Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration napoléonienne en Europe

 | 
Christine Peyrard
, 
Francis Pomponi
, 
Michel Vovelle

Entre adhésions, adaptations et résistances au système napoléonien

Les formes de la résistance anti-napoléonienne en Italie

Anna Maria Rao

Texte intégral

  • 1 Anna Maria Rao, Massimo Cattaneo, « L’Italia e la Rivoluzione francese », Bibliografia dell’età del (...)
  • 2 Renata De Lorenzo, « L’età napoleonica (1800-1815) », ibid., p. 445-643.

1La récente Bibliographie du Risorgimento italien offre une mise à jour des études sur l’histoire italienne du XVIIIe siècle à l’Unité publiées de 1970 à 2001. Le chapitre sur la période révolutionnaire présente une section intitulée « Contre-révolution, résistances aux Républiques, insurrections », qui recense une série assez nourrie de travaux sur les soulèvements de la période 1796-1799, généralement appelées « insorgenze »1. Dans cette même Bibliographie, le chapitre sur la période napoléonienne (1800 à 1815) ne comprend pas de section spécifique sur la contre-révolution, seulement un bref paragraphe général sur « tumultes et insurrections » : toutefois, de nombreuses recherches sur ce thème sont signalées dans les sections dédiées respectivement aux différents états italiens2.

  • 3 Francesco Leoni, Storia della controrivoluzione in Italia (1789-1859), Napoli, Guida, 1975.
  • 4 Massimo Viglione, Le insorgenze. Rivoluzione & controrivoluzione in Italia 1792-1815, Milano, Ares (...)
  • 5 Jacques Godechot, La contre-révolution. Doctrine et action. 1789-1804, Paris, PUF, 1961, 2e éditio (...)
  • 6 Je me limite à rappeler les études d’Eluggero Pii recueillies dans idem, Il confronto politico in (...)
  • 7 Luciano Guerci, « Appunti sulla letteratura controrivoluzionaria in Italia (1789-1799) », Dal mode (...)

2Nous ne manquons donc pas d’études sur ce thème, comme on le prétend trop souvent. Cependant, la multiplication des études de cas n’est pas encore accompagnée par une mise à jour du point de vue méthodologique qui présente l’ensemble de la contre-révolution en Italie et qui recouvre tout le territoire national et toute la période révolutionnaire et napoléonienne, du début de la Campagne d’Italie, au printemps 1796, jusqu’à l’écroulement du système impérial en 1815. La synthèse proposée il y a trente ans par Francesco Leoni, très sommaire et événementielle, non seulement est datée, mais elle privilégie essentiellement la composante religieuse des révoltes, présentées dans leur ensemble comme « populaires » et « anti-jacobines »3. D’autres synthèses plus récentes sont fort peu utiles du point de vue de la documentation, étant animées surtout par des propos confessionnels qui attribuent à toutes les insurrections de la période les objectifs de la sauvegarde de la religion catholique et de la patrie outragée par les Français, et par les républicains italiens qui les soutenaient, ceux-ci considérés comme des traîtres4. En ce qui concerne spécifiquement l’idéologie contre-révolutionnaire il faut toujours recourir à l’étude générale bien connue de Jacques Godechot sur la contre-révolution en Europe5, bien que nous ne manquions pas de travaux sur le rôle de l’Église et sur quelques thèmes et personnages particuliers6. Ce n’est que tout récemment que des études très précises de Luciano Guerci ont commencé à illustrer de façon rigoureuse et richement documentée les relais éditoriaux et les fortunes de la littérature contre-révolutionnaire française en Italie7.

  • 8 Les seules synthèses sont encore celles de Carlo Capra, L’età rivoluzionaria e napoleonica in Ital (...)
  • 9 Une des synthèses les plus réussies, celle de Giuseppe Galasso, Potere e istituzioni in Italia. Da (...)

3On pourrait énumérer bien des raisons qui expliquent cette lacune d’une histoire générale de la contre-révolution en Italie. En premier lieu, l’ancienne fragmentation politique de la péninsule se traduit par une large dispersion des archives et des bibliothèques sur son territoire, ce qui favorise la multiplication des études régionales. La grande diversité des situations locales qui émergent de ces études, les différences entre les langages administratifs eux-mêmes, qui ne commenceront justement à s’estomper qu’à la période révolutionnaire, ne rendent pas facile une synthèse globale. Du reste, comme nous manquons d’une histoire de la contre-révolution en Italie, nous ne disposons pas non plus d’une histoire nationale de la révolution8. Un des aspects les plus frappants de l’historiographie italienne à partir des années 1970 est justement cette dimension régionale des études, et pas seulement pour la période révolutionnaire. Ceci a permis sans aucun doute d’approfondir le détail des connaissances et de conjuguer des perspectives différentes, politiques, économiques, sociales, culturelles ; mais a aussi empêché la réalisation d’une histoire unitaire de longue durée9.

4D’autres facteurs encore ont pesé et pèsent sur l’histoire de la contre-révolution (et de la révolution) en Italie : la tendance à séparer l’histoire du « triennio » républicain 1796-1799 (trop souvent appelé mal à propos « triennio jacobin ») de l’histoire de la période suivante, désignée généralement comme période napoléonienne proprement dite ; la difficulté de définir et de préciser les rapports entre résistances, « insorgenze » et contre-révolution.

  • 10 Voir plus haut la note 4. On trouvera une discussion récente de ces ouvrages dans Vittorio Criscuo (...)

5Résistances, désobéissances, contestation, insoumissions, insurrections : les formes d’opposition furent multiples en Italie pendant l’époque révolutionnaire et napoléonienne, mais il n’est pas possible de les reconduire sous un signe unificateur, ni dans l’espace ni dans le temps, ni sur le plan social si sur le plan idéologique et politique, contrairement à ce que quelques publications anciennes et récentes, plus apparentées aux polémiques de l’actualité qu’aux travaux de l’historien, ont tendance à faire10.

  • 11 Cf. Anna Maria Rao, Les Républicains démocrates italiens et le Directoire, La République directori (...)
  • 12 Voir surtout les ouvrages de Carlo Zaghi, Il Direttorio francese e la Repubblica Cisalpina, 2 vol. (...)
  • 13 Cf. Zaghi, Il Direttorio francese e la Repubblica Cisalpina, op. cit., I, p. 90-91.
  • 14 Cf. Antonello Mattone-Piero Sanna, « La “crisi politica” del Regno di Sardegna dalla rivoluzione p (...)

6Considérons, par exemple, les positions idéologiques. L’opposition aux Français, parfois même l’insurrection ouverte et les tentatives insurrectionnelles, ne sont pas toujours anti- ou contre-révolutionnaires. Les critiques parfois très violentes de la part des patriotes italiens contre la politique d’occupation militaire, contre les réquisitions des ressources financières et d’œuvres d’art, contre la politique de tutelle du Directoire et aussi contre ses choix politiques et constitutionnels, ne manquent pas tout au long de la période républicaine 1796-1799. Elles provoquent des interventions brutales (censure, arrestations, clôture de journaux ou de cercles constitutionnels) de la part des autorités civiles et militaires françaises11. Elles se poursuivent et parfois s’accentuent sous le Consulat et l’Empire. Si elles ne sont pas du tout anti-révolutionnaires puisque, bien au contraire, elles considèrent peu révolutionnaire la politique de la Grande Nation, elles n’expriment pas non plus des positions anti-françaises. En effet, la France reste généralement le point de repère fondamental soit sur le plan politique soit dans une considération réaliste des situations locales et du contexte international ; d’où les liens entre ces formes de résistance et les courants néojacobins français. Les témoignages de cette attitude sont innombrables, on en lira, par exemple, dans les journaux du Triennio, du Termometro politico della Lombardia au Giornale de’ patrioti d’Italia à Milan jusqu’au Monitore napolitano rédigé par Eleonora de Fonseca Pimentel, dans les verbaux des assemblées et des cercles constitutionnels, dans les traités politiques et dans les pamphlets12. On peut aussi rappeler, malgré son caractère isolé, la journée du 14 novembre 1796 à Milan, quand les républicains tentèrent de mobiliser la population en défense de l’indépendance13. Ou encore les mouvements insurrectionnels de juillet 1797 du Piémont méridional. Émeutes de subsistances, provoquées par la crise économique et par la guerre, où le problème du prix des bleds se greffa sur des mots d’ordre politiques, se révèlent plus qu’un simple écho des événements révolutionnaires français, et dans le cas d’Asti débouchent sur la création d’un gouvernement républicain. Dans l’île même de Sardaigne, la résistance victorieuse contre l’expédition française de janvier 1793, bien loin d’être sous le signe du loyalisme à la dynastie des Savoie, sert d’antichambre à l’insurrection anti-piémontaise de 1794 et au déclenchement d’un vaste mouvement antiféodal auquel les idées républicaines françaises et les patriotes ne restèrent pas étrangers14.

