Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration napoléonienne en Europe

 | 
Christine Peyrard
, 
Francis Pomponi
, 
Michel Vovelle

La « mission » de Moreau de Saint-Méry à Parme (1801-1805)

Moreau de Saint-Méry et la ville : connaître pour gouverner (toponymie et numérotation urbaine)

Daniele Marchesini
Traduction de Jacques Tourrel

Texte intégral

  • 1 Je suis déjà intervenu sur ces thèmes in D. Marchesini, Il bisogno di scrivere. Usi della scrittura (...)
  • 2 M. Vaussard, La vita quotidiana in Italia nel Settecento, tr. it., Milano, RCS Libri, 1990, p. 29. (...)

1La réécriture des références spatiales à l’intérieur des villes se situe dans le cadre de l’obsession cognitive propre à la culture administrative française post-révolutionnaire, étroitement liée à la création d’instruments qui garantissent non seulement l’égalité, mais encore l’abondance, dans le recouvrement des impôts, quelques années avant le début du travail de cadastrage des états parmesans soumis à l’empire napoléonien1. Un tel processus constitue un changement important par rapport à la situation d’ancien régime, où se promener dans une ville implique qu’on se trouve en face d’une quantité d’enseignes (le plus souvent illustrées) et d’images (de nature commerciale ou religieuse) en plus des écrits « affichés ». Mais il est impossible avant les dernières décennies du XVIIIe siècle – si ce n’est dans quelques capitales comme Vienne, Amsterdam, Londres ou Paris – de trouver ce que l’on s’attend à avoir sous les yeux de nos jours : une toponymie et une numérotation municipale écrites2.

  • 3 W. Benjamin, Parigi, capitale del XIX secolo. I « passages » di Parigi, tr. it., Torino, Einaudi, 1 (...)
  • 4 Cité par C. Petraccone, Napoli dal ‘500 all’ ‘800. Problemi di storia demograca e sociale, Napoli, (...)

2Ce n’est pas que les rues et places soient dépourvues d’une dénomination plus ou moins définie et connue. En effet, une toponymie spontanée, basée sur l’oralité, existe dans l’usage quotidien, elle se nourrit d’un sens éprouvé de la perception chez les citadins3 et fait en sorte que l’habitant de la ville puisse identifier avec assurance les lieux où il vit. Il ne fait aucun doute que le citadin possède un système de références à lui qui fonctionne bien, qui lui permet de situer les choses et les personnes, à commencer par lui-même. Mais plutôt que sur son rapport individuel à un système de signes écrits qui l’orientent quand il doit s’adresser à quelqu’un, se présenter à un bureau, rechercher un commerçant, il le fonde sur la connaissance personnelle et directe des gens qu’il fréquente et du cadre environnemental qui est dans son voisinage le plus immédiat : sa rue, sa paroisse, son quartier. D’autant plus que quartier, paroisse ou voisinage définissent l’espace de vie quotidien assez restreint dans lequel évolue le citadin traditionnel et l’échelle à laquelle se ramène le plus souvent sa perception de la dimension urbaine. Pour Pasquale Villari, qui juste après 1860 écrit de Naples à Luigi Farini, les « habitants d’un quartier passent la moitié de leur vie sans mettre les pieds dans un autre. C’est comme si la vie, les habitudes, les idées, étaient celles de pays différents qui, de ce fait, ne se connaissent pas entre eux »4.

  • 5 F. Miani Uluhogian, La città come « documento » urbano, in « Storia urbana », X, 1986,n° 34, p. 125 (...)
  • 6 G. Canali, V. Savi, Parma neoclassica, in Parma la città storica, sous la dir. de V. Banzola, Parma (...)

3De plus, certains lieux et certains éléments du paysage urbain sont souvent tellement chargés de prégnance symbolique qu’ils constituent un ensemble de référence qui inspire confiance5. À titre d’exemple, dans les fiches du recensement décidé par le ministre Du Tillot pour Parme (1765), le nom de la rue est fréquemment remplacé par une indication de proximité par rapport à une église, un couvent, une auberge, un édifice noble ou public, une place. C’est la même toponymie qui, d’une fois à l’autre, se trouve fixée par le cadastrage parcellaire des biens immobiliers commencé un peu partout au cours du XVIIIe siècle. Toujours à Parme, en 1767, la carte cadastrale des Bourbons prend forme et la ville se trouve subdivisée en 196 « îlots » à l’intérieur desquels on effectue une numérotation systématique des bâtiments6.

  • 7 Je tire les exemples de la « Visita delle Case della Città di Parma, fatta per l’ordine dell’Altezz (...)
  • 8 F. Rosso, « La numerazione delle case e la denominazione delle contrade nella Torino napoleonica (1 (...)
  • 9 Archivio storico del Comune di Parma [désormais abrégé ASCPr], Congregazione degli edili, bb. 780 ( (...)
  • 10 F. Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 66.

