Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration napoléonienne en Europe

 | 
Christine Peyrard
, 
Francis Pomponi
, 
Michel Vovelle

La « mission » de Moreau de Saint-Méry à Parme (1801-1805)

Des difficultés du passage de l’ancien système au modèle napoléonien en Italie sous l’Empire

Francis Pomponi

Texte intégral

  • 1 Cf. A.-M. Rao « Pouvoir local et Révolution dans l’Italie jacobine et napoléonienne », Pouvoir loc (...)
  • 2 Giovanni Levi, Le pouvoir au village, histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, tra (...)

1Le libellé de cette communication résulte d’une lecture des sources qui se rapproche mais qui ne découle pas tout à fait des problématiques catégorielles courantes, telles que les rapports entre « centre et périphérie » ou « pouvoir central et pouvoir local »1, qui ont souvent pour effet de privilégier l’institutionnel et le politique aux dépens du social. On pourra également penser aux travaux que l’on consacrait volontiers autrefois à la question de l’acculturation et de l’intégration, ou, plus lié à la période considérée ici – la Révolution au sens large et l’Empire – au thème des relations entre dominants et dominés ou oppresseurs et opprimés. Nous serons également aux marges du couplage « culture des élites et cultura subalterna ». L’ennui est que ces notions en elles-mêmes et, par suite, leur application, ont immanquablement un effet réducteur dont l’inconvénient est de laisser dans l’ombre des pans entiers d’histoire sociale. Le concept le plus employé dans l’actuelle historiographie italienne de la période est celui d’ammodernamento, pour caractériser plus précisément le temps de l’Empire et la nature du changement apporté alors par l’administration française ou d’inspiration française en Italie. Il accompagne la conception suivant laquelle l’époque impériale a été marquée par les progrès de la centralisation et de l’étatisation aux dépens des municipalismes et des autonomies locales, autre dyptique d’approche courante des problèmes. Nous y aurons recours, car il est difficile d’échapper entièrement à ces « catégories » qui conservent des vertus heuristiques et didactiques, mais en maniant avec prudence cette notion de modernité, s’agissant parfois d’un jugement de valeur qui minimise le facteur de résistance au changement que nous entendons privilégier ici. Nous flirterons aussi avec le concept de « révolution passive » de Vincenzo Cuoco mais, en définitive, nous nous sommes plutôt inspiré des méthodes de la microstoria qui prend en compte un large éventail de variables relationnelles et qui invite l’historien à restituer les logiques « d’en bas », en rendant aux acteurs sociaux leurs stratégies propres, leurs potentialités de récupération ou d’infléchissement des données venues « d’en haut » sous la forme de directives, d’impulsions politiques ou de textes de loi. Contentons-nous de rappeler à cet égard les leçons du pouvoir au village de Giovanni Levi2 qui a bousculé de confortables habitudes acquises en matière d’histoire politique et sociale et fait bien des émules au rang desquels nous nous plaçons modestement, afin de mieux justifier notre démarche quelque peu « atypique » dans cette rencontre.

  • 3 H. Bedarida, Parma e la Francia (1748-1789), Parma, SEGEA Éditrice, 1986.
  • 4 Sur l’ensemble de la période, se reporter à Parma e il suo territorio. Un Borbone tra Parma e l’Eu (...)
  • 5 Archivio di Stato di Pisa, archivi privati 10, memoriale di cose notabili del anno 1780 a 1815 del (...)
  • 6 Sur le riformismo en Italie cf. G. Ricuperati, l’Italia del settecento, crisi, trasformazioni, lum (...)

2Le cas Moreau de Saint-Méry à Parme, à l’époque charnière du Consulat et des débuts de l’Empire, reste à la base de nos considérations, car il se prête particulièrement bien à notre problématique que nous élargirons cependant dans le temps et dans l’espace en l’appliquant de manière générale à l’Italie napoléonienne. N’avons-nous pas affaire à un administrateur qui, au moment où il vient prendre ses fonctions dans l’ancien duché des Farnèse, jouit déjà d’une longue et solide expérience de gestionnaire et de réformateur qu’il a acquise aux Antilles, un « homme de terrain » pouvons-nous dire, qui a appris à connaître le milieu naturel et humain où il est amené à exercer sa mission ; le passage de la célèbre Description de la partie française de Saint Domingue à l’Histoire du duché de Parme, malheureusement restée inachevée, est révélatrice de cette démarche et d’une volonté de compréhension de la part d’un administrateur-législateur à l’égard de ceux qu’il est amené à administrer. À l’écoute des habitants du pays, Moreau l’a plus été à Parme qu’à Saint Domingue, « monde sauvage » qui, aux yeux de l’homme des lumières qu’était Moreau, ne supportait pas la comparaison avec le duché de Parme dont l’héritage historique et culturel renvoyait au modèle d’un pays civilisé et, dans sa démarche, Moreau pouvait se réclamer de Dutillot qui le précéda dans ce pays comme autre réformateur venu de France3. Pourtant, l’esprit cartésien et normalisateur de notre administrateur (pensons à la classification caricaturale qu’il fit de la négritude !) cette « qualité » qui avait amené Talleyrand, qui l’avait connu en Amérique, à le recommander au Premier consul, autant que les instructions qu’il reçut en vue de l’exercice de sa mission, l’amenait à ne pas trop se départir des lignes directrices inspirées du « modèle français » qu’il allait introduire à Parme², une fois levée l’hypothèque du dernier prince régnant, le Bourbon Don Ferdinando. Position d’autant plus ambiguë pour Moreau que Bonaparte, qui avait l’œil sur le duché comme sur l’ensemble de l’Italie du nord, n’avait pas encore pris de décision sur le sort d’un pays, très tôt considéré comme possession française mais qui pouvait tout aussi bien être départementalisé que servir de monnaie d’échange dans sa stratégie4. C’est dans cette situation intermédiaire que se trouvait Moreau, au cœur même de la question qui nous occupe. Quel accueil l’Italie napoléonienne a-t-elle réservé au nouveau régime, plus précisément à l’application de la législation française ? Quelle a été la nature des difficultés et les formes de résistances locales au changement et au passage de l’ancien système à l’uso francese ? L’attention des historiens s’est beaucoup focalisée ces derniers temps sur les insorgenze, manifestations violentes d’opposition en armes à la présence française, mais on n’a pas souvent pris en considération la notion plus subtile de résistance au changement qui s’exprime par des formes de malaise, de mauvaise humeur ou de fronde, des comportements qui relèvent de ce qu’on pourrait qualifier du terme d’infra-violence comme on a pu parler d’infra-judiciaire. Rapportons, pour donner le ton, à titre introductif, la réflexion du toscan Giovan Vincenzo Cosi, chevalier de l’ordre de San Stefano, contenue dans son diario : Les Français, dit-il, nous ont réduits à l’état de province et ont transformé l’Étrurie (« o volgarmente Toscana ») en un département (sic… plusieurs en fait) de l’Empire. C’est une disgrazia, en raison de l’éloignement de la capitale et des « sistemi e forme del governo, cose tutte contrarie alle circonstanze locali, agli usi d’una nazione gia culta e regolata, con ottime leggi, ed infine al genio e carattere degli abitanti.5 » C’est ce moment, ce point de rencontre entre tradition et innovation (là encore deux concepts réducteurs mais pratiques !) que nous entendons saisir. Mais faut-il parler de changement ? Oui certes, mais en ayant toujours un regard sur le riformismo italien qui, dans plusieurs domaines, a préparé le terrain et déjà posé ce type de problème6. La nouvelle étape franchie sous l’Empire dans la voie de l’étatisation, de la rationalité et de l’efficacité, et la volonté d’application d’un modèle venu de l’extérieur, a bel et bien créé une situation spécifique et accentué cet état de malaise qui retiendra notre attention.

