Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclairer le peuple

 | 
Jean-Paul Chabrol
, 
Laurent Gambarotto

Chapitre I. Jean-Louis Médard : sa personne et sa bibliothèque

Le testament de Jean-Louis Médard : modèle patriote et « républicain »

Jean-Claude Gaussent

Texte intégral

1Au cours de l’été 1834, Louis Médard, négociant montpelliérain, s’est rendu au Vigan, bourg du piémont cévenol, pour traiter une affaire : achat de soie, contrat pour la fabrication d’indiennes ou visite d’une propriété, on ne sait exactement. Le 31 août, se sentant malade, fatigué, il décide de mettre par écrit ses dernières volontés. Ce testament mystique est déposé chez maître Gendre, notaire du lieu. Ces quelques pages, cousues avec de la soie violette, sont fermées en quatre endroits par un cachet de cire rouge portant les lettres M.-P. (Médard-Parlier), sigle de la société commerciale dans laquelle Louis Médard est associé à Jean Parlier pour le négoce de la soie et des indiennes jusqu’aux années 1810.

2La composition de cet acte et son contenu méritent examen. Louis Médard ne l’a pas décidé de manière irréfléchie, sur un coup de tête. Il n’a pas perdu la raison comme le disent ses neveux. C’est une décision calculée de longue date. La fatigue, la maladie ne sont pas les seules raisons qui expliquent les choix du négociant. L’étude du testament permet d’apporter quelques explications. L’adresse faite « aux magistrats de la ville de Lunel », lieu de naissance de Louis Médard, éclaire aussi cette décision :

  • 1 Extrait du testament de L. Médard, AD de l’Hérault, (ADH ensuite), 2 O 145 45.

« Daignez accueillir le legs d’un compatriote qui, par cet acte, a cru bien faire. Ne jugez que l’intention, je l’ai crue bonne et je l’ai produite. Puisse-t-elle, à l’aide d’un nouveau collège, augmenter dans ma ville natale le nombre des bons citoyens utiles à leur patrie ? Je l’ai toujours chérie et en m’attachant plus aux principes qui ne varient pas qu’aux hommes qui peuvent errer. Que le Maître de toutes choses répande le bonheur sur vous et vos administrés ! »1

3Louis Médard désire accroître dans sa ville natale « le nombre des bons citoyens ». Philanthrope et patriote, il dit n’agir que pour le bien public. S’agit-il là de ses véritables raisons ? Serait-il, à cette époque, en désaccord avec ses neveux puisqu’il ne leur transmet pas sa bibliothèque ? Souhaite-t-il que, par le biais de cette donation, la collection de livres qu’il a patiemment et amoureusement constituée depuis une quarantaine d’années soit conservée entière ? Souhaite-t-il surtout qu’elle ne soit pas partagée et dispersée ? Faut-il voir dans son testament un ensemble de bonnes intentions ou un legs inestimable de très grande valeur ? Depuis toujours, pourrait-on dire, ceux dont les revenus le permettent donnent à leur ville ou aux œuvres charitables une somme d’argent plus ou moins importante, parfois des biens meubles ou immeubles. Donner sa bibliothèque n’est pas un acte ordinaire. Pour bien saisir la valeur du legs Médard, on étudiera, dans un premier point, les principales dispositions du testament pour essayer de comprendre les véritables intentions du testateur. On verra ensuite les conditions énoncées et la manière dont la ville de Lunel a reçu le legs.

4Quelques précisions sur le personnage d’abord. Dernier enfant d’une famille nombreuse, Jean-Louis Médard, dit Louis ou L’Oncle, aurait dû suivre les traces de son frère David (associé dans la maison de commerce Fornier Cie installée à Cadix). Le décès de son père et la faillite de la société andalouse l’ont poussé dans une autre direction. Il est d’abord apprenti-canut à Lyon avant de fonder sa propre entreprise à Montpellier en association avec son ami Jean Parlier. Il n’a donc pas participé au grand commerce international mais œuvré, plus modestement au niveau européen.

  • 2 RAYNAL (abbé), Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens (...)

