Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comportements, croyances et mémoires

 | 
Gilbert Buti
, 
Anne Carol

Préambule

Introduction

Gilbert Buti et Anne Carol

Texte intégral

1Construire un ouvrage collectif en forme d’hommage suppose atteindre l’historien et approcher son œuvre au travers de contributions consacrées à ses champs de recherches.

2Hommage amical et non oraison funèbre, faut-il le dire ? Car, loin d’être figé ce portrait est celui d’un historien productif, actif dans la communauté de ses pairs et riche de projets éditoriaux ; projets encore discrets, certes, mais sans doute innovants comme à l’accoutumée. Cependant, à l’instant de clore ce travail collectif, nous ne saurions anticiper et nous en tiendrons au moment où s’achève une carrière universitaire particulièrement féconde.

3Comment esquisser le profil du chercheur dans le cas de Régis Bertrand – profil où se croisent curiosité, érudition et rigueur – sans en simplifier les facettes, sans en réduire les apports, sans en restreindre la richesse ? Tentons de le coiffer de divers couvre-chefs, ou de lui attribuer quelques étiquettes commodes à l’usage d’annuaires ou autres répertoires.

  • 1 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts. Recherches sur les pratiques funéraires, les lieux (...)

4Historien moderniste ? Soit. Mais n’est-ce pas omettre que nombre de ses travaux, et à commencer par sa thèse1, ce « chef-d'œuvre compagnonnique » (Michel Vovelle), quoique ancrés dans l’époque moderne sont enrichis d’analyses qui se prolongent jusqu’au XXe siècle finissant ?

5Historien de Marseille et de la Provence ? Certes, et non des moindres, mais en n’oubliant pas que Marseille et la Provence constituent le point de départ d’une réflexion plus large, le terrain familier et sans doute chéri où se déploient hypothèses et enquêtes, où s’enracinent théories et recherches destinées à le dépasser.

6Spécialiste d’histoire religieuse ? Sans aucun doute, comme l’attestent sa régulière participation au groupe de La Bussière, ses travaux sur les pénitents, les confréries, l’abbaye de Lérins ou la Nativité, travaux toujours prompts à articuler religieux et culturel.

7Historien de la mort et des attitudes collectives à l’heure du dernier passage ? Assurément, et il le fut à une époque où le cimetière, « le champ de navets », n’était pas encore devenu ce champ à la mode, et où tout, problématiques, sources et méthodes, était à construire.

8Le corps – mort ou vivant, sain(t) ou meurtri, enseveli ou non –, le religieux et le culturel, la mémoire – figée et en construction – tels sont donc les thèmes majeurs chers à Régis Bertrand et autour desquels une vingtaine de chercheurs et d’amis, ethnologues et historiens – médiévistes, modernistes et contemporanéistes – se sont regroupés pour lui offrir une occasion de poursuivre un dialogue déjà riche d’échanges passés ou présents. Pour ce faire, ils ont privilégié dans ces textes une histoire concrète et humaine, généreuse et rigoureuse à l’image de celle pratiquée par Régis Bertrand, une histoire qui se veut résolument inscrite dans le droit fil de ses centres d’intérêt, une histoire des comportements plus que des idées, une étude de la fabrication des identités dans le temps et l’espace ; une histoire qui agrège le culturel au social, les normes aux pratiques, le discours à la réalité, l’individuel au collectif. Que les auteurs qui ont accepté de participer à cet hommage soient donc remerciés, et que nous pardonnent ceux qui, nombreux - nous le savons -, auraient aimé les rejoindre.

9Nos remerciements vont également, pour l’écoute rencontrée et le soutien accordé, au Service des Publications de l’Université de Provence et à l’UMR Telemme dirigés par Bernard Cousin, sans omettre les compétences de Christine Dotto sollicitées pour la mise en forme des textes.

Notes

1 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts. Recherches sur les pratiques funéraires, les lieux de sépulture et le culte du souvenir des morts dans le Sud-Est de la France, depuis la fin du XVIIe siècle, thèse pour le doctorat d’État en Histoire soutenue devant l’Université de Paris I - Sorbonne, 1994.

Auteurs

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540