Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclairer le peuple

 | 
Jean-Paul Chabrol
, 
Laurent Gambarotto

Chapitre III. Les influences : lumières et « républicanisme »

Les protestants et l’école dans l’Hérault et le Gard (1815-1870)

Le monde de l’enseignement secondaire

Louis Secondy

Texte intégral

1Lorsque l’on veut considérer cette question avec précision, il faut rappeler plusieurs choses qui ne sont pas évidentes pour nous. D’abord de quel territoire parlons-nous ? Jusqu’en 1848, l’Académie de Montpellier ne comprend que l’Hérault, l’Aveyron et l’Aude. Après 1848, avec la disparition de l’Académie de Nîmes, qui englobait le Gard, l’Ardèche et le Vaucluse, le Gard s’ajoute à son territoire. En 1850 sont créées les académies départementales. Il faut donc attendre 1854 pour voir naître le territoire académique actuel : l’Aude, l’Hérault, le Gard, la Lozère et les Pyrénées-Orientales.

2Le sujet est difficile à traiter sous l’appellation de secondaire, puisque jusqu’à la loi dite Falloux, en 1850, il ne peut exister de véritables établissements secondaires privés, l’Université ayant le monopole de cet enseignement. Quelques autorisations de plein exercice sont données à de très rares établissements. Il existe alors, surtout dans la première moitié du XIXe siècle, des pensions privées, qui scolarisent peu d’élèves, voire pas du tout – ils vont au lycée ou au collège voisin. On ne sait pas toujours si elles sont réellement secondaires. Quant à celles qui sont censées distribuer cet enseignement, elles n’ont souvent de secondaire que le nom. Il suffit d’apprendre rosa, rosae à quelques enfants pour se déclarer dans cette catégorie.

3Troisième remarque : mis à part l’expérience, peu suivie, des cours secondaires de jeunes filles créés par Victor Duruy en 1867, l’enseignement secondaire des jeunes filles ne devient officiel que par la loi de Camille Sée, de décembre 1880. Si l’Annuaire protestant de 1862-4 énumère toute une série de pensions féminines dans l’Hérault et le Gard : 6 à Alais, 3 à Anduze, 1 à Garrigues, 1 à Lassalle, 2 au Vigan, 7 à Nîmes, 3 à Saint-Hippolyte, 1 à Saint-Jean-du-Gard, 1 à Uzès, et dans l’Hérault, 1 à Ganges et 2 à Montpellier, soit au total 28, aucune d’elles ne peut entrer dans notre étude consacrée aux pensions protestantes classées dans l’enseignement secondaire. Cet enseignement n’existe pas alors.

4Quatrième observation, à cette époque, les effectifs des établissements sont faibles ; les chiffres de fréquentation des écoles qui pourraient nous paraître ridicules ne sont pas alors insignifiants.

5Notons enfin que l’instruction religieuse est considérée officiellement comme la première matière d’enseignement, jusqu’à la loi de Jules Ferry du 28 mars 1882, qui organise un enseignement laïque. La question religieuse est donc alors une question majeure.

6Ces cinq remarques faites, que peut-on dire des protestants et des écoles secondaires et des pensions dans notre Académie, Gard et Hérault essentiellement ? Notre propos se divisera en deux grands volets : d’une part les écoles protestantes privées de l’Académie ; d’autre part, les protestants dans les établissements secondaires publics de l’Hérault et du Gard. Dans la première partie, nous analyserons successivement les pensions et les établissements protestants de 1815 à 1870 environ, avec une incursion sur une période plus tardive, surtout pour les écoles préparatoires au ministère évangélique. Dans la deuxième partie, nous verrons la place qu’occupaient les protestants dans les principaux lycées et collèges de la région, les lycées de Nîmes et de Montpellier, en particulier.

Les pensions et les écoles « secondaires » protestantes

7L’étude des pensions qui existent dans la première moitié du XIXe siècle dans l’Académie de Montpellier dans sa configuration actuelle reste à faire. Nous n’avons que des listes tirées de l’Annuaire protestant, dont celle de 1862-64 qui ne donne que les localisations de ces maisons. On en dénombre dix : 1 à Anduze, 5 à Nîmes, 1 à Saint-Hippolyte-du-Fort, 1 à Saint-Jean-du-Gard et 1 à Uzès et 1 à Ganges dans l’Hérault. On ne connaît pas le statut précis de ces institutions. Nous n’avons donc retenu ici que les maisons trouvées dans les listes secondaires de l’Académie. Parmi elles, quelles sont celles qui sont ostensiblement protestantes ou tenues par des protestants – il s’agit alors le plus souvent de pasteurs.

Dans l’Hérault : Pensions et écoles de Montpellier

  • 1 ADH, série T, Conseil Académique, 1860-69, IA, non classé, Hérault 1863.

8Sous la Restauration, André Encontre, né à Nîmes, en 1756, tient la première Pension protestante que nous connaissons. Qualifié de « prêtre marié, réconcilié avec l’Église » en 1816, il est présenté comme « protestant » en 1825 par le recteur de Bonald : « C’est le seul maître de Pension protestante ». Il n’a alors que 15 externes. Le responsable de l’Académie demande d’ailleurs qu’on ne lui maintienne pas son titre de maître de Pension, car son école est fort mal tenue. Ce maître est « vieux » (il a 69 ans) et y voit fort peu. Il a été accusé de fraude en juin 1817. Il aurait fait de fausses déclarations sur le nombre de ses élèves et refusé l’entrée de sa classe à un inspecteur. Pourquoi cette tricherie ? Afin de se soustraire à l’obligation d’envoyer certains élèves au collège et de s’attribuer la rétribution universitaire. Les élèves qui apprennent le latin doivent en effet payer le vingtième du prix de leur Pension qui ne doit pas être inférieure à 300 francs. Pour échapper à cette charge, les directeurs font passer les latinistes pour des primaires ou ne portent pas tous leurs élèves sur les états de présence trimestriels. Sous le second Empire, apparaît à Montpellier la pension Paul Rabaut. Elle entend former des élèves en vue d’une orientation vers le pastorat : « elle est administrée par un comité d’hommes les plus considérables de la religion réformée de la ville »1. « Le directeur et le comité sont de la secte des protestants dite orthodoxe ». « C’est une sorte de séminaire protestant administré par les familles les plus considérables de la religion réformée à Montpellier… Ce n’est pas une spéculation et le comité même fait des sacrifices pour l’entretien de cet établissement ». Elle est subventionnée par le conseil presbytéral de l’Église réformée de Montpellier, car elle prépare les élèves aux facultés de théologie protestante.

9Cette institution, située 12 rue Castilhon, est d’abord dirigée par le pasteur Jacques Abt, (PL 11 août 1863), bachelier es Lettres et en théologie. Le rapport de l’Inspecteur d’Académie, Gaffarel, du 11 avril 1864, permet d’en préciser les traits : peu d’élèves – 5 seulement, tous pensionnaires au lycée –, ils seront 9 en 1865. Le prix de la pension est moyen : 550 francs, la nourriture très convenable. Tous font du latin. Le fait qu’elle soit « soutenue et encouragée par la colonie protestante de Montpellier », appelle une remarque importante du pasteur Corbière, le 17 novembre 1863 : ni lui ni le conseil presbytéral, ni le consistoire n’ont pris part à cette fondation. Cette Pension demeure un milieu fermé, de stricte observance, aux ambitions précises et limitées. En 1867, on y trouve 15 pensionnaires qui suivent tous l’enseignement classique au lycée. L’Inspecteur d’Académie de l’Hérault signale un fait, peu banal à l’époque : « L’on s’autorise, de par la spécialité de la destination des élèves et de l’âge d’un certain nombre, pour s’écarter des règles ordinaires de la surveillance dans les pensionnats. Les élèves sont réunis deux à deux ou trois à trois dans des chambres particulières… La vigilance exercée est de nature à inspirer la confiance ».