4Mais ces descriptions et identifications de l’espace urbain (ainsi que la plupart des documents écrits produits par les bureaux administratifs d’État) ne sont pas faites pour circuler, elles restent « au secret » dans les tiroirs et les archives de la bureaucratie, apanage exclusif de cercles restreints de spécialistes préposés aux travaux. Le citadin ne les voit pas parce qu’elles ne figurent pas dans la réalité physique de son environnement. C’est pourquoi la voie ou le faubourg est celui « qui va au Carmel » ; « du côté de la Boucherie », « de derrière dans la direction de Santa Polonia » ; « en face du Portique de l’Hôpital », etc.7 Même dans la documentation de la Confrérie des bâtisseurs parmesane nous trouvons très souvent les rues enregistrées avec la formule « dite de... ». Formule qui nous révèle un système toponymique concret (ce sont les choses qui identifient la voie – laquelle est « seulement un intermédiaire passif et muet entre des choses qui parlent » – et non le contraire8), et en même temps qui dépend du caractère fugitif et aléatoire de la façon de reconnaître, de désigner, et de communiquer oralement. Ainsi, indiquer exactement l’adresse ou la localisation d’un bâtiment oblige l’intéressé à de laborieuses tournures de phrases. La maison peut se situer « au début du faubourg Bosazza du côté qui est vers le jardin de la Madonna delle Grazie à la tête du pont ». Ou même, « au v[oisina]ge de Santa Maria Taschiere sur la rue principale menant à la Porta Santa Croce ». Ou encore, « au v[oisina]ge de San Michele au bourg dit des Stalatici et attenante à l’annexe des S[igno]ri Canevari ». Ou, enfin, « dans la paroisse de Sant’Andrea... tout près tout près de la Piazzetta del Collegio de’ Nobili, tout à fait au début, et à main gauche de la voie courte, qui de ladite Piazzuola débouche au Borgo dit de’ Genovesi »9. Et le quartier – dans ce cas nous sommes à Turin – peut être celui « qui de la Porta Susina traverse la Piazza Paesana, va se confondre avec la ruelle qui rejoint la Porta Palazzo et la Place aux Herbes »10.

5En somme, pour celui qui vit dans une ville de moyenne ou petite taille une onomastique de ce type, concrète et empirique, qui est issue des choses et se nourrit d’une sensibilité éprouvée à percevoir les nombreux signes – la plupart non alphabétiques – du milieu, ne pose pas de gros problèmes. Il est vrai, par contre, que dans la ville grande, labyrinthique, en partie inconnue de ses propres habitants, celle où c’est un jeu d’enfant – pour celui qui veut – de se cacher sans laisser de traces, il peut être difficile pour l’étranger de trouver le quartier, l’îlot, la rue de quelque façon qu’on le nomme et, au dedans, les maisons individuelles, les portes d’entrée des maisons ou des boutiques.

  • 11 ASPr, Archivio Du Tillot, b. 66, fasc. P 49. Pour des inconvénients similaires dans le Paris révolu (...)

6Considérons le fonctionnement des postes. À Parme, en 1771, on a de nombreuses protestations adressées à l’intendant général pour dénoncer les lettres envoyées, attendues et jamais arrivées à destination11. Pour les autorités, qui le reconnaissent sans difficulté, le dysfonctionnement est attribué à la négligence de ceux qui n’écrivent pas clairement sur la missive l’adresse du destinataire :

  • 12 Ibidem, Avviso al pubblico, octobre 1770. Il est intéressant de noter que, cent ans plus tard, en I (...)

« Des quantités notables de lettres dans les bureaux des Postes restant non distribuées par manque d’adresse, ou de domicile ; et causant du tort aux nombreuses personnes à qui elles sont adressées, et à autant d’autres qui attendent une réponse en vain : ainsi donc le public reste informé de la nécessité d’expliciter clair et net sur la partie de la lettre réservée à l’adresse la demeure, ou domicile ; réparant en plus de cela les accusations et le dommage qui mettent à l’épreuve la diligence des chefs de service et des fonctionnaires sous leurs ordres »12.

  • 13 ASPr, Archivio Du Tillot, b. 22, fasc. C 201.

7En fait, si, comme on l’imagine facilement, adresser une lettre à un personnage important directement à son domicile ne pose pas de problème, pour les mortels ordinaires – par contre – il est indispensable d’avoir la précaution de fournir les références suffisantes, tel monsieur Collomb qui, le 12 mars 1765, écrit de Turin à monsieur Vignon résidant « chez M. Raymond Tournier traiteur françois vis à vis de l’Estacade. À Parme »13 (ainsi est formulée l’adresse sur l’« espace » extérieur de la lettre). Mais en général la définition approximative de la topographie urbaine n’aide pas celui qui accepte de respecter le conseil des autorités postales du Duché. Surtout, il manque le raccord nécessaire entre l’usage d’un moyen comme l’écriture (lettre, adresse) et un système onomastique ou « définitoire » qui se fonde sur l’oralité des relations directes d’homme à homme et sur l’expérience empirique de la ville.

  • 14 Je reprends le titre de l’essai de A. Koyré, tr. it., Torino, Einaudi, 1967.
  • 15 L. Febvre, Il problema storico dell’incredulità nel secolo XVI. La religione di Rabelais, tr. it., (...)

8Enfin, pendant encore une grande partie du XVIIIe siècle, la forte intégration de tout citadin dans « son » territoire continue à rendre inutile l’usage d’un « medium écrit » – visible et utilisable comme tel – enseignes, panneaux routiers et numérotation municipale, bornes miliaires, poteaux indicateurs, pierres limites, etc. C’est dans la période de transition entre le XVIIIe et le XIXe siècle que se réalise peu à peu ce processus, que l’on peut considérer comme une partie du passage plus général d’un « monde de l’à peu près à l’univers de la précision »14. Si dans les hautes sphères, ce passage peut se prévaloir d’origines plus lointaines remontant au XVIe siècle15, en tant que patrimoine du cadre de vie des gens simples, il ne se réalise complètement qu’entre la deuxième moitié du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle.

