Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclairer le peuple

 | 
Jean-Paul Chabrol
, 
Laurent Gambarotto

Chapitre III. Les influences : lumières et « républicanisme »

Jean-Louis Médard, homme des Lumières

Georges Dulac

Texte intégral

  • 1 Nous nous y référerons en indiquant leur cote, composée d’une lettre, désignant une armoire, et d’ (...)

1Rien de plus justifié que le thème de cet exposé qu’on m’a proposé de présenter, pour qui a fréquenté la bibliothèque constituée par Louis Médard et prêté attention aux notices manuscrites qu’il a insérées dans beaucoup de ses livres1 : l’éloge du siècle des Lumières s’y rencontre fréquemment, comme celui des valeurs intellectuelles et morales qu’il représente ; et son apologie est d’autant plus vigoureuse que cette époque, que Chateaubriand désigne comme celle du « philosophisme », est fréquemment mise en accusation au moment où il écrit, généralement sous la Restauration, puis sous la Monarchie de Juillet. Cependant, malgré ces évidences, appliquer cette qualification d’« homme des Lumières » à la personnalité de Médard ne va pas sans quelques difficultés : avant d’entrer dans le vif du sujet, il me paraît nécessaire de soumettre la question elle-même à un examen critique, afin de mieux percevoir les limites, et peut-être les risques, qu’implique l’adoption d’un tel point de vue.

2L’expression utilisée ici pour désigner le rapport que notre collectionneur a entretenu avec le XVIIIe siècle est d’ordinaire appliquée aux hommes de cette époque. Or si la vie de Louis Médard, qui est né en 1768 et mort en 1741, se situe pour près de la moitié dans ce siècle, l’homme qui a décidé de la composition finale de la bibliothèque et qui l’a pourvue de notes destinées à ses futurs utilisateurs appartient pleinement à la première moitié du XIXe : ce ne sont pas seulement les dates de ces activités qui le prouvent, mais le sens et la portée qu’il leur donne lui-même, attestant du même coup qu’elles ne constituent nullement pour lui une sorte de retour nostalgique vers le passé, mais tout au contraire un moyen de conforter les positions qu’il entend défendre au milieu des débats et des luttes de son temps. Bien sûr il lui arrive d’évoquer ce que sa propre formation doit aux écrivains du XVIIIe siècle, et il ne manque pas de souligner combien il entend rester fidèle aux convictions qu’il s’est formées alors : en ce sens, lui-même se voit comme un héritier des Lumières.

  • 2 Copie mise au net de mon grand catalogue de livres destiné après les formalités nécessaires au mair (...)

3Autre point à examiner, avant de tenter de préciser le rapport de Médard aux Lumières, la valeur des informations dont nous disposons pour apprécier sa personnalité. Elles découlent principalement de trois sources : la composition de sa bibliothèque, puisqu’il affirme avoir veillé à ce qu’elle réponde le mieux possible à ses goût et à ses intentions ; son « grand catalogue »2, adressé aux Lunellois et surtout aux jeunes lecteurs qui utiliseront ses livres (ils sont les destinataires de diverses notes qu’il y ajoute jusqu’à la fin de sa vie) ; enfin et surtout les très nombreuses notices qu’il a fait transcrire dans ses livres par des copistes professionnels, principalement dans les années 1820-1830 semble-t-il, et dont un petit nombre seulement sont datées (la rédaction d’une notice au moins est datée de 1812). Les fonctions de ces textes sont multiples : elles ont souvent une valeur documentaire, puisqu’elles comportent des indications qui relèvent de l’histoire littéraire et de l’histoire du livre, ou de ce que nous appellerions la bibliographie matérielle (elles répondent aux préoccupations d’un bibliophile avisé) ; mais les appréciations littéraires, politiques ou morales y sont fréquentes et argumentées. Ces jugements ont eux-mêmes un statut quelque peu ambigu : ils sont le produit d’une pratique personnelle, car Médard précise qu’il a toujours aimé lire la plume à la main et qu’il a en outre pris l’habitude de formuler ses opinions en s’aidant de fréquents emprunts aux critiques contemporains (tel Charles Nodier, qu’il a plusieurs fois mis à contribution, par exemple à propos de Diderot) ; mais dès lors qu’il a décidé, vers 1815, de léguer ses livres à sa ville natale, il n’a pas songé seulement à rendre compte de ses opinions, mais à guider de futurs lecteurs, ce qui est assez différent : on comprend qu’il a pu, selon les sujets, observer une certaine réserve, ou au contraire mettre en valeur ce qui lui paraissait pédagogiquement important. Il est donc délicat de vouloir, à partir de tels éléments, dessiner le portrait intellectuel d’un homme, qui sans chercher à masquer ses idées et ses goûts, n’a sans doute pas eu pour souci principal de les exprimer. Enfin on notera que si les prises de position formulées dans ces notices sont généralement d’une grande netteté, elles ont été enregistrées à des dates différentes, au cours d’une période de plus de vingt ans, si bien qu’il faudrait faire la part d’une possible évolution des opinions du rédacteur : mais nous ne sommes guère en mesure de préciser quoi que ce soit à ce sujet.

