Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Les villes catalanes pendant la guerre civile (1462-1472)1

Pere Verdés I Pijuan

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce travail a été réalisé grâce au financement du projet de recherche HUM2005-02507/HIST du Ministe (...)
  • 2 Pour un aperçu sur cette institution pendant le XVe siècle, voir : I. Sánchez de Movellán, La Dipu (...)
  • 3 Pour la guerre civile catalane, l’ouvrage de référence est encore celui de S. Sobrequés i Vidal(...)

1Je ne peux pas commencer cette communication sans évoquer, au préalable, la complexité de son sujet, à savoir le conflit civil qui opposa, entre 1462 et 1472, la monarchie de Jean II à la Diputació del General, l’institution issue des Corts catalanes2. Une complexité qui, bien que partagée par d’autres conflits de même nature et époque s’ajoute, dans le cas de la Catalogne, aux maigres connaissances dont nous disposons sur le sujet et aux querelles historiographiques qui ont traditionnellement terni l’image de cet épisode transcendant de l’histoire de la Principauté3.

2Dès lors, et pour ne pas créer de faux espoirs, je me sens dans l’obligation d’avertir le lecteur qu’il n’est pas dans mon intention de m’en tenir au cadre limité qui m’a été assigné pour répondre aux grandes interrogations relatives à la guerre civile catalane (causes, conflits, évènements, conséquences…). Je ne prétends pas non plus faire une étude érudite, fruit de l’immersion dans la très vaste documentation – en grande partie inconnue – qui est conservée dans les archives locales (municipales, notariales, nobiliaires ou ecclésiastiques) ou dans ce puits sans fond que sont les archives royales de Barcelone (ACA). Car, tant la réponse aux grandes interrogations que l’étude érudite supposent de disposer de davantage de temps, d’espace et aussi de me livrer, pour ma part, à un travail de recherche autrement plus approfondi.

3Ainsi, et puisqu’il s’agit pour moi d’une toute première approche spécifique autour d’un sujet complexe qui n’a, à ce jour, pas encore été traité dans une vue d’ensemble, j’ai préféré proposer d’abord un schéma général qui repose sur un certain nombre d’hypothèses concernant la vie dans les villes catalanes durant la guerre civile du XVe siècle.

  • 4 Bien qu’il existe des informations concernant beaucoup d’autres agglomérations, l’étude du conflit (...)
  • 5 Il ne faut pas dire que, mutatis mutandis, on trouve aussi dans nos sources des épisodes de guerre (...)

4Pour ce faire, j’ai principalement choisi de me référer à une douzaine d’agglomérations ayant déjà fait l’objet d’une étude sommaire en essayant, à partir de cette source d’informations, de faire ressortir les aspects qui marquèrent, à mon sens, la vie urbaine durant le conflit4. Car s’il est vrai – comme il a déjà été affirmé en de maintes occasions – que la guerre n’eut pas les mêmes répercussions d’une agglomération à une autre, en fonction de facteurs tels que leur étendue, leur situation géographique, leur importance stratégique etc., toutes les villes et les localités étudiées permettent toutefois d’observer, malgré les différentes chronologies ou degrés d’intensité de la guerre, plusieurs traits communs. D’une manière plus concrète, les aspects que j’aimerais développer sont au nombre de quatre : la rébellion contre l’autorité royale, (I) la défense militaire de la ville (II), les « effets collatéraux » ou les malheurs de la guerre (III) et enfin, la capitulation face aux troupes du monarque et les mesures destinées à la reconstruction de l’agglomération (IV)5.

5Toutes ces questions ne sont évidemment abordées que de manière très succincte dans les pages qui suivent, et n’apparaissent bien souvent que sous forme de notes ou de brèves considérations concernant les aspects qui me semblent les plus intéressants ou originaux. Ceci étant, j’espère que cet exercice d’abstraction pourra constituer la base d’une étude postérieure plus vaste sur le sujet et permettra, dans le cadre de ce congrès, d’établir des comparaisons enrichissantes avec la situation vécue sous d’autres latitudes dans des contextes similaires.

Brève chronologie du conflit

  • 6 Tomás Mieres, un juriste de l’époque décédé en 1474, définissait la Principauté comme la somme de (...)

6Mais en tout premier lieu, peut-être est-il nécessaire, voire même utile, de retracer la chronologie de la guerre, en privilégiant le rôle joué par les villes catalanes durant le conflit. Au bas Moyen Âge, l’extrême division juridictionnelle explique la formation effective de la Catalogne autour d’un réseau urbain6. Cet état de fait, conjointement à l’indéniable importance militaire que revêtaient partout les villes fortifiées à cette époque, rend compte de l’évolution du conflit civil catalan au rythme des capitulations des principales agglomérations de la Principauté face aux armées de Jean II.

  • 7 Sur ces événements et d’autres épisodes concrets de la guerre, voir la bibliographie de la note 2.
  • 8 S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil, vol. I, p. 145-223 ; cf. S. Sobrequés, “El setge de (...)

7Rappelons que la guerre commença au mois de juin 1462, après le tragique épisode de l’incarcération et la mort du prince Charles de Viana. Les hostilités furent concrètement déclenchées par l’entrée du roi Jean II en Catalogne, contrevenant ainsi à la Capitulation de Vilafranca del Penedès7. À cette époque, la plupart des villes et des agglomérations de la Principauté, représentée chacune par leurs conseillers municipaux, se rallièrent – avec plus ou moins d’enthousiasme – à la cause rebelle. Seule l’agglomération de Balaguer, utilisée comme tête de pont (06.VI.1462) par Jean II, et quelques autres (Cardona, Prades, Berga,…), directement contrôlées par les partisans, nobles ou remences, de la cause royaliste, échappaient à l’autorité de la Diputació del General. Il convient de faire une place à part au célèbre cas de Gérone dont la prétendue « fidélité » à la reine Jeanne Enríquez et la résistance « héroïque » opposée aux troupes de la Diputació s’avérèrent tout à fait relatives d’après les travaux de S. Sobrequés8.

8Quoiqu’il en soit, c’est à partir de ce moment-là que Jean II allait s’approprier, les unes après les autres, toutes les villes et localités du pays. Au cours de l’année 1462, les troupes envoyées par le roi de France, Louis XI, allié de Jean II, levèrent le siège de la citadelle de Gérone (VII.1462) pour assiéger Barcelone (IX.1462), piller Vilafranca del Penedès (09.X.1462) et prendre finalement la ville de Tarragone (31.X.1462). À cette campagne se joignirent les troupes du monarque aragonais, suite au sérieux revers infligé aux armées de la Diputació lors des batailles de Rubinat (23.VII.1462) et de Santa Coloma de Queralt (16.VIII.1462), qui forcèrent à la capitulation de différentes agglomérations situées dans l’intérieur du pays, parmi lesquelles Tàrrega (29.VII.1462) et, momentanément, Igualada (24.XI.1462). Dans le même temps, les nobles et les remences partisans de la monarchie parvinrent également à prendre le contrôle d’autres villes comme, par exemple, Falset, Calaf, l’Arboç, Olot, Camprodon ou Banyoles. Sans oublier la capitulation de Reus, la Selva et Valls ainsi que d’autres agglomérations du Camp de Tarragone, qui repassèrent sous l’autorité de leur ancien seigneur, le royaliste archevêque de Tarragone.

9Pendant ce temps, la Diputació avait confié la Principauté aux mains d’Henri IV de Castille (XI.1462) dans l’espoir de changer le cours des évènements. Mais l’arrivée des troupes envoyées par le monarque castillan fut d’un bien maigre secours. Elles ne purent éviter la perte, au cours de l’année 1463, d’enclaves aussi importantes que celles de Perpignan (09.I.1463), Elne (13.I.1463), Collioure (27.I.1463) et Puigcerdà (16.VI.1463) occupées par les Français en vertu du Traité de Bayonne (09.V.1462).

10Avec le renoncement d’Henri de Castille (18.VI.1463) et l’intronisation du connétable Pierre de Portugal (25.I.1464), la situation des rebelles ne s’améliora guère davantage ; car, malgré les quelques victoires ponctuellement remportées, le règne de ce monarque signifia aussi la perte d’autant d’enclaves capitales pour la Diputació. Ainsi, la ville de Lérida était rendue le 8 juillet 1464, au terme d’un long siège, la ville de Montblanc était prise par Jean II le 13 août de la même année et Vilafranca del Penedès livrée aux royalistes par Jean de Beaumont le 25 août. Plus tard, après la défaite de Pierre de Portugal lors de la bataille de Calaf (28.II.1465), ce fut le tour de la localité de Cervera. Cette ville capitula le 14 août 1465, suivie la même année par la Seu d’Urgell et Igualada, de manière définitive cette fois. Jean II lança coup sur coup une offensive dans le sud du pays, où il s’empara des places de Ulldecona, Amposta (21.VI.1466) et, finalement, Tortosa (15.VII.1466).