  • 16 Cortemaggiore, par exemple en 1826 (M. Boscarelli, Dall’« ancien régime » a Maria Luigia in un cent (...)
  • 17 G. Simoncini, « La viabilità nelle città italiane del periodo napoleonico. Le fonti delle Archives (...)

9En Italie les plaques de rues et les numéros d’habitations apparaissent vers la fin du XVIIIe siècle : à Milan (1785), Crémone (1785), Florence (1785), Livourne, Naples (1792), Turin (1799), Bologne (1801) avant les autres villes. Mais c’est à l’époque napoléonienne que l’usage se généralise, au point que même les petits centres urbains s’y conforment16. À cet égard, l’administration française joue un rôle décisif par l’importance qu’elle accorde aux problèmes de la viabilité, vus aussi sous leur aspect fonctionnel17, à ceux de la fiscalité et surtout du casernement des troupes.

10Je suivrai de près un cas particulier pour essayer de saisir les valeurs plus générales – idéologiques et culturelles – d’une telle opération et pas seulement les aspects techniques.

  • 18 Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 69 et 79 et Roche, Il popolo di Parigi Cultura popol (...)
  • 19 Roche, Il popolo di Parigi, op. cit., p. 313.
  • 20 ASPr, Papiers Moreau de Saint-Méry, b. 14-15, fasc. IV (Edili e Uf cio della riparazione), Numeriz (...)
  • 21 ASPr, Raccolta manoscritti, b. 80.

11Pour Parme et Piacenza ce changement remonte à 1803, sous l’administration française des ex-duchés bourboniens confiée à Moreau de Saint-Méry et, ce qui est assez surprenant, anticipe la décision parisienne de 1805, imposée par le préfet Frochot18 : celle précisément qui adopte comme critère de ne pas numéroter toutes les portes – y compris celles des boutiques – mais seulement la porte principale de chaque maison. Cette opération introduit un nouvel élément de lisibilité de l’espace urbain. Une nouvelle façon de le percevoir s’impose qui se substitue « à la sensation kinesthésique et à la perception familière »19. On peut s’en rendre compte à la lecture des instructions détaillées, signées du gouverneur de Piacenza Donnino L. Bertolini, qui précisent l’exécution des travaux20. Le rapport avec la ville sera déterminé par un ordre mental qui correspond à l’ordre géométrique selon lequel s’organise physiquement le milieu urbain : un centre/périphérie, une droite/gauche (numérotation impaire/paire en partant du centre), un début/fin et une orientation du réseau urbain qui est celui de la numérotation. Mais, comme on l’imagine facilement, le renouvellement des différentes « sensibilités » est lent. C’est ainsi que plusieurs années, et même décennies, plus tard, on trouve des témoignages de la persistance de l’ancienne façon de s’orienter sur le territoire de la ville. En 1821, par exemple, le texte de l’inscription funéraire du défunt Don Giuseppe Capitani doit être remis pour être réalisé « dans la boutique du forgeron, qui se trouve en face de l’église des Cinq Plaies, appelé Giu[sepp]e Pallavini » (où « appelé » est l’équivalent de « dite de » utilisé pour les rues : c’est la socialité orale dominante qui désigne les choses et les gens, qui en soi sont dépourvus de qualité distinctive). Et en 1840 Pietro Albertini « négociant de soieries, cotonades, lainages, dentelles et autres articles de mode », délivre des récépissés de paiement portant l’en-tête « A Parme, Quartier San Michele, en face de la Poste aux lettres »21.

  • 22 ASPr, Papiers Moreau, op. cit., Osservazioni al governatore di Piacenza di L. Tomba, ingegnere dell (...)

12L’objectif minimum à atteindre est d’éviter les inconvénients rencontrés dans les autres villes, « dus soit aux nombreuses répétitions des mêmes numéros ; soit à la nécessité de plusieurs combinaisons pour pouvoir trouver une maison donnée ; soit encore à la difficulté de retrouver aisément un numéro dans l’extension générale d’une seule progression »22.

  • 23 Je reprends au gouverneur Bertolini cité les notes et citations qui suivent concernant les instruct (...)

13La Piazza Grande des chevaux, ainsi, se voit confirmée dans son rôle de centre, qui n’est plus seulement symbolique, de la ville23. Chaque rue aura une numérotation progressive des bâtiments (impairs à droite, pairs à gauche), qui justement commencera au point nodal de la Piazza Grande. Une telle orientation de la numérotation vaut pour toutes les voies, même celles qui ne débouchent pas directement sur la place. Sur les deux angles en vis-à-vis à chaque extrémité des rues seront apposées les plaques nominatives (ou « capostrada »). Celles du début de la voie auront une main sculptée avec l’index tendu indiquant le sens de la progression.

