, lors du début de l’occupation du site.

47Sept sites peuvent être comparés à l’Île de Martigues pour cette période à des titres divers. Les correspondances chronologiques de ces sites avec les périodes d’occupation de l’Île de Martigues sont les suivantes :

  • 50 Pour l’archéologie de ce site, voir Dedet, 1971-1972 et 1973.

48Note 5050

49Des blocs diagrammes indiquent les différentes valeurs des espèces domestiques principales pour le calcul du Poids de Viande. On observe une singularité du mode de ravitaillement de l’Île de Martigues, particulièrement visible dans la forte proportion de viande de moutons et de chèvres dont elle a besoin, qui est plus du double de celle des sites comparés.

50Le % PV du bœuf est lui aussi à part, mais de façon moins marquée. La consommation de viande de porc est à peu de choses près identique à celle retrouvée sur plusieurs sites, notamment Mauressip (Fig. 62). Les fréquences sont aussi comparables à celles, antérieures d’un demi-siècle, de Salses. Mauressip dans le Gard est un oppidum de la Vaunage, situé dans les garrigues, tandis que Salses, en Languedoc occidental, est situé en bordure de mer. Le ravitaillement en viande des différents sites pris comme éléments de comparaison et de l’Île de Martigues apparaît peu homogène, tandis qu’une unité plus accusée rapproche les gisements du Gard et de l’Hérault, Gailhan, Vié-Cioutat, Mauressip et les Gardies à Pignans. L’apport de la chasse au ravitaillement en viande est un point qui unit encore plus fortement les sites du Gard entre eux. Le cerf est l’animal qui est chassé le plus régulièrement sur tous ces sites, mais dans des proportions variables. Les sites du Gard connaissent des proportions de PV du cerf considérables. Elles avoisinent un quart des ressources en viande, soit plus que le mouton, la chèvre et le porc réunis. Les sites de l’Île de Martigues, du Mont Garou et de Salses ont un % PV du cerf nettement plus bas, de l’ordre de 11 à 14 %. La chasse connaît sur ces sites une importance non négligeable, mais qui n’a pas le poids décisif dans l’alimentation qui est apparent pour les gisements du Gard.

Période 3a (360-325 av. J.-C.)

51La Période 3a recouvre la seconde moitié du ive s. av. J.-C. La faune datée de cette époque est peu abondante (809 restes déterminés, pour 94 individus au moins) (Fig. 37). L’alimentation carnée au cours de la seconde moitié du ive s. av. J.-C., à l’Île de Martigues, est dominée par l’abattage des bœufs, ainsi que par un affaissement considérable des ressources provenant de la chasse (1,5 % du PV). Le cinquième de la consommation de la viande est partagé quasi équitablement entre le porc (9 % du PV) et les caprinés (11,6 % du PV) (Fig. 38). Pour 23 individus dénombrés, les bœufs comptent 15 adultes au moins, pour un jeune et un très jeune. La consommation de viande de bœuf est prédominante, mais les habitants doivent se contenter d’animaux adultes, probablement de réforme, voire vraiment âgés. Les porcs sont peu nombreux : sur 13 individus, 5 sont adultes, le reste étant réparti également entre les jeunes et les très jeunes, comme lors des périodes antérieures. La distribution des moutons et des chèvres au sein des caprinés est redevenue proche de ce qui a été observé pour les Périodes 1 et 2b. Les moutons sont plus nombreux que les chèvres (environ quatre fois plus). Les adultes chez les moutons sont peu nombreux, alors que les chèvres sont pratiquement toutes abattues adultes. Le schéma des années 350 av. J.-C. est repris, mais avec des modifications qui réduisent le rôle des chèvres dans l’alimentation à un niveau bien inférieur à celui que cette espèce occupait précédemment.

  • 51 Columeau, 1978, p. 226-227.
  • 52 Colomer i Arcas, Gardeisen, 1992, p. 91-110.

52Les fouilles de deux sites ont mis au jour de la faune pouvant être comparée à celle de la Période 3a de l’Île de Martigues : La Roque de Viou (II récent)51 près de Nîmes (Fig. 63) et Lattes au sud de Montpellier52. La faune de La Roque de Viou est abondante pour cette phase, et 241 individus au moins ont pu être dénombrés. Les restes recueillis à Lattes pour la période 325-300 av. J.-C. sont moins nombreux (n° 267). À La Roque de Viou, la pratique du ravitaillement en viande est opposée à celle de l’Île de Martigues. La viande de bœuf a une importance modérée, tandis que la chasse reste très nourricière avec 14 % du PV, soit une position intermédiaire entre les caprinés et le porc. Le porc est deux fois plus consommé à La Roque de Viou, où le ravitaillement en viande est mieux réparti sur l’ensemble des principales espèces qu’au village de l’Île de Martigues. Le cheval vient compléter l’approvisionnement en viande de gros bétail à La Roque de Viou, tandis qu’il est absent de l’Île de Martigues.

  • 53 Colomer i Arcas, Gardeisen, 1992 fig. 10, p. 96.
  • 54 Colomer i Arcas, Gardeisen, 1992, p. 96. La consommation de viande de bœuf chute ensuite, au cours (...)

53Si l’on subdivise la viande consommée en deux catégories, celle provenant de gros animaux (bœuf, cheval, cerf) et celle d’animaux de taille moyenne (O/C, porc, sanglier, chevreuil), l’approvisionnement en viande de chaque catégorie est équilibré entre les deux sites, La Roque de Viou II récent et l’Île de Martigues. À La Roque de Viou II récent, 71,6 % de la viande provient de gros animaux, tandis que les habitants de l’Île de Martigues en consommaient 78,9 %, en ne faisant pratiquement appel qu’au bœuf. L’élevage du bœuf parvenait à satisfaire les besoins en viande de gros animaux à Martigues, tandis que le ravitaillement en viande était plus diversifié dans la Vaunage. À Lattes, le bœuf était modérément abondant. Les bovins fournissent environ 50 % du PV au cours de cette période, avec une tendance à accroître cette proportion un peu avant le changement de siècle53 et on les consomme surtout jeunes54. Les ressources en viande de cheval devaient être très faibles, voire négligeables, bien plus réduites que pour l’arrière-pays. L’apport de la chasse au cerf est à cette époque de l’ordre de 15 % du PV, soit un niveau équivalent à celui apparent à La Roque de Viou.

54Le mode d’approvisionnement en viande à Martigues au cours de la seconde moitié du ive s. av. J.-C. est originale dans le cadre du sud/sud-est de la Gaule, car ses ressources sont fondées pour les trois quarts sur la viande de bœuf. Les viandes d’animaux de taille moyenne ne laissent que peu de place aux produits de l’élevage porcin. Ces deux caractéristiques distinguent nettement l’Île de Martigues de ses deux voisins, pour une période où l’aisance y dominait peut-être la vie quotidienne, contrairement à la période précédente.

55On observe ainsi que le comportement des habitants de l’Île reste cohérent, dans le mode d’approvisionnement en viande, sur une durée de plus d’un siècle. Tout au long de cette période les gens recherchent de préférence de la viande de bœuf et lorsqu’elle est fournie à suffisance, l’abattage des chevaux pour la boucherie disparaît. Cette corrélation pourrait paraître bien fragile, si elle n’était étayée par l’observation de relations identiques avec la recherche de viande de grand gibier. Il est frappant qu’au cours de cette période où le bœuf est abondant, le cerf n’est pratiquement pas retrouvé. La recherche de morceaux de viande provenant de grands animaux est vraisemblablement liée à un mode de vie : elle est un élément constant des études de faune de sites de l’âge du Fer dans le sud/sud-est de la Gaule.

Période 3c (Fig. 28)

56L’évolution de la consommation de la viande au cours du iiie s. av. J.-C. est différente des usages observés pour les périodes antérieures sur plusieurs points. La consommation de bœuf baisse alors considérablement, pour ne plus représenter que la moitié de la viande disponible, au moment où la chasse au cerf redevient un des éléments majeurs de l’approvisionnement. La proportion de restes de porcs est stable par rapport au demi-siècle précédent, mais le mouton et la chèvre regroupent le cinquième de la viande consommée.

57La faune du iiie s. av. J.-C. n’est connue à l’Île de Martigues que par un ensemble moins abondant de restes osseux (NMI : 194), pour une période aussi longue, et il est difficile d’étendre des conclusions à tout un siècle. Il apparaît que cette période est caractérisée par la fin de l’aisance observée au cours des années 350 à 300 av. J.-C. On doit à nouveau recourir massivement à la chasse au cerf pour s’approvisionner en morceaux de viande de grands animaux. À l’occasion, l’abattage d’un cheval complétera le menu. La consommation de viande de mouton est importante, tandis que celle de chèvres reste en retrait. Les habitants de l’Île de Martigues restent des consommateurs de viande de moutons (surtout jeunes et très jeunes) plus que de porcs. Au cours du iiie s. av. J.-C, les habitants semblent confrontés à des difficultés à maintenir des usages alimentaires comparables à ce qui est observé pour les périodes antérieures, centrées sur la consommation (collective ?) de viande de grands animaux et sur l’abattage (privé ?) de moutons pour l’essentiel.

  • 55 Columeau, 1978, p. 230.
  • 56 Colomer i Arcas, Gardeisen, 1992, p. 96, fig 10.
  • 57 Columeau, 1983b, p. 132.

58Peu de sites du sud/sud-est de la Gaule permettent de comparer l’alimentation carnée de l’Île de Martigues au iiie s. av. J.-C. à celle de l’arrière-pays. Dans le Gard, la faune de Nages55 indique, grâce à un ensemble important de restes osseux (NMI : 486), que les habitants de la Vaunage devaient alors aussi diversifier les sources de ravitaillement en viande. Le bœuf n’apporte plus qu’un tiers de la viande, tandis que le ravitaillement est largement tributaire de l’abattage des chevaux (pour près d’un cinquième de la viande). La chasse au cerf complète les ressources en viande de grands animaux, pour 15 % du PV. En additionnant le PV du bœuf, du cheval et du cerf, on obtient un pourcentage de viande de grands animaux de 70 %, pour 67 % à l’Île de Martigues. À Nages, la viande de porc est consommée plus largement que celle de mouton. L’alimentation carnée est également très différente à Lattes au cours de cette période. La viande de bœuf ne représente que 11 % du total de la viande consommable, qui est essentiellement fournie par les animaux de taille moyenne, O/C et porcs. Des restes de cerfs sont retrouvés, mais dans des quantités très faibles (1,4 % du PV). Les habitants de Lattes ne consomment pratiquement plus de viande de bœuf, deux fois moins qu’à la fin du ive s. av. J.-C.56. Comme à l’Île de Martigues, les restes de moutons sont plus abondants que les porcs. C’est là le seul point commun entre les deux modes de ravitaillement en viande, qui apparaissent pour le reste étrangers l’un à l’autre. Il est à remarquer que l’analyse des restes osseux du Mont Garou (NMI 32)57, indique là aussi un affaissement des ressources en viande de bœuf, lié à une préférence pour la consommation de viande de mouton, caractéristique du mode alimentaire des habitants situés près de la côte.

Deuxième village

59ie et deuxième moitié du iie s. av. J.-C. (Fig. 41 à 44)

  • 58 Pour le contexte archéologique de cette période, se reporter à Chausserie-Laprée, 1996, p. 32-39.