  • 15 Indications bibliographiques dans Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Franci (...)
  • 16 Carlo Zaghi, « L’affare Ceroni », idem, Potere Chiesa e società. Studi e ricerche sull’Italia giac (...)
  • 17 Cf. Rao, Esuli, op. cit., p. 544.
  • 18 Umberto Carpi, « Appunti su ideologia postrivoluzionaria e rifl essione storiografi ca dopo il Trien (...)

7Pour la période suivante, on peut tirer d’autres exemples des milieux des patriotes napolitains : Il genio d’Italia, publié à Milan par Onofrio Fiani en 1801, véritable réquisitoire contre le saccage des œuvres d’art ; le Mémoire pour les Napolitains français contre les Napolitains bourbons par un ami de la vérité de Vincenzo Catalani, publié à Naples en 1806 pour protester contre l’exclusion des charges publiques des patriotes les plus radicaux ayant subi les persécutions du gouvernement Bourbon, et qui porta à l’arrestation de son auteur15. Encore pourrait-on évoquer le poème de l’officier de l’armée italienne Giuseppe Giulio Ceroni, publié à Milan en janvier 1803, Sciolti di Timone Cimbro a Cicognara, qui dénonçait durement l’oppression française et qui, par la réaction qu’il provoqua, aida l’affirmation définitive d’une politique modérée contre les aspirations des patriotes unitaires et démocrates16. « Affaires » compliquées, celles de Ceroni et de Catalani, puisqu’elles s’entrecroisaient intimement avec les luttes de pouvoir entre autorités militaires et civiles françaises (Murat à Milan en 1802, Saliceti à Naples en 1806), gouvernements locaux, contrôle direct de Napoléon Bonaparte. Malgré les dénonciations répétées de complots antifrançais « jacobins », alimentées aussi par le cas Ceracchi de 1800 à Paris, ces formes d’opposition débouchèrent assez rarement sur une véritable activité éversive ou sur l’insurrection ouverte : le cas des Raggi en Piémont en 1798, la « trahison » de Lahoz en 1799, les voix sur une conjonction entre opposition jacobine, « insorgenze », complots anglais, dans le Royaume de Naples en 180217. La plupart des patriotes, même les plus radicaux, adoptèrent la voie de l’acceptation faute de mieux, de l’adaptation, de la « double vérité politique » dans leurs attitudes comme dans leurs écrits18. Il faudra attendre l’Empire et la carboneria pour trouver une véritable opposition anti-française de la part des courants démocratiques.

  • 19 Parmi les réflexions récentes sur la question on peut voir Vittorio Scotti Douglas, « Le cause e le (...)

8Considérons maintenant les formes d’opposition, de résistance et de rébellion qui, par leurs mobiles, par leurs objectifs et par leurs conséquences, se situent assez nettement dans le camp anti- ou contre-révolutionnaire, même si parfois les motivations des populations qui les animent ne sont pas différentes, dans le fonds, des raisons qui agitent les foules révolutionnaires19. Considérons, en particulier, les « insorgenze », les insurrections qui éclatent plus ou moins sanglantes d’un bout à l’autre de l’Italie pendant et après le Triennio, plutôt ponctuelles et épisodiques en 1797-1798, plus étendues et tumultueuses en 1799. Toute tentative de les intégrer dans un schéma unitaire, qu’il soit social ou culturel, fait faillite face à la grande diversité des cas : avant 1799 ces soulèvements ne débouchent pas sur un grand mouvement contre-révolutionnaire unitaire et, même en 1799, leur force de diffusion reste subordonnée aux défaites des armées françaises et à l’arrivée des armées de la Seconde coalition.

  • 20 Cf. ibid., p. 236.
  • 21 Cf. Gian Paolo Romagnani, « Dalle “Pasque veronesi” ai moti agrari del Piemonte », Folle controriv (...)
  • 22 Cf. Georges Segarini et Maria Pia Critelli, « Une source inédite de l’histoire de la République ro (...)
  • 23 Cf. « Le patriotisme et le courage ». La Repubblica napoletana del 1799 nei manoscritti del genera (...)
  • 24 Cf. Massimo Cattaneo, « L’opposizione popolare al “giacobinismo” a Roma e nello Stato pontifi cio » (...)
  • 25 Cf. Rao, « Folle controrivoluzionarie. La questione delle insorgenze italiane », op. cit., p. 23.
  • 26 Cf. Anna Maria Rao, « La Calabria nel Settecento », Storia della Calabria moderna e contemporanea. (...)

9Le seul caractère unifiant est celui de la violence, qui assuma les formes bien connues de la « grande peur » : pillages de maisons des gentilshommes et des riches, assauts donnés aux magasins de blés, occupations des domaines féodaux, incendies des archives communales, ondes de panique et de rumeurs, accompagnées du son des cloches. Occupant l’espace laissé vide par l’écroulement des gouvernements d’ancien régime et par la faiblesse des nouveaux, cette violence se donna aussi des formes de légitimation, de reconnaissance et d’identité, recourant aux saints, à la Vierge, à l’étendard de la Sainte foi. Certes, la présence militaire française fut souvent parmi les causes immédiates des révoltes : non pas en tant que réaction « nationale » contre l’« étranger », mais surtout pour des raisons matérielles et psychologiques, à savoir le poids des réquisitions et de la guerre, les pillages, et la brutalité des soldats, dénoncés par les commandants et commissaires français eux-mêmes20. Tel est le cas des « Pâques véronaises » (avril 1797), la révolte en territoire vénitien qui avait été investi et durement frappé à plusieurs reprises par les armées française et autrichienne21. C’est le cas encore des insurrections de juillet 1798 dans le territoire du Circeo, dans le Latium méridional22. Pour les mêmes raisons s’insurgea le territoire de Capoue, dans la partie septentrionale du Royaume de Naples et de Terre de Labour, traversé d’abord par l’armée de son roi Ferdinand IV dans la campagne de novembre 1798 contre la République romaine, et ensuite par l’armée française, par les débris de l’armée du Bourbon, par des troupes de bandits23. Au poids matériel de la guerre et des impôts dans des territoires déjà frappés par les crises économiques et les déséquilibres sociaux, il faut ajouter la peur des soldats que la propagande ecclésiastique, dès le début de la guerre en Europe, avait dépeints comme des « buveurs de sang » sans religion ni respect pour les hommes, les femmes et les propriétés. D’où la rébellion avant même l’arrivée des Français, comme à Naples en janvier 1799, ou tout de suite après la proclamation de la République, comme à Rome en février 1798 dans le quartier populaire du Trastevere24. Du reste, la même panique, en janvier 1799, déclencha une révolte « anti-française » jusqu’en Sicile, où il n’y avait pas de Français, mais seulement l’arrivée des Bourbons fuyant Naples, qui se dépêchèrent de la réprimer25. Quant à la Calabre, protagoniste du mouvement sanfédiste de 1799, elle resta en bonne partie à l’abri de toute présence militaire française durant la période de la République napolitaine26.