Des institutions et des hommes

  • 7 Mémoires du comte Miot de Mélito, ancien ministre, ambassadeur, conseiller d’État et membre de l’I (...)
  • 8 Cf. R. Pasta, Scienza politica e rivoluzione, l’opera di Giovanni Fabbroni (1752-1822), intelletua (...)
  • 9 AN, F1e 174, département de Trasimène.
  • 10 AN, F1cIII, Parme.
  • 11 Ainsi en Toscane, le Manuale alfabetico dei maires, loro aggiunti e commissari di polizia, dei mem (...)

3Derrière les institutions et « le politique » qui reviennent au premier plan des préoccupations de l’historien qui les avait quelque peu négligés, on ne doit pas oublier, pour une démarcation utile par rapport à l’histoire du droit, qu’il y a avant tout des hommes qui, fonctionnaires, simples agents ou grands commis de l’État, ont leur propre sensibilité, leur propre culture, leur manière de voir les choses et de les appliquer… Ce fut, nous l’avons dit, le cas de Moreau, exécutant certes loyal des directives qui lui venaient de Paris, du Premier consul ou des ministères de tutelle, mais imprimant sa propre marque dans l’exercice de sa mission. Nombre d’administrateurs « napoléoniens » qui exercèrent alors leurs fonctions dans la péninsule ont pressenti les problèmes posés par le passage de l’ancien système au modèle français : certains se sont contenté d’exprimer leurs appréhensions, d’autres ont procédé à des infléchissements des textes réglementaires, les ont adaptés ou les ont contournés. Miot, alors qu’il était ministre plénipotentiaire en Toscane en 1796, avant de devenir un fidèle serviteur du Premier consul, mettait en garde Bonaparte contre une application « mécanique » du modèle français à l’Italie, à propos du projet de républicanisation du duché qu’il désapprouvait : il disait alors qu’il convenait plutôt de respecter le genio nazionale des Toscans, avec une argumentation qui annonçait celle que développera largement Cuoco quelques années plus tard dans son Saggio storico. Le même Miot en poste en Corse, terre encore italienne culturellement parlant, comme administrateur provisoire en 1801-1802 (avec le même titre et la même fonction que Moreau à Parme) reprenait l’argument et exprimait les mêmes réserves sur les atteintes portées au genio locale par l’application de la législation nationale, se faisant ainsi le lointain précurseur de l’application d’un statut particulier à cette île-département7. À plus forte raison, des réticences de cette nature ont été exprimées par les administrateurs italiens auxquels on fit appel à des degrés divers de la hiérarchie, très tôt en Piémont, plus tard en Toscane ou dans les États pontificaux après l’annexion. Certes, pour l’essentiel, le problème ne se posait pas, car ces administrateurs étaient choisis en raison même de leur adhésion aux changements apportés par les Français et, par ailleurs, ils s’inscrivaient souvent dans le prolongement de mesures préconisées par un riformismo qui les avait marqués et dont ils se réclamaient encore ouvertement. Nous pensons ici au toscan Giovanni Fabbroni, « réformateur » au temps de Léopold de Toscane, puis ingénieur directeur de la VIIIe division des Ponts-et-Chaussées qui couvrait les départements d’Italie sous l’Empire. Fidèle agent de l’application du nouveau système, il sut néanmoins tenir compte, dans l’exercice de sa fonction, des adaptations nécessaires aux conditions locales8. Mais on peut tout aussi bien signaler des administrateurs français, comme le préfet Capelle en Toscane qui, à la tête du nouveau département de la Méditerranée, conseillait la prudence et le doigté en matière administrative aux agents qui étaient sous son autorité. Lorsque le sous-préfet de Viterbe, un certain Bongiovanni, agacé de ne pas se faire entendre par les maires de sa circonscription, s’exclame : « Ce sont des rustres, je vais employer la manière forte », il se fait vertement rappeler à l’ordre par sa hiérarchie9. Ceux qui, par contre, entendaient appliquer le modèle sans considérations particulières, s’exposaient à bien des désagréments : c’est ce qui arriva au successeur de Moreau à Parme, le préfet Nardon qui déclarait avec forfanterie en novembre 1806 : « Mon intention est que pour le 1er janvier 1807 toutes les branches de l’administration communale soient organisées sur le même pied que les autres départements de l’Empire et la comptabilité des communes régularisée sur le même mode10. » On sait bien qu’il n’en fut rien en raison de la résistance passive qu’il rencontra. On avait pris le soin, pour les différents départements italiens, de publier et de distribuer des manuels courants à l’usage des maires et autres administrateurs locaux où était consigné tout ce qui avait trait à la législation et au droit municipal, mais il est douteux que cette disposition ait vraiment été efficace11 !

Des institutions et des hommes

  • 12 Phénomène noté mais non développé par P. Aimo, « L’administration municipale à l’époque napoléonie (...)
  • 13 Sur ce problème à Parme cf. AN, F1cIII, Taro.
  • 14 Archivio di Stato di Pisa, sottoprefettura 32, lettera al sotto prefetto 10 febraio 1811, cité par (...)
  • 15 AN, F1e 166, département de Trasimène. Il s’agit de la commune de Monte Castello, circondario di T (...)

4C’est à l’échelon le plus bas, celui de l’administration communale, que les dysfonctionnements se sont révélés être les plus patents12. S’agissait-il de la législation concernant l’état civil et sa « laïcisation », elle se heurta à un mauvais vouloir généralisé, notamment dans les anciens États pontificaux où le clergé était encore très influent et où il fallut surseoir à la réforme. Ailleurs, on continua à recourir aux services du curé local en raison du degré d’ignorance du maire et de ses adjoints ; dans certains cas on adopta la formule de compromis suivant lequel les actes étaient authentifiés par l’autorité municipale sur présentation de copies d’extraits de registres paroissiaux que le desservant continuait à tenir au titre de la paroisse13. Pour réaliser le fameux recensement de Florence en 1809, ce fut également au personnel ecclésiastique qu’il fallut avoir recours. Mêmes difficultés nées de la force d’inertie concernant les poids et mesures et l’adoption du système métrique. Le préfet Capelle déjà cité et connu pour son habituelle mansuétude, confronté à ce type de problème, n’en déplore pas moins que personne n’ait cure des nouvelles dispositions et qu’un grand nombre de négociants et de marchands demeurent fidèles à leurs habitudes anciennes, se servant impunément et exclusivement des anciennes unités de mesure « in contravvenzione delle leggi »14. Dans certaines communes rurales, écrit encore le préfet, on n’a pas osé appliquer la réforme ; ailleurs, les nouveaux poids et mesures ont été détériorés, transformés ou remplacés par les anciens en sorte qu’on ne sait plus où on en est, et de conclure : « da questa cagione n’è derivata un folla di abusi dei quali il pubblico diviene vittima e che l’amministrazione deve reprimere con ogni premura. » Face à d’autres pratiques de l’ancienne vie communautaire jugées archaïques et néfastes, telles que l’abonnement du maître d’école ou du médecin, les représentants de l’administration française hésitent à trancher dans le vif et on surprend Gérando lui-même à Florence s’exclamer à ce sujet : « Je ne vais pas modifier une institution aussi ancienne ! »15

5Considérons quelques autres cas parmi les plus significatifs de ce type de situation qui a pu entretenir le mécontentement et engendrer des mouvements d’humeur, plutôt que de révolte, car nous sommes là le plus souvent dans le domaine de la résistance passive.

De la charité à la bienfaisance publique

  • 16 Voir Monica Visioli, « La pubblica assistenza a Parma dal dominio borbonico all’amministrazione fr (...)
  • 17 AN, F1cIII, Taro, Parme. Souligné par nous dans le texte.
  • 18 Giampaolo Fenzi, « Brigantaggio e protesta popolare nel dipartimento dell’Arno, 1808-1814 » in I. (...)

