Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclairer le peuple

 | 
Jean-Paul Chabrol
, 
Laurent Gambarotto

Chapitre I. Jean-Louis Médard : sa personne et sa bibliothèque

Graines de négociants : les Médard dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Robert Chamboredon

Texte intégral

  • 1 G.-I. RAYNAL, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens (...)
  • 2 Ph. MINARD, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, 1998. (...)

1Loin des portraits idéalisés des négociants que forgèrent Sedaine, Beaumarchais ou l’abbé Raynal1, on peut rencontrer des points de vue diamétralement opposés, communément partagés par ceux qui avaient en charge, par exemple, l’application de la réglementation s’appliquant aux manufactures ou au commerce des grains2. Le négociant international ? Un homme sans patrie. Le marchand de grains ? Un être sans conscience. Autant dire que les praticiens du commerce étaient affligés chez eux d’une réputation détestable ; profiteurs, avides et âpres au gain, monopoleurs, c’est sous ces traits peu amènes qu’ils sont dépeints dans les diatribes de Simon Linguet ou de Sébastien Mercier.

2Sachant que Jean Médard pratiqua à Lunel le négoce des grains, des « bleds » comme on disait alors, et que nombre de ses enfants, à commencer par David qui nous occupera plus précisément ici, étaient destinés à exercer le négoce international, on peut à juste titre se demander si leur réputation n’a pas eu à souffrir de semblables propos, et rechercher, à partir des sources à notre disposition, quels types de négociants ils furent, quelles activités furent les leurs dans la seconde moitié du siècle des Lumières dont, d’après Daniel Roche, ceux qui commerçaient « sous toile et sous corde » furent les « héros ».

3Entre « diabolisation » et « héroïsation », essayons de brosser, sinon un portrait, du moins une esquisse de deux négociants qui furent respectivement père et frère de Jean-Louis Médard.

  • 3 F. BEGUEL, Le commerce des grains en Languedoc dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : un exempl (...)
  • 4 D. FABRE, Une maison de commerce nîmoise au XVIIIe siècle Fornier et Cie (1762-1779), Mémoire de m (...)
  • 5 D. BERTRAND-FABRE, R. CHAMBOREDON, Les Fornier de Clausonne Archives d’une famille de négociants d (...)

4Évoquant les projets matrimoniaux qu’il avait concoctés pour l’établissement de son fils aîné Jean-François et les arrangements sociaux conclu un an et demi auparavant avec lui – l’acte de société donnant naissance à la maison Médard et fils est daté du 1er août 1775 –, Jean Médard écrivait, à la date du 15 janvier 1777 : « … comme je pouvais me prévenir et que mon intention est de faire pour lui (Jean-François) tout ce que la justice et mes facultés puissent le permettre, je vous prie en cela être notre arbitre, et afin que vous puissiez juger avec connaissance de cause, vous trouverez ci-joint un mémoire détaillé de ma vraie situation et de mes raisons que je vous prie de bien savoir ; je n’ai plus rien à y ajouter sinon que de vous réitérer que je ferai toujours à cet égard tout ce que vous me marquerez que vous feriez vous-même si vous étiez véritablement à ma place… »3. Le mémoire auquel il est fait allusion est un inventaire de la fortune de Jean Médard dressé à la date du 2 août 1776, et le confident auquel la missive est adressée n’est autre que le négociant nîmois Barthélemy Fornier qui dirigea une maison de commerce de première importance, après avoir été un temps associé à son père François Fornier, et fut le principal commanditaire d’un établissement présent à Cadix, un des pôles majeurs du commerce maritime international au XVIIIe siècle, lequel comptoir figurait parmi les dix premières maisons de commerce françaises installées dans le port andalou. Ainsi que nous le verrons, les Médard furent directement intéressés à la vie et aux activités de ces deux sociétés4. Relevons au passage l’intimité des relations d’affaires, tant familiales qu’économiques, les deux étant étroitement liées à l’époque, unissant J. Médard et B. Fornier, ce dernier devant trancher en dernier ressort à propos du différend qui opposait, de manière feutrée, le négociant lunellois à son fils. Observons par ailleurs que le premier nommé était de quinze ans l’aîné de son interlocuteur dont l’ascendant s’explique autant par la supériorité de ses capitaux que par l’étendue de ses talents, ce que couronna, en mai 1774, l’anoblissement de la famille Fornier, à travers la figure emblématique de François Fornier, premier membre de la famille à avoir été qualifié de négociant5.

  • 6 D. FABRE, op. cit.
  • 7 F. BEGUEL, op. cit.
  • 8 R. CHAMBOREDON, op. cit.
  • 9 Le fonds Fornier de Clausonne, déposé aux Archives départementales du Gard, est enregistré sous la (...)
  • 10 F. BEGUEL, op. cit., p. 30.
  • 11 FFC 381-383 et 376-378.
  • 12 FFC 407-413.
  • 13 FFC 421-425.

5Le regard que nous portons sur les Médard de Lunel est un regard indirect à maints égards, car tributaire de sources nîmoises et d’informations contenues dans les travaux de Danielle Bertrand-Fabre6, de Frédéric Béguel7, ainsi que de nos propres recherches8. Parmi les vingt registres de copies de lettres de commerce de la société Fornier et Cie de Nîmes, et ceux de la correspondance particulière adressée de Nîmes à Cadix par B. Fornier9, nous trouvons, parmi les premiers, les lettres écrites à J. Médard pour le commerce du blé ; ainsi, en 1770-1771, de mai à mai, 91 missives, soit une tous les quatre jours, lui furent envoyées, et, de 1765 à 1774, 724 lettres, au total, prirent la destination de Lunel, soit une moyenne annuelle de 7910, nous fournissant nombre de renseignements précieux sur les opérations entreprises en compte à demi ; des seconds, nous pouvons utiliser les courriers expédiés à David Médard, successivement commis puis associé-gérant dans le comptoir andalou, de 1778 à 1783, année à compter de laquelle son patronyme fut inclus dans la raison sociale11. Les grands livres de compte en partie double de la maison de Nîmes12 et les bilans et pièces annexes annuellement adressés depuis Cadix aux commanditaires13 apportent quant à eux de précieuses informations sur l’étendue et la technique des affaires. À cet ensemble de sources, il convient de joindre les lettres déposées à la bibliothèque de Lunel et analysées par Frédéric Béguel dans ses travaux précédemment cités.

