Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclairer le peuple

 | 
Jean-Paul Chabrol
, 
Laurent Gambarotto

Chapitre II. Le contexte historique et religieux

La bourgeoisie protestante et la Révolution française en Languedoc

Didier Poton

Texte intégral

1En novembre 1787, Louis XVI signe un édit « concernant ceux qui ne font pas profession de la religion catholique ». Cette loi est le fruit de longues négociations entre les représentants autoproclamés des églises réformées protestantes et la monarchie, les milieux réformateurs jouant un rôle décisif dans la prise de conscience par l’État de la situation absurde dans laquelle se trouvent les non-catholiques en France. En limitant la portée du texte à une simple reconnaissance civile, le gouvernement satisfait la principale revendication des élites protestantes qui souhaitaient voir leur situation se normaliser au sein de la société et de la monarchie. Le peu d’enthousiasme du petit peuple protestant à réhabiliter son état matrimonial marque sa profonde déception de ne pas voir être légalisée la tolérance religieuse qu’il vit quotidiennement depuis une trentaine d’années malgré les affaires toulousaines des années 1760. Rabaut Saint-Étienne conscient de cet état de fait qui peut aggraver le fossé qui s’est creusé entre les églises urbaines dirigées par la bourgeoisie urbaine et des ministres « distingués » – excellents avocats de la défense des intérêts de leur groupe social – et les communautés rurales plus populaires demande à ses coreligionnaires d’être patients.

2C’est finalement grâce à un fait étranger à la question religieuse – la crise financière que connaît le royaume – et surtout au processus politique enclenché par la monarchie en 1788 pour tenter de la régler – la convocation des États généraux, que les protestants vont imposer leur réintégration politique et faire franchir à la société française une première étape dans la reconnaissance de la liberté d’opinion – « même religieuse » – pour chaque citoyen et dans la sécularisation de l’État. Dans les villes et les pays où les protestants sont nombreux, cette révolution se marque par l’activisme politique de la bourgeoisie protestante pour le contrôle des pouvoirs locaux. En Bas-Languedoc et en Cévennes – nous limiterons notre communication à cette partie orientale du Languedoc – où les protestants sont nombreux, cette offensive de la part d’une catégorie qui, à Nîmes, à Montpellier et dans les cités industrielles cévenoles domine l’activité économique, accapare la fortune mobilière, exerce une influence culturelle, suscite une réaction de plus en plus violente de catholiques, notamment du petit peuple qui supporte de plus en plus mal cette domination.

3Ce conflit de classe doublé d’un fort antagonisme religieux va être exploité dès le printemps 1790 par les contre-révolutionnaires qui vont faire des élites protestantes « patriotes » les cibles privilégiées de leurs menées réactionnaires. La peur du « fanatisme » renforce l’engagement de la bourgeoisie protestante dans l’élaboration et l’application des réformes révolutionnaires et la font adhérer à la République quand le Monarque « tant aimé » trahit le contrat passé entre lui et la Nation. Mais, pour aborder l’étape suivante où se construit l’image d’une bourgeoisie protestante languedocienne « girondine » et « fédéraliste » la question posée par Daniel Ligou en 1958 reste pertinente : « Pourquoi ces hommes qui n’étaient pas toujours des républicains “de principe” et rarement de véritables démocrates ont-ils refusé de suivre la grande logique révolutionnaire et ont-ils eu recours à une politique folle qui ne pouvait qu’amener, par la guerre civile, le triomphe de la contre-Révolution […] ? ».

L’Édit de 1787 : une victoire de la bourgeoisie protestante ?

4L’édit de novembre 1787 est enregistré par le parlement de Toulouse le 23 février 1788. Mais, l’arrêt rédigé par les magistrats toulousains modifie l’article premier : « Sans qu’on puisse induire de l’Article Ier du présent Édit, que les non-catholiques puissent être nommés aux places de Maire, Lieutenant-de-Maire, Capitouls, Consuls, Jurats et Echevins ». Cette restriction, qui témoigne, une fois encore, de la volonté des élites catholiques languedociennes d’interdire aux protestants l’accès aux fonctions politiques municipales, déclenche une prompte réaction du comte de Périgord, gouverneur et… un des principaux promoteurs de l’édit. Comme commissaire du roi, il convoque un lit de justice le 17 mars au cours duquel il fait enregistrer une déclaration royale qui « annule la modification à l’article premier de l’édit de novembre 1787 sur les non-catholiques porté par l’arrêt donné par le parlement le 23 février 1788 ». La cour marque sa désapprobation en annulant l’enregistrement forcé et en adressant au roi des remontrances d’une grande insolence accusant le gouvernement de « despotisme » et renouvelant sa revendication de voir les fonctions civiles réservées aux catholiques. Le parlement sera le seul parlement de France à n’avoir pas enregistré l’Édit dans son intégralité.

5Cette opposition ne doit pas être considérée comme une position de principe. Elle correspond à une réalité politique qui concerne la bourgeoisie protestante dans les villes où les réformés sont majoritaires ou représentent une part prépondérante des élites urbaines. C’est ainsi que dans un texte rédigé au début des années 1780, un avocat cévenol, Justin Beaux de Maguielles, souligne les difficultés insurmontables rencontrées par les communautés d’habitants de son pays d’élire comme consuls des anciens catholiques fortunés comme l’exigeait l’arrêt du parlement de Toulouse du 23 novembre 1767, les plus gros contribuables étant toujours des « religionnaires ». C’est ainsi que dans les faits, beaucoup de paroisses étaient administrées par des protestants avec l’accord tacite des autorités… ou grâce à la délivrance d’un certificat de catholicité de complaisance. En 1783, une correspondance à propos de la ville de Florac, en Gévaudan, illustre cet état de fait : « Sa Majesté a jugé […] qu’attendu le grand nombre de protestants qui sont à Florac, et la prépondérance de leurs biens sur ceux des catholiques, il était convenable de les faire participer à l’élection municipale […] que dans la composition du nouveau conseil, il y ait un tiers de protestant ». C’est contre cette tolérance politique inacceptable et illégale qu’entendent s’élever les parlementaires toulousains. Cette attitude témoigne aussi du climat qui règne en Languedoc au début de l’année 1788.

