Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

La ville et la guerre dans quelques cités de l’Empire aux XIVe et XVe siècles : de l’urgence immédiate à la mémoire identitaire

Pierre Monnet

Texte intégral

  • 1 H. Kugler, Die Vorstellung der Stadt in der Literatur des deutschen Mittelalters, München, Oldenbo (...)
  • 2 Pour une introduction générale à cette problématique ville/guerre : B. Kirchgässner, G. Scholz (Hg (...)

1Pour la ville, la guerre n’est pas un simple accident ou une menace conjoncturelle récurrente, elle est un élément central de son développement comme de son déclin, de sa vie quotidienne comme de son gouvernement. La guerre fait donc partie intégrante du phénomène urbain au Moyen Âge, de sa définition1 et de la définition de la cité comme communauté du serment, de la paix et du souvenir. La guerre et le désordre armé sont constitutifs de la ville en termes d’organisation, de défense, de budget, de gestion de l’espace, de culture et d’identité2.

La guerre et le fait urbain

  • 3 C. Haase, “Die mittelalterliche Stadt als Festung. wehrpolitisch-militärische Einflußbedingungen i (...)
  • 4 B. Kannowski, Bürgerkämpfe und Friedebriefe, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Forschungen zur deutschen R (...)
  • 5 On rappellera la vigueur de la systématisation wébérienne, à la hauteur de cette complexité : M. W (...)
  • 6 G. Isenberg, B. Scholkmann (Hg.), Die Befestigung der mittelalterlichen Stadt, Köln/Weimar/Wien, B (...)
  • 7 J.-Fr. Bömer, Codex diplomaticus Moenofrancofurtanus, Urkundenbuch der Reichsstadt Frankfurt, bear (...)
  • 8 C. Heiduk, A. Höfert, C. Ulrichs, Krieg und Verbrechen nach spätmittelalterlichen Chroniken, Köln/ (...)
  • 9 T. Vogel, Fehderecht und Fehdepraxis im Spätmittelalter am Beispiel der Reichsstadt Nürnberg (1404 (...)

2En dehors des sièges, de la levée des contingents, de la mise en défense et de la construction des fortifications qu’elle entraîne3, la guerre est plus généralement inséparable du fait urbain parce que le pacte communal, pour s’imposer, a signifié en bien des cas l’opposition au seigneur naturel de la ville4, laquelle souhaite s’affirmer comme une communauté de protection qui comprend l’auto-défense, la solidarité dans la protection réciproque et le droit de se liguer avec d’autres villes5. La guerre est également au cœur du fait urbain parce que la ville est un enjeu de pouvoir et de domination dans un Empire en voie de territorialisation princière et de médiatisation aux deux siècles finaux du Moyen Âge. Elle l’est enfin parce que la ville comme lieu médiéval par excellence de la société plurielle et composite est un espace de tensions et de conflits. Il faut donc comprendre la guerre au sens large, comme un désordre, le plus souvent armé mais pas seulement (il existe aussi au Moyen Âge une guerre économique ou une guerre des nouvelles et des rumeurs touchant les villes), qui peut avoir des causes et des dimensions tant internes qu’externes. Le mur, quand il existe, n’est pas seulement tourné vers l’extérieur mais aussi contre le désordre et la violence intérieurs (y compris en cas d’incendie)6. La langue des documents l’indique d’ailleurs en ne distinguant pas toujours entre unordnung, fehde, not et krieg qui peuvent tour à tour désigner la guerre et les opérations militaires, mais aussi le conflit, la révolte, la nécessité, la menace ou la défense… Quand le Conseil de Francfort-sur-le-Main, en 1318, interdit toute faide entre les habitants de la ville au nom de la paix urbaine, il emploie l’expression de “verbot kriegs oflouf7 (le couple inséparable est bien ici paix-guerre, quelle que soit la forme de la guerre). Toutefois, on remarquera avec intérêt que le vocabulaire reflète une progressive spécialisation au XVe siècle et que le terme de krieg tend à ne plus désigner que la grande guerre militaire par exemple, opération de resserrement sémantique à laquelle la ville, et surtout son écriture documentaire et chronistique8, n’est pas étrangère. Si la faide pourra ainsi être désignée par le mot de krieg, en revanche ce qui correspond à la guerre militaire ne pourra plus indifféremment être désigné par fehde, comme le montre, parmi d’autres, le cas bien étudié de Nuremberg9.

  • 10 H. Duchhardt (Hg.), Zwischenstaatliche Friedenswahrung in Mittelalter und Neuzeit, Köln/Wien, Böhl (...)
  • 11 W. Eberhard, “Der Legitimationsbegriff des ‘Gemeinen Nutzens’ im Streit zwischen Herrschaft und Ge (...)

3Il n’est guère possible de penser la ville dans la guerre et/ou la guerre dans la ville sans introduire dans nos considérations les couples notionnels à l’intérieur desquels les médiévaux la pensaient : guerre et paix, ordre et désordre ou insécurité10. Dès ses origines, en effet, la ville comme communauté organisée d’habitants et de droits s’est pensée et voulue comme un lieu de paix garante du fonctionnement du bien commun11. Célèbre est resté, pour le milieu du XIIIe siècle, le passage du Liber de regimine civitatum de Jean de Viterbe dans lequel l’auteur fait de civitas un acronyme qui signifie en fait citra pour CI, vim pour VI et habitas pour TAS, c’est-à-dire « tu habites en deçà de la violence, protégé de la force ».

  • 12 G. Salvemini (éd.), Johannes von Viterbo. Liber de regimine civitatum, dans Bibliotheca juridica m (...)

Et est sincopatum hoc nomen civitas et sic supradicta interpretatio fit a tribus sillabis quas in se continet civitas scilicet ci et vi et tas, ci idest citra, vi pro vim, tas idest habitas. Inde civitas idest citra vim habitas. Item vere dicitur immunitas qui murris et turribus ejusdem civitatis muniuntur et tuentur habitantes in ea ab hostibus et inimicis12.

  • 13 D’abord au service du duc de Clèves jusqu’en 1469 puis du landgrave de Hesse Louis jusqu’à sa mort (...)
  • 14 H.-D. Heimann, Wie men wol eyn statt regyrn sol. Didaktische Literatur und berufliche Schreiben de (...)

4Prolongation des idées augustiniennes, la cité de Dieu est une ville de la paix. Cela signifie, au détour, que la guerre n’est pas seulement dangereuse pour la ville, ses habitants, ses bâtiments et ses richesses, mais également pour ses privilèges et pour le gouvernement urbain qui en a la charge : malheur au Conseil qui ne fait pas face à l’épisode guerrier. À la fin du Moyen Âge, la bonne défense de la ville, la résistance urbaine à la guerre, est devenue un élément constitutif du bien commun. Johannes von Soest (1448-1506)13 le dit clairement dans son traité sur le bon gouvernement urbain intitulé Wye men wol ein statt regieren soll rédigé en 149514. Dédicacé au Conseil de Worms, ce texte rédigé en allemand et rimé s’achève par des declaraciones en latin qui font expressément de la défense et du maintien de la paix des devoirs du juste gouvernant citadin.

  • 15 Von der stette ampten. Codex Fuldensis D 31 de Fulda et Codex Mgq 13 de Berlin. Éd. par H. Wolf, J (...)
  • 16 R. Jecht, “Die Pflichten eines mittelalterlichen Bürgermeisters”, dans Deutsche Geschichtsblätter, (...)
  • 17 H. Boos (Hg.), Monumenta Wormatiensia. Annalen und Chroniken, Berlin, Stargardt (Quellen zur Gesch (...)

5Cette conception d’une paix nécessaire, et donc d’une guerre légitime pour la ville, se retrouve dans plusieurs traités de gouvernement urbain de la fin du Moyen Âge qui érigent la fortification et la levée des contingents en une mission essentielle de l’administration citadine et soulignent l’importance de la communication, de la négociation et, partant, des relations extérieures pour une cité. Ainsi Johannes Rothe (1387-1434), notaire de la ville de Eisenach en Thuringe, est-il l’auteur entre 1400 et 1415 de poèmes politico-didactiques rédigés en moyen-allemand et intitulés « Des offices de la cité »15. On peut y lire, à grands renforts de citations du De Regimine Principum de Gilles de Rome et du Policraticus de Jean de Salisbury, un parallèle fondé sur une métaphore organique du corps humain entre l’administration de la ville et le corps social urbain, l’une et l’autre étant irrigués par une circulation incessante de biens, de soldats et de messagers de paix. Un demi-siècle environ plus tard, en 1476, c’est au tour de Johannes Frauenburg, greffier du Conseil de la ville de Görlitz, ville située aux confins de la Saxe et de la Silésie, de remettre au premier magistrat de la cité une sorte de mémoire sur le parfait bourgmestre dont l’attitude et les compétences doivent propager au dehors l’honneur de la ville16. Parmi ses premiers devoirs figure celui de veiller à la bonne défense, à l’entretien des murailles et des milices. On peut enfin citer un mémoire anonyme rédigé vers 1500 à la demande du bourgmestre de Worms Reinhart Noltz afin de récapituler, sans doute à l’usage des conseillers, toutes les mesures nécessaires et utiles « pour la défense d’une ville, pour résister à l’ennemi, et pour observer ses mouvements »17.

  • 18 Tout dernièrement : P. Boucheron, « Le Bon Gouvernement. Peinture et politique à Sienne », dans An (...)
  • 19 A. Nitschke, “Die Mauern werden höher. Zum bürgerlichen Selbstverständnis im Mittelalter”, dans Di (...)
  • 20 Première œuvre en prose en allemand de nature juridique et codification privée la plus connue du d (...)
  • 21 Sur la législation de paix à travers la codification du droit urbain : K. S. Bader, G. Dilcher, De (...)

6Il convient bien sûr de ne pas surestimer la portée de tels traités ou bien des constructions idéologiques des penseurs et des théologiens appliquées à la ville dont la réalité quotidienne était souvent fort éloignée de cette image paisible de la Jérusalem céleste que les fresques aussi, songeons au Buon Governo de Sienne18, étaient chargées de renvoyer. Cependant, l’idéologie civique et citadine a une fonction, en Italie comme ailleurs : si la communauté des habitants s’entoure de murs c’est bien sûr pour marquer une limite avec la campagne, tracer une frontière juridique, signaler l’existence d’une communauté mais aussi marquer un point de départ et un horizon d’attente (même si bien entendu, pour les médiévaux, la vraie vie paisible n’est pas de ce monde où dominent au contraire les trois fléaux de la guerre, de la peste et de la famine)19. Il en ressort que toute la phraséologie urbaine insiste sur le discours de la paix associée à la ceinture protectrice comme le fait le Miroir aux Saxons : “Einen burger und einen gebuer scheit nicht me wen ein czuhen und ein muer”, « Un habitant de la ville et un paysan ne sont rien moins séparés que par une palissade et un mur »20. Le prologue de la première grande mise par écrit du droit de Dortmund en Westphalie à la fin du XIIIe siècle indique que le code juridique est écrit “ut per ea pacis incrementum et rigor justitiae”. Au XIVe siècle, les statuts de la ville d’Überlingen sont écrits pour la “frides sterkerung”, pour « l’affermissement de la paix », tandis que Worms rassemble ses privilèges pour pérenniser la raison, le droit, la paix, l’union, la fidélité, l’obéissance et l’amour : “in ewige gedechtnis dadurch die vernunft, recht, fried und einickeit, truwe, gehorsam und liebe unter den burgern erhalten werde21.

  • 22 M. Puhle (Hg.), Hanse, Städte, Bünde. Die sächsischen Städte zwischen Elbe und Weser um 1500, Magd (...)
  • 23 Cl. Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus. Die Burgunderkriege am Oberrhein und in d (...)
  • 24 Pour le contexte d’ensemble de l’Empire à la fin du Moyen Âge : Fr. Rapp, Les origines médiévales (...)
  • 25 E. Orth, Die Fehden der Reichsstadt Frankfurt am Main im Spätmittelalter, op. cit.

7Au-delà, si les villes allemandes n’ont pas connu de longue guerre d’une ampleur comparable à la Guerre de Cent Ans dans le royaume de France avec son cortège de dévastations, de rançons, d’occupations et de sièges, la conjoncture pour autant expose les villes de l’Empire à de multiples menaces et conflits : les villes de la Hanse face au Danemark22, celles de la Prusse de l’Ordre teutonique face à la Pologne, celles de Bohême, de Franconie et de Bavière face aux troubles hussites, celles de l’axe rhénan face aux Bourguignons, celles de Souabe face aux Habsbourg et/ou aux Suisses fédérés (la constitution de la fédération doit être regardée en majeure partie comme une longue guerre urbaine)23 ; toutes enfin, qu’elles soient ou non liguées, face aux divers seigneurs et princes, face aux faides, face aux rivalités des autres villes, face aux révoltes rurales24… Bref, aux XIVe et XVe siècles les villes allemandes connaissent la guerre et les faides de manière endémique. Francfort-sur-le-Main, pour ne citer que cet exemple, affronte 229 faides entre 1381 et 142525.

La ville et ses murs

  • 26 Th. Biller, Stadt, Burg, Festung. Die Stadtbefestigung von der Antike bis ins 19. Jahrhundert, Inn (...)

8La muraille s’adapte, s’étend ou se crée pour répondre à cette situation, même si elle est au départ le résultat d’un choix volontaire du XIIIe siècle, un signe structurel plus qu’une obligation due à la conjoncture, laquelle naturellement joue un rôle26.

  • 27 Dans l’immense littérature consacrée à ce sujet, le plus commode pour le lecteur français reste de (...)

9Il convient d’abord de rappeler la série de campagnes de construction du XIIIe siècle initiée par Frédéric II, qui n’était certes pas grand ami des villes mais qui a voulu pouvoir s’appuyer sur elles et a d’ailleurs souvent gagné des combats politiques en se réfugiant à l’abri de grosses murailles urbaines : ainsi à Francfort pour ses deux élections royales, à Constance en 1212 ou à Aix-la-Chapelle, mais aussi à Vienne en 1235. À sa mort, en 1250, la période d’incertitudes et d’élections multiples qui caractérise l’histoire de l’Empire jusqu’à l’avènement de Rodolphe de Habsbourg en 1273 incite plusieurs villes à se doter d’une puissante muraille. Enfin, Rodolphe a également marqué son règne par la concession de plusieurs privilèges de construction. Chacune à sa manière, la politique territoriale des rois et empereurs ou bien l’absence de souverain a joué un rôle dans la mise en œuvre des premiers appareils fortifiés, qu’il s’agisse de Vienne de 1220 à 1230, de Passau à partir de 1209, de Coblence jusqu’en 1276, de Spire en 1291, de Ratisbonne de 1230 à 1300, d’Augsbourg de 1251 à 1276, de Wurtzbourg à partir de 1268 ou d’Osnabrück en 1280. Il faut d’autre part évoquer le cas particulier, pour le XIIIe siècle, des villes de fondation équipées d’entrée de jeu d’un mur par le fondateur, en particulier sur les marges orientales de l’Empire : qu’il s’agisse des villes de l’Ordre teutonique mais aussi d’autres plus isolées principalement en Saxe ou en Brandebourg comme Leipzig en 1156-1170, Freiberg en 1181, Francfort-sur-l’Oder en 125327. De grandes villes demeurent toutefois sans murailles de pierre au XIIIe siècle : Neuss, Hambourg, Lunebourg, Brême, Rostock, Brunswick, Hameln, Saalfeld. La vague de constructions en pierre date ici de la première moitié du XIVe siècle sous le quadruple effet d’un progrès des finances urbaines et du gouvernement citadin, de l’intégration des villes nouvelles (insertion des Neustädte en 1305 à Brême, en 1306 à Halberstadt), de l’engagement plus résolu des villes dans le respect des paix territoriales que le pouvoir royal peine à imposer, de la compétition royale entre les trois dynasties au XIVe siècle, Wittelsbach, Luxembourg et Habsbourg.

  • 28 Frankfurt am Main. Die Geschichte der Stadt in neun Beiträgen, Sigmaringen, Thorbecke (Veröffentli (...)

10Au sein de cette première phase qui va grossièrement de 1200 à 1350, Cologne se trouve longtemps disposer de la plus grande muraille dans tout l’Empire : elle comptait en 1259 50 tours réparties sur 4,6 kilomètres dont 2,3 kilomètres de front sur le fleuve avec 22 portes. Côté terre, seules cinq portes sont ouvertes de jour en permanence. Côté terre encore, une ceinture avancée de tours-bastions équipait les portes d’entrée à 100 mètres de distance. Dans la première moitié du XIVe siècle, Francfort-sur-le-Main s’engage dans une ambitieuse campagne de construction à partir de l’extension accordée en 1333 par privilège royal et destinée à remplacer le mur ottonien déjà réaménagé au XIIe siècle (avec ses trois portes principales de Bornheim, Bockenheim, Weissfrauen, et ses quatre portes secondaires)28. Les travaux commencent véritablement en 1343 et s’achèvent au début du XVIe siècle : au total, une trentaine de tours distantes de 50 à 100 mètres l’une de l’autre, une dizaine de portes et des murs de six à huit mètres de haut, de un à un mètre et demi d’épaisseur ainsi qu’un fossé profond de quatre à cinq mètres et large de six à huit mètres sont mis en chantier.

