Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Conclusion

Christiane Raynaud

Texte intégral

1La guerre, facteur de désordre plus ou moins jugulé, présence obsédante, qui passe par des phases d’une violence inouïe, mais d’une durée réduite, a pour cible principale, à la fin du Moyen Âge comme aujourd’hui, les villes : la population s’y concentre et centres politiques et économiques, elles sont un enjeu, y compris au plan symbolique. Points forts au plan militaire, difficiles à encercler, elles se réorganisent face aux dangers avec une relative autonomie. Le colloque qui s’achève a permis sur cette confrontation décisive de mettre en regard deux grands types de sources : les textes littéraires et leur iconographie et les données des archives. Elles se complètent sur bien des points et présentent un témoignage concordant sur les villes en guerre et leur population.

2Au cœur de toutes les préoccupations et de presque toutes les souffrances des citadins, se trouvent les hommes d’armes, les mercenaires, les compagnies de routiers, les troupes non régulières, qui la guerre terminée restent et deviennent brigands comme en Catalogne. Les artistes, à l’œuvre dans les manuscrits parisiens de Froissart, témoignent des tourments qu’ils infligent aux habitants en s’attachant à leurs pas quand ils entrent dans les villes incendient, pillent et massacrent. Ils font ainsi ressortir, plus franchement que le récit, le cruel contraste entre le sort des victimes et l’impressionnante beauté de ces terribles forteresses, équipées des armes les plus récentes, où la lumière joue sur les murailles. Ces images fortes des moments les plus dramatiques ne sauraient faire oublier la cohabitation difficile au quotidien avec une soldatesque au service de la ville, qu’elle est tenue en principe de défendre en temps de guerre et qui, en dehors des hostilités, sert de lieu de rassemblement et d’hivernage entre deux campagnes. La venue de ses renforts ou de ses alliés fait déjà problème, avant même leur entrée dans la place. Les municipalités catalanes prévoient pour l’arrivée de Bertrand Du Guesclin et sa compagnie : un itinéraire obligatoire, un déplacement en petits groupes très encadrés, un approvisionnement assuré et la protection des communautés juives, sans pouvoir empêcher les vols, les viols et les incendies. Une fois dans la ville, où ces hommes renforcent la défense des murs, leur présence rassurante devient vite encombrante. Leur long séjour est insupportable, malgré les précautions prises par les autorités. Dans les Marches, elles répartissent le logement des gens de guerre dans les différents quartiers, louent les maisons de citoyens aisés et les font aménager et équiper et surtout tentent de limiter les effectifs. La cohabitation n’est pas plus facile, alors que les villes sont à l’écart des combats. Les soldats pillent, détruisent les maisons, rançonnent, font des ravages avec leur artillerie. Florence très vite se plaint de leur comportement et de leur peu d’empressement au combat, un comble. Les délits et les crimes augmentent. Lorsque des femmes sont concernées, toute une partie échappe aux tribunaux. Les bagarres impliquent surtout les valets d’armes, les pionniers et les résidents non-citoyens.

3Avec l’hébergement, la seconde cause de tensions avec les citadins est partout le ravitaillement, au point que la disette et même la famine menacent Gand, Bruges et certaines villes catalanes. La population est d’autant plus lésée que la destruction des infrastructures, des moulins, des systèmes d’irrigation, des récoltes et le ravage systématique des cultures compromettent l’approvisionnement de la ville. En Flandre, le pillage et les dommages sont tels que l’armée royale, qui a l’avantage sur les villes révoltées, doit quitter le pays faute de pouvoir subvenir à ses moyens. Dans les Marches, les contrats de condotte distinguent les périodes de campagne, où les réquisitions sont brutales et les collectes forcées, et les périodes de garnison, où les soldats achètent les produits à bas prix, ce qui achève de perturber le marché local, sans compter le caractère aléatoire des paiements. Les vivres ne sont pas les seuls concernés. En Avignon, où les combats ont rendu le pont impraticable, les ruptures de stock de salpêtre et de poudre gênent les opérations. Dans l’Empire, le manque de bois de construction est chronique. L’établissement d’un régime d’exception apparaît vite nécessaire aux villes catalanes lors de la guerre civile : un système coûteux de surveillance et de protection est adopté pour les travaux agricoles et le commerce. Les municipalités contrôlent le commerce des grains, de la farine et du pain. Mais les perquisitions, les tentatives de culture de céréales intra muros, le départ ou l’expulsion d’une partie de la population ne suffisent pas. Dans tous les cas, l’activité économique de la ville se ralentit comme à Avignon ou Arles qui, sans jamais être prise, est pendant un siècle sous la menace permanente de la guerre. L’insécurité entrave le commerce, la pêche et la céréaliculture. L’élevage et la viticulture sont plus durablement touchés. Enfin les gras profits des entrepreneurs de guerre se font partout aux dépens de leurs concitoyens.

