Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclairer le peuple

 | 
Jean-Paul Chabrol
, 
Laurent Gambarotto

Chapitre III. Les influences : lumières et « républicanisme »

De la difficulté d’être républicain pendant le premier XIXe siècle

Brèves réflexions à propos de Jean-Louis Médard

Raymond Huard

Texte intégral

  • 1 Le bref rappel qui suit devra naturellement être étayé par la lecture des ouvrages de base sur l’h (...)

1Jean-Louis Médard fut-il républicain ? Pour esquisser une réponse à cette question, peut-être faut-il se replonger dans l’époque où il a vécu et se remémorer les avatars du mouvement républicain pendant cette période1. Souhaitée seulement par une toute petite minorité au début de la Révolution, la République s’installe d’abord comme un régime de fait par suite de la déposition de Louis XVI en 1792. Dynamisée par l’esprit patriotique, elle s’identifie bientôt à un régime d’exception et même à la Terreur. Le renversement de Robespierre le 9 thermidor consacre ensuite l’affirmation d’une république bourgeoise. Il réduit à la défensive ceux qui avaient de la République l’idée la plus ambitieuse, qui pensaient qu’à la forme républicaine du gouvernement, il fallait ajouter une visée sociale : celle du « bonheur commun ». Le Directoire, premier régime républicain à fonctionner en vertu d’une constitution, celle de 1795 ou de l’an III, vaut sans doute mieux que sa réputation, mais il ne put consolider l’idée républicaine car il fut gangrené par l’affairisme et ne parvint pas à fonctionner sans le recours périodique aux moyens d’exception. Après le Coup d’État du 18 Brumaire, même si la forme républicaine du gouvernement subsiste en apparence, les purs républicains, sous l’étiquette de « jacobins », sont désormais suspects, traqués, déportés. Le prestige de Bonaparte, puis de Napoléon, les succès incontestables, et même éclatants, du régime jusqu’à 1811 éclipsent ensuite l’idée républicaine. Si l’on assiste à un renouveau fugitif de celle-ci en 1815 dans le mouvement des « fédérations » qui visaient à la fois à défendre le pays et à préparer une transition démocratique après la chute de l’Empire, le désir de paix, l’espoir de voir enfin s’installer un régime stable et assurant un minimum de libertés poussent une grande partie des Français à se rallier aux Bourbons restaurés. Certes, il demeure une petite minorité républicaine souvent mâtinée d’ailleurs de bonapartisme et elle se manifeste au début des années 1820 dans les complots de la Charbonnerie, mais ce n’est que dans les années précédant immédiatement 1830 qu’elle commence vraiment à s’exprimer, par exemple en faisant connaître de façon plus authentique l’histoire véritable de la Révolution française. En tant que force politique organisée, le mouvement républicain, dynamisé par un nouveau renversement de la Monarchie, en 1830, n’apparaît qu’au lendemain de la Révolution de 1830.

2L’histoire politique de la France a connu de tels bouleversements pendant les quarante années qui s’écoulent de 1789 à 1830 que fort peu de gens sans doute ont gardé les mêmes opinions pendant toute la période. Parmi ceux-ci, on trouve surtout les aristocrates, qui n’avaient « rien appris et rien oublié » et peut-être aussi les tenants d’une monarchie libérale. Beaucoup des futurs républicains de 1792-93 avaient d’abord cru en celle-ci au début de la Révolution, puis s’en sont détournés quand le double jeu de la royauté est apparu dans toute son évidence. L’instauration de la Première République, les combats menés contre l’invasion étrangère, l’intervention populaire révolutionnaire ont créé une tradition républicaine. Mais le devenir de celle-ci a été complexe à cause des luttes qui ont opposé Girondins et Montagnards, puis ces derniers aux Thermidoriens. Si ce sont plutôt les néo-jacobins qui ont entretenu l’idée républicaine après le 9 Thermidor, d’autres clivages se sont fait jour ensuite, en particulier à l’occasion de la prise du pouvoir par Bonaparte le 18 brumaire. Des républicains se sont ralliés au Consulat par esprit patriotique ou avec l’espoir de stabiliser ainsi les conquêtes de la Révolution. Déçus ensuite par l’évolution autoritaire du régime impérial, certains ont accepté en 1815 la restauration de la Monarchie, quitte à se situer bien vite dans l’opposition de gauche à celle-ci. Pensons à l’évolution complexe d’un Benjamin Constant, protestant comme Louis Médard, et modéré comme celui-ci l’était vraisemblablement.

  • 2 La plupart des indications figurant dans le paragraphe qui suit sont extraites du dossier d’habili (...)
  • 3 La famille Teste qui donna non seulement le militant républicain Charles Teste, mais ses deux frèr (...)
  • 4 Sur Rigomer Bazin, outre le dossier mentionné en note 1, p. 125-144, voir C. PEYRARD, Les Jacobins (...)