  • 27 Cf. Criscuolo, Albori di democrazia, op. cit., p. 374-393 et, d’un autre point de vue, Marina Caffi (...)
  • 28 Cf. Il Misogallo romano, a cura di Marina Formica e Luca Lorenzetti, Prefazione di Tullio De Mauro (...)
  • 29 Cf. Marina Caffi ero, La politica della santità. Nascita di un culto nell’età dei Lumi, Roma-Bari, (...)

10Le rôle de la propagande ecclésiastique, pourtant bien connu, tend à être sous-estimé par ceux qui soulignent la « spontanéité » du soulèvement des populations frappées dans leurs croyances et dans leur foi. Certes, la question religieuse était cruciale dans la société italienne : elle s’imposa à la réflexion et à l’action des patriotes comme un problème éminemment politique, dans leurs efforts pour républicaniser les masses27. Mais n’oublions pas que la religiosité populaire fut soumise à un véritable martèlement par une littérature gallophobe, en particulier après l’assassinat de Bassville, quand des centaines de chants et de sonnets furent imprimées et répandues, employant les langages populaires, à Rome et à Naples, contre les « monstres » français28 ; par la prédication prophétique de « saints » et de « saintes », et par les « miracles » qui inondèrent l’Italie centrale et, en partie, méridionale29.

  • 30 Cf. Filiberto Agostini, « L’installation des municipalités républicaines et des gouvernements cent (...)
  • 31 Cf. G. Assereto, « I “Viva Maria” nella Repubblica ligure », Folle controrivoluzionaire, op. cit., (...)
  • 32 Cf. Valentino Sani, « Le rivolte antifrancesi nel Ferrarese », Folle controrivoluzionaire, op. cit (...)
  • 33 Claudio Tosi, « Il marchese Albergotti colonnello delle bande aretine del 1799 », Folle controrivo (...)
  • 34 Marina Caffiero, « Perdono per i giacobini, severità per gli insorgenti : la prima Restaurazione po (...)
  • 35 Cf. Anna Maria Rao, « La Repubblica napoletana del 1799 », in Rao-Villani, Napoli 1799-1815, op. c (...)
  • 36 Voir aussi Sandro Guzzi, Logiche della rivolta rurale. Insurrezioni contro la Repubblica elvetica (...)

11Un peu partout, les insurrections du Trienno servirent ici et là d’exutoire à de plus anciens conflits locaux. Les vallées dépendantes des cités de Bergamo et Brescia (printemps 1797) se révoltèrent contre les nouvelles municipalités républicaines, en défense de l’ancien gouvernement central de Venise, considéré moins redoutable pour leurs autonomies30 ; pour des raisons semblables se révoltèrent les vallées de la République de Gênes (mai-juin 1797)31 ; et, encore, Lugo et les montagnes voisines (27-28 juin 1797) contre les municipalités de Ferrare et Bologne32. En Toscane, la révolte des « Viva Maria » d’Arezzo (été 1799) fut accompagnée par la formation d’une sorte de gouvernement autonome du territoire, que le Grand duc de Toscane peina à faire revenir sous son contrôle33. Jalousies municipales et luttes de factions furent aussi à l’ordre du jour dans l’État de l’Église, et la Restauration n’arriva certes pas à les éteindre34. Dans la République napolitaine, sur le fond d’une crise économique et des subsistances, d’une crise profonde de l’ancien ordre monarchique et féodal, bien souvent les révoltes virent l’explosion de conflits de pouvoir locaux, ancrés dans les réformes administratives récentes amorcées par les Bourbons35. Partout explosèrent des conflits entre les villes et leurs campagnes, entre diverses communautés, entre groupes de pouvoir locaux, entre mentalités différentes36.

  • 37 Même si, selon John Davis, Nelson et les Anglais craignaient eux aussi l’anarchie populaire : John (...)
  • 38 Cf. Il cittadino ecclesiastico. Il clero meridionale nella Repubblica napoletana del 1799, a cura (...)
  • 39 Cf. Emilio Gin, Santa Fede e congiura antirepubblicana, Salerno, Adriano Gallina, 1999 ; Ronga, Il (...)
  • 40 Cf. John A. Davis, « The “Santafede” and the crisis of the ancien régime in southern Italy », Soci (...)

12Certes, ces insurrections ne manquèrent pas d’une dimension politique. Mais cette dimension politique, on la retrouve surtout auprès des élites contre-révolutionnaires qui s’en servirent dans leur lutte contre le mouvement républicain. Les dénonciations des commandants français – comme Girardon à propos du Circeo ou de Terre de Labour – contre les menées du clergé ou des émissaires des Bourbons ou des Anglais ou de l’Autriche n’étaient pas le simple fruit de leur hantise du complot. En 1799 l’approche de l’armée autrichienne dans le Nord, et la présence russe et anglaise dans la Méditerranée furent décisives pour l’éclatement des révoltes37. Quant au clergé, bien qu’il ne soit pas à ranger tout entier dans la contre-révolution38, évêques et moines se retrouvèrent souvent à la tête de bandes d’insurgés – pour ne pas parler de l’armée sanfédiste du cardinal Ruffo –, tout comme les membres de la noblesse, les fonctionnaires civils et militaires des anciens gouvernements, ou les membres des anciennes municipalités. Les royalistes eurent aussi leur sociabilité politique, qui joua un rôle considérable dans la contre-révolution active. Les sociétés secrètes organisées à Naples tout de suite après la proclamation de la République, prêtes à l’action au premier signe favorable, recrutèrent leurs adeptes parmi les couches populaires en leur procurant des armes et de l’argent, et en confièrent la direction à des officiers de l’armée, à des juges de police, à des nobles39. Cette organisation sous forme militaire fut ensuite sanctionnée par le gouvernement restauré des Bourbons, intégrant les bandes de 1799 dans l’armée régulière40. Elle donnera ses fruits en 1806 encore, comme le révèlent les rapports du général Berthier :

  • 41 Paris, Archives Nationales, 33 AP 32 B, Papiers du général Berthier, Rapports et pièces historique (...)

« les insurrections des masses et des gens dévoués à l’ancienne reine, qui éclatoient sur tous les points […] avaient une organisation concertée pour couper les communications dans la Terre de Labour entre Terracine et Capoue ; cette masse avait des communications avec la place, et un nommé Fra-Diavolo payait et soulevait les habitans. Dans la Pouille le ci-devant marquis de Rodio, déclaré chef général des masses par l’ancien gouvernement, cherchait à combiner un mouvement général pour tâcher de détruire en détail l’armée française. Dans la Calabre, plusieurs chefs de parti formaient des insurrections et des masses tellement inquiétantes, que la communication avec le 3e Corps d’armée a été longtemps interrompue et que plus de 200 hommes ont péri »41.

  • 42 Carlo Zaghi, L’Italia di Napoleone dalla Cisalpina al Regno, Torino, Utet, 1986, p. 638.

13Berthier signalait ainsi, pour le royaume de Naples, la continuité des formes et des lieux de la contestation entre la période révolutionnaire et la période napoléonienne, grâce à la permanence des anciens chefs des bandes de 1799. Mais les modalités et les raisons de la contestation et de la résistance à l’époque napoléonienne sont assez différentes. Si la guerre et les impôts avaient déjà joué un rôle important pendant le Triennio, ce n’est qu’après la proclamation de la République Italienne en 1802, que l’introduction de la conscription obligatoire devint un des mobiles les plus puissants d’insurrection, d’autant plus que la possibilité de recourir à la substitution rendait plus graves et évidents les déséquilibres sociaux face au service militaire. Reste un cas à part, qui attend encore des études approfondies, la révolte de juillet 1802 à Bologne, où le malaise économique et le poids de la présence militaire française se mêlèrent à l’action politique des patriotes : du moins la révolte offrit-elle l’occasion pour intervenir durement contre les démocrates radicaux42.