11Si la guerre semblait bel et bien perdue à la mort de Pierre de Portugal, le 17 mai 1465, la cession du trône à René d’Anjou et le changement d’alliances sur l’échiquier européen – avec le soutien français à la nouvelle dynastie – permit néanmoins aux rebelles de réagir. La victoire de Vilamat (21.XI.1467) et la capitulation de Gérone (01.VI.1469) sont les deux faits marquants de ce retour en force qui permit également à la Diputació de conquérir d’autres agglomérations comme celles de Camprodon, Olot, Besalú, Berga, Piera… Mais il ne s’agissait, dans le fond, que d’une parenthèse dans le devenir de la guerre puisque déjà, à partir de 1471, Jean II reprenait l’initiative militaire et diplomatique.

12Le 13 octobre 1471, Gérone se replaçait sous l’autorité de Jean II, emmenant dans son sillage des villes comme Hostalric, Sant Celoni ou Blanes, et d’autres également importantes situées dans le nord du pays, après leur capitulation ou leur réduction par la force, parmi lesquelles Olot, Sant Feliu de Guíxols, la Bisbal, Figueres, Perelada, Torroella de Montgrí, Castelló d’Empúries, Camprodon, Besalú, etc. Plus au sud, les armées du roi s’emparèrent, au mois de janvier 1472, des localités de Granollers, Terrassa, Sabadell et Sant Cugat et firent capituler, durant les mois d’été, les villes de Vic et Manresa (VI.1472) ; enfin était signée, le 24 octobre 1472, la Capitulation de Pedralbes, en vertu de laquelle Barcelone ainsi que les différentes places de Catalogne où subsistait encore l’étendard de René d’Anjou se soumettaient à l’autorité de Jean II.

La rébellion

  • 9 M.-J. Pelàez, Catalunya després de la guerra civil del segle XV, Barcelona, Curial ed., 1981 ; J. (...)

13Il est vrai que la chute de la capitale de la Principauté ne signifia pas la fin de la guerre pour tous les habitants des villes et des localités catalanes et que la guerre contre la France, la révolte remença et la résistance du comte de Pallars allaient prolonger d’autant le calvaire de nombreuses agglomérations du pays9. Mais tous ces conflits dépassent le cadre de cette étude dont l’objectif, comme je l’ai déjà signalé, est de retracer, dans leurs grandes lignes, les différentes situations vécues dans les villes catalanes entre 1462 et 1472.

14La première de ces situations concerne la rébellion contre l’autorité royale. Il n’est pas dans mon intention d’analyser ici les prémices du mouvement révolutionnaire, pas plus que son impact réel au sein de la population catalane. Pour le moment, mon intérêt se porte sur deux aspects concrets de la vie dans les villes et les localités contrôlées par la Diputació : d’un côté, la mise en place d’un appareil de propagande destinée à promouvoir la cause que l’on peut désigner comme « rebelle » ; de l’autre, la répression initiée contre les partisans de la faction royaliste qui étaient désormais considérés comme les « traîtres de la patrie ».

  • 10 Quelques exemples de la situation vécue dans les localités catalanes pendant les moments initiaux (...)

15Tout porte à croire qu’au début du conflit, les dirigeants de nombreuses agglomérations de la Principauté furent en proie au doute et à l’indécision. Car si beaucoup s’étaient présentés sans vaciller à la veille de la guerre, en prônant la défense des « lois » du pays (ou de leurs propres intérêts…) face à ce qu’ils considéraient comme des abus de la monarchie, il était en revanche plus difficile de franchir le pas – d’ailleurs sans précédent – de la rébellion contre Jean II et contre tout ce qu’impliquait, dans le Royaume d’Aragon ou partout ailleurs, l’institution monarchique10.

  • 11 Sur l’activité des agents royalistes, voir par exemple : J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p (...)
  • 12 J. Sobrequés, “Nació, nacionalisme i ordre constitucional català durant la guerra civil del segle (...)

16Ayant conscience de cela, les deux factions entreprirent la mise en place d’un appareil de propagande qui prit, dans le cas des rebelles, le tour d’un militantisme accru tout au long de la guerre11. En effet, la transcendance de leurs actes obligea les autorités Catalanes à l’élaboration d’un discours politique complexe, usant de concepts juridiques, identitaires et religieux, pour justifier le rejet de l’autorité royale et asseoir la légitimité de la cause rebelle. La Diputació se présentait comme la garante de l’ordre juridique propre à la « terre » et à la « res publica » ; dès lors, ceux qui reniaient ce sentiment commun était assimilé aux « traîtres » de la patrie et aux « mauvais Catalans »12.

  • 13 Voir, par exemple : A. Rovira i Virgili, Història Nacional, p. 530, 536-537, 539, 557, 558, 560, 5 (...)

17Grâce aux relations entre les différentes municipalités du pays, ce discours se répandit comme une traînée de poudre, de même que toutes les informations ayant trait à la guerre. Les conseillers municipaux se chargèrent ensuite de les propager sur les places, dans les églises et les lieux publics, afin d’aviver les sentiments de la population. À cette fin, les autorités rebelles n’eurent de cesse de dénoncer les « abus » du roi et de son entourage, avec la perte de légitimité qui en découlait pour Jean II, et la perfidie de ses troupes, notamment des « envahisseurs » français abhorrés. En même temps elles « informaient » des innombrables épisodes de « résistance » héroïque des Catalans, que seule la trahison pouvait désunir. Nous ne sommes pas en mesure d’évaluer l’impact réel que produisit, au sein de la population, la présence massive de telles allégations ou d’autres similaires dans les communiqués et les annonces publiques de l’époque, mais il est toutefois intéressant de constater l’énorme effort déployé par la Diputació pour rallier l’opinion de la population à la cause rebelle13.

  • 14 Quelques exemples de ces conduites dans : J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 197, 218, 225 (...)
  • 15 J.-L. Martín, “Biografia y leyenda del Príncipe de Viana. Sant Carles de Viana”, dans E. Benito Ru (...)

18Dans ce sens, il conviendrait également d’étudier la teneur de la propagande dans quelques autres procédures gouvernementales comme, par d’exemple, les cérémonies d’intronisation des nouveaux monarques, les fêtes organisées à l’occasion des victoires militaires, les visites des rois aux différentes agglomérations, les funérailles des membres de la famille royale et autres insignes personnages, les processions et les actes religieux liés à la guerre, etc.14. Une attention particulière mérite d’être portée à la construction du mythe de l’infortune du prince Charles de Viana. Les dirigeants de la Diputació continuèrent d’exploiter l’image de ce personnage même après sa mort, et œuvrèrent pour le mettre sur un piédestal par le récit de ses innombrables « miracles » – dont quelques prouesses sur le champs de bataille – en cherchant à démontrer la faveur divine dont jouissait la cause rebelle15.

19Comme je l’ai dit, l’autre face de la rébellion s’illustra par les mesures répressives des autorités rebelles à l’encontre des partisans de Jean II. Les trois principales manifestations de la répression furent, par ordre d’importance : d’abord, les mesures en quelques sorte « préventives » des autorités locales pour parer aux possibles agissements des agents ou autres sympathisants de la cause royaliste ; ensuite, les représailles contre les personnes accusées de trahison envers les intérêts de la Diputació ; et enfin, les actes de violence associés aux révoltes populaires ou à l’entrée des troupes rebelles dans les fiefs royalistes.

  • 16 J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 188-190, 226 ; A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (...)

20Au lendemain des premières manifestations du conflit, voire même avant, on assiste, dans toutes les agglomérations dirigées par la Diputació, à la destitution d’officiers royaux et seigneuriaux, et à l’éviction des charges municipales de quiconque était soupçonné de complicité avec les partisans de Jean II. Aussi, pour éviter l’action des agents du monarque, les autorités accrurent la surveillance dans les villes, restreignirent le droit de réunion et ordonnèrent la publication d’édits interdisant, sous peine de mort, les manifestations publiques, orales ou écrites qui allaient à l’encontre de la cause rebelle. Dans les cas les plus extrêmes, lorsqu’il s’avérait que la sécurité de la population n’était pas absolument garantie, des documents attestent l’expulsion ponctuelle ou massive de toutes les personnes dont la fidélité n’était suffisamment prouvée16.

  • 17 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Barcelona), p. 512-513, 540, 544, 546, 561, 565, 567, 572 (...)

21En ce qui concerne les mesures prises contre les personnes accusées de trahison, il convient de rappeler l’épisode du « complot de San Matías » (11.IV.1462) qui survint à Barcelone, peu de temps avant le début des hostilités proprement dites, et qui se solda par l’exécution et l’expulsion des principaux dirigeants du parti favorable à Jean II. Plus tard, les bruits de conspirations, d’incarcérations, d’exécutions et de désertions se succédèrent en chaîne dans l’ensemble des villes contrôlées par la Diputació, augmentant à mesure que s’aggravait le devenir de la guerre pour cette faction. Comme il est logique dans un moment d’extrême précarité économique, toutes ces initiatives présidaient aussi à la confiscation des biens des traîtres, dont les noms figuraient, dans bon nombre d’endroits, sur les listes réalisées à cet effet dans les actes du conseil ou les publications de bans de la municipalité17.

