Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration napoléonienne en Europe

 | 
Christine Peyrard
, 
Francis Pomponi
, 
Michel Vovelle

Avant-propos

Christine Peyrard

Texte intégral

  • 1 Colloque international des 19 et 20 mars 2004 à la Maison Méditerranéennes des Sciences de l’Homme (...)

1Issu du colloque international, tenu à Aix-en-Provence1, ce livre s’attache à l’étude, sinon de la civilisation napoléonienne en actes ou encore d’une politique de civilisation, du moins de l’administration napoléonienne en Europe.

2La focale choisie pour étudier l’administration française, dès l’époque du Consulat, a été celle d’un homme des Lumières et d’un fonctionnaire français, Moreau de Saint-Méry, administrateur à Parme. Cette étude de cas a permis, ensuite, un élargissement à la péninsule italienne, champ d’observation privilégié de la politique napoléonienne, et, enfin, à l’Europe des peuples à partir de quelques exemples précis.

  • 2 Historique. États de Parme, 1749-1808 di Moreau de Saint-Méry, a cura di Carla Corradi Martini, Re (...)

3Moreau de Saint-Méry constitue un personnage exemplaire à plusieurs titres. Cet homme des Lumières a non seulement beaucoup écrit, mais a surtout cultivé une passion encyclopédique de connaissances des territoires dans lesquels il a vécu, que ce soit aux Antilles ou en Italie, ce dont témoignent à la fois le riche fonds qui porte son nom, actuellement conservé au Centre des Archives d’Outre-mer à Aix-en-Provence, et celui qui se trouve à l’Archivio di Stato et à la Biblioteca Palatina di Parma dont une partie a été publiée sous la direction de Carla Corradi Martini2. Comme acteur de l’Histoire, il a été un de ces nombreux agents de transmission des idées dominantes qui, dans le cadre de la monarchie absolue ou du système consulaire, ont voulu réformer l’État et remodeler la société. Quant à ses engagements politiques et sociaux pendant la Révolution française, ils sont bien connus et ont fait de lui un des meilleurs porte-parole du club Massiac et du lobby colonial.

  • 3 Carlo Capra, « Le fonctionnaire », L’homme des Lumières, dir. Michel Vovelle, Paris, 1996, p. 347- (...)
  • 4 Voir Dominique Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, 2005.

4Ce « fonctionnaire » − dont Carlo Capra a dressé la généalogie au siècle des Lumières à partir de la naissance du mot dans le milieu des Physiocrates et chez Turgot en particulier3 − a assouvi sa volonté de savoir ou sa quête de sources, d’abord à Saint-Domingue sous l’Ancien régime, puis à Parme sous le Consulat. Contemporain d’un François de Neufchâteau, dont il a plusieurs fois croisé la route, dans les cercles du pouvoir comme dans les sociétés savantes, notamment, la Société d’Agriculture de Paris4, il fait partie de cette génération qui a valorisé l’enquête statistique comme instrument de savoir et de pouvoir.

  • 5 Jean-Claude Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), Paris, 1977.
  • 6 Op. cit., p. 61.

5Naguère, Jean-Claude Perrot a souligné combien « à la veille de 1789, la topographie statistique s’avère l’un des genres les plus brillants de la littérature économique »5 et a ouvert de nombreuses pistes d’études. En effet, dans ce parcours générationnel qui de la topographie, au sens strict (ou géographie physique régionale), est passé à l’étude de la population (sinon de la démographie) et des activités économiques (agriculture, industrie, commerce), jusqu’à un questionnement sur « une topographie des faits culturels et sociaux »6, Moreau s’inscrit pleinement. En témoignent son seulement tous ses engagements personnels dans les cercles savants de son temps, mais surtout son œuvre sur les Lois et constitutions de l’Amérique sous le vent, la Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de Saint-Domingue (après celle de la partie espagnole), comme son Voyage de Paris à Parme, l’Historique des États de Parme et la Description topographique et statistique des États de Parme, Plaisance et Guastalla.