  • 43 Sani, « Le rivolte antifrancesi nel Ferrarese », op. cit., p. 211-216 ; Rinaldo Salvadori, « Moti (...)
  • 44 Une vue d’ensemble dans Zaghi, L’Italia di Napoleone, op. cit., p. 615-650.
  • 45 Cf. Alain Pillepich, Milan capitale napoléonienne 1800-1814, Préface de Jean Tulard, Paris, Lettra (...)

14La loi du 13 août 1802 sur la conscription provoqua une agitation intermittente dans les villages du territoire de Ferrare, devenu le département du Bas-Pô, jusqu’à la grande révolte provoquée dans toute la plaine par le nouvel impôt sur les denrées de première nécessité du 19 avril 180943. 1809 fut l’année de la crise la plus grave, du département du Rhin (Bologne) à Parme et Plaisance44. À Milan, la population s’insurge seulement à la nouvelle de l’abdication de Napoléon, après la prise de Paris, se déchaînant, le 20 avril 1814, contre le ministre Prina45.

  • 46 Cf. Anna Maria Rao, Manuel Godoy e l’Italia, in Miguel Ángel Melón, Emilio La Parra y Fernando Tom (...)
  • 47 Alba Mora, « Gli inizi della dominazione napoleonica nel Ducato di Parma », L’Europa scopre Napole (...)
  • 48 Cf. Raffaella Salvalai, « Napoleone e i furti d’arte. I dipinti del ducato di Parma, Piacenza e Gu (...)
  • 49 Monica Visioli, « La pubblica assistenza a Parma dal dominio borbonico all’amministrazione frances (...)
  • 50 Vittorio Criscuolo, « Il Duca e i democratici », Un Borbone tra Parma e l’Europa, op. cit., p. 288 (...)
  • 51 Cf. Francis Pomponi, « Napoléon et Parme dans le “système” des états italiens », Un Borbone tra Pa (...)

15Considérons de plus près le cas du duché de Parme et Plaisance, longtemps considéré comme monnaie d’échange entre la France et son allié espagnol pour obtenir la Louisiane et autres colonies d’Outre-mer46, alors que les patriotes locaux demandaient son intégration dans la République cisalpine, et ensuite dans la République italienne. Les insurrections de 1805-1806 provoquèrent la disgrâce et la destitution de Moreau de Saint-Méry, en dépit de sa renommée de bon administrateur et des réformes qu’il avait commencées : ou peut-être à cause même de ces réformes, comme il était déjà arrivé, en 1771, à Du Tillot47. Là aussi, on peut rappeler parmi les raisons de mécontentement de la population le poids des impôts, les réquisitions des œuvres d’art48, et surtout, la politique de réduction de la mainmorte ecclésiastique. Il y avait encore d’autres raisons de malaise. Moreau de Saint-Méry lui-même, dès son arrivée à Parme, signalait la présence alarmante dans la ville d’une troupe de mendiants et de gens sans aveu qu’il estimait à 24 000 personnes, soit un tiers de la population ! Le chiffre était sûrement exagéré, mais on a calculé qu’à la fin du XVIIIe siècle le personnel de la cour du duché était à peu près un septième de toute la population urbaine : autant de personnes qui se trouvèrent privées de leurs emplois par la présence française49. À l’intérieur de ce duché, on a souligné par ailleurs les différences entre la capitale, moins ouverte aux réformes et aux idées révolutionnaires, et la ville de Plaisance, où le mouvement républicain fut beaucoup plus large et profond50. D’autre part, c’est justement dans la région de Plaisance que les troubles de décembre 1805-janvier 1806 se manifestèrent, en réponse aux réquisitions d’hommes, de bêtes et de fourrage à envoyer à Mantoue, et à la mobilisation de la garde nationale, qui devait elle aussi servir militairement au camp de Bologne51.

  • 52 Francis Pomponi, « Napoléon et Parme dans le “système” des états italiens », op. cit.
  • 53 Pasquale Villani, Il decennio francese, dans Anna Maria Rao et Pasquale Villani, Napoli 1799-1815. (...)
  • 54 Pasquale Villani, « Bilancio storiografico », L’Italia nell’età napoleonica, Atti del LVIII Congres (...)
  • 55 Michael Broers, « The parochial revolution: 1799 and the counter-revolution in Italy », Renaissanc (...)
  • 56 Lutz Klinkhammer, « Domare il citoyen. La politica francese nei dipartimenti di lunga annessione ( (...)
  • 57 Cf. Claudio Canonici, La fedeltà e l’obbedienza. Governo del territorio a Viterbo e nel Patrimonio (...)

16On a souligné dans le cas de Parme la limite très floue qui passe entre modernisation civilisatrice et colonisation52. Déjà Pasquale Villani avait affirmé l’importance de ne pas séparer, dans le cas de Naples, l’aspect ambivalent de la présence française : action réformatrice radicale d’un côté, état de guerre et conquête de l’autre53. Villani a dû atténuer progressivement le caractère initialement favorable de son jugement sur l’action de modernisation de l’État napoléonien dans le royaume de Naples, soulignant lui aussi les limites et les coûts de sa réalisation54. Généralement l’historiographie italienne qui, depuis les années 1950, avait porté sur la période napoléonienne en Italie un jugement beaucoup plus bienveillant que les historiographies des autres pays européens et de la France même, tend désormais à redimensionner l’efficacité réelle du soi-disant processus de modernisation, soulignant ses coûts pour les populations. Ces limites peuvent contribuer à expliquer les épisodes de résistance, l’absence ou la faiblesse du consensus de la part des couches moyennes ou des couches populaires. Toutefois, dans le cas du Piémont, Michael Broers au contraire tend à lire les révoltes comme des oppositions à l’action modernisatrice de l’État, surtout dans ses aspects répressifs, le renforcement de l’armée et de la police55. Lutz Klinkhammer, de son côté, a essayé de « mesurer » l’adhésion au nouvel ordre napoléonien dans les départements piémontais annexés, par comparaison avec les départements belges, à travers l’analyse du nombre et des typologies des délits pénaux poursuivis devant les tribunaux, soulignant lui aussi l’efficacité des appareils répressifs nouveaux. L’accroissement des délits contre la propriété et des vols champêtres serait à mettre au compte des formes de résistance anti-napoléonienne56. Comme en France et ailleurs, en Italie la résistance s’exprime aussi par l’insoumission, la désertion, le refus de l’impôt, voire le refus de s’inscrire dans les registres civiques57.

  • 58 Carla Nassini, « Moti popolari e criminalità in Arezzo tra fi ne ’700 e inizio ’800 », La Toscana n (...)
  • 59 John Davis, « The Political Role of the Neapolitan Army during the Decennio francese », Esercito e (...)

17Banditisme et brigandage s’amplifièrent en Toscane, en particulier dans les départements de l’Ombrone et de l’Arno, sur la base d’habitudes anciennes de la société rurale et par effet de l’occupation française, de la désertion et de la résistance à la conscription58. Dans le royaume de Naples, la loi Jourdan de 1798 sur la conscription fut introduite en 1806 par Joseph Bonaparte, mais les insurrections en Calabre en empêchèrent l’application. Le contingent napolitain envoyé en Espagne en 1807 était composé de forçats et de brigands, qui désertèrent le long de la route ou en Espagne. En 1809, pour l’expédition en Sicile, Murat ordonnait la conscription des hommes âgés de 17 à 25 ans, dans la mesure de 2 hommes sur 1 000. Les réactions furent encore plus violentes qu’en Lombardie et ailleurs, et la conscription servit plutôt à augmenter le nombre des brigands et des bandits. Elle provoqua l’insurrection de 1810 en Calabre, réprimée par l’intervention militaire de Manhes en 181159.

  • 60 Zaghi, « Melzi e il Concordato italiano », idem, Potere Chiesa società, op. cit., p. 501-627.
  • 61 Antonino De Francesco, « Brigandage méridional ou Révolte politique ? Les lectures culturelles des (...)