  • 18 J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 198-199, 202-203 ; 239-240, 247-248 ; A. Rovira i Virgi (...)
  • 19 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (l’Arboç, Ulldecona, la Bisbal, Olot, Camprodón, S. Joan d (...)
  • 20 J. Segura, Història d’Igualada, p. 347 ; P. Bertran, “Tàrrega en la revolta catalana”, p. 366 ; A. (...)

22Enfin, on ne peut pas oublier les actes de violence qui eurent lieu dans les moments de luttes passionnées, lors des révoltes populaires qui jalonnèrent le territoire de la Diputació ou des abus perpétrés lors de l’assaut et de la prise des agglomérations contrôlées par Jean II. Dans le premier cas, il convient de rappeler l’exemple, bien connu de tous, de l’incendie qui ravagea la maison de l’ancien gouverneur général Galcerán de Recasens à Barcelone, peu de temps avant le début du conflit, tout en sachant que les épisodes de violence s’étendirent, tout au long du conflit, à différents endroits de la Principauté, notamment dans les villes victimes de l’harcèlement des troupes royalistes18. Dans le cadre de la répression pratiquée par les armées rebelles, une mention spéciale doit être faite aux abus enregistrés dans les agglomérations qui s’étaient ralliées au camp de Jean II ou dans celles qui avaient offert une résistance particulièrement acharnée19. Tout cela sans oublier la violence qui allait habituellement de pair avec le passage des troupes de mercenaires ou les humiliations subies dans les communautés juives, sempiternelles cibles des foudres populaires et de la convoitise par leur richesse20.

La guerre

23Le second point que j’aimerais aborder touche à la guerre en elle-même, ou, autrement dit, à la question militaire. Ici, les aspects qui eurent, à mon sens, le plus d’impact sur la vie urbaine durant le conflit civil sont au nombre de trois : le concours des habitants dans les opérations militaires ; la présence de contingents mercenaires au sein de la population ; et, enfin, le harcèlement dont furent victimes de nombreuses villes et localités de la Catalogne.

  • 21 J. Segura, Història d’Igualada, p. 373-377 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcel (...)

24Les obligations militaires des habitants furent organisées sur le mode habituel des conjonctures de guerre dont nous avons connaissance dans la Principauté durant les siècles du bas Moyen Âge. Comme on le sait, la population était généralement répartie en groupes de 10 (desenes) et de 50 personnes (cinquantenes) pour effectuer les différents servicesde travail et militaires. À la tête de ces unités se trouvait un desener ou cinquantener, chargé d’organiser et de commander le contingent, et de veiller à ce que chacun des membres disposât d’une série d’armes en état parfait. Le travail obligatoire lié à la guerre touchait essentiellement à l’édification des murailles (joves, manobres et tragins) et aux convois (atzembles). Au sein des prestations militaires, une distinction existe entre les missions de surveillance (gardiens des portes, sentinelles, bades, escoltes, patrouilles, barrages) et la participation aux contingents civils, soit sous la forme de milices (sometents, cavalcades, ost) soit en répondant à la semonce de l’usatge Princeps Namque (similaire, mutatis mutandis, à l’arrière-ban). En ce qui concerne l’armement, nous ne pouvons en dresser de liste exhaustive, mais nous connaissons quelques-unes des armes que les habitants avaient l’obligation d’entretenir : cuirasses, arbalètes, lances, écus, cervelleres, pavesos, épées, broquers et poignards. À cet équipement s’ajoutaient les armes à feu, la poudre, les munitions, les flèches et autres équipements, dont la totalité était fournie par les autorités municipales21.

  • 22 S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. I, p. 284-285, 290; Ibidem, vol. I (...)
  • 23 Voir notes 24, 29 et 34.
  • 24 Voir, par exemple : E. Gort, Reus i el Camp, p. 37-38 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tor (...)

25J’insiste sur le fait que les grandes lignes de ces obligations militaires se répétèrent à l’identique tout au long du bas Moyen Âge, même si la guerre civile servit aussi de cadre à quelques nouveautés tout à fait dignes de mention. Ainsi, le conflit civil contribua à la généralisation des armes à feu dans les villes : à l’instar des conflits contemporains de cette époque, ce type d’armement se multiplia et se diversifia d’une manière extraordinaire durant ces années, comme l’atteste l’usage de bombardes de différentes tailles, ballestes de tro, passavolants, bursons, serabatanes, culobrines, espingardes22 Une autre de ces nouveautés consiste en la réorganisation et la rationalisation des contingents militaires urbains pour pallier à l’inefficacité des milices (banderes o sometents) telles qu’elles étaient traditionnellement organisées durant le conflit, obligeant les autorités urbaines à tendre vers ce que l’on pourrait désigner comme une « professionnalisation » de la défense urbaine23. À noter, enfin, l’articulation progressive de la défense du territoire autour des villes et des localités fortifiées et l’obligation de leurs habitants de participer à la garde des principales enclaves stratégiques (villages, châteaux, passages de montagnes…) situées dans la zone d’influence urbaine24.

26Toutes ces transformations furent probablement liées à l’ampleur du conflit civil (de loin le plus important de tous ceux survenus en territoire catalan au bas Moyen Âge), de même qu’à l’évolution générale de l’art de la guerre au cours du XVe et du XVIe siècle. Il faut rappeler que cette époque fut le témoin d’importants changements en matière de tactique militaire avec, en l’occurrence, la consolidation progressive d’armées permanentes et à caractère déjà semi-professionnel. Comme je l’ai dit, la défense urbaine ne fut pas étrangère à tout ce processus, cependant, sa principale répercussion sur la vie urbaine fut davantage liée à la présence massive de troupes de mercenaires dans la Principauté.

  • 25 S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil…, vol. II, p. 373-413 (index des noms). Quelques exem (...)

27Personne n’a tenté, à ce jour, de dénombrer ou de caractériser ces contingents et cela, malgré la quantité de « pistes » documentaires qu’ils ont laissées derrière eux. Les registres de la trésorerie, par exemple, rendent compte du logement, de l’approvisionnement et des soldes de ces troupes de soldats de nationalités très diverses : Catalans, Castillans, Aragonais, Français, Bourguignons, Italiens, Portugais, Navarrais, Allemands… Ces sources nous permettent également d’observer l’existence de catégories militaires distinctes : cavalerie, infanterie, artillerie, soldats sapeurs etc. ; et de retrouver les noms d’illustres capitaines comme Bertrán et Juan de Armendáriz, Menaut de Guerri, Mudarra, Campobasso, Jacobo Galioto, Bofillo de Giudice, Dionís de Portugal, Pedro de Deza, Ruy Diaz de Mendoza, Juan Fernández Galindo, Alvaro Madrigal, Juan de Salcedo, Juan de Toledo, Pero Vaca, Jean de Beaumont, Felipe de Bresse, Gaspar Bureau, Dunoys, Vaudemont, Edherlond, Raymonet, Matxicot, Tanneguy du Chatel, Roderic Trayguero, Joan de Leet, Menaut de Lubrena…25.

  • 26 J. Segura, Història d’Igualada, p. 350-351, 363-364 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil (...)

28Toutefois, pour le sujet qui nous intéresse ici – les effets de la présence de mercenaires sur la vie civile –, il existe certainement d’autres sources, bien plus explicites que les livres de compte. Bien que n’ayant pas fait l’objet d’étude, un simple coup d’œil aux chroniques, à la correspondance, aux registres des actes et autres archives municipales permet de mesurer les sentiments contradictoires provoqués par les armées professionnelles au sein de la population. D’un côté, la présence de ce type de contingents dans les moments de danger tranquillisait les habitants, comme l’attestent les efforts d’ordre économique déployés par les conseillers municipaux pour empêcher leur retrait. De l’autre, les séjours trop prolongés de ces troupes dans une ville dégénéraient presque systématiquement en conflits souvent très violents avec la population civile26.

  • 27 À ce sujet, on peut trouver quelques références notamment intéressantes à P. Bertran, “Tàrrega en (...)

29Je suppose que ces tensions ont été une constante en tout lieu et en tout temps, mais elles ne sont pas dénuées d’un certain intérêt dans le cas catalan qui vivait alors une situation pratiquement sans précédent. C’est sans doute là ce qui explique la très forte impression ressentie par la population face à la férocité de ces soldats, dont quelques-uns choisirent de rester dans le pays une fois la guerre terminée, en versant dans le banditisme27.

  • 28 Quelques cas particulièrement étudiés : F. Carreras Candi, Dietari de la Guerra…(Cervera), p. 91 s (...)

30Cette impression ne fut certainement pas moindre chez les habitants témoins des attaques auxquelles furent soumises de nombreuses villes et localités catalanes entre 1462 et 147228. Dans ce cas, et à quelques exceptions près, il n’existait pas de mémoire directe de ce que supposait un siège dans ses différentes manifestations. Sans oublier, en outre, que certains des assauts qui se produisirent en Catalogne (et ailleurs) prirent une tournure tout à fait spectaculaire en raison des progrès réalisés à l’époque en matière de poliorcétique, et en raison, surtout, de l’effet dévastateur des nouveaux canons.