  • 29 G. Pfeiffer (Hg.), Nürnberg - Geschichte einer europäischen Stadt, München, Beck, 1971, en particu (...)
  • 30 R. Chr. Schwinges (Hg.), Berns mutige Zeit. Das 13. und 14. Jahrhundert neu entdeckt et Berns gros (...)
  • 31 V. Schmidtchen, Bombarden, Befestigungen, Büchsenmeister: von den ersten Mauerbrechern des Spätmit (...)

11Avec le milieu du XIVe siècle commence une nouvelle phase de construction plus dépendante des aléas de la conjoncture et des menaces de guerre. La chronologie de la construction de la muraille de Nuremberg traduit bien ces différentes vagues de dangers militaires : extension de l’enceinte de 1332 en 1346 en raison des luttes entre Louis de Bavière et Charles de Bohême pour le trône, fortification en 1384 dans le contexte de la guerre entre princes et villes liguées, creusement de fossés en 1427 en raison des campagnes anti-hussites29. C’est alors que la muraille de Nuremberg dépasse celle de Cologne, avec cinq kilomètres de périmètre, huit mètres de hauteur, un mètre d’épaisseur, 123 tours, un fossé de 15 mètres de large et jusqu’à 12 mètres de profondeur. Les ordonnances du Conseil rendent compte de la réquisition de tous les habitants de plus de 12 ans à raison d’une journée de travail gratuit due pendant dix ans. Quant au pays environnant, la guerre avec le margrave de Brandebourg conduisit la ville à l’équiper d’une Landwehr, ceinture fortifiée ponctuée d’un fort tous les 500 à 800 mètres. On retrouve bien ailleurs des « moments » comparables d’accélération de construction en fonction du contexte et des menaces : 1329 et 1444 pour Metz, 1374-1390 et 1441 pour Strasbourg. Il n’en va pas autrement à Berne qui réalise la grande extension de sa muraille en 1344-1346 peu après la guerre dite de Laupen contre Fribourg et une partie de la noblesse voisine30. L’enceinte est alors élargie et reportée à 700 mètres plus loin du côté occidental pour inclure la Neustadt avec un mur double, des fossés et trois tours : Obertor, Christoffelturm et Golatenmattor. On constate ensuite une vague de reconstructions entre 1461 et 1468 en lien avec la poussée bourguignonne (en particulier élévation et renforcement du Christoffelturm de 12 à 27 mètres de hauteur (pour atteindre 34 mètres en 1583) mais aussi des Obertor et Golatenmattor), puis une autre dans les années 1480, liée aux luttes contre les Habsbourg, en adaptant les appareils aux canons31.

  • 32 M. Puhle, Hanse, Städte, Bünde, op. cit., voir surtout l’article de B. Wübbekepflüger, “Sicherheit (...)
  • 33 Kl. Voigt, Italienische Berichte aus dem spätmittelalterlichen Deutschland von Francesco Petrarca (...)
  • 34 Reproduction en fac-similé chez l’éditeur Taschen à Cologne, 2001. Voir B. Hernad, Die Graphiksamm (...)

12Ici, comme dans la plupart des villes, la construction de la fortification revêt une importance architecturale et symbolique forte : sceau, conseil et murs font la ville depuis le XIIIe siècle. Les sceaux urbains le montrent bien. Celui de Fribourg réunit en 1245 sur une même face les murs et le Rathaus, l’Hôtel du Conseil, tandis que de nombreux autres portent la trace des murailles : ceux de Cologne (le premier sceau urbain en Allemagne) en 1149, de Trèves en 1150, de Soest en 1168, d’Erfurt en 1183, de Halle et de Fribourg en 1200, de Strasbourg en 1245, de Ratisbonne et de Bonn en 1248, de Goslar, Neuss, Hambourg, Hanovre, Göttingen, Magdebourg dans la seconde moitié du siècle32. Bien entendu, le sceau n’est pas une photographie fidèle : il peut porter une muraille qui n’existe pas encore dans les faits, mais l’intention n’en est pas moins révélatrice. La Germania d’Eneas Silvio Piccolomini, le futur pape Pie II, composée au milieu du XVe siècle33 ainsi que la Weltchronik rédigée par le médecin humaniste nurembergeois Hartmann Schedel un demi-siècle plus tard (1493)34 renvoient bien l’image de villes allemandes entièrement fortifiées. Les quelque 140 gravures (sur les 1800 gravures que compte l’incunable au total) occupant une double page et représentant les grandes cités d’Occident et de la Méditerranée contenues dans la Chronique universelle de Schedel, pour une part sorties d’ateliers proches d’Albrecht Dürer, annoncent d’ailleurs le genre des veduta de villes des XVIe et XVIIe siècles (ainsi celles de Braun et Hogenberg dans leurs Civitates orbis terrarum parues en six volumes à Cologne entre 1572 et 1617 ou bien de Matthaeus Merian par exemple dans sa Topographia Germaniae en 16 volumes parue à Francfort entre 1643 et 1663) où aucune muraille ne manque, même si l’image renvoie alors un moment de fortification pour l’essentiel tardo-médiéval qui, entre temps, avait perdu sa fonction défensive en raison du progrès technique des armes à feu et des bombardes.

  • 35 Voir la note 31.
  • 36 W. Paravicini (dir.), Höfe und Residenzen im spätmittelalterlichen Reich. Ein dynastisch-topograph (...)

13Cette représentation qui prend forme dans les chroniques et sur les gravures essentiellement au milieu du XVe siècle souligne en tout cas combien l’âge d’or des fortifications urbaines s’est situé entre 1200 et 1500, en suivant plusieurs phases. La première, monumentale, de 1200 à 1250, se situe dans le prolongement du modèle colonais et rhénan et récupère une partie du substrat romain. La deuxième, entre 1250 et 1450 c’est-à-dire en un temps qui voit la muraille s’adapter avant tout à la croissance démographique et économique urbaine, voit s’introduire des modèles plus régionaux avec des spécificités franconienne, saxonne, hanséatique, hessoise, teutonique selon le matériel employé (pierre ou brique), selon la forme des tours rondes ou carrées, la hauteur des portes, la structure simple ou double des entrées, l’intégration des monuments sacrés ou non, l’adjonction de châteaux. Une troisième phase enfin, à partir de 1450, voit l’ensemble s’adapter ou non à la technique des canons et de la poudre35. Il convient de mettre en rapport cette triple phase chronologique avec le passage en 1250 du point fortifié au palais, puis vers 1450 du palais à la ville résidentielle36.

  • 37 G. Fouquet, Bauen für die Stadt. Finanzen, Organisation und Arbeit in kommunalen Baubetrieben des (...)
  • 38 R. Doebner (Hg.), Urkundenbuch der Stadt Hildesheim. III. : 1401-1427 ; IV. : 1428-1450, Aalen, Sc (...)
  • 39 F. Oppl, Nachrichten aus dem mittelalterlichen Wien, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1995 et ID., Leben (...)
  • 40 Sur ce point voir V. Groebner, Der Schein der Person: Steckbrief, Ausweis, Kontrolle im Mittelalte (...)
  • 41 M. Angerer, H. Wanderwitz (Hg.), Regensburg im Mittelalter. Beiträge zur Stadtgeschichte vom frühe (...)
  • 42 A. Schubert, Der Stadt Nutz oder Notdurft? Die Reichsstadt Nürnberg und der Städtekrieg von 1388/1 (...)

14La construction d’une enceinte fortifiée est un puissant instrument de contrôle des hommes et de l’espace, à telle enseigne que son édification s’accompagne souvent d’une augmentation sensible de l’écrit documentaire comme cela a été parfaitement démontré pour Bâle et Marbourg37. Que le contrôle exercé ait été défensif et militaire est un fait, mais il comporte aussi une indéniable dimension juridique, sociale et économique. En 1475, Bâle adopte une série d’ordonnances qui visent à renforcer la défense de la cité mais aussi à contrôler les quartiers et les métiers. En 1410 et en 1440, des palissades mobiles sont érigées entre les quartiers à Hildesheim à la fois par le Conseil, pour renforcer la défense de la ville, mais aussi par les métiers, pour augmenter leur pouvoir38. Au milieu du XVe siècle, à Vienne39, le Conseil met en place un système de Bolletten (billets), contrôlés à l’entrée des portes de la ville par des Bollettenmeister en cas de guerre ou de danger, premières formes de papiers d’identité imposés aux habitants de la ville40. À la faveur de ces constructions et des sièges urbains, on constate pour les années 1388-1390 une nette poussée des instances de contrôle, à travers par exemple la mise en place de commissions spéciales à Ratisbonne41 et à Nuremberg42, dotées de pouvoirs spéciaux en temps de guerre. C’est le cas du Conseil de guerre de Ratisbonne, le 14 décembre 1387, autour d’un noyau dur formé du maire et de cinq conseillers qui préparent l’adoption jusqu’en 1395 d’ordonnances sur l’approvisionnement, sur l’interdiction d’abandonner son droit de bourgeoisie pendant dix ans, sur un contrôle des prix, sur une augmentation des accises.

  • 43 M. Groten, Köln im 13. Jahrhundert. Gesellschaftlicher Wandel und Verfassungsentwicklung, Köln/Wei (...)
  • 44 B. M. Wübbeke, Das Militärwesen der Stadt Köln im 15. Jahrhundert, Stuttgart, Steiner (VSWG, Beihe (...)
  • 45 A. Wolf (Hg.), Die Gesetze der Stadt Frankfurt am Main im Mittelalter, op. cit., n° 207, p. 297 de (...)
  • 46 I. Eberhardt, Van des stades wegene utgegeven unde betalt’. Städtischer Alltag im Spiegel der Stad (...)

15D’autre part, la construction de la muraille et son entretien donnent lieu à la création de nouveaux impôts : le Meynewerk par exemple à Hildesheim au XVe siècle, dû par les habitants inscrits sur les rôles fiscaux et qui sert à 75 % à couvrir les salaires des manœuvres et des maçons employés sur le chantier de l’enceinte. Quant à la garde, elle peut mobiliser jusqu’à un quart de la population masculine d’âge adulte en période de danger et de guet renforcé comme en témoignent au XVe siècle les listes de Hildesheim. En dehors du guet et de la corvée ponctuelle de main d’œuvre sur les murs, l’autre grande occupation qui peut mobiliser le temps et les forces des habitants consiste dans le curage et le creusement des fossés : les Schreinsbücher de Cologne en sont remplis pour le XIIIe siècle43 et la pratique continue jusqu’au XVe siècle44. Il ne s’agit pas seulement des fossés extérieurs, mais aussi des fossés intérieurs, hérités de l’ancienne ligne de muraille, que l’on continue de creuser et d’entretenir en ville aux XIVe et XVe siècles. Une ordonnance du Conseil de Francfort-sur-le-Main commande la réquisition de tous les habitants âgés de 14 ans et plus, « hommes et femmes, riches et pauvres, serviteurs et servantes »45, pour remettre les fosses en état, puis de nouveau en 1436 (mesure qui permet au détour de connaître l’état d’avancement de la construction des murs et des tours, soit six portes achevées du côté Nord et Ouest, sept portes du côté du Main, cinq portes à Sachsenhausen sur la rive gauche). Enfin, un grand curage des fossés est ordonné les 23 et 24 juillet 1475 occupant respectivement 1388 et 1200 habitants. De la même manière on distingue à Hildesheim fossa exterior et vetus fossatum et à Ratisbonne les corvées sont réparties entre les fossés extra et intra muros. À Osnabrück, les corvées (Staken und Waken) sont indifféremment décidées pour réparer les remparts ou pour curer les fossés (la première enceinte date ici de 1250, elle subit une extension en 1 280 qui permet d’ailleurs d’unifier juridiquement et administrativement la vieille et la nouvelle ville)46.

  • 47 M. Bär (Hg.), Der Koblenzer Mauerbau. Rechnungen 1276-1281, Leipzig, Dürr, 1888. ID. (Hg.), Urkund (...)
  • 48 Sur les problèmes d’approvisionnement en matières premières au Moyen Âge : B. Herrmann (Hg.), Mens (...)
  • 49 M. Lexer, Fr. Von Weech (Hg.), Endres Tuchers Baumeisterbuch der Stadt Nürnberg (1464-1475), Stutt (...)
  • 50 G. Fouquet, Bauen für die Stadt, op. cit.
  • 51 G. Fouquet, “Die Finanzierung von Krieg und Verteidigung in oberdeutschen Städten des späten Mitte (...)

16Comme on peut aisément s’en douter, la construction a non seulement constitué un poste important de dépenses mais a aussi provoqué la mise en place d’une administration financière plus poussée dans les Conseils et accéléré le perfectionnement des techniques comptables. Cela vaut également pour les plus petites villes, de sorte que les comptabilités urbaines permettent de corriger la trop simple équivalence qui fait correspondre grande ville, grande muraille, meilleure organisation comptable et budget urbain important. On possède pour Coblence par exemple, qui ne comptait pas plus de 580 contribuables en 1440 et 519 bourgeois capables de porter les armes en 1474, des comptes précoces qui disent toute la complexité mais aussi toute l’organisation et toute l’inventivité des instruments comptables pour financer la construction de la muraille depuis 1252 : achat des terrains ou expropriation, collecte des vieux matériaux, engagement d’un superviseur en la personne d’un certain Leoneus, transport des pierres depuis les péniches, importation de matériau calcaire, de sable et de mortier depuis 1276 par le biais d’un acheteur en gros établi à Mayence, un certain Dudo, constitution d’une commission des travaux au sein du Conseil47. Ces sources permettent également de découvrir le problème des embouteillages de construction, comme ce fut le cas à Lübeck entre 1462 et 1468 pour le chantier d’extension de la muraille entrepris depuis 1430. Ces engorgements portent essentiellement sur le bois et les tuiles. Les comptes de Goslar, Hildesheim, Lunebourg ou Osnabrück font également état d’un manque chronique de bois de construction au XVe siècle pour les chantiers publics48, lacune qui conduit à l’institution dans ces villes entre 1430 et 1450 de Bauhöfe, sorte de vastes entrepôts de construction pour gérer les réserves de matériaux. Ceux de Nuremberg nous sont particulièrement bien connus grâce au Livre du maître de la construction (Baumeisterbuch) rédigé par Endres Tucher (1423-1507) pour la période 1464-147549. Pour Bâle et Marbourg, Gerhard Fouquet a étudié en détail les Werkhöfe à partir des comptabilités du Conseil : Bâle avec à peine 10000 habitants dans la seconde moitié du XVe siècle a dépensé quinze fois plus pour ses chantiers que Marbourg avec ses trois mille habitants50. Les Werkhöfe étaient à la fois des entrepôts pour les matériaux et des lieux d’organisation et de répartition du travail sous la conduite des Werkmeister, au nombre de cinq à Bâle entre 1450 et 1540. Rétribués par le Conseil, ils étaient maîtres d’œuvre et de chantier, recrutaient la main d’œuvre, la payaient aussi. Le Conseil de Marbourg en employait un également depuis 1427/1428, mais bien moins payé. L’étude des comptes urbains des deux villes révèle que, rapportées à l’ensemble du budget, les dépenses de construction publique tournaient autour de 20 % en moyenne sur un siècle (mi-XVe à mi-XVIe), dont les deux tiers pour la muraille au moment de son extension ou d’une grosse réfection. C’est un chiffre que l’on retrouve dans de nombreuses autres villes d’Allemagne entre 1450 et 150051. Surtout, l’étude montre bien qu’en dépit d’une disparité entre les deux villes et entre leur programme de construction, la muraille en revanche est ce qui préoccupe le plus, obsession qui tend donc à égaliser les conditions et les situations. Bâle peut, par sa taille et sa richesse, bien davantage que Marbourg, mais les deux cités se retrouvent plus ou moins à égalité pour ce qui est de la construction des murs. La grande ville certes est “leistungsfähiger”, meilleure en terme de productivité, mais cela ne veut pas dire que la plus petite ville, en l’occurrence territoriale et donc politiquement moins autonome dans le cas de Marbourg, a raté sa muraille ou en aurait construit une quinze fois moins grande et solide parce que son budget serait quinze fois inférieur…

  • 52 E. Maschke, J. Sydow (Hg.), Stadt und Umland, Stuttgart, Kohlhammer (Veröffentlichungen der Kommis (...)
  • 53 G. Wunder, “Reichsstädte als Landesherren”, dans E. Meynen (Hg.), Zentralität als Problem der mitt (...)
  • 54 A. Boockmann, Urfehde und ewige Gefangenschaft im mittelalterlichen Göttingen, op. cit.
  • 55 E. Pelissier, “Die Landwehren der Reichsstadt Frankfurt am Main”, dans Archiv für Frankfurts Gesch (...)