  • 14 F. BEGUEL, op. cit., pp. 11-16 et généalogie pp. 151-153 (Annexes 28-29).

6Né en 1721 à Lunel, Jean Médard épousa à l’âge de vingt ans Marie Colombiers, fille d’un bourgeois de la même ville dont les frères exercèrent le négoce à Montpellier et à Londres ; héritier universel de son oncle Jean Coudougnan en 1757, il se spécialisa en grande partie dans le commerce des grains qu’exerçait le dit oncle, et se lia d’affaires avec François Fornier de Nîmes. Jusqu’en 1775, il dirigea seul ses affaires depuis Lunel, n’y associant son fils aîné Jean-François qu’alors, deux autres fils, Pierre et Henri, l’ayant peut-être secondé dans sa tâche. Il s’éteignit le 16 mai 1786, un an avant la promulgation de l’édit de tolérance qui accorda un état civil aux protestants dont il était, à l’instar des Fornier, du nombre14.

  • 15 FFC 359, lettre du 28/8/1765.
  • 16 Idem, lettre du 9/8/1765.

7Négoce à haut risque que celui des « bleds » si nous en croyons B. Fornier : « C’est le commerce le plus scabreux du monde et la maxime la plus sûre est de n’acheter qu’à prix bas et de vendre au premier profit sans trop le serrer et ensuite sans regret »15 écrivait-il à ses parents lyonnais – André frères et Cie – le 23 août 1765, confirmant les propos qu’il leur avait adressés une quinzaine de jours auparavant, le 9 août : « Un rien donne la peur, un rien rend la sécurité et c’est de cette peur ou de cette sécurité que dépend le prix du blé ; conséquence, c’est un commerce fort hasardé qui ne doit pas être poussé trop loin par les hommes sages, ni suivi trop longtemps. On doit prudemment se contenter à chaque opération de bien prendre sa bisque pour un coup, et mesurer ces coups aux circonstances dans lesquelles on se trouve, sans jamais regretter de ne l’avoir pas poussé plus loin, sans quoi on court trop de risque d’avoir un jour à se repentir du contraire. Les inconvénients sur la conservation, les transports etc. sont surtout bien dangereux, le plus sûr étant de faire autant qu’il se peut un commerce de proche en proche »16.

  • 17 J.-P. HIRSCH, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780- (...)
  • 18 FFC 367, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 22/5/1773.

8Prudence, sagesse, calcul, le tout n’excluant pas quelques audaces, autant d’ingrédients incorporés dans les « deux rêves du commerce » chers à Jean-Pierre Hirsch17, à savoir la liberté et la sécurité, ce qui nous éloigne de la réputation de spéculateurs éhontés évoquée dans nos propos liminaires, les négociants s’exposant, en cas de faux pas, à la faillite, ce dont quelques marchands de grains lunellois, à l’exemple des Astruc, eurent à souffrir18. Évoquant in fine le « commerce de proche en proche », B. Fornier le mettait en pratique par ses relations avec Jean Médard.

  • 19 Parmi les négociants et marchands de grains de Lunel, on relève les noms de Bouquet, Paulet, Picon (...)

9Lunel occupait, pour le commerce du blé, une position charnière entre le haut et le Bas-Languedoc, sur l’axe reliant Bordeaux à Marseille et Toulon. Centre d’un important marché blatier, on y assurait la réception des blés du Toulousain et du Lauragais qui avaient emprunté le canal du Midi et la route des étangs de Thau, Mauguio et Pérols, la circulation des barques étant permise sur l’étang de Mauguio par le canal de Lunel qui vit également passer les céréales importées à Sète depuis Marseille. Venant de Marsillargues, Aimargues, Saint-Laurent-d’Aigouze, ou encore de Comps, Beaucaire et Fourques, des charrettes apportaient les grains alimentant la desserte locale avec l’approvisionnement des boulangers et marchands détaillants tandis que, depuis les bords du Vidourle, était organisée leur redistribution vers Anduze, Quissac, Saint-Hippolyte-du-Fort. Carrefour de première importance, Lunel était en quelque sorte l’articulation du commerce régional, interrégional et, par l’intermédiaire des denrées importées de Marseille, international. Aussi y enregistre-t-on la présence de treize à quatorze marchands blatiers dont sept s’adonnaient au commerce extrarégional19.

  • 20 F. BEGUEL, op. cit., p. 107 « Précis de mon inventaire commencé et fini le 2 août 1776 » (Annexe 6 (...)
  • 21 F. BEGUEL, op. cit., p. 107 « Précis de mon inventaire commencé et fini le 2 août 1776 » (Annexe 6 (...)

