Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration napoléonienne en Europe

 | 
Christine Peyrard
, 
Francis Pomponi
, 
Michel Vovelle

La politique italienne de Napoléon (1800-1806)

La première République italienne

Carlo Capra

Texte intégral

  • 1 Voir pour tous : A. Pingaud, Bonaparte président de la République italienne, Paris, Perrin, 2 vols (...)

1Les historiens ont souvent évoqué le coup de théâtre qui se produisit à Lyon le 26 janvier 1802, lorsque la lecture du nom de la République cisalpine, dont on venait de réformer la constitution, fut interrompue par les députés cisalpins assis dans la salle qui s’écrièrent « Italienne ! Italienne ! ». Napoléon répondit avec un sourire et un signe de consentement, et ce fut ainsi que prit naissance le nouvel état, qui, transformé en royaume d’Italie trois ans plus tard, devait rassembler jusqu’à six millions et demi d’Italiens de Novare à Pontebba et de Bolzano à San Benedetto del Tronto1. Dans son exil à Sainte-Hélène, l’Empereur affirma que son intention avait été celle d’unifier toute l’Italie sous le sceptre de son fils. Les différents états de la péninsule – déclara-t-il au général Montholon − avaient été réunis à l’Autriche ou à la France à titre provisoire :

  • 2 Mémoires pour servir à l’histoire de France sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène par les généraux (...)

« Les Vénitiens, les Lombards, les Piémontais, les Génois, les Parmesans, les Bolonais, les Romagnols, les Ferrarais, les Toscans, les Romains, les Napolitains avaient besoin, pour devenir italiens, d’être décomposés et réduits en éléments ; il fallait, pour ainsi dire, les refondre »2.

  • 3 A. Pillepich, Milan capitale napoléonienne, 1800-1814, Paris, Lettrage, 2001, p. 71-72, qui résume (...)
  • 4 Ibidem, et cf., A, Pillepich, Napoléon et les Italiens. République italienne et Royaume d’Italie ( (...)

2Il est facile d‘opposer aux plaidoyers de Sainte-Hélène les expressions de mépris contre les Italiens, « peuple mineur, d’esprit étroit, peu fait pour la liberté, peu doué pour l’administration, adonné au caquetage, jamais content, composé de gens mous, lâches, corrompus, hypocrites, intrigants, brouillons et superstitieux »3, dont sa correspondance est parsemée. Toutefois on a peut-être trop vite dénoncé les vues rétrospectives de l’Empereur à Sainte Hélène comme de la simple propagande à l’usage de la postérité. Alain Pillepich a fort bien caractérisé l’attitude ambivalente de Napoléon face à ses sujets italiens, « enrageant de devoir les reléguer au second plan » et les accablant de reproches au moment même où il désirait assurer leur avenir4. Le témoignage du ministre toscan Fossombroni est de poids :

  • 5 Cité par Pingaud, Bonaparte président, I, p. 261.

« Nous, le parti italien, nous étions sûrs de faire vibrer la corde secrète de son âme et les ministres français mettaient tout leur art à l’assoupir »5.

  • 6 I carteggi di Francesco Melzi d’Eril, duca di Lodi. La vicepresidenza della Repubblica Italiana, e (...)

3Au surplus, il faut distinguer à mon avis entre la période où la République italienne fut créée, où une perspective de paix authentique semblait s’ouvrir pour l’Europe et où il était par conséquent possible de penser à une Italie indépendante, quoique fédérée à la France, et les années suivantes, marquées par les impératifs de la guerre à outrance et bientôt du blocus, qui imposaient le maximum de contrôle et de centralisation du pouvoir. En 1802 on pouvait prendre au sérieux des affirmations comme celle de Ferdinando Marescalchi, écrivant au vice-président Melzi le 7 mai que « la volonté du premier Consul est absolument que nous nous élevions autant que possible à un certain degré de dignité nationale », ou de Bonaparte lui-même lorsqu’il déclarait, le 28 juillet, que « la République italienne doit être la première puissance de l’Italie »6.

4Quant aux patriotes cisalpins, l’état d’âme prévalent dans leur milieu face à la proclamation de la République Italienne est fidèlement évoqué dans les souvenirs d’Adeodato Ressi, professeur d’économie à l’université de Pavie :

  • 7 Sugli avvenimenti del 1813-14 in Italia, dans L. Rava, Adeodato Ressi (1768-1822), con scritti ine (...)

« Les vœux et les espérances des Italiens se ranimèrent lorsqu’à Lyon la première pierre fut posée de l’indépendance et d’un gouvernement stable […] Notre pays eut alors un royaume d’une certaine taille et qui semblait destiné à devenir le noyau d’un plus grand État par l’agrégation successive des provinces italiennes ; et il paraissait que telle fut l’idée de son fondateur »7.