60Les différences de la consommation de la viande entre le ive, iiie et le iie s. av. J.-C. ont déjà été brièvement évoquées plus haut58. Au cours de cette période, l’affaiblissement des proportions d’O/C s’accompagne, en valeurs relatives, d’une augmentation importante de celles des restes de bœuf et de porc (Fig. 41). La chasse reste à un niveau bas, sans réelle portée économique. Les fortes proportions d’O/C en NR ne se retrouvent pas d’après l’estimation du NMI, qui donne des chiffres faibles, les plus bas de toute l’occupation du site pendant l’âge du Fer. Cela est dû en partie au nombre assez élevé de fosses contenant de larges échantillons de squelettes de moutons, qui faussent le rapport NR/NMI de cette espèce par rapport au reste de la faune déterminée. En fait le calcul du NMI donne des résultats conformes à ceux de l’ensemble des sites : un net recul des fréquences de la viande de moutons et de chèvres. L’alimentation carnée au cours du iie s. av. J.-C. s’organise autour d’une demande forte en viande de bœuf, pour près des deux tiers du PV total, et plus faible en viande de mouton et de chèvre. La viande de porc est représentée plus largement qu’au cours du iiie s. av. J.-C., à l’exception toutefois de la Période 2c (Fig. 42).

61Le mode de consommation de la viande change entre le premier et le deuxième villages. Chez les caprinés les chèvres sont moins nombreuses que les moutons, (38 % de chèvres). Toutes les chèvres ne sont pas abattues adultes : 20 % sont jeunes, 9,3 % ne sont encore que des chevreaux. Les moutons adultes sont moins fréquents (56 %), tandis que les jeunes rassemblent là aussi 20 % des animaux et les très jeunes presqu’autant. Les éleveurs s’attachent à prélever la même proportion (et non le même nombre) de chèvres et de moutons jeunes pour l’abattage, ce qui suppose une gestion rigoureuse des troupeaux. Le cheval n’occupe qu’une place occasionnelle dans l’alimentation avec moins de 1 % du PV La chasse ne rapporte plus que 6 % environ de la viande, en cumulant les apports du cerf, du chevreuil et du sanglier. Le sanglier est plus rare que le cerf tout au long de l’occupation du site, sans que cela semble dû à des causes naturelles, car il devait peupler les rives de l’étang de Berre en aussi grand nombre que le cerf. Les autres espèces sauvages témoignent de l’existence à proximité du village de forêts denses, mais leur rareté montre que les habitants ne devaient pas les exploiter complètement, sauf pour le cerf.

62La toute fin du iie s. av. J.-C. a pu être mise en évidence lors de la fouille et du regroupement des lots de faune. Elle est contemporaine ou précède de peu de temps l’abandon du site, qui ne sera réoccupé qu’au cours de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge. Pour cette période très courte, le lot de restes osseux est de taille moyenne avec 803 restes déterminés et 223 individus au moins (Fig. 43).

  • 59 Columeau, 1978, p. 231.

63Le mode de ravitaillement en viande de la fin du iie s. av. J.-C. est le même que celui de l’ensemble du siècle, à 1 % près. Les chèvres se raréfient, tandis que les bœufs abattus jeunes sont deux fois plus fréquents. Il se peut que les violences qui accompagnent la fin de l’occupation du site soient à l’origine de l’abattage des jeunes bovins, plus que la mise en place tardive d’un élevage réservé pour la boucherie. Le ravitaillement en viande de l’Île de Martigues apparaît, au cours de l’occupation du second village, équilibré et organisé autour d’une production de viande de bœuf suffisante, et d’un goût plus marqué pour la viande de porc (Fig. 44). La comparaison avec la faune de l’oppidum de Nages (Gard)59 indique plus nettement la spécificité de l’économie de l’Île de Martigues au cours du iie s. av. J.-C. (Fig. 64). A Nages les ressources en viande restent encore de type traditionnel, avec l’exploitation d’un large éventail d’espèces disponibles. La chasse reste un des éléments majeurs des ressources en viande (20 % du PV) et la viande de cheval y est toujours consommée pour plus de 10 % du PV.

64Il est toutefois possible de discerner certaines variations, qui, confrontées aux résultats obtenus par les travaux des naturalistes et principalement des paléo-géographes, indiquent avec netteté la spécificité de ce site. On y observe des caractéristiques propres à la fois à des milieux dont la datation s’étend sur un siècle et pour du matériel daté beaucoup plus précisément, de l’ordre d’un demi-siècle, voire d’un quart de siècle. Comme cela a été vu auparavant pour les établissements du viie au vie s. av. J.-C., la chasse ne représente sur le site de l’Île de Martigues qu’une part marginale des ressources en viande. Celles-ci sont organisées autour de la production de bœufs et, de plus en plus, de porcs. Il s’agit d’un faciès alimentaire qui se rapproche de celui retrouvé à Entremont, au cours du iie s. av. J.-C., où la faune comprend aussi une grande quantité de restes de porcs. Une telle évolution de l’organisation des ressources en viande n’est pas représentée partout dans le sud/sud-est de la Gaule de façon identique.

  • 60 Columeau, dans Garcia, Bernard, 1997, p. 138 et CD-ROM.
  • 61 Bats, 1986, p. 2 5 a pu supposer que les huileries d’Entremont ont pu fonctionner grâce au marché (...)

65L’étude de la faune du Buffe Arnaud, à Saint-Martin de Brôme (Var)60 est une bonne illustration de la différence qui sépare désormais les établissements des confins nord de la Confédération salienne à ceux du littoral proche de Marseille, peu avant la conquête par les armées romaines. Tout en étant prudent, il faut y voir là une trace de l’influence de l’agglomération marseillaise et principalement de son monnayage, qui facilite un commerce de colportage dont l’impact sur les économies indigènes n’est pas à négliger. Il est possible que pour la périphérie élargie de Marseille, les commerçants colporteurs aient précédé (voire préparé ?) la venue des soldats romains61. Il est alors piquant de remarquer que cette influence des petits commerçants ait été ressentie jusque dans l’alimentation incitant, on ne sait pourquoi, les indigènes de la périphérie de Marseille à consommer plus de viande de porc, selon semble-t-il, le goût romain, tandis que ceux du nord du Var conservaient des habitudes alimentaires plus anciennes.

66Il ne s’agit là bien évidemment que d’une hypothèse et qui ne porte que sur une partie du matériel archéozoologique de cette région. Mais des recherches plus systématiques sont à entreprendre dans ce sens et plus précisément sur les sites de la ceinture de Marseille, qui permettront de vérifier ou (et c’est déjà beaucoup) de quantifier l’influence de cette agglomération sur les établissements indigènes proches, à un moment de leur histoire où rien de ce qui pouvait venir de Rome ne devait être innocent.

67D’une façon plus générale, il est utile de comparer le mode de consommation de la viande des habitants de l’Île de Martigues à celui d’autres stations littorales contemporaines. S’il est encore trop tôt pour disposer de données sur la faune de sites comme Antibes, Arles ou Marseille, il est possible de faire appel aux travaux entrepris sur le matériel osseux de Lattes pour le comparer à une partie du premier village et à celle du second village de l’Île de Martigues (à partir de la Période 3a).

  • 62 Colomer I Arcas, et Gardeisen, 1992, p. 93, indiquent la répartition des restes animaux déterminés (...)
  • 63 Columeau, 1999, p. 95.

68La comparaison avec les données archéozoologiques provenant des fouilles de Lattes est délicate, car les quantités de restes et d’individus pris en compte par phases chronologiques sont peu élevées et il faudrait regrouper plusieurs phases pour obtenir des lots manipulables qui soient comparables aux lots de faune pris en compte sur les autres sites62. Toutefois les conclusions de l’auteur sur l’ensemble du iiie s. av. J.-C. indiquent une concordance entre la zone 1 de Lattes (la seule prise en compte) et les données obtenues pour l’hinterland, et particulièrement la Vaunage, à deux différences près. On y observe une forte consommation de viande de porc à Lattes, accompagnée d’une chasse pratiquement inexistante — rejoignant en cela les observations effectuées sur d’autres établissements proches d’une zone humide, comme les sites de l’étang de Mauguio pour les viie et vie s. av. J.-C., et pour l’Île de Martigues pour des périodes contemporaines. La détermination de la faune archéologique de l’oppidum des Caisses à Mouriès, dans la vallée des Baux, confirme la part négligeable de la chasse, pour les deux derniers siècles avant J.-C dans l’alimentation des populations habitant à proximité d’une zone humide63.

  • 64 Py, 1992, p. 318.
  • 65 Bats, 1992, p. 287 à 289.
  • 66 Georgoudi, 1988, p. 77 ; Détienne, 1972, p. 206-211.

69Dans un essai de synthèse, les données sur la faune mammalienne de Lattes ont été comparées à des quantités de poissons et de coquillages qui constituent les autres provenances de protéines, puis à des lots de tessons64 pour tenter de retrouver des indices sur le niveau de vie des habitants. Les résultats en sont encore peu exploitables, pour des méthodes en cours d’élaboration. Cependant l’apport de l’examen de l’utilisation culinaire de la vaisselle65 est riche d’enseignements. L’auteur met en lumière, notamment, le rôle primordial de la viande bouillie dans l’alimentation carnée à Lattes, à partir d’une forte proportion de vaisselle en forme de marmites. Ces données sont à mettre en relation avec les résultats de l’étude de la faune de l’Île de Martigues et avec les travaux sur l’alimentation en milieu grec66 qui indiquent de façon surprenante que les animaux de lait sont bouillis avec des aromates, tandis que les bêtes « faites » (plus âgées) sont préparées rôties. Il est tentant d’avancer ici une hypothèse, qui devra être vérifiée lorsque les céramiques de l’Île de Martigues seront publiées dans leur totalité : on peut supposer qu’à l’Île de Martigues la viande était préparée de la même façon qu’en milieu grec (ou hellénisé), sans préjuger du niveau d’hellénisation perceptible ou non dans le mobilier archéologique autre que les restes animaux. Ainsi les animaux très jeunes (agneaux et porcelets consommés, morceaux de veaux) auraient pu être préparés bouillis, tandis que les animaux plus âgés — « jeunes » et « adultes » — auraient été préparés rôtis. Bien sûr il n’est pas prudent de rapprocher deux cultures de façon trop rigide, mais ces usages sont peut-être fondés sur le souci de tirer le meilleur parti de la viande et pouvaient être pratiqués à l’extérieur ou à la frange de milieux hellénisés. Ils proposent au moins des éléments de réponse à des questions qui, dans un environnement privé d’écriture, restent d’interprétation malaisée.

  • 67 Sternberg, 1989, p. 101-120 ; 1998, p. 81-109 (sp. 86-92).
  • 68 Sternberg, 1992, p. 111-124 et 1998, op. cit.
  • 69 Brien-Poitevin, 1992 en général et 1996, p. 314-314.
  • 70 Feugère, 1992, p. 159.

70Parallèlement l’étude des restes de poissons67, dont les restes sont en nombre considérable68 et de coquillages69, indiquent la part considérable de la pêche et de la collecte des coquillages dans les ressources en protéines, relativement à la faune. Cette importance est confirmée par l’étude très intéressante sur le mobilier métallique, qui met en lumière le rôle marginal des ressources en viandes à Lattes en raison même de la nature du secteur fouillé : celui-ci serait principalement composé d’habitations de pêcheurs, dont le statut social est connu pour être pratiquement au plus bas de l’échelle sociale70. Les habitations des agriculteurs et des éleveurs se situeraient alors « plus à la périphérie de la zone de fouilles ». Ces remarques expliquent de façon cohérente la faible quantité d’ossements retrouvés et le caractère marginal de sa représentativité, car il s’agit dès lors de l’alimentation carnée d’une communauté de pêcheurs au sein d’un village côtier et non d’un échantillon représentatif de la population paysanne littorale.