  • 2 ADH, série T, Conseil Acad. 1860-69, IA de l’Hérault, 1866-67.
  • 3 ADH, T, 4682.
  • 4 ADH, T, 4682.

10Cette école prend son essor, à partir de septembre 1866. Elle est prise en main par Étienne Olivier qui a quitté sa brillante école de Ganges pour en prendre la direction, entraînant après lui de nombreux élèves. Ce pasteur âgé de 49 ans est bachelier es sciences et es Lettres. Son succès lui a valu d’être appelé à Montpellier. La maison reste ce qu’elle était quant à ses buts : « une sorte de séminaire protestant, orthodoxe, de bon esprit et d’assez bonne éducation… (qui) a la prétention de devenir pour la région du Midi l’établissement spécial de la secte orthodoxe »2. Douze élèves reçoivent une bourse du Comité protestant. Le recrutement s’élargit considérablement. En 1867, on dénombre 54 élèves, dont 44 pensionnaires. Les prix de pension augmentent : 600 F, puis 650, enfin 800 francs en 1876, contre 400 à Saint-Stanislas, à Nîmes, à la même date3. Presque tous les élèves vont suivre les cours au lycée – en 1867, c’est le cas pour 44 élèves. Ils préparent leur baccalauréat avant d’entrer dans les facultés protestantes de théologie. Le bâtiment primitif était devenu trop petit ; l’école déménage au 40 rue Pitot. En 1870, la maison compte encore 56 élèves. Mais leur nombre va tomber autour de 35, dans les années 1871-1873. Étienne Olivier reste en poste jusqu’à sa mort en juin 1874. C’est Pierre-Jean-Louis Molines, pasteur, bachelier es lettres et en théologie, qui a professé durant seize ans, dans une institution protestante de Nérac, qui prend la relève, en août 1874. Il s’installe au 5 bis, rue de la Merci. Il déclare ouvrir une maison pour vingt pensionnaires classiques – les élèves vont tous au lycée. Il a trois collaborateurs laïques. Le rapport du 3mars 18764 porte le chiffre de 16 pensionnaires plus un demi-pensionnaire et un externe. À un questionnaire posé par l’Académie, le directeur répond, le 28 avril 1876, qu’il donne l’enseignement secondaire complet. Trois de ses élèves préparent le baccalauréat. Il y a une seule division de grammaire, deux répétiteurs, neuf pensionnaires et deux externes. Le bâtiment appartient au professeur Bertin. Le maître de Pension est qualifié d’homme de bien, « tant par les protestants que par les catholiques ». Sur Montpellier, nous ne connaissons pas pour cette période d’autres pensions ou écoles spéciales protestantes. Le seul autre centre important dans l’Hérault se trouve à Ganges.

Pensions et écoles de Ganges

  • 5 L. SECONDY, Alceste en rectorie, Joeph-Diez Gergonne, recteur à Montpellier (1830-1844), Annales d (...)
  • 6 Il n’y a alors qu’un lycée dans l’Hérault, Montpellier, et huit collèges communaux : Agde, Bédarie (...)

11Deux pensions s’ouvrent la même année 1831, l’une tenue par Louis François Darvieux, bachelier es lettres et licencié en droit, dont on ne trouve plus trace par la suite, l’autre dirigée par le Pasteur Nine. L’inspecteur Dellaleau y dénombre le 5 mai 1835 une douzaine d’élèves, 4 de latin et 8 primaires. L’établissement est très bien tenu, l’enseignement y est soigné. En 1836, le directeur a deux maîtres adjoints, pour 24 élèves – l’année suivante il tombe à 18. Le pasteur Nine a, selon le recteur, des connaissances assez variées et un talent pour les inculquer assez rapidement. Ses capacités lui valent l’éloge des catholiques et des protestants. Ce jugement de Gergonne peut être tenu pour exact, car on connaît l’âpreté et la véhémence de ses critiques qui ne ménagent personne5. Le recteur émet le souhait, en 1842, que catholiques et protestants puissent aller dans la même école6.

12Le nom d’Étienne Jacques Olivier apparaît en 1842, comme prête-nom du pasteur Nine qui garde la haute main sur l’école. Elle n’a, en 1843, que 18 pensionnaires. Mais le pasteur va demander le plein exercice, c’est-à-dire l’autorisation exceptionnelle d’avoir toutes les classes. Ses effectifs vont gonfler rapidement. Le 1er juillet 1848, il y a 60 élèves, des classes primaires à la seconde, seuil limite autorisé par les lois du temps, dans le cadre du monopole universitaire, lorsqu’il n’y a pas de collège dans la ville, ce qui est le cas à Ganges – le plus proche est celui du Vigan. On y suit le programme des lycées. Trois auxiliaires secondent « dignement un chef actif, judicieux, instruit ». De nouveaux progrès sont signalés dans les années suivantes, malgré des prix de Pension élevés : en 1850, 75 élèves dont 39 internes et 6 classes ; en 1854 et 1855, 77. Entre 1861 et 1868, la moyenne de fréquentation est de 83 élèves par an. Avec ses 50 % d’internes, on voit que ce « collège » recrute aux alentours.

13Le personnel est important. En 1854, le chef de Pension a 11 collaborateurs, plus un maître de dessin et un de musique. On trouve dans l’établissement une classe élémentaire de français et un cours de français, en trois années. Pour l’enseignement secondaire, il y a cinq classes communes aux lettres et aux sciences. La bifurcation se fait ici après la 3e. Les livres utilisés sont ceux des lycées. On y enseigne l’histoire, le latin, le grec mais aussi l’allemand – Kleutzer, le professeur est Allemand. L’IA Roussel juge la force des études en 1850 : les 15 élèves de la première classe semblent assez bien comprendre la physique et les mathématiques enseignées par M. Olivier. L’histoire mérite la mention assez bien. La géographie et le latin sont faibles. Le grec vaut mieux. Les dissertations françaises, traitées dans une autre classe, sont mal écrites et le sujet mal embrassé. Le thème latin, dans une classe élémentaire, est très bon. La discipline est excellente et, en définitive, les études bonnes.

  • 7 AN F 17 8954.

14La maison est alors entièrement protestante, « même méthodiste », précise Roussel : « C’est un Institut protestant de la secte orthodoxe ». Le directeur a de bons principes. Il est considéré par ses coreligionnaires protestants. C’est un méthodiste « très prononcé », « membre du consistoire de Ganges ». L’enseignement et l’esprit religieux y occupent une place majeure. En 1844, l’inspecteur va même jusqu’à écrire : « La direction religieuse y paraît meilleure que dans beaucoup d’établissements catholiques où elle n’existe que pro forma ». Le recteur Gergonne avait déjà noté que les directeurs étaient souvent fort peu religieux. En 1857, le doyen Siguy juge qu’« il n’y a que deux pensions qui méritent d’être remarquées pour la direction des études et pour l’éducation proprement dite : celles de l’abbé Alauzet et d’Olivier ». En 1864, cette école est décrite comme le plus prospère des institutions et pensions du département. Elle compte alors 87 élèves, dont 60 pensionnaires (71,42 %) et 54 latinistes (59,66 %).À titre de comparaison, les 26 pensions héraultaises qui existent alors ont 905 élèves, soit 35 élèves par école et 336 pensionnaires. Elles reçoivent 406 latinistes soit 44,86 % des effectifs. Il s’agit en fait d’un véritable collège municipal sans le titre. Le collège d’Uzès n’a alors que 39 élèves, celui du Vigan 47, ceux de Bagnols et de Lunel, 75, avec un pourcentage de primaires élevé, alors qu’il est faible chez Olivier. Cette pension fait donc une sérieuse concurrence au Collège du Vigan7.