« Cependant on ne peut pas se dissimuler que la classe du peuple […] n’est pas généralement satisfaite de l’édit » (Rabaut Saint-Étienne).

6Au cours du mois de février 1788, le pasteur Rabaut Saint-Étienne adresse des instructions à ses collègues languedociens. Outre le regret de ne pas voir la loi reconnaître aux réformés l’exercice public de leur religion (« quoique l’édit du mois de novembre 1787 ne donne pas à la tolérance toute l’étendue que les protestants désirent »), la lettre fait état de deux préoccupations. La première concerne l’attitude à tenir à l’extérieur, dans la société, la seconde touche au discours à tenir à l’intérieur, au sein des églises dont ils ont la charge spirituelle.

7Pour Rabaut Saint-Étienne, les ministres et anciens doivent se fixer une conduite évitant de provoquer les catholiques pour ne pas mettre le roi dans une situation difficile (« le législateur a dû avoir égard aux préjugés dont une grande partie de ses sujets catholiques sont encore préoccupés, préjugés auxquels les intérêts de la religion dominante donnent une nouvelle force, et que les protestants eux-mêmes doivent respecter ») et pour éviter le déclenchement de troubles éventuels (« Il parait convenable de ne donner aucune marque publique de joie à l’occasion de l’édit […]. On croit que MM. les pasteurs doivent s’abstenir de parler de l’édit en chaire […]. Il est essentiel de ne faire aucune sorte d’innovation et de changement dans le lieu ou dans la forme du culte jusqu’à ce que l’édit ait été enregistré au parlement de Toulouse […]. Après l’enregistrement à Toulouse on exécutera l’édit avec modestie et sans affectation ni éclat […] »).

8Pour ce qui est du discours à tenir aux fidèles, les pasteurs et les anciens « doivent s’appliquer dans toutes les occasions qui se présenteront, et qu’ils doivent même rechercher à faire comprendre aux personnes du peuple, combien l’édit est avantageux ». La crainte de voir le peuple se désintéresser de l’édit est un thème récurrent de cette lettre : « on ne peut pas se dissimuler que la classe du peuple […] n’est pas généralement satisfaite de l’édit ». Ce désintérêt repose sur l’inculture (« la classe du peuple peu accoutumée à réfléchir »), l’infortune (« n’ayant de fortune et d’héritage que dans les bras ») et la déception apportée par la non-reconnaissance religieuse et politique (« elle ne croit pas que cette loi lui donne autre chose que ce dont elle est en possession depuis de longues année »). Cette réaction de notable, au ton assez méprisant, révèle les tensions générées ou alimentées par l’édit de 1787 dans les communautés réformées. Des tensions dont les lignes de fracture sont sociales. Les études menées sur le comportement des réformés au moment où ils peuvent se rendre devant le curé de leur paroisse ou devant le juge royal montrent que les craintes du pasteur étaient fondées.

« Je suis très exact à recommander à tous les protestants qui composent mon Église à ne pas manquer à cet enregistrement » (Gal de Ladevèze).

9Le sénéchal de Montpellier transcrit l’édit sur ses registres dès le 4 mars 1788. D’autres magistrats attendent quelques semaines. Le juge de la cour royale de Lunel n’en fait état que le 10 avril. De la mi-mai à la mi-août, le juge-mage de Barthez fait une série de déplacement dans les communautés relevant du ressort de la sénéchaussée de Montpellier, de la petite Camargue au piémont méridional cévenol en passant par la Vaunage. Jean-Pierre Donnadieu note qu’il ne reçoit pratiquement pas dans les locaux publics, mais dans les maisons de notables protestants des lieux qu’il visite : Aubanel à Sommières, Gervais à Ganges, Ricôme à Quissac ; dans les châteaux (Marsillargues et Durfort) ; dans les auberges où les enregistrements se font en présence de témoins qui sont le plus souvent les personnages influents de la communauté d’habitants et sans doute, le plus souvent, membres du consistoire de l’église réformée de la paroisse. En l’état actuel des connaissances, il est impossible, sauf pour les très rares paroisses ayant fait l’objet d’une étude approfondie, de savoir le pourcentage des familles protestantes qui se sont rendues devant le juge ou devant leur curé pour faire enregistrer leurs unions, la naissance de leurs enfants et les décès intervenus. Jean-Pierre Donnadieu avance l’hypothèse qu’une famille sur trois se serait présentée au juge de la sénéchaussée de Montpellier. Cependant, toutes les autres ne se sont pas rendues chez le curé bien que celui-ci ait pu jouer un rôle majeur dans cette opération. C’est le cas, par exemple, à Marsillargues où Jean-Marc Daumas note qu’entre 1788 et 1792, le juge et le curé ont enregistré 124 mariages et 543 baptêmes – pour 580 feux –… après que le curé Costecalde en ait réhabilité 359, à partir du 2 avril 1788.