71La consommation de viande à Lattes évolue du ive au iie s. av. J.-C., avec une augmentation des O/C vers la fin de la période, alors que cette espèce était restée stable entre les années -350 et -200. Les viandes de porc sont consommées de façon stable tout au long de la période, avec environ un tiers des restes, tandis que les bœufs se raréfient, pour devenir trois fois moins fréquents au cours de la fin de la période. Les âges d’abattage restent stables. Par ailleurs, à la suite de l’étude de l’ensemble de la faune des villages, il a été possible de comparer un large échantillon de restes osseux provenant de la fouille des rues à un autre qui regroupe ceux provenant de l’intérieur des cases, pour les restes datés de la Période 2. Ce rapprochement n’a pas permis de dégager des éléments nouveaux sur la place de la faune dans la vie quotidienne des habitants si ce n’est, peut-être, les traces d’un début de souci de propreté qui aurait fait repousser hors de l’habitation les restes animaux les plus gros, au cours du tournant du ive et du iiie s. av. J.-C.

Faune provenant des fosses

  • 71 Les fosses retrouvées dans les sols des cabanes contiennent des ossements d’animaux, qui sont : « (...)

72La faune archéologique de l’Île de Martigues comprend aussi un grand nombre de restes de moutons déposés dans de petites fosses. Le statut de ces restes est ambigu, car leur dépôt n’est pas d’origine alimentaire. Le choix de l’espèce est aussi un témoignage de l’importance du mouton dans la vie économique et alimentaire des habitants de cette agglomération71.

73On y rencontre de manière inhabituelle un pourcentage très élevé d’ossements de moutons jeunes et surtout très jeunes, semblant parfois correspondre au squelette complet d’un ou plusieurs animaux. Ces dépôts conservent rarement la connexion anatomique de parties importantes de l’animal — deux cas concernent la connexion calcanéum-talus — et se trouvent généralement associés à des résidus de foyers (cendres, charbons). Les onze fosses répertoriées dans l’habitat II offrent une configuration proche, mais présentent plus fréquemment (3 cas) l’association d’espèces différentes (bœuf, porc, Carnivore) et correspondent peut-être, alors, à de simples poubelles alimentaires. Le dossier des dépôts d’ossements des habitats de l’Île de Martigues n’apporte que peu de renseignements sur la fonction de tels aménagements, mieux perceptibles à la lumière des fouilles de Saint-Pierre-les-Martigues où les fosses, en cours d’étude, sont beaucoup plus nombreuses. Cependant, sur le site de l’Île, leur caractère très différent de celui des habituels dépotoirs culinaires, la composition générale du dépôt lui-même et surtout leur apparente recrudescence lors de la période la plus critique de l’habitat I, concourent à leur donner sinon une valeur rituelle, tout au moins une fonction symbolique même si celle-ci est aujourd’hui impossible à préciser.

74Le plus souvent, l’animal a été découpé en morceaux avant d’être jeté dans la fosse. L’examen des restes osseux a montré l’existence d’un amas contenant en connexion deux fragments de bassin entre lesquels se trouve un fragment de calcanéum. Un autre amas contient les restes d’un humérus (pour sa partie distale), d’un scapula sans sa cavité glénoïde, de la partie distale d’un métatarsien et d’une phalange antérieure, dans des positions telles qu’elles ne peuvent pas être des connexions anatomiques. Le membre antérieur de l’agneau a été sectionné au moins en trois parties. Les morceaux de viande déposés dans la fosse sont de petite taille ; il ne s’agit pas d’un débitage en quartiers et encore moins d’un animal entier.

  • 72 Columeau, 1991, p. 157-161.

75Il arrive souvent que les fosses contiennent le squelette presque complet d’un jeune agneau, mais accompagné de restes osseux d’un autre agneau, lui-même représenté par quelques morceaux seulement : un talus, ou une épaule. Certaines fosses contiennent plusieurs espèces, un agneau et un porcelet ou un fragment de porc adulte. Il arrive aussi qu’il y ait un fragment de mouton adulte, trouvé au milieu du squelette d’un jeune agneau. Les fosses les plus nombreuses sont datées de la courte Période 2c : dix-neuf fosses sur les trente-trois qui ont été retrouvées. La destination de ces fosses est difficile à déterminer à l’aide de la seule analyse des restes osseux, mais il apparaît le plus souvent qu’il s’agit de fosses contenant les restes d’un agneau d’environ trois mois, plus rarement de deux ou trois agneaux déposés ensemble, comme cela a été observé pour quelques fosses faisant l’objet d’une étude préliminaire de la faune de Saint-Pierre-les-Martigues72. Dans ce cas il semblerait qu’il s’agisse du squelette complet ou presque complet d’un agneau, accompagné des restes de morceaux d’un ou de deux autres agneaux.

  • 73 Boessneck, 1969, p. 351.

76Pour les fosses contenant un agneau, il s agit le plus souvent d un jeune mâle, d’après l’examen du talus73. Toutefois le caractère anatomique qui permet la sex-ratio n’est pas absolu et il peut se glisser quelques femelles, mais ce sera une exception. On observe que l’argile de la fosse est toujours mêlée à des cendres contenant des charbons de bois. L’enfouissement devait se dérouler de façon presque toujours semblable. Il est très probable que ces fosses ont été creusées dans le sol des cabanes, puis un feu était allumé à l’intérieur, ou bien on y jetait un lit de braises, sur lesquelles les morceaux de viande étaient déposés. Le tout devait se consumer partiellement, puis la fosse était rebouchée et les braises non complètement consumées se sont transformées en charbons de bois. Les viandes devaient à peine avoir le temps de griller superficiellement, car il n’y a que rarement des traces de brûlures sur les os. Il ne semble pas que ces restes soient d’origine alimentaire, sauf bien sûr pour les parties des agneaux qui ne sont pas retrouvées lors de l’examen du contenu des fosses. L’absence de textes et la rareté du matériel qui accompagne ces fosses ne permet pas de savoir dans quel but elles ont été creusées.

  • 74 Lebas, 1982, p. 90-92, Pousset, 1947, p. 120-123.
  • 75 Économie Rurale, L. II, 1, 20.

77L’agnelage des troupeaux de moutons, élevés en extensif, comme c’est probablement le cas ici, a lieu à la fin de l’été et il ne nécessite pas (ou peu) d’affouragement. Il est très probable que les enfouissements d’agneaux de trois à quatre mois environ aient eu lieu au cours du mois de décembre. À trois mois environ, les agneaux ne sont plus nourris exclusivement du lait de leur mère mais ils peuvent encore, si on les laisse faire, téter à l’occasion74. Dans l’Antiquité Vairon75 situait d’ailleurs le sevrage normal de l’agneau vers quatre mois, car l’animal devait être considéré comme sevré lorsqu’il ne tétait plus du tout sa mère tandis qu’actuellement les éleveurs le considèrent prêt au sevrage dès que cela ne lui est plus strictement indispensable. Il n’est pas possible, bien sûr, d’obtenir la date précise de l’enfouissement des jeunes agneaux, mais du moins de le situer à la fin de l’automne, ou au début de l’hiver.

  • 76 Georgoudi, 1988, p. 79 précise les distinctions que faisaient les anciens Grecs dans les différent (...)
  • 77 Lagrand, 1979, p. 86 ; Chausserie-Laprée, 1990a, p. 59 ; Nin, 1999, p. 266-267.
  • 78 Le matériel osseux de Saint-Pierre-les-Martigues, déterminé par l’auteur, est malheureusement enco (...)
  • 79 Foster, 1984, p. 80.
  • 80 Gateau, 1993, p. 98 ; Py, 1990, p. 294 ; Garcia, 1993, p. 805.
  • 81 Colomer y Arcas, Gardeisen, 1992, p. 105-110.
  • 82 Columeau, 1985, p. 126-128 et 130.
  • 83 Petit, 1989, p. 147.
  • 84 Columeau et Petit, 1997, (1996), p. 937.

78Si les modalités d’enfouissement sacrificiel d’animaux sont bien connues pour le monde grec76, il n’en va pas de même pour celui des habitants du Midi de la Gaule, en l’absence de tout texte qui traite de ce sujet. Il faut remarquer que cette pratique se retrouve, plus développée encore, à Saint-Pierre-les-Martigues, village contemporain situé à quelques kilomètres de l’Île de Martigues77. Un grand nombre de fosses du même type ont été mises au jour et leur contenu déterminé78 : il s’y trouverait des fosses à très jeunes moutons mais aussi à de très jeunes chèvres, ce qui suppose une date d’enfouissement supplémentaire au tournant du printemps et de l’été, au cours du mois de Juin, car les chèvres mettent bas aussi dans le courant de l’hiver79. Ces fosses diffèrent des dépôts d’ossements considérés comme des dépôts de fondation décrits pour le sud de la Gaule80, mais se rapprochent de ceux retrouvés en Méditerranée orientale. Les fouilles de Lattes81 et celles de Mauguio82 n’ont pas mis en évidence de telles pratiques qui fussent publiées. Feu de cas analogues sont reportés par ailleurs, si ce n’est à Salses, pour un cas seulement où il s’agit d’une fosse cendreuse dont le matériel a pu être partiellement examiné par l’auteur. Il semble bien cependant qu’il s’agisse d’un très jeune mouton dont les membres au moins sont en connexion anatomique, pour leur extrémité distale (métapode, phalanges I, II et III). Des vérifications du dépôt osseux d’une urne du palais d’Amathonte à Chypre, par l’auteur, ont aussi abouti à la détermination de moutons très jeunes83. Il se pourrait donc que cette pratique de l’enfouissement d’un ou plusieurs jeunes agneaux ait été répandue sur une aire géographique très vaste, mais qu’elle n’apparaisse pas ou peu dans les publications, faute d’analyses de la faune (en l’absence de spécialistes sur place, les ossements sont parfois interprétés comme des restes humains, au moment de la fouille, conduisant à penser à une inhumation) ou d’intérêt pour ces fosses, somme toute fort modestes84.

Fig. 13
Distribution des fosses de l’Île de Martigues au cours des différentes périodes.

Fig. 13Distribution des fosses de l’Île de Martigues au cours des différentes périodes.

Description sommaire du contenu des fosses

79Une seule fosse est datée des Périodes 1 et 2a : elle contenait des restes de trois agneaux.

80La Période 2c comprend onze fosses à un seul agneau, cinq fosses à deux agneaux, deux fosses à trois agneaux et une fosse qui contenait quatre agneaux.

81Quatre fosses sont datées de la Période 3 : une d’entre elles contenait un seul agneau, deux contenaient les restes de trois agneaux et une quatrième fosse contenait des restes de quatre agneaux et un mouton adulte.

82Les sols de la Période 3b contenaient deux fosses : une à un seul agneau et une autre à deux agneaux.

83La fouille du deuxième village a livré sept fosses : deux à un seul agneau, une à deux agneaux, trois contenaient des restes de moutons et de porcs, une septième enfin contenait des restes de mouton, de bœuf et de chèvre.

Traces de découpe et modes de cuisson85

  • 85 Rodet-Belarbi, 1990b, p. 23-24 ; Lignereux, Peters, 1996, p. 59-65 (pour le bœuf), p. 65-66 (pour (...)

84Les esquilles osseuses de l’ensemble du site de l’Île de Martigues sont parvenues très dégradées, brisées et altérées en surface par les chiens, les rongeurs et les racines. En général la plupart des esquilles portent de multiples traces, dont certaines peuvent être interprétées comme des traces de consommation (fines rayures pratiquées au couteau). Un examen attentif des esquilles n’a pas révélé la présence de telles traces.