5Louis Médard est un négociant et un bibliophile. De solides études au Collège des Doctrinaires de Nîmes, basées sur la « latinité », lui ont donné le goût de la lecture. C’est aussi l’influence de son père qui a développé son intérêt pour les bons et beaux livres. Louis Médard le reconnaît volontiers, « homme instruit pour l’époque, (mon père) s’était fait une petite bibliothèque bien choisie, dirigeait mes extraits… » écrit-il dans la notice-préface de « l’Histoire philosophique et politique… »2 de l’abbé Raynal. C’est une de ses premières lectures ainsi que « l’Histoire de l’Amérique » de Robertson : ouvrages utilitaires, destinés à l’apprentissage du métier du négoce, bien évidemment.

  • 3 D. ROCHE, Négoce et culture dans la France du XVIIIe, RHMC, t. 25, p. 375-95, 1978.
  • 4 Idem.
  • 5 Fonds Médard, Grand catalogue des livres de J.-L. Médard.

6L’amour de la lecture et des beaux livres est ensuite devenu une passion. On sait que Louis Médard a commencé sa collection au début de la Révolution. Il l’a continuée presque jusqu’à la fin de sa vie. Il ne possède pas ce que D. Roche appelle « une bibliothèque négociante à caractères originaux : part du métier forte, place des sciences et des techniques importante… »3. Il n’a pas non plus développé « le mécénat artistique ou la passion fiévreuse pour la bâtisse »4 (bien qu’on puisse considérer le don de sa bibliothèque à sa ville natale comme une forme de mécénat). Les belles lettres constituent un petit peu plus de la moitié du fonds Médard (52 %), l’histoire presque un tiers (31 %), les sciences et les arts, 10 %, la théologie, 6,5 %. « Lire, prendre des notes, c’est renforcer sa mémoire et s’en créer une nouvelle »5 pense Louis Médard. Développer sa mémoire, acquérir des connaissances sont des moyens favorables à l’instruction mais aussi à la piété. Louis Médard garde longtemps le souvenir ému de son instruction religieuse sous la direction du pasteur Rabaut Saint-Étienne. La famille Médard a adhéré aux idées de la Réforme protestante ; ses membres ont continué la pratique réformée après la Révocation de l’édit de Nantes ; mais jusqu’à l’édit sur les non-catholiques de 1787, les actes d’état civil des Médard sont inscrits sur les registres paroissiaux de l’église Notre Dame-du-Lac. Les liens avec les Rabaut sont constants de la fin XVIIIe au début du XIXe : le mariage de Louis Médard est béni à Paris par le pasteur Rabaut Pomier, frère de Rabaut Saint-Étienne.

Le testament de Louis Médard

7Testament : acte par lequel une personne dispose des biens qu’elle laissera après sa mort en respectant les formes légales, dit le dictionnaire. Les biens « qu’il a plu à la divine providence me départir », précise-t-on parfois. Celui qui veut régler sa succession peut le faire de deux façons : établir une simple déclaration devant témoins ou rédiger un document écrit et signé, clos et scellé, remis à un notaire. Louis Médard utilise ce dernier moyen.

  • 6 Louis Médard écrit dans la notice-préface de l’ouvrage de J.-J. ROUSSEAU, La Nouvelle Héloïse, « en (...)
  • 7 Le collège communal sera en partie construit sur un terrain Médard en 1860.

8Son testament est un acte ordinaire, un acte qui ressemble aux autres. N’ayant pas eu d’enfants, ce qu’il regrette6, Louis Médard partage ses biens entre les membres de sa famille. Sans être très riche, il vit dans l’aisance ; une estimation de ses propriétés non bâties, terres, prés et vignes, donne une superficie d’environ treize hectares. Ce qui ne constitue pas un grand domaine mais quelques terres proches de la ville sont constructibles7. Il faudrait ajouter sa maison de la Grand-rue à Lunel et les revenus de la maison de commerce. Les legs à ses neveux :

  • à Eugène Médard, une portion de champ candinière ;

  • à Mathieu Médard, les revenus de la maison de Lunel ;

    • 8 ADH, notaire Raffin, 29 avril 1830.

    à Colombier Médard, l’argenterie, car il a fait un riche mariage (il épouse en 1830 Clémentine Mathieu qui lui apporte en dot cent mille francs)8 ;

  • à Jean Médard, une pension annuelle et viagère de mille francs ;

  • à Eugène Mourgues, une montre et sa chaîne en or, la même montre est donnée au fils Bertrand, « dont depuis longtemps, j’emploie la plume » dit Louis Médard.