10C’était à un négoce à caractère régional, principalement, que se consacrait Jean Médard. Son commis de confiance ou son fils Pierre, ce dernier dans les années 1780, effectuaient la tournée des « marchands détailleurs » et autres boulangers et meuniers dans le Bas-Languedoc. S’attachant en priorité aux diocèses d’Uzès et Nîmes, ils se déplaçaient dans les Cévennes en cas de surplus à écouler et devaient certainement prospecter aussi du côté de Montpellier. On peut distinguer quatre types d’opérations réalisées par ses soins ou ceux de ses correspondants : les ventes au grenier, sur place20 ; la redistribution depuis Lunel ; la vente sur les lieux d’achat ou durant le transport ; la vente ou l’approvisionnement dans le port franc de Marseille. Ce fut pour ces deux derniers types d’opérations que fonctionna le compte à demi en grains, ouvert avec la société Fornier et Cie de Nîmes21.

  • 22 F. BEGUEL, op. cit., pp. 29-38.

11De l’examen du dit compte et de la correspondance échangée avec la société nîmoise, il ressort que l’établissement lunellois se chargeait des relations avec les commissionnaires du Haut-Languedoc, B. Fornier se réservant celles avec Marseille et collectant les informations venant du reste du royaume – Provence, Flandre, Picardie, Normandie, Bretagne, Touraine, Bresse, Brie, Auxois, Champagne, Bourgogne, Dauphiné, Auvergne –, ou des pays et régions étrangers : Italie, Espagne, Levant, Barbarie, Angleterre, Suisse… Se tenant à l’affût des renseignements relatifs aux récoltes, à l’état de la demande, aux conditions météorologiques, à la situation des voies de communication, chaque missive contient, en quantité variable, nombre d’indications sur les prix, agrémentées d’avis et de spéculations sur ce qu’il conviendrait de faire ou non. Jean Médard, dans cette perspective, entretenait des relations avec P. Galabert de Villefranche-de-Lauragais, Galabert père et fils de Chaury, alias Castelnaudary, Sahuqué cadet de Toulouse, Viguié de Béziers ou encore Durand fils et Pagès d’Agde22. À côté d’une division géographique des tâches qui révèle la différence d’envergure des deux maisons associées pour le commerce du blé, on note également une répartition technique des opérations : alors que J. Médard se charge de donner les ordres d’achat en Languedoc, c’est B. Fornier qui s’occupe des règlements ou, si l’on préfère, des questions de banque.

  • 23 FFF 360, lettres de B. Fornier à Médard de Lunel des 8 et 9/1/1767.
  • 24 F. BEGUEL, op. cit., p. 57.
  • 25 FFC 366, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 8/4/1773.
  • 26 S.-L. KAPLAN, op. cit., À propos des mesures de 1763-1764, l’auteur parle des réformes « les plus (...)
  • 27 F. BEGUEL, op. cit., p. 49.

12Si la correspondance échangée en avril-mai roule sur les apparences de la récolte et les perspectives envisageables, les lettres écrites de juin à août confirment ou infirment ces dernières ; une sécheresse prolongée et c’est l’échaudage, un orage de grêle, et la récolte est perdue ; à compter du printemps, et en fonction des productions engrangées l’année précédente, la question de la soudure est posée ; les aléas climatiques, le « poids du ciel », influent également sur les transports ; en janvier 1767, le froid sec qui sévit est accompagné de basses eaux et de glaces sur la Saône et le Rhône qui empêchent la navigation23 tandis que le dégel et la débâcle qui l’accompagne aboutissent au même résultat pour des raisons opposées, et si d’aventure une cargaison parvient sans encombre à destination, il faut aussi compter avec les risques à bord. En novembre 1765, trois bâtiments parvenus à Comps déchargèrent du blé avarié24 dont le stockage risquait d’être difficile en raison de l’humidité et de la présence de charançons. À ces impondérables, il convient d’ajouter, et ce n’est pas le moindre des contretemps, les interventions des autorités ; « On nous écrit de Cadix qu’on y a besoin de bleds et qu’il commence à en venir moins de Barbarie par la raison que l’empereur du Maroc a défendu la sortie de Mogador et va défendre celle de Felador ; ce souverain commence à se faire des scrupules sur sa désobéissance aux lois de Mohamed qui défendent de nourrir les Chrétiens » écrivait B. Fornier à son correspondant de Lunel le 8 avril 177325, tous deux étant souvent sur la brèche, entre 1763 et 1776, dans ces années qui virent l’affrontement des partisans et des adversaires de la réglementation du commerce des grains. À la libération initiée en 1763-1764 par Laverdy, qui appliqua les projets en partie élaborés par Bertin, succéda, en 1770, la prohibition restaurée par l’abbé Terray en attendant que Turgot, quatre années plus tard n’autorise à nouveau la liberté des échanges dont la « guerre des farines » eut raison, tout comme la rumeur du « pacte de famine » avait en partie fait échouer la précédente tentative26. Nul doute que Jean Médard ait épousé les vues de B. Fornier dont les propos ne laissent planer aucune équivoque sur sa façon de voir les choses : « L’administration, de 1764 à 1770, semblait éloigner ce temps de barbarie », écrivait-il au lendemain des mesures prohibitives de l’abbé Terray27, un point de vue partagé, soit dit en passant, par les parlementaires toulousains favorables à la libéralisation des échanges dont ils espéraient, étant souvent propriétaires de domaines fonciers importants, une hausse substantielle des prix.

  • 28 FFC 359, lettre de B. Fornier à B. Gautier de Marseille du 14/10/1765.
  • 29 F. BEGUEL, op. cit., pp. 85-88. Analyse du profit et débat économique.