6En matière d’assistance, l’Italie bénéficiait d’une longue tradition liée à l’influence de l’Église et au riche héritage de la civilisation médiévale : couvents, refuges, hôpitaux, aumônes, fondations pieuses et caritatives (opere pie à proprement parler), orphelinats, maisons pour enfants trouvés ou jeunes filles pauvres…, autant d’institutions qui avaient place dans la vie de la cité et qui n’avaient pas laissé indifférents les pouvoirs laïques : ceux-ci s’étaient progressivement insérés dans leur gestion et les avaient placées sous leur tutelle par le truchement de procureurs, syndics, conseils ou commissions qui en contrôlaient de plus en plus le fonctionnement, sans exclure les partenaires traditionnels du système Il en résultait des « montages » parfois compliqués où s’entrecroisaient et rivalisaient l’Église (desservants, évêques, abbés ou chapitres) les particuliers (membres fondateurs et leurs héritiers) et les autorités locales, autant de champs clos de conflits d’intérêts, de rentes de situation ou de sources de prestige qui alimentaient les chroniques locales. Les gouvernements réformistes avaient bien tenté ça et là (en Toscane par exemple) de rationaliser l’institution, d’en corriger les imperfections et d’en réprimer les vices de fonctionnement, y compris en matière de sources et de répartition des revenus où les abus étaient flagrants et se commettaient aux dépens des intérêts des malades, des mendiants, des orphelins ou des pauvres suivant les cas. Fort de l’expérience révolutionnaire et du principe de bienfaisance publique qui tendait à prévaloir sur celui de charité privée ou municipale, l’administration impériale entendit réformer l’assistance, la rendre plus juste, plus efficace et plus rationnelle, en étendant à ce « service public » les principes d’une gestion financière analogue à celle qui était imposée aux communes et qui reposait sur les règles budgétaires modernes. Moreau de Saint-Méry à Parme avait ainsi eu affaire à un chanoine qui avait fait de l’assistance une affaire personnelle dont il tirait bénéfice16 et, ailleurs, les administrateurs faisaient régulièrement état de gaspillages, de détournements de fonds, de corruption ou de népotisme, ce qui les amenait à sévir à l’encontre de ceux qui en étaient les auteurs ou les responsables. Le jugement le plus fréquemment formulé dans ces cas concerne le manque d’esprit public. La structure patronage/clientèle est couramment mise en cause : les abus tendent à des enrichissements personnels mais ils relèvent aussi de l’« esprit de parti », le souci d’une politique familiale ou clientélaire qui consiste à faire profiter « les siens » (amis, parents, clients) d’un système dominé par des « patrons » laïques ou ecclésiastiques qui en répartissent les avantages. De là cette critique récurrente portant sur le nombre abusif d’employés (impiegati) dont l’utilité ou l’efficacité posait problème car ils considéraient leur emploi comme une sinécure, un service que leur avait rendu un parent ou un proche, sans qu’ils se sentent tenus moralement de remplir les devoirs de cet impiego, n’ayant de comptes à rendre et d’obligations à avoir qu’envers celui qui le leur avait procuré. Une fois l’administration nouvelle mise en place par les Français, le problème qui se posait était celui de l’incompréhension et de l’incompatibilité entre deux systèmes de valeur, le « coupable » ne comprenant pas toujours ce qui lui était reproché et qu’il trouvait « naturel », tandis que l’accusateur, en l’occurrence l’administrateur zélé, avait recours, en fonction d’autres concepts, à des jugements sans complaisance qui tranchaient avec les réalités vécues. À ce registre appartiennent les propos outranciers de Nardon à Parme qui vantait en ces termes auprès de ses agents la réforme et l’assainissement du régime hospitalier : « les hospices étaient dans le chaos, vous leur avez donné l’organisation française, dans ce moment des commissaires reçoivent des comptes des anciens administrateurs recherchent et constatent les ressources de chaque maison, le moment est difficile, c’est le passage du mal au bien. »17 Par ailleurs, même si l’institution fonctionnait « à perte » ou de manière irrationnelle, comme le déploraient déjà les riformatori de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le peuple qui, en l’absence de toute autre forme de secours, en avait besoin, s’y montrait attaché et ne comprenait pas qu’on puisse envisager, comme ce fut le cas sous l’Empire, la fermeture de certains établissements de caractère caritatif en attendant qu’ils soient réformés. Là, le malaise a pu dégénérer en révolte ouverte ou, comme l’a noté Giampaolo Fenzi, être à l’origine d’une poussée de brigandage18.

  • 19 AN, F1cIII, Parme.
  • 20 « Notabili e funzionari nell’Italia napoleonica », Quaderni Storici, n° 37, 1978.
  • 21 Cf. Catalogo della mostra Tra abondanza e carestia a cura di S. Bongi, Lucca 1995.

7Ce fut une source supplémentaire de difficultés pour des administrateurs qui se voulaient éclairés. Même le prudent Moreau n’y a pas échappé et d’autres encoururent le mécontentement de ceux dont ils avaient lésé les intérêts particuliers ou l’autorité, au nom d’une gestion plus juste et plus efficace. C’était la porte ouverte à des cabales entre factions auxquelles furent mêlés certains administrateurs. À Plaisance, le banquier Pietro Cavagnari, notable local qui avait entretenu un temps de bons rapports avec Moreau, mais qui, par la suite, brouillé avec celui-ci, avait été écarté du cercle des intimes, se rallia à Junot qui jugeait sévèrement l’administrateur provisoire. Cavagnari prit alors sa revanche lorsqu’en tant que gestionnaire de l’hôpital de la ville, il s’attribua le revenu de coquettes sommes provenant de legs pieux et fit impunément nommer son beau-frère caissier et son ami Borsani cancelliere de l’hôpital avec des traitements respectifs de 60 000 et 24 000 livres : « Eco le cento milla lire usurpate dalle intrighi del Cavagnari e tolte ai poveri malati » s’indigne-t-on dans le camp de Moreau où on parle encore de « vendette private ». Il est clair que les flatteurs et les intrigants avaient complètement circonvenu Junot pour mieux faire main basse sur la ville, développant leur propre stratégie et mettant en échec tout programme de redressement de cette situation « mafieuse »19. Tandis que Junot, sur ordre et manipulation de cette clique, était adulé comme un Duc par la foule, pourvu de faveurs, de festins, de conversazioni et de femmes, une poignée d’individus géraient à leur profit la ville de Plaisance. C’est un aspect d’« histoire au ras-du-sol » qui risque d’échapper à une problématique par trop institutionnelle et « vue d’en haut » des rapports entre pouvoir central et pouvoir local. Dans le recueil des Quaderni storici portant sur les notables et les fonctionnaires de l’Italie napoléonienne, Giuseppe Civile, qui traite du nouveau service des intendances napolitaines, met l’accent sur la capacité de récupération du pouvoir par les élites locales en parlant de « cariche ridotte sovente a strumenti d’interesse di gruppo » et en évoquant, à propos de détournements de fonds publics, le « sistema di vita meridionale… quello del borghese rapace che gestiva il potere. »20. Et si l’on se tourne du côté de Lucques, on constate que la cité était sous la coupe du « parti » de Francesco Belluomini en dépit de son rattachement à l’Empire et de sa francisation21.

De l’économie morale à l’économie de marché

  • 22 Pour la Toscane, L Tocchini, « Usi civici e beni comunali nelle riforme leopoldine », Studi Storic (...)
  • 23 AN, F7 4308.
  • 24 Ibidem.