6Carla Corradi Martini nous introduit dans cette œuvre prolixe du résident de la République française, puis ministre de la France et, enfin, administrateur général des trois États qui, pendant cinq ans, collationne les documents et les réponses au questionnaire qu’il soumet à ses administrés − de même type, d’ailleurs, que les enquêtes préfectorales transmises dans tous les départements en France − et prépare, de facto, l’intégration des habitants parmesans dans le cadre du département du Taro. Car au-delà de la question majeure de l’utilisation de la statistique comme « outil diplomatique et militaire » dans un pays occupé par les Français, la destitution de l’administrateur des États de Parme, Plaisance et Guastalla par Napoléon pose celle, non moins importante, de la place des intellectuels sous un régime qui, évoluant à grands pas vers l’Empire, préconise une administration plus adaptable ou plus apte à servir les intérêts immédiats du Prince.

  • 7 Voir, notamment, Moreau de Saint-Méry ou les ambiguïtés d’un créole des Lumières, Société des Amis (...)

7Ainsi, la carrière administrative de Moreau se termine par un échec. Pourtant, il avait donné des gages de bonne foi au service d’un despote éclairé. Sous l’Ancien régime, comme membre du Conseil Supérieur de Saint-Domingue et avec le soutien du ministère de la Marine, il avait beaucoup travaillé afin de publier son œuvre documentaire majeure, relative à la législation et à la jurisprudence de la « perle des Antilles », sans imaginer que la rupture de 1789 entraînerait l’émancipation des esclaves et la création de la République d’Haïti7.

  • 8 Voir, notamment, G. Debien « Entre colons sur la question des gens de couleur libres », AHRF, 1967 (...)
  • 9 Gazette nationale ou Le Moniteur universel, 14 mai 1791. La réplique de Robespierre où le Constitu (...)

8Sous la Révolution française, comme député de la Martinique à l’Assemblée nationale constituante, Moreau, ci devant de Saint-Méry, était très bien introduit dans les milieux du pouvoir et avait brillamment soutenu les revendications des colons8 contre les orateurs démocrates, Grégoire et Robespierre en particulier9 − plus familiers sans doute de l’Histoire philosophique et politique des Deux Indes de Raynal et de Diderot que de l’œuvre documentaire du porte-parole du club Massiac. Refusant l’application de la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 dans les colonies françaises, celui-ci mobilise tous ses réseaux, y compris au club des Jacobins à l’époque des Barnave et Lameth, avant de passer au club des Feuillants après la fuite du roi, pour faire valoir qu’aucun homme de couleur n’a de droits politiques dans les colonies des autres grandes puissances européennes et, finalement, se désolidariser du décret de la Constituante accordant le droit de vote aux affranchis de la seconde génération.

9Après le 10 août 1792, l’abolition de la monarchie, l’instauration du suffrage universel masculin et l’élection de députés de couleur à la Convention nationale, Moreau quitte le Paris révolutionnaire. Sous la République démocratique quand la même Convention, dirigée par les Montagnards, vote une de ses lois de terreur, le 16 pluviôse an II, à savoir l’abolition de l’esclavage, il a déjà choisi l’émigration. À défaut de pouvoir s’installer dans les Antilles en pleine révolution, Moreau se fait libraire aux États-Unis et se consacre à la publication de ses travaux à Philadelphie.

10Rentré en France avant même qu’il ne soit plus question de reconnaître une égalité des Blancs avec les Noirs, à l’époque où un puissant lobby colonial se reconstitue sous la République directoriale, à la faveur d’élections favorables à la droite dans le Corps législatif, Moreau est nommé historiographe de la Marine en 1798, avant de rejoindre, l’année suivante, le Conseil d’État.

  • 10 Depuis la parution du livre d’Edgar Morin, Pour une politique de civilisation, en 2002, l’expressi (...)