85Il est plus aisé de distinguer les traces de découpes, plus larges et plus profondes. Elles sont peu nombreuses relativement au nombre total d’ossements examinés. Les chevilles osseuses des chèvres et des moutons portent le plus souvent des traces de sciage ou des traces de coups de tranchoir portés à leur base. Cela est probablement dû — au moins pour les chèvres — à la recherche de la corne comme matière première. Chez le mouton et la chèvre, des traces de découpe sont aussi apparentes sur les côtes et le bassin, la scapula, le radius, le tibia, le talus. Une trace de découpe a pu être observée sur un radius de cheval, daté de la Période 2b. Quelques os de bœuf portent des traces de découpe : un tibia, un métatarsien et une phalange proximale, tous datés du iie s. av. J.-C. De nombreuses côtes de porcs, mais aussi un cubitus portent des traces de découpe. Chez les animaux sauvages, le cerf et le chevreuil ont laissé des os porteurs de traces de découpe, au niveau du bassin chez le cerf et sur un tibia pour le chevreuil. Plusieurs os portent des traces de brûlures plus ou moins intenses, qui varient d’une couleur brun-rouge au blanc-ivoire en passant par le noir charbonneux : des mandibules et phalanges de caprinés, un tibia de chevreuil et plusieurs bois de cerf non travaillés.

Fig. 14 Ulna de capriné portant des traces de découpe.

Fig. 14 Ulna de capriné portant des traces de découpe.

Artisanat

86L’utilisation de l’os, des cornes et des bois comme matière première ne fait aucun doute à l’Île de Martigues, dès les périodes hautes. Le prélèvement quasi-systématique des cornes de chèvres a déjà été signalé plus haut. Les bois de cerf sont aussi parmi les matières premières les plus recherchées, tout au long de l’occupation du site. Le premier bois de cerf portant des traces d’aménagement est daté de la Période 2b. Toutefois les plus fréquents sont retrouvés au cours du iie s. av. J.-C. et plusieurs bois de cerf ne portent que des traces de sciage ou de début de sciage et de débitage à la base et à la naissance des andouillers de massacre.

87Le débitage peut être opéré à la scie, ou à l’aide d’instruments tranchants, comme tranchoirs ou hachoirs. Certains portent les traces d’un aménagement plus poussé, afin d’obtenir vraisemblablement des manches de couteau. L’andouiller est alors séparé de la ramure par sciage et fracture, puis scié pour séparer l’extrémité (trop fragile ?), enfin percé d’un trou longitudinal pour pouvoir introduire la fusée de la lame du couteau. Un fragment d’andouiller s’est cassé lors de cette phase terminale de l’aménagement et l’artisan (ou l’habitant quel qu’il soit, sans préjuger d’une division du travail) l’a abandonné. Enfin il a été trouvé une rondelle en os, percée de deux trous. La paroi osseuse qui a servi de matière première semble trop grande pour provenir d’un os de cerf : il doit s’agir d’un fragment de diaphyse d’un os de bœuf ou de cheval. Cette rondelle peut avoir servi dans le vêtement ou pour l’assemblage d’un filet de pêche, bien qu’elle semble fragile.

Fig. 15 Disque en os percé de deux trous. Longueur : 59 mm Épaisseur : 5 mm

Fig. 15 Disque en os percé de deux trous. Longueur : 59 mm Épaisseur : 5 mm

Fig. 16 et 17 Bois de cerf façonnés en manches de couteau (2e village).

Fig. 16 et 17 Bois de cerf façonnés en manches de couteau (2e village).

Fig. 18 Métacarpien de cerf portant des traces de découpe (2e village).

Fig. 18 Métacarpien de cerf portant des traces de découpe (2e village).

88En guise de conclusion à propos de la consommation de la viande à l’Île de Martigues au cours de l’âge du Fer ou identité des sites des rives de l’étang de Berre et singularité de l’oppidum d’Entremont.

89L’alimentation carnée de l’Île de Martigues évolue au cours de l’âge du Fer en deux grandes phases principales. La première phase recouvre l’occupation du premier village jusqu’à sa destruction à la fin du iie s. av. J.-C. Cette longue période de plus de quatre siècles est caractérisée par une continuité dans le mode de ravitaillement en viande. Trois périodes brèves et perturbées jalonnent l’occupation du premier village et ont des répercussions sur les usages alimentaires. La phase 2c est la plus remarquable pour la consommation de la viande. Au-delà de ces fluctuations, les caractéristiques qui définissent le choix des espèces pour leur viande sont stables et ne sont abandonnées que lorsque des conditions particulièrement pénibles contraignent la population. Elles sont reprises et adaptées dès que la vie redevient plus calme.

  • 86 Columeau, 1982 b, p. 131-137 (sp. p. 136).
  • 87 Columeau, 1996, p. 132.
  • 88 Méniel, 1990, p. 274.

90La comparaison de l’alimentation carnée à l’Île de Martigues avec celle des autres sites connus du sud/sud-est de la Gaule, indique une séparation des habitats situés près de la mer (Martigues, Salses, le Mont Garou86) de ceux qui se trouvent plus à l’intérieur du pays, comme la Vaunage ou Vié-Cioutat. L’Île de Martigues connaît une économie pastorale ou, tout au moins, des ressources en viande stables plus tôt que les habitats de l’arrière-pays. La différence est rendue sensible par les proportions de l’apport de la chasse, qui reste nécessaire dans les sites de la Vaunage, alors qu’elle se marginalise à l’Île de Martigues dès la fin du ive s. av. J.-C. Le site est en cela dans la ligne retrouvée pour le ve s. av. J.-C. à Salses. La consommation de viande de cerf est un bon indicateur des différences de ces cultures, par ailleurs très proches. L’abandon progressif de la consommation de viande de venaison à Mauguio, évoquée plus haut pour le vie s. av. J.-C., se retrouve ici, mais décalé de plusieurs siècles. Il est tentant d’évoquer ici l’épuisement des ressources en cerfs sur la région proche, en raison d’une trop forte pression cynégétique. Cette grande chasse se retrouve encore pratiquée au cours du haut Empire à la villa de Saint-Julien-les-Martigues, il est vrai dans le contexte d’une seule villa, au lieu d’une agglomération87. La chasse redeviendra importante au cours du iiie s. av. J.-C., mais dans des proportions plus faibles qu’en Vaunage au cours de la même période. La stabilité des ressources en viande apparaît aussi par la faible participation de l’abattage des chevaux. Ces animaux devaient être présents sur le site dans une proportion qui n’est pas connue, mais ils ne se retrouvent parmi les restes alimentaires que lors de perturbations graves (au cours de la phase 2 c). Le reste du temps leur abattage est très occasionnel, du même ordre que ce qui est retrouvé par ailleurs en Gaule du Nord88.

  • 89 Brien-Poitevin, 1996, p. 315.
  • 90 Ibid.

91En l’absence de données comparables, il est difficile d’estimer quelle était la part réelle de la pêche et du ramassage des coquillages dans l’alimentation des habitants. Ces ressources devaient certainement être considérables et compléter celles de l’élevage et de la chasse. Il se pourrait que l’alimentation carnée des sites côtiers et celle de l’arrière-pays aient présenté des différences, les sites côtiers consommant relativement plus de moutons et de chèvres, alors que ceux de l’arrière-pays se seraient ravitaillés davantage en viande de porc et en venaison. Pour parvenir à comparer les ressources réelles en protéines de ces deux familles de sites, il faudrait compléter l’étude de la faune mammalienne des sites côtiers, par celle de la consommation de produits de la pêche ainsi que les coquilles et même les oiseaux. Mais il n’est pas encore possible d’harmoniser ces fréquences avec celles des équivalents en viande. Cette idée est toutefois à retenir, pouvant servir d’outil pour des réflexions à plus grande échelle, et surtout lorsque les travaux en cours sur la consommation des produits de la mer auront rendu possible de rapprocher la pêche et l’élevage. Des travaux récents89, ont déjà mis en évidence une évolution des modes de consommation des coquilles qui peut se rapprocher chronologiquement des changements intervenus dans le ravitaillement en viande au cours du iie s. av. J.-C. Il a été montré que le ramassage des coquilles se modifie fondamentalement après le iiie s. av. J.-C. en Narbonnaise. Les moules, qui constituaient l’essentiel des mollusques consommés, sont remplacées par les huîtres, sans qu’un déficit naturel des bancs ait pu être remarqué. Ce changement de goût coïncide avec l’introduction des armées romaines dans certains cas, mais il les précède souvent, indiquant une pénétration de certains aspects du mode de vie « romain » avant la victoire militaire et bien avant que la romanisation soit sensible dans l’alimentation carnée des habitants. La facilité à se procurer des coquilles, en l’absence de tout investissement préliminaire, voire même d’organisation, est certainement une des raisons principales de cette adaptation rapide90.

92La reconstruction du village à l’Île de Martigues au début du iie s. av. J.-C., (« second village »), n’est pas accompagnée de changements des modes alimentaires dans leurs caractéristiques principales, contrairement à ce qui se passe à Lattes au même moment. Cependant, des détails différent de ce qui était rencontré au cours de la première occupation : la consommation de viande de porc devient plus forte, tandis que celle de mouton et de chèvre se réduit sensiblement. Parallèlement, le bœuf est, lui aussi, consommé plus souvent. Enfin, le rôle de la chasse est devenu à l’Île de Martigues tout à fait marginal. Ces données caractérisent l’alimentation dans le second village jusqu’à sa destruction.

  • 91 Gateau, 1993, p. 97, présente en quelques lignes les états des spéculations sur ces fosses, notamm (...)

93Le changement des modes d’alimentation carnée entre le premier et le second villages ne doit pas masquer la continuité qui a été retrouvée dans deux aspects de l’utilisation des animaux par les habitants. L’artisanat de l’os des deux villages est pauvre, les témoignages de façonnage d’objets en tabletterie sont très rares. Le plus courant est le travail des bois de cerf, que ce soit pour fabriquer des manches de couteau ou pour obtenir des plaques percées de trous, dont la destination n’est pas connue. L’autre utilisation des animaux concerne le dépôt dans des petites fosses de morceaux d’agneaux de moins de six mois, plus rarement de dix-huit mois. Cette pratique se retrouve plus ou moins fréquemment tout au long de l’occupation des deux villages, avec un pic au cours de la phase 2c. L’interprétation de ces fosses est difficile, mais il ne s’agit pas de restes alimentaires au sens strict, c’est-à-dire de dépotoirs pour les reliefs de repas. Ils seraient alors d’une plus grande variété qui serait le reflet des menus retrouvés par ailleurs. Ces fosses ne peuvent pas être considérées comme représentatives d’une habitude alimentaire, étant par nature des milieux clos, très ponctuels, différents des surfaces ouvertes des sols d’occupation et des rues. Le caractère particulier ou « votif » de ces fosses est retenu actuellement91, mais il est nécessaire d’attendre le résultat des fouilles du site voisin de Saint-Pierre-les-Martigues pour l’affirmer pleinement.

  • 92 Columeau, 1996, p. 134.

94L’étude de la faune des fouilles de l’Île de Martigues a permis de mettre en évidence certains aspects originaux de la vie quotidienne des habitants au cours de l’âge du Fer. Bien que des fouilles soient entreprises sur les sites du pourtour de l’étang de Berre depuis de nombreuses années, l’étude de la chasse, de l’élevage et du ravitaillement en viande des populations riveraines en est encore à ses débuts. Des développements prometteurs sont attendus avec l’étude du matériel provenant de sites voisins, notamment de Saint-Pierre-les-Martigues, mais aussi de Marseille, dont l’influence sur le commerce et le genre de vie des habitants des rives de l’étang de Berre devait être considérable92.