10Dans la sénéchaussée de Nîmes, l’application est plus difficile à mettre en route notamment dans la partie cévenole du ressort de la cour. Les juges rechignent à se déplacer comme de Barthez l’a fait dans la sénéchaussée de Montpellier. Jean-Baptiste d’Augier, Lieutenant général du Grand-Bailliage de Nîmes, ne s’installe à Saint-Jean-du-Gard qu’au début du mois d’octobre. En quatre jours, il reçoit 337 déclarations d’habitants de cette paroisse. Le curé, qui a commencé la rédaction de celles-ci dès le 8 mai, en reçoit 279. Soit, au total, 618 réhabilitations matrimoniales. Au plan social, cet exemple cévenol renforce l’idée que le petit peuple réformé ne s’est pas massivement déplacé puisque près d’une déclaration sur deux (48,5 %) concerne les strates supérieures de la société saint-jeannaises composées de « bourgeois, hommes de loi, négociants » auxquels il faut ajouter le groupe important des « marchand-artisans ». Il est important aussi de noter que ces derniers se sont presque tous rendus devant le juge et non devant le curé qui, lui, a reçu une large majorité des petits artisans, ouvriers et journaliers qui se sont déplacés. Parce que le coût de l’acte était moindre ?

11Même si des conditions locales ont pu déterminer les comportements, l’accumulation de recherches monographiques permet d’affirmer que l’attitude adoptée par les réformés du Bas-Languedoc et des Cévennes à l’égard de l’édit de 1787 dépend de leur appartenance sociale. La crainte de Rabaut Saint-Étienne de voir le petit peuple protestant se désintéresser de l’édit était fondée. Une idée qu’il partageait avec un nombre important de ministres et d’anciens qui étaient sans doute ses informateurs. Enfin, les colloques et synodes provinciaux devaient se faire l’écho des inquiétudes suscitées par l’enregistrement et l’application de ce texte par les magistrats et le clergé paroissial.

Une bourgeoisie « patriote »

12L’automne 1788 ne voit pas seulement la poursuite du processus de réhabilitation des unions et des baptêmes passés au Désert. Au cours des dernières semaines de cette année-là, une autre affaire agite les villages, bourgs et villes du Languedoc comme les autres provinces du royaume : la convocation des États généraux. Élections et rédactions des doléances mobilisent les communautés. L’action politique de la bourgeoisie protestante va être intense et efficace dans un premier temps. L’année 1789 voit, en effet, s’imposer l’idée qu’il est possible de « pouvoir être français sans être catholique ». Une rupture idéologique scandaleuse pour ceux qui vont voir dans les réformes un complot des protestants contre le Trône et l’Autel. La Fête de la Fédération le 14 juillet 1790 ne peut pas faire oublier aux Languedociens les affrontements de Nîmes entre « patriotes » protestants, et « aristocrates » catholiques quelques semaines auparavant. Cet évènement tragique fige les positions entre les deux partis pour de longues années.

« Les protestants ont montré beaucoup de patriotisme et contribué à réunir les trois ordres à un même but » (Rabaut Saint-Étienne).

13À la fin de l’année 1788 paraît à Nîmes et à Paris un ouvrage anonyme qui entend exposer le « vœu du tiers-État », les « réclamations particulières » et les « doléances » du pays cévenol. Il est l’œuvre d’un avocat de Saint-Jean-du-Gard, Justin Beaux de Maguielles. Ce petit livre expose en fait les délibérations des députés de 25 communautés des Basses Cévennes lors d’une réunion qui se déroula le 19 novembre 1788 à Anduze. Cet imprimé se veut d’abord le moyen par lequel s’exprime le mouvement de communautés se « fédérant » autour de revendications communes concernant la réunion des États généraux mais l’argumentation révèle l’idéologie d’un notable protestant cévenol à cette date. La première partie de l’ouvrage est consacrée à démontrer la légitimité des droits du Tiers-État parce qu’il est « le fondement de la nation », qu’il est « le plus solide appui de la monarchie » et qu’« il aime son roi ». Pour l’auteur, cette légitimité est le seul ressort permettant de surmonter la crise dans laquelle le royaume est plongé par la faute des ordres privilégiés qui s’affirment être ainsi les vrais ennemis qui « rongent sourdement la plus belle monarchie du monde, semblables à ces insectes qui dévorent les navires et préparent les naufrages ». Une présentation du pays des Cévennes et de ses habitants occupe la deuxième partie. Dans les dernières pages, le propriétaire foncier cévenol devient la figure emblématique du citoyen « qui fertilise le sol de la patrie », qui s’engage dans la « régénération » de la nation et s’avère donc être le représentant exemplaire du Tiers État. Cette défense du Tiers État se retrouve dans les nombreux écrits de Rabaut-Saint-Étienne qui fait aussi du « propriétaire foncier » l’archétype du citoyen. La définition du troisième ordre proposée par ces notables languedociens et protestants ressemble fort à celle, plus célèbre, que publiera Sieyès… quelques mois après.

