Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comportements, croyances et mémoires

 | 
Gilbert Buti
, 
Anne Carol

Préambule

Régis Bertrand aux PUP

Bernard Cousin

Texte intégral

1La bibliographie de Régis Bertrand est très abondante : plusieurs ouvrages et de très nombreux articles, dont l’originalité du sujet et du contenu s’appuie toujours sur une érudition sans faille. Mon propos n’est nullement ici d’en faire le tour. En revanche, il m’est apparu intéressant, au début de cet ouvrage que les Publications de l’Université de Provence lui consacrent, de revenir brièvement sur les textes qu’il a lui-même publiés aux PUP entre 1987 et 2005, soit dix contributions, plus quatre volumes qu’il a dirigés ou codirigés.

  • 1 Guide des sources régionales pour l’histoire de la Révolution française. Alpes de Haute-Provence, H (...)

2Dans le Guide des sources régionales pour l’histoire de la Révolution française que la Commission régionale PACA pour le bicentenaire publie en 1997, Régis Bertrand s’est chargé de la tâche la plus aride : synthétiser le travail d’une quinzaine de collaborateurs pour présenter en 150 pages une bibliographie ordonnée et détaillée de la Révolution dans la région. Dans la présentation qu’il en donne, on retrouve à la fois son souci de la précision érudite « l’on a fait porter un effort particulier sur le dépouillement systématique des revues locales, régionales et parfois parisiennes. L’expérience montrait en effet que certains de leurs articles avaient échappé jusqu’ici aux recensions ou même n’étaient connus que par des tirés à part », et son sens critique qui lui permet d’évaluer les limites du travail accompli « on se bornera ici à souligner les trois faiblesses de cette richesse bibliographique foisonnante : elle privilégie les premières années au détriment de la Convention thermidorienne et du Directoire ; née pour l’essentiel sous la IIIe République, elle est souvent très événementielle ; enfin elle tend à prendre pour sujet de prédilection de ses monographies le gros bourg ou la très petite ville et dans ses biographies, les clercs et les militaires »1.

  • 2 Dans Jean-Claude Bouvier (dir.), Les Français et leurs langues, Actes du colloque tenu en 1988 à M (...)
  • 3 Dans Images de la Provence. Les représentations iconographiques de la fin du Moyen Âge au milieu d (...)
  • 4 Dans le cadre de l’expérience du Recueil électronique réalisé par le pôle Image/son de la Maison M (...)

3Au début des années quatre-vingt-dix, deux communications qu’il a présentées lors de colloques sont publiées par les PUP. Elles relèvent toutes les deux de l’histoire des mentalités et des cultures, abordée dans la longue durée en Provence. La première, « Latin et “langue(s) vulgaire(s)” : les langues du catholicisme provençal (XVIIe-XIXe siècles) »2 analyse avec nuance la place tenue par le clergé, d’abord dans une certaine francisation, puis dans un maintien du provençal lorsqu’il était battu en brèche par l’évolution de la société. La seconde, « L’iconographie de la peste de Marseille ou la longue mémoire d’une catastrophe »3 aborde la mémoire d’un traumatisme majeur de l’histoire marseillaise, la peste de 1720, à travers la production iconographique qui lui a été consacrée. Douze ans plus tard Régis Bertrand reviendra sur ce travail pour en donner une version en ligne présentant l’ensemble des pièces iconographiques du dossier4.

  • 5 « Le pseudo-centenaire marseillais Annibal Camoux, ou le prestige du grand âge au XVIIIe siècle », (...)
  • 6 « A-t-on pratiqué des inhumations différées pendant les mois d’hiver dans les Alpes du Sud ? », da (...)
  • 7 « La statuette de l’Enfant-Jésus d’Apt et son culte au XVIIe siècle », dans Identités juives et ch (...)

4Il contribue ensuite à des Mélanges offerts à trois professeurs d’histoire moderne ayant enseigné à Aix : Michel Vovelle, Philippe Joutard et René Moulinas. Dans les deux premiers, s’appuyant sur une documentation écrite précise, il met à mal deux « légendes », celle d’un pseudo-centenaire marseillais du XVIIIe siècle5, et celle de la conservation l’hiver des morts en attente d’inhumation, sur le toit enneigé des maisons des Alpes du Sud au XIXe siècle6. Sa grande familiarité avec l’histoire de la mort et des pratiques funéraires lui permet de tirer de ces deux légendes des leçons d’histoire. La troisième contribution7 concerne une statuette médiévale de l’Enfant Jésus conservée à la cathédrale d’Apt qui, de la réforme catholique au milieu du XXe siècle, fut visitée par les couples voulant échapper à la stérilité.

  • 8 « Messieurs du Parlement, la religion et la mort (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans Le Parlement de Pr (...)
  • 9 « De l’histoire de l’Église à l’histoire religieuse de la Révolution », dans Martine Lapied et Chr (...)