8Parmi les secteurs où la législation française eut le plus de mal à s’imposer, signalons encore ce qui avait trait aux marchés publics car, là encore, les habitudes étaient trop fortes pour subir sans résistance le choc des changements préconisés au nom des nouveaux principes de gestion administrative et d’économie politique. L’ancien système, souvent appelé service de l’annone ou des greniers à blé, fonctionnait un peu partout, avec des variantes locales, suivant les préceptes de ce que Thompson a pu appeler l’« économie morale », largement présente sous l’Ancien régime. Un ensemble de dispositions tendaient à assurer le ravitaillement des villes, en grains et en viande principalement, à contrôler les marchés, et à garantir l’intérêt du consommateur, sous la surveillance et l’autorité d’agents municipaux spécialisés dans cette tâche. À la base, les déclarations de récolte (manifestazioni dei grani) étaient rendues obligatoires, les marchands ou négociants faisaient l’objet de réquisitions, étaient tenus d’approvisionner les greniers publics et de négocier les grains dans certaines conditions, à des prix fixés par l’administration urbaine. Seuls les revendeurs détaillants agréés, habilités par l’autorité locale, pouvaient écouler sur place les marchandises. Le système était lourd, contraignant, réglementé le plus souvent dans plusieurs capitoli des statuts urbains, mais il était bien rodé, les notables en acceptaient en général les modalités et le peuple lui était attaché. Sa remise en question remontait en fait au temps du riformismo et les premières atteintes avaient déjà provoqué quelques remous, en Toscane notamment sous Pierre Léopold22. La confrontation fut plus brutale sous le régime français. Les exemples abondent et pourraient être empruntés à tous les anciens états-régions ou villes qui ont connu la francisation institutionnelle sous l’Empire. Évoquons simplement quelques cas. À Turin, en l’an X, existait l’ancien « droit de topage » qui donnait l’exclusivité aux municipalités d’adjuger les boucheries locales ou de s’en assurer le monopole en mode de gestion directe : le système relevait du même principe que les droits banaux communaux, mieux connus pour les fours et les moulins, et c’était une source de revenu s’apparentant à ce que l’on trouvait ailleurs sous le nom de gabelle de la viande, la différence provenant de l’exercice du monopole par rapport à la perception d’une taxe sur les ventes de la marchandise. Le fonctionnement de cette pratique est minutieusement décrit dans un rapport du commissaire général de police substitué à l’autorité urbaine dans la fonction de contrôle des marchés publics, signe de la tendance à la centralisation étatique aux dépens des « libertés » municipales23. Or, le point de vue de l’État pouvait différer de celui de la commune, en se fondant sur un arrêté des consuls du 13 messidor an IX qui supprimait les droits sur les viandes et sur les cuirs. L’administrateur général Jourdan, sensible, comme Moreau à Parme est-on tenté de dire, aux habitudes ancestrales qu’il n’aimait pas bousculer, avait jugé que l’arrêté ne s’appliquait pas au droit de topage et que les municipalités pouvaient comme par le passé, assurer l’approvisionnement en viande par voie d’enchères publiques. Jourdan adressa dans ce sens une circulaire à tous les préfets de la 27e région militaire (entendons le Piémont) qui étaient sous son autorité. Il entra en conflit avec le commissaire général Charron qui faisait du zèle et qui entendait appliquer dans son intégralité au pays la législation nationale. Explicitant son point de vue, ce dernier écrit : « par cette lettre (de l’administrateur général), les maires ont cru pouvoir administrer les boucheries de telle manière qu’il leur convenait le mieux et, en conséquence, ils ont ouvert de nouvelles boucheries ; ils ont fait fermer les anciennes et ont privé des citoyens de leur étal et forcé le public sous peine d’amende de ne point s’approvisionner chez d’autres bouchers que chez ceux qui étaient autorisés par la municipalité. Les habitants se sont vus froissés dans leurs intérêts et retomber dans leurs anciennes servitudes et les bouchers déclarant être réduits à la misère ont adressé des réclamations24. » Le commissaire de police prend la défense de ces derniers au nom de la liberté du commerce, bien décidé à amener les maires « à un ordre de choses plus conforme aux principes de la liberté et aux lois de la république française dont la 27e division militaire fait partie. » Cette liberté, il la considère comme sacrée et « c’est y porter atteinte que d’autoriser des prérogatives et des droits exclusifs : les droits anciens sur les viandes et les cuirs étant supprimés, le droit de topage doit également être aboli. » Il se vante d’avoir fait admettre ce changement au maire de Turin « qui a libéré ses concitoyens de l’arbitraire et des privilèges anciens. » Pour sa part, Jourdan justifie sa position et le maintien de la perception du droit de topage partout où les municipalités n’ont pas mis en place la perception du droit d’octroi, également rendu obligatoire par la législation nationale ; il dit avoir constaté l’avantage de la mise aux enchères du marché de la viande « car c’est le meilleur prix qui l’emporte et, s’il n’en était pas ainsi, les bouchers se coaliseraient et vendraient la viande beaucoup plus cher. » Avouons qu’il y avait là matière à discussion et hésitation sur le point de savoir si, pour le consommateur, mieux valait le vincolismo de l’ancien système ou la liberté de marché du nouveau ! Reste que la perturbation des pratiques qui avaient cours engendrait ou réveillait des tensions qui avaient pour effet de troubler « l’ordre public. »

  • 25 AN, F1e 166, département de Trasimène.

9Dans les anciens États romains, le préfet du département de Trasimène se penche sur la question des dazi communitativi en comparant l’ancien et le nouveau système. Il considère que « l’octroi ne convient pas et qu’il faut, pour l’année 1810, suspendre la mesure telle qu’elle existe en France25. » Prenant acte de l’importance des banalités municipales, il hésite à les supprimer. La mouture « banale » fonctionnait à Guarcino comme ailleurs mais là, un particulier se réclamant de la législation française, manifesta son intention de moudre son grain à son propre moulin ; il se heurta à l’opposition de la municipalité qui n’entendait pas renoncer à la privativa communitativa (entendons le monopole de la mouture communale qui était affermée à un appaltatore (adjudicataire). L’affaire est portée devant la Consulta, Gerando donne lui-même son avis et, finalement, on en reste au statu quo, par crainte de léser la commune dans ses revenus. En revanche le préfet ne cède pas sur la question de la gestion des finances communales qui devra passer par l’élaboration d’un budget prévisionnel et le recours à un receveur municipal suivant l’uso francese.

  • 26 AN, F1cIII, Parme.

10À Parme, à propos de la réglementation du marché de la viande, se pose la même alternative entre le maintien de l’exclusivité des locaux de la boucherie publique et la liberté laissée à d’autres bouchers de tenir un étal26. Là encore, c’est la remise en question du principe du monopole qui est dans l’air du temps : « autoriser qu’il n’y ait qu’un seul local pour acheter de la viande, c’est favoriser un petit rayon de la ville pour opprimer tous les autres. »

  • 27 AN, F1e 166, département de Trasimène.

11Ainsi s’exprime le gouverneur général Pérignon dans la période qui suivit le limogeage de Moreau, et il réussit à faire prévaloir ses vues « au nom des principes d’une bonne administration tels qu’on les pratique dans les principales villes de France. » Il se heurte sur ce point au préfet qui s’en tient à l’ancien système de l’amodiation du droit de boucherie, car il était d’un bon rapport pour les municipalités. L’affaire suscita une certaine émotion dans la ville et, en signe de protestation, les bouchers libres se rendirent ensemble au local de macelleria ; là ils s’en prirent aux pièces de bois qui servaient au débitage de la viande et immobilisèrent les haches en acier avec lesquelles on procédait à la « tuerie publique », les faisant retentir comme des cloches alors qu’eux-mêmes entonnaient un Te Deum ! Pour régler le différend entre le préfet et le gouverneur, il fallut recourir à l’arbitrage du ministère de l’Intérieur qui trancha en faveur du premier. Au cœur de la controverse se profilait le principe de la liberté en matière économique prôné à l’époque napoléonienne dans la continuité d’ailleurs de l’ère réformiste, en opposition au protectionnisme, disons plutôt au vincolismo d’Ancien régime, pour employer une terminologie propre cette époque. Autre cas semblable, dans le département de Trasimène, le préfet constate que la suppression du pubblico macello et la liberté de vendre de la viande « ha fatto nascere non piccoli disordini ». Il considère qu’« il sistemo del libero commercio, non e adattabile in tutti i luoghi », en particulier pour les villes d’étape en raison du ravitaillement de la troupe. Mieux vaut en rester à l’ancien système vanté par les différents maires du département et recourir à un adjudicataire en lui allouant également, pour faciliter sa tache suivant la pratique habituelle, le pascolo del territorio, en dehors des espaces cultivés et en lui imposant un cahier des charges qui prévoit la fourniture des particuliers et de la troupe suivant l’obligation traditionnelle de fournir « carne salubre e di buona qualita27. »

