Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration napoléonienne en Europe

 | 
Christine Peyrard
, 
Francis Pomponi
, 
Michel Vovelle

La politique italienne de Napoléon (1800-1806)

Napoléon et l’Italie, de Marengo à la paix de Presbourg

Michel Vovelle

Texte intégral

1Les ambitions de cette communication sont modestes : rappeler le contexte dans lequel s’inscrit, entre 1800 et 1806, la politique italienne de Napoléon Bonaparte. Sujet largement étudié, même si le problème reste ouvert, de définir un « système » napoléonien, en un moment où les projets de Bonaparte sur la péninsule connaissent des infléchissements sensibles, et où jusqu’à 1804 au moins les incertitudes dominent.

2Sans doute conviendrait-il de préluder par un tableau d’atmosphère évoquant l’Italie… un quart d’heure avant Bonaparte, soit si l’on veut entre Novi, défaite française (1799) et Marengo la revanche. À Novi, alors que Bonaparte s’enlise en Égypte, les héros sont fatigués : Joubert hésite, et meurt, en face Souvorov remporte une victoire sans panache, qu’il n’exploite pas et va s’enliser dans les neiges helvétiques. L’Italie « libérée » des Français, à part Gênes où s’enferme Masséna, peine sous le poids des troupes d’occupation, et connaît au cours de 1799 la flambée des « insorgenze » : sanfédistes dans le royaume de Naples, « Viva Maria » en Toscane et dans l’Italie Centrale, les restaurations s’y opèrent dans le désordre. Où sont passés les jacobins qui ne se sont pas exilés en France, et ont échappé aux menaces ? Attentistes, ou entrés dans la clandestinité, ils sont dans l’expectative de la nouvelle intervention française.

3À Marengo, sur un scénario qui rappelle celui de Novi, quoique dans un site différent, Bonaparte prend une revanche sur Mélas, Desaix joue le rôle du mort, et le héros de la campagne d’Italie reprend in extremis son rôle triomphal. Le 14 juin 1800, la Convention d’Alexandrie stipule l’évacuation par les Autrichiens de la Ligurie, du Piémont et de la Lombardie. La république cisalpine est rétablie, et Jourdan assure le gouvernement du Piémont. La situation n’en est pas pour autant clarifiée, et l’on pourrait l’évoquer, dans la conduite de Bonaparte, en termes de grandes manœuvres.

Les grandes manœuvres de 1800

4Bonaparte sort à peine du guêpier égyptien. Il a, en première urgence, à solder au moins mal les retombées de la fin d’un rêve oriental inabouti, même s’il en garde l’arrière-pensée. L’Égypte, après l’assassinat de Kléber en juin 1800, est définitivement perdue en septembre, et le général Menou signera en juin 1801 la capitulation définitive. Malte a été prise par les Anglais dès septembre 1801, après d’autres tractations avec l’Angleterre et un temps la Russie, c’est le traité d’Amiens qui le 22 mars 1802 redistribue pour un temps les positions en Méditerranée : Malte est rendue aux chevaliers de Saint Jean, l’Égypte à l’Empire Ottoman, l’Île d’Elbe est donnée à la France.

5Une seconde rubrique confronte à un épisode momentané de la stratégie de Bonaparte, ce qu’un de ses historiens (Driault) a qualifié de « retour au pacte de famille » entre la France et l’Espagne. Une diplomatie d’Ancien régime dirait-on, où des émissaires français, Berthier et Alquié, sont reçus à la cour d’Espagne, mais sur des objectifs nouveaux : avoir l’appui de la flotte espagnole en Méditerranée, régler le problème de la restitution de la Louisiane à la France (septembre 1801) : elle a été « troquée contre 120 000 Italiens ». Entendons que les traités d’Aranjuez et de Saint Ildefonse (21 mars 1801) ont donné l’Étrurie, érigée en royaume dans les frontières du grand-duché de Toscane aux Bourbons de Parme, liés à ceux d’Espagne, son souverain, l’archiduc étant envoyé à Salzbourg. Le cas de Parme, dans ce chassé-croisé, est réservé jusqu’à la mort attendue de son souverain, Don Ferdinand.