5Au début du XXIe siècle, les études de Régis Bertrand publiées par les PUP se multiplient, dans la collection « Le temps de l’histoire ». Il contribue ainsi à quatre ouvrages issus de colloques ou de recherches collectives menées au sein du laboratoire Telemme (Temps, Espace, Langage, Europe Méridionale-Méditerranée). En moderniste spécialiste d’histoire religieuse, il brosse le portrait des parlementaires aixois dans les cérémonies religieuses et funéraires8 et souligne la part qu’ils prennent à la réforme catholique, notamment à l’implantation d’ordres religieux ; par ailleurs il donne un tableau synthétique de l’évolution historiographique de l’étude du phénomène religieux pendant la période de la Révolution française, de l’histoire de l’institution ecclésiale à celle des pratiques religieuses9.

  • 10 « La gloire de Pierre Bellot ou les cent une épitaphes du Poueto-cassaire (1855-1861) » dans Jean- (...)
  • 11 « Marseille, décembre 2000, le pont transbordeur est réapparu… », Façonner le passé. Représentatio (...)

6Ses deux autres contributions confirment que ses curiosités vont bien au-delà de la fin du XVIIIe siècle, terme académique de l’histoire « moderne ». Dans une fine analyse du recueil qui, en 1861, rassemble la centaine d’épitaphes en provençal de l’auteur régional Pierre Bellot, résultat d’un concours littéraire dont le vainqueur a vu ses vers gravés sur la tombe du poète, il éclaire le rapport à l’écrit et aux formes littéraires d’une langue vernaculaire marseillaise, au moment des débuts du félibrige10. Dans l’autre texte, où la part personnelle (le marseillais) complète l’analyse professionnelle (l’historien), il s’interroge sur une commémoration très récente, celle qui, pour l’entrée dans le troisième millénaire, a fugitivement reconstitué, au moyen de deux grandes grues et de rayons lasers, le pont transbordeur à l’entrée du vieux port de Marseille11.

  • 12 Le colloque pluridisciplinaire organisé par l’UMR Telemme et le Centre Paul-Albert Février portait (...)
  • 13 Régis Bertrand (sous la direction de), La Nativité et le temps de Noël XVIIe-XXesiècle, collection (...)

7De 2003 à 2005 il dirige, ou codirige, quatre volumes de la collection « Le temps de l’histoire », publications de travaux collectifs qu’il a animés dans le cadre de l’UMR Telemme. C’est tout d’abord La Nativité et le temps de Noël XVIIe-XXesiècle qui rassemble les seize communications portant sur la période moderne et contemporaine présentées au colloque organisé à la MMSH à Aix-en-Provence en décembre 200012. La lecture d’ouvrages issus de colloque laisse souvent le lecteur sur une impression d’une certaine dispersion ; ce n’est nullement le cas ici. La spécificité du sujet contribue à faire l’homogénéité du livre, mais aussi l’introduction donnée par Régis Bertrand qui, en une quinzaine de pages, dégage les fils conducteurs de l’ouvrage, en s’appuyant sur le contenu des contributions, mais aussi sur une connaissance approfondie et érudite du sujet. Il souligne ainsi le rôle du Carmel réformé et de l’Oratoire dans la diffusion de la dévotion à la Nativité et à l’Enfant Jésus ; il insiste sur la place des représentations, notamment des images et des crèches, dans cette diffusion. Enfin il fait une large place aux croisements et aux contaminations de la tradition religieuse et des aspects profanes dans ces fêtes de Noël, tant au niveau des prescriptions que des pratiques ordinaires : « Noël semble un cas exemplaire de difficile et imparfaite concordance entre le discours normatif des autorités religieuses voire laïques d’une époque et les pratiques évolutives et parfois inventives des fidèles »13. Ces dernières sont étudiées dans plusieurs espaces européens à travers les diverses communications, dont bien sûr la Provence que Régis Bertrand traite personnellement.

  • 14 Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), L’exécution publique, une mort donnée en spectacle XVIe-XXesi (...)
  • 15 Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Le « monstre » humain. Imaginaire et société, PUP, 2005.

8Les trois autres livres ont été codirigés par Régis Bertrand avec Anne Carol. Les deux premiers rendent compte du travail de recherche collectif mené au sein de l’UMR Telemme, à partir de 2000, sur « le corps, la maladie, la mort ». Associant leurs compétences scientifiques, Régis Bertrand, sur l’histoire de la mort, Anne Carol, sur celle du corps, ont dirigé un séminaire et des journées d’études qui ont abouti à ces publications sur l’exécution capitale14 et sur le monstre humain15. Dans les deux cas l’objet de recherche est abordé dans le temps long qui va de la première modernité à nos jours, et plus particulièrement sous l’angle des représentations que la société de l’époque en a données.