14Le milieu urbain apparaît organisé selon un ordre géométrique qui nous révèle l’existence d’une interprétation et d’une définition hiérarchique de la ville. Il est vrai qu’une telle hiérarchie des espaces et des éléments du paysage urbain, liée à la distribution de fonctions et activités différenciées, est certainement présente dans la conscience des gens de l’époque et déjà lisible dans la forme matérielle de la ville. Un siècle auparavant (1708), par exemple, Giovanni Battista Spinelli, dans un texte intitulé Économie des fabriques, avait proposé d’asseoir les critères d’appréciation des immeubles de Bologne sur une hiérarchie claire de leur valeur de position. Soixante ans plus tard (1768) Giuseppe Cocconcelli, alors jeune ingénieur de la Confrérie des bâtisseurs nouvellement créée, en essayant de calculer la « valeur » de toutes les maisons de Parme avait, en prenant la Piazza Grande comme centre, commencé par tracer

  • 24 Spinelli est cité par A. Monti, Alle origini della borghesia urbana. La proprietà immobiliare a Bol (...)

« un certain nombre de cercles concentriques à des distances données jusqu’aux remparts, pour distinguer les zones les plus prisées de celles qui le sont moins, et ainsi de proche en proche ; en prenant soin seulement de porter dans la première classe du centre la plus prisée les maisons de la seconde classe donnant sur les grandes rues, et de même celles de la troisième dans la seconde, en poursuivant de la même façon jusqu’à la dernière »24.

15Mais désormais, par le biais de programmes semblables de définition écrite du territoire urbain, une telle hiérarchie des divers secteurs de la ville reçoit une sorte de sanction officielle, explicite et bien visible. Il y a la Piazza Grande, « centre » de la ville. Et il y a quatre autres vraies places (de la Cathédrale, de la Citadelle, la place dite du Bourg et celle de Saint Antoine), à l’intersection desquelles il peut arriver que la continuité numérique et nominative des rues soit interrompue. Au-delà de ces places la voie reprend avec des noms et des numéros nouveaux. Il en va de même quand il y a croisement avec les trois grandes rues de la ville. Par contre, la règle ne s’applique pas aux petites places latérales, aux évasements ou aux rues secondaires.

  • 25 D. Roche, Il popolo di Parigi, op. cit., p. 235.
  • 26 Amsterdam, 1782, t. II, p. 193 (cité par Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 73).

16Mais ce n’est pas tout. Pour les plaques de rues et pour les numéros on emploiera trois matériaux de nature différente. Du plus au moins noble : marbre de Carrare, pierre de Cassano, briques « c’est-à-dire plaques de terre cuite », selon une échelle d’importance préétablie de lieux et de bâtiments. Peut-être pour remédier de cette façon aux résistances qu’avait rencontrées dans le Paris de l’Ancien régime (vers 1780) l’introduction de la numérotation des maisons, qui nivelait les différences sociales (et qui permettait une surveillance sociale plus étroite et une fiscalité menaçante)25. Louis-Sébastien Mercier l’avait compris tout de suite : « En effet – avait-il écrit en 1782 dans son Tableau de Paris – comment soumettre l’hôtel de M. le conseiller, de M. le fermier-général, de monseigneur l’évêque, à un vil numéro, et à quoi serviroit son marbre orgueilleux ? (...) une noble porte cochère se trouveroit inscrite après une boutique roturière. Cela imprimeroit un air d’égalité qu’il faut bien se garder d’établir »26.

17De même, à Piacenza, sur un support de marbre :

« on effectuera la numérotation de tout le pourtour de la Piazza Grande, des Immeubles en totalité Domaniaux et publics, des Églises, des Couvents, des Conservatoires, et des autres Lieux de domaine public, des Palais et des autres Bâtiments si le Propriétaire y consent. Et également les dénominations des Rues, qui divergent de la Piazza, des Grandes Rues, et de quelques autres principales. En pierre de Cassano les dénominations de toutes les autres Rues, Cantons, et Ruelles, et les numéros des Maisons Civiles, et des Boutiques des Marchands, et Commerçants. En briques le numéro des Maisons petites et pauvres, et pour les boutiques des Artisans en dehors des Grandes Rues, ou des rues principales spécialement ».

  • 27 Dans le cas des duchés parmesans, de même qu’ailleurs pendant le deuxième Settecento, l’intention ( (...)

18Entre la fin du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle, la ville, qui est un milieu toujours plus écrit ou inscrit (on pense aux enseignes et à leur transformation progressive dans ce sens), devient le lieu où l’on voit le plus à l’œuvre l’effort accompli par les Institutions pour « connaître » afin d’identifier et de contrôler d’une nouvelle manière le corps social, puisque là, dans la ville, cela se traduit en signes bien visibles. À la différence des cartes cadastrales et topographiques, des fiches et questionnaires utilisés dans les recensements et les enquêtes, des registres statistiques et autres, matériel entassé et confiné en totalité dans les archives des bureaux qui l’ont produit, ce sont surtout la « nomenclature » et la « numérisation » attribuées à chaque rue, à chaque maison, et à chaque boutique de la ville, qui apparaissent physiquement aux yeux de tous. Ces derniers signes se cumulent avec d’autres interventions apparemment neutres sur la ville et sur son territoire. Certaines de ces interventions déjà typiques du XVIIIe (la mesure de l’espace d’État extra-urbain), d’autres qui s’intensifient en particulier à l’époque napoléonienne (pavage et éclairage des rues, réglementation des enseignes et des boutiques par rapport au domaine public, recherche des alignements de constructions) ; d’autres encore du XIXe (l’indication du circuit de l’octroi à l’abri des murs avec des symboles clairs et visibles portant les mots « Octroi municipal »)27. Tous ensemble ils ne configurent pas simplement l’affirmation progressive d’une vision urbanistique et architecturale de l’organisation de la cité, mais aussi ils reflètent la volonté d’y introduire une rationalité qui n’est pas seulement esthétique mais qui doit aussi être sociale. De cette façon ils contribuent à réaliser le projet plus général de « discipliner » la société, et particulièrement les couches basses qui se pressent dans les villes de façon croissante avec leur poids de misère, de faim, de maladies, de transgressions, qui ont pour conséquence entre les XVIIIe et XIXe siècles de faire se multiplier les structures de contrôle telles que prisons, hôpitaux, hospices, asiles pour mendiants.