  • 3 Sur plusieurs aspects de la collection et sur la personnalité de Louis Médard, voir La Bibliothèqu (...)

4Signalons, pour en terminer avec ces observations préliminaires, une autre difficulté qui risque d’amener certaines erreurs de perspective. Si l’on peut légitimement tenter de définir ce que Louis Médard doit à l’époque des Lumières, dont il se réclame fréquemment, il faut observer qu’en s’attachant à ce côté de sa personnalité, on laissera nécessairement dans l’ombre d’autres aspects qui ne sont pas moins importants, ou qui peut-être le sont davantage. Il en est ainsi de son calvinisme : il souligne lui-même que l’esprit de la Réforme est à l’origine d’attitudes intellectuelles et morales qui lui paraissent déterminantes à l’époque moderne ; mais selon les circonstances, on y verra aussi bien un héritage des Lumières. On observera d’autre part qu’en mettant l’accent sur les œuvres des philosophes du XVIIIe siècle, dont sa bibliothèque est particulièrement riche, on ne rendra pas nécessairement compte de ses préférences littéraires. Ainsi en tête du premier Supplément à son catalogue, à propos des acquisitions opérées dans sa vieillesse, il déclare que ses goûts dominants vont aux littératures grecque et latine, et aux œuvres françaises du Moyen Âge. Il conviendra donc de se rappeler qu’en montrant en Médard un héritier des Lumières, on ne caractérise qu’un aspect de sa personnalité, qui en elle-même nous échappe sans doute, au moment même où nous pourrions nous laisser entraîner à une reconstitution imaginaire. Qu’on veuille donc bien voir dans les aperçus qui suivront, non pas l’esquisse d’un portrait, mais des images partielles, obtenues en regroupant un certain nombre d’informations que nous apportent la collection de Lunel sur celui qui l’a constituée3.

5Un premier ensemble de données, parmi celles qui permettent d’apprécier la nature de son attachement à l’époque des Lumières, se rapporte à ce qu’il nous apprend de ses lectures d’adolescent, en dehors de ses études au collège et de ses talents de latiniste. C’est peu de choses, à vrai dire, mais à plusieurs égards très significatif. En 1784, il lit l’Histoire philosophique des établissements des Européens dans les deux Indes, de l’abbé Raynal (Catalogue, p. 216), et doit sur l’ordre de son père en faire des extraits qui concernent le commerce colonial – cacao, cochenille, sucre ou épices –, afin de se préparer au métier de négociant qu’on prévoit de lui faire exercer à Cadix, où est déjà installé son frère David (N 61). Le cahier de devoir de vacances existe encore aujourd’hui dans la bibliothèque, et sans doute doit-il d’avoir été conservé, non bien sûr au contenu de ces notes purement utilitaires, mais à la valeur symbolique qu’a pris l’ouvrage quand il a pris conscience de tout ce qu’il devait au fait de s’être « pénétré tout jeune de ce [qu’il avait] lu, relu et commenté » à cette occasion (N 61). Or on sait que cette histoire du grand négoce maritime entreprise avec l’appui du ministère, était devenue, grâce aux contributions anonymes de Diderot, une sorte de recueil philosophique aux dimensions encyclopédiques : c’est dans cet ouvrage proscrit, devenu un best-seller européen, que le principal collaborateur de Raynal a pu populariser certains des thèmes les plus hardis de sa morale et de sa politique ; et c’est aussi semble-t-il dans ce livre que le jeune Louis s’est initié à la philosophie des Lumières. Du moins il restera très attaché au souvenir de cette lecture, et aussi à la gloire de son auteur, voyant en Raynal un précurseur de la campagne pour l’abolition de la traite des Noirs et un héros de la philosophie : il prendra vigoureusement sa défense contre une notice fielleuse publiée dans la Biographie universelle de Michaud en pleine Restauration et s’appliquera à réfuter l’affirmation selon laquelle l’auteur de l’Histoire aurait, sous la Révolution, répudié les idées qu’il avait défendues sous l’Ancien régime (N 61-1). Il dénoncera même comme une calomnie visant à le discréditer les informations qui s’étaient répandues concernant les contributions apportées secrètement par Diderot.