  • 8 Voir notamment leurs respectives contributions au colloque milanais de novembre 2002 sur La formaz (...)
  • 9 V. Cuoco, Scritti vari, ed. F. Nicolini et N. Cortese, 2 vols, Bari, Laterza, 1924, I, p. 4.

5L’imposition d’un régime autoritaire sur le modèle du consulat français ne rencontrait qu’une faible résistance de ce côté après le spectacle de désordre et d’impuissance offert par le gouvernement de la République cisalpine, et surtout après le naufrage des espoirs nourris dans le Triennio d’une rapide conversion des classes populaires aux principes républicains. Comme il a été montré par les études récentes d’Antonino De Francesco et Luca Mannori8, une partie des ex-jacobins eux-mêmes tendaient maintenant à voir dans l’imposition d’un appareil étatique solide et puissant le seul moyen pour discipliner les classes populaires, pour moderniser les institutions et la société et pour transformer en « citoyens d’un état des gens qui n’étaient que des habitants d’une province », comme s’exprimait Vincenzo Cuoco dans son « Programme » pour le Giornale italiano9. La Lettre d’un Italien adressée à Melzi le 18 février 2002 par un Cisalpin anonyme, dans lequel on a reconnu le patriote milanais Cesare Pelegatti, exprimait des vues assez semblables lorsqu’il écrivait :

  • 10 I carteggi di Francesco Melzi, I, p. 53. Sur Pelegatti on peut maintenant renvoyer à l’article de (...)

« On ne peut pas nier, citoyen vice-président, qu’il n’existe plus de liberté politique et civile dès que le peuple n’a aucun droit à l’élection de ses représentants et que la sûreté des personnes est abandonnée à la discrétion d’un homme. Ce despotisme constitutionnel était peut-être nécessaire dans la situation actuelle de l’Italie, face au choc et au flottement des partis, à l’ignorance presque universelle des vrais principes sociaux, aux divisions qui règnent toujours parmi les différents peuples qui composent la République. Mais cette dictature politique qui, dirigée par une main de maître, inspirée par le noble projet de créer une nation, pourrait produire des résultats heureux, pourrait aussi ramener sur l’Italie les ténèbres de la superstition et du vandalisme et la plonger une fois encore dans l’esclavage et l’avilissement »10.

  • 11 Scrittori classici italiani di economia politica, Milano, De Stefanis, 1803-05, dédicace du premie (...)
  • 12 Rome, Naples et Florence (texte de 1826), dans Stendhal, Voyages en Italie, ed. V. Del Litto, Pari (...)

6Le recours au terme classique de dictature et l’oxymoron implicite dans la formule de despotisme constitutionnel sont l’indice d’une contradiction ouverte entre les idéaux républicains encore cultivés par beaucoup de patriotes italiens et la conjoncture politique qui les obligeait à en ajourner la réalisation à un avenir plus propice. Ce qui comptait, pour le moment, n’était pas le degré de libéralisme des institutions, mais le signe progressif ou réactionnaire de leur influence sur la société, leur aptitude à jeter les bases de l’unité et de l’indépendance futures, qui à leur tour permettraient de lutter dans des circonstances plus favorables pour le triomphe des principes de liberté et d’égalité. Dans cette attente, un jacobin conséquent comme Pietro Custodi pouvait, d’un côté, assurer sa loyale collaboration au nouveau gouvernement et, de l’autre, travailler avec son recueil des Écrivains italiens classiques d’économie politique à la formation d’une conscience nationale au moins parmi « les rares gens qui lisent »11. C’était ce que Stendhal voulait dire lorsqu’il écrivait, à propos des fonctionnaires napoléoniens restés à Milan après l’effondrement du royaume d’Italie : « ils soutiennent qu’avant les deux Chambres, il fallait à l’Italie vingt années du despotisme et de la gendarmerie de Napoléon »12.

  • 13 Lettre de Melzi a Talleyrand de 16 mai 1801, dans U. Da Como, I comizi nazionali in Lione per la p (...)
  • 14 L. Mannori, Alle origini della costituzione del 1802, communication au colloque cité dans la note (...)
  • 15 Rapport de Marescalchi, Aldini, Melzi e Serbelloni sur les projets de constitution pour la Cisalpi (...)