18Les « insurgés » deviennent donc des « brigands » dans les chroniques du temps et dans les témoignages des commandants français : ce changement sémantique n’est pas sans rapport avec les changements réels. D’une part, le malaise économique et la perte d’emplois typiques de la société d’ancien régime (les forces de police au service du clergé et de la féodalité, par exemple), rendent endémique le phénomène du brigandage. D’autre part, s’affaiblissent les liens entre les élites locales contre-révolutionnaires ou modérées et les masses populaires, qui avaient caractérisé les insurrections de 1797-1799. Le Concordat de 1803, qui confirmait la religion catholique comme religion d’État60, s’il décevait tous ceux qui pendant le Triennio s’étaient battus pour la liberté de religion, en même temps il supprimait, au moins en partie, les racines de l’opposition cléricale. Surtout, 1799 marque un tournant décisif dans l’attitude des bourgeoisies italiennes, prêtes désormais à accepter l’ordre napoléonien contre le danger de l’insurrection populaire et contre l’anarchie ; d’autant plus que les politiques des gouvernements restaurés en 1799 n’avaient pas été seulement sanglantes dans la répression contre les républicains, mais aussi décevantes pour tous ceux qui, à Milan, Arezzo, Rome, Naples et ailleurs, avaient espéré de pouvoir négocier un retour aux anciens privilèges sur la base de leurs mérites contre-révolutionnaires. Le rapport entre brigandage et lutte politique se manifestera à nouveau dans les conflits qui accompagnèrent la chute du royaume des Deux Siciles et la création de l’État unitaire61.

  • 62 Franco Della Peruta, Esercito e società nell’Italia napoleonica. Dalla Cisalpina al Regno d’Italia(...)
  • 63 Walter Barberis, Le armi del Principe. La tradizione militare sabauda, Torino, Einaudi, 1988, p. 2 (...)
  • 64 Louis Bergeron, « La société et les institutions », La Toscana nell’età rivoluzionaria e napoleoni (...)
  • 65 Cf. Anna Maria Rao, « Le strutture militari nel Regno di Napoli durante il decennio francese », L’ (...)

19Les études soulignent généralement la dureté de la politique répressive des gouvernements napoléoniens en Italie, qui frappèrent sévèrement révoltes et désertions par des mesures de police et des mesures judiciaires. Dans la République italienne, on arriva ainsi à recruter 11 500 hommes à la fin de juillet 1803, portés à 16 700 en février 180462. En Piémont, 95 000 jeunes piémontais furent recrutés en 1802-181463. La conscription préleva « dans la seule Toscane, 15 000 hommes de 1808 à 1813, en sept levées militaires ». Un phénomène absolument nouveau en Italie qui, depuis 1748, avait joui d’une longue période de paix. « D’où une véritable osmose entre la désertion, l’insoumission et l’ensemble de la population rurale, les classes rurales accueillant les déserteurs et les protégeant d’une façon systématique »64. Dans le royaume de Naples aussi les résistances furent durement réprimées par les commissions militaires65.

  • 66 Sur les nouveaux statuts de l’intellectuel cf. Gianluca Albergoni, I mestieri delle lettere tra is (...)
  • 67 Cf. Anna Maria Rao, « Il problema della violenza popolare in Italia nell’età rivoluzionaria », Riv (...)
  • 68 Alexander Grab, « Army, State and Society: Conscription and Desertion in Napoleonic Italy (1802-18 (...)

20Mais en dépit du poids des résistances, la durée et l’efficacité des gouvernements napoléoniens ne s’expliquent pas uniquement par la force des commissions militaires, des tribunaux et de l’armée d’occupation. Elles se fondèrent aussi sur la collaboration de tous ceux qui avaient animé le mouvement républicain et qui continuèrent à coopérer à la construction du nouvel État en qualité de fonctionnaires, d’administrateurs, de soldats ou même de professeurs66 ; et sur l’adhésion foncière de tous ceux qui, dans ce nouvel État, voyaient une garantie d’ordre. Déjà en 1796-1799 l’arrivée de l’armée française, vécue comme une libération par les patriotes et évidemment comme un désastre par leurs opposants, fut parfois ressentie comme garde-fou contre toute violence populaire même par les anti-révolutionnaires67. L’expérience de l’anarchie de 1799, crainte et condamnée par ceux-là mêmes qui l’avaient déclenchée ou en avaient profité, fournit une base assez solide au retour des Français. Et si la conscription fut certainement « the most controversial and the most contested program imposed by the state »68, le service militaire représenta aussi un instrument de formation du citoyen et surtout une source importante d’emplois considérés honorables. De même, tandis que le renforcement de l’appareil d’État, la centralisation, la redéfinition départementale des territoires, heurtaient traditions et privilèges, ils offraient en même temps des postes et une administration plus proche des administrés.

  • 69 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la révolution française, Paris, La (...)
  • 70 Cf. Anna Maria Rao, « Pouvoir local et révolution dans l’Italie jacobine et napoléonienne », Pouvo (...)
  • 71 Cf. John Davis, « La fin du Royaume de Murat à Naples (1814-1815) », La fin de l’Europe napoléonienn (...)

21Si « la balance des adhésions et des refus est bien malaisée à établir », en Italie comme en France et ailleurs69, il reste hors de doute que la soi-disant « modernisation » napoléonienne provoqua à la fois résistances et consensus, ce qui explique aussi les différences profondes entre la chute des républiques en 1799 et la chute des Français en 1814-1815. En 1799, les notables locaux avaient souvent profité de la situation pour régler leurs comptes entre eux et soulevé les paysans contre les Français et les républicains, ouvrant la voie aux violences et aux vendettas. En 1814, la peur des violences et de l’anarchie populaire les porta à agir plus en fonctionnaires qu’en notables, à éviter un dangereux effondrement des structures administratives, à essayer d’assurer une transition ordonnée de l’État napoléonien à l’État de la Restauration70. Ce qui se réalisa presque partout, sauf en Calabre71.

Notes

1 Anna Maria Rao, Massimo Cattaneo, « L’Italia e la Rivoluzione francese », Bibliografia dell’età del Risorgimento 1970-2001, vol. I, Firenze, Leo S. Olschki, 2003, p. 135-262, en particulier p. 237-241.

2 Renata De Lorenzo, « L’età napoleonica (1800-1815) », ibid., p. 445-643.

3 Francesco Leoni, Storia della controrivoluzione in Italia (1789-1859), Napoli, Guida, 1975.

4 Massimo Viglione, Le insorgenze. Rivoluzione & controrivoluzione in Italia 1792-1815, Milano, Ares, 1999 ; idem, Rivolte dimenticate. Le insorgenze degli italiani dalle origini al 1815, Roma, Città Nuova, 1999 (nouvelle édition de La « Vandea Italiana ». Le insorgenze controrivoluzionarie dalle origini al 1814, Milano, Effedieffe, 1995). Et encore : Francesco Mario Agnoli, Guida introduttiva alle insorgenze contro-rivoluzionarie in Italia durante il dominio napoleonico 1796-1815, Pessano, Mimep-Docete, 1996 ; Guida bibliografica dell’insorgenza in Lombardia (1796-1814), a cura di Chiara Barbesino, Paolo Martinucci, Oscar Sanguinetti, Milano, Isin, 1999 ; Le insorgenze popolari nell’Italia napoleonica : crisi dell’antico regime e alternative di costruzione del nuovo ordine sociale, atti del Convegno di studio, Milano, 25-26 novembre 1999, a cura di Chiara Continisio, Milano, Ares, 2001.

5 Jacques Godechot, La contre-révolution. Doctrine et action. 1789-1804, Paris, PUF, 1961, 2e édition mise à jour 1984.

6 Je me limite à rappeler les études d’Eluggero Pii recueillies dans idem, Il confronto politico in Italia nel decennio 1789-1799, Firenze, CET, 1992. On trouvera d’autres indications dans la Bibliografi a citée, mais, en ce qui concerne l’Église et le rôle des ecclésiastiques, il faut signaler plus récemment le volume de Alessandro Guerra, Il vile satellite del trono. Lorenzo Ignazio Thjulen : un gesuita svedese per la controrivoluzione, Milano, Franco Angeli, 2004 et surtout l’étude de Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française. La théologie et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française (1789-1799), Rome, Collection de l’École française de Rome, 2004.