3Les militants qui ont continué à agir ont dû tenir compte des conditions politiques dans lesquelles ils se trouvaient, ce qui impliquait parfois de ne pas afficher des idées républicaines. Dans la génération de Louis Médard, et dans la même région au sens large, on peut en repérer quelques-uns2. Agricol Moureau (1766-1842), grande figure du jacobinisme avignonnais, journaliste au Courrier d’Avignon en 1793, reparaît en 1815 dans le mouvement des fédérations d’Avignon et du Vaucluse. Installé à Paris en 1817, il collabore au journal libéral le Constitutionnel. Charles Teste (1783-1848), fils d’un militant républicain de Bagnols, Antoine Teste, qui incarne dans toute sa pureté l’esprit républicain des origines, manifesta sa fidélité à la tradition paternelle. Après avoir été fonctionnaire de l’Empire, et exilé à ce titre entre 1815 et 1817, il est à partir de 1824 un des principaux associés d’une librairie parisienne dite « la petite jacobinière ». Il rencontre Buonarroti en 1829, devient son principal collaborateur, participe très activement au mouvement républicain du début des années 1830 surtout, et de façon un peu plus effacée jusqu’à sa mort en 18483. Maurice Pagès, fondateur du club de Béziers en 1790, procureur de la commune en 1792, destitué en l’an III, est sous le Directoire, abonné au journal de Babeuf, Le Tribun du peuple. Si sous l’Empire, en tant que conseiller municipal de l’an VIII à 1814, il ne se manifeste guère – l’aurait-il pu d’ailleurs ? – on le retrouve malgré tout en 1807, abonné aux Lettres Philosophiques, journal publié par l’ancien jacobin sarthois Rigomer Bazin4.

  • 5 Nous renvoyons ici à la communication de J.-P. CHABROL dans le présent volume.
  • 6 Paris révolutionnaire Paris Guillaumin, 1833, t. I, LXXXIV-362 p, t. 2, 494 p, t. 3, 453 p.

4Bien que Louis Médard appartienne à peu près à la même génération que ceux dont nous venons de parler, son itinéraire apparaît différent parce que ce n’est pas celui d’un militant5. Rien ne prouve qu’il ait participé à la vie politique à l’époque de la Révolution. Certes, il a eu grâce à son bref passage dans le monde des tisserands lyonnais une expérience des conditions de vie populaire, dans un milieu assez politisé. Mais ensuite, c’est l’activité de sa maison de commerce qui semble l’avoir accaparé. En dehors de ses activités professionnelles, cet amoureux des lumières paraît avoir été surtout un homme de cabinet. Ses idées politiques ont certainement connu des variations. Il a comme d’autres admiré Napoléon au temps de ses succès. Comment a-t-il vécu par la suite, les changements politiques des années 1815-1830 ? Scruter plus attentivement qu’on ne l’a fait jusqu’ici les ouvrages politiques du premier XIXe siècle qui figurent dans sa bibliothèque donnerait peut-être quelques indices. On notera par exemple qu’il possédait l’ouvrage en plusieurs volumes, Paris révolutionnaire6, qui fut un bréviaire des républicains sous la Monarchie de Juillet et qu’il acheta aussi au moins un ouvrage de Cabet, journaliste républicain, fort critique de la Monarchie de Juillet avant d’être un théoricien du communisme. Faibles indices qui n’attestent, peut-être pas d’un engagement républicain, mais au moins d’une curiosité persistante à l’égard d’idées jugées alors bien hétérodoxes. Espérons que d’autres sources permettront un jour de connaître plus à fond l’itinéraire intellectuel d’un homme qui reste encore assez mystérieux.

Notes

1 Le bref rappel qui suit devra naturellement être étayé par la lecture des ouvrages de base sur l’histoire du parti républicain, pendant cette période parmi lesquels on citera G. WEILL, Histoire du parti républicain en France 1814-1870, Paris, 1900, reprint Slatkine, 1980 ; C. NICOLET, L’idée républicaine en France, Essai d’histoire critique, Paris, 1982, 512 p. ; P. PILBEAM, Republicanism in Nineteenth Century France 1814-1871, New York, 1995, 370 p. ; J. GILMORE, La république clandestine 1818-1848, Aubier, 199, 464 p.

2 La plupart des indications figurant dans le paragraphe qui suit sont extraites du dossier d’habilitation de C. PEYRARD, intitulé La politique démocratique : émergence et tradition. De la génération de 1789 à celle de 1830 (Université de Panthéon – Sorbonne), notamment p. 92 à 101 et 134.

3 La famille Teste qui donna non seulement le militant républicain Charles Teste, mais ses deux frères, François qui fut général, de sympathies bonapartistes et Jean-Baptiste, brillant avocat, puis ministre de la Monarchie de Juillet, a donné lieu à plusieurs études. Outre, les notices anciennes de L. ALEGRE, dans Notices biographiques du Gard, t. II, p. 285-296, l’article de L.-J. THOMAS, « Les débuts de M. Teste 1806-1815 » Nouvelle Revue du Midi, 1927, p. 300-311, on citera les articles de A.-M. DUPORT, « Une famille républicaine gardoise sous le Directoire, les Teste de Bagnols » dans La République en Languedoc-Roussillon, 1792-1958, Nîmes, 1993,p. 81-91 et de J. GOUJON, L’oublié de la famille Teste, le militant républicain, Rhodanie, n° 70, juin 1999, p. 53-63. Il serait très souhaitable que cette famille fasse l’objet d’une synthèse d’ensemble.

4 Sur Rigomer Bazin, outre le dossier mentionné en note 1, p. 125-144, voir C. PEYRARD, Les Jacobins de l’Ouest, Publications de la Sorbonne, 1996, 408 p., passim.

5 Nous renvoyons ici à la communication de J.-P. CHABROL dans le présent volume.

6 Paris révolutionnaire Paris Guillaumin, 1833, t. I, LXXXIV-362 p, t. 2, 494 p, t. 3, 453 p.

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paul Valéry, Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540