9Sara Fillietaz, « ma chère et bien aimée épouse », n’est pas oubliée. Elle a la jouissance de tous les biens, propriétés et immeubles, ainsi que l’usufruit toute sa vie, à l’exception de la maison de Lunel. Les héritiers légataires et testamentaires sont Eugène et Mathieu Médard, fils de Pierre et Anne Vignolle. Ils habitent Lunel et pourront conseiller leur tante car, dit l’oncle, « les biens ruraux de Lunel acquièrent tous les jours plus de valeur ».

  • 9 La dot de son épouse a servi à acheter, en 1832, le domaine Saint-Julien de Cornillac, à Marsillarg (...)

10Rien de très original dans ces dispositions, semble-t-il, à première vue. Un homme malade règle sa succession avec sagesse. Il pense à tous et répartit ses legs avec la plus grande équité. Colombier Médard vit déjà dans l’aisance9 et n’a pas besoin de l’héritage de son oncle qui sera beaucoup plus utile à son cousin Jean.

  • 10 ADH 12 J 313, Listes de souscription pour les écoles d’enseignement mutuel de l’ER de Montpellier ; (...)

11Deux articles font cependant de cet acte un modèle et donnent au testament toute sa valeur. Il s’agit du premier et du septième legs. Le premier montre l’intérêt charitable de Louis Médard et son souci d’aider les écoles de l’Église réformée de Montpellier. Trois cent francs sont prévus pour être distribués aux « familles indigentes des deux cultes de la ville de Lunel » ; la même somme est donnée aux écoles d’enseignement mutuel protestantes. Depuis 1818, Médard soutient leur développement : cette année là, il a souscrit, avec les autres négociants protestants de Montpellier, aux actions lancées pour l’achat d’un nouveau local près du temple, rue Maguelonne10.

12Ce legs, placé au début de l’acte, n’est pas le fait du hasard. « Mes dispositions et dernières volontés » dit Louis Médard, à la fin du testament, sont « bien réfléchies ». En effet, il indique ce qu’il désire dès le commencement de l’acte. Aider les nécessiteux et favoriser l’instruction sont les devoirs d’un bon chrétien. Lire et enseigner les Écritures est nécessaire pour la piété des chrétiens comme pour la formation des citoyens, l’étude des auteurs antiques également. Les dons faits à des œuvres charitables, à une église, montrent la piété du donateur.

  • 11 Grand Catalogue des livres de J.-L. Médard, Fonds Médard, Lunel.

13Le septième legs, le don de sa bibliothèque à sa ville natale, est plus original. Il répond à une volonté bien précise : contribuer à l’accroissement de l’instruction. Louis Médard est persuadé que les écrivains, les philosophes, les hommes de la Révolution ont lutté en faveur de la liberté et de la tolérance ; ils ont « abattu ces masures que nous n’apercevons plus… défriché ces champs où la liberté croît aujourd’hui »11. Il veut, en quelque sorte et modestement, continuer leur œuvre. Les acquis de cette période doivent être conservés et développés.

  • 12 DEMOSTHÈNE, Œuvres complètes, Paris 1819-21, Fonds Médard, notice, A 44.

14Ce legs est celui d’un patriote, d’un homme qui aime sa patrie. Louis Médard entend ce terme au sens du XVIIIe, « celui qui dans un gouvernement libre est dévoué au bien public » (Pour lui le patriotisme est certainement la plus grande vertu. Il la relève chez tous les auteurs anciens qui l’ont pratiquée : Pindare exalte « la gloire de la patrie » ; « parce qu’il fut un grand citoyen, Démosthène fut aussi un grand orateur et un grand homme d’état, le patriotisme fécondait sa parole »12 ; on ne connaît pas à cette époque les relations de Démosthène avec Philippe de Macédoine). Les Romains dotaient leur cité de fontaines, de thermes ou de temples. Amoureux de son pays, soucieux de la chose publique, de la « res publica », Louis Médard veut apporter son concours aux administrateurs de la ville où il est né. Que peut-il faire de mieux pour favoriser l’instruction des habitants de Lunel que de donner sa bibliothèque à la ville ! Ce vœu, un des derniers articles du testament, est ainsi rédigé :

  • 13 ADH, Testament de Louis Médard.

« au décès de ma femme et plutôt si elle y consent, je confie à mon neveu Mathieu Médard… mon cabinet composé de divers corps de bibliothèque… de tous les livres inscrits dans mon catalogue… le tout représente mon cabinet que je donne et lègue en toute propriété à ma ville natale de Lunel »13.