6Par le traité de Florence du 28 mars 1801, le roi de Naples a dû céder, en punition de ses imprudentes initiatives de l’année précédente, les présides de Toscane et de l’Île d’Elbe à la France. La république de Lucques est momentanément restaurée.

7À l’automne de 1802, ces remaniements italiens trouvent leur aboutissement apparent : la république de Gênes a été réinstallée dès le mois de juin, en septembre le Piémont est définitivement annexé à la France et départementalisé. De même, le duché de Parme à la mort de Don Ferdinand en octobre est-il occupé par les Français.

8La clef de ces tractations assez obscures et apparemment inattendues (le rapprochement avec les Bourbons d’Espagne), se trouve sans doute essentiellement dans le désir de Bonaparte de chasser les Habsbourgs autrichiens d’Italie. Cette motivation fondamentale nous renvoie, en flash-back rétrospectif, aux lendemains de Marengo : après leur défaite les Autrichiens ont fait traîner les pourparlers. La reprise des opérations militaires en novembre 1800 a trouvé son aboutissement en Allemagne par la victoire décisive de Moreau à Hohenlinden. Un armistice a été signé en janvier 1801 en Italie à Trévise, suivi du traité de Lunéville le 15 février, par lequel l’Autriche renonçait à l’Italie du Nord et du Centre.

Arrêt sur image en 1802

9Peut-on s’aventurer à parler d’un système napoléonien, alors que se clôt la tentative espagnole (les Bourbons espéraient le rattachement de Parme au royaume d’Étrurie, ils sont déçus…), et que s’estompent pour un temps les grands espoirs méditerranéens. Si système il y a, il reste encore complexe, qui juxtapose plusieurs types de domination, directe ou indirecte :

L’annexion et la départementalisation

10C’est, on l’a dit, le cas pour le Piémont. À Parme, Moreau de Saint-Méry est administrateur général des États, jusqu’en 1806, où l’on prendra prétexte de troubles qu’il n’a pas su maîtriser pour l’évincer. Le duché de Parme deviendra en 1808 département du Taro.

Des Bourbons sous influence

11C’avait été le cas pour Parme jusqu’à la mort de Don Ferdinand en 1802. C’est celui du royaume d’Étrurie, attribué à son fils Louis I qui ne lui survit guère, mourant en 1803, sa veuve assurant la régence au nom de son fils Louis II, jusqu’à l’annexion directe en 1807 suivie d’un découpage en départements… On pourrait risquer le terme de Bourbons sous intimidation ou sous la menace, pour le royaume de Naples où l’on a imposé le renvoi du ministre Acton, et des garnisons dans les ports, sans pour autant maîtriser la tendance pro-anglaise des souverains.

Des républiques confirmées ou créées

12On l’a vu pour Lucques (décembre 1802) et pour Gênes dotée en 1802 d’une constitution qui la place sous l’autorité d’un doge et d’un sénat.

13Mais c’est aussi le cas pour la Cisalpine, cette « seconde » république Cisalpine, dont on va voir le destin, non sans avoir bouclé ce tour d’horizon en énumérant les espaces encore incertains : l’ancien grand-duché de Modène, non attribué, la Sardaigne où s’est réfugié le roi de Piémont, les États romains où la France a implanté des garnisons à Otrante.

Une chance pour la république ? 1801-1802 : la consulte de Lyon

14Sous la tutelle de Murat, la république théoriquement rétablie, où les rêves et spéculations menaient bon train sur un avenir projeté : unitaire ou fédératif, fut appelée à comparaître, si l’on peut dire, dans le cadre de la consulte de Lyon, réunion de notables, soigneusement sélectionnés pour discuter de son avenir institutionnel.

15Quel président – étant entendu que le maître se réservait implicitement de garder la maîtrise des opérations ? Bonaparte, après avoir proposé cette place à son frère Joseph qui l’a refusée – il aurait souhaité se voir également attribuer le Piémont –, a affecté de se tourner vers Melzi et Aldini, pour finalement « accepter » d’assurer cette présidence en délégant à Melzi le rôle de vice-président. On peut n’être pas dupe des déclarations et des gestes symboliques qui ont accompagné cette désignation dans un climat d’unanimité un peu forcée.