  • 29 Outre les études citées dans la note 28, on peut trouver quelques références notamment intéressant (...)

31Le siège était habituellement précédé des razzias perpétrées par les troupes itinérantes ou les détachements ennemis retranchés dans les forteresses situées aux environs de la ville, ces mêmes forteresses que les autorités locales (militaires et civiles) tentaient – comme je l’ai déjà remarqué – à tout prix de préserver ou de détruire. Quoiqu’il en soit, la présence ennemie à proximité de la population inaugurait invariablement un régime d’exception, et un degré d’insécurité constant pour toute activité qui impliquait de franchir les murailles de la ville. Le commerce, les travaux agricoles et la garde des troupeaux supposèrent l’adoption de systèmes de surveillance et de protection coûteux qui ne suffisaient cependant pas à éviter les très nombreuses embuscades. Ces dernières étaient, de fait, l’une des stratégies préférées des troupes royalistes qui multipliaient les attaques surprises ou le simple vol de bétail pour attirer les troupes inexpérimentées des villes vers les campagnes et leur infliger de sérieux revers29.

  • 30 Outre les études citées dans la note 28, on peut trouver quelques références notamment intéressant (...)

32Ces tactiques (proches de la guerre psychologique) minèrent considérablement le moral des citoyens, même si les conséquences des assauts proprement dits furent autrement plus lourdes. Les attaques s’ouvraient généralement sur de funestes campagnes de destruction organisées tant par les défenseurs que par les attaquants. Ces derniers s’illustraient dans la destruction des arbres (d’où le nom de talas qui était donné à leurs actions), des systèmes d’irrigation, des vergers et autres récoltes, dans le but d’ajouter encore à l’état de restriction dans lequel vivait le camp assiégé, qui procédait, quant à lui, au même système de dévastation lorsqu’il s’avérait que le siège était inévitable, achevant de ruiner tout édifice ou infrastructure dont l’ennemi pouvait tirer parti30.

  • 31 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Banyoles), p. 568 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (...)
  • 32 Outre les données qui nous fournissent les notes 28 et 31, sur ce sujet voir aussi les notes 19, 4 (...)

33Une fois l’encerclement terminé, dans le cas où la place ne pouvait être prise par furt (en escaladant les murs de nuit) ou par trahison, alors commençaient les attaques, les bombardements et les travaux de sape, tandis que les défenseurs s’organisaient sur les murailles divisées en différents secteurs ou trasts, et ripostaient aux attaques ennemies par des sorties ponctuelles, des tirs de canons et des travaux de contre-mine. Dans ce contexte, on peut trouver quelques références spécialement intéressantes à des « furieuses bombardes »31 qui martelaient sans repos les murailles et les quartiers qui se trouvaient à leur portée, jusqu’à l’ouverture d’une brèche suffisante dans les murs pour permettre aux soldats de s’infiltrer et de réduire la place par la force, ou jusqu’à la capitulation des habitants de la ville32.

Les malheurs

34Dans la majorité des cas, les sièges recencés lors de la guerre civile catalane s’achevaient par une capitulation, plus ou moins honorable, pour éviter la destruction de la ville et abréger les longues souffrances de sa population. Des souffrances qui – comme il arrive invariablement dans toute guerre –, n’étaient pas seulement le fruit de la lutte en tant que telle, mais également de ce que l’on a dénommé les effets collatéraux. Voici, comme je l’ai annoncé dans l’introduction, le troisième point que j’aimerais développer en étudiant trois aspects ou malheurs concrets : la pauvreté, la famine et les maladies.

  • 33 Voir note 54.

35Depuis le premier jour de la guerre (voire même avant), la vie économique des villes catalanes fut sous le coup du régime d’exception et, bien que personne n’ait à ce jour étudié les effets concrets de cette situation, nombreuses sont les manifestations de la crise. Je ne pense pas qu’il y ait eu en Catalogne, et dans ce cas précis, de régions pour tirer un quelconque profit du conflit, du moins à long ou moyen terme. L’effondrement des échanges commerciaux, la destruction des infrastructures, la dévastation des zones cultivables, la suspension des paiements des crédits, etc. minèrent l’ensemble de l’économie qui présentait déjà, depuis le XIVe siècle, de profonds symptômes de récession33.

  • 34 Quelques travaux sur les dépenses municipales pendant le conflit : S. Sobrequés –J. Sobrequés, La (...)
  • 35 Au sujet des questions fiscales, voir par exemple : S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil…, (...)
  • 36 Sur les rançons, on peut trouver quelques exemples à J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 22 (...)

36Dans ce contexte, les habitants des villes de La Principauté furent victimes d’un appauvrissement progressif, aggravé par les inévitables obligations militaires et la pression fiscale. Le financement des travaux de fortification, des dépenses militaires et, comme nous le verrons par la suite, de l’approvisionnement urbain absorba la quasi-totalité des ressources fiscales existantes et supposa la création de nouveaux impôts extraordinaires34. Des impôts qui, par ailleurs, accentuèrent le caractère régressif du système fiscal en vigueur puisqu’ils grevèrent, pour la plupart, la consommation des produits alimentaires de première nécessité (pain, viande et vin). Comme nous l’avons déjà signalé, tous ces impôts s’ajoutèrent aux services de travail et militaires auxquels les habitants des villes furent astreints pendant dix ans. Ce type de services pourrait également être considéré comme un mécanisme régressif de pression fiscale, bien plus évident lorsque les autorités décidaient de convertir une prestation donnée en un impôt direct de caractère personnel35. Malgré tout, les difficultés gagnèrent un large secteur de la population, sans épargner les familles aisées qui ont vu leur situation économique fortement ébranlée lorsque, privées de commerces et de rentes, elles durent s’acquitter des rançons demandées pour libérer leurs parents prisonniers et faire face à la confiscation de leurs biens ou à l’obligation de prêter de l’argent36.

  • 37 Voir, par exemple, la synthèse de J. Morelló Baget, « Approvisionnement et finances municipales en (...)

37La famine peut aussi être classée parmi les effets collatéraux de la guerre. Depuis la première heure, l’approvisionnement des villes en produits alimentaires (en farine et en pain notamment) se vit compromis par les contingences de guerre et le blocus des marchés qui s’ensuit. D’emblée, les autorités municipales réagirent en appliquant les mesures habituelles en cas de disette37. Or, la conjoncture d’alors prenait un tour tout à fait exceptionnel et les conditions de vie des habitants se dégradèrent à mesure que la menace de la guerre se refermait sur les murs de la ville.

38Les initiatives destinées à stimuler – par le biais de primes, de subventions ou d’exonérations fiscales aux particuliers – l’acheminement de céréales vers la ville restaient insuffisantes. Les réserves municipales créées pour éviter l’augmentation excessive du prix du grain sur le marché furent vite épuisées et les quelques habitants qui disposaient encore de vivres s’empressèrent de les cacher, visant à la spéculation ou à leur propre survie. La présence des contingents de mercenaires dans les villes ne fit qu’empirer la situation, et l’absence d’institutions de bienfaisance, privées de toute rente, réduisit à la famine une grande partie de la population.

39Dans ce contexte, les autorités de nombreuses villes et localités contrôlèrent de manière totale ou partielle le commerce du froment et de la farine, de même que les différents circuits de distribution de ce produit. Certaines archives municipales ont conservé les livres de compte détaillés des magasins (botigues o almodins) créés à cette époque pour assurer l’approvisionnement minimum de l’ensemble de la population, ainsi que des références concernant le contrôle municipal des moulins, des fours et de la vente du pain (flequeria).

  • 38 Pour une étude exhaustive sur ce thème, voir J. Comellas i Solé, “L’abastament d’una ciutat en tem (...)

40Dans les premiers temps, ce réseau urbain s’alimentait de céréales achetées, au terme de négociations politiques, à d’autres villes du camp rebelle et notamment à Barcelone, où elles étaient acheminées par voie maritime. Cependant, plus le cercle des troupes ennemies se refermait sur les villes, comme ce fut le cas pour la capitale, plus le ravitaillement devenait difficile, de sorte que même les plus audacieuses des opérations militaires organisées pour assurer les ravitaillements ne purent sauver la population de la famine. Les perquisitions des autorités locales pour confisquer les réserves cachées dans l’enceinte des villes ne s’avérèrent pas non plus d’une grande utilité, et l’on peut qualifier d’anecdotiques les initiatives improvisées pendant le siège pour cultiver les céréales jusque dans les lieux les plus invraisemblables38.

  • 39 À titre d’exemple, on peut trouver quelques références à des famines extrêmes dans : A. Rovira i V (...)

41La vie dans les villes assiégées finit tôt ou tard par devenir intenable, comme l’indiquent les demandes d’aide désespérées et les références pathétiques de gens qui en étaient réduits à se nourrir de déchets. Dans ce contexte, le départ de la population de nombreuses agglomérations n’a rien d’étonnant, pas plus que l’initiative des conseillers municipaux concernant l’évacuation massive de bouches à nourrir inaptes à la défense39.

  • 40 M. Camps – M. Camps, La pesta del segle XV, p. 46-48, 232-250.