95L’étude de la faune de deux oppida du sud de la Gaule offre l’occasion de présenter quelques notions préliminaires sur le mode de ravitaillement en viande des habitants des agglomérations proches de Marseille, à La Cloche près de l’étang de Berre (Commune des Pennes-Mirabeau, Bouches-du-Rhône) et Entremont, au-dessus d’Aix-en-Provence.

  • 93 Chabot, 1983, p. 39-42.
  • 94 Voir aussi Columeau, 1993 a, p. 306-307.
  • 95 Columeau, 1996, p. 134-135.

96L’oppidum de La Cloche est situé sur les contreforts de la chaîne de La Nerthe93. La faune datée de la fin de l’âge du Fer regroupe 503 restes déterminés, pour 155 individus au moins94 (Fig. 51 et 522). Les restes animaux déterminés proviennent de reliefs de repas. L’essentiel est attribué au mouton, qui est abattu adulte pour les deux tiers, jeune pour le tiers restant. Les agneaux sont très rares, de même que les chèvres (2,3 % des O/C), ce qui contraste avec ce qui sera retrouvé sur les rives orientales de l’étang de Berre95 au cours des périodes gallo-romaines et tardives, où la chèvre sera beaucoup plus abondante que le mouton. Chez le mouton, les restes sont relativement bien répartis entre ceux provenant des membres antérieurs et ceux des membres postérieurs, ce qui indique une consommation locale de l’ensemble du squelette. Les restes osseux sont très mal conservés sur l’oppidum de La Cloche, tandis que les dents ont mieux résisté. Les côtes et les vertèbres sont trop abîmées pour les identifier, mais le rachis devait être consommé sur place, au même titre que les membres antérieurs et postérieurs.

Fig. 19
Entremont, bois de cerf percé de deux trous, en cours de façonnage (photo A. Chéné, CNRS).

Fig. 19Entremont, bois de cerf percé de deux trous, en cours de façonnage (photo A. Chéné, CNRS).

97Les porcs, moins nombreux, mais plus massifs, fournissaient près d’un cinquième de la viande. La moitié des animaux consommés étaient jeunes, quelques uns très jeunes. Il est possible qu’il y ait eu vente au moins partielle de jambons ou de salaisons de viandes de membres postérieurs, qui sont déficitaires sur le site, d’après la distribution anatomique des restes. Le surplus de la production de viande porcine aurait ainsi été dirigé vers une agglomération, probablement Marseille, dont la taille suggère un marché important de consommateurs.

98Les bœufs, presque tous adultes, ne représentent que la moitié de la viande consommée sur place. Les proportions de % NR des membres antérieurs et postérieurs sont, chez cette espèce, plutôt favorables aux membres postérieurs, mais la différence entre les deux parties de l’animal, un peu supérieure au quart, ne parait pas significative d’un négoce de la viande. Si toutefois cela avait existé, c’est la viande de l’épaule qui aurait été vendue, car ce sont les os des membres antérieurs qui sont les plus rares.

99La quasi-totalité des restes provient de trois espèces seulement, le mouton, le porc et le bœuf. La chèvre est présente, mais très rare : sur un échantillon de 30 déterminations spécifiques, seules quatre chèvres ont pu être dénombrées, ce qui représente une chèvre pour dix moutons environ. Les seize autres espèces ne sont présentes qu’à l’état de traces.

100À Entremont, une partie de la faune de la fin de l’occupation a été étudiée, qui regroupe 2 577 fragments déterminés. L’étude du matériel archéologique n’est pas terminée à ce jour, et il n’est possible de ne donner ici que les résultats en NR.

  • 96 Lefebvre, 1982, p. 103-133 (sp. 127-133). Pour la faune, voir Columeau, 2001 et à paraître a, p. 1 (...)
  • 97 Columeau, 1997, dans Garcia et Bernard, 1997, p. 138 et CD-ROM.
  • 98 Columeau, 1978, p. 240.

101À la différence de La Cloche, la faune archéologique de la dernière phase d’occupation d’Entremont est principalement composée de restes de porcs, dont le nombre dépasse légèrement celui des O/C (4 % de plus) (Fig. 56). En l’état actuel des connaissances, c’est le seul cas pour le sud-est de la Gaule, mais il est vrai que la faune des autres oppida qui entourent Marseille à la fin de l’âge du Fer est très mal connue. Il reste que cela constitue une différence avec la faune de La Cloche (Fig. 65). L’étude de la faune d’autres sites indigènes de la ceinture proche de Marseille permettrait seule de délimiter la zone d’influence de cette agglomération. Mais il est déjà probable que cette influence n’ait pas été du même ordre à La Cloche et à Entremont. Cette préférence pour la viande de porc se retrouve, dans un autre contexte, au sein de la faune de l’oppidum de Jastres en Ardèche96 (Fig. 59-60), à l’opposé de ce qui a été observé pour l’oppidum du Buffe Arnaud dans la vallée du Verdon97. Dans les cas de Jastres et d’Entremont, les porcs représentent un peu plus de 40 % du NR, mais à Jastres les O/C sont moins importants qu’à Entremont, avec 25,8 % du NR, tandis que les bœufs représentent l’essentiel de la consommation de la viande, avec une forte proportion (28,3 %) de NR attribués. L’examen du détail du prélèvement des restes de faune archéologique lors des fouilles de l’oppidum de Jastres, révèle que les restes de porcs sont majoritaires dans presque tous les secteurs, sauf deux (sur 18 secteurs individualisés). Il ne s’agit donc pas là d’un phénomène isolé à un secteur particulier de la fouille. Bien que peu représentée, la chasse à Entremont apparaît également sous un jour différent de celui observé sur les rives de l’étang de Berre au cours des périodes précédentes avec des restes de sanglier plus nombreux que ceux de cerf. Ce phénomène se retrouve aussi au sein de l’oppidum de La Cloche, rompant ainsi avec une tradition fort ancienne d’une chasse au grand gibier qui privilégiait la prise de cerf, notamment à Martigues et à Saint-Blaise, mais aussi dans le Gard pour les oppida de la Vaunage98.

  • 99 Columeau, 1997, dans Garcia et Bernard, 1997, p. 138 et CD-ROM.
  • 100 Méniel, 1996, p. 313.

102L’examen de lots de faune archéologique disponibles pour le sud/sud-est de la Gaule au cours de la fin de l’âge du Fer, indique qu’à bien des égards le mode de ravitaillement en viande des petites agglomérations indigènes subit des transformations profondes qui affectent principalement les quantités de viandes fournies par chaque espèce. Ces variations sont intéressantes car elles sont vraisemblablement significatives de modifications équivalentes dans les modes d’élevage. Elles ne sont pas unifiées, mais comme autant de solutions individuelles, difficilement transposables à l’ensemble d’une région. L’étude récente d’un petit lot de faune d’un oppidum des confins de la confédération des Saliens, le Buffe Arnaud près de Gréoux (Alpes de Haute-Provence)99 confirme cet éclatement des solutions proposées aux problèmes de ravitaillement en viande à la fin de l’âge du Fer. La faune de l’oppidum de La Cloche apparaît comme plus conforme à ce qui pouvait être attendu pour une distribution des espèces dans un lot de faune d’un oppidum du sud de la Gaule, avec une forte proportion de restes d’O/C qui poursuit, avec des variations plus ou moins accusées, une évolution qui se distinguait autour de l’étang de Berre au cours de l’âge du Fer. À l’inverse le faciès de la faune archéologique de l’oppidum d’Entremont est surprenant et ne peut être comparé à aucune autre donnée connue actuellement. Et c’est d’autant plus intéressant qu’une forte consommation de viande de porc est considérée soit — pour les périodes gallo-romaines comme un signe de la pénétration des mœurs romaines dans l’alimentation, soit — pour l’âge du Fer, comme une habitude qui se retrouve surtout dans les bourgs du centre et du nord de la Gaule100. Or cet oppidum ne se situe ni dans l’un ni dans l’autre cas, mais à l’interface entre deux mondes qui procèdent de deux cultures condamnées à se mêler ou à s’affronter. Il n’appartient pas à la seule étude de la faune d’établir quel est l’environnement culturel d’un habitat. Mais les habitudes alimentaires d’un groupe humain sont toujours chargées de sens et c’est par cette voie que l’examen de la consommation de la viande dans les oppida du sud/sud-est de la Gaule au cours de la fin de l’âge du Fer contribue à la distinction des fluctuations qui précédaient ou accompagnaient, chez les populations indigènes, le début des périodes gallo-romaines.

Conclusion

103L’examen de quelques sites du sud/sud-est de la Gaule, occupés de la fin de l’âge du Bronze à la fin de l’âge du Fer met en évidence une évolution en plusieurs phases, qui se superposent parfois. La transition entre les âges du Bronze et du Fer est marquée à la fois par un bouleversement climatique et par l’apparition d’échanges « commerciaux », plus ou moins discrets au début, mais qui se développent très vite, dès la fin du vie-début du ve s. av. J.-C. On observe alors sur les sites étudiés une tendance à maintenir un « mode de vie », au moins alimentaire, proche de celui qui a été observé pour la fin de l’âge du Bronze, mais perturbé tant par des données naturelles en évolution (le climat change et devient plus humide) que par des pressions extérieures influentes.

104Ces perturbations sont d’abord sensibles sur les sites du littoral (Mauguio, Salses, puis l’Île de Martigues) et entraînent des réactions pouvant être qualifiées de « rattrapage ». Le bœuf, qui devient un animal convoité, tend à manquer dans l’alimentation quotidienne. Il est alors remplacé par des morceaux de cerf et non de sanglier, espèce pourtant présente et bien plus prolifique. Au-delà d’une simple équivalence en poids de viande, le bœuf et le cerf étant considérés comme de grands animaux, on approche peut-être là de l’existence d’une association d’espèces (bœuf-cerf), qui était alors plus puissante que les seules opportunités de capture. Cette association n’était pas fortuite, étant reprise dans la classification actuelle des mammifères (les cerfs et les bœufs sont tous deux membres de la famille des bovidae). La préférence constante pour la consommation de viande de cerf sur celle de sanglier est aussi le signe d’une identité culturelle, du moins au niveau alimentaire, qui relie les habitants du littoral méditerranéen des Gaules. Une telle cohésion devait être forte, puisqu’elle se prolonge jusqu’à la conquête romaine. Dans ce contexte, le cerf doit être un animal qui jouit d’un statut particulier, sans que l’archéozoologie puisse parvenir à mettre en évidence un quelconque confinement des hardes, comme cela a été montré pour le haut Empire, près d’Orange.

105Le statut du bœuf au cours de l’âge du Fer dans le sud de la Gaule apparaît différent de celui retrouvé pour les périodes gallo-romaines et le Moyen Âge. La consommation de viande de bœuf encore jeune est au cours de l’âge du Fer un phénomène fréquent, qui suppose que ces animaux ne sont pas élevés prioritairement pour servir d’animaux de trait.

  • 101 Lefebvre, 1982, pour l’archéologie de ce site et supra, note 96.
  • 102 Tagliacozzo, 1996, p. 326.
  • 103 À Bolsena (Tagliacozzo, ibid.) les mesures prises sur le radius des bœufs indiquent une dimension (...)
  • 104 Columeau, 1996, p. 130-131.
  • 105 Lepetz, 1995, p. 72.
  • 106 Brunaux, Méniel, 1983, p. 15-20.