15Quelle plus belle preuve de patriotisme que ce legs ! L’amour que Louis Médard a gardé pour son pays natal, pour les lieux de son adolescence transparaît ici. Il manifeste de cette façon son attachement à ses compatriotes et à leurs descendants. Bien qu’il ait vécu éloigné de Lunel pendant de longues années : il a été apprenti-canut à Lyon, voyageur de commerce contraint à de fréquents déplacements dans toute l’Europe ; il a élu domicile, ensuite, à Montpellier, rue de l’aiguillerie. L’oncle n’a pas oublié ses premières années au pont de Lunel et en ville. Ses neveux demeurent à Lunel, ont suivi les cours du collège, ont participé ensuite à la vie économique et politique de ce gros bourg dont la population s’accroît rapidement au début du XIXe.

16Une « légende » familiale prétend que les neveux Médard n’ont pas hérité de la bibliothèque parce que lors des visites des premiers jours de janvier à l’oncle et à la tante, ils auraient oublié de demander à leur oncle sa bénédiction. Cet « oubli », vrai ou faux, ne peut à lui seul expliquer le geste de Louis Médard qui entend « concourir au bien général ». En fait, il agit uniquement par patriotisme. Attaché à Lunel, où il a passé ses vingt premières années, il veut favoriser la ville.

  • 14 ADH, Le Courrier du Midi, 31 juillet 1841.
  • 15 Idem, Ibidem.

17Ayant élu domicile à Montpellier où il commerce, membre de l’Église réformée, sa ville adoptive aurait souhaité recevoir la bibliothèque. À plusieurs reprises, Médard est sollicité. Le musée Fabre propose de recevoir sa collection de livres : elle porterait son nom et serait réservée aux habitants de Lunel. « Aucune proposition n’a pu me séduire », dit-il, sa décision est bien arrêtée et réfléchie. Quelques jours après son décès, Sara Fillietaz, sa veuve, demande l’ouverture du testament ; ce legs, le don de la bibliothèque, est abondamment commenté et, on s’en doute, diversement apprécié par les uns et les autres. La notice nécrologique, parue dans Le Courrier du Midi, le 31 juillet 1841, signale le don de « sa belle bibliothèque, ce trésor intellectuel »14. L’auteur de la notice souligne que durant sa vie, Louis Médard « n’en refusait la jouissance à aucun homme studieux »15. Il regrette cependant que la bibliothèque n’ait pas été léguée à la ville de Montpellier et signale que l’oraison funèbre a été prononcée par le pasteur Grawitz.

  • 16 Sources travaux historiques, 1995, Ch. AMALVI, Usage des bibliothèques populaires et scolaires de l (...)
  • 17 La bibliothèque de Louis Médard à Lunel, Mélanges publiés par l’Association Sauvegarde et Valorisat (...)

18Louis Médard, bibliophile érudit et averti, donne à sa ville natale les quelques cinq mille volumes qu’il a réunis depuis les débuts de la Révolution. C’est alors une des plus importantes collection de l’Hérault, par le nombre et la richesse. Celle des frères Parlier, vendue en 1841, réunit douze à quinze-cent volumes. Une enquête départementale, faite en 1873, signale à Montpellier : mille livres à la bibliothèque protestante et sept mille-cinq-cent à l’œuvre catholique16. La bibliothèque Médard est riche de manuscrits anciens et de rares éditions, depuis le Moyen Âge jusqu’à la Révolution ; depuis un sermon de Calvin de 1562 « Doctrine sur la sujétion et obéissance due aux rois et aux magistrats » jusqu’aux écrits de Marat et aux publications contre-révolutionnaires. Elle comprend de beaux ouvrages illustrés comme « l’Histoire naturelle » de Buffon et des livres superbement reliés. Le fonds montre les préférences d’un lecteur cultivé qui a privilégié les belles lettres et l’histoire sans oublier les sciences, les arts et la théologie17.

Les conditions du legs

  • 18 Les lettres de Mme de Sévigné, Paris, 1818, notice, Fonds Médard, C 29.
  • 19 Grand Catalogue.

