Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Arles et la guerre (milieu XIVe siècle - milieu XVe siècle)

Louis Stouff

Texte intégral

1Je parlerai d’Arles et la guerre à la fin de la période médiévale entre le milieu du XIVe et le milieu du XVe siècle. On retrouve à Arles la célèbre trilogie du bas Moyen Âge : disette, peste, guerre. Mais ces trois éléments n’ont pas la même importance. La famine ne touche jamais Arles et la disette est rare. La disette est un accident. La peste est un mal périodique. La guerre une menace permanente : les premières opérations militaires ont lieu en 1355 et dans les années 1470-1472 la ville se sent toujours menacée.

  • 1 L’essentiel du contenu de cette communication se trouve dans L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge(...)

2Cette période correspond en gros pour le royaume de France à la guerre de Cent Ans (1337-1453). Dans quelle mesure Arles est-elle concernée par ce conflit, alors qu’elle ne se trouve pas dans le royaume de France, mais en terre d’Empire. Il ne faut pas oublier que Saint-Gilles, Fourques et Beaucaire sont dans le royaume. Il faut tenir compte de la proximité du royaume de France ainsi que des liens très étroits qui unissent la Provence et Arles en particulier à ce royaume. Ce royaume de France si proche et si familier est à l’origine de certains des dangers qui menacent Arles. Mais il y en a d’autres qui proviennent de l’histoire de la Provence ou de l’appartenance d’Arles au monde méditerranéen. Quelle qu’en soit l’origine, ces périls ont eu de graves conséquences pour Arles et son territoire1.

3Les premières opérations militaires ont lieu en 1355 à proximité d’Arles. Elles ont leur origine dans l’histoire agitée et parfois dramatique des Angevins de Naples, dans la haine qui oppose les Duras et les Tarente. En butte à l’hostilité du second mari de la reine Jeanne, Louis de Tarente, Robert de Duras quitte l’Italie et pour forcer la main des Baux eux aussi victimes des Tarente, il entre dans leur château des Alpilles. Fouques d’Agout, sénéchal de Provence réunit un important contingent qui s’empare de la forteresse.

4Robert de Duras meurt l’année suivante à la bataille de Poitiers. La défaite française de 1356 libère des milliers de combattants désormais sans emploi qui parcourent et pillent une partie du royaume. Ce sont ces routiers qui vont apporter la guerre en Provence. Les Baux appellent les bandes d’Arnaud de Cervole, l’archiprêtre. Les routiers franchissent le Rhône le 13 juillet 1357 et répandent la dévastation et la terreur : la ville les Tours d’Aix, Saint-Maximin, Brignoles et Draguignan sont prises et incendiées. Le sénéchal fait appel au comte d’Armagnac qui envoie mille sergents le 1er octobre 1357. Cette opération se révèle presqu’aussi désastreuse que l’invasion elle-même. Un an plus tard, en octobre 1358, Arnaud de Cervole quitte un pays ravagé à la fois par les routiers et les hommes du comte d’Armagnac. Arles a été frappée de plein fouet par le premier assaut. Dès 1357, des routiers prennent Albaron en Camargue et y demeurent. Les consuls d’Arles envoient des ambassadeurs, puis le 30 août 1357 une lettre à ceux de Nîmes. Ils sont inquiets et leur demandent de les secourir. Ils redoutent l’irruption de bandes de routiers en train de se rassembler en Languedoc. Le danger était bien réel : des textes de 1359 signalent des destructions aux portes de la ville.

5L’atmosphère ne se détend pas. Des bandes d’Anglais sont installées en 1360 à Pont-Saint-Esprit, en 1361 à Beaucaire. C’est cette année-là, 1361, que se situe le second épisode très grave pour Arles : l’arrivée des « Espagnols », des routiers qui avaient été emmenés en Espagne par Du Guesclin où ils avaient pris part à la guerre civile pour le compte d’Henri de Trestamare et qui reviennent au nord des Pyrénées. Ils arrivent jusque sous les murs d’Arles. On a sur ce point le témoignage d’un texte du 26 septembre 1361 : « Il est bien connu dans la cité d’Arles que l’église et le monastère de Saint Dominique ont été détruits et sont détruits à cause de la guerre et de l’armée des Espagnols ». Le couvent des prêcheurs situé au nord-est de la ville entre la porte Agnel et la porte de la Cavalerie, est détruit.