11Au-delà de telles prises de position politique, et des aléas de toute vie publique (y compris la pension accordée à Moreau par l’impératrice Joséphine, sa parente, après sa révocation en janvier 1806), reste l’interrogation non seulement sur la géographie comme guide pratique de la colonisation, mais aussi sur l’histoire comme science sociale au service des colons. Car administrer c’est, certes, participer à la vie sociétale de son temps, mais aussi appliquer les réformes politiques d’un despotisme, plus ou moins éclairé, avec une très faible marge d’autonomie réelle. Et, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, cette démarche s’inscrit dans la question d’une politique de civilisation10.

  • 11 Raymond Bloch soulignait « l’invention double et parallèle, presque simultanée » du mot anglais ci (...)

12Depuis, en effet, que le marquis de Mirabeau a inventé le terme de « civilisation » dans la langue française, dans L’Ami des hommes, ou Traité de la population publié en 1757, et sa traduction dans toutes les langues européennes11, l’usage sociopolitique du substantif dépasse l’acception du verbe « civiliser » et de l’adjectif « civilisé », utilisé depuis deux siècles comme synonyme de « policé » par opposition à « barbare ». Ce n’est pas une nouvelle civilité − acception qui restera dominante en Italie − que propose Mirabeau, c’est une nouvelle vision du monde basée sur l’idée d’un processus historique et d’un progrès de l’homme et de la société.

  • 12 Voir la lecture stimulante proposée par Hans-Jürgen Lüsebrink, « Civilisation » dans Le monde des (...)
  • 13 L’ami des hommes, ou Traité de la population, p. 235.
  • 14 Op. cit., IIIe partie, chapitre V : Des prohibitions, p. 256.

13En effet, loin de pouvoir se réduire à un contexte d’évangélisation12, ce nouveau concept est forgé à partir de la critique de la politique commerciale de la France coloniale. C’est au nom de l’« humanité » bafouée et des « droits naturels » ignorés, que Mirabeau propose de « faire respecter le droit naturel dans l’univers »13 contre « l’esprit d’exclusif et d’intérêt » qui prévaut « dans les ports de toutes les nations de l’Europe ». Ainsi, l’ami du genre humain oppose « la barbarie et l’oppression » à « la civilisation et à la liberté ». Contre « le malheureux système d’exclusif » qui ne conduit les « nations policées » qu’à une politique belliciste, sinon à une économie interlope, il propose « un traité de fraternité » : « le projet, donc, de fraternité entre les peuples commerçants, loin d’être idéal et imaginaire, est le seul qui puisse remettre la cupidité à sa place »14, à savoir « un plan de liberté générale et universelle sur la mer et de communication libre et fraternelle entre tous les peuples » impliquant aussi l’ouverture des « chemins, villes et ports aux étrangers qui jouiraient des mêmes avantages que les régnicoles », car « tous les hommes sont frères ».

14Dans ce traité de la population, qui n’est pas un simple fatras de points de vue physiocratiques, l’auteur qui traite de l’intérêt de l’humanité ajoute des réflexions savoureuses et lumineuses comme par exemple :

  • 15 Op. cit., p. 373.

« en supposant que la postérité américaine pût un jour effacer notre lustre, est-ce cette splendeur de comparaison qui fait notre gloire et notre bonheur ? »15.

  • 16 Op. cit., p. 396.
  • 17 Op. cit., p. 331.

15Mirabeau condamne la traite négrière − dans les mêmes termes que développeront, trente ans plus tard, à Londres et à Paris les Sociétés des Amis des Noirs (« je n’entreprendrai pas de bannir l’usage des nègres… » mais « bientôt on préférera des ouvriers et même des cultivateurs gagnant salaire à des esclaves… »16) et, surtout, après avoir développé, notamment, « l’esprit de liberté et de patriotisme que les colons ont apporté d’Angleterre, accompagné de tous ses attributs »17, soutient l’idée que le peuplement des colonies leur assurera une puissance telle qu’elles aspireront à l’indépendance :

  • 18 Op. cit., p. 372.