6Médard signale dans son Catalogue (p. 216) une autre lecture qu’il fit au même moment à la demande de son père, la plume à la main. Il ne semble pas l’avoir commentée, mais on peut supposer qu’elle ne fut pas sans importance dans sa formation. Il s’agit de l’Histoire de l’Amérique de William Robertson, où il était également question du commerce colonial, et aussi « des motifs qui ont occasionné le révolution de l’Amérique septentrionale ». L’historien écossais, qui n’a pas été sans influence sur l’ouvrage de Raynal, et notamment sur certaines pages rédigées par Diderot, développait à la suite de Hume une conception du progrès matériel, social et culturel des sociétés fondé sur l’enrichissement commercial qu’a permis l’établissement progressif des libertés individuelle et politique.

  • 4 Sur plusieurs de ces éditions, voir les descriptions données par G. BOUCHARD, dans « Quelques livr (...)
  • 5 Nous modernisons la graphie des citations extraites des notices calligraphiées par les copistes em (...)

7J’en viens maintenant à un second groupe d’informations, constitué à partir des appréciations que Médard a portées sur le XVIIIe siècle dans son ensemble. Il a fréquemment exprimé ses vues sur ce thème, qui est beaucoup plus fourni que le précédent, mais je ne pourrai en rendre compte ici que de façon très schématique. Ses commentaires ont généralement une motivation évidente : comme nous l’avons déjà noté, au moment où il écrit, le siècle des philosophes est décrié par les plus grands écrivains du temps, de Chateaubriand aux Romantiques, et par nombre de libellistes. Mais c’est aussi l’époque qui voit paraître de grandes éditions des œuvres de Voltaire (éd. Renouard, 1819-1825), de Diderot (dont beaucoup d’œuvres inédites sont progressivement révélées) et de Rousseau ; on publie en 1821 une suite à l’Histoire des deux Indes, qui est rééditée (Médard a acquis les volumes complémentaires), et de 1812 à 1831, plusieurs éditions, de plus en plus complètes, sont données de la Correspondance littéraire de Grimm. Médard a acquis la plupart de ces éditions4, qu’il a assorties de notices parfois très développées : elles portent tant sur les auteurs que sur l’époque dans son ensemble, qu’il célèbre pour l’œuvre de libération politique, intellectuelle et morale qu’elle a accomplie. Le texte le plus remarquable en ce genre est celui qu’il a fait copier sur son exemplaire de la Correspondance littéraire (D 61-1)5 :

« Le dix-huitième siècle restera à jamais un grand siècle dans la mémoire et la reconnaissance des hommes ; comme pour tout ce qui est véritablement grand, la postérité sera plus juste pour lui que les contemporains ; chez elle il triomphera des préventions des gens abusés, des calomnies des gens de mauvaise foi, et de la haine de ceux qui lui veulent du mal parce qu’il a fait du bien. S’il est encore parmi nous des hommes de mérite qui méconnaissent ce grand siècle, ce sont des ingrats, car c’est lui qui les a faits ce qu’ils sont : le dix-septième siècle doit à la singulière réunion de beaucoup de circonstances ses glorieuses destinées. Eh bien ! si l’on compare, depuis les sommités jusqu’aux plus bas degrés, la civilisation de ce dix-septième siècle avec celle du dix-neuvième, on est confondu des immenses progrès qu’elle a faits : c’est que le dix-huitième siècle a passé entre les deux, c’est qu’il a abattu ces masures que nous n’apercevons plus, c’est qu’il a défriché ces champs où la liberté croit aujourd’hui ; sans doute il reste encore des ronces et des broussailles mais nous les arracherons car il nous a appris comment on les arrache. Le dix-huitième siècle a fait des fautes, qui le nie ? Mais est ce qu’il est donné à l’homme de remuer les masses, d’accomplir de grandes choses, sans commettre quelques erreurs, sans qu’on ait à déplorer quelques infortunes ? et quoi de plus grand que cette régénération de tout un peuple qui, dans ses dernières conséquences, doit produire la régénération d’une partie du monde ».

  • 6 Voir à ce sujet G. et L. DULAC, « Les sources de l’histoire de la Révolution à la bibliothèque de (...)