7Francesco Melzi d’Eril, lui, trouvait que les projets d’une nouvelle constitution pour la Cisalpine présentés à Bonaparte après Marengo étaient encore trop influencés par les « fausses théories sur le citoyen »13 répandues pendant les années révolutionnaires. Son idéal était, comme le dit Luca Mannori, celui d’une « forte monarchie administrative doublée d’une nation de propriétaires fonciers »14, les seuls véritables citoyens selon une tradition qui remontait à Locke et à la physiocratie. Il avait vivement critiqué le projet de Roederer d’une représentation de la souveraineté populaire confiée à trois collèges des propriétaires, des savants et des commerçants, et ne s’y était plié qu’après l’augmentation du nombre des premiers – de 200 à 300 − et sur l’assurance de Napoléon que ces collèges ne seraient pas élus par le peuple15. Dès lors, il n’est pas étonnant que le mot liberté ne figure pas une fois dans le discours que Melzi adressa à ses concitoyens le 15 février 1802. Ce que le vice-président avait à promettre et à demander était bien autre chose :

  • 16 Carteggi Melzi d’Eril, I, p. 45-46.

« Ceux qui sont chargés de diriger la république vous doivent et vous promettent l’ordre, l’économie, l’application au travail et une justice impartiale. Vous leur devez du respect, de la confiance et une généreuse résignation »16.

8D’autre part, il n’aurait jamais accepté le poste de vice-président s’il n’avait pas reçu des garanties formelles sur le caractère intégralement italien de la nouvelle administration, sur la cessation des impositions arbitraires, des réquisitions et des interventions politiques, sur la formation d’une armée nationale qui devait se substituer aux troupes françaises d’occupation. On sait bien que les projets de Melzi ne furent que très partiellement réalisés, du fait de la brève durée de la République italienne, des jalousies et des conflits qui divisèrent sa classe politique, et surtout, des sentiments de déception et de lassitude qui s’emparèrent du vice-président face à la difficulté de sa tâche, à la maladie qui l’affligeait, aux réticences de Napoléon et à la sourde hostilité du commandant en chef des troupes françaises en Italie, Murat. Pourtant, si ses efforts pour élargir les marges d’indépendance dont jouissait le nouvel État échouèrent presque tous, en revanche l’œuvre de consolidation accomplie par son gouvernement en trois ans fut très considérable. Il n’est pas question ici d’analyser les grandes lois organiques sur l’administration centrale et locale, sur la conscription, sur l’instruction publique, ni de rappeler en détail la stipulation du concordat avec le Saint Siège ou les autres mesures concernant la religion, la santé, les travaux publics et la culture. Il suffira de se pencher, à titre d’exemple, sur deux secteurs clef : la réforme de la justice et le redressement des finances opéré par le ministre Prina.

9Plus encore que les autres branches de l’administration, la justice avait vécu, de 1796 à la fin de 1801, dans une condition de désordre et de précarité, liée à la variété des systèmes législatifs et juridiques de provinces ayant appartenu sous l’Ancien régime à six différents États et au caractère partial et inorganique des mesures prises par le nouveau gouvernement.

  • 17 Cité par M. Roberti, Milano capitale napoleonica, Milano, Fondazione Treccani degli Alfieri, 1946-1 (...)

« Fils d’une même République, régénérés par la liberté – avouait le Directoire cisalpin dans un message au Conseil des Jeunes du 2 février 1799 – nos concitoyens gémissent encore sous l’amas lourd et compliqué de lois incertaines et mal justifiées, de systèmes propres à éterniser les litiges et créés ici par la tyrannie, là par l’ignorance, et ailleurs par un faux esprit de réforme »17.

  • 18 Voir E. Dezza, Il codice di procedura penale del regno italico (1807), Padova, CEDAM, 1983, p. 91 (...)
  • 19 A. Cavanna, Codificazione del diritto italico e imperialismo giuridico francese nella Milano napole (...)
  • 20 P. Peruzzi, Progetto e vicende di un codice civile della Repubblica Italiana (1802-1805), Milano, (...)