7 Luciano Guerci, « Appunti sulla letteratura controrivoluzionaria in Italia (1789-1799) », Dal modello inglese al federalismo democratico. Studi in ricordo di Eluggero Pii, n° 2 de Il pensiero politico, XXXIX, 2001, p. 255-267 ; idem, « L’Histoire du clergé di Augustin Barruel (1793) e la traduzione di Giulio Alvisini (1794-95) », Chiesa, laicità e vita civile. Studi in onore di Guido Verucci, a cura di Lucia Ceci e Laura Demofonti, Roma, Carocci, 2005, p. 23-46.

8 Les seules synthèses sont encore celles de Carlo Capra, L’età rivoluzionaria e napoleonica in Italia 1796-1815, Torino, Loescher, 1978 et Stuart John Woolf, « La storia politica e sociale », Storia d’Italia, III, Dal primo Settecento all’Unità, Torino, Einaudi, 1973, p. 5-508, réédité sous le titre Il Risorgimento italiano, Torino, Einaudi, 1981, 2 vol. 

9 Une des synthèses les plus réussies, celle de Giuseppe Galasso, Potere e istituzioni in Italia. Dalla caduta dell’Impero romano ad oggi, Torino, Einaudi, 1974, date désormais de plus de trente ans.

10 Voir plus haut la note 4. On trouvera une discussion récente de ces ouvrages dans Vittorio Criscuolo, « “Vecchia” » storiografia e nuovi revisionismi nella ricerca storica sull’Italia in rivoluzione », idem, Albori di democrazia nell’Italia in rivoluzione (1792-1802), Milano, Franco Angeli, 2006, p. 141-156.

11 Cf. Anna Maria Rao, Les Républicains démocrates italiens et le Directoire, La République directoriale, Textes réunis par Philippe Bourdin et Bernard Gainot, Actes du Colloque de Clermont-Ferrand, 22, 23, 24 mai 1997, Clermont-Ferrand, Bibliothèque d’histoire révolutionnaire nouvelle, Série n. 3, 1998, p. 1057-1090.

12 Voir surtout les ouvrages de Carlo Zaghi, Il Direttorio francese e la Repubblica Cisalpina, 2 vol. , I, La nascita di uno stato moderno, II, Battaglie costituzionali e colpi di Stato, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1992 et de Criscuolo, Albori di democrazia, op. cit.

13 Cf. Zaghi, Il Direttorio francese e la Repubblica Cisalpina, op. cit., I, p. 90-91.

14 Cf. Antonello Mattone-Piero Sanna, « La “crisi politica” del Regno di Sardegna dalla rivoluzione patriottica ai moti antifeudali (1793-1796) », Folle controrivoluzionarie. Le insorgenze popolari nell’Italia giacobina e napoleonica, a cura di Anna Maria Rao, Roma, Carocci, 1999, p. 37-70 ; Blythe Alice Raviola, « Le rivolte del luglio 1797 nel Piemonte meridionale », ibid., p. 123-169 ; idem, « Le rivolte sincrone del luglio 1797 nel Piemonte meridionale », Quando San Secondo diventò giacobino. Asti e la Repubblica del luglio 1797, Atti del Convegno « Asti repubblicana. Bicentenario della repubblica astese : 1797-1997 » (Asti, 12-13 décembre 1997), Introduzione e cura di Giuseppe Ricuperati, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1999, p. 245-301 ; Michael Broers, « La crisi delle comunità piemontesi tra ancien régime e impero napoleonico », ibid., p. 399-411.

15 Indications bibliographiques dans Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Napoli, Guida, 1992, ad nomen.

16 Carlo Zaghi, « L’affare Ceroni », idem, Potere Chiesa e società. Studi e ricerche sull’Italia giacobina e napoleonica, Napoli, Istituto Universitario Orientale, 1984, p. 629-644 ; L’affaire Ceroni. Ordine militare e cospirazione politica nella Milano di Bonaparte, a cura di Stefano Levati, Milano, Guerini e associati, 2005.

17 Cf. Rao, Esuli, op. cit., p. 544.

18 Umberto Carpi, « Appunti su ideologia postrivoluzionaria e rifl essione storiografi ca dopo il Triennio giacobino », Rivista italiana di studi napoleonici, XXIX, 1992, p. 41-129.

19 Parmi les réflexions récentes sur la question on peut voir Vittorio Scotti Douglas, « Le cause e le dinamiche delle insorgenze antifrancesi nell’Italia napoleonica », Napoleone e la Lombardia nel triennio giacobino, 1796-1799, atti del Convegno storico internazionale nel secondo centenario della battaglia al ponte di Lodi (10 mai 1796), Lodi (2-4 mai 1996), a cura di Luigi Samarati, Lodi, Archivio storico lodigiano, 1997, p. 153-193 ; idem, Le insorgenze antinapoleoniche in Italia : controrivoluzione ideologica o sommosse di affamati ?, L’Europa scopre Napoleone 1793-1804, atti del congresso internazionale napoleonico (Cittadella di Alessandria, 21-26 giugno 1997), a cura di Vittorio Scotti Douglas, 2 vol. , Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1999, I, p. 557-575 ; Anna Maria Rao, « Folle controrivoluzionarie. La questione delle insorgenze italiane », Folle controrivoluzionarie, op. cit., p. 9-36 ; idem, « Révolution et Contre-Révolution pendant le Triennio italien (1796-1799) », La Contre-Révolution en Europe XVIIIe-XIXe siècles. Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, Jean-Clément Martin (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 233-240.

20 Cf. ibid., p. 236.

21 Cf. Gian Paolo Romagnani, « Dalle “Pasque veronesi” ai moti agrari del Piemonte », Folle controrivoluzionarie, op. cit., p. 89-122.

22 Cf. Georges Segarini et Maria Pia Critelli, « Une source inédite de l’histoire de la République romaine : les registres du Commandant Girardon. L’“insorgenza” du Latium méridional et la campagne du Circeo », extrait des Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, t. 104, 1992, 1, p. 245-453 ; Luca Topi, « C’est absolument la Vandée ». L’insorgenza del Dipartimento del Circeo (1798-1799), Milano, Franco Angeli, 2003.

23 Cf. « Le patriotisme et le courage ». La Repubblica napoletana del 1799 nei manoscritti del generale di brigata Antoine Girardon, a cura di Georges Segarini e Maria Pia Critelli, Presentazione di Anna Maria Rao, Napoli, Vivarium, 2000 ; Nello Ronga, Il 1799 in Terra di Lavoro. Una ricerca sui comuni dell’area aversana e sui realisti napoletani, Napoli, Vivarium, 2000.

24 Cf. Massimo Cattaneo, « L’opposizione popolare al “giacobinismo” a Roma e nello Stato pontifi cio », Folle controrivoluzionarie, op. cit., p. 255-290 ; idem, « Controrivoluzione e insorgenze », in David Armando, Massimo Cattaneo, Maria Pia Donato, Una rivoluzione difficile. La Repubblica romana del 1798-1799, Pisa-Roma, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2000, p. 179-242 ; idem, La sponda sbagliata del Tevere. Mito e realtà di un’identità popolare tra antico regime e rivoluzione, Napoli, Vivarium, 2004.

25 Cf. Rao, « Folle controrivoluzionarie. La questione delle insorgenze italiane », op. cit., p. 23.

26 Cf. Anna Maria Rao, « La Calabria nel Settecento », Storia della Calabria moderna e contemporanea. Il lungo periodo, a cura di A. Placanica, Roma-Reggio C., Gangemi, 1992, p. 386-403 ; Luca Addante, Repubblica e controrivoluzione. Il 1799 nella Calabria cosentina, Presentazione di Anna Maria Rao, Napoli, Vivarium, 2005

27 Cf. Criscuolo, Albori di democrazia, op. cit., p. 374-393 et, d’un autre point de vue, Marina Caffiero, « Le problème religieux », Annales historiques de la révolution française, n° 334, octobre-décembre 2003, p. 139-154.