8On notera qu’à l’exemple des détracteurs du siècle des Lumières, Médard réunit dans le même jugement, mais pour en faire l’éloge, l’œuvre des philosophes et la Révolution française6. L’Empire se place également à ses yeux dans le prolongement du même mouvement, quand il salue en « Bonaparte, le roi du monde moderne, le roi de la pensée moderne, le roi de l’histoire à venir » (E 3), et caractérise son action en des termes analogues à ceux qu’on vient de lire (P 72) :

« Napoléon est bien plus coupable pour le bien qu’il n’a pas fait et qu’il pouvait faire, que pour les maux dont on l’accuse. Il commit des fautes, sans doute, mais il est impossible de conduire de tels mouvements avec les règles d’une justice absolue […] ».

9Cette attitude, sans doute en partie déterminée par un contexte très polémique, correspond plus généralement au souci, qui paraît constant chez lui, d’évaluer les idées et les œuvres selon leurs effets sur la société : son appréciation se fonde sur le critère de l’utilité et du bien général, et en cela elle est à la fois très politique et fidèle à l’esprit des Lumières. De Struensee, le réformateur malheureux du Danemark, il écrit par exemple : « [Il] avait voulu appliquer avec trop de précipitation les principes de la philosophie du XVIIIe siècle : il avait affranchi la presse, diminué le nombre des corvées, modéré les impôts, favorisé l’industrie, modifié la rigueur des lois pénales et la longueur des formalités judiciaires […] » (P 123). Cette orientation de sa pensée ne peut être dissociée d’une mise en perspective qui fait des philosophes les annonciateurs d’un progrès social qu’ils ont contribué à déterminer et qui doit se poursuivre avec leur aide. Ainsi de Rousseau (F 50-1) :

« [Il] était mécontent de notre état social ; et dans la juste indignation que lui faisait éprouver la révoltante inégalité des biens de la terre et des avantages de la société, il a vanté avec éloquence la vie sauvage. Sans doute la raison ne saurait adopter cette apologie ; mais quand on voit le nombre des réformes qu’un peuple tout entier a réclamées moins de cinquante ans après la mort du philosophe ; quand on regarde l’étonnante amélioration du sort de ce peuple, amélioration qui est l’un des fruits de l’apostolat de l’auteur du Contrat social, on lui pardonne des hyperboles en faveur des heureux changements dus à son zèle philosophique ».

10Cette actualisation très pragmatique des grandes œuvres des Lumières limite bien sûr quelque peu leur portée spéculative et ne va pas sans naïveté, par exemple quand Médard écrit, toujours à propos de l’auteur du Discours sur l’origine de l’inégalité (F 50-4) :

« Espérons plutôt qu’au fur et à mesure que les lumières et les bienfaits de la civilisation se propageront au sein des masses qui composent et composeront toujours le fonds commun de l’humanité, l’inégalité des conditions s’affaiblira graduellement, ou tout au moins s’adoucira, surtout avec le grand levier des Caisses d’épargne. C’est ce premier capital qu’il faut encourager : qui le crée, pare à ses besoins et devient un être moral ».

  • 7 Voir à ce sujet, G. et L. DULAC, « De Voltaire au curé Jean-Baptiste Fabre : le XVIIIe siècle de J (...)

11Le fait que Médard parle du XVIIIe siècle en ayant principalement en vue de ce qu’il considère comme son aboutissement, c’est-à-dire le renversement de l’Ancien régime et l’état de société qui en est résulté, a également pour conséquence de l’amener à négliger les débats et les conflits qui ont opposé les penseurs de cette époque, car tous, malgré leur diversité, qu’il n’ignore nullement, lui paraissent avoir œuvré d’un même élan : on reconnaît là une attitude très courante dès la période révolutionnaire, où l’on célébrait à certains moments la réconciliation posthume de Voltaire et de Rousseau. Ainsi, bien que sa bibliothèque fournisse mille preuves qu’il a été un lecteur attentif de la littérature de cette époque, la représentation d’ensemble qu’il en donne reste largement mythique7. L’actualité qu’il lui confère est globale, et de ce point de vue, des écrivains que bien des traits opposent peuvent être célébrés dans des termes analogues : l’époque y perd évidemment beaucoup de sa complexité et de son relief, mais cette simplification, qui peut paraître excessivement lénifiante, s’accompagne d’une foi énergique dans l’efficacité des lumières. De Voltaire, il affirme par exemple (E 1) :

« […] on prouverait facilement que ses efforts et ses conseils ont plus ou moins contribué à chacune des améliorations dont la France jouit maintenant […]. La société avait besoin de lui ; elle l’attendait ; il avait une mission ; il l’a remplie avec une constance qui étonne, avec un succès dont l’éclat s’accroîtra sans cesse. Plus le monde s’éclairera et se civilisera, plus Voltaire sera grand ».