15L’établissement de Ganges a donc tout pour lui lorsque M. Olivier le quitte, en 1866, pour s’installer à Montpellier, entraînant avec lui, un grand nombre de ses élèves. M. Boutin son successeur, bachelier es lettres et es sciences, ne conserve que ceux de Ganges et des environs les plus rapprochés. Il n’en reste pas moins un établissement qui se trouve dans de bonnes conditions, qualifié de sérieux. On y trouve environ 35 élèves entre 1867 et 1872. L’école secondaire protestante de Ganges disparaît en 1873, sans que nous sachions pourquoi.

16Voilà la situation dans l’Hérault pour ce qui concerne les pensions et les écoles protestantes. Qu’en est-il dans le département voisin ?

La situation dans le Gard

  • 8 AD du Gard, 2 T 267.

17Les établissements protestants ont été assez nombreux et dispersés dans toutes les zones réformées de la région. Faute de sources dépouillées à ce jour, l’étude reste partielle. Nous avons trouvé une Pension protestante à Sauve, tenue par le pasteur Ducros (14 octobre 1829) – on le retrouve à Nîmes, en 1833-34. En octobre 1827, Bordas fait une demande pour ouvrir un pensionnat protestant à Anduze. Le recteur de Bonald affirme qu’il y a commis jadis une contrefaçon d’écriture – il aurait quitté l’habit ecclésiastique pour devenir protestant. La demande est refusée. De Calvisson part une autre demande émanant du pasteur Jean Ricard, accordée le 28 juillet 1846. Le 28 septembre 1847, c’est de Lassalle qu’en vient une troisième, en faveur de M. Pagès, pasteur. Il a exercé à Saint-Hippolyte en 1835, à Lassalle, en 1838, puis à Crest, dans la Drôme, en 1843. Malgré des remarques peu favorables, M. Pagès, reçoit l’autorisation sollicitée. En 1847-48, l’inspecteur d’Académie signale que dans les pensions Bret, Ducros, Bonnal et Lavondès tous les élèves ou presque sont protestants8. Bonnal reçoit en 1847-8, dans son école de Saint-Hippolyte, 91 élèves, dont seulement 20 sont de niveau secondaire. Son recrutement est presque exclusivement protestant. Au Vigan, une autre école à majorité protestante est tenue par Bret. Le pasteur Ducros, à Nîmes, ne reçoit que des élèves protestants (33 secondaires en 1848). On trouve aussi une Pension Devèze à Sommières. Le directeur y a enseigné plus de 30 ans, selon une lettre du 18 octobre 1867 ; il demande à être déchargé de la patente de chef d’institution. Devèze junior reprend l’affaire : il a 2 élèves en 1867 et 24 en 1871.

  • 9 AN F17 – 8944 IA Gard, 1851.

18Parmi ces maisons, la plus importante et la plus originale du Gard est, sans aucun doute, l’École préparatoire au ministère évangélique. Jean-Daniel Roque dans son DES sur l’Église Nationale protestante de Nîmes de 1870 à la veille de la séparation des Églises et de l’État en a tracé la physionomie. Fondée en 1847 par le consistoire de Nîmes, avec le concours des autres consistoires du Gard, cette Pension voulait éviter que les parents ne placent leurs enfants, externes ou demi-pensionnaires, boursiers au lycée de Nîmes, « dans des milieux peu convenables ». Cet établissement est destiné à « préserver les jeunes gens qui y seront admis de relations qui ne sont pas sans danger et à les préparer par des soins moraux et religieux »9. Il a pour but aussi de permettre aux familles peu aisées de faire poursuivre à leurs fils « ces bonnes études littéraires et scientifiques sans lesquelles on ne saurait faire de sérieuses études théologiques », la visée finale restant la formation de futurs pasteurs. D’où une aide substantielle : 7 000 francs, en 1850.

  • 10 ADH, Série T, Conseil Acad. 1850-1859, année 1856.
  • 11 AN F 17 – 8944, I.A. Gard, 1851.
  • 12 Les statistiques officielles sont les suivantes : en 1859, 38 ; en 1862, 37 ; en 1861, 33 ; en 186 (...)

19Le directeur de cette école le pasteur Egiste Lavondès10 a obtenu les baccalauréats es lettres (1825) et en théologie (1828), lors de ses études à la faculté de Montauban Il est ensuite pasteur durant 17 ans, à Lourmarin, puis à Alès. Le 19 mars 1847, il est nommé directeur de l’École Préparatoire au ministère évangélique. On y surveille les devoirs. On y prépare les enfants « au point de vue moral et religieux à la carrière à laquelle ils sont destinés »11. Le directeur y enseigne la religion. Il n’y a que du bien à en dire pour les soins et la tenue du local. De 12 élèves la première année, elle passe à 21 en 1850 et à 32 en 1853. On ne les prend qu’au niveau de la 4e. En fait, il s’agissait d’un simple pensionnat. Les élèves suivaient les cours au collège de Nîmes. À la Pension, on surveillait leurs devoirs. Restait la part de l’éducation. Le nombre de pensionnaires ne cessant de croître, le consistoire de Nîmes fit bâtir, à ses frais et avec l’aide de souscriptions recueillies dans les églises libérales de France, une maison située chemin de Saint-Gilles. En 1870, cette maison compte 45 élèves, dont 15 ne se destinent pas au ministère évangélique – ils payent de ce fait une Pension plus élevée12. À cette date, précise J.-D. Roque, sur 97 jeunes gens qui y avaient terminé leurs études, 92 avaient obtenu le baccalauréat (94,8 %). 27 seulement n’avaient pas suivi la carrière pastorale. Le taux d’élèves devenus pasteurs s’élève ainsi à plus de 72 %. Un record qu’envieraient alors nombre de petits séminaires.

20Le pasteur Lavondès demanda sa retraite en 1871. Le consistoire le pria de rester encore quelque temps. On se posait alors la question de savoir si on allait lui donner un successeur. Les consistoires n’avaient que peu ou pas payé leurs cotisations ou avec retard. La charge financière de cette école reposait donc sur celui de Nîmes. Longtemps, les comptes ayant été excédentaires, cela ne posa pas problème. Mais ensuite les bénéfices s’amenuisèrent et la situation financière commença à virer au rouge en 1870, pour s’aggraver en 1872. Les seules recettes de l’école étaient une dotation 2 000 francs du Conseil général, distribuée sous forme de bourses, et les pensions des élèves. Le consistoire fut obliger de combler le déficit. Préoccupé par le Synode national qui allait s’ouvrir, il décida, le 9 février 1872, d’autoriser le pasteur Lavondès à se retirer. On ne lui donna pas de successeur. Que faire des locaux ? On refusa de les louer à Jean-Paul Cook parce qu’il était pasteur d’une église dissidente.