10La seconde Cisalpine, il est vrai, vit l’élaboration d’un programme organique de codification du droit et des procédures tant civiles que criminelles, comme le témoignent un message adressé par le Comité de gouvernement à la Consulte législative le 20 janvier 1801 et des épaves de documents concernant les codes particuliers18. Le projet de code criminel, rédigé par le ministre de la justice Giuseppe Luosi au cours de 1801, a été considéré par Adriano Cavanna « comme expression de la vieille tradition juridique italienne » et en même temps « comme produit des doctrines européennes sur l’arithmétique pénale qui se développent entre le XVIIIe et le XIXe siècle »19. En 1801 aussi deux autres projets virent le jour dans le ministère de la Justice : une Méthode générale de procédure dans les causes civiles et un Règlement de procédure criminelle, tous les deux marqués par l’influence des règlements autrichiens adoptés en Lombardie sous Joseph II. Mais « l’uniformité… de lois criminelles et civiles » prévue par l’article 120 de la constitution promulguée à Lyon restait encore à atteindre. Le ministre de la Justice nommé à Lyon, le Siennois Giovanni Bonaventura Spannocchi, neveu de Pompeo Neri et membre du Sénat milanais, puis président de la Cour d’appel de Milan dès 1786, s’efforça d’accélérer les travaux, en chargeant des individus ou installant des commissions pour l’examen et la révision des différents projets. La révision du projet de code criminel fut confiée au juriste valtelinois Alberto De Simoni, qui termina sa tache en juillet 1802. Le texte qui sortit de ses mains, conjointement avec le projet du code de procédure criminelle, fut ensuite livré à une commission ministérielle où siégèrent, entre autres, deux patriotes bien connus, Giovanni Ristori et Cesare Pelegatti ; celle-ci travailla vite et conclut sa révision en avril 1803. De Simoni fit preuve de la même célérité dans la rédaction du projet de code civil dont il fut chargé dans l’été 1802 : la première ébauche était prête pour être montrée aux tribunaux de révision et de cassation à la fin de l’année. Ce texte fut ensuite soumis à l’examen d’un autre juriste toscan, Pompeo Signorini, qui se déclara d’accord avec le choix de De Simoni « d’adopter le corpus de Justinien comme loi supplétive et subsidiaire du code ». Piergiorgio Peruzzi, auteur d’une excellente étude sur ce projet, a remarqué que « deux importants résultats s’ensuivent de cette démarche, tous les deux contredisant l’opinion des réformateurs du XVIIIe siècle, celui d’accorder aux juges le droit d’interpréter le code et celui d’appliquer des critères d’équité »20.

  • 21 Dezza, Il codice di procedura penale, p. 111-112.
  • 22 Ibid., p. 137-143.

11Pendant ce temps se réorganisait le système des tribunaux, sur la base de la grande loi du 22 juillet 1802, fondée à son tour sur les articles 94 à 104 de la constitution. Ce système était lui aussi, selon l’avis d’Ettore Dezza, « le fruit d’un compromis entre la tradition prérévolutionnaire de la Lombardie et le modèle français »21. De la première venaient, par exemple, le juge unique et la règle des deux sentences conformes avec recours parallèle aux cours de révision et de cassation, du second s’inspirait la présence, à chaque niveau de la juridiction, de représentants du gouvernement, commissaires ou procureurs nationaux. Nous sommes mal renseignés sur le recrutement et la composition de cette magistrature, mais il est difficile de se tromper en supposant que le plus grand nombre était constitué par des collaborateurs des anciens gouvernements, auxquels s’ajoutaient des éléments plus jeunes, sortis le plus souvent des rangs du mouvement patriotique. Dans l’attente des nouveaux codes, ces juges étaient censés appliquer en ordre hiérarchique (articles 176 et 177 de la loi du 22 juillet 1802) la législation de la République, le droit coutumier local et le droit romain. Les plus criantes différences dans les procès criminels furent toutefois gommées par une loi du 25 février 1804, concernant les « homicides, les blessures et les vols, et en outre les preuves et l’infliction des peines tant pour les susdits crimes que pour tous les autres délits »22.

  • 23 Cavanna, Codificazione del diritto, p. 696 ss.

12Entre 1803 et 1804 le long travail d’élaboration et de révision des codes paraissait proche de la conclusion. Seul le code de procédure civile, cependant, réussit à être promulgué avant la fin de la République, et celui-là aussi fut écarté après la proclamation du royaume d’Italie. Quelles furent les causes de cet échec ? D’un côté, les projets présentés par le gouvernement devaient être soumis au Conseil législatif, où étaient nombreux les ennemis du vice-président et de ses ministres (un d’eux, le bolonais Antonio Aldini, fut suspendu de sa charge par Melzi le 18 octobre 1803) ; cela explique en partie les longueurs dans la discussion des projets de loi et dans leur passage au Corps législatif, qui aurait dû les approuver. De l’autre côté il faut rappeler la marche parallèle de la codification française, à partir du code civil qui fut promulgué en mars 1804, à la veille de la proclamation de l’Empire. L’effort d’aboutir à une codification originale, sur la base d’un compromis entre la tradition juridique italienne et les acquis de la Révolution française, fut poursuivi en 1805-1806 par le nouveau ministre de la Justice, Luosi, mais fut brisé par la décision de Napoléon, épaulé par le secrétaire d’état Aldini, d’imposer en tous les cas les codes français, avec la seule exception du code de procédure criminelle23.

  • 24 Lettre de Napoléon à Eugène de Beauharnais, 7 juin 1805, dans Correspondance publiée par ordre de (...)
  • 25 Melzi à Marescalchi, 7 avril 1802, dans Carteggi Melzi, I, p. 202-204.