12C’est dire que le mouvement de libération et de progrès que les philosophes ont contribué à susciter au siècle précédent n’est pas achevé : de ce point de vue, le temps de leur action reste tout proche, et étroitement solidaire du présent et de l’avenir. Et c’est en termes presque prophétiques que l’auteur de cette apologie annonce que le Patriarche « sera le plus puissant instrument d’une civilisation inconnue jusqu’ici […] » (E 1).

13Si l’on en vient à considérer plus précisément ce que Médard a écrit sur chacun des principaux écrivains du siècle, avec une préférence marquée, semble-t-il pour Voltaire, Rousseau et Diderot, on constate aisément l’ampleur de ses lectures et la qualité de son information : il ne néglige aucun genre et signale assez fréquemment des textes récemment révélés ou peu connus. Son point de vue ne se limite cependant pas aux intérêts du bibliophile qui, attentif au fait qu’une édition est sur certains points plus complète ou plus exacte qu’une autre, apporte fréquemment des informations précieuses sur les conditions de publication de certains ouvrages, comme il le fait pour l’Histoire des deux Indes : c’est l’histoire littéraire du siècle dans son ensemble qui lui est familière, et on le voit généralement utiliser ses connaissances pour étayer des jugements presque toujours favorables, à certaines nuances près : appréciation littéraire et point de vue moral y sont généralement associés. Ainsi il rédige une longue apologie de Rousseau pour le défendre des calomnies passées et présentes (F 50-1), affirmant que « la vertu de cet homme extraordinaire fut la source de son éloquence et l’âme de ses ouvrages » ; et d’ajouter qu’après la publication des « scandaleux Mémoires de Mme d’Épinay, il n’est plus permis de douter que la plupart de ceux qui fréquentaient la maison [du baron d’Holbach], n’aient cherché tous les moyens de nuire à un écrivain célèbre qui n’était pas philosophe à leur manière ». Mais ce sont surtout ses ouvrages qu’il s’efforce de mettre en valeur, en mettant l’accent sur la qualité de son style et la puissance de sa parole, qui lui a permis d’« exercer la plus haute influence sur les sentiments et les destinées d’un grand peuple », allusion évidente à la période révolutionnaire. Dans le même esprit, il écrit assez curieusement que « c’est avec des générations, retrempées par une éducation empruntée à l’Émile, et enflammées par la morale de Rousseau, que nous avons résisté à l’Europe » (F 50-1). L’admiration qu’il voue à Diderot n’est pas moindre. Dans l’auteur de Jacques le Fataliste, de La Religieuse, des lettres à Sophie Volland et du Père de famille, il salue, avec Nodier, l’écrivain au « style spontané comme l’imagination, indépendant et infini comme l’âme » (D 101-22), une « figure forte, bienveillante et hardie » (O 331), et d’autre part « le moraliste tourmenté du besoin de recommander et de faire chérir les vertus domestiques » : un Diderot un peu plat, « bon époux et bon père, [qui] prêcha d’exemple les vertus dont il trace le tableau » (D 101-1). Cependant si l’on garde présent à l’esprit la fonction pédagogique de ces notices, il convient de noter que Médard semble avoir eu pour souci principal d’inciter à la lecture, même dans le cas d’écrivains qui à l’évidence n’ont pas partagé ses convictions philosophiques et religieuses. Ainsi non content de ne pratiquer aucune forme d’exclusion, il apprécie avec beaucoup de compréhension des attitudes fort éloignées des siennes : Voltaire s’en est certes pris à la religion chrétienne ; mais c’est qu’il avait été aigri par les persécutions. Quant à l’athéisme de Diderot, il est le fait d’une tête ardente et enthousiaste, ce qui est aussi le cas d’Helvétius, qui s’est laissé emporter par sa fougue mais dont les intentions étaient excellentes… À propos de La Mettrie, le plus scandaleux des matérialistes du siècle, il remarque seulement que ses écrits philosophiques doivent être lus « avec quelque prévention » (P 43). Il condamne certes les ouvrages violemment antichrétiens du baron d’Holbach – dénonçant ce qui constitue à ses yeux des inconséquences, voire des « assertions monstrueuses » (U 68-1) –, et il les place dans l’Enfer de sa bibliothèque : mais il faut observer qu’il en a réuni une collection à peu près complète, et il admet y trouver « parfois des vérités », comme dans l’Esprit du clergé (U 113-1). Lorsque l’impiété d’un autre ouvrage de d’Holbach, Le Christianisme dévoilé, le révolte particulièrement, il prend soin de reproduire des notes de Voltaire qui le réfutent (U 70). Le plus souvent, cependant, il réserve ses propos les plus sévères aux auteurs qu’il accuse d’avoir été des « fanatiques » de l’athéisme, comme Naigeon et Sylvain Maréchal, qu’il met sur le même plan que les fanatiques du camp opposé, à commencer par La Harpe, grand pourfendeur des philosophes, ses anciens amis (T 1-1) : l’intolérance et les proscriptions qu’elle entraîne lui sont odieuses.