21Une expérience du même genre devait être reprise à Nîmes en 1886 avec l’École Samuel Vincent, dirigée par M. Moulinié. Pasteur à Saint-Geniès-de-Malgoirès de 1852 à 1857, il devient ensuite directeur de l’orphelinat protestant de garçons, à Castres, de 1857 à 1861. On le retrouve pasteur à Quissac, de 1861 à 1866, puis directeur et aumônier du collège protestant de Sainte-Foy, de 1868 à 1881. Après avoir été pasteur à Libourne entre 1881 et 1885, il est nommé directeur de l’École Samuel Vincent à Nîmes en octobre 1885. L’Inspecteur d’Académie du Gard juge en 1886 qu’il s’agit d’une sorte de séminaire protestant. Il démissionnera en juillet 1902. Les élèves se destinent au pastorat et se préparent à suivre les cours de théologie protestante à Genève ; on ne les prend qu’à partir de la quatrième et leur but immédiat est le baccalauréat es Lettres. Ce sont en général de bons élèves. Le directeur est un ami de l’Université ; un de ses fils est professeur de philosophie au collège de Draguignan. La maison sera reconnue d’utilité publique par un décret du 7mars 1892.

  • 13 F 17 – 8944. Sur ce personnage, voir Les protestants, sous la direction de A. ENCREVÉ, Dictionnair (...)

22Un autre établissement protestant naît à Nîmes aussi, sous le second Empire : l’Institution Évangélique de Jeunes gens, fondée par le pasteur Jean-Paul Cook13, en janvier 1867. Certaines familles protestantes manque de confiance dans le lycée à cause de l’orientation de l’aumônier protestant, M. Cazeaux, jugé trop libéral. Cela a favorisé la naissance de cette deuxième maison protestante, selon l’inspecteur d’Académie du Gard. Mais J.-P. Cook n’a rien contre les études faites au lycée, son prospectus parle de « l’excellent lycée de notre ville ».

23Ce prospectus daté du 17 février 1867 précise le but du fondateur :

« offrir aux familles non seulement les avantages d’une culture intellectuelle de premier ordre, qu’assurerait à leurs fils la fréquentation de l’excellent lycée de notre ville, mais encore ces garanties morales et religieuses sans lesquelles la meilleure instruction ne peut que faire fausse route. Nous aspirons, avec le secours de Dieu, de faire des élèves… de vrais et fidèles chrétiens, dans le sens évangélique de ces mots ».

24Ils assisteront tous les jours au « culte de famille ».

25Le créateur de cette Institution sise au Rond-point de la plateforme, 41 quai de La Fontaine, est un pasteur méthodiste wesleyen. Son père, Charles Cook, est né à Londres, lui a vu le jour à Congénies, le 21 mai 1828. Il a passé son bac à Nîmes en 1848, a été consacré en 1856, est resté deux ans comme agent de la Société des Écoles du dimanche. De 1859 à 1863, il est pasteur à Saint-Pierre-les-Calais, puis de 1863 à 1865, à Lisieux. « C’est un pasteur étranger (sic) et qui semble devoir s’élever dans un avenir plus ou moins prochain à un certain degré de prospérité ». Il a du mal à obtenir l’autorisation d’ouverture, n’ayant pas fait le stage nécessaire à Jersey. Il fait valoir ses deux années passées à l’École du dimanche. Il ouvre, en 1867, avec 2 ou 3 élèves ; ils sont 12 à la fin de l’année scolaire. Les effectifs vont varier entre de 12 à 30, pour finir à 9 en 1875.

26Le pasteur Mathieu Gallienne devient à son tour maître de Pension en occupant les locaux de Cook, le 12 juillet 1875. Né à Bourdeaux dans la Drôme, le 20 décembre 1840, il sort de chez Olivier, à Ganges, puis termine au lycée de Nîmes (1856-58). Après son bac (1858), il est professeur en Angleterre, chez M. Jackson, à Reighley, dans le Yorkshire. Il sera ensuite étudiant en théologie et proposant au saint ministère, « d’après les usages de l’Église évangélique méthodiste », à Guernesey et à Jersey, de décembre 1859 à septembre 1864. Il donne des leçons d’anglais de novembre 1872 à septembre 1874 dans l’Institution secondaire protestante de Bourdeaux. Il sera ensuite pasteur à Valleraugues de 64 à 67, puis au Vigan de 67 à 71, enfin à Bourdeaux, de 71 à 74. Sa maison va accueillir 20 à 24 élèves qui vont tous au lycée, sauf quelques jeunes anglais qui apprennent le Français. Elle ferme en 1878.

27On peut donc dire, pour résumer la situation qu’à part les pensions protestantes disséminées dans quelques villes ou bourgs du Gard, on a affaire à des écoles de préparation pour le ministère évangélique, « sorte de petit séminaire protestant », où se fait jour « un souci vocationnel », avec toutes les nuances que requiert la différence entre pastorat et cléricature. Mais laissons là ce débat pour nous préoccuper des protestants dans les établissements secondaires publics. Les élèves de cette confession y ont-ils eu une place à part ?

Les protestants dans les lycées et collèges entre 1815 et 1870

28Dans l’Académie de Montpellier, certains lycées et collèges reçoivent un nombre non négligeable d’élèves protestants. Cette situation peut poser des questions propres quant à l’aumônerie protestante, la place et le rang de l’aumônier, l’intégration de tous les élèves, le climat du lycée… Nous ferons état ici de celles qui se sont posé à Nîmes et à Montpellier, en particulier. Sachons tout de même que pour rendre moins massive la prédominance des catholiques dans le collège de Mende et renforcer ses effectifs, on s’efforçait d’y placer des élèves boursiers protestants internes. Une manière de faire contrepoids aux catholiques, dans un département ou les écoles cléricales et les petits séminaires formaient alors un bataillon de choc, offensif et militant, représentant plus de 75 % des élèves du secondaire. À l’inverse, au lycée de Nîmes, on s’est parfois efforcé d’envoyer des boursiers catholiques.

  • 14 AN F 17, 7879. Lettre du recteur Gergonne au ministre, 11 mars 1834.

29Cette maison gravite dans l’orbite protestante. L’aumônerie protestante y a donc une place majeure. Mais on a la surprise d’apprendre qu’elle n’existe pas encore en 1822 : les registres du rectorat conservent une demande du 18 avril faite par le président du consistoire et les pasteurs, pour avoir un aumônier protestant. Le recteur Félix « fait sentir le peu de nécessité d’un aumônier et tous les inconvénients qui peuvent résulter de changer le mode établi pour l’instruction religieuse des enfants protestants ». Ne sont-ils pas mis à la disposition de M. les ministres les dimanches, les jeudis et les jours ordinaires, et, si nécessaire, pendant les récréations et conduits au grand temple ou dans d’autres lieux ? Ce système fonctionne au cours du premier tiers du XIXe siècle, comme en témoigne le recteur Gergonne : « J’ai passé 21 ans à Nîmes, il y en a bientôt 18 que je suis ici (à Montpellier) », écrit-il dans une lettre au ministre, le 11 mars 183414,

« et j’ai toujours vu dans l’une et l’autre ville les protestants raisonnables ne faire aucune difficulté de placer leurs enfants au collège, soit comme externes soit comme pensionnaires, alors même que l’établissement avait à sa tête un ecclésiastique ; parce qu’ils étaient sûrs qu’aucun moyen de séduction ne serait employé contre eux. À Nîmes comme à Montpellier on a toujours mis le plus grand soin à faire conduire les pensionnaires protestants du Collège à tous les exercices de leur culte, de sorte qu’il n’est pas non plus exact de dire que ces élèves auraient été privés jusqu’ici de tout secours religieux ».