« Le nouveau monde certainement secouera le joug de l’ancien ; il y a même apparence que cela commencera pas les colonies les plus fortes et les plus favorisées »18.

16Dès la naissance du mot, il y a bien une politique de civilisation préconisée par L’Ami des Hommes. S’adressant à l’Humanité, en ce milieu du XVIIIe siècle où la France et l’Angleterre dominent le monde, Mirabeau valorise les principes de liberté et de fraternité entre tous les peuples. Si la situation de la France nourrit de nombreuses analyses pour, par exemple, réfuter l’accusation « d’aspirer à la monarchie universelle » ou de vouloir reconstituer « l’empire d’Occident des Romains », si les autres nations ne sont pas oubliées, l’essayiste partage l’anglomanie de son temps pour poser les questions fondamentales :

  • 19 Op. cit., p. 328.

« L’Anglais, le plus éclairé des peuples d’Europe en sa conduite dans le nouveau monde, y est cependant comme chez lui, un composé de deux principes si opposés de leur nature, qu’il sera toujours impossible de les réunir en un point, et que leur alliage dévorera toute société, comme il détruira enfin cette nation, si l’un de ces deux principes ne l’emporte à la fin sur l’autre : je parle de l’amour de la liberté et celui des richesses. De ces deux principes, le premier est éclairé, quoique souvent fougueux, il a le bien pour objet, quoiqu’il sache rarement s’arrêter au cran du bien possible qui est le seul réel : il retrace sans cesse à l’homme les droits de l’égalité, de la justice, de l’humanité enfin. Le second au contraire, toujours aveugle, est une rage insatiable, soit qu’elle couve ou qu’elle laisse éclater ses fureurs ; rien ne lui coûte, rien ne l’effraie ; elle n’a d’objet que le succès, rem, quocum que modo rem. La cupidité n’a vu tomber les préjugés nobles et vertueux que pour mettre à leur place les plus viles passions. Rend-elle service ? Elle prête à usure. Donne-t-elle des secours ? Elle les fait acheter. Elle ne sait même se défendre, se venger, être cruelle enfin, qu’à profit. Dans ses mains le commerce n’est que fraude et violence, la politique qu’espionnage, subtilité, noirceur et trahison. Qu’on compare ces deux mobiles d’après ces portraits abrégés et faibles, et qu’on juge si les ressorts qu’ils doivent faire mouvoir, peuvent être d’espèce à s’amalgamer. »19

17Pour Mirabeau qui choisit clairement son camp, la civilisation, fondée sur les principes de liberté, d’égalité et de fraternité universelle, n’est pas une machine exportable, clés en main, comme le pensaient les Brissotins en 1791 ou les fonctionnaires de Napoléon en 1800, et d’autres encore plus tard, elle est, comme processus historique mondial, un lieu de contradictions.

18C’est à l’exploration de ces contradictions, entre le message messianique d’une libération des peuples européens des servitudes de la féodalité comme de l’Inquisition et la réalité des troupes d’occupation et de la dépendance politique vis-à-vis d’une Grande Nation, que les communications présentées dans cet ouvrage se consacrent. Au croisement d’influences complexes que ce soit celles de l’Illuminismo ou du Triennio, ou encore des nouveautés républicaines ou impériales, qui se traduisent en termes d’adhésion, d’adaptation ou de résistance, ce colloque a exploré diverses pistes d’études.

19La communication de Daniele Marchesini nous fait entrer dans cette culture matérielle, ou cette civilisation matérielle, dans les anciens duchés bourboniens à l’époque consulaire et impériale. Des aspects techniques de la nomenclature des rues et de la numérotation des habitations à des fins fiscales et militaires jusqu’aux valeurs idéologiques et culturelles qui les sous-tendent, c’est toute une organisation de la cité dans son quadrillage social et policier que l’administration napoléonienne valorise et expérimente dans le cadre parmesan, avant la décision prise pour Paris d’une semblable lisibilité de l’espace urbain, bien que cette rationalité du territoire urbain s’inscrive dans une œuvre de longue durée.