106Le gabarit des animaux reste stable tout au long de l’âge du Fer et de petite taille. Toutefois, les troupeaux de bovins indigènes peuvent avoir compris, principalement à la fin de l’âge du Fer, des animaux d’une taille exceptionnellement élevée. Il s’agit de cas rares. Ainsi à Jastres-nord101, oppidum de la fin de l’âge du Fer des rives de l’Ardèche, et qui surplombe la vallée du Rhône, on observe la présence de bœufs de 123 à 148 cm de hauteur au garrot, soit presque aussi grands que ceux retrouvés en Italie centrale, lors des fouilles de la Citerne n° 5 à Bolsena102, pour une période contemporaine. Pour certaines mesures, comme celles qui ont été prises sur l’extrémité distale du radius, les données obtenues sont même supérieures à celles de Bolsena103. Si certains animaux de l’âge du Fer pouvaient être de grande taille, alors pourquoi les éleveurs ne les ont-ils pas généralisés ? Les travaux entrepris sur la faune archéologique des sites de l’étang de Berre104 ont mis en évidence que les éleveurs de l’Île de Martigues étaient capables de faire augmenter régulièrement la taille de leurs moutons au cours de l’âge du Fer (Fig. 66). Cependant, celle des bœufs stagne. Lepezt et Brunaux105, Méniel106, ont montré que l’approche du concept de bœuf de boucherie était différent au cours de l’âge du Fer et de nos jours.

107Au cours de l’âge du Fer, pour ce qui est des bovins, le but des éleveurs n’est pas d’obtenir des bœufs de grande taille de façon courante, mais de disposer d’animaux plus petits, voire plus nombreux, dont la maîtrise, l’abattage et surtout l’écoulement de la viande étaient plus aisément assurés. Il est en effet logique de penser qu’en l’absence d’aide à la conservation, il est plus facile d’écouler et de consommer environ 180 kg de viande que 500 kg ou 600 kg, au sein de communautés numériquement réduites ou tout au moins limitées. Les bovins beaucoup plus grands, rares mais indéniablement présents comme ceux de Jastres, pouvaient être réservé à des sacrifices publics qui, réunissant l’ensemble de la population d’un village, limitaient les risques de perte de grandes quantités de viande. L’observation de cas d’alimentation publique actuels a permis de quantifier un peu mieux les possibilités nutritionnelles de l’abattage d’un bovin de petite taille qui, pour deux cents kilos de viande environ, a permis à quatre cents personnes de festoyer ensemble. L’abattage, le dépeçage et surtout la cuisson sur des fosses remplies de braises a nécessité dix heures de travail pour cinq hommes : la consommation de la viande d’un bœuf ne peut pas être une activité courante qui demeurerait de l’ordre du privé ou, tout au moins, de la famille. L’élevage de troupeaux de bœufs de petite taille se prolonge jusqu’à la fin de l’âge du Fer en Gaule du sud, tandis que les archéozoologues qui s’intéressent au nord des Gaules commencent à observer l’apparition d’animaux plus grands un peu avant la conquête, dès la fin de La Tène. Ce n’est qu’au début de l’Empire que des bœufs de plus grande taille se mêlent systématiquement au cheptel.

108Au cours du ve s. av. J.-C., la comparaison des restes de bœufs retrouvés à Salses le Port, dans un contexte indigène et à Béziers dans des milieux hellénisés présentent des différences constantes de gabarit, avec les animaux chétifs à Salses, tandis que les restes des meilleurs spécimens ont été mis au jour à Béziers. Il ne s’agit pas là d’un cas isolé, les bœufs de petite taille se retrouvant encore exclusivement au sein de la faune de Vieille-Toulouse, peu avant ou au tournant de l’ère chrétienne et même au début de l’Empire, à Saint-Bertrand-de-Comminges. Pour qu’une partie de leur viande ne soit pas perdue, les bovins de grande taille devaient être distribué au sein de communautés nombreuses et bien organisées.

  • 107 Brien, 1996, p. 315.
  • 108 Bravard et al., 1992, p. 10.
  • 109 Furtwängler, 1993, p. 447.
  • 110 Richard, 1996.
  • 111 Gardeisen, 1995, p. 119.

109L’alimentation carnée se modifie sensiblement après le iiie s. av. J.-C, et tout au long du iie s. av. J.-C. La faune de l’Île de Martigues, abondante pour ces périodes, en est une bonne illustration, mais il est frappant que les modifications observées dans le choix de la viande (donc du goût), aient eu un équivalent dans le ramassage et la consommation des coquilles. Alors que les indigènes mangent des moules — notamment des moules assez grandes, comme Mylillus gallo-provincialis107, ils les délaissent après le iiie s. av. J.-C, pour se tourner vers les huîtres. Pour ne garder que ces deux exemples, le tournant du iiie et du iie s. av. J.-C. apparaît très important dans cette partie de la Gaule et suppose que des changements profonds ont lieu au sein de la société, sans que l’archézoologie parvienne seule à les retrouver pleinement. Dans l’impossibilité qu’il y a à relier ces changements avec des modifications du cadre naturel (le climat en principe ne change pas entre la fin du iiie et le iie s. av. J.-C.)108, il faut rechercher les causes de ces perturbations ailleurs, dans le petit commerce des colporteurs109 et une utilisation plus large du monnayage110. Les échanges sont aussi plus vastes dans les produits proposés. Trois tombes d’Ensérune contiennent des offrandes, dont le squelette de trois pintades, oiseaux d’Afrique, qui peuvent ne pas avoir une origine indigène, bien que l’auteur signale cet animal comme introduit en Gaule du Sud dès le vie s. av. J.-C.111.

  • 112 Leveau, 1993, p. 21-22 ; 1966a, p. 68-75 ; voir aussi l’étude très complète sur les rives de l’éta (...)
  • 113 Py, 1989, sp. 132 ; 1992, p. 5-6.
  • 114 Leveau, 1996a, p. 68-75.

110L’approche des sociétés indigènes de la fin de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer est plus complexe que la seule description des modalités de la consommation de la viande. Les relations de l’homme avec le milieu font actuellement l’objet de recherches en collaboration avec des géographes, que ce soit pour de vastes régions ou au sein d’études micro-régionales112. Bien souvent, les investigations conduites sur un sujet précis ne parviennent qu’à repousser plus haut dans le temps les questions qu’elles espéraient résoudre. Il faut bien reconnaître que nos connaissances sur l’articulation de la société, sur la propriété privée, sur l’organisation des échanges, (même d’animaux) sont encore embryonnaires. Beaucoup de points restent obscurs, dont on ne voit pas, en l’absence de textes, comment parvenir à les éclairer pleinement. Ceci étant tout n’est pas négatif et certains points sont mieux connus, l’organisation de l’alimentation, de la vie domestique113 ou l’organisation de l’occupation de l’espace114.

  • 115 Columeau, 1989. Une autre nécropole, plus tardive que celle d’Agde, a livré des ensembles d’offran (...)
  • 116 Columeau, 2001, p.l31-134.

111Pour l’alimentation, il n’est pas encore possible d’apprécier si celle des indigènes est suffisante ou s’ils souffrent de carences, ni quelle place la consommation de la viande occupe dans l’alimentation en général. Si on avait cru pouvoir approcher cette question à travers les offrandes funéraires, en quelque sorte calquées sur les repas des vivants, cet espoir a été vite déçu devant la médiocrité des vivres offerts : une mandibule, un bas de pattes115… De même, il est très difficile de discerner, à la fin de l’âge du Fer, ce qui parmi la faune des puits de Vieille-Toulouse, provient d’offrandes alimentaires ou de simples dépotoirs116. Les sources existent, qui permettent d’accumuler les données, mais dans beaucoup de cas encore des références manquent, qui permettraient de croiser et, par là, de confirmer les résultats obtenus. Ou, tout au moins, de mieux les comprendre. Actuellement les travaux en relation avec les géographes et les paléoenvironnementalistes sont pleins de promesses. C’est à l’aide de confrontations de ce type qu’il sera possible, petit à petit, de mettre en place une approche des sociétés indigènes de l’âge du Fer qui soit moins éloignée, sinon comparable, de celle qui est entreprise pour les sociétés historiques.

Données archéozoologiques de l’âge du Fer

112Marseille-Bourse, distribution de la faune au cours des trois phases d’occupation

Fig. 20
Faune de la phase - 560-520 av. J.-C.

Fig. 20Faune de la phase - 560-520 av. J.-C.

Fig. 21
Marseille-Bourse, distribution des espèces de la phase I A, 560-520 av. J.-C., d’après le PV.

Fig. 21Marseille-Bourse, distribution des espèces de la phase I A, 560-520 av. J.-C., d’après le PV.

Fig. 22
Faune de la phase 1B 520-500 av. J.-C.

Fig. 22Faune de la phase 1B 520-500 av. J.-C.

Fig. 23
Marseille-Bourse : distribution des espèces de la phase 1 B, selon le PV.

Fig. 23Marseille-Bourse : distribution des espèces de la phase 1 B, selon le PV.

Fig. 24
Faune de la phase II 500-450 av. J.-C.

Fig. 24Faune de la phase II 500-450 av. J.-C.

Fig. 25
Ensemble de la faune.

Fig. 25Ensemble de la faune.

Fig. 26
Ensemble de la faune.

Fig. 26Ensemble de la faune.

Fig. 28 L’île de Martigues, Tableau général des proportions des restes de faune en fonction des périodes.

Fig. 28 L’île de Martigues, Tableau général des proportions des restes de faune en fonction des périodes.

Fig. 29 Proportions des espèces en fonction des périodes.

Fig. 29 Proportions des espèces en fonction des périodes.

Fig. 30
L’Île de Martigues, distribution des bovins en fonction de l’âge, au cours des différentes périodes.

Fig. 30L’Île de Martigues, distribution des bovins en fonction de l’âge, au cours des différentes périodes.

Fig. 31
L’Île de Martigues, distribution des porcs en fonction de l’âge au cours des différentes périodes.

Fig. 31L’Île de Martigues, distribution des porcs en fonction de l’âge au cours des différentes périodes.

Fig. 32 Distribution des O/C en fonction de l’âge, au cours des différentes périodes.

Fig. 32 Distribution des O/C en fonction de l’âge, au cours des différentes périodes.

Fig. 33 L’Île de Martigues, faune des Périodes 1 et 2a.

Fig. 33 L’Île de Martigues, faune des Périodes 1 et 2a.

Fig. 34
L’Île de Martigues, Périodes 1 et 2a, distribution des espèces en fonction du poids.

Fig. 34L’Île de Martigues, Périodes 1 et 2a, distribution des espèces en fonction du poids.

Fig. 35
Faune de la Période 2b.

Fig. 35Faune de la Période 2b.

Fig. 36
L’Île de Martigues, distribution des espèces de la Période 2b, d’après le PV.

Fig. 36L’Île de Martigues, distribution des espèces de la Période 2b, d’après le PV.

Fig. 37 Période 3a -350/-300.

Fig. 37 Période 3a -350/-300.

Fig. 38
L’Ile de Martigues, distribution de la faune de la Période 3a, d’après le PV.

Fig. 38L’Ile de Martigues, distribution de la faune de la Période 3a, d’après le PV.

Fig. 39 L’île de Martigues, faune de la Période 3b.

Fig. 39 L’île de Martigues, faune de la Période 3b.

Fig. 40
L’Ile de Martigues, Période 3b, distribution des espèces en fonction du poids.

Fig. 40L’Ile de Martigues, Période 3b, distribution des espèces en fonction du poids.

Fig. 41
Période iie s. av. J.-C. (sauf fin iie s. av. J.-C.)

Fig. 41Période iie s. av. J.-C. (sauf fin iie s. av. J.-C.)

Fig. 42
L’Île de Martigues, distribution de la faune du iie s. av. J.-C., d’après le PV.