30L’amélioration de la qualité des professeurs au lycée de Montpellier a eu pour conséquence une augmentation régulière des élèves protestants, les parents s’étant « peu à peu déshabitués d’envoyer leurs enfants étudier à Genève ».

  • 15 Question religieuse et enseignement au lycée de Nîmes entre 1850 et 1900, Annales du Midi, Tome 94, (...)

31De ce fait, dans le chef-lieu du Gard, les enfants des familles réformées vont devenir fortement majoritaires, au grand dam des catholiques menés par le Père d’Alzon, dont on connaît les démêlés avec l’abbé Azaïs, aumônier au lycée de Nîmes. Cet établissement fut en effet longtemps le fief protestant du Midi au sein de l’Université. Les rapports des inspecteurs dans les années 1850-60 prennent soin de mesurer l’importance de sa clientèle protestante. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 1855 et 1856, les élèves protestants sont 62 % ; en 1859, 59 %, avec une proportion plus forte chez les internes : 61 %. En 1861, les pensionnaires représentent 62 % du total. En 1862, on trouve 62 % de protestants sur l’ensemble des élèves. En 1866, ce caractère est encore affirmé : « le lycée de Nîmes a sa clientèle spéciale parmi le monde protestant ». Le rapporteur au conseil académique note un fait, rassurant pour les uns, inquiétant pour les autres : « Ses succès y exercent une puissante séduction auprès des familles catholiques elles-mêmes ». Et deux ans après, il fait remarquer que les internes protestants au lycée de Nîmes sont devenus moins nombreux : 65 élèves catholiques à côté de 109 protestants, en 1867, soit 62,64 % ; par contre 68 catholiques face à 101 protestants, en 1868, soit 59,52 %. La question de la répartition confessionnelle des élèves, internes surtout, ne se limite pas à une simple constatation. Nous en avons étudié les différents aspects dans un article de 198215. Qu’en retenir d’essentiel ?

32Les catholiques gardois présentent volontiers le lycée de Nîmes comme « une école protestante ». En 1875/6, on y compte encore 168 élèves catholiques contre 362 protestants, soit 68,30 % – presque 7 sur 10. Or la ville de Nîmes ne possède alors que 26 à 28 % de réformés. On voit donc la concentration. Mais c’est logique si l’on songe que les protestants du Gard n’ont aucun établissement secondaire privé de grande envergure face à Saint-Stanislas et à l’Assomption qui ont respectivement plus de 280 et plus de 150 élèves, en 1875. Au lycée, les cours de religion sont donnés à chaque confession de son côté. Le prêtre y est cependant mieux traité que le pasteur : en 1866, il touche 2800 francs contre 2000 à son homologue, quoique les élèves protestants soient beaucoup plus nombreux. Il faut dire que l’indemnité de logement n’est attribuée qu’à l’aumônier catholique – il doit être sur place, au cas où il aurait à donner l’extrême-onction, en cours de nuit, à un élève mourant, charge que n’a pas le pasteur. Il n’en reste pas moins que cet avantage est perçu comme une injustice, dans la communauté protestante et le pasteur s’en plaint au ministre.

33Quelques événements survenus au lycée dénotent les relations entre élèves des deux confessions et entre catholiques et protestants gardois. L’affaire de l’enterrement du pasteur Cazeaux, en mars 1875, peut nous donner le climat de l’époque au Lycée de Nîmes. Selon les rapports de ces années-là, catholiques et protestants y avaient de bonnes relations grâce à l’esprit de concorde et à l’amitié nouée, depuis des années, entre l’aumônier catholique, l’abbé Azaïs, et le pasteur Cazeaux. Lors du décès de ce dernier, le proviseur autorisa les élèves catholiques à assister, à la demande l’abbé, à ses obsèques. Le P. d’Alzon déterra alors la hache de guerre dans les colonnes de la Gazette de Nîmes et de l’Univers. Mis publiquement en accusation, le chef d’établissement en est réduit à se défendre face au recteur et au ministre. Le 28 mars 1875, il rappelle ainsi les faits et décrit l’ambiance qui règne au lycée. La proposition vient des élèves catholiques : « Emus de cette mort (subite), (ils) ont exprimé le désir d’assister aux obsèques d’un homme qui était (l)’ami particulier » de l’abbé Azaïs. La demande vient de l’aumônier catholique, « obéissant à cet esprit de charité et de conciliation qui préside à tous ses actes et qui lui a valu, au Lycée, l’affection de tous les élèves indistinctement, et au dehors, de tous les protestants qui l’ont connu », selon les termes de M. Joubin. Déposant une couronne sur la tombe du pasteur, ce fonctionnaire y va d’un discours édifiant :

« Au nom des élèves du Lycée de Nîmes, que vous avez pendant trente années éclairés de la lumière de l’Évangile… je dépose sur votre cercueil cette couronne symbole de celle que vous avez déjà reçue, dans un monde meilleur, de Celui qui seul peut récompenser dignement ceux qui sur cette terre ont passé en faisant le bien ».

34Au retour des obsèques, les élèves catholiques sont venus remercier le proviseur de leur avoir permis d’y assister et de leur avoir donné « l’occasion de témoigner à leurs camarades protestants les sentiments de cordiale confraternité qui les animent » – la formule peut paraître étonnante L’attitude des parents des élèves du lycée est tout aussi positive, qu’il s’agisse des protestants ou des catholiques. Le proviseur explique pourquoi :

« En effet, il faut bien qu’on le sache, les familles catholiques qui nous confient leurs enfants savent fort bien dans quelles conditions elles les placent ; Elles n’ignorent pas qu’ils seront en contact journalier avec des protestants (souligné dans le texte) qui représentent les 5/6e de la population du lycée… ».

  • 16 Correspondance du proviseur avec le recteur et l’Inspecteur d’Académie à propos de l’affaire Cazea (...)

35L’exagération ne peut être fortuite : les élèves protestants, nous l’avons dit, d’après les statistiques officielles, représentent les 2/3 environ de la population scolaire et non les 83 % annoncés16.

36Nombreux sont aussi les protestants au lycée d’Alais. L’inspection de 1869 donne 143 catholiques et 124 protestants, soit respectivement 53,55 % et 46,44 %. Les internes des deux confessions y sont presque à égalité : 80 catholiques et 76 protestants (51,28 contre 48,71 %). À titre de comparaison, la même année, à Sète, il y a 171 catholiques, 17 protestants et un israélite (90,47 %, 8,99 % et 0,52 %). On comprend que leur situation n’a rien de comparable à celle de Nîmes et que la cohabitation confessionnelle qui pèse à peu près le même poids ne pose pas de problème aigu.

37Il n’en va pas de même à Montpellier. Si au lycée de Nîmes, la présence des élèves catholiques minoritaires aurait pu être cause de difficultés pour eux, à Montpellier, c’est le contraire : c’est la présence d’élèves protestants, encore plus minoritaires (moins de 18 %), qui pourrait leur poser quelque problème. En fut-il ainsi pour la période qui nous concerne ?

38Aux origines de l’établissement (1804-1810) on entrevoit la présence d’un petit groupe de protestants internes. Le pasteur Michel qui en est chargé se plaint de leur manque d’exactitude et du petit nombre d’entre eux – trois sur douze – qui se rendent au temple pour y recevoir l’instruction religieuse qu’il donne tous les jeudis : « Tous les prétextes sont bons, écrit-il, le 21 avril 1806, pour leur paresse » ; il ne s’agit que des élèves qui préparent leur communion. Ils sont donc à la fois peu zélés et fort minoritaires.

  • 17 Nous avons traité cette question plus à fond dans l’histoire du Lycée de Montpellier, Presses du L (...)