42C’est aussi à ce moment qu’apparurent les deux figures manquantes à cette apocalypse : la peste et la mort. En effet, pendant la guerre civile, entre les années 1464 et 1470, on enregistra l’un des plus longs et intenses cycles de peste survenu en Catalogne dans tout le XVe siècle40. Cette épidémie, qui affecta indistinctement la population des deux camps adverses, fut accrue par la guerre et la famine et ajouta aux conditions de vie déjà précaires des habitants des villes, notamment celles qui se trouvaient assiégées, en augmentant les indices déjà élevés de mortalité.

  • 41 À ce sujet, outre les informations recueillies dans l’ouvrage précédent (Ibidem, p. 58-93), voir a (...)

43Les références dont nous disposons sur cette épidémie sont nombreuses, de mêmes que celles évoquant les mesures prises par les autorités municipales pour y remédier41. Comme d’habitude, la première initiative des conseillers fut d’isoler sanitairement la population en interdisant l’entrée aux personnes provenant de lieux infectés ou en les obligeant à respecter une période de quarantaine suffisante à l’extérieur des portes de la ville. Cependant, le contexte de guerre et l’existence d’importants contingents de réfugiés ont compliqué l’application de ces mesures préventives et favorisé la propagation de la maladie.

  • 42 M. Camps – M. Camps, La pesta del segle XV, p. 78-84, 125-135. Voir aussi la bibliographie mention (...)
  • 43 Voir note 40.

44Les premiers cas de peste déclarés étaient suivis, voire même précédés, d’un chapelet de processions et de prières appelant à la miséricorde divine. La majorité des habitants prenait une part active à ces manifestations, se plaçant sous l’invocation de figures telles que saint Sébastien, de l’Angel Custodi ou de saints dont ils gardaient les reliques à l’intérieur de la ville. Dans certains cas, l’extrême gravité de la situation se traduisit par l’envoi de pèlerins aux principaux sanctuaires du pays, et de manière plus ponctuelle à Saint-Jacques de Compostelle42. Aux mesures spirituelles s’ajoutaient les traditionnels arrêtés municipaux contre le jeu et le blasphème, ainsi que l’embauche de médecins et la création d’infrastructures pour accueillir les pestiférés43.

  • 44 Sur la question démographique, voir : M. Camps – M. Camps, La pesta del segle XV, p. 232-246 ; V. (...)

45Mais en dépit des efforts déployés par les autorités pour parer à la recrudescence des cas de peste, les décès ne cessèrent d’augmenter et la peur fut l’un des motifs de départ qui explique aussi l’exode de la population de nombreuses villes. Les rares études démographiques concernant cette période attestent l’augmentation vertigineuse du taux de mortalité provoquée par l’épidémie et confirment la description du paysage dantesque qui émane parfois des sources de l’époque44.

La capitulation

  • 45 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Montmeló, Ripoll, Berga), p. 582, 558, 571; E. Gort, Reus (...)

46Dans de telles circonstances, on est à même de comprendre que, en proie à l’épuisement, les conseillers municipaux de la plupart des villes et des localités assiégées fussent amenés à capituler face aux troupes de Jean II. Certainement, quelques villes ont été prises d’assaut, pillées et quelques-uns de leurs dirigeants exécutés45. Ceci étant, malgré les progrès déjà mentionnés en matière de poliorcétique, la plupart des villes et des localités catalanes – tout du moins celles d’une certaine importance – ne succombèrent pas aux canons de Jean II puisqu’elles préférèrent la voie des négociations par le biais de capitulations, espérant y trouver une sortie honorable. Comme nous le verrons par la suite, si ces accords permirent de mitiger les représailles, ils furent loin d’éviter à la population de tomber sous le joug de la répression monarchique, et ne signifièrent pas non plus la fin de la guerre ou de ses malheurs.

  • 46 Pour plus de précisions sur cet épisode, voir : A. Rovira i Virgili., Història Nacional, p. 539 ; (...)

47Après de rudes combats, la ville de Vilafranca del Penedès fut saccagée par les troupes de Jean II, le 9 octobre 1462 ; et bien que cet épisode n’ait pas fait l’objet d’une étude approfondie, tout indique que cette importante agglomération fut soumise à de sévères représailles, dont le massacre de nombreux habitants. Ce fait eut une profonde résonance au sein du camp rebelle, à l’instar certainement d’autres évènements similaires, dont la portée fut magnifiée sous l’effet de la propagande de l’un ou de l’autre camp46. On comprend, dès lors, la décision des autorités de la plupart des villes et des localités assiégées qui, soit à court de provisions, soit aux défenses altérées, s’empressèrent de négocier leur capitulation afin d’éviter de plus grands supplices.

  • 47 Pour plus de précisions sur ces capitulations, voir par exemple : J. Sarret i Arbós, Història de M (...)

48Nous disposons à l’heure actuelle de l’édition et de l’étude de quelques-unes de ces capitulations, qui permettent en règle générale d’observer que d’assez bonnes conditions sont faites aux vaincus47. Ainsi, Jean II s’engageait à respecter les privilèges, les us et les coutumes de la ville, et de manière explicite, le régime de gouvernement municipal. Le monarque accordait également son pardon à l’ensemble de la population et l’affranchissait de toute responsabilité pour les dommages causés durant le conflit, tant sur le plan général que particulier. Les capitulations présentent aussi quelques cas ponctuels d’amnistie concernant les habitants qui avaient occupé un rang important dans le parti de la Diputació, ainsi que des documents relatifs aux pétitions de mise en liberté et d’amnistie de prisonniers ou de galériens. Le roi accédait généralement à ces demandes et se contentait de réclamer des indemnités pour injures, dont le montant variait en fonction du statut de l’inculpé. D’autres clauses se réfèrent à l’obtention de sauf-conduit pour ceux des habitants qui s’étaient enfuis en territoire ennemi, à la seule condition de respecter le délai accordé pour le retour (normalement de deux mois). De manière plus exceptionnelle, la capitulation garantissait la sécurité des personnes qui préféraient quitter la ville en emportant leurs biens. La restitution, par les troupes royalistes, des biens confisqués aux habitants avant la reddition s’ajoute aux conditions habituelles des capitulations ; en certaines occasions, le cas concret de personnes ou d’institutions y était par ailleurs spécifié. Les pactes, enfin, étaient complétés par toute une série de chapitres dont l’objectif était de faciliter le redressement économique de l’agglomération : la remise de dettes et des intérêts à long terme de la municipalité ; la réduction générale du taux de ces mêmes intérêts ; l’exonération de certains impôts et/ou la réduction du nombre des foyers fiscaux ; l’autorisation de créer certains impôts ou de frapper les monnaies locales (ploms), entre autres initiatives liées à la réalité économique de chaque endroit.

  • 48 À ce sujet, voir par exemple : A. Rovirai Virgili, Història Nacional… (Barcelona), p. 596 ; F. Cor (...)

49Ainsi, les pactes contenus dans les capitulations offraient en apparence la possibilité d’une sortie plutôt honorable aux villes et aux localités insurgées ; cependant, l’application effective de ces accords fut autrement plus complexe. Jean II, par exemple, ne respecta que de façon partielle les privilèges locaux et, parmi les libertés le plus souvent atteintes figuraient précisément celles tenant au régime de gouvernement municipal. L’ingérence royale au sein des institutions fut constante tout au long de la guerre – le roi profita du régime d’exception pour nommer des conseillers de haute confiance- et les protestations des autorités locales furent d’autant plus vaines que cette ingérence perdura dans les années postérieures au conflit48.

  • 49 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Berà ou Torredembarra, Forés), p. 558 ; E. Gort, Reus i e (...)
  • 50 A. Rovira i Virgili, Història Nacional, p. 577 ; P. Bertran, “Tàrrega en la revolta catalana”, p. (...)

50En ce qui concerne le problème de l’amnistie, en revanche, et exception faite de quelques cas particuliers, on ne constate pas de représailles politiques importantes. Ceci étant, on sait qu’il existait d’autres types de répression moins apparents mais tout aussi effectifs, et je veux parler ici de la reconstruction des forteresses royales et du cantonnement de contingents professionnels à l’intérieur des principales agglomérations catalanes (Lérida, Tarragone, Tortosa, Montblanc, Cervera, Reus…). Car, si la création de ces citadelles était sans doute la volonté d’éviter, au début du conflit, les insurrections qui avaient éclaté dans quelques localités après leur conquête par les troupes de Jean II49, la survivance de ces enclaves dans les années postérieures à la guerre, de même que les conflits importants engendrés par les soldats des garnisons indiquent clairement la teneur répressive de leur rôle50.

  • 51CYADC II, 8, 1, 1. Au sujet de cette sentence, voir aussi S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerr (...)

51Une autre de ces initiatives à caractère nettement répressif fut la confiscation des biens des rebelles. Rappelons qu’en principe, les différents pactes de reddition approuvés par Jean II jusqu’à la Capitulation de Pedralbes – qui mettait fin à la guerre, en 1472 –, s’accompagnaient d’une ou de plusieurs clauses concernant la restitution des biens et des rentes confisqués. Or, bien souvent, le monarque ainsi que ses partisans contrevinrent à cet accord et la confiscation des biens se prolongea jusqu’en 1481, qui fut l’année où le fils de Jean II, le roi Ferdinand le Catholique, promulgua la sentence dite « des démunis » (despullats)51.