13Pour un produit dont le moindre signe d’abondance ou de manque provoquait des tensions d’envergure sur le marché où « les variations du commerce sont toujours extrêmes »28 et où il n’est pas rare de voir les prix faire la culbute dans les deux sens, les gains pouvaient se révéler particulièrement aléatoires. Hormis quelques opérations juteuses, mais isolées, les taux de profit calculés par F. Beguel se révèlent en général modestes, compris dans une fourchette allant de 0,8 à 3,8 %29. Toutefois, il ne faut pas omettre qu’en tant que commissionnaire la maison Médard touchait 1,5 % de commission pour les ventes, ce à quoi il faut ajouter 0,5 % d’intérêt sur les provisions d’achat. En tout état de cause, nous sommes fort éloignés des sommes mirifiques volontiers avancées par les accusateurs des négociants en grains.

  • 30 FFC 376, lettres de B. Fornier à Médard de Lunel des 30/10 et 11/12/1781.

14L’examen de la correspondance montre à l’évidence, non sans prendre en considération les formules convenues du rituel épistolaire, que l’assiduité et la réflexion, la rigueur laborieuse, l’activité concertée, étaient du nombre des qualités que le négociant blatier devait posséder pour réussir. Sans doute Jean Médard en était-il nimbé, d’où la longévité de son activité marchande. À ce panel de talents, nous n’aurions garde d’oublier la sincérité et l’amitié qui servirent d’écrin aux relations nouées avec les Fornier, ces derniers aidant au placement de la nombreuse progéniture du négociant pescalune. Conseiller de J. Médard pour la mise au point de l’acte de société rédigé en 1775, comme nous l’avons vu plus haut, B. Fornier surveilla de près l’éducation et l’apprentissage de plusieurs de ses fils ; si Jean-François et Pierre travaillèrent, de même que Henri, à Lunel, il songea à César et Jean-Louis pour aller à Cadix où David s’établit à la fin des années 177030.

  • 31 FFC 381, lettres de B. Fornier à Simon et Arnail Fornier et Cie de Cadix des 17/2 et 5/3/1778.
  • 32 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, p. 126, note 733.

15Doté d’une « jolie figure », montrant un « air doux et très simple » – une « douceur d’ange » à faire pâlir Ferréol d’Argental –, « assez grand », « tranquille sans être mou », « sérieux sans être triste ni sombre », « attentif », « discret », « soumis », dans l’art du portrait épistolaire, genre où il excelle, B. Fornier ne tarit pas d’éloge, au début 1778, alors qu’il vient de faire la connaissance de David Médard31. L’intelligence, l’instruction, la prudence, la probité et encore la délicatesse venant compléter une palette de qualités déjà sémillante, il est aisé de comprendre que le négociant nîmois ait vu peu après, dans ce jeune homme de vingt-trois ans un futur associé « appliqué et soucieux », voire un « homme solide, prudent, exact, réfléchi et peu dissipé »32, ce d’autant qu’« il n’aimait – last but not least – que le travail ». Certes, quelque nuances venaient, çà et là, assombrir un tantinet le tableau : il se tenait un peu courbé, ce que B. Fornier trouvait mal, il parlait peu et, surtout, il avait « l’air anglais », très « phlegmatique » (sic). On ne saurait être parfait…

  • 33 F. BEGUEL, op. cit., annexes 28-29, p. 151 et suiv. Jean-François naquit en 1746 ; deux filles le (...)
  • 34 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, p. 126, note 729.
  • 35 H. LÜTHY, La Banque Protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Pa (...)

16Né en 1754, le frère cadet de Jean-François, venu au monde huit ans avant lui33, avait été envoyé à Londres dès l’âge de douze ans pour y effectuer son apprentissage des affaires, suivant le modèle communément usité dans le monde de l’échange marchand, chez son oncle Colombiers qui dirigeait un établissement réputé « riche et solide »34 dont la faillite, en 1772, fut certainement la cause de son suicide, à moins qu’il n’eût été particulièrement sensible à la plume de Macpherson et aux poèmes d’Ossian un tantinet sertis de brumes… Entré alors dans la maison Agassiz Rougemont et Cie, opérant surtout dans le commerce des marchandises et solidement arrimée au Refuge huguenot londonien35, il s’y trouvait encore lorsque B. Fornier songea à lui pour aller exercer ses talents dans le comptoir de Cadix.

  • 36 FFC 372, lettre de B. Fornier à David André de Londres du 28/7/1777. David André était le cousin d (...)
  • 37 FFC 366, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 2/1/1773. David André lui servit un temps de me (...)
  • 38 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, pp. 64-68.
  • 39 Idem, t. 1 p. 103. Simon Fornier avait prélevé quelques 37 000 piastres dans la caisse, soit un peu (...)

17« Sous le sceau du secret », en juillet 1777, le négociant nîmois avait demandé à son cousin David André de se renseigner sur le jeune David Médard et de le lui dépeindre36, précisant, au détour d’une phrase : « Je souhaite le placer à Cadix, s’il a le talent ou s’il est capable de l’acquérir ». Peut-être s’était-il souvenu que, quatre ans et demi auparavant, son interlocuteur, de concert avec Pierre Thellusson, lui avait dit « beaucoup de bien » à son sujet37. Si les perspectives d’avancement sur la place de Londres s’étaient singulièrement amincies, suite aux nombreuses faillites qui s’y étaient produites, des possibilités existaient en Andalousie en raison de l’éloignement des affaires de la famille Fornier consécutif au décès, en 1773, de Jacques-Arnail, un des deux frères qui assuraient la gestion de la maison de commerce installée à Cadix, et qui y faisait figure de véritable chef, de l’anoblissement dont elle fut l’objet en mai 1774, de l’orientation des fils de B. Fornier vers la judicature et la carrière militaire, du peu de disposition pour le commerce de son neveu François-Etienne Meynier qui regagna le royaume de France dans le courant de l’été 1777 après avoir séjourné quatre années sur les rives de l’Atlantique, de la retraite prochaine d’Honoré Lieutaud38, lequel secondait Simon Fornier dans la gestion de l’établissement, ce dernier se montrant pour le moins peu rigoureux dans la conduite des affaires après bientôt trente années de présence en terre ibérique, plusieurs abus ayant été relevés par les commanditaires39. Le vivier familial étant tari, c’est à l’extérieur du cercle de la parentèle que B. Fornier dirigea ses regards.