16« J’adhère à votre vœu, je conserverai encore pendant le temps que les circonstances le voudront la grande pensée de vos affaires… », le tout s’achevant sur la fausse improvisation de la séance solennelle de clôture, quand le nouveau président Bonaparte proclame « qu’on donne lecture de la Constitution de la République… [cris dans l’assistance « Italienne ! »]… Eh bien république italienne. Si l’on se permet quelque impertinence, mêlée d’anachronisme, voilà qui ne coûte pas plus cher que de crier « Vive le Québec libre » du balcon de l’Hôtel de Ville de Montréal.

17Au demeurant, les tensions furent d’entrée fort vives entre Murat et le comte Melzi soumis, non sans réticence, à une autorité que les populations supportaient avec peine.

18Les spécialistes se sont interrogés pour savoir s’il était inévitable que la république italienne naissante devint un royaume, à partir du moment où la France s’acheminait elle-même vers le sacre de l’empereur. C’est là un exercice d’école, qui invite du moins à esquisser les jalons de cette opération. Défiant, non sans quelque raison, de l’attachement inconditionnel du vice-président Melzi, Bonaparte l’a fait sonder par Cambacérès sur les conditions dans lesquelles il envisageait un passage à la monarchie.

19Un frère de Napoléon, soit, mais avec Milan pour capitale, la séparation des deux couronnes, un corps de fonctionnaires italiens… et que l’opération reçoive l’aval de l’Autriche. Ce n’était pas populaire au maître qui a chargé en mai 1804 une consulta d’élaborer une constitution nouvelle.

20Il pouvait craindre de voir la république italienne, où subsistait chez les modérés un fort courant pro autrichien, s’éloigner de la France. À l’occasion de son sacre, des contacts furent établis, la consulta appelée à Paris… où l’empereur régla finalement tout.

21Joseph refusant la couronne, Napoléon la prend en annonçant qu’il la conservera seulement jusqu’à la paix, et il désigne comme vice-roi Eugène de Beauharnais. Il établit le décret constitutif qu’il prend soin de soumettre au sénat, afin qu’il soit promulgué comme acte constitutionnel de l’Empire.

22Démarche formelle, mais qui nous offre l’opportunité, à partir des termes de sa déclaration, d’analyser sinon le fond de sa pensée, du moins l’expression qu’il en donne. Il justifie la séparation des couronnes par la nécessité de consolider l’indépendance de l’Italie : ce faisant il « retrempe et raffermit la vieille couronne de fer [des rois lombards] jusqu’au moment où il pourra être sûr des autres États de la péninsule ». L’empereur n’ignore pas que « le génie du mal cherchera en vain des prétextes. »

23Mais grâce aux différentes lois constitutionnelles – celles de la république batave, l’acte de médiation suisse, et désormais statut du royaume d’Italie –, ces pays « seront constamment sous la protection de notre couronne ».

24Le point d’orgue de l’opération, on le sait, est le couronnement le 26 mai 1805 dans le dôme de Milan de Napoléon comme roi d’Italie. Dès 1806, le royaume sera agrandi de la Vénétie et de la principauté de Guastalla, en attendant d’autres annexions (1808 Les Marches, 1810 Le Trentin).

25Une page est tournée, Napoléon pourra par la suite s’autoriser de nouvelles audaces verbales, et lors de la proclamation du royaume d’Italie le 17 mars 1805, faire une allusion à son désir de rendre « libre et indépendante la nation italienne ». Il pourra même, en privé, écrire encore à son frère Jérôme : « Les peuples d’Allemagne, de France, d’Italie et d’Espagne désirent l’égalité et veulent des idées libérales », ce n’est pas dans cette voie qu’il s’engage à partir de 1804-1805.

1805 : l’Italie dans la crise de la nouvelle coalition

26On peut avoir, à juste titre, le sentiment que l’axe des préoccupations, et l’épicentre des opérations se déplace à partir de 1805 vers l’Europe centrale, au gré des campagnes qui vont s’ouvrir. Mais l’Italie conserve une place non négligeable dans la géopolitique de ces années.