Fig. 42L’Île de Martigues, distribution de la faune du iie s. av. J.-C., d’après le PV.

Fig. 43 L’Île de Martigues, faune de la fin du iie s. av. J.-C.

Fig. 43 L’Île de Martigues, faune de la fin du iie s. av. J.-C.

Fig. 44
L’Île de Martigues (fin du iie s. av. J.-C), distribution des espèces en fonction du poids

Fig. 44L’Île de Martigues (fin du iie s. av. J.-C), distribution des espèces en fonction du poids

Fig. 45 Mesures de la faune archéologique de l’Île de Martigues.

Fig. 45 Mesures de la faune archéologique de l’Île de Martigues.

Fig. 46
L’Île de Martigues, hauteur au garrot des bœufs.

Fig. 46L’Île de Martigues, hauteur au garrot des bœufs.

Fig. 47
L’Île de Martigues, bœuf, dimensions des dents.

Fig. 47L’Île de Martigues, bœuf, dimensions des dents.

Fig. 48
L’Île de Martigues, mouton, évolution de la hauteur au garrot du ve au iie s. av. J.-C.

Fig. 48L’Île de Martigues, mouton, évolution de la hauteur au garrot du ve au iie s. av. J.-C.

Fig. 49
L’Île de Martigues, mouton, évolution de la hauteur au garrot au cours du iie s. av. J.-C.

Fig. 49L’Île de Martigues, mouton, évolution de la hauteur au garrot au cours du iie s. av. J.-C.

Fig. 50
L’Île de Martigues, mouton, évolution des dimensions de l’humérus (Bd) au cours du iie s. av. J.-C.

Fig. 50L’Île de Martigues, mouton, évolution des dimensions de l’humérus (Bd) au cours du iie s. av. J.-C.

Fig. 51
Oppidum de La Cloche, ensemble de la faune de la fin de l’âge du Fer.

Fig. 51Oppidum de La Cloche, ensemble de la faune de la fin de l’âge du Fer.

Fig. 52
La Cloche, distribution des espèces selon le PV.

Fig. 52La Cloche, distribution des espèces selon le PV.

Fig. 53
Mensurations de la faune archéologique de l’oppidum de La Cloche.

Fig. 53Mensurations de la faune archéologique de l’oppidum de La Cloche.

Fig. 54
Distribution anatomique des restes.

Fig. 54Distribution anatomique des restes.

Fig. 55
Proportions du nombre de restes attribués aux membres antérieurs et postérieurs.

Fig. 55Proportions du nombre de restes attribués aux membres antérieurs et postérieurs.

Fig. 56
Entremont, faune de la fin de l’occupation.

Fig. 56Entremont, faune de la fin de l’occupation.

Fig. 57
Entremont, O/C, distribution anatomique des restes.

Fig. 57Entremont, O/C, distribution anatomique des restes.

Fig. 58
Entremont, distribution des restes des membres antérieurs et postérieurs d’O/C.

Fig. 58Entremont, distribution des restes des membres antérieurs et postérieurs d’O/C.

Fig. 59
Oppidum de Jastres, % NR de la faune (iie-ie s. av. J.-C.)

Fig. 59Oppidum de Jastres, % NR de la faune (iie-ie s. av. J.-C.)

Fig. 60
Jastres, distribution des principales espèces en fonction de l’âge des animaux.

Fig. 60Jastres, distribution des principales espèces en fonction de l’âge des animaux.

Fig. 61
Fréquences de la chasse à Mauguio et en Vaunage, au cours des viie et vie s. av. J.-C., en % NR.

Fig. 61Fréquences de la chasse à Mauguio et en Vaunage, au cours des viie et vie s. av. J.-C., en % NR.

Fig. 62
Mauressip, 430-380 av. J.-C., % PV (kg).

Fig. 62Mauressip, 430-380 av. J.-C., % PV (kg).

Fig. 63
Faune de La Roque de Viou II Récent, % NMI et % PV (kg.) des principales espèces.

Fig. 63Faune de La Roque de Viou II Récent, % NMI et % PV (kg.) des principales espèces.

Fig. 64
Nages II Récent, principales espèces en %, NMI et % PV (kg).

Fig. 64Nages II Récent, principales espèces en %, NMI et % PV (kg).

Fig. 65
Variations des principales espèces des oppida de La Cloche, Entremont et Jastres.

Fig. 65Variations des principales espèces des oppida de La Cloche, Entremont et Jastres.

Fig. 66
Variations de la hauteur au garrot du mouton du ve s. av. J.-C. au iie s. av. J.-C. à l’Île de Martigues.

Fig. 66Variations de la hauteur au garrot du mouton du ve s. av. J.-C. au iie s. av. J.-C. à l’Île de Martigues.

Notes

1 Sourisseau, communication orale.

2 Bez, 1995, p. 41-50 ; Chaix et Méniel, 1996, p. 47-48.

3 Ugolini et al., 1991, p. 196.

4 Columeau, 1997a, p. 18.

5 Sanmarti Greco et al., 1987, pour l’archéologie du site. La faune archéologique a été étudiée par Molist et al., 1987, p. 142-198.

6 Pour la place de Marseille au milieu du contexte indigène, se reporter à Arcelin, 1986, 1989a et b, 1990 et 1992 ; Arcelin et Tréziny, 1990, p. 26 à 31 ; Columeau, 1991, p. 38-41.

7 Fouilles de Ch. Arcelin, inédit.

8 Dedet, 1987, p. 164-169 (pour la faune, voir Columeau, ibid., p. 215-224). Pour la description de l’habitat de ce site, on peut se reporter aussi à Dedet, 1993.

9 Columeau, 1983a, p. 62-65.

10 Columeau, 1991, p. 40-44.

11 9 % des restes de bœufs à Marseille sont attribués à des animaux jeunes et très jeunes, pour la phase I A, 7,7 % pour l’ensemble de la chronologie. Les restes de porcs jeunes et très jeunes représentent 37 % du NR de l’espèce. Pour les O/C, la proportion est de 24,1 % du NR.

12 La chasse n’est pas représentée à Marseille, si ce n’est par un seul fragment de lapin de garenne.

13 Columeau, 1985, p. 123-130.

14 Jourdan, 1976, p. 297-298.

15 Ugolini et al., 1991, p. 191.

16 Columeau, 2000 b.

17 Columeau, ibid.

18 Bravard et al., 1992, p. 9-10.

19 Jalut, 1997, p. 331.

20 Pour la présentation du site, voir Tréziny, 1989, p. 5-11 et 13-26.

21 Columeau, in : Tréziny, 1989, p. 118-125.

22 Columeau, 1989, p. 120.

23 Van Straten, 1995, p. 170-186

24 Georgoudi, 1988, p. 77.

25 Nobis, 1977, p. 231.

26 D’après Wolff, dans : Brammer, Brein et Wolff, 1978, p. 108.

27 Jarman, 1973, p. 178-179.

28 Columeau, inédit

29 L’étude de la faune de l’Île de Martigues (Chausserie-Laprée et al., 1984a et b ; 1990a ; 1995) intervient après celle de plusieurs autres grands ensembles de mobilier osseux protohistoriques du sud de la Gaule : celui de la plaine de Vaunage près de Nîmes (Columeau, 1978 ; 1981, p. 219-222 ; 1991), du port de Salses-le-Château (Columeau, 1997a, p. 11-22) et de l’oppidum de Pignan les Gardies dans le Languedoc occidental (Columeau, 1983), de la région de Lattes (Colomer Arcas 1989, p. 85-100 [sp. p. 95]) et de l’étang de Mauguio (Columeau 1985). Pour le sud-est de la Gaule les études sur la faune ont porté surtout sur le matériel du Mourre de Sève à Sorgues (Columeau 1991), du Mont Garou près de Sanary dans le Var (Columeau 1983b) et du sondage 8 septembre de l’oppidum de Saint-Blaise au bord de l’étang de Berre (Columeau 1982).

30 Columeau, 1993a, p. 302-306.

31 Chausserie-Laprée, Nin, 1990, p. 39-43.

32 Columeau, 1988b, p. 94-95.

33 Travaux de M. Sternberg pour l’ichtyofaune (1989, p. 101-120 ; 1998, p. 81-109) et de Pr. Brien-Poitevin pour les coquilles (1996, p. 313-320).

34 Colomer Arcas, 1992, p. 95 suggère une consommation de cet animal, sans toutefois la déclarer certaine : les traces dites de décarnisation retrouvées sur les os peuvent avoir été occasionné par l’enlèvement de la peau.

35 Columeau, 1987, p. 215 à 223 (voir aussi pour ce site, Dedet, 1980).

36 Columeau, 1978, p. 226-227.

37 Columeau, 1982b, p. 132 ; 1991, p. 47.

38 Poulain-Josien, 1976, p. 39-40 ; Audouin-Rouzeau, 1995, p. 80-81 ; Lepetz, 1997, p. 157-158.

39 D’après Teichert, 1969.

40 D’après Teichert, 1975.

41 Guillemin, 1992, p. 68.

42 Méniel, 1989 a, p. 67-71 et 1990 b, p. 271-276.

43 Pour le classement des animaux en fonction de leur taille, se reporter à Corbier, 1989, et en dernier lieu à Ugolini et al., 1991, p. 196.

44 Columeau, 1997 b, p. 152.

45 5 chèvres pour 4 moutons, mais pour un NMI de 47 en tout.

46 Moulin C., 1980, p. 39, indique que le rendement en viande de cette race est toujours supérieur à 50 %.

47 Bravard et al., 1992, p. 10 ; Jalut et al., 1997, p. 331.

48 À ce propos se reporter aux travaux de M. Bats (1986) sur le Tell de Saint-Sauveur, et aux travaux de M. Py pour Lattes, qui indiquent des changements profonds au cours de la fin du ive et de l’ensemble du iiie s. av. J.-C., ainsi qu’à ses rapprochements pour les restes osseux et les fragments de céramique, qui induisent des courbes (p. 128), où l’on peut remarquer une profonde dépression de l’élevage par rapport à la céramique, entre le milieu du ve et la fin du iie s. av. J.-C. Toutefois, s’agissant de restes alimentaires et non d’informations directement issues de l’élevage, il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’une régression de l’élevage, ou d’un accroissement relatif de l’alimentation d’origine végétale (Py, 1989, p. 128, Fig. 2, B).

49 Chausserie-Laprée, communication orale.

50 Pour l’archéologie de ce site, voir Dedet, 1971-1972 et 1973.

51 Columeau, 1978, p. 226-227.

52 Colomer i Arcas, Gardeisen, 1992, p. 91-110.

53 Colomer i Arcas, Gardeisen, 1992 fig. 10, p. 96.

54 Colomer i Arcas, Gardeisen, 1992, p. 96. La consommation de viande de bœuf chute ensuite, au cours du début du iiie s. av. J.-C.

55 Columeau, 1978, p. 230.

56 Colomer i Arcas, Gardeisen, 1992, p. 96, fig 10.

57 Columeau, 1983b, p. 132.

58 Pour le contexte archéologique de cette période, se reporter à Chausserie-Laprée, 1996, p. 32-39.

59 Columeau, 1978, p. 231.

60 Columeau, dans Garcia, Bernard, 1997, p. 138 et CD-ROM.

61 Bats, 1986, p. 2 5 a pu supposer que les huileries d’Entremont ont pu fonctionner grâce au marché marseillais ; Furtwängler, 1993 ; Richard, 1996.