14Je m’attacherai pour terminer à quelques attitudes morales et intellectuelles, voire politiques, de Louis Médard dont nous avons déjà rencontré plusieurs exemples : qu’elles s’expriment ou non à propos d’œuvres du XVIIIe siècle, elles se rattachent incontestablement, de son point de vue, à l’esprit des Lumières, même si ce sont simplement des traits caractéristiques d’un esprit libéral à l’époque où il écrit. Sur de tels thèmes, la tolérance, la liberté d’expression, la foi dans le progrès et les effets bénéfiques de l’instruction, ses convictions sont simples et fortes. Ainsi il apprécie particulièrement une « statistique morale » présentée en 1826 par Charles Dupin, qui oppose à la « France éclairée » du Nord la « France obscure » du Midi, où l’instruction primaire est trois fois moins développée (P 128-1) : la première est plus industrieuse, plus riche, obtient trois fois plus de brevets d’invention et fournit proportionnellement plus de savants… Dans la seconde, fleurissent « les confréries de pénitents gris, blancs, noirs ; les congrégations de toute espèce, les pratiques superstitieuses, en un mot tout le cortège de l’ignorance et de l’oisiveté » ; au Midi également appartient, pour les mêmes raisons, la majorité des « crimes qui ont le plus épouvanté la civilisation depuis quarante ans »… Dans un esprit analogue, il rattache un peu abusivement à la tradition des philosophes un anticléricalisme assez banal comme celui de Fabre, ou Favre, curé de Celleneuve et écrivain occitan (G 15-1) :

« Favre n’est pas seulement un des bons poètes du dialecte montpelliérain, c’est encore [un] critique de l’école du dernier siècle. Frondeur comme Voltaire, sceptique comme lui, il n’avait du prêtre que la robe. Dans leur sphère rétrécie, ses écrits contribuèrent à propager les idées encyclopédiques. Ainsi, Lou Siègé de Caderousse, qui n’est plus qu’un modèle littéraire du genre, avait de plus à son apparition, une portée sociale. Les puissances du jour y sont vouées au sarcasme ; mille traits, partout répandus, frappent de leur pointe acérée le luxe du haut clergé, sa vanité sotte, sa mollesse ainsi que la paresse, l’ignorance, la sensualité et l’intolérance des moines ».

15La tolérance religieuse est également un des thèmes qui lui fournissent l’occasion d’établir un pont entre les combats du XVIIIe siècle et ceux de l’époque présente : il déplore en 1823 que les évêques anglicans s’obstinent, à la Chambre des lords, à refuser l’égalité des droits aux catholiques, non sans remarquer que c’est le souvenir vivace qu’a laissé l’intolérance catholique qui explique leur attitude, d’autant plus que la nouvelle puissance acquise par les jésuites dans la plupart des pays d’Europe est propre à réveiller bien des craintes (O 2). Les principes hérités de l’époque des Lumières apparaissent ainsi chez lui vivifiés par une sensibilité politique en éveil et par une réflexion qui leur donne des racines plus personnelles. L’ouverture d’esprit dont il fait preuve à l’égard des opinions les plus opposées aux siennes se trouve par exemple justifiée quand il rappelle, en se référant à Leibniz, que les erreurs de Hobbes ont servi le progrès de sciences, puisque son apologie du despotisme a stimulé les recherches sur les fondements de la liberté politique (L 84).

  • 8 Voir à ce sujet, J.-M. HORNUS et R. PETER, « Le fonds Jean Louis Médard de la bibliothèque de Lune (...)
  • 9 Ouvrages du Baron Trouvé (1818) et de Charles Dupin (1826) sur l’état de l’instruction en France. (...)