  • 28 M. Foucault, Sorvegliare e punire. Nascita della prigione, tr. it., Torino, Einaudi, 1976, p. 155.
  • 29 M. Sernini, « Disoccupati e/o sospetti : nota sul libretto di lavoro del Regno di Sardegna nel 1829 (...)

19Contremarquer par l’intermédiaire de noms et de numéros (et, en général, de références reconnaissables et explicites) tous les lieux, ou le plus de lieux possible, de la ville est une opération complémentaire et analogue au classement de la mémoire existentielle socialement significative de chacun représenté par l’état-civil. Ce n’est pas par hasard que ce système fut mis au point à la même époque dans les territoires soumis à l’influence française, avec l’adoption du Code Napoléon qui en prévoit la mise en place (1806). Comme pour tout citadin, il en va de même de chaque partie de la ville, la plus à l’écart, la plus cachée, la moins fréquentée, est enfin rendue identifiable grâce au réseau serré de coordonnées qui à présent la recouvre en entier. Quadrillage, disent les Français, c’est-à-dire pour nous « quadrettatura », subdivision d’échiquier, localisation élémentaire : « A chaque individu sa place ; et à chaque place son individu »28. L’élément spatial constitue désormais la condition physique indispensable à la mise en œuvre des mécanismes de contrôle de la population, laborieuse ou dangereuse peu importe29. Donc il faut rendre cet élément clairement intelligible. Et par conséquent ces mécanismes doivent s’inspirer de ce que Michel Foucault a appelé « l’art des répartitions » :

  • 30 Foucault, Sorvegliare e punire, op. cit., p. 155-56.

« Éviter les distributions par groupes ; décomposer les implantations collectives ; analyser les pluralités confuses, massives ou fuyantes. L’espace disciplinaire tend à se diviser en autant de parcelles qu’il y a de corps ou d’éléments à répartir. Il faut annuler les effets des répartitions indécises, la disparition incontrôlée des individus, leur circulation diffuse, leur coagulation inutilisable et dangereuse ; tactique d’antidésertion, d’antivagabondage, d’antiagglomération. Il s’agit d’établir les présences et les absences, de savoir où et comment retrouver les individus, d’instaurer les communications utiles, d’interrompre les autres, de pouvoir à chaque instant surveiller la conduite de chacun, l’apprécier, la sanctionner, mesurer les qualités ou les mérites. Procédure donc, pour connaître, pour maîtriser et pour utiliser. La discipline organise un espace analytique »30.

  • 31 Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 69 et M. Perrot, Modi di abitare, in La vita privata (...)
  • 32 Pour les exemples de Rome et de Naples cf. Fiocca, Struttura urbana e controllo sociale, op. cit., (...)
  • 33 Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard-Julliard, 1979, p. 241-42 ; Ben (...)
  • 34 ASCPr, Ufcio dell’ingegnere e dell’architetto, b. 2533, Osservazioni fatte sopra l’esperimento del (...)

20L’écriture, entendue au sens d’inscription sous différentes formes du territoire contribue à amorcer ces mécanismes avec une pleine efficacité. Même lorsqu’il ne s’agit pas d’interventions au sens propre sur lui, le lien avec le lieu de résidence, l’obligation d’un domicile (ce n’est pas pour rien que les maisons, et non plus les îlots, ni même les propriétés, deviennent les cellules de cet espace rationnellement organisé, et la maison deviendra toujours plus « un élément de stabilité ... morale et politique... »31), le contrôle des déplacements entre divers lieux, etc., renforcent la volonté et la nécessité de l’institution d’État de se relier au territoire comme à l’élément de base à rationaliser et à homogénéiser de telle sorte qu’il devienne facilement reconnaissable et contrôlable, et qu’il soit soustrait au désordre ou à l’appropriation spontanée et imprévisible de la part des gens, en fonction d’intentions qui peuvent se révéler illicites ou incompatibles (pas nécessairement criminelles), surtout parce qu’elles sont insaisissables, avec des intentions « nobles ». La ville d’Ancien régime possède un « double » d’elle-même par son officialité institutionnelle, fait de parcours, de lieux, d’usages plus ou moins clandestins32 et complices – en l’occurrence – des irrégularités et transgressions sur lesquelles se fonde avec un équilibre précaire le style de vie des classes populaires. Car, ce n’est pas le fruit du hasard si dans le Paris du XVIIIe siècle les tentatives de donner des numéros aux maisons, des noms aux rues et de les éclairer ont rencontré une opposition déterminée33. L’opposition populaire saisit parfaitement les implications et les conséquences « disciplinantes » de telles opérations de « police » urbaine tendant à instaurer un ordre différent. L’éclairage public des villes par des lanternes à pétrole (l’« huile de roche »), un événement qui en général se situe à cheval sur les XVIIIe et XIXe siècles, finit par réaliser, sans parler par métaphore, ce processus d’« éclaircissement » du milieu urbain. À Parme, en 1806, on inaugure le nouveau service après que Giuseppe Cocconcelli, ingénieur en chef de la municipalité, ait donné son satisfecit à l’expérience menée dans la rue Santa Lucia. Dans son compte rendu, en effet, on lit que les cinq lampes groupées au milieu de la rue par un fil et distantes de quinze perches l’une de l’autre, « éclairaient à suffisance et bien ladite Rue au point que l’on distinguait aisément les personnes »34. L’autorité peut enfin pousser un soupir de soulagement. Désormais il ne sera plus nécessaire de répéter à coups de proclamations verbales et d’annonces l’obligation pour chacun de circuler nuitamment dans la ville avec sa lampe allumée,