17La muraille, cette fois dans des villes de plus grande taille et dont le statut juridique autorisait une relative autonomie dans la conduite d’une politique tournée vers la constitution d’un territoire urbain52, était complétée souvent d’une Landwehr, d’un périmètre défensif projeté aux limites de son territoire « contadin »53. Les exemples les plus connus sont ceux de Göttingen54 mais aussi de Francfort55 (la « ceinture » y est constituée de 1370 à 1427 avec une série de cinq Warten situés au carrefour des routes entre la Landwehr et les faubourgs de la ville, auxquels s’ajoute un sixième poste fortifié de garde par privilège de Frédéric III en 1468 :

  • 56 P. J. Heinig (Hg.), Regesten Kaiser Friedrichs III. H. 4: Die Urkunden und Briefe aus dem Stadtarc (...)

“da sir in und ausseralb der stat franckurt und sassenhusen ouch sunst umb und bey euch, wo und wie weit euch das gefuglich und notdurft sein beduncket, lantweren, warten, sleg, thure, greben, eynfeng und andere bevestigung machet, pauwet, aufrichtet, ordenen und weiset”)56.

  • 57 H.-D. Heimann (Hg.), Soest. Geschichte der Stadt. II: Die Welt der Bürger. Politik, Gesellschaft u (...)
  • 58 J. K. W. Berns, Propter communem utilitatem. Studien zur Bündnispolitik der westfälischen Städte i (...)
  • 59 H. Woltering, Die Reichsstadt Rothenburg ob der Tauber und ihre Herrschaft über die Landwehr, Müns (...)
  • 60 A. Schneider, “Grenzlinien spätmittelalterlicher städtischer Territorialherrschaften. Die schwäbis (...)

18Bielefeld commence à constituer la sienne vers 1233 et l’équipe de fermes fortifiées dans les années 1330 au moment de la relance d’une politique territoriale de paix appuyée en Westphalie sur les villes sous la double volonté de l’archevêque de Cologne et des villes dans le cadre de ligues plus ou moins formelles entre Münster, Osnabrück, Soest57 et Dortmund (les textes parlent alors de la “municio, que lantwere vulgariter appellatur, pro communi utilitate et pace observanda”)58. On connait également les cas de Nuremberg, de Schwäbisch-Hall, de Rothenbourg ob der Tauber et d’Ulm. Dans ces trois derniers cas, le rôle de Rodolphe de Habsbourg avait été décisif. Pour Schwäbisch-Hall, la limite territoriale défensive atteignait un périmètre de 185 kilomètres (pour comparaison elle était de 142 kilomètres dans le cas de Rothenbourg)59 et était articulée autour de quatre puissants Landtürme situés aux points cardinaux de passage des routes principales tandis que tout un ensemble de fossés, de montées de terre, de fermes fortifiées, de bois, de haies, de postes d’observation (c’est surtout la fonction de la Landwehr, prévenir les mouvements de troupes) et de réserves de troncs d’arbres pour couper les routes venait compléter le dispositif60.

  • 61 G. Helmig, “Die Befestigung der Basler Vorstädte und ihre Integration in den äusseren Mauerring”, (...)

19On peut reconnaître avec Bâle un troisième cas de figure, entre le mur de ville et la Landwehr du plat pays, celui des faubourgs fortifiés (moenia sive muri suburbii) tel qu’il se dessine et se dégage depuis le dernier tiers du XIIIe siècle, en coopération avec les corps de métier dont certains contrôlaient un faubourg en particulier : les tisserands celui de “An den Steinen”, les tonneliers et ferrands celui de la Spalenvorstadt, les poissonniers celui du “Zu Crüze”. Au total a surgi là un ensemble articulé autour de huit portes avancées fortifiées. Le cas de la porte du faubourg Saint-Alban a été bien étudié et révèle un mur de un mètre d’épaisseur, un fossé de huit mètres de large sur cinq mètres de profondeur, le tout relié au Friedentor du rempart urbain. Huit étapes de construction sont reconnaissables entre 1361 et 139861.

20Bien naturellement la mise en défense de la ville ne pouvait pas se contenter d’une muraille, de fossés et dans certains cas de postes avancés dans le territoire urbain : soldats, guetteurs, mercenaires, piétons, cavaliers devaient former les contingents, les milices et les bataillons des armées urbaines.

Les bourgeois et les citadins en armes

21En l’absence de synthèse sur les armées urbaines de la fin du Moyen-Âge dans notre espace, il convient d’abord de remarquer que, tant pour l’organisation du guet, ou bien pour la surveillance des portes et murailles, que pour la constitution de troupes de défense armée, les conseils urbains envisageaient comme un tout la milice citadine, c’est-à-dire aussi bien pour guetter et défendre que pour accomplir les actions de conduit ou bien la chasse aux criminels (Ausjagd), aux bannis, aux auteurs de faide. La troupe urbaine en théorie était considérée comme polyvalente. Cet état de fait résulte pour l’essentiel du serment exigé desbourgeois, promesse qui inclut toutes les formes de service armé. À Vienne, le citoyen jure devant le Conseil “zu zurcken” (répondre à l’appel de mobilisation), “zu wachten” (surveiller), “ze schützen” (protéger), conjuratio exigée également des hommes de la toute proche banlieue au pied extérieur des murs en 1444.

  • 62 E. Maschke, J. Sydow (Hg.), Städtisches Haushalts- und Rechnungswesen, Sigmaringen, Thorbecke (Sta (...)
  • 63 J.-C. Brucker (Hg.), Strassburger Zunft- und Polizeiordnungen des 14. und 15. Jahrhunderts, Strasb (...)
  • 64 La ville était divisée en « batailles » depuis l’ordonnance de 1373 : A. Wolf (Hg.), Die Gesetze d (...)
  • 65 Cette ordonnance du Conseil du 15 mars 1382 reprenait l’organisation déjà imposée au sein de chaqu (...)
  • 66 Ibid., t. 1, partie 1, p. 2.

22Pour comprendre le recrutement et le fonctionnement des troupes urbaines, l’historien des villes est le plus souvent confronté à des sources financières, fiscales et comptables d’un côté62, et à des sources normatives de l’autre. On sait à peu près bien qui doit en théorie fournir quelle arme, combien de chevaux, tel service de guet, ou contribuer à quelle hauteur à l’effort de guerre en fonction de son patrimoine déclaré. À Strasbourg au XVe siècle, le Conseil stipule qu’un bourgeois déclarant 800 livres de patrimoine doit fournir un cheval pour l’armée, et que deux bourgeois ensemble dont les patrimoines sont compris dans une fourchette de 400 à 600 livres doivent fournir une monture d’une valeur de huit livres63. À Francfort, dans le dernier tiers du XIVe siècle, tout bourgeois dont les biens dépassent 50 florins doit fournir un harnais et un glaive (homme armé). Quiconque en déclare entre 30 et 50 fournit l’équivalent d’un harnais et le bourgeois qui se situe sous la barre des 30 florins doit demander au Rottmeister, au maître de son contingent64, les modalités matérielles de sa contribution65. Vers 1450, six classes d’impôt (aide, Bede) sont instituées et correspondent à six niveaux de contribution d’armes66 :

  • 67 M. Romeiss, “Die Wehrverfassung der Reichsstadt Frankfurt am Main im Mittelalter”, art. cit., p. 2 (...)

Bede de 10 à 20 livres = 1 glaive (avec cotte, heaume, jambières et glaive) et 1 valet armé (avec cotte, casque, genouillères et une hallebarde)
Bede de 20 à 30 livres = 2 glaives et 1 valet armé
Bede de 30 à 40 livres = 2 glaives et 2 valets armés
Bede de 40 à 50 livres = 3 glaives et 2 valets armés
Bede de 80 livres et plus = 4 glaives et 4 valets armés67.

  • 68 G. F. Von der Ropp (Hg.), Göttinger Statuten. Akten zur Geschichte der Verwaltung und des Gildewes (...)
  • 69 B. Wübbeke-Pflüger, “Sicherheitsorganisation und Wehrwesen niedersächsischer Städte”, art. cit.

23C’est un système assez répandu que l’on rencontre dans de nombreuses autres villes. À Göttingen, depuis 1308, cinq classes de patrimoine définies par les seuils de 60, 20, 10 et 5 marcs étaient fixées, correspondant à autant d’obligations d’équipement68. À Nordhausen, quatre groupes de patrimoine furent définis en 1470 dans un but semblable69.

  • 70 C. B. Stüve, “Stadtrechnungen von Osnabrück aus dem 13. und 14. Jahrhundert”, dans Mitteilungen de (...)
  • 71 B. Harms (Hg.), Der Stadthaushalt Basels im ausgehenden Mittelalter, Tübingen, Laupp (Quellen und (...)
  • 72 B. Sauerbrey, “Bürger und Stadtverteidigung. Die städtische Wehrverfassung am Beipsiel Braunschwei (...)

24Si la fourniture d’armes semble avoir à peu près bien fonctionné, la levée des hommes paraît avoir rencontré davantage de difficultés. Le principe général précise que les bourgeois de plein droit doivent fournir un service d’arme ou de guet par eux-mêmes ou par un remplaçant au prorata de leur fortune. L’engagement de remplaçants était fréquent pour les plus fortunés comme l’atteste le cas de Göttingen où la moitié des 40 guetteurs des murs au milieu du XVe siècle était salariée par des particuliers de même que la moitié des 20 heaumes armés par la ville l’était par engagement soldé. Des catégories entières sont par ailleurs exemptes du service armé, à commencer par les clercs en dépit des innombrables conflits survenus entre le clergé et les autorités urbaines sur la question du paiement d’une sorte d’impôt de la défense non pas ad personam mais pour les maisons et terrains dont les clercs et les ordres héritaient pas testament, particulièrement après les grandes mortalités pandémiques du milieu du XIVe siècle. À Osnabrück, le Conseil négocie tout au long du XVe siècle un subside payé par le clergé de la ville sur les biens frappés de main-morte : le Stadesdracht et le Wakegeld70. À Cologne le clergé est exclu de la contribution à la défense mais fournitun don volontaire. À Bâle en revanche le clergé doit contribuer financièrement et même participer au guet en cas d’alarme générale71. Les Juifs font également l’objet de dispositions spéciales. Le plus souvent ils sont seulement obligés de payer mais sans servir personnellement : une aide de 1 000 florins leur est demandée par le Conseil de Francfort en 1509 par exemple. Quant aux veuves, soit elles doivent fournir le prix d’un valet de pied armé à Hanovre et à Brunswick72, soit donner l’équivalent d’un guetteur si elles continuent à travailler dans l’échoppe comme à Göttingen, Hambourg ou Dantzig, ou bien encore, ainsi à Francfort et à Bâle, contribuer à la défense par un forfait financier calculé sur la base du coût d’un harnais. En revanche, à Cologne, elles étaient exemptes de tout, même en demeurant actives dans le commerce tandis qu’à Brunswick leur contribution se fondait non sur le travail mais sur la superficie de leurs possessions immobilières en ville. Plus ponctuellement, telle fonction ou tel métier était préservé de la contribution armée personnelle pour des besoins de service en quelque sorte : c’est le cas des membres du Conseil à Hanovre au XVe siècle, des médecins et des apothicaires à Göttingen.

  • 73 Fr. Gorissen (Hg.), Regesten zur politischen Geschichte des Niederrheins. I.: Stadtrechnungen von (...)

25Comme on l’a déjà entrevu dans le cas francfortois, l’unité de base de mobilisation, d’organisation et de contrôle des milices était le plus souvent le corps de métier comme on l’observe à Strasbourg, Ulm, Rottweil, Göttingen. À Lunebourg, le métier peut en outre enrôler des apprentis qui, pour leur part, ne jouissent pas encore du droit debourgeoisie. À Wesel, c’est aussi le corps de métier qui contrôle maison par maison l’équipement armé des compagnons et même des habitants n’appartenant pas à une Zunft professionnelle73 : un recensement de 1420 rapporte que 827 des 1108 maisons inspectées possédaient les armements conformes autorisés et prescrits par le Conseil. Ce principe corporatif peut être complété par celui du quartier à Göttingen et à Hildesheim, mais aussi à Lunebourg avec les quatre quartiers des Rottenmeister des Markt-, Sand-, Wasser- et Salinenviertel, et surtout à Brunswick où les cinq quartiers initiaux formant l’ensemble de la cité sont découpés en 16 districts. Cette combinaison entre « batailles » formées au sein des quartiers et districts et contingents rassemblés par les métiers se laisse également observer à Hambourg, Wismar, Rostock. À Cologne, ce sont les Gaffeln, les associations à la fois territoriales et professionnelles sur lesquelles repose la constitution de la ville, qui constituent depuis 1396 les fondements du rassemblement pour le guet et la défense et organisent le partage du guet par portions de muraille. À Höxter, le recrutement est opéré par rue et sur la base du voisinage par bloc de maisons sous l’autorité d’un Rottenmeister, fonction centrale déjà maintes fois rencontrée sur laquelle il conviendrait de travailler plusen détail. À Vienne c’est davantage le principe spatial qui l’a emporté : le recrutement et la constitution de la milice urbaine reposent au XIVe siècle sur le découpage en quatre districts, Kärntner, Widmer, Schotten et Stubenviertel, dont les contours remontent au XIIe siècle et dont la logique répond, comme à Göttingen, au souci de confier une partie de la muraille à une troupe de quartier bien définie (Rotte). À ces quatre quartiers correspondaient depuis 1442 quatre places de rassemblement des troupes : la Lugeck pour le Graben, le Neuer Markt pour le Kärmtner, le Graben pour le Widmerviertel et le Judenplatz pour leSchottenviertel. À ces quatre districts et places correspondaient également des fanions de couleur différente : rouge et blanc, brun, vert et bleu. Enfin quatre tours principales correspondantes désignaient à l’extérieur l’accès aux champs de tir et d’exercice dans les années 1440 : Kärtnertor, Widmertor, Werdertor entre autres.

26Plus généralement et sous réserve d’inventaire systématique, la question que l’on peut se poser est de savoir si les villes qui ont préféré le recrutement spatial sont plutôt celles dont le Conseil n’était pas aux mains des métiers et si, au contraire, les villes à recrutement opéré sur la base des Zünfte correspondent à des cités où les corps de profession dominaient politiquement.

  • 74 P. Huber, Der Haushalt der Stadt Hildesheim am Ende des 14. und in der ersten Hälfte des 15. Jahrh (...)
  • 75 D. Neitzert, “Pferdebedarf und Pferdeeinkauf im 15. Jahrhundert am Beispiel der Stadt Göttingen”, (...)
  • 76 M. Puhle, Die Politik der Stadt Braunschweig innerhalb des Sächsischen Städtebundes und der Hanse (...)
  • 77 P. Monnet, « Le financement de l’indépendance urbaine par les élites argentées : l’exemple de Fran (...)
  • 78 M. Romeiss, “Die Wehrverfassung der Reichsstadt Frankfurt am Main im Mittelalter”, art. cit.
  • 79 H. Mack, Beiträge zur Finanzgeschichte der Stadt Braunschweig im XIII. und XIV. Jahrhundert, Bresl (...)
  • 80 E. Franz, Nürnberg, Kaiser und Reich. Studien zur reichsstädtischen Aussenpolitik, München, Beck, (...)
  • 81 A. Schubert, Der Stadt Nutz oder Notdurft? Die Reichsstadt Nürnberg und der Städtekrieg von 1388/1 (...)