39Mais la question protestante va s’y poser, à plusieurs reprises, avec acuité, et ce, très tôt. En 1810, les réformés n’apprécient pas que l’on fasse faire le signe de la croix à leurs enfants et réciter les prières avec les catholiques ; ils s’insurgent contre cette manière de faire17. Le recteur Dumas invite le proviseur à la prudence en cette affaire, car, rappelle-t-il, « Montpellier est une ville où les protestants exercent une influence très considérable par leur nombre, leur distinction et leur richesse ». Leur nombre est en fait très relatif : sur 35123 habitants recensés en 1821, on ne compte que 2000 protestants, soit 5,69 %, selon les données publiées par Creuzé de Lesser. On prend donc la décision de ne faire entrer les protestants en cours qu’après la prière d’entrée et de les en faire sortir avant la prière finale.

  • 18 Lettre du recteur au ministre, AN F 17, 7879.

40La question n’est pas réglée durablement. En 1834, le pasteur Grawitz affirme que « les élèves protestants sont obligés de participer aux prières des catholiques ». Le consistoire de la ville demande que soit installé au lycée un aumônier en titre, payé comme son homologue catholique18. Il propose Charles Grawitz qui donne ses soins, dans l’intérieur du collège, à plusieurs pensionnaires protestants. Mais il n’est pas seul à le faire. Gergonne fait grief aux auteurs de cette demande de leur omission : « Pour être juste, il aurait fallu ajouter que M. le pasteur Lissignol donnait des soins à plusieurs autres (élèves) ». Pour sa part, le recteur n’approuve pas l’idée de donner un aumônier en titre à une quinzaine de protestants. Cette mesure serait-elle efficace pour le recrutement du lycée ? Affirmer que, comme à Nîmes, cela entraînerait une venue massive d’élèves de cette communion, repose sur une erreur d’appréciation : à Nîmes, « le pourcentage de protestants est au moins du tiers (sic), alors qu’à Montpellier cette population ne figure que pour un vingt-septième ». Il estime que le nombre de pensionnaires protestants ne s’élèvera jamais au-delà de vingt au collège de Montpellier.

41Mais, pour lui, il ne s’agit pas seulement de nombre. C’est aussi une question de personnes, extrêmement épineuse.

« Je sais par les doubles confidences que je reçois que les protestants de ces contrées sont divisés en deux sectes principales qui jusqu’ici se sont bornées à s’anathématiser en secret, mais auxquelles il ne faudrait que le moindre prétexte pour en venir à une rupture ouverte et éclatante qui serait une sorte de triomphe pour les catholiques. M. le pasteur Grawitz est le drapeau de l’une des deux sectes, tandis que M. le pasteur Lissignol est le drapeau de l’autre. Aussi du moment que M. Grawitz a offert de donner ses soins aux pensionnaires protestants, M. Lissignol a offert de les donner aussi, et ils se sont partagé les élèves suivant les croyances de leurs familles ».

  • 19 Voir F. STORNE, in Les Protestants, op. cit., p. 232-3. Charles-Frédéric Grawitz, né à Paris, en 1 (...)

42Il faut savoir en effet que la nomination de Charles Grawitz comme troisième pasteur à Montpellier, en 1830, « marque une opposition au revivalisme du pasteur Lissignol »19.

43Quel pasteur doit-on alors choisir comme aumônier ? En nommer deux ? Si oui, c’est beaucoup pour une quinzaine d’élèves ; sinon, « on se trouverait avoir un aumônier commissionné et rétribué, donnant ses soins à sept ou huit élèves et, à côté, un pasteur sans titre instruisant gratuitement les autres, ce qui serait, ce me semble peu équitable ».

  • 20 I. HAVELANGE et alii, Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, INRP, p. 500.

44L’affaire n’en reste pas là. Les inspecteurs généraux prennent en compte les griefs de M. Grawitz. Rien n’est réglé en juin 1836. Pourtant, il y a eu du neuf sur le plan de la réglementation. Le 29 février 1836, un de ces fonctionnaires rappelle la circulaire du 12 novembre 1835 : dans les villes où il y a des collèges royaux et où existe un temple d’un culte reconnu par la loi et des élèves de ce culte, un ministre de ce même culte sera appelé à donner l’instruction religieuse, quelque en soit le nombre. Lorsqu’il sera au-dessus de neuf, l’aumônier aura droit à une indemnité – or, le 30 novembre 1835, les pensionnaires de culte réformé étaient 17 au collège royal. Trois d’entre eux ont déjà fait leur première communion. Les autres sont confiés soit au pasteur Grawitz, qui en a 12, soit au pasteur Lissignol, qui en a 2. Le consistoire a désigné Grawitz pour le poste d’aumônier. On laissera à Lissignol ses deux élèves et Grawitz percevra 600 francs au lieu des 400 qu’il recevait jusque-là. L’inspecteur général Matter, lui-même protestant20, docteur en théologie et ancien professeur de théologie à la faculté de Strasbourg (1820-1828), n’apprécie pas du tout cette situation. Le 16 novembre 1837, il écrit au ministre :

« L’enseignement protestant est exceptionnellement et arbitrairement partagé entre deux pasteurs et les pensionnaires protestants du collège, quoique appartenant au même consistoire, sont partagés entre deux fractions : 11 élèves et 3. Il n’y a pas d’exemple dans les collèges royaux de pareilles divisions. Cela n’a été obtenu que par des influences extra-universitaires. Il fut convenu que cette division cesserait au moins pour les exercices de piété, qu’on s’entendrait sur le choix des livres de prières et de lectures dans la même salle et aux même heures ».

45Il souhaite que le pasteur désigné par le consistoire soit l’aumônier en titre. Mais, il admet qu’en

  • 21 AN F 17 – 7880.

« considération de la tolérance exceptionnelle et arbitraire obtenue ultérieurement, que ceux des pères de familles n’adhérant pas aux instructions de l’aumônier autorisé aient la faculté de faire conduire une fois par semaine chez un autre pasteur leurs enfants. On doit en admettre un, on ne peut en admettre deux. Si les deux pasteurs qui s’y rendent n’ont qu’un seul temple pour leurs fidèles adultes… pourquoi demandent-ils au collège deux lieux de prières et y constituent-ils deux troupeaux ? »21.

  • 22 Inspecteurs Généraux, juillet 1858, AN F 17 7884.

46On comprend la situation : certains protestants, très minoritaires certes, n’apprécient pas l’enseignement de M. Grawitz. Un inspecteur général fait remarquer, en septembre 1839, que ce pasteur « passe dans sa secte pour un homme d’esprit ». Mais il ajoute, « on ne sait pas bien d’ailleurs quelles sont ses croyances religieuses ». Cela rejoint les propos du recteur Gergonne qui avait écrit, en 1836 : « Les protestants prétendent qu’il ne croit pas à la divinité du Christ, pas même à la divinité de sa mission » ; et, deux ans plus tard : « À ses yeux, Jésus-Christ est un philosophe venu prêcher en Judée une fort bonne morale ». Par la suite, donne-t-il satisfaction aux proviseurs ? En 1845-6, il est jugé « sage, prudent, zélé, (mais) il n’a pas assez de temps pour les élèves ». Charles Grawitz reste longtemps en poste. Il meurt le 22 mai 1852. On lui donne pour successeur Philippe Corbière, pasteur de l’église consistoriale. En évoquant son pastorat à Mérindol (Vaucluse) et ses diverses œuvres, le proviseur écrit : « Il jouit de l’estime publique. Sa nomination sera acceptée par les familles protestantes du lycée favorablement »22.