  • 52 P. Verdés, “La Guerra Civil catalana i l’inici d’un nou cicle fiscal (Cervera, 1465-1516)”, dans S (...)

52Cette sentence supposait aussi la restitution des rentes confisquées aux créanciers « rebelles » des différentes agglomérations occupées. Rappelons, si nécessaire, que parmi les clauses ratifiées par les capitulations figurait la remise de l’importante dette à long terme contractée par les municipalités et la réduction consécutive des taux d’intérêt. Cette mesure était assortie de différentes exonérations fiscales qui, en plus d’alléger la pression dont la population faisait l’objet, étaient censées faciliter le redressement des finances publiques. Là encore, la pratique fit faux bond à la théorie puisque Jean II ne fit grâce d’aucun argent sur les rentes confisquées aux créanciers rebelles et que, malgré la réduction des foyers fiscaux, les municipalités durent faire face à une infinité de subventions de toutes sortes et à leurs répercussions sur la population52.

  • 53 M. Camps – M. Camps., La pesta del segle XV, p. 47 (Cervera), p. 48 et 243 (Tàrrega), p. 239 (Manr (...)
  • 54 Cette hypothèse est partagée par tous les historiens (J. Vicens Vives, P. Vilar, C. Carrère, M. de (...)

53Aux vues de ces circonstances, il n’est guère étonnant que le redressement des villes et des localités catalanes fût si long et difficile. Nous ne sommes pas en mesure d’apprécier la réalité des descriptions apocalyptiques qui sont faites de nombreuses agglomérations pendant ou après la guerre, ni jusqu’à quel point elles n’étaient pas le fruit d’une stratégie destinée à susciter la compassion du roi ou des créanciers53. Malgré l’abondance de références (ou peut-être précisément à cause de celles-ci), personne à ce jour n’a tenté d’évaluer avec précision les effets produits par les dix années de guerre civile en Catalogne. Quoiqu’il en soit, il existe suffisamment d’indices, à mon sens, pour pouvoir parler d’une société en proie à une crise profonde, dont elle ne se relève qu’au terme de plusieurs décennies54.

Notes

1 Ce travail a été réalisé grâce au financement du projet de recherche HUM2005-02507/HIST du Ministerio de Educación y Ciencia espagnol et du projet 2005SGR00353 du Comissionat per a Universitats i Recerca (Generalitat de Catalunya).

2 Pour un aperçu sur cette institution pendant le XVe siècle, voir : I. Sánchez de Movellán, La Diputació del General de Catalunya (1413-1479), Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 2004.

3 Pour la guerre civile catalane, l’ouvrage de référence est encore celui de S. Sobrequés i Vidal – J. Sobrequés i Callicó, La guerra civil catalana del segle XV, 2 vol. , Barcelona, Edicions 62, 1973. Voir aussi : A. Rovira i Virgili, Història Nacional de Catalunya, vol. VI, Barcelona, Edicions Pàtria, 1931, p. 496-596 ; J. Vicens Vives, Els Trastàmares (segle XV), Barcelona, ed. Vicens-Vives, 1961 (1ª ed. 1956), p. 164-188 ; F. Soldevila, Història de Catalunya, vol. II, Barcelona, ed. Alpha (2ª ed. rev.), 1962 (1ª ed. 1934-1935), p. 754-769 ; P. Vilar, Catalunya dins l’Espanya moderna, vol. 2, Barcelona, Ed. 62, 1968 (1ª ed. 1964), p. 199-211 ; C. Batlle, “La guerra civil catalana”, dans B. de Riquer (dir.), Història, política, societat i cultura dels Països Catalans. vol. 3. La forja dels Països Catalans. Segles XIII-XV, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, 1996, p. 275-277 ; F.I.X. Hernández, Història militar de Catalunya. vol. III. La defensa de la Terra, Barcelona, Rafael Dalmau ed., 2003, p. 25-40 ; F. Sabaté, “Catalunya medieval”, dans A. Balcells, Història de Catalunya, Barcelona, L’esfera dels llibres, 2004, p. 298-306.

4 Bien qu’il existe des informations concernant beaucoup d’autres agglomérations, l’étude du conflit civil catalan s’occupe principalement de Barcelone, Gérone, Lérida, Tarragone, Tortosa, Cervera, Manresa, Vic, Besalú, Tàrrega, Igualada et Reus.

5 Il ne faut pas dire que, mutatis mutandis, on trouve aussi dans nos sources des épisodes de guerre et de malheur dans les villes royalistes après la capitulation.

6 Tomás Mieres, un juriste de l’époque décédé en 1474, définissait la Principauté comme la somme de dix villes jouissant d’une grande autonomie (F. Sabaté, “Catalunya medieval”, p. 330).

7 Sur ces événements et d’autres épisodes concrets de la guerre, voir la bibliographie de la note 2.

8 S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil, vol. I, p. 145-223 ; cf. S. Sobrequés, “El setge de la Força de Girona el 1462. Llegenda i història”, Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, VII (1952), p. 267-349.

9 M.-J. Pelàez, Catalunya després de la guerra civil del segle XV, Barcelona, Curial ed., 1981 ; J. Vicens Vives, Historia de los remensas en el siglo XV, Barcelona, ed. Vicens Vives, 1978 ; F. Rella (dir.), Hug Roger III, senyor en les muntanyes. Procés al darrer comte del Pallars. 1491, Lleida, Pages ed., 2002.

10 Quelques exemples de la situation vécue dans les localités catalanes pendant les moments initiaux du conflit : F. Carreras Candi, Dietari de la Guerra a Cervera des del 1462 al 1465, Barcelona, 1907, p. 6-23 ; J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, Manresa, 1921, p. 187, 205-207 ; J. Segura pvre., Història d’Igualada (edició facsímil), vol. 2, Igualada, Ateneu Igualadí – Serppac, 1978, p. 303-306 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Girona) vol. I, p. 160-184 ; Ibidem, (Besalú), vol. II, p. 321-326 ; P. Bertran Roigé, “Tàrrega en la revolta catalana contra Joan II”, Ilerda, 43 (1982), p. 362-363 ; F. Cortiella Odena, Una ciutat catalana a darreries de la baixa edat mitjana : Tarragona, Tarragona, Institut d’Estudis Tarraconenses “Ramon Berenguer IV”, 1984, p. 341-350 ; E. Gort i Juanpere, Reus i el Camp durant la Guerra Civil (1462-1472), Reus, Associació d’Estudis Reusencs, 1984, p. 29-38 ; A. Curto Homedes, “La Guerra contra Joan II a les Terres de l’Ebre”, Recerca, 6 (2002), p. 12-15.

11 Sur l’activité des agents royalistes, voir par exemple : J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 187, 192, 205-207, 214-215 ; J. Segura, Història d’Igualada, p. 305-306, 312-313, 370-372 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Empordà) vol. I, p. 160-184, 225-230; Ibidem (Besalú), vol. II, p. 322-323 ; P. Bertran, “Tàrrega en la revolta catalana”, p. 367 ; E. Gort, Reus i el Camp, p. 36 ; A. Serra i Clota, “Anàlisi de la Guerra Civil catalana (1462-1472) a partir de les actuacions locals”, dans Segon Congrés Recerques. Enfrontaments civils : postguerres i reconstruccions (Lleida, 10-12 d’abril 2002), vol. I, Lleida, Associació Recerques – Universitat de Lleida – Pagès editors, 2002, p. 85, n. 11 (Vic).

12 J. Sobrequés, “Nació, nacionalisme i ordre constitucional català durant la guerra civil del segle XV”, dans Segon Congrés Recerques. Enfrontaments civils : postguerres i reconstruccions (Lleida, 10-12 d’abril 2002), vol. I, Lleida, Associació Recerques – Universitat de Lleida – Pagès editors, 2002, p. 104-121. Voir aussi : M.J. Peláez, “El pensamiento político catalán del siglo XV”, dans J.-J. Busqueta et M. E. Balasch, Manuel de Montsuar, degà de Lleida i president de la Generalitat de Catalunya (societat, política i mecenatge cultural a la Catalunya del segle XV), Lleida, Publicacions dels Amics de la Seu Vella, 1994, p. 33-44 ; F. Sabaté, “El poder soberano en la Cataluña bajomedieval : definición y ruptura”, dans F. Foronda, J.-Ph. Genet et J.-M. Nieto Soria, Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. 483-527.

13 Voir, par exemple : A. Rovira i Virgili, Història Nacional, p. 530, 536-537, 539, 557, 558, 560, 571, 577, 579, 582, 583, 585, 588 ; J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 186-249 ; J. Segura, Història d’Igualada, p. 303-305, 313-315, 368-369 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil, vol. I, p. 225-230 ; A. Serra, “Anàlisi de la Guerra Civil catalana” (Vic), p. 91, n. 35. Voir aussi les notes 12, 45, 46.