27Quoi qu’il en soit, et dans l’un comme dans l’autre cas, la conduite et le rassemblement des troupes urbaines étaient souvent confiés à deux officiers. L’un dépendait du Conseil, le Marstall, qui pouvait également avoir la haute main sur l’ensemble des chevaux armés (ainsi les écuries de la ville absorbaient en moyenne 15 % des dépenses à Hildesheim74 et 20 % à Göttingen aux XIVe et XVe siècles75, tandis qu’à Ulm, Strasbourg et Nuremberg le maréchal du Conseil avait compétence sur un contingent de 30 à 50 chevaux permanents). Le second, le capitaine, pouvait être engagé par contrat. On ne dispose pas, pour les villes allemandes, d’étude d’ensemble sur ces deux personnages. Or, derrière eux se pose toute la question de la répartition des compétences sur les troupes entre les corps de métier et le Conseil en ville. Sur ce plan, on rencontre plusieurs cas de figure entre la stricte séparation, le co-partage, ou bien le contrôle complet du Conseil sur tout, en particulier les soldes, la discipline, les tribunaux pour juger les déserteurs ou les exactions de guerre. À Brunswick par exemple c’est le Conseil qui organise et dirige l’ensemble des opérations liées à la guerre, les corps de métier et les représentants des cinq quartiers n’étant que des courroies de transmission76. À Francfort, c’est également le Conseil qui exerce un contrôle entier et fait appliquer les consignes par le Schultheiss, l’écoutête impérial qui, depuis 1372, représente certes l’empereur-seigneur de la ville mais dont la charge a été acquise par le Conseil77. Le plus souvent, c’est un organe mixte compétent pour les hommes de la milice et pour les armements qui est constitué comme on l’observe à Nordhausen, Bâle, Strasbourg, Rottweil, Rostock, Nuremberg et Brunswick où la commission des Quarante formée en 1435 pour superviser les affaires militaires est recomposée autour de 24 membres en 1445 parmi lesquels on remarque une présence plus importante des maîtres des métiers. Dans d’autres cas, comme à Göttingen, ce sont les métiers qui détiennent la part la plus importante de décision, en raison du rôle important qu’ils jouent dans la levée du Schoss, de l’impôt indirect sur la consommation qui sert à financer en grande partie la défense. Par ailleurs, des organes spéciaux et provisoires pouvaient être constitués au sein ou en marge du Conseil, tel le conseil de guerre institué à Francfort en 1377 et réunissant en 1379, outre les deux bourgmestres, le Baumeister, sorte de grand architecte des bâtiments publics et par conséquent des murailles, et le Reidemeister qui avait compétence sur les écuries du Conseil et les chevaux des troupes. En 1392, des Schützenmeister qui reçoivent pour mission d’entretenir les entrepôts d’armes et de veiller à l’entraînement au tir rejoignent cette commission78. Des conseils restreints de nature comparable voient le jour sous la forme des Sept à Strasbourg en 1392, des Treize à Bâle en 1445, des 35 à Brunswick en 1445 (16 conseillers, 14 maîtres des métiers, 5 représentants des quartiers)79 mais aussi à Augsbourg en 1372 puis en 1422, et à Nuremberg autour des Ältere Herren, soit des trois capitaines, des deux trésoriers et des deux bourgmestres80. Dans ce dernier cas, la phase décisive de création d’organes extraordinaires au sein des institutions urbaines remonte à la crise de 1388-1389 et s’accompagne d’une politique globale de défense qui comprend aussi bien les murailles, le redécoupage des quartiers, l’achèvement de la Landwehr, la répartition des milices en bataillons pourvus de fanions, l’acquisition de canons parmi lesquels la bombarde “Kriemhilt” tirée par douze chevaux a frappé l’esprit des chroniqueurs81.

  • 82 J.-Cl. Maire-Vigueur, Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, (...)
  • 83 Kl. Voigt, Italienische Berichte aus dem spätmittelalterlichen Deutschland von Francesco Petrarca (...)
  • 84 Fr. Schwind, “1389. Die Niederlage von Kronberg/Eschborn. Städtische Selbstbehauptung im dynastisc (...)
  • 85 On est particulièrement bien renseigné sur cette guerre, non seulement par les documents de la pra (...)
  • 86 J. U. Ohlau, Der Haushalt der Reichsstadt Rothenburg o. T. in seiner Abhängigkeit von Bevölkerungs (...)
  • 87 U. Dirlmeier, “Die Kosten des Aufgebots der Reichsstadt Rothenburg ob der Tauber im Schweizerkrieg (...)

28Pour ce qui touche aux effectifs et aux coûts, on ne peut que souhaiter pour les villes allemandes une étude équivalente à celle menée par Jean-Claude Maire-Vigueur sur les communes italiennes82. À défaut, on se contentera de proposer quelques éléments indicatifs. Mais avant, il conviendrait sans doute de corriger le topos qui se met en place au XVe siècle particulièrement sous la plume des Italiens visitant l’Empire83. De Piccolomini, le futur Pie II dans sa Germania très tacitéenne, jusqu’à Machiavel rédigeant son rapport lors de sa visite à la cour de Maximilian, le voyageur italien explique la richesse des villes allemandes par leur faible engagement dans les opérations et les coûts de la guerre, au contraire des villes italiennes qui, disent-ils, s’y seraient ruinées en entrant pleinement dans une véritable économie de guerre. Bien entendu, ni Piccolomini ni Machiavel n’avouent dans le même temps que cette économie-là fut pour certaines cités italiennes une source de profits, et insistent au contraire sur la relative prospérité des cités germaniques pour justifier d’un côté (Piccolomini) les revendications fiscales de la papauté et critiquer de l’autre les demandes impériales exprimées à l’encontre des villes italiennes du Nord. La réalité semble se situer entre les deux positions : ni effort ruineux (en dépit des protestations régulièrement exprimées par les villes d’Empire aux diètes contre la levée des contingents impériaux, et malgré une tendance à l’endettement sensible dans la seconde moitié du XVe siècle) ni désengagement. Pour le XVe siècle, Cologne peut aligner une troupe soldée permanente annuelle de 30 cavaliers armés accompagnés de deux à trois auxiliaires (pour 35 000 habitants peut-être). Francfort équipe en temps ordinaire 30 à 40 soldats armés avec monture (glaive = Gleve à un homme monté ou lance = Lanze à deux voire trois chevaux) et peut mobiliser en cas de besoin 300 hommes armés issus des métiers enrôlés dans les Rotten (unités de 14 à 20 hommes) à raison, par exemple, de 50 combattants fournis par les tisserands et de 40 par les tailleurs en 1360. À ces chiffres, qu’il convient de rapporter à une population d’ensemble évaluée entre 8 000 et 9 000 habitants au XVe siècle, peuvent s’ajouter quelque 150 hommes de pied vers 1420 et 300 piétons vers 1500 recrutés dans les villages du territoire urbain. Pour l’aide demandée par Frédéric III contre les Hussites, Francfort devait fournir en moyenne 25 glaives par an, proportion qui passe dans les années 1470-1480 à 60 cavaliers et 60 piétons. En 1474 Frédéric III demanda exceptionnellement à Francfort 100 cavaliers et 300 hommes de pied armés pour participer à l’expédition contre le duc de Bourgogne lors du siège de Neuss. Mais, d’après un compte récapitulatif établi à Pâques de l’année suivante, la ville n’avait fourni au total que 231 valets et 77 cavaliers avec leurs chevaux. Lors de grandes menaces, c’est le cas pendant la bataille de Kronberg en mai 1389 qui s’est achevée par une défaite de la ville84, Francfort pouvait aligner exceptionnellement 2 000 combattants, tous types d’hommes confondus. La déroute se solde par 613 prisonniers que la ville a dû racheter pour un montant total de 73 000 florins… Nuremberg, avec un chiffre de 40 000 habitants à la fin du XVe siècle, possédait sans doute la plus grosse armée communale du Sud de l’Empire composée de 100 à 200 chevaliers montés dont l’entretien absorbait la moitié des dépenses militaires de la ville (le chiffre des cavaliers pouvait atteindre exceptionnellement 500, ainsi lors de la guerre menée contre le margrave de Brandebourg en 1449-1450) et de 1 000 à 1 500 hommes à pied recrutés dans la ville, le territoire voisin et à l’extérieur. Ce chiffre a pu atteindre 3000 en 1450 (1200 recrutés en ville, 1 100 piétons venus de Suisse et de Bohême, le reste levé dans le territoire environnant)85. À ces contingents s’ajoutaient 150 balistes et 300 chariots de matériel. En cas de levée importante motivée par une faide très dangereuse, l’ensemble de la communauté pouvait être concerné. Le cas est connu à Göttingen en 1485/1486 lorsque le Conseil (la ville compte alors un maximum de 5000 habitants) parvient à aligner jusqu’à 750 hommes dont seulement 300 sont rompus au service armé (pour un tiers des mercenaires appelés de l’extérieur), le reste étant surtout dévolu à la défense des murs et à la surveillance des routes et de la ceinture fortifiée de la Landwehr. Les chiffres théoriques avancés pour Ratisbonne sont d’une levée possible de 1200 hommes (pour 12 000 habitants au XVe siècle) répartis dans les huit Wachten de la ville établis vers 1300 et soumis à l’autorité du capitaine de ville attesté en 1417. En 1426, Lunebourg, qui présente un chiffre de population évalué entre 10000 et 15000 habitants, parvient à envoyer un contingent de 300 hommes armés pour participer à la guerre de la Hanse contre le Danemark sans dégarnir pour autant l’ensemble de son contingent urbain. Un cas précis et bien documenté permet de suivre l’évolution d’un petit contingent urbain en campagne86. Il s’agit de la troupe fournie par la ville de Rothenbourg à Maximilien pour aller combattre les Suisses en 1499 et composée au départ de 63 soldats à pied et de 15 cavaliers accompagnés de 14 valets et de 20 chevaux. Presque tous sont des bourgeois de Rothenbourg mais 60 % d’entre eux durent être entièrement équipés par le Conseil. À la tête de l’expédition est placé le futur bourgmestre Erasmus von Musloe. Il se déplace avec le secrétaire, le trompette de ville, un cuisinier. Les comptes font état sur un an d’une dépense globale de 2 200 florins rhénans, soit le tiers du « budget » annuel de la ville, à raison de 60 % de la dépense consacrés aux hommes et 40 % aux chevaux. Le document comptable fait de manière très intéressante état d’un taux de « désertion » de plus de 50 % avant même l’arrivée en Suisse. Il semble surtout s’agir des piétons qui s’évanouissent en cours de route, alors même que les soldes sont régulièrement payées par le conseiller placé à la tête de l’expédition. Réduite de moitié à l’arrivée, la participation urbaine était donc autant représentative qu’effective : il y allait certes de l’obligation mais aussi de la réputation de la ville à accompagner l’empereur87.

  • 88 K. Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jahrhundert bis 1549, (...)

29La constitution de ligues urbaines, particulièrement au XIVe siècle, a assurément poussé les villes à rationaliser leurs contingents88. Par exemple, en 1381, l’alliance conclue entre Francfort, Haguenau, Mayence, Worms, Spire, Strasbourg et Wissembourg comporte l’engagement de chaque ville à fournir sa part du contingent commun : 100 glaives pour Mayence, 100 pour Strasbourg, 65 chacun pour Worms, Spire et Francfort. Mais une étude d’ensemble sur les liguesurbaines et la guerre à la fin du Moyen Âge fait encore défaut.

  • 89 G. Fouquet, “Die Finanzierung von Krieg und Verteidigung in oberdeutschen Städten des späten Mitte (...)
  • 90 B. Harms (Hg.), Der Stadthaushalt Basels im ausgehenden Mittelalter, Tübingen, Laupp (Quellen und (...)
  • 91 G. Fouquet, “Zahlen und Menschen. Der städtische Haushalt der Königs- und Reichsstadt Frankfurt wä (...)
  • 92 D. Kreil, Der Stadthaushalt von Schwäbisch-Hall im 15./16. Jahrhundert. Eine finanzgeschichtliche (...)
  • 93 P. Sander, Die Reichsstädtische Haushaltung Nürnbergs dargestellt auf Grund ihres Zustandes von 14 (...)
  • 94 H. Hahn, Untersuchungen zur Geschichte der Reichsstadt Wetzlar im Mittelalter, Darmstadt/Marburg, (...)
  • 95 A. Ranft, Der Basishaushalt der Stadt Lüneburg in der Mitte des 15. Jahrhunderts, Göttingen, Vande (...)
  • 96 M. Matheus, Bausteine zur Mainzer Stadtgeschichte, Stuttgart, Steiner, 2002.

30Pour les coûts, il faut avant tout tenir compte du fait qu’avant le XVe siècle l’entretien manuel des fossés et des murs par les habitants sous forme de corvées n’est pas enregistré de manière chiffrée, que les comptabilités médiévales urbaines sont fluctuantes, que les catégories changent, qu’elles ne se présentent pas en partie double, qu’elles ne revêtent par conséquent en rien le caractère d’un « budget » moderne89. Mais, grossièrement, de 1400 à 1500, pour les séries de comptes conservées de villes indépendantes comme Bâle90, Constance, Nuremberg, Francfort91 ou Schwäbisch-Hall92, on peut dire que le poste du remboursement des intérêts des dettes résultant le plus souvent de sièges, rançons, prêts forcés, rachat de prisonniers, dépenses de soldats, pratiques du restaur sur lesquelles on sait peu de choses… atteignait entre 15 % et 30 % (à Nuremberg, entre 1431 et 1440, 60 % des dépenses de guerre sont couverts par l’extraordinaire, c’est-à-dire par la dette sous forme de vente de rentes viagères assises sur les caisses de la ville, rapportant autour de 5 % d’intérêt par an)93. Cet endettement pouvait conduire à la banqueroute comme la ville de Wetzlar à la fin des années 1370 l’a prouvé en laissant un passif de 80 000 florins rhénans constitué pour l’essentiel de dettes contractées lors des campagnes menées contre les comtes de Solms94. Le cas n’est guère différent pour Lunebourg qui a financé par l’emprunt la poursuite de sa fortification entre 1400 et 1434 et participé à la guerre de la Hanse contre le roi Éric de Danemark de 1426 à 1435 puis s’est retrouvée au bord de la ruine en 1445 avec un passif de 500 000 marcs d’argent95. Mayence a connu une évolution similaire qui explique en grande partie sa reconquête par l’archevêque en 1462-1464 et la perte consécutive de la plupart de ses privilèges de ville libre96.

  • 97 Voir ici G. Fouquet, Bauen für die Stadt. Finanzen, Organisation und Arbeit in kommunalen Baubetri (...)
  • 98 P. Monnet, « Diplomatie et relations avec l’extérieur dans quelques villes del’Empire à la fin du (...)
  • 99 Voir note 71.
  • 100 B. Fuhrmann, Der Haushalt der Stadt Marburg und in der Frühen Neuzeit (1451/52-1622), Sankt Kathar (...)

31En l’absence d’impôt direct de guerre dans les villes allemandes de la fin du Moyen Âge (à l’exception des contributions versées par les communautés juives), le mécanisme de financement des dépenses urbaines liées à la guerre semble de manière générale avoir privilégié l’emprunt sous forme de rente dont les intérêts ont ensuite été couverts par l’impôt indirect, essentiellement des accises (Ungeld) levées sur la consommation des produits alimentaires. Mais seuls une étude comparée et un inventaire conduit sur un ensemble représentatif de villes pourraient confirmer ou corriger de telles généralités. La même prudence vaut pour l’appréciation globale des « postes » de dépense liés à la défense et à l’armée en ville. Un aperçu d’ensemble autorise les spécialistes à fixer au dixième du total des dépenses, en année ordinaire (mais cela fait-il sens ?), l’entretien des murailles (hors construction !)97 et les opérations de guet. Les dépenses entraînées par le « service extérieur » et les messageries pourraient quant à elles avoisiner le vingtième98. Les soldes des troupes et l’équipement atteindraient pour leur part 10 % à 15 % (soldes, matériel, armes, chevaux, transports, approvisionnement). Si l’on procède au regroupement d’un vaste ensemble rassemblant la construction de bâtiments et d’appareils de défense, le service des dettes de guerre, l’achat de villages et la construction d’une ligne territoriale défensive, l’entretien et la location de soldats, la sécurité des routes et l’envoi de courriers et d’ambassades, on peut aboutir dans le cas précis de Nuremberg à une proportion de 70 % des dépenses consacrées à ces engagements entre 1431 et 1440, alors même que la ville connaît certes un contexte instable lié aux campagnes anti-hussites et aux nombreuses faides qu’elle doit mener contre des seigneurs voisins mais pas encore la guerre longue et dure qu’elle devra conduire contre le margrave une décennie plus tard. C’est dire si les variations dans le temps sont importantes. Les registres de dépenses de la ville de Bâle, conservés pour 78 années entre 1400 et 1500, montrent que les dépenses ordinaires de guerre (soldes, matériel, armes, chevaux, transports, approvisionnement) se montent à 2 000 florins en moyenne sur la période99. Mais pour 13 années on atteint un total oscillant entre 2 000 à 5 000 florins et il arrive que quelques années particulièrement tendues portent les dépenses de cette nature au-delà du seuil des 10 000 à 12 000 florins pour une année : en 1409 lors d’une guerre de la ville contre le margrave de Bade, en 1421 et 1425 pour répondre à l’appel royal lancé dans le cadre de la croisade anti-hussite, entre 1444 et 1446 face aux menaces armagnacques, en 1448 lors d’une faide et en 1474 et 1476 dans le contexte de guerres bourguignonnes qui ont fait exploser, comme dans le reste de l’Allemagne, les budgets urbains (41 000 florins sur trois ans). L’image cependant serait un peu différente pour des villes territoriales moins autonomes et davantage soumises au seigneur local : Marbourg100, Vienne, Munich dépensent bien moins pour les expéditions militaires, se contentant de fournir les contingents réclamés par le prince, à hauteur de 15 % à 20 % des dépenses selon les estimations, sans la charge représentée ailleurs par le rachat de prisonniers, les ambassades et correspondances, la constitution d’un territoire et l’entretien d’une Landwehr.