6En 1365, des bandes de routiers descendent la vallée du Rhône ; le pape et le comte de Provence les éloignent par des versements d’argent. En 1367, Louis d’Anjou, frère de Charles V et lieutenant du roi en Languedoc, s’installe à Beaucaire et prépare une intervention en Provence. En 1368, après avoir rassemblé de très nombreux hommes d’armes, il se livre à une agression, confie son armée à Du Guesclin qui fait le siège d’Arles et réussit à s’emparer de Tarascon. Deux textes évoquent cet épisode, la « Chronique de Bertrand Du Guesclin » de Cuvelier et la chronique de l’Arlésien Bertrand Boysset. Voilà ce qu’écrit ce dernier :

« L’année 1368, le 11 avril, qui était le troisième jour de Pâques, le seigneur Louis d’Anjou, frère du roi de France, a assiégé la cité d’Arles et là, pour son compte, c’est le seigneur Bertrand Duguesclin, comte de Longueville, qui a mené le siège jusqu’au 1er mai. Et ce jour-là, ils s’en allèrent exceptés ceux qui restèrent morts ».

7Les documents d’archives confirment l’événement. Le conseil de Marseille envoie des armes et des navires au secours d’Arles. Un acte d’un notaire révèle que la cloche de l’église Sainte-Catherine contigüe au rempart a été détruite. Une enquête menée en 1373 dans les possessions des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem dans le territoire d’Arles et notamment en Camargue énumère les dévastations provoquées par le guerre du duc d’Anjou : “propter guerram ducis Andegavie”.

8Par la suite les dangers ayant leur origine en France seront moins graves qu’en 1357, 1361 et 1368, mais ils persisteront. En 1374-1375, des bandes d’hommes d’armes ravagent le Comtat et font des incursions en Provence. En 1384, le sénéchal de Beaucaire, Enguerran d’Eudin, fait occuper plusieurs places en Provence ; on le soupçonne de vouloir annexer Arles au royaume de France. En 1418-1419, le conseil doit organiser la défense contre des routiers bourguignons descendus en Languedoc et qui menacent la Camargue. En 1430, des gens d’armes établis entre Saint-Gilles et Nîmes franchissent le Petit Rhône. En 1433 et 1442, la même menace existe. À onze ans de la fin du conflit franco-anglais, il y a toujours pour les Arlésiens ce même danger.

9En 1382 commence la période la plus difficile. Elle dure jusqu’à l’extrême fin du XIVe siècle. Les événement peuvent être regroupés sous deux rubriques : une guerre civile qui ravage la Provence, la guerre de l’Union d’Aix, le rôle d’un personnage célèbre Raymond de Turenne.

  1. Arles va particulièrement souffrir de la guerre qui de 1382 à 1387 divise les Provençaux. En 1380, la reine Jeanne qui n’a pas d’héritier choisit pour lui succéder Louis d’Anjou. Face à lui un membre de la famille des Angevins de Naples, Charles de Duras, s’affirme candidat. En 1382, Jeanne est assassinée. Désormais, il y a deux rois de Naples, deux comtes de Provence : Louis d’Anjou et Charles de Duras. Certains ont gardé un mauvais souvenir de l’attitude de Louis d’Anjou en 1368. Les Provençaux se divisent. Tous les seigneurs, toutes les villes choisissent leur camp : Tarascon, Nice, Aix, Charles de Duras ; Marseille, le duc d’Anjou. De 1382 à 1387 la confusion est à son comble en Provence occidentale entre Aix et le Rhône. C’est l’époque où se produit en Languedoc la révolte des Tuchins. Charles de Duras recrute en Languedoc des mercenaires parmi les Tuchins et des bandes de Tuchins parcourent le pays. Le plus connu des chefs Tuchins est Étienne Augier alias Ferragut. Il s’est emparé du château de Roquemartine au nord de Salon et à partir de là lance des expéditions. En mai 1384 il arrête treize Marseillais sur le Rhône et exige une rançon pour leur libération. À la fin du printemps – au début de l’été 1384 la situation d’Arles est très grave placée qu’elle est entre les Tuchins des Alpilles et les navires de Charles de Duras dont l’arrivée des navires est annoncée à Bouc. Cette situation s’accompagne de divisions au sein de la population. Il y a des Arlésiens partisans de Charles de Duras et parmi eux des membres de quatre familles nobles. Le 23 juillet 1384 les galères de Charles de Duras sont arrivées à Bouc. Dans la journée du 24 une émeute éclate dans la ville. Certains habitants ouvrent les portes de la cité à Ferragut et à ses Tuchins. Ceux-ci disent qu’ils sont français (“Francigenos”) et qu’ils sont venus à propos de la sécession (“super divisionem”) peut être pour le rattachement d’Arles au royaume de France. Plusieurs Arlésiens sont tués notamment le viguier et son écuyer. Au bout de quelques heures, la résistance s’organise. Des citoyens se rassemblent et manifestent au cri de « Vive Madame et ses amis » : (il s’agit de Marie de Blois, veuve de Louis d’Anjou, et de son jeune fils, Louis II). Ferragut et ses compagnons s’enfuient avec leur butin par la Porte Agnel. Une répression très sévère s’en suit. 29 personnes sont exécutées ou bénéficient d’une lettre de rémission. Certaines sont pendues, d’autres noyées ; les nobles sont décapités (un Uzès, un Lamanon, un Eyguières, un Porcellet). La brutalité a été telle que les artisans de la répression obtiendront de Clément VII une bulle leur accordant le pardon. Cet épisode a laissé un souvenir profond. Chaque année pour la Saint-Jacques, le 25 juillet, une grande procession est organisée qui commémore l’événement. C’est la seule fois que les murs d’Arles sont franchis, la seule fois aussi qu’il y a des morts (plus de deux dizaines). Apparemment Arles a choisi son camp, celui de la veuve du duc d’Anjou. Mais il faudra encore dix-huit mois d’âpres discussions pour que le ralliement soit complet.