12Concernant toujours la question de la police des marchés, à Lucques, la correspondance entretenue entre les commissaires des vicarie locales et l’administration centrale est riche d’enseignements sur les difficultés de passage de l’ancien au nouveau système On assiste à des heurts constants entre les commissaires qui veulent remettre en question la pratique des greniers d’abondance et les municipalités qui demeurent attachées à ce qu’elles considèrent comme une garantie contre les méfaits de la disette. Avant même le passage de la cité aux Bacciochi, lors de la première république de Lucques, le problème s’était posé dans les communautés de San Cassiano et de Geminiano di Controne lorsque le nouveau gouvernement, soucieux d’ammodernamento, avant même l’application des préceptes du système français dont il était déjà proche, voulut renoncer à la pratique annonaire : ce fut considéré comme un signe d’abandon des populations qui étaient jusque-là soutenues par l’ancien gouvernement oligarchique, plus respectueux des principes de l’économie morale et de la protection des pauvres, face aux menaces de la disette et des calamités naturelles. La commune de Bagno demandait alors la possibilité de saisir du blé appartenant à des particuliers bien pourvus (dont le marchand Tommaseo Guinigi) et une discussion s’était engagée à propos de cette mesure d’« esproprio dei granai e farina conservati nei maggazini di Tommaseo. » L’intéressé se défendait au nom du droit sacro­saint de propriété et considérait la mesure de confiscation comme « cosa fuora regola di buon giustizia » et le commissaire dut transiger : il déclara agir non pas en remettant en question le droit de propriété privé mais en se réclamant du droit de prelazione qui était justifié et autorisé par la loi, au nom du soulagement à apporter au peuple dans les circonstances de disette. Les choses étaient en situation de transition entre ancien et nouveau système, mais la francisation du temps des Bacciochi eut pour effet de rompre ce fragile équilibre qui reposait sur des arguties juridiques.

  • 28 AN F1bI.
  • 29 Ibidem.

13Empruntons un autre exemple à la situation de l’île d’Elbe consécutive à l’annexion, au temps de l’administrateur général Gian Battista Galeazzini28. Le four banal de la communauté de Porto Ferraio était autrefois administré par une commission de cinq personnes qui devait rendre des comptes au Magistrato de Florence. Cette commission veillait à ce que le pain (il pane venale) soit vendu à bon marché aux consommateurs ainsi qu’aux soldats de la garnison locale : pour cela on procédait à une adjudication du marché, ce qui procurait un revenu municipal. Galeazzini voulut y mettre un terme et faire reposer les finances locales sur la base de la comptabilité publique telle qu’elle était appliquée à l’échelle nationale. Le différend s’envenima entre l’administrateur et le maire Vantini, ce dernier se plaignant que l’interventionnisme du représentant du pouvoir central « ôtait aux membres du conseil municipal la liberté de penser et de parler. » Là encore les rapports entre les deux niveaux de l’administration se sont dégradés, la controverse tournant autour des avantages et inconvénients respectifs de l’ancien et du nouveau système en matière de finances locales. Alors que Galeazzini arguait de « la nécessaire mise en conformité de la comptabilité de Porto Ferraio avec les autres communes de l’Empire », Vantini développait l’argumentation suivant laquelle l’abandon des banalités communales et le passage au régime de l’octroi n’avaient rien de moderne et avait pour effet d’alourdir les charges qui pesaient sur la plus grande partie des 3 000 misérables habitants de la ville. Dans la commune de Cavi, département du Tibre, arrondissement de Velletri, c’est encore le privilège de la fabrication du pain qui est mis en cause et le sous-préfet Zuccaleoni est confronté au dilemme. Sa première réaction est de considérer que « chaque particulier est maître de cuire chez lui et où bon lui semble le pain dont il a besoin et que personne ne peut être forcé d’aller cuire au four de la commune », mais il doit reconnaître que les choses ne sont pas aussi simples : « car il ne s’agit pas d’affermer le four pour forcer les habitants d’y aller cuire leur pain, mais par ce mot four du pane venale, selon le génie de notre langue, on entend le four où on fabrique et non pas où l’on cuit le pain à vendre au public et par conséquent on ne prétend pas le privilège d’y cuire le pain des particuliers. »29

14En fait un peu partout, c’était à la fois la liberté d’entreprendre et tout le régime fiscal qui était discuté point par point et la perspective d’orientations différentes, suivant qu’on voulait innover ou rester fidèle aux anciens usages, soulevait des intérêts contradictoires.

Ponts-et-Chaussées et modernité30

  • 30 De manière générale sur ce thème, Villes et territoires pendant la période napoléonienne (France e (...)

15Les territoires où se posait avec acuité la question de l’écoulement des eaux et de l’assainissement des terres inondées, comme la plaine du Pô dans le royaume d’Italie, la région de Pise en Toscane et les Marais pontins des anciens États pontificaux, constituent également un bon observatoire pour le problème qui nous occupe, celui des infra-dysfonctionnements qui ne dégénèrent pas forcément en insorgenze, raison pour laquelle on ne s’y est guère intéressé et qui appelle des approches micro-régionales. Ces situations conflictuelles se règlent en termes d’enjeux et de rapports de force que les acteurs sociaux savent utiliser à leur avantage suivant leurs propres logiques et stratégies activées à l’échelle locale. À Pise, le mode de gestion des rives et des canaux était très sophistiqué et la réglementation qui le caractérisait remontait à des temps très anciens qui en avaient consacré l’usage. La ville avait une part de contrôle du fonctionnement mais elle le partageait avec les usagers et notamment les consorzie de particuliers, riverains pour la plupart. L’ensemble des dispositions était minutieusement réglementé, ce qui ne veut pas dire pour autant que tout se passait bien et sans tensions entre les divers partenaires, car leurs intérêts s’opposaient et la corruption s’était introduite dans le système. L’Office des Eaux de la province de Pise rénové par Pierre Léopold exerçait sa mission sur le territoire de 27 communautés : il percevait des taxes, s’occupait de cadastration et recrutait ses propres techniciens et employés qui remplissaient véritablement un service public, mais sans en avoir le statut.

  • 31 Barsanti, op. cit. et R Fiaschi, Le magistrature pisane delle acque, Pisa, 1938.
  • 32 Archivio di Stato di Pisa Ufficio Fiumi e fossi, 1200, cité par Barsanti, op.cit, p. 47. Extraits c (...)