  • 101 On saluera ici les travaux remarquables de G. Fouquet qui appelle de ses vœux la poursuite d’une t (...)

32Faute de place mais aussi de synthèse comparative et d’étude typologique des budgets urbains en temps de guerre101, il n’est guère possible d’aller plus loin sur le sujet. Il est cependant évident qu’une étude des moyens ne saurait se limiter aux seuls aspects administratifs, matériels, financiers et humains d’une telle politique mais devrait prendre en compte l’aspect communautaire, identitaire et symbolique de la manière dont la ville a géré sa défense et fait face aux épisodes guerriers.

Défense et identité

  • 102 H. Koller, “Die mittelalterliche Stadtmauer als Grundlage städtischen Selbstbewußtseins”, dans B. (...)

33C’est enfoncer une porte ouverte que de rappeler combien la muraille a contribué à forger et à souder la conscience urbaine102. On se bornera à rappeler que l’extension de l’enceinte dans sa phase maximale du XVe siècle a non seulement correspondu à une phase intense de mise par écrit des chroniques urbaines mais a également coïncidé avec une période de construction de grandes portes monumentales : l’Osthoventor de Soest, mais aussi le Burgtor de Lübeck en 1444 et surtout l’Holstentor de 1464 portant à destination du visiteur l’inscription “Concordia domi foris pax”, en sont des illustrations célèbres parmi bien d’autres exemples. Les tours « patronales » de ville relèvent également de ce modèle, on les retrouve dans la seconde moitié du XVe siècle dans les villes de Saxe et de Prusse, tout comme à Munich, Augsbourg, Francfort ou Dortmund. Écussons, bannières, inscriptions, dénominations, tout concourt à faire du mur le porteur d’une conscience et d’une spécificité qu’attestent de nombreuses variantes : au milieu du XVe siècle, les soldats présents sur les murailles d’Erfurt pour la défense et le guet portaient un bouclier orné des armes de la ville sur la face avant et d’un saint Christophe au revers.

  • 103 R. Reiche (Hg.), Die Chronik Hartung Cammermeisters, Halle, Hendel (Geschichtsquellen der Provinz (...)

34Cette dernière précision nous est rapportée par l’un des chroniqueurs de la ville, Hartung Kammermeister, dont le récit couvre la période 1375-1467103. La précision montre bien tout le parti que l’historien peut tirer des sources narratives pour le sujet, et ce à un double niveau car ces textes comportent des informations factuelles importantes pour les médiévistes mais constituaient aussi une mine d’informations pratiques pour les médiévaux, tandis qu’ils permettent également de prendre la mesure des représentations et de l’entreprise de mémoire à l’œuvre à travers ces consignations.

  • 104 C. Hegel (Hg.), Ulman Stromers ‘Püchel von meim geslechet und von abentewr’, dans Die Chroniken de (...)

35On le comprendra mieux à partir d’un exemple concret, celui du célèbre Ulman Stromer de Nuremberg (1329-1407), entré dans la postérité pour avoir laissé l’un des premiers témoignages autobiographiques rédigés en allemand dans un milieu urbain et pour avoir introduit dans sa ville natale des moulins à fabriquer le papier. Membre du Conseil de 1371 à 1407, il rédige son Püchel, son livret de sa famille et de ses affaires104, à partir de 1360. Cependant, il ne concentre pas uniquement le regard sur son lignage et les destinées de ses entreprises, mais également sur la vie de sa cité confrontée pendant la période d’écriture au conflit de 1388-1389. On observera qu’il réserve d’ailleurs l’emploi du mot “krieg”, « guerre », aux menées agressives des princes (le burgrave en premier lieu) contre Nuremberg. La source comporte à cet endroit de très précieuses information sur la manière dont la ville se prépare à la guerre : levée de la milice urbaine dont seuls (la mention est digne d’intérêt) le bourgmestre et les conseillers connaissent le nombre exact ; recours extérieur à des combattants soldés ; armement de 300 voitures de transport de matériel ; contingent de 8 000 hommes au total ( !)… Lui-même a fourni cinq lances à l’armée urbaine (les Stromer sont alors l’une des grandes familles consulaires et marchandes de la ville) et a formé avec Jobst Tetzel et Bertolt Pfinzing le trio qui, au sein du Conseil, a organisé l’effort de guerre et négocié avec le burgrave et les ducs de Bavière. Ulman Stromer n’omet donc pas de signaler ses mérites, ceux de sa famille au service de la cité, tout en composant un récit favorable aux intérêts de la ville, récit qui se veut informé, orienté, destiné à laisser trace dans la mémoire et s’ouvre pour cela sur l’extérieur. En effet, le chroniqueur rapporte que Nuremberg n’est pas seule à être confrontée aux menées des princes : Ratisbonne au même moment tient tête au siège des troupes bavaroises, Francfort s’arme mais perd à Kronberg en mai 1389, les villes souabes se liguent mais sont défaites face à Eberhard de Wurtemberg et Robert de Palatinat en août et novembre 1388. Dans ce contexte, Stromer rapporte que Nuremberg a fait ce qu’elle a pu pour se montrer solidaire des autres villes et tenir ses engagements au sein de la ligue urbaine, mais qu’elle devait en dernier lieu sauvegarder ses positions et son honneur quand il s’est avéré que les princes allaient l’emporter : elle fut la première à signer la paix d’Eger qui met fin au conflit en avril 1389. Cet entrecroisement de la destinée personnelle, de la vie familiale et du gouvernement de la cité se retrouve à des degrés divers dans les récits nurembergeois des Tucher (Endres), Schürstab (Erhard) et Muffel (Nikolaus) au XVe siècle qui font tous une large place aux épisodes guerriers, fondateurs d’une identité urbaine et de la reconnaissance des mérites personnels des rédacteurs.

  • 105 P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort. Pouvoir, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance, Gen (...)
  • 106 Stadtarchiv Frankfurt am Main, III B S5/48.
  • 107 R. Froning (Hg.), Frankfurter Chroniken und annalistische Aufzeichnungen des Mittelalters, Frankfu (...)
  • 108 Stadtarchiv Frankfurt am Main, III B S5/39.
  • 109 R. Folz, Études sur le culte liturgique de Charlemagne dans les églises de l’Empire, Paris, Les Be (...)

36On retrouve le modèle et la matière de tels récits dans d’autres villes, par exemple à Francfort où les deux chroniqueurs Bernhard (1446-1482) et Job (1469-1502) Rohrbach, père et fils, tissent ensemble la mémoire familiale et l’identité urbaine à l’occasion des faides et des guerres menées par le Conseil et la ville105. Leurs œuvres intègrent une longue mémoire urbaine qui vient en quelque sorte soutenir leur conscience lignagère et, au sein de leur lignage, leur conscience plus personnelle par un véritable phénomène d’emboîtement de mémoire entre le cercle de leur autobiographie, le cercle familial plus large et le périmètre citadin. Bernhard Rohrbach est l’auteur d’un livre de famille ou De stirpe rorbachiana de 24 folios rédigé entre 1478 et 1482106 ainsi que d’un Liber Gestorum perdu qui mêle destinées personnelles et histoire de la ville de 1338 à 1482 à partir de notices vraisemblablement rassemblées depuis environ 1460107. C’est là que l’on retrouve la thèse de la défaite de Kronberg due à la trahison du capitaine de ville, “per tradimentum capitanei”, tandis que s’exprime avec force un patriotisme local manifesté par le retour systématique dans la chronique des expressions « nos ennemis, ennemis du Conseil, ennemis de la ville » (“Unsere Feinde, Feinde des Rates, Feinde der Stadt”) pour désigner les auteurs des faides et des guerres déclarées contre Francfort. Toutefois, c’est moins la guerre que l’habileté du Conseil tenu par des élites compétentes (dont les Rohrbach font partie) qui fait la réputation de la cité par une opération parallèle de criminalisation de la faide dont les meneurs sont traités de “latrones”. Son fils Job Rohrbach a poursuivi l’œuvre paternelle, mais animé d’une conscience autobiographique plus poussée, sous la forme d’un journal de 172 feuillets rédigés entre 1493 et 1502108. Comme chez Ulman Stromer on retrouve sous sa plume la légende des origines nobles et anciennes de la famille et de la ville tout ensemble. Chez Job, cette dernière est liée au souvenir carolingien, Francfort devant sa fondation au passage du gué des Francs (Franken-Furt) par Charlemagne lors du retour d’une expédition guerrière contre les Saxons109. À Nuremberg comme à Francfort, la guerre est présentée comme une nécessité, elle n’est ni idéalisée ni intégrée dans une urbanisation de la culture chevaleresque. Elle fait l’objet de la sage gestion, du bon gouvernement des élites dirigeantes et permet à l’identité de la ville de s’étoffer. À la différence de ce que l’on peut observer en Italie, la maîtrise des armes et la conduite de la guerre ne fondent pas directement l’identité des Meilleurs mais, replacées dans les chroniques, deviennent le support d’un discours réaliste qui n’est ni celui des clercs, ni celui des chevaliers, mais un discours urbain dont une culture spécifique peut émerger.

  • 110 Vhonnemann, “Humanistische und spätmittelalterliche Zeitgeschichtsschreibung um 1500. Die ‘Descrip (...)
  • 111 L. Hänselmann (Hg.), Henning BrandisDiarium: Hildesheimer Geschichten aus den Jahren 1471 – 1528(...)

37Quoi qu’il en soit, cette littérature contribue à faire de la guerre, dans la perspective urbaine, une mise à l’épreuve du bien commun et du bon gouvernement, de la communauté dans son ensemble, mieux même elle constitue une menace pour les arts et les lettres en ville, donc pour sa mémoire. C’est ce qu’indique par exemple le texte rédigé vers 1500 sous le titre Descriptio belli inter Henricos juniorem et seniorem duces Brunsvicenses et Lunburgenses civitatemque Brunsvicensem circa annum MCCCCXCII gesti par un chroniqueur de Brunswick, Tilman von Zierenberg, à propos de la faide subie par la cité en 1492-1494 face aux ducs de Brunswick-Lunebourg110. Le récit n’est pas sans rappeler la chronique rédigée par le bourgmestre de Hildesheim Henning Brandis pour les années 1471-1528 qui place aussi la guerre au niveau d’une menace majeure pour la cohésion et la culture de la cité111. Le texte brunswickois, mobilisant pour l’occasion les modèles rhétoriques de Salluste et de Lucain, fait cependant un récit du siège de la ville opposant d’un côté l’égoïsme des riches (qualifiés de “patriae direptores”) qui thésaurisent les vivres et ne se montrent pas solidaires à la différence de ce qui s’est passé lors des sièges de Soest, Neuss, Münster, et d’autre part l’héroïsme du reste de la population mené par un bon capitaine dont les compétences justement prennent les ducs au dépourvu, tout habitués qu’ils sont à voir les populations urbaines ignorantes du fait militaire plier sous la culture guerrière des nobles. L’auteur ménage par ailleurs une place conséquente aux avantages de la solidarité interurbaine à la faveur de la ligue conclue en particulier avec Hildesheim.

  • 112 Kl. Graf, “Schlachtengedenken in der Stadt”, dans B. Kirchgässner, G. Scholz (Hg.), Stadt und Krie (...)
  • 113 D. W. Poeck, Rituale der Ratswahl: Zeichen und Zeremoniell der Ratssetzung in Europa (12.-18. Jahr (...)

38Ce lien entre mémoire, identité et guerre se retrouve encore dans un autre type de phénomènes, celui des commémorations de batailles et de victoires en ville. On se reposera essentiellement sur les travaux approfondis menés à ce sujet par Klaus Graf112. Son attention avait été il y a longtemps attirée par une notice du Liber statutorum de la petite ville westphalienne de Dorsten en date de 1432 faisant état de l’institution par le Conseil d’une fête (avec sonnerie de cloches, procession, quête pour financer l’achat de cierges et messe) en décembre afin de rappeler le souvenir de huit bourgeois tués lors d’une brève bataille en 1382 qui avait vu la ville chasser des nobles. Une pièce annexe attachée à cette notice du Statutenbuch comportait la liste des huit bourgeois complétée tout au long du XVe siècle par d’autres noms de citoyens tués lors de faides ou de combats. Le messager du Conseil devait se rendre sur les tombeaux des huit bourgeois morts pour leur rendre hommage. Les villes n’ont donc pas été à l’écart de la ritualisation des commémorationsde batailles au Moyen Âge, opération parfois menée en coopération avec les princes : ainsi de la célébration de la bataille de Puchheim de 1422 commémorée ensemble par le Conseil de Munich et les ducs de Bavière, ainsi à Brunswick où la bataille de Winsen de 1388 est commémorée conjointement par la ville et les princes de Saxe. L’intervention du saint patron de la ville pour sauver la cité d’un siège ou d’une défaite est également commémorée le jour du saint à Dortmund (Reinhold), à Brunswick (Auctor), à Spire (Séverin), à Buchhorn (Felix), à Neuss (Quirinus) aux XIVe et XVe siècles, dans un rituel civique qui se situe à la frontière entre représentation de l’identité et démonstration d’une conscience de soi. Les autorités du Conseil ont senti précocement tout le parti à tirer de telles célébrations : en 1487 le conseil de Berne charge le secrétaire de ville de recopier la partie de la chronique de Diebold Schilling rédigée sur la bataille de Murten afin que ce beau fait d’armes urbain soit lu le jour commémoratif de la bataille à l’église de la paroisseprincipale. À Lunebourg, le Conseil fait ériger des statues et des boucliers armoriés en l’honneur des bourgmestre et conseillers tombés le 21 octobre 1371 pour empêcher le duc de Brunswick de s’emparer de la ville la nuit de la sainte Ursule, ces témoignages étant placés justement dans l’église principale de la ville, à côté de la chapelle dédiée à sainte Ursule, en compagnie des fanions pris sur les armées ducales. Quant à Lübeck, la victoire de Bornehöved de 1227 est commémorée par la procession organisée en l’honneur de Marie-Madeleine afin de la remercier pour son intervention. Ces fêtes et rituels sont orchestrés et encadrés par le Conseil qui, en 1444, fait réaliser en souvenir des fresques de cette histoire exposées dans les salles de l’Hôtel de ville113. D’autres exemples, de même nature, peuvent être convoqués pour Metz, Strasbourg, Münster, Nördlingen ou Neuss, souvent après un siège auquel la ville a résisté victorieusement.

  • 114 Pour les villes allemandes, un beau sujet d’enquête reste à mener de manière synthétique sur l’ent (...)
  • 115 J. Reichel, Der Spruchdichter Hans Rosenplüt. Literatur und Leben im spätmittelalterlichen Nürnber (...)

39Processions, commémorations et chroniques tendent donc à conférer une valeur d’exemplum aux opérations de sauvetage de la communauté en danger en dégageant des motifs topiques que l’on retrouve d’une chronique ou d’une commémoration à l’autre : le bourgmestre courageux, le corps de métier héroïque, le conseiller qui se sacrifie, le capitaine téméraire ou traître selon les versions. Rituel et histoire se renforcent mutuellement pour augmenter le capital symbolique collectif de la ville. Ces phénomènes traduisent d’autre part la mobilisation de nombreux supports médiatiques au service de cette politique : rituels, images, inscriptions, statuaire, textes narratifs, poésie, légendes, fêtes et concours114… Ces hauts fais sont dûment consignés dans les chroniques des villes, comme on l’a vu. Il existe même des cas de chroniques inventées, brodant sur le thème du siège urbain repoussé et intégrant fictivement des victoires mythiques dans leur récit : à Ulm dans le premier quart du XVe siècle pour le siège, réel celui-là, de la ville par Charles IV en 1376 et à Limburg où, dans le seconde moitié du XIVe siècle, un narrateur persifle contre la noblesse au sujet d’unprétendu siège raté de 1248… À Nuremberg la tradition des poèmes satiriques, tels ceux de Hans Rosenplüt (1400-1460/70) auteur avec Hans Folz et Hans Sachs des Fastnachtspiele en ville)115, introduit dans le texte des éléments de dérision à l’encontre des troupes du margrave de Brandebourg qui avait déclaré la guerre à la ville en 1450 et avait été défait lors d’une bataille, parmi d’autres, à Hembach.

  • 116 E. Lecuppre-Desjardins, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anc (...)