28 Cf. Il Misogallo romano, a cura di Marina Formica e Luca Lorenzetti, Prefazione di Tullio De Mauro, Roma, Bulzoni, 1999.

29 Cf. Marina Caffi ero, La politica della santità. Nascita di un culto nell’età dei Lumi, Roma-Bari, Laterza, 1996, p. 221-243 ; Massimo Cattaneo, Gli occhi di Maria sulla rivoluzione. « miracoli » a Roma e nello Stato della Chiesa (1796-1797), Roma, Istituto nazionale di studi romani, 1995 ; idem, « Santi e miracoli nell’Italia in rivoluzione : il caso napoletano », Patrioti e insorgenti in provincia : il 1799 in Terra di Bari, a cura di Angelo Massafra, Bari, Edipuglia, 2002, p. 105-133.

30 Cf. Filiberto Agostini, « L’installation des municipalités républicaines et des gouvernements centraux dans la Terre Ferme vénitienne (1797), Annales historiques de la Révolution française, n.° 313, 1998, p. 467-492 ; Paolo Preto, « Le valli bergamasche e bresciane fra democratizzazione e rivolta antigiacobina », Folle controrivoluzionaire, op. cit., p. 71-88 ; 1797 Il punto di svolta. Brescia e la Lombardia veneta, Atti del Convegno in occasione del 200° della Rivoluzione bresciana (Brescia, 23-24 octobre 1997), a cura di D. Montanari, S. Onger, M. Pegrari, Brescia, Morcelliana, 1999.

31 Cf. G. Assereto, « I “Viva Maria” nella Repubblica ligure », Folle controrivoluzionaire, op. cit., p. 171-193.

32 Cf. Valentino Sani, « Le rivolte antifrancesi nel Ferrarese », Folle controrivoluzionaire, op. cit., p. 195-216 ; idem, La rivoluzione senza rivoluzione. Potere e società a Ferrara dal tramonto della legazione pontificia alla nascita della Repubblica cisalpina (1787-1797), Milano, Franco Angeli, 2001, p. 197-211.

33 Claudio Tosi, « Il marchese Albergotti colonnello delle bande aretine del 1799 », Folle controrivoluzionarie, op. cit., p. 217-253. Gabriele Turi, Viva Maria. Riforme, rivoluzione e insorgenze in Toscana (1790-1799), Bologna, Il Mulino, 1999 (1ère éd. 1969), démontre aussi les raisons économiques des révoltes.

34 Marina Caffiero, « Perdono per i giacobini, severità per gli insorgenti : la prima Restaurazione pontifi cia », Folle controrivoluzionaire, op. cit., p. 291-324.

35 Cf. Anna Maria Rao, « La Repubblica napoletana del 1799 », in Rao-Villani, Napoli 1799-1815, op. cit., p. 77-121 ; Francesca Maria Lo Faro, « Terra di Bari tra rivoluzione e controrivoluzione », Folle controrivoluzionarie, op. cit., p. 325-348 ; John A. Davis, « Rivolte popolari e controrivoluzione nel Mezzogiorno continentale », ibid., p. 349-368 ; idem, « Les sanfédistes dans le Royaume de Naples (1799) : guerre sociale ou guerre civile ? », Les résistances à la Révolution, Actes du Colloque de Rennes (17-21 septembre 1985), recueillis et présentés par F. Lebrun et R. Dupuy, Paris, Imago, 1987, p. 311-320.

36 Voir aussi Sandro Guzzi, Logiche della rivolta rurale. Insurrezioni contro la Repubblica elvetica nel Ticino meridionale (1798-1803), prefazione di Giovanni Levi, Biblioteca dell’” Archivio storico lombardo », Serie seconda, 3, Bologna, Cisalpino Istituto editoriale universitario, 1994.

37 Même si, selon John Davis, Nelson et les Anglais craignaient eux aussi l’anarchie populaire : John A. Davis, « L’Inghilterra, Nelson e la Repubblica napoletana del 1799 », Napoli 1799. Fra storia e storiografia, Atti del convegno internazionale, Napoli, 21-24 janvier 1999, a cura di Anna Maria Rao, Napoli, Vivarium, 2002, p. 393-427.

38 Cf. Il cittadino ecclesiastico. Il clero meridionale nella Repubblica napoletana del 1799, a cura di Pierroberto Scaramella, Napoli, Vivarium, 2000.

39 Cf. Emilio Gin, Santa Fede e congiura antirepubblicana, Salerno, Adriano Gallina, 1999 ; Ronga, Il 1799 in Terra di Lavoro, op. cit. ; Elvira Chiosi, « “La cristiana letteraria repubblica” e la controrivoluzione », idem, Lo spirito del secolo. Politica e religione a Napoli nell’età dell’illuminismo, Napoli, Giannini, 1992, p. 233-264 ; Anna Lisa Sannino, L’altro 1799. Cultura antidemocratica e pratica politica controrivoluzionaria nel tardo Settecento napoletano, Napoli, ESI, 2002.

40 Cf. John A. Davis, « The “Santafede” and the crisis of the ancien régime in southern Italy », Society and politics in the Age of the Risorgimento, Essays in honour of Denis Mack Smith, edited by J.A. Davis and P. Ginsborg, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 21-23 ; Anna Maria Rao, Ordine e anarchia : Napoli nel 1799-1800, Corpi armati e ordine pubblico in Italia (XVI-XIX sec.), a cura di Livio Antonielli e Claudio Donati, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2003, p. 241-260.

41 Paris, Archives Nationales, 33 AP 32 B, Papiers du général Berthier, Rapports et pièces historiques sur l’occupation et la situation politique du Royaume de Naples 1806-1807, Précis historique des opérations de l’armée française depuis son entrée dans le Royaume de Naples, Situation politique de l’armée et de ses opérations du 1er au 23 juin.

42 Carlo Zaghi, L’Italia di Napoleone dalla Cisalpina al Regno, Torino, Utet, 1986, p. 638.

43 Sani, « Le rivolte antifrancesi nel Ferrarese », op. cit., p. 211-216 ; Rinaldo Salvadori, « Moti antigiacobini e insorgenze antinapoleoniche in Val Padana », Storia della società italiana, vol. 13, L’Italia giacobina e napoleonica, Milano, Teti, 1985, p. 189-217.

44 Une vue d’ensemble dans Zaghi, L’Italia di Napoleone, op. cit., p. 615-650.

45 Cf. Alain Pillepich, Milan capitale napoléonienne 1800-1814, Préface de Jean Tulard, Paris, Lettrage, 2001, p. 617-632.

46 Cf. Anna Maria Rao, Manuel Godoy e l’Italia, in Miguel Ángel Melón, Emilio La Parra y Fernando Tomás Pérez (eds.), Manuel Godoy y su tiempo, Congreso Internacional Manuel Godoy (1767-1851), Badajoz/Castuera/Olivenza 3 al 6 de octubre de 2001, Mérida, Editora Regional de Extremadura, 2 t., 2003, t. I, p. 587-605 ; idem, La politica italiana della monarchia spagnola dal 1789 alla pace di Amiens, in 1802. España entre dos siglos. Monarquía, Estado, Nación, coordinador Antonio Morales Moya, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2003, p. 299-319.

47 Alba Mora, « Gli inizi della dominazione napoleonica nel Ducato di Parma », L’Europa scopre Napoleone 1793-1804, op. cit., I, p. 291-301.

48 Cf. Raffaella Salvalai, « Napoleone e i furti d’arte. I dipinti del ducato di Parma, Piacenza e Guastalla requisiti e non più trovati », Aurea Parma, LXXXII, 1998, p. 74-83.