19Homme de grande culture, issu du milieu du négoce, appartenant à la bourgeoisie réformée, Louis Médard est aussi un humaniste. Ses études, commencées en Provence et terminées à Nîmes, ont eu pour bases « la latinité, l’étude du grec et du latin », nécessaire à l’éducation des jeunes gens, au XVIIIe comme au XIXe, pense-t-il. Les auteurs de l’Antiquité figurent en bonne place dans sa collection, mais les philosophes du siècle des Lumières sont considérés comme les plus grands : Diderot, Voltaire, Raynal et Rousseau ont lutté contre l’absolutisme. La Révolution établit une ligne de partage entre l’ancien et le nouveau régime, entre « une société évanouie… et une société nouvelle »18, la première décrite et incarnée par la marquise de Sévigné, la seconde par Mme de Staël. Les droits et les libertés, les progrès politiques obtenus doivent être maintenus et poursuivis, le développement de l’instruction étant un des plus importants. Grâce aux ouvrages de sa bibliothèque, grâce à leur lecture, les habitants de Lunel pourront réfléchir et s’instruire. Louis Médard leur déclare, « j’ai toujours eu l’intention de vous destiner mes livres ». Pour faciliter la réflexion, l’acquisition des connaissances, il demande, dans le codicille de son testament, qu’on place écritoire et plumes pour les lecteurs, que des livres puissent être prêtés « aux personnes qui, par leur genre habituel d’ordre, soignent bien ce qui ne leur appartient pas », ce qu’il a fait pendant sa vie. Cette autorisation est étendue « par exception, aux personnes studieuses de Montpellier et Nîmes ». Les ouvrages dits classiques seront également utiles aux professeurs et aux élèves du collège. Lire et prendre des notes permet de s’instruire et d’exercer sa réflexion : « lire, c’est faire un échange des heures d’ennui contre des heures délicieuses, prendre des notes, c’est renforcer sa mémoire et s’en créer une nouvelle » écrit Louis Médard19. On croirait entendre Montaigne discourant dans son cabinet de lecture.

  • 20 ADH Testament de J.-L. Médard.

20En même temps que la description de son cabinet de lecture, faite dans l’article sept du testament, « divers corps de bibliothèque fermant tous hors un seul, de tous les livres inscrits dans mon catalogue, d’un bureau ou table plate et une échelle en acajou qui fait également table ; douze vues de Suisse, d’une gravure de François Ier le tout encadré et de quatre petits tableaux à l’huile qui m’ont été donnés par l’hoirie de mon beau-père, de ma pendule en marbre antique »20, Louis Médard précise les conditions à respecter pour que le legs soit effectif. Son épouse ayant la jouissance de tous ses biens, le don ne pourra se réaliser qu’après son décès, « plutôt si elle y consent ». Les quatre premières tendent à une bonne conservation de la bibliothèque :

  • « délivrer à Mathieu Médard une copie exacte de mon catalogue » ;

  • « ne jamais dénaturer en rien ma collection de livres » ;

  • « en faire jouir les habitants de Lunel » ;

    • 21 Idem, ibid.

    « avec l’aide d’un bibliothécaire agréé par ma famille »21.

21Mathieu Médard pourra donc vérifier que la bibliothèque est complète. La ville s’engage à ne vendre ni échanger aucun ouvrage. La collection doit profiter d’abord aux habitants de Lunel. Le souhait de Louis Médard, on l’a déjà dit, est que son legs soit utile. Le choix d’un bibliothécaire sera approuvé par les héritiers testamentaires. Désigner un spécialiste, bibliophile ou personne instruite, apporte une garantie tant à la ville qu’aux lecteurs.

  • 22 MARAT, Œuvres, notice, Fonds Médard, O 6.

22Aux yeux de Louis Médard, cette personne ne mettra pas certains ouvrages entre les mains de n’importe qui. Le donateur pense à ceux qu’il a placés dans « l’enfer » : il a mis à part et répertorié dans un catalogue particulier les livres qu’il juge dangereux. Par exemple, les œuvres libertines comme les « Contes et nouvelles » de Jean de la Fontaine, les écrits contre la papauté, « Anatomie de la messe » de J. de Moulin, ou contre les jésuites. Pourquoi un tel choix alors que ces ouvrages figurent à la bibliothèque royale, que d’autres bibliophiles les possèdent ? Louis Médard, étant « membre de l’église réformée », se réserve un droit de censure. Il juge que la morale et les bonnes mœurs n’autorisent pas certaines lectures à tout un chacun. (On peut penser que Médard possédait un nombre assez important de livres libertins, il déclare à propos des ouvrages de Marat : « j’ai purgé ma petite bibliothèque de bon nombre de livres érotiques bien plus dangereux qu’un Marat dont le type ne peut se reproduire »22. La lecture des œuvres érotiques, présentes dans toutes les collections, serait-elle plus dangereuse que celle des idées de Marat ? Ce jugement ressemble bien à celui d’un protestant moralisateur, utopiste de surcroît.