40Cet aspect de commémoration identitaire urbaine semble particulièrement accentué en Italie et en Allemagne tandis que les célébrations de victoires, au même moment, ressortent davantage d’un modèle royal en France et d’un modèle princier pour les villes flamandes des États de Bourgogne116. Il convient d’interpréter ces phénomènes comme l’expression d’une memoria collective au sens où l’entend l’école allemande, d’un agir social (adapté à la situation urbaine) qui relie les vivants et les morts et accroît la solidarité de la communauté, dans une dimension festive, votive et intégrative, dans un sens qui dépasse le simple religieux en investissant la communauté urbaine d’un contenu à la fois civique et sacré. La question qui se pose dès lors est de savoir si, comme le pense Klaus Graf, cette multiplication de rituels civiques et de supports mémoriels en faveur des victoires urbaines est le signe d’une peur latente et de la conscience d’une menace exercée par les princes sur les libertés urbaines… Quoi qu’il en soit, la communauté du souvenir que forme la ville inclut la guerre et ne s’interdit pas de flirter avec l’héroïsation de tel personnage ou de telévénement. À défaut d’être des indices d’une sourde inquiétude, cette héroïsation et cette mémorialisation sont les vecteurs autant que les supports d’une conscience urbaine, d’une identité fondée sur la revendication d’un certain ordre citadin tenant l’équilibre entre la guerre et la paix.

Conclusion

  • 117 On peut sans doute aller plus loin sur les images urbaines de la guerre.

41Qu’il s’agisse des moyens monumentaux, matériels, financiers, humains et administratifs mis en œuvre par les villes pour assurer leur défense et répondre aux menaces ou bien des supports symboliques, narratifs, mémoriels et iconographiques117 mobilisés pour en assurer la légitimité ou le souvenir, la guerre est l’occasion pour de nombreuses cités dans l’Empire d’une réponse dynamique et inventive. Celle-ci est essentiellement de nature politique et engage donc un certain degré de maturité et de développement des institutions urbaines. Une telle situation n’est cependant pas donnée à toutes et la guerre endémique des XIVe et XVe siècles est bien aussi l’occasion d’un tri, d’une redistribution des hiérarchies et des dominations entre les villes.

42Dans ce processus complexe, bien des éléments demeurent encore dans l’ombre comme on a pu le mentionner pour les armées urbaines (d’une ville en particulier ou bien des ligues), pour les capitaines et les Rottenmeister, pour les concours de tir… Mais à côté de l’aspect organisationnel, la dimension juridique et « constitutionnelle » doit également retenir l’attention. Si la ville médiévale, par exemple, se signale bien par son statut et son organisation juridiques, alors il conviendrait d’aller plus loin pour comprendre dans le détail le transfert juridique du droit régalien de défense aux gouvernements des villes en passant par les seigneurs. De la même façon, la nature des contrats passés par les gouvernements urbains avec des troupes de mercenaires et avec des capitaines pourrait être plus systématiquement analysée. Le régime de la rançon et du rachat de prisonnier ne devrait pas être exclu d’une telle enquête. Plus largement, c’est le passage en ville du droit à se défendre comme constitutif de la commune au devoir de défense imposé et négocié par l’autorité urbaine qui doit pouvoir être interrogé à nouveaux frais. Le service armé, peu à peu, cesse d’être le privilège d’accès à la communauté des droits pour devenir une obligation sans contrepartie, qui se traduit en bien des cas par le remplacement, du moins pour les plus fortunés. Cette évolution pourrait bien être l’indice d’une transformation importante, celle du Conseil en autorité (processus conjoint à l’oligarchisation des élites dirigeantes), dont l’un des signes visibles devient l’exemption des conseillers du service au titre des services civils rendus (avec une séparation de l’expertise) tandis que le Conseil partage de moins en moins avec d’autres instances le privilège de fixer l’équipement armé et d’engager les soldats, c’est-à-dire de devenir un organe de modernisation de l’appareil militaire urbain, tâche confiée à des commissions spéciales et restreintes qui rationalisent ce processus en le détachant du contexte passionnel de la défense autrefois liée à l’idéologie communale. C’est dans ce contexte que se pose la question de l’armement ou du désarmement des habitants en ville. Ce processus n’est pas seulement venu d’en haut, mais sans doute aussi d’en bas. Naît alors une sorte de fatigue, de lassitude du corps urbain à l’égard de l’obligation de défense : il faudra alors toute la force et toute la haine des guerres de religion pour remobiliser, réarmer et cliver la société citadine.

Notes

1 H. Kugler, Die Vorstellung der Stadt in der Literatur des deutschen Mittelalters, München, Oldenbourg, 1986. U. Meier, Mensch und Bürger. Die Stadt im Denken spätmittelalterlicher Theologen, Philosophen und Juristen, München, 1994.

2 Pour une introduction générale à cette problématique ville/guerre : B. Kirchgässner, G. Scholz (Hg.), Stadt und Krieg, Sigmaringen, Thorbecke (Stadt in der Geschichte, 15), 1989. Pour la place et la signification de la guerre en général dans la société médiévale on renverra à : Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 1980 (1re édition) ; ID. (dir.), Guerre et concurrence entre les États européens du XIVe au XVIIIe siècle, Paris, PUF (Lesorigines de l’État moderne en Europe), 1998 ; Ph. Contamine, O. Guyotjeannin (dir.), La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge. 1 : Guerre et violence, 2 : La violence et les gens (ici, section II : « Villes en guerre », p. 49-74), Paris, éditions du CTHS, 1996. Voir encore: N. Ohler, Krieg und Frieden im Mittelalter, München, Beck, 1997. H. Brunner (Hg.), Der Krieg im Mittelalter und in der frühen Neuzeit: Gründe, Begründungen, Bilder, Bräuche, Recht, Wiesbaden, Reichert (Imagines medii aevi 3), 1999. H. Duchhardt, P. Monnet, P. Veit (dir.), Krieg und Friedenim Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit: Theorie - Praxis - Bilder= Guerre et paix du Moyen Âge aux temps modernes, Mainz, Philipp von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte, Beigheft 52), 2000. H.-H. Kortüm (Hg.), Krieg im Mittelalter, Berlin, Akademie Verlag, 2001. Guerra y diplomacia en la Europa occidental 1280-1480 (XXXI Semana de Estudios Medievales, Estella), Pamplona, Gobierno de Navarra, 2005. H. Hecker, Krieg in Mittelalter und Renaissance, Düsseldorf, Droste (Studia humaniora, 39), 2005. M. Proetzel, Krieg im Mittelalter, Darmstadt, Primus, 2006.

3 C. Haase, “Die mittelalterliche Stadt als Festung. wehrpolitisch-militärische Einflußbedingungen im Werdegang der mittelalterlichen Stadt”, dans ID. (Hg.), Die Stadt des Mittelalters, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1978, 3 vol. , ici vol. 1, p. 384-414 (reprise de la première parution dans Studium generale, 16, 1963, p. 379-390). Compléter par H. Boockmann, “Tore, Türme, Mauern und Waffen”, dans ID. (Hg.), Die Stadt im späten Mittelalter, München, Beck, 1987, p. 34-47.

4 B. Kannowski, Bürgerkämpfe und Friedebriefe, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Forschungen zur deutschen Rechtsgeschichte, 19), 2001. W. Ehbrecht, Konsens und Konflikt. Skizzen und Überlegungen zur älteren Verfassungsgeschichte deutscher Städte, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Städteforschung 56), 2001.

5 On rappellera la vigueur de la systématisation wébérienne, à la hauteur de cette complexité : M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mächte. Nachlaß. Teil 5 : Die Stadt, Tübingen, Mohr (Studienausgabe der Max Weber-Gesamtausgabe éditée par W. Nippel), 2000. Kl. Schreiner, “Die mittelalterliche Stadt in Webers Analyse und die Deutung des okzidentalen Rationalismus. Typus, Legitimität, Kulturbedeutung”, dans J. Kocka (Hg.), Max Weber der Historiker, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986, p. 119-150. C. Meier (Hg.), Die Okzidentale Stadt nach Max Weber. Zum Problem der Zugehörigkeit in Antike und Mittelalter, München, Oldenbourg, 1994. G. Dilcher, “Max Webers Stadt und die historische Stadtforschung der Mediävistik”, dans Historische Zeitschrift, 267, 1998, p. 91-125. H. Bruhns, W. Nippel (Hg.), Max Weber und die Stadt im Kulturvergleich, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000 avec note critique par P. Monnet dans Revue française de sociologie, 46-4, 2005, p. 957-964.

6 G. Isenberg, B. Scholkmann (Hg.), Die Befestigung der mittelalterlichen Stadt, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Städteforschung 45), 1997 ; M. Matheus (Hg.), Stadt und Wehrbau im Mittelrheingebiet, Stuttgart, Steiner, 2003.

7 J.-Fr. Bömer, Codex diplomaticus Moenofrancofurtanus, Urkundenbuch der Reichsstadt Frankfurt, bearb. von Lau Fr. Frankfurt am Main, Baer, 1901, n° 108, p. 96, puis repris par ordonnance en 1352 et inclus à ce titre dans le premier cartulaire urbain de la même année (Alt Geseczbuch), voir A. Wolf, Die Gesetze der Stadt Frankfurt am Main im Mittelalter, Frankfurt am Main, Kramer, 1969. Commentaires chez E. Orth, Die Fehden der Reichsstadt Frankfurt am Main im Spätmittelalter: Fehderecht und Fehdepraxis im 14. und 15. Jahrhundert, Wiesbaden, Steiner (Frankfurter Historische Abhandlungen, 6), 1973, p. 9.

8 C. Heiduk, A. Höfert, C. Ulrichs, Krieg und Verbrechen nach spätmittelalterlichen Chroniken, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1997.

9 T. Vogel, Fehderecht und Fehdepraxis im Spätmittelalter am Beispiel der Reichsstadt Nürnberg (1404-1438), Frankfurt am Main, Peter Lang, 1994. Le cas de Herford le confirme également: C. Terharn, Die Herforder Fehden im späten Mittelalter: ein Beitrag zum Fehderecht, Berlin, Erich Schmidt, 1994, de même que Francfort-sur-le-Main: E. Orth, Die Fehden der Reichsstadt Frankfurt am Main im Spätmittelalter, op. cit. Voir aussi le cas de Göttingen: A. Boockmann, Urfehde und ewige Gefangenschaft im mittelalterlichen Göttingen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Studien zur Geschichte der Stadt Göttingen, 13), 1980. Plus généralement sur le vocabulaire de la faide: K. Andermann (Hg.), “Raubritter” oder “Rechtschaffene vom Adel”?: Aspekte von Politik, Frieden und Recht im späten Mittelalter, Sigmaringen, Thorbecke (Oberrheinische Studien, 14), 1997.

10 H. Duchhardt (Hg.), Zwischenstaatliche Friedenswahrung in Mittelalter und Neuzeit, Köln/Wien, Böhlau, 1991, en particulier: D. Kurze, “Krieg und Frieden im mittelalterlichen Denken”, p. 1-43. J. Fried (Hg.), Träger und Instrumentarien des Friedens im hohen und späten Mittelalter, Sigmaringen, Thorbecke (Vorträge und Forschungen, XLIII), 1996. M. Dinges, F. Sack (Hg.), Unsichere Großstädte? Vom Mittelalter bis zur Postmoderne, Konstanz, UVK, 2000.

11 W. Eberhard, “Der Legitimationsbegriff des ‘Gemeinen Nutzens’ im Streit zwischen Herrschaft und Genossenschaft im Spätmittelalter”, dans J. Fichte, K. H. Göller, B. Schimmelpfennig (Hg.), Zusammenhänge, Einflüsse, Wirkungen. Kongressakten zum ersten Symposium des Mediävistenverbandes in Tübingen 1984, Berlin, Akademie Verlag, 1986, p. 241-254. P Hibst, Utilitas publica. Gemeiner Nutz. Gemeinwohl. Untersuchungen zur Idee eines politischen Leitbegriffes von der Antike bis zum späten Mittelalter, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1991. J. Rogge, Für den gemeinen Nutzen. Politisches Handeln und Politikverständnis von Rat und Bürgerschaft in Augsburg im Spätmittelalter, Tübingen, Narr, 1996. P. Schiera, “Bonum Commune’ zwischen Mittelalter und Neuzeit”, dans Archiv für Kulturgeschichte, 1999, p. 283-303. P. Blickle, “Der Gemeine Nutzen. Ein kommunaler Wert und seine politische Karriere”, dans H. Münkler, H. Bluhm (Hg.), Gemeinwohl und Gemeinsinn. Historische Semantiken politischer Leitbegriffe, Berlin, Akademie Verlag, 2002, p. 85-107 et T. Simon, “Gemeinwohltopik in der mittelalterlichen und frühneuzeitlichen Politiktheorie”, dans Ibid., p. 129-146.

12 G. Salvemini (éd.), Johannes von Viterbo. Liber de regimine civitatum, dans Bibliotheca juridica medii aevi III : Scripta anecdota glossatorum, Bologna, Augustus Gaudentius, 1888-1901, p. 217-280 et Torino, 1903. Commentaire chez U. Meier, Mensch und Bürger. Die Stadt im Denken spätmittelalterlicher Theologen, Philosophen und Juristen, op. cit., p. 10-17.

13 D’abord au service du duc de Clèves jusqu’en 1469 puis du landgrave de Hesse Louis jusqu’à sa mort en 1471, il a fait ses études de médecine à Pavie, est devenu docteur à Worms où, en 1495, il exerce au service des princes-électeurs rassemblés pour la diète d’Empire, passe ensuite à Oppenheim et enfin à Francfort où il exerce comme médecin du Conseil en 1500. Il est l’auteur d’une autobiographie rimée en 1504. H. Wenzel, Die Autobiographie des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit. II : Die Selbstdeutung des Stadtbürgertums, München, Wilhelm Fink, 1980, p. 81-100. H.-D. Heimann, “Stadtspiegel und Stadtlob als “Gebrauchsliteratur” im 15. Jahrhundert”, dans W. Ehbrecht, H. Schilling (Hg.), Niederlande und Nordwestdeutschland. Studien zur Regional- und Stadtgeschichte Nordwestkontinentaleuropas im Mittelalter und in der Neuzeit. Franz Petri zum 80. Geburtstag, Köln/Wien, Böhlau, 1983, p. 121-135. E. Isenmann, “Gesetzgebung und Gesetzgebungsrecht spätmittelalterlicher deutscher Städte”, dans Zeitschrift für historische Forschung, 28, 2001, p. 1-94 et 161-262, sur Johann von Soest: p. 38-40. P. Monnet, « Ville réelle et ville idéale à la fin du Moyen Âge : une géographie au prisme des témoignages autobiographiques allemands », Annales HSS, 56/3, 2001, p. 591-624, ici p. 602.

14 H.-D. Heimann, Wie men wol eyn statt regyrn sol. Didaktische Literatur und berufliche Schreiben des Johann von Soest, gen. Steinwert, Soest, Mocker & Jahn (Soester Beiträge 48), 1986.

15 Von der stette ampten. Codex Fuldensis D 31 de Fulda et Codex Mgq 13 de Berlin. Éd. par H. Wolf, Johannes Rothes Ratsgedichte, Berlin, Erich Schmidt (Texte des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit 25), 1971.

16 R. Jecht, “Die Pflichten eines mittelalterlichen Bürgermeisters”, dans Deutsche Geschichtsblätter, X/4, 1909, p. 89-102 avec édition du texte conservé au Ratsarchiv de Görlitz, Varia 23.

17 H. Boos (Hg.), Monumenta Wormatiensia. Annalen und Chroniken, Berlin, Stargardt (Quellen zur Geschichte der Stadt Worms 3), 1893.

18 Tout dernièrement : P. Boucheron, « Le Bon Gouvernement. Peinture et politique à Sienne », dans Annales HSS, 60-6, 2005, p. 1137-1202.

19 A. Nitschke, “Die Mauern werden höher. Zum bürgerlichen Selbstverständnis im Mittelalter”, dans Die Alte Stadt, 2-3, 1989, p. 327-338.

20 Première œuvre en prose en allemand de nature juridique et codification privée la plus connue du droit saxon. Œuvre de Eike von Repgow (entre 1180 et 1233, Reppichau, vassaux de l’archevêque de Magdebourg), chargé par le comte Hoyer von Falkenstein de transcrire en allemand le code sans doute d’abord compilé en latin, vraisemblablement entre 1220 et 1235 car, d’une part, la célèbre Confoederatio cum principibus ecclesiasticis de 1220 y est déjà intégrée tandis qu’en revanche la création du duché de Brunswick-Lunebourg, dont on imagine mal qu’elle ait pu rester sans mention dans le texte, n’est pas signalée au moment du passage en revue des seigneurs et seigneuries de Saxe. Pour l’essentiel il s’agit de la rédaction des doits seigneuriaux et féodaux, des privilèges et coutumes des villageois et paysans, mais aussi du droit des communautés juives, des marchands, des voyageurs. Des figures illustrent la quatrième version du texte élaborée vers 1270 car le code fut sans cesse complété depuis 1220-1235. Le manuscrit le plus illustré et prestigieux est conservé à Wolfenbüttel. On en retrouve à cette date des copies manuscrites à Hambourg, Breslau, Cologne, Augsbourg. On en trouve des traductions dès le XIVe siècle en polonais, russe, néerlandais. Son ressort d’application a atteint le Dniepr et a exercé une longue influence en pays slave.