16Là encore l’administration « à la française » voulut mettre bon ordre et mobilisa son corps de spécialistes sortis de l’École des Ponts-et-Chaussées qui eurent pour tâche de réformer l’institution pour la rendre plus rationnelle et plus efficace. Il s’ensuivit la mise en place d’une hiérarchie très stricte, avec une direction nationale ayant son siège à Paris et une cascade d’ingénieurs généraux, d’inspecteurs et d’ingénieurs départementaux qui prirent en charge la gestion de l’usage des eaux et de l’assainissement des terrains riverains, en coordination étroite avec l’administration préfectorale et les services du commissaire de police. La participation des communes concernées et notamment de Pise, autant que celle des associations et particuliers, fut diminuée d’autant mais, sans leur contribution, les services d’État étaient réduits à l’impuissance et ils durent composer avec les réalités préexistantes : les rapports complexes et subtils qui s’ensuivirent entre les deux niveaux ne peuvent pas se résumer à un simple constat de rapports de dépendance entre pouvoir local et pouvoir central. Un examen du dossier31, pour Pise et pour Grosseto, est riche d’enseignements de caractère socio-institutionnel. L’Ufficio dei Fiumi e Fossi pisan qui existait depuis le Moyen Âge fut menacé de suppression et, sans la coordination de cet organisme, c’était l’ensemble du système qui était mis en cause : engagement et répartition des dépenses des travaux de drainage, d’aménagement hydraulique, d’entretien des ponts et des canaux, sort à réserver aux terrains marécageux, aux étangs et aux îlots, dispositions à prendre pour lutter contre la malaria. La tâche était immense et la nouvelle administration n’était pas en mesure de se suppléer efficacement à l’ancienne. Le bras de fer s’engagea en 1808 entre le préfet Capelle et les proveditori de l’Office et ces derniers, dans une lettre du 6 mai 1808, exposent sur un ton déférent mais avec détermination et non sans un certain humour, la nature du problème32. Comparant l’ancien système de comptabilité au nouveau qu’on veut leur imposer et qu’ils désignent habilement comme « quello del grande impero a cui oggi abbiamo la gloria di appartenere », ils mettent le doigt sur le fond du problème en déclarant : « fra voi », entendons suivant le modèle français, « tutto e determinato e calcolato » à l’avance concernant les engagements de dépenses générales et particulières, alors que, « fra noi », entendons dans le système traditionnel, au contraire, on se contente d’approximation et on fait face aux circonstances suivant les besoins du moment. Faisant comme s’ils reconnaissaient ainsi la supériorité du modèle français, les proveditori admettent que : « il sistema vostro sempre è il piu regolare e il piu giusto », mais ils ajoutent aussitôt que si « il sistema nostro », valable à l’échelle d’un petit État, n’est pas digne d’être imité et a de quoi inquiéter un gouvernement, il ne manque pas moins de « facilita e dolcezza ». La comparaison se poursuit encore en ces termes : « secondo i vostri principi », tout article de comptabilité doit correspondre aux termes de la loi, alors que, « presso noi », notre manière de procéder est plus expéditive mais gagée sur la pratique de la comptabilité double et elle permet d’avoir, au terme de chaque année, « risultati veri e sicuri. » Au préfet donc de voir, de décider… et de transiger ! De fait le préfet Capelle fait un tri et conserve sous le nom d’Archivio generale del’estimo le service qui s’occupait surtout de cadastration et qui avait plus de 200 ans d’âge, en reconnaissant qu’il faisait envie à d’autres régions et qu’il pouvait convenir au « nuovo ordine di cose ». Par contre, il maintenait qu’il convenait de revoir à la baisse le nombre manifestement pléthorique des employés et le coût du chapitre des salaires et pensions et il n’était pas question de déroger à la règle suivant laquelle tous les travaux d’utilité publique devaient être placés « sotto l’unicita direttiva e esecutiva del Bureau des ponts et Chaussées. » Le démantèlement de l’ancien Uffizio auquel on aboutissait eut pour effet l’élimination de certains abus et la remise en question de nombreux avantages acquis, mais il n’est pas certain que les résultats aient été meilleurs !

  • 33 L’expression est de G. Zucconi, art.cit., p. 400 ou La Lombardia delle riforme dont article de A. (...)

17Les travaux d’assainissement réalisés dans la plaine padane donnent à voir la nature du changement survenu sous l’Empire. Le personnage clef de l’opération devient sous l’Empire l’ingénieur doté d’une solide formation théorique acquise dans une grande école du type de celle des Ponts-et-Chaussées, de Centrale ou de Polytechnique, formation doublée d’un bon apprentissage des principes et des rouages de l’administration d’État. En cela c’est un personnage nouveau sur l’échiquier jusque-là représenté des divers employés et techniciens, municipaux pour la plupart, qui s’occupaient des routes, des canaux, de la navigation fluviale et de l’assèchement des terres. On entrait dans une phase de centralisation administrative et économique qui entendait dépasser l’horizon local pour répondre aux exigences de la Grande Nation. Là encore on se trouvait confronté « a un insieme di norme di e consuetudine locali » dont il convenait de s’affranchir. De cette situation d’incontro/scontro33 naquirent des tensions sur le terrain, et les techniciens français confrontés à cette situation oscillaient entre innovation et composition avec l’état de choses existant. Dans ce domaine plus qu’ailleurs, les textes officiels (lois ou décrets) n’étaient pas pris à la lettre et faisaient l’objet d’adaptations. Certes au temps du Royaume d’Italie, en Lombardie et Vénétie, a été institué un Corpo di acque e di strade qui devait réunir ingénieurs, arpenteurs et hydrotechniciens, mais ce type de main-d’œuvre faisait défaut localement, dans l’attente d’établissements plus spécialisés que le traditionnel Ateneo de Padoue. On continua à faire appel à la classe aristocratique qui, traditionnellement, fournissait ce type de personnel formé sur le tas.

  • 34 AN, F1cIII, Parme.
  • 35 De proche en proche, notre analyse, plus suggestive qu’exhaustive, débouche en fait sur un véritab (...)
  • 36 AN, F11, 715 et A. Chabert, Essai sur le mouvement des revenus et de l’activité économique en Fran (...)

18L’application du programme d’équipement routier est également un bon révélateur des malaises suscités çà et là par un nouvel aménagement de l’espace tendant à dépasser l’horizon local et à se détourner dans certains cas des axes traditionnels pour favoriser de nouvelles liaisons entre les anciens États et répondre aux exigences des entités nouvelles et de cohésion du Grand Empire, ce qui supposait le resserrement des liens entre l’Italie péninsulaire et ce qu’on appelait alors l’« ancienne France. » Le réseau routier se hiérarchisa entre strade imperiali qui franchissaient les anciennes frontières, routes départementales et voies vicinales, suivant une classification « à la française ». Les financements d’État étaient réservés aux premières et l’ensemble du système était pensé d’en haut, depuis les bureaux parisiens, ce qui ne manquait pas de léser les intérêts locaux. La route répondait aussi à des intérêts géopolitiques ou stratégiques auxquels les populations locales n’étaient pas particulièrement sensibles. Il en fut ainsi du projet de liaison routière entre Parme et la Spezia présenté comme devant permettre l’ouverture de la Lombardie vers la mer, vers Gênes et la Toscane34 ; il n’a pas été compris par les négociants du pays qui se contentaient de l’axe traditionnel qui reliait Modène à Pistoia à travers l’Apennin, en dépit de l’incommodité du tracé : ils ne ressentaient pas un éminent besoin de changement, pas plus qu’ils n’étaient « preneurs » de la réalisation d’un canal reliant Parme au Pô qui permettrait une meilleure liaison en direction de Venise, bien que ce projet ait été conçu par le parmesan Fomenti. On y voyait, non sans raison, un plan qui répondait d’abord à des besoins d’État et à des vues politiques et on ne raisonnait pas à Parme comme à Paris en termes de création d’un marché « national ». Ce type de malentendu est perceptible à Massa Carrara et une approche micro-régionale révèle que les nouveaux projets routiers faisaient naître ou réveillaient des rivalités au sein du notabiliato local, l’intérêt des appaltatori prêts à prendre en adjudication les travaux programmés n’étant pas les mêmes que ceux des négociants soucieux du coût d’expédition des marbres de Carrare qui, pour eux, devait commander les choix en matière d’aménagement routier. Le changement supposait des gagnants et des perdants, donc des enjeux de pouvoir et pouvait entraîner la remise en question de l’hégémonie des élites en place. À plus petite échelle, les progrès de l’ingérence de l’État ont fait que les décisions locales pour l’aménagement des voies communales et de simples chemins vicinaux qui relevaient jusque-là des autorités municipales passa sous la tutelle de l’administration centrale représentée par préfets et sous-préfets, pas toujours les mieux placés pour juger du bon parti à prendre, faute de connaissance suffisantes du « terrain » : la correspondance administrative de l’époque impériale est révélatrice de situations de malaise dans le détail desquelles nous n’entrerons pas ici35. On peut penser aux dysfonctionnements nés des rapports des ingénieurs des services étatiques accomplis sans consultation des intéressés locaux. Les nouvelles orientations économiques en matière commerciale, liées ou non à l’aménagement d’un nouveau réseau routier, furent sources de difficultés et l’idée d’ouverture du marché à l’échelle de l’Empire eut du mal à faire son chemin. En Toscane, les marchands voulaient bien écouler leurs produits dans les limites des départements de l’Ombrone et de la Méditerranée mais, au delà des anciennes frontières, ils étaient hésitants et les autorités municipales ne les y encourageaient guère, surtout lorsqu’il s’agissait de grains et d’autres produits de première nécessité. Les anciens réflexes liés au vincolismo étaient encore très forts et c’est ainsi qu’en période de disette, le gouverneur de Corse, le général Morand, eut toutes les peines en 1808, pour répondre à une situation de disette qui sévissait dans l’île, à faire venir du blé des départements « voisins » de l’ancien duché de Toscane36.