23Ces conditions paraissent tout à fait acceptables au conseil municipal de Lunel. Averti du legs le 9 août 1841, il remercie Mathieu Médard, l’un des héritiers. Une commission discute l’acceptation ou le refus. Le rapporteur conseille d’accepter : les frais de succession sont faibles, ceux de transport aussi. Par délibération, le conseil accepte le legs. Trois conseillers se proposent même pour occuper à tour de rôle et gratis le poste de bibliothécaire.

24Un souhait et une dernière condition méritent un examen plus attentif. Louis Médard désire que « les livres soient placés dans la maison patrimoniale », propriété de Mathieu Médard. L’oncle espère peut-être de cette façon que son neveu pourra surveiller son legs. La dernière condition laisse les conseillers municipaux perplexes, « maintenir en tout temps le collège ».

25Quel collège ? S’agit-il du collège que Louis Médard a connu sous le premier Empire, celui où ses neveux ont reçu leur instruction secondaire ? Parle-t-il du collège existant en 1834 ? Il ne précise pas. Il est certain qu’il souhaite que l’enseignement secondaire continue à Lunel. Un collège appelé universitaire, autorisé en 1804, fonctionne à partir de 1809 dans l’ancien couvent des Capucins (le bâtiment est ensuite transformé en hôpital). Sous la direction d’un principal, les élèves, externes et pensionnaires, étudient toutes les matières, même celles dites d’agrément : musique, danse, dessin et escrime. Un principal dirige l’établissement, les professeurs sont nommés par le recteur. Un bureau d’administration composé de parents d’élèves lunellois surveille discipline et comptabilité. À partir de 1835, le collège devient école secondaire libre, non reconnue par l’Académie et la ville essaye de réduire les dépenses. Les membres du bureau d’administration sont élus : chaque conseiller municipal propose quatre pères de famille. Ce bureau, émanation du conseil, correspond ainsi aux propriétaires et aux bourgeois : Eugène Médard, neveu de Louis, représente la religion réformée minoritaire à Lunel (500 personnes environ sur une population totale de 6 200 en 1851).

  • 23 ADH, 2 O 145 45, Lettre de Mathieu Médard, 18 octobre 1844.

26La ville de Lunel ne sait comment interpréter cette condition. Elle demande l’avis d’un cabinet d’avocats de Montpellier, (Mrs Vernhettes, Gravier et Durand) « Les moyens de jouissance ou de conservation de la bibliothèque sont facultatifs et non obligatoires »23 pensent les hommes de loi. Il est donc possible d’installer les livres dans la salle du conseil municipal comme prévu. En revanche, disent les avocats, deux conditions sont primordiales : la nomination d’un bibliothécaire agréé par la famille et le maintien du collège. Les conseillers qui se sont proposés offrent toutes garanties. Le collège de Lunel fonctionne (mais il s’agit d’une école secondaire libre). Le vœu principal de Louis Médard étant de favoriser l’instruction, l’enseignement secondaire existant à Lunel, les conditions imposées sont remplies, pense le conseil municipal.

  • 24 ADH, Commission municipale legs Médard, 2 O 145 45.

27Cette analyse ne satisfait pas les héritiers Médard. Les neveux ne sont pas d’accord et consultent à leur tour un avocat. D’après le testament, dit celui-ci, deux principes sont à respecter : la bibliothèque ne peut être placée dans la salle des délibérations de la mairie ; seul un spécialiste peut assurer la tâche de surveillance et de conservation du fonds ; il recevra pour cela des honoraires en rapport avec sa qualification. Mathieu Médard pense que son oncle n’a pas parlé d’un collège, d’un quelconque établissement d’instruction. Il a écrit le collège, celui qu’il connaissait dans les années 1820-1830. Mathieu s’adresse au maire de Lunel, le 18 octobre 1844, il propose de racheter le legs fait par son oncle : « j’offre de compter cinq mille francs moyennant l’entier abandon par la ville de tous ses droits, tels qu’ils résultent du testament de Louis Médard, mon oncle »24. Le conseil juge cette somme modeste, voire mesquine. (Le fonds a été évalué huit mille francs sans compter la plus value provenant du luxe et de la valeur des reliures).