13La rupture entre la période républicaine et la monarchie napoléonienne est moins nette dans le domaine des finances, auquel présida du début jusqu’à la fin le même ministre, le novarais Giuseppe Prina, considéré par Napoléon comme le seul « homme essentiel » parmi ses collaborateurs italiens24. En revanche, on mesure mieux ici l’écart entre le désordre et la corruption qui régnaient auparavant et la rigueur et l’efficacité de l’administration érigée en 1802. La seconde Cisalpine, en fait, avait aggravé tous les maux qui s’étaient déjà manifestés dans la première. Le coût du maintien de l’armée française était passé de deux millions par mois à 2 750 000 en août 1801, à quoi s’ajoutaient les réquisitions et les rapines effectuées directement par les généraux et les escroqueries des « triumvirs » Sommariva, Ruga et Visconti et de leurs acolytes. Le prélèvement fiscal était monté à un niveau insoutenable en même temps que les effets de la misère et de la vie chère étaient aggravés par des inondations et autres calamités naturelles. Le 7 avril 1802 Melzi renseignait Marescalchi, le ministre des Affaires étrangères résidant à Paris, sur les premières mesures du nouveau gouvernement, telles que la concentration des payements dans une seule trésorerie centrale, l’examen préliminaire des contrats par le Conseil législatif, la création d’un Économat général pour les biens nationaux, d’une Direction des impôts indirectes et d’un Office de liquidation et classification de la dette publique. Pour illustrer l’effort de son gouvernement d’introduire « l’épargne possible dans toutes les affaires », Melzi citait l’exemple du contrat qui avait été signé avec un imprimeur, qui en échange des droits exclusifs de vente du Bulletin des lois s’engageait à imprimer gratuitement tous les décrets et les circulaires du gouvernement, qui auparavant coûtaient à la République un million et demi de lires par an25.

  • 26 A. Grab, « La politica finanziaria nella Repubblica finanziaria e nel Regno d’Italia sotto Napoleone (...)
  • 27 Ibid. p. 49 ss. Voir aussi A. Vietti, Il debito pubblico nelle provincie che hanno formato il prim (...)

14La couverture des dépenses avec les revenus ordinaires restait cependant un objectif difficile, en raison de la rigidité du budget. La contribution due à la France pour le maintien de l’armée fut réduite à 1 600 000 lires par mois ; Melzi aurait souhaité une diminution ultérieure, mais se heurta cette fois au refus du premier consul. À cette dépense s’ajoutait le coût de la constitution d’une armée nationale, à laquelle on ne pouvait renoncer sans trahir l’idéal d’indépendance qui restait pour le vice-président la justification même de sa présence à la tête du gouvernement. Le tribut payé à la France et les frais pour l’armée italienne se montaient ensemble à 54 millions pour l’année 1803, plus de la moitié du budget total de 97 millions, et ce rapport ne changea guère dans les années suivantes26. Le service de la dette publique représentait aussi une charge croissante, formée en partie par les pensions dues au clergé, en partie par les dettes des anciens États dont les territoires étaient compris dans la République italienne, et pour le reste par la masse énorme des bons émis par le gouvernement cisalpin ou par les autorités militaires. Une loi publiée le 21 mars 1804 décréta que les possesseurs de ces titres seraient remboursés pour moitié de leur crédit en « inscriptions » sur le grand-livre de la dette publique, portant un intérêt de 3,5 %, pour l’autre moitié en « rescriptions », c’est-à-dire avec des titres sans intérêt valables pour l’achat des biens nationaux. La précision et le scrupule démontrés dans la gestion de la dette publique – qui en 1805 fut confiée à une nouvelle institution, le Mont Napoléon – seront reconnus comme un des mérites principaux de l’administration napoléonienne27.

15Du côté des recettes la stratégie poursuivie par Melzi et Prina comporta la modération de l’impôt foncier, qui de 92 deniers par scudo di estimo en 1800 (un chiffre qui représentait à peu près la moitié de la rente réelle perçue par les propriétaires) baissa à 48 et 49 deniers en 1802 et 1803 respectivement, et l’accroissement des charges sur les impositions indirectes. La capitation payée par les habitants des campagnes, qui avait été supprimée par le gouvernement cisalpin, fut rétablie, les droits sur le sel et le tabac furent retouchés à plusieurs reprises, et de nouvelles contributions furent levées, comme les timbres et les octrois. Les douanes furent réglées par un nouveau tarif, publié en décembre 1803. Le nombre et le poids des impôts augmentèrent encore pendant le royaume d’Italie, lorsqu’on introduit les patentes sur les activités commerciales et sur les professions, les droits d’enregistrement et un droit sur la mouture qui causa des révoltes populaires en 1809. Ainsi tout espoir de modération fiscale, sur laquelle Melzi avait compté pour élargir le consentement au régime, fut déçu par la perpétuation de la guerre, et Prina finira par payer de sa vie l’exaspération des contribuables.