62 Colomer I Arcas, et Gardeisen, 1992, p. 93, indiquent la répartition des restes animaux déterminés par période de 25 ans. Ainsi, la faune déterminée pour la période - 325/- 300 est constituée de 192 restes déterminés, pour un NMI de 40 individus, répartis sur huit espèces. Le regroupement de la faune archéologique de l’ensemble du iiie s. av. J.-C. permet de disposer de séries plus nourries, avec un NMI de 258 et un NR de 824 ; Pour cet ensemble, les caprinés représentent 41,5 % de la faune, les suidés 37,8 %, et les bovidés seulement 7,5 %. La chasse est négligeable.

63 Columeau, 1999, p. 95.

64 Py, 1992, p. 318.

65 Bats, 1992, p. 287 à 289.

66 Georgoudi, 1988, p. 77 ; Détienne, 1972, p. 206-211.

67 Sternberg, 1989, p. 101-120 ; 1998, p. 81-109 (sp. 86-92).

68 Sternberg, 1992, p. 111-124 et 1998, op. cit.

69 Brien-Poitevin, 1992 en général et 1996, p. 314-314.

70 Feugère, 1992, p. 159.

71 Les fosses retrouvées dans les sols des cabanes contiennent des ossements d’animaux, qui sont : « Habituellement recueillis dans les niveaux d’habitat mêlés aux autres types de mobilier archéologique aussi bien dans les maisons que les niveaux de circulation, un certain nombre d’ossements animaux se trouvent regroupés au sein de petites fosses creusées dans le sol des habitations. Jamais attestées dans les rues ou places de ces deux villages, ces dépôts d’ossements animaux sont généralement installés dans de petites fosses rondes ou ovoïdes de 0,20 à 0,30 m de diamètre, profondes de 0,10 à 0,20 m, creusées immédiatement sous le sol d’occupation de l’habitation.
La répartition chronologique de ces dépôts fait ressortir une présence nettement plus importante durant l’occupation de l’habitat I qui regroupe les deux tiers des documents recensés (22 dépôts sur 33). On doit surtout insister sur leur présence maximale durant la Période 3a qui correspond à la la reconstruction du village après sa destruction militaire brutale un peu avant le milieu du ive s. av. J.-C. (Période 2c). Excepté le cas unique d’un dépôt placé dans un réceptacle céramique, en l’occurrence une urne en céramique non tournée, on ne rencontre pas d’organisation particulière de ces groupements d’ossements. On ne trouve pas non plus l’association avec d’autres objets qu’à bon ou mauvais escient nous chargeons de sens dans de tels contextes. Mais comme sur d’autres gisements proches (Saint-Pierre-les-Martigues, l’Arquet) le point le plus notable concerne la composition faunistique de ces dépôts animaux. » J. Chausserie-Laprée, in litteris.
Se reporter aussi à Nin, 1999, p. 264-268, qui reprend l’hypothèse du caractère rituel de ces dépôts, sans toutefois parvenir à une interprétation sûre de leur nature, en l’absence de référence à des études archéozoologiques, elles-mêmes en attente de datations définitives (cf. sa note 34).

72 Columeau, 1991, p. 157-161.

73 Boessneck, 1969, p. 351.

74 Lebas, 1982, p. 90-92, Pousset, 1947, p. 120-123.

75 Économie Rurale, L. II, 1, 20.

76 Georgoudi, 1988, p. 79 précise les distinctions que faisaient les anciens Grecs dans les différentes étapes du développement des animaux offerts en sacrifice ; Columeau, 2000, p. 153.

77 Lagrand, 1979, p. 86 ; Chausserie-Laprée, 1990a, p. 59 ; Nin, 1999, p. 266-267.

78 Le matériel osseux de Saint-Pierre-les-Martigues, déterminé par l’auteur, est malheureusement encore en attente d’une datation de la part du fouilleur. Il semblerait néanmoins qu’une grande partie (non quantifiée) de ces fosses daterait du iie s. av. J.-C.

79 Foster, 1984, p. 80.

80 Gateau, 1993, p. 98 ; Py, 1990, p. 294 ; Garcia, 1993, p. 805.

81 Colomer y Arcas, Gardeisen, 1992, p. 105-110.

82 Columeau, 1985, p. 126-128 et 130.

83 Petit, 1989, p. 147.

84 Columeau et Petit, 1997, (1996), p. 937.

85 Rodet-Belarbi, 1990b, p. 23-24 ; Lignereux, Peters, 1996, p. 59-65 (pour le bœuf), p. 65-66 (pour les caprinés), p. 66-69 (pour le porc).

86 Columeau, 1982 b, p. 131-137 (sp. p. 136).

87 Columeau, 1996, p. 132.

88 Méniel, 1990, p. 274.

89 Brien-Poitevin, 1996, p. 315.

90 Ibid.

91 Gateau, 1993, p. 97, présente en quelques lignes les états des spéculations sur ces fosses, notamment à Saint-Pierre-les-Martigues (13) et les distingue des dépôts d’ossements désignés comme des dépôts de fondation (Py, 1990, p. 805 ; Garcia, 1993, p. 294). Il s’agirait de fosses ménagées dans des fonds de cabanes déjà écroulées (Gateau, 1993, p. 98). Cette coutume se retrouve aussi à l’Arquet dans un fond de cabane du second âge du Fer (Lagrand, 1979, p. 86, note 11). Sur cette question, voir aussi Chausserie-Laprée, 1990, p. 59 et Nin, 1999, p. 266-267.

92 Columeau, 1996, p. 134.

93 Chabot, 1983, p. 39-42.

94 Voir aussi Columeau, 1993 a, p. 306-307.

95 Columeau, 1996, p. 134-135.

96 Lefebvre, 1982, p. 103-133 (sp. 127-133). Pour la faune, voir Columeau, 2001 et à paraître a, p. 199 à 208.

97 Columeau, 1997, dans Garcia et Bernard, 1997, p. 138 et CD-ROM.

98 Columeau, 1978, p. 240.

99 Columeau, 1997, dans Garcia et Bernard, 1997, p. 138 et CD-ROM.

100 Méniel, 1996, p. 313.

101 Lefebvre, 1982, pour l’archéologie de ce site et supra, note 96.

102 Tagliacozzo, 1996, p. 326.

103 À Bolsena (Tagliacozzo, ibid.) les mesures prises sur le radius des bœufs indiquent une dimension de 64,7 millimètres pour la largeur totale de l’extrémité distale (Bd, d’après Driesch, 1976) pour une dimension de la même région anatomique égale à 84,5 millimètres chez le bœuf de Jastres.

104 Columeau, 1996, p. 130-131.

105 Lepetz, 1995, p. 72.

106 Brunaux, Méniel, 1983, p. 15-20.

107 Brien, 1996, p. 315.

108 Bravard et al., 1992, p. 10.

109 Furtwängler, 1993, p. 447.

110 Richard, 1996.

111 Gardeisen, 1995, p. 119.

112 Leveau, 1993, p. 21-22 ; 1966a, p. 68-75 ; voir aussi l’étude très complète sur les rives de l’étang de Berre de Trément, 1999.

113 Py, 1989, sp. 132 ; 1992, p. 5-6.

114 Leveau, 1996a, p. 68-75.

115 Columeau, 1989. Une autre nécropole, plus tardive que celle d’Agde, a livré des ensembles d’offrandes plus explicites, encore inédits (cf. Olive, Cl. dans la thèse de V. Bel), p. 33-54 et 56, p. 167-173 (sp. p. 168). Pour une approche paléoéconomique plus large, se reporter à Nickels, 1976 ; 1989 ; Bats, 1986 ; 1989 et 1992 (p. 87 à 89).

116 Columeau, 2001, p.l31-134.

Table des illustrations

Titre Fig. 11% NRA/Autel d’Artémis à Ephèse26B/Sanctuaire de Déméter à Knossos27
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Fig. 12Répartition des restes osseux au sein des différentes périodes de l’occupation de l’Île de Martigues.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 13Distribution des fosses de l’Île de Martigues au cours des différentes périodes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 14 Ulna de capriné portant des traces de découpe.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 15 Disque en os percé de deux trous. Longueur : 59 mm Épaisseur : 5 mm
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 16 et 17 Bois de cerf façonnés en manches de couteau (2e village).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 18 Métacarpien de cerf portant des traces de découpe (2e village).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 19Entremont, bois de cerf percé de deux trous, en cours de façonnage (photo A. Chéné, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Fig. 20Faune de la phase - 560-520 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 21Marseille-Bourse, distribution des espèces de la phase I A, 560-520 av. J.-C., d’après le PV.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 22Faune de la phase 1B 520-500 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 23Marseille-Bourse : distribution des espèces de la phase 1 B, selon le PV.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 24Faune de la phase II 500-450 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 25Ensemble de la faune.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 26Ensemble de la faune.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 27 Mensuration.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 28 L’île de Martigues, Tableau général des proportions des restes de faune en fonction des périodes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 29 Proportions des espèces en fonction des périodes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 30L’Île de Martigues, distribution des bovins en fonction de l’âge, au cours des différentes périodes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 31L’Île de Martigues, distribution des porcs en fonction de l’âge au cours des différentes périodes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 32 Distribution des O/C en fonction de l’âge, au cours des différentes périodes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 33 L’Île de Martigues, faune des Périodes 1 et 2a.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 34L’Île de Martigues, Périodes 1 et 2a, distribution des espèces en fonction du poids.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 35Faune de la Période 2b.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 36L’Île de Martigues, distribution des espèces de la Période 2b, d’après le PV.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 37 Période 3a -350/-300.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Fig. 38L’Ile de Martigues, distribution de la faune de la Période 3a, d’après le PV.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 39 L’île de Martigues, faune de la Période 3b.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 40L’Ile de Martigues, Période 3b, distribution des espèces en fonction du poids.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 41Période iie s. av. J.-C. (sauf fin iie s. av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 42L’Île de Martigues, distribution de la faune du iie s. av. J.-C., d’après le PV.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 43 L’Île de Martigues, faune de la fin du iie s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 44L’Île de Martigues (fin du iie s. av. J.-C), distribution des espèces en fonction du poids
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 45 Mesures de la faune archéologique de l’Île de Martigues.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 46L’Île de Martigues, hauteur au garrot des bœufs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 47L’Île de Martigues, bœuf, dimensions des dents.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 48L’Île de Martigues, mouton, évolution de la hauteur au garrot du ve au iie s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 49L’Île de Martigues, mouton, évolution de la hauteur au garrot au cours du iie s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 50L’Île de Martigues, mouton, évolution des dimensions de l’humérus (Bd) au cours du iie s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 51Oppidum de La Cloche, ensemble de la faune de la fin de l’âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 52La Cloche, distribution des espèces selon le PV.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 53Mensurations de la faune archéologique de l’oppidum de La Cloche.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 54Distribution anatomique des restes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 55Proportions du nombre de restes attribués aux membres antérieurs et postérieurs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 56Entremont, faune de la fin de l’occupation.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 57Entremont, O/C, distribution anatomique des restes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 58Entremont, distribution des restes des membres antérieurs et postérieurs d’O/C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k
Titre Fig. 59Oppidum de Jastres, % NR de la faune (iie-ie s. av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 60Jastres, distribution des principales espèces en fonction de l’âge des animaux.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 61Fréquences de la chasse à Mauguio et en Vaunage, au cours des viie et vie s. av. J.-C., en % NR.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 62Mauressip, 430-380 av. J.-C., % PV (kg).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 63Faune de La Roque de Viou II Récent, % NMI et % PV (kg.) des principales espèces.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 64Nages II Récent, principales espèces en %, NMI et % PV (kg).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 65Variations des principales espèces des oppida de La Cloche, Entremont et Jastres.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 66Variations de la hauteur au garrot du mouton du ve s. av. J.-C. au iie s. av. J.-C. à l’Île de Martigues.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/618/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 440k

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540