14Ce mouvement d’opinion joue un rôle majeur dans les assemblées au cours desquelles les Languedociens, comme tous les Français, débattent des élections aux États généraux et où se rédigent les cahiers de doléances. Entre le 17 mars et le 3 avril 1789, se réunit l’assemblée de la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire pour les trois ordres. La vérification des pouvoirs une fois terminée, les commissaires chargés de la rédaction des cahiers se mettent au travail. En ce qui concerne le Tiers État, le subdélégué de l’intendant écrit : « les Religionnaires se donnent beaucoup de mouvement pour dominer dans le Tiers-État ; on assure qu’il y a treize de leurs ministres dans l’assemblée, et on avait écrit dans les communautés pour qu’on députât des protestants autant qu’il serait possible ; il y a donc apparence qu’ils réussiront ». Le 27 mars, le» bourgeois » Rabaut Saint-Étienne est élu le premier député du Tiers aux États généraux ; le second protestant élu est David Étienne Meynier de Salinelles, un représentant caricatural de la génération de négociants enrichis qui ont investi dans la terre (il avait acheté en 1769 la seigneurie de Salinelles) et qui entend prendre la place qui leur revient dans la vie politique locale et nationale. Le cahier de doléances est marqué par l’influence de la bourgeoisie protestante même si celle-ci n’a pu être aussi explicite que dans certains cahiers remis par des communautés. Un schéma que l’on retrouve dans la sénéchaussée de Montpellier avec le rôle joué par les grandes familles réformées montpelliéraines et certains pasteurs comme celui de Ganges, Jean Gal-Pomaret. Les réunions de Florac puis à Barre au début de l’année 1789 en hautes Cévennes se déroulent dans un climat analogue et avec des acteurs identiques. Comme l’écrit Jean-Pierre Donnadieu, il suffit de lire les cahiers et d’examiner les procès-verbaux d’élection pour voir l’efficacité de l’action politique déployée par les élites protestantes du Bas-Languedoc et des Cévennes entre septembre 1788 et avril 1789 pour faire des États généraux un lieu opportun pour engager la monarchie à aller au delà de ce qu’elle avait consenti à accorder en novembre 1787. Une phrase de Rabaut Saint-Étienne dans son célèbre discours du 23 août 1789 prend ainsi tout son sens : « Je remplis une mission sacrée, j’obéis à mon cahier, j’obéis à mes commettants. C’est une sénéchaussée de trois cent soixante mille habitants, dont plus de cent vingt mille habitants, qui a chargé ses députés de solliciter auprès de vous le complément de l’édit de novembre 1787 […] ». La bourgeoisie protestante développe à partir de cette date une stratégie fondée sur la reconquête des institutions et des lieux où s’exprime le pouvoir politique.

« Voyez dans les provinces méridionales le calvinisme diriger les comités, dresser les adresses, s’emparer de la force publique ».

15Par la loi du 14 décembre 1789, l’Assemblée Constituante organise le système électoral qui doit permettre l’élection de municipalités. Ayant écarté le suffrage universel, elle établit un système censitaire. En Bas-Languedoc, le droit de vote est ainsi reconnu à quelques 160 000 citoyens dits « actifs » soit un peu plus des deux tiers des hommes âgés de plus de 25 ans. Grâce au décret du 24 décembre suivant qui admet les non-catholiques à tous les emplois, les protestants peuvent participer et se présenter aux élections. Les opérations électorales se déroulent au cours du mois de janvier 1790. Si dans les bourgs et petites cités où les réformés sont majoritaires, la bourgeoisie protestante prend le contrôle des municipalités, dans les grandes villes, le résultat des élections est décevant pour les élites protestantes. Le cas de Nîmes est exemplaire.

16Les protestants, comptant tirer avantage du suffrage censitaire, réclament lors de l’assemblée primaire la moitié des sièges ; les catholiques ne leur en offrant qu’un tiers, la rupture est consommée. Le 8 février 1790, Jean-Antoine Teissier, baron de Marguerittes, demeuré à Paris en tant que député, est élu maire avec 1625 voix contre 1123 à son concurrent, l’avocat Vigier-Sarrazin, un catholique soutenu par les protestants. Le conseil général de la commune ne compte qu’un seul protestant, Vincens-Valz. L’échec du parti patriote est manifeste. Déçu, le parti protestant fonde le « Club patriotique des Amis de la Constitution » qui est très clairement l’instrument politique de la bourgeoisie réformée. Le premier enjeu entre la municipalité et le club est le contrôle de la « légion » nîmoise, la milice bourgeoise organisée le 19 juillet 1789. Composée majoritairement de protestants, elle est perçue par les catholiques comme le « bras armé » du parti réformé. Pour s’y opposer, un procureur, François Froment organise des compagnies composées de travailleurs de terre catholiques, les « cébets » (mangeurs d’oignons), et tisse un réseau d’agitateurs qui a pour mission de rassembler les contre-révolutionnaires catholiques. En février 1790, les rassemblements d’« aristocrates » se multiplient dans l’arrière-pays. Mais, c’est à Nîmes que la tension entre les deux partis débouche sur de violents affrontements connus sous le nom de « Bagarre de Nîmes ».