  • 40 Idem, t. 1 p. 121.
  • 41 FFC 381, lettre de B. Fornier à Simon Fornier de Cadix du 17/2/1778.
  • 42 Idem, idem du 5/3/1778.
  • 43 Idem, idem du 17/2/1778.

18Pour faire bonne mesure de sang neuf, les frères Fornier firent appel, en sus de David Médard, à Louis de Ribaupierre, originaire de Prangins et employé jusqu’alors dans la grande banque protestante et parisienne Girardot Haller et Cie, la banque de J. Necker, dont il tenait le journal, faisant preuve en la circonstance d’une « grande dextérité à traiter avec les hommes »40. Ce fut en sa compagnie, une fois accompli l’examen de passage obligé devant B. Fornier, et après quelques jours passés en famille à Lunel, que David gagna l’Andalousie en suivant la route de terre via Perpignan, Barcelone et Madrid en raison de la mauvaise saison et par suite des bruits de guerre insistants. Les perspectives étaient alléchantes : engagés en tant que commis exceptionnels avec 400 piastres courantes de salaires41, ils devaient « tout attendre de leur travail, de leur mérite et de leur conduite »42, B. Fornier caressant l’espoir, au vu de leur sagesse apparente et de leur éducation, de convertir leurs appointements en intérêts sociaux à compter du premier mars 1779, autrement dit de les élever au rang d’associés gérants43.

  • 44 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1 p. 168, note 971.
  • 45 FFC 381, lettres de B. Fornier à David Médard du 16/6/1778, et à Simon Fornier du 23/6/1778.
  • 46 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, pp. 181-185.
  • 47 FFC 381, lettre de B. Fornier à David Médard du 11/8/1778.
  • 48 Idem, idem du 16/7/1778.
  • 49 Idem, idem du 8/9/1778.

19Si le projet de placer David Médard durant quelques mois dans une grosse boutique de l’intérieur de l’Espagne afin d’apprendre la langue ne fut pas mis à exécution, il s’occupa essentiellement du secteur des marchandises, chaperonné par un des plus fidèles commis de la maison44, apprenant l’art de dépêcher en douane, un objet de la plus haute importance dans ce paradis de la contrebande qu’était Cadix45, prenant en charge une partie de la rédaction du courrier qui occupait deux jours durant, au moins, chaque semaine, le personnel du comptoir46, vivement aiguillonné par le commanditaire nîmois qui, à défaut de posséder le don d’ubiquité, entendait être régulièrement tenu au courant des faits et gestes du personnel : « Je dois attendre presque chaque courrier, tantôt une apostille, tantôt un billet, tantôt une lettre, tantôt une épître, tantôt une dissertation, tantôt un mémoire », écrivait-il au jeune Médard47, invitant l’apprenti négociant à lire, écouter, comparer, questionner, discuter, écrire48, et à profiter de la moindre occasion pour parfaire son apprentissage. Chargé de la réception d’une cargaison de tabac en plein mois d’août 1778, affaire beaucoup trop importante pour être confiée à un simple commis, il lui conseille de tirer parti de cette expérience en apprenant à s’exprimer en espagnol, et à diriger les subalternes, bateliers, matelots, portefaix et autres emballeurs, ajoutant que l’épreuve de la chaleur le naturalisait Espagnol, et profitant de l’occasion pour lui rappeler qu’il ne devait jamais oublier qu’il était Français, le mettant en garde contre l’« anglicisme », même si « le flegme anglais procède de la réflexion » alors que celui des Espagnols relève de la « mollesse » et de l’« indolence », ce qui est beaucoup dire…49

  • 50 Idem, idem du 9/3/1779.
  • 51 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, p. 145. Le fonds capital s’élevait alors à 200000 piastres auxquel (...)
  • 52 FFC 382, lettre de B. Fornier à David Médard du 12/10/1779.

20« Considérez votre association comme une adoption »50 ; en quelques mots l’essentiel est dit. À partir du premier mars 1779, David Médard, de même que Louis de Ribaupierre, devient associé gérant, chacun fournissant 15 000 piastres pour sa mise de fonds qui représentait 5 % du capital de la société dont le montant s’élevait à 300000 piastres51. La fortune de leurs familles respectives ne leur permettant pas d’investir pareille somme, Arnail Fornier, le frère aîné installé à Paris où il pratiquait le commerce de banque, leur en fit l’avance. Quatre années s’écoulèrent avant de voir leurs noms figurer dans la raison sociale qui s’intitula, à compter du premier mars 1783, Simon Fornier de Ribaupierre Médard et Cie. Il n’est pas sans intérêt, au passage, de remarquer que le nom de l’associé lunellois figurait après celui de son compagnon, ce qui mérite explication. Dans une des longues lettres qu’il lui adressa à Cadix, B. Fornier écrivait, dès le mois d’octobre 1779 : « Le ton brusque, sec, peu ouvert, serait le plus contraire à ces fonctions (de directeur du personnel), et c’est à cause de votre long séjour en Angleterre et de la différence des mœurs de cette nation que je vous fait cette observation. Le caractère anglais n’est propre qu’à conduire les Anglais. Les Français et les Espagnols ont besoin d’être menés différemment, et c’est une observation que je vous ai faite depuis le premier moment où je vous ai vu ici »52.