49 Monica Visioli, « La pubblica assistenza a Parma dal dominio borbonico all’amministrazione francese », Un Borbone tra Parma e l’Europa. Don Ferdinando e il suo tempo (1751-1802), Atti del Convegno internazionale di studi, Fontevivo, Parma, ex Collegio dei Nobili, 12-14 juin 2003, a cura di Alba Mora, Reggio Emilia, Diabasis, 2005, p. 268-280.

50 Vittorio Criscuolo, « Il Duca e i democratici », Un Borbone tra Parma e l’Europa, op. cit., p. 288-298. Sur Plaisance, voir aussi Giacobini e pubblica opinione nel ducato di Piacenza, a cura di Carlo Capra, atti del convegno di studio (Piacenza, Palazzo Farnese, 27-28 septembre 1996), Tip.Le. Co., Piacenza, 1998.

51 Cf. Francis Pomponi, « Napoléon et Parme dans le “système” des états italiens », Un Borbone tra Parma e l’Europa, op. cit., p. 247-267 (261-262) ; Michael Broers, « “Sbirri” and Gendarmes. The Working of a Rural Police Force », Corpi armati e ordine pubblico in Italia (XVI-XIX sec.), a cura di Livio Antonielli e Claudio Donati, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2003, p. 203-211.

52 Francis Pomponi, « Napoléon et Parme dans le “système” des états italiens », op. cit.

53 Pasquale Villani, Il decennio francese, dans Anna Maria Rao et Pasquale Villani, Napoli 1799-1815. Dalla repubblica alla monarchia amministrativa, Napoli, Edizioni del Sole, 1995, p. 181-184.

54 Pasquale Villani, « Bilancio storiografico », L’Italia nell’età napoleonica, Atti del LVIII Congresso di Storia del Risorgimento Italiano (Milano, 2-5 octobre 1996), Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1997, p. 19-35 ; idem, « Il Regno di Napoli nella crisi rivoluzionaria : dal riformismo illuminato al giacobinismo », Il Mezzogiorno d’Italia e il Mediterraneo nel triennio rivoluzionario 1796-1799, a cura di Francesco Barra, Avellino, Edizioni del Centro Dorso, 2001, p. 229-240.

55 Michael Broers, « The parochial revolution: 1799 and the counter-revolution in Italy », Renaissance and Modern Studies, XXXIII, 1989, p. 159-173; idem, « The Police and the Padroni: Italian Notabili, French Gendarmes and the origins of the Centralized State in Napoleonic Italy », European History Quarterly, XXVI, 1996, n. 3, p. 331-353; idem, Napoleonic Imperialism and the Savoyard Monarchy 1773-1821. State Building in Piedmont, Lewiston/Queenston/Lampeter, The Edwin Mellen Press, 1997. Sur l’image très négative de la police pendant la période napoléonienne, cf. Livio Antonielli, « Gli uomini della polizia e l’arruolamento », La polizia in Italia nell’età moderna, a cura di Livio Antonielli, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2002, p. 117-136 ; Steven C. Hughes, « L’immagine della polizia », ibid., p. 151-156.

56 Lutz Klinkhammer, « Domare il citoyen. La politica francese nei dipartimenti di lunga annessione (1798-1814) », La ricerca tedesca sul Risorgimento italiano. Temi e prospettive, Atti del Convegno internazionale (Roma, 1er-3 mars 2001), a cura di Andrea Ciampani e Lutz Klinkhammer, Rassegna storica del Risorgimento, LXXXVIII, 2001, p. 9-26 ; et cf. Anna Maria Rao, « Cittadini o amministrati ? Alcune considerazioni comparative sull’Europa napoleonica », ibid., p. 195-204. Pour le cas de Milan, cf. Pillepich, Milan capitale napoléonienne, op. cit., p. 602-608.

57 Cf. Claudio Canonici, La fedeltà e l’obbedienza. Governo del territorio a Viterbo e nel Patrimonio in età napoleonica, Roma, Carocci, 2001, p. 275-276.

58 Carla Nassini, « Moti popolari e criminalità in Arezzo tra fi ne ’700 e inizio ’800 », La Toscana nell’età rivoluzionaria e napoleonica, a cura di Ivan Tognarini, Napoli, ESI, 1985, p. 175-197 ; Vittoria Ardito, « Le brigandage dans le Département de l’Ombrone (1808-1814) », ibid., p. 199-222 ; Giampaolo Fenzi, « Brigantaggio e protesta popolare nel Dipartimento dell’Arno 1808-1814 », ibid., p. 223-266 ; Cesare Ciano, « Il problema dei forzati liberati nella Toscana napoleonica », ibid., p. 267-275.

59 John Davis, « The Political Role of the Neapolitan Army during the Decennio francese », Esercito e società nell’età rivoluzionaria e napoleonica, a cura di Anna Maria Rao, Napoli, Morano, 1990, p. 151-172 ; idem, Conflict and control. Law and Order in Nineteenth-Century Italy, London 1988.

60 Zaghi, « Melzi e il Concordato italiano », idem, Potere Chiesa società, op. cit., p. 501-627.

61 Antonino De Francesco, « Brigandage méridional ou Révolte politique ? Les lectures culturelles des élites politiques italiennes dans les années 1860 », La contre-révolution en Europe, op. cit., p. 269-277.

62 Franco Della Peruta, Esercito e società nell’Italia napoleonica. Dalla Cisalpina al Regno d’Italia, Milano, Franco Angeli, 1988.

63 Walter Barberis, Le armi del Principe. La tradizione militare sabauda, Torino, Einaudi, 1988, p. 251.

64 Louis Bergeron, « La société et les institutions », La Toscana nell’età rivoluzionaria e napoleonica, op. cit., p. 43.

65 Cf. Anna Maria Rao, « Le strutture militari nel Regno di Napoli durante il decennio francese », L’Italia nell’età napoleonica, op. cit., p. 255-298.

66 Sur les nouveaux statuts de l’intellectuel cf. Gianluca Albergoni, I mestieri delle lettere tra istituzioni e mercato. Vivere e scrivere a Milano nella prima metà dell’Ottocento, Milano, Franco Angeli, 2006.

67 Cf. Anna Maria Rao, « Il problema della violenza popolare in Italia nell’età rivoluzionaria », Rivoluzione francese La forza delle idee e la forza delle cose, a cura di Haim Burstin, Milano, Guerini e Associati, 1990, p. 247-266.

68 Alexander Grab, « Army, State and Society: Conscription and Desertion in Napoleonic Italy (1802-1814) », The Journal of Modern History, 67, 1995, p. 28.

69 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la révolution française, Paris, La Découverte, 1993, p. 296. Sur la contre-révolution en Europe voir récemment le n° 44 de Trienio. Ilustración y Liberalismo, novembre 2004, présenté par Lluís Roura, « Napoleón y la contrarrevolución en la Europa mediterránea », avec les contributions de Jean-Paul Bertaud, « Napoleón y la contrarrevolución en Francia », p. 7-21, Gérard Dufour, « Napoleón y la contrarrevolución », p. 23-35, José Tengarrinha, « Napoleón y la contrarrevolución en Portugal », p. 37-61.

70 Cf. Anna Maria Rao, « Pouvoir local et révolution dans l’Italie jacobine et napoléonienne », Pouvoir local et Révolution. La frontière intérieure, R. Dupuy (dir.), Colloque international Rennes 28 septembre-1er octobre 1993, Rennes, Presses Universitaires, 1995, p. 495-507.

71 Cf. John Davis, « La fin du Royaume de Murat à Naples (1814-1815) », La fin de l’Europe napoléonienne. 1814 : la vacance du pouvoir, sous la direction de Yves-Marie Bercé, Paris, Henri Veyrier, p. 219-34 ; Stuart Woolf, « L’Italie en 1814 », ivi, p. 235-42.

Auteur

Université Federico II de Naples

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540