9Le troisième ouvrage, également codirigé par Jean-Noël Pelen, est issu du colloque conclusif du programme « Représentations » de l’UMR Telemme tenu fin 2003. Il s’intéresse, là encore dans la longue durée, et dans une approche pluridisciplinaire, aux savoirs, récits, témoignages, par les textes mais aussi les images, voire les mises en scènes, relatifs à la mort. Par là même il interroge la place que la mort a tenue et tient dans nos sociétés, son évolution, s’inscrivant ainsi dans une tradition aixoise de travaux sur ce thème, initiée par les publications de Michel Vovelle dans les années 1970-1980.

10Il faut préciser que Régis Bertrand a apporté, dans chacun des ouvrages qu’il a dirigés, sa contribution scientifique personnelle où l’on retrouve les qualités que ses lecteurs ont l’habitude d’apprécier : originalité du sujet et du propos, finesse de l’analyse, parfaite connaissance de la bibliographie.

11Ce rapide aperçu des contributions de Régis Bertrand aux Publications de l’Université de Provence, qui ne constituent qu’une très faible part de sa production historique, est cependant, me semble-t-il, assez révélateur du parcours du chercheur : quelques thèmes récurrents, comme la mort ou la crèche, mais une curiosité large qui l’amène à ne négliger aucun type de document, aucune source ; une connaissance approfondie de la bibliographie de son sujet, des travaux antérieurs y compris ceux des érudits du temps passé qu’il critique mais aussi qu’il valorise. Enfin, ce qui est courant dans une carrière de chercheur, le passage du travail individuel à la direction de recherche, mais sans que celle-ci ne l’écarte jamais de l’approche de terrain qui lui permet d’apporter sa contribution personnelle à une histoire des mentalités et des comportements des sociétés méridionales des quatre ou cinq derniers siècles.

Notes

1 Guide des sources régionales pour l’histoire de la Révolution française. Alpes de Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse, PUP, 1987, p. 157.

2 Dans Jean-Claude Bouvier (dir.), Les Français et leurs langues, Actes du colloque tenu en 1988 à Montpellier, PUP, 1991, p. 333-348.

3 Dans Images de la Provence. Les représentations iconographiques de la fin du Moyen Âge au milieu du XXe siècle, Actes du colloque du Centre Méridional d’Histoire tenu à Marseille en 1991, PUP, 1992, p. 75-90.

4 Dans le cadre de l’expérience du Recueil électronique réalisé par le pôle Image/son de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Consultable à l’adresse : www.mmsh.univ-aix.fr/recueil ; voir, à ce sujet, l’article de M. Crivelloinfra.

5 « Le pseudo-centenaire marseillais Annibal Camoux, ou le prestige du grand âge au XVIIIe siècle », dans Sociétés, Mentalités, Cultures. Mélanges Michel Vovelle, volume aixois, PUP, 1997, p. 99-106.

6 « A-t-on pratiqué des inhumations différées pendant les mois d’hiver dans les Alpes du Sud ? », dans Montagnes, Méditerranée, Mémoire. Mélanges offerts à Philippe Joutard, PUP – Musée Dauphinois, 2002, p. 342-349.

7 « La statuette de l’Enfant-Jésus d’Apt et son culte au XVIIe siècle », dans Identités juives et chrétiennes. France méridionale XIVe-XIXe siècle. Études offertes à René Moulinas, PUP, 2003, p. 143-156.

8 « Messieurs du Parlement, la religion et la mort (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans Le Parlement de Provence 1501-1790, PUP, 2002, p. 55-70.

9 « De l’histoire de l’Église à l’histoire religieuse de la Révolution », dans Martine Lapied et Christine Peyrard (sous la direction de), La Révolution française au carrefour des recherches, PUP, 2003, p. 249-261.

10 « La gloire de Pierre Bellot ou les cent une épitaphes du Poueto-cassaire (1855-1861) » dans Jean-Claude Bouvier et Jean-Noël Pelen (sous la direction de), Récits d’Occitanie, PUP, 2005, p. 53-68.

11 « Marseille, décembre 2000, le pont transbordeur est réapparu… », Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire XVIe-XXIesiècle, Jean-Luc Bonniol et Maryline Crivello (dir.), PUP, 2004, p. 131-143.

12 Le colloque pluridisciplinaire organisé par l’UMR Telemme et le Centre Paul-Albert Février portait sur la longue durée, des débuts du christianisme à nos jours. Il a donné lieu à la publication d’un autre volume aux PUP : Gilles Dorival et Jean-Paul Boyer (études réunies par), La Nativité et le temps de Noël. Antiquité et Moyen Âge, collection « Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale », 2003.

13 Régis Bertrand (sous la direction de), La Nativité et le temps de Noël XVIIe-XXesiècle, collection « Le temps de l’histoire », PUP, 2003, p. 19.

14 Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), L’exécution publique, une mort donnée en spectacle XVIe-XXesiècle, PUP, 2003.

15 Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Le « monstre » humain. Imaginaire et société, PUP, 2005.

Auteur

Directeur des PUP

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540