17Tout commence le 20 avril. Ce jour-là, assemblés dans la chapelle des Pénitents blancs – à l’instigation de Froment, un grand nombre de citoyens actifs commencent à réclamer la suppression du club des Amis de la Constitution « à cause de l’insubordination scandaleuse des membres de ce club » puis ils adoptent la Délibération des citoyens catholiques de Nîmes dans laquelle ils demandent que la religion catholique soit déclarée religion d’État, qu’« elle jouisse seule des honneurs du culte public » et que l’assemblée « soit suppliée d’employer toute son autorité pour faire rendre au roi le pouvoir exécutif dans toute son étendue ». Au cours du mois de mai, rixes et bagarres se multiplient. Et ce qui devait arriver, arriva. Le dimanche 13 juin, une fusillade éclate entre des volontaires protestants et les cébets catholiques de Froment. Le 15, après deux jours d’affrontement, on relève près de 400 cadavres, 300 catholiques et 90 protestants. Conflit politique ? Conflit religieux ? Poser la question sous cette forme, c’est intégrer dans le raisonnement une séparation entre le religieux et le politique que les mentalités du temps ne faisaient pas et surtout qu’un des deux camps, celui des « aristocrates », refusait de faire puisque le cœur de son programme consistait à rétablir l’alliance du Trône et de l’Autel dans les termes utilisés par l’assemblée du clergé en 1788. Après la motion – évacuée sans vote par les députés – de l’évêque de Nancy déclarant que « la religion catholique, apostolique et romaine est la religion de l’État » (13 février), celle de Dom Gerle proposant de décréter « que la RCAR est et demeurera pour toujours la religion de la Nation et que son culte sera le seul public et autorisé » (12 avril), les événements de Montauban entraînant un exode temporaire massif des protestants (10 mai), les réformés du Bas-Languedoc et des Cévennes ne pouvaient pas ne pas être inquiets des menées du contre-révolutionnaire Froment. La bourgeoisie protestante était prête à se battre pour défendre les libertés religieuses, politiques et économiques – Liberté, Égalité, Propriété – acquises dès 1789. Sans doute espérait-elle aussi à l’issue de cette crise prendre sa place dans le pouvoir municipal dont elle était frustrée depuis l’échec des élections municipales. Si les affrontements furent d’une extrême violence c’est parce que le mouvement contre-révolutionnaire exploita une opposition de classe entre une bourgeoisie patriote protestante et un « peuple » catholique aristocrate. Cela lui réussit à Montauban ; à Nîmes, la cause de l’échec se trouve sans doute dans la mobilisation des communes protestantes de la Vaunage et de la Gardonnen que pour prêter main-forte aux patriotes nîmois.

18La présence de catholiques accompagnés de quelques curés dans ce mouvement de soutien aux patriotes nîmois témoigne de l’existence d’un courant favorable aux idées de 1789 dans le bas-clergé catholique et chez un certain nombre de leurs fidèles que les partisans de Froment qualifiait de « mauvais catholiques ». Ce sont vraisemblablement les mêmes qui vont participer aux Fêtes de la Fédération le 14 juillet 1790 comme, par exemple à celle, célèbre, de Saint-Jean-du-Gard : « Des applaudissements généraux ne permirent point de distinguer de quelle communion ils partaient ; et c’étaient véritablement un spectacle digne d’un bon citoyen, et d’un vrai philosophe, que de contempler pour la première fois, une réunion de sentiments, de concorde et d’humanité parmi ceux même, qui peuvent être encore légèrement divisés d’opinions religieuses, et de voir deux pasteurs de communions différentes s’embrasser fraternellement et les autres citoyens des deux religions, suivre un aussi bel exemple ».

Une bourgeoisie « girondine »

19Deux jours avant les Fêtes de la Fédération, l’Assemblée constituante avait adopté le texte définitif de la Constitution civile du clergé. Le 24 août 1790, sanctionnée par le roi, la Constitution est officiellement promulguée. La prestation du serment civique exigée par le décret du 27 novembre ranime en janvier 1791 les braises de l’incendie mal éteint du printemps précédent. Le récit que fait Justin Beaux (« ci-devant de Maguielles ») des journées de Sommières sont intéressantes à deux titres : il complète la documentation exploitée par Timothy Tackett mais, surtout, dans le cadre de cette intervention, il permet d’étudier le sentiment d’un bourgeois protestant cévenol devant ce déchaînement de violence contre les autorités légitimes.

« Le fanatisme soufflait ses fureurs, ou pour mieux dire la fureur soufflait le fanatisme » (J. Beaux)

20Le lundi 14 février 1791, Justin Beaux, juge au tribunal de district de Sommières, informe le Garde des Sceaux, Duport, du grave incident qui s’était déroulé le dimanche 30 janvier dans l’église Saint-Amand de Sommières. Au cours de la messe dominicale, son collègue, vice-président du tribunal, présent pour la publication de bans de non-catholiques est agressé et ne doit son salut qu’à une course éperdue vers la maison qui abrite le directoire du district et où il peut trouver refuge. La municipalité est mise en fuite par une pluie de pierres. Si la ville connaît un certain apaisement le lendemain, le 1er février les insurgés s’attaquent à l’Hôtel de ville ; l’intervention rapide des « légionnaires nationaux » dépêchés par les autorités départementales permet de les disperser rapidement. Dans les jours qui suivent, diverses opérations de police aboutissent à une dizaine d’arrestations. Selon le magistrat, la cause première de cette « dangereuse secousse » est la rumeur que fait circuler le clergé insermenté sommiérois selon laquelle le tribunal « allait forcer les prêtres à prêter serment le serment que leur conscience repousse, […] apposer les scellés sur l’église. Que l’Assemblée nationale après avoir renversé le trône secouait et couvrait de deuil les chemins de Sion ». La relation des événements est parsemée de commentaires témoignant du climat de tension qui règne dans le pays : « Le fanatisme soufflait ses fureurs, ou pour mieux dire la fureur soufflait le fanatisme […]. On frémit à la pensée de l’incendie que cet horrible attentat avait déjà allumé dans ces contrées combustibles. […] La catastrophe de Nîmes a été au moment de se renouveler par les mêmes causes et les mêmes moyens ». Pour lui, les responsables sont « ceux qui se nomment les Vrays Catholiques » et qui sont connus puisqu’« ils marchent le front levé et disent tout haut qu’ils ne sont pas défaits ».