20C’est à ce moment de rupture, de transition ou de nouvelle donne, que Francis Pomponi apporte son attention, sans ignorer l’héritage du riformismo. La dialectique de la modernité, apportée par la France, et la résistance au changement des populations, construit une approche singulière des réalités politiques et sociales au niveau de l’administration communale. De l’ordre ancien à la rationalité nouvelle, les exemples concernant la bienfaisance publique, la police des marchés ou encore les travaux des Ponts et Chaussées montrent le fleurissement d’ethnotypes sur les nouveaux rustres en liaison avec la progression de l’ingérence de l’État.

21Michel Vovelle s’interroge sur l’existence d’un « système » napoléonien par la mise en contexte, notamment militaire, de toutes les stratégies politiques afin de comprendre leurs fluctuations de 1800 à 1806. De restaurations en innovations, d’assujettissements de monarchies en créations de républiques, d’annexions en départementalisations jusqu’à l’établissement de nouvelles monarchies, les remaniements dans la péninsule italienne rendent bien problématique toute politique de civilisation sinon par la création d’une nouvelle féodalité.

22À cet écart entre les discours de propagande et les réalités concrètes comme entre les périodes de paix et de guerre, le cas de la République italienne offre à Carlo Capra matière à de précieux développements en termes politiques, culturels et sociaux. De cet agrégat de peuples désunis − dont Mirabeau fils parlait à propos de la France en 1789 − à une unification italienne, par les principes de liberté et d’égalité ou bien par une dictature politique provisoire, l’efficacité d’une nouvelle administration dans les domaines de la justice ou des finances est révélatrice des contradictions à gérer dans l’héritage du triennio.

23Le cas des questions économiques dans le grand-duché de Toscane et royaume d’Étrurie permet à Fabio Bertini d’étudier l’attitude des hauts fonctionnaires qui, confrontés à une rationalisation de l’économie et des finances, comme surtout à la dette publique, aggravée par le paiement des troupes d’occupation, déploient tous leurs talents pour tenter de sauver l’État de la faillite dans un contexte géopolitique européen où la culture léopoldine est soumise aux motivations de politique internationale, sinon aux affairistes italiens et français.

24D’adhésions en adaptations, de mauvais gré en soutiens mitigés, la politique napoléonienne en Europe rencontre aussi des résistances affichées.

25Le regretté Jacques Logie − si heureux de séjourner le temps d’un colloque dans le pays de la sociabilité méridionale − souligne dans sa communication à propos du cas belge la résonance du verbe de Robespierre en 1791 : personne n’aime les missionnaires armés, comme l’importance de l’acculturation française dans les départements wallons, tout en analysant par grandes catégories sociales les conséquences de la politique belliciste de Napoléon.

26Si le cas de l’Espagne offre le contrepoint nécessaire à l’expérimentation italienne, Gérard Dufour nous invite à suivre, au-delà des célèbres estampes de Goya, le parcours des afrancesados qui ont soutenu la politique des Napoléon. L’étude de ces réfugiés espagnols en France après la défaite militaire est très révélatrice du comportement de ces élites, à la fois par leur enthousiasme à une politique de réformes et par leur adhésion à celles qui ne mettaient pas en cause l’ordre social et abandonnaient le peuple à son ignorance et à sa misère.

27Le cas français n’a été abordé qu’à partir de l’exemple d’une fameuse conspiration méridionale. Au-delà de l’engagement de généraux fermement républicains, malgré le changement de régime politique, c’est toute une configuration sociale interclassiste qui émerge dans l’opposition au régime napoléonien, rappelant certes la composition des sociétés populaires pendant la Révolution française mais, aussi, l’opposition populaire aux dragons du roi dans les Cévennes protestantes.