21L’alliance de la France avec les Insurgents et son entrée en guerre à leurs côtés en 1778, celle de l’Espagne l’année suivante, ne pouvaient qu’inciter l’associé nîmois à renchérir sur ce point.

  • 53 FFC 377, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 22/2/1782. Le 20/4/1782, B. Fornier écrivit à l (...)
  • 54 FFC 377, lettre de Fornier de Paris à Simon Fornier du 8/2/1782.
  • 55 Idem, lettre de B. Fornier à David Médard du 19/2/1782.

22Au début de 1782, alors qu’était mise sur le tapis la question du renouvellement de la société, et celle de l’évocation ou non du patronyme des deux jeunes associés dans la raison sociale, le même B. Fornier, qui souhaitait l’élévation de David, en dépit de la peine qu’il risquait d’occasionner à son ami de Lunel, lui écrivit pour l’inviter à le seconder, « avec tendresse et douceur », afin d’amener son fils à se « réformer », tout en soignant sa « délicatesse et son amour propre »53. Fornier de Paris, il est vrai, au vu des informations qui lui parvenaient d’Andalousie, jugeait que la nature l’avait fait « jaloux, paresseux et bourru »54, et qu’en conséquence il convenait d’envisager une séparation. Si la conduite de David Médard était « irréprochable » sur le plan des affaires proprement dites, c’était son caractère qui laissait à désirer. Il lui était reproché de se lever tard, de négliger la fréquentation des milieux négociants, au risque de rester ignoré et méconnu, d’avoir des sautes d’humeur et de témoigner de peu de sympathie pour de Ribaupierre dont il lui était demandé de suivre l’exemple55.

  • 56 FFC 358, acte de société de 1783, article 24 : « Les sieurs Louis de Ribaupierre et David Médard s (...)
  • 57 FFC 383, lettre de B. Fornier à David Médard du 18/1/1785, dans laquelle on observe que l’associé (...)
  • 58 Originaire de Genève, il avait été recommandé à B. Fornier par Odier, de la même ville. (Cf. R. Ch (...)

23Les efforts conjugués des uns et des autres portèrent leurs fruits et, finalement, le nom des Médard figura dans la raison sociale, autrement dit dans le Gotha du commerce international, à partir du premier mars 1783 comme nous l’avons précédemment mentionné, non sans que les commanditaires eussent pris quelques précautions56. Force est de constater, nonobstant, que le Lunellois faisait pâle figure, par comparaison avec de Ribaupierre qui lui fut préféré pour effectuer, entre novembre 1783 et août 1784, un voyage le menant du Ponant français à Paris, aux Pays-Bas autrichiens et en Hollande, alors qu’il eût été plus logique que ce fût le gérant s’occupant surtout de la marchandise qui l’accomplît. De même, il est patent que B. Fornier, dans la correspondance qu’il adressât à Cadix, donna la préférence au brillant de Ribaupierre au détriment de D. Médard qui s’enferma dans une réserve et dans un silence qu’il est aisé de comprendre57, s’estimant victime d’une discrimination, en particulier de la part de Simon Fornier qui laissa faire de folles spéculations à l’ambitieux de Ribaupierre lequel bénéficia par ailleurs de la complicité du teneur de livres Henry Cheriot entré peu de temps après lui dans la société58.

  • 59 FFC 383, lettre de B. Fornier à Louis de Ribaupierre du 22/3/1785.
  • 60 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, p. 129.
  • 61 FFC 428, lettre de David Médard à Fornier de Paris du 20/6/1786 ; lettre de Fornier de Paris à B. (...)
  • 62 FFC 428, lettre de David Médard à Fornier de Paris du 26/7/1791. Notons en contrepoint que Fornier (...)

24Au début du printemps 1785, Louis Necker de Germany – le frère de Jacques – informa Fornier de Paris qu’on chuchotait que la maison de Cadix était embarrassée par des entreprises en tous genres, considérables, opérées par D. Médard en l’absence de L. de Ribaupierre59. Quoique prévenus à son encontre par suite des informations que leur communiquaient les autres gérants de la société, les frères Fornier commencèrent à soupçonner qu’on ne leur avait pas dit toute la vérité. L’aggravation de la situation qui devait mener à la suspension des paiements de la maison de Cadix en mars 1786 ne leur permit pas cependant de faire toute la lumière sur la responsabilité des uns et des autres. L’homme « froid et insensible », ne sachant pas le « premier mot des affaires de la maison » auquel eut affaire François-Étienne Meynier de Salinelles venu de France afin de se faire une idée sur l’état des lieux en mars 1786 – ce fut à partir du constat dressé par ses soins que fut décidé le dépôt de bilan – dut à cette fâcheuse circonstance sa réhabilitation, voire sa rédemption60. Les tentatives de de Ribaupierre pour lui faire endosser la responsabilité de la faillite ne résistèrent pas à l’examen des livres de comptes, aux témoignages ainsi qu’au comportement de D. Médard et de sa famille qui fournirent des fonds destinés à colmater pour partie le déficit énorme responsable de la faillite61. Venu en personne à Cadix, Barthélemy Fornier jugea sur pièces et toutes les préventions accumulées à l’encontre du malheureux David tombèrent une à une de même que les illusions du jeune associé dont la correspondance échangée avec sa famille dans les mois qui précédèrent la catastrophe prouve combien il ignorait la situation réelle de la maison, tant il avait été tenu à l’écart des affaires. Ce fut même Fornier de Paris, qui s’était montré le plus sévère à son égard, qui prit sur lui et pria son frère de l’employer en tant que commis avant de le charger de la liquidation de l’établissement, tâche à laquelle il se consacrait encore en avril 1792 sur les bords de l’Atlantique, entendant donner, en agissant de la sorte, « une dernière preuve de son dévouement »62.