  • 35 ASCPr, Gridario, b. 2145, Editto, Parma, 15 luglio 1739.

« en témoignage de la bonne foi, qui doit accompagner tout un chacun dans ses déplacements, étant averti que l’usage de la mèche [le lumignon] ne suffira pas, du fait que cette dernière ne permet pas d’atteindre le but si important... de découvrir et de faire savoir qui en est le porteur »35.

  • 36 Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 84.
  • 37 Ibidem, p. 84-85.

21Dans les duchés restaurés de Parme et de Piacenza, où de nombreuses nouveautés introduites à l’époque napoléonienne sont maintenues (codes et état civil, par exemple), le système de toponymie et de numérotation municipale reste également en vigueur étant donné sa fonctionnalité confirmée. Mais même dans un État comme le Piémont, ce système réussit à survivre intact à l’opposition aveugle contre tout ce qui avait été fait à l’époque française, en subissant seulement la révision des noms « qui n’existaient pas, ou qui n’auraient pas pu exister avant la Révolution. Ce qui veut dire, à la fois les toponymes appliqués par les institutions françaises et ceux qui en sont issus »36. Justement le cas du Piémont montre que la Restauration finira par assimiler – ironie de l’histoire – tout bonnement la conception rhétorique et pédagogique de la toponymie révolutionnaire, en l’adaptant bien sûr à ses exigences propres : soumission au trône et à l’autel, célébration des hommes qui ont illustré la patrie et des événements mémorables pour le destin de la nation37.

Notes

1 Je suis déjà intervenu sur ces thèmes in D. Marchesini, Il bisogno di scrivere. Usi della scrittura nell’Italia moderna, Roma-Bari, Laterza, 1992.

2 M. Vaussard, La vita quotidiana in Italia nel Settecento, tr. it., Milano, RCS Libri, 1990, p. 29. Pour une vue d’ensemble sur l’Europe, A. Maczak, Viaggi e viaggiatori nell’Europa moderna, tr. it., Roma-Bari, Laterza, 1994.

3 W. Benjamin, Parigi, capitale del XIX secolo. I « passages » di Parigi, tr. it., Torino, Einaudi, 1986, p. 668. Benjamin note que les habitants du faubourg St-Antoine se réfèrent au nom qui est celui de la maison et non au numéro urbain froid et ofciel (p. 672).

4 Cité par C. Petraccone, Napoli dal ‘500 all’ ‘800. Problemi di storia demograca e sociale, Napoli, Guida, 1974, p. 249. Sur le quartier comme cadre de vie normal des gens dans les villes d’ancien régime, cf. G. Fiocca, Struttura urbana e controllo sociale a Roma nel ‘700 e nel primo ‘800 : mobilità sociale, paesaggio urbano ed enti di sorveglianza pontici, in Città e controllo sociale in Italia tra XVIII e XIX secolo sous la dir. d’E. Sori, Milano, Angeli, 1982, p. 387 ; J. P. Kintz, La notion de quartier à Strasbourg vers 1600, in Habiter la ville XVe-XXe siècles, sous la dir. de M. Garden et Y. Lequin, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1984, p. 97. Même quand les familles déménagent – ce qui arrive très souvent – la plupart d’entre elles restent dans la même paroisse, observe C. Casadio, I lavoranti lanari tra suppliche e proteste, in Subalterni in tempo di modernizzazione. Nove studi sulla società romana nell’Ottocento, sous la dir. d’A. Caracciolo, Milano, Angeli, 1985, p. 161-88. Sur le thème de la destruction de la vie urbaine en Italie avant l’unication dans « sous-cultures communautaires », cf. J. D. Davis, Legge e ordine. Autorità e conitti nell’Italia dell’’800, tr. it., Milano, Angeli, 1989, p. 123-24. Mais on voit aussi, par contre, le dynamisme infatigable du vitrier Jacques-Louis Ménétra, sa profonde familiarité avec la topographie de Paris au XVIIIe siècle qu’il a parcouru à pied et qu’il connaît en long et en large (Journal de ma vie, sous la dir. de D. Roche, Paris, Montalba, 1982, p. 355-66). En général, cf. F. Bédarida, La vie de quartier en Angleterre : enquêtes empiriques et approches théoriques, in « Le mouvement social », 1982,n° 118, p. 9-21.