16La fin de la République italienne était inévitable dès que Napoléon échangea le titre de premier consul avec celui d’empereur des Français. Mais cette conclusion avait été en quelque sorte anticipée par les événements de 1803. La violente querelle qui éclata entre Melzi et Murat entre février et mars à propos de l’affaire Ceroni (un capitaine de l’armée qui avait dénoncé dans ses vers la tyrannie de Napoléon) fut suivie par une réconciliation imposée par le maître ; mais quelque chose s’était cassé pour toujours dans ses rapports avec le vice-président, déjà affligé par la goutte et épuisé par le lourd travail de l’année précédente. La reprise de la guerre avec l’Angleterre, en mai, ôta tout espoir d’une diminution de la contribution militaire et d’une évolution vers une indépendance effective. Dès lors Melzi, qui avait déjà parlé de démissionner en octobre 1802, ne se considéra plus que comme un otage dans les mains du premier consul et ne cessa plus d’interpréter au plus mauvais sens tout manque de respect, tout silence, tout mot ambigu de la part de son supérieur. Napoléon, lui, mal renseigné par Marescalchi sur l’état d’esprit de son substitut, l’accusait de faiblesse et s’impatientait de ses bouderies. Entre l’été de 1803 et le printemps de 1804 de nouvelles déceptions vînrent renforcer le pessimisme de Melzi : entre autres la stipulation du concordat avec le Saint-Siège, qu’il considérait trop favorable à l’Église, la systématique opposition du Corps législatif aux projets de loi présentés par le gouvernement et l’imposition à la République de lourdes charges imprévues, comme le maintien d’une division italienne envoyée au camp de Boulogne.

  • 28 Carteggi Melzi d’Eril, vol. VI, p. 112. Sur les déboires de Melzi et sur l’affaire Ceroni voir les (...)

« Puisque la somme des dégoûts est à son comble depuis longtemps – écrivait-il à Marescalchi le 7 avril 1804 – je n’ai pas besoin d’en essuyer d’autres ; ce n’est que par un souci de délicatesse que j’attends l’époque, que j’espère toute proche, où je pourrai me délivrer d’une situation aussi pénible, à moins que je ne sois forcé à le faire plus tôt par la marche des choses, que je vois empirer d’un jour à l’autre »28.

  • 29 Carteggi Melzi d’Eril, VI, p. 178-181.

17Le 9 mai 1804, Marescalchi rapportait à Melzi un discours de Napoléon, qui avait demandé un vœu de la Consulte pour l’adaptation de la constitution italienne à la nouvelle dignité de son chef. Le ministre ajoutait que si on se hâtait de proposer le titre de roi d’Italie pour l’empereur lui-même ou pour un de ses frères, l’on pourrait gagner des concessions importantes, comme la séparation perpétuelle des deux couronnes après sa mort, la réduction de la contribution militaire et peut-être quelque agrandissement territorial (le gouvernement italien avait l’œil surtout sur Parme et Plaisance)29. Melzi vit la chance de réaliser au moins en partie son rêve d’un grand état monarchique au nord de la péninsule, en équilibre entre la France et l’Autriche, et poussa la Consulte à travailler vite : déjà le 28 mai il était en mesure d’envoyer à Marescalchi le texte d’un décret qui subordonnait l’offre à Napoléon du titre de roi d’Italie (ou de Lombardie) au maintien de la religion catholique, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique, de la liberté civile, de l’égalité des droits et de l’irrévocabilité des ventes des biens nationaux ; on demandait en outre que le nouveau régime soit garanti soit par la France soit par l’Autriche, et que le gouvernement français s’engage par un traité d’alliance à renoncer à toute sujétion et à toute contribution.

  • 30 Ibid., p. 242-243.

« Si ces conditions sont acceptées et fidèlement observées – écrivait Melzi à Marescalchi le 6 juin – nous pourrons nous réjouir d’avoir concilié le bonheur de notre pays avec la reconnaissance que nous devons à Bonaparte »30.

  • 31 P. Pedrotti, La prima Repubblica Italiana in un carteggio diplomatico inedito (corrispondenza uffic (...)