16Sur ce terrain cependant, il convient de se garder d’une erreur de perspective, en observant que tous les thèmes que nous venons d’évoquer se rattachent, dans l’esprit de Médard, à une source d’inspiration plus puissante et plus ancienne que l’héritage des Lumières : selon lui, la Réforme, et surtout sa version la « plus hardie », le calvinisme8, qui ont suscité dans les pays protestants de profondes transformations sociales et « une activité plus vigoureuse, un bien être plus général que dans les pays catholiques », ont plus généralement amené le développement de la philosophie rationnelle et les progrès irrésistibles de l’esprit de libre examen. À ses yeux, l’œuvre des Lumières se situe dans un mouvement plus vaste commencé deux siècles plus tôt et dont l’énergie est loin d’être épuisée (X 99)9 :

« Ce fut sous le rapport philosophique un instrument sublime et terrible à la fois, que ce libre examen, immense faculté de l’esprit qui creuse et abîme tout ce que la raison n’admet pas. Il contenait en lui-même les germes de mort pour tous les droits établis, pour tous les faits consacrés depuis des siècles. Quelle idée, quel droit acquis n’allaient pas être réduits en poussière par cette loi d’éternel remaniement de la société humaine ? […] l’examen, base de cette réformation, posait dans le monde une des difficultés impérieuses que les générations à venir auront peut-être à résoudre : je parle de la légitime transmission de la terre, quand avec l’arme terrible de la raison humaine, il s’agira de voir et d’apprécier les droits et les limites de la propriété ; quand l’examen mettra en présence la misère des masses et l’opulence de quelques-uns, alors n’est-il pas à craindre qu’il n’entraîne à ce doute épouvantable pour les générations à venir : à savoir, si la terre doit être le patrimoine du petit nombre au préjudice de tous ? L’examen a détruit l’autorité catholique ; il a presque dévoré la royauté et le pouvoir légitime des gouvernements, il lui reste maintenant une dernière illusion à détruire, le prestige de la propriété héréditaire. Ainsi la plus noble faculté de l’homme, établie par la Réforme, peut être la cause innocente de tous les désordres et de la plus terrible des révolutions ».

17Nous ne tenterons pas une exégèse de ce texte étonnant, qui fait visiblement allusion à l’essor de la pensée socialiste, jugé à la fois nécessaire et redoutable : qu’il suffise de noter que de ce point de vue l’œuvre des Lumières, si massive que soit sa présence dans la culture de Médard, n’est qu’un élément qui ne peut être apprécié isolément de plusieurs autres. Parmi eux, le moindre n’est pas la foi religieuse, qui le conduit à dire son admiration pour les vérités bibliques et à affirmer la supériorité de la morale chrétienne (X 36), ce qui le situe à l’opposé de la plupart des philosophes qu’il admire par ailleurs. Comme nous l’avons vu, il se montre rarement sensible à cette contradiction, sans doute parce qu’en esprit ouvert et tolérant, il est surtout attentif à un mouvement général de libération et de progrès dont les voies sont multiples.

18Les relations que Louis Médard a entretenues avec l’époque des Lumières présentent, dans l’ensemble, une double valeur. L’excellente connaissance qu’il a acquise des œuvres de cette époque et les informations qu’il apporte à leur sujet, souvent à partir de ce qu’il a appris des meilleurs bibliographes de l’époque, comme Barbier, ou même grâce au réseau d’amis et d’agents qui l’a aidé à constituer sa collection, n’ont pas perdu pour nous tout intérêt documentaire : peut-être même certains des faits ou des documents qu’il évoque pour éclairer l’histoire littéraire du XVIIIe siècle mériteraient-ils de retenir plus précisément l’attention, parce qu’il pourraient signaler une piste de recherche. Il ne s’agit pourtant là que d’un aspect mineur, bien qu’il puisse contribuer à rendre souhaitable la publication des centaines de notices qu’a rédigées ce remarquable lecteur-bibliophile. L’essentiel demeure le témoignage exceptionnel qu’apportent ces textes sur la réception et la mise à profit de l’héritage des Lumières par un homme qui s’en réclame, tout en cherchant sa voie à partir de ses propres convictions. Mais à cet égard, l’interprétation des nombreuses données que nous apporte la collection de Lunel reste délicate. Nous avons essayé de ne pas isoler cet aspect de la personnalité de Médard d’autres tout aussi importants qui doivent être pris en considération pour comprendre le travail d’appropriation auquel il s’est livré. Mais nous avons bien conscience de n’avoir réuni à ce sujet que des informations très partielles et insuffisantes. Pour interpréter plus sûrement l’usage que Louis Médard a fait de ses lectures, il faudrait être en mesure de discerner tous les prolongements qu’il leur a donnés dans les domaines les plus importants, en considérant non pas seulement les commentaires qu’il a ajoutés à des éditions d’œuvres du XVIIIe siècle, mais ce que peut nous apprendre l’ensemble de sa bibliothèque : il serait par exemple intéressant d’examiner s’il est possible d’établir, au moins avec une certaine probabilité, ce qu’étaient plus précisément ses opinions politiques. Il reste donc à souhaiter que sur ce terrain les travaux se poursuivent.