21Au cours de l’année 1791, Justin Beaux écrit un discours intitulé : « Du Trône et de l’Autel ». Celui-ci a vraisemblablement été écrit après les événements sommiérois. Deux extraits sont très significatifs de son état d’esprit : « Que les peuples s’affranchissent du despotisme des prêtres et ils s’affranchiront du despotisme des gouvernements. Peuple, plaçons l’Église dans l’État et l’État dans la nation alors la verge de fer sera rompue ; nous pourrons avoir des rois mais des rois ne nous auront pas ; nous croirons en Dieu, mais nous nous défierons des prêtres […]. J’ouvre les annales des nations et partout je découvre cet atroce complot contre la liberté : Souverains, soutenez nos autels et nous pontifes, nous soutiendrons votre trône. Maintenez notre influence, nous affermirons votre autorité. Que les peuples tremblent et nous les pressurerons et nous les dominerons. Épaississons sur leur tête les ténèbres de l’ignorance et nous les manierons à notre gré. Nous ferons parler le ciel en courroux, vous faites paraître vos bourreaux ; qui résistera à notre double empire ».

22Ainsi, Justin Beaux voit dans cet horrible attentat « la volonté de l’Autel » de retrouver sa position dominante auprès (au-dessus ?) d’un « Trône » rétabli dans sa tradition absolutiste telle qu’elle a été définie à la fin du XVIIe siècle. L’affirmation du mouvement contre-révolutionnaire en 1791 va lui confirmer qu’il y a un réel danger de victoire de la réaction, du « fanatisme ». Le Bref de Pie VI du 13 avril 1791 menaçant de graves sanctions les clercs qui auraient prêté serment à la Constitution civile du clergé et qui ne se rétracteraient pas, la fuite du roi quelques semaines plus tard (20 juin), les menaces de l’Empereur et du roi de Prusse (27 août 1791), les journées de l’été 1792 vont le déterminer à penser que la Révolution ne peut plus faire confiance à une monarchie qui de jour en jour se révèle nostalgique de l’Ancien Régime. Au bout de cette réflexion il y a l’adhésion à l’idée républicaine comme ultime rempart au « fanatisme », à la « tyrannie » et au « despotisme ».

23Mais si la bourgeoisie protestante participe à l’installation de la République, tous ses éléments ne le font pas au même rythme et avec le même enthousiasme. L’évolution de Rabaut Saint-Étienne, par exemple, est beaucoup plus lente. Il faut attendre la journée du 10 août pour voir le pasteur nîmois rompre avec Louis XVI. Le 25 août, il écrit : « Les Français sont replacés où ils étaient lors de la fuite de Louis, avec cet avantage de plus que ses trahisons ont éclairés les plus aveugles et détaché de lui les plus confiants. Ce roi nous a délivré de tous les rois ! Une année de perfidie a plus fait qu’un siècle de raisonnement pour détruire la royauté que six mille ans d’idolâtrie avait vieillie et sanctifiée ». Et le 8 septembre : « J’ai juré de maintenir la liberté et l’égalité et de mourir en les défendant J’ai juré surtout une haine mortelle au roi et à la royauté : c’est ma profession de foi civile ». Quelques jours plus tard, il figure au bureau de la Convention aux côtés de Pétion, élu président, Condorcet, Brissot, Vergniaud, La source. Une fonction qu’il doit à son ralliement au parti girondin dont il partage les idées modérées. En 1793, il refuse de céder aux revendications populaires (démocratie directe, taxation, réquisition des denrées de première nécessité). L’affrontement avec les couches populaires et les Montagnards est engagé. Le 2 juin 1793, il est du nombre des 29 députés girondins mis en état d’arrestation sous la pression des sections parisiennes. Il se cache à Versailles d’où il écrit à ses amis gardois : « C’est du sein de l’asile que j’ai pu me procurer, que j’écris à mes concitoyens : ils ont appris l’attentat commis contre la représentation nationale, la proscription des députés pleins de vigueur et de courage qui s’opposaient à la tyrannie des usurpateurs de l’autorité de la nation et l’outrage fait à la nation entière dans la personne de ses représentants […]. Je n’ai point obéi au décret d’arrestation, j’ai secoué le joug des tyrans qui tenaient la Convention asservie ; je me suis soustrait à l’oppression, ne pouvant lui résister […]. Les Français ne permettront pas qu’une poignée de tyrans s’empare, dans la ville centrale, de tout le pouvoir national et laisse dissiper toute la fortune publique ; […] Si les départements ne se prononcent pas avec énergie, c’en est fait de la liberté ». L’appel à l’insurrection est clair. L’entreprise « fédéraliste » est lancée.

« Enfants de Coligny, pourriez-vous être les amis des rois ? Auriez-vous oublié la Saint-Barthélémi et les dragonnades ? »

24À l’automne 1792 l’affrontement entre les deux partis de la Révolution atteint le Languedoc. À Nîmes, les rapports entre la Société des républicains français et la Société populaire s’enveniment. Le conseil général de la commune désigné en décembre 1792 compte 56 élus dont la moitié siégeait déjà à l’Hôtel de ville en 1791. La bourgeoisie protestante occupe 80 % des places. Malgré une légère avance du parti démocratique dans les élections départementales et de district et l’émergence d’hommes nouveaux issus de la moyenne voire de la petite bourgeoisie du commerce et de l’artisanat, la grande bourgeoisie patriote mais modérée demeure solidement installée aux différents échelons de l’administration locale. L’élection du cévenol Josué Cardonnet à la présidence de l’administration du département du Gard illustre bien cette continuité sociale, politique et idéologique.