18Et il amena la Consulte à rédiger à la hâte un projet de constitution monarchique, qui fut envoyé à Paris le 25 juin. Je me suis arrêté ailleurs sur ce texte, qui limitait l’autorité reconnue au « roi constitutionnel de la République Italienne » (ceci étant l’étrange titre proposé pour le souverain) par les considérables pouvoirs attribués à un vice-roi obligatoirement italien et à un magistrat conservateur qui n’était autre chose que la vieille Consulte rebaptisée et renforcée. Dans le dessein hardi de forcer la main à l’empereur, Melzi alla jusqu’à faire pression sur la Cour autrichienne, par l’intermédiaire de son chargé d’affaires à Milan, le baron De Moll, afin qu’elle exprime formellement par les voies diplomatiques son hostilité à toute réduction des marges d’indépendance de l’État italien31.

  • 32 Carteggi Melzi d’Eril, VI, p. 317.

19Comme on le sait, tout fut en vain. Le projet de constitution de la Consulte ne plut point à Napoléon, et la lettre directe que Melzi lui adressa le 11 juillet, où les conditions pour l’offre de la couronne étaient répétées avec force et où il était question des « regrets très vifs » de la domination autrichienne nourris par le peuple lombard, suscita la colère de l’empereur32. Pour toute réponse celui-ci nomma ministre de la Guerre le général Pino, qu’il savait être l’objet du mépris de Melzi. Quinze jours plus tard il se justifiait avec Marescalchi, en lui écrivant de Saint-Omer, de n’avoir pas répondu à cette lettre de Melzi,

  • 33 Ibid., p. 396-397.

« parce que je pense qu’elle est écrite sans réflexion. Elle me donnerait une bien mauvaise opinion de la patrie italienne et de la Lombardie en particulier, si j’en pouvais penser qu’elle désirât retourner à l’Autriche par la seule raison qu’elle payait moins »33.

20Melzi confiait à Moll le 6 septembre que Napoléon lui paraissait beaucoup changé :

  • 34 Pedrotti, La prima Repubblica, p. 191.

« Il n’y avait plus personne en France qui osât plus le contredire. Après son apothéose il était tellement exalté qu’il était devenu presque intraitable »34.

21À Mayence, où Marescalchi le rejoint à la fin de septembre, Napoléon menaça de diviser le territoire de la République entre la France et d’autres puissances et puis ordonna qu’une députation italienne dirigée par Melzi se rendît à Paris pour assister au sacre du couronnement et pour discuter les changements à opérer dans la constitution.

22Entre la fin de 1804 et le début de 1805 cette députation fut informée par Napoléon qu’il avait décidé de céder la couronne d’Italie à son frère aîné Joseph. Mais le consentement de ce dernier était subordonné à la concession d’une réelle indépendance, dont Napoléon ne voulait pas. Ce fut ainsi que l’empereur annonça finalement, le 5 février 1805, qu’il serait lui-même roi d’Italie. Peu après on apprit que son représentant à Milan, avec le titre de vice-roi, serait le jeune fils de Joséphine, Eugène de Beauharnais. Ce choix et la mise en écart de Melzi, replacé par Aldini en tant que collaborateur principal de Napoléon, signalaient que celui-ci voulait désormais être maître absolu, en Italie comme en France. La modernisation de l’État et des institutions allait continuer bon train, mais le désir d’indépendance et de liberté des patriotes italiens devait être ajourné à une autre saison.

La liberté ramenant aux peuples la Justice et la Vertu (vers 1794-1795), Jean-Jacques Taillasson (1745-1809), huile sur toile, inv. MRF 2003-11. Détail (partie gauche du tableau). © Musée de la Révolution française, Vizille

Notes

1 Voir pour tous : A. Pingaud, Bonaparte président de la République italienne, Paris, Perrin, 2 vols., 1914, I, p. 365-371 ; C. Zaghi, L’Italia di Napoleone dalla Cisalpina al Regno, Torino, UTET, 1986, p. 284.

2 Mémoires pour servir à l’histoire de France sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène par les généraux qui ont partagé sa captivité, Paris, Firmin Didot, 1823-1824, t. IV, p. 260.

3 A. Pillepich, Milan capitale napoléonienne, 1800-1814, Paris, Lettrage, 2001, p. 71-72, qui résume ici les vues exprimées par Napoléon dans de différents endroits.

4 Ibidem, et cf., A, Pillepich, Napoléon et les Italiens. République italienne et Royaume d’Italie (1802-1814), Paris, Nouveau Monde Éditions, 2003, p. 25-28

5 Cité par Pingaud, Bonaparte président, I, p. 261.

6 I carteggi di Francesco Melzi d’Eril, duca di Lodi. La vicepresidenza della Repubblica Italiana, ed. C. Zaghi, 7 vols., Milano, Museo del Risorgimento e Raccolte storiche del Comune di Milano, 1958-64, I, p. 312 et II, p. 197

7 Sugli avvenimenti del 1813-14 in Italia, dans L. Rava, Adeodato Ressi (1768-1822), con scritti inediti del Ressi, Bologna, Zanichelli, 1923, p. 77-78.