21 Sur la législation de paix à travers la codification du droit urbain : K. S. Bader, G. Dilcher, Deutsche Rechtsgeschichte. Land und Stadt. Bürger und Bauer im alten Europa, Berlin, Springer, 1999. P. Monnet, O. G. Oexle (dir.), La ville et le droit au Moyen Âge. Stadt und Recht im Mittelalter, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des MPIG, 174), 2003. Références des livres de droit urbains édités dans: W. Dotzauer, Quellenkunde zur deutschen Geschichte im Spätmittelalter (1350-1500), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1996(Überlingen, n° 460-2, éd. par F. Geier, 1 908; Dortmund, n° 1046, éd. par E. Roese, 1885, Worms n° 1101, éd. par H. Boos, 1898). Voir aussi B.-U. Hergemöller (Hg.), Quellen zur Verfassungsgeschichte der deutschen Stadt im Mittelalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters, Freiherr vom Stein-Gedächtnisausgabe, XXXIV), 2000.

22 M. Puhle (Hg.), Hanse, Städte, Bünde. Die sächsischen Städte zwischen Elbe und Weser um 1500, Magdeburg, Magdeburger Museen, 1996, 2 vol. (catalogue de l’exposition de Magdebourg et Brunswick), N. Jörn, R.-G. Wehrlich, H. Wernicke (Hg.), Der Stralsunder Frieden von 1370, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Quellen und Darstellungen zur hansischen Geschichte, XLVI), 1998, Th. Behrmann, Herrscher und Hansestädte. Studien zum diplomatischen Verkehr im Spätmittelalter, Hamburg, Kovax, 2004.

23 Cl. Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus. Die Burgunderkriege am Oberrhein und in der Eidgenossenschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1995.

24 Pour le contexte d’ensemble de l’Empire à la fin du Moyen Âge : Fr. Rapp, Les origines médiévales de l’Allemagne moderne, Paris, Aubier, 1989. M. Parisse, Allemagne et Empire au Moyen Âge, Paris, Hachette, 2002. En allemand : H. Thomas, Deutsche Geschichte des Spätmittelalters 1250-1500, Stuttgart, Kohlhammer, 1983. P. Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter (1250 bis 1490), Berlin, Propyläen Geschichte Deutschlands 3, 1985 (Studienausgabe Frankfurt am Main, Ullstein, 1989). H. Boockmann, Stauferzeit und spätes Mittelalter. Deutschland 1125-1517, Berlin, Siedler (Das Reich und die Deutschen 4), 1987. E. Schubert, Einführung in die Grundprobleme der deutschen Geschichte im Spätmittelalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1992. Pour les villes: E. Isenmann, “Reichsstadt und Reich an der Wende vom späten Mittelalter zur frühen Neuzeit”, dans J. Engel (Hg.), Mittel und Wege früher Verfassungspolitik, Stuttgart, Klett, 1979, p. 9-224. P. Moraw, “Reichsstadt, Reich und Königtum im späten Mittelalter”, dans Zeitschrift für historische Forschung, 6, 1979, p. 385-424. P.J. Heinig, Reichsstädte, freie Städte und Königtum 1389-1450, Wiesbaden, Steiner (Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte, 108), 1983. E. Engel, Die deutsche Stadt im Mittelalter, München, Beck, 1993. P. Monnet, Villes d’Allemagne au Moyen Âge, Paris, Picard (Les Médiévistes français, 4), 2004. F. Schmieder, Die mittelalterliche Stadt, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2005.

25 E. Orth, Die Fehden der Reichsstadt Frankfurt am Main im Spätmittelalter, op. cit.

26 Th. Biller, Stadt, Burg, Festung. Die Stadtbefestigung von der Antike bis ins 19. Jahrhundert, Innsbruck, Innsbrucker Stadtarchiv, 1994. K. Blaschke, Stadtgrundriß und Stadtentwicklung. Forschungen zur Entstehung mitteleuropäischer Städte, Köln, Böhlau (Städteforschung, 44), 1997.

27 Dans l’immense littérature consacrée à ce sujet, le plus commode pour le lecteur français reste de se reporter au classique Ch. Higounet, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1989. Recourir sinon à la série parue chez Siedler à Berlin, Deutsche Geschichte im Osten Europas, 10 vol. , 2002.

28 Frankfurt am Main. Die Geschichte der Stadt in neun Beiträgen, Sigmaringen, Thorbecke (Veröffentlichungen der Frankfurter Historischen Kommission, XVII), 1991, en particulier: E. Orth, “Frankfurt am Main im Früh- und Hochmittelalter”, p. 9-52 et K. Bund, “Frankfurt im Spätmittelalter 1311-1519”, p. 53-150. Voir aussi M. Romeiss, “Die Wehrverfassung der Reichsstadt Frankfurt am Main im Mittelalter”, dans Archiv für Frankfurts Geschichte und Kunst, V-2, 1953, p. 5-63.

29 G. Pfeiffer (Hg.), Nürnberg - Geschichte einer europäischen Stadt, München, Beck, 1971, en particulier les pages 73-127. A. Schubert, Der Stadt Nutz oder Notdurft? Die Reichsstadt Nürnberg und der Städtekrieg von 1388/1389, Husum, Matthiesen (Historische Studien 476), 2003.

30 R. Chr. Schwinges (Hg.), Berns mutige Zeit. Das 13. und 14. Jahrhundert neu entdeckt et Berns grosse Zeit. Das 15. Jahrhundert neu entdeckt, Bern, Schulverlag und Stämpfli, 2003.

31 V. Schmidtchen, Bombarden, Befestigungen, Büchsenmeister: von den ersten Mauerbrechern des Spätmittelalters zur Belagerungsartillerie der Renaissance; eine Studie zur Entwicklung der Militärtechnik, Düsseldorf, Droste, 1977. ID., “Mittelalterliche Kriegstechnik zwischen Tradition und Innovation”, dans U. Lindgren (Hg.), Europäische Technik im Mittelalter 800 bis 1400. Tradition und Innovation, Berlin, Mann, 1996, p. 305-316. EAD., K.-H. Ludwig (Hg.), Metalle und Macht 1000 bis 1600. Propyläen Technikgeschichte 3, Berlin, Propyläen, 1990-1992 (Studienausgabe, Frankfurt am Main, Ullstein, 1997).

32 M. Puhle, Hanse, Städte, Bünde, op. cit., voir surtout l’article de B. Wübbekepflüger, “Sicherheitsorganisation und Wehrwesen niedersächsischer Städte”, p. 173-181 et C. Meckseper (Hg.), Stadt im Wandel. Kunst und Kultur des Bürgertums in Norddeutschland 1150-1650, Stuttgart, Cantz, 1985, 4 vol. (catalogue de l’exposition de Brunswick), ici vol. 2, p. 1089-1121 : “Verteidigung der Stadt”.

33 Kl. Voigt, Italienische Berichte aus dem spätmittelalterlichen Deutschland von Francesco Petrarca zu Andrea de’ Franceschi (1333-1492), Stuttgart, Klett (Kieler Historische Studien, 17), 1973, long développement sur Piccolomini et son œuvre pages 77 à 154.

34 Reproduction en fac-similé chez l’éditeur Taschen à Cologne, 2001. Voir B. Hernad, Die Graphiksammlung des Humanisten Hartmann Schedel, München, Prestel, 1990.

35 Voir la note 31.

36 W. Paravicini (dir.), Höfe und Residenzen im spätmittelalterlichen Reich. Ein dynastisch-topographisches Handbuch. Teil I, bearbeitet von J. Hirschbiegel und J. Wettlaufer. Bd. 1: Dynastien und Höfe; Bd. 2: Residenzen, Stuttgart, Thorbecke, 2003.

37 G. Fouquet, Bauen für die Stadt. Finanzen, Organisation und Arbeit in kommunalen Baubetrieben des Spätmittelalters, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Städteforschung, 48), 1999.

38 R. Doebner (Hg.), Urkundenbuch der Stadt Hildesheim. III. : 1401-1427 ; IV. : 1428-1450, Aalen, Scientia (réimpression de l’édition de Hildesheim, Gerstenberg, 1887-1890), 1980. J. Buttler, “Die Bedeutung der Stadtbefestigung für die Hildesheimer Bürgerschaft”, dans Hildesheimer Jahrbuch für Stadt und Stift Hildesheim, 65, 1994, 35-62.

39 F. Oppl, Nachrichten aus dem mittelalterlichen Wien, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1995 et ID., Leben im mittelalterlichen Wien, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1998. ID., P. Csendes (Hg.), Wien. Geschichte einer Stadt, Wien, Böhlau, 2001-2005.

40 Sur ce point voir V. Groebner, Der Schein der Person: Steckbrief, Ausweis, Kontrolle im Mittelalter, München, Beck, 2004.

41 M. Angerer, H. Wanderwitz (Hg.), Regensburg im Mittelalter. Beiträge zur Stadtgeschichte vom frühen Mittelalter bis zum Beginn der Neuzeit, Regensburg, Pustet, 1995, 2 vol. P. Schmid (Hg.), Regensburg. Geschichte der Stadt, Regensburg, Pustet, 2000, 2 vol. 

42 A. Schubert, Der Stadt Nutz oder Notdurft? Die Reichsstadt Nürnberg und der Städtekrieg von 1388/1389, op. cit.

43 M. Groten, Köln im 13. Jahrhundert. Gesellschaftlicher Wandel und Verfassungsentwicklung, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Städteforschung, 36), 1998. Pour les XIVe et XVe siècles: W. Stein (Hg.), Akten zur Geschichte der Verfassung und Verwaltung der Stadt Köln im 14. und 15. Jahrhundert, Bonn, Behrendt, 1893-1895, 10 vol. (réimpression Düsseldorf, Droste, 1993).

44 B. M. Wübbeke, Das Militärwesen der Stadt Köln im 15. Jahrhundert, Stuttgart, Steiner (VSWG, Beiheft 91), 1991.

45 A. Wolf (Hg.), Die Gesetze der Stadt Frankfurt am Main im Mittelalter, op. cit., n° 207, p. 297 de 1430 (Gesetzbuch II, fol. 55 v.) et n° 224, p. 309-317 de 1435.

46 I. Eberhardt, Van des stades wegene utgegeven unde betalt’. Städtischer Alltag im Spiegel der Stadtrechnungen von Osnabrück, 1459-1519, Osnabrück, Verein für Geschichte und Landeskunde von Osnabrück (Osnabrücker Geschichtsquellen und Forschungen, 37), 1996.

47 M. Bär (Hg.), Der Koblenzer Mauerbau. Rechnungen 1276-1281, Leipzig, Dürr, 1888. ID. (Hg.), Urkunden und Akten zur Geschichte der Verfassung und Verwaltung der Stadt Koblenz bis zum Jahr 1500, Bonn, Behrendt, 1898.

48 Sur les problèmes d’approvisionnement en matières premières au Moyen Âge : B. Herrmann (Hg.), Mensch und Umwelt, Frankfurt am Main, Fischer, 1989 et E. Schubert, B. Herrmann (Hg.), Von der Angst zur Ausbeutung. Umwelterfahrung zwischen Mittelalter und Neuzeit, Frankfurt am Main, Fischer, 1994. Pour la construction en particulier, chapitre “Bauwesen”, pages 73-120 dans U. Lindgren, Technik im Mittelalter, op. cit. et G. Binding, Baubetrieb im Mittelalter, Darmstadt, Primus, 1997.

49 M. Lexer, Fr. Von Weech (Hg.), Endres Tuchers Baumeisterbuch der Stadt Nürnberg (1464-1475), Stuttgart, Lit. Verein (Bibliothek des Literarischen Vereins in Stuttgart, 64), 1862.

50 G. Fouquet, Bauen für die Stadt, op. cit.

51 G. Fouquet, “Die Finanzierung von Krieg und Verteidigung in oberdeutschen Städten des späten Mittelalters (1400-1500)”, dans B. Kirchgässner, G. Scholz (Hg.), Stadt und Krieg, op. cit., p. 41-81.

52 E. Maschke, J. Sydow (Hg.), Stadt und Umland, Stuttgart, Kohlhammer (Veröffentlichungen der Kommission für Geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg : Reihe B, Forschungen, 82), 1974 ; H. K. Schulze, Städtisches Umund Hinterland in vorindustrieller Zeit, Köln/Wien, Böhlau (Städteforschung, 22), 1985 ; R. Kiessling, Die Stadt und ihr Land. Umlandpolitik, Bürgerbesitz und Wirtschaftsbezüge in Ostschwaben vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, Köln/Wien, Böhlau, 1989.

53 G. Wunder, “Reichsstädte als Landesherren”, dans E. Meynen (Hg.), Zentralität als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung, Köln/Wien, Böhlau (Städteforschung, 8), 1979, p. 79-91.

54 A. Boockmann, Urfehde und ewige Gefangenschaft im mittelalterlichen Göttingen, op. cit.

55 E. Pelissier, “Die Landwehren der Reichsstadt Frankfurt am Main”, dans Archiv für Frankfurts Geschichte und Kunst, 8, III. F., 1905, p. 1-300.

56 P. J. Heinig (Hg.), Regesten Kaiser Friedrichs III. H. 4: Die Urkunden und Briefe aus dem Stadtarchiv Frankfurt am Main, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1986.

57 H.-D. Heimann (Hg.), Soest. Geschichte der Stadt. II: Die Welt der Bürger. Politik, Gesellschaft und Kultur im spätmittelalterlichen Soest, Soest, Mocker & Jahn, 1996.

58 J. K. W. Berns, Propter communem utilitatem. Studien zur Bündnispolitik der westfälischen Städte im Spätmittelalter, Düsseldorf, Droste (Studia humaniora, 16), 1991. C. Kneppe, “Die Anfänge der Bielefelder Stadtlandwehr”, dans G. Isenberg, B. Scholkmann (Hg.), Die Befestigung der mittelalterlichen Stadt, op. cit., p. 137-166.

59 H. Woltering, Die Reichsstadt Rothenburg ob der Tauber und ihre Herrschaft über die Landwehr, Münster/Rothenburg, Verein Alt-Rothenburg, 1965, 2 vol. 

60 A. Schneider, “Grenzlinien spätmittelalterlicher städtischer Territorialherrschaften. Die schwäbisch Haller und Rothenburger Landhege”, dans G. Isenberg, B. Scholkmann (Hg.), Die Befestigung der mittelalterlichen Stadt, op. cit., p. 111-136.

61 G. Helmig, “Die Befestigung der Basler Vorstädte und ihre Integration in den äusseren Mauerring”, dans G. Isenberg, B. Scholkmann (Hg.), Die Befestigung der mittelalterlichen Stadt, op. cit., p. 167-178.

62 E. Maschke, J. Sydow (Hg.), Städtisches Haushalts- und Rechnungswesen, Sigmaringen, Thorbecke (Stadt in der Geschichte, 2), 1977

63 J.-C. Brucker (Hg.), Strassburger Zunft- und Polizeiordnungen des 14. und 15. Jahrhunderts, Strasbourg, Trübner, 1889.

64 La ville était divisée en « batailles » depuis l’ordonnance de 1373 : A. Wolf (Hg.), Die Gesetze der Stadt Frankfurt am Main im Mittelalter, op. cit., n° 6 (Gesetzbuch I 6v.).

65 Cette ordonnance du Conseil du 15 mars 1382 reprenait l’organisation déjà imposée au sein de chaque corps de métier : K. Bücher, B. Schmidt (Hg.), Frankfurter Amtsund Zunfturkunden, Frankfurt am Main, Baer (Veröffentlichungen der Historischen Kommission der Stadt Frankfurt am Main, 6), 1915, 2 vol. : tonneliers (1, p. 91), bouchers (1, p. 349), tailleurs (2, p. 504), cordonniers (2, p. 30), tailleurs de pierre (2, p. 102).

66 Ibid., t. 1, partie 1, p. 2.

67 M. Romeiss, “Die Wehrverfassung der Reichsstadt Frankfurt am Main im Mittelalter”, art. cit., p. 27.

68 G. F. Von der Ropp (Hg.), Göttinger Statuten. Akten zur Geschichte der Verwaltung und des Gildewesens der Stadt Göttingen bis zum Ausgang des Mittelalters, Hannover/Leipzig, Hahnsche Buchhandlung, (Quellen und Darstellungen zur Geschichte Niedersachsens, 25), 1907.