Notes

1 Nous nous y référerons en indiquant leur cote, composée d’une lettre, désignant une armoire, et d’un chiffre, éventuellement suivi du numéro du volume. En ce qui concerne les ouvrages du XVIIIe siècle, nous sommes très redevable à Cl. FORTUNY qui les a catalogués avec beaucoup de précision dans la base SIBIL. Le catalogue de l’ensemble du fonds, qui a été achevé par D. ROUGER, est reproduit dans le cédérom qu’elle a consacré à la collection de Médard.

2 Copie mise au net de mon grand catalogue de livres destiné après les formalités nécessaires au maire de la ville de Lunel. Ce catalogue comporte deux suppléments postérieurs à 1840 ; il existe d’autre part un « Petit catalogue » dans lequel Médard a placé notamment les ouvrages « écrits contre l’Église romaine et ses pontifes, même contre les jésuites ».

3 Sur plusieurs aspects de la collection et sur la personnalité de Louis Médard, voir La Bibliothèque de Louis Médard à Lunel. Mélanges, textes réunis par G. DULAC, Montpellier, SVPI et Centre d’étude du XVIIIe siècle, 1987.

4 Sur plusieurs de ces éditions, voir les descriptions données par G. BOUCHARD, dans « Quelques livres remarquables dans le fonds Médard de la bibliothèque de Lunel », La Bibliothèque de Louis Médard, op. cit., p. 41-51.

5 Nous modernisons la graphie des citations extraites des notices calligraphiées par les copistes employés par Médard.

6 Voir à ce sujet G. et L. DULAC, « Les sources de l’histoire de la Révolution à la bibliothèque de Lunel », La Bibliothèque de Louis Médard, op. cit., p. 133-138, ainsi que les travaux que Cl. FORTUNY a consacrés à plusieurs ensembles remarquables de la collection : « Le Théâtre républicain de la bibliothèque de Lunel », Recherches nouvelles sur quelques écrivains des Lumières II, sous la direction de Proust Jacques, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1979, p. 176-234 (repris dans Répertoire du théâtre républicain, Genève et Paris, Slatkine reprints, 1986, t. XV, et dans La Bibliothèque de Louis Médard, op. cit., p. 75-132) ; « Marat en entier et plus que Marat ». Vrais et faux journaux de l’Ami du Peuple à la Bibliothèque de Lunel, Bruxelles, Pôle nord, et Montpellier, Centre d’étude du XVIIIe siècle, 1996 (coll. Chantiers).

7 Voir à ce sujet, G. et L. DULAC, « De Voltaire au curé Jean-Baptiste Fabre : le XVIIIe siècle de Jean Louis Médard », Colloque international d’études occitanes (Lunel, août 1983), Montpellier, Centre d’études occitanes, 1984, p. 87-108 (reproduit dans La Bibliothèque de Louis Médard, op. cit., p. 53-74).

8 Voir à ce sujet, J.-M. HORNUS et R. PETER, « Le fonds Jean Louis Médard de la bibliothèque de Lunel et l’histoire du protestantisme », Études théologiques et religieuses, 1979, n° 2, p. 243-254 (reproduit dans La Bibliothèque de Louis Médard, op. cit., p. 23-34).

9 Ouvrages du Baron Trouvé (1818) et de Charles Dupin (1826) sur l’état de l’instruction en France. Ces ouvrages avec une introduction manuscrite de Jean-Louis Médard sont conservés à la bibliothèque municipale de Lunel au Fonds Médard. Dans cette introduction, Médard souligne que les départements sont d’autant plus arriérés, sur tous les plans, que leur scolarisation est faible.

Auteur

CNRS, UMR 5186, Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540