4Pour faire face aux énormes dépenses que constituent l’entretien de professionnels de la guerre et la mise en défense de la ville, les municipalités obèrent leurs finances et multiplient les prélèvements légaux. En Flandres, où le poids de la fiscalité est la principale cause de la rébellion, les communes de Bruges, Ypres, Courtrai et Audenarde se plaignent que la marchandise a perdu toute valeur et des grandes aides levées en 1381, pour la guerre du comte contre les Gantois. La pression fiscale est aggravée par la création de nouveaux impôts extraordinaires. Dans l’Empire, elle est l’occasion d’un perfectionnement des techniques comptables qui touche même les petites villes. L’établissement de cette fiscalité d’exception entame la concorde des citadins. Les Arlésiens se divisent entre riches, favorables aux gabelles, et plus modestes, qui préfèrent l’impôt direct, des tensions xénophobes surgissent. En Catalogne, la population est victime d’un appauvrissement progressif, qui réduit d’autant la consommation de produits alimentaires de première nécessité. Pour les rebelles ou les traîtres, s’ajoutent la confiscation de leurs biens et pour les familles aisées, le paiement des rançons et les emprunts forcés. Dans l’Empire, en l’absence d’impôts directs de guerre, est privilégié l’emprunt sous forme de rentes. Avec ces derniers, l’avenir est engagé bien au-delà des limites du conflit. En Avignon, la ville s’endette pour des décennies, presque un siècle, et les confréries et une partie du clergé se dépossèdent de leurs trésors d’église.

5Alors que les citadins souffrent de la présence des soldats et de la guerre, l’autorité des gouvernements municipaux s’en trouve renforcée. En Italie, comme dans l’Empire, le droit de se défendre est constitutif de la Commune. À Florence, malgré les luttes de factions, la guerre participe à la naissance, l’expansion et l’hégémonie de la commune, elle sert ses ambitions régionales. Dans les Marches, les magistrats urbains sont les seuls interlocuteurs des mercenaires, qui ont tout intérêt au maintien du régime communal, si étranger à leur culture avec ses décisions collectives. Une partie des élites traite d’ailleurs avec les condottieri qui leur offre la perspective d’entrer dans les cercles de l’aristocratie. Dans l’Empire, la guerre est l’occasion d’une redistribution des hiérarchies entre les villes en fonction du degré de maturité des institutions urbaines. L’obligation de défense est aussi pour chacune d’elle l’occasion d’une réflexion sur le désarmement de ses habitants.

6Les sources s’accordent de fait à souligner les conséquences des nouvelles formes de la guerre pour les citadins. Si comme les Avignonnais ou les Flamands, ils paient encore largement de leurs personnes, le recours à des professionnels apparaît partout, en Catalogne, à Florence une nécessité face à l’inefficacité relative des populations mobilisées pour combattre. Les habitants aspirent d’ailleurs à se faire remplacer dans leur obligation de service ou mieux à s’en faire exempter, quant aux piétons des milices des villes impériales, ils désertent en nombre. Le rôle croissant et redoutable de l’artillerie en particulier à poudre, avec des duels acharnés jusqu’à l’intérieur de la ville, les énormes moyens techniques engagés, comme en Flandre, en Avignon, favorisent cette évolution.