5 F. Miani Uluhogian, La città come « documento » urbano, in « Storia urbana », X, 1986,n° 34, p. 125-53. Pour son recensement voir sous ASPr, Sez. statistica, Censimenti, Descrizione di tutta la città di Parma seguita l’anno 1765.

6 G. Canali, V. Savi, Parma neoclassica, in Parma la città storica, sous la dir. de V. Banzola, Parma, Cassa di Risparmio di Parma, 1978, p. 214. Sur ces thèmes cf. aussi P. Genovesi, Utilità della storia. I tempi gli spazi gli uomini, Reggio Emilia, Diabasis, 2002, p. 53-90.

7 Je tire les exemples de la « Visita delle Case della Città di Parma, fatta per l’ordine dell’Altezza del Sig.r Principe di Lobkowitz » ecc., nel periodo 21 ottobre 1736 - 2 gennaio 1737 (ASPr, Raccolta storica, b. 5, fasc. 6).

8 F. Rosso, « La numerazione delle case e la denominazione delle contrade nella Torino napoleonica (1798-1814) », Studi piemontesi, XIV, 1985, n° 1, p. 67.

9 Archivio storico del Comune di Parma [désormais abrégé ASCPr], Congregazione degli edili, bb. 780 (1773) e 777 (1770), ff. 143 e 130 ; Raccolta manoscritti, b. 80.

10 F. Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 66.

11 ASPr, Archivio Du Tillot, b. 66, fasc. P 49. Pour des inconvénients similaires dans le Paris révolutionnaire (1793), cf. B. Baczko, L’Utopia. Immaginazione sociale e rappresentazioni utopiche nell’età dell’Illuminismo, tr. it., Torino, Einaudi, 1979, p. 401.

12 Ibidem, Avviso al pubblico, octobre 1770. Il est intéressant de noter que, cent ans plus tard, en Italie pour la seule année 1869, on aboutit à 464 758 lettres non remises à destinataire. La cause la plus fréquente est, toujours, l’adresse inexacte ou manquante (cf. La thèse de doctorat de E. Lo Iacono, Le poste italiane dall’unità alla fondazione del Ministero delle poste e telegra, Magistero, Parma, a.a. 1986-1987, p. 122-23).

13 ASPr, Archivio Du Tillot, b. 22, fasc. C 201.

14 Je reprends le titre de l’essai de A. Koyré, tr. it., Torino, Einaudi, 1967.

15 L. Febvre, Il problema storico dell’incredulità nel secolo XVI. La religione di Rabelais, tr. it., Torino, Einaudi, 1978, p. 364-402.

16 Cortemaggiore, par exemple en 1826 (M. Boscarelli, Dall’« ancien régime » a Maria Luigia in un centro minore degli stati parmensi, Milano, Giuffrè, 1980, p. 122-26).

17 G. Simoncini, « La viabilità nelle città italiane del periodo napoleonico. Le fonti delle Archives Nationales di Parigi », Storia urbana, VI, 1982,n° 19, p. 149.

18 Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 69 et 79 et Roche, Il popolo di Parigi Cultura popolare e civiltà materiale alla vigilia della Rivoluzione, tr. it., Bologna, Il Mulino, 1986, p. 235.

19 Roche, Il popolo di Parigi, op. cit., p. 313.

20 ASPr, Papiers Moreau de Saint-Méry, b. 14-15, fasc. IV (Edili e Uf cio della riparazione), Numerizzazione delle case di Piacenza. Je n’ai pas trouvé d’instructions semblables pour Parme. Il y a tout lieu de penser que les critères suivis dans la capitale étaient les mêmes, ne serait-ce que parce qu’à Piacenza les travaux étaient effectués conformément à des instructions en provenance de Parme à la date du 9 juillet 1803. Il faut dire que, concernant les matériaux employés, un Stato delle spese fatte per la numerizzazione delle case di questa città di Parma du 16 Pluviôse An XI (5 février 1803) parle de « tablettes » de bois (ASPr, ibid.). À Piacenza, comme on le verra, on utilisa le marbre, la pierre et les briques. Selon S. Fermi, Stradario piacentino, Piacenza, Del Maino, 1920, p. 2-3, l’opération commencée en 1803 n’aurait été achevée que vers 1838 et 1839.

21 ASPr, Raccolta manoscritti, b. 80.

22 ASPr, Papiers Moreau, op. cit., Osservazioni al governatore di Piacenza di L. Tomba, ingegnere della Congregazione di polizia di Piacenza, 30 juin 1803. La numérotation unique de tous les bâtiments avait été adoptée, par exemple, à Milan (cf. F. Reggiani, « Per una storia dell’evoluzione demograca milanese fra il XVIII e il XX secolo. Appunti sulle fonti », Storia in Lombardia, III, 1984, n° 3, p. 179) et à Turin (en 1800), où les chiffres arabes correspondant aux portes devaient se combiner aux chiffres romains attribués aux 148 îlots (F. Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 69-70).