19D’autres exemples de frilosité à l’égard du changement pourraient être empruntés à la politique urbanistique de l’Empire qui ne fut pas très bien perçue par les habitants des cités concernées lorsqu’elle bouleversait les habitudes. Démolir un quartier, pour y aménager une place et y ériger la statue de l’Empereur ou celle d’un membre de sa famille, n’allait pas de soi : à Massa l’émotion fut particulièrement vive à l’occasion de ce type d’aménagement, d’autant que la réalisation du projet supposait la destruction d’une église ancienne à laquelle était attachée la dévotion populaire. Par décret en date du 24 septembre 1806, on décida que la ville de Parme ne serait plus considérée comme une place fortifiée à l’exception de l’îlot restreint de la citadelle : les anciens remparts devaient être détruits et l’espace libéré transformé en boulevards « extérieurs ». La même décision fut prise pour Plaisance et, dans les deux cas, ce bouleversement de l’espace urbain souleva des protestations qui n’étaient pas strictement liées à des atteintes portées à des intérêts privés, comme si la matérialité des coups portés aux remparts de la ville rejaillissait sur ses habitants touchés par cette amputation de leur environnement immédiat ! On perçoit en cette circonstance les effets pervers de l’ammodernamento qui bousculait les habitudes et une certaine perception de l’espace vécu et de la mémoire de la ville.

  • 37 Le sous-préfet de Viterbe rencontre ce type de difficultés dans les communes de Sustri, Toscanella (...)
  • 38 À Rome l’administration française se trouva en face d’un système de loterie très sophistiqué qui l (...)
  • 39 Cf. M Tacel, « Culture du riz et corruption des fonctionnaires dans le département de la Sesia en (...)
  • 40 Un exemple parmi bien d’autres : le sous-préfet de Viterbe, Salandra, dans une lettre adressée en (...)

20Ouvrons enfin, comme en conclusion temporaire de cette ébauche qui gagnerait à être approfondie, une dernière lucarne dans le droit fil des considérations qui nous ont retenu notre attention : nous voulons parler des stéréotypes, et des ethnotypes, des préjugés ou plus simplement des jugements à l’emporte-pièce qui ont accompagné le passage de l’ordre ancien à la modernité. Nous citions plus haut cette réflexion d’un sous-préfet, pourtant originaire de la péninsule mais pénétré des nouveaux préceptes, qui traitait de rustres les maires qui ne voulaient pas se rendre à la raison et accepter le nouvel ordre des choses. Combien de propos blessants émanant d’administrateurs, français ou italiens, ont accompagné la politique de changement à l’adresse des habitants du pays ! Les qualificatifs qui reviennent le plus souvent et qui traduisent cet agacement à l’encontre des administrés qui se rendaient coupables de simple mauvaise humeur ou de fronde locale, sont ceux de superstitieux, fanatiques, oisifs, paresseux et corrompus : les deux premiers renvoient au poids de la religion considérée comme responsable de l’attachement à la tradition et de l’hostilité au changement37. Oisifs ? Les Italiens, dit tel administrateur, ne passent-ils pas leur temps dans les tavernes à jouer aux cartes ou ailleurs à la loterie38 au lieu de travailler ? Corrompus ? N’utilisent-ils pas régulièrement les fonds publics à des fins personnelles ou pour satisfaire des parents et amis39. Arriérés et moutonniers ? Il n’est qu’à voir comment ils s’opposent aux mesures qui vont dans le sens de « la civilisation »40. Comme souvent, l’image négative et le raccourci stérotypé accompagne une situation qui ne correspond pas exactement à celle du rapport entre dominants et dominés mais qui découle des résistances, le plus souvent passives, manifestées à l’égard de mesures présentées comme allant dans le sens du progrès

21La problématique qui nous a servi de fil conducteur n’est pas propre au cas de figure analysé, même si les circonstances font de l’exemple de l’Italie au temps de l’Empire une loupe grossissante en la matière. Elle pourrait être appliquée en grande partie à l’intérieur même des frontières de « l’ancienne France », au cours et au lendemain de la période napoléonienne, notamment du point de vue des rapports entre les préfets et les maires, à propos du budget municipal, de l’école, des biens communaux, de la voirie et d’autres travaux publics. Nous y retrouverions dans une certaine mesure ces formes de malaise que nous avons rencontrées, provenant de la confrontation de systèmes de valeurs différents entre les gestionnaires du pouvoir central et les élus locaux ou administrés en prise avec les réalités et marqués par une culture différente de celle dont l’État se réclame au nom de la modernité. Le type d’approche auquel nous avons voulu nous en tenir n’entend pas se suppléer à d’autres, plus courants et plus éprouvés, mais il peut permettre, à titre complémentaire, de dépasser et d’enrichir des thématiques qui ont par ailleurs fait leurs preuves plus souvent, il est vrai, dans le domaine de l’histoire institutionnelle que dans celui d’une certaine histoire sociale qui n’est pas celle des classes ni des groupes sociaux.

La liberté ramenant aux peuples la Justice et la Vertu (vers 1794-1795), Jean-Jacques Taillasson (1745-1809), huile sur toile, inv. MRF 2003-11. Détail (partie droite du tableau). © Musée de la Révolution française, Vizille

Notes

1 Cf. A.-M. Rao « Pouvoir local et Révolution dans l’Italie jacobine et napoléonienne », Pouvoir local et Révolution, la frontière intérieure, R Dupuy (dir.), Rennes 1993. L’auteur insiste sur la poussée centralisatrice et étatique qui a marqué l’époque napoléonienne et sur la volonté d’intégration des élites à la base. Notre angle d’approche sera différent et marquera plutôt les limites de la centralisation et les résistances rencontrées par l’administration d’État.

2 Giovanni Levi, Le pouvoir au village, histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, trad. de l’italien par Monique Aymard ; [préf.] par Jacques Revel, Paris, Gallimard, 1989. Nous nous réclamons aussi, du point de vue méthodologique, de Jacques Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Hautes études, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996.

3 H. Bedarida, Parma e la Francia (1748-1789), Parma, SEGEA Éditrice, 1986.

4 Sur l’ensemble de la période, se reporter à Parma e il suo territorio. Un Borbone tra Parma e l’Europa, Don Ferdinando e il suo tempo (1751-1802) a cura di Alba Mora, Diabasis, Reggio Emilia, 2005

5 Archivio di Stato di Pisa, archivi privati 10, memoriale di cose notabili del anno 1780 a 1815 del cavaliere Giovan Vincenzo Cosi del Vollia, anno 1807, p. 37, cité par D. Barsanti, Pisa in eta napoleonica, ETS, Pisa 1991.