25Le procès du roi – la bourgeoisie protestante semble tendre vers une condamnation à mort avec sursis, la mise en accusation de Marat alourdissent le climat. En janvier 1793, Josué Cardonnet demande la mise en accusation de Marat et propose de constituer « une force départementale destinée à se rendre au premier signal à Paris, pour y rester sous les ordres de la Convention ». Cette proposition est soutenue par les sociétés girondines gardoises. Devant cette offensive, la Société populaire nîmoise lance un appel à la représentation nationale et décide de ne plus correspondre avec le député du Gard, Rabaut-Pomier. Les tentatives de réconciliations échouent en mars puis en avril. Afin de semer le trouble et de créer la division dans le parti adverse, la Société populaire interpelle les protestants : « Enfants de Coligny, pourriez-vous être les amis des rois ? Auriez-vous oublié la Saint-Barthélémi et les dragonnades ? ».

26En mai, les conséquences sociales de la crise économique renforcent la division politique. Le département décide de lever 2 400 hommes et de surveiller la correspondance. C’est l’annonce de l’arrestation des députés girondins à Paris qui déclenche l’affrontement. Le club des Jacobins est fermé, les membres de la Société populaire désarmés. Le 21 juin l’assemblée représentative des communes du Gard se réunit à Nîmes à la suite de l’appel lancé par le conseil du département. En présence de délégués de Marseille, de Lyon et de Bordeaux, les 262 députés déclarent à l’unanimité : « le peuple du Gard usant de ses droits inaliénables est en état de résistance à l’oppression et va joindre ses armes à celles de tous les vrais amis de la Liberté, de la République Une et Indivisible ». Les principes de 1789 sont réaffirmés (Liberté, Égalité, Propriété) et on condamne « les tyrans et les anarchistes ». Les Gardois rejoignent ce jour-là le mouvement « fédéraliste » né une dizaine de jours auparavant à Montpellier. À la tête de la sédition, on trouve presque tous les noms de la grande bourgeoisie protestante et catholique patriotes : mais la rébellion » des citoyens vertueux et tranquilles « fait long feu. À la mi-juillet les autorités départementales et municipales se rallient à la Convention en profitant de la réception de la constitution de l’An I.

27En participant activement au mouvement, les autorités administratives sont discréditées. Les sociétés populaires deviennent les interlocuteurs privilégiés et les appuis politiques des envoyés en mission chargés d’une vaste opération d’épuration. La reprise en main se fait par étapes au rythme des événements parisiens. Dans un premier temps, seuls ceux qui se sont clairement compromis dans l’entreprise séditieuse sont écartés. La rupture sociale n’est pas nette. La présence de représentants de la moyenne bourgeoisie protestante dans les administrations épurées du Gard démontre que ce groupe n’avait pas unanimement adhéré au mouvement. C’est au printemps 1794 que la revanche des jacobins nîmois atteint son paroxysme car il trouve un appui logique en Borie le représentant en mission qui prend des mesures radicales contre les « fédéralistes ». En juin, une série de mandats d’arrêts fait passer devant le tribunal criminel des dizaines de suspects du crime de « fédéralisme » en application de la loi sur les suspects du 17 septembre 1793. 46 d’entre eux seront condamnés à mort et guillotinés pour cette « conspiration contre l’unité et l’indivisibilité de la République et contre la liberté et la sûreté du peuple français » (décret du 3 octobre 1793). Si la Terreur doit être vue comme une répression de nature politique, elle a pu prendre une coloration sociale (2 nobles, 34 bourgeois – dont 21 membres de la catégorie supérieure de celle-ci) et religieuse puisque 61 % des victimes nîmoises sont protestantes. Mais, si la bourgeoisie protestante de Nîmes et du Gard fut une cible privilégiée c’est parce que celle-ci s’était lancée, activement, dans l’entreprise fédéraliste en juin-juillet 1793. Compte tenu de la diversité qu’a pris le fédéralisme sur l’ensemble du territoire, il n’est pas possible de lier l’engagement fédéraliste des élites bourgeoises réformées du Bas-Languedoc à leur sensibilité religieuse. S’il est vrai que dans cet affrontement, deux conceptions de la république s’opposent – l’une maintient des différences, l’autre veut réaliser l’uniformité, l’une s’appuie sur la province, l’autre s’appuie sur Paris – la ligne de fracture entre les deux composantes du Club des Jacobins est d’abord de nature sociale dans un contexte de crise. C’est sur la réponse aux revendications populaires qu’on s’affronte. Si au plan national, les protestants se divisent et se répartissent entre les différents partis, au plan régional, les choix semblent plus homogènes. En Bas-Languedoc et en Cévennes, la bourgeoisie protestante est presque unanimement de sensibilité « girondine ». Ce n’est pas le cas dans toute la France ; à Montauban et à La Rochelle elle passe à la Montagne. Tout dépend, semble-t-il, des conditions locales et pour ces hommes la voie est étroite entre les offensives du « fanatisme » contre-révolutionnaire et la « tyrannie » populaire, entre la restauration d’un ordre ancien rejeté et la confusion qui mène à l’anarchie. Les rapports de force locaux renforcent voire déterminent les choix individuels entre les différents courants du jacobinisme.