69 B. Wübbeke-Pflüger, “Sicherheitsorganisation und Wehrwesen niedersächsischer Städte”, art. cit.

70 C. B. Stüve, “Stadtrechnungen von Osnabrück aus dem 13. und 14. Jahrhundert”, dans Mitteilungen des Vereins für Geschichte und Landeskunde von Osnabrück, 14, 1889, p. 91-135 et 15, 1890, p. 75-164. E. Fink (Hg.), Das älteste Stadtbuch von Osnabrück, Osnabrück, Historischer Verein Verlag (Osnabrücker Geschichtsquellen, 4), 1927.

71 B. Harms (Hg.), Der Stadthaushalt Basels im ausgehenden Mittelalter, Tübingen, Laupp (Quellen und Studien zur Basler Finanzgeschichte), 1909-1913, 3 vol. J. Rosen, “Der Staatshaushalt Basels von 1360 bis 1535”, dans H. Kellenbenz (Hg.), Öffentliche Finanzen und privates Kapital im späten Mittelalter und in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts, Stuttgart, Fischer (Forschung zur Wirtschaftsund Sozialgeschichte, 16), 1971, p. 24-44. G. Fouquet, U. Dirlmeier, “Probleme und Methoden der quantitativen Finanz- und Wirtschaftsgeschichte des Spätmittelalters: öffentliche Finanzen und städtische Militärpolitik in Basel und Hamburg während der Jahre 1460 bis 1481”, dans K. H. Kaufhold, J. Schneider (Hg.), Geschichtswissenschaft und elektronische Datenverarbeitung, Wiesbaden, Steiner (Beiträge zur Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 36), 1988, p. 175-228.

72 B. Sauerbrey, “Bürger und Stadtverteidigung. Die städtische Wehrverfassung am Beipsiel Braunschweigs”, dans M. Puhle (Hg.), Hanse, Städte, Bünde. Die sächsischen Städte zwischen Elbe und Weser um 1500, op. cit., vol. 1, p. 182-190.

73 Fr. Gorissen (Hg.), Regesten zur politischen Geschichte des Niederrheins. I.: Stadtrechnungen von Wesel, 4 vol: 1349-1450, Bonn, Hanstein (Publikationen der Gesellschaft für rheinische Geschichtskunde, LV), 1963. M. W. Roelen, “Wesel im Spätmittelalter”, dans J. Prieur (Hg.), Geschichte der Stadt Wesel, Düsseldorf, Patmos, 1991, p. 110-164. F. Stricker, G. Warthuysen, Briefträger, laufende Boten und Postillione, Wesel, Wesel, Historische Vereinigung (Schriftenreihe der Historischen Vereinigung Wesel, 3), 1980.

74 P. Huber, Der Haushalt der Stadt Hildesheim am Ende des 14. und in der ersten Hälfte des 15. Jahrhunderts, Leipzig, Schunke, 1901.

75 D. Neitzert, “Pferdebedarf und Pferdeeinkauf im 15. Jahrhundert am Beispiel der Stadt Göttingen”, Niedersächsisches Jahrbuch für Landesgeschichte, 55 (1983), p. 369-380. P. Monnet, « “Bodescap ghan”. Pouvoir et communication dans la ville de Göttingen à la fin du Moyen Âge », dans M. Goullet, S. Gouguenheim, O. Kammerer, L. Morelle, P. Monnet, M. Paulmier-Foucart (dir.), Retour aux sources, Mélanges en l’honneur de Michel Parisse, Paris, Picard, 2004, p. 293-302.

76 M. Puhle, Die Politik der Stadt Braunschweig innerhalb des Sächsischen Städtebundes und der Hanse im späten Mittelalter, Braunschweig, Waisenhaus (Braunschweiger Werkstücke, A/20), 1985.

77 P. Monnet, « Le financement de l’indépendance urbaine par les élites argentées : l’exemple de Francfort au XIVe siècle », dans L’argent au Moyen Âge (Congrès de la SHMES de Clermont-Ferrand, mai 1997), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 187-207.

78 M. Romeiss, “Die Wehrverfassung der Reichsstadt Frankfurt am Main im Mittelalter”, art. cit.

79 H. Mack, Beiträge zur Finanzgeschichte der Stadt Braunschweig im XIII. und XIV. Jahrhundert, Breslau, Koebner, 1889.

80 E. Franz, Nürnberg, Kaiser und Reich. Studien zur reichsstädtischen Aussenpolitik, München, Beck, 1930. E. Pitz, Schrift- und Aktenwesen der städtischen Verwaltung im Spätmittelalter. Köln, Nürnberg, Lübeck, Köln, Ernst Neubner, 1959.

81 A. Schubert, Der Stadt Nutz oder Notdurft? Die Reichsstadt Nürnberg und der Städtekrieg von 1388/1389, op. cit.

82 J.-Cl. Maire-Vigueur, Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècles, Paris, EHESS, 2003.

83 Kl. Voigt, Italienische Berichte aus dem spätmittelalterlichen Deutschland von Francesco Petrarca zu Andrea de’ Franceschi (1333-1492), op. cit.

84 Fr. Schwind, “1389. Die Niederlage von Kronberg/Eschborn. Städtische Selbstbehauptung im dynastischen Umfeld”, dans Frankfurts Archiv für Geschichte und Kunst, 63, 1997, p. 15-42.

85 On est particulièrement bien renseigné sur cette guerre, non seulement par les documents de la pratique du Conseil mais aussi par de nombreuses sources narratives, parmi lesquelles la chronique d’Erhard Schürstab : J. Bader (Hg.), Erhard Schürstab’s Beschreibung des ersten markgräflichen Krieges gegen Nürnberg, München, Franz (Quellen und Erörterungen zur bayerischen und deutschen Geschichte 8), 1860 ; réimpression Aalen, Scientia, 1969.

86 J. U. Ohlau, Der Haushalt der Reichsstadt Rothenburg o. T. in seiner Abhängigkeit von Bevölkerungsstruktur, Verwaltung und Territorienbildung (1350-1450), Nürnberg, 1986, thèse dactyl.

87 U. Dirlmeier, “Die Kosten des Aufgebots der Reichsstadt Rothenburg ob der Tauber im Schweizerkrieg von 1499”, dans B. Kirchgässner, G. Scholz (Hg.), Stadt und Krieg, op. cit., p. 27-39.

88 K. Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jahrhundert bis 1549, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Bayerische Akademie der Wissenschaften), 2 vol. , 1979-1988. H. Blezinger., Der schwäbische Städtebund in den Jahren 1438-1445. Mit einem Überblick über seine Entwicklung seit 1389, Stuttgart, Kohlhammer, 1954. H. Carl, Der Schwäbische Bund 1488-1534. Landfrieden und Genossenschaft im Übergang vom Spätmittelalter zur Reformation, Leinfelden, DRW Verlag (Schriften zur südwestdeutschen Landeskunde, 24), 2000. H. Maurer (Hg.), Kommunale Bündnisse Oberitaliens und Oberdeutschlands im Vergleich, Sigmaringen, Thorbecke (Vorträge und Forschungen, XXXIII), 1987.

89 G. Fouquet, “Die Finanzierung von Krieg und Verteidigung in oberdeutschen Städten des späten Mittelalters (1400-1500)”, art. cit.

90 B. Harms (Hg.), Der Stadthaushalt Basels im ausgehenden Mittelalter, Tübingen, Laupp (Quellen und Studien zur Basler Finanzgeschichte), 1909-1913, 3 vol. J. Rosen, Verwaltung und Ungeld in Basel 1360-1535, Wiesbaden, Steiner (Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft 77), 1986.

91 G. Fouquet, “Zahlen und Menschen. Der städtische Haushalt der Königs- und Reichsstadt Frankfurt während der Jahre 1428/29”, dans Archiv für Frankfurts Geschichte und Kunst, 66, 2000, p. 95-131.

92 D. Kreil, Der Stadthaushalt von Schwäbisch-Hall im 15./16. Jahrhundert. Eine finanzgeschichtliche Untersuchung, Schwäbisch-Hall, Eppinger (Forschungen aus Württembergisch Franken, 1), 1967. ID. “Zusammensetzung und Entwicklung des Haushalts der Reichsstadt Schwäbisch Hall von 1420 bis 1620”, dans E. Maschke, J. Sydow (Hg.), Städtisches Haushalts- und Rechnungswesen, op. cit., p. 83-90.

93 P. Sander, Die Reichsstädtische Haushaltung Nürnbergs dargestellt auf Grund ihres Zustandes von 1431 bis 1440, Leipzig, Teubner, 1902.

94 H. Hahn, Untersuchungen zur Geschichte der Reichsstadt Wetzlar im Mittelalter, Darmstadt/Marburg, Hessische Historische Kommission (Quellen und Forschungen zur hessischen Geschichte, 53), 1984. E.-M. Felschow, Wetzlar in der Krise des Mittelalters, Darmstadt/Marburg, Hessische Historische Kommission (Quellen und Forschungen zur hessischen Geschichte, 63), 19854. D. Rübsamen, “Die Wetterau und der Kaiserhof. Prozessuale Gesandtschaftskontakte am Beispiel Wetzlar und Solms”, dans P.-J. Heinig (Hg.), Kaiser Friedrich III. (1440-1493) in seiner Zeit. Studien anlässlich des 500. Todestags am 19. August 1493, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1993, p. 173-209.

95 A. Ranft, Der Basishaushalt der Stadt Lüneburg in der Mitte des 15. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des MPIG, 84), 1987.

96 M. Matheus, Bausteine zur Mainzer Stadtgeschichte, Stuttgart, Steiner, 2002.

97 Voir ici G. Fouquet, Bauen für die Stadt. Finanzen, Organisation und Arbeit in kommunalen Baubetrieben des Spätmittelalters, op. cit.

98 P. Monnet, « Diplomatie et relations avec l’extérieur dans quelques villes del’Empire à la fin du Moyen Âge », dans H. Duchhardt, P. Monnet, P. Veit (dir.), Krieg und Frieden im Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit. Guerre et paix duMoyen Âge aux Temps Modernes, op. cit. p. 73-101. ID., « Courriers et messages : unréseau urbain de communication dans les pays d’Empire à la fin du Moyen Âge », dans Cl. Boudreau, Cl. Gauvard, M. Hebert, K. Fianu (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 281-306. ID. « Pouvoir communal et communication politique dans les villes de l’Empire à la fin du Moyen Âge », dans Francia, 31/1, 2004, p. 121-139.

99 Voir note 71.

100 B. Fuhrmann, Der Haushalt der Stadt Marburg und in der Frühen Neuzeit (1451/52-1622), Sankt Katharinen, Scripta Mercaturae Verlag (Siegener Abhandlungen zur Entwicklung der materiellen Kultur, 19), 1996.

101 On saluera ici les travaux remarquables de G. Fouquet qui appelle de ses vœux la poursuite d’une telle enquête : “Städtischer Wehrbau im Spätmittelalter : Finanzierung und Planung”, dans M. Matheus (Hg.), Stadt und Wehrbau im Mittelrheingebiet, op. cit., p. 69-90. Consulter sur les comptabilités urbaines éditées et étudiées le site entièrement consacré à ce sujet sous le nom de computatio : http://online-media.uni-marburg.de/ma_geschichte/computatio/.

102 H. Koller, “Die mittelalterliche Stadtmauer als Grundlage städtischen Selbstbewußtseins”, dans B. Kirchgässner, G. Scholz (Hg.), Stadt und Krieg, op. cit., p. 10-25.

103 R. Reiche (Hg.), Die Chronik Hartung Cammermeisters, Halle, Hendel (Geschichtsquellen der Provinz Sachsen und angrenzender Gebiete, 35), 1896.

104 C. Hegel (Hg.), Ulman Stromers ‘Püchel von meim geslechet und von abentewr’, dans Die Chroniken der deutschen Städte, vol. 1: Die Chroniken der fränkischen Städte, 1 (Nürnberg), Leipzig, Hirzel, 1862 et réimpression Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1961. Reproduction partielle du manuscrit par L. Kurras (Hg.), Bonn, Verband Deutscher Papierfabriken, 1990. Voir aussi : H. Wenzel, Die Autobiographie des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit, op. cit., p. 11-44.

105 P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort. Pouvoir, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance, Genève, Droz (Travaux d’Humanisme et de Renaissance, 317), 1997. ID., « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin du Moyen Âge : Francfort et ses chroniques », dans R. Babel, J.-M. Moeglin (dir.), Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, Sigmaringen, Thorbecke, 1997, p. 389-400. ID. « La mémoire des élites urbaines dans l’Empire à la fin du Moyen Âge entre écriture de soi et histoire de la cité », dans H. Brand, P. Monnet, M. Staub (dir.), Memoria, communitas, civitas. Mémoire et conscience urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge, Stuttgart, Thorbecke (Beihefte der Francia 55), 2003, p. 49-70.

106 Stadtarchiv Frankfurt am Main, III B S5/48.

107 R. Froning (Hg.), Frankfurter Chroniken und annalistische Aufzeichnungen des Mittelalters, Frankfurt am Main, Juegel, 1884.

108 Stadtarchiv Frankfurt am Main, III B S5/39.

109 R. Folz, Études sur le culte liturgique de Charlemagne dans les églises de l’Empire, Paris, Les Belles Lettres, 1951, p. 32-35. A. Heuser, M. Kloft (Hg.), Karls Verehrung in Frankfurt am Main, Frankfurt am Main, Historisches Museum, 2000. P. Monnet, « Charlemagne à Francfort, VIIIe-XVe siècles », dans F. Felten, ID., A. Saint-Denis (dir.), Empire, idée d’Empire et royauté au Moyen Âge : un regard franco-allemand sur l’œuvre de Robert Folz, Stuttgart, 2007, p. 117-130.

110 Vhonnemann, “Humanistische und spätmittelalterliche Zeitgeschichtsschreibung um 1500. Die ‘Descriptio belli’ des Telomonius Ornatomontanus und die deutschsprachigen Darstellungen der ‘Großen Braunschweiger Stadtfehde von 1492-1494’”, dans P. Johanek (Hg.), Städtische Geschichtsschreibung in Spätmittelalter und in der frühen Neuzeit, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Städteforschung, 47), 2000, p. 111-156.

111 L. Hänselmann (Hg.), Henning BrandisDiarium: Hildesheimer Geschichten aus den Jahren 1471 – 1528, Hildesheim, Gerstenberg, 1896, réimpression Hildesheim, Gerstenberg, 1994.

112 Kl. Graf, “Schlachtengedenken in der Stadt”, dans B. Kirchgässner, G. Scholz (Hg.), Stadt und Krieg, op. cit., p. 83-104. ID., “Erinnerungsfeste in der spätmittelalterlichen Stadt”, dans H. Brand, P. Monnet, M. Staub (dir.), Memoria, communitas, civitas. Mémoire et conscience urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge, op. cit., p. 263-273. Voir aussi: R. Neumüllers-Klauser, “Schlachten und ihre ‘memoria’ in Bild und Wort”, dans K. Krimm, H. John (Hg.), Bild und Geschichte. Studien zur politischen Ikonographie, Sigmaringen, Thorbecke, 1997, p. 181-196.

113 D. W. Poeck, Rituale der Ratswahl: Zeichen und Zeremoniell der Ratssetzung in Europa (12.-18. Jahrhundert), Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Städteforschung, 60), 2003.

114 Pour les villes allemandes, un beau sujet d’enquête reste à mener de manière synthétique sur l’entraînement des bourgeois aux armes, spécialement de trait. En effet, les concours de tirs à l’arc ou à l’arbalète occupent une place très importante dans la documentation, les chroniques, les comptabilités : les invitations à ces concours permettent d’ailleurs souvent de dessiner les contours d’un cercle de communication d’une ville à l’autre. On sait aussi que ces Schützenfeste n’étaient pas seulement de nature militaire mais servaient également, à l’instar des processions, à manifester le rassemblement de la communauté tout en restituant les frontières sociales du corps de ville (par quartier, par métier, par état, par confrérie : à Francfort, où l’on distingue depuis 1430 des tireurs à l’arbalète et des tireurs au fusil, les sociétés patriciennes possédaient leur stand de tir séparé). C’est souvent au sein de ces troupes de tir que le Conseil recrutait des corps de gardes et des sergents d’armes pour faire la police, noyaux à partir desquels pouvait se constituer une troupe permanente du Conseil. Il conviendrait également, sur le plan culturel, de faire le parallèle entre concours de tir et concours de rhétorique.

115 J. Reichel, Der Spruchdichter Hans Rosenplüt. Literatur und Leben im spätmittelalterlichen Nürnberg, Stuttgart, Steiner, Stuttgart 1985.

116 E. Lecuppre-Desjardins, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols, 2004.

117 On peut sans doute aller plus loin sur les images urbaines de la guerre.

Auteur

Directeur d’études à l’École des hautes études en Sciences Sociales, Paris

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540