8 Voir notamment leurs respectives contributions au colloque milanais de novembre 2002 sur La formazione del primo Stato italiano e Milano capitale, 1802-1814, sous presse. Voir aussi A. De Francesco, Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Roma-Bari, Laterza, 1997, p. 58 ss.

9 V. Cuoco, Scritti vari, ed. F. Nicolini et N. Cortese, 2 vols, Bari, Laterza, 1924, I, p. 4.

10 I carteggi di Francesco Melzi, I, p. 53. Sur Pelegatti on peut maintenant renvoyer à l’article de L. Gagliardi, “Produrre nelle opinioni una felice rivoluzione” : pubblica iastruzione e interesse nel pensiero politico di Cesare Pelegatti (1762-1840), dans « Il Risorgimento », LVI, 2004, p. 73-118.

11 Scrittori classici italiani di economia politica, Milano, De Stefanis, 1803-05, dédicace du premier volume de la Parte antica.

12 Rome, Naples et Florence (texte de 1826), dans Stendhal, Voyages en Italie, ed. V. Del Litto, Paris, Gallimard, 1973, p. 378.

13 Lettre de Melzi a Talleyrand de 16 mai 1801, dans U. Da Como, I comizi nazionali in Lione per la proclamazione della Repubblica Italiana, 3 vols en 5 tomes, Bologna, Zanichelli, 1934-40, I, p. 151.

14 L. Mannori, Alle origini della costituzione del 1802, communication au colloque cité dans la note 8.

15 Rapport de Marescalchi, Aldini, Melzi e Serbelloni sur les projets de constitution pour la Cisalpine, Paris, 6 septembre 1801, dans Da Como, I comizi nazionali, I, p. 251-55.

16 Carteggi Melzi d’Eril, I, p. 45-46.

17 Cité par M. Roberti, Milano capitale napoleonica, Milano, Fondazione Treccani degli Alfieri, 1946-1947, vol. II, p. 271-272.

18 Voir E. Dezza, Il codice di procedura penale del regno italico (1807), Padova, CEDAM, 1983, p. 91 ss.

19 A. Cavanna, Codificazione del diritto italico e imperialismo giuridico francese nella Milano napoleonica. Giuseppe Luosi e il diritto penale, dans Studi di storia del diritto milanese offerti dagli allievi a Giulio Vismara, Milano, Giuffrè, 1996, p. 751.

20 P. Peruzzi, Progetto e vicende di un codice civile della Repubblica Italiana (1802-1805), Milano, Giuffrè, 1971, p. 243.

21 Dezza, Il codice di procedura penale, p. 111-112.

22 Ibid., p. 137-143.

23 Cavanna, Codificazione del diritto, p. 696 ss.

24 Lettre de Napoléon à Eugène de Beauharnais, 7 juin 1805, dans Correspondance publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Paris, 1858-1869, vol. X, p. 490.

25 Melzi à Marescalchi, 7 avril 1802, dans Carteggi Melzi, I, p. 202-204.

26 A. Grab, « La politica finanziaria nella Repubblica finanziaria e nel Regno d’Italia sotto Napoleone (1802-1814) », L’Italia nell’età napoleonica. Atti del LVIII Congresso di storia del Risorgimento italiano, Roma Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1998, p. 41 ss.

27 Ibid. p. 49 ss. Voir aussi A. Vietti, Il debito pubblico nelle provincie che hanno formato il primo Regno d’Italia, Milano, E. Quadrio editore, 1884

28 Carteggi Melzi d’Eril, vol. VI, p. 112. Sur les déboires de Melzi et sur l’affaire Ceroni voir les développements dans Pingaud, Bonaparte président, II, p. 103-160 ; Zaghi, L’Italia di Napoleone, p. 293-353 ; C. Capra, La fine della Repubblica Italiana, dans La formazione del primo Stato italiano, colloque cité.

29 Carteggi Melzi d’Eril, VI, p. 178-181.

30 Ibid., p. 242-243.

31 P. Pedrotti, La prima Repubblica Italiana in un carteggio diplomatico inedito (corrispondenza ufficiale Cobenzl-Moll), Roma, Vittoriano, 1937, p. 177-178.

32 Carteggi Melzi d’Eril, VI, p. 317.

33 Ibid., p. 396-397.

34 Pedrotti, La prima Repubblica, p. 191.

Table des illustrations

Légende La liberté ramenant aux peuples la Justice et la Vertu (vers 1794-1795), Jean-Jacques Taillasson (1745-1809), huile sur toile, inv. MRF 2003-11. Détail (partie gauche du tableau). © Musée de la Révolution française, Vizille
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

Auteur

Université de Milan

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540