27Chez les puissances, sous peu adversaires de Napoléon, le tsar Alexandre Ier avait dès 1803 réclamé l’évacuation de l’Italie par la France. Puis, deux conseillers Czartoryski et l’abbé Piatoli ont mis en forme le projet d’une grande offensive dans le but de constituer un royaume subalpin indépendant englobant le Piémont et l’Italie du Nord avec Venise. Cette construction a reçu l’accord de l’Autriche, mais s’est heurtée au refus de la Prusse, comme aux réticences anglaises.

28En tout état de cause, le couronnement de Milan, l’annexion de Gênes en juin 1805, celle de Lucques dévolue en principauté héréditaire à Elisa Bacciochi, pouvaient fournir autant de raisons ou de prétextes, selon que l’on voudra, aux souverains membres de la coalition qui a ouvert les hostilités en septembre 1805, débutant d’entrée par une victoire sur terre

29– Ulm 20 octobre – et un désastre maritime – Trafalgar le même jour.

30Nous n’avons pas à nous engager plus avant sur les sentiers de la guerre sinon pour rappeler la victoire décisive d’Austerlitz le 20 décembre 1805. L’Italie n’avait constitué dans ce dispositif qu’un théâtre secondaire, où Masséna s’était affronté victorieusement avec l’archiduc Charles, occupant la vallée de l’Adige.

31Mais elle ne fut pas oubliée, il s’en faut dans les stipulations de la paix de Presbourg, qui constitue le terminus de notre parcours.

La paix de Presbourg (15 décembre 1805)

32L’empereur François II abandonnait Venise et son territoire, le Frioul, l’Istrie, la Dalmatie, Trieste et Cattars.

33La Toscane était occupée, et allait en 1807 être découpée en trois départements français (l’Arno, l’Ombrone et la Méditerranée). À Naples dont le décret de Schönbrunn (27 décembre 1807) avait proclamé la déchéance des souverains qui s’enfuirent en Sicile, Napoléon installa d’abord sur le trône son frère Joseph en 1806.

34C’est en cette année que la péninsule vit naître douze duchés et le royaume de Naples six fiefs dont deux principautés et quatre duchés). Elisa Bonaparte recevait ainsi Massa et Lucques, Pauline sa sœur, Guastalla, Talleyrand, Bénévent et Bernadotte, Pontecorvo. Une nouvelle ère semblait s’ouvrir pour l’Italie, sous l’égide de Bonaparte et de leur suite…

35Les historiens français, tout particulièrement d’Albert Sorel à Driault, se sont beaucoup dépensés pour caractériser en termes flatteurs le projet napoléonien tel qu’il s’affirme entre 1805 et l’entrevue de Tilsitt en 1807, et au-delà ; avançant le rêve d’un Empire de type carolingien, puis romain, évoqué en termes lyriques chez Sorel : « C’est l’Empire de Charlemagne pour l’étendue, les limites, les marches, le disparate des éléments, l’étrange chaos des nations et des tribus, la suzeraineté suprême de l’Empereur, la distribution des territoires à des hiérarchies de vassaux ». Avec moins d’emphase, Fugier ou Tulard s’interrogent sur la réalité d’un système fédéral ou fédératif, au moins jusqu’au tournant de 1810. Sans être inutiles, tels exercices de reconstruction gomment la part d’improvisation qui demeure dans ces séquences successives.

36Il est indiscutable que l’Empereur, sans renoncer pour autant à une politique d’annexions directes (Gênes, le Piémont) a pour un temps apprécié la commodité de la constitution de royaumes et de principautés familiales qui, dans la péninsule italienne, assument le rôle que les États vassaux ou les alliés étroitement soumis occupent en Allemagne. Telle politique répond, aux lendemains d’Austerlitz, à une tentation dynastique dont il s’est expliqué sans détours : « Je ne veux plus avoir de parents dans l’obscurité. Ceux qui ne s’élèveront pas avec moi ne seront plus de ma famille. J’en fais une famille de rois ou plutôt de vice-rois ».

37Entre les provinces annexées qui gardent des princes, comme autant de lieutenants impériaux, et les royaumes théoriquement indépendants comme Naples, toute une nébuleuse s’organise. Un système vassalique se complète par la dévolution, honorifique mais onéreuse pour les populations, des fiefs qui font de Talleyrand un prince de Bénévent, de Fouché le duc d’Otrante.

Auteur

Université Paris I - Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540