7Les citadins non-combattants sont pourtant les premiers concernés par la guerre économique, comme la guerre commerciale qui oppose Florence et Pise pendant cinq ans et se termine par un traité très avantageux pour les Florentins. Ils le sont aussi par la guerre psychologique et son corollaire la guerre de propagande. Les Catalans pris aux dépourvus par les invasions des grandes compagnies, vivent dans un climat de terreur : les populations désertent le plat pays et se réfugient dans les villes, où elles subsistent dans des conditions précaires, leur présence suscitant de nouvelles tensions. Certaines pratiques comme les embuscades, les attaques nocturnes, le ravage du plat pays, l’humiliation des prisonniers, l’arrestation des négociateurs, ou l’exécution des otages pèsent sur le moral des citadins. La propagande, en particulier dans les guerres civiles, devient une arme redoutable, qui peut décider de l’issue du conflit. Lors des deux sièges du palais apostolique d’Avignon, l’implication de la population est soigneusement entretenue avec par exemple le recours à des jeux théâtraux comme une représentation du siège de Troie. À côté de la persuasion, l’intoxication, guerre de nouvelles, de rumeurs, provoque des divisions à l’intérieur de chaque camp. Le résultat, avec le retournement de la population sur une question aussi grave que celle du choix de l’obédience, a de quoi surprendre. En Catalogne, la rébellion contre l’autorité royale s’accompagne de la mise en place par les deux parties d’un appareil de propagande dont l’objectif premier est d’écraser l’ennemi intérieur. Il parvient à diffuser, grâce à un réseau bien organisé de relations entre les villes, des informations, des consignes et surtout les grands thèmes repris ensuite lors de l’intronisation du nouveau monarque, dans les entrées et dans les funérailles royales. Ces campagnes de propagande s’accompagnent du côté des rebelles de la mise en place de mesures répressives destinées à en majorer les effets, comme la destitution et l’expulsion des suspects, la restriction du droit de réunion. Elles contribuent à la capitulation des villes rebelles et se prolongent au-delà moins par des représailles que par des actions de dissuasion, comme la construction de forteresses et le cantonnement de contingents professionnels, ou d’apaisement comme les restitutions.

8La mise par écrit des chroniques, l’élaboration très politique d’une version officielle des événements, rappelle le rôle de la mémoire dans la construction de l’identité urbaine. Pourtant la constitution d’une communauté du souvenir est parfois difficile et laisse mal augurer de l’avenir. La guerre de Flandre de 1379 à 1385, peut ainsi être présentée sans s’arrêter aux tensions à l’intérieur des villes flamandes et entre elles, en négligeant leurs revendications, en privilégiant leur puissance militaire et leur importance dans la vie internationale. Cette présentation est caractéristique de la défiance suscitée chez certaines élites urbaines par la révolte. La multiplication des commémorations de batailles et de victoires, des processions et des rituels civiques s’accompagnent de celle des supports mémoriels : images, statuaires, inscriptions, textes narratifs, poésies, légendes, fêtes, concours etc. Elle atteste d’une conscience urbaine et de la revendication d’un ordre spécifique, qui fait de la ville le garant de la paix au moment où la guerre endémique tend à effacer la distinction entre état de guerre et temps de paix. Dans cette guerre de propagande, de Florence aux villes d’Empire, un des thèmes les plus efficaces, non seulement aux yeux des populations urbaines mais pour la postérité, est en effet la défense de la paix.

9Au total, la moisson me semble belle et prometteuse au regard des objectifs modestes retenus au départ. Nombre de communications laissent pressentir l’ampleur des sources qui restent à explorer pour couvrir un champ géographique et chronologique, où les zones vierges de toute étude sont encore nombreuses. Elles offrent aussi au plan méthodologique de séduisantes perspectives, avec un croisement des sources très stimulant et un dialogue interdisciplinaire précis et fructueux. Quant aux problématiques, l’originalité attendue des nouvelles n’enlève rien à la fécondité des plus anciennes, pourraient en témoigner les discussions passionnantes qui ont accompagné et prolongé cette rencontre amicale.

Auteur

Professeur de l’Université de Provence, UFR Civilisations et humanités, département d’Histoire

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540