    • 2 N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, 4 vol. , Paris, 1896-1902.
    • 3 R. Deydarier, Raymond de Turenne. La deuxième maison d’Anjou et la Provence. Étude d’une rébellion (...)

    À partir de 1386 un nouveau nom apparaît dans les lettres des marchands italiens d’Avignon, celui de Raymond de Turenne. Noël Valois dans « La France et le Grand Schisme d’Occident » a parlé à son propos de « personne légendaire dont les érudits provençaux ont écrit le roman plutôt que l’histoire2. On ne pourrait plus l’écrire aujourd’hui puisqu’une thèse lui a été consacrée3. On connaît le personnage et son action. C’est un aristocrate, un grand seigneur. Il appartient à une famille de nobles limousins : les Roger. Il est le petit neveu du pape Clément VI et le neveu de Grégoire XI. Il est le fils de Guillaume Roger, comte de Beaufort et d’Éléonore de Comminges, le neveu d’Alix comtesse de Valentinois, l’oncle d’Alix des Baux comtesse d’Avellino, le beau-père de Boucicaut, maréchal de France. Il a reçu à Avignon son éducation de jeune noble.

10Son père, Guillaume Roger avait obtenu un certain nombre de concessions des papes et de la reine Jeanne et lui avait laissé une partie des vastes possessions des Roger : Éguilles, Pélissane, les Pennes, Saint-Rémy, les Baux, Meyrargues. Pendant la guerre de l’Union d’Aix, il a une attitude équivoque. En 1386, il se fâche avec le pape et la reine, Marie de Blois. Il occupe un certain nombre de places fortes, les confie à des hommes d’armes à sa solde et à partir de celles-ci il organise un pillage systématique du pays. Parmi ces places-fortes, il y a les Baux qui est d’une importance capitale pour Avignon et pour Arles.

11La présence de Raymond de Turenne et de ses hommes aux Baux de 1388 à 1399 signifie pour Arles douze ans de chevauchées, de coups de main, de pillages. La vie d’Arles est dominée par ce redoutable personnage. On ne possède pas pour cette période de délibérations communales, mais les registres du notaire Antoine Olivier donnent une idée de l’atmosphère de ces années-là. On y trouve un grand nombre d’actes concernant la guerre : engagements d’hommes d’armes pour protéger les troupeaux et les vendangeurs, paiements de rançons, constitution de sociétés d’hommes d’armes pour la chasse aux prisonniers et aux rançons, accords des syndics avec Raymond de Turenne ou avec le comte de Provence, emprunts faits par la ville pour les besoins de la défense, prix-faits pour la réparation des remparts, achats d’armes. Jamais à Arles et dans son territoire les opérations militaires n’ont atteint une pareille intensité. On se croirait dans une région située au cœur du conflit franco-anglais comme le Bordelais.