  • 25 Ibid.

28Le désaccord est total entre la ville de Lunel et les héritiers. Chacune des deux parties soupçonne l’autre d’intentions perfides, l’accuse de malhonnêteté intellectuelle. Eugène et Mathieu Médard reprochent au conseil municipal le non respect des conditions posées par leur oncle, les dernières volontés étant un acte sacré, pensent-ils. Pour la ville, les héritiers en font trop. Se servant des termes ambigus d’une des conditions, « maintenir en tout temps le collège », ils veulent faire une bonne affaire et récupérer le legs de leur oncle. Les héritiers Médard « sont dans une position de fortune avantageuse, le legs Médard ne changerait en rien cette position » déclare la commission municipale, le 26 novembre 184425.

29Il existe aussi vraisemblablement des oppositions politiques locales. L’observation du conseil municipal de Lunel montre que, depuis 1815, il y a toujours eu un membre de la famille Médard au sein du conseil. En 1837 et 1841, Pierre-Antoine Sauvajol est maire, Eugène Médard est adjoint. Tous deux se retirent, démissionnent lors de la révolution de février 1848. Des hommes nouveaux arrivent au pouvoir ; plus ouverts aux questions sociales, moins conservateurs que ceux de la précédente municipalité ? Après 1851, il n’y a plus aucun représentant de la famille Médard au conseil municipal. Signe de détachement, de désintérêt ou de désaccord avec les orientations et les décisions prises par le maire et les conseillers ?

30Le maire de Lunel demande l’avis du préfet qui, à son tour, s’adresse au ministre de l’intérieur. Pour ménager les parties, le ministre propose une transaction sur l’interprétation du litige : le collège à Lunel. Mathieu Médard refuse. Le conseil municipal maintient sa délibération du 20 décembre 1841 : l’acceptation pure et simple du legs Médard. Fin mars 1845, le préfet autorise la ville à accepter la donation ; le premier avril, le roi Louis-Philippe confirme.

31Sara Fillietaz, veuve Médard, a « la jouissance pleine et entière pendant sa vie » des meubles, linge, argenterie et bibliothèque légués par son époux ; il faut attendre et voir, conclut le conseil.

32L’annonce du décès de Mme veuve Louis Médard, en juillet 1857, ravive les passions et les intérêts. Depuis une douzaine d’années, les positions n’ont pas changé. Mathieu Médard s’oppose à la ville sur deux points : la bibliothèque doit être installée selon les désirs de son oncle ; le collège de Lunel, dirigé par des instituteurs libres et non par des membres de l’Université, ne correspond pas à celui dont parlait son oncle. La ville de Lunel reproche au neveu de « vouloir profiter personnellement et lui seul de la bibliothèque ».

33On oppose l’oncle et le neveu : le premier, généreux et patriote, s’est montré soucieux de l’instruction de ses compatriotes ; le second est soupçonné de préférer son profit à l’intérêt commun. Une seule issue à cet antagonisme d’idées et d’intérêts : le recours à la justice.

34Le 24 juillet 1857, le maire de Lunel, Ch. Bézard et son conseil municipal assignent Mathieu Médard en délivrance du legs. Comme le neveu refuse, le maire saisit le tribunal civil de Montpellier qui donne raison au magistrat municipal. Mathieu fait appel, sans succès. Le 18 mai 1858, le tribunal rend son jugement basé sur trois points :

  • Louis Médard n’a pas marqué de date pour indiquer le collège dont il voulait parler ;

  • le recours au testament lui-même permet d’y trouver les véritables intentions du testateur ;

    • 26 ADH 2 U1 125, Tribunal civil de Montpellier.

    Louis Médard a chargé son neveu et lui seul d’un mandat de confiance qui ne peut être transmis à ses héritiers26. Fin août, Virenque, libraire de Montpellier, fait l’inventaire de la bibliothèque qui est transportée et entièrement installée à Lunel, salle des réunions de la mairie, (ancienne maison Paul et achetée par la ville en 1825-26).

35Natif de Lunel, membre de la communauté protestante de cette ville, de l’Église réformée de Montpellier sous l’Empire et la Restauration, Louis Médard n’a pas oublié les principes et les valeurs appris lors de son instruction religieuse faite sous la direction du pasteur Rabaut Saint-Étienne. Son testament en témoigne ; il souhaite venir en aide aux plus démunis sans distinction de culte. Il veut surtout, écrit-il aux magistrats de Lunel, accroître le nombre des bons citoyens. Il souhaite aussi, peut-être, que sa collection dont la valeur est unanimement reconnue, ne soit pas dispersée ni partagée.