6 Sur le riformismo en Italie cf. G. Ricuperati, l’Italia del settecento, crisi, trasformazioni, lumi, Roma/Bari, Laterza, 1986.

7 Mémoires du comte Miot de Mélito, ancien ministre, ambassadeur, conseiller d’État et membre de l’Institut, Paris, M Levi, 1873.

8 Cf. R. Pasta, Scienza politica e rivoluzione, l’opera di Giovanni Fabbroni (1752-1822), intelletuale e funzionario al servizio di Lorena, Firenze, Olschki, 1989. Également J.-P. Filippini, « La survivance du modèle napoléonien dans l’expérience italienne » in Révolution et décentralisation, le système administratif français et les principes révolutionnaires de 1789, actes du colloque de Besançon, Paris, Economica, 1992

9 AN, F1e 174, département de Trasimène.

10 AN, F1cIII, Parme.

11 Ainsi en Toscane, le Manuale alfabetico dei maires, loro aggiunti e commissari di polizia, dei membri dei consigli municipali, dei bureaux di beneficenza, delle commissioni amministrative, degli ospizi, dei percettori di contribuzioni, a cura di Vincenzo Guidotti, impiegato della mairie di Pisa, 1810.

12 Phénomène noté mais non développé par P. Aimo, « L’administration municipale à l’époque napoléonienne, le modèle français et le cas italien » in recueil L’administration territoriale sous la Révolution française, Orléans, 2003. L’auteur évoque « les dysfonctionnements locaux, les gaspillages, la mauvaise gestion, la politique fiscale partisane… »

13 Sur ce problème à Parme cf. AN, F1cIII, Taro.

14 Archivio di Stato di Pisa, sottoprefettura 32, lettera al sotto prefetto 10 febraio 1811, cité par Barsanti, op. cit., p. 229

15 AN, F1e 166, département de Trasimène. Il s’agit de la commune de Monte Castello, circondario di Todio où, suivant la tradition, « il medico e il maestro di scola si pagano con il profitto di un eredita lasciata dal fu Gregorio Petrini il 26 agosto 1655 ordinando che al professore di medicina si dessero scudi 70 annui e al professore di lettere scudi 40, il prodotto del eredita consistente in censi. »

16 Voir Monica Visioli, « La pubblica assistenza a Parma dal dominio borbonico all’amministrazione francese » Un Borbone tra Parma e l’Europa, Don Ferdinando e il suo tempo (1751-1802), op. cit., p. 268.

17 AN, F1cIII, Taro, Parme. Souligné par nous dans le texte.

18 Giampaolo Fenzi, « Brigantaggio e protesta popolare nel dipartimento dell’Arno, 1808-1814 » in I. Tognarini Toscana napoleonica, p. 235. L’auteur établit bien la relation entre les deux niveaux et évoque la « scomparsa di molti tradizionali mezzi di sussistenza, usi civici, opere pie che pur nella loro incompetenza a risolvere decisamente il problema, tuttavia avevano una funziona di valvola… ». Il relève les effets imputables « ad alcune inovazioni di natura sovrastrutturale percepite non solo come responsabili del proprio degradamento materiale ma anche e sopratutto come estranee ed ostili al proprio universo culturale », mais les propositions sont inversées par rapport à notre préoccupation, la communication de l’auteur portant sur le brigandage.

19 AN, F1cIII, Parme.

20 « Notabili e funzionari nell’Italia napoleonica », Quaderni Storici, n° 37, 1978.

21 Cf. Catalogo della mostra Tra abondanza e carestia a cura di S. Bongi, Lucca 1995.

22 Pour la Toscane, L Tocchini, « Usi civici e beni comunali nelle riforme leopoldine », Studi Storici 1961, n° 2. Pour les États pontificaux, Marina Caffi ero, L’erba dei poveri, communita rurale e soppressione degli usi collettivi nel Lazio, Edizioni dell’Ateneo, Roma, 1982.

23 AN, F7 4308.

24 Ibidem.

25 AN, F1e 166, département de Trasimène.

26 AN, F1cIII, Parme.

27 AN, F1e 166, département de Trasimène.

28 AN F1bI.

29 Ibidem.

30 De manière générale sur ce thème, Villes et territoires pendant la période napoléonienne (France et Italie), atti del convegno di Roma, maggio 1985 et les colloques régionaux comme Veneto e Lombardia dont l’article de Guido Zucconi, « Ingegneri d’acque e strade »

31 Barsanti, op. cit. et R Fiaschi, Le magistrature pisane delle acque, Pisa, 1938.

32 Archivio di Stato di Pisa Ufficio Fiumi e fossi, 1200, cité par Barsanti, op.cit, p. 47. Extraits ci-dessous soulignés par nous dans le texte.

33 L’expression est de G. Zucconi, art.cit., p. 400 ou La Lombardia delle riforme dont article de A. Castellano sur « Il corpo di acque e strade nel regno italico, la formazione di una burocrazia statale moderna. »

34 AN, F1cIII, Parme.

35 De proche en proche, notre analyse, plus suggestive qu’exhaustive, débouche en fait sur un véritable programme de recherche !

36 AN, F11, 715 et A. Chabert, Essai sur le mouvement des revenus et de l’activité économique en France de 1798 à 1810, Paris, 1949.

37 Le sous-préfet de Viterbe rencontre ce type de difficultés dans les communes de Sustri, Toscanella et Tolfa. Empruntons lui un exemple de l’emprise exercée par le clergé sur des populations qualifiées de « fanatiques » : « ces communes sont du même diocèse et paraissent avoir les mêmes principes d’opposition… les gens craignent de s’exposer à l’excommunication dont on entretient l’effroi. Ils craignent aussi s’ils acceptent des fonctions d’avoir à exécuter des ordres d’arrestation contre les prêtres et contre les moines. À la Tolfa, un certain capucin, le prêtre Charles, est l’oracle et lui-même m’a avoué son influence, mais je n’ai pas pu l’utiliser dans mon sens. J’insisterai dans mon rapport sur l’importance de diviser les ordres réguliers du reste du clergé qui s’attachera bientôt à l’ordre nouveau (souligné par nous) par son propre intérêt. Ces obstacles et les menées sourdes ont ralenti ma marche. » (AN, F1e 174, département de Trasimène.)

38 À Rome l’administration française se trouva en face d’un système de loterie très sophistiqué qui lui posa problème et la Consulte essaya en vain de venir à bout de « cette étonnante propension du peuple romain pour la loterie qui est la suite nécessaire de son oisiveté et de ses idées superstitieuses qui tiennent son imagination tendue vers un bonheur illusoire. » Ces revenus étaient autrefois affectés à la dotation des filles pauvres, mais ils ont par la suite fait l’objet de dilapidations et le système a permis de créer des emplois fictifs ou réservés aux familles de ceux qui étaient déjà « employés dans la loterie. » (Ibidem).

39 Cf. M Tacel, « Culture du riz et corruption des fonctionnaires dans le département de la Sesia en 1812 », Revue de l’Institut Napoléon, octobre 1953. Pour les temps modernes en Toscane et le thème d’une corruption structurelle, cf. Jean-Claude Waquet, De la corruption morale et pouvoir à Florence aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1984.

40 Un exemple parmi bien d’autres : le sous-préfet de Viterbe, Salandra, dans une lettre adressée en 1809 à Gérando écrit à propos des habitants de la commune de Tolfa, canton de Civita Vecchia : « l’ignorance de cette peuplade âpre comme les montagnes qu’elle habite a l’habitude de n’écouter que cette classe d’hommes qui entretient l’aveuglement pour les exploiter. » (AN, F1e174)

Table des illustrations

Légende La liberté ramenant aux peuples la Justice et la Vertu (vers 1794-1795), Jean-Jacques Taillasson (1745-1809), huile sur toile, inv. MRF 2003-11. Détail (partie droite du tableau). © Musée de la Révolution française, Vizille
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540