28Grâce à ses capacités à développer des comportements de résistance indispensables pour survivre « à la tyrannie », malgré les exécutions de certains de ses représentants les plus éminents, la bourgeoisie protestante va se ressaisir du pouvoir local après le 9 thermidor. Aux élections de vendémiaire (octobre 1795), les 70 000 citoyens actifs gardois (la Convention de l’An III rétablit le suffrage censitaire) désignent 301 électeurs presque tous membres de la bourgeoisie « girondine ». Ces derniers n’élisent que des bourgeois de confession protestante pour occuper la douzaine de postes composant les administrations municipales ou départementales ! Malgré le refus de certains (Vincens-Valz, Fornier-Clausonne par exemple à Nîmes), ces élections confirment la restauration politique de ce groupe social… qui accueille comme commissaire départemental du Directoire un certain Pierre-Antoine Rabaut – dit « Rabaut-Dupui » ou « Rabaut le jeune »c’est le benjamin de Rabaut Saint-Étienne et Rabaut-Pomier. Le « mauvays catholique », Vigier-Sarrazin, est réinvesti dans ses fonctions de président du tribunal criminel qu’il occupait avant son emprisonnement et sa fuite en 1793. Le mouvement est assez semblable dans l’Hérault, mais la dimension protestante caractéristique de la réaction nîmoise est moins nette à Montpellier compte pour des raisons tout simplement numérique. En Cévennes, avec des nuances liées aux structures sociales des communes la pacification et la normalisation politique empruntent des chemins identiques. En Lozère, le protestant Lozéran de Fressac s’installe en octobre 1795 à la présidence de l’administration départementale. Dans un manifeste publié le 16 juin 1796, ce notable engagé dans la vie politique – il avait administré déjà le département avant d’être élu à la l’Assemblée législative en septembre 1791 – résume ainsi ses vues politiques : « La révolution est terminée, c’est-à-dire qu’un ordre constant et inaltérable a succédé aux convulsions et aux déchirements ».

29Monarchistes au XVIIIe siècle pour arracher une amélioration de leur sort, révolutionnaires en 1789 pour imposer leurs droits politiques et sociaux, partisans d’une « république modérée, quelque peu athénienne, dans laquelle la meilleure part serait faite aux talents » (D. Ligou), la minorité protestante entame à la fin des années 1790 un combat politique qui la mobilisera tout au long du siècle suivant : l’accord avec un régime qui respecte liberté de conscience et exercice du culte. Comme l’écrit pertinemment Patrick Cabanel : « Laïcité contre cléricalisme : le choix des protestants est bien plus entre ces deux termes qu’entre la monarchie et la république ». Sans doute, faudrait-il ajouter pour ce qui concerne la bourgeoisie l’adhésion aux principes fondateurs du libéralisme économique.

Bibliographie

Bibliographie

Ouvrages généraux :

CARBONNIER-BURKARD M., CABANEL P., Une histoire des protestants en France, Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

MANDROU R. (dir.), Histoire des Protestants en France, Toulouse, Privat, 1977.

POTON D., CABANEL P., Les Protestants français du XVIe au XXe siècle, Paris, Nathan, 1996 (rééd.).

Ouvrages d’histoire régionale :

CHOLVY G. (dir.), Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, 1984.

HUARD R. (dir.), Histoire de Nîmes, Aix-en-Provence, Édisud, 1982.

LAURENT R., GAVIGNAUD G., La Révolution française dans le Languedoc méditerranéen, Toulouse, Privat, 1987.

WOLFF P., Histoire du Languedoc, Toulouse, Privat, 1967.

Études particulières :

BERTRAND-FABRE D., CHAMBOREDON R., Les Fornier de Clausonne : Archives d’une famille de négociants de Nîmes (XVIIe-XIXe siècles), Nîmes, Archives Départementales du Gard, 1987.

CHABROL J.-P., Les seigneurs de la soie. Trois siècles de la vie d’une famille cévenole (XVIe-XIXe), Montpellier, Presses du Languedoc, 1994.

DUPONT A., Rabaut Saint-Étienne (1743-1793). Un protestant défenseur de la liberté religieuse, Genève, Labor et Fides, 1989 (seconde édition).

« L’Édit de 1787 », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 134, avril-juin 1988, (communications de : H. Dubief, J.-P. Donnadieu, A. Encrevé, C. Lauriol, D. Poton).

« Les Protestants et la Révolution française », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 135, octobre-décembre 1989 (articles de : H. Dubief et D. Robert, J. Poujol, D. Poton, P. Cabanel, D. Ligou).

Les Rabaut. Du Désert à la Révolution. Montpellier, Presses du Languedoc/ Max Chaleil éditeurs, 1988 (communications de J.-P. Donnadieu, A.-M. Duport, D. Poton).

LIGOU D., « Sur le protestantisme révolutionnaire », Bull. de la SHPF, 1958, p. 36.

PERONNET M. (éd.), Protestantisme et Révolution, Actes du VIe colloque Jean Boisset, Université Paul-Valéry Montpellier III, Montpellier, Sauramps-éditions, 1990 (communications de C. Lauriol, J.-P. Donnadieu, D. Poton, D. Ligou) :

– « Le crime de fédéralisme », Actes du 112e Congrès national des Sociétés savantes, Lyon, 1987, t. III, p. 37-45.

– « La théorie de l’ordre public exposée par les assemblées du clergé : le trône et l’autel (seconde moitié du XVIIIe siècle) », Mouvements populaires et conscience sociale, colloque de l’Université Paris VII-CNRS, 1984, éd. Maloine, 1985.

Religion, Révolution, Contre-révolution dans le Midi, 1789-1799, colloque de Nîmes, 1989, Nîmes, Editions Jacqueline Chambon, 1990.

POTON D., « Cévenol, protestant et fédéraliste : Justin Beaux de Maguielles », Actes du 112e Congrès national des Sociétés savantes, Lyon, 1987, t. III, p. 307-316.

POUJOL R., Vébron, histoire d’un village cévenol, Aix-en-Provence, Club Cévenol/Édisud, 1981.

ROBERT D., Les églises réformées en France (1800-1830), Paris, PUF, 1961.

TACKETT T., La Révolution, l’Église, la France, Paris, Cerf, 1986.

Auteur

Professeur d’histoire moderne, Université de La Rochelle

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540