47Le nombre des pensionnaires protestants progresse sans cesse au lycée de Montpellier. De 22 internes en 1853, ils passent à 40 en 1858. En 1861, les élèves protestants sont 79, dont 37 pensionnaires et 42 externes, soit 17,6 % de l’effectif total du « grand » et du « petit » lycées réunis. L’inspection générale de 1869 nous renseigne avec précision : sur 755 élèves, 628 sont d’origine catholique (83,17 %), 120 de familles protestantes (15,89 %), 6 juifs (0,79 %) et 1 mahométan (0,13 %). Les données pour 1878 enfin font état de 152 protestants sur 896 élèves, soit 16,96 % des élèves. 52,63 % des protestants scolarisés dans ce lycée sont pensionnaires, ce qui montre qu’ils sont nombreux à n’être pas de la ville. Beaucoup même ne sont pas des Héraultais : en 1857, sur dix élèves protestants primés en instruction religieuse, il se trouve sept Gardois, un Lozérien et deux Héraultais seulement. Cela montre deux choses : que le lycée majoritairement catholique de Montpellier ne rebute pas les protestants et qu’en 1857 il attirait des élèves de toute l’Académie, ce qui est vrai dans la suite. C’est alors une manière de faire courante, aussi bien dans le public que dans le privé : les parents, pour toutes sortes de raisons, choisissaient l’établissement de leurs enfants sans souci de l’éloignement. La bonne réputation y est pour beaucoup.

  • 23 Corbière a 44 ans en 1852. Il est marié et père de famille. Le 20 mars 1833 il est confirmé pasteu (...)

48Le pasteur Corbière est diversement apprécié. Bien noté par un proviseur qui le trouve « exact, zélé, homme d’esprit, sage, modéré, très considéré dans le pays », – il est, ne l’oublions pas, président du consistoire23 –, il l’est moins par un autre, M. Berger, en 1869 qui lui trouve « peu de zèle » et ajoute : « il ne nous cause pas d’embarras, c’est l’essentiel ». En 1877, le recteur déclare que « les élèves abusent de sa faiblesse ». Surcharge de travail et effet de l’âge ?

  • 24 IA 1874 au recteur, 30 septembre et 16 octobre 1874.

49Vers cette époque, la question de la division des protestants rebondit, pour la troisième fois. Certaines familles n’apprécient pas les pasteurs attachés au temple officiel de la rue Maguelone ; elles les trouvent peu « orthodoxes » et « craignent pour leurs enfants l’influence d’un enseignement religieux qui n’a rien de bien dogmatique »24. Elles souhaitent donc que leurs fils soient envoyés à l’église évangélique de rue Saint-Roch et qu’un pasteur vienne au lycée, deux fois par semaine, donner des conférences aux élèves qui préparent la première communion. L’Inspecteur d’Académie pense que cette question intéresse « la liberté de conscience que nous avons pour principe de respecter dans les établissements de l’État ». Il ne voit pas d’inconvénient à ce que le pasteur évangélique ou orthodoxe vienne au lycée, si les parents le demandent. Au lycée de Nice, où il a été proviseur, il y avait bien deux ministres protestants, d’opinions différentes, chargés concurremment de l’enseignement religieux. Le service sera plus compliqué à faire, s’il faut mener les élèves au temple évangélique et orthodoxe. Mais « une telle décision n’entraînerait aucune plainte des protestants libéraux, parce qu’ils se réclament de la liberté ». Le propos, on le sent, n’est pas sans arrière-pensée. Cependant, le ministre évangélique ne recevrait aucune rétribution. Le 17 octobre 1874, le recteur Bouisson donnera l’autorisation de faire mener au temple « orthodoxe » les pensionnaires protestants. Il accepte aussi qu’un deuxième pasteur vienne au lycée pour faire l’instruction religieuse à ses ressortissants. Les familles pourront conduire elles-mêmes ou faire conduire leurs enfants au temple évangélique. On en revient à la situation des années 1830.

50Pour la quatrième fois, ressurgit cette querelle. En 1877, le pasteur Corbière s’insurge contre cette décision. Il rappelle qu’il est seul habilité par le consistoire et qu’il est en place depuis 25 ans, déjà. Il réclame le monopole. Il sera débouté. Un deuxième pasteur continuera à venir au lycée. Philippe Corbière se retire, après 30 ans de service, laissant sa place à Pierre Gachon, nommé le 4 décembre 1882.

  • 25 Si le grain ne meurt, p. 106.

51Le climat était-il irénique entre les élèves des deux confessions au lycée de Montpellier ? Selon André Gide qui y fut élève vers 1882, « deux factions divisaient la classe et divisaient tout le lycée ; il y avait le parti des catholiques et le parti des protestants »25. Et il ajoute : « À Montpellier, la question confessionnelle importait peu ; mais comme l’aristocratie catholique envoyait ses enfants chez les frères (en fait, chez les Jésuites), il ne restait guère au lycée, en regard des protestants qui presque tous cousinaient entre eux, qu’une plèbe souvent assez déplaisante et qu’animait contre nous des sentiments nettement haineux ».

  • 26 ADH, série T, Conseil académique, 25 juin 1870, I.A. Deloche.
  • 27 Annuaire de Prat-Grassard, 1868-1870, p. 151. Mentionnons ici pour mémoire le Pensionnat Normal qu (...)

52Si au lycée de garçons de Montpellier, les protestants étaient largement minoritaires, il n’en fut pas de même dans les divers établissements féminins publics. La domination protestante fut écrasante dans les cours secondaires de jeunes filles, créés par Victor Duruy, en1867. À Montpellier, en novembre 1868, on y compte 33 élèves. Toutes ces demoiselles, sauf deux, sont protestantes. À Nîmes, même chose. L’Inspecteur d’Académie du Gard, écrit en 1869 : « Il faut présumer que ces cours continueront à exister et qu’ils seront à l’usage à peu près exclusif de le partie protestante de la population ». En 1870, il rappelle que « dans le Gard les cours d’instruction secondaires de jeunes filles commencèrent en 1868 avec un éclat qui fit bien augurer de leur avenir, quoique l’auditoire fut exclusivement composé de jeunes filles protestantes ». On eut deux cours, l’un à Nîmes et l’autre au Vigan. En 1870, il n’en reste qu’un, celui de Nîmes, avec seulement 13 jeunes filles. « Selon toutes les apparences, écrit-il, c’est la fin de ce nouveau système d’enseignement secondaire »26. Le 8 juillet 1871, même remarque, avec la précision suivante : « Ce nouveau système d’enseignement paraît avoir vécu dans le Gard ». Notons qu’il existait alors six pensions protestantes de demoiselles à Nîmes, dont une seule de quelque importance : le pensionnat évangélique27.

53À Montpellier, le recrutement du cours secondaire aura la même composition qu’à Nîmes. En 1869, un inspecteur général écrit : « L’enseignement des filles a été maintenu cette année malgré l’opposition énergique de l’autorité diocésaine, mais il faut reconnaître que la majorité des élèves est protestante. Le nombre est demeuré le même, 25 environ ».

  • 28 L. SECONDY, « L’enseignement secondaire féminin public dans l’Académie de Montpellier (1867-1939)  (...)
  • 29 Semaines religieuses de Montpellier, 1880-1882, passim. Par exemple : « Les doctrines aujourd’hui e (...)