  • 63 FFC 366, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 29/4/1773.
  • 64 FFC 376, lettre de B. Fornier à Simon et Arnail Fornier et Cie de Cadix du 22/8/1781.
  • 65 En 1775, le fonds capital de la maison de Lunel s’élevait à 75 000 livres tournois, chiffre à rapp (...)
  • 66 Ph. MINARD, op. cit., p. 269.

25« De tous les négociants en blé ceux de Lunel sont les moins exposés au blâme public parce qu’ils font venir sans cesse des secours du dehors, au lieu que ceux de Toulouse et d’ailleurs sont réputés y occasionner la disette par leur expédition » ; ces propos de B. Fornier63 font table rase du jugement négatif que d’aucuns portèrent sur les négociants en grains dont un certain nombre n’était pas exempt de reproches. « Cette famille entière est d’une trempe rare d’honnêtes gens bien respectables » s’exclamait le même Barthélemy à la nouvelle du décès de Jean-François, le fils aîné, victime en septembre 1781 d’un « regorgement de sang »64, précédant de cinq ans la disparition, en mai 1786, de Jean Médard. Assurément, les Médard furent des négociants solides, honnêtes, persévérants dont la fortune, quoique bornée, leur permettait de vivre dans une relative aisance65. Nous pourrions leur appliquer les propos suivants tenus par Clicquot de Blervache : « Ce n’est pas par un gain illicite et momentané qu’ils (le fabricant et le marchand) peuvent parvenir à une fortune solide et constante, mais par la continuité non interrompue des gains modiques et limités dans les justes bornes de l’honnêteté. Comme il est de l’utilité du négociant de s’attirer la confiance de ses correspondants, qu’il ne peut la conserver que par la probité et la bonne foi, il est certain que l’envie même de gagner l’engage et le force à ne pas tromper »66.

  • 67 FFC 378, lettre de B. Fornier à David Médard du 5/2/1784.
  • 68 F. BEGUEL, op. cit., pp. 15-16.

26En 1785, les jeunes César et Jean-Louis Médard étaient en lice, dans l’esprit de B. Fornier, pour savoir lequel des deux était le plus à même d’aller à Cadix pour y parfaire son apprentissage, et le négociant nîmois inclinait pour le dernier nommé67. Une petite vérole contractée à Nîmes à mauvais escient cette année-là, les réticences de Simon Fornier, la faillite de la maison enfin firent capoter ce projet et Jean-Louis prit alors le chemin de Lyon68. Même si « le commerce est la profession des gens égaux » ainsi que l’affirma Montesquieu, il y aurait quelque outrance à en conclure qu’il prédéterminait à l’adoption des idées républicaines ; gageons qu’il a pu, toutefois, y prédisposer. Si le grain ne meurt, le blé est en herbe…

Notes

1 G.-I. RAYNAL, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans des deux Indes, Genève, 1780, 5 vol. , t. 4, p. 587. P.-A. Caron de BEAUMARCHAIS, Le négociant de Lyon, in Œuvres, La Pléiade, Paris, 1988.

2 Ph. MINARD, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, 1998. S.-L. KAPLAN, Le pain, le peuple et le roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, 1986, p. 53.

3 F. BEGUEL, Le commerce des grains en Languedoc dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : un exemple, le compte à demi de grains de Fornier et Cie de Nîmes et Médard de Lunel (1765-1774), Mémoire de maîtrise sous la direction du professeur H. Michel, Montpellier, octobre 1995, polygr., annexe 6, p. 106. Lettre de Jean Médard à Barthélemy Fornier du 15/1/1777.

4 D. FABRE, Une maison de commerce nîmoise au XVIIIe siècle Fornier et Cie (1762-1779), Mémoire de maîtrise sous la direction du professeur L. Dermigny, Montpellier, octobre 1970, polygr., pp. 122-126. R. CHAMBOREDON, Fils de soie sur le théâtre des prodiges du commerce La Maison Gilly-Fornier à Cadix au XVIIIe siècle (1748-1786), thèse de doctorat sous la direction du professeur B. Bennassar, Toulouse, 1995, 3 vol. , polygr., t. 1, pp. 52-70.

5 D. BERTRAND-FABRE, R. CHAMBOREDON, Les Fornier de Clausonne Archives d’une famille de négociants de Nîmes (XVIIe-XVIIIe siècles), Nîmes, 1987, pp. 201-203, copie des lettres de noblesse conférées à François Fornier (mai 1774).

6 D. FABRE, op. cit.

7 F. BEGUEL, op. cit.

8 R. CHAMBOREDON, op. cit.

9 Le fonds Fornier de Clausonne, déposé aux Archives départementales du Gard, est enregistré sous la cote J 73. Dans les notes, les références à son sujet sont indiquées FFC. FFC 359-375, Copies des lettres de commerce de la maison de Nîmes (1765-1780). Correspondance active. FFC 378 bis-382, Copies des lettres particulières adressées par B. Fornier à la société de Cadix (1769-1781). FFC 376-378 et 383, Copies des lettres de commerce et des lettres particulières adressées par B. Fornier à la société de Cadix (1780-1786).

10 F. BEGUEL, op. cit., p. 30.

11 FFC 381-383 et 376-378.

12 FFC 407-413.

13 FFC 421-425.

14 F. BEGUEL, op. cit., pp. 11-16 et généalogie pp. 151-153 (Annexes 28-29).

15 FFC 359, lettre du 28/8/1765.

16 Idem, lettre du 9/8/1765.

17 J.-P. HIRSCH, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, 1991.

18 FFC 367, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 22/5/1773.

19 Parmi les négociants et marchands de grains de Lunel, on relève les noms de Bouquet, Paulet, Picon, Delon aîné, Liron fils et Cie. Cf. F. BEGUEL, op. cit., p. 53.