23 Je reprends au gouverneur Bertolini cité les notes et citations qui suivent concernant les instructions sur Piacenza.

24 Spinelli est cité par A. Monti, Alle origini della borghesia urbana. La proprietà immobiliare a Bologna. 1797-1810, Bologna, Il Mulino, 1985, p. 75-76. Quant à G. Cocconcelli, c’est lui-même qui rappelle les modalités de l’estimation effectuée à l’époque du gouvernement Du Tillot (ASPr, Congregazione degli edili, b. 9, Perticato superciale della città di Parma) dans la relation aux Cittadini Anziani della comunità di Parma, 19 Nivôse An XII (10 janvier 1804), après avoir reçu « la commande... de devoir assigner à toutes les maisons de cette ville leur prix respectif... » (ASPr, Papiers Moreau, cit., fasc. II, Strade e polizia di esse).

25 D. Roche, Il popolo di Parigi, op. cit., p. 235.

26 Amsterdam, 1782, t. II, p. 193 (cité par Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 73).

27 Dans le cas des duchés parmesans, de même qu’ailleurs pendant le deuxième Settecento, l’intention (mise en œuvre au cours des années suivantes) de « marquer par des colonnettes de marbre la distance d’un mille à l’autre dans les rues principales de ces États royaux remonte à 1769 ». Celle « de plus grandes dimensions, et ornementée » (l’« ara amicitiae » ou « colonne de Petitot ») sur la Piazza Grande de la ville de Parme devra être le point de départ et d’arrivée de toute l’opération. Celle-ci, érigée en cette année 1769 à l’occasion de la visite de l’empereur Joseph II, « ce centre pour les autres que l’on va planter sur les voies publiques de la campagne rappellera l’idée d’un tel établissement » c’est-à-dire le principe inspirateur d’un projet qui a pour ambition de contrôler un territoire qu’il faut réorganiser selon un ordre rationnel et donc, précisément, mesurable (ASPr, Archivio Du Tillot, b. 21, fasc. C 128/44 et aussi ASCPr, Congregazione degli edili, b. 776, 1769). Pour des opérations semblables sur les voies royales et provinciales de Toscane dans la même période cf. P. Vichi, Le strade della Toscana granducale come elemento della organizzazione del territorio (1750-1850), parte II, in « Storia urbana », 8 (1984), n° 26, p. 23. Pour les provisions napoléoniennes cf. Simoncini, La viabilità nelle città italiane del periodo napoleonico, op. cit., p. 149-56. Pour ce qui concerne l’usage de signaler le parcours du circuit de l’octroi par l’exemple de Parme (où ce dernier se trouve encore à 220 mètres des murs) cf. L’art. 2 du nouveau Regolamento pel Dazio del Comune di Parma, 27 novembre 1847, in RGL, 1847, sem. II.

28 M. Foucault, Sorvegliare e punire. Nascita della prigione, tr. it., Torino, Einaudi, 1976, p. 155.

29 M. Sernini, « Disoccupati e/o sospetti : nota sul libretto di lavoro del Regno di Sardegna nel 1829 », Città e controllo sociale in Italia tra XVIII e XIX secolo, op. cit., p. 214-17. À Turin, par exemple, à peine la restauration commencée, on propose au souverain, parmi diverses mesures de police interne, d’obliger les cochers à afcher sur les portières de leurs voitures « le nom de leur Ville, et des Domaines de leur domicile principal », en plus de leur numéro attribué par la police. La Dissertazione sopra le leggi di Politica interna di Angelo Garassino, de 1814, dont la proposition fait partie, constitue une élaboration systématique des interventions à faire dans cette optique de connaissance et de contrôle méticuleux de la population même par rapport au territoire (cf. C. Felloni, Amministrazione cittadina e controllo dell’ordine pubblico a Torino tra Sette e Ottocento, in « Studi storici », a. 31, avril-juin 1990, p. 564-68). Sur le thème en général cf. P. Claval, Espace et pouvoir, Paris, PUF, 1978 et P. Alliès, L’invention du territoire, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980. Et aussi F. La Cecla, Perdersi. L’uomo senza ambiente, Roma-Bari, Laterza, 1988, p. 60-71.

30 Foucault, Sorvegliare e punire, op. cit., p. 155-56.

31 Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 69 et M. Perrot, Modi di abitare, in La vita privata. L’Ottocento, Roma-Bari, Laterza, 1988, p. 244-45.

32 Pour les exemples de Rome et de Naples cf. Fiocca, Struttura urbana e controllo sociale, op. cit., p. 388-89, et L. Di Mauro, Le mura inutili. L’aggressione dei napoletani alle mura nei secoli XVII e XVIII, La città e le mura, sous la dir. de C. De Seta et J. Le Goff, Roma-Bari, Laterza, 1989, p. 245-64.

33 Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard-Julliard, 1979, p. 241-42 ; Benjamin, Parigi, capitale, op. cit., p. 667, 672.

34 ASCPr, Ufcio dell’ingegnere e dell’architetto, b. 2533, Osservazioni fatte sopra l’esperimento dell’illuminazione eseguita nella strada S.a Lucia da Gaetano Boni.

35 ASCPr, Gridario, b. 2145, Editto, Parma, 15 luglio 1739.

36 Rosso, La numerazione delle case, op. cit., p. 84.

37 Ibidem, p. 84-85.

Auteur

Université de Parme

Jacques Tourrel (Traducteur)

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540