54Le lycée de filles de Montpellier, né en 1881, puis celui de Nîmes seront aussi des lieux de forte présence protestante, du moins dans leurs premières années. L’attitude des autorités et des familles catholiques barrait en effet la route de ces lycées à beaucoup de jeunes filles. « Soyez instruites mais ne prenez point de grades », dira Mgr de Cabrières aux élèves du Sacré-Cœur. Les pensions religieuses remplissaient cet office28 et point n’était question de les confier aux maîtresses laïques si critiquées et si redoutées29.

55Les protestants se sont donc préoccupés d’avoir des écoles, surtout des pensions dans la première moitié du siècle. Sauf à Ganges avec M. Olivier, puis M. Boutin qui tinrent un véritable collège privé dans une ville où il n’y en avait pas d’établissement secondaire public, les autres écoles de quelque importance ne furent que des internats pour des élèves que l’on voulait préparer au ministère évangélique et d’obédience orthodoxe. Dans la plupart des cas, leurs élèves fréquentèrent le lycée. Cela est logique et conforme à la position des protestants, dans leur majorité favorables à l’enseignement public, puis plus tard, à la laïcité. C’est ce qui explique, outre le fait qu’ils soient minoritaires, que dans notre Académie on n’a jamais eu d’institutions protestantes comparables à l’Assomption et à Saint-Stanislas à Nîmes ou au Sacré-Cœur à Montpellier. Ce constat dénote une différence d’esprit et de culture. C’est bien connu !

Notes

1 ADH, série T, Conseil Académique, 1860-69, IA, non classé, Hérault 1863.

2 ADH, série T, Conseil Acad. 1860-69, IA de l’Hérault, 1866-67.

3 ADH, T, 4682.

4 ADH, T, 4682.

5 L. SECONDY, Alceste en rectorie, Joeph-Diez Gergonne, recteur à Montpellier (1830-1844), Annales du Midi, janvier-mars 1991, p. 63-76.

6 Il n’y a alors qu’un lycée dans l’Hérault, Montpellier, et huit collèges communaux : Agde, Bédarieux, Béziers, Clermont-l’Hérault, Lodève, Lunel, Pézenas et Sète. Très peu de concurrence pour Ganges de ce côté-là.

7 AN F 17 8954.

8 AD du Gard, 2 T 267.

9 AN F17 – 8944 IA Gard, 1851.

10 ADH, Série T, Conseil Acad. 1850-1859, année 1856.

11 AN F 17 – 8944, I.A. Gard, 1851.

12 Les statistiques officielles sont les suivantes : en 1859, 38 ; en 1862, 37 ; en 1861, 33 ; en 1863 : 33 ; en 1864 : 45 ; en 1865, 45 ; en 1866, 45 ; en 1867, 37 ; en 1868, 38 dont 33 en secondaire ; en 1869, 32 ; en 1870 : 27 ; en 1871, 24 ; en 1872 : 27. Le chiffre donné par J.-D. ROQUE ne correspond pas pour 1870.

13 F 17 – 8944. Sur ce personnage, voir Les protestants, sous la direction de A. ENCREVÉ, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 5, Beauchesne, p. 140-141. Il a fondé la Société des écoles du dimanche et l’union chrétienne des jeunes gens de Paris. Il fut consacré à Nîmes 11 septembre 1856, comme pasteur méthodiste. Il fut durant dix dans secrétaire de la conférence méthodiste. (notice de D. ROBERT). Ses effectifs de 1868 à 1875 sont respectivement de 12, 16, 22, 16, 13, 16, 6, 9. Sur ce nombre, il n’y a que 2 ou 3 demi-pensionnaires chaque année.

14 AN F 17, 7879. Lettre du recteur Gergonne au ministre, 11 mars 1834.

15 Question religieuse et enseignement au lycée de Nîmes entre 1850 et 1900, Annales du Midi, Tome 94, N° 159, octobre-décembre 1982, pp. 387-402.

16 Correspondance du proviseur avec le recteur et l’Inspecteur d’Académie à propos de l’affaire Cazeaux.

17 Nous avons traité cette question plus à fond dans l’histoire du Lycée de Montpellier, Presses du Languedoc, 1989. Voir le chapitre Pratique et foi, La religion au lycée, p. 235 à 262.

18 Lettre du recteur au ministre, AN F 17, 7879.

19 Voir F. STORNE, in Les Protestants, op. cit., p. 232-3. Charles-Frédéric Grawitz, né à Paris, en 1804, mort à Montpellier, en 1852, fut consacré au Vigan en 1828. De 1828 à 1830, il est le suffragant du pasteur Michel, à Montpellier. L’auteur de sa notice insiste sur son rôle auprès des pauvres et des orphelins. Il signale aussi sa position qui explique les réticences rencontrées et qu’exposent recteur et inspecteurs, dans les années 1840 : « Il allie une foi positive à un libéralisme ecclésiastique, qui l’amène à prêcher la tolérance et le droit d’examen. Il conçoit le christianisme comme la clef de tous les problèmes moraux et sociaux ». En 1848, lors de l’assemblée générale, il s’oppose à toute confession de foi, comme il l’avait déjà fait en 1828 à Paris, ce qui lui avait valu le refus de sa consécration dans cette ville. Le pasteur Abraham Louis Lissignol, né à Genève en 1784, mort à Montpellier en 1851, fut pasteur toute sa vie dans cette ville (1809-1851). Selon D. ROBERT, « il a été réputé de parenté “morave”… On peut en parler comme d’un revivaliste avant le Réveil, et sans trace de “séparatisme” », op. cit., p. 299.

20 I. HAVELANGE et alii, Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, INRP, p. 500.

21 AN F 17 – 7880.

22 Inspecteurs Généraux, juillet 1858, AN F 17 7884.

23 Corbière a 44 ans en 1852. Il est marié et père de famille. Le 20 mars 1833 il est confirmé pasteur à Mérindol. Il y reste jusqu’en octobre 1840, puis il est affecté à l’église consistoriale de Montpellier. Il s’était illustré le 25 août 1838 en entraînant sur ses pas, au milieu de la nuit, la population du village, pour éteindre un incendie dans un bois domanial du Lubéron. Le 3 janvier 1843, il devient membre du comité consistorial des écoles protestantes. En 1843, il a publié un cours de religion, Essai d’un guide de l’instruction chrétienne. En décembre 1845, il obtient le 2e prix pour une de ses compositions, à Genève ; il y avait 317 pièces présentées. En 1850, il publie De la réorganisation de la société par le rétablissement des idées morales.

24 IA 1874 au recteur, 30 septembre et 16 octobre 1874.

25 Si le grain ne meurt, p. 106.

26 ADH, série T, Conseil académique, 25 juin 1870, I.A. Deloche.

27 Annuaire de Prat-Grassard, 1868-1870, p. 151. Mentionnons ici pour mémoire le Pensionnat Normal qui existe depuis 1841 pour former des institutrices protestantes. Certaines élèves viennent de l’Ardèche, de l’Hérault, de la Lozère, du Tarn, du Vaucluse… J.-D. ROQUE, op. cit., fascicule 2, p. 9.

28 L. SECONDY, « L’enseignement secondaire féminin public dans l’Académie de Montpellier (1867-1939) », Études sur l’Hérault, Nouvelle série, n° 2, 1985, p. 43-50.

29 Semaines religieuses de Montpellier, 1880-1882, passim. Par exemple : « Les doctrines aujourd’hui en honneur dans notre enseignement public ne sont pas de celles qui peuvent inspirer confiance au pays et aux familles honnêtes », SRM, 1882, p. 359.

Auteur

Docteur es Lettres, enseignant retraité, Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540