20 F. BEGUEL, op. cit., p. 107 « Précis de mon inventaire commencé et fini le 2 août 1776 » (Annexe 6).

21 F. BEGUEL, op. cit., p. 107 « Précis de mon inventaire commencé et fini le 2 août 1776 » (Annexe 6).

22 F. BEGUEL, op. cit., pp. 29-38.

23 FFF 360, lettres de B. Fornier à Médard de Lunel des 8 et 9/1/1767.

24 F. BEGUEL, op. cit., p. 57.

25 FFC 366, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 8/4/1773.

26 S.-L. KAPLAN, op. cit., À propos des mesures de 1763-1764, l’auteur parle des réformes « les plus hardies et les plus révolutionnaires accomplies en France ».

27 F. BEGUEL, op. cit., p. 49.

28 FFC 359, lettre de B. Fornier à B. Gautier de Marseille du 14/10/1765.

29 F. BEGUEL, op. cit., pp. 85-88. Analyse du profit et débat économique.

30 FFC 376, lettres de B. Fornier à Médard de Lunel des 30/10 et 11/12/1781.

31 FFC 381, lettres de B. Fornier à Simon et Arnail Fornier et Cie de Cadix des 17/2 et 5/3/1778.

32 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, p. 126, note 733.

33 F. BEGUEL, op. cit., annexes 28-29, p. 151 et suiv. Jean-François naquit en 1746 ; deux filles le précédèrent : Jeanne, née en 1742 et décédée en 1747 ; Marie-Jeanne, venue au monde en 1744, qui épousa Louis Rogé en 1766.

34 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, p. 126, note 729.

35 H. LÜTHY, La Banque Protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, 1959-1961, 2 vol. , t. 2, pp. 725-726.

36 FFC 372, lettre de B. Fornier à David André de Londres du 28/7/1777. David André était le cousin de B. Fornier qui avait convolé avec Suzanne André. Cf. R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 3, p. 662 ; généalogie André.

37 FFC 366, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 2/1/1773. David André lui servit un temps de mentor.

38 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, pp. 64-68.

39 Idem, t. 1 p. 103. Simon Fornier avait prélevé quelques 37 000 piastres dans la caisse, soit un peu plus de 100 000 livres tournois.

40 Idem, t. 1 p. 121.

41 FFC 381, lettre de B. Fornier à Simon Fornier de Cadix du 17/2/1778.

42 Idem, idem du 5/3/1778.

43 Idem, idem du 17/2/1778.

44 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1 p. 168, note 971.

45 FFC 381, lettres de B. Fornier à David Médard du 16/6/1778, et à Simon Fornier du 23/6/1778.

46 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, pp. 181-185.

47 FFC 381, lettre de B. Fornier à David Médard du 11/8/1778.

48 Idem, idem du 16/7/1778.

49 Idem, idem du 8/9/1778.

50 Idem, idem du 9/3/1779.

51 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, p. 145. Le fonds capital s’élevait alors à 200000 piastres auxquelles s’ajoutait un « prêt obligé » de 100 000 piastres fournies par les commanditaires.

52 FFC 382, lettre de B. Fornier à David Médard du 12/10/1779.

53 FFC 377, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 22/2/1782. Le 20/4/1782, B. Fornier écrivit à la sœur de David devenue madame Rogé, dans la même perspective (FFC 377).

54 FFC 377, lettre de Fornier de Paris à Simon Fornier du 8/2/1782.

55 Idem, lettre de B. Fornier à David Médard du 19/2/1782.

56 FFC 358, acte de société de 1783, article 24 : « Les sieurs Louis de Ribaupierre et David Médard se soumettent expressément et sans que le présent article puisse être réputé comminatoire à se retirer de la société pendant son cours, avant l’expiration de son terme et au moment où le sieur Simon Fornier avec le consentement de deux intéressés de France l’exigerait… ».

57 FFC 383, lettre de B. Fornier à David Médard du 18/1/1785, dans laquelle on observe que l’associé nîmois en avait eu le pressentiment.

58 Originaire de Genève, il avait été recommandé à B. Fornier par Odier, de la même ville. (Cf. R. Chamboredon, op. cit., t. 1, p. 167).

59 FFC 383, lettre de B. Fornier à Louis de Ribaupierre du 22/3/1785.

60 R. CHAMBOREDON, op. cit., t. 1, p. 129.

61 FFC 428, lettre de David Médard à Fornier de Paris du 20/6/1786 ; lettre de Fornier de Paris à B. Fornier du 26/10/1786.

62 FFC 428, lettre de David Médard à Fornier de Paris du 26/7/1791. Notons en contrepoint que Fornier de Paris vit en Louis de Ribaupierre un « être plus que retors par principe dans le fond de l’âme ».

63 FFC 366, lettre de B. Fornier à Médard de Lunel du 29/4/1773.

64 FFC 376, lettre de B. Fornier à Simon et Arnail Fornier et Cie de Cadix du 22/8/1781.

65 En 1775, le fonds capital de la maison de Lunel s’élevait à 75 000 livres tournois, chiffre à rapporter à celui de la maison de Nîmes qui s’élevait à 300 000 livres tournois ou à celui de la société de Cadix qui montait à 1 200 000 livres tournois.

66 Ph. MINARD, op. cit., p. 269.

67 FFC 378, lettre de B. Fornier à David Médard du 5/2/1784.

68 F. BEGUEL, op. cit., pp. 15-16.

Auteur

Professeur de 1ère supérieure, Lycée Daudet, Nîmes

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540