36Un bon citoyen est un homme instruit, capable de comprendre et de réfléchir. En donnant sa bibliothèque, Louis Médard offre ainsi aux habitants de Lunel l’occasion de développer leurs connaissances. Peut-être est-il trop optimiste en jugeant « la nouvelle génération naturellement studieuse » ? Toujours est-il que, soucieux de l’instruction de ses compatriotes, il demande aussi que soit maintenu le collège. Sa bibliothèque peut rendre service aux maîtres et aux élèves.

  • 27 Discipline des Églises Réformées de France, Genève, 1676, notice, Fonds Médard, t. 6.

37Les principes qui ont guidé et animé sa vie sont énoncés dans la notice-préface de l’exemplaire La Discipline des Églises Réformées de France : « aimer les hommes comme nous mêmes, concourir au bien général et faire tout ce qu’on peut pour le bonheur de chacun en particulier, voilà la Vertu suprême »27. Le testament de Louis Médard est celui d’un chrétien, généreux envers les autres, d’un honnête homme, épris de culture, d’un bon citoyen assez soucieux de la chose publique pour céder une partie de ses richesses en faveur de l’instruction.

Notes

1 Extrait du testament de L. Médard, AD de l’Hérault, (ADH ensuite), 2 O 145 45.

2 RAYNAL (abbé), Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, 1770, 1ère édition, Fonds Médard, n° 61.

3 D. ROCHE, Négoce et culture dans la France du XVIIIe, RHMC, t. 25, p. 375-95, 1978.

4 Idem.

5 Fonds Médard, Grand catalogue des livres de J.-L. Médard.

6 Louis Médard écrit dans la notice-préface de l’ouvrage de J.-J. ROUSSEAU, La Nouvelle Héloïse, « en vain ces derniers temps, on s’est efforcé de détruire la juste renommée de ce grand écrivain… cependant, je n’eusse pas livré l’ouvrage à ma fille si j’eusse été assez heureux pour en avoir une ». Les notices-préfaces, placées au début de presque tous les livres du fonds Médard, présentent l’ouvrage et commentent la forme et le fond, on y trouve parfois des indications sur l’édition, la valeur et la reliure du livre.

7 Le collège communal sera en partie construit sur un terrain Médard en 1860.

8 ADH, notaire Raffin, 29 avril 1830.

9 La dot de son épouse a servi à acheter, en 1832, le domaine Saint-Julien de Cornillac, à Marsillargues, pour cent soixante-mille francs, ADH 2 E 43/157, 11 décembre 1832.

10 ADH 12 J 313, Listes de souscription pour les écoles d’enseignement mutuel de l’ER de Montpellier ; à la mort de Louis Médard, ses héritiers laissent la valeur de ces actions au consistoire de l’ER.

11 Grand Catalogue des livres de J.-L. Médard, Fonds Médard, Lunel.

12 DEMOSTHÈNE, Œuvres complètes, Paris 1819-21, Fonds Médard, notice, A 44.

13 ADH, Testament de Louis Médard.

14 ADH, Le Courrier du Midi, 31 juillet 1841.

15 Idem, Ibidem.

16 Sources travaux historiques, 1995, Ch. AMALVI, Usage des bibliothèques populaires et scolaires de l’Hérault de la fin du second Empire à la naissance de la troisième République.

17 La bibliothèque de Louis Médard à Lunel, Mélanges publiés par l’Association Sauvegarde et Valorisation du patrimoine imprimé et le Centre d’études du XVIIIe, Montpellier, 1987.

18 Les lettres de Mme de Sévigné, Paris, 1818, notice, Fonds Médard, C 29.

19 Grand Catalogue.

20 ADH Testament de J.-L. Médard.

21 Idem, ibid.

22 MARAT, Œuvres, notice, Fonds Médard, O 6.

23 ADH, 2 O 145 45, Lettre de Mathieu Médard, 18 octobre 1844.

24 ADH, Commission municipale legs Médard, 2 O 145 45.

25 Ibid.

26 ADH 2 U1 125, Tribunal civil de Montpellier.

27 Discipline des Églises Réformées de France, Genève, 1676, notice, Fonds Médard, t. 6.

Auteur

Docteur en histoire, Aigues-Vives

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540