28Enfin, Anna Maria Rao offre une synthèse de l’historiographie sur les formes de la résistance anti-napoléonienne en Italie. Dépassant les idées reçues, mais toujours reprises par des historiens davantage soucieux de bibliométrie comme on dit aujourd’hui en France que de travaux rigoureux, elle présente toutes les formes d’opposition sans les réduire à une seule explication, s’interroge, ce faisant, sur les différents aspects de la collaboration et conduit une réflexion sur les types de violence.

29Par de telles recherches, le champ problématique de l’administration napoléonienne s’élargit et se ramifie avec la complexité qui témoigne des enjeux d’une politique volontariste et personnelle, héritière de la Révolution française dans la mesure où elle propage en Europe nombre de ses idées, voire de ses symboles, mais en reniant la plupart de ses grands principes, ceux, notamment de liberté, d’égalité et de fraternité.

Installation d’une statue de la République (vers 1793), Nicolas Antoine Taunay, inv. MRF 2004-5. Détail. © Musée de la Révolution française, Vizille

Notes

1 Colloque international des 19 et 20 mars 2004 à la Maison Méditerranéennes des Sciences de l’Homme : « Moreau de Saint-Méry à Parme. Regards sur l’administration napoléonienne ».

2 Historique. États de Parme, 1749-1808 di Moreau de Saint-Méry, a cura di Carla Corradi Martini, Reggio Emilia, 2003.

3 Carlo Capra, « Le fonctionnaire », L’homme des Lumières, dir. Michel Vovelle, Paris, 1996, p. 347-390.

4 Voir Dominique Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, 2005.

5 Jean-Claude Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), Paris, 1977.

6 Op. cit., p. 61.

7 Voir, notamment, Moreau de Saint-Méry ou les ambiguïtés d’un créole des Lumières, Société des Amis des Archives de la Martinique, dir. Dominique Taffi n, 2007.

8 Voir, notamment, G. Debien « Entre colons sur la question des gens de couleur libres », AHRF, 1967, p. 385-394., ainsi que la thèse d’Anthony Louis Elicona Un colonial sous la Révolution en France et en Amérique : Moreau de Saint-Méry, Paris, 1934.

9 Gazette nationale ou Le Moniteur universel, 14 mai 1791. La réplique de Robespierre où le Constituant déclare : « Périssent les colonies si les colons veulent, par les menaces, nous forcer à décréter ce qui convient le mieux à leurs intérêts ! » est restée plus célèbre que la proposition de Moreau, relative à la restriction de la citoyenneté dans les colonies.

10 Depuis la parution du livre d’Edgar Morin, Pour une politique de civilisation, en 2002, l’expression a donné lieu à de nombreux commentaires en France après son utilisation par le Président de la République française en décembre 2007.

11 Raymond Bloch soulignait « l’invention double et parallèle, presque simultanée » du mot anglais civilization, employé dix ans plus tard par Adam Ferguson, dans sa préface à La civilisation et la Révolution française d’Albert Soboul, Paris, 1978, p. 11-13.

12 Voir la lecture stimulante proposée par Hans-Jürgen Lüsebrink, « Civilisation » dans Le monde des Lumières, dir. V. Ferrero et D. Roche, Paris, 1999, p. 169-176.

13 L’ami des hommes, ou Traité de la population, p. 235.

14 Op. cit., IIIe partie, chapitre V : Des prohibitions, p. 256.

15 Op. cit., p. 373.

16 Op. cit., p. 396.

17 Op. cit., p. 331.

18 Op. cit., p. 372.

19 Op. cit., p. 328.

Table des illustrations

Légende Installation d’une statue de la République (vers 1793), Nicolas Antoine Taunay, inv. MRF 2004-5. Détail. © Musée de la Révolution française, Vizille
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

Auteur

UMR Telemme - Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540