14 Quelques exemples de ces conduites dans : J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 197, 218, 225, 232 ; A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Barcelona), p. 535, 569, 571, 575, 578, 582-583 ; S. Sobreques – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. I, p. 380-386, 265-266 ; Ibidem (Barcelona), vol. II, p. 171-172. Voir aussi : J. Fernández-Cuadrench, “Les processons extraordinàries a la Barcelona baixmedieval (1339-1498). Assaig tipològic”, Acta Historica et Archaeologica Medievalia, 26 (2005), p. 403-428.

15 J.-L. Martín, “Biografia y leyenda del Príncipe de Viana. Sant Carles de Viana”, dans E. Benito Ruano, Tópicos y realidades de la Edad Media (III), Madrid, Real Academia de la Historia, 2004, p. 27-67. Voir aussi : J.-M. Font Rius, “El Príncep de Viana a la Seu de Barcelona. Algunes notes sobre la veneració popular de Carles de Viana”, dans Homenatge a Antoni Rubió i Lluch. Miscel·lània d’Estudis Literaris, Històrics i Lingüístics, vol. II, Barcelona, 1936, p. 541-557.

16 J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 188-190, 226 ; A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Barcelona), p. 544, 565, 567 ; J. Segura, Història d’Igualada, p. 296-298, 345-346 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. I, p. 380-386, 388-389 ; E. Gort, Reus i el Camp, p. 31-36, 41 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 13, 22-24. Voir aussi la note suivante.

17 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Barcelona), p. 512-513, 540, 544, 546, 561, 565, 567, 572, 577, 583; J. Segura, Història d’Igualada, p. 319-321; J. Lladonosa Pujol, Història de Lleida, vol. I, Tàrrega, Calmet editor, 1972, p. 701 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. I, p. 380-386, 388-389, 405-407, 431-433, 440-441 ; M. Camps Clemente – M. Camps Surroca, La pesta del segle XV a Catalunya, Lleida, Universitat de Lleida, 1998, p. 47 (Lleida), p. 237-239 (Vic) ; A. Serra i Clota, “Anàlisi de la Guerra Civil catalana…” (Vic), p. 81, 85, 92-93, 96-101 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 22-25 ; P. Verdés., “Administrar les pecúnies e béns de la universitat. La política fiscal i les estratègies financeres d’un municipi català a la baixa Edat Mitjana (Cervera, 1387-1516), Tesi doctoral inédita, Universidad de Barcelona, 2004, p. 260, n. 585, p. 1078-1079, n. 3132, p. 119-1120, n. 3194.

18 J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 198-199, 202-203 ; 239-240, 247-248 ; A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Barcelona), p. 550 ; J. Segura, Història d’Igualada, p. 334-336 ; J. Lladonosa, Història de Lleida, p. 701 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Castelló d’Empúries), vol. I, p. 259 ; Ibidem (Besalú), vol. II, p. 328 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 14, 26-27.

19 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (l’Arboç, Ulldecona, la Bisbal, Olot, Camprodón, S. Joan de les Abadesses, Banyoles, Berga), p. 554, 560, 568, 576, 579 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Rupià), vol. I, p. 244-245 ; Ibidem (Montcada, la Roca del Vallès), p. 424-426, 446-447.

20 J. Segura, Història d’Igualada, p. 347 ; P. Bertran, “Tàrrega en la revolta catalana”, p. 366 ; A. Duran Sanpere, Llibre de Cervera, Barcelona, Curial, 1977, p. 362-363, 377-378 ; J. Riera Sans, “Judíos y conversos en los reinos de la Corona de Aragón durante el siglo XV”, dans La expulsión de los judíos de España. II Curso de Cultura Hispano-judía y Sefardí, Toledo, 1993, p. 88-89 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 698, n. 2151, p. 1120, n. 3194.

21 J. Segura, Història d’Igualada, p. 373-377 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. I, p. 267-299, 246-263 ; E. Gort, Reus i el Camp, p. 37-46, 103, 143-151 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 684-700, 719. À propos de ces questions, voir aussi les travaux de M.-T. Ferrer Mallol, “La organización militar en Cataluña en la Edad Media”, Revista de Historia Militar, núm. Extra, Madrid, 2001, p. 119-222; F. X. Hernández, Història militar, p. 47-69.

22 S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. I, p. 284-285, 290; Ibidem, vol. II, p. 246-257, 257-262; E. Gort, Reus i el Camp, p. 150-151; F. X. Hernández, Història militar, p. 51-54; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 686-689. À propos de cette question, voir aussi : J. Fernández Gonzàlez, “La poliorcètica en la Baixa Edat Mitjana : la conquesta del comtat de Pallars (1482-1491)”, dans Segon Congrés Recerques. Enfrontaments civils : postguerres i reconstruccions, Lleida, Associació Recerques – Universitat de Lleida – Pagès editors, 2002, p. 22-30.

23 Voir notes 24, 29 et 34.

24 Voir, par exemple : E. Gort, Reus i el Camp, p. 37-38 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 28-31 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 697-698, n. 2152. On peut observer les conséquences de la perte de ces endroits dans les études de : J. Segura, Història d’Igualada, p. 307-308, 312-313, 316-318, 350-352, 362, 364-368 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. I, p. 424-426, 446-447.

25 S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil…, vol. II, p. 373-413 (index des noms). Quelques exemples locaux à A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 16, 18 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 697-698, n. 2152. Voir aussi : J. E. Martínez Ferrando, “Caballeros portugueses en el alzamiento de la Generalitat catalana contra Juan II”, Hispania, XLVI (1957), p. 37-130.

26 J. Segura, Història d’Igualada, p. 350-351, 363-364 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil…, vol. I, p. 242-246 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 17-19 ; P. VERDÉS., Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 697, n. 2151. Voir aussi la note 50.

27 À ce sujet, on peut trouver quelques références notamment intéressantes à P. Bertran, “Tàrrega en la revolta catalana”, p. 364-366. Voir aussi : J. Lladonosa, Història de Lleida, p. 716-722.

28 Quelques cas particulièrement étudiés : F. Carreras Candi, Dietari de la Guerra…(Cervera), p. 91 ss. ; A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Barcelona, 1), p. 589-592 ; J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 229-247 ; J. Lladonosa, Història de Lleida, p. 696-700 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona, 2), vol. I, p. 373-404 ; P. Bertran, “Tàrrega en la revolta catalana”, p. 364-369 ; F. Cortiella Odena, Una ciutat catalana… (Tarragona), p. 350-353 ; E. Gort, Reus i el Camp, p. 51-60 ; E. Gort, “Un episodi de la Guerra Civil catalana : el setge d’Alcover (1463-1464)”, Quaderns d.’Història Tarraconense, X (1990), p. 39-57.

29 Outre les études citées dans la note 28, on peut trouver quelques références notamment intéressantes à : J. Segura, Història d’Igualada, p. 307-308, 355-359, 368, 377-379 ; P. Bertran, “Tàrrega en la revolta catalana…”, p. 364-366 ; A. Serra i Clota, “Anàlisi de la Guerra Civil catalana…” (Vic), p. 89, n. 25 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 31-32. Voir aussi les notes 24 et 27.

30 Outre les études citées dans la note 28, on peut trouver quelques références notamment intéressantes à : S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. I, p. 380-386. Voir aussi : J. Bolòs Masclans, “Tallar i cremar. Aspectes de la vida quotidiana en temps de guerra, al Pallars, a la fi del s. XV”, dans Segon Congrés Recerques. Enfrontaments civils : postguerres i reconstruccions, Lleida, Associació Recerques – Universitat de Lleida – Pagès editors, 2002, p. 14-21.

31 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Banyoles), p. 568 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 710, n. 2191.

32 Outre les données qui nous fournissent les notes 28 et 31, sur ce sujet voir aussi les notes 19, 45 y 46.

33 Voir note 54.

34 Quelques travaux sur les dépenses municipales pendant le conflit : S. Sobrequés –J. Sobrequés, La guerra civil… (Barcelona), vol. II, p. 245-319 ; J. Morelló Baget, Fiscalitat i finances de dues viles del Camp de Tarragona : Reus i Valls durant el segles XIV i XV, Tesi doctoral inèdita, Universitat de Barcelona, 1998, p. 1031-1036, 1056-1060 (Reus) ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 17-21 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 744-754.

35 Au sujet des questions fiscales, voir par exemple : S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil…, vol. I, p. 258-259 (Empordà), p. 280-285, 433-440 (Barcelona) ; Ibidem (Barcelona), vol. II, p. 245-319 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 17-21 ; P. Verdés., Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 684-700, 719, 744-754, 952-966. Voir aussi : J. Morelló Baget, “Les técniques de repartició fiscal en una vila del Camp de Tarragona : Reus en el període 1462-1480”, dans XVe Congreso de Historia de la Corona de Aragón. El poder real en la Corona de Aragón (siglos XIV-XVI), t. I, vol. 4, Zaragoza, Gobierno de Aragón, 1996, p. 191-202.