12Un marchand italien d’Avignon, Boninsegna di Matteo, écrit parlant d’un de ses compatriotes victime de Raymond de Turenne « On lui fait ce que le loup fait à l’agneau ». Cette phrase définit parfaitement l’attitude de Raymond de Turenne à l’égard d’Arles. En 1392, la ville doit lui verser 336 florins sous prétexte qu’à Vaquières, en Crau, à l’intérieur du territoire d’Arles, des Arlésiens ont causé des dégâts à ses hommes et à ses biens. En 1396, Arles est contrainte de conclure un accord avec le sinistre personnage et d’en passer par ses conditions. La reine Marie doit l’accepter et Bertrand Boysset dans sa chronique l’excuse : « Sachez qu’on ne pouvait estimer les dégâts que ses gens d’armes auraient causé au territoire : il aurait tout détruit si cet accord n’avait pas été conclu ».

13Des efforts ont été faits pour l’expulser des Baux. En 1386, une expédition lancée par le pape et le comte échoue. Il en va de même en 1393. Enfin en 1399 la tentative réussit. Raymond de Turenne s’enfuit. La légende s’empare de lui : il se serait noyé en traversant le Rhône. Il n’en est rien. Il a vécu à Paris jusqu’en 1412.

14À Arles, c’est le soulagement. Mais il y avait pour elle d’autres dangers que ceux provenant de la guerre de l’Union d’Aix et de Raymond de Turenne, il y avait les périls venant de la mer. Ceux-ci sont divers : des voisins, des marins de Ferrières enlèvent des Arlésiens à la Vernède en 1440 ; des navires à la solde de Charles de Duras en 1383-1384 ; des corsaires installés sur la côte provençale ou ligure (en 1394, une galiote venue de Bréganson ; en 1455, une galère de Monaco) ; des Maures dont la présence est signalée à maintes reprises ; des bateaux florentins (en 1431 le marchand florentin Jacques Benassi remonte le Rhône avec deux galiotes et fait prisonniers plusieurs Arlésiens) ; des Gênois (en 1435 et 1453 entre autres ils se livrent à des rapines aux dépens des troupeaux locaux). Mais l’essentiel est le danger catalan. À l’origine il y a la présence d’un pape catalan à Avignon, Benoît XIII. En 1395, une flotte catalane remonte le Rhône et est ravitaillée par Arles. En 1396, l’équipage d’un navire catalan fait prisonnier une cinquantaine d’Arlésiens. Cela entraîne ce commentaire cruel d’un marchand italien : « Voilà qui est bien fait pour la ville qui les a reçus et leur a donné du rafraîchissement ». En 1399, 26 navires sont sur le Rhône devant Arles. Ils sont venus porter secours au pape, mais dans la ville on est inquiet. Les syndics se rendent auprès du chef de l’expédition pour rappeler les liens d’amitié entre Catalans et Provençaux (les comtes catalans, la réception du roi d’Aragon par Arles). Par la suite, dans les années 1403-1410, des bandes de Catalans venus soutenir le pape ravagent le territoire. À partir de 1420 Arles subit le contrecoup de la rivalité des Angevins et des Aragonais à Naples. Entre 1426 et 1452 le mot « catalans » revient chaque année dans les procès-verbaux des délibérations communales : tantôt on évoque leur action, leurs méfaits, tantôt on exprime la crainte de leur intervention. Le sac de Marseille en 1423, a laissé un durable souvenir. On désigne les Catalans par le même qualificatif que les Tuchins “nephandus”. Lorsqu’une défaite des Aragonais est annoncée, des manifestations de joie éclatent aussitôt. Le 1er septembre 1435, le bruit court de la capture du roi d’Aragon par les Gênois. Le conseil ordonne pour le samedi suivant des feux de joie en divers endroits de la ville et le dimanche suivant une messe solennelle. Après 1452, le péril catalan diminue et finit par disparaître dans les années 1470-1472.

15La guerre a eu dans tous les domaines de la vie arlésienne des conséquences très importantes qu’il s’agit de présenter et de mesurer. Quel a été le rôle de la guerre dans l’évolution démographique ? Entre 1340 et 1440, Arles a perdu plus de la moitié de sa population. Cet effondrement est dû aux retours périodiques de la peste. La guerre n’y a aucune part. La guerre n’est pas meurtrière. Il n’est question qu’une seule fois de morts. Lors de l’entrée des Tuchins, on compte une trentaine de personnes tuées y compris les victimes de la répression.

16Une autre remarque s’impose : l’importance du rempart. Jamais une troupe ennemie ne réussit à le franchir y compris les hommes du duc d’Anjou commandés par Du Guesclin. Dans le cas de l’entrée des Tuchins ce sont les Arlésiens complices qui ont ouvert les portes.

17Une troisième observation est que la guerre est à l’origine de très nombreuses destructions : des églises rurales (un exemple entre autres : un texte de 1438 révèle que l’église Saint-Jean-de Néjan en Camargue est détruite) ; églises des faubourgs à commencer dès 1361 par l’église des frères prêcheurs ; villages du territoire communal détruits (une lettre du comte Louis II dit que le Castellet est un “castrum dirrutum” ; au XVe siècle, à Trinquetaille et à Vaquières, l’archevêque ne perçoit de cens que sur des “casals”, c’est-à-dire des maisons détruites) ; mas du territoire (en 1373, le mas des Hospitaliers à Saliers est détruit : en 1437 un “affar”, un grand domaine, est vendu à Montlong en Camargue « avec les pierres, les bois et les tuiles du mas de cet affar détruit ». Parfois les destructions ne sont pas le fait de l’ennemi, mais des Arlésiens eux-mêmes. En 1423, les murs de clôture des jardins autour de la ville sont abattus pour empêcher l’ennemi de s’embusquer. Les maisons et les églises sont détruites et leurs pierres sont utilisées pour la réparation des remparts. Aux Aliscamps, les églises Sainte-Eulalie, Saint-Didier, Notre-Dame-de-Beaulieu, la seule paroisse extra-muros disparaissent. Un apothicaire peu scrupuleux vend des pierres de l’église Sainte-Eulalie et transforme son cimetière en vigne. Tout concourt aux destructions.

18Une quatrième remarque : la guerre entretient pendant des décennies l’insécurité. Il y a une insécurité des routes, les navires sont attaqués sur le Rhône. Les marchands et leurs marchandises, les bouchers et leur bétail au retour des foires sont attaqués ; les marchandises et le bétail saisis ; les hommes faits prisonniers sont libérés contre une rançon. À l’époque de Raymond de Turenne, 80 Arlésiens sont détenus aux Baux. Les gens n’osent plus s’aventurer au-delà des murs. Au hasard d’un acte de notaire de 1393, on apprend qu’une fille des Baux épouse un Arlésien, le père de la mariée ne peut être là à cause de la guerre. Toutes les activités qui s’exercent sur le territoire sont touchées : la pêche (en 1426, une galée catalane s’empare des filets de plusieurs pêcheurs), l’élevage (en 1397, on engage des bergers armés pour la garde des troupeaux en Crau ; à diverses reprises des moutons sont enlevés par les Catalans en Camargue), le vignoble (des gardes sont engagés pour la protection des vendanges ; Bertrand Boysset le raconte pour l’année 1397), les moissons (on doit assurer la protection des ouvriers agricoles venus moissonner).

19Cette situation entraîne, à la fin du XIVe siècle, le recul des cultures et en particulier des vignes. Elle est aussi à l’origine du dépeuplement du territoire.

  • Les mas sont en grand nombre abandonnés. Un exemple : en 1338, dans le mas des Hospitaliers de Paulon en Camargue, sept personnes résident, en 1373 il est vide. Ces mas abandonnés finissent par être détruits et sont souvent remplacés par des cabanes en bois et en roseaux, plus faciles à reconstruire et de coût moins élevé. Ces mas, ces cabanes sont occupés au temps des travaux agricoles et de la chasse. Ces mas comportent souvent une tour et portent fréquemment le nom de tour. Un exemple : en 1450, Isnard d’Eyguières possède un “affar” à Sainte-Cécile en Camargue ; il est ainsi décrit : “totum suum affare cum turri seu manso in eo constructo”. Le mas arlésien présente les trois caractéristiques essentielles de la bastide aixoise : centre d’exploitation agricole, souvent maison forte, résidence secondaire. À partir de 1440-1445, avec le retour progressif de la sécurité, on recommence à construire des mas. Les prix-faits dans les registres de notaires en témoignent.

  • Les villages du territoire se dépeuplent et sont abandonnés. Albaron a 70 feux au début du XIVe siècle, aucun en 1426, 5 en 1471 ; Aureille a 40 feux en 1319, 27 en 1352, aucun en 1471 ; Le Castellet a 36 feux en 1340, 8 en 1352, est inhabité en 1414 ; Saint-Martin de Crau a 40 à 50 feux au début du XIVe siècle, il disparaît ensuite, ne redémarre qu’en 1438 et en 1469 cinq maisons sont habitées. Les localités qu’à l’époque des statuts (fin XIIe-début XIIIe) on appelait les “castra et villae communis” disparaissent : En Camargue, à Malmussane, Néjan, Méjanes, Villeneuve, un ou plusieurs mas succèdent aux hameaux et villages des XIIe et XIIIe siècles. La guerre a eu des conséquences importantes sur l’évolution des campagnes arlésiennes. Elle a modifié les formes de l’habitat. La dispersion était assurément favorisée par le milieu naturel. L’insécurité permanente lui a donné une ampleur inconnue jusqu’alors, elle a détruit les embryons de village, accéléré la transformation des mas en centre d’habitat temporaire et chassé de cette terre la quasi totalité des habitants qui se sont repliés dans la ville.

20Parmi les individus qui se sont réfugiés à l’intérieur des murs, il y a eu les paroissiens de Notre-Dame-de-Beaulieu ; la seule paroisse extra-muros au sud de la ville. Ce qu’on a appelé plus tard le « tour de ville » est bouleversé : églises détruite, cimetières abandonnés, repli des couvents à l’abri des remparts : les Clarisses, les frères mineurs, les frères prêcheurs, les trois commanderies des hospitaliers. Il y a un véritable remodelage de la topographie religieuse. Le paysage urbain actuel avec le clocher des frères mineurs, l’église des prêcheurs et les bâtiments des hospitaliers rue du grand prieuré est le résultat de la guerre à la fin du Moyen Âge.

21La vie de la communauté urbaine est profondément marquée par la guerre ; les autorités ne cessent de se préoccuper de la défense. Certaines années (1435, 1439) près de 50 % des séances du conseil lui sont consacrées : achat d’armes, réparation du rempart et des portes, engagement d’hommes d’armes. Depuis 1368 Arles possède un « capitaneus guerre ». En 1433, il est remplacé par une commission les « six de la guerre », puis en 1435 par les « douze de la guerre ». Pour faire face aux nécessités de la défense, il faut des ressources financières. On a recours à des emprunts auprès des marchands italiens d’Avignon et comme il faut les rembourser, on a recours aux impôts, impôts directs (« taille » et « capage ») et surtout aux impositions indirectes (les « gabelles »).

22La guerre pèse lourdement sur les finances de la ville et ainsi est indirectement à l’origine de tensions entre les habitants les plus modestes qui préfèrent l’impôt direct et les riches qui tout naturellement choisissent les « gabelles ». À deux reprises il y a conflit ouvert. En 1363, aux cris de « À bas la gabelle » et « Mort aux nobles », la foule envahit le palais du viguier. En 1425, les nobles, les bourgeois et les « populares » s’affrontent sur le même sujet et le pouvoir comtal arbitre en ordonnant la confection d’un « livre terrier », c’est-à-dire d’un cadastre selon le vœu des « populares ». La guerre de l’Union d’Aix est elle aussi à l’origine d’une coupure dans la société locale entre partisans des Anjou et des Duras. Quant à l’interminable conflit avec les Catalans il provoque des tensions et on peut même dire des manifestations de xénophobie. Le 30 juin 1438 le conseil demande au viguier « l’expulsion de tous les Catalans, chrétiens et juifs, et des autres personnes soupçonnées de révéler les secrets de la patrie à nos ennemis ». Un incident a-t-il lieu entre un juif arlésien et un juif catalan, les juifs catalans sont aussitôt expulsés.

23Tous les aspects de la vie des Arlésiens sont touchés par la guerre. Pendant de très longues périodes du bas Moyen Âge, la guerre est un élément de leur vie quotidienne.

Notes

1 L’essentiel du contenu de cette communication se trouve dans L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, 2 vol. , Aix-en-Provence, PUP, 1986, p. 100-117.

2 N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, 4 vol. , Paris, 1896-1902.

3 R. Deydarier, Raymond de Turenne. La deuxième maison d’Anjou et la Provence. Étude d’une rébellion nobiliaire à la fin du XIVe siècle (1386-1400), thèse de l’Université de Montréal, 1994.

Auteur

Professeur de l’Université de Provence, UFR Civilisations et humanités, département d’Histoire

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540