36 Sur les rançons, on peut trouver quelques exemples à J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 224 ; E. Gort, Reus i el Camp, p. 48-49 ; idem, “Un episodi de la Guerra Civil…” (Alcover), p. 53, n 46 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II.” (Tortosa), p. 32 ; P. Verdés., Administrar les pecúnies... (Cervera), p. 700, n. 2154. Au sujet des confiscations, voir notes 17, 20, 50 y 51.

37 Voir, par exemple, la synthèse de J. Morelló Baget, « Approvisionnement et finances municipales en Méditerranée occidentale : l’exemple de la Couronne d’Aragon », dans D. Menjot, M. Sánchez (coord.), La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident méditerranéen). 3. La redistribution de l’impôt, Toulouse, Éd. Privat, 2002, p. 267-294.

38 Pour une étude exhaustive sur ce thème, voir J. Comellas i Solé, “L’abastament d’una ciutat en temps de guerra. El setge de Barcelona de 1472”, Estudis d’Història Agrària, 11 (1997), p. 183-204. Voir aussi : J. Segura, Història d’Igualada, p. 343-345, 352-353 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Besalú), vol. II, p. 324 ss., 326-329 ; E. Gort, Reus i el Camp, p. 156-159 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 20-21 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 252, 267 i 645.

39 À titre d’exemple, on peut trouver quelques références à des famines extrêmes dans : A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Lleida), p. 556 ; J. Lladonosa, Història de Lleida, p. 699 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Besalú), vol. II, p. 328 ; M. Camps – M. Camps, La pesta del segle XV, p. 45 (Barcelona), p. 47(Cervera). À propos des évacuations massives, voir par exemple : F. Carreras Candi, Dietari de la Guerra…(Cervera), p. 175-176 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Girona), vol. I, p. 253 ; ibidem (Besalú), vol. II, p. 326-329.

40 M. Camps – M. Camps, La pesta del segle XV, p. 46-48, 232-250.

41 À ce sujet, outre les informations recueillies dans l’ouvrage précédent (Ibidem, p. 58-93), voir aussi : S. Vilaseca Anguera, Épidèmies a Reus (s. XIV-XV). Notes d’arxiu, Tarragona, Diputació de Tarragona, 1976 ; J.-M. Llobet, “Les épidèmies a Cervera durant l’Edat Mitjana”, Miscel·lània Cerverina, 1 (1983), p. 39-46 ; M. Soler, “El Consell de Cent i la pesta : prevenció i lluita contra l’epidèmia”, dans XVII Congrés d’Història de la Corona d’Aragó. El món urbà a la Corona d’Aragó del 1137 als decrets de Nova Planta, vol. II, Barcelona, Universitat de Barcelona, 2003, p. 433-443.

42 M. Camps – M. Camps, La pesta del segle XV, p. 78-84, 125-135. Voir aussi la bibliographie mentionné dans la note 14, notamment les études de Sarret Arbós (Manresa) et Fernández Cuadrench (Barcelona).

43 Voir note 40.

44 Sur la question démographique, voir : M. Camps – M. Camps, La pesta del segle XV, p. 232-246 ; V. Gual – J. Felip, “Clarors demogràfiques a l’entorn del segle XV. La Conca de Barberà”, Quaderns d’Història Tarraconense, X (1990), p. 59-86. On peut trouver quelques références dantesques dans la note 53.

45 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Montmeló, Ripoll, Berga), p. 582, 558, 571; E. Gort, Reus i el Camp… (Vilarodona, Sarral), p. 103-105, 138 ; Idem, “Un episodi de la Guerra Civil…” (Alcover), 53-55 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (La Ràpita, Ulldecona, Xerta), p. 15. Voir aussi note 46.

46 Pour plus de précisions sur cet épisode, voir : A. Rovira i Virgili., Història Nacional, p. 539 ; Pere Mas i Perera, Vilafranca del Penedès, Barcelona, Ed. Barcino, 1932, p. 57-59 ; J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 210-211 ; J. Segura, Història d’Igualada, p. 323-325, 338-339.

47 Pour plus de précisions sur ces capitulations, voir par exemple : J. Sarret i Arbós, Història de Manresa, p. 242-247 ; J. Lladonosa, Història de Lleida, p. 696-700, cf. Idem, El sítio de Lérida en tiempos de Juan II de Aragón, Lleida, 1945, ap. XIV ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Peralada), vol. II, p. 174-177 ; cf. S. Sobrequés, Jofre VIII de Rocabertí, señor de Peralada, y el ocaso de la Edad Media en el Alto Empurdán, Peralada, 1955, apèndix ; M.T. Ferrer Mallol, “Les capitulacions per a la submissió de Sant Cugat a Joan II durant la Guerra dels Catalanas contra el rei (1471)”, dans XLII Assemblea Intercomarcal d’Estudiosos. Sant Cugat del Vallès (23, 24 i 25 d’octubre de 1998), Sant Cugat del Vallès, Arxiu Nacional de Catalunya, 2000, p. 157-165 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 36-40.

48 À ce sujet, voir par exemple : A. Rovirai Virgili, Història Nacional… (Barcelona), p. 596 ; F. Cortiella Odena, Una ciutat catalana… (Tarragona), p. 355-358 ; P. Verdes, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 513-514.

49 A. Rovira i Virgili, Història Nacional… (Berà ou Torredembarra, Forés), p. 558 ; E. Gort, Reus i el Camp… (Alcover, Alforja, Espulga de Francolí, Barberà, Sarral, Cambrils, Vilarodona, el Catllar, Sarral), p. 68-72, 79-83, 94-99, 128-129, 136-137.

50 A. Rovira i Virgili, Història Nacional, p. 577 ; P. Bertran, “Tàrrega en la revolta catalana”, p. 369, 371-372 ; J.-M. Segarra Malla, Història de Tàrrega (segles XI-XVI), vol. I, Tàrrega, Museu Comarcal de Tàrrega, 1984, p. 344-345, 369 ; S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil… (Girona), vol I, p. 252-256 ; F. Cortiella Odena, Una ciutat catalana… (Tarragona), p. 355-358 ; E. Gort, Reus i el Camp, p. 62-64, 83-88, 126-127, 134 ; L. Cortada Colomer, Estructures territorials, urbanisme i arquitectura poliorcètics a la Catalunya preindustrial, 2 vols., Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 1998, p. 121-123 i 152 ; A. Curto, “La Guerra contra Joan II…” (Tortosa), p. 27-28, n. 49, p. 41 ; P. Verdés., Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 551-553, 559-561.

51CYADC II, 8, 1, 1. Au sujet de cette sentence, voir aussi S. Sobrequés – J. Sobrequés, La guerra civil…, vol. II, p. 347-349. ; M. Turull – P. Verdés, « Sobre la hisenda municipal a Constitucions y altres drets de Cathalunya (1704) », dans M. Sánchez (ed.), Fiscalidad real y finanzas urbanas en la Cataluña Medieval, Barcelona, IMF-CSIC, 1999, p. 147-149 ; Verdés P., “Per ço que la vila no vage a perdició : la gestió del deute públic en un municipi català (Cervera, 1387-1516), Barcelona, IMF-CSIC, 2005, 188-202.

52 P. Verdés, “La Guerra Civil catalana i l’inici d’un nou cicle fiscal (Cervera, 1465-1516)”, dans Segon Congrés Recerques. Enfrontaments civils : postguerres i reconstruccions, vol. I, Lleida, Associació Recerques – Universitat de Lleida – Pagès editors, 2002, p. 128-144. Voir aussi : J. Segura, Història d’Igualada, p. 383-385 ; J.-M. Segarra Malla, Història de Tàrrega, p. 343-344 ; J. Lladonosa, Història de Lleida, p. 700-708 ; F. Cortiella Odena, Una ciutat catalana… (Tarragona), p. 362-374 ; J. Morelló, “Les técniques de repartició…” (Reus), p. 191-202 ; A. Curto., La Guerra contra Joan II… (Tortosa), p. 40-42.

53 M. Camps – M. Camps., La pesta del segle XV, p. 47 (Cervera), p. 48 et 243 (Tàrrega), p. 239 (Manresa), p. 107 et 246 (Vic), p. 107 et 243 (Igualada), p. 240 (Girona).

54 Cette hypothèse est partagée par tous les historiens (J. Vicens Vives, P. Vilar, C. Carrère, M. del Treppo, Ch.-E. Dufourq, J.-E. Ruiz Doménec, J.-M. Salrach, G. Feliu, A. Riera, C. Batlle, E. Belenguer, P. Iradiel, C. Cuadrada) qui ont étudié cette question, comme l’a souligné dans une récente synthèse G. Feliu, “La crisis catalana de la baja edad media : estado de la cuestión”, Hispania, 217 (2004), p. 435-466. Voir aussi : J. Lladonosa, Història de Lleida, p. 700-708, 722-720, 733 ss. ; F. Sabaté, “Catalunya medieval”, p. 325-334 ; P. Verdés, Administrar les pecúnies… (Cervera), p. 45-46, 926-927, 1185-1194.

Auteur

Institución Milá